1.2. Liens entre les causes et les modes d expression du mal-être au travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.2. Liens entre les causes et les modes d expression du mal-être au travail"

Transcription

1 Colloque international du GESTES Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risque, «soigner le travail»? 10 et 11 juin 2013 Gestion du mal-être en entreprise : le travail hors de cause Le cas des cadres de trois grandes entreprises des secteurs automobile, aéronautique et de l énergie Lucie Goussard 1 Au fil des années 2000, le «mal-être au travail», encore désigné «souffrance au travail» ou «risques psychosociaux», s est progressivement imposé dans les débats politiques, médiatiques et sociaux. Cette question prend également de l ampleur au sein des entreprises : l activité syndicale témoigne d une sensibilisation accrue à cet enjeu (Benquet, Marichalar, Martin, 2010 ; Goussard, 2012 ; Marichalar, Martin, 2012 ; Delmas, 2013 ), les conditions de travail sont devenues le deuxième thème de conflit derrière les salaires, mais devant le temps de travail, l emploi et les licenciements (source : enquête REPONSE 2011, Dares, ministère du Travail), la négociation sur ce thème prend de l ampleur sous l effet des incitations du Ministère du travail qui pousse les entreprises de plus de 1000 salariés à conclure des accords sur le stress (Direction Générale du Travail, 2011). On sait que par le passé, les employeurs ont eu plutôt tendance à faire porter aux travailleurs la responsabilité des risques psychiques auxquels ils sont exposés dans le cadre de leur activité de travail (Hatzfeld, 2012). Comment les employeurs prennent-ils désormais position? Quelles sont les pratiques mises en œuvre dans les entreprises pour éradiquer les facteurs de risques et prendre en charge les salariés en en situation de mal-être? Nous proposons de répondre à ce questionnement à travers le cas de salariés hautement qualifiés qui appartiennent à trois grandes entreprises françaises des secteurs automobile, aéronautique et de l énergie. Nous nous appuierons sur deux techniques de recueil de données : - environ 70 entretiens (dont 20 managers, 15 conseillers en ressources humaines, 6 médecins du travail et une trentaine de cadres ayant manifesté des problèmes de santé qu ils estiment en lien avec leur travail) - et un questionnaire diffusé dans la direction R&D de l entreprise du secteur énergétique, ayant été renseigné par 1031 salariés. Pour saisir la portée des réponses formulées dans les entreprises, il est nécessaire d examiner, au préalable, la manière dont le mal-être est formulé et les causes auxquelles il est rattaché par les salariés eux-mêmes. Après avoir rappelé la variabilité des formes d expression du mal-être au travail, nous présenterons donc les manières dont les problèmes de santé des salariés étudiés sont exprimés, masqués voire déniés (1). Nous étudierons ensuite le positionnement des acteurs de l entreprise impliqués dans la gestion de la santé au travail une fois ces maux exprimés et montrerons, à travers le récit de parcours de salariés, que les solutions et pratiques 1 Post-doctorante DIM GESTES au CRESPPA-GTM, chercheure associée au Centre Pierre Naville 1

2 proposées s avèrent la plupart du temps limitées pour endiguer les situations de mal-être au travail (2). 1. Les facteurs de variation de l expression du mal-être au travail 1.1. Les enseignements de la littérature sociologique Le mal-être au travail n est pas nécessairement exprimé dans les entreprises : s il est parfois explicitement formulé et même revendiqué, il peut également être tu, masqué voire dénié. La littérature sociologique montre que de multiples variables interviennent pour expliquer ce qui tantôt rend possible, tantôt interdit l expression des difficultés. D une manière générale, le mal-être connait des modalités d expression genrées. A.-S. Cousteaux (2011) fait le constat d une sur-déclaration féminine de troubles psychologiques qu elle explique par la construction sociale d un rapport au corps et au médical différencié entre hommes et femmes. S agissant cette fois-ci du travail, C. Dejours (1998) montre que le déni de souffrance s appuie sur des identités de genre : la virilité, caractérisée par l exercice de la force, l agressivité et la domination sur autrui, constituant une défense à la souffrance psychique. On retrouve notamment ce phénomène chez les travailleurs de la sous-traitance qui mobilisent des valeurs de virilité et de métier pour minorer les risques professionnels (Bouffartigue, Pandariès, Bouteiller, 2010). Le déni de souffrance varie également selon les milieux professionnels. Si les ouvriers ne refoulent pas l oppression sociale dont ils sont victimes, ils ont en revanche peu tendance à se plaindre des pénibilités physiques, considérées comme constitutives du métier. A l opposé, certains milieux banalisent la souffrance. C est notamment le cas du milieu infirmier, où l on peut davantage exprimer une souffrance sans être suspecté d être un mauvais professionnel (Loriol, 2000). Les formes d organisations du travail ont également un impact sur les modalités d expression du mal-être. A l instar des organisations par projets (Goussard, 2011), lorsque les contraintes productives sont fortes, le travail intense et les collectifs de travail disloqués, les difficultés sont plus difficilement partagées (Linhart, 1991). Autre exemple : O. Foli (2009) observe que l expression de la subjectivité des individus n est ni prévue, ni tolérée dans les organisations de type bureaucratique. Considérées comme déplacées, les «plaintes de mal-être» sont le plus souvent disqualifiées car il est attendu des travailleurs qu ils supportent les épreuves du travail en silence. Lorsque le milieu l autorise, l expression du mal-être doit par ailleurs se conformer aux représentations collectives et partagées de ce qui constitue les difficultés spécifiques du travail (Loriol, 2012). Par exemple, en ne manifestant pas son stress face à une situation conflictuelle lors d une arrestation, un policier se montre digne de la confiance de ses collègues. A l inverse, une infirmière qui aborde une posture semblable en réaction à l agressivité d un patient s oppose aux valeurs collectives de son groupe professionnel (Loriol, Boussard, Caroly, 2006). Enfin, les catégories retenues pour désigner les maux diffèrent selon les métiers et les périodes historiques (Hatzfeld, 2012 ; Loriol, 2012). Le burn out est par exemple une catégorie très genrée dans sa construction et renvoie largement à la concentration des femmes dans les métiers en contact avec le public et la souffrance des personnes (Loriol, 2003) Liens entre les causes et les modes d expression du mal-être au travail 2

3 La perception des liens entre santé et travail n est pas immédiate pour les travailleurs : certains les refoulent, d autres ne les corrèlent pas nécessairement à leurs conditions de travail en raison du caractère multifactoriel des problèmes de santé au travail (Gollac, Volkoff, 2006). Ils peuvent donc être concernés par des problèmes de santé liés au travail, sans en avoir conscience. Il est alors probable qu ils les attribuent à une défaillance personnelle susceptible de freiner les possibilités de les revendiquer, demander du soutien ou une réparation. A l inverse, la causalité est parfois plus facilement établie, ce qui permet de penser voire d exprimer clairement les difficultés et tensions ressenties et, éventuellement, de demander de l aide auprès des acteurs en charge de la gestion de ces questions dans l entreprise (RH, managers, médecins du travail). L enquête de terrain révèle que la perception des liens entre santé et travail dépend des types de contraintes vécues. L origine du mal-être est en effet fortement corrélée aux manières de mettre en mots les difficultés, de les revendiquer ou de les masquer, de les rattacher ou non à des aspects du travail. Deux cas de figure seront exposés : celui des salariés en situation de surcharge de travail et celui des salariés ayant été dessaisis de leurs activités, que celles-ci aient été interrompues, transférées dans d autres services, confiées à d autres salariés ou à des sous-traitants. Dans les entreprises étudiées, les salariés les plus exposés au risque de surcharge de travail et au sentiment de surmenage sont assurément les managers et les coordinateurs de projet. Le questionnaire diffusé auprès des salariés de l entreprise du secteur de l énergie en atteste : 40 % des directeurs de département et des chefs de groupe et 30 % des chefs de projets se disent surmenés contre 7,5 % des ingénieurs n exerçant pas de responsabilités managériales ou de coordination. Ce sentiment est fondé sur des facteurs objectifs car il est fortement corrélé à la durée de travail hebdomadaire et au temps de travail à domicile. 75 % des managers disent effectuer plus de 46 heures de travail hebdomadaires, contre 8,5 % des ingénieurs-chercheurs. Ils sont aussi 80 % à dire être contraints de travailler à leur domicile, le soir, le week-end et, parfois, pendant les vacances, en plus des heures accomplies au bureau, contre 45 % des ingénieurs-chercheurs. Enfin, ils sont plus nombreux que leurs collègues n appartenant ni à la filière management, ni à la filière projet, à effectuer plus de 8 heures de travail par semaine à leur domicile (25 % contre 5 %). Dans ces fonctions à fort engagement personnel, les salariés sont exposés à des risques surinvestissement et donc d épuisement qui peuvent prendre la forme de divers troubles de la santé. Plusieurs managers et chefs de projets rencontrés dans le cadre des entretiens sont concernés par des troubles du sommeil, des chutes de tension, une perte importante de poids ou des ulcères à l estomac. «Mon projet compte une trentaine de livrables par an. Donc, c est une charge de travail assez importante Normalement, je ne travaille pas le mercredi mais en réalité, je travaille à chaque fois chez moi. A une période, j arrivais à 8h et je repartais à 19h. Et je bossais le soir et le week end, souvent pendant les vacances aussi. Et puis récemment, ça a craqué. J ai fait une chute de tension. J avais 7,5 de tension. C est une énorme fatigue. A ce moment-là, je pensais que j allais m en sortir en travaillant plus, mais non. Ça a craqué de partout. Quand mon médecin m a vu, il m a tout de suite mis en arrêt maladie. [ ] Au départ, je n aurais pas dit que c était lié à mon travail. C est lui qui m a mise sur cette piste.» (37 ans, chef de projet, énergie). «J ai été arrêté pendant tout le mois de décembre parce que j'ai fait un malaise au travail. Un matin, je ne sais pas ce qui m est arrivé J ai perdu connaissance au bureau [ ].C est de l'épuisement qui a été diagnostiqué par mon médecin. Je pense que c'est lié au travail mais je ne saurais pas dire dans quelle mesure. De toute façon, c'est simple : depuis que j ai pris ce poste, ça fait deux ans maintenant, j'ai perdu 10 kilos. Ça doit bien être lié au stress et aux exigences de mon poste». (35 ans, chef d équipe, aéronautique) 3

4 Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ces extraits d entretiens. D abord, dans les deux cas, fortement représentatifs d autres situations observées, les problèmes de santé sont apparus dans un contexte de forte charge de travail. Ensuite, ce ne sont pas les salariés euxmêmes qui ont exprimé que leurs limites étaient atteintes mais leur corps. Ils emploient d ailleurs des formules impersonnelles pour faire état de leurs problèmes de santé : l un dit que «ça a craqué», l autre qu il «ne sai[t] pas ce qui [lui] est arrivé». C est donc ici le corps qui s exprime en lieu et place des salariés. Enfin, ces deux salariés s appuient sur les propos des médecins qu ils ont consultés pour établir, avec prudence, des liens entre leur état de santé et leur travail : «c est le médecin qui m a mise sur cette piste», «c est de l épuisement qui a été diagnostiqué par mon médecin». Par ailleurs, ces salariés ont pour caractéristique de taire leurs difficultés. S en sentant responsables et culpabilisant de ne pas réussir à faire face à leur charge de travail, ils ont en effet tendance à ne pas en parler autour d eux et à s engager dans une sorte de cercle vicieux qui consiste à courir toujours plus vite après des objectifs qui s avèrent de plus en plus inatteignables. Dans certains cas, comme ceux ici relatés, cette course, épuisante, s arrête lorsque «le corps dit non», «craque» et laisse éclater au grand jour les difficultés qu ils se sont évertués à garder pour eux, en pensant qu elles n étaient que passagères et qu ils parviendraient à les surmonter seuls. Les managers et coordinateurs de projet en proie au phénomène de surcharge de travail ne se plaignent ni de leur situation, ni de leur travail. Ils ont plutôt tendance à naturaliser le phénomène de surcharge de travail, le considérant constitutif de leur métier. Un chef de service de l entreprise automobile dit à ce propos «à notre niveau de responsabilité, c est normal de donner beaucoup de notre temps à l entreprise». En outre, si la charge de travail n est globalement pas mise en question, c est aussi parce qu ils estiment être acteurs de cet engagement sans limite. Ainsi, bien que les surchargés puissent être exposés à des troubles relativement sévères, peu d entre se plaignent de leur situation, demandent de l aide ou une réparation des préjudices subis. Peu d entre eux partagent cette expérience avec leurs collègues, leur supérieur hiérarchique ou leur conseiller en ressources humaines. Ils ont, au contraire, plutôt tendance à masquer leur situation aux yeux des autres, exception faite des médecins du travail. Il en est autrement pour salariés qui ont été dessaisis de leur activité suite à une réorientation stratégique de la firme, à un phénomène d externalisation et de sous-traitance ou à l affectation d autres contributeurs sur leur projet. Certains parviennent à «rebondir» en trouvant une nouvelle place dans l entreprise, en investissant un autre projet ou un autre métier. D autres, en revanche, sont contraints d envisager une reconversion professionnelle. Or, pour ces salariés hautement qualifiés, qui ont souvent mis de nombreuses années à acquérir leur expertise scientifique, et à la faire reconnaitre, la question s avère particulièrement délicate. Ces situations difficiles, parfois clairement traumatiques, peuvent alors se traduire en divers problèmes de santé comme des maux de tête, de dos, des troubles dépressifs, anxieux ou cardio-vasculaires. «Jusqu en 2009, je faisais partie d une équipe incroyable. Ce n était pas le paradis car la charge était très importante, mais il y avait des contreparties indéniables. Aujourd hui, ça n a plus rien à voir. Je me sens cassé de l intérieur. Je n ai plus confiance en ce que je fais. Mes propositions de sujets n aboutissent à rien. Je m aperçois que les sujets sur lesquels je pourrais intervenir, on ne m appelle pas. Il y a aussi les projets qu on arrête sans me prévenir. Les réunions où on m invite plus. Petit à petit, on m a mis de côté. ( ) C est une absence totale de sens. Et on se remet forcément en cause. C est le flou, le vide. Il n y a plus aucune direction donnée à mon travail. C est toute une remise en cause de moi-même et de mes compétences. ( ) C est psychologiquement très déstabilisant et professionnellement déstructurant. Alors on encaisse jusqu au moment où le corps dit non. J ai commencé à me sentir mal. J ai eu des maux de ventre, des vertiges Ca a commencé il y a trois ans. Parfois, je suis à mon bureau, et j ai l impression que je vais perdre connaissance. 4

5 Le décor est flou, ça bouge dans tous les sens, c est l impression de ne pas avoir les yeux en face des trous, c est des haut le cœur. ( ) Je ne pensais pas que c était lié au travail. C est mon médecin traitant qui m a mis sur cette piste quand il a vu que d un point de vue médical tout allait bien. Il m a prescrit un décontractant. Ça aide un peu, mais mes angoisses sont quand même présentes au quotidien.» (39 ans, ingénieur, énergie) Comme on peut le lire dans les propos de cet ingénieur, les problèmes de santé sont le plus souvent associés à un sentiment d inutilité, d injustice et à un mal de reconnaissance. Les salariés concernés ont impression que le travail accompli et les efforts déployés par le passé n ont pas été pris en considération par leur encadrement et leur direction. Ils sont alors particulièrement déstabilisés lorsqu ils constatent que leur dévotion pour le travail et leur manière de vivre sous tensions ne les ont pas conduit à la carrière escomptée. Cette épreuve, particulièrement violente, s accompagne généralement d une mise en cause de leurs propres compétences professionnelles. Le doute s installe sur les compétences et les capacités à faire face. La solitude pèse sur la capacité à gérer seul les contraintes et à trouver des réponses pour sortir de cette situation. «Tous les chefs de projet majeur avaient été convoqués par l équipe de direction. Il y avait tout le gratin de la R&D. Chaque chef de projet devait faire une présentation de son projet. On avait tous la pression. Et quand j ai commencé ma présentation, je me suis fait couper dès les premières minutes par un des chefs, qui m a dit «je ne te connais pas. Je n ai pas lu ce que tu as écrit, mais les chefs de projet de cette envergure, c est moi qui les nomme et j ai décidé que ce ne serait plus toi». Et là, grand silence. Un chef de département a essayé de me défendre, mais ça n a servi à rien Mon chef, lui, il n a rien dit. C est pourtant lui qui m avait dit de monter ce projet. (...) Alors ensuite, qu est-ce que vous faites? Alors évidemment, cette période s est très mal passée. J ai eu un gros coup de blues qui a duré une bonne année. Cela a tout remis en question. Je n avais plus aucun repère sur la valeur de mon travail. C est un peu le sentiment d être arrivé au bout de ce qu on peut faire, de ce qu on est capable. Et puis on se dit que c est de notre faute, qu on est mauvais. On se sent comme abandonné en rase campagne. Tout seul.» (56 ans, expert technique, ancien chef de projet, énergie) Comme les surmenés, ces salariés ont tendance à taire leurs difficultés auprès de leurs collègues. En revanche, si leurs problèmes persistent, ils n hésitent pas à en discuter avec leur manager ou leur conseiller en ressources humaines dans l espoir d être écoutés, épaulés, reconnus et aidés face à cette situation qu ils contestent et jugent injuste. Ainsi, les épreuves vécues orientent les manières d exprimer les difficultés, de les rattacher ou non à des aspects du travail et de solliciter les acteurs de l entreprise chargés des questions de santé au travail. Examinons à présent comment ces derniers reçoivent ces paroles et prennent en charge ces situations de mal-être. 2. Les limites des modalités de prise en charge du mal-être dans les entreprises Les réponses apportées par les acteurs sollicités diffèrent sensiblement selon les fonctions occupées, les maux exprimés et les liens établis entre les problèmes de santé et le travail. Toutefois, elles ont généralement pour effet de véhiculer une vision individualisante des problèmes de santé, visant à faire porter aux salariés la responsabilité de leurs maux Rendre les surchargés plus aptes à supporter les contraintes productives? En cas de problèmes de santé, les cadres qui souffrent de surcharge s adressent le plus souvent à leur médecin du travail sans mettre toutefois en cause leur travail ou la manière dont il est organisé. Les réponses apportées par les médecins du travail se situent globalement à trois niveaux. Le premier est l écoute des difficultés. 5

6 «On cherche déjà à les faire parler, à les écouter et à comprendre d où vient le problème» (Médecin du travail, automobile) Le deuxième niveau d action consiste à amener les salariés à prendre de la distance avec leur travail. L idée sous-jacente étant que les problèmes de santé s expliquent par l excès d engagement, dont les cadres sont les propres instigateurs. «Il faut leur apprendre à relativiser les choses Vous savez, le travail, c est tout pour eux. Donc notre rôle, c est aussi de les aider à prendre de la distance, à prendre les choses moins à cœur, à les protéger d eux-mêmes finalement» (Médecin du travail, énergie) Lorsque les médecins conseillent aux cadres de «prendre du recul» en posant quelques jours de vacances, quelques jours de RTT ou se mettant temporairement à temps partiel, ils signifient que l excès d engagement des cadres serait «naturel» et nullement suscité par les contraintes productives qui leur incombent dans le cadre de leur activité. Le troisième niveau d action porte sur les capacités des travailleurs à faire face aux contraintes. Il est alors question d améliorer leur hygiène de vie (ne pas sauter de repas, pratiquer le sport, la relaxation, arrêter de fumer, etc.), de les inscrire à des sessions de formation qui leur permettent de mieux s organiser dans le cadre de leur travail, de mieux gérer leur temps ou de leur proposer des séances de coaching professionnel. Les salariés acceptent généralement de mettre en pratique ces conseils sans toutefois y adhérer pleinement. C est notamment le cas d une chef de projet qui a suivi des séances de coaching suite à un malaise dans l entreprise. Elle dit à ce sujet : «je suis incapable de vous dire ce que cela m a apportée. Je n ai moi-même pas compris la démarche. C était un peu dans l idée de me rebooster Mais bon, ce n était pas vraiment ça le souci. J ai toujours été très engagée dans mon travail». Elle ajoute avoir fait en sorte que ses collègues soient pas informés de son inscription à cette démarche, par peur d être critiquée et stigmatisée. Un chef d équipe mis à temps partiel suite à une importante perte de poids tient des propos semblables à cette dernière. «La médecine du travail a fait en sorte que je passe aux 4/5èmes pendant six mois pour que je reprenne pied parce que là, physiquement, j'ai pris un sacré coup. Mais il ne va pas falloir que cela dure davantage. C est un peu antinomique d être cadre et à temps partiel. Cela pourrait me jouer des tours pour la suite, c est certain». (45 ans, chef d équipe, aéronautique) Ce que ces salariés craignent, c est que leurs difficultés soient interprétées comme un aveu de faiblesse. Dans ce milieu hautement qualifié et compétitif, ils doivent faire preuve d un engagement sans limite et d une grande tolérance aux contraintes productives. Dans les entreprises étudiées, les actions proposées par les médecins du travail visent à accroître leur aptitude à faire face à l importante charge de travail confiée. L idéologie véhiculée à travers ces pratiques de gestion du mal-être est que les problèmes de santé des salariés relèvent de leurs caractéristiques personnelles et leurs conditions de vie. Pour améliorer leur situation, il conviendrait donc de les équiper, en leur inculquant des méthodes de travail jugées plus efficaces ou une autre hygiène de vie ce qui n est pas sans rappeler la démarche hygiéniste, qui débute au début du XIX ème siècle (Hatzfeld, 2012) en somme, de les amener à puiser dans leurs propres forces pour améliorer leur situation. Cela renforce le sentiment de culpabilité des salariés à l égard de leur situation et rend d autant plus caduque toute mise en question du travail et de son organisation. Dans ce contexte, mettre en débat le travail reviendrait d ailleurs à contrarier les perspectives de carrière. C est ce que signifie un ingénieur dans l extrait d entretien suivant : 6

7 Malheureusement, on ne peut pas discuter des problèmes organisationnels avec la hiérarchie parce que ça nous assassinerait! Si je disais ça aux RH, ce serait fini pour moi, je serais dans le placard. Ah oui, oui! Donc soit tu rentres ouvertement en conflit avec la hiérarchie et c est fini pour toute carrière, soit tu as le courage de vraiment dire les choses, soit tu te tais, tu fais ce qu on te demande et puis tu te débrouilles avec ça (30 ans, ingénieur, automobile) Quelles que soient les solutions et pratiques proposées, les surmenés sont renvoyés à euxmêmes pour gérer leurs difficultés. D ailleurs, à la question : «quelles solutions vous ont été proposées dans l entreprise pour résoudre vos difficultés», seuls 7 % des répondants qui expliquent leurs problèmes de santé par une surcharge de travail (n= 196) déclarent que la solution proposée pour résoudre leurs difficultés a été une réduction de la charge de travail, contre 37 % qui estiment qu aucune solution ne leur a été proposée, 21 % qui il a été conseillé de prendre de la distance et 16 % qui se sont vus proposer des formations et du coaching pour apprendre à mieux organiser leur travail La mutation : une solution pour les dessaisis de leur activité? Le cas des salariés dessaisis de leur activité est différent car, lorsque leurs difficultés perdurent, ils s inscrivent plus fréquemment dans une posture de demande d aide et de réparation auprès de leur manager et de leur conseiller en ressources humaines. Toutefois, d après les cadres rencontrés, il n est pas rare que les acteurs ainsi sollicités les orientent vers d autres individus, présentés comme plus susceptibles de leur venir en aide. «Ça n allait plus du tout donc je suis allé voir mon chef. Il m'a dit "écoute, je ne te connais pas bien". Sous ses conseils, je me suis dirigé vers mon chef de section. Il m a dit "moi, je ne sais pas, demande à ton chef de service". Enfin bref, ils se renvoyaient la balle». (49 ans, ingénieur, automobile) «J en ai parlé à mon n+1, qui m a dit d en parler à mon n+2, qui m a dit d en parler à mon DRH, qui m a envoyé vers le médecin du travail, qui m a proposé de voir un psy. À ce moment-là, je me suis dit stop, j arrête les frais. Il y a personne dans cette boîte qui est capable de m aider». (27 ans, ingénieur, automobile) Cette quête d interlocuteurs aptes à les entendre est particulièrement éprouvante : elle procure le sentiment que personne ne se préoccupe de leur sort et que personne n est en mesure de les aider, une des situations les plus violentes étant sans conteste l absence de réponse aux demandes de rendez-vous ou aux courriels dans lesquels ils relatent leur mal-être. J ai écrit un courrier à mon chef J attends toujours sa réponse Je me suis dit que les grands chefs seraient plus réactifs, donc je leur ai écrit, mais aucune réponse. Non mais de toute façon, ils ne répondent jamais sur les sujets qui fâchent. (54 ans, chef d équipe, automobile) Je me suis retrouvé sans projet du jour au lendemain Et on ne m a rien proposé ensuite. Rien, RIEN! Alors je suis allé chez ma chef de département qui m a soutenu et qui en a parlé au niveau de la direction. Mais il ne s est rien passé (47 ans, chef de projet, énergie) Ces cadres sont également fortement déstabilisés lorsque les interlocuteurs sollicités se montrent compréhensifs mais impuissants pour infléchir leur situation. 7

8 J ai beau aller voir la GRH qui est une personne très sympathique, elle me comprend mais derrière Oui, on nous comprend, mais ils ne peuvent rien faire. (54 ans, chef d équipe, Automobile) J ai discuté avec ma responsable de service de mes soucis, elle m a répondu : "votre métier a changé, je sais que ce n est pas facile, mais il faut vous y adapter, c est comme ça". Elle est tout à fait d accord avec moi mais bon (rires), voilà! (28 ans, ingénieur, Aéronautique) Les managers et les responsables des Ressources Humaines occupent une position délicate vis-à-vis de ces salariés : ils ne peuvent leur apporter l aide escomptée dans la mesure où leurs marges de manœuvre sur les orientations organisationnelles et stratégiques des entreprises sont relativement faibles. Ces domaines échappant à leur pouvoir, ils ne peuvent remédier aux causes des pénibilités des intéressés et concentrent leurs actions sur l écoute des difficultés. C est globalement difficile à gérer, on a des personnes qui vivent très mal ces changements de cap, qui sont complètement paumées. Donc nous, notre rôle, c est d échanger, de les épauler et de les écouter. Ce n est pas de trouver des solutions qu on n a pas, c est de les rassurer en fait. (41 ans, chef d équipe, aéronautique) Il faut les recevoir et les écouter. C'est une chose essentielle que j'ai appris, c'est de laisser parler les gens car dans ce genre de situation, il faut que la personne se vide. Il y a une période pendant laquelle il n'est pas possible de faire quelque chose de positif. Il faut faire en sorte que la personne se vide le plus tôt possible et tant qu'elle ne s'est pas vidée et elle n entendra rien. (50 ans, responsable des Ressources Humaines, aéronautique) Du côté des salariés dessaisis de leur activité, cette écoute empathique est vécue comme stérile. Ils ont justement le sentiment de ne pas être écoutés et que leurs interlocuteurs ne prennent pas la mesure de leurs difficultés. N obtenant pas de réponse satisfaisante de la part de leur manager, du personnel RH ou médical, après avoir tout essayé, ils se disent désorientés et peinent à voir comment rétablir leur situation. Les propos de Jean-Michel, un ingénieur de l entreprise autonomible, sont emblématiques de cette posture : J'en ai parlé à mon chef, à mon n+2, à mon directeur, au DRH et finalement, j ai atterri chez le médecin du travail. Je lui ai dit "ça ne va pas du tout" et ce médecin m'a dit "ne vous inquiétez pas, je vais m'en occuper", comme tous les autres quoi (rire)! Donc, il m'a dit "je vais vous envoyer à l'observatoire national du stress à Paris". Et là, je suis tombé chez des psychiatres qui nagent dans le luxe, qui consultent pour 110 la séance. Consultation pas remboursée évidemment, tout pour mon portemonnaie. Alors j ai fait cinq ou six séances et je me suis dit "ce n'est pas la peine, tu vas dépenser une fortune pour rien et puis ça ne va rien donner, ce n est pas ça le problème, ce n est pas en racontant mes soucis personnels que le PDG va arrêter de nous faire marcher sur la tête". (49 ans, ingénieur, automobile) Cette approche compassionnelle qui évite le débat sur le travail et son organisation, est jugée regrettable par les salariés. Face à ces situations d impasse, la seule solution qui leur est offerte est la mobilité. Pour résoudre leurs problèmes, on leur propose de changer de poste, de direction, de service ou de projet, lorsqu il ne s agit pas de quitter leur entreprise. Quand une personne n y arrive plus, il faut souvent faire une rupture. Donc on peut lui proposer une activité dans un autre secteur, ce qui lui permet de redécouvrir une autre activité, un environnement différent, une hiérarchie différente et des collègues différents et, dans beaucoup de cas, je dirais que cela fonctionne. (46 ans, chef de service, automobile) Toutefois, le sentiment qui domine chez les salariés contraints de changer de poste, de service ou d entreprise est celui de l abandon : ils déclarent avoir été «mis au placard», ont l impression d avoir été «chassés» ou encore «jetés à la poubelle». Contrairement aux propos du chef de service cité plus haut, la mobilité ne permet pas toujours de résoudre leurs 8

9 problèmes. Au contraire, ils ont plutôt le sentiment d être des laissés-pour-compte et associent cette pratique à un aveu d impuissance de la part des représentants de la direction. La mobilité est donc globalement perçue comme un refus de la part de la direction de l entreprise de prendre en compte leurs alertes répétées. En fin de compte, l entreprise utilise la mobilité comme une solution miracle, mais en fait, ils n en ont absolument rien à foutre des gens. Ceux qui font partie des gens très stressés et qui ne vont pas bien, ils les foutent à la poubelle, ils les égorgent sur place, comme ça, ils sortent du système. (49 ans, ingénieur, automobile) Comme on peut le lire dans les propos restitués ci-dessus, la mobilité est alors vécue comme une expérience particulièrement violente. Les salariés confrontés à cette situation ont le sentiment que leur investissement n est pas reconnu et que leurs compétences professionnelles sont discréditées. Ils sont alors nombreux à culpabiliser de leur sort et à s inscrire progressivement dans une posture de retrait vis-à-vis de leur travail. «Suite à mon échec professionnel, c était la remise en question et l effondrement total. J ai fait une dépression terrible avec prise de médicaments et suivi thérapeutique [ ]. On se remet forcément en question, on cherche ce que l on a mal fait [ ]. On cherche à l intérieur de soi pour tenter de comprendre où on a fauté. Je voudrais juste comprendre ce qui s est passé pour ne pas reproduire la situation et pour m améliorer. Savoir quels sont les domaines de ma personnalité qui posent problème.» (42 ans, Ingénieur-chercheur, énergie) En outre, en arrivant dans leur nouveau service, ils ont le sentiment d être stigmatisés aux yeux de leurs collègues et de leurs supérieurs comme ceux qui n ont pas su «rebondir» par eux-mêmes et s adapter au changement. Certains se trouvent aussi confrontés à la difficulté de retrouver des marques dans un nouveau collectif et dans un nouveau métier, parfois très éloigné de leur domaine de compétences. Le coût, subjectif et professionnel, de ce genre de reconversion est d autant plus élevé que ces salariés hautement qualifiés ont souvent mis de nombreuses années à acquérir leur expertise et qu il leur en faudra certainement plusieurs avant de retrouver un niveau comparable dans leur nouveau domaine de recherche. Au final, la mutation ne les aide pas à surmonter leurs difficultés. Au contraire, cette pratique les stigmatise, les isole de leur collectif de travail et déstabilise leurs repères professionnels. Elle donc pour effet, non voulu mais néanmoins réel, d accroître leur mal-être (culpabilité, isolement, etc.). Ainsi, en prenant la parole pour signifier leur difficultés, demander de l aide ou une réparation, les salariés dessaisis de leur activité se heurtent à de multiples obstacles. Ils peinent d abord à trouver des personnes disponibles pour les écouter. Ensuite, ils sont souvent renvoyés à eux-mêmes pour gérer leurs difficultés, lorsqu on ne leur répond pas que l on comprend parfaitement leurs problèmes, mais qu ils n ont pas de solutions, à part changer de poste ou d entreprise. Quelles qu elles soient, les réponses fournies par les représentants de la direction attestent donc d un refus de mettre en discussion de travail, ses finalités, ses moyens et de prendre la mesure des pénibilités ressenties. Conclusion : une gestion du mal-être limitée En réponse aux sollicitations des salariés en situation de mal-être et dans le contexte de la signature d accords collectifs d entreprise sur les risques psychosociaux, les conseillers RH, les médecins du travail et les managers des terrains sont plus que jamais impliqués dans les réflexions sur la souffrance au travail. Toutefois, dans les entreprises étudiées, la plupart des 9

10 salariés en situation de mal-être au travail estiment que les solutions proposées ne leur ont pas permis de résoudre véritablement leurs difficultés. Dans l entreprise du secteur de l énergie, seuls 9 % des répondants au questionnaire déclarent que leurs problèmes ont été complètement résolus. Ces solutions vous ont-elles permis de résoudre vos difficultés? En proposant aux salariés de prendre du recul, de changer de poste ou de service, de participer à un atelier de coaching ou à des séances de formation à la gestion du temps, les acteurs impliqué dans la gestion de la santé en entreprise véhiculent une vision individualisante et hygiéniste du phénomène tout en naturalisant les contraintes de l activité. En effet, bien qu ils se montrent la plupart du temps compréhensifs et ouverts au dialogue, par ces modes d action, ils amènent les salariés à puiser dans leurs propres forces pour améliorer leur situation et à s en penser par conséquent responsables, sans jamais mettre en débat les sources organisationnelles de leurs pénibilités. Plus encore, certains arrangements pratiques comme les mutations ne font généralement qu aggraver la situation en stigmatisant les salariés en souffrance, en les isolant de leur collectif de travail et en bouleversant leurs repères professionnels. Bibliographie Benquet M., Marichalar P., Martin E., 2010, «Responsabilités en souffrance. Les conflits autour de la souffrance psychique des salariés d'edf-gdf ( )», Sociétés contemporaines, n 79, p Bouffartigue P., Pandariès J.-R., Bouteiller J., 2010, «La perception des liens travail/santé. Le rôle des normes de genre et de profession», Revue Française de sociologie, n 51-1, p

11 Cousteaux A.-S., 2011, Le masculin et le féminin au prisme de la santé et de ses inégalités sociales, Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction d A. Chenu, Institut d Etudes Politiques de Paris, Paris. Dejours C., 1998, Souffrance en France. La banalisation de l injustice sociale, Paris, Seuil. Delmas C., 2013, "Mobilisation syndicale et expertise en matière de risques psycho-sociaux", La Revue de l'ires, n 74, 2012/3, p Foli O., 2009, Plaintes, normes et intégrations. Le cas d une organisation bureaucratique, Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de N. Alter, Université Paris Dauphine, Paris. Gollac M., Volkoff S., 2006, «La santé au travail et ses masques», Les Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n 163, p Goussard L., 2012, «Travail et santé : un nouveau défi pour les organisations syndicales», Les Mondes du Travail, n 11, p Goussard L, 2011, L organisation par projet. Enquête dans deux établissements de l ingénierie automobile et aéronautique, Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de J.P. Durand, Université d Evry Val d Essonne, Evry. Hatzfeld N., 2012, «Les risques psychosociaux : quelles correspondances anciennes aux débats récents?», Travail et Emploi, n 129. Linhart D., 1991, Le torticolis de l autruche. L éternelle modernisation des entreprises, Paris, Seuil. Loriol M., 2012, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l action publique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes. Loriol M., 2003, «Donner un sens à la plainte de fatigue au travail», L'Année sociologique, vol. 53/2, n 62, pp Loriol M., 2000, Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Paris, Anthropos. Loriol M, Boussard V., Caroly S., «La résistance à la psychologisation des difficultés au travail. Le cas des policiers de voie publique», Actes de la recherche en sciences sociales, n 166, 2006, pp Marichalar P. & Martin E., 2011, «Les syndicats et la souffrance», Sociologie du travail, vol. 53, p

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques FIRPS Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS FIRPS www.firps.fr Janvier 2015 Conception & réalisation : agence ozinfos www.ozinfos.com

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux

Les experts du CHSCT face à la mesure du travail et de la souffrance : pratiques, dilemmes et enjeux Gestes Colloque international «Quelles actions pour un autre travail : soulager la souffrance, éradiquer les facteurs de risques, "soigner le travail"?» Les experts du CHSCT face à la mesure du travail

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Au secours, je croule sous les mails!

Au secours, je croule sous les mails! Magazine "L'Entreprise" 10 septembre 2007 Au secours, je croule sous les mails! La surcharge de mails est un vrai casse tête au travail. Comment survivre sous le flux continu d'informations sans zapper

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle M e Annick Gariépy, Barreau du Québec M e Marie Christine Kirouack, Ad. E., PAMBA Congrès AJBQ 22 mai 2015 L archétype du bon

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel - 1/14 - Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en œuvre de l entretien professionnel et, pour cela, de rappeler pour chacune des étapes les activités

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne.

LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE. Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne. LA SANTE AU TRAVAIL DES SALARIES DE LA SNCF EN REGION BRETAGNE Synthèse de l enquête auprès des salariés de la SNCF en Bretagne Octobre 2010 Marion Brancourt Colette Franciosi Etude «la santé et ses relations

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies?

Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Travailleur social : acteur de changement ou panseur de plaies? Au CPAS, à la Mutuelle, dans les associations, dans les écoles, dans la rue ou derrière un guichet ou encore à domicile, les assistants sociaux

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères

Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères Les «risques psychosociaux» au travail : De quoi parle-t-on? Comment aborder ce sujet? Quelques repères Juin 2010 Agence Rhône-Alpes pour la Valorisation de l Innovation Sociale et l Amélioration des Conditions

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail