CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES"

Transcription

1 CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

2 Najat Vallaud-Belkacem Ministre des Droits des femmes 24 % d écarts de salaires, 42 % d écarts de pensions, 26,9 % de femmes députées. Voilà quelques-unes des inégalités rappelées dans cette édition 2014 des Chiffres-clés de l égalité entre les femmes et les hommes, élaboré par le Service des droits des femmes et de l égalité entre les femmes et les hommes du ministère des Droits des femmes, en lien avec ses partenaires ministériels. Cette nouvelle édition se veut un outil pratique, disponible en ligne et participant au mouvement d ouverture des données publiques en ligne. Elle donne à voir de manière synthétique les inégalités persistantes dans notre société et constitue pour les professionnels un outil pédagogique pour aborder les enjeux majeurs de l action publique pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes : lutte contre les stéréotypes dès le plus jeune âge et dans tous les domaines de la vie sociale, amélioration de la situation des femmes sur le marché du travail et réduction des inégalités professionnelles, lutte contre le plafond de verre et concrétisation du principe constitutionnel de parité, amélioration de la santé des femmes, lutte contre les violences faites aux femmes. Avoir en tête ces données simples, c est avoir conscience qu aucun secteur ne peut être ignoré pour construire une égalité réelle entre les femmes et les hommes. C est aussi prendre la mesure des évolutions en cours, des changements à opérer et de l implication nécessaire de toutes et tous, citoyens, associations, entreprises, organisations syndicales, collectivités et opérateurs publics. Bonne lecture à toutes et à tous!

3 CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES L ESSENTIEL

4 1 En fin de collège : ax 2 + bx + c = 0 90% des filles et des garçons maîtrisent les compétences de base en maths 3 6 Taux d emploi des femmes 67%, contre 76% pour les hommes de ans 9 68% des garçons maîtrisent les compétences de base en français, contre 82% des filles (soit 14% d écart) le taux d'activité des femmes avec deux enfants en bas âge chute à 66% contre 97% pour les hommes Enquête sur les violences physiques ou sexuelles de la part de leur partenaire : femmes victimes 16% portent plainte Les retraites par mois (montant brut calculé sur la base des cotisations) : 932 euros pour les femmes 1603 euros pour les hommes 1 UN ÉCART DE COMPÉTENCES FILLES-GARÇONS EN FRANÇAIS AU COLLÈGE 2 UNE FAIBLE MIXITÉ DES MÉTIERS 3 UN ÉCART QUI SE CREUSE AVEC LE 2 e ENFANT 4 PAUVRETÉ DES MÈRES CÉLIBATAIRES INACTIVES 5 DES ÉCARTS DE SALAIRES FEMMES-HOMMES 6 DES VIOLENCES CONJUGALES PAS ASSEZ SIGNALÉES 7 LES FEMMES, PLUS VALORISÉES DANS LES MÉDIAS POUR LEUR IMAGE QUE LEUR EXPERTISE 8 LA PARITÉ ENCORE À CONQUÉRIR 9 DES PENSIONS DE RETRAITES INFÉRIEURES 10 UNE VIE PLUS COURTE MAIS EN MEILLEURE SANTÉ POUR LES HOMMES % des femmes se concentrent sur 12 familles professionnelles (santé, social et soins) 1 famille monoparentale sur 3 est pauvre dans 9 cas sur 10 ce sont des mères qui élèvent seules leur(s) enfant(s) 65 % de présentatrices mais seulement 18% d expertes dans les journaux télévisés en 2013 Les hommes vivent moins longtemps (78 ans contre 85 pour les femmes) ans 21 ans MAIRIE 50% des hommes se concentrent sur 20 familles professionnelles (agriculture, bâtiment, informatique) Tous temps de travail confondus : 24% d écarts de salaires dans le secteur privé entre femmes et hommes 35% de femmes conseillères municipales mais seulement 14% de femmes maires 62 ans 16 ans mais avec moins d années en limitation d activité

5 POUR ALLER PLUS LOIN >> L ensemble des Chiffres-clés édition 2014 est disponible sur le site : >> Consultez le programme d actions 2014 du comité interministériel aux droits des femmes et à l égalité entre les femmes et les hommes accessible en ligne : >> Retrouvez également les feuilles de route de chacun des ministères pour l égalité sur : >> Suivez l actualité du ministère des Droits des femmes : >> Abonnez-vous à la synthèse d actualité, en envoyant vos coordonnées à : >> Vers l égalité réelle entre les femmes et les hommes, édition 2014 : votre avis nous intéresse. Faites nous part de vos remarques et suggestions sur ces documents en écrivant à : Ce dépliant a été réalisé par la Direction générale de la cohésion sociale (Service des droits des femmes et de l égalité entre les femmes et les hommes), avec le concours de l Insee et des services statistiques des différents services concernés, qui ont mis les données à disposition. Rédaction : DGCS-SDFE Conception : Dicom S Diffusion S Mars 2014

6 CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 1 Éducation, médias, culture et sport

7 ÉDUCATION, FORMATION Les écoles et les établissements sont devenus mixtes dans les années 1970, mais des disparités subsistent dans les parcours scolaires des filles et des garçons. Les études révèlent des différences de performance des élèves selon les sexes, souvent à l avantage des filles, et ce dès le premier degré. Si en mathématiques, l acquisition des compétences entre filles et garçons est identique, les filles ont de meilleurs résultats que les garçons en français à la fin de l école primaire, et l écart s accentue encore à la fin du collège du fait du décrochage des garçons 1. L orientation scolaire en classe de troisième mais aussi après le baccalauréat est profondément structurée par les représentations sexuées des métiers. En fin de collège, bien que garçons et filles soient aussi compétents en mathématiques, les garçons sont beaucoup plus nombreux à s orienter vers le bac scientifique 2. Cette tendance se poursuit dans l enseignement supérieur, puisqu en 10 ans la part des filles n a augmenté que de deux points dans les classes préparatoires scientifiques aux grandes écoles, et de quatre points dans les écoles d ingénieur 3. La convention interministérielle ( ) pour l égalité filles-garçons dans le système éducatif prévoit des mesures pour acquérir et transmettre une culture de l égalité entre les sexes, renforcer l éducation au respect mutuel et à l égalité et veiller à la mixité dans toutes les filières de formation et à tous les niveaux d études. En particulier, elle cible l action sur les représentations collectives et le développement des sentiments de compétences afin de limiter les processus d auto-sélection qui empêchent les filles et les garçons de s envisager dans des formations ou des professions atypiques : les filles dans les domaines scientifiques ou techniques, les garçons dans les métiers de la petite enfance, de l enseignement ou des soins aux personnes. L ouverture du champ des possibles se construit dès la petite enfance : l ambition des modules ABCD de l égalité est de donner pleinement confiance aux filles et aux garçons dans leurs capacités et leurs perspectives en interrogeant les représentations qu ils se font des rôles des uns et des autres, et en leur enseignant l égalité des droits et le respect réciproque. En 2013, pour sensibiliser les jeunes filles et garçons aux stéréotypes en matière de formations et de métiers, un site Internet a été lancé avec l Onisep : onisep.fr. Enfin, l année 2014 est l année de la mixité des métiers : une plate-forme d actions pour la mixité est engagée mobilisant les ministères, les entreprises, les fédérations, les branches professionnelles et les conseils régionaux : l objectif est qu un tiers des professions deviennent mixtes d ici à 2025 (contre 12 % aujourd hui). À la place d actions isolées et ponctuelles, un cadre global est défini, construit autour d objectifs précis et contractualisés, pour promouvoir la mixité. COMMUNICATION ET CULTURE La place des femmes dans les médias reste marginale. Le sport féminin représente aujourd hui seulement 7 % des retransmissions sportives à la télévision. Dans les éditions d information, les femmes sont majoritairement présentes en tant que présentatrices et restent minoritaires dans la conception des sujets,

8 1 Égalité en mathématiques, décrochage des garçons au collège en français Proportion d'élèves qui maîtrisent les compétences de base selon le sexe en fin de primaire et en fin de collège en 2012 FIN DE PRIMAIRE COMPÉTENCES DE BASE EN FRANÇAIS MAÎTRISÉES COMPÉTENCES DE BASES EN MATHÉMATIQUES MAÎTRISÉES 92% 85% 90% 91% FIN DE COLLÈGE COMPÉTENCES DE BASE EN FRANÇAIS MAÎTRISÉES 82% 68% COMPÉTENCES DE BASES EN MATHÉMATIQUES MAÎTRISÉES 87% 88% Source : MEN-MESR-DEPP évaluation des compétences en fin d école et collège (mars 2012). Champ : France métropolitaine, Dom et Mayotte. 2 À performance égale, filles et garçons font des choix d'orientation différents Répartition des élèves se jugeant très bons en mathématiques et français en fin de collège, par sexe et par série de bac ÉLÈVES SE JUGEANT TRÈS BONS EN FRANÇAIS EN FIN DE COLLÈGE FILLES GARÇONS FILLES 1% 2% 1% 6% 4% 6% 23% 38% 21% 20% 10% 62% 6% 64% 30% ÉLÈVES SE JUGEANT TRÈS BONS EN MATHÉMATIQUES EN FIN DE COLLÈGE 1% GARÇONS 8% 4% 9% 78% Bac S Bac L Bac ES Bac STI Bac STT Source : MEN-MESR-DEPP, panel de la DEPP, élèves entrés en sixième en Champ : France métropolitaine.

9 3 Une faible mixité dans de nombreuses formations de l'enseignement supérieur ENSEMBLE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR 55% 45% % 44% 2011 Part des filles dans l'enseignement supérieur par formation ou type d'institution Écoles paramédicales et sociales 83% Classes préparatoires aux grandes écoles 42% Dont classes préparatoires scientifiques 29,7% Formations ingénieurs 27% +4 % +2,2 % +2 % +1 % Évolution de la part des filles dans l enseignement supérieur entre 2001 et 2011 Source : MESR-DGESIP-DGRI SIES. Champ : France métropolitaine, Dom.

10 même si cela est moins vrai dans les chaînes d information en continu ou à la radio. Elles sont également beaucoup plus rarement invitées (1/5 des invités sont des femmes) : l expertise est davantage une affaire d hommes 4. Si les pratiques culturelles des femmes et des hommes sont très semblables aujourd hui, les pratiques artistiques en amateur demeurent plutôt féminines alors que l usage d Internet et des jeux vidéo est plus masculin (1). Le domaine de la création artistique est lui aussi marqué par de fortes inégalités : par exemple, pour la saison , 1/4 des spectacles est mis en scène par une femme, et elles dirigent seulement 3 % des concerts 4. Ces données mettent en avant le poids des stéréotypes : les femmes sont davantage valorisées dans les médias pour leur image que pour leur expertise (télé et radio), la création artistique reste encore une affaire d hommes. est due à la volonté de plusieurs fédérations sportives de s ouvrir davantage à ce public (le football et le rugby enregistrent la plus forte progression entre 2007 et 2012). En 2012, la part des licenciées reste toutefois encore inférieure à celles des hommes : le total des licenciées dans les six fédérations les plus féminisées ne représente que 50 % du volume des licenciés dans les six fédérations les plus masculinisées 5. Depuis 2013, les fédérations ont l obligation de s engager à travers un plan de féminisation pour promouvoir l égalité entre les femmes et les hommes au sein de leurs structures. Enfin, pour lutter contre la faible médiatisation du sport féminin, le ministère des Sports a créé en 2013 un fonds de soutien pour le financement de la production audiovisuelle. Le Conseil supérieur de l audiovisuel (CSA) verra ses pouvoirs renforcés et veillera à la juste représentation des femmes et à l image des femmes dans tous les programmes, notamment en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes ou les violences faites aux femmes. SPORT Entre 2007 et 2012, licences sportives supplémentaires ont été délivrées, dont 94 % à des femmes 5. Cette progression 1. Enquête Pratiques culturelles , ministère de la Culture et de la Communication, 2008 (voir les références au dos du dépliant).

11 42: Les femmes sont sous-représentées dans les éditions d'information et dans la création artistique Part des femmes dans les éditions d'information (télévision et radio) en 2012 et dans la création artistique (saison ) INFORMATION TV GÉNÉRALISTE (HORS TNT) 65,4% présentatrices 40% conceptrices de sujet 18% personnalités invitées (1) TV D'INFORMATION EN CONTINU (2) 38,5% présentatrices 49,8% conceptrices de sujet 24% personnalités invitées (1) RADIOS GÉNÉRALISTES (3) 19,35% présentatrices 34% conceptrices de sujet 18% personnalités invitées (1) CRÉATION ARTISTIQUE - Théâtre et musique CHORÉGRAPHES METTEUSES EN SCÈNE AUTEURES 35% 25% 20% SOLISTES INSTRUMENTISTES CHEFFES D'ORCHESTRE 15% 3% Source : CSA, Présence des femmes dans les éditions d information, 1 er trimestre Source : SACD-laboratoire de l égalité-mouvement HF, Théâtre-musique : où sont les femmes, (1) Trois passages et plus. (2) BFM TV, I Télé, et LCI. (3) RTL, RMC, Europe 1, France Inter.

12 53: De plus en plus de licenciées dans les fédérations sportives Évolution de la répartition des licenciés dans les fédérations de sport par sexe entre 2007 et 2012 ENSEMBLE DES FÉDÉRATIONS 36,9% licences soit +1,5% par rapport à licenses en ,1% LES 6 FÉDÉRATIONS AVEC LA PLUS GRANDE PROPORTION DE FEMMES (+ DE 80% DE FEMMES) : FF de twirling bâton / FF d'éducation physique et de gymnastique volontaire / FF pour l'entraînement physique dans le monde moderne / FF de danse / FF de sports de glace / FF d'équitation LES 6 FÉDÉRATIONS AVEC LA PLUS GRANDE PROPORTION D'HOMMES (+ DE 95% D'HOMMES): FF d'aéromodélisme / FF de pêche sportive au coup / FF de planeur ULM / FF de jeu de ball-trap et tir à la balle / FF de football / FF de rugby total des licences : total des licences : FF D'ÉQUITATION FF DE FOOTBALL licenses en licenses en ,5% 4,5% de femmes soit +1,5% par rapport à 2007 FF DE RUGBY licenses en ,5% 82,5% de femmes soit +3,9% par rapport à ,9% de femmes soit +1,1% par rapport à ,1% Source : ministère des Sports, 2007 et Champ : Fédérations agréées en 2007 et en 2012.

13 POUR ALLER PLUS LOIN >> Site de l «ABCD de l égalité» : >> Site Eduscol, portail national des professionnels de l éducation : >> Convention interministérielle égalité filles-garçons dans le système scolaire ( ), février 2013 : officiel.html?cid_bo=67018 >> Site de l Onisep sur égalité filles-garçons (orientation) : >> «Filles et garçons sur le chemin de l égalité, de l école à l enseignement supérieur» (statistiques) 2013 : >> Observatoire de l égalité femmes-hommes dans la culture et la communication 1 er état des lieux MCC, DEPS, 2013 (statistiques) : gouv.fr/index.php/politiques-ministerielles/egalite-entre-femmes-et-hommes/ Liens-rapides/Chiffres-cles >> Présence des femmes dans les éditions d information (étude), 2013, CSA : >> Enquête pratiques culturelles (étude) : >> «Les chiffres-clés du sport 2012», MSJEPVA, 2013 (statistiques) : >> «Égalité des femmes et des hommes dans le sport : comme dans le marathon, ce sont les derniers mètres les plus difficiles», rapport d information de l Assemblée nationale, 2011 : L ensemble des Chiffres-clés édition 2014 est disponible sur le site Suivez l actualité du ministère des Droits des femmes : Abonnez-vous à la synthèse d actualité, en envoyant vos coordonnées à : Rédaction : DGCS-SDFE Conception : Dicom S Mars 2014

14 CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 2 Emploi et précarité

15 EMPLOI ET CHÔMAGE Dans la continuité de la stratégie «Europe 2020», la France s est donnée pour objectif de porter à 75 % le taux d emploi (1) entre les femmes et les hommes âgés de 20 à 64 ans et d annuler à l horizon 2025 l écart de taux d emploi entre les deux sexes 1. Le taux d emploi des femmes immigrées (47,4 %) est très bas, et l écart avec les hommes immigrés y est encore plus important (14,7 points). Le taux de chômage (1) des femmes est supérieur à celui des hommes, notamment pour les ans et parmi les femmes immigrées où il atteint 17,4 %. Les femmes sont cependant actives (1) à plus de 80 % pour la tranche des ans : au cours des 50 dernières années, la proportion de femmes participant au marché du travail a fortement progressé. Pour remédier aux inégalités constatées sur le marché du travail, le ministère des Droits des femmes, le ministère de l Emploi et Pôle emploi ont signé le 28 juin 2013 un accord cadre national qui comporte trois objectifs : 1. Sensibiliser, informer et former les conseillers et conseillères de Pôle emploi à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. 2. Renforcer la mixité des emplois dans les actions de recrutement et d insertion au sein des territoires. 3. Faciliter le retour à l emploi des femmes, en agissant sur la qualité de leurs emplois et sur les freins périphériques à l emploi. MIXITÉ DES MÉTIERS (1) Les femmes et les hommes n exercent pas les mêmes métiers. Près de la moitié des femmes en emploi se concentrent dans 1. Voir définitions au dos du dépliant. seulement 12 familles professionnelles sur 87 : elles sont très largement majoritaires au sein des métiers des services (aides à domicile, assistantes maternelles), parmi les enseignants et les agents d entretien ; tandis que les hommes se répartissent dans plus de 20 familles professionnelles 2. Les métiers mixtes sont rares : en 2011, sur 87 familles professionnelles, seules 19 sont mixtes. En 2009, 12 % des personnes en emploi occupent des métiers «mixtes» (c està-dire entre 40 et 60 % de chaque sexe). Il s agit en majorité de métiers très qualifiés du tertiaire : cadres administratifs, comptables ou financiers, cadres de la fonction publique, des banques et des assurances, des professionnels du droit et des médecins. Face à une inégale répartition d une part des filles et des garçons dans les différentes filières de formation (cf. thème 1) et d autre part des femmes et des hommes dans les métiers porteurs d emplois, des expérimentations ont été lancées en 2013 dans le cadre des «territoires d excellence de l égalité professionnelle» pour développer la part des femmes dans les filières et métiers scientifiques et pour valoriser auprès des garçons les métiers à prédominance féminine. En 2014, dans le cadre de l année de la mixité des métiers, des objectifs de mixité à cinq ans seront définis dans le cadre de plans sectoriels mobilisant les ministères, les relais écoles entreprise, l Onisep, les branches professionnelles, les fédérations professionnelles, les entreprises du secteur, Pôle emploi, ou encore les missions locales. TEMPS PARTIEL Les femmes sont très massivement présentes parmi les employés, qu elles travaillent à temps complet (70 %) ou à temps

16 1 Des taux d'emploi et d'activité plus faibles pour les femmes et un taux de chômage plus fort Taux d'emploi selon le sexe, l'âge et la nationalité en 2012 TAUX D ACTIVITÉ DES ANS Ensemble de la population Ensemble des immigrés UE 28 51,8% 61,9% 48,6% 65,6% 65,8% 78% TAUX D EMPLOI DES ANS Ensemble de la population Ensemble des immigrés UE 28 60% 67,9% 47,4% 56% 58,6% 69,6% TAUX DE CHÔMAGE DES ANS Ensemble de la population Ensemble des immigrés UE 28* 10% 9,8% 17,4% 16,3% 10,6% 10,4% LES ANS EN FRANCE Taux d activité Taux d emploi Taux de chômage 83,8% 94,2% 75,9% 86% 9,4% 8,6% Sources : Insee, enquête Emploi 2012 et Eurostat 2012 (dernier trimestre 2012 pour taux d emploi et taux d activité et moyenne annuelle 2012 pour taux de chômage). Champ : France métropolitaine, population des ménages de 15 ans ou plus (âge courant). * Taux de chômage pour les ans.

17 2: Une faible mixité des secteurs d'activité et une forte concentration sectorielle de l'emploi des femmes Population en emploi selon le sexe et le secteur d'activité* en 2012 CONSTRUCTION INDUSTRIE 10,4% 89,6% 28,8% 71,2% AGRICULTURE, SYLVICULTURE ET PÊCHE TERTIAIRE 30,3% 69,7% 55,1% 44,9% LES FAMILLES PROFESSIONNELLES OÙ SE CONCENTRE L'EMPLOI DES FEMMES ET DES HOMMES EN SUR 87 FAMILLES PROFESSIONNELLES 12 FAMILLES CONCENTRENT PLUS DE 50% DES FEMMES 20 FAMILLES CONCENTRENT PLUS DE 50% DES HOMMES aides à domicile et assistantes maternelles / agentes d'entretien / enseignantes / vendeuses / employées administratives du bâtiment / techniciens et agents de maîtrise de la mainte- conducteurs de véhicules / ouvriers qualifiés du second œuvre de la fonction publique / aides soignantes et assimilés / nance / agriculteurs, éleveurs / ouvriers qualifiés du gros infirmières / secrétaires / cadres des services administratifs, œuvre du bâtiment / cadres commerciaux et technico-commerciaux / ouvriers qualifiés de la manutention / agents comptables et financiers / employées administratives d entreprises / professions intermédiaires administratives de la d entretien / enseignants / attachés commerciaux et représentants / militaires, policiers, pompiers / cadres des services fonction publique / professions para-médicales. administratifs, comptables et financiers / maîtrise des magasins et intermédiaires du commerce / personnels d'étude et de recherche / ingénieurs de l'informatique / techniciens et agents de maîtrise du bâtiment et des travaux publiques / cadres de la fonction publique / maraîchers, viticulteurs et jardiniers / ouvriers qualifiés des industries de process. / ouvriers non qualifiés de la manutention. Source : Insee, enquête emploi 2010 et 2012, exploitation Dares. Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes en emploi de 15 ans ou plus (âge courant). * La nomenclature d activités française révision 2 (NAF rév. 2, 2008) s est substituée depuis le 1 er janvier 2008 à la NAF rév. 1 datant de 2003.

18 partiel (90 %). Elles constituent plus de 80 % des travailleurs à temps partiel 3. L accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 fixe à 24 heures par semaine la durée minimale du travail salarié, ce qui permettra aux salariés et aux salariées d accéder à une couverture sociale de qualité et la majoration heures complémentaires pour chaque heure accomplie dans la limite d 1/10 de celles prévues au contrat. D autres progrès ont été accomplis pour lutter contre la précarité induite par les petits temps partiels, qui concernent principalement les femmes : abaissement du plafond pour valider un trimestre de cotisation à 150 heures de travail ; ouverture aux salariés et salariées en petit temps partiel de l accès aux indemnités journalières en cas de maladie, d invalidité ou de congé maternité. CRÉATION D ENTREPRISES La part de femmes entrepreneures stagne depuis plusieurs années au-dessous de 30 % 4 alors même que les sondages montrent que l envie d entreprendre est aussi répandue chez les femmes que chez les hommes. Les porteuses de projet ont plus souvent que les hommes des difficultés à accéder au crédit bancaire ou à articuler leur projet professionnel avec leur vie familiale. Dans le secteur de l innovation, les femmes ne représentent que 8 % de créations 4 et exportent peu : 40 % contre 60 % des entreprises créées par des hommes. Afin de réduire ces écarts et permettre à davantage de femmes d accéder à l entreprenariat, un plan pour l entreprenariat féminin a été lancé en 2013 avec pour objectif d atteindre 40 % de femmes entrepreneures en Dans le cadre de ce plan, les différents services de l État, ainsi que les réseaux d accompagnement et les associations intervenant dans ce domaine se sont engagés à développer des statistiques sur l entreprenariat féminin, à sensibiliser les jeunes, à étendre les possibilités d accès au crédit bancaire, et à renforcer l accompagnement des créatrices. PAUVRETÉ (1) Le taux de pauvreté des femmes de moins de 65 ans, en 2011, excède de 1,3 point celui des hommes. Cet écart se creuse pour les ans (avec 21 % pour les femmes et 17,7 % pour les hommes) et pour les 75 ans et plus (12,5 % pour les femmes et 8,5 % pour les hommes). Une famille monoparentale sur trois est sous le seuil de pauvreté et parmi celles-ci les mères inactives sont encore plus souvent concernées : 68 % d entre elles sont pauvres % des bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) sont des femmes. Ces difficultés se répercutent également sur les niveaux de retraites. À la suite du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale du 21 janvier 2013, l allocation de soutien familial sera revalorisé de 25 % d ici Le projet de loi pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes engage également la construction d une garantie publique contre les impayés de pensions alimentaires. On estime à 40 % la part des pensions alimentaires qui ne sont aujourd hui pas versées alors qu elles représentent près d un cinquième du revenu des familles monoparentales les plus pauvres. 1. Voir définitions au dos du dépliant.

19 3: 80% des postes à temps partiel sont occupés par des femmes Proportion d'actifs à temps partiel selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle en ,2% des femmes actives sont à temps partiel ,9% des hommes actifs sont à temps partiel PART DES HOMMES ET DES FEMMES POUR LES POSTES À TEMPS PARTIEL* ET TEMPS COMPLET TEMPS COMPLET 40,6% 59,4% des postes à temps complet sont masculins TOTAL DES POSTES SELON TEMPS DE TRAVAIL 82% 18% TEMPS PARTIEL 80,1% des postes à temps partiel sont féminins 19,9% PARMI LES EMPLOYÉS POSTES À TEMPS COMPLET POSTES À TEMPS PARTIEL 70% 30% 90,1% 9,9% des postes d'employés à temps complet sont féminins des postes d'employés à temps partiel sont féminins Source : Insee, enquête Emploi Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes en emploi de 15 ans ou plus (âge courant). * Y compris les personnes n ayant pas déclaré d horaires habituels.

20 4 Pas suffisament de créatrices d'entreprises Répartition des créateurs d'entreprise par secteurs d'activité et par sexe en 2010 et 2011 CRÉATION D'ENTREPRISE PAR SEXE 62% 28% dont 8% dans le secteur de l'innovation (1) CONSTRUCTION ENSEIGNEMENT, SANTÉ ET ACTION SOCIALE SERVICES AUX MÉNAGES 10% 54% 50% (1) OSEO, 10 ans de création d entreprises innovantes en France, Source : Insee, enquête Sine première interrogation (2010). Champ : France, entreprises créées (hors reprises) au cours du 1 er semestre 2010, actives en septembre 2010 et exerçant des activités marchandes non agricoles. 5 Les mères monoparentales plus touchées par la pauvreté (1) Nombre et taux de personnes vivant sous le seuil de pauvreté selon le type de ménage PERSONNES VIVANT SOUS Ensemble de FAMILLES MONOPARENTALES (3) la population LE SEUIL DE PAUVRETÉ (2) 14,9% 13,6% 14,3% 34,6% des familles monoparentales sont pauvres. Dans 85 % des cas ce sont des femmes seules qui élèvent leur(s) enfant(s) Source : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquête Revenus fiscaux et sociaux Voir définition au dos du dépliant. 2. Individus vivant en France métropolitaine, appartenant à un ménage dont la personne de référence n est pas étudiante. 3. Individus appartenant à un ménage dont la personne de référence a moins de 65 ans.

21 POUR ALLER PLUS LOIN >> Site d information de référence sur l entrepreneuriat féminin (observatoire, informations pratiques) : >> Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l inclusion sociale, 2013 : >> «La répartition des hommes et des femmes par métiers» (étude), Dares, 2013 : >> Tableaux de l Économie française - Édition 2014 (chapitre 3.8 sur la parité femmes-hommes) : asp?ref_id=tef14&nivgeo=0 >> «Femmes et hommes, regards sur la parité» (statistiques), Insee, 2012 : QUELQUES DÉFINITIONS Taux d activité des femmes : rapport entre le nombre de femmes actives (en emploi et au chômage) de 15 à 64 ans et le nombre total de femmes de 15 à 64 ans. Taux d emploi des femmes : rapport entre le nombre de femmes de 15 à 64 ans ayant un emploi et le nombre total de femmes de 15 à 64 ans. Taux de chômage des femmes : rapport entre le nombre de chômeuses au sens du BIT (Bureau international du travail) et le nombre de femmes actives (en emploi ou au chômage). Mixité professionnelle : c est la présence de femmes et d hommes dans un même emploi, une même catégorie professionnelle ou un métier, sans être forcément paritaire. L Insee définit les métiers «mixtes» quand il y a une répartition à peu près équilibrée entre hommes et femmes (dans une fourchette de 40 à 60 % de chaque sexe). Pauvreté monétaire : une personne est dite pauvre (au sens monétaire) lorsqu elle vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian. Le niveau de vie d un ménage est mesuré en tenant compte de l ensemble des revenus reçus par tous les membres du ménage et du nombre d unités de consommation que compte le ménage. L ensemble des Chiffres-clés édition 2014 est disponible sur le site Suivez l actualité du ministère des Droits des femmes : Abonnez-vous à la synthèse d actualité, en envoyant vos coordonnées à : Rédaction : DGCS-SDFE Conception : Dicom S Mars 2014

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 1 Éducation, médias, culture et sport ÉDUCATION, FORMATION Les écoles et les établissements sont devenus mixtes dans les années 1970, mais

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 4 La parité... en marche PARITÉ EN POLITIQUE Suite à l adoption de la réforme constitutionnelle de 1999 et des lois dites de parité, une

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS ÉDITION 2015 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES L ESSENTIEL

CHIFFRES-CLÉS ÉDITION 2015 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES L ESSENTIEL CHIFFRES-CLÉS ÉDITION 2015 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES L ESSENTIEL ÉDITORIAL Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Pascale Boistard Secrétaire d État

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

CCFP 14 décembre 2015

CCFP 14 décembre 2015 CCFP 14 décembre 2015 Débat annuel sur les orientations de la politique des retraites dans la fonction publique 2 ème thème 1 2 ème thème 2. Une approche de l équité inter-régimes au regard de l impact

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique

5 Rémunérations. 5-1 Généralités. Définitions et méthodes. 106 Fonction publique 5 Rémunérations 5-1 Généralités L évolution du salaire des fonctionnaires dépend des mesures générales d augmentation de la valeur du point, des mesures catégorielles et de l effet de structure, dit GVT

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier www.strategie.gouv.fr 18 octobre 2013, Conseil National Education Economie De quoi parle-t-on? La «relation formation emploi»

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

QUIZZ. «Egalité professionnelle ; qu en savez vous?»!

QUIZZ. «Egalité professionnelle ; qu en savez vous?»! QUIZZ «Egalité professionnelle ; qu en savez vous?»! Avant-Propos Dans les entreprises, la question de l égalité professionnelle n apparaît pas souvent comme un réel problème parce que : # Les stéréotypes

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre

Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Décembre 2011 N 4 Les départs à la retraite des effectifs salariés de l ESS en région Centre Un vieillissement important des actifs de l ESS Objectif de ce panorama A travers la présentation des chiffres

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Formation. Thème - Formation. Formation statutaire et professionnelle dans les ministères 7.1. Formation dans la fonction publique territoriale 7.

Formation. Thème - Formation. Formation statutaire et professionnelle dans les ministères 7.1. Formation dans la fonction publique territoriale 7. Formation Formation statutaire et professionnelle dans les ministères.1 Formation dans la fonction publique territoriale.2 Formation continue dans la fonction publique hospitalière.3 Faits et chiffres

Plus en détail

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques»

«Faire de l égalité des chances une culture et une priorité académiques» CONVENTION REGIONALE POUR LA PROMOTION DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES FILLES ET LES GARÇONS, LES HOMMES ET LES FEMMES DANS LE SYSTEME EDUCATIF Convention partenariale entre : - Le Préfet de la Région

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Etude sur la réalité de lʼégalité professionnelle entre les hommes et les femmes en Guadeloupe"

Etude sur la réalité de lʼégalité professionnelle entre les hommes et les femmes en Guadeloupe Fonds social Européen Etude sur la réalité de lʼégalité entre les hommes et les femmes en Guadeloupe" - Synthèse des premiers résultats Phase 1 COPIL du 17 juillet 2012! 1! CONTEXTE Au regard de la méconnaissance

Plus en détail

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Mars 2011 L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Les hommes sont bien plus performants que les femmes dans les métiers techniques Les femmes s investissent

Plus en détail

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES 1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL Pour les jeunes p.3 Pour les salariés ayant travaillé à temps partiel ou emploi précaire

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Master Management PME - PMI

Master Management PME - PMI IUP Management et Gestion des Entreprises Master Management PME - PMI Lieu de formation : Clermont-Ferrand La situation générale des diplômés de la promotion 2007/2008 au er juillet 2009 (0 mois après

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir

Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir Les métiers du gaz et de l électricité, des métiers d avenir thermique à flamme hydraulique nucléaire gaz : réseaux de transport, stockages et terminaux méthaniers réseaux de transport électriques distribution

Plus en détail

Etude sur la parité et l égalité entre femmes et hommes au sein de l Economie Sociale et Solidaire du Nord-Pas de Calais

Etude sur la parité et l égalité entre femmes et hommes au sein de l Economie Sociale et Solidaire du Nord-Pas de Calais Etude sur la parité et l égalité entre femmes et hommes au sein de l Economie Sociale et Solidaire du Nord-Pas de Calais L Economie Sociale et Solidaire (ESS) attire de nombreuses femmes qui désirent s

Plus en détail

DOSSIER de presse. 16 juin 2010

DOSSIER de presse. 16 juin 2010 DOSSIER de presse Réforme des retraites dans la Fonction publique Sommaire Le relèvement de l'âge de la retraite pour les fonctionnaires et des conditions de durée pour les militaires... Fiche 1 La convergence

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

I0 Temps de travail. I0.I Organisation du temps de travail. Définitions et méthodes

I0 Temps de travail. I0.I Organisation du temps de travail. Définitions et méthodes I0 Temps de travail I0.I Organisation du temps de travail P 10 Temps detravail 10.1 Organisationdutempsdetravail our la mise en œuvre des 35 heures dans leurs services, la plupart des ministères ont retenu

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 DE L OBSERVATOIRE DE LA MIXITE ET DE

RAPPORT ANNUEL 2014 DE L OBSERVATOIRE DE LA MIXITE ET DE RAPPORT ANNUEL 2014 DE L OBSERVATOIRE DE LA MIXITE ET DE L EGALITE FEMMES/HOMMES Depuis 2012, l Observatoire de la Mixité et de l Egalité Femmes/Hommes de BRL contribue à l égalité professionnelle au sein

Plus en détail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail DEVENEZ Inspecteur du travail Valérie Couteron Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail Inspecteur du travail Un métier au service du monde du travail Les inspecteurs du travail sont des

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales L ÉVALUATION DES POLITIQUES SOCIALES EN FRANCE Une évaluation des politiques sociales incontournable 2 1990 : Evaluation inscrite au cœur des administrations

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010. Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution,

Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010. Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution, Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010 Le collège Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution, Vu la loi n 2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES

CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES CONVENTION POUR LA PROMOTION DE L'EGALITE ENTRE HOMMES ET FEMMES Entre : LE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L'EGALITE PROFESSIONNELLE représenté par Nicole Ameline, Ministre de la Parité et de l'egalité professionnelle

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier

Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France. Bruno Palier Evolution des besoins sociaux et du système de protection sociale en France Bruno Palier Le système de protection sociale actuel, Un schéma (Gazier, Palier, Périvier) Au cœur de ce système, un homme employé

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Promotion / Enquête à mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Tableau de bord statistique

Tableau de bord statistique Note d information : La méthodologie précisant le périmètre statistique du champ Jeunesse et Sports dans le cadre de ce projet, est présentée dans Amélioration la fiche «Guide méthodologique de». la connaissance

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Le devenir des diplômés de Master 2011 de l ub LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE MASTER 2011 DE L ub, Situation le 1 er décembre 2013 Les résultats présentés dans ce document concernent le devenir professionnel

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel COE Séance du 17 décembre 2013 Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel Antoine Magnier DARES 1 Plan I. Stock et flux de CDD et missions d intérim Part des contrats temporaires

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 I. Chiffres généraux Année 2010 Nombre d'établissements Effectifs au 31/12 Nombre d'etp Rémunération brute annuelle en Associations

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE FICHE 1 LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60 ans pour les

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

www.lesdroitsduce.com

www.lesdroitsduce.com www.lesdroitsduce.com La place des femmes dans les entreprises et les instances représentatives du personnel 60 rue du Landy Le Césarée 93 210 La Plaine Saint-Denis Tel : 01 48 13 17 72 Fax : 01 48 13

Plus en détail

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) pour 2015 : 38.040 / Taux

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Le secteur du particulieremployeur. services à la personnes. 29/02/2012 titre de la présentation

Le secteur du particulieremployeur. services à la personnes. 29/02/2012 titre de la présentation Le secteur du particulieremployeur dans le champ des services à la personnes 1 29/02/2012 titre de la présentation Le secteur du particulier employeur dans le champ des SAP Le particulier employeur est

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail