Global Entrepreneurship Monitor

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Global Entrepreneurship Monitor"

Transcription

1 Global Entrepreneurship Monitor Rapport 2007 sur l entrepreneuriat en Suisse et dans le monde Thierry Volery, Heiko Bergmann, Marc Gruber, Georges Haour und Benoît Leleux L A U S A N N E - S W I T Z E R L A N D

2

3 Remerciements Les auteurs tiennent à remercier vivement les 36 experts qui leur ont aimablement accordé un entretien ainsi que les adultes qui ont répondu à l enquête menée par DemoScope dans le cadre de cette étude. Ce rapport n aurait aussi pas pu voir le jour sans le précieux soutien financier de l Agence pour la Promotion de l Innovation (CTI), du Secrétariat d Etat à l économie (SECO), du Collège du Management de la Technologie de l EPFL et de l IMD. Les auteurs remercient également l équipe de coordination du projet GEM à la London Business School, et en particulier Mark Quill, Chris Aylett et Marcia Cole de Babson College pour leur précieuse aide. Le présent rapport reprend en partie les résultats du rapport de synthèse GEM 2007 : Bosma, N., Jones, K, Autio, E. and Levie, J. (2008), Global Entrepreneurship Monitor 2007 Executive Report, disponible en ligne sous http ://www.gemconsortium.org Réalisé avec le soutien de :

4 Les auteurs du rapport GEM Heiko Bergmann Heiko Bergmann est chef de projet auprès de l Institut Suisse pour les PME et l Entrepreneuriat à l Université de St. Gall (KMU-HSG) depuis Auparavant, il était collaborateur scientifique à l Université de Cologne où il a par ailleurs obtenu son doctorat. Ses intérêts de recherche portent sur l entrepreneuriat, le développement régional et les PME. Il participe au projet GEM depuis 2001 et il est par ailleurs chargé de cours à l Université de St. Gall. Georges Haour Georges Haour est professeur à l IMD, où il enseigne le management de l innovation et dirige des programmes de formation pour cadres d entreprises. Il travaille également comme conseiller et investisseur chez Sagentia (anciennement Generics), à Cambridge, GB, dans les domaines du management de l innovation et des start-ups technologiques. Il est né à Lyon et a fait des études de chimie à l Ecole Nationale Supérieure de Paris et à l Université de Toronto, où il obtint son doctorat. Auteur de plus de 90 articles, son dernier livre s intitule «Resolving the Innovation Paradox - Enhancing Growth in Technology Companies» (Palgrave, London, 2005 ; Marc Gruber Marc Gruber est professeur en entrepreneuriat et en commercialisation de la technologie à l Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Il a obtenu son doctorat à l Université de St. Gall et son habilitation à l Université Ludwig- Maxmilian de Münich, où il a par ailleurs créé et dirigé le Centre d Entrepreneuriat. Le Dr Gruber fut récemment professeur visitant à la Wharton School à l Université de Pennsylvanie à Philadelphie (USA). Il est l auteur de plusieurs articles dans des revues scientifiques de renom comme Management Science, Organization Science, Journal of Business Venturing et Entrepreneurship Theory & Practice. Benoît Leleux Benoît Leleux est le titulaire de la Chaire Stephan Schmidheiny d Entrepreneuriat et de Finance auprès de l International Institute for Management Development (IMD) de Lausanne, où il est également directeur du programme MBA et de la Recherche & Dévelopement. Il était précédemment Professeur Visitant d Entrepreneuriat à l INSEAD et co-directeur du centre 3i VentureLab et Professeur Associé en Finance et Entrepreneuriat auprès de Babson College (USA) de 1994 to Ses derniers livres s intitulent «Nurturing Science-Based Startups» (Springer, 2008) et «From Microfinance to Small Business Finance» (Palgrave Macmillan, 2007). Benoît Leleux est titulaire d un Ph.D. de l INSEAD (France), d un MBA de Virginia Tech (USA), et d un diplôme d ingénieur agronome de l UCL (Belgique). Thierry Volery Thierry Volery est professeur en management et en entrepreneuriat à l Université de St Gall (HSG). Il est aussi Directeur de l Institut Suisse pour les PME et l Entrepreneuriat (KMU-HSG). Après des études en sciences économiques et sociales à l Université de Fribourg, il a occupé divers postes dans l enseignement et la recherche en Suisse, en Australie et en France. Il est par ailleurs le coordinateur du team GEM en Suisse. Il est l auteur de «Entrepreneurship : Modelle, Umsetzung, Perspektiven» (avec Urs Füglistaller et Christoph Müller) paru en 2008 chez Gabler Verlag. 2

5 Table des matières Remerciements 1 Les auteurs du rapport GEM 2 Résumé 4 Le projet GEM 4 Comparaison internationale de l activité entrepreneuriale 4 Caractéristiques des entrepreneurs et de leur environnement social 5 Conditions cadres pour entreprendre 5 Les institutions et programmes pour la promotion de l entrepreneuriat en Suisse 5 Le projet Global Entrepreneurship Monitor 6 Le projet GEM 6 Les différentes dimensions de l entrepreneuriat 6 L importance de l entrepreneuriat dans l économie 8 Qu est-ce qui distingue le projet GEM des autres statistiques sur la création d entreprise? 9 Activité entrepreneuriale : résultats de la Suisse et comparaison au niveau international 10 Les entrepreneurs émergents et nouveaux 10 L évolution au cours des dernières années 11 Les aspirations de croissance des entrepreneurs 12 Les caractéristiques des entrepreneurs 13 Les motivations pour entreprendre 13 Age et sexe des entrepreneurs 14 Les perceptions de la création d entreprise dans la population 15 Les conditions cadres pour entreprendre 17 Accès au financement 18 Législation et fiscalité 18 Programmes de soutien en entrepreneuriat 19 Création d entreprises par les femmes 20 Les institutions et programmes pour la promotion de l entrepreneuriat en Suisse 21 Quelles institutions et programmes sont connus? 22 Quelles institutions et programmes sont utilisés? 23 Quelle est l appréciation de l utilité des services fournis? 24 Conclusion 25 Annexes 26 Le modèle GEM 26 Liste des experts interrogés 27 Copyright 2008 T. Volery, H. Bergmann, M. Gruber, G. Haour und B. Leleux Design graphique: 3

6 Résumé Le projet GEM GEM est un projet de recherche unique en son genre qui mesure annuellement l activité entrepreneuriale dans un grand nombre de pays. Ce projet se propose également d étudier de façon systématique les liens entre l entrepreneuriat et la croissance économique. Quarante deux pays ont participé à la neuvième édition de GEM en La Suisse participe pour la quatrième fois à cette enquête grâce à une collaboration entre l Institut Suisse pour les PME et l Entrepreneuriat de l Université de St. Gall (KMU-HSG), l IMD et l EPF de Lausanne. Pour ce projet, les données sont collectées à partir de trois sources principales : (1) une enquête auprès d un échantillon représentatif de la population du pays, (2) des entretiens avec des experts en entrepreneuriat, et (3) des données standardisées produites par des organisations internationales. Pour la Suisse, l enquête se base sur un échantillon représentatif de adultes, ainsi qu une série d entretiens approfondis auprès de 36 experts. Le centre d intérêt de l étude GEM porte sur l entrepreneur. Il s agit là d une distinction essentielle avec les autres statistiques sur la création d entreprises qui se focalisent sur l entreprise comme entité juridique. Une méthode scientifique et standardisée dans un grand nombre de pays, un échantillon représentatif de la population, et une analyse rapide des données collectées constituent les principaux points forts du projet GEM. Comparaison internationale de l activité entrepreneuriale En Suisse 6,3 % de la population adulte était des entrepreneurs émergents ou nouveaux en Ce taux d activité entrepreneuriale (TAE) se situe dans la moyenne des pays industrialisés, derrière l Islande, Hong Kong et les Etats-Unis, mais devant les pays voisins comme l Autriche, la France et l Italie. Le TAE de la Suisse est par ailleurs en progression par rapport à 2005 (6,1 %), mais cette progression n est pas statistiquement significative. La plupart des entrepreneurs créent pour capitaliser sur de bonnes opportunités d affaires, plutôt que par nécessité. Lorsque les entrepreneurs poursuivant une opportunité de leur plein gré sont interrogés sur leur principale motivation, plus de 70 % disent monter leur entreprise pour avoir plus d indépendance et de liberté, plutôt que pour augmenter leur revenu. L entrepreneuriat est donc lié au besoin de se réaliser, de devenir tout ce qu on est capable d être, plutôt qu à des motivations purement pécuniaires. Très peu d entrepreneurs ont l ambition de développer des «gazelles» des entreprises à forte croissance qui visent à devenir leader dans une niche au niveau international. Aux Etats-Unis, 1,5 % de la population active ayant créé une entreprise déclare vouloir embaucher plus de 20 nouveaux employés au cours des 5 prochaines années. En Suisse, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Norvège ou au Danemark, cette proportion varie entre 0,5 % et 0,8 % 4

7 Caractéristiques des entrepreneurs et de leur environnement social La grande majorité (76 %) des entrepreneurs helvétiques ont déclaré avoir créé une entreprise pour poursuivre une opportunité, tandis qu une faible minorité (14 %) d entre eux se lançaient par nécessité, pour créer leur propre emploi. Quelque 40 % des entreprises fondées en Suisse le sont par des femmes, ce qui est un taux supérieur à la moyenne internationale. Quant à l âge des entrepreneurs suisses, il est de 39 ans en moyenne. L environnement social est plutôt propice à la création d entreprises en Suisse. En moyenne, 35 % des adultes connaissent personnellement quelqu un qui a créé son entreprise au cours des deux dernières années ; 41 % des personnes interrogées pensent avoir les capacités nécessaires pour créer une nouvelle entreprise ; 35 % perçoivent de bonnes opportunités pour créer une entreprise là où ils vivent, et seulement 35 % considèrent la peur de l échec comme un facteur rédhibitoire à la création d une entreprise. Conditions cadres pour entreprendre Dans l ensemble, les conditions cadres sont favorables à l entrepreneuriat en Suisse. Notre pays fait figure de modèle en matière de protection de la propriété intellectuelle, de transfert en recherche et développement (R&D), et d infrastructure. Des points faibles subsistent malgré tout : l enseignement primaire et secondaire encouragent toujours peu l esprit d entreprendre, et l étroit marché interne reste très fragmenté. Alors que le taux de création d entreprises par les femmes en Suisse est relativement élevé, les experts consultés pensent paradoxalement que les conditions pour la création d entreprises par les femmes sont loin d être idéales. Les normes socioculturelles et des prestations sociales inadéquates (rareté des crèches, pas de journée continue dans les écoles publiques) constituent encore des freins à l entrepreneuriat féminin. Parmi les principaux changements au niveau des conditions cadres, on notera l entrée en vigueur au 1 er janvier 2007 de la nouvelle loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (LPCC). Cette loi permet désormais la création de sociétés en commandite de placements collectifs (SCPC) l équivalent suisse du «limited partnership» de droit anglo-saxon. L utilisation et l effet de cette loi demeurent toutefois incertains car le traitement fiscal de la participation privilégiée des gestionnaires aux plus-values réalisées par le fonds («carried interest») n est pas encore réglé. Les institutions et programmes pour la promotion de l entrepreneuriat en Suisse La Suisse se classe au 2 e rang des conditions cadres en ce qui concerne les institutions et programmes gouvernementaux pour la promotion de l entrepreneuriat. Ce classement est flatteur et assez surprenant car la Suisse est rarement citée en exemple pour ses programmes de promotion de l entrepreneuriat. Pour la première fois, ce rapport étudie la notoriété, l utilisation et l appréciation de la qualité de diverses institutions et programmes de promotion de l entrepreneuriat. Les institutions qui ont un fort ancrage régional (les chambres de commerce et d industrie, les antennes cantonales de l Union des arts et métiers, ainsi que les offices de promotions économiques cantonaux) sont les plus connues et les plus utilisées par les entrepreneurs. Toutefois, les services offerts par d autres institutions, tels CTI, Venturelab et Osec, recueillent le plus grand nombre d appréciations positives de la part des entrepreneurs qui ont effectivement recouru à ces institutions. 5

8 Le projet Global Entrepreneurship Monitor Le projet GEM Le «Global Entrepreneurship Monitor» (GEM), ou projet de suivi global de l entrepreneuriat, a vu le jour en Il a pour but de réunir les meilleurs experts mondiaux pour étudier les relations complexes entre l entrepreneuriat et la croissance économique. La Suisse participe cette année pour la quatrième fois à ce projet grâce à une collaboration entre l Institut Suisse pour les PME et l Entrepreneuriat de l Université de St Gall (KMU-HSG), l IMD et l EPF de Lausanne. Quarante deux pays ont participé à l étude GEM en Le projet GEM s attache à fournir des éléments objectifs de réponse aux trois questions suivantes : Le niveau d activité entrepreneuriale varie-t-il entre les pays, et si tel est le cas, dans quelle proportion? Le niveau d activité entrepreneuriale affecte-t-il la croissance économique d un pays? Quels sont les facteurs qui déterminent l orientation entrepreneuriale d un pays? L étude GEM recourt à trois principales sources de données empiriques : (1) une enquête téléphonique auprès d un échantillon représentatif d au moins personnes âgées de 18 à 64 ans dans chacun des 42 pays associés au projet ; (2) des entretiens avec 36 experts en entrepreneuriat dans chaque pays ; et (3) un ensemble de données nationales standardisées produites par des organisations internationales telles l Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE), la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International (FMI), et le Bureau International du Travail (BIT). En Suisse, l enquête téléphonique auprès de adultes a été conduite par l institut de sondage DemoScope en mai et juin Les différentes dimensions de l entrepreneuriat L entrepreneuriat est un processus qui consiste à identifier, évaluer et exploiter des opportunités d affaires. L exploitation d opportunités conduit le plus souvent à la création d une nouvelle entreprise. Il reste toutefois difficile de préciser à partir de quel moment une nouvelle entreprise existe. Pour certains, c est lorsque la raison sociale est inscrite au Registre du commerce ; d autres jugent qu il est suffisant d avoir un plan d affaires et une offre de produits ; pour d autres encore, il faut une première transaction commerciale, comme par exemple une vente. On peut cependant considérer de façon schématique que le processus de création comporte deux phases : une phase d émergence pendant laquelle le concept d entreprise s affine, les ressources sont assemblées et l équipe se forme ; et une phase de démarrage au cours de laquelle la nouvelle entreprise commence à vendre ses produits et services et commence à se faire connaître sur le marché. L entrepreneuriat ne s arrête cependant pas à la création de l entreprise. De nombreuses PME établies et des grandes entreprises continuent de repérer et d exploiter de nouvelles opportunités, ce qui leur permet de se maintenir sur le marché et de croître et prospérer. 6

9 Pour prendre en compte l ensemble du phénomène d entrepreneuriat, l étude GEM intègre les variables suivantes (voir figure 1) : Les entrepreneurs dans des entreprises émergentes. Ce sont les personnes travaillant sur des projets d entreprises en gestation. Diverses actions concrètes sont menées durant cette phase, telle la rédaction d un plan d affaires, le développement d un prototype, le dépôt d un brevet, la recherche de capitaux, ou encore des contacts avec des clients potentiels. Les entrepreneurs dans des entreprises nouvelles. Ce sont les propriétaires dirigeants d entreprises qui ont payé des salaires depuis moins de 3 ½ ans au moment de l enquête. Le taux d activité entrepreneuriale (TAE). Les indicateurs d entrepreneurs émergents et nouveaux représentent deux mesures importantes mais distinctes de l entrepreneuriat. En les additionnant, on obtient le TAE qui constitue un excellent indicateur de l activité entrepreneuriale au sens large. Les entrepreneurs dans des entreprises établies. Ce sont les propriétaires dirigeants d entreprises qui ont payé des salaires depuis plus de 3 ½ ans au moment de l enquête. Cette catégorie regroupe une vaste catégorie d entrepreneurs allant de l indépendant travaillant seul à son compte au patron de PME, en passant par les propriétaires dirigeants d entreprises familiales. Figure 1 : Les étapes clé de l entrepreneuriat Taux d'activité entrepreneuriale (TEA) Entrepreneurs potentiels: Perception d opportunités. Savoir et Compétences Entrepreneurs émergents: travaillent sur des projets d entreprise en gestation Entrepreneurs nouveaux: propriétaires dirigeants de nouvelles entreprises (moins de 3.5 années) Entrepreneurs établis: propriétaires dirigeants d entreprises établies (plus de 3.5 années) Conception Création Pérennité 7

10 L importance de l entrepreneuriat dans l économie Une des questions fondamentale de l enquête GEM porte sur la relation entre développement économique et entrepreneuriat. Cette relation est illustrée dans la figure 2. Le niveau de développement économique est exprimé en terme de produit intérieur brut (PIB) par habitant à parité du pouvoir d achat. L entrepreneuriat est mesuré par le taux d activité entrepreneuriale. Il existe une relation négative entre le PIB par habitant et l activité entrepreneuriale pour les pays à faible et moyen niveau de revenu, tandis que cette relation est légèrement positive pour les pays à haut niveau de revenu (situés principalement sur la droite du graphique). Autrement dit, le développement économique dans les pays du tiers monde résulte plus d économies d échelle, de gros projets d infrastructure et d emplois fournis par les grandes entreprises que de la création d entreprises. Ce n est qu après avoir atteint un certain seuil de développement que les effets positifs de l entrepreneuriat se font sentir sur le développement économique d un pays. On constate aussi que certains pays se démarquent fortement de la ligne de trend. Le PIB par habitant dépend de nombreux autres facteurs, en dehors de l activité entrepreneuriale. Les normes sociales, la démographie, ou encore la dotation en ressources naturelles constituent autant de facteurs qui influencent le PIB. La Suisse se situe légèrement au-dessus de la ligne de trend, dans une zone où le niveau de revenu et l activité entrepreneuriale ont une corrélation positive. Figure 2 : Revenu (PIB par habitant) et taux d activité entrepreneuriale (TAE) Pourcentage d'entrepreneurs (TAE) dans la population 30% 25% 20% 15% 10% 5% IN PE RS VE TH CO DO CN BR KZ TR RO CL UY RU AR HR LV AR: Argentine AT: Autriche BE: Belgique BR: Brésil CN: Chine CL: Chile CO: Colom bie DK: Danemark DO: République dominicaine ES: Espagne FI: Finlande FR: France GR: Grèce HK: Hong Kong HU PR PT SI GR HR: Croatie HU: Hongrie IE: Irlande IL: Israël IN: Inde IS: Islande IT: Italie JP: Japon KZ: Kazakhstan LV: Lettonie NL: Pays-Bas NO: Norvège PE: Pérou PR: Puerto Rico PT: Portugal IS HK AE ES FI IL UK CH DK IT NL JP SE FR BE AT RO: Roumanie RU: Russie SE: Suède SI: Slovénie CH: Suisse TH: Thaïlande TR: Turquie AE: Emirats arabes unis UK: Royaume-uni US: Etas-Unis UY: Uruguay VE: Venezuela RS: Serbie US IE NO 0% 0 10'000 20'000 30'000 40'000 50'000 PIB par habitant (en $, en parité du pouvoir d'achat) 8

11 Qu est-ce qui distingue le projet GEM des autres statistiques sur la création d entreprise? Il existe en Suisse et dans les autres pays toute une série de statistiques sur la création d entreprises. Ainsi, la presse économique suisse se fait par exemple régulièrement l écho des nouveaux chiffres sur la création d entreprises publiés par Creditreform ou Dun & Bradstreet. Ces études statistiques se basent principalement sur les nouvelles inscriptions au Registre du commerce. Il en va de même pour les statistiques publiées par l Office fédéral de la statistique. Cette méthode présente deux inconvénients : d une part, seules les entreprises devant s inscrire sont prises en compte ; d autre part, ces statistiques ne sont pas toujours comparables avec d autres pays, car il existe différentes pratiques de recensement des nouvelles entreprises au niveau international. Malgré les inévitables limites inhérentes à toute étude empirique, la méthodologie de GEM présente trois points forts : Les résultats de l étude GEM se basent sur un échantillon représentatif de la population dans les pays participants. Le centre d intérêt de GEM porte donc sur l entrepreneur et non pas sur l entreprise en tant qu entité juridique. Ceci offre une perspective unique sur différents facteurs individuels, telle la motivation ou les aspirations de croissance des entrepreneurs. Une méthode standardisée de collecte des données dans un grand nombre de pays, ce qui offre une solide base de comparaison. L étude GEM se base sur un questionnaire standardisé qui est employé dans tous les pays participants. Aujourd hui, et malgré de nombreux efforts, il n existe pas encore de méthode de recensement standardisée des nouvelles entreprises au niveau de l OCDE, d Eurostat ou de la Banque Mondiale. Une vision proche du terrain et de l objet d étude l entrepreneur et son projet. Ce n est pas toujours le cas des statistiques officielles qui rendent souvent compte de l entrepreneuriat de façon partielle. En effet, le Registre du commerce contient notamment des sociétés sans activité et a donc tendance à gonfler les effectifs. D autre part, certaines catégories d entreprises, telles celles fonctionnant sous la forme de raison individuelle, ne sont pas tenues de s inscrire au Registre du commerce. Il existe aussi, surtout dans les pays en voie de développement, toute une économie sous-terraine qui échappe à la statistique officielle. Une approche quasiment en temps réel, car les données collectées sont analysées et communiquées durant la même année. A titre de comparaison, les données sur la démographie des entreprises collectées en 2006 en Suisse ne seront rendues publiques que vers la mi-2008, au plus tôt. 9

12 Activité entrepreneuriale : résultats de la Suisse et comparaison au niveau international Les entrepreneurs émergents et nouveaux L étude GEM tente de mesurer systématiquement l activité entrepreneuriale dans un pays en identifiant les entrepreneurs qui sont sur le point de créer et ceux qui viennent d établir une entreprise. Deux indicateurs spécifiques sont utilisés à cet effet : le taux d entrepreneurs émergents et le taux d entrepreneurs nouveaux. Le taux d entrepreneurs émergents donne une indication des entreprises qui sont en gestation. Le taux d entrepreneurs nouveaux indique quant à lui la participation des répondants dans une entreprise ayant payé des salaires depuis moins de 3 ½ ans au moment de l enquête. Pour ces deux indicateurs, l étude a pris en compte des entreprises dans laquelle les personnes interrogées étaient directement impliquées dans la gestion, sans en être forcément propriétaire à 100 %. Le taux d activité entrepreneuriale (TAE) présenté dans la figure 3 est l addition du taux d entrepreneurs émergents et du taux d entrepreneurs nouveaux. Les barres verticales représentent les intervalles de confiance de 95 %, ou marge d erreur, et indiquent la précision des estimations. Figure 3 : Les entrepreneurs émergents et nouveaux (TAE) La Suisse, avec un TAE de 6,3 % se situe dans la moyenne des pays industrialisés, derrière l Islande, Hong Kong et les Etats-Unis, mais devant les pays voisins comme l Autriche, la France et l Italie. Le TAE de la Suisse est par ailleurs en progression par rapport à 2005 (6,1 %), mais cette progression n est pas significative statistiquement. Les pays qui ont le plus faible TAE sont la Suède (4,2 %), la France (3,2 %) et l Autriche (2,4 %). Pourcentage d'adultes, ans (intervalle de confiance de 95%) 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Autriche France Suède Japon Italie Pays-Bas Danemark Israël Royaume-Uni Grèce Suisse Norvège Finlande Pays à revenu élevé Espagne Irlande Emirats Arabes Etats-Unis Hong Kong Islande Russie Roumanie Turquie Hongrie Inde Chine Thaïlande Uruguay Brésil Chili Argentine Venezuela Colombie Europe & Asie Amérique latine Pays à revenu moyen ou faible Pérou 10

13 L évolution au cours des dernières années L année 2007/2008 marque la neuvième édition du projet GEM. La Suisse a participé au projet en 2002, 2003, 2005 et en Quelle évolution peut-on constater au cours de ces dernières années? La figure 4 livre une réponse à cette question. Pour augmenter la validité des mesures, nous avons calculé une moyenne du taux d activité entrepreneuriales (TAE) sur deux année, à savoir pour les années 2002 et 2003 (point de gauche), pour les années 2004 et 2005 (point central), et pour les années 2006 et 2007 (point de droite). On observe dans la figure 4 une faible fluctuation de l activité entrepreneuriale dans les pays sélectionnés. Dans la plupart des cas, les variations observées ne sont pas statistiquement significatives (les intervalles de confiance restent au même niveau). Seul le Japon, l Espagne et l Australie (de façon partielle) ont connu une augmentation significative de l activité entrepreneuriale depuis Figure 4 : Pourcentage d entrepreneurs (TAE) dans la population en 2002/03, 2004/05 et 2006/07 En ce qui concerne la Suisse, nous avons mesuré un taux d activité entrepreneuriale d un peu plus de 7 % en 2002 et en Ce taux est descendu à 6,1 % en 2005, pour remonter à 6,3 % en Ces variations ne sont toutefois pas statistiquement significatives. 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% Japon Suède Allemagne Italie Israël Pourcentage d'adultes, ans (intervalle de confiance de 95% Royaume-Uni Suisse Canada Espagne Irlande Etats-Unis Islande Australie 11

14 Les aspirations de croissance des entrepreneurs Si il est souvent facile de créer une entreprise, il est par contre beaucoup plus ardu de la faire croître et prospérer sur le marché. Dans un contexte de forte pression concurrentielle, la question des moteurs de la croissance dans notre économie paraît cruciale. Les réflexions sur les entreprises pouvant assumer ce rôle de moteur ont abouti à l identification d un acteur économique particulier : ce sont les «gazelles», ou entreprises à forte croissance. Ces gazelles sont surtout des PME qui connaissent une croissance rapide et durable qui les propulse en quelques années au rang de leader international. La notion de gazelle fut introduite par le sociologue américain David Birch 1. Sa première étude portait sur les sociétés ayant connu une croissance du chiffre d affaires d au moins 20 % lors de la période , sur une base d au moins dollars. Birch montrait que ces sociétés, qui représentaient environ 3 % des entreprises américaines, étaient à l origine de 5 millions d emplois créés sur la période. Malgré quelques brillants exemples fréquemment cités, les gazelles n ont pas conquis le devant de la scène des affaires européennes, comme l ont fait Microsoft, Amazon ou Google aux Etats-Unis. La volonté de devenir une gazelle passe en premier lieu par le désir de croissance manifesté par l entrepreneur. Ce potentiel de croissance a été mesuré par la volonté de recruter des nouveaux employés au cours des 5 prochaines années. Sur l ensemble des années 2000 à 2006, le taux d activité entrepreneuriale (TAE) dans la population s élevait à 12,3 % en moyenne dans les pays qui ont pris part au projet GEM. Près de la moitié des entrepreneurs émergents et nouveaux n avaient pas l intention créer d emploi au cours des 5 prochaines années. Le reste, soit 6,3 % de la population active avait l intention de recruter au moins un employé. Ce taux baisse rapidement en fonction des attentes de croissance. Fgure 5 : Pourcentage d entrepreneurs (TAE) avec une forte aspiration de croissance entre 2000 et 2006 L étude GEM définit les entrepreneurs à forte aspiration de croissance comme ceux qui ont l intention de recruter au moins 20 nouveaux employés au cours des 5 prochaines années. Comme l indique la figure 5, la proportion d entrepreneurs à forte aspiration de croissance est minime. Aux Etats-Unis, 1,5 % de la population active ayant créé une entreprise déclare vouloir embaucher plus de 20 nouveaux employés au cours des 5 prochaines années. En Europe, dans des pays comme la Suisse, l Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège ou le Danemark, cette proportion varie en 0,5 % et 0,8 %. Pourcentage d'adultes, ans (intervalle de confiance de 95%) 2.0% 1.5% 1.0% 0.5% 0.0% Grèce Japon Espagne France Finlande Italie Suède Pays-Bas Danemark Norvège Allemagne Suisse Royaume- Uni Irlande Israël Singapour Australie Canada Islande Etats-Unis Hongrie Pologne Russie Mexique Brésil Argentine Inde Afrique du Sud Chine Europe de l'est Amérique latine Autres Pays à niveau de revenu moyen ou faible Pays à niveau de revenu élevé 12

15 Les caractéristiques des entrepreneurs La personne de l entrepreneur est la pierre angulaire de l entrepreneuriat. Ce chapitre vise à établir une meilleure compréhension des motivations et du profil socioéconomique des entrepreneurs en Suisse, et de comparer ces résultats au niveau international. Les motivations pour entreprendre Les entrepreneurs se lancent dans les affaires pour de multiples raisons. On peut cependant distinguer deux principales motivations pour entreprendre : d une part, la volonté de poursuivre des opportunités de son plein gré et, d autre part, entreprendre par nécessité, parce qu il n existe pas d autre meilleure alternative d emploi. En Suisse, 76 % des entrepreneurs ont déclaré créer une entreprise pour poursuivre une opportunité, alors que pour 14 % d entre eux c était une nécessité pour avoir un emploi. Pour les 9 % des entrepreneurs restant, les motivations résultaient d une combinaison d opportunité et de nécessité. Il existe cependant de grandes disparités concernant les motivations pour entreprendre. Comme l indique la figure 6 dans des pays tels que la Turquie, le Brésil et la Chine, créer et gérer une entreprise est aussi souvent le fruit d une nécessité que d un réel choix de carrière. Ces pays se caractérisent par des difficultés économiques et un chômage endémique. Se mettre à son compte reste donc souvent la meilleure et unique solution de générer quelques ressources pour assurer une subsistance. Figure 6 : Le motivations pour entreprendre Dans les pays industrialisés, l entrepreneuriat est le plus souvent un choix qui résulte de la poursuite d opportunités sur le marché. En Suède, par exemple, 87 % des entrepreneurs disent avoir lancé une affaire pour profiter d une opportunité, contre seulement 10 % par nécessité. A l évidence, la Suisse est un pays qui jouit d une situ- 100% Opportunité Nécessité Combinaison des motifs Pourcentage d'adultes, ans (intervalle de confiance de 95%) 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Turquie Colombie Brésil Chine Argentine Japon Uruguay Inde Venezuela Thaïlande Roumanie Hong Kong Pérou France Israël Russie Chili Hongrie Italie Pays-Bas Finlande Espagne Suisse Autriche Royaume-Uni Emirats Arabes Irlande Grèce Etats-Unis Norvège Islande Danemark Suède 13

16 ation économique confortable. Le faible taux de chômage, la stabilité de l emploi, et les niveaux de rémunération relativement élevés induisent des coûts d opportunité importants et ne poussent pas les Suisses à devenir entrepreneurs par nécessité. Comme tout comportement, l entrepreneuriat ne se laisse jamais totalement expliquer par la motivation. Toutefois un comportement est motivé quand il est consciemment voulu, quand il a un objectif et un sens. La motivation est un processus psychologique qui cause le déclenchement, l orientation et le maintien d un comportement. Lorsque les entrepreneurs poursuivant une opportunité de leur plein gré sont interrogés sur leur principale motivation, plus de 70 % disent monter leur entreprise pour avoir plus d indépendance et de liberté, plutôt que pour augmenter leur revenu. Fort de ce constat, on peut s inspirer de la théorie des besoins de Maslow pour expliquer le comportement de l entrepreneur. Cette théorie propose une conception systématique des besoins de l homme au travail et hiérarchise différents niveaux selon une pyramide. Les besoins physiologiques (le gîte, le couvert, la survie) sont la base de la pyramide ; suivent sécurité, amour et appartenance, estime et enfin réalisation de soi. Ainsi, l entrepreneuriat est lié au besoin de se réaliser, de devenir tout ce qu on est capable d être, plutôt qu à des motivations pécuniaires. Age et sexe des entrepreneurs L activité entrepreneuriale en Suisse varie fortement selon l âge de la population. Alors que seulement 3 % des ans sont des entrepreneurs, cette proportion est de 6 % chez les ans. Elle culmine à 9 % chez les ans, pour redescendre à 8 % chez les ans. Une progression similaire peut être observée dans tous les pays participant à l étude GEM. Toutefois, c est la classe des ans qui se distingue par le taux d activité entrepreneuriale le plus élevé dans la plupart des pays. Le fait que les Suisses révèlent leur plein potentiel entrepreneurial plus tard que dans les autres pays peut s expliquer par plusieurs facteurs. D une part, la Suisse est un pays industrialisé où la formation dure plus longtemps ; d autre part, le vieillissement général de la population conduit aussi à une augmentation de l âge moyen des entrepreneurs. Environ 40 % des entrepreneurs en Suisse sont des femmes. Ce pourcentage est inchangé par rapport à 2005, mais il est en nette progression par rapport à 2003 (seulement 30 % des entrepreneurs étaient alors des femmes). Avec ce pourcentage, la participation des femmes à l activité entrepreneuriale en Suisse se situe au même niveau qu en Autriche, en Espagne ou aux Etats-Unis. Cela signifie malgré tout les hommes ont une probabilité 1,5 fois plus élevée de fonder une entreprise. La participation des femmes à l entrepreneuriat reste cependant encore plus faible dans beaucoup d autres pays industrialisés. 14

17 Les perceptions de la création d entreprise dans la population Plusieurs études ont démontré que les perceptions liées à l entrepreneuriat exercent une influence aussi bien sur les activités individuelles que sur les activités régionales de création d entreprises. Le dernier rapport GEM 2005 a aussi démontré que l environnement social de l entrepreneur influence de façon prépondérante sa propension à entreprendre. Les personnes qui (1) connaissent personnellement quelqu un qui a créé une entreprise, (2) perçoivent de bonnes opportunités d affaire, (3) considèrent avoir les capacités nécessaires pour monter une affaire, et (4) n ont pas peur de l échec, sont celles qui ont le plus tendance à devenir des entrepreneurs. Le tableau 1 donne un aperçu de l environnement social des entrepreneurs en Suisse et dans une sélection de pays. Tableau 1 : Les perceptions de la création d entreprises dans la population(pourcentage de oui) Suisse France Royaume Uni Italie Autriche Etats-Unis Vous connaissez une personne qui a créé son entreprise ces deux dernières années 35 % 49 % 26 % 38 % 42 % 32 % Vous avez les capacités et l expérience nécessaires pour créer une nouvelle entreprise 41 % 33 % 49 % 51 % 52 % 48 % Dans les six prochains mois, il y aura des bonnes opportunités pour créer une entreprise là où vous vivez 35 % 23 % 39 % 39 % 51 % 25 % La peur de l échec vous retiendrait de créer une entreprise 35 % 49 % 36 % 42 % 36 % 23 % 15

18 Connaissance d un entrepreneur. Le fait de connaître personnellement un entrepreneur qui a monté son entreprise peut aussi aider à franchir le pas vers l entrepreneuriat. En effet, les entrepreneurs jouent le rôle de modèle pour beaucoup de personnes dans leur entourage. Ils constituent aussi des relais importants notamment pour des prestations d informations, de conseils, et de capitaux à l intention des personnes qui veulent lancer leur propre entreprise. En moyenne, 35 % des adultes en Suisse connaissent personnellement quelqu un qui a créé son entreprise au cours des deux dernières années. En France, ce pourcentage se monte même à 49 %. Capacités et expérience pour créer. Monter une affaire requiert une certaine confiance en soi et des capacités pour franchir le pas vers l inconnu. Créer une entreprise nécessite un vaste champs de compétences, comme la gestion de projet, les techniques de vente, la capacité à communiquer et à convaincre, ou encore le développement de prototypes. 41 % des personnes interrogées en Suisse pensent avoir les capacités nécessaires pour créer une nouvelle entreprise. Par rapport aux autres pays, on a l impression que les Suisses doutent plus de leur capacité (ou qu ils sont simplement plus modestes!) Perception d opportunités. La majorité des entrepreneurs se lancent dans les affaires parce qu ils ont identifié une réelle opportunité, et non par nécessité. L entrepreneuriat requiert deux principaux ingrédients : d une part la présence d opportunités, et d autre part des personnes qui vont identifier, évaluer et poursuivre ces opportunités. Il est donc clair que le capital humain joue un rôle prépondérant dans l identification et la poursuite d opportunités. Le savoir, la créativité, et la motivation constituent ici des caractéristiques individuelles déterminantes. 35 % des adultes suisses pensent qu il existe de bonnes opportunités pour créer une entreprise là où ils vivent dans les six prochains mois. Ce taux est comparable à ceux des pays qui nous entourent. Peur de l échec. Ce facteur est souvent évoqué comme frein à l entrepreneuriat. La peur de l échec constitue un facteur rédhibitoire à la création d une entreprise pour quelque 35 % des personnes interrogées en Suisse. Contrairement à une idée souvent répandue, les Suisses n ont pas plus peur d entreprendre que les ressortissants des autres pays. Seuls les Américains se montrent moins frileux par rapport au risque : aux Etats-Unis, seulement 23 % des personnes interrogées invoquent la peur de l échec. 16

19 Les conditions cadres pour entreprendre L étude GEM segmente les différents éléments du contexte national ayant un impact sur l esprit d entreprise dans le pays. Il y a ainsi 10 conditions cadres principales reconnues par le Consortium GEM. Un panel représentatif de 36 experts en création et développement d entreprise a été créé dans 42 des pays participant à l étude pour évaluer ces conditions cadres. Chaque expert a fait l objet d une interview détaillée sur la base d un questionnaire structuré. Ces données peuvent être analysées transversalement, en comparant les résultats et relations suisses par rapport aux autres pays étudiés, mais aussi longitudinalement, en comparant les données suisses dans le temps. En effet, l étude suisse en est maintenant à sa quatrième édition, après les études 2002, 2003, et Il faut cependant préciser que dans la mesure où ces conditions cadres sont fondamentalement structurelles ou sociétales, et donc relativement rigides, aucun changement spectaculaire n est attendu d une étude à l autre, mais les évolutions fines peuvent néanmoins se révéler sur des périodes plus longues, notamment sur les 5 années depuis la première étude dans le pays. Tableau 2 Les conditions cadres en Suisse et dans le monde Le tableau 2 présente une comparaison des conditions cadres en Suisse avec les meilleurs élèves de l étude GEM. Sans surprise donc, parmi ces conditions cadres, les points forts de la Suisse continuent à être la qualité de la protection de la propriété intellectuelle et le transfert en R&D. La Suisse dispose également d une excellente infrastructure physique bien que l avantage par rapport aux pays européens continue à diminuer. En particulier, la qualité et l accès à bas coût de l infrastructure des télécommunications perdent quelque peu du terrain par rapport à la Finlande ou la France. Par rapport à ce dernier pays, il est facile de comprendre le décrochage en regardant fleurir dans les régions voisines les offres combinées (internet, téléphone, télévision) sur le très haut débit à destination du particulier, offres inexistantes ou presque en Suisse. Suisse 1er Rang 2e Rang 3e Rang Rang Score Score*/ Pays Score*/Pays Score*/Pays Protection de la propriété intellectuelle 1. 4,37 4,37 Suisse 4,25 Finlande 3,93 Danemark Transferts de R&D 1. 3,38 3,38 Suisse 3,23 EAU 3,22 Belgique Infrastructure physique 2. 4,46 4,63 Hong Kong 4,46 Suisse 4,40 Chili Programmes gouvernementaux en entrepreneuriat 2. 3,33 3,47 Autriche 3,33 Suisse 3,31 Finlande Enseignement et formation : Post secondaire 3. 3,29 3,43 USA 3,35 Belgique 3,29 Suisse Politique gouvernement : législation, charge fiscale 4. 3,31 3,99 Islande 3,65 Hong Kong 3,32 Danemark Soutien aux entreprises à fort potentiel de croissance 7. 3,45 4,08 EAU 3,98 Irlande 3,72 Danemark Accès au financement 7. 3,30 3,85 Israël 3,77 USA 3,72 Belgique Infrastructure légale et commerciale 8. 3,61 3,99 Inde 3,83 Israël 3,81 USA Politique gouv. : prise en compte de l entrepreneuriat 10. 3,07 3,67 Finlande 3,62 EAU 3,31 UK Normes socioculturelles 12. 3,01 4,19 Israël 3,97 Islande 3,90 Hong Kong Ouverture du marché interne 14. 2,72 3,65 EAU 3,29 USA 3,15 Belgique Enseignement et formation : primaire & secondaire 20. 2,01 2,76 Danemark 2,66 Norvège 2,64 Irlande Création d entreprises par les femmes 28. 2,92 4,20 Finlande 4,16 Islande 3,87 Kazakhstan *Les scores sont des moyennes qui reflètent l opinion des experts sur une série d affirmations quant aux conditions cadres sur une échelle de 1 à 5 (1 = pas du tout d accord, 5 = tout à fait d accord). Plus le score est élevé plus la condition cadre est favorable 17

20 Les points faibles persistent eux aussi : l enseignement primaire et secondaire encouragent toujours peu l esprit d entreprendre et le (petit) marché interne reste exagérément fragmenté. Cette faiblesse a été indentifiée dans le dernier rapport de l OCDE sur la Suisse 2. Le rapport recommande de poursuivre l amélioration des conditions cadres pour l innovation, par exemple en procédant à une révision de la loi sur le commerce intérieur ou en facilitant l accès au marché de l Union européenne, ce qui permettrait de renforcer la concurrence et de réduire la segmentation du marché. Elle suggère d encourager l esprit d entreprise en supprimant les barrières administratives, financières et de régulation. Les commentaires ci-dessous se concentrent sur les trois conditions cadres (financement, fiscalité et création d entreprises par les femmes) qui présentent une certaine évolution ces dernières années en Suisse ou qui offrent un potentiel d amélioration particulier. Figure 7 Accès au financement (questionnaire soumis aux experts) A C D E F (1 = pas du tout d accord, 5 = tout à fait d accord) A. En Suisse il y a suffisamment de fonds propres disponibles pour les entreprises nouvelles et en croissance. B. En Suisse il y a suffisamment d accès au crédit pour les entreprises nouvelles et en croissance. C. En Suisse il y a suffisamment de subsides publiques pour les entreprises nouvelles et en croissance. D. En Suisse il y a suffisamment de capital de proximité (business angels, famille, etc.) comme source de financement pour les nouvelles entreprises. E. En Suisse il y a suffisamment de capital risque pour les entreprises nouvelles et/ou en croissance. F. En Suisse il y a suffisamment de possibilités de lever des fonds par une introduction en bourse pour les entreprises en croissance. B Accès au financement Avec un classement pratiquement inchangé depuis 2002 (2007 : 7 e rang ; 2005 : 10 e rang ; 2003 : 11 e rang ; Israël se classant premier dans ce domaine en 2007), la Suisse se place moyennement dans le palmarès de l accès au financement. Ceci peut paraître un peu surprenant pour un pays qui offre une telle puissance de feu financière en règle générale. Une illustration de ce paradoxe est le peu d empressement qu ont les gestionnaires des fonds de pension à investir dans les sociétés non cotées («private equity»). Une exception dans ce paysage est la bonne disponibilité de fonds chez des investisseurs privés («business angels»), pour laquelle la Suisse se classe quatrième, derrière les USA, les Emirats Arabes Unis et Israël. Cette place relativement moyenne de la Suisse est d autant plus surprenante quand on tient compte du fait que les experts s accordent à trouver qu «il y a suffisamment de fonds disponibles pour les jeunes pousses», sauf en amorçage. Le sentiment des experts est, en effet, que le goulot d étranglement n est pas l accès au financement, mais le manque d équipes entrepreneuriales aguerries portant de bons projets. En ce qui concerne l accès aux capitaux par entrée en bourse, la bourse suisse (SWX) est particulièrement attractive pour les firmes actives dans le domaine de la santé (pharmacie, biotechnologie, et technologies médicales). A cet égard, il faut souligner que la capitalisation des firmes dans ce secteur à la SWX est la deuxième d Europe après Londres Législation et fiscalité Le système fiscal de la Suisse présente encore de nombreux avantages en droit comparé. On peut mentionner un taux effectif d imposition des sociétés, en régime ordinaire, plutôt compétitif (il ne dépasse jamais 24,5 %). De même, le taux de TVA (7,6 %) demeure modéré en comparaison avec le minimum requis par l Union Européenne (15 %). De plus, la Suisse offre divers statuts fiscaux intéressants à des entreprises à ramifications internationales (statut de nouvelle entreprise, holding, société auxiliaire, notamment). Mis à part les traditionnels allégements fiscaux consentis par les cantons à l intention des startups, il n existe pratiquement aucun instrument fiscal favorisant 18

Global Entrepreneurship Monitor

Global Entrepreneurship Monitor Global Entrepreneurship Monitor Rapport 2003 sur l Entrepreneuriat en Suisse 2003 Swiss Executive Report Thierry Volery Georges Haour et Benoît Leleux Avec la participation de Bernard Surlemont et Diego

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne En 1999, à l occasion de son congrès de Pékin, l UIA adoptait un accord international pour la recommandation

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Global Entrepreneurship Monitor

Global Entrepreneurship Monitor Global Entrepreneurship Monitor Rapport 2005 sur l entrepreneuriat en et dans le monde 2005 Swiss Executive Report Thierry Volery, Heiko Bergmann, Georges Haour et Benoît Leleux Avec la participation de

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Indicateurs «Science et Technologie» Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Neuchâtel, 2006 La série «Statistique

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Global Entrepreneurship Monitor

Global Entrepreneurship Monitor Global Entrepreneurship Monitor L entrepreneuriat en comparaison internationale Rapport national suisse 2009 Rico J. Baldegger Andreas A. Brülhart Mathias J. Rossi Patrick E. Schüffel Réalisé avec le soutien

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS

ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015. www.robertwalters.fr CHIFFRES CLÉS ROBERT WALTERS ENQUÊTE CANDIDATS 2015 Pour mieux comprendre les attentes des candidats, Robert Walters référence mondiale du recrutement spécialisé a diffusé une enquête au début de l année 2015, auprès

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS

Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Louvain School of Management The Preferred International Management School in Belgium CAMPUS UCL MONS Our mission : Educating Responsible Leaders For a Responsible World LSM the Business School of UCL

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE

L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE L ENTREPRENEURIAT EN FRANCE : UNE COMPARAISON INTERNATIONALE Dossier de presse 11 juin 2013 Global Entrepreneurship Monitor Rapport France 2012 Contact Valérie Jobard 06 07 81 70 02 04 78 33 78 29 jobard@em-lyon.com

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Fonds de secours des employés Demande de bourse

Fonds de secours des employés Demande de bourse Fonds de secours des employés Demande de bourse Le fonds de secours des employés de MeadWestvaco a été établi pour répondre aux besoins immédiats des employés éligibles pendant les premières semaines cruciales

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Tableau de bord européen de l innovation 2003

Tableau de bord européen de l innovation 2003 Edition n o 20 - Décembre 2003 S u p p l é m e n t C o r d i s focus Tableau de bord européen de l innovation 2003 www.cordis.lu/trendchart PUBLIÉ PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE - INNOVATION Ce document

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance

RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance RPM International Inc. Instructions relatives à la ligne d assistance Bien que les difficultés relatives à la conformité puissent souvent être résolues au niveau local, la ligne d assistance de RPM International

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Education Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Comment passer de "bon" à "très bon"? "Les clés de l amélioration des systèmes scolaires" est le titre du nouveau rapport publié par McKinsey

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Un bon début d année en ligne avec les objectifs 2015 Chiffre d'affaires: 2 427 millions d euros +17,6% par rapport au premier trimestre 2014 Prises de

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

Guide d utilisateur rapide pour MO-Call Blackberry

Guide d utilisateur rapide pour MO-Call Blackberry Que dois-je faire pour commencer à faire des appels avec MO-Call? Avant de faire un appel vous aurez besoin des choses suivantes: Un compte MO-Call enregistré. Du crédit MO-Call dans votre compte. Le logiciel

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

par Nathaly Riverin, Louis-Jacques Fillion, Daniel Musyka et Ilan Verstinsky

par Nathaly Riverin, Louis-Jacques Fillion, Daniel Musyka et Ilan Verstinsky Global Entrepreneurship Monitor: Le rapport canadien 2003 par Nathaly Riverin, Louis-Jacques Fillion, Daniel Musyka et Ilan Verstinsky Cahier de recherche n o 2004-12 Décembre 2004 ISSN : 0840-853X Copyright

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail