THESE POUR LE DOCTORAT EN MEDECINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THESE POUR LE DOCTORAT EN MEDECINE"

Transcription

1 FACULTE MIXTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE ROUEN ANNEE 2007 N THESE POUR LE DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d Etat) PAR DURAND Alain Né le 22/04/1979 à Rouen Présentée et soutenue publiquement le 23/04/2007 DIABETE GESTATIONNEL : DONNEES ACTUELLES ET GLYCEMIE A JEUN ; SUIVI D UNE POPULATION A RISQUE. PRESIDENT DU JURY : Professeur J.M. Kuhn DIRECTEUR DE THESE : Docteur G. Ozenne 1

2 2

3 ANNEE UNIVERSITAIRE U.F.R DE MEDECINE PHARMACIE DE ROUEN DOYEN : ASSESSEURS : Professeur Christian THUILLEZ Professeur Jean-Louis PONS Professeur Francis MICHOT Professeur François TRON Professeur Joël LECHEVALLIER DOYENS HONORAIRES : Professeurs J. BORDE - L. COLONNA -Ph. LAURET- H. PIGUET PROFESSEURS HONORAIRES : MM. M-P AUGUSTIN - J.ANDRIEU- GUITRANCOURT - M.BENOZIO - J.BORDE - J. BOURREILLE - Ph. BRASSEUR R.CHANEL - R.COLIN - L.COLONNA - E.COMOY - J.DALLION - P.DESHAYES - C.FESSARD - J.P FILLASTRE - P. FRIGOT - J.GARNIER - J.HEMET - C.HELLOUIN DE MENIBUS - B.HILLEMAND - G.HUMBERT - P.JOUANNEAU - J.M.JOUANY - J.LANGLOIS - R. LAUMONIER M.LE FUR - J.P.LEMERCIER - J.P.LEMOINE - J.LEROY Mle MAGARD - M.B. MAITROT - M.MAISONNET - F.MATRAY - P.MTIROFANOFF - P.MORERE - Mme A.M.ORECCHIONI - P.PASQUIS - H.PIGUET -M.SAMSON - Mme SAMSON-DOLLFUS - J.C.SCHRUB - R.SOYER -B.TARDIF - J.TESTARD J.M THOMINE - P.TRON - C.WINCKLER - L.M. WOLF I- MEDECINE PROFESSEURS : M. Bruno BACHY HCN Chirurgie pédiatrique M. Jacques BENICHOU HCN Biostatistiques et informatique médicale M. Eric BERCOFF HB Médecine interne (gériatrie) M. Jean-paul BESSOU HCN Chirurgie thoracique et cardio-vasculaire Mme Françoise BEURET-BLANQUART CR MPR Médecine physique et de réadaptation M. Norman BIGA HCN Orthopédie traumatologie M. Guy BONMARCHAND HCN Réanimation Médicale M. Olivier BOYER UFR Immunologie M. Gérard BRASSEUR HCN Ophtalmologie M. Jean-François CAILLARD HCN Médecine et santé au travail 3

4 M. François CARON HCN Maladies infectieuses et tropicales M. Philippe CHASSAGNE HB Médecine interne (gériatrie) M. Hubert COURTOIS HB Médecine interne M. Alain CRIBIER HCN Cardiologie M. Pierre CZERNICHOW HCN Epidémiologie, économie de la santé M. Jean - Nicolas DACHER HCN Radiologie et Imagerie Médicale M. Stéphan DARMONI HCN Informatique médicale/techniques de communication M. Pierre DECHELOTTE HCN Nutrition Mme Danièle DEHESDIN HCN Oto Rhino - Laryngologie M. Philippe DENIS HCN Physiologie M. Jean DOUCET HB Thérapeutique/Médecine Interne Gériatrie M. Bernard DUBRAY CB Radiothérapie M. Philippe DUCROTTE HCN Hépato -Gastro - Entérologie M. Franck DUJARDIN HCN Chirurgie Orthopédique et Traumatologique M. Fabrice DUPARC HCN Anatomie - Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Mle Hélène ELTCHANINOFF HCN Cardiologie M. Thierry FREBOURG UFR Génétique M. Pierre FREGER HCN Anatomie Neurochirurgie M. Michel GODIN HB Néphrologie M. Philippe GRISE HCN Urologie M. Didier HANNEQUIN HCN Neurologie M. Philippe HECKETSWEILER HCN Hépato Gastro - Entérologie Policlinique Mme Claudine JANVRESSE HCN Virologie M. Pascal JOLY HCN Dermato - vénéréologie M. Jean-Marc KUHN HB Endocrinologie et maladies métaboliques Mme Annie LAQUERRIERE HCN Anatomie cytologie pathologiques M. Philippe LAURET HCN Dermato - vénéréologie M. Alain LAVOINE UFR Biochimie et biologie moléculaire M. Joël LECHEVALLIER HCN Chirurgie infantile M. Patrick LE DOSSEUR HCN Radiopédiatrie 4

5 M. Hervé LEFEBVRE HB Endocrinologie et maladies métaboliques M. Xavier LE LOET HB Rhumatologie M. Jean-François LEMELAND HCN Bactériologie M. Eric LEREBOURS HCN Nutrition Mle. Anne-Marie LEROI HCN Physiologie M. Hervé LEVESQUE HB Médecine Interne M. Bertrand MACE HCN Histologie, embryologie, cytogénétique M. Eric MALLET HCN Biologie du développement et de la reproduction M. Christophe MARGUET HCN Pédiatrie Mme Isabelle MARIE HB Médecine interne M. Jean-Paul MARIE HCN ORL M. Loïc MARPEAU HCN Gynécologie - obstétrique M. Stéphane MARRET HCN Pédiatrie Mme Josette METAYER HCN Anatomie et Cytologie Pathologiques M. Pierre MICHEL HCN Hépato Gastro - Entérologie M. Francis MICHOT HCN Chirurgie digestive M. Bruno MIHOUT HCN Neurologie M. Pierre-Yves MILLIEZ HCN Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique M. Mathieu MONCONDUIT CB Hématologie M. Jean-François MUIR HB Pneumologie M. Marc MURAINE HCN Ophtalmologie M. Philippe MUSETTE HCN Dermatologie Vénéréologie M. Georges NOUVET HCN Pneumologie M. Christophe PEILLON HCN Chirurgie générale M. Jean-Marc PERON HCN Stomatologie et chirurgie maxilo - faciale M. Michel PETIT CHS Psychiatrie M. Christian PFISTER HCN Urologie M. Didier PLISSONNIER HCN Chirurgie vasculaire M. Bernard PROUST HCN Médecine Légale M. François PROUST HCN Neurochirurgie M. Jean-Christophe SABOURIN HCN Anatomie - pathologie M. Michel SCOTTE HCN Chirurgie digestive 5

6 M. François SIMON HCN Virologie M. Paul TENIERE HCN Chirurgie digestive Mle Florence THIBAUT HCN Psychiatrie d adultes M. Luc THIBERVILLE HCN Pneumologie M. Jacques THIEBOT HCN Radiologie et imagerie médicale M. Christian THUILLIEZ HB Pharmacologie M. Hervé TILLY CB Hématologie et transfusion M. François TRON UFR Immunologie M. Jean-Pierre VANNIER HCN Pédiatrie génétique M. Benoît VEBER HCN Anesthésiologie Réanimation chirurgicale M. Pierre VERA CB Biophysique et traitement de l image M. Eric VERSPYCK HCN Gynécologie obstétrique M. Olivier VITTECOQ HB Rhumatologie M. Jacques WATELET HCN Chirurgie vasculaire M. Jacques WEBER HCN Physiologie PROFESSEURS ASSOCIES A TEMPS PLEIN : M. Serguei FETISSOV UFR Nutrition M. Slim JOUINI HCN Radiologie et Imagerie Médicale PROFESSEURS ASSOCIES A MI-TEMPS : M. François BECRET UFR Médecine Générale MAITRES DE CONFERENCES : Mme Noëlle BARBIER-FREBOURG HCN Bactériologie Virologie M. Fabrice BAUER HCN Cardiologie M. Gérard BUCHONNET HCN Hématologie Mme Sophie CLAEYESSENS UFR Biochimie et biologie moléculaire M. Philippe COURVILLE HCN Anatomie et cytologie pathologiques M. Jean-François GEHANNO HCN Médecine et santé au travail Mme Catherine HAAS-HUBSCHER HCN Anesthésie Réanimation chirurgicale 6

7 Mme Bernadette HECKETSWEILER HCN Biochimie et biologie moléculaire M. Serge JACQUOT UFR Immunologie M. Joël LADNER HCN Epidémiologie, économie de la santé M. Jean-Baptiste LATOUCHE UFR Biologie Cellulaire M. Jean-françois MENARD HCN Biophysique Mme Chantal MICHOT HCN Anatomie et cytologie pathologiques M. Jean-Michel MULLER HCN Anatomie - service des urgences M. Jean-Christophe PLANTIER HCN Bactériologie Virologie Mme Rosa POUSSOU HCN Pédiatrie Mme Muriel QUILLARD HCN Biochimie et biologie moléculaire M. Vincent RICHARD UFR Pharmacologie Mme Nathalie RIVES HCN Biologie du développement et de la reproduction M. Francis ROUSSEL HCN Histologie, Embryologie, cytogénétique Mme Pascale SAUGIER-VEBER HCN Génétique M. Eric VERIN HCN Physiologie Mme Agnès ZMUDA HCN Chirurgie infantile MAITRES DE CONFERENCES ASSOCIES A MI-TEMPS : M. Jean-Loup HERMIL UFR Médecine Générale M. Alain MERCIER UFR Médecine Générale M. Philippe NGUYEN THANH UFR Médecine Générale PROFESSEURS AGREGES OU CERTIFIES Mme Dominique LANIEZ UFR Anglais Mme Michèle GUIGOT UFR Sciences humaines Techniques d expression 7

8 II- PHARMACIE PROFESSEURS : M. Jean-Jacques BONNET Pharmacologie M. Roland CAPRON Physique M. Jean COSTENTIN Pharmacologie M. Loïc FAVENNEC Parasitologie M. Michel GUERBET Toxicologie M. Olivier LAFONT Chimie organique Mme. Isabelle LEROUX Physiologie M. Jacques MARCHAND Chimie thérapeutique M. Jean-Louis PONS Bactériologie Mme Elisabeth SEGUIN Pharmacognosie Mle Claudine SORIA Hématologie M. Marc VASSE Biochimie M. Jean-Marie VAUGEOIS Pharmacologie M. Philippe VERITE Chimie analytique MAITRES DE CONFERENCES : Mme Dominique ANDRE Chimie Analytique Mle Cécile BARBOT Chimie minérale et générale Mme Dominique BOUCHER Pharmacologie Mme Martine PESTEL-CARON Bactériologie Mme Christiane CHABENAT Chimie analytique M. Abdeslam CHAGRAOUI Physiologie M. Jean CHASTANG Chimie Mme Marie Catherine CONCE-CHEMTOB Législation pharmaceutique Mme Elisabeth CHOSSON Botanique et chimie végétale Mle Cécile CORBIERE Biochimie M. Eric DITTMAR Physique 8

9 Mme Nathalie DOURMAP Pharmacologie Mle Isabelle DUBUC Pharmacodynamie Mme Roseline DUCLOS Pharmacotechnie M. Abdelhakim ELOMRI Pharmacognosie M. François ESTOUR Chimie organique M. Gilles GARGALA Parasitologie Mle Marie-Laure GROULT Botanique M. Hervé HUE Physique Mme Hong LU Pathologie vasculaire et cancéreuse Mme Sabine MENAGER Chimie organique Mme Christelle MONTEIL Toxicologie M. Paul MULDER Sciences du médicament M. Mohamed SKIBA Galénique industrielle Mme Malika SKIBA Pharmacie galénique Mme Christine THARASSE Chimie thérapeutique M. Rémi VARIN Vigilances sanitaires M. Frédéric ZIEGLER Biologie PROFESSEUR AGREGE OU CERTIFIE Mme Anne-Marie ANZELLOTTI Anglais ATTACHES TEMPORAIRES D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE M. BOUNOURE Frédéric Pharmacie Galénique Mlle BOURGEOIS Ingrid Microbiologie M. BREDELOUX Pierre Physiologie Mlle FOURNIER Sylvie Chimie analytique M. JOUAD El Mustapha Chimie Générale et minérale M.POUPON Julien Physiologie 9

10 CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS : M. Michel DOUVILLE HCN Hôpital Charles Nicolle HB Hôpital de BOIS GUILLAUME CB Centre HENRI BECQUEREL CHS Centre Hospitalier Spécialisé du Rouvray CRMPR Centre Régional de Médecine Physique et de réadaptation 10

11 LISTE DES RESPONSABLES DE DISCIPLINE M. Roland CAPRON Physique M. Jean CHASTANG Chimie générale et minérale Mme Marie-Catherine CONCE-CHEMTOB Législation, Economie de la Santé Mle Elisabeth CHOSSON Botanique, Mycologie M. Jean COSTENTIN Pharmacodynamie M. Loïc FAVENNEC Parasitologie M. Michel GUERBET Toxicologie M. Olivier LAFONT Chimie Organique, histoire de la pharmacie et culture générale M. Jacques MARCHAND Chimie thérapeutique M. Jean-Louis PONS Microbiologie Mme Elisabeth SEGUIN Pharmacognosie Mle Claudine SORIA Hématologie M. Marc VASSE Biochimie M. Philippe VERITE Chimie analytique 11

12 SERMENT D HIPPOCRATE Au moment d être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d être fidèle aux lois de l honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels ou sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l humanité. J informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis dans l intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l indépendance nécessaire à l accomplissement de ma mission. Je n entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu à leurs familles dans l adversité. Que les hommes et mes confrères m accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j y manque. 12

13 Par délibération en date du 3 mars1967, la faculté a arrêté que les opinions émises dans les dissertations qui lui seront présentées doivent être considérées comme propres à leurs auteurs et qu elle n entend leur donner aucune approbation ni improbation. 13

14 A Madame le Docteur Geneviève Ozenne, Vous m avez fait l honneur d être ma directrice de thèse. Je vous remercie pour l aide précieuse que vous m avez apportée, ainsi que pour votre disponibilité et votre gentillesse. Vous m avez accueilli dans votre service avec une bienveillance qui ne s est jamais démentie par la suite. Veuillez trouver ici le témoignage de ma très respectueuse gratitude. 14

15 A Monsieur le Professeur Jean-Marc Kuhn, Vous me faites l honneur d être le président du jury de cette thèse. Je vous remercie de l intérêt que vous apportez à ce travail. Je vous prie de trouver ici l assurance de ma considération la plus respectueuse. 15

16 A Monsieur le Professeur Alain Lavoine, Je vous suis très reconnaissant d avoir accepté de participer à ce jury de thèse. Je vous prie de trouver ici le témoignage de mon plus grand respect. 16

17 A Monsieur le Professeur Hervé Lévesque, Vous me faites l honneur de siéger dans ce jury. Soyez assuré de toute ma reconnaissance et mon profond respect. 17

18 A Monsieur le Docteur Patrick Fournet, Vous m avez ouvert les portes de votre service pour effectuer ce travail. Vous me faites également l honneur de participer à ce jury. Je vous en remercie et vous en suis pleinement reconnaissant. 18

19 A Madame le Docteur Anne-Marie Catho-Hauguel, Vous avez grandement collaboré à ce travail. Je vous remercie de votre aide précieuse. Qu il me soit permis de vous exprimer ici l expression de ma respectueuse reconnaissance. 19

20 A Elsa, Merci de ton soutien quotidien. A notre enfant Armelle. 20

21 A mes parents, Vous m avez toujours soutenu dans mes études. Soyez-en ici remerciés. A mes sœurs et à mes beaux-frères, Merci pour vos encouragements. 21

22 A mes amis, Merci pour vos encouragements. 22

23 Diabète gestationnel : données actuelles et glycémie à jeun ; suivi d une population à risque. Introduction Revue de la littérature Définition et prévalence Physiopathologie Insulino-résistance Insulino-sécrétion Les facteurs de régulation Dépistage et diagnostic Les facteurs de risque Dépistage universel plutôt que sélectif Les recommandations Les autres méthodes La pratique courante Les complications Les complications maternelles Les complications fœtales Les complications à long terme Etablissement d un seuil glycémique Prise en charge Conclusion des données de la littérature Suivi d un groupe de patientes à risque de diabète gestationnel Introduction Méthode Résultats Les facteurs de risque de diabète gestationnel Les examens biologiques L enquête alimentaire Le suivi Accouchement Discussion Comparaison aux valeurs nationales Intérêt du suivi nutritionnel précoce CONCLUSION ANNEXE BIBLIOGRAPHIE

24 INTRODUCTION Il existe actuellement une forte augmentation de l incidence du diabète dans le monde. Aux Etats-Unis un enfant sur deux naissant au cours de ce siècle sera diabétique. Cependant, pour ce qui est du diabète gestationnel et malgré une recommandation pour la France datant de 1996, il reste dépisté de façons très diverses en fonction des spécialistes et des habitudes locales. Notre étude vise à faire dans en premier lieu, une revue de la littérature sur le diabète gestationnel et principalement sur ses méthodes de dépistage. En second lieu, nous avons réalisé une étude d observation de patientes à risque de diabète gestationnel, en les définissant à risque par une glycémie à jeun précoce ou par un test de O Sullivan. Cette étude s est déroulée au centre hospitalier du Belvédère (Mont-Saint-Aignan.76130), de janvier 2005 à juin

25 1 Revue de la littérature Nous allons aborder dans ce chapitre différents points du diabète gestationnel en insistant plus particulièrement sur le dépistage. Nous allons d abord définir ce qu est le diabète gestationnel et quelle en est sa prévalence. Nous apporterons ensuite différents éléments de la physiopathologie. Nous discuterons des méthodes de dépistage et de diagnostic. Nous parlerons des complications maternelles et fœtales de cette maladie. Puis nous interrogerons du seuil glycémique qu il est possible d utiliser pour le test de dépistage, celui-ci ayant pour objectif de diminuer les complications. Enfin, nous aborderons la stratégie thérapeutique que l on peut adopter pour ces patientes. 1.1 Définition et prévalence L Organisation Mondiale pour la Santé (OMS), définit le diabète gestationnel comme un trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable, débutant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse, quel que soit le traitement nécessaire et l évolution dans le post-partum. Cette définition admise par tous, regroupe sous un même terme deux situations en fait différentes : le diabète de type 2 méconnu, révélé au cours du premier ou au début du deuxième trimestre de grossesse, avec persistance d'une intolérance au glucose après l'accouchement et le véritable diabète gestationnel révélé plus tardivement et suivi d'un retour à une glycorégulation normale dans le post-partum immédiat. Cette hétérogénéité de la population concernée et l'absence de consensus sur les critères de diagnostic expliquent en partie les estimations très variables de la prévalence à travers le monde : de 0,56% à 15,7%. 1 Dans les populations européennes, la prévalence du diabète gestationnel est de l'ordre de 3 à 6% de toutes les grossesses. 2 Aux Etats-Unis cette prévalence est plus importante chez les populations africaines, hispaniques, asiatiques, que chez les blancs. 3 Selon différentes études, la prévalence varie entre 2,1% dans une étude faite à Rennes en 1996 sur 751 femmes, 6,1% dans une étude lilloise en 1994 sur 3201 femmes, et 1,28% selon une étude faite en 2000 sur 701 femmes dans le Rhône. 4 Les études réalisées outre-atlantique ont 25

26 montré que le diabète gestationnel affecte 1,1% à 14,3% des femmes enceintes, ce chiffre varie selon la composition ethnique ou raciale de la population étudiée et les critères de diagnostic utilisés. Les données canadiennes, fournies par le National Longitudinal Survey of Children and Youth de , indiquent que 6,5% des femmes avaient déclaré un «diabète de grossesse» au cours de leur dernière grossesse. Pour leur part, les résultats de l étude Toronto Tri-Hospital Gestational Diabetes Project rapportent une incidence de 3,8 % dans la population étudiée. 5 Certains ont aussi voulu différencier le diabète gestationnel et l hyperglycémie modérée de la grossesse, en fonction du niveau d anomalie au test de diagnostic. Cependant cette différenciation n a pas lieu d être car, dans les deux cas, le niveau d'anomalie de la tolérance au glucose est en relation avec un déficit de l'insulino-sécrétion. Le diabète gestationnel et l'hyperglycémie modérée doivent être considérés comme la même entité. 6 Nous venons de définir le diabète gestationnel, nous allons aborder maintenant ses mécanismes physiopathologiques. 26

27 1.2 Physiopathologie La grossesse est marquée par une insulino-résistance majeure permettant l adaptation aux modifications du métabolisme glucidique. Parallèlement à cette insulino-résistance progressive et réversible, on assiste à une modification de l'insulino-sécrétion; celle-ci est augmentée de manière considérable chez toutes les femmes enceintes Insulino-résistance L'insulino-résistance hépatique et musculaire est un phénomène physiologique qui au cours de la grossesse permet l'épargne du glucose disponible pour le fœtus. Cette insulinorésistance est progressive au cours de la grossesse et réversible. Les mécanismes de l'insulinorésistance sont encore mal définis. Il a été évoqué la possibilité d'une anomalie de liaison de l'insuline à son récepteur ou de modifications post-récepteur. L'insuline est dégradée de manière prépondérante dans le foie. L'extraction hépatique est diminuée chez toutes les femmes enceintes. Cette donnée peut être considérée comme un phénomène adaptatif vis-à-vis de l'insulino-résistance au cours de la grossesse, augmentant ainsi la disponibilité de l'insuline périphérique Insulino-sécrétion L'hyper-insulinémie est réactionnelle, prédominante en situation postprandiale. Elle est également réversible. Après une hyperglycémie provoquée par voie orale, les insulinémies des femmes enceintes sont plus élevées qu en dehors de la grossesse. Mais la réponse insulinique par unité de stimulus glycémique est significativement plus importante chez les femmes avec une tolérance glucidique normale que chez les femmes présentant un diabète gestationnel. Les patientes avec diabète gestationnel ont un pic plasmatique d'insuline plus tardif que les patientes avec tolérance glucidique normale. La sensibilité des cellules bêta au glucose, permettant le pic précoce de sécrétion insulinique, est diminuée. 27

28 L'ensemble des travaux a permis d établir que : - l augmentation de l'insulino-sécrétion est observée chez toutes les femmes enceintes, - l'insulino-sécrétion stimulée par le glucose est augmentée de manière prépondérante chez les femmes sans troubles de la glycorégulation par rapport aux femmes avec diabète gestationnel, - le pic plasmatique d'insuline au cours de l'hyperglycémie provoquée par voie orale apparaît plus tardivement dans le groupe «diabète gestationnel», - pendant l'hyperglycémie provoquée par voie intraveineuse, la première phase de sécrétion insulinique (pic précoce) est plus importante chez les femmes sans trouble de la glycorégulation que chez les femmes avec un diabète gestationnel, - l'augmentation de la seconde phase de sécrétion insulinique (pic tardif) est identique dans les deux groupes. Les mécanismes cellulaires, qui peuvent en partie expliquer ces anomalies, sont l'excès de proinsuline (précurseur de l'insuline) : son augmentation importante, dans la première moitié de la grossesse des patientes diabétiques, semble être un facteur prédictif d'une détérioration de l'équilibre glycémique en fin de grossesse. Pour s'adapter à l'augmentation de l'insulino-sécrétion, à la fois au cours du diabète gestationnel mais aussi au cours de la grossesse normale, les îlots de Langerhans subissent des modifications structurales et fonctionnelles. Ainsi ont été décrites une hypertrophie et une hyperplasie des cellules bêta. Les deux mécanismes que nous venons de voir sont dus à différents facteurs. Ce que nous abordons maintenant Les facteurs de régulation Il existe différents facteurs modulant la sécrétion insulinique et favorisant l'insulinorésistance 7 : les œstrogènes, la progestérone, la prolactine, le cortisol, l hormone lactogène placentaire, la leptine. * les œstrogènes Le placenta ne peut à lui seul synthétiser des œstrogènes. Pour cela, il aromatise d'abord les androgènes du fœtus. Les œstrogènes s'élèvent vers le 35 ème jour de la conception. Ils ont de faibles propriétés anti-insuliniques. 28

29 * la progestérone La progestérone a un effet direct sur le métabolisme glucidique. Sa concentration s'élève au 65 ème jour de la grossesse et atteint son maximum vers la 32 ème semaine. Les études divergent en ce qui concerne son implication dans la liaison de l'insuline à son récepteur. * la prolactine Les taux de prolactine sont accrus au cours de la grossesse d'un facteur 5 à 10. Les études chez le rat ont montré que lorsque leurs cellules sont incubées en présence de prolactine, la sécrétion insulinique est parallèlement augmentée. Dans des adipocytes de rat en culture, la prolactine diminue le transport de glucose mais n'altère pas la liaison de l'insuline à son récepteur. * le cortisol Le cortisol est sûrement l'hormone la plus diabétogène. Sa sécrétion est stimulée par une augmentation de la production hépatique de la globuline. En fin de grossesse, la cortisolémie est deux fois et demie plus élevée. * l'hormone lactogène placentaire Cette hormone augmente au cours de la grossesse. Elle joue un rôle dans le développement de l'insulino-résistance au cours de la grossesse. Les mécanismes exacts de son action ne sont pas encore connus. * la leptine La leptine est synthétisée par les cellules du trophoblaste mais aussi par les cellules du liquide amniotique. Le taux de leptine s'élève progressivement au cours de la grossesse. Il n'y a pas de corrélation entre les taux circulants maternels et la concentration placentaire de leptine chez les patientes diabétiques traitées par insuline. On peut également conclure que la production placentaire de leptine peut être régulée in-utero. L'insuline est sûrement un important modulateur de la régulation de l'expression de la leptine. Des études seront nécessaires pour évaluer l'impact de la leptine. 29

30 La résultante de ces mécanismes sur la glycémie est, qu'à l'état basal, la glycémie à jeun a tendance à baisser progressivement au cours de grossesse. Dès la dixième semaine d aménorrhée (SA), il existe une diminution de la glycémie à jeun. 8 Elle atteint son nadir aux alentours de dix-sept semaines de grossesse, soit dix-neuf semaines d'aménorrhée. En revanche, la glycémie postprandiale augmente au cours de la grossesse normale et cette hyperglycémie postprandiale joue un rôle important dans l'afflux de nutriments à l'unité foetoplacentaire. Le diabète gestationnel est une situation de carence insulinique relative, majorée en période postprandiale. Au cours du diabète gestationnel, l'insulino-résistance apparaît un peu plus rapidement, vers quatorze semaines de grossesse, soit seize semaines d'aménorrhée mais n'est pas plus importante en fin de grossesse que lors d'une grossesse normale. 1 A l heure actuelle la physiopathologie exacte du diabète gestationnel n est donc pas clairement établie. Cependant les mécanismes impliqués dans le diabète gestationnel sont exactement les mêmes que ceux impliqués dans le diabète de type 2. Le diabète gestationnel et le diabète de type 2 seraient deux aspects de la même entité : l'une vue à un stade précoce de l'évolution, l'autre plus tardivement. 7 Nous allons voir à présent de quelle façon il est possible de dépister et de diagnostiquer le diabète gestationnel. 30

31 1.3 Dépistage et diagnostic Un test de dépistage doit remplir diverses conditions pour être intéressant en terme de santé. La pathologie doit être tout d abord assez grave et assez fréquente pour poser un problème de santé publique. La valeur prédictive du test doit être élevée et il doit exister une prise en charge efficace suivant le diagnostic, permettant de réduire l incidence des complications. La réalisation de ce test de dépistage, avec la prise en charge qui en découle, doit entraîner un bénéfice en terme de santé lorsque l on étudie l ensemble de la population. Enfin, il existe des éléments inhérents au test de dépistage utilisé et qui sont fondamentaux. Un bon test de dépistage doit être : simple, reproductible, sans effet secondaire et à faible coût. En matière de diabète gestationnel, il existe différentes méthodes de dépistage. Nous allons aborder les facteurs de risque du diabète gestationnel, l intérêt du dépistage universel plutôt que sélectif, les recommandations, les autres méthodes de dépistage pouvant être utilisées, puis ce qui est fait en réalité Les facteurs de risque Les facteurs de risque classiques sont : les antécédents familiaux de diabète, les antécédents de macrosomie supérieure à 4000 g, la mort fœtale ou périnatale, les malformations congénitales, la pré-éclampsie, l hydramnios, la glycosurie, l indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 27, l âge supérieur à 30 ans, l âge supérieur à 35 ans pour le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF). 1, 9 Jovanovic diminue l âge à 25 ans, et ajoute comme facteur de risque l appartenance à un groupe ethnique à risque de diabète de type 2, et le syndrome des ovaires polykystiques. 3 Ce syndrome des ovaires polykystiques vient d être récemment confirmé comme facteur de risque. 10 Une étude faite à la Réunion confirme que les grossesses chez les femmes d'âge supérieur ou égal à 40 ans sont associées à l'augmentation des prévalences de certaines pathologies obstétricales, dont le diabète gestationnel. 11 Le syndrome métabolique avant la grossesse a été retrouvé chez 26% des patientes présentant un diabète gestationnel, dans une étude à Lausanne. 12 En Thaïlande, une étude dont l'objectif était de déterminer l'incidence de diabète gestationnel avant 20 SA et d'évaluer l'association à des facteurs de risque, a montré que les deux risques 31

32 indépendants de développer un diabète gestationnel avant 20 SA sont : l'âge supérieur ou égal à 30 ans et le diabète gestationnel lors d'une précédente grossesse. 13 Selon le niveau de risque de la population concernée, de 10% à plus de 50% des patientes présentant un diabète gestationnel n'ont pas de facteurs de risque. 14 Pour le collège national des gynécologues obstétriciens français, les facteurs de risque sont absents chez 30 à 40% des femmes ayant un diabète gestationnel. 2 Une étude sur 191 femmes retrouve que chez les femmes à risque, des tests glycémiques normaux à SA peuvent être faussement rassurants. Ils font méconnaître près de 40% de diabète gestationnel. 15 Une étude faite en 2001 sur 469 femmes dans la vallée du Gers, établit une prévalence de diabète gestationnel de 7,4%, qui est doublée (14%) en présence de facteur de risque, et quadruplée (27%) lorsqu'un facteur de risque par antécédents et un surpoids sont cumulés. Cette prévalence est indépendante de l'origine ethnique (étude comprenant 40% de patientes originaires d'afrique du Nord ou de Turquie). Le risque de diabète gestationnel augmente avec la parité : 3% pour une primipare, 15% pour une quatrième pare et plus. Deux tiers des femmes avec antécédent de diabète gestationnel ont récidivé. Cependant un tiers des diabètes gestationnels ne présente aucun facteur de risque. 16 Pour la haute autorité de santé (HAS), les facteurs de risque de diabète gestationnel sont plus aléatoires : - l âge, avec un seuil entre 25 et 40 ans, selon les études et/ou les recommandations internationales. - l indice de masse corporelle maternel avant la grossesse (surpoids ou obésité) : seuil entre 25 et 30 kg/m² selon les études et/ou les recommandations internationales. - l origine ethnique (les femmes d origine caucasienne sont à plus faible risque). L origine caucasienne se définit comme l appartenance à la race blanche. - les antécédents familiaux de diabète. - les antécédents personnels de diabète gestationnel, de mort fœtale in utero ou de macrosomie. Ainsi seulement 10 % des femmes n auraient aucun facteur de risque

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel

Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel Juillet 2005 Service des recommandations professionnelles Ce document a été réalisé à la demande de la Société de nutrition

Plus en détail

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES Section 42 Sous-section 01 Morphologie et morphogenèse Anatomie bre de siège à pourvoir : 1 GRIGNON BRUNO LORRAINE HITIER MARTIN CAEN PRADAL d'usage : PRAT DOMINIQUE MONTPELLIER VOIGLIO ERIC LYON 1 Section

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Contexte d ouverture En 2010 FMPOS de l UCAD : 53 ans UFR Médecine de l Université de Thiès : 2 ans UFR santé

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Titres de spécialiste pour tous?

Titres de spécialiste pour tous? Titres de spécialiste pour tous? Octroi de titres postgrades fédéraux à des médecins sans titre en vertu des dispositions transitoires Ch. Hänggeli, responsable du secrétariat pour la formation prégraduée,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Diabète Gestationnel

Diabète Gestationnel Situation du problème 1. Définition du diabète gestationnel Diabète Gestationnel (à partir des RPC du CNGOF, 1996) Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable,

Plus en détail

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD ANNUAIRE Direction Administration générale Campus Universitaire de Fouillole BP 145 97154 POINTE-A-PITRE Cedex Tél. : 0590 48 33 33 Fax : 0590

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003 Service évaluation des technologies Service évaluation économique GROUPE DE TRAVAIL M me le D r Catherine BOULNOIS-LAGACHE Médecin généraliste CAGNY

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire?

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Remise en question de nos pratiques obstétricales Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Ellen Rosenberg 2 M me Pilon, 23 ans, en est à sa deuxième grossesse. La

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Les sciences de l Homme et de la santé

Les sciences de l Homme et de la santé LISTE DES FORMATIONS ET DES LABORATOIRES ouvrant droit à la taxe d apprentissage 2014 Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle (SOFIP) Christiane ORAIN 01 76 53 17 24 christiane.orain@parisdescartes.fr

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Département Paramédical Sainte-Élisabeth. www.henallux.be

Département Paramédical Sainte-Élisabeth. www.henallux.be Département Paramédical Sainte-Élisabeth www.henallux.be Sommaire département paramédical Sainte-Élisabeth Introduction.... 5 Namur, une ville aux multiples facettes... 5 INFIRMIER(E) ET SAGE-FEMME...

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers

Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Programme d Accueil des Etudiants Internationaux Stages Hospitaliers Fidèle à sa tradition humaniste de partage et d ouverture, la faculté de médecine Paris Diderot propose des programmes d accueil aux

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin

Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin MEDOD Collège A 18/10/2012 Civ M. FONTAINE Christian 4201 ANATOMIE. M. VELUT Stephane 4201 ANATOMIE. Mme COTTIER - JOUFFRE Michele 4202

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé La loi du 13 août 2004 relative à l Assurance Maladie a instauré la possibilité d une prise en charge partielle de l assurance de responsabilité civile professionnelle (RCP) par la CPAM, pour les médecins

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

Le guide de l assurance responsabilité

Le guide de l assurance responsabilité Le guide de l assurance responsabilité Questions, réponses et comparatifs, statistiques des plaintes et poursuites, remboursement de la quote-part et liste des primes IL VOUS est obligatoire de souscrire

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Communiqué de presse. Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique»

Communiqué de presse. Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique» Communiqué de presse Lundi 26 novembre 2012 Créée il y a 25 ans, l Association Charles Nicolle devient «Fondation reconnue d utilité publique» Il s agit d un événement majeur dans la vie associative de

Plus en détail

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux HAS réunion des gestionnaires d Organismes agréés 25 novembre 2013 Participation à l Assurance

Plus en détail

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention).

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention). Instructions pour les organisateurs de sessions de formation continue essentielle spécifique crédits de formation continue SSMI/SSMG pour les manifestations 1. Base légale A compter du 1er janvier 2014

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

LES ETUDES DE MASSO-KINESITHERAPIE

LES ETUDES DE MASSO-KINESITHERAPIE 0-0 LES ETUDES DE MASSO-KINESITHERAPIE Admission Pour être admis en première année de masso-kinésithérapie, les étudiants doivent remplir les quatre conditions suivantes: - être titulaire du baccalauréat

Plus en détail

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot Le diabète de type 1 UNSPF Ségolène Gurnot Juin 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction 5 I - Introduction 7 A. Quelle

Plus en détail

Demande d avis relatif à l utilisation d ustensiles mal désinfectés dans le cadre de la pratique d actes ne relevant pas de l art de guérir.

Demande d avis relatif à l utilisation d ustensiles mal désinfectés dans le cadre de la pratique d actes ne relevant pas de l art de guérir. CELLULE STRATEGIQUE tél.: +32 (0)2 220 20 11 O 7-03- 2005 fax: +32 (0)2 220 20 67 DE RUDY DEMOTTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ PUBLIQUE votre lettre du vos références nos références CAB/RD/RW/JPD/DD/2005-201637

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Par D r Marco Gallant, interniste CSSS Drummond. Révisé par Sylvie Jacob, infirmière pharmacie communautaire, Patricia Trépanier, infirmière clinicienne CSSS de l Énergie, Annie Castonguay, nutritionniste

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 161 31 août 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 161 31 août 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2757 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 161 31 août 2010 S o m m a i r e Règlement ministériel du 26 juillet

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Décisions ORDRE DU JOUR. Délibérations

Décisions ORDRE DU JOUR. Délibérations PROCES-VERBAL SÉANCE DU COLLÈGE DÉLIBÉRATIF MERCREDI 27 MAI 2015 Etaient présents : - M. le Professeur Jean-Luc Harousseau, Président - M. le Professeur Jacques Belghiti - M. Alain Cordier - M. le Professeur

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE

DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : DE docteur en pharmacie Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Le diplôme de Docteur en Pharmacie

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL: POINT DE VUE DE L OBSTETRICIEN (GESTATIONAL MELLITUS DIABETES: AN OBSTETRICAL APPROACH)

LE DIABETE GESTATIONNEL: POINT DE VUE DE L OBSTETRICIEN (GESTATIONAL MELLITUS DIABETES: AN OBSTETRICAL APPROACH) FORMATION LE DIABETE GESTATIONNEL: POINT DE VUE DE L OBSTETRICIEN (GESTATIONAL MELLITUS DIABETES: AN OBSTETRICAL APPROACH) RAKOTONDRAISOA JM 1, RAMIARINJANAHARY IH 2, RASOLONJATOVO JDC 3 ANDRIANAMPANALINARIVO

Plus en détail

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron CAHIER SPÉCIAL 2 e Semaine nationale de prévention du diabète Se prémunir contre le diabète Du 3 au 9 juin 2013 aura lieu partout en France la seconde Semaine nationale de prévention du diabète organisée

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail