Appel à propositions de recherche

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Appel à propositions de recherche"

Transcription

1 DIRECTION STRATEGIE ET RELATIONS EXTERIEURES DIRECTION DES ETUDES ET DE L EVALUATION 2 septembre 2013 Appel à propositions de recherche Dans le cadre de son plan stratégique de moyen terme («Pôle emploi 2015»), Pôle emploi souhaite développer ses coopérations avec le monde scientifique et procéder notamment à des appels à propositions en direction du monde de la recherche sur des thématiques étroitement liées à ses priorités et domaines d intervention. Cette note présente deux thématiques permettant de préciser les préoccupations de Pôle emploi et qui pourront inspirer les propositions qui seront formulées. Elle est complétée par des indications sur les modalités techniques de réponse et d organisation pour cet appel à propositions. La date limite de réception des propositions est fixée au lundi 4 novembre A- Les thématiques proposées Les deux thématiques constituent les champs d investigation sur lesquels Pôle emploi attend des propositions de la part des équipes de recherche. Celles-ci devront donc prendre appui sur ces thématiques, tout en ayant la liberté de reformuler ou compléter les questionnements en fonction de leurs axes et priorités de recherche. Les axes d investigation formulés dans cet appel à proposition ne doivent être considérés ni comme exhaustifs ni comme exclusifs d autres approches sur les deux thématiques. Les candidats sont libres de répondre pour une ou deux de ces thématiques. Pôle emploi accordera une grande importance à la capacité des propositions qui lui seront soumises d apporter des connaissances originales et utiles pour la conduite de son action. 1- Activités réduites, contrats temporaires, temps partiel et sécurisation des parcours professionnels des actifs expérimentés Le contexte L importance croissante des emplois temporaires et du temps partiel Au-delà des effets de la crise, le recours aux contrats temporaires et/ou au temps partiel est un phénomène d ordre structurel qui se traduit de plusieurs manières. 1

2 D un côté la majeure partie des recrutements s effectue à l aide de contrats temporaires. Ainsi, les CDD représentent près de 82% des statuts d emploi à l embauche dans les entreprises d au moins 10 salariés (Dares mars 2013). Sachant que la part des emplois à durée déterminée, bien qu en progression sur le long terme, reste limitée dans l ensemble des emplois occupés (7,4% au dernier trimestre 2012 ; Dares, mars 2013). De même, le recours au temps partiel a connu une évolution très sensible entre le début des années 80 et le début des années Leur part dans l emploi est ainsi passée de moins de 10% à plus de 20%. Au cours de la dernière décennie cette progression s est interrompue mais le temps partiel constitue une condition d emploi particulièrement fréquente dans certaines activités de service notamment (Dares, janvier 2013). De plus, le temps partiel «subi» (la personne n a pas trouvé d emploi à temps complet) représente aujourd hui près d un tiers des individus travaillant à temps partiel. Cette situation étant plus fréquente pour les femmes que pour les hommes. D un autre côté, l importance des emplois temporaires et du temps partiel est illustré par les situations de recours aux «activités réduites» des demandeurs d emploi inscrits à Pôle emploi (même s il ne s agit que d une partie des actifs en emploi précaire et/ou à temps partiel). Ces situations représentent plus de 1,5 million de demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi en mars 2013 (soit 32% de la DEFM). Cet effectif se répartit entre la catégorie B (actes positifs de recherche d emploi, en activité réduite d au plus 78 heures, soit personnes) et la catégorie C (actes positifs de recherche d emploi, en activité réduite de plus de 78 heures, soit personnes). Pour une très large part, les demandeurs d emploi en activité réduite sont en CDD, en intérim ou en CDI à temps partiel (92% au total, selon l estimation faite à partir de l enquête emploi auprès des salariés du secteur privé inscrits à Pôle emploi (Dares, janvier 2013, op. cité)). L intensité comme la fréquence de l activité réduite se caractérisent par une très forte dispersion : parmi les demandeurs d emploi inscrits continûment en 2011, 6% ont exercé une activité réduite pendant un seul mois, alors que 25% l ont exercée au cours des 12 mois de l année. De même la durée mensuelle de l activité réduite présente une forte hétérogénéité : en moyenne de 89 heures par mois, elle est de l ordre d une semaine pour 13% des personnes jusqu à l équivalent d un temps plein pour 8% des demandeurs d emploi (Pôle emploi, Repères et Analyses juin 2012). Sur le long terme, on observe une croissance du recours aux «activités réduites» de la part des demandeurs d emploi inscrits à Pôle emploi (catégories B et C). Atteignant un tiers aujourd hui, la proportion de demandeurs d emploi concernés a quasiment doublé depuis le milieu des années 90 (Dares ; janvier 2013). Cette évolution semble avant tout de nature structurelle même si la conjoncture influe sur le recours aux activités réduites. Ainsi la crise a conduit depuis 2 ans à une croissance relativement rapide des activités réduites de courte durée (au plus 78 heures) alors que l évolution des activités réduites de longue durée est plus ralentie voire en baisse au printemps Cela est à mettre notamment en rapport avec le constat selon lequel la crise a réduit de façon durable les sorties des listes de Pôle emploi des personnes exerçant une activité réduite. Enfin, il faut souligner que parmi les «sorties de listes» de Pôle emploi, le poids des emplois de courte durée et du temps partiel est élevé : près de 48% des emplois occupés en septembre 2012 par les personnes sorties des listes sont en CDD de moins de 6 mois, en mission d intérim ou en contrat aidé. De même le temps partiel représente en moyenne près de 26% des emplois occupés à la même date (Dares-Pôle emploi, enquête «sortants», mars 2013). Un rôle ambivalent et insuffisamment connu des emplois «atypiques» dans les transitions et trajectoires professionnelles De nombreux travaux ont souligné le rôle particulièrement important des contrats temporaires dans le processus d insertion professionnelle des jeunes (voir notamment les travaux du Céreq à partir des enquêtes générationnelles, selon lesquelles par exemple, 3 ans après leur sortie de formation initiale en 2004, un tiers des jeunes en emploi sont encore en CDD, ce taux étant 2

3 d autant plus élevé que le niveau de formation est bas). Les contrats temporaires jouent un rôle de période d essai et/ou d acquisition d expérience professionnelle pour des personnes qui, aux yeux des employeurs, ont à faire la preuve de leurs compétences et capacités professionnelles. Mais ces emplois temporaires ont une fonction ambiguë : parfois jouant un rôle tremplin vers un emploi stable, parfois orientant la personne vers la précarité ou le chômage récurrent. Généralement on met en évidence que parmi les jeunes, les trajectoires féminines diffèrent de celles des hommes, que le diplôme augmente la probabilité de retour à l emploi mais que à la différence des hommes, les jeunes femmes bénéficient d un effet positif du diplôme sur leurs chances d accéder à un emploi stable (ceci probablement en raison du fait qu elles ont moins recours à l intérim que les hommes mais plutôt à ces CDD qui sont plus souvent utilisés comme périodes d essai). De plus, le passage par l emploi temporaire à l entrée dans la vie active peut avoir des effets sur la trajectoire professionnelle de plus long terme : des travaux montrent ainsi que l emploi temporaire pour les jeunes conduit plus souvent au non-emploi (chômage et inactivité) qu à l emploi stable (voir par exemple Blasco, Givord, Economie et statistiques, 2010). En dehors du processus d insertion professionnelle des jeunes, on dispose de moins d informations et d analyses sur le rôle et les effets des contrats temporaires et/ou du temps partiel sur les trajectoires professionnelles. Pour autant, les 25 ans et plus représentent par exemple 85% des demandeurs d emploi inscrits en catégorie B ou C (décembre 2012). On sait de plus que les demandeurs d emploi de longue durée sont plus souvent que les autres en activité réduite, ce qui peut traduire un risque d enfermement dans des situations de précarité. Des travaux récents menés au sein de Pôle emploi montrent que le fait d avoir été en activité réduite accroît les chances ultérieures des demandeurs d emploi de longue durée d être en emploi mais que cet emploi est plus souvent temporaire que pour ceux qui n ont pas eu recours aux activités réduites. De la même façon d autres travaux suggèrent que l activité réduite est susceptible d avoir un effet net sur le retour à l emploi, au bout d environ 10 mois, mais que cet effet reste très modeste (IPP, février 2013). Les axes d investigation proposés Les activités réduites ne sont pas la seule situation de recours aux emplois de courte durée et/ou à temps partiel pour les actifs connaissant un épisode chômage puisque, comme nous l avons précédemment souligné, l accès à l emploi signifie bien souvent l acceptation d un emploi de même nature pour ceux qui sortent des listes de Pôle emploi. Si nous souhaitons que les propositions de recherche privilégient l étude du recours aux activités réduites, c est en raison des enjeux particuliers que revêt ce dispositif pour Pôle emploi : notamment ceux relatifs aux règles d indemnisation qui permettent, dans certaines limites, de cumuler un salaire et une indemnité chômage ; de même que ceux portant sur le suivi et l accompagnement des personnes susceptibles d avoir recours aux activités réduites et/ou qui s y trouvent. Il nous semble judicieux de mettre l accent sur l activité réduite des demandeurs d emploi «expérimentés», c'est-à-dire ayant dépassé le stade de l insertion professionnelle (au moins 3 à 5 ans après la sortie du système éducatif), ce champ étant moins souvent exploré que celui des CDD et de l intérim dans le processus d insertion professionnelle des jeunes. A ce stade, nous écartons la problématique des demandeurs d emploi bénéficiant de l annexe 4 (intérim) ou de l annexe 8 (intermittents). Cette problématique ouvre en effet sur des questionnements particuliers non abordés ici. La préoccupation centrale est de mieux distinguer dans les formes de recours aux activités réduites celles qui contribuent à rapprocher les demandeurs d emploi «expérimentés» du marché du travail, à développer leur employabilité et les inscrire sur une trajectoire de réinsertion professionnelle durable, et celles qui tendent à obérer leurs chances d accéder à des emplois stables et de qualité. Les axes d investigation proposés relèveraient de trois dimensions complémentaires : 3

4 - La compréhension des stratégies de recours aux activités réduites par les demandeurs d emploi et au regard des comportements d employeurs : rôle incitatif de l assurance chômage, différenciations de comportement selon les profils professionnels des demandeurs d emploi, leur recours passé aux emplois temporaires et/ou au temps partiel, leurs droits à indemnisation, la nature du recours aux activités réduites, en particulier le temps partiel (subi ou volontaire inhérent au métier comme par exemple certains services à la personne), les arbitrages éventuels entre activité réduite et sortie des listes de Pôle emploi, le rôle de l activité réduite pour les créateurs d entreprise, les évolutions des logiques d usage de l activité réduite avec l âge et l expérience professionnelle, l impact du comportement des employeurs sur le recours aux activités réduites de leurs salariés. - L analyse des effets de l activité réduite sur les trajectoires professionnelles des actifs : effets du recours aux activités réduites selon leur durée, leur intensité, le type de métier concerné et le montant des gains qui en sont tirés ; les différences de trajectoires selon l âge, l expérience et la durée de chômage des actifs concernés. - La place et le rôle de l accompagnement des demandeurs d emploi dans le recours aux activités réduites : rôle du conseiller dans la décision du demandeur d emploi de recourir aux activités réduites (suivant le type de contrat de travail, le métier exercé notamment) ; l intervention des conseillers auprès des personnes en activités réduites (en prévision de la fin d une période d activité réduite, ou plutôt une fois qu elle s est achevée) ;les services délivrés par Pôle emploi pouvant avoir des effets positifs sur la réinsertion durable des demandeurs d emploi «expérimentés» en activité réduite. 4

5 2- Diversité et dynamique des intermédiaires du marché du travail ; relations et contrats avec Pôle emploi Le contexte Développement et diversification des activités des intermédiaires du marché du travail Au cours des années 2000, le paysage des opérateurs agissant en tant qu intermédiaires sur le marché du travail s est étoffé et complexifié. Ce mouvement est en partie du à l élargissement du recours de Pôle emploi aux opérateurs externes aux activités d accompagnement des demandeurs d emploi (accompagnement renforcé de 3 à 12 mois selon les objectifs poursuivis et les publics ciblés). Des opérateurs issus de l univers de la formation, de l insertion, du reclassement et de l intérim se sont investis dans ces activités et ont développé des compétences nouvelles. Par ailleurs, la fin du monopole du SPE vis-à-vis du placement introduite par la loi de cohésion sociale de 2005 a consacré une situation déjà observée mais en a étendu la portée. Ainsi, par exemple, la loi a autorisé les agences d intérim à intervenir sur les recrutements en CDI, alors qu'elles étaient jusque-là cantonnées à la délégation d'intérimaires. Le changement portant notamment sur l extension des activités de ces opérateurs au marché du recrutement des «cols bleus» et, plus largement, des non-cadres. De plus, l ANI de janvier 2013 et la loi qui s y rapporte invitent la branche du travail temporaire à mette en place un CDI «intérimaires» qui devrait s appliquer dans un nombre restreint de secteurs professionnels. Enfin, la période est marquée par un développement important des job boards et des démarches de recrutement adossées aux outils de communication Internet (y compris par le web.2 et les réseaux sociaux). Ceci a d ailleurs incité Pôle emploi à engager dès la mi-2013 une démarche d agrégation d offres d emploi avec un ensemble d acteurs disposant d offres et de CV, afin de contribuer à une plus grande «transparence» du marché du travail. Au total, bien que des approches récentes sur l analyse des intermédiaires du travail soient rares à notre connaissance 1, il nous semble que le paysage est traversé de plusieurs tendances (nous nous appuyons notamment sur une étude réalisée en 2007 par IDRH à la demande de l ANPE sur les organismes délivrant des prestations aux demandeurs d emploi) : - Un relatif morcellement des opérateurs et une forte hétérogénéité en termes de taille, de chiffre d affaires, de statut juridique, d espace d intervention local, régional ou national. - Une articulation fréquente avec des activités autres que les prestations aux demandeurs d emploi (la formation, l action sociale, l intérim ) et un degré de spécialisation variable. - Une ancienneté inégale des acteurs sur le marché, les plus récents relevant de l Intérim, du reclassement ou du conseil aux entreprises. - Un faible degré d organisation professionnelle du secteur, même si l appartenance à des fédérations existe (FFP, UROF, ETT ). - Une concurrence qui tend à s accroître, en pesant de plus en plus sur les prix sans qu il soit aisé de savoir quels en sont les effets sur la qualité. - Des modèles économiques non stabilisés qui, souvent, ne garantissent pas la pérennité des activités et des équipes mises en place. - Un développement progressif de groupements momentanés d opérateurs pour répondre à des marchés publics, mais peu porteurs de synergies de compétences et d expertises. 1 Un travail approfondi a été mené par le Centre d études de l emploi dans les années 90 («Les intermédiaires du marché du travail ; Christian Bessy et François Eymard-Duvernay (dir.), PUF, 1997). Voir aussi la comparaison France-Royaume-Uni de C. Bessy et Guillemette de Larquier in «Des marchés du travail équitables? Une comparaison France/Royaume-Uni». PIE,

6 - Une multiplicité de clients publics (et privés) intervenant dans des champs voisins (conseils régionaux et généraux, OPCA, Agefiph, acteurs de la politique de la Ville, ) et un degré inégal de dépendance à la commande émanant du Service public de l emploi. Les évaluations menées sur le recours aux opérateurs externes pour l accompagnement renforcé des demandeurs d emploi et des licenciés économiques mettent également en évidence une forme de polarisation partielle des opérateurs intervenant sur financement de Pôle emploi autour de 3 familles : opérateurs nationaux de l Intérim, opérateurs issus du reclassement, opérateurs issus du monde la formation et de l insertion (cahier Pôle emploi-dares, 2013). Ces évaluations interrogent la question de la qualité des prestations délivrées par les opérateurs externes. Il s avère en effet que les performances observées en termes de retour à l emploi et de qualité des emplois sont en moyenne plus faibles que celles obtenues par Pôle emploi pour des services comparables (cahier cité précédemment et CREST/J-PAL septembre 2009). De nouvelles formes de relations entre Pôle emploi et les opérateurs externes Si le paysage des opérateurs s est enrichi et complexifié, il s est également accompagné de relations contractuelles nouvelles avec Pôle emploi. La logique d externalisation du SPE s est sensiblement développée au cours de la 2 ème partie des années Bien que principalement axées sur ce qui s apparente à une logique de «soustraitance de capacité» d une partie des activités d accompagnement des demandeurs d emploi et des licenciés économiques dans un contexte de montée brutale du chômage, ces relations contractuelles se sont fondées sur des outils «mixtes» : - d une part, un cahier des charges spécifiant assez précisément le contenu des prestations attendues, de façon à garantir, dans l esprit du commanditaire, une qualité homogène de service sur l ensemble du territoire ; - d autre part des clauses financières stipulant qu une fraction du paiement de la prestation (50%) était subordonnée aux performances réalisées en termes de placement durable à l issue des accompagnements mis en œuvre. Bien qu il soit difficile de disposer d éléments d analyse complets sur les conséquences de ces clauses contractuelles, on peut avancer qu elles ont eu des effets ambivalents, assez largement évoqués par les parties prenantes et soulignées par les évaluations réalisées : - Un encadrement trop strict par le cahier des charges, bridant les capacités d innovation des opérateurs, mais assurant une relative homogénéité ou standardisation des services délivrés. - Des difficultés à atteindre les objectifs en termes de performance en raison de l hétérogénéité des publics accompagnés, certains éprouvant des difficultés relativement fortes à retrouver rapidement un emploi. A cet égard, il faut aussi souligner que ce constat indique de façon indirecte que les opérateurs externes ont eu peu recours aux pratiques «d écrémage» mais que les demandeurs d emploi ont pu en revanche être affectés par un effet de «parking» (pour ceux considérés comme les plus difficiles à placer). Les axes d investigation proposés D une part il paraît judicieux de bâtir une cartographie des opérateurs agissant comme intermédiaires sur le marché du travail. L objectif est de produire des connaissances permettant de mieux discerner le périmètre et les segments des opérateurs et intermédiaires du marché du travail, leurs logiques économiques, institutionnelles ou territoriales, de les mettre en rapport avec une meilleure compréhension des offres de service ainsi que des dynamiques qui sont à l œuvre. Ceci inclut l analyse des coopérations, complémentarités et concurrences qui se manifestent entre les différents opérateurs. 6

7 De façon sommaire, il est a priori possible de distinguer quatre sous-ensembles relativement différents en termes d activité qui, à des degrés divers, entrent en relation avec Pôle emploi et pour lesquels il serait utile de disposer de connaissances nouvelles : - Des activités de placement et d aide au recrutement, réalisées par des cabinets de recrutement, des sociétés d intérim, des sociétés ayant développé des job boards. - Des activités de conseil, d accompagnement, d évaluation des compétences des actifs, portées par des opérateurs très divers, en termes d activité principale, de taille et de statut notamment. - Des activités de mise à disposition de personnel réalisées par les sociétés d intérim, les groupements d employeurs, les sociétés de portage salarial ou certaines structures d insertion par l activité économique. - Des activités de formation réalisées par un grand nombre d opérateurs inégalement spécialisés, relevant de statuts très divers et intervenant dans le champ de la formation continue. Ces activités ne sont ici prises en considération que dès lors qu elles sont en lien avec la production d autres services d accompagnement, de conseil en recrutement ou de placement. Si l identification de ces sous-ensembles relativement hétérogènes permet de mieux tracer le périmètre des opérateurs agissant d une manière ou d une autre en tant qu intermédiaire du marché du travail, les axes d investigations proposés s attachent principalement à en donner une «vision d ensemble», à comprendre le rôle et la position relative de chaque type d acteur, les interactions qui se produisent entre eux (en termes de concurrence ou de coopération) et la place qu ils occupent vis-à-vis du service public de l emploi. Il paraît également important d analyser le fonctionnement et la dynamique de ces relations de façon à mieux comprendre à quelle échelle spatiale se jouent les équilibres et interactions entre les opérateurs : territoriale, régionale ou nationale, voire européenne. D autre part, Pôle emploi a besoin de mieux comprendre la nature et la portée des relations et contrats qu il met en place avec les intermédiaires du marché du travail : co-traitance avec le réseau des missions locales ou celui des Cap emploi, sous-traitance avec les opérateurs externes. Plus largement, il paraît important de contribuer à la réflexion sur le périmètre et la nature des fonctions «externalisables» de Pôle emploi, ainsi que sur les modalités qui s y attachent, à la lumière des expériences étrangères et européennes en particulier (pour lesquelles une revue de littérature serait sans doute utile). Les questionnements portent également sur les ressorts qui animent ces relations et contrats, sur les liens entretenus avec les logiques de sous-traitance de capacité ou de spécialité. Il paraît utile de s interroger sur l existence, selon la nature des services visés, d un «contrat optimal» qui permette de surmonter les difficultés attachées aux «asymétries d information» : Pôle emploi ne connaît pas a priori l ensemble des caractéristiques du prestataire avant de lui confier un marché ni son degré d engagement et s expose donc à des risques bien connus (non qualité, «écrémage» et «parking» ; symétriquement, l opérateur ne connaît pas a priori toutes les caractéristiques des demandeurs d emploi qui lui sont confiés). De plus, dans cet univers marqué par de fortes incertitudes intrinsèques sur la qualité des prestations et leurs effets, serait à explorer la question des compétences, de la professionnalité, et des valeurs des parties prenantes ainsi que les apprentissages collectifs dans les arrangements contractuels, qui semblent essentiels pour parvenir à des relations efficaces. Une autre piste de réflexion pourrait enfin porter sur la place de l usager dans le choix du prestataire. Si les pratiques actuelles reposent sur une prescription effectuée par le conseiller de Pôle emploi, d autres options existent donnant un rôle central à l usager, notamment dans le champ de la formation (en lien demain peut-être avec la mise en œuvre du compte personnel de formation). 7

8 B- Organisation et modalités de réponse à l appel à propositions Cette partie énonce les règles à suivre pour répondre et participer à cet appel à propositions. Un candidat pourra proposer un ou plusieurs projets relevant de l une et/ou de l autre thématique. En revanche, chaque proposition devra être présentée isolément au plan technique comme financier. a) Méthodologie Chaque proposition devra préciser la problématique ciblée, les repères théoriques et disciplinaires mobilisés ainsi que les travaux antérieurs ou en cours sur lesquels la démarche est adossée. Les travaux pourront mobiliser voire combiner diverses approches : observations de terrain auprès des acteurs du SPE et/ou des publics visés, mobilisation de sources statistiques de Pôle emploi ou d autres sources statistiques publiques (dans le respect des règles d accès qui s y attachent). Le tableau joint illustre les différentes sources statistiques qui seront accessibles pour mener les travaux proposés par les équipes de recherche. Le choix des terrains et/ou des données devra être argumenté ainsi que la méthode proposée. Le choix des terrains et/ou des données de Pôle emploi se fera en concertation entre Pôle emploi et l équipe de recherche concernée. Les questionnements posés précédemment appellent des recherches de natures diverses, ayant recours à des disciplines variées (sociologie, économie, gestion, droit, sciences politiques notamment). Des approches pluridisciplinaires seront les bienvenues. Dans le cas où l équipe en charge des travaux est constituée d une association entre différentes disciplines, les engagements de chacun devront être clairement explicités. La durée des travaux est de 18 mois maximum, à compter de la signature de la convention avec Pôle emploi. b) Modalités d attribution de la subvention Le montant maximal de la subvention susceptible d être délivrée par Pôle emploi aux candidats retenus dans le cadre du présent appel à projets s élève à euros. Pôle emploi souhaite attribuer, sous réserve d un nombre suffisant de projets entrant dans le champ de l appel à propositions, une subvention à, au minimum, 2 candidats et, au maximum, 4 candidats pour chacune des 2 thématiques. Les candidats reconnaissent être parfaitement informés que la subvention versée ne peut dépasser 45% du montant total du projet et qu elle est plafonnée à L attribution de la subvention est calculée sur la base des coûts éligibles ci-après mentionnés, étant précisé que les dépenses doivent être justifiées dans la proposition du candidat : 1. Le montant des rémunérations correspondant au temps de travail des personnels affectés au projet de recherche, non déjà financé (par l université, le CNRS, l Agence nationale de la recherche, l Union européenne, une collectivité territoriale ) sachant que seul le montant correspondant à la durée de l opération est pris en compte ; 2. L ensemble des frais de mission et des frais de fonctionnement directs rattachés au projet (pour l ensemble des personnels participant au projet, que leur temps de 8

9 travail soit déjà financé ou pris en charge dans le cadre du financement demandé à Pôle emploi). Tous les autres coûts liés à la mise en œuvre et l exécution du projet sont à la charge exclusive du candidat. c) Propriété intellectuelle Les candidats dont les projets seront retenus autorisent Pôle emploi à utiliser et à reproduire, sous toute forme de supports et par tous procédés, la totalité ou une partie des différents travaux et contributions établis dans le cadre du présent appel à projets. Il est convenu que la première publication de ces résultats s effectuera dans les collections de Pôle emploi. Par la suite, les candidats seront libres de faire publier les travaux de leurs recherches issus du présent appel à projets, sous réserve d en informer préalablement Pôle emploi et de mentionner le financement de Pôle emploi. d) Modalités de réponse Les équipes de recherche répondant au présent appel à projet devront fournir une note de présentation de 5 pages maximum comportant : - Une présentation de la problématique proposée, des méthodes envisagées et des liens avec les axes de recherche de l équipe candidate. - L identification des chercheurs qui seront amenés à contribuer aux travaux proposés. Sera également jointe une annexe financière (dont le modèle est fourni par Pôle emploi). La note de présentation ainsi que l annexe financière doivent être datées et signées par une personne compétente à cet effet. Pour toute question technique, administrative, financière ou scientifique, les candidats pourront s adresser à Anita BONNET ou François AVENTUR au sein de la Direction des études et de l évaluation (1 avenue du Dr Gley, Paris Cedex 20 ; adresse électronique : et/ou Les réponses devront être communiquées par les équipes de recherche à Pôle emploi, par courrier postal et par voie électronique à l adresse suivante : Il est demandé que les réponses parviennent à Pôle emploi au plus tard le lundi 4 novembre e) Traitement et sélection des propositions Les propositions seront examinées par un comité de sélection mis en place par Pôle emploi en lien avec son conseil scientifique. Après examen par le comité de sélection, les propositions de projets n entrant pas dans le champ de l appel à projets seront écartées. Les propositions recevables sont susceptibles de faire l objet de demandes de compléments d informations sur l ensemble des éléments de la proposition, y compris les coûts proposés. Les propositions sont ensuite évaluées selon les critères d évaluation suivants (notés au total sur 20 points) : - la pertinence et l originalité du projet scientifique, sa capacité à reformuler et approfondir les questions retenues par l équipe de recherche, comme à y apporter des réponses (10 points) 9

10 - Méthodologie, qualité de la construction et de la coordination du projet comprenant notamment la structuration du projet, l identification de jalons, l adéquation des méthodes d investigation aux objectifs retenus, la qualité de la gestion du projet (gestion financière et juridique du projet) (4 points) - L expérience et les compétences des personnes amenées à s investir sur les projets qui sont soumis (6 points). Au final, une convention de recherche est conclue entre Pôle emploi et l organisme de rattachement de l équipe de recherche. f) Réalisation des travaux La date impérative de début des travaux est la date de notification de la convention de recherche. La qualité de l avancement des travaux est évaluée par un comité de suivi animé par Pôle emploi. Ceci se fonde sur 3 étapes : - une réunion de lancement de la recherche qui conduit à la remise d une note de mise en œuvre du projet - une réunion de bilan des travaux à mi-parcours, sur la base d un rapport intermédiaire - une réunion de bilan final, sur la base des documents suivants : le rapport final et un résumé de 2 pages. Les modalités de versement de la subvention seront précisées dans la convention à conclure entre Pôle emploi et chaque candidat retenu. Enfin, à titre exceptionnel, Pôle emploi peut accepter de prolonger la période contractuelle de recherche, en cas de circonstances exceptionnelles et sous réserve de la passation d un avenant. 10

11 Annexe - Les sources de données disponibles à Pôle emploi Plusieurs systèmes d information coexistent à l heure actuelle. Se distinguent : -le fichier historique des demandeurs d emploi -le fichier national des allocataires -le système de gestion des offres d emplois (HUGO) -les systèmes d information décisionnels 1- Le fichier historique permet de réaliser des études longitudinales sur les trajectoires de demandeurs d emploi. Ce fichier comprend des informations particulièrement détaillées sur la demande d emploi et l accompagnement du demandeur d emploi. Ce fichier est dit «historique» parce qu'il est alimenté de tous les évènements successifs concernant les demandeurs d'emploi sur une profondeur de 10 années glissantes. Ce fichier contient les informations relatives : aux caractéristiques du demandeur : situation démographique, familiale, socioprofessionnelle... aux caractéristiques de sa ou ses demandes d'emploi : catégorie, motif d'inscription, qualification... aux activités réduites, aux entretiens, prestations et mises en relations (et leurs résultats) dont le demandeur a bénéficié au cours d'une demande d'emploi. Pour chacune des 26 "régions" (22 métropolitaines et 4 DOM) sont constitués : un fichier historique administratif ou FHA, produit tous les mois, un fichier historique statistique ou FHS, produit trimestriellement à partir du FHA, un échantillon statistique au 1/10ème, produit trimestriellement. 2- Le fichier national des allocataires (FNA) permet également de réaliser des études longitudinales sur les demandeurs d emploi. Ce fichier est particulièrement riche en matière de données sur l indemnisation et permet ainsi de réaliser des simulations dans le cadre d'études d'impacts liés à des changements réglementaires ou opérationnels. Le FNA est une base historique de données relationnelle constituée d'éléments liés à l'indemnisation et aux différentes aides accordées aux demandeurs d'emploi. Il est alimenté à partir des applicatifs opérationnels. Un individu est présent dans le FNA s'il est demandeur d'emploi inscrit à Pôle emploi ou s'il perçoit ou a perçu une allocation ou une aide. Ces informations sont historisées depuis C'est un outil qui permet de constituer des fichiers et échantillons statistiques, des tableaux statistiques et des tables agrégées. Les principales informations contenues sont les suivantes : caractéristiques du demandeur : sexe, âge, niveau de formation... caractéristiques de la demande d emploi 11

12 caractéristiques de la demande d allocation (nature du fait générateur, type de demande caractéristiques du droit et du reliquat de droit (régime de l OD, régime particulier ) caractéristiques de l emploi perdu et de la durée d affiliation caractéristiques de la formation caractéristiques de l indemnisation (salaire journalier de référence, durée, allocations ) 3- Le système de gestion des offres d emploi (HUGO) Le système permet de «retracer» la vie d une offre d emploi déposée à Pôle emploi : prise d offre, mise en relation, offre satisfaite ou annulée. Les informations contenues sont les suivantes : caractéristiques de l offre : type de contrat, durée du contrat, qualification, métier. caractéristiques de l entreprise ayant déposé l offre : taille, secteur 4- Les systèmes décisionnels (SID et SIAD, à terme remplacés par OPALE) sont des outils de pilotage et d aide à la décision. Parmi les utilisateurs de ces outils, des opérationnels, des contrôleurs de gestion et des statisticiens. Il s agit d une base de données d une volumétrie considérable, nécessitant souvent des temps de traitements très lourds. Cependant les informations disponibles couvrent un champ large et peuvent compléter utilement les données des fichiers historiques (FH et FNA). Les informations contenues sont les suivantes : caractéristiques du demandeur caractéristiques de la demande d emploi caractéristiques de la demande d allocation, du droit caractéristiques de l indemnisation caractéristiques de l emploi perdu et de la durée d affiliation caractéristiques de la formation caractéristiques des aides à la formation, à la mobilité caractéristiques des activités réduites caractéristiques des entretiens, prestations et mises en relations (et leurs résultats) dont le demandeur a bénéficié au cours d'une demande d'emploi. caractéristiques des entreprises caractéristiques des offres d emploi 12

13 SOURCES Champ Descriptif/Commentaire Périodicité Modalités d accès Fichier historique -FHA (Fichier historique administratif) -FHS (fichier historique statistique + fichier échantillon 1/10) -Super FHS Fichier national des allocataires (FNA) (*) -Fichier histo_40 -Fichier CRP -Fichier Form Demandeur d emploi Demandeur d emploi Historique au 40 ème, toutes allocations Historique exhaustif sur les bénéficiaires CRP-CTP-CSP DE indemnisés au titre d une allocation formation Situation du DE+entretiens, mise en relation et prestation Situation du De+indemnisation Situation du DE/ identifiants regroupés par NIR Situation du DE, passé professionnel, indemnisation (au moins une allocation journalière) Situation du DE, passé professionnel, indemnisation (au moins une allocation journalière, en CTP/CRP/CSP) Caractéristiques de la formation/ une allocation sur les 24 derniers mois Mensuel Trimestriel Annuel Mise à jour mensuelle Trimestriel Mensuel Mensuel La déclaration à la CNIL du fichier historique permet la transmission de données aux équipes de recherche, sous réserve de convention Accès possible sous réserve d anonymisation et de la signature d une convention SID/SIAD Demandeur d emploi/entreprise/offres Demande, indemnisation, aides, entretiens et prestations, mise en relation Fichier des offres (HUGO) Offres d emploi Caractéristiques des offres et des entreprises (*) : La liste des fichiers n est pas exhaustive, elle est donnée à titre illustratif Mise à jour journalière Fichier mensuel Accès possible sous réserve d anonymisation et de la signature d une convention Accès possible sous réserve de signature de convention 13

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature»

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature» Fonds social européen en Investit pour votre avenir CAHIER DES CHARGES Projet de Formation (Projet régional AGEFOS-PME, OPCALIA Aquitaine et Pôle Emploi sur la formation d adhérents CTP) «Savoir utiliser

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs

Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Diagnostics Accompagnements Entreprises du tourisme, de l hôtellerie, la restauration et des activités de loisirs Mai 2015 Date limite de réponse : 20 juin 2015 Cahier des charges Pour accompagner les

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature»

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature» Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels Fonds social européen en Investit pour votre avenir CAHIER DES CHARGES Projet de Formation (Projet régional AGEFOS-PME, OPCALIA Aquitaine et

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

Appel à Projets 2013

Appel à Projets 2013 Appel à Projets 2013 POLE DES ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises REPRISE D ENTREPRISES ARTISANALES ET INDUSTRIELLES NATURE DU DISPOSITIF DIR AAP OBJECTIFS - Financer la

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION Mission d appui à l animation et au développement de la Stratégie Orientation Formation Territoriale (S.O.F.T) sur le Bassin d Emploi

Plus en détail

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste».

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste». CONTRIBUTION DE POLE EMPLOI Contrat de ville 2015-2020 Métropole Rouen Normandie Contribution écrite de Pôle emploi Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL D OFFRES. Opération CONFIANCE EN SOI

CAHIER DES CHARGES APPEL D OFFRES. Opération CONFIANCE EN SOI CAHIER DES CHARGES APPEL D OFFRES Opération CONFIANCE EN SOI PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide Briand - 93240 Stains 1 CONTEXTE Plaine

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012

bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Oi Orientation ti et accompagnement des bénéficiaires du RSA Magda Tomasini - Drees 13 février 2012 Le Revenu de solidarité active Loi du 1er décembre 2008 généralise é le revenu de solidarité ité active

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares La formation professionnelle des demandeurs d emploi COE GT formation professionnelle - Dares Éléments de cadrage L impact des stages de formation : quelles évaluations, quels enseignements? Perspectives

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Le droit individuel à la formation

Le droit individuel à la formation TOUT SAVOIR SUR LE DIF Le droit individuel à la formation Le DIF en quelques mots L'objectif du DIF est de permettre au salarié d améliorer, développer, compléter, renouveler sa qualification et ses compétences

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

CONTEXTE. - Elle est également un cadre partenarial d observation et de diffusion de l information économique locale

CONTEXTE. - Elle est également un cadre partenarial d observation et de diffusion de l information économique locale CAHIER DES CHARGES CONCERNANT LA REALISATION GRAPHIQUE ET L IMPRESSION DES SUPPORTS DE COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE DE LA MAISON DE L EMPLOI DE MARSEILLE EN CONTEXTE Le positionnement de la Maison de

Plus en détail

Appel à projet 2015. D5 : Mobilisation des employeurs : O.S. 2 3.9.1.2

Appel à projet 2015. D5 : Mobilisation des employeurs : O.S. 2 3.9.1.2 F O N D S S O C I A L E U R O P E E N Appel à projet 2015 Le Conseil général du Finistère lance un appel à projet pour l année 2015 afin de financer avec l aide des crédits du Fonds Social Européen des

Plus en détail

Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage

Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage Document de travail pour la négociation de la convention d assurance chômage 1 ère partie : augmenter les ressources du régime d assurance chômage A / La mise en place d une contribution variable Motivation

Plus en détail

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master Bilan de la campagne de suivi menée en 27-28 auprès des diplômés de Master 24-25 Méthodologie Présentation des résultats Définition des indicateurs Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Le régime des retraites de l Etat

Le régime des retraites de l Etat Le régime des retraites de l Etat Deuxième régime de retraite de France en importance des prestations versées après le régime général, le régime des retraites de l Etat gère 4,5 millions de ressortissants,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière

Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un parcours de POE COLLECTIVE Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière ADEFIM LANGUEDOC ROUSSILLON 125 Avenue des chênes rouges

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : < UTILISATION DES OUTILS DE BUREAUTIQUE, D INTERNET ET DES APPLICATIONS PROFESSIONNELLES EN TRAVAUX AGRICOLES> Dans le cadre du Plan de

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Mettre en oeuvre la clause d insertion

Mettre en oeuvre la clause d insertion Mettre en oeuvre la clause d insertion Sommaire 1. Qu est-ce que la clause d insertion? Page 3 2. Quel nombre d heures? Page 4 3. Comment répondre à une clause d insertion? Page 5 4. Quels sont les publics

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2015 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE Assistant(e)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT L APPUI REDACTIONNEL EN COMMUNICATION (hors relations presse) POUR LA MAISON DE L EMPLOI DE MARSEILLE EN 2013

CAHIER DES CHARGES CONCERNANT L APPUI REDACTIONNEL EN COMMUNICATION (hors relations presse) POUR LA MAISON DE L EMPLOI DE MARSEILLE EN 2013 CAHIER DES CHARGES CONCERNANT L APPUI REDACTIONNEL EN COMMUNICATION (hors relations presse) POUR LA MAISON DE L EMPLOI DE MARSEILLE EN 2013 CONTEXTE Le positionnement de la Maison de l Emploi de Marseille

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : < RISQUES SPÉCIFIQUES POUR LES SALARIES MIS A DISPOSITION EN EXPLOITATION AGRICOLE> Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

Trajectoires d emploi et chômage

Trajectoires d emploi et chômage Trajectoires d emploi et chômage Séminaire SACEI 15 septembre 2011 Alice Hui PENG Bruno MASSONNET AS-Consultant b.massonnet@as-consultant.com Plan 1. L enquête emploi de l INSEE 3 2 Taux de chômage BIT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES

INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES AXE 11 : INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES FICHE THEMATIQUE 11-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES PAR DES NEETS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITÉ D INVESTISSEMENT 8.2 : promouvoir l emploi

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

REDACTION DE CONTENU INTERNET

REDACTION DE CONTENU INTERNET Page 1 Dossier suivi par : Caroline MARIE 04.73.31.85.46 contact@gip-massif-central.org GIP Massif central Hôtel de Région 13/15 av. de Fontmaure 63402 Chamalières cedex CAHIER DES REDACTION DE CONTENU

Plus en détail

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION Infodoc Législation/Réglementation Formation Continue et Professionnelle Mai 2015 n 96 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail