Projet d accès aux marchés des produits

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet d accès aux marchés des produits"

Transcription

1 Projet d accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT) Pictures (left to right) by UNIDO, Nopal Tunisie, GDA Claires Fontaines

2 LE PROJET Pictures (left to right) by UNIDO, Nopal Tunisie, GDA Claires Fontaines

3 LE CONTEXTE En réponse aux changements rapides induits par la mondialisation, les consommateurs sont de plus en plus en quête d authenticité et sont prêts à payer un prix plus élevé pour des produits de terroir ou biologiques dûment certifiés, qui conservent la qualité de toujours et qui sont bien enracinés dans la culture populaire de leurs régions d origine. L émergence de cette demande croissante représente une grande opportunité pour des nombreux agriculteurs et pour les petites et moyennes entreprises (PME) tunisiennes qui peuvent augmenter leurs revenus grâce à la valorisation des produits typiques tout en préservant l héritage historique, culturel et écologique de leurs régions. C est dans ce contexte, que le «Projet d accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT)» a été développé. Le projet vise à améliorer la performance, l accès aux marchés et les conditions socio-économiques des filières de la harissa, de la figue de Djebba et du figuier de barbarie de Kasserine. Les trois filières établies autour de produits phare tunisiens ont été choisies selon une approche participative en coopération avec le Ministère de l Industrie et le Ministère de l Agriculture et d autres parties prenantes, car elles offrent des perspectives prometteuses en termes de contribution à la croissance économique, à la création d emplois, à l autonomisation des femmes et à la réduction de la pauvreté, notamment dans des régions défavorisées. L APPUI AUX FILIÈRES Au sein des trois filières choisies, le projet renforcera l organisation et l agrégation des PME, promouvra l usage des labels pour les produits de terroir et biologiques, améliorera la productivité, soutiendra l innovation et la diversification et facilitera l accès aux marchés national et internationaux de niche (voir ci-après). L APPUI AUX INSTITUTIONS Pour assurer la perennité des résultats, le projet offrira des formations aux institutions d appui tunisiennes en matière de valorisation des produits de terroir et bio et assurera l assistance au Centre Technique d Agriculture Biologique pour qu il puisse offrir de nouveaux types d analyses de laboratoire aux agriculteurs. EN BREF Objectif du projet : Amélioration de l accès aux marchés et des conditions socioéconomiques des opérateurs au sein des filières agroalimentaires bénéficiaires Filières bénéficiaires: Harissa, figue de Djebba et cactus/figue de barbarie à Kasserine Agence d exécution: Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Bailleur de fonds: Suisse Secrétariat d Etat à l économie SECO Principales contreparties nationales: Ministère de l industrie, Ministère de l agriculture en collaboration avec Ministère des affaires de la femme et de la famille, Agence de Promotion des Investissements Agricoles, Pôle de Compétitivité de Bizerte, Agence de promotion de l Industrie, Groupement des Industries des Conserves Alimentaires, Groupement Interprofessionnel des Fruits, Commissariats régionaux au développement agricole Durée du projet: 4 ans (démarrage septembre 2013) Budget du projet: EURO

4 FILIÈRE 1: Harissa LA FILIÈRE La harissa est l un des principaux ingrédients de la cuisine tunisienne et peut-être le produit agroalimentaire typique par excellence. Cette purée, qui anciennement était préparée à la maison, a pris aujourd hui une importance commerciale de plus en plus croissante. En effet, la harissa est déjà le deuxième produit de la branche conserves alimentaires tunisienne en quantité et en valeur exportées. La réputation de la harissa dépasse donc désormais les frontières tunisiennes, et ce produit a ainsi conquis des amateurs dans beaucoup de pays. Pour cette raison, plusieurs entreprises à l étranger ont commencé à produire des imitations qu elles appellent illégitimement harissa, mais qui ont peu en commun avec la sauce de piments tunisienne. Cette situation de concurrence déloyale a mené le Ministère de l industrie en collaboration avec le Groupement des Industries des Conserves Alimentaires (GICA) à élaborer un «label qualité» pour que le consommateur puisse facilement identifier la harissa industrielle tunisienne authentique de qualité supérieure. Picture by COMOCAP

5 Mais la mise en œuvre du label implique quelques défis à relever. Selon le règlement régissant le label, tous les operateurs de la filière, y compris les agriculteurs, les centres de collecte et enfin les entreprises transformatrices, doivent bien s organiser pour assurer que des excellents piments soient livrés dans les meilleurs délais et dans les quantités requises aux usines de transformation et qu une fois arrivés, les légumes soient traités et transformés de la manière la plus soigneuse possible. Ceci n est pas une tâche facile du fait que les entreprises de harissa n ont encore ni l habitude d établir des accords formels avec leurs fournisseurs ni d encourager la production d excellents piments à travers des incitations financières équitables. A l insuffisante structuration de la filière s ajoute un autre facteur inhibiteur de la compétitivité du secteur de l harissa : le manque d innovation par rapport à la présentation du produit, qui empêche la pénétration de nouvelles niches de marché et de nouveaux circuits de distribution. De plus, dans la filière de la harissa les efforts pour accroître la différenciation et la création de valeur ajoutée s observent surtout parmi les entreprises industrielles, tandis que les petits producteurs ruraux de harissa artisanale - les porteurs de la recette traditionnelle - ne bénéficient pas de la croissance du secteur. LES ACTIVITÉS D APPUI DU PROJET Dans le cadre du projet, le GICA recevra d une part un appui pour la mise en place d un système de gestion du label qualité; et d autre part, les operateurs économiques intéressés seront soutenus pour qu ils puissent produire conformément aux exigences du label. Cela, bien entendu, n implique pas seulement l appui pour la mise à niveau et l amélioration des techniques de production, mais aussi et avant tout l assistance pour la signature de contrats d approvisionnement entre entreprises transformatrices, centres de collecte et agriculteurs, qui garantissent une coordination optimale tout le long de la filière, tout en assurant une distribution équitable des bénéfices. En outre, des efforts seront aussi déployés pour que les entreprises transformatrices de harissa tunisiennes puissent améliorer leur position dans les marches à travers de nouvelles stratégies de différenciation et de promotion de ce produit phare. En complément de l assistance au secteur de la transformation moderne, le projet prévoit également un soutien dans le milieu rural à des femmes productrices de harissa artisanale traditionnelle pour qu elles puissent perfectionner collectivement la qualité de la production et améliorer leurs conditions d accès aux marchés. INFORMATIONS CLÉS Bénéficiaires du projet: 8 entreprises transformatrices de harissa, 10 centres de collecte, producteurs de piments, 100 femmes exerçant dans la transformation artisanale Principaux lieux d intervention: Grand Tunis, Cap Bon, Kairouan Principales contreparties engagées: Ministère de l industrie, Ministère de l agriculture, Ministère des affaires de la femme et de la famille, Groupement des Industries des Conserves Alimentaires, Agence de Promotion des Investissement Agricoles, Pôle de Compétitivité de Bizerte, Agence de promotion de l Industrie

6 FILIÈRE 2: Figue de Djebba Picture by GDA Claires Fontaines

7 LA FILIÈRE Djebba est un petit village d environ habitants dans le gouvernorat de Béja. La figue est la culture ancestrale phare de ce village historique, anciennement connu comme Thigibba Bure, et constitue la source principale de revenus. 800 agriculteurs organisés en deux groupements de développement agricole cultivent plus de figuiers de 17 variétés différentes. Pour les djebbaois le figuier est donc devenu un symbole d identification. Le figuier qui aime «avoir les pieds dans l eau et la tête au soleil» trouve des conditions de culture très favorables à Djebba, d où la qualité supérieure de ses figues. Grâce à un microclimat spécifique influencé par le Djebel Goraa et un système d irrigation efficace qui remonte à l époque des Andalous, les figues de Djebba ont un goût spécial pour lequel elles jouissent d une très bonne réputation en Tunisie. En outre, les arboriculteurs djebbaois peuvent se vanter d un savoir faire et de compétences culturales transmises de génération en génération. Leur technicité et leur souci pour un environnement durable a mené beaucoup d entre eux à adopter la démarche de l agriculture biologique. En 2012, l aspect unique de la figue de Djebba a été officiellement reconnu par le Ministère de l agriculture à travers l octroi d une «Appellation d Origine Contrôlée» (AOC). Ce type de label est accordé uniquement à des produits agroalimentaires qui ont une longue tradition ancestrale et qui ont une qualité supérieure qu on trouve uniquement dans la région d origine en question. Une fois que le système de certification du label sera mis en place par le Ministère de l agriculture en collaboration avec le Groupement Interprofessionnel des Fruits (GIF) les agriculteurs suivront un cahier des charges très strict pour assurer que les «figues de Djebba AOC» soient toujours d une très bonne qualité. LES ACTIVITÉS D APPUI DU PROJET L accent de l intervention est placé sur la mise en œuvre et l exploitation commerciale de l AOC pour la figue de Djebba. Le Ministère de l Agriculture et le GIF seront appuyés dans la mise en place d un système de gestion et de contrôle du label AOC, tandis que les 800 agriculteurs de Djebba seront assistés dans l amélioration de leurs techniques de production biologique et conventionnelle et dans la production de figues conformes aux normes de l AOC. En outre, les arboriculteurs seront soutenus dans le développement des activités promotionnelles autour du label AOC, tout en promouvant l accès aux marchés haut de gamme. De plus, pour stimuler le développement local autour de ce produit phare, des femmes de Djebba seront formées au séchage et à la transformation des figues. INFORMATIONS CLÉS Bénéficiaires du projet: 2 groupements de développement agricole regroupant 800 agriculteurs de Djebba Lieu d intervention: Djebba (Béja) Principales contreparties engagées: Ministère de l agriculture, Ministère des affaires de la femme et de la famille, Groupement Interprofessionnel des Fruits, Agence de Promotion des Investissement Agricoles, Commissariat régional au développement agricole

8 FILIÈRE 3: Figuier de barbarie à Kasserine Picture by Nopal Tunisie

9 LA FILIÈRE La Tunisie, qui compte hectares de figuiers de barbarie, est un des pays au monde où la surface plantée en cactus est la plus importante. En revanche, la majorité des plantations n est pas utilisée à des fins commerciales et la filière est loin de mettre à profit son grand potentiel. En effet, les opportunités pour la valorisation du cactus sont prometteuses et vont bien au-delà de l engouement pour la figue de barbarie, souvent appelée aussi le «sultan des fruits». En effet, à partir de cette plante succulente, y compris ses cladodes, ses fleurs et ses fruits, on peut préparer des multiples denrées (jus, confiture, vinaigre, sirop, etc.), mais aussi une vaste gamme d ingrédients pour des produits cosmétiques et médicinaux du fait de ses propriétés antibactériennes, antioxydantes, cicatrisantes, raffermissantes, restructurantes ou même anticancérigène, pour n en citer que quelques-unes. En Tunisie, on trouve déjà quelques sociétés spécialisées dans la transformation du figuier de barbarie. Peu nombreuses à ce jour, ces entreprises peuvent devenir le fer de lance du développement de ce créneau porteur pour l exportation. Kasserine est le gouvernorat dans lequel la culture du figuier de barbarie est la mieux structurée. Les amples plantations de cactus représentent plus de 16% de la superficie nationale plantée. La région la plus productive est celle de Zelfen ( ha) où l on produit des figues de barbarie avec un goût unique, reconnu sur le marché tunisien. Environ 870 agriculteurs organisés en deux groupements sont entièrement dédiés à la production du cactus et vendent la plupart des fruits produits en dehors du gouvernorat en raison de la demande nationale pour cette figue de barbarie spéciale. En outre, pour valoriser davantage leur production, plusieurs agriculteurs ont déjà obtenus la certification biologique. LES ACTIVITÉS D APPUI DU PROJET Des efforts seront déployés pour dynamiser les processus de valorisation autour du figuier de barbarie dans le gouvernorat de Kasserine. Ainsi, les parties prenantes publiques et privées kasserinoises seront soutenues pour mettre en œuvre un plan d action collectif visant l amélioration de la compétitivité de toute la chaîne de valeur locale en commençant par l agriculture biologique et conventionnelle, en passant par le stockage, jusqu à la transformation. Les agriculteurs de la région seront soutenus dans la production de fruits de calibres plus importants et d arrière-saison, tandis que des petits producteurs seront soutenus dans leurs efforts pour établir de nouvelles initiatives d entreprenariat dans le secteur du cactus en vue d accroître la valorisation et la transformation locale. En outre, dans la région de Zelfen le projet promouvra aussi l enregistrement d un label collectif pour ces figues de barbarie tant renommées. Au niveau national, les rares entreprises industrielles spécialisées dans la transformation du cactus recevront un appui intégral pour la mise à niveau et pour la pénétration des marchés d exportation avec des produits à haute valeur ajoutée. INFORMATIONS CLÉS Les bénéficiaires du projet: 2 groupements locaux regroupant 870 agriculteurs à Kasserine, 1 entrepôt frigorifique à Kasserine, 5 entreprises tunisiennes de transformation du cactus Principal lieu d intervention: Gouvernorat de Kasserine Principales contreparties engagées: Ministère de l agriculture, Ministère de l industrie, Ministère des affaires de la femme et de la famille, Groupement Interprofessionnel des Fruits, Agence de Promotion des Investissement Agricoles, Commissariat régional au développement agricole, Pôle de Compétitivité de Bizerte

10 L AGENCE D EXÉCUTION L Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) est une institution spécialisée des Nations Unies. Elle a pour mission de promouvoir et d accélérer la croissance industrielle durable des pays en voie de développement et des économies en transition et d œuvrer à l amélioration des conditions de vie des pays les plus pauvres dans le monde en mobilisant ses ressources et ses compétences internationales. L Organisation est reconnue comme un prestataire de services spécialisé et efficace, qui répond aux défis posés par la réduction de la pauvreté grâce à des activités productives, la promotion de l intégration des pays en voie de développement dans le commerce international grâce au renforcement des capacités commerciales, le soutien du développement industriel durable et l amélioration de l accès à l énergie. En particulier, l ONUDI fournit principalement un appui et une assistance technique aux pays cibles pour leur permettre de renforcer leurs capacités commerciales dans le traitement des matières premières agricoles, participer aux flux commerciaux internationaux pour les produits manufacturés, accroître les flux de technologies et d investissements, développer l entrepreneuriat et renforcer la création d emploi, promouvoir des techniques de production respectueuses de l environnement et développer des énergies renouvelables et rurales à des fins productives.

11 LE BAILLEUR DE FONDS Le SECO est le centre de compétence de la Confédération suisse pour toutes les questions de politique économique. Le SECO s engage dans la coopération économique au développement en vue de réduire la pauvreté des pays cibles et finance des projets de coopération dans de nombreux pays en développement à revenu intermédiaire. Les projets du SECO visent à promouvoir une croissance économique durable, socialement responsable et respectueuse de l environnement. Le SECO est notamment actif en Afrique du Nord, axé prioritairement sur la Tunisie, l Egypte et dans le cadre de projets régionaux, sur le Maroc. En matière de commerce durable, le SECO propose des interventions sur l ensemble des chaînes de valeur sélectionnées, en partenariat avec le secteur privé. De telles approches intégrées ont pour objectifs d améliorer la qualité des produits et leur accès au marché, ainsi que de renforcer les institutions locales. La valorisation des produits de terroir et la promotion de labels d origine et biologiques font partie des champs d action du SECO. En Tunisie, outre PAMPAT, d autres projets bilatéraux du SECO sont en cours pour renforcer la compétitivité de l économie : un vaste programme de production propre, un programme d écotourisme, un ensemble de réformes économiques et financières, ainsi que le renforcement des capacités de la Banque centrale. Le SECO finance également la construction de stations d épuration dans les régions défavorisées.

12 Picture by UNIDO Pour plus d information concernant ce projet, veuillez contacter: Site web:

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA)

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUITEMENT D EXPERTS A travers un Contrat de Service Individuel (Individual Service Agreement - ISA) DESCRIPTION DE POSTE Désignation du poste : Expert en qualité, sécurité

Plus en détail

Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir

Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir LE PROJET LE Contexte L agriculture est considérée comme le principal moteur de croissance et de lutte contre la pauvreté au Maroc.

Plus en détail

Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir

Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir Projet d Accès aux Marchés des Produits Agroalimentaires et de Terroir ﺑﻴﻮ ﺗﻮﻧﺲ LE PROJET LE Contexte En réponse aux changements rapides induits par la mondialisation, les consommateurs sont de plus en

Plus en détail

Appel à candidature. Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique

Appel à candidature. Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique Ministère de l Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche D.G.A.B. Appel à candidature Appui aux entrepôts frigorifiques de Kasserine pour la conservation de la figue de barbarie biologique

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015

Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie. Automne 2015 Faciliter l emploi des jeunes à travers la création d emplois et le développement de l entreprenariat en Tunisie Automne 2015 2 La nécessité de créer des emplois La révolution tunisienne a entre autres

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie. Photo : UNIDO. Appel à candidatures

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie. Photo : UNIDO. Appel à candidatures SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie Photo : UNIDO Appel à candidatures Tu es un éco-entrepreneur? Tu as une idée de création d entreprise verte en tête? d Entrepreneurs Verts

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 «Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 Présentation Par Mr Kamel BELKAHIA ral du Pôle de Compétitivit titivité de Bizerte Président Directeur

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE

PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE PROGRAMME DE COMPETITVITE ET D INVESTIGATION EN AFRIQUE ATELIER DE OUAGADOUGOU SUR LA FORMATION AGRICOLE COMMUNICATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE GESTION (I.U.G.) DE BAMAKO I) Offre de formation de

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de

Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de Soutien du développement de l industrie écologique et de la production durable dans la rive sud de la Méditerranée Le programme de l ONUDI de Transfert de technologie écologiquement rationnelle (TEST)

Plus en détail

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE PROGRAMME DE MODERNISATION INDUSTRIELLE LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE TERRITOIRES MÉTROPOLITAINS INNOVANTS : Technopoles et pôles de compétitivité Tunis 19 et 20 juin 2007

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES

LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LA LABELLISATION DES PRODUITS SUIVANT DES CRITERES DE COMMERCE EQUITABLE : MODALITES, ENJEUX ET OPPORTUNITES LES PRINCIPES DU COMMERCE EQUITABLE Le Commerce Equitable c est : Mettre l homme au cœur du

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO. JAOUADI Imen. Responsable de l IMC Tunisie.

CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO. JAOUADI Imen. Responsable de l IMC Tunisie. CARACTERISTIQUE DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE:CAS DES PRODUITS AGROALIMENTAIRES BIO JAOUADI Imen Responsable de l IMC Tunisie Mars 2005 Tunis Introduction Définition et avantages de l agriculture biologique

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Développement du Secteur Privé Dialogue Social. Chambres & Associations Professionnelles. Conseil. Gestion de projet. Formation Professionnelle

Développement du Secteur Privé Dialogue Social. Chambres & Associations Professionnelles. Conseil. Gestion de projet. Formation Professionnelle Jumelage Développement du Secteur Privé Dialogue Social Chambres & Associations Professionnelles Mobilité Innovation Développement Qualification Conseil Impact Echanges commerciaux Nucleus Développement

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012 SIGNATURE D UN ACCORD DE SUBVENTION ENTRE LA CEDEAO ET LE NEPAD, RELATIF A UN INCUBATEUR COMMERCIAL POUR LES FEMMES AFRICAINES CHEFS D ENTREPRISE (BIAWE). Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa 12

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT DE CLÔTURE 2009-2011 D ACTIVITES

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts au Maroc. Appel à candidatures. Photo : UNIDO

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts au Maroc. Appel à candidatures. Photo : UNIDO SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts au Maroc Appel à candidatures Photo : UNIDO Tu es un éco-entrepreneur? Tu as une idée de création d entreprise verte en tête? d Entrepreneurs Verts

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement

Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement Analyse des Performances Sociales d ETD Togo Entreprises Territoires et Développement Présentation de ETD Nom : ETD Pays : Togo Année de démarrage des activités : 2003 Forme juridique : Association Mission

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Ministère de l Equipement & de l Environnement. Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis. Présentation du CITET

Ministère de l Equipement & de l Environnement. Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis. Présentation du CITET Ministère de l Equipement & de l Environnement Centre International des Technologies de l Environnement de Tunis Création du CITET : Présentation du CITET Le CITET est une institution publique placée sous

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Fournisseurs & distributeurs aux ressources limitées

Fournisseurs & distributeurs aux ressources limitées ID-Tourism Ingénierie touristique & marketing Tourisme durable g.cromer@id-tourism.com www.id-tourism.com L Inclusive Business dans le secteur du tourisme Inclusive Business, kesako? L Inclusive Business,

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Dialogue économique avec les Conseillers Économiques près des Ambassades des pays partenaires et les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux 1 SOMMAIRE I RENFORCEMENT

Plus en détail

Cahier de charges Biodia

Cahier de charges Biodia Cahier de charges Biodia Produits biologiques locaux et équitables Auteur : Lieve Vercauteren - VREDESEILANDEN Adaptations version 2 : Gert Engelen - Vredeseilanden Cahier de charges Biodia version 2 novembre

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Le secteur agricole est

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail