NOTE D INFORMATION 2004/11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE D INFORMATION 2004/11"

Transcription

1 NOTE D INFORMATION 2004/11 La paie des cadres : les grandes spécificités. La première difficulté consiste à définir ce qu est un cadre. Or, la définition change selon les problématiques juridiques à trancher : ainsi, un salarié peut être affilié au régime de retraite complémentaire AGIRC sans être pour autant cadre au regard du droit du travail. Par ailleurs, la notion de cadre recouvre des situations concrètes très différentes, allant du cadre dirigeant au cadre intégré rémunéré sous le plafond de la sécurité sociale. I) LES CADRES, DES SALARIES DIFFERENTS : A) Cadres et durée de travail : 1) Cadres dirigeants : (art L du code du travail) Ce sont les cadres auxquels sont confiées des responsabilités dont l importance implique une grande indépendance dans l organisation de leur emploi du temps, qui sont habilités à prendre des décisions de façon autonome et dont la rémunération se situe dans les niveaux les plus élevés des systèmes de rémunération de l entreprise. Ils sont exclus de la législation sur la durée du travail. 2) Cadres intégrés : ( art L du code du travail) Ce sont les cadres au sens des conventions collectives de branche ou de l article 4, alinéa 1 de la convention AGIRC dont la nature des fonctions les conduit à suivre l horaire collectif applicable au sein de l atelier, du service ou de l équipe auquel ils sont intégrés. L horaire collectif reste structurant dans leur rythme de travail, même s ils arrivent un peu avant ou partent après les membres de leur service ( circ. DRT du 14 avril 2003). Ils sont soumis au droit commun de la durée du travail, comme n importe quel salarié ( heures supplémentaires, etc.). (c trav. art L ) 3) Cadres «ni-ni» ( ni dirigeants, ni intégrés), dits «cadres autonomes» : Ce sont ceux qui ne rentrent pas dans les deux autres catégories. Possibilité de conversion de forfait en heures sur l année ou, pour certains, en jours sur l année, sur la base d un accord collectif encadrant le recours à ces dispositifs. B) Cadres et retraite complémentaire AGIRC ( conv coll. AGIRC art 4 ; art 36 anni ; délib D2) 1) Cadres statutaires ( dits «cadres art 4») : Ce sont les cadres et ingénieurs au sens du droit du travail (art 4, al 1), certains VRP exclusifs et les dirigeants non titulaires d un contrat de travail et affiliés au régime général de la sécurité sociale. Ils sont obligatoirement affiliés à une caisse AGIRC quels que soient leur salaire et leur coefficient hiérarchique. 22/10/2004 1

2 2) Assimilés cadre ( dits «art 4 bis») : Ce sont les employés, techniciens, agents de maîtrise classés à un coefficient hiérarchique au moins égal à 300 au regard des arrêtés Parodi ou classés dans une position hiérarchique équivalente par les conventions collectives nationales ou régionales. Même traitement que les cadres statutaires. 3) «ART 36» : Ce sont les employés, techniciens, agents de maîtrise classés à un coefficient hiérarchique au moins égal à 200 ou au regard des arrêtés Parodi ou dans une position équivalente par les conventions collectives nationales ou régionales mais inférieurs aux assimilés cadres «art 4 bis». L employeur peut demander, volontairement ou en application d une convention collective, l affiliation à l AGIRC. La décision d affiliation doit être prise par un accord entre l employeur et la majorité des salariés concernés. C) Cadre et conventions collectives : Les conventions collectives peuvent prévoir une définition spécifique des cadres en tenant compte, par exemple, de l exercice d un commandement sur d autres salariés, du niveau de responsabilité, de l autonomie, etc ( nécessité d une lecture de la convention collective de l entreprise). D) Cadres et juges : Si un salarié revendique la qualification de cadre ( ex : pour obtenir des rappels de salaire), les conseils de prud hommes se réfèrent aux dispositions conventionnelles, et à défaut, utiliseront divers critères : certains sont déterminants ( connaissances professionnelles, fonctions exercées,), d autres constituent simplement des indices ( mention du bulletin de paye, exercice de fonctions de commandement, titre, qualification ou coefficient, etc.). En revanche, le niveau de salaire net n est pas un critère suffisant pour qualifier un salarié de cadre ou, au contraire, l exclure de cette catégorie. II ) LES COTISATIONS SOCIALES : A) Les cotisations AGIRC ( TB et TC) : 1) les affiliés : Les cadres doivent être obligatoirement affiliés à une caisse de retraite complémentaire AGIRC. Mais relèvent aussi de l AGIRC certains salariés qui ne sont pas cadres et sont admis à cotiser à une caisse AGIRC : «art 36» et assimilés cadres «art 4 bis». ( voir I) 2) Retraite complémentaire sur tranche B : Sur la tranche de rémunération comprise entre une fois et quatre fois le plafond de la sécurité sociale (entre 2476 euros et 9904 euros par mois en 2004), les cotisations de retraite complémentaire représentant un taux effectif de 20% ( taux contractuel de 16% appelé à 125%), ventilé entre 7,50% de part salariale et 12,50% de part patronale. Les cadres rémunérés en dessous du plafond ou légèrement au- dessus doivent se voir appliquer la garantie minimale de points.(gmp) 22/10/2004 2

3 3) Retraite complémentaire sur tranche C : Sur la tranche de rémunération comprise entre quatre et huit plafonds de la sécurité sociale ( entre 9904 euros et euros par mois en 2004), les taux de cotisation de retraite complémentaire sont égaux au taux de la tranche B, soit un taux contractuel minimal de 20%. En revanche, la répartition des cotisations entre l employeur et le cadre peut être différente. Elle est définie librement par accord au sein de l entreprise. A défaut d accord, il convient d appliquer la répartition de la tranche B. 4) Arrêt de travail : attention à la GMP. Depuis le premier janvier 2002, en cas d arrêt de travail indemnisé par la sécurité sociale ( maladie, accident, etc.), les cotisations AGIRC sont calculées en fonction de la tranche B résiduelle. Si le brut soumis à cotisation passe en dessous du salaire charnière, il faut alors appliquer la GMP. 5) APEC : pour les cadres art 4 et 4 bis. Seules les rémunérations des cadres art 4 et 4 bis sont soumises à la cotisation APEC ( 0,024% de part salariale et 0,036% de part patronale sur la tranche B). En plus de cette cotisation, chaque année, il faut prélever un forfait APEC sur la paye de mars, de ceux de ces cadres en activité au 31 mars ( 10,70 euros de part patronale et 7,13 euros de part salariale en 2004). Un cadre qui perçoit une rémunération inférieure au plafond de la sécurité sociale ne doit aucune cotisation APEC, à l exception du forfait. 6) CET et AGFF : pour tous. La paye de tous les participants au régime AGIRC doit comporter la contribution exceptionnelle et temporaire. Versée à l AGIRC, elle est prélevée sur les tranches A, B, C, c est à dire sur la totalité de sa rémunération limitée à 8 plafonds, à un taux global de 0,35 % dont 0,13 % de part salariale et 0,22 % de part patronale ( respectivement 0,15 % et 0,20% pour les VRP relevant de l IRPVRP. L AGFF sur la tranche B ( 0,90% de part salariale et 1,30% de part patronale) est également versée à la caisse AGIRC. En revanche, l AGFF sur tranche A est versée à la caisse ARRCO. 7) Retraite complémentaire sur tranche A : Les cadres affiliés à une caisse AGIRC cotisent aussi à l ARCCO sur la tranche A. Le taux de cotisation en retraite complémentaire est de 7,50% ( 3% de part salariale et 4,50 % de part patronale pour une répartition «employeur/ salarié» de «60/40» ). L AGFF représente 0,80% de part salariale et 1,20% de part patronale. B) La garantie minimale de points AGIRC (GMP) : L affiliation à l AGIRC est indépendante de la rémunération du cadre. La garantie minimale des points a été instituée pour permettre aux cadres peu rémunérés d acquérir un minimum de points de retraite. Le montant de la cotisation de retraite complémentaire AGIRC et, par voie de conséquence, le salaire au-dessous duquel joue la GMP ( appelé «salaire charnière») sont déterminés par l AGIRC en début d année. 1) Cotisation minimale et salaire charnière en 2004 : Pour 2004 les cotisations minimales de retraite complémentaire AGIRC en tranche B sont de 54 euros par mois ( 648 euros par an) repartis entre l employeur et le cadre comme sur la tranche B ordinaire ( par mois : part patronale de 33,75 euros et part salariale de 2,25 euros). 22/10/2004 3

4 2) Temps partiel, CDD, départ ou entrée en cour d année. Si le cadre est à temps partiel, la GMP doit être proratisée par le rapport salaire réel / salaire équivalent temps plein. En cas de CDD, d entrée ou de départ du cadre en cours d année, La GMP doit également être proratisée en fonction du temps de présence sur l année ou s agissant de fractions de mois, en trentièmes. 3) Ne pas oublier de régulariser la GMP en fin d année : La GMP doit être régularisée en fonction de la rémunération annuelle du cadre au regard du salaire charnière GMP sur l année, le cas échéant proratisé en cas d entrée ou de sortie en cour d année. 4) Pas d AGFF, de CET, et d APEC sur la base GMP. Mieux vaut traiter la GMP sur une ligne à part du bulletin de paye : la base GMP n est soumise ni à la CET, ni à l APEC, ni à l AGFF. C) Sommes isolées : 1) Sommes versées au départ. Le cadre peut percevoir, lors de son départ de l entreprise, des sommes dites «isolées» qui ne font pas partie de sa rémunération habituelle : indemnités compensatrices de congés payés, certains rappels de salaire, l indemnité de fin de CDD ou l indemnité de départ volontaire en retraite, etc. 2) Cotisations. Les sommes isolées sont soumises aux cotisations AGIRC ( retraite complémentaire et AGFF Tr B, CET) et à l APEC en totalité, dans la limite de 7 fois le plafond annuel de la sécurité sociale. Si la rémunération du cadre pour l exercice précèdent n a pas atteint la tranche C, la somme isolée est affectée en totalité en tranche B dans la limite de 7 plafonds ( retraite complémentaire AGIRC, CET, APEC et AGFF). Si la rémunération annuelle de l exercice précédent a atteint la tranche C, le somme isolée est affectée en tranche B dans la limite de 3 plafonds annuels ( retraite complémentaire AGIRC, AGFF, APEC et CET) en tranche C pour la partie allant de 3 à 7 plafonds ( retraite complémentaire AGIRC, CET). D) Prévoyance complémentaire et retraite supplémentaire : Les cadres sont les destinataires privilégiés de régime de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire. Les régimes diffèrent souvent de ceux des autres salariés. 1) Régime fiscal connu. Le nouveau régime fiscal des cotisations patronales de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire est connu ( nous consulter). 2) Régime social : pas encore de décret Le nouveau régime social n a pas, en revanche, été totalement finalisé, un système transitoire ayant été fixé dans l attente. Il repose toutefois sur les principes suivants : 22/10/2004 4

5 - Désormais, les cotisations patronales aux régimes de retraite complémentaire légalement obligatoire ( AARCO, AGIRC, etc.) sont exonérées de cotisations, de CSG et de CRDS sans aucune limitation ; - Les cotisations patronales aux régimes de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire sont exonérées de cotisations dans la limite de plafonds spécifiques à fixer par décret, à condition que ces régimes soient obligatoires et collectifs ( il existe cependant des dispositions transitoires pour les régimes facultatifs antérieurs à la réforme des retraites), sachant que ces contributions patronales sont d office soumises à CSG et à CRDS après abattement d assiette de 5%. 3) Assurance décès obligatoire. L employeur doit nécessairement verser pour ses cadres une cotisation à sa charge exclusive égale à 1,5% de la tranche A. Cette assurance décès est en revanche facultative pour les «art 36». Comme les autres cotisations patronales de prévoyance complémentaire, la cotisation patronale assurance décès est incluse en totalité dans la base CSG et la CRDS ( après abattement d assiette de 5%). 4) La taxe de 8%. Les entreprises de plus de 9 salaries doivent payer une taxe de 8 % assise sur les contributions de prévoyance complémentaire qu elles versent au profit des salariés. Les 1,5 % d assurance décès obligatoire sont soumis à la taxe de 8 %. III DUREE DU TRAVAIL A) Il faut distinguer trois catégories de cadres. 1) Cadres dirigeants : exclus de la législation sur la durée du travail. Les cadres dirigeants ne sont pas concernés par les textes relatifs à la durée du travail, aux durées maximales de travail, au repos quotidien et hebdomadaire et aux jours fériés, aux heures supplémentaires. Outre le fait qu elle est dénuée de tout valeur juridique, une convention de forfait «tous horaires» est donc inutile. Leur bulletin de paye est établi sans référence à un horaire de travail ou à un taux horaire. 2) Cadres intégrés dans une équipe de travail : pas de spécificités. Les cadres intégrés sont soumis au droit commun du code du travail de la durée de travail, et peuvent prétendre, le cas échéant, aux heures supplémentaires. Comme les autres salariés, ils peuvent signer une convention de forfait en heures sur une base hebdomadaire ou mensuelle : son volume doit être déterminé. Dans ce cas, leur bulletin fait apparaître le nombre d heures du forfait et, de façon distincte, les heures supplémentaires effectués au delà du forfait avec les majorations correspondantes. 3) Cadres «ni-ni» : forfait en heures ou en jours. Les cadres «ni-ni» (intermédiaires) peuvent être traités comme des cadres intégrés ( pas de forfait ou forfait hebdomadaire ou mensuel en heures.) Sur la base d un accord collectif définissant notamment les cadres visés, ils peuvent aussi : - signer un forfait en heures pour l année, - ou, pour certains d entre eux définis au regard de leur autonomie dans l organisation de leur emploi du temps, signer une convention de forfait en jours sur l année. 22/10/2004 5

6 Lorsque la durée du travail se décompose sur la base d une convention de forfait, le bulletin de salaire doit mentionner la nature et le volume du forfait en fonction duquel la rémunération est calculée ( pour un forfait jours, 210 jours par an par exemple). Les cadres en forfait jours doivent par ailleurs recevoir chaque année un récapitulatif détaillant le nombre de journées ou de demi-journées travaillées sur l année. Cadres: quelle convention choisir? Cadres dirigeants Cadres integrés Cadres ni dirigeants ni integrés Convention de forfait en heures, hebdomadaire ou mensuelle Oui, si accord express entre le salarié et l'employeur Convention de forfait en heures sur l'année Convention de forfait en jours sur l'année Conventions de forfait inutiles car ces cadres ne sont pas soumis à la durée du travail (1) Non Accord collectif indispensable Clause contractuelle ou avenant Oui pour certains (2) Accord collectif indispensable Clause contractuelle ou avenant (1) En pratique, les forfaits " tous horaires" sont utilisés, bien qu'ils soient dénués de toute valeur juridique, faute pour la convention de fixer le nombre d'heures compris dans le forfait. (2) Catégories de cadres ni dirigeants ni intégrés définis par l'accord collectif au regard de leur degré d'autonomie dans l'organisation de leur emploi du temps. B) Contingent et repos compensateur : 1) Forfaits annuels et cadres dirigeants exclus. Les cadres «ni-ni» ayant signé une convention de forfait en heures ou en jours sur l année ainsi que les cadres dirigeants sont exclus des règles relatives au contingent annuel d heures supplémentaires et au repos compensateur légal. Il n y a donc aucun compteur à suivre. 2) Autres cadres : Même droits que les autres salariés. Dans les autres cas ( voir tableau) le statut de cadre n exclut pas l application des règles relatives à l imputation des heures supplémentaires du contingent annuel et à l acquisition du repos compensateur légal, que les intéressés soient sans convention de forfait ou sous convention de forfait en heures hebdomadaire ou mensuelle. Il convient de leur appliquer exactement les mêmes règles que pour les autres salariés ( suivi des compteurs, annexes au bulletin de paye sur le repos compensateur, etc.) IV AVANTAGES EN NATURE : SURVEILLER LES DIVERGENCES : A) Evaluation sociale / évaluation fiscale. Il n y a pas de distinction entre salariés cadres et salariés non cadres lorsqu il s agit d évaluer les avantages en nature pour l assiette des cotisations. Si, pour l essentiel, les règles fiscales sont identiques, il en va autrement lorsque la rémunération du salarié dépasse le plafond de la sécurité 22/10/2004 6

7 sociale pour certains avantages en nature. Or la différence est importante puisqu elle a des répercussions sur le net des salariés ( BO 5 f-1-04 du 6 février 2004) B) Mandataires sociaux. Pour les mandataires sociaux, l administration fiscale admet exclusivement la règle de l évaluation réelle, y compris si l intéressé est titulaire d un contrat de travail. Pour évaluer l avantage en nature au regard de l assiette des cotisations, le réel reste la règle mais il connaît deux tempéraments importants : - si l avantage en nature est octroyé au mandataire social en contrepartie d un contrat de travail pour lequel il reçoit une rémunération distincte, il est possible de recourir aux évaluations forfaitaires ; - si le mandataire, bien qu affilié au régime général, n a pas de contrat de travail, l administration considère que l évaluation forfaitaire est possible pour l avantage en nature véhicule et celui représentant la part d utilisation privée des NTIC mises à disposition pour un usage professionnel. C) Logement : attention si la rémunération dépasse le plafond. L évaluation de l avantage en nature logement se fait pour l assiette des cotisations, soit selon une évaluation réelle, soit à partir d un barème forfaitaire variant selon la rémunération et le nombre de pièces du logement. Pour l administration fiscale, seule l évaluation réelle est possible lorsque la rémunération brute en espèces du salarié dépasse le plafond de la sécurité sociale, ce qui sera souvent le cas des cadres. D) Véhicules : Pour un salarié dont la rémunération en espèces dépasse le plafond, l administration fiscale impose l évaluation au réel selon les modalités prévues par la réglementation sociale, étant précisé qu elle admet en pratique le recours au barème kilométrique. Pour ce qui concerne l assiette des cotisations, l employeur a le choix entre une évaluation au réel ou au forfait sachant que le recours au barème kilométrique n est pas envisagé. 22/10/2004 7

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ATTENTION Cette fiche est du niveau BEP : - elle ne traite que des cas de salariés mensualisés; - elle ne traite pas les problèmes de réductions de cotisations de la loi

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. Le 18/12/2014 CIRCULAIRE 2014-16-DRJ Objet : Paramètres 2015 Madame, Monsieur le directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe l'ensemble des paramètres utiles à compter du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance Dernière révision le 25.07.2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Le décret fixant le seuil d exonération des contributions patronales

Plus en détail

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014.

Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Les changements sur la feuille de paie en 2014 2014-01-03 00:00:00 Comme chaque début d année, voici les principales informations à connaître pour établir la feuille de paie à partir de janvier 2014. Barèmes

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Catégorie de salariés

Catégorie de salariés Catégorie de salariés Contractuellement, les catégories de salariés sont définies par le code CPN (catégorie professionnelle normalisée) et le libellé de la catégorie. Ces valeurs n étant pas connues dans

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Renégociation des accords d'entreprise www.steria.com

Renégociation des accords d'entreprise www.steria.com Renégociation des accords d'entreprise. Document confidentiel Document : Nott_négo_131114_V1.ppt Page 1 Renégociation des accords d'entreprise Agenda 1 2 Durée du travail Principes généraux, Horaire de

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires

LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires LE CABINET HÉBERT & ASSOCIÉS VOUS INFORME... Les heures supplémentaires et complémentaires Limoges, le 17 octobre 2007 Madame, Monsieur et Cher Client, La Loi 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du Travail,

Plus en détail

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ

AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ AVENANT N 2 ET N 2 BIS A LA CCN DES HCR FAQ Les réponses apportées aux questions ci-dessous sont données sous réserves des éventuelles réserves ou exclusions que le ministère du travail pourrait prendre

Plus en détail

LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR

LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR LOI TEPA : HEURES SUPPLEMENTAIRES TOUT CE QU IL VOUS FAUT SAVOIR Conditions d application du dispositif de réduction et de déduction des cotisations de sécurité sociale : Doit on appliquer un taux de majoration

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Newsletter Sociale AVRIL 2014

Newsletter Sociale AVRIL 2014 Newsletter Sociale AVRIL 2014 Sommaire 1. Fixation du montant de la cotisation GMP pour l année 2014 2. Taxe sur les salaires : rectificatif de l Administration 3. Annexe : Tableau récapitulatif des charges

Plus en détail

Cotisations sociales : taux et assiettes des charges

Cotisations sociales : taux et assiettes des charges Fiche SOCIAL : Février 2011 Cotisations sociales : taux et assiettes des charges Introduction Les cotisations sociales sont perçues, au titre de la solidarité nationale, sur toutes les rémunérations perçues

Plus en détail

Heures supplémentaires et heures complémentaires

Heures supplémentaires et heures complémentaires INSTRUCTION n 2015-4 du 8 janvier 2015 Heures supplémentaires et heures complémentaires Emetteur : Direction des ressources humaines et des relations sociales - Direction gestion administrative du personnel

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel

LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel N 113 SOCIAL n 42 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 septembre 2008 ISSN 1769-4000 LOI DU 20 AOUT 2008 PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL L essentiel

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004

Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 Entre : Avenant n 1 du 11 décembre 2012 à la convention collective nationale des Cadres du Bâtiment du 1 er juin 2004 la Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE 1- LE BULLETIN DE PAIE Document 1 : les mentions obligatoires du bulletin de paie Un bulletin de paie doit comporter les mentions obligatoires suivantes : - nom et adresse

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 001 La ffrranchiise de cottiisattiion L assiietttte fforrffaiittaiirre Le rrembourrsementt de ffrraiis prroffessiionnells Le rrembourrsementt

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

Plafond de la sécurité sociale pour 2015

Plafond de la sécurité sociale pour 2015 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction des Relations Sociales, des Règles RH et du Logement Social Règles RH Destinataires Diffusion narionale Tous services Contact Tél :

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Chiffres, taux et assiettes 2011

Chiffres, taux et assiettes 2011 Notice Chiffres, taux et assiettes 2011 Plafond de la Sécurité sociale (PSS) LES VALEURS À compter du 01/01/2011 Plafond mensuel de la Sécurité sociale Plafond trimestriel de la Sécurité sociale Plafond

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Le forfait jours

FICHE PRATIQUE Le forfait jours FICHE PRATIQUE Le forfait jours Le forfait annuel en jours est une organisation atypique du travail, réservée aux salariés les plus autonomes, qui propose de décompter le temps de travail non pas en heures

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Charges sociales : assiettes et taux de cotisation

Charges sociales : assiettes et taux de cotisation Charges sociales : assiettes et taux de cotisation Taux des cotisations sociales sur salaire, en vigueur en juillet 2012 (cadres et non-cadres). Charges sur salaire depuis le 1er janvier 2012 - Barème

Plus en détail

Comptabilité approfondie de la paie

Comptabilité approfondie de la paie Comptabilité approfondie de la paie Chapitre 1 Bulletin de paie (Présentation générale de la paie méthodologie des calculs (bulletins «non cadre» - bulletins «cadre» - cotisations et autres charges ; bulletins

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011

DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL. Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DURÉE LÉGALE DU TRAVAIL Document REFLEXE RH - Mis à jour Août 2011 DUREE LEGALE DU TRAVAIL Depuis le 1 er janvier 2002, la durée légale du travail est de 35 heures par semaine dans toutes les entreprises.

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Apprentissage : Taux et assiettes des charges sociales au 1 er janvier 2015

Apprentissage : Taux et assiettes des charges sociales au 1 er janvier 2015 les infos DAS n 019 27 janvier 2015 Apprentissage : Taux et assiettes des charges sociales au 1 er janvier 2015 Il convient de rappeler qu un arrêté du 3 août 2011 (JO du 6 septembre 2011) a modifié l

Plus en détail

de retraite et de prévoyance 2006

de retraite et de prévoyance 2006 2 Excédents de cotisations de retraite et de prévoyance 2006 Les contributions de retraite et de prévoyance ne sont exonérées de cotisations et d impôt sur le revenu que dans certaines limites. Le moment

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II)

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II) NOTE D INFORMATION CV/ NT Réf. : II-13-1 et II-13-3-3 1 er septembre 2006 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES/loi financ. Sécurité sociale 06 Indemnités journalières LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT

Plus en détail

>> Incidence de la CSG et CRDS sur le calcul du complément employeur en cas d arrêt de travail : régularisation de la situation

>> Incidence de la CSG et CRDS sur le calcul du complément employeur en cas d arrêt de travail : régularisation de la situation Info n 1331 03 Informations ASJ 07 03 Pôle Relations Sociales et Juridiques >> Incidence de la CSG et CRDS sur le calcul du complément employeur en cas d arrêt de travail : régularisation de la situation

Plus en détail

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010

Congés payés : les points à maîtriser. Octobre 2010 Congés payés : les points à maîtriser Octobre 2010 Sommaire Conditions d ouverture des droits à congés Calcul de la durée des congés Décompte des congés Obligation de prise des congés Paiement des congés

Plus en détail

BAC PRO. Bac Pro Tertiaires - Toutes formations ADP PAIE. Gestion du personnel - Paie. Jean-Claude MONNOT Thierry PORTERAT Dominique VASSAL

BAC PRO. Bac Pro Tertiaires - Toutes formations ADP PAIE. Gestion du personnel - Paie. Jean-Claude MONNOT Thierry PORTERAT Dominique VASSAL BAC PRO Bac Pro Tertiaires - Toutes formations ADP PAIE Gestion du personnel - Paie Jean-Claude MONNOT Thierry PORTERAT Dominique VASSAL DOSSIER 1 La rémunération THÈMES Bulletin de paie Présentation et

Plus en détail

RH PAYE version 5.15 standard 3.79

RH PAYE version 5.15 standard 3.79 RH PAYE version 5.15 standard 3.79 Cette notice vous présente toutes les nouveautés et améliorations de cette nouvelle version. Nous vous rappelons la nécessité de procéder à des sauvegardes régulières

Plus en détail

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Avertissement : nous sommes dans l attente de plusieurs textes réglementaires

Plus en détail

CSM FORMATION CSM FORMATION. Programme 2015. Murat LE BILAN SOCIAL CONTENU L OFFRE 2015

CSM FORMATION CSM FORMATION. Programme 2015. Murat LE BILAN SOCIAL CONTENU L OFFRE 2015 LE BILAN SOCIAL Savoir élaborer des tableaux de bord. Réaliser un bilan social. Responsables du service du personnel. Etre familier avec les tâches administratives du Service des Ressources Humaines. Spécialiste

Plus en détail

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE

ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ÉTABLIR UN BULLETIN DE SALAIRE ATTENTION Cette fiche est du niveau BEP : - elle ne traite que des cas de salariés mensualisés; - elle ne traite pas les problèmes de réductions de cotisations de la loi

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

Le salaire et les indemnités des assistants maternels

Le salaire et les indemnités des assistants maternels Le salaire et les indemnités des assistants maternels Les assistants maternels sont des salariés à part entière, ils perçoivent donc un salaire mensuel et des indemnités dont les modalités de calcul sont

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de. professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 A JOUR AU 1 er janvier 2008 L e contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SOCIALES POUR 2014

LES OBLIGATIONS SOCIALES POUR 2014 Sources : Editions Législatives, bulletin n 212-1 Code de la Sécurité Sociale www.urssaf.fr Loi de finances 2014 AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une simple

Plus en détail

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail.

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. LES CONGES PAYES DES ASSISTANTS MATERNELS Il s'agit d'une période de repos rémunérée accordée obligatoirement chaque année au salarié par son employeur. Pendant cette période, l'employeur ne peut pas faire

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire

CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006. Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire CIRCULAIRE COMMUNE 2006-1 -DRE Paris, le 08/02/2006 Objet : Assiette des cotisations Contributions patronales aux régimes de retraite complémentaire Madame, Monsieur le directeur, L article 113 de la loi

Plus en détail

CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322

CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322 CCN du 15 mars 1966 - Avenant 322 Mémento Prestations Sommaire Rappel des garanties 3 Page Détermination du salaire de référence 5 Constitution et prise en charge des dossiers Arrêts de travail 8 Constitution

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation. conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Le contrat de professionnalisation conclu à compter du 1 er janvier 2008 À JOUR AU 1 er mars 2011 Le contrat de professionnalisation permet à son titulaire d acquérir

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS UESTIONS-REPONSES : LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Inépuisable source de polémiques, les règles qui encadrent la durée du travail et plus particulièrement les heures supplémentaires

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

SALARIES EMBAUCHES OU DEBAUCHES EN COURS DE TRIMESTRE

SALARIES EMBAUCHES OU DEBAUCHES EN COURS DE TRIMESTRE Branche Recouvrement 4 RUE DU GENERAL MANGIN BP L5 98849 NOUMEA CEDEX NOUVELLE-CALEDONIE RIDET N 112615-001 TEL./ FAX. : (687) 25.58.09 NOTICE EXPLICATIVE des règles de détermination des assiettes proratisées

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 205 avril 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 205 avril 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 205 avril 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Nos bureaux seront fermés les lundi 21 avril, jeudi 1er mai, vendredi

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA»

Documents de contrôle de la durée du travail nécessaires au bénéfice de la loi «TEPA» SYNTHESE Social Textes et références Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 (JO 22 août) : article 1 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 (JO 25 septembre) : article D. 241-25 CSS Articles D. 212-18 à 24 du

Plus en détail

Participation forfaitaire santé et prévoyance Informations complémentaires

Participation forfaitaire santé et prévoyance Informations complémentaires Participation forfaitaire santé et prévoyance Informations complémentaires Concerne uniquement les clients ayant une participation employeurs sur leurs cotisations mutuelles ou prévoyance. Cette note d

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 PARIS, le 24/05/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 OBJET : Modifications apportées au régime social des indemnités versées à l'occasion

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 4. Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 4. Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 4 Guide entreprises avril 2014 Sommes isolées et cotisations de retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

CHARGES SOCIALES 2015

CHARGES SOCIALES 2015 CHARGES SOCIALES 2015 Plafond sécurité sociale Plafond de sécurité sociale Périodicité 2015 Année 38 040 Trimestre 9 510 Mois 3 170 Quinzaine 1 585 Semaine 732 Jour 174 Heure 24 (1) 1 24 pour une durée

Plus en détail

Cotisations et contributions sociales sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014

Cotisations et contributions sociales sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 et contributions sociales sur les salaires au 1 er janvier 2014 Tableaux n 1 : taux de droit commun Les cotisations sociales légales de sécurité sociale Assurances sociales agricoles maladie, 1 vieillesse

Plus en détail

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires

Xavier Remongin/Min.agri.fr. Soutien à l emploi et au pouvoir d achat. Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires 2008 Xavier Remongin/Min.agri.fr Soutien à l emploi et au pouvoir d achat Exonération des cotisations sociales sur les heures supplémentaires Depuis le 1er octobre 2007, les employeurs agricoles qui ont

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

P2C06 La re alisation de la paye

P2C06 La re alisation de la paye I. L organisation de la paye P2C06 La re alisation de la paye La paye s effectue chaque mois selon un calendrier strict à définir. Si la paye doit être versée le dernier jour du mois, toutes les opérations

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES CIRCULAIRE CDG90 13/08 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES! Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012

ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 ACTUALITES DE LA PAYE SEPTEMBRE 2012 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME SOCIAL DES HEURES SUPPLEMENTAIRES... 2 PRECISION SUR LE NOUVEAU REGIME DE FORFAIT SOCIAL... 5 LES HEURES SUPPLEMENTAIRES ET COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007

Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 Heures supplémentaires/complémentaires ce qui change au 1 er octobre 2007 1. Le cadre législatif : - champ d application - définition des heures supplémentaires et complémentaires - durée légale et maximale

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR ASSURANCE COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE DES SALARIES NON CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE RELEVANT DE L ACCORD NATIONAL DU 10 JUIN 2008 GUIDE EMPLOYEUR Janvier 2014 Votre site dédié: www.anips.fr Votre plate

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail