Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool"

Transcription

1 Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool

2 Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas d'antécédent notable. Il vous déclare être homosexuel et avoir un compagnon régulier depuis plusieurs mois, qu'il voit de temps en temps. Il a cependant très peur de le perdre et vous demande une prescription de Tadanafil, car «à mon âge c'est normal d'avoir des épisodes de fatigue...».

3 Votre examen clinique note une PA à 60/75 mm de Hg, une fréquence cardiaque à 70 battements par minute, un amaigrissement modéré. Le reste de l'examen général est sans particularité, en dehors d'une discrète acné rosacée.

4 . Quelles sont les principales étiologies à évoquer devant une dysfonction érectile?

5 Principales étiologies à évoquer devant une dysfonction érectile Question n Psychogènes Organiques : - Neurologiques - Métaboliques (Diabète) - Vasculaires artérielles (FR : tabac, dyslipidémie, athérome) - Hypo androgénie TOTAL

6 Vous fouillez votre interrogatoire. Depuis sa mise à la retraite et le décès de sa sœur, Mr E. a abandonné ses principales activités de loisirs, ne sent plus d'envie pour aller de l'avant. Il lui arrive souvent de pleurer seul. Il dort mal et éprouve des difficultés à se concentrer. Il vous avoue même boire quelques verres de tequila le soir pour se redonner un peu de courage et est très angoissé à l'idée que son compagnon le découvre. A tel point qu'il en vient à se saouler.

7 . Quel est votre diagnostic complet, sur quels arguments? Que devez-vous éliminer?

8 Diagnostic complet Question n Syndrome dépressif Anxio dépression majeure : - Tristesse de l humeur - Ralentissement psycho moteur - Anhédonie - Aboulie - Troubles du sommeil - Alcoolisme chronique - A type d alcoolose : - alcoolisme solitaire, caché - consommation discontinue d alcool fort - ivresse fréquente - sentiment de culpabilité Réactionnelle (décès de la sœur) Evaluer le risque suicidaire (oubli = 0) TOTAL 7

9 . Vous décidez ensemble d'un sevrage ambulatoire. Quelles vont en être les modalités?

10 Modalité du sevrage ambulatoire Question n Benzodiazépine à ½ vie longue ou Oxazépam si insuffisance hépato cellulaire Soutien psychologique avec suivi rapproché en consultation Impliquer une personne de confiance (conjoint, compagnon), respect du secret Instaurer un traitement anti dépresseur par ISRS 5 TOTAL

11 4. Quelle complication redoutez-vous, quelle en est la prise en charge?

12 Le DT Question n 4 Delirium Tremens 5 Hospitalisation en urgence Isolement Surveillance continue Réhydratation I.V. (l/4h G5%, 4g NaCl, g KCl) (oubli = 0) 4 Vitaminothérapie B, B6, PP (oubli = 0) Diazépam I.V. Neuroleptiques si besoin (agressivité, délire) TOTAL 0

13 5. Par ailleurs quel bilan et traitement proposez-vous à Mr E. pour son HTA? Pour sa dysfonction érectile?

14 HTA et alcool Question n 5 Aucun Nécessité d un sevrage alcool TOTAL

15 6. Lors du suivi vous craignez l'aggravation d'une dénutrition, pouvez-vous citer un index pronostic de suivi et son calcul?

16 Indice de dénutrition Question n 6 Nutritional Risk Index (N.R.I.) ou index de Buzby NRI =.59 x Albuminémie (g/l) x (poids actuel/poids usuel) x 00 Répartition des malades en classes : état normal, dénutrition modérée, dénutrition sévère TOTAL 5

17 7. Quelle prise en charge allez-vous effectuez suite à ce sevrage? Dans quel but?

18 Question n 7 Post cure de sevrage Proposition de séjour dans centre de postcure, prise en charge médicale dans centre alcoologie et hygiène alimentaire Traitement psychiatrique, psychothérapie de soutien Prévention et traitement des récidives : - Naltrexone (Revia) ou Acamprosate (Aotal) - Prescription d antabuses : Disulfirame (Espéral) - Participation à des groupes néphalistes, adhésion réseaux - Bilan médico psychiatrique d alcoologie en postcure But : - abstinence totale et définitive - réinsertion sociale TOTAL

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE POINTS ABORDÉS : L ALCOOLÉMIE LES EFFETS DE L ALCOOL LA DÉPENDANCE PSYCHOLOGIQUE LA DÉPENDANCE PHYSIQUE LES IDÉES REÇUES 1 L ALCOOLÉMIE : LES ÉQUIVALENCES 2 L ALCOOLÉMIE : NOMBRE DE VERRES (ÉQUIVALENTS)

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Alain Weill 1, Christophe Chaignot 1, Philippe Ricordeau 1, François Alla 2, Hubert Allemand 2 1. Caisse nationale de l assurance maladie Direction

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme SANTE PUBLIQUE Alcoolisme Cours du 5 décembre 2005 Marine Giard Plan L image de la consommation Epidémiologie Consommation d alcool Conséquences socio-économiques Définition Classifications typologiques

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets Caroline Le Lan - dépendance Mésusage - nocif - à risque Usage (socialement réglé) (sans

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Cas clinique N 2. II. Doit-on prescrire des examens complémentaires? Justifiez votre réponse.

Cas clinique N 2. II. Doit-on prescrire des examens complémentaires? Justifiez votre réponse. Cas clinique N 2 Une jeune femme de 18 ans, M. L., vous est amenée aux urgences par ses parents dans un état d'agitation anxieuse importante. A l'interrogatoire, M. L. raconte qu'elle est harcelée de messages

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE Dr Camille BARRAULT Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie Service d Hépato-gastroentérologie Conflits d intérêt L auteur n a aucun conflit d intérêt en relation

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE Rédaction : Jean-Philippe RAYNAUD Objectifs : Connaître les différentes formes de

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE Maryse Lapeyre-Mestre Margaux Lafaurie Service de Pharmacologie Médicale et Clinique Centre d évaluation et d information sur la pharmacodépendance ceip.addictovigilance@chu-toulouse.fr MÉDICAMENTS DE

Plus en détail

Troubles des conduites alimentaires

Troubles des conduites alimentaires Troubles des conduites alimentaires Dr S Guillaume Service de Psychologie Médicale s-guillaume@chu-montpellier.fr Introduction Un problème fréquent en pratique clinique i Trois types de trouble identifiés:

Plus en détail

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen Baclophène: les indications 1 en septembre 2014 Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen alexandre. baguet@chu-rouen.fr Liens d intérêt 2 Astra-Zeneca Bouchara Recordati

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales

FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR. Informations administratives et sociales 3442 ANNEXE I FICHE DE PRE-ADMISSION EN SSR Informations administratives et sociales Date d admission souhaitée / / Date de la demande / / Date d admission prévue avec le SSR / / Date d admission réelle

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire 2006-2007. prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY

1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire 2006-2007. prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY Sevrage, syndrome de sevrage prise en charge au longs cours USAGE AVEC DÉPENDANCE SEVRAGE ABSTINENCE MI B / Addictologie (MT3/1) Item 45 USAGE À RISQUE USAGE NOCIF Pr PERNEY USAGE 1 objectif : AMÉLIORATION

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Les verres standards

Les verres standards ALCOOL Alcool et mortalité 40 000 décès par an liés directement ou indirectement à l alcool = 7% des décès 3e cause de mortalité en France Dans le champ des addictions: 2eme cause de mortalité après le

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour 51 bis rue des épinettes, 75017 Paris Tél : 01.84.82.42.42 Fax : 01.84.82.42.43 contact@cliniquedesepinettes.com www.cliniquedesepinettes.com Dossier d admission Madame, Monsieur Vous faites une demande

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage : principes L alcoolodépendance est caractérisée par la perte de la maîtrise de la consommation d alcool. Lorsqu un sevrage est nécessaire il faut en

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes PLAN 1. Introduction: définitions de la dépendance à l alcool 2. Parcours

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Principes de traitement de la dépendance!

Principes de traitement de la dépendance! Principes de traitement de la dépendance Principes de base Histoire naturelle Objectifs Attitude du soignant Moyens thérapeutiques Méthodes Ambulatoire / résidentiel Travail en réseau Ressources internet

Plus en détail

Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie. THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (décret du 7 avril 1988)

Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie. THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (décret du 7 avril 1988) Université de Poitiers Faculté de Médecine et de Pharmacie Année 2006 Thèse n THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (décret du 7 avril 1988) Présentée et soutenue publiquement Le 7 juin 2006

Plus en détail

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Réalisé pour les professionnels de santé, il vise à vous aider dans la prescription et le suivi des sevrages alcooliques en ambulatoire.

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

Personnes âgées et consommation d alcool

Personnes âgées et consommation d alcool RECOMMANDATIONS 2013 Pr François Paille Groupe de travail de la SFA et de la SFGG Personnes âgées et consommation d alcool Texte court Avec l âge, la fréquence de la consommation régulière, quotidienne,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE

QUESTIONNAIRE SPORT SANTE QUESTIONNAIRE SPORT SANTE NOM.... PRENOM..... AGE PROFESSION.... L objectif de ce questionnaire confidentiel est de vous aider à : - mieux vous positionner sur votre condition physique. - mieux évaluer

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Une approche psychogériatrique (psycho-médico-sociale) du cas de Germaine DELACHARTREUSE

Une approche psychogériatrique (psycho-médico-sociale) du cas de Germaine DELACHARTREUSE Une approche psychogériatrique (psycho-médico-sociale) du cas de Germaine DELACHARTREUSE 3 moments-clé : - une large fenêtre temporelle, de 9 ans, au cours de laquelle elle buvait un peu trop et prenait

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES Agir de façon efficace, continue et coordonnée En France on estime à 2 millions le nombre de patients alcoolo-dépendants. Une étude réalisée par l O.R.S. de Champagne-Ardenne

Plus en détail

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage.

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Dr Benoît FLEURY Service d Hépatogastroentérologie et d Alcoologie Hôpital

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER. Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien qui

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte SFMG RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte Décembre 2004 I. PROMOTEURS Société

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE Ce chapitre est centré sur les problèmes de santé posés par l usage chronique de l alcool, habituellement régulier, chez les hommes de 25 à 65 ans. D autres situations

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

GERIATRIE UE ECN. en fiches. Collection dirigée par L. LE. Charles LOMBARD. Editions Vernazobres-Grego. classé 216 e à l ECN 2013

GERIATRIE UE ECN. en fiches. Collection dirigée par L. LE. Charles LOMBARD. Editions Vernazobres-Grego. classé 216 e à l ECN 2013 UE ECN en fiches Les Unités d Enseignement de l ECN en fiches Collection dirigée par L. LE GERIATRIE Charles LOMBARD classé 216 e à l ECN 2013 Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif :

LES TROUBLES ANXIEUX. II- Schéma explicatif : LES TROUBLES ANXIEUX INTRODUCTION I- Définitions: 1. Anxiété : w Sentiment pénible d attente d un danger imprécis crainte. 2. Troubles anxieux: w Tr n altérant pas le contact avec la réalité w Tr produisant

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions SEMESTRE 5 UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques 9/ Les addictions I. Généralités sur les addictions Définitions Addictions = Processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil. 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL

15 ème Journée du Sommeil. 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL 15 ème Journée du Sommeil 27 mars 2015 NUTRITION ET SOMMEIL v1 Syndrome dépressif saisonnier et Alain-François RICHARD Technicien-Infirmier Unité d Explorations Fonctionnelles Laboratoire de Sommeil C

Plus en détail

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Pourquoi des médicaments m dans l alcoolodl alcoolodépendance?

Plus en détail

Alcool, médicaments chez le sujet âgé: une addiction comme les autres

Alcool, médicaments chez le sujet âgé: une addiction comme les autres Alcool, médicaments chez le sujet âgé: une addiction comme les autres Marie Desbordes Service de psychiatrie pour personnes âgées Centre hospitalier du Rouvray Addictions du sujet âgé Addiction :rencontre

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19 Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM... 1 Introduction

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

MEDIAZUR CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION CLINIQUE PSYCHIATRIQUE 1100 avenue de la Ste Baume Quartier les Boyers 13720 LA BOUILLADISSE DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Médiazur accueille les patients adultes présentant des troubles mentaux stabilisés

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

Règles de prescription des Antidépresseurs

Règles de prescription des Antidépresseurs Dr GERAUD - Groupe Angevin d'etudes en Psychopharmacologie et en Psychiatrie Biologique - Février 2007 Prévalence des troubles psychiatriques dans la population générale française et dans cinq pays européens

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen

Anesthésie et toxicomanie Dr Thomas CLAEYS- CHU de Caen Anesthésie et toxicomanie 18 octobre 2008 Dr Thomas Claeys Pôle AR, Samu 14 - Smur CHRU de la Côte de Nacre, Caen Épidémiologie (1) 2 millions de consommateurs de produits illicites 200 000 toxicomanes

Plus en détail