LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES"

Transcription

1 CÔTÉ CONSEILS LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS - FÉVRIER 2014 LES CATÉGORIES OBJECTIVES DE SALARIÉS DANS UN RÉGIME COLLECTIF LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES Edito Dans le cadre du partenariat entre le CLCG et AG2R LA MONDIALE, nous avons le souci constant de vous tenir informé de l actualité juridique, fiscale et sociale face à une législation en perpétuelle évolution dans les domaines de la protection sociale et patrimoniale. Vous trouverez ci-joint la lettre d information «Côté Conseils» qui vous est dédiée. Vous recevrez régulièrement ce document qui vous permettra d avoir une vision décryptée de l actualité fiscale et sociale. Ce numéro traite des «catégories objectives» de salariés qui bénéficient de contrats collectifs de protection sociale complémentaire. La circulaire N DSS /SD5B/2013/344, relative aux modalités d assujettissement aux cotisations et contributions de Sécurité sociale sur les participations des employeurs destinées au financement d un contrat de protection sociale complémentaire a été publiée en septembre Elle vient préciser certains points du décret du 9 janvier 2012 et reporte la date butoir de mise en conformité par les entreprises de leurs régimes collectifs, initialement prévue le 31 décembre 2013 au 30 juin La circulaire sociale apporte des assouplissements mais, en autorisant diverses solutions, elle génère de la complexité et renforce la nécessité d être accompagné par un spécialiste de la protection sociale. Cela est d autant plus possible que le législateur a donné un délai supplémentaire pour accompagner les clients jusqu au 30 juin La conformité juridique est nécessaire, mais celle-ci doit se faire en adéquation avec les besoins du client. Il ne s agit donc pas d une simple mise à la norme juridique.

2 La question des catégories objectives des salariés dans les régimes collectifs obligatoires est de plus en plus technique et complexe. D autant qu en la matière, tout le monde n a pas la même lecture et que chaque situation comporte son lot de spécificités. Il faut, par exemple, distinguer le contrat d assurance qui lie l entreprise souscriptrice à l assureur et le régime de protection sociale qui lui, concerne l employeur et ses salariés. Il est donc particulièrement recommandé d attirer rapidement l attention de vos adhérents, voire d organiser leur accompagnement sur ce sujet, car c est le régime et donc l acte interne relevant de la responsabilité de l entreprise qui doit être mis en conformité en priorité, et ce même s il a été mis en place de manière unilatérale. C est, entre autres, pour ces raisons majeures que nous sommes à vos côtés pour vous accompagner sur la mise en conformité des régimes de vos adhérents, afin de le faire ensemble de la meilleure façon possible. Corinne GENESTE, Secrétaire générale du CLCG Franck LEONARD, Responsable du partenariat AG2R LA MONDIALE - CLCG 2 3

3 CÔTÉ ACTUALITÉ La mise en place de garanties optionnelles est également autorisée sans remise en question de l exclusion de l assiette des cotisations sociales de la contribution employeur pour la garantie de base obligatoire. 4 RAPPELS SUR LE DÉCRET Quels sont les principes de base du décret du 9 janvier 2012? Pour définir des catégories objectives de salariés, l employeur avait jusqu alors la possibilité de se référer soit au Code du Travail, soit à la dernière circulaire sociale du 30 janvier Ceci a eu pour conséquence de créer de nombreux contentieux entre les contrôleurs URSSAF se référant à la circulaire sociale et le juge du Tribunal des Affaires de Sécurité sociale (TASS) se référant au Code du Travail, notamment sur la question des régimes mis en place au profit des cadres dirigeants ou sur la question des régimes incluant dans la catégorie cadres les mandataires sociaux sans contrat de travail. Afin de stopper ces contentieux issus de deux références différentes, avec à la clé le risque de remise en cause des exonérations sociales liées à ces régimes, le législateur, conformément à l article 17 de la Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2011, a clarifié les choses par un décret paru le 9 janvier 2012, la seule référence devenant donc ce décret. Le premier enseignement que l on peut tirer de ce décret du 9 janvier 2012 est que la référence au Code du Travail est supprimée. Par ailleurs, il précise clairement pour la première fois comme idée force qu un régime de Protection Sociale Complémentaire (PSC) doit s adresser à l ensemble des personnels. On peut d ailleurs noter que ce principe a été repris par l ANI du 11 janvier dernier concernant les régimes de santé. Cela dit, par exception à cette règle, le texte admet toutefois qu un régime de PSC pourra toujours ne s adresser qu à une catégorie ou plusieurs catégories de personnel à partir du moment où les personnes constituant cette catégorie sont toutes placées dans une situation identique au regard de leur activité professionnelle et des garanties mises en place; pour cela, le législateur a identifié 5 cas de situations identiques qui correspondront à 5 critères dans le décret. Le décret a confirmé également comme principe que le taux ou le montant de la contribution employeur doit être uniforme au sein d une catégorie de salariés, mais a repris certaines dérogations qui existaient déjà dans la circulaire sociale du 30 janvier 2009, comme, par exemple, la possibilité de prendre en charge l intégralité de la contribution des apprentis et des salariés à temps partiel si l absence de prise en charge conduit ces derniers à payer plus de 10 % de leur rémunération brute, ou encore la possibilité de moduler la prise en charge selon la composition du foyer, de mettre en place des taux croissants selon la rémunération en matière de prévoyance et de retraite, à condition d appliquer la même progression aux contributions salariales. 5 En matière de dispense d affiliation, le décret précise que les différents cas de dispense doivent être indiqués dans l acte juridique qui met en place le régime (accord collectif, référendum ou DUE), ce qui n était pas exigé dans la circulaire sociale du 30 janvier 2009; il n a par ailleurs pas mentionné, en cas de mise en place par DUE, celle qui était prévue pour les couples travaillant dans la même entreprise. Les références au temps de travail, à la nature du contrat de travail, à l âge des salariés, restent des critères interdits tout comme l ancienneté qui peut toutefois être utilisée pour l accès aux garanties : 12 mois pour la prévoyance et la retraite, 6 mois pour la santé. Quels sont les cinq critères prévus par le décret du 9 janvier 2012? Pour définir les catégories objectives possibles de personnel, le décret indique cinq critères. 1. Les catégories de cadres et de non-cadres définies par référence aux articles 4, 4 bis de la Convention nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947 (Agirc) et de l article 36 de l annexe 1 de cette convention. En clair l ensemble du personnel cotisant à l Agirc ou a contrario l ensemble du personnel ne cotisant pas à l Agirc. 2. Les catégories définies par référence aux tranches de rémunération fixées pour le calcul des cotisations aux régimes complémentaires de retraite Agirc ou Arrco, à savoir les tranches de rémunération A, B et C ou 1 et Les catégories de salariés relevant de catégories et classifications professionnelles définies par les conventions de branche, ou bien les accords professionnels ou interprofessionnels. Ce critère constitue d une certaine façon un retour en arrière par rapport à la situation précédente, puisque la circulaire du 30 janvier 2009 interdisait explicitement ce critère pour définir une catégorie de salariés. 4. Les sous-catégories fixées par les conventions ou les accords professionnels ou interprofessionnels et définies par référence à un niveau de responsabilité, type de fonctions ou degré d autonomie dans le travail des salariés. Là encore, la possibilité de se référer aux sous-catégories définies dans les conventions collectives constitue un retour en arrière, puisque non autorisé par la circulaire sociale du 30 janvier 2009.

4 5. Les catégories définies clairement et de manière non restrictive à partir des usages constants, généraux et fixes en vigueur dans la profession. On peut donc constater que plus on avance dans les critères et plus on s éloigne de la ligne de force initiale du décret précisant qu un régime de PSC doit s adresser à l ensemble du personnel. Le décret pose par contre une distinction très nette entre les trois premiers critères et les deux derniers. En effet, il précise que, dans le cas de catégories définies en référence aux critères 1, 2 ou 3, tous les salariés dans la même situation professionnelle sont automatiquement considérés comme placés dans une situation identique. L employeur n a dans ce cas pas à le démontrer, puisque cette présomption est automatique selon le décret. Par contre, la référence aux critères 4 ou 5 ne bénéficie pas de cette présomption automatique et impose à l employeur de fournir la justification que tous les salariés sont bien placés dans une situation identique. Dans la pratique, cette justification fragilise singulièrement le dispositif. Il est donc risqué de retenir ces deux derniers critères. Par rapport à la disparition de la référence au Code du Travail pour définir une catégorie objective de salariés, cela exclut notamment de pouvoir réserver un régime collectif aux seuls cadres dirigeants définis par référence à l article L du Code du travail. Ceux-ci peuvent toutefois constituer une catégorie objective en référence aux critères 1, 2 ou 3. Pour leur part, les mandataires sociaux sans contrat de travail peuvent être couverts au travers du critère 1, puisqu ils relèvent de l article 4 de la CCN de Concernant la ligne de force imposée par le décret posant le principe qu un régime de Protection Sociale Complémentaire (PSC) doit s adresser à l ensemble du personnel, on note une différence forte en fonction des régimes et des critères choisis pour l application de ce principe : en matière de régimes de santé, la mise en place de garanties pour une catégorie objective de personnel implique la mise en place d un régime de santé dont les garanties peuvent être différentes pour les autres catégories de personnel. en matière de régime de prévoyance complémentaire, la mise en place de garanties pour une catégorie objective de personnel définie en référence au critère 3 implique la mise en place d un régime de prévoyance dont les garanties peuvent être différentes pour les autres catégories de personnel, alors que la définition d une catégorie objective en référence aux critères 1 ou 2 n impose pas la mise en place d un régime de prévoyance pour les autres catégories. en matière de régime de retraite supplémentaire, le bénéfice du régime peut être réservé à une catégorie objective sans que les autres en bénéficient. Que précise la circulaire de la DSS N DSS/SD5B/2013/344 publiée le 25 septembre 2013 sur le caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire? La circulaire de la DSS relative aux modalités d assujettissement aux cotisations et contributions de Sécurité sociale des contributions des employeurs destinées au financement de prestations de régime de protection sociale complémentaire, a pour objet de préciser les modalités d application du décret n du 9 janvier 2012 sur le caractère «collectif» et «obligatoire» que doivent respecter les dispositifs de protection sociale complémentaire pour bénéficier de l exemption sociale au titre des contributions versées par les employeurs. Elle prévoit un report de la fin de la période transitoire au 30 juin 2014 pour la mise en conformité par les entreprises de leurs régimes collectifs, afin que les contributions patronales, finançant le régime de prévoyance et de retraite supplémentaire, ne soient pas intégrées dans l assiette des cotisations sociales. Quelles sont les modifications ou précisions apportées sur les critères? Ce texte apporte un certain nombre d assouplissements majeurs pour les deux premiers critères. Concernant le critère 1 L appartenance aux catégories de cadres et de non cadres Il est admis que peuvent constituer une catégorie objective les cadres ainsi définis les ingénieurs, les cadres ainsi que les dirigeants affiliés au régime général (champ défini par l art 4 de la CCN des cadres du ), l ensemble constitué par les personnels ci-dessus et les employés, techniciens et agents de maîtrise assimilés aux ingénieurs et cadres par l art 4 bis de cette même CCN, l ensemble constitué des personnels mentionnées aux art 4 et 4 bis, ainsi que des salariés mentionnés au 2 de l art 36 de l annexe de cette même CCN, l ensemble des salariés affiliés à l Agirc. A contrario, des catégories non cadres peuvent être ainsi définies : l ensemble des salariés non affiliés Agirc, les ouvriers, employés, techniciens et agents de maitrise, à l exception de ceux mentionnés au 2 de l art 36 de la CCN des cadres et à l art 4 bis, les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise à l exception de ceux assimilés aux cadres par les dispositions de l art 4 bis, les ouvriers, employés, techniciens et agents de maitrise. Point important La circulaire précise que la mention dans un acte de la catégorie «cadres» ou «non cadres» ne remet pas en cause l exclusion de l assiette sociale, s il s agit de l utilisation de la première définition 6 7

5 donnée ci-dessus pour les cadres ou de la dernière définition donnée ci-dessus pour les non-cadres. Attention dans le premier cas, la définition des cadres donnés par la circulaire ne permet pas de respecter le 1,50% en décès. Concernant le critère 2 La référence aux tranches de rémunération Arrco (1 et 2) ou Agirc (A, B et C) est précisée, compte tenu des différents seuils applicables dans ces régimes en faisant référence à des multiples du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) : salariés dont la rémunération est inférieure ou égale à 1, 3, 4 ou 8 PASS, salariés dont la rémunération est supérieure ou égale à 1, 3 ou 4 PASS, par tolérance, les salariés dont la rémunération est supérieure ou égale à 2 PASS ou est inférieure ou égale à 2 PASS. Concrètement, cela signifie qu il ne peut être défini de catégorie comme suit : «personnel relevant des catégories 4 et 4bis avec une rémunération supérieure ou égale à 8 PASS». Concernant les critères 3 et 4 La circulaire apporte des précisions sur les niveaux de classification des salariés en indiquant que le critère 3 ne vise que le premier niveau de classification des salariés défini par la convention collective ou l accord de branche, et que le critère 4 relève du niveau immédiatement inférieur à celui constituant le critère 3 ; sur ce point, le texte apporte des exemples nécessaires à la bonne compréhension, de façon à bien distinguer la différence entre ces deux critères car le risque d appréciation et d erreurs de lecture semble relativement important. Or la distinction entre ces deux critères est majeure, puisque le critère 4 ne rentre pas dans les cas de considération automatique de situation identique, comme vu précédemment. Concernant le critère 5 Le texte précise que l existence d usages s apprécie au niveau de la profession et non de l entreprise et que les trois conditions (usages constants, généraux et fixes) sont cumulatives. Par ailleurs, le texte indique que les critères peuvent être combinés entre eux, ce qui n était pas précisé initialement dans le décret. On peut donc noter un apport de souplesse dans les dispositifs, ce qui permet de prendre en compte toutes les tailles et situations d entreprises et de fournir des solutions intéressantes aux stratégies RH. En contrepartie, cela complique singulièrement les choses et réintroduit des risques d interprétation et donc de contentieux à de nombreux niveaux. Concernant le niveau des garanties Le texte confirme que les garanties doivent être les mêmes pour tous les salariés ou pour tous ceux d une même catégorie, ce qui confirme que la possibilité de mettre en place des garanties différentes par catégorie ne remet pas en cause le caractère collectif du ou des régimes. Le texte confirme également que le fait pour les salariés de pouvoir opter pour une garantie supplémentaire (en option) ne remet pas en question l exclusion de l assiette des cotisations sociales de la contribution employeur pour la garantie de base obligatoire ou que le fait pour l employeur de prévoir en prévoyance complémentaire des garanties plus favorables pour certains salariés en fonction des conditions d exercice de leur activité ne remet pas en cause le caractère collectif du régime, à partir du moment où l employeur sera en capacité de démontrer le lien entre le caractère particulier de l activité de ces salariés et la nature des garanties en place. Concernant la contribution de l employeur Le texte confirme que les contributions de l employeur doivent être fixées à un taux (exprimé en % de la rémunération) ou à un montant uniforme pour l ensemble des salariés ou pour tous ceux d une même catégorie, mais il reprend les exceptions qui étaient déjà autorisées par la circulaire du 30 janvier 2009 : prise en charge par l employeur de la contribution salariale des salariés à temps partiel et apprentis pour lesquels la cotisation correspondrait au moins à 10 % de la rémunération brute, modulation de la part employeur en fonction de la composition du foyer, mise en place de taux croissants en fonction de la rémunération du salarié dans la mesure où cette progression s applique également à la contribution du salarié, possibilité de recourir à un dispositif qui combine un taux et un forfait, selon trois modalités clairement explicitées dans le texte. Concernant les mandataires sociaux Pour ceux titulaires d un contrat de travail, ils peuvent bénéficier des mêmes garanties que l ensemble des salariés ou des salariés de la catégorie concernée en raison de leur appartenance en tant que salariés à cette catégorie. En revanche, pour les mandataires sociaux non titulaires d un contrat de travail mais assimilés salariés, ils ne peuvent être rattachés au contrat que si une décision du conseil d administration ou équivalent le prévoit, en conséquence de quoi une copie du procès-verbal actant cette décision devra être mis à la disposition du contrôleur URSSAF; ils ne peuvent en outre être rattachés au contrat que s ils remplissent les conditions du critère retenu ; sur ce dernier point, le texte précise toutefois que le fait que ces conditions ne soient pas remplies remet en question l exemption d assiette de cotisation sociale concernant le mandataire, mais sans remettre en question celle des autres salariés concernés par le régime. REMARQUE : Dans sa lettre circulaire questions-réponses du 4 février 2014 l ACOSS a précisé qu en l absence de décision du conseil d administration, la seule hypothèse où le mandataire social peut être rattaché à une catégorie bénéficiaire d un régime de protection sociale complémentaire, et la contribution patronale versée à son profit être 8 9

6 exonérée, est l hypothèse où la catégorie bénéficiaire du régime est définie par référence au champ de la convention AGIRC dans la mesure où les mandataires sociaux sont expressément visés à l article 4 de cette convention. Dans les autres cas, une décision du conseil d administration est nécessaire. Concernant les critères liés au temps de travail, à la nature du contrat de travail, à l âge ou à l ancienneté du salarié Le texte confirme qu en aucun cas la catégorie ne peut être définie en fonction de ces critères, sauf en cas d utilisation du critère 5 lorsqu il s avère que la catégorie constituée ne regroupe en pratique que des salariés à durée déterminée, dès lors que cette catégorie est définie en fonction d usages constants, généraux et fixes et non par la nature du contrat de travail. LE TEXTE CONFIRME ÉGALEMENT LES DÉROGATIONS SUIVANTES : que l accès aux garanties ne soit réservé qu aux salariés ayant plus de 12 mois d ancienneté pour les régimes de retraite et/ou de prévoyance, et plus de 6 mois d ancienneté pour les régimes de santé (alors que la circulaire sociale du 30 janvier 2009 accordait une ancienneté de 12 mois pour l ensemble des régimes), que le versement des prestations soit réservé à un âge minimal du salarié ou des ayants-droits (âge légal du salarié ou âge du ou des ayants-droits conditionnant les réversions par exemple). LE TEXTE ADMET DEUX NOUVELLES DÉROGATIONS : que le régime ne s adresse qu à certains salariés en deçà d un certain âge pour un régime de retraite supplémentaire, lorsque ce régime remplacera un régime préexistant ou en cours de fermeture (sont ici visés typiquement les régimes de retraite à prestations définies), que le régime ne s adresse qu aux salariés en fonction de leurs dates d embauche, lorsque le régime préexistant ne continuera à s adresser qu aux salariés embauchés avant sa date de fermeture, en permettant à l employeur de se conformer aux nouvelles exigences en ne réservant le nouveau régime qu aux salaries embauchés postérieurement à la date de fermeture de l ancien régime ; il est en outre important de noter que ces deux régimes, régime ancien «fermé» et nouveau régime, bénéficieront tous deux de l exclusion d assiette de cotisations sociales. Concernant les dispenses d adhésions Le texte reconfirme le principe que seules les contributions des employeurs aux régimes de Protection Sociale Complémentaire (PSC) pour lesquels l adhésion du salarié est obligatoire peuvent bénéficier de l exclusion d assiette des cotisations sociales, mais reprend de nombreux cas de dispenses déjà prévues par la circulaire sociale du 30 janvier 2009 tout en apportant de nouvelles précisions : PRÉCISIONS APPORTÉES : première précision : les dispenses d adhésions doivent être explicitement prévues dans l acte juridique mettant en place les garanties (accord collectif, referendum ou DUE) alors que la circulaire sociale du 30 janvier 2009 n exigeait pas cette condition ; toutefois cette exigence n est pas obligatoire lorsque le régime est mis en place par DUE et prévoit une contribution salariale, ceci en application de l art 11 de la Loi Évin pour les salariés présents lors de la mise en place, reprenant le principe que nul n est obligé de cotiser contre son gré, et ce autant en prévoyance complémentaire qu en retraite supplémentaire. Il sera particulièrement intéressant de suivre ce point particulier suite à l extension des régimes de santé prévue par l ANI du 11 janvier dernier et repris dans loi sur la sécurisation de l emploi du 14 juin dernier. deuxième précision : les dispenses d adhésions doivent relever du libre choix du salarié, ce qui implique que chaque dispense résulte d une demande explicite du salarié, que l employeur devra être en mesure de produire en cas de contrôle. Les différents cas de dispenses possibles : CAS DE DISPENSE N 1 : SALARIÉS EMBAUCHÉS AVANT LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME PAR DUE Le texte précise que ce cas de dispense concerne également les DUE qui modifieraient intégralement le mode de financement d un dispositif préexistant ou lors de transfert d entreprise, lorsque les salariés de l entreprise transférée n étaient pas couverts à titre obligatoire avant le transfert. CAS DE DISPENSE N 2 : SALARIÉS EN CDD OU À TEMPS PARTIEL ET APPRENTIS QUELLE QUE SOIT LEUR DATE D EMBAUCHE LORSQUE LE RÉGIME EST MIS EN PLACE PAR CONVENTION, ACCORD COLLECTIF OU REFERENDUM Dispense possible pour salariés en CDD et apprentis avec, pour les CDD > ou égal à 12 mois, la nécessité de justifier par écrit qu ils sont déjà couverts à titre individuel pour les mêmes garanties, Dispense possible pour salariés à temps partiel et les apprentis pour lesquels la cotisation serait au moins égale à 10 % de leur rémunération brute. POINT DE VIGILANCE : Ces cas de dispense doivent être prévus dans l acte juridique mettant en place le régime (ici, la convention, l accord collectif ou le référendum). Un décret modificatif pris pour l application de la loi sur la sécurisation de l emploi dans le cadre de la généralisation de la couverture santé devrait étendre ce cas de dispense n 2 dans le cas de mise en place par DUE. REMARQUE : Dans sa lettre circulaire questions-réponses du 4 février 2014 l ACOSS a précisé que ces cas de dispense prévus au 2 de l article R CSS peuvent être prévus dès à présent par DUE sans attendre le décret 10 11

7 modificatif. CAS DE DISPENSE N 3 : SALARIÉS BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU-C OU DE L AIDE À L ACQUISITION D UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ (ACS) ET SALARIÉS DÉJÀ COUVERTS Y COMPRIS EN TANT QU AYANT-DROIT Ces cas de dispenses sont autorisés quelle que soit la date d embauche des salariés et quel que soit le mode de mise en place du régime (accord collectif, référendum ou DUE). pour les salariés bénéficiaires de la CMU-C ou de l ACS, la dispense doit être justifiée chaque année jusqu à la date à laquelle le salarié cesse de bénéficier de cette couverture ou de cette aide, pour les salariés déjà couverts par une complémentaire santé à titre individuel, la dispense ne peut jouer que jusqu à l échéance du contrat individuel, pour les salaries déjà couverts pour les mêmes risques ou en tant qu ayant-droit à condition de le justifier chaque année par l un des régimes collectifs suivants : Régime collectif à titre obligatoire y compris en tant ayant-droit, Régime local d Alsace-Moselle, Régime complémentaire relevant de la caisse d assurance maladie des industries électriques et gazières (CAMIEG), Mutuelles des fonctions publiques (décrets du 19/09/2007 et du 08/11/2011), Contrats d assurance de groupe dits «Madelin», Régime spécial de sécurité sociale des gens de mer (ENIM), Caisse de prévoyance et de retraite des personnels de la SNCF (CPRPSNCF). de l employeur bénéficieront dans les deux cas de l exemption d assiette des cotisations sociales, ce qui était d ailleurs déjà autorisé par la circulaire sociale du 30 janvier Quel plan d actions? La circulaire prévoit un report de la fin de la période transitoire du 31 décembre 2013 au 30 juin 2014 pour la mise en conformité des régimes collectifs, afin que les contributions patronales, finançant le régime de prévoyance et de retraite supplémentaire, continuent de bénéficier de l exclusion de l assiette des cotisations de Sécurité sociale. Ce report d échéance nous permet par conséquent de mettre en place le plan d actions nécessaire pour accompagner les clients dans cette mise en conformité, sachant que celle-ci ne peut se faire sans tenir compte du fait que les solutions existantes ont été mises en place pour répondre à des besoins précis ou à une stratégie RH du client (optimisation de la rémunération des salariés, fidélisation du personnel ). POINT DE VIGILANCE : Ces cas de dispense doivent être prévus dans l acte juridique mettant en place le régime (ici, l accord collectif, le référendum ou la DUE). Concernant les ayants droit Pour rappel, le dispositif peut prévoir de façon facultative ou obligatoire la couverture des ayants droit du salarié : si le dispositif prévoit pour les ayants droit la possibilité d adhérer de façon facultative, la contribution de l employeur pour ces ayant droit ne sera pas exclue de l assiette des cotisations sociales, si le dispositif prévoit l adhésion obligatoire des ayant droit du salarié, la totalité de contribution de l employeur sera exclue de l assiette des cotisations sociales. Concernant les couples travaillant dans la même entreprise Le décret ayant oublié cette situation, la circulaire apporte ici les précisions nécessaires : si la couverture de l ayant droit est obligatoire, la règle indiquée ci-dessus est appliquée : les contributions de l employeur versées pour le couple bénéficient de l exemption d assiette des cotisations sociales, si la couverture de l ayant droit est facultative, que le couple s affilie ensemble ou que chacun d eux s affilie séparément, les contributions 12

8 INTERVIEW Franck Gisclard, chargé de mission à la Direction des Opérations Commerciales AG2R LA MONDIALE «IL EST IMPORTANT D ATTIRER RAPIDEMENT L ATTENTION DES CLIENTS» Les experts comptables sont-ils aujourd hui beaucoup sollicités par leurs clients sur le sujet des catégories objectives? Ils ne le sont pas vraiment car pour la majeure partie de leurs clients le décret du 9 janvier 2012 est plutôt passé inaperçu Par contre, eu égard à leur mission de conseil, ils sont relativement préoccupés par l aspect sécurisation de leurs dossiers clients, d autant que la mise en place de catégories objectives devient un sujet de plus en plus technique et complexe sur lequel tout le monde n a pas la même lecture. Ils s interrogent aussi sur la façon de pouvoir informer leurs clients sur la nécessité de mettre leur régime en conformité et de le faire de la meilleure façon possible. C est, entre autres, pour ces raisons majeures qu ils comptent s appuyer sur un partenaire expert en protection sociale tel qu AG2R LA MONDIALE. Quel conseil pouvez-vous leur donner? Je ne sais pas si je suis à même de leurs donner des conseils ; en revanche, ce que je sais, c est que, eux comme nous, sommes dans la même situation, car la mise en conformité des régimes collectifs de protection sociale complémentaire concerne pratiquement tous les dossiers clients : soit parce que l entreprise cliente a dans son effectif des salariés cadres pour lesquels une vérification devra être faite par rapport à la définition de la catégorie bénéficiaire de la prévoyance cadre obligatoire, soit parce que l entreprise cliente a mis en place des solutions de retraite supplémentaire et/ou de santé complémentaire. En outre, le fait que la date de fin de la période transitoire ait été reportée au 30 juin 2014 permet de ne plus être dans la précipitation par rapport à la date initialement prévue du 31 décembre 2013, en permettant à chacun d entre nous de mettre en place un vrai plan d actions pour accompagner les clients dans cette opération compliquée. mandataires sociaux, car ceux-ci relèvent de l article 4 de la CCN de Les critères 2 et 3 bénéficient également de cette présomption d automaticité mais peuvent être davantage soumis à interprétation que le critère 1 Quant aux critères 4 et 5, ils souffrent d un fort handicap, puisqu il revient à l employeur de justifier que les salariés constituant cette catégorie sont bien placés dans une situation identique, ce qui est particulièrement risqué. Un autre point en particulier? Oui, concernant les régimes de santé, deux types de clients existent : les clients qui ont déjà mis en place des solutions et qui devront les vérifier et, le cas échéant, mettre en conformité leurs régimes d ici le 30 juin 2014 (en revalidant d une part la définition de la catégorie ou des catégories et en vérifiant d autre part que l ensemble du personnel soit couvert par un régime de santé, même si des différences de garanties sont possibles par catégorie de salariés) ; et puis il y a les clients qui n ont mis aucun régime de santé en place, qui ne sont donc pas concernés par le décret du 9 janvier 2012 mais qui, «hasard du calendrier», si aucun régime de santé ne peut être mis en place par accord de branche dans leur secteur d activités avant cette même date du 30 juin 2014, se verront dans l obligation de mettre en place un régime de santé pour l ensemble du personnel d ici le 31 décembre 2015, conformément à l ANI du 11 janvier dernier. Tout ceci rajoute de la complexité au décret et à la circulaire C est pourquoi il est important de faire intervenir un professionnel qui a identifié les points de vigilance du texte et qui sera donc à même d apporter les bons conseils. Car derrière la conformité se cache en fait un sujet beaucoup plus large sur lequel autant les cabinets que les responsables RH sont concernés, puisque tout ceci relève de sujets de fond tels que la rémunération et la fidélisation du personnel. Il faut par conséquent qu experts-comptables, responsables RH et experts en protection sociale mettent en commun leur professionnalisme pour conseiller à leurs clients une vraie stratégie de mise en place, à partir d un audit complet de l entreprise dans les trois domaines que constituent la prévoyance, la retraite et la santé, afin de combiner au mieux ces éléments pour en faire une vraie politique de rémunération et de fidélisation du personnel. Quelle est la position du Groupe AG2R LA MONDIALE sur les critères à utiliser? La position d AG2R LA MONDIALE est très claire : afin que nos clients bénéficient des cas de considérations automatiques prévus dans le décret, nous n acceptons de mettre en place de régimes que sur la base des critères 1, 2 et 3, en privilégiant parmi ceux-ci le critère 1 pour sécuriser les régimes concernant les cadres dirigeants ou les 14 15

9 CÔTÉ RÉGIMES COLLECTIFS DE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE Comment mettre en place un régime de protection sociale complémentaire? L employeur a le choix entre trois formules pour mettre en place un régime collectif de protection sociale complémentaire. L ACCORD COLLECTIF Il constitue la solution la plus sûre et la plus intéressante en termes de dialogue social. Mais c est aussi celle qui impose la procédure la plus compliquée. LE RÉFÉRENDUM Il peut être utilisé à la condition d organiser un vote à bulletin secret et que la majorité des salariés concernés et non des votants approuve le projet. Ce principe a été confirmé par plusieurs jurisprudences récentes LA DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) constitue la formule la plus souple, dès lors que l on prend la précaution d informer chaque salarié concerné par un écrit et que l on en conserve la justification en cas de contrôle ultérieur. En cas de DUE, le régime ne s impose qu aux salariés embauchés après sa mise en place. Le respect de ces principes de mise en place conditionne la déductibilité fiscale et sociale des cotisations liées à ces régimes. En matière de santé, celle-ci n est possible qu avec un contrat «responsable». Quel est l intérêt de mettre en place un régime de protection sociale d entreprise? En santé et prévoyance, les contrats collectifs permettent d apporter aux salariés des contrats avec des prestations souvent peu souscrites individuellement, à des tarifs généralement plus avantageux que les tarifs individuels. En retraite, la mise en place d un dispositif d épargne collective permet aux entreprises de participer à la constitution d une retraite supplémentaire et de fidéliser ses salariés par ces avantages sociaux protecteurs. La mise en place de régimes collectifs procure, sous certaines conditions, de nombreux avantages fiscaux et sociaux, aussi bien pour l entreprise que pour le salarié. Quelles sont les conditions d un contrat collectif? Le régime a été mis en place par un accord collectif, un référendum ou une décision unilatérale de l employeur. Il ne doit pas se substituer à d autres éléments de rémunération. Il est collectif et obligatoire. Il bénéficie de manière générale et impersonnelle à l ensemble des membres de la catégorie définie. L employeur participe au paiement des cotisations de façon uniforme pour tous les salariés concernés. Les prestations sont versées par un organisme complémentaire, c est-à-dire une institution de prévoyance, une mutuelle ou une société d assurance. Les prestations sont complémentaires à celles de la Sécurité sociale (maladie, incapacité de travail, invalidité, décès, retraite). Sur le risque santé, le contrat doit être «responsable» LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR TOUS La signature de l accord national interprofessionnel (ANI) en janvier 2013 s inscrit dans le droit fil de la logique du décret sur les catégories objectives. Cet accord traduit en juin 2013 dans la loi sur la sécurisation de l emploi prévoit en effet la mise en place avant le 1er janvier 2016 d une couverture complémentaire en santé pour tous les salariés du secteur privé. Il renforce en effet l idée de base du décret selon laquelle un régime de santé doit s appliquer à l ensemble des salariés d une entreprise

10 Quel est le régime fiscal et social des contrats collectifs obligatoires? RÉGIME SOCIAL Prévoyance COTISATIONS PART PATRONALE Exonérations sous conditions art. L CSS non substitution au salaire garanties complémentaire SS Retraite rachat limité aux cas prévus à l article L CA liquidation à l âge de la retraite sous forme de rente mise en place du régime conformément à l art. L CSS (DUE, accord collectif ou référendum) respecter les nouvelles conditions du décret du et de la circulaire sociale du Limite de déduction 6 % PASS + 1,5 % RAB dans la limite de 12 % PASS Limite de déduction 5 % de la rémunération brute dans la limite de 5 x le PASS ou 5 % du PASS Forfait social 8 % sur la part exclue de l assiette des cotisations sociales pour la prévoyance (sauf pour les entreprises employant moins de 10 salariés) et 20 % pour la retraite CSG CRDS art. L II 4 CSS : taux de 7,5% et 0,5 % PART SALARIALE PROTÉGER LES PERSONNES TOUT AU LONG DE LA VIE AG2R LA MONDIALE DISPOSE DE TOUTES LES EXPERTISES EN ASSURANCE DE PERSONNES. Leader des accords de branche, deuxième assureur en santé collective et fort d un réseau de commerciaux, AG2R LA MONDIALE est bien armé pour se positionner en première ligne auprès des entreprises. AG2R LA MONDIALE s engage au quotidien auprès des entreprises et des branches professionnelles par la mise en place régimes de protection sociale complémentaires performantes en santé, prévoyance et retraite. La mise en place d un contrat d entreprise permet une mutualisation des coûts, l accès à des avantages fiscaux et sociaux et contribue au dialogue social dans l entreprise. AG2R LA MONDIALE propose des solutions modulaires ou à la carte et des réseaux de distribution adaptés à la taille de l entreprise. RÉGIME FISCAL Les cotisations payées par l entreprise sont passées en frais généraux dans le poste Frais de Personnel (art du C.G.I.). De ce fait, l entreprise peut déduire leur montant total de son bénéfice annuel imposable L article 4 de la Loi de Finances pour 2014 supprime l exonération d impôt applicable à la participation de l employeur aux contrats de complémentaire santé collectifs et obligatoires. Les cotisations du salarié restent donc déductibles de son revenu imposable, de même que les contributions de l employeur et du salarié versées dans le cadre des régimes complémentaires couvrant l incapacité de travail, l invalidité et le décès. Les cotisations patronales finançant un régime frais de santé seront donc ajoutées à la rémunération imposable du salarié. Cette disposition s applique sur les rémunérations versées depuis le 01/01/2013. prévoyance : Plafond d exonération = 2 % de la rémunération annuelle brute + 5 % du PASS dans une limite globale de 2 % de 8 x le PASS retraite : dans la limite de 8 % de la rémunération annuelle brute limitée à 8 PASS 18 19

11 GIE AG2R, membre du groupe AG2R LA MONDIALE - GIE agissant pour le compte d institutions de retraite complémentaire Agirc-Arrco, d institutions de prévoyance, de mutuelles et de société d assurances - 35, boulevard Brune Paris RCS Paris GIE LA MONDIALE GROUPE, membre du groupe AG2R LA MONDIALE - GIE - 32, avenue Emile Zola Mons-en-Baroeul RCS Lille

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES FICHE PRATIQUE CATÉGORIES OBJECTIVES L ESSENTIEL OCTOBRE 2013 Tout régime de protection sociale d entreprise (santé, prévoyance et retraite supplémentaire) doit notamment revêtir un caractère collectif

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES?

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES? GRAS SAVOYE PROTECTION COMPLEMENTAIRE & AVANTAGES SOCIAUX Mars La lettre d information des Assurances de Personnes DECRET DU 9 JANVIER PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ Protection sociale Sécurité sociale : organisation, financement Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction du financement de la sécurité sociale _ Bureau

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Ce projet d instruction est mis en consultation publique du 07.06.2013 au 21.06.2013.

Ce projet d instruction est mis en consultation publique du 07.06.2013 au 21.06.2013. Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ce projet d instruction est mis en consultation publique du 07.06.2013 au 21.06.2013. Vous pouvez adresser vos remarques

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES GRANDS PRINCIPES 1 L OBLIGATION DE GÉNÉRALISATION 2 L obligation de généralisation Etapes de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

Groupe Gritchen Assurances

Groupe Gritchen Assurances Groupe Gritchen Assurances Mutuelle, Prévoyance et Retraite Nos compétences L assurance de personnes Dirigeants et Salariés - Frais de Santé(Madelin ou Collectif) - Prévoyance(Madelin, Collectif, Emprunt,

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY

ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 ASSOCIATIONS INTERMÉDIAIRES 28 MAI - TOURCOING 02 JUIN - BRUAY CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015 Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations Réunion d information COREPS 15 juin 2015 LE GROUPE AUDIENS Un groupe de protection sociale «paritaire», à but non lucratif Qui se distingue

Plus en détail

FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui ne change pas!

FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui ne change pas! Thème : Social l e-infobtp n 2015-051 du 25/06/2015 Contact : Séverine ALEXIS Tél. : 03.89.36.30.90 Fonction : Juriste Mail : alexiss@d68.ffbatiment.fr FRAIS DE SANTE-PREVOYANCE Ce qui change et ce qui

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

Questions Réponses du. Sommaire

Questions Réponses du. Sommaire Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS Bureau de la législation

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS MISE EN PLACE D UN REGIME COLLECTIF DE PREVOYANCE ET/OU DE SANTE COMPLEMENTAIRE PAR DECISION UNILATERALE RAPPEL : COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME COLLECTIF EN ENTREPRISE AU PROFIT DES SALARIES? Les modalités

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise 1-PRESENTATION L Accord National Interprofessionnel (ANI) 2013 a prévu de généraliser la complémentaire

Plus en détail

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme engagée dés

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000065

LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000065 LETTRE CIRCULAIRE n 2013 0000065 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.010.04 Montreuil, le 31/10/2013 31/10/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE REGLEMENTATION ET SECURISATION

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2014 0000002

LETTRE CIRCULAIRE n 2014 0000002 LETTRE CIRCULAIRE n 2014 0000002 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.010.04 Montreuil, le 04/02/2014 04/02/2014 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous!

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Une complémentaire santé plus avantageuse pour les salariés Une image sociale positive de l entreprise Septembre 2015 Plan de la

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES

LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES LA COMPLÉMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS - RÉPONSES UFT 68, rue Cardinet 75017 PARIS SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises doivent-elles être

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES

LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES LA COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE : QUESTIONS/REPONSES UFT 68, rue CARDINET 75017 PARIS Tel : 01.47.66.49.68. SOMMAIRE I. Les obligations à l égard des entreprises... 2 À partir de quand les entreprises

Plus en détail

Présente L ANI. «Accord National Interprofessionnel»

Présente L ANI. «Accord National Interprofessionnel» Présente L ANI «Accord National Interprofessionnel» Carole GUANTI Juriste associée Ardisson conseils Ou comment faire d un cadre légal national un dispositif sur-mesure adapté aux exigences de l entreprise

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance Dernière révision le 25.07.2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Le décret fixant le seuil d exonération des contributions patronales

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion. Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015

Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion. Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015 Assurances prévoyance et santé : obligation et/ou acte de gestion Réunion ASSAPROL CEGECOBA du 27 janvier 2015 intervenante: Stéphanie TASTET OCSO ASSURANCES 1 ASSURANCES PREVOYANCE ET SANTE : OBLIGATION

Plus en détail

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE

25 MARS 2014 N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE DOSSIER / LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE DES FRAIS DE SANTÉ EN ENTREPRISE PAGE 2 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 45 JANVIER FÉVRIER 2014 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Réintégration

Plus en détail

Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire. Transformez vos nouvelles obligations en opportunité!

Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire. Transformez vos nouvelles obligations en opportunité! Les obligations de l employeur prévoyance complémentaire collective et obligatoire Transformez vos nouvelles obligations en opportunité! Sommaire PRESENTATION DU GROUPE AG2R LA MONDIALE LA PREVOYANCE SOCIALE

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage Vendredi 17 octobre 2014 Présentation Prévoyance, quelques rappels Les points clés des textes ANI Loi Sécurisation

Plus en détail

CABINET GM ASSURANCES

CABINET GM ASSURANCES CABINET GM ASSURANCES Mieux vous accompagner dans vos projets Assurer votre santé et votre prévoyance et celle de vos salariés! Constituer votre retraite et celle de vos salariés! Valoriser votre patrimoine

Plus en détail

VOTRE Pass ANI. Avertissement VERSION DEMO. cet espace est personnalise avec votre logo

VOTRE Pass ANI. Avertissement VERSION DEMO. cet espace est personnalise avec votre logo Avertissement VERSION DEMO la version complète comprend 20 pages Guide conçu sous la supervision d'un cabinet d'avocats experts en Droit Social. VOTRE Pass ANI POUR COMPRENDRE ET ANTICIPER LA GÉNÉRALISATION

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur

SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur OM SPORT DIJON Jeudi 22 octobre 2015 SANTE DES SALARIES : Vos obligations en tant qu employeur Olivier BARON Crédit Mutuel Marché des Professionnels AU PROGRAMME L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI)

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 La santé collective dans le cadre de l ANI Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 SOMMAIRE 1 ANI La nouvelle obligation : la généralisation de la complémentaire santé en entreprise 2 Comment mettre en place

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Guide de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise.

Guide de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise. Guide de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise. Le 11 janvier 2013, les organisations patronales et trois organisations syndicales ont signé l accord national interprofessionnel (l

Plus en détail

Réintégration sociale des retraites et prévoyances

Réintégration sociale des retraites et prévoyances Pégase 3 Réintégration sociale des retraites et prévoyances Dernière révision le 18/06/2012 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 27 Sommaire 1 Principe... 4 1.1 La réintégration en résumé... 5 1.2 Le régime

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/ Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Ministère de la santé et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET

Plus en détail

BIBLIOTHEQUE DE MODELES DE LETTRES DE DISPENSE PREVOYANCE SANTE ET RETRAITE

BIBLIOTHEQUE DE MODELES DE LETTRES DE DISPENSE PREVOYANCE SANTE ET RETRAITE BIBLIOTHEQUE DE MODELES DE LETTRES DE DISPENSE PREVOYANCE SANTE ET RETRAITE MODELES DE LETTRE DE DISPENSE Dispense à la mise en place d un régime de prévoyance, frais de santé ou de retraite : DUE y compris

Plus en détail

de retraite et de prévoyance 2006

de retraite et de prévoyance 2006 2 Excédents de cotisations de retraite et de prévoyance 2006 Les contributions de retraite et de prévoyance ne sont exonérées de cotisations et d impôt sur le revenu que dans certaines limites. Le moment

Plus en détail

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles.

Les complémentaires santé et prévoyance sont déjà obligatoires dans les entreprises de certaines branches professionnelles. ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (2013/2014) «Rien n est permanent, sauf le changement.» (Bouddha) Reprenant strictement les décisions de l'ani, le texte de loi (décembre 2013) prévoit la généralisation

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités?

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités? Généralisation de la complémentaire santé contraintes ou opportunités? SOMMAIRE I - Rappel du contexte 1- Qu est que la généralisation de la complémentaire santé? 2- Quelles sont les entreprises concernées?

Plus en détail

Conférence débat. Généralisation de la complémentaire santé, contrat responsable et portabilité prévoyance. Maître Frank WISMER Mercredi 18 juin 2014

Conférence débat. Généralisation de la complémentaire santé, contrat responsable et portabilité prévoyance. Maître Frank WISMER Mercredi 18 juin 2014 Conférence débat Généralisation de la complémentaire santé, contrat responsable et portabilité prévoyance Maître Frank WISMER Mercredi 18 juin 2014 1. Généralisationde la complémentaire santé Les projets

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey

Les Estivales Juillet 2009. Alain Maurey Responsabilité civile il : comment éviter la mise en cause? Les Estivales Juillet 2009 Alain Maurey Sommaire Les fondements de la responsabilité Quelques obligations de l expert-comptable Les grandes caractéristiques

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016

Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016 REUNION AGAMY - 17 juin 2015 Généralisation de la complémentaire santé à compter du 1 er janvier 2016 Reliquet-nicolas@aviva-assurances.com N Orias : 11060723 18 rue Auguste Goust 78200 Mantes la Jolie

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire

A Régime fiscal des contrats collectifs à adhésion obligatoire 1 U.NPM.F. Direction Générale Service Veille Juridique et fiscale Paris, le 12 septembre 2005 Références : LC/D. 2005-0081 Emetteur : Laurence CHREBOR OBJET : Incidence de la loi portant réforme des retraites

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

ADREA Mutuelle, Quelques données

ADREA Mutuelle, Quelques données 1 ADREA Mutuelle, Quelques données 1 020 000 personnes protégées et gérées par ADREA Mutuelle 12 000 entreprises adhérentes, de la TPE au grand groupe 112 agences de proximité 541,90 millions d uros de

Plus en détail

Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle)

Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle) Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle) Un régime de retraite supplémentaire ou de prévoyance peut être considéré comme obligatoire.

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE MISE EN CONFORMITE DES CONTRATS DE PREVOYANCE, SANTE ET RETRAITE SUPPLEMENTAIRE - Sommaire 2 SOMMAIRE PAGES MISE EN CONFORMITE

Plus en détail

La complémentaire SANTÉ. de vos salariés. Livret de l employeur

La complémentaire SANTÉ. de vos salariés. Livret de l employeur La complémentaire SANTÉ de vos salariés Livret de l employeur Juin 2015 Complémentaire Santé CREPA La Complémentaire santé CREPA, une offre adaptée au personnel salarié des cabinets d avocats. Le 1 er

Plus en détail