Sommaire. Livre d abstracts Communications orales... p.20 Communications posters... p.38

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Livre d abstracts Communications orales... p.20 Communications posters... p.38"

Transcription

1 PROGRAMME FINAL

2 Sommaire Edito p.3 Remerciements... p.3 Plan exposition et liste des exposants... p.4 Synopsis... p.5 PROGRAMME DÉTAILLÉ Mercredi 4 avril p.8 Jeudi 5 avril p.9 Vendredi 6 avril p.10 Samedi 7 avril p.11. INFORMATIONS IMPORTANTES Informations générales... p.12 Informations aux intervenants et auteurs... p.14 Le congrès de A à Z... p.15 Liste des posters... p.16 Livre d abstracts Communications orales... p.20 Communications posters... p.38 Index des auteurs... p.47

3 Cher confrère, chère consœur, Le Comité d Organisation du congrès de «La psychiatrie dans tous ses états» vous invite à participer avec vos collaborateurs à son congrès annuel qui a lieu les 4, 5, 6 et 7 avril 2007 dans les Salons de l Aveyron situés 17 rue de l Aubrac dans le XIIe arrondissement de Paris. La cinquième édition du congrès a pour titre «La psychiatrie dans tous ses états Innovations Théoriques, Nouveautés des Pratiques». Comme chaque année, trois prix posters seront décernés permettant ainsi de récompenser trois travaux de recherche clinique originaux. Nous aurons le plaisir de remettre à l occasion du congrès les deux prix «Confrontations Psychiatriques». Nous organisons cette année les «Rencontres médecins généralistes psychiatres» au cours de la journée du samedi 7 avril 2007 sous la présidence du Professeur Maurice FERRERI. Vous trouverez ci-joint le programme dont les thèmes principaux aborderont successivement le trouble hyperactivité de l adulte, les syndromes métaboliques en psychiatrie, une session psychiatrie et génétique, les premiers épisodes psychotiques et schizophrénie, les troubles du comportement alimentaire, les états dépressifs et les avancées dans le domaine de la psychiatrie libérale. Le Professeur Jean-François ALLILAIRE, Président du congrès les membres des Comités Scientifique et d Organisation, ainsi que le Professeur Charles-Siegfried PERETTI adressent leurs plus vifs remerciements aux laboratoires pour leur partenariat. Le Professeur Jean-François ALLILAIRE nous a fait l honneur de présider la cinquième édition de ce congrès et je vous souhaite en son nom et celui du Comité d Organisation un excellent congrès, convivial et riche en enseignements. Très cordialement Professeur Charles-Siegfried PERETTI

4 PLAN DE L EXPOSITION LISTE DES EXPOSANTS BIOCODEX... n 10 BRISTOL MYERS SQUIBB - OTSUKA PHARMACEUTICAL FRANCE... n 7 EISAI... n 9 JANSSEN CILAG... n 8 LILLY... n 6 LUNDBECK... n 1 SANOFI AVENTIS... n 13 SERVIER... n 3 et 4 UCB PHARMA... n 5 WYETH... n 2 4

5

6

7

8 programme congrès ARSPG 2007 Président : M. le Professeur Jean-François ALLILAIRE (Paris) MERCREDI 4 AVRIL matin 09h45 à 10h00 Allocution de bienvenue Pr. Jean-François ALLILAIRE (Paris) O101 - Thème : Trouble déficitaire de l'attention de l'adulte Présidents : Pr. Franck-J BAYLE (Paris) et Pr. Manuel BOUVARD (Bordeaux) 10h00 à 10h25 O102 - Processus diagnostique et mesure du trouble. Dr. Hervé CACI (Nice) 10h25 à 10h50 O103 - Comorbidité addictive et déficit de l attention : une relation complexe. Dr. Jacques BOUCHEZ (Créteil) 10h50 à 11h00 Questions-Réponses 11h00 à 11h15 Pause café - Visite de l'exposition et des posters 11h15 à 11h40 O104 -Prise en charge clinique et psychologique. Dr. François BANGE (Paris) 11h40 à 12h00 O105 -Thérapeutiques biologiques actuelles et perspectives futures. Dr. Pierre OSWALD (Bruxelles) 12h00 à 13h15 Pause déjeuner après-midi O201- Thème : Les troubles métaboliques en psychiatrie Président : Pr. Pierre THOMAS (Lille) 13h15 à 14h30 Symposium laboratoire Eisai. 14h30 à 15h30 Symposium laboratoire BMS. 15h30 à 16h00 O202 - Syndrome métabolique : définitions, données épidémiologiques. Pr. Frédéric LIMOSIN (Reims) 16h00 à 16h30 O203 - Aspects pharmacologiques des syndromes métaboliques. Pr. Régis BORDET (Lille) 16h30 à 17h00 Pause café - Visite de l'exposition et des posters 17h00 à 17h30 O204 - Prise en charge des troubles métaboliques chez les schizophrènes. Dr. Pascal DELAMILLIEURE (Caen) 17h30 à 18h15 O205 - Les troubles métaboliques : Le point sur les effets des psychotropes. Pr. Emmanuelle CORRUBLE (Kremlin Bicêtre) Thème : La douleur en santé mentale (1ère partie) 18h15 à 19h00 O301 - Résultats de l enquête nationale : Douleur en Psychiatrie. Dr. Jean-Charles PASCAL (Antony) 8

9 JEUDI 5 AVRIL matin Thème : O401 - Génétique et psychiatrie : quel apport pour le clinicien? Présidents : Pr. Florence THIBAUT (Rouen) et Dr. Philippe NUSS (Paris) 09h00 à 09h25 O402 - Le retard mental : indications d'un bilan génétique pour le psychiatre. Pr. Alain VERLOES (Paris) 09h25 à 09h50 O403 - L'autisme : quelle contribution la génétique peut-elle apporter? Pr. Sylvie TORDJMAN (Rennes) 09h50 à 10h15 Pause café Visite de l exposition et des posters 10h15 à 10h40 O404 - Place des données génétiques dans la prise en charge de l' alcoolo-dépendance. Pr. Philip GORWOOD (Paris) 10h40 à 11h05 O405 - Du retard mental à la schizophrénie : l exemple de la délétion 22q11. Dr. Dominique CAMPION (Rouen) 11h05 à 12h45 Symposium laboratoire Sanofi. 12h45 à 13h00 Remise des prix "Confrontations psychiatriques. 13h00 à 14h30 Pause déjeuner après-midi Thème : O501 - Pratiques et schizophrénie Président : Pr. Frédéric ROUILLON (Paris) (Chairman 1) 14h30 à 15h30 O502 - Session académique organisée avec le soutien des Laboratoires Lilly France : "Optimiser la balance bénéfices risques dans les traitements antipsychotiques de la schizophrénie. : Pr. Richard KEEFE (Duke University, USA), suivi d'un exemple clinique. 15h30 à 16h00 Pause café - Visite de l'exposition et des posters 16h00 à 17h30 O503 - TABLE RONDE : "les premiers épisodes psychotiques", de la théorie à la pratique à la lumière d'expériences Présidents : Harald SONTAG et Philippe NUSS. Différents intervenants européens, dont les Pr. Aribert ROTHENBERGER (Allemagne) et Dr. Dora KNAUER (Suisse), Pr. Charles PULL (Luxembourg) et Dr. Marc HERMANS (Belgique), présenteront des cas cliniques de façon interactive. Thème : O504 - Pratiques et schizophrénie (suite) Président : Pr. Maurice FERRERI (Paris) (Chairman 2) 17h30 à 18h00 O505 - Syndromes de super sensibilité, effets rebonds et nouveaux symptômes associés à l arrêt et à la diminution des médicaments psychotropes. Pr. Guy CHOUINARD (Paris) 18h00 à 18h30 O506 - Apports de la neurophysiologie à la compréhension de la schizophrénie. Pr. Jean-Michel GUERIT (Bruxelles)

10 VENDREDI 6 AVRIL matin O601 - Thème : Les troubles des conduites alimentaires : actualités et perspectives Présidents : Pr. Maurice CORCOS (Paris) et Dr. Alexandra PHAM-SCOTTEZ (Paris) 09h00 à 09h25 O602 - Proximité physique-séparation psychique : enjeux d un contrat de séparation dans le traitement des troubles des conduites alimentaires. Pr. Maurice CORCOS (Paris) 09h25 à 09h50 O603 - Prise en charge hospitalière des anorexiques adultes : un contrat thérapeutique personnalisé. Dr. Alexandra PHAM-SCOTTEZ (Paris) 09h50 à 10h15 O604 - Les troubles des conduites alimentaires de l enfant : Quels parcours thérapeutiques proposer? Dr. Catherine DOYEN (Paris) 10h15 à 10h40 O605 - Prise en charge en soin-études dans les troubles des conduites alimentaires. Dr. Nadia MAMMAR (Sceaux) 10h40 à 11h00 Discussion - Conclusion. 11h00 à 11h30 Pause café - Visite de l exposition des posters 11h30 à 12h30 Symposium laboratoires ARDIX. 12h30 à 12h45 Remise des prix posters. 12h45 à 14h00 Pause déjeuner après-midi Thème : La douleur en santé mentale (2ème partie) Dr. Djéa SARAVANE (Neuilly sur Marne) 14h00 à 15h00 O701 - Prise en charge de la douleur en Santé Mentale. Dr. Djéa SARAVANE (Neuilly sur Marne) O702 - Thème : Les états dépressifs : diversité des approches théoriques, approche expérimentale originale, neurophysiologie - Pr. Michel PATRIS (Strasbourg) 15h00 à 15h20 O703 - Approche évolutionniste de la dépression. Dr. Stéphane MOUCHABAC (Paris) 15h20 à 15h40 O704 - La notion de perte en psychanalyse. Dr. Michel LEVY (Strasbourg) 15h40 à 16h00 O705 - Comparaison des effets de la clomipramine et de la venlafaxine sur la mémoire autobiographique dans la dépression. Dr. Florian FERRERI (Paris) 16h00 à 16h20 O706 - Application des protocoles d'eeg/erp dans la neuro-psychiatrie (dépression). Dr. Manon BOESCHOTEN (Bruxelles) 16h20 à 16h40 Pause café Visite de l exposition des posters Thème : Avancées de la psychiatrie libérale 10 16h40 à 17h00 O801- Le GICIPI : Réseau de Recherche Clinique en Psychiatrie Libérale. Dr. Christian GERAUD (Château Gontier) 17h00 à 17h20 O802 - Un nouveau logiciel patient en psychiatrie libérale. Dr. Joël GAILLEDREAU (Etampes) 17h20 à 17h50 O803 - Caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques d une population de 2364 patients en psychiatrie libérale. Dr. Francis GHEYSEN (Caen) 17h50 à 18h05 Conclusion de la première partie du congrès. Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris)

11 SAMEDI 7 AVRIL O901-Journée organisée en partenariat avec le laboratoire Lundbeck Rencontres médecins généralistes / psychiatres Président : Pr. Maurice FERRERI (Paris), Coprésidents : Dr. Philippe NUSS (Paris) et Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris) 09h30 à 09h45 Introduction Pr. Maurice FERRERI. 09h45 à 10h45 Communiquer avec l adolescent (séance comprenant des cas vidéo). Pr. Pierre MEYER (professeur de médecine générale, Reims) et Dr. Philippe NUSS (Paris) 10h45 à 11h45 Dépression : Cannabis ou alcool (séance comprenant des cas vidéo). Dr. Philippe NUSS (Paris) 12h00 à 13h30 Pause déjeuner 13h30 à 14h30 Dépression ou personnalité dépressive (séance comprenant des cas vidéo). Discussion avec les généralistes 14h30 à 15h30 Prévenir les récurrences dépressives. Discussion avec les généralistes 15h30 à 15h45 Conclusion. Pr. Maurice FERRERI (Paris)

12 INFORMATIONS GÉNÉRALES Lieu du congrès Les salons de l Aveyron 17 rue de l Aubrac Paris Tél : Fax : Salle de conférence plénière : salon Les Grands Causses, niveau -1 MÉTRO Ligne 14 - Cour St Emilion BUS N 62 - Place Lachambeaudie N 24 - Place Lachambeaudie Parking public Saint Emilion à proximité du Sofitel Paris Bercy Bureau du congrès / organisation logistique Pendant le congrès : Bureau d accueil du congrès, niveau RDC Les salons de l Aveyron 17 rue de l Aubrac Paris Tel : / Fax : Ouverture : Mercredi 4 avril 2007 : Jeudi 5 avril 2007 : Vendredi 6 avril 2007 : Samedi 7 avril 2007 : 08h00 à 20h00 07h30 à 19h00 07h30 à 18h15 08h00 à 16h15 Après le congrès : DSO Eric TORDJMAN / Nadège DEMARLE 15 rue Cugnot PARIS Tel : / Fax : Site internet du congrès : Inscriptions: Les droits d inscription incluent l accès aux sessions scientifiques, aux zones de l exposition et des posters scientifiques, aux cocktails déjeunatoires et pauses-café, un badge nominatif et le porte document incluant le programme final/ livre d abstracts. Forfaits Médecins du 4 au 6 avril 2007 Internes du 4 au 6 avril 2007* (Justificatif à produire SVP) FMC du 4 au 6 avril 2007 (Justificatif à produire SVP) Journée du 7 avril Avant le 20 février 2007 Après le 20 février TTC 378 TTC 160 TTC 192 TTC 315 TTC 378 TTC 160 TTC 192 TTC 12

13 Transport Code identifiant : SE7107 Valable pour transport entre le 30/03/2007 au 12/04/2007 Des réductions sont appliquées sur une très large gamme de tarifs dans toutes les classes de transport (Espace Première, Espace Affaires,Tempo) sur l ensemble des vols Air France à travers le monde. Beneficiez de -10% sur les tarifs publics sans contraintes et avec une totale flexibilité. Les tarifs publics soumis à conditions sont déjà réduits. Vous profiterez d une remise supplémentaire de 5%. Ces réductions s appliquent également sur les tarifs publics des lignes en France métropolitaine, ou vous disposez, sur ce même réseau, de tarifs dédiés sans contraintes allant jusqu à 47% de réduction. Pour obtenir les tarifs préférentiels consentis pour cette manifestation et éffectuer votre réservation, faire émettre votre billet électronique*, choisir votre siège à bord** et établir votre carte d embarquement**, connectez vous sur le lien internet de cet événement. Votre billet électronique comportera une remarque justifiant l application du tarif préferentiel Air France Global Meetings. Si vous préférez traiter votre réservation et achat de billet par un point de vente Air France, vous devez garder ce présent document de la manifestation comme justificatif. Il peut vous être demandé de justifier l utilisation du tarif consenti à tout moment de votre voyage. Pour connaître votre agence Air France la plus proche, consultez : Vous devrez citer la référence ci-dessus afin d identifier la manifestation enregistrée en interne Air France: GGAIRAFEVENTNEGO Les programmes de fidélisation des compagnies partenaires d Air France permettent d accumuler des «miles» en utilisant des vols Air France. * non disponible dans certains pays ** soumis à conditions Société Air France, société anonyme au capital de euros RCS Bobigny Formation Le congrès a obtenu une accréditation européenne auprès de l UEMS (Union Européenne des Médecins Spécialistes) : "La psychiatrie dans tous ses états - innovations théoriques, nouveautés des pratiques, 4-7 avril 2007, Paris" is accredited by the European Accreditation Council for Continuing Medical Education (EACCME) to provide the following CME activity for medical specialists. The EACCME is an institution of the European Union of medical Specialists (UEMS). "La psychiatrie dans tous ses états - innovations théoriques, nouveautés des pratiques, 4-7 avril 2007, Paris" is designated for a maximum of 18 hours of European external CME credits. Each medical specialist should claim only those hours of credit that he/she actually spent in the educational activity. EACCME credits are recognized by the American Medical Association towards the Physician's Recognition Award (PRA). To convert EACCME credit to AMA PRA category 1 credit, contact the AMA. Le congrès entre dans le cadre de la Formation Médicale Continue (FMC) : le numéro d organisme de formation est le suivant : Le barème des points est le suivant : 10 points par jour 5 points par ½ journée. 13

14 INFORMATIONS INTERVENANTS ET AUTEURS Vous êtes président de session : Nous vous remercions de bien vouloir vous rendre en salle de conférences au minimum 10 minutes avant le début de la session que vous présidez. Les orateurs sont tenus de se conformer au temps de parole qui leur est imparti. Nous vous remercions de bien vouloir veiller à ce paramètre. Vous êtes orateur : Nous vous remercions de bien vouloir vous présenter en salle de conférences au minimum 15 minutes avant le début de la session dans laquelle vous intervenez. Merci de vous conformer aux instructions du président de votre session. Nous recommandons à chaque orateur de vérifier sa présentation orale suffisamment de temps à l avance en la prévisualisant dans la salle de pré projection prévue à cet effet située au niveau -1 selon le planning qui vous a été transmis. Vous êtes auteur de posters : Les posters seront affichés pendant toute la durée du congrès au coeur même de l exposition dans les Salons LEVEZOU et AUBRAC, situés niveau -1 près de la salle de conférences LES GRANDS CAUSSES. Des fixations seront disponibles au bureau d accueil du congrès. Les auteurs sont priés d installer et de retirer leurs travaux selon le planning suivant : MONTAGE à partir de 8h00 le mercredi 4 avril 2007 DEMONTAGE avant 16h15 le samedi 7 avril 2006 Nous vous remercions de bien vouloir vous tenir à proximité de votre poster pendant les pauses-café et cocktail déjeunatoires de manière à pouvoir en discuter avec les congressistes 14

15 LE CONGRES DE A à Z Vous êtes président de session : Abstracts (livre d abstracts) Les abstracts des orateurs des sessions académiques ainsi que ceux des auteurs de posters sont inclus dans ce programme final. Badges Le port du badge est obligatoire sur toute la zone du congrès (sessions plénières, zone d exposition et zone posters). Badges VERT pour les CONGRESSISTES Badges ROUGE pour les INTERVENANTS Badges BLEU pour les EXPOSANTS Badges JAUNE pour l ORGANISATION Cocktails déjeunatoires Les cocktails déjeunatoires seront servis en Salons AUBRAC et LEVEZOU situés au niveau -1, au coeur même de l exposition afin de faciliter les échanges entre les partenaires de l industrie pharmaceutique et les congressistes. Des buffets seront dressés à différents endroits dans l exposition ainsi qu à proximité de la salle de conférences. Conférences Les conférences auront lieu en Salon LES GRANDS CAUSSES au niveau -1. Les communications orales sont codifiées par le n du thème suivi de l ordre de passage dans la session. Exposition L exposition est située en Salons AUBRAC et LEVEZOU, niveau -1. Messages Un panneau «Messages» se situe près du bureau d accueil du congrès. Non fumeur Prière de noter que l ensemble du congrès est une zone non fumeur. Objets perdus Tout objet trouvé sera rapporté au bureau d accueil du congrès. N hésitez pas à consulter le bureau du congrès en cas de perte. Portables Afin de ne pas perturber le déroulement des sessions scientifiques, nous vous rappelons que les téléphones portables doivent être éteints dans la salle de conférences. Posters Les posters sont affichés en Salons AUBRAC et LEVEZOU, niveau -1. Les abstracts des communications posters sont codifiés par la lettre «P» suivi du n de poster. 15

16 LISTE DES POSTERS P01 : FACTEURS ASSOCIES A LA RECHUTE CLINIQUE CHEZ DES PATIENTS SCHIZOPHRENES: RESULTATS A 36 MOIS DE LA COHORTE FRANÇAISE DE L ETUDE SOHO (SCHIZOPHRENIA OUTPATIENTS HEALTH OUTCOMES). Gasquet Isabelle1, Avoinet Sandra2, Chartier Florence2, Tcherny-Lessenot Stephanie2, Suarez David3, Lepine Jean Pierre4 1 INSERM U669 et Direction de la Politique Médicale, AP-HP, Paris, France; 2 Lilly France, Suresnes, France; 3 Unité de Recherche et Développement, San Joan de Deu-SSM, Sant Boi, Barcelone, Espagne ; 4 Service de Psychiatrie, Hôpital Lariboisière Fernand Widal (AP-HP), Paris, France.. P02 : FACTEURS ASSOCIES A LA REMISSION CHEZ DES PATIENTS SCHIZOPHRENES: RESULTATS A 36 MOIS DE LA COHORTE FRANÇAISE DE L ETUDE SOHO (SCHIZOPHRENIA OUTPATIENTS HEALTH OUTCOMES). Gasquet Isabelle1, Avoinet Sandra2, Chartier Florence2, Tcherny-Lessenot Stephanie2, Suarez David3, Lepine Jean Pierre4 1 INSERM U669 et Direction de la Politique Médicale, AP-HP, Paris, France; 2 Lilly France, Suresnes, France; 3 Unité de Recherche et Développement, San Joan de Deu-SSM, Sant Boi, Barcelone, Espagne ; 4 Service de Psychiatrie, Hôpital Lariboisière Fernand Widal (AP-HP), Paris, France. P03 : EFFICIENCE D UN TRAITEMENT PAR ANTIPSYCHOTIQUE CHEZ DES PATIENTS SCHIZOPHRENES EN AMBULATOIRE : RESULTATS A 36 MOIS DE L ETUDE SCHIZOPHRENIA OUTPATIENTS HEALTH OUTCOMES (SOHO). Novick Diego1, Haro Josep Maria2, Brown Jacqueline1, Suarez David2, Avoinet Sandra3, Ratcliffe Mark1 and the SOHO Study Group4 1 Eli Lilly and Company, Windlesham, UK; 2 Unité de Recherche et Développement, San Joan de Deu- SSM, Sant Boi, Barcelone, Espagne ; 3 Lilly France, Suresnes, France ; 4 Alonso Jordi (SP), Gasquet Isabelle (FR), Haro Josep Maria(SP) Jones Peter (UK), Knapp Martin (UK), Lepine Jean Pierre (FR), Naber Dieter (DE), Slooff Cees (NL). P04 : LA PLATEFORME ADOLESCENTS OU COMMENT SORTIR DE LA GALERE. Dr Alain HADDAD, Praticien Hospitalier, Chef du Service de Pédopsychiatrie, Antenne de Direction, 36/42, Rue de la Villette, PARIS. P05 : L EDINBURGH POSTNATAL DEPRESSION SCALE (EPDS) : UN OUTIL MEDIATEUR DE LA RELATION EN PSYCHIATRIE PERINATALE? DELILLE Sophie, EPSM Lille Métropole, Armentières ; JEANSON Robert, EPSM Lille Métropole, Armentières ; VERSAEVEL Christophe, EPSM Lille Métropole, Armentières ; LAJUGIE Christine, EPSM Lille Métropole ; MARON Michel, CHRU Lille, Lille. 16

17 LISTE DES POSTERS PO6 : INCIDENCE DES TROUBLES PSYCHOTRAUMATIQUES AU DECOURS D UNE CESARIENNE EN URGENCE. DELILLE Sophie, EPSM Lille-Métropole, Armentières ; CUSSAC Iréna, Centre Hospitalier Princesse Grâce, Monaco ; DUBOIS Anne-Frédérique, EPSM Val de Lys Artois, Saint Venant ; MARON Michel, CHRU Lille, Lille ; VAIVA Guillaume, CHRU Lille, Lille. P07 : LA PLACE DU STRESS DANS LE PSORIASIS. Elisabeth Delouvrier, service de psychiatrie 78G11, Etablissement de Santé Public Charcot, Plaisir. P08 : LES TROUBLES PSYCHOTIQUES AIGUËS ET TRANSITOIRES (TPAT) : QUELQUES REMARQUES CLINIQUES A PROPOS D UNE BREVE ENQUETE EPIDEMIOLOGIQUE ANAMNESTIQUE. V. PAPADAKOS Psychiatre des hôpitaux, Chef de Service. M. MEGUEDAD, Psychiatre Assistant. A. KOSCIUSKO-MORIZET, Interne DES Centre Hospitalier Interdépartemental de CLERMONT DE L OISE. P09 : PRISE EN CHARGE D UN CAS DE PHOBIE SOCIALE EN GROUPE ASSERTIF. Dr Paquet-Latourelle Jeanne, psychiatre, Hôpital de Niort. P10 : LE SYNDROME DE L ENFANT PINGOUIN. Dr Doïna LASCU, psychiatre. P11 : LIENS ENTRE INSIGHT ET DEPRESSION DANS LA SCHIZOPHRENIE. PINÈDE Daniel a,c, JAAFARI Nemat a,c, EL HAGE Wissam a,c. a Clinique Psychiatrique Universitaire, CHRU de Tours, Tours Cedex 01. b SHU Psychiatrie et Psychologie Médicale, CH Henri Laborit, BP 587, Poitiers Cedex. c EA3248, Psychobiologie des émotions, Université François Rabelais, Tours. P12 : INJONCTION THERAPEUTIQUE DDASS du Rhône Drs Briant*,Souterene,deVarennes,Delachenal,Prost. Service Prévention et Promotion de la Santé DDASS du Rhône 241 rue Garibaldi P13 : ANTENNE MEDICALE A L HOTEL DE POLICE DE LYON Drs Briant*,Daudet, Solignac,Persoud, Dahan,Souterene,de Varennes,Allagnat,Amprino,Chastan,Fabrizi, Imhoff,Janin, Michalet, Prost. Antenne Médicale Hotel de Police 40 rue Marius Berliet Lyon. 17

18 LISTE DES POSTERS P14 : MEMBRANES PHOSPHOLIPID COMPOSITION IN PATIENTS WITH SCHIZOPHRENIA EXHIBITING AN ABNORMAL MEMBRANE PHOSPHATIDYLETHANOLAMINE DISTRIBUTION. Philippe Nuss1,2, Cédric Tessier1,2, Florian Ferreri1,2, Charles Siegfried Peretti1,2, Claude Wolf 2 P15 : MEMBRANE PHOSPHOLIPID BIDIRECTIONAL MOVEMENT IN RED BLOOD CELL FROM PATIENTS WITH SCHIZOPHRENIA. Cédric Tessier1,2, Philippe Nuss1,2, Florian Ferreri1,2, Claude Wolf 2 P16 : AUTOBIOGRAPHICAL MEMORY IN DEPRESSED PATIENTS TRAITED WITH CLOMIPRAMINE OR VENLAFAXINE. Ferreri F.(1), Agbokou C.(1), Gierski F.(2), Charrel C-L(2), Peretti C-S(1). 18

19 COMMUNICATIONS ORALES 19

20 LIVRE D ABSTRACTS COMMUNICATIONS ORALES O101 TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION DE L ADULTE. Pr. Franck-J BAYLE (Paris) et Pr. Manuel BOUVARD (Bordeaux). Introduction Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité de l adulte est une pathologie méconnue plus qu émergente. La persistance du trouble à l âge adulte est notée chez environ 50% des patients chez lesquels le trouble est diagnostiqué dans l enfance. Une estimation raisonnable fournit un chiffre de 2% de prévalence dans la population générale. Le diagnostic est méconnu car non enseigné, masqué par la forte comorbidité anxieuse, addictive ou encore par sa confusion ou son intrication avec des troubles de la personnalité. Il est pourtant possible qu une large part de troubles comorbides soit conséquente du trouble initiale. Par ailleurs, il est possible que chez ces sujets les troubles anxieux ou dépressifs répondent mal aux thérapeutiques spécifiques. Il est donc nécessaire de disposer dans sa pratique des connaissances suffisantes pour suspecter, voire porter le diagnostic, repérer les populations à risques, expliquer au patient la nature du trouble et les attentes potentielles d un traitement spécifique et les aspects d une prise en charge adaptée. Le diagnostic doit être très prudemment établi, sachant d une part la nature particulière des traitements médicamenteux qui sont aujourd hui disponibles et d autre part les conséquences éventuelles qu entraîne une relecture de son existence par le patient mis au fait d un trouble ancien et méconnu, lui permettant un éclairage nouveau sur les difficultés de son existence. Dans ce symposium, l ensemble de ces aspects sera développé et discuté par des praticiens-chercheurs impliqués spécialement dans les différents domaines abordés. O102 PROCESSUS DIAGNOSTIQUE ET MESURE DU TROUBLE. Dr. Hervé CACI, Paris. Le déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité est le diagnostic le plus fréquent en pédopsychiatrie : il touche environ 6% de la population. Alors que plus de la moitié des jeunes patients garderont un déficit attentionnel significatif à l âge adulte, ce trouble reste assez mal connu des psychiatres d adultes. Si l on ajoute à cela le retard diagnostic de plusieurs années parfois lié à la réticence de certains professionnels d évoquer ce diagnostic chez l enfant et l adolescent, on comprend pourquoi le déficit attentionnel est un trouble sous-évalué chez l adulte. Le diagnostic chez l adulte doit prendre en compte les symptômes dans l enfance et l adolescence ainsi que les symptômes actuels. En complément des critères diagnostiques du DSM-IV et de l ICD-10, des instruments spécifiques ont été développés mais trop rarement traduits et validés en Français. La question de la comorbidité anxieuse et bipolaire doit aussi être prise en compte. Dans cet exposé, nous décrivons les instruments spécifiques, leurs avantages et leurs inconvénients, ainsi que les travaux de validation en cours : Adult Symptom Rating Scale (ASRS), Wender Utah Rating Scale (WURS) et Brown Attention Deficit Disorder Scales (BADDS). En conclusion, nous soulignons les éléments clés de la démarche diagnostique. 20

21 O103 COMORBIDITE ADDICTIVE ET DEFICIT DE L ATTENTION : UNE RELATION COMPLEXE. Dr Jacques BOUCHEZ. Le déficit de l attention avec ou sans hyperactivité (ADHD) est défini et bien reconnu chez l enfant. Chez l adulte, les études de suivi ont pu mettre en évidence la persistance de signes cliniques dans 50% des formes diagnostiquées dans l enfance. Les prévalences de l ADHD chez l adulte sont en population générale estimées de 3 à 5% en tenant compte de troubles persistant depuis l enfance mais aussi de formes révélées plus tardivement qu il faut prendre en compte. Les éléments diagnostiques chez l adulte restent largement marqués par la description clinique de l enfance. Mais des particularités évolutives amènent à tenir compte des problèmes d attention et d impulsivité essentiellement. Ces difficultés amènent d ailleurs à des retentissements divers sur le fonctionnement général du patient avec une tolérance ou une adaptation différente. Ces troubles peuvent constituer un réel handicap dans la vie quotidienne ou professionnelle et favoriser l émergence de troubles anxieux ou dépressifs. Mais ils restent difficiles à distinguer dans le contexte fréquent de troubles associés, notamment pour les troubles anxieux (45%), dépressifs (30%), les conduites addictives (35%) et les personnalités pathologiques (30%) L analyse des études de comorbidité de l ADHD de l adulte permet de compléter une première stratégie de repérage et de diagnostic et de discuter des possibilités thérapeutiques en tenant compte de priorités cliniques dans des contextes de troubles souvent associés. Les relations complexes entre les troubles seront discutées pour permettre un repérage plus précis et pour évoquer les risques évolutifs de troubles encore sous estimés. O104 LE TDA/H CHEZ L ADULTE. DE LA CLINIQUE AUX PRINCIPES DU TRAITEMENT. Dr. François BANGE (Paris). Sous des dénominations variées, le TDA/H chez l adulte était un syndrôme connu il y a au moins un siècle. Mais son existence semble avoir été oubliée pendant plusieurs décennies jusqu à ce que les différentes versions du DSM ne le laissent ressurgir. Ce sont les pédopsychiatres soignant des enfants et des adolescents TDA/H qui ont souligné cette évidence : les symptômes de leurs patients ne disparaissent pas à leur dix-huitième anniversaire. Voilà pourquoi, les critères de diagnostic du TDA/H chez l adulte restent à l heure actuelle un «copiécollé» de ceux bien établis chez l enfant prépubère de sexe masculin. On manque encore d enquêtes objectives pour valider les critères diagnostiques les plus pertinents, chez les adultes des deux sexes. Néanmoins, l état actuel des connaissances cliniques permet de fixer d ores et déjà certains repères dans les différentes stratégies thérapeutiques, médicamenteuses ou non, et d en évaluer certains bénéfices. O105 THERAPEUTIQUES BIOLOGIQUES ACTUELLES ET PERSPECTIVES FUTURES. Dr Pierre OSWALD, Department of Psychiatry, University Clinics of Brussels, Erasme Hospital, Route de Lennik, Brussels, Belgium. Si le TDAH de l'adulte est reconnu depuis plus de 20 ans, les études évaluant l'efficacité des traitements pharmacologiques restent limitées et basées sur l'expérience chez l'enfant. Néanmoins, ces dernières années, les essais cliniques tendent à démontrer une efficacité comparable des psychostimulants entre les populations d'adultes, d'adolescents et d'enfants. Parmi les psychostimulants, le méthylphénidate, sous sa forme à action immédiate ou ses différentes formes à action prolongée, se caractérise par une efficacité à court terme remarquable. Le méthylphénidate est donc le traitement de première ligne dans le TDAH de l'adulte. Un monitoring fréquent de son efficacité et de ses effets indésirables potentiels est néanmoins indispensable. En cas de manque d'efficacité, d'effets indésirables invalidants ou de comorbidités contre-indiquant la prise de psychostimulants, d'autres médications seront préférées. Parmi celles-ci, certains antidépresseurs (désipramine, bupropion), le modafinil et plus récemment l'atomoxétine se basent sur des données convaincantes dans le traitement à court terme du TDAH de l'adulte. L'atomoxétine est actuellement le seul traitement non-stimulant approuvé par la FDA aux Etats-Unis dans le TDAH de l'enfant et de l'adulte. De nouvelles molécules sont actuellement à l'étude, en phases 2 et 3, et impliquent les métabolismes nicotinique et histaminergique. 21

22 LIVRE D ABSTRACTS COMMUNICATIONS ORALES O201 SCHIZOPHRENIE ET TROUBLES METABOLIQUES. Pr. Pierre THOMAS, Service de Psychiatrie, CHRU de Lille. L espérance de vie des sujets atteints de schizophrénie est réduite de plus de 10 ans par rapport à la population générale. Les maladies cardio-vasculaires sont responsables de plus de 50% des décès chez les sujets souffrant de schizophrénie et bien qu il y ait des facteurs de risque cardio-vasculaire liés à la maladie, à la sédentarité, au tabac, à l alimentation, aux difficultés d accès aux soins généraux, il apparaîtrait que l exposition aux antipsychotiques représente un facteur de risque supplémentaire. Or les Antipsychotiques constituent la base de la prise en charge pharmacologique de la schizophrénie. Ainsi, l apparition ou l aggravation de troubles métaboliques sont maintenant au devant des préoccupations des cliniciens, des usagers et de leur famille. Au-delà de la diminution de l estime de soi, des conséquences esthétiques et sociales qu ils provoquent, le retentissement sur la santé se pose de façon légitime. Les quelques études de prévalence du syndrome métabolique chez les patients atteints de schizophrénie proviennent pour la plupart des Etats Unis sur des populations multi-ethniques et ne reflètent pas les caractéristiques françaises en terme d environnement de santé et d héritabilité. L étude CATIE rapporte une prévalence du syndrome métabolique chez les patients de 54% (femmes) et 36% (hommes) vs 24% et 20% en population générale (US). Ces résultats rendent compte d un risque cardio-vasculaire considérablement augmenté chez les patients. dans l inter-région Nord Ouest : aucune donnée actuellement disponible. Les facteurs prédictifs dont les cliniciens disposent actuellement sont encore insuffisants pour tenir lieu de recommandation dans l utilisation des antipsychotiques. Face à la précarité de ces indicateurs, Il est nécessaire d obtenir des chiffres reflétant l incidence des troubles pondéraux et métaboliques chez les patients traités par antipsychotiques et d améliorer l identification des sujets qui risquent de développer des complications métaboliques, ceci, dès les premières manifestations de la maladie qui justifient un traitement antipsychotique. O202 SYNDROME METABOLIQUE : DEFINITIONS ET DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES DANS LA SCHIZOPHRENIE. Pr Frédéric Limosin, service de Psychiatrie d adultes, CHU de Reims. On constate aujourd hui un regain d intérêt pour l évaluation, la prévention et la prise en charge des comorbidités somatiques chez les patients souffrant de schizophrénie. La diminution de l espérance de vie d environ 20%, en comparaison à la population générale, et un taux de mortalité prématurée deux fois plus élevé, sont pourtant des notions connues de longue date. Même si la première cause de surmortalité précoce chez les schizophrènes est le suicide, avec une prévalence estimée entre 4 et 10%, les causes accidentelles et les causes naturelles participent également à cet excès. Ainsi, au premier rand des pathologies cardio-vasculaires. Les principaux surreprésentés chez le patient schizophrène, figurent les pathologies cardio-vasculaires. Les principaux facteurs de risque des pathologies cardio-vasculaires sont en effet plus fréquemment retrouvés chez le schizophrène : sédentarité, tabagisme, surcharge pondérale et syndrome métabolique, qui associent obésité androïde, hypertension artérielle, dyslipidémies et hyperglycémie, évoluant parfois vers un véritable diabète de type 2. Seront exposés les différents critères diagnostiques du syndrome métabolique, les principales données épidémiologiques retrouvées dans des populations de patients schizophrène, ainsi que le rôle favorisant de certains traitements antipsychotiques. 22

COMMUNICATIONS ORALES

COMMUNICATIONS ORALES COMMUNICATIONS ORALES 19 LIVRE D ABSTRACTS COMMUNICATIONS ORALES O101 TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION DE L ADULTE. Pr. Franck-J BAYLE (Paris) et Pr. Manuel BOUVARD (Bordeaux). Introduction Le trouble

Plus en détail

Programme Scientifique

Programme Scientifique Programme Scientifique L AFTAD est un organisme de FMC Agrément n 100381 Le Congrès Les Journées de l AFTAD donne droit à 12 crédits de FMC au titre de la Formation Présentielle, pour les médecins libéraux

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014)

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) (Diplôme Interuniversitaire de) avec Besançon et Dijon Objectifs : Ce DIU a pour objectif de garantir une formation théorique et clinique de haut niveau aux praticiens

Plus en détail

Pour vos intentions de participation à cette journée, merci de vous pré inscrire de préférence via Internet à l adresse suivante :

Pour vos intentions de participation à cette journée, merci de vous pré inscrire de préférence via Internet à l adresse suivante : La prise en charge de la santé bucco-dentaire des personnes en situation de handicap constitue une préoccupation majeure de notre profession. Toutefois, elle ne peut se concevoir sans le soutien et la

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

l Hypnose une thérapie au carrefour des sciences et des arts 1 ères rencontres de l Académie Azuréenne d Hypnose 27/28 juin 2014

l Hypnose une thérapie au carrefour des sciences et des arts 1 ères rencontres de l Académie Azuréenne d Hypnose 27/28 juin 2014 Programme 1 ère annonce 1 ères rencontres de l Académie Azuréenne d Hypnose l Hypnose 27/28 juin 2014 Le Saint-Paul Hôtel Restaurant Nice une thérapie au carrefour des sciences et des arts Organisées par

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS Séminaire scientifique annuel Université Sorbonne Paris Cité 2015 Programmes de recherche interdisciplinaires Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES?

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? I-SHARE SUIVRA L ÉTAT DE SANTÉ DE 30 000 JEUNES PENDANT 10 ANS «Les grandes cohortes doivent contribuer à éclairer les

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N M A T I N PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin 9, Av du Parc 33120 ARCACHON 15 et 16 Novembre 2013 24 et 25 Janvier

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Marseille 21 > 23. Novembre

Marseille 21 > 23. Novembre Marseille P a R C C H A N O T 21 > 23 Novembre 2013 PROGRAMME PROVISOIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION Conférences plénières Le sommeil des animaux I. Tobler Syndrome d apnée : potentiel des biomarqueurs

Plus en détail

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse

Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Etude des pratiques d'injection intraveineuse et autres détournements du méthylphénidate en Région Paca-Corse Dr Joëlle Micallef CEIP-Addictovigilance PACA-Corse Pharmacologie Clinique, CHU Timone http://www.observation-pharmacodependance.org

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 UNIVERSITE D'ANGERS FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 Pr B. GOHIER Pr Ph. DUVERGER Professeur des Universités - Praticien Hospitalier Professeur des Universités -

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT

VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT DIPLOME UNIVERSITAIRE - PARIS DIDEROT PROGRAMME COMPLET 2015-2016 VISION ET HANDICAPS CHEZ L'ENFANT Vision, perception & action chez l'enfant ayant des troubles développementaux Responsables pédagogiques

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie Accompagnement des Personnes Atteintes de Maladies Génétiques et de leur Famille D.U. - 1

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Les Centres de Diagnostic et d Evaluation de l Autisme et des Troubles Envahissants du Développement (TED)

Les Centres de Diagnostic et d Evaluation de l Autisme et des Troubles Envahissants du Développement (TED) Les Centres de Diagnostic et d Evaluation de l Autisme et des Troubles Envahissants du Développement (TED) en Ile-de-France En convention avec : Sommaire Introduction page 2 Qu est-ce que le diagnostic

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

CONTACTS UTILES Page 2 L organisateur - Vos interlocuteurs - Compagnies de Taxis PROGRAMME GENERAL DES 2 JOURNEES

CONTACTS UTILES Page 2 L organisateur - Vos interlocuteurs - Compagnies de Taxis PROGRAMME GENERAL DES 2 JOURNEES GUIDE EXPOSANT CONTACTS UTILES Page 2 L organisateur - Vos interlocuteurs - Compagnies de Taxis PROGRAMME GENERAL DES 2 JOURNEES ACCUEIL SUR PLACE Badges - Planning de rendez-vous Catalogue des participants

Plus en détail

AUTISME : UNE FAMILLE SUR 2 MÉCONTENTE DE LA PRISE EN CHARGE DE SON ENFANT

AUTISME : UNE FAMILLE SUR 2 MÉCONTENTE DE LA PRISE EN CHARGE DE SON ENFANT AUTISME : UNE FAMILLE SUR 2 MÉCONTENTE DE LA PRISE EN CHARGE DE SON ENFANT Résultats de l'enquête Doctissimo-FondaMental Mars 2015 On estime aujourd hui qu un nouveau-né sur 150 serait concerné par les

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Unité de guidance infantile Consultation multidisciplinaire du psycho-développement Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Pour qui? En âge préscolaire La consultation multidisciplinaire du psycho-développement

Plus en détail

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne

Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Le Conseil fédéral Dangers potentiels d Internet et des jeux en ligne Rapport du Conseil fédéral en réponse aux postulats Forster-Vannini (09.3521) du 9.6.2009 et Schmid-Federer (09.3579) du 10.6.2009

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011

LE JEU EXCESSIF. Dr Christine Davidson M.Philippe Maso. Décembre 2011 LE JEU EXCESSIF Dr Christine Davidson M.Philippe Maso Décembre 2011 Qu est-ce qu un Joueur Occasionnel? Joue pour le plaisir Accepte de perdre l argent misé. Ne retourne pas pour se refaire. Joue selon

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS - JOURNEES COLLOQUES D.U et D.I.U

ENSEIGNEMENTS - JOURNEES COLLOQUES D.U et D.I.U ENSEIGNEMENTS - JOURNEES COLLOQUES D.U et D.I.U Pr. Philippe DUVERGER CHU ANGERS SEMINAIRE CLINIQUE - Psychanalyse avec les enfants 2 ème et 4 ème jeudi de chaque mois de septembre 2007 à juin 2008 Etudes

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

DE LA FORMATION CONTINUE À L OFFICINE

DE LA FORMATION CONTINUE À L OFFICINE Notre mission : Chaque pharmacien est unique, UTIP Innovations propose partout en métropole et dans les DOM les solutions de formation adaptées Notre ambition : Devenir acteur de référence du DPC UTIP

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

4 & 5 FEVRIER 2015 PALAIS DES CONGRES DE VERSAIL

4 & 5 FEVRIER 2015 PALAIS DES CONGRES DE VERSAIL 4 & 5 FEVRIER 2015 PALAIS DES CONGRES DE VERSAILLES GUIDE EXPOSANT CONTACTS UTILES Page 2 L organisateur - Vos interlocuteurs - Compagnies de Taxis PROGRAMME GENERAL DES 2 JOURNEES ACCUEIL SUR PLACE Badges

Plus en détail

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne!

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! C est le Vendée Globe des Ateliers d Arcachon! Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! Soyez prêt pour un départ le 13 novembre 2014! PROGRAMME 2014-2015 ATELIER 1 ATELIER 2 ATELIER 3

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

Rencontres d Endocrinologie Paris-Sud 5 & 6 juillet 2013

Rencontres d Endocrinologie Paris-Sud 5 & 6 juillet 2013 Paris-Sud 5 & 6 juillet 2013 Paris, Hôtel Marriott Rive Gauche En partenariat avec : L Université Paris Sud Département de Formation Médicale Continue Groupe d Etude et de Thérapeutique de la Croissance

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Association Institut de Psychosomatique Pierre Marty IPSO Pierre Marty Centre d enseignement et de formation CEFP Année universitaire 2011-2012 20 rue Bellier Dedouvre - 75013 Paris Secrétariat : 06 85

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Le leadership des femmes dans la vie publique Favoriser la diversité pour une croissance inclusive

Le leadership des femmes dans la vie publique Favoriser la diversité pour une croissance inclusive Forum mondial sur la Gouvernance publique Le leadership des femmes dans la vie publique: Favoriser la diversité pour une croissance inclusive Informations pratiques Paris, 2-4 avril 2014 Informations

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Rencontres Européennes de Psychiatrie Pénitentiaire

Rencontres Européennes de Psychiatrie Pénitentiaire 1 st European Meetings of Prison Psychiatry ères PRÉ-PROGRAMME Rencontres Européennes de Psychiatrie Pénitentiaire Société Européenne de Médecine Pénitentiaire (SEMP) European Society of Prison Medicine

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l INSERM, dans le cadre de la procédure

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail