UNIVERSITE DE BORDEAUX INSTITUT DE SANTE PUBLIQUE EPIDEMIOLOGIE DEVELOPPEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE BORDEAUX INSTITUT DE SANTE PUBLIQUE EPIDEMIOLOGIE DEVELOPPEMENT"

Transcription

1 UNIVERSITE DE BORDEAUX INSTITUT DE SANTE PUBLIQUE EPIDEMIOLOGIE DEVELOPPEMENT Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Spécialité Santé Internationale Promotion PRÉVALENCE DU DIABÈTE ET DE SES FACTEURS ASSOCIÉS, ET ÉTAT DES LIEUX DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABÉTIQUES, AU SEIN DE L OBSERVATOIRE DE POPULATION DE MORAMANGA, À MADAGASCAR, 2014 Mémoire de stage effectué du 31/03/14 au 29/08/14, Institut Pasteur de Madagascar Antananarivo Soutenu publiquement le 16/09/14 à Bordeaux Par Claire VIDEAU née le 25/10/89 Directeur de stage : Pr. Christophe ROGIER Tuteur de stage : Pr. François DABIS Composition du jury de soutenance : Pr. François DABIS Dr. Renaud BECQUET Dr. Pauline JUSTUMUS Dr. Joanna ORNE-GLIEMANN Dr. Mélanie PLAZY Dr. Carole DUFOUIL 1

2 SOMMAIRE RÉSUMÉ... 4 ABSTRACT... 5 REMERCIEMENTS... 6 ACRONYMES... 7 LISTE DES FIGURES... 8 LISTE DES TABLEAUX... 9 I. Introduction...10 I.1. Contexte scientifique et géographique...10 I.1.1. Description du pays Description du système de santé...12 I.2. Le diabète : définition et situation épidémiologique...13 I.2.1. Le diabète : définition, symptômes, facteurs de risques et complications...13 I.2.2. Le diabète, un fardeau mondial important...15 I.2.3. Le diabète en Afrique subsaharienne...16 I.2.4. Problématique du diabète à Madagascar : Connaissances actuelles...16 I.3. Justification de l étude Hypothèses...18 II. Objectifs...19 II.1. Objectifs principaux...19 II.2. Objectifs spécifiques...19 II.3. Objectifs secondaires...19 III.Méthodologie utilisée...19 III.1. Originalité...19 III.2. VOLET 1 : Étude de Prévalence du diabète et de ses facteurs associés...20 III.2.1. Lieu de l étude...20 III.2.2. Population d étude...20 III.2.2. Echantillonnage...20 III.2.3. Déroulement de l étude...21 III.2.4. Caractéristiques des paramètres biologiques, anthropométriques, et comportementaux...23 III.3. VOLET 2 : État des lieux du diagnostic et de la prise en charge des patients diabétiques dans les structures de santé...26 III.4. Saisie, gestion et analyse des données...27 IV. Organisation de la mission terrain

3 IV.1. Préparation de l étude et validation scientifique...29 IV.2. Recueil des données sur le terrain...30 IV.3. Analyse des données...31 V. Résultats...32 V. 1. VOLET 1 : Étude de prévalence du diabète et de ses facteurs associés...32 V.1.1. Composition de l échantillon de population...32 V.1.2. Description sociodémographiques de l échantillon de population, pour étude de prévalence du diabète...34 V.1.3 Évaluation de la prévalence du diabète et des états pré-diabétiques, au sein de la population de l observatoire de Moramanga...35 V.1.4. Facteurs de risques du diabète...36 Facteurs associés au diabète, au sein de la population de l observatoire de Moramanga...36 Facteurs associés au diabète, analyse univariée...39 Facteurs associés au diabète, analyse multivariée...42 V.1.5. Dépistage du diabète dans la population générale...44 V.1.6. Prise en charge des individus diabétiques...45 V.2. VOLET 2 : État des lieux du diagnostic et de le la prise en charge du diabète dans les structures de santé...46 V.2.1. Composition et description de l échantillon de professionnels de santé, pour étude de prise en charge du diabète...46 V.2.2. Etat des lieux des pratiques de dépistage du diabète,...47 V.2.3. Etat des lieux des pratiques de prise en charge du diabète...48 VI. Discussion...51 VI.1. Synthèse et interprétation des résultats...51 VI.2. Validité de l étude...54 VI.3. Recommandations...55 VII. Conclusion...58 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...59 ANNEXES

4 RÉSUMÉ Introduction : Suite à des changements de mode de vie, le poids des maladies non transmissibles, dont le diabète, devient grandissant dans les pays en développement. Aucune étude notable sur la prévalence et la prise en charge du diabète n avait été réalisée à Madagascar. Objectif : Evaluer la prévalence du diabète et de ses facteurs associés au sein de l observatoire de population de Moramanga (OPM), et réaliser un état des lieux de la prise en charge des patients diabétiques, à Madagascar. Méthodologie : Cette étude transversale, réalisée de juillet à août 2014, a eu lieu dans 3 communes du district de Moramanga. Un échantillon de 1560 personnes a été tiré au sort parmi la population des plus de 20 ans suivis dans l OPM. Une mesure de la glycémie et un interrogatoire ont été effectués pour chaque individu inclus. Pour les individus dont la glycémie était élevée, et ceux déjà diagnostiqués diabétiques, un diagnostic du diabète à jeun a été réalisé. Parallèlement, un questionnaire a été administré aux professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des patients diabétiques. Résultats : Le projet n étant pas achevé, les résultats obtenus sont préliminaires. Sur les 888 individus dépistés au 18 aout 2014, 15 étaient diabétiques, dont trois déjà diagnostiqués. La prévalence du diabète a été estimée à 2,8% [IC 95% : 1,7-3,8]. L âge élevé, l obésité et le surpoids, l hypertension artérielle, l inactivité physique, et les antécédents familiaux ont été identifiés comme étant des facteurs de risque dans cette population. La prise en charge du diabète n était pas conforme aux recommandations, et la majorité des cas n étaient pas diagnostiqués Conclusion : La prévalence estimée du diabète était similaire à celle qui était attendue (3,33% ; International Diabetes Federation, 2013). La prévalence des facteurs de risque était souvent plus élevée qu en 2005 dans deux autres provinces du pays. Un besoin de formation des professionnels de santé a également été mis en évidence. 4

5 ABSTRACT Introduction: Due to changes in lifestyle, the burden of noncommunicable diseases, including diabetes, is increasing in developing countries. No significant study on diabetes prevalence and cares had been made in the past years in Madagascar. Objective: Assess the prevalence of diabetes and its related factors within the Population Observatory of Moramanga (OPM) and carry out an overview of the way diabetic patients are managed in Madagascar. Methodology: This cross-sectional study was carried out from July to August 2014, in three municipalities in the district of Moramanga. A sample of 1560 people was randomly selected from the population over 20 followed at the OPM. A measurement of the blood glucose level and an interrogation were undertaken for each participant. For persons whose blood sugar was high, and those already diagnosed with diabetes, a diagnosis of fasting glucose has been made. Meanwhile, a survey has been given to health professionals involved in the health care of diabetic patients at various levels of the health system. Results: The obtained results are preliminary results since the project has been extended. On the 888 assessed individuals on August , 15 were diabetic, with only 3 already diagnosed as such. The prevalence of diabetes was evaluated to be 2.8% [95% CI: ]. Ageing, obesity and overweight, high blood pressure, physical inactivity, and family history were identified as risk factors in this population. In addition, the diabetes management did not conform the recommendations, and in most cases, diabetes was not diagnosed. Conclusion: The estimated prevalence of diabetes was as expected (3.33%; International Diabetes Federation, 2013). Prevalence of risk factors was higher than the figures of 2005 in two other Madagascar s provinces. A need for training of health professionals has also been highlighted. 5

6 REMERCIEMENTS A Monsieur le Professeur Christophe Rogier, Je tiens à vous remercier de m avoir accueillie au sein de l Institut Pasteur de Madagascar, ainsi que pour l aide et les conseils que vous m avez apportés tout au long de ce travail. Je vous suis très reconnaissante de la confiance dont vous m avez fait preuve. A Madame le Docteur Rila Ratovoson, Je te remercie pour tes conseils et ton soutien, aussi bien scientifiques que logistiques. Ton aide m a été très précieuse du début à la fin de mon stage. A Monsieur le Professeur François Dabis, Je vous remercie de la confiance dont vous m avez fait preuve, ainsi que de vos enseignements qui m ont guidé dans l élaboration de ce travail. A Renaud Becquet, Joana Orne-Gliemann, et toute l équipe pédagogique du master, Je vous remercie pour votre engagement dans la gestion de ce master. J ai beaucoup appris pendant cette année, et vous en suis très reconnaissante. A Toky, Elie, Mamy, Roméo, Rivo, Tsilavina, Mickaël, Finoana et Ando Merci pour votre grande motivation et votre implication dans ce projet. Ça a été un plaisir pour moi s aller sur le terrain avec vous, et de vous connaître. A Reziky, Dr Judicaël, Dr Charles, Dorasse, Lydos, Nicolas, Tina, Lova, et à tous ceux qui m ont aidé tout au long de ce projet Que ce soit pour la création de la base de données, pour des traductions, l enregistrement des prélèvements, ou autre chose, votre aide m a été indispensable tout au long de mon étude. Je vous en remercie. A la population de Moramanga, Ambohibary, et Ampasimpotsy, et aux professionnels de santé qui ont pris le temps de répondre aux questionnaires. A Monsieur le Professeur Henri Gin pour les précieux conseils que vous m avez donnés. A Docteur Norbert et toute l équipe du CSB d Ampefiloha Ambodirano Cette étude n aurait sans doute pas eu lieu sans les discussions que nous avons pu avoir il y a 4 ans. Ça a été un réel plaisir pour moi de vous revoir après toutes ces années. A ma famille et mes amis, merci pour vos encouragements et votre présence à mes côtés. Ce travail n aurait pu aboutir sans l aide de ces nombreuses personnes. Merci enfin à tous ceux qui ont apporté leur aide et qui n auraient pas été cités. L étude menée a bénéficié d un financement «Projet de recherche interne» de l Institut Pasteur de Madagascar. 6

7 ACRONYMES AGOA : African Growth and Opportunity Act AMADIA : Association Malagasy contre le Diabète AVC : Accident Vasculaire Cérébral CHD : Centre Hospitalier de District CHR : Centre Hospitalier Régional CHU : Centre Hospitalier Universitaire CSB : Centre de Santé de Base CSMI : Centre de santé Maternelle et Infantile HbA1c : Hémoglobine glyquée HGPO : Hyperglycémie provoquée par voie orale HTA : Hypertension artérielle IC : Intervalle de confiance IFD : International Diabetes Federation IDH : Indice de Développement Humain IIQ : Intervalle Interquartile IPM : Institut Pasteur de Madagascar MET : Metabolic Equivalent of the Task MNT : Maladie Non Transmissible NAP : Niveau d activité physique OMS : Organisation Mondiale de la Santé OPM : Observatoire de population de Moramanga OR : Odds Ratio PA : Paquets-année PIB : Produit Intérieur Brut PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement RTH : Rapport Tour de taille / Tour de hanche SMIMO : Service Médical Inter-entreprises de Moramanga SSDS : Système de Suivi Démographique et Sanitaire TT : Tour de Taille 7

8 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Carte géographique de Madagascar...10 Figure 2 : Pyramide de santé de Madagascar...12 Figure 3 : Enquêteur réalisant le questionnaire...30 Figure 4 : Enquêteur réalisant le test de glycémie capillaire...30 Figure 5 : Prélèvement sanguin au CHD de Moramanga...30 Figure 6 : Composition de l échantillon aux différentes étapes de l étude Erreur! Signet non défini.33 Figure 7 : Algorithme représentant le circuit d'un individu dans l'étude, de l inclusion au diagnostic (ou non) de diabète Figure 8 : Algorithme de classification des individus en fonction de leur consommation d'alcool Figure 9 : Chronogramme des activités prévisionnel Figure 10 : Chronogramme des activités réel Figure 11 : Circuit des prélèvements de sang et d'urine

9 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Indicateurs concernant le diabète à Madagascar en Tableau 2 : Recommandations actuelles de l OMS pour les critères de diagnostic des diabètes et de l hyperglycémie intermédiaire...23 Tableau 3 : Valeurs de référence du tour de taille, selon le sexe et le risque de complication métaboliques, chez les individus d'origine caucasienne...24 Tableau 4 : Répartition des individus selon le niveau d'activité physique...25 Tableau 5 : Caractéristiques sociodémographiques de l échantillon analysé et de la population de l OPM, Madagascar, juillet-août Tableau 6 : Taux de prévalence estimés de diabétiques et de pré-diabétiques, OPM, Madagascar, Juillet-août 2014 (n=888)...35 Tableau 7 : Comparaison des caractéristiques sociodémographiques et anthropométriques, des d antécédents de diabète et d hypertension artérielle, chez les individus diabétiques et non diabétiques, OPM. Madagascar. juillet-août Tableau 8 : Comparaison des habitudes comportementales des individus diabétiques et non diabétiques, OPM. Madagascar, Juillet-août Tableau 9 : Association entre les caractéristiques sociodémographiques, anthropométriques, les d antécédents de diabète, l hypertension artérielle, et la présence de diabète ou de prédiabète. Analyse univariée. OPM. Madagascar, juillet-août Tableau 10 : Association entre les habitudes comportementales et la présence de diabète ou de pré-diabète. Analyse univariée. OPM. Madagascar, juillet-août Tableau 11 : Facteurs associés à la présence de diabète ou de pré-diabète dans la population de l OPM. Analyse multivariée avec imputation des données manquantes. Madagascar, juillet-août Tableau 12 : Facteurs associés à la présence de diabète ou de pré-diabète dans la population de l OPM. Analyse multivariée avec imputation des données manquantes. Madagascar, juillet-août Tableau 13 : Caractéristiques sociodémographiques des individus selon la réalisation ou non d au moins un test de dépistage du diabète. OPM. Madagascar. Juillet-août Tableau 14 : Caractéristiques sociodémographiques des professionnels de santé interrogés lors de l état des lieux de la prise en charge du diabète. Madagascar. Juillet-août Tableau 15 : Traitements et suivi des patients diabétiques de types 1 et 2, comme déclarés par les professionnels de santé des 4 structures de l'opm prenant en charge des patients diabétiques...50 Tableau 16 : Distribution des caractères anthropométriques dans la population de l'opm. Madagascar. Juillet-août Tableau 17 : Prévalence de l'hypertension artérielle, en fonction du sexe et de l'âge, dans la population de l'opm. Madagascar. Juillet-août Tableau 18 : Habitudes alimentaires de la population totale de l'opm, et selon le milieu de vie. Madagascar. Juliiet-août Tableau 19 : Niveau d'activité physique de la population de l'opm en fonction du sexe, de l'âge, et du milieu de vie (n=886). Madagascar. Juillet-août Tableau 20 : Description du tabagisme dans la population totale de l'opm, et selon le sexe, Madagascar, Juillet-août Tableau 21 : Description de la consommation d alcool, dans la population totale de l'opm, et selon le sexe, Madagascar, Juillet-août

10 I. Introduction I.1. Contexte scientifique et géographique I.1.1. Description du pays Contexte géographique Madagascar est une île de l'océan Indien d une superficie de km2, ce qui en fait la 4ème île la plus grande du monde. Elle est située à 700km de l'est des côtes africaines au niveau du Mozambique et de la Tanzanie. La capitale de Madagascar est Antananarivo, située au cœur de l île, à 1435m d altitude. (1) Madagascar se divise en 5 grandes régions géographiques : Les Hautes Terres, composées de pics et plateaux, où l on retrouve un climat tempéré et des sols fertiles L'est : composé de forêts et de falaises (partie la plus humide du pays) L'ouest, région sauvage, faiblement peuplée, aux vastes étendues peu accidentées et de basse altitude Le sud : ou sévit le bush et la sécheresse Le nord : montagne de forêt tropicale, de savane, de plages de sable blanc Figure 1 : Carte géographique de Madagascar Contexte sociodémographique Madagascar compte aujourd hui plus de vingt-trois millions ( ) habitants. La population est caractérisée par sa jeunesse avec plus de 60% de la population ayant moins de 25 ans. Le ratio des sexes (F/H) est de 1 (1). L espérance de vie à la naissance est de 65 ans classant Madagascar au 174ème pays sur 223, et le nombre d enfants par femme est de 4,28 enfants classant le pays au 33ème rang sur

11 On observe une grande diversité ethnique. Madagascar a été peuplé par des migrations successives provenant essentiellement d Asie (Austronésienne et actuelle Malaisie) et d Afrique. On y retrouve aussi des populations originaires des autres îles de l Océan Indien (Comores), d Inde, de Chine et d Europe. La population malgache est communément subdivisée en dix-huit groupes ethniques. Selon les critères utilisés par les organismes internationaux de développement, Madagascar compte parmi les pays les plus pauvres au monde. Le Produit Intérieur Brut (PIB) annuel par habitant, calculé par la Banque mondiale, s élève à 447 dollars américains courants (classant Madagascar dans les pays à faible revenu). Toujours selon la Banque Mondiale plus des trois quarts des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté (75.3% en 2010). Concernant l indice de développement humain (IDH), le rapport sur le développement humain 2013 du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) attribue à la Grande Ile une valeur de l IDH de 0,483. Ceci classe Madagascar dans la catégorie des pays à faible IDH. Le pays occupe le 151ème rang sur les 187 pays dans le classement. Urbanisation La population urbaine représente 32.6 % de la population totale (2011). Le taux annuel d'urbanisation est de 4.73% (est ) (1). Antananarivo, la capitale, est l une des plus grandes agglomérations d Afrique. Elle présente de loin la concentration de population urbaine la plus élevée de Madagascar, avec 1,816 million d'habitants (2009), soit presque la moitié de la population urbaine du pays. (2) La ville de Moramanga est située à une centaine de kilomètres à l est d Antananarivo, dans la région d Alaotra-Mangoro. Elle se trouve dans la région des «marges» des hautes terres. Organisation administrative du pays D un point de vue administratif, Madagascar se divise en 22 régions, 115 Districts, 1597 communes et fokontany. Les fokontany sont les plus petites subdivisions administratives, comptant en moyenne 1300 habitants. 11

12 Description du système de santé Pyramide sanitaire Le système de santé à Madagascar est de type pyramidal à trois niveaux administratifs fonctionnels auxquels se rajoute un quatrième niveau communautaire (3). Le niveau Central «Ministère de la santé et du planning familial» définit l orientation globale de la Politique Nationale de Santé, les grands axes stratégiques et la mise en œuvre. Il est organisé autour du cabinet du ministre et du secrétariat général. Le niveau Régional «Direction régionale de la santé et du Planning familial» coordonne l exécution de la Politique Nationale de Santé et la mise en œuvre au niveau de la région. Le niveau District «Service de Santé de District» constitue le niveau périphérique et assure la mise en œuvre de toutes les activités des programmes de santé au niveau des Centres Hospitaliers de niveau 1 et 2 et des Centres de santé de base (CSB). Ces CSB assurent les soins de santé primaires. Niveau central «Ministère de la santé et du planning familial» Niveau régional «Direction régionale de la santé et du Planning familial» Niveau district «Service de Santé de District» Niveau communautaire Figure 2 : Pyramide de santé de Madagascar Le niveau communautaire constitue la base du système. C est à la fois un acteur et un bénéficiaire. Il est constitué d un réseau d agents communautaires véhiculant des messages de santé et certains produits sanitaires. C est un niveau qui a en charge les populations situées à plus d une heure de marche d une formation sanitaire de base (CSB). Prise en charge financière des soins Créée en 1952, la sécurité sociale malgache qui est gérée par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale possède trois branches : - accidents du travail, maladies professionnelles - vieillesse, invalidité, décès 12

13 - prestations familiales Ainsi, elle ne couvre ni le chômage, ni la maladie (non professionnelle), et exclut une part importante de la population (4,5). De plus, contrairement au pays d Afrique centrale, le système des mutuelles de santé n est pas développé à Madagascar. En 2007, il existait 60 mutuelles au niveau communal sur un total de 1590 communes. Celles-ci ont un faible taux de couverture (5 à 20%) et n arrivent pas à atteindre les familles très pauvres ou très malades dans l incapacité de cotiser (3). Par ailleurs, Il existe un système de «Fonds d équité». Les fonds d équité sont chargés de rémunérer les prestataires de soins lorsque les patients sont identifiés comme indigents. L objectif du Ministère de la santé et de la planification familiale est que les 1% de la population totale les plus démunis soient identifiés. Cependant, à l heure actuelle, ce taux se situe entre 0 et 0,5% selon les districts (6). Les frais de santé sont donc le plus souvent à la charge des malades. Cela peut constituer un obstacle à une prise en charge adaptée, en particulier pour les individus souffrant d une pathologie chronique, dont les diabétiques. I.2. Le diabète : définition et situation épidémiologique I.2.1. Le diabète : définition, symptômes, facteurs de risques et complications Le diabète est une hyperglycémie chronique. Il est avéré lorsqu un patient à une glycémie à jeun égale ou supérieure à 1,26 g/l, à deux reprises, ou égale ou supérieure à 2 g/l à n importe quel moment de la journée (individu considéré à jeun si elle n a consommé que de l eau, du thé ou du café sans sucre dans les 8h précédant la mesure de la glycémie). Il est causé par un déficit de production d insuline par le pancréas, et/ou par une diminution de la sensibilité des cellules de l organisme à l insuline. Il existe 3 principaux types de diabète : - Le diabète de type 1, ou diabète insulino-dépendant, est généralement provoqué par une réaction auto-immune au cours de laquelle les propres défenses de l organisme attaquent les cellules pancréatiques qui produisent de l insuline. Les causes de cette maladie ne sont pas clairement connues. Cependant, il apparait que des infections peuvent être à l origine de cas de diabète de type 1. Cette maladie peut concerner des personnes de tout âge, mais apparait généralement chez les enfants ou les jeunes adultes. Le pancréas de ces individus ne produit plus d insuline. Ces patients ont donc besoin d injections régulières d insuline. 13

14 - Le diabète de type 2 représente la grande majorité des cas de diabète dans le monde (plus de 90% selon la Fédération Internationale du Diabète) et se caractérise par une résistance à l insuline et une diminution de la production d insuline. Ce diabète s installe de façon très progressive, et peut passer inaperçu pendant plusieurs années. Différents facteurs de risques sont associés au diabète type 2, dont les antécédents familiaux de diabète, le surpoids, l alimentation peu saine, l inactivité physique, l âge avancé, et la tension artérielle élevée. Au début de la maladie, les patients parviennent généralement à équilibrer leur glycémie grâce à un régime alimentaire et de l exercice physique régulier. A un stade plus avancé, il est souvent nécessaire de prendre des antidiabétiques oraux ou de l insuline. Il est possible de prévenir, ou de retarder l apparition du diabète de type 2, grâce à un régime alimentaire équilibré et une activité physique régulière (7 12). - Le diabète gestationnel apparait au cours de la grossesse, et est associé à des complications à la fois pour la mère et le bébé. Le diabète gestationnel disparaît généralement après la grossesse mais les femmes qui en ont été atteintes ainsi que leurs enfants sont exposés à un risque accru de développer un diabète de type 2 plus tard au cours de leur vie. Outre le diabète, deux anomalies de la glycorégulation sont définies : l'intolérance au glucose (glycémie à la deuxième heure de l'hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) comprise entre 1,4 et 1,9 g/l) et l'hyperglycémie modérée à jeun (glycémie à jeun comprise entre 1,10g/L, et 1,25g/L). Ces anomalies définissent des états «pré-diabétiques». Le diabète peut se manifester par plusieurs symptômes cliniques : polyurie, polydipsie, polyphagie, perte de poids, asthénie, infections fréquentes. Ces symptômes apparaissent brutalement chez les individus diabétiques de type 1, mais peuvent passer inaperçus chez les diabétiques de type 2. Le diabète s il est mal contrôlé, peut entrainer de nombreuses complications : rétinopathie, cardiopathie, néphropathie, neuropathie périphérique, maladies vasculaires périphériques. Cela peut conduire à de lourdes pathologies (insuffisance rénale, cécité, amputation des membres ) et au décès. Les éléments définissant le syndrome métabolique [surpoids (indice de masse corporelle 25) ou une obésité (IMC >= 30), en particulier abdominale, ainsi qu'une hypertension 14

15 artérielle et/ou une dyslipidémie] sont souvent associés à l hyperglycémie, et majorent le risque cardiovasculaire des patients diabétiques. I.2.2. Le diabète, un fardeau mondial important Les dernières estimations de l International Diabetes Federation (IFD) indiquent que 8,3 % des adultes (382 millions de personnes) sont atteints de diabète dans le monde. Cette prévalence n a cessé d augmenter ces dernières années, et si cette tendance se poursuit, environ 592 millions de personnes (soit un adulte sur dix,) seront atteintes de diabète en L OMS prévoit qu en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde (13) Selon l IDF, 316 millions d autres personnes sont atteintes d une intolérance au glucose à l heure actuelle, et présentent un risque élevé de contracter la maladie (14). Avec 175 millions de cas non diagnostiqués estimés à l heure actuelle, nombreuses sont les personnes atteintes de diabète qui s exposent à des complications sans le savoir. La majorité des personnes atteintes de diabète a entre 40 et 59 ans. Tous les types de diabète sont en progression, en particulier le diabète de type 2, qui a augmenté parallèlement à des mutations culturelles et sociales rapides. Le diabète n est pas seulement une maladie des pays riches. Suite à une urbanisation rapide et à des changements de mode de vie (de plus en plus de sédentarité, changement des habitudes alimentaires ) le poids des maladies non transmissibles, dont le diabète, devient grandissant dans les pays en développement (15 21). En effet, 80% des personnes atteintes de diabète vivent dans des pays à faible et moyen revenu. Ainsi, 80% des décès par diabète se produisent dans ces mêmes pays (22). Dans la majorité des pays, 90% des personnes atteintes de diabète sont de type 2. Dans un contexte de pays à ressources limitées, où les traitements sont peu accessibles au plus grand nombre, l espérance de vie des diabétiques de type 1 est courte, et la proportion d adultes diabétiques de type 2 est généralement supérieure à 90%. Tant en termes humains que financiers, le fardeau du diabète est important puisqu il aurait provoqué 5,1 millions de morts et aurait engendré près de 548 milliards de dollars en dépenses de santé (11 % des dépenses totales dans le monde entier) en 2013 (14). 15

16 I.2.3. Le diabète en Afrique subsaharienne Le paysage des soins de santé en Afrique subsaharienne est dominé par la pauvreté et les maladies infectieuses telles que le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA. Mais, face à l évolution des modes de vie, les maladies non transmissibles sont devenues une nouvelle priorité sanitaire dans cette région. Aujourd hui, les estimations de la prévalence du diabète selon l âge dans les villes africaines sont souvent égales ou supérieures à celles des pays à revenu élevé. L Afrique subsaharienne est la région du monde qui abrite le pourcentage le plus élevé de cas de diabète non diagnostiqués (jusqu à 75,1 % dans les pays africain à faible revenus en 2013 (14)). Les investissements, la recherche et les systèmes de santé se mobilisent relativement peu par rapport à ce fardeau, et les actions restent majoritairement orientées vers les maladies infectieuses. Moins de 1 % des dépenses de santé mondiales consacrées au diabète ont lieu en Afrique subsaharienne. I.2.4. Problématique du diabète à Madagascar : Connaissances actuelles Les maladies cardio-vasculaires semblent être une des premières causes de mortalité à Madagascar (données non publiées de l Institut Pasteur de Madagascar, étude nationale «MEDALI» et données du Système de Suivi Démographique et Sanitaire (SSDS) de l observatoire de populations de Moramanga (OPM)). La prévalence du diabète à Madagascar (tous types confondus) était estimée à 3,33% chez les adultes en 2013 (23). Mais cette valeur repose sur des extrapolations qui ont été faites à partir de données de pays similaires (même région géographique, même groupe de revenu, et ethnies communes), ajustées sur l âge et le sexe (24). A notre connaissance, aucune étude récente n a été réalisée sur la prévalence du diabète à Madagascar. Tableau 1 : Indicateurs concernant le diabète à Madagascar en 2013 Source : International Diabetes Federation 16

17 Les facteurs de risques du diabète sont présent à Madagascar puisqu en 2008, 21,6 % des adultes de plus de 15 ans malgaches ne pratiquaient pas assez d activité physique, 10,3% des plus de 20 ans étaient en surpoids (IMC supérieur ou égal à 25 kg/m²) et 1,6 étaient obèses (IMC supérieur ou égal à 30 kg/m²). De plus, 41,8 % des plus de 25 ans présentaient une tension artérielle élevée (tension systolique 140 mm Hg ou tension diastolique 90 mm Hg ou traitement hypotenseur) (13). D après l OMS, seulement 3% des décès totaux, tous âges confondus seraient liés au diabète à Madagascar en 2011 (25) mais cette pathologie resterait la première cause d amputation. Selon l Association Malagasy contre le diabète (AMADIA), 10 amputations ou désarticulations liées à des complications du diabète auraient été effectuées chaque mois à Madagascar en A Madagascar, plus de 26% des cas de diabète ne seraient pas diagnostiqués. Cependant, ce chiffre est une estimation, basée sur des données de pays similaires, et non sur des études qui ont eu lieu à Madagascar (23). Dans le cadre de la politique nationale de santé, le dépistage du diabète à Madagascar devrait être effectué seulement si le patient présente des symptômes du diabète, des antécédents familiaux de diabète, ou des facteurs de risque (surcharge pondérale, hypertension artérielle, prise de poids, accouchement d un gros bébé, usage de contraceptifs hormonaux) (26). Aucune étude publiée n a cherché à vérifier si cela était effectué dans la réalité. En juin 2013, le ministère de la santé de Madagascar a édité un guide de prévention primaire des facteurs de risque des maladies non transmissibles, et un guide de prise en charge des facteurs de risque des maladies chroniques non transmissibles (26,27). On y retrouve les conseils de prévention du diabète, et les recommandations concernant le diagnostic et la prise en charge du diabète. Mais les informations disponibles en termes de prise en charge réelle sont pauvres. Il existe des «centres du diabète» gérés par l AMADIA, vers lesquels les patients diabétiques peuvent être dirigés. Ces centres sont situés à Antananarivo et dans plusieurs régions du pays. Cependant, les traitements et la prise en charge sont financièrement à la charge des malades, même dans les hôpitaux publics. Le test de la glycémie, permettant le diagnostic est aussi payant dans tout le pays. Cela peut limiter l accessibilité du diagnostic et des soins, pour toutes les personnes diabétiques (28,29). 17

18 I.3. Justification de l étude Alors que le poids des maladies non transmissibles, dont le diabète, devient grandissant dans les pays à ressources limitées, ces maladies ne sont pas considérées comme une priorité de santé publique à Madagascar. Les données populationnelles concernant le diabète et ses facteurs associés à Madagascar sont insuffisantes à l heure actuelle, et aucune donnée récente et fiable n est disponible sur l état des lieux de la prise en charge du diabète, la population couverte, la qualité de la prise en charge, etc De plus, le diabète ne serait pas assez diagnostiqué à Madagascar, ce qui conduirait à un défaut de prise en charge et à des complications graves et handicapantes (dont la cécité, l amputation des membres qui augmente le risque de mortalité), pouvant aller jusqu au décès. Des interventions pour la prévention et le traitement du diabète pourraient être mises en place à Madagascar, mais cela nécessiterait un engagement plus important des institutions de santé du pays. Une étude de prévalence du diabète et de ses facteurs associés permettrait de les sensibiliser à ce sujet Hypothèses Les informations disponibles ont permis d établir les hypothèses de départ suivantes : Concernant la prévalence du diabète et de ses facteurs associés La prévalence du diabète dans la population de l observatoire de population déterminé par l IPM serait équivalente à celle du diabète dans la population générale (environ 3,3%) (23) Les facteurs de risques du diabète seraient en augmentation par rapport aux résultats de l enquête sur les facteurs de risque des maladies non transmissibles, réalisée dans le district d Antananarivo en 2005 (Augmentation de la sédentarité et modification progressive des régimes alimentaires) (30) Concernant le sous-diagnostic du diabète La plupart des patients atteints de diabète ne se sauraient pas diabétiques, et ne recevraient donc ni conseils, ni médicaments. 18

19 Concernant la prise en charge du diabète Le nombre d infrastructures sanitaires et de personnel soignant serait insuffisant (31) A cause notamment de leur coût et de leur disponibilité, l insuline, le suivi glycémique et les antidiabétiques oraux ne seraient pas accessibles au plus grand nombre des diabétiques (28). La prise en charge du diabète ne serait donc pas conforme aux recommandations. II. Objectifs II.1. Objectifs principaux Les objectifs principaux de cette étude étaient d évaluer la prévalence du diabète et de ses facteurs associés au sein de l observatoire de population de Moramanga (système de suivi démographique et sanitaire SSDS de l Institut Pasteur de Madagascar), ainsi que de réaliser un état des lieux de la prise en charge des patients diabétiques, à Madagascar. II.2. Objectifs spécifiques - Evaluer la prévalence du diabète, qu il soit déjà diagnostiqué ou non, dans la population couverte par l observatoire de population de Moramanga (OPM). - Décrire les facteurs de risque du diabète (alimentation, activité physique ) présents dans la population couverte par l OPM. - Evaluer la qualité de la prise en charge des patients déjà connus comme diabétiques II.3. Objectifs secondaires - Evaluer la pratique du diagnostic du diabète à Madagascar, par rapport aux recommandations du Ministère de la santé publique. - Décrire les caractéristiques sociodémographiques, anthropométriques, et le mode de vie des personnes diabétiques connues et méconnues dans l OPM. III. Méthodologie utilisée III.1. Originalité Alors que les activités de l Institut Pasteur de Madagascar sont généralement plus axées sur les pathologies infectieuses, ce projet portait sur une maladie non transmissible. Peu d études avaient été réalisées sur le diabète, à Madagascar, alors que cette maladie était devenue un réel problème de santé publique dans d autres pays à ressources limitées. 19

20 Ce projet a utilisé à la fois une approche épidémiologique et une approche de santé publique. En effet, il a réuni une étude de prévalence du diabète et de ses facteurs associés au sein de la population, et un état des lieux de la prise en charge des patients diabétiques dans les différentes structures de santé. La méthodologie appliquée pour estimer la prévalence du diabète et étudier ses facteurs associés est présentée ci-dessous avant la méthodologie utilisée pour faire un état des lieux de la prise en charge des patients diabétiques. III.2. VOLET 1 : Étude de Prévalence du diabète et de ses facteurs associés III.2.1. Lieu de l étude L étude a eu lieu au sein du site de surveillance démographique et de l état de santé de la population (SSDS), situé dans le district de Moramanga. La zone d intérêt était constituée de trois communes : Moramanga, Ambohibary, et Ampasimpotsy. Un recensement de la population de cette zone avait été effectué par l Institut Pasteur de Madagascar, de 2011 à Nous disposions donc d une base de données complète sur la population de ces communes (environ personnes). III.2.2. Population d étude La population cible de l étude était composée des adultes de la population couverte par l OPM, à Madagascar. La population source a été sélectionnée parmi la population cible, à partir de la base de données déjà existante. Afin de définir la population source, les critères suivants ont été retenus : Critères d inclusion : Résider à Madagascar depuis au moins 5 ans Etre âgé de 20 ans ou plus III.2.2. Echantillonnage La taille de l échantillon a été fixée à 1300 individus, au minimum. En effet, pour avoir une précision de 1% d un intervalle de confiance à 95 %, pour une prévalence π attendue à 3,33%, le nombre de répondant devait être de 1237 au minimum (Taille de l échantillon : n = (Uα 2 π (1 π) 2 = 1237). De plus, pour pouvoir mettre en évidence un facteur de risque qui aurait été présent chez 33,3% de la population non diabétique et chez 55,6% de la population diabétique, avec une 20

21 puissance de 80% et un rapport de cote (odds ratio) de 2,5, un échantillon de 1300 personnes était nécessaire. (43 individus diabétiques et 1257 individus non diabétiques) Pour tenir compte d éventuels refus et des absences, cet effectif a été augmenté de 20 % aboutissant ainsi à un minimum de 1560 personnes dans l échantillon de population. L échantillonnage a été effectué par tirage au sort aléatoire simple, sans remise, à partir de la population de la base de données de l OPM. III.2.3. Déroulement de l étude Après avoir identifié les 1560 individus qui font partie de l échantillon, des enquêteurs ont été chargés de se rendre dans chacun de leur domicile, et de leur proposer de participer à l étude. Si un individu n était pas présent à son domicile au moment où l enquêteur s est présenté, mais qu il n avait pas quitté la zone d étude pour une longue période, l enquêteur devait repasser à un autre moment. Si l individu était présent, et son consentement obtenu, les enquêteurs pouvaient commencer le recueil des données. Dans un premier temps, les données ont été recueillies au domicile des individus, et étaient des natures suivantes : Pour toute la population - Données sociodémographiques : Déjà présentes dans la base de données de l observatoire (vérifiées à cette occasion) - Mesure biochimique : Glycémie sur sang capillaire - Mesures physiques : Tension artérielle / Rythme cardiaque / Taille / Poids / Tour de taille / Tour de hanche - Facteurs comportementaux : Habitudes alimentaires / Activité physique / Consommation de tabac / Consommation d alcool - Données concernant le diabète : Perception du diabète / Diagnostics déjà effectués / Antécédents familiaux ou personnels de diabète / Présence de symptômes du diabète / Présence de facteurs de risque du diabète / Présence de complications du diabète 21

22 Pour les personnes déjà identifiées comme diabétiques : - Prise en charge du diabète : Traitement ou raisons de non-traitement de leur diabète / Suivi du diabète / Conseils pour le mode de vie Ces données ont été recueillies au domicile des patients, grâce à plusieurs outils de mesure : Un questionnaire pré-testé effectué en face à face avec saisie immédiate des données sur une tablette, un lecteur de glycémie, un tensiomètre indiquant le rythme cardiaque, un pèse-personne, une toise et un mètre ruban. Le questionnaire (en particulier la partie concernant les mesures comportementales) s inspirait de la méthode STEPS de l OMS pour la surveillance des facteurs de risque des maladies non transmissibles (32). Cette méthode standardisée, et flexible selon le contexte du pays, permet le recueil d informations sur les principaux facteurs de risque des maladies non transmissibles. Le questionnaire STEPS a été adapté pour Madagascar, et pour les besoins de cette étude. Il a été traduit en malgache et a été présenté en bilingue français/malgache. Des «cartes» ont également été réalisées pour aider les enquêteurs à évaluer les portions alimentaires, les quantités d alcool absorbées Le questionnaire, ainsi que les cartes sont présentés dans leur intégralité en annexes 1 et 2 (page 63 et 99) Des analyses biochimiques complémentaires ont été effectuées dans un second temps, pour les personnes déjà identifiées comme diabétiques et pour celles dont la glycémie mesurée à leur domicile était élevée (supérieure ou égale à 1,00 g/l à jeun ou à 1,40 g/l non à jeun) (33). Un rendez-vous était donc fixé pour ces individus à l hôpital de Moramanga. Le laboratoire de cet hôpital travaille en collaboration avec l Institut Pasteur de Madagascar (équipement du laboratoire, permanence de techniciens de biologie médicale, application de procédures standard conformes aux bonnes pratiques de laboratoire et aux standards français relatifs à la biologie et biochimie médicale). Le diagnostic du diabète était alors effectué par une mesure de la glycémie à jeun et par le test de l hyperglycémie provoquée par voie orale. Ces tests permettaient de diagnostiquer les cas de diabète, ainsi que les cas d intolérance au glucose, et ceux d hyperglycémie modérée à jeun. L hémoglobine glyquée, la glycosurie, la micro albuminurie, et la créatininurie étaient également mesurées. 22

23 comportementaux III.2.4. Caractéristiques des paramètres biologiques, anthropométriques, et Diabète et états pré-diabétiques Le diagramme de flux représentant le circuit d un individu dans l étude, de l inclusion au dépistage du diabète, est présenté en annexe 3 (page 103 à 105) Il s appuie sur les recommandations actuelles de l OMS (tableau 2) (34), et permets de visualiser comment étaient diagnostiqués le diabète et les états pré-diabétiques pendant l étude. Un seul dosage de glycémie élevé conduisait au diagnostic de diabète, ce qui correspond à la définition épidémiologique et non clinique (deux valeurs anormales) du diabète. Tableau 2 : Recommandations actuelles de l OMS pour les critères de diagnostic des diabètes et de l hyperglycémie intermédiaire Source : Organisation Mondiale de la Santé Indice de masse corporelle Un surpoids a été décrit au regard des seuils définis par l OMS par une valeur de l IMC comprise entre 25 et 29 kg/m2 et l obésité par une valeur de l IMC supérieure ou égale à 30 kg/m2. 23

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003 Service évaluation des technologies Service évaluation économique GROUPE DE TRAVAIL M me le D r Catherine BOULNOIS-LAGACHE Médecin généraliste CAGNY

Plus en détail

PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE

PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE «La prévention et le traitement du diabète sont efficaces et rentables» (OMS, 2005) La prévention du diabète et de ses complications

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006 IUMSP Institut universitaire de médecine sociale et préventive Unité d évaluation des soins - UES EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE

LES FACTEURS DE RISQUE LES FACTEURS DE RISQUE C EST QUOI UN FACTEUR DE RISQUE? C est une caractéristique lié à une personne, à son environnement à sa culture, à son mode de vie qui entraine pour elle une probabilité plus importante

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Le diabète : un plan d action pour les employeurs

Le diabète : un plan d action pour les employeurs Novembre2014 Le diabète : un plan d action pour les employeurs Des stratégies efficaces et abordables pour aider à prévenir et à gérer le diabète en milieu de travail Un autre Dossier de réflexion MC offert

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Also available in English under the title: Report from the National Diabetes System: Diabetes in Canada, 2009.

Also available in English under the title: Report from the National Diabetes System: Diabetes in Canada, 2009. Le diabète au Canada : Rapport du Système national de surveillance du diabète, 29 Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership, aux partenariats, à l innovation et intervention en

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron CAHIER SPÉCIAL 2 e Semaine nationale de prévention du diabète Se prémunir contre le diabète Du 3 au 9 juin 2013 aura lieu partout en France la seconde Semaine nationale de prévention du diabète organisée

Plus en détail

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie La surveillance utile : un guide pour vous De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie Surveillance de la glycémie La vérification du taux de glucose (glycémie)

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus.

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. (2) S O M M A I R E 1. Le diabète A Qu est-ce que le diabète? B Comment

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

CANRISK. Questionnaire canadien sur le risque de diabète. Guide de l utilisateur à l intention des pharmaciens

CANRISK. Questionnaire canadien sur le risque de diabète. Guide de l utilisateur à l intention des pharmaciens CANRISK Questionnaire canadien sur le risque de diabète Guide de l utilisateur à l intention des pharmaciens CANRISK Questionnaire canadien sur le risque de diabète Guide de l utilisateur à l intention

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Le jeune diabétique à l école

Le jeune diabétique à l école Le jeune diabétique à l école Défis et Solutions Prof. Marc Maes Equipe de diabétologie pédiatrique Centre de convention Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles Marc.Maes@uclouvain.be Le jeune diabétique

Plus en détail

Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet

Vade-mecum. Tableau de bord wallon des maisons médicales. Encodage, extraction, analyse. Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet Vade-mecum Tableau de bord wallon des maisons médicales Encodage, extraction, analyse Tout ce que vous devez savoir pour participer au projet n 3 - juin 2013 Page 2 Table des matières PREAMBULE 5 TABLEAU

Plus en détail