Responsabilité sociétale. Rapport d activité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Responsabilité sociétale. Rapport d activité 2013-2014"

Transcription

1 Responsabilité sociétale Rapport d activité

2 Édito Le Groupe Coopératif Maïsadour poursuit son développement et sa démarche RSE dans le contexte difficile du secteur agroalimentaire. Conformément au planning sur un cycle de 3 ans initié en 2011 avec la première évaluation et une évaluation intermédiaire au début 2013, une nouvelle évaluation en juin 2014 par AFNOR Certification est venue améliorer la notation du Groupe avec le passage en catégorie «confirmé». C est bien sûr avec une grande satisfaction que nous accueillons cette reconnaissance des progrès accomplis et de l amélioration continue et progressive de notre démarche, compte tenu de l évolution rapide du périmètre du Groupe. Concernant l évaluation de l impact socio-économique territorial du Groupe Coopératif Maïsadour, sujet d une grande complexité en dépit de sa simplicité intuitive, une première étape a consisté à évaluer la valeur créée chez les agriculteurs qui travaillent avec la coopérative Maïsadour. Les résultats pluriannuels montrent que les investissements de la coopérative, tant dans la transformation des productions animales que dans les filières de productions végétales et dans la valorisation des marques consommateurs, jouent un rôle essentiel dans la progression et la sécurisation de la valeur ajoutée chez ses agriculteurs adhérents. Maïsadour est donc fidèle à sa vocation de société coopérative qui permet aux agriculteurs d augmenter leur pouvoir économique dans la chaîne de production agro-alimentaire. Nos actions embrassent aujourd hui l ensemble des grands enjeux sociétaux et environnementaux. Elles se renforcent et se déploient dans les branches d activités dont les enjeux prioritaires sont souvent très différents. Elles sont de plus en plus partagées avec un nombre croissant de parties prenantes locales, régionales et nationales. Notre approche et nos efforts en matière d agriculture durable constituent une dynamique qui porte ses premiers fruits au fur et à mesure de l avancée des résultats et de la montée en compétence collective qu ils nous procurent. Ce rapport fait d autre part figurer les premières données fournies par l outil informatique de reporting intégré qui nous permettra d être conformes en date aux nouvelles obligations réglementaires, et de fournir des éléments de pilotage au management pour continuer à implémenter notre démarche. Michel Montet Directeur Développement Durable L équipe des animateurs Développement Durable est en charge du déploiement de la démarche au niveau de l ensemble des branches du Groupe. Marielle Marjollet, Responsable Management Qualité et Développement Durable / Patrick Alyre, Responsable Service Technique industriel Productions Végétales / Guy Cardon, Responsable industriel Nutrition Animale / Laure Fabier, Technicienne Développement Durable / Michel Fruchet, Directeur Site La Pommeraie Delpeyrat / Laure Mène-Castillou, Responsable marketing Jardineries / Bertrand Moutron, Responsable QSE Fermiers Du Sud-Ouest / Michel Navarro, Responsable des Services Techniques / Philippe Péan, Responsable Agronomie et Environnement / Yoann Perroux, Responsable Management Qualité Semences / Sylvain Pichard, Technicien environnement Aquitaine Légumes Surgelés / Maxime Quentin, Responsable Technique Volailles / Arnaud Tardet, Animateur Assurance Qualité & Environnement Fermiers Landais Sommaire 2 Édito Gouvernance et management Relations et conditions de travail Loyauté des pratiques Questions relatives aux consommateurs Environnement Agriculture durable Communautés et développement local

3 Gouvernance et management Gouvernance et management CRÉATION DE VALEUR CHEZ LES AGRICULTEURS ADHÉRENTS L évaluation de l impact socio-économique territorial du Groupe Coopératif Maïsadour a fait l objet d une approche par un stage d élève-ingénieur de 3 ème année de l école Bordeaux Sciences Agro (ex- ENITA). Ces premiers travaux ont permis de montrer le caractère exploratoire du projet et sa grande complexité, en dépit de l apparente simplicité du concept. Ils se prolongeront et s approfondiront en plusieurs étapes sur les prochaines années. Une première étape présentée ici a consisté à évaluer la valeur créée chez les agriculteurs qui travaillent avec la coopérative Maïsadour. Afin de «caler» les chiffres présentés sur des bases simples et des références externes reconnues, le cadre suivant a été retenu : Choix de l indicateur de création de valeur : la «marge brute» telle que définie par la Chambre d Agriculture des Landes dans ses publications «les 4 saisons», issue des différents observatoires économiques de la production. Elle correspond au «produit brut moins les charges opérationnelles (charges liées au volume de production)». Il s agit donc en fait d une marge sur coûts variables car elle intègre des charges externes directes, qui sont comptablement une composante de la Valeur Ajoutée, comme par exemple les frais de récolte en productions végétales. Cet indicateur a été complété par des données internes de la coopérative. La représentativité de Maïsadour sur le département et la représentativité du département sur le périmètre des activités agricoles de Maïsadour justifient l utilisation d une telle référence. Choix de la période : sur ces dernières années, la volatilité des marchés des matières premières agricoles a eu un impact direct sur la formation du revenu des adhérents. La période s étendant de 2010 à 2013 englobe une période de hausse forte des cours des céréales suivie d une nette baisse, une année de récolte automne record, l année 2011, et une année agricole catastrophique, l année Elle permet donc de mesurer comment Maïsadour soutient la formation du revenu de ses adhérents face aux volatilités des marchés agricoles et à des situations climatiques allant d un extrême à l autre. Les volumes des productions sont les chiffres internes Maïsadour. Le graphique suivant illustre les masses en millions d euros de marges sur coûts variables dégagées par les adhérents, suivant les productions Masses de marges en millions d euros 120 M 100 M 80 M 60 M 40 M 20 M 0 M Palmipèdes Maïs doux et légumes Volailles Céréales contractuelles Semences Maïs/Céréales On peut remarquer 1. La volatilité de la valeur totale dégagée, de 72 à 111 M, résultant des volumes de céréales, de l évolution de leur prix, et de l année Le fait que le principal facteur de variation du total est la marge sur coûts variables des céréales, dont 95 % de maïs, hors productions contractuelles (de 12 à 56 M ). 3. Les autres productions voient leur valeur créée progresser dans la même période et se maintenir en valeur même en En pourcentage de la valeur totale, elles passent de 57 % en 2010 à 49 % puis 60 % pour aboutir à 84 % en La valeur est donc un puissant facteur de stabilisation des revenus des adhérents, même sur une période marquée par autant de variations. Au niveau des composantes de la valeur créée et leur évolution sur la période, c est donc en productions spécialisées que l impact de Maïsadour est le plus marquant. Les volumes de ces productions ont progressé sur la période, que ce soit en productions végétales contractuelles ou en productions animales. Au niveau des marges unitaires, en productions animales les mesures économiques mises en place par Maïsadour ont permis de garder une marge stable, en raison de l indexation trimestrielle des prix de reprise des animaux. Dans le même temps, ce sont les sociétés de transformation et de commercialisation du groupe, Delpeyrat et Fermiers Du Sud-Ouest, qui ont dû répercuter à leur clientèle les hausses de tarifs nécessaires à la sauvegarde de leur rentabilité, endossant ainsi la totalité du risque-prix de revient des productions. 3

4 Gouvernance et management 4 Les variations de marges en productions végétales évoluent en lien avec le prix du marché des céréales voire celui des intrants (engrais en particulier) mais sont amorties grâce aux différents mécanismes de formation des prix que propose la coopérative. Les outils d arbitrage des prix céréales : engagements et fixations sur longue période, différentes formules de prix. Les productions contractuelles céréalières génératrices de «premiums» par rapport aux marchés de matière première standard. Les productions spécialisées indexées sur les prix des céréales avec premiums couvrant les charges spécifiques, et un effet amortisseur sur deux années (semences) ou une visibilité avant semis (maïs doux et légumes). Les volumes croissants de ces productions. Maïsadour est donc fidèle à sa vocation de société coopérative qui permet aux agriculteurs d augmenter leur pouvoir économique dans la chaîne de production agro-alimentaire. Intermédiaire entre les agriculteurs et les distributeurs alimentaires, sa contribution à la valeur créée chez ses adhérents se situe au niveau de la valorisation des productions, de la maîtrise des charges d approvisionnement, et enfin des résultats techniques et économiques par la qualité de l accompagnement et du conseil fourni. Les investissements du Groupe Coopératif Maïsadour, tant dans la transformation des productions animales que dans les filières de productions végétales et dans la valorisation des marques consommateurs, jouent un rôle essentiel dans la progression et la sécurisation de la valeur ajoutée chez ses agriculteurs adhérents. LA 2 ÈME ÉVALUATION AFAQ DU GROUPE : EN PROGRÈS! Comme le prévoit le modèle AFAQ d évaluation des démarches RSE des entreprises et organisations, 2014 a été l année de la deuxième évaluation complète du Groupe après la première en 2011 et l évaluation intermédiaire «de suivi» au printemps Le Groupe Coopératif Maïsadour fut en 2011 le premier Groupe en France à avoir été évalué, tous secteurs d activités et tous types d entreprises confondus. La logique d évaluation est adaptée à la complexité du Groupe, marquée par l existence d activités très différentes, donc présentant des enjeux de RS différents, et dont les indicateurs ne sont pas toujours consolidables. De la préparation documentaire, à la réalisation par une série d entretiens menés en interne et en externe (parties prenantes), et à la cotation, un processus lourd a été mis en place avec 40 jours d évaluation partagés entre trois évaluateurs. AFNOR Certification a décidé d attribuer la note de 520 points, en progrès par rapport à la précédente qui était de 464 points sur un potentiel théoriquement accessible de Le Groupe Coopératif Maïsadour se situe désormais au début du niveau «Confirmé». Evaluation de la responsabilité sociétale du Groupe Coopératif Maïsadour 2014 Initial Progression Confirmé Exemplaire Jusqu à 300 points De 301 à 500 points De 501 à 700 points Plus de 701 points L utilisation du logo «AFAQ 26000» par le Groupe Coopératif Maïsadour est donc possible pour communiquer sur l atteinte de ce niveau, tant au niveau institutionnel qu au niveau de la promotion de ses marques consommateurs. C est bien sûr avec une grande satisfaction que nous accueillons cette reconnaissance des progrès accomplis et de l amélioration continue et progressive de notre démarche, compte tenu de l évolution rapide du périmètre du Groupe. Les évaluateurs ont relevé que la démarche de responsabilité sociétale du groupe Maïsadour est en place, une responsabilité est lisiblement inscrite sur l organigramme du Groupe. La culture RSE se développe au niveau de l encadrement supérieur comme au niveau d un certain nombre de salariés. Un certain nombre de projets pertinents sont conduits tant au niveau transverse que dans les branches. La tendance depuis 3 ans est au renforcement du système en place. Un système de reporting fiabilisé est en cours de structuration. Il permettra à terme de piloter les performances RSE du Groupe. Au niveau du domaine «Vision en termes de Responsabilité Sociétale et Gouvernance», l un des 7 domaines-clés de la norme ISO 26000, il est relevé que l ISO est naturelle et en phase avec les valeurs coopératives de Maïsadour, dont l activité globale est centrée sur la création de valeur sur les territoires en s appuyant sur ses potentiels. Les administrateurs et les salariés ont bien saisi l engagement de Maïsadour sur le développement durable, et le portage des valeurs par les salariés est un aspect différenciant. Une vraie réflexion est en cours sur les cœurs de métiers avec une contribution directe au développement durable, avec une forme d opportunisme qui s inscrit dans une logique responsable. S il n y a pas d analyse systématique et structurée des parties prenantes, il existe une veille en lien avec les activités qui permettent d identifier les risques et opportunités majeures. L organisation globale du groupe fonctionne bien et apparaît satisfaisante. Des voies de progrès existent évidemment, comme par exemple la conduite d une analyse des risques formalisée dans les activités en rapport avec la sphère d influence, ou le nécessaire renforcement des outils permettant à chacun de visualiser et de valoriser sa contribution existante ou potentielle au développement durable. Elles font partie des chantiers des années à venir dans le cadre de notre démarche d amélioration continue.

5 Relations et conditions de travail MAÏSADOUR ACTEUR ET RELAIS DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION DE LA COOPÉRATION AGRICOLE Le Groupe Coopératif Maïsadour, parmi 600 coopératives françaises engagées, s est porté volontaire pour financer une campagne de communication sur le modèle coopératif agricole français. Par cette campagne nationale sur trois ans, la coopération agricole met en lumière les LES PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DU BILAN SOCIAL Le Groupe Coopératif Maïsadour compte au 30 juin 2014, salariés, soit une évolution de 12 % due en majeure partie à des opérations de croissance externe sur les périmètres Gastronomie (activités produits de la mer), Nutrition Animale et sur l activité Internationale de Maïsadour Semences. En ETP, notre Groupe a compté collaborateurs marquant une hausse de 7,1 %. Le turn-over (démissions / effectif total) constaté sur le Groupe se situe à 1,88 %, stable par rapport à l an passé. Avec un taux de 2,37 %, le nombre de mobilités intra-groupe s est nettement accru et a concerné 104 personnes. L âge moyen des salariés du Groupe se situe à 42,7 ans, stable par rapport à 2012 / La part des salariés âgés de moins de 35 ans est en légère hausse pour se situer à 30,6 % de l effectif global (28,1 % en N-1). Les frais de personnel s élèvent à 183,6 M (hors filiales à l étranger), soit une augmentation de 8,9 %. Cette hausse est générée en grande partie par l accroissement d effectifs que le Groupe a connu sur l exercice. Ce montant met aussi en avant le poids économique que Maïsadour représente dans le Sud-Ouest. SANTÉ, SÉCURITÉ, BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL Pour ce qui est de l absentéisme, le taux du Groupe se situe à 5,30 %, quasi-stable à + 0,10 %. Les absences pour congé de maternité, congé de paternité représentent 7,6 % de l ensemble des absences. L évolution du périmètre d activité et par conséquent, l évolution des effectifs, concourt largement à ce taux élevé. Le taux d accidents du travail se situe à 1,04 % contre 1,08 % en 2012 / 2013, avec tout de même 475 accidents de travail déclarés. Toutefois, il est à noter une très forte hétérogénéité de situations entre les différents métiers du Groupe. Les actions de prévention en matière d accidents du travail se poursuivent. atouts de son modèle d entreprise démocratique, social, humain et de proximité. Près de 39 millions de Français ont été touchés durant les 6 premières semaines de diffusion télé sur les chaînes TF1, France Télévision, ainsi que sur des chaînes de la TNT dédiées aux décideurs (I-télé, BFM TV ). La campagne s amplifie dès l automne 2014 avec des spots en radio et de nouveau, sur les écrans de télévision. Maïsadour décline les visuels de la campagne au niveau de son siège social, de ses espaces d accueil, et de ses communications écrites et internet. Relations et conditions de travail Le pôle Gastronomie a mobilisé son unité sécurité et le travail de terrain s est renforcé avec l infirmière dédiée chez Delpeyrat. L accent a été mis sur la prévention chez les nouveaux entrants pour qui une forte sensibilisation sur les risques d usage et les précautions d hygiène est faite. La prévention de l appareil locomoteur pour le poste caisse en jardineries a été engagée avec l assistance d un ostéopathe. Cette initiative vise à former les salariés à la compréhension des parties du corps sollicitées et à acquérir des réflexes de «relaxation» afin d accentuer le confort dans leur poste. Sensibilisation au port des Équipements de Protection Individuelle En matière de qualité de vie au travail, il a été expérimenté avec l aide d un cabinet spécialisé, un projet pilote visant à accroître l expression des salariés quant à l organisation du travail qu ils vivent et à objectiver les éléments différenciateurs entre travail réel et travail prescrit. Cette démarche sera poursuivie pour ces entités et, au vu des conclusions, pourrait être déployée sur d autres activités. En matière de suivi de documents uniques et des actions de prévention de la pénibilité, le Groupe s est doté d un outil d aide à la décision, TDC, produit par Coop de France. Ainsi la mise à jour et la traçabilité exhaustive des actions mises en œuvre sont assurées. En partenariat avec la MSA, une conférence a été programmée pour aborder les questions de cancer en agriculture. Un moyen encore de favoriser l expression de chacun et de donner des informations en prise directe avec les réalités du moment. Conférence Cancer et Agriculture en partenariat avec la MSA 5

6 Relations et conditions de travail Il est à noter également que notre coopérative a été honorée une nouvelle fois par la Préfecture des Landes, pour ses actions en matière de prévention routière, dans la catégorie agriculture. COMPÉTENCES, FORMATION Notre Groupe poursuit son effort de formation de ses collaborateurs, mesuré par le taux de contribution qui s élève à 3 %, traduisant ainsi le souhait de maintenir et d accroître les compétences de tout un chacun dans l entreprise. 37 % de l effectif du Groupe a bénéficié au total de heures de formation. Par ailleurs, 514 stagiaires (écoles, universités, centres de formation) ont effectué une période d immersion dans nos métiers. Ils représentent quasiment 10 % de l effectif et il est à noter que leur présence a aussi mobilisé leurs responsables de stage afin que leur parcours leur soit le plus profitable possible. Aramis Formation, notre organisme de formation interne, accroît ses prestations en interne. Plus de 30 % des heures de formation sont aujourd hui assurées par notre structure. Notre Groupe a permis la réalisation de plus de 80 DIF et a initié une centaine de périodes de professionnalisation. Autant de chiffres qui témoignent du souci du Groupe Coopératif Maïsadour d accroître l employabilité de ses collaborateurs. Le travail sur la formation des collaborateurs du Groupe s accompagne d un travail sur la communication des différentes opportunités qui sont présentes au sein du Groupe. Ainsi le logiciel de gestion des candidatures externes évolue pour permettre une meilleure visibilité pour les collaborateurs du Groupe sur les offres internes à pourvoir, ainsi que pour permettre aux recruteurs du Groupe de mieux connaître les souhaits de mobilité des salariés. La direction des ressources humaines entame également une démarche visant à promouvoir nos métiers via les réseaux sociaux et les différents créneaux de communication utilisés pour le recrutement. DIALOGUE SOCIAL Cet exercice a été marqué par les élections professionnelles pour l ensemble des sociétés du Groupe. Pour la première fois, le vote électronique a été initié pour le Pôle Agricole. Les équilibres syndicaux restent sensiblement les mêmes et la représentation syndicale est assurée par la CFDT, CGC, CGT et FO. Une dizaine d accords a été signée au sein du Groupe, témoignant d un dialogue social soutenu et constructif. Ces accords ont concerné des sujets comme les salaires, le temps de travail, la santé DIVERSES ACTIONS AU NIVEAU DES BRANCHES D ACTIVITÉ Depuis 2011, 59 % de nouveaux embauchés pour Maïsadour Semences au sein de l équipe commerciale et marketing. Désormais deux sessions annuelles «Corporate» sont planifiées pour intégrer les nouveaux salariés. C est ainsi cinq sessions de formation annuelle pour acquérir des compétences dans les domaines Agronomie (fondamentaux et cultures distribuées par Maïsadour Semences), Produits (présentation de l offre et des variétés), techniques de vente (visites, démonstrations, gestion des réclamations), Expertise et Conseil Maïsadour Semences ou encore utilisation de l outil de management de la relation client (CRM : Customer Relation Management) ont été organisées. Au niveau du Pôle Volailles, Fermiers du Sud-Ouest poursuit son plan d action Sécurité. Citons un travail engagé sur les Risques Psychosociaux, la mise en place de stages de conduite «Centaure» pour les commerciaux, le projet de sécurisation du site de Saint-Sever (canalisation des flux entrants, travail sur l anti-intrusion ). Pour l activité Jambon du Pôle Gastronomie, un travail est réalisé pour améliorer la pénibilité au niveau des postes de découpe. ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES La parité Femmes / Hommes est quasiment atteinte puisqu elle se situe à 49,7 % de l effectif du Groupe. Néanmoins, la diversité des métiers œuvrant au sein du Groupe fait apparaître davantage d hétérogénéité de ce taux. Les métiers relevant du Pôle Agricole marquent un déséquilibre plus net (bien qu en régression constante) eu égard à la nature des professions qui y sont exercées et au poids de l histoire. L encadrement représente 11 % des effectifs et le taux de féminisation y est de 22,2 %, en hausse par rapport à N-1. Les agents de maîtrise représentent 18 % du total des effectifs du Groupe et la proportion de femmes se situe à 42 %. Ces indicateurs sont en nette hausse par rapport à 2012 / Un opérateur sur poste dans le Pôle Jambon

7 Loyauté des pratiques Loyauté des pratiques BONNES PRATIQUES DES AFFAIRES Suite aux aléas climatiques de 2013, Maïsadour Semences a travaillé à un plan d actions dédié à la gestion des achats de semences et à la rémunération des agriculteurs. Avec des résultats de rendement d objectifs observés à 66 %, en décalage avec une rémunération indexée sur un objectif fixé à 100 %, la Direction a souhaité remonter la rémunération globale des productions à 90 % sur les trois espèces: maïs, tournesol et colza. Pour cela, trois moyens ont été mis en œuvre : rémunération des quantités livrées en fonction de la qualité observée, assurance contre les aléas climatiques de tous ordres et obligation d assurance pour les cultures contractuelles avec la mise en place d une gestion centralisée, création d une caisse complémentaire de risques alimentée par Maïsadour Semences et les producteurs. Ces moyens ont été réalisés en interaction avec les groupements de producteurs de semences de chacune des espèces. Cette action a pour objectifs de sensibiliser / informer et de développer un outil d achats responsables qui se présentera sous la forme d une plateforme sur laquelle le fournisseur viendrait mettre ses données (certificats d alimentarité ). Ses intérêts : réduction des coûts donc création de valeur, maîtrise des risques, fédération des équipes sur des stratégies nouvelles. Le retour d expériences permettra une vulgarisation et une diffusion auprès d un maximum d entreprises de ce secteur d activité. Articulée autour de six grandes phases, cette action collective A.R.A part d une analyse des pratiques existantes, la rédaction d un cahier des charges des outils, la sélection du prestataire, le suivi du développement des outils et de pré-validation du logiciel, la formation des entreprises-pilotes aux achats responsables et au logiciel A.R.A, pour aboutir à un colloque de présentation des résultats. Delpeyrat Traiteur expérimente cette action pour le Groupe. Selon ce premier retour d expériences, le déploiement de cette action à d autres branches du Groupe sera envisagé. «COMPLIANCE» ACHATS RESPONSABLES Dans le cadre du collectif 3D (Destination Développement Durable ), une action collective Achats Responsables Agro-alimentaires (A.R.A) a été lancée sur 2014 et concerne huit entreprises coopératives agricoles ou industries agro-alimentaires. En matière de respect des droits fondamentaux, Maïsadour Semences s attache à appliquer sur les territoires où elle est présente les droits fondamentaux appliqués en France. Ainsi, en 2014, une action «compliance» a été conduite dans le cadre du projet de développement ukrainien mené en partenariat avec l actionnaire Syngenta Seeds. Des sessions de formation ont permis de travailler sur la maîtrise des risques de mauvaises pratiques, notamment pour des questions relatives au respect des droits de l Homme. Les formations menées sous la forme de jeux de rôles et d autoévaluation valident la qualification des participants pour l application du «code de conduite» établi par notre actionnaire Syngenta Seeds. Cette action sera reprise pour être déployée à la majorité des filiales de Maïsadour Semences. 7

8 Loyauté des pratiques BIEN-ÊTRE ANIMAL Le Groupe poursuit ses implications dans les projets externes traitant du bien-être animal. Sur 2014, le projet Bien-Être des canards (BEC) soutenu par France Agrimer et le CIFOG se poursuit. Il s agit de définir des indicateurs de bien-être pour le canard à foie gras. Dans le même esprit, le démarrage du projet EBENE (ITAVI_CIFOG) a pour ambition d anticiper la future réglementation 2015 sur le bien-être animal, en développant un outil, pratique et partagé, d évaluation du bien-être. La démarche d EBENE vise à objectiver le bien-être animal dans les systèmes existants, en créant un outil de progrès pour les filières en adéquation avec les attentes de la société, tout en étant force de proposition auprès de l administration. Ces indicateurs pourront être valorisés pour communiquer auprès du grand public et veilleront à protéger la production française. Fait marquant de l exercice, l ensemble des acteurs de la filière palmipèdes à foie gras réunis au sein du Comité Interprofessionnel du Foie Gras (CIFOG) a souhaité la mise en place d une démarche de garantie des bonnes pratiques d élevage des palmipèdes à foie gras. C est ainsi que la charte PalmiGconfiance a été rédigée. Elle vise à prouver que l élevage est pratiqué par des éleveurs responsables, dans le respect du bien-être de l animal et des règles de bonnes pratiques. Pour le Groupe déjà engagé dans des démarches qualité telles que la démarche NF V ou les signes de Qualité et d Origine, les étapes de validation techniques devraient être grandement facilitées. Dans le cadre de l évolution réglementaire stipulant la mise aux normes des salles de gavage pour le 1 er janvier 2016, les réseaux de producteurs Maïsadour et Provif affichent un taux de mise en conformité à 50 % à cette fin d exercice 2013 / 2014, conformément aux objectifs. En volailles Label Rouge, Élevage Service et les services techniques Productions Animales ont mis au point un nouveau bâtiment, «le Liberté», conçu pour diminuer les coûts d investissements et d énergie, et réduisant le prix d un projet clé en main de 20 % par rapport à l actuel. Ce nouveau bâtiment mis au point et commercialisé par Élevage Service rend le travail de l éleveur plus facile car il a été pensé pour permettre une gestion de l élevage plus autonome et automatique. Avec de nouvelles dimensions pour optimiser les chutes de matériaux, il est plus large et moins long, plus hermétique avec des ouvrants plus petits. Il est aussi moins clair, pour répondre aux problèmes de nervosisme des animaux. Pour la sortie des volailles, deux trappes «guillotines» à ouverture centralisée par treuil, apportent plus de confort au producteur. Un seul radiant utilisé à son meilleur rendement suffit pour le chauffage et génère moins de perte de gaz en veilleuse. L abreuvement par pipettes sur deux lignes garantit une bonne répartition des animaux sur l ensemble de la structure, une économie d eau et une meilleure qualité des litières en limitant le gaspillage. Si ce nouveau bâtiment contribue au bien-être des animaux, il représente aussi un outil pour la redynamisation du réseau de production et présente des atouts techniques et économiques pour nos éleveurs. 8 Nouveau bâtiment «Liberté» destiné aux productions de volailles Label Rouge

9 QUALITÉ Fort d une longue expérience de certifications, le Groupe Coopératif Maïsadour pérennise les systèmes existants, tout en veillant à ce qu ils soient des moteurs de l amélioration au sein des différentes activités. Le Groupe dispose donc d un vaste panel de certifications concernant : Les Systèmes de management de la qualité, de l environnement, de la santé et sécurité au travail ou des problématiques RSE / développement durable. Les Produits, que ce soit par les Signes d Identification de Qualité et d Origine tels que Label Rouge, l IGP, ou par l application de référentiels distributeurs (IFS, IFS Logistique, BRC). Les Conditions de production pour l agriculture biologique, ou encore les référentiels privés à orientation environnement (Global Gap, Tesco Nurture, Leaf ). Les Services comme déployés avec le référentiel S-314 «Services et conseil agricoles» sur la branche Productions Végétales. TRAÇABILITÉ : DES FILIÈRES MAÎTRISÉES ET PÉRENNES Soucieux d être toujours en phase avec les attentes de ses consommateurs, Delpeyrat développe son offre de produits. Fait marquant de l année 2014, le lancement de la gamme Gers qui vient en réponse au 1er critère de choix d achat du consommateur, l origine du produit. Tout comme le lancement de la gamme Périgord en 2011, la gamme Gers valorise une filière maîtrisée, un ancrage territorial fort avec ses différents intervenants (élevage et transformation) implantés au cœur d un bassin de production reconnu pour son authenticité et son art du «bien-vivre». Delpeyrat renforce également son positionnement sur les produits «haut de gamme» en se lançant sur le marché du saumon fumé. En réponse aux attentes des consommateurs et dans un contexte controversé sur les conditions d élevage, Delpeyrat développe un «Saumon fumé supérieur». Questions relatives aux consommateurs Questions relatives aux consommateurs Celui-ci se différencie essentiellement sur trois critères : le salage au sel sec, la garantie d un produit jamais congelé, et un produit 100 % filet garantissant l absence de chair brune. Également à la gamme, l appellation «100 % Sud- Ouest» qui vient valoriser la filière complète présente au sein du Groupe Coopératif Maïsadour. Elle permet d apporter au consommateur des garanties plus complètes sur l origine Sud-Ouest des produits de la filière palmipèdes gras. Une traçabilité au sein d une filière maîtrisée, depuis les canards aux canetons jusqu au produit fini en passant par le maïs nourrissant les animaux, sont autant d atouts qui démontrent une maîtrise complémentaire à l appellation IGP Sud-Ouest. Canards NÉS dans le SUD-OUEST & De parents ÉLEVÉS dan s le SUD-OUEST & CA NARDS ÉLE VÉS DAN S LE SUD- OU EST & Canards engraissés au maïs CHARTE QUALITÉ GRAND SUD-OUEST La démarche DELPEYRAT : des canards NÉS, ÉLEVÉS & PRÉPARÉS dans le SUD-OUEST. C est la garantie de canards de grande qualité. L OFFRE CLIENT Les jardineries poursuivent la mise en avant de produits alternatifs «responsables». Ceux-ci sont identifiés sur les dépliants par des pictogrammes spécifiques («Fabriqué en France», «produits issus de la coopérative», «imbattables»). Des ateliers sont également organisés en magasins avec des thématiques «responsables» proposées aux clients : jardiner au naturel, comment réussir son potager, les plantes qui résistent à la sécheresse D autre part, le «faire soi-même» est mis en avant sur différentes familles : basse-cour, potager, conserves. Des alternatives aux communications papiers en boîtes aux lettres sont testées : affichage, sms, mailing En matière de protection du consommateur, Maïsadour Semences pérennise les bonnes pratiques relatives à l usage des semences. Ainsi, tous les sacs de semences traitées sont identifiés et les consignes spécifiques d utilisation sont portées par un livret directement positionné sur le sac. Ce livret, édité en huit langues, permet aux utilisateurs finaux de vente de Maïsadour Semences d avoir accès aux informations nécessaires à la manipulation des semences traitées. 9

10 Environnement L ÉNERGIE La branche Productions Végétales poursuit ses actions en matière d optimisation énergétique. Le séchage, cœur de métier industriel de la branche, fait l objet de plans d actions d amélioration visant la performance énergétique. Citons l exemple de la supervision du silo de Tartas, doté d un outil de pilotage de process et de gestion de l énergie (gaz et électricité), mise en place avec l aide d un prestataire local, Sertelec. Désormais, le responsable de site dispose de tous les éléments de pilotage de l installation, en particulier les consommations d énergie en temps réel. Environnement Mix énergétique 2013 / 2014 pour le Groupe Gaz Carburants Électricité Pour poursuivre cette dynamique d optimisation, une démarche de management de l énergie (ISO 5001) a été initiée en partenariat avec Coop de France, dans le cadre d une action collective. Un premier audit est prévu courant 2014, l objectif de la certification est fixé à l horizon octobre Le périmètre de certification concerne la branche dans son intégralité et toutes énergies y compris le poste carburant. Au niveau du Groupe, le raisonnement des performances énergétiques se poursuit, grâce à la prise en compte des dispositifs des certificats d économie d énergie «C2E». Au global sur l exercice sept opérations ont été conduites représentant 19,9 GWh CUMAC, d une valeur de euros. Les activités Productions Animales et Élevage Service poursuivent leurs travaux sur les économies d énergie et d eau et notamment, sur l optimisation des ampoules à économie d énergie dans les bâtiments d élevage. Les ampoules dernière génération émettent des longueurs d ondes aux propriétés «calmantes» pour les animaux. Le logement collectif en cours de mise en place pour le gavage permet une économie d eau de % grâce à l abreuvoir central et au recours à des nettoyeurs haute pression à faible débit. Pour le Pôle Volailles, le site de Saint-Sever atteint désormais les 90 % de réalisation de son plan d actions initié suite à l opération «énergie - 20 %». Les sites de Condom et Saramon, pour le bassin de production du Gers, se lancent dans la mise en place de l ISO LE REPORTING ENVIRONNEMENT Le travail de structuration du reporting RSE du Groupe Coopératif Maïsadour, initié en 2012, nous permet désormais de consolider des indicateurs «ENVIRONNEMENT» pour le périmètre du Groupe. Les données consolidées permettent de cartographier le mix énergétique dont le Groupe a besoin pour son fonctionnement. L énergie la plus utilisée reste celle de la famille des gaz (naturel, butane, propane), utilisée à près de 75 % pour les installations industrielles dédiées au séchage sur nos activités du Pôle Agricole (céréales, semences). Répartition poste gaz Pôle Agricole Pôle Jardineries Motoculture Pôle IAA L électricité est la 2 ème énergie la plus utilisée sur le Groupe, en majeure partie sur le pôle industrie agro-alimentaire. Répartition poste électricité Pôle IAA Pôle Agricole Pôle Jardineries Motoculture 10

11 Environnement Toutefois, le Pôle Gastronomie reste le plus utilisateur de cette énergie pour le fonctionnement des installations industrielles. Répartition des consommations électricité par branches d activités Pôle Gastronomie Pôle Volailles Pôle Jardineries Motoculture Branche Productions Animales Siège Maïsadour Fonctions Support Branche Productions Végétales Branche Semences Branche Nutrition Animale Branche Légumes Maroc Citons les carburants qui regroupent les consommations liées aux transports internes et aux déplacements (la part importante restante des carburants liée au poste de transport externe affrété ou contractuel n est pas intégrée à cet indicateur). Notons néanmoins le recours au carburant B30 (30 % de biodiesel Diester mélangé à 70 % de gazole) sur l activité Céréales-Agrofournitures pour une part croissante qui représente 73 % des consommations de carburant globales. D un point de vue du changement climatique, les rejets de gaz à effet de serre liés à ces consommations d énergies non renouvelables représentent Tonnes de C0 2 sur l ensemble du Groupe Coopératif Maïsadour. Le recours aux énergies renouvelables se matérialise notamment par la mise à disposition des toitures de nos installations industrielles permettant la production d énergie photovoltaïque. Pour l exercice la production s élève à 2,5 GWh. Enfin, l utilisation de l eau est résumée par l usage d eau de réseau essentiellement pour les usages industriels des activités agro-alimentaires. Pour ces dernières, notons la mise en place de circuit de recyclage pour 2 % des consommations globales. Le Pôle Agricole pour l usage de l eau s entend ici pour toutes les utilisations courantes pour le fonctionnement des sites. Répartition poste eau En ligne avec les exigences de reporting issues de l article 225 du Grenelle 2, le Groupe est désormais outillé pour finaliser son reporting RSE. Nous nous attacherons désormais à consolider les données en lien avec les unités fonctionnelles des branches d activité, pour permettre aux opérationnels de disposer d outils de pilotage au plus près de leurs préoccupations. LA LOGISTIQUE Pôle Agricole Pôle IAA L exercice écoulé a permis de travailler aux différentes synergies possibles pour les aspects logistiques. Ainsi un groupe de travail se réunit plusieurs fois par an, pour dégager les plans d actions opportuns pour le Groupe. Citons l exemple du site d Hagetmau, pour lequel une réflexion est conduite sur la mutualisation entre les structures Sud-Ouest Accouvage, Sud-Ouest Prestations et Logistiques et ALSO (Alliance Logistique du Sud-Ouest). Concernant le Pôle Gastronomie, 2014 est l année de création d une unité de centralisation des expéditions sur le site de Bas-Mauco pour le pôle Terroir. Le site logistique de Thouars est lui dédié à l activité logistique Saumon. Pour Comtesse du Barry, la logistique a été réorganisée (2 ème exercice de fonctionnement) avec l intégration des logistiques de négoce et mutualisation sur le site de Gimont. La structure ALSO sera finalisée en octobre Cette joint-venture avec le Groupe Mousset vise l optimisation des structures des logistiques Amont canards et industrielles, avec une planification centralisée et une mutualisation des logistiques inter-sites avec la division Jardineries. 11

12 Environnement 12 Au niveau du siège social, l investissement dans un véhicule 100 % électrique est une nouvelle illustration de l engagement du Groupe en matière de préservation de l environnement. Ce véhicule équipé d un système électrique permet de ne rejeter aucun gaz à effet de serre. Véhicule électrique au siège Maïsadour Pour la branche Nutrition Animale, les axes de travail pour la logistique s articulent autour de la mise en œuvre d un plan d amélioration sur deux ans, résultant de l analyse des flux logistiques (gain de 1,8 M attendu), la mise en place d un logiciel d aide à la planification des livraisons pour le site de Saint- Sever, et la poursuite de création de plateformes de livraison et de spécialisation des sites au plus près des éleveurs. LA MESURE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Dix ans après l émergence des premières méthodes de comptabilisation des émissions (Bilan Carbone ), les bilans Gaz à Effet de Serre sont devenus incontournables dans les démarches des entreprises et des collectivités. La réglementation française est venue confirmer cet enjeu. Le colloque GES, organisé par l Adème en octobre 2013, a permis de réunir des entreprises et des collectivités pour débattre sur le sujet, les avancées de chacun..., le Groupe Coopératif Maïsadour a ainsi été amené à témoigner, pour évoquer son retour d expériences et a été sollicité pour participer à une phase de test sur une mise en place de méthodologie d évaluation des impacts GES. Deux exemples ont ainsi été traités et ont permis de mettre en évidence des réductions d émissions de GES non négligeables, sur les Fermiers Landais pour des actions de réductions de consommations d énergie suite à un diagnostic énergie, et chez Maïsadour Céréales pour l optimisation du transport. LA PRÉVENTION DES POLLUTIONS Pour Maïsadour Semences, la maîtrise de l impact environnemental des activités comporte notamment celle des émissions de poussières contenant des produits de traitement. La démarche de reconnaissance initiée en France, il y a maintenant plusieurs années, par l UFS et le GNIS-SOC a conduit à l élaboration de la certification «Plan Qualité Poussière». Cette démarche nationale a trouvé un écho européen au niveau de l ESA (European Seed Association) pour construire un modèle applicable à l ensemble des sites industriels des pays membres. L ESTA (European Seed Treatment Assurance Scheme) permet donc de mettre en œuvre une démarche de prévention des risques sur les domaines de la sécurité (applicateurs et utilisateurs) et de l environnement (usines et champ). Cette démarche engagée sur l ensemble des sites industriels de Maïsadour Semences en 2013 / 2014 doit se concrétiser par une certification globale en octobre LA GESTION DES DÉCHETS ET LA VALORISATION DES CO-PRODUITS Les différentes actions de tri des déchets se poursuivent sur les activités du Groupe. A noter, Fermiers du Sud-Ouest trie désormais le plastique provenant des usages de films étirables. Des actions ont été conduites pour l optimisation du traitement des eaux de rejets des abattoirs. Des projets de méthanisation sont à l étude, impliquant des sites du Groupe. Ainsi un projet sur le site vendéen du Pôle Gastronomie permettant la production de 1,5 MWatts sur tonnes de déchets est à l étude. Sur le site Delpeyrat de Saint-Pierre-du-Mont, les travaux pour l installation de la chaufferie bois ont avancé, et devraient permettre une mise en route courant automne Travaux d installation de la chaufferie bois sur le site Delpeyrat de Saint-Pierre-du-Mont

13 Agriculture durable AGRICULTURE DURABLE En matière de techniques agronomiques innovantes, depuis 2012 le Groupe Coopératif Maïsadour a impulsé une nouvelle dynamique qui s appuie sur l agroexpérimentation conduite avec des agriculteurs volontaires. Implantés, conduits et suivis par le Service Agronomie du Groupe Coopératif Maïsadour avec une forte implication de l agriculteur adhérent concerné, ces Agrosites sont consacrés à l étude de différents facteurs de production et itinéraires techniques, à travers une batterie d indicateurs économiques et environnementaux, suivis sur 7 ans au minimum. Les cinq agriculteurs membres du réseau d expérimentateurs sont devenus de véritables experts et partagent leur expérience, leurs ressentis et leurs résultats lors de ces journées. Plusieurs réseaux de référence et groupes de travail sont en place pour exploiter et diffuser les enseignements recueillis. La qualité de l eau est un enjeu majeur pour la santé et l environnement comme pour l économie. Depuis plusieurs années déjà, le Groupe Coopératif Maïsadour mène des actions pour préserver la qualité des ressources en eau dans les Landes. Le projet le plus innovant est l étude expérimentale sur le bassin amont de la Gouaougue et plus précisément le micro-bassin (451 ha) contournant le village de Doazit. Il s agit ici de mettre en œuvre une démarche alliant expertise et innovation, autour de l analyse détaillée de l hydrologie et de la qualité de l eau via une métrologie adaptée. Un diagnostic environnemental prend en compte les spécificités des parcelles pour identifier les voies privilégiées de transfert des produits phytosanitaires dans l eau. Le but est de mettre en place des micro-aménagements faisables, acceptables et appropriables par les agriculteurs à l échelle de l exploitation ou de la parcelle et d évaluer leur efficacité réelle, en termes de qualité de l eau à l exutoire du micro-bassin. De la même manière que les autres projets (Orist, Arbouts ), le Groupe Coopératif Maïsadour s est associé à la Chambre d Agriculture des Landes, trois agriculteurs du bassin, l Agence de l Eau Adour Garonne, la Fédération départementale des Cuma, des fournisseurs et Arvalis - sous forme de Comité Opérationnel - afin de mutualiser les compétences de chacun. Le bureau d étude environnemental Envilys a été mandaté pour le diagnostic. L intégralité des parcelles a été prise en compte dans l outil d aide à la décision et de traçabilité de la protection des cultures Phtynès, déployé par InVivo. Plus d une centaine d hectares a été évaluée au niveau efficacité du désherbage, par deux stagiaires, grâce à l outil VigieFlore de Syngenta. Au niveau solutions agronomiques et aménagements parcellaires, un choix d une vingtaine d actions a été proposé aux agriculteurs comme le passage aux techniques culturales simplifiées, l utilisation du cloisonneur inter-rang (qui permet de créer de petites «cuvettes» en inter-rang pour limiter le ruissellement dans les parcelles en pente), ou encore un diagnostic Aquasite (outil Arvalis sur l emploi des produits phytosanitaires sur l exploitation). 30 ha ont été «griffés» en supprimant le labour, 7 ha ont reçu l outil de cloisonnement de l inter-rang, un diagnostic Aquasite a été réalisé et deux programmés. De plus, pour l automne, des agriculteurs ont souhaité implanter des inter-cultures pour ne plus laisser leur sol nu pendant tout l hiver et ainsi, limiter le risque de transferts dans l eau. En parallèle, afin de pouvoir proposer des stratégies de désherbage mixte à efficacité maximum tout en maîtrisant l impact sur l environnement, le service Agronomie-Environnement de Maïsadour a mis en place un essai désherbage alternatif, sur la commune d Eyres-Moncube, utilisant la sarcleuse à guidage optique de la Cuma d Hagetmau. Celle-ci a prouvé son efficacité après de longs réglages nécessaires à un bon désherbage mécanique, à seulement quelques centimètres du rang. 13

14 Communautés et développement local Communautés et développement local 14 LA CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORALE (CET) ET LA TAXE D APPRENTISSAGE La CET a été instaurée par la loi de finances pour 2010 et a pris le relais de la taxe professionnelle. Elle est assise sur deux éléments qui ont chacun leurs propres modalités de calcul et d imposition, la valeur de l immobilier détenu et la valeur ajoutée dégagée par l entreprise. Elle est versée, pour partie, aux communes, aux départements et aux régions des sites et/ou des sièges sociaux des sociétés. Le montant total pour le Groupe Coopératif Maïsadour, comptabilisé sur l exercice, a été de 8,8 millions d euros. La taxe d apprentissage est un impôt institué en 1925 pour financer la formation des apprentis auquel sont soumises la plupart des entreprises privées françaises. Son montant est normalement de 0,50 % de la masse salariale, montant total des rémunérations brutes versées par une entreprise à ses collaborateurs. Elle est collectée pour 52 % par des organismes collecteurs agréés, qui financent l apprentissage, et versée pour 48 % aux établissements de formation, publics ou privés, que choisit librement l entreprise. Le montant total pour le Groupe Coopératif Maïsadour, comptabilisé sur l exercice, a été de 1 million d euros. La part libre a été versée à environ 200 établissements différents. UNIVERSITÉ D ÉTÉ DE LA COMMUNICATION ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE : ENSEMBLE, PENSONS L AVENIR Depuis trois ans, le Groupe est partenaire de l ACIDD (Association Communication et Information pour le Développement Durable) dans la mise en place de leur événement annuel, l université d été de la communication et du développement durable. Cette manifestation, résolument tournée vers l avenir, propose aux participants durant deux jours de relancer l intérêt et l action pour un développement durable comme source de nouvelles prospérités. Pour ce faire, l association s est engagée vers une démarche innovante, non plus uniquement centrée sur une approche pédagogique et didactique. Les participants créent ensemble un nouvel imaginaire et l explorent. A l issue de ce «brainstorming géant», l association édite un rapport qu elle fait parvenir aux autorités compétentes. Pour l édition 2014, près de 300 penseurs de tous horizons (agriculture, médias, technologie, énergie, agroalimentaire, transports ) ont été invités à réfléchir à «Comment parler de développement durable ou de lutte contre les changements climatiques sans se réconcilier avec la notion de progrès, sans croire aux possibles?». Pour chaque édition, des experts du domaine sont invités à échanger avec les participants. Cette année, parmi les intervenants, Brice Lalonde, ancien ministre, ancien ambassadeur, conseiller pour les Nations-Unies, a ainsi pu partager sa vision et ses idées avec les chercheurs en herbe. Retrouvez la liste des intervenants et le programme de la manifestation sur le site de l université d été : JARDINERIES Des animations en partenariat avec les acteurs locaux sont systématiquement mises en place. Par exemple, pour la fin d année autour du repas de fête et des enfants, des animations en magasins en partenariat avec les écoles pour la maison «Casagami», des décors en magasins assurés par des centres de loisirs locaux, des balades en calèche, la mise en avant de recettes terroirs avec un salarié autour des produits de la coopérative. En partenariat avec le Conseil Général des Landes, des guides de bonnes pratiques du jardinage ont été distribués en magasins et des animations organisées autour de ce thème. Le déploiement de «relais vêtements» sur les parkings des magasins se poursuit avec en 2013, 54 tonnes récoltées, soit l équivalent de 4 jours de travail pour une équipe de 40 personnes. MAÏSADOUR SEMENCES développe de bonnes pratiques en matière de modèle territorial en Ukraine où elle accompagne financièrement et techniquement ses producteurs dans la mise en place de systèmes d irrigation performants des parcelles de production de semences. L objectif de 80 % des surfaces irriguées en production des semences a été atteint pour la campagne de production La mise en œuvre du projet «Milky-way» constitue un point essentiel dans les orientations de Maïsadour Semences. Ce partenariat avec Jouffray-Drillaud (filiale du Groupe Coopératif Terrena) constitue un axe stratégique de développement à destination des agriculteurs spécialisés en élevage. Des ambitions partagées : devenir un acteur incontournable de l alimentation des ruminants grâce à une offre unique, complète et innovante, optimiser et sécuriser la production des fourragères des élevages, augmenter la productivité des élevages : produire plus de lait / viande, améliorer la rentabilité des élevages : maîtriser les coûts d alimentation, autonomie fourragère accompagner la distribution et les éleveurs.

15 Communautés et développement local MAÏSADOUR, DELPEYRAT ET UNIVITIS S UNISSENT DANS LE VIN DESTINÉ EXCLUSIVEMENT À L INTERNATIONAL L association de ces trois partenaires prend son origine dans les liens qui associent déjà les deux coopératives Maïsadour et Univitis, pour leurs activités viti-vinicoles. Mais au-delà des données économiques et des stratégies de commerce international, le partenariat est aussi basé sur un partage des valeurs véhiculées par la gastronomie française et les produits du Sud-Ouest. Au travers de ce développement à l international, le Groupe Coopératif Maïsadour promeut l excellence du savoir-faire et des pratiques coopératives. Delpeyrat se positionne comme la marque transversale de la gastronomie française à travers le monde et Univitis poursuit le développement de ses ventes de vins en bouteille à l export. Destinés exclusivement à l export, les vins Delpeyrat seront vendus en complément des autres produits de la marque : foie gras, charcuterie, coffrets cadeaux Delpeyrat propose ainsi dans le monde entier une gamme complète de produits représentant la gastronomie française. Cette nouvelle gamme, composée d un Bordeaux rouge, d un Bordeaux blanc sec et d un Sauternes, se positionne au niveau supérieur des vins de Bordeaux en termes de toucher, de complexité, d équilibre et de longueur. Fidèles à la recherche permanente de qualité de la marque pour tous ses produits, les vins Delpeyrat garantiront une constance gustative dans le temps, point essentiel de réassurance sur le marché international. COLLABORATIONS EXTERNES Dans le cadre de la réactualisation de son 1 er Bilan carbone réalisée en 2008, le CIVB (Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux) a intégré Maïsadour au sein de son Comité de pilotage en Cinq ans après, l interprofession a fait le point, afin de mesurer les progrès parcourus et «accélérer le passage à l action dans le cadre du plan climat 2020» des vins de Bordeaux, qui vise à atteindre une baisse de 20 % des émissions de GES. Journée «Agriculture et changement climatique» de l APCC (Association des Professionnels en Conseils Carbone) le 7 novembre 2013 : le Groupe Coopératif Maïsadour a témoigné sur le thème «Comprendre la démarche du Groupe et les enseignements depuis l engagement» En 2014, Maïsadour est devenu membre adhérent Afnor. Cette adhésion permet à Maïsadour d être informé des différentes évolutions normatives pouvant intéresser le Groupe. Cette année, la branche Productions Animales a ainsi pris part au comité de normalisation U47D «Élevages - Décontamination». 15

16 Directeur du Développement Durable Michel MONTET Responsable Développement Durable Marielle MARJOLLET Groupe Coopératif Maïsadour - Octobre Crédits photos : Delpeyrat, Fermier Du Sud-Ouest, Maïsadour et Fotolia.

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche «Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche Terr avenir» Pour un développement durable Les 3 piliers

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

YMAGIS SA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE (RSE) 2014

YMAGIS SA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE (RSE) 2014 YMAGIS SA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE (RSE) 2014 Les données sociales, sociétales et environnementales présentées concernent, sauf exception explicitement mentionnée, l ensemble des sociétés

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale Mérylle AUBRUN ISO 26000 Responsabilité Sociétale Le concept de RSO RSO RSE = Responsabilité Sociétale des Entreprises Préservation de l environnement Agenda 21 Progrès = le Développement social Durable

Plus en détail

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés

Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés Convention d engagement volontaire des métiers de la propreté & Services Associés entre la Fédération des Entreprises de Propreté & Services Associés, d'une part et le Ministère de l Ecologie, du Développement

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées 1 Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Rassemble, Informe et Propose des mesures et techniques pour faire progresser

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE «Accompagner la CROissance des TPE-PME à travers une stratégie de Développement Durable» (ACRODD MER) La «Responsabilité Sociétale des Entreprises» n est pas une

Plus en détail

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE

BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Points forts en Alsace BILAN DU PLAN AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 EN REGION ALSACE Une collaboration des acteurs de la bio au sein d un pôle de conversion Un engagement des opérateurs d aval sur

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

Responsabilité sociétale

Responsabilité sociétale Responsabilité sociétale Rapport d activité 2014-2015 Édito «La RSE s intègre tout naturellement dans la gouvernance de l entreprise» (O.R.S.E. www.orse.org - 2011) Initiée en 2007/2008, notre démarche

Plus en détail

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille

Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille Direction du réseau Paris, le 21 février 2014 Projet de réorganisation des expertises de la branche Famille INC du 13 mars 2014 1 1. Contexte Les Prm ont été créés en 2002 et trouvent leur fondement dans

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus DOSSIER DE PRESSE prios groupe éditeur sectoriel Créée en 1990, La société PRIOS s est spécialisée dans deux activités principales : l agro-alimentaire et l équipement de la personne (gamme Estelle). Depuis

Plus en détail

Responsabilité Sociétale Limagrain

Responsabilité Sociétale Limagrain Responsabilité Sociétale Limagrain Face à des enjeux agricoles et alimentaires forts : valorisation durable du métier d agriculteur, sécurité alimentaire et qualité des denrées, optimisation des ressources

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé»

EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé» Pour l avenir de nos enfants Consommons autrement Agence Territoriale de la Consommation Durable SIVED EXEMPLE de Cahier des charges du label «Commerce Engagé» Version 2010 Ce document est un exemple de

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat Mixte pour le Sundgau IGT.ITG 22 rue Saint-Louis 67000 STRASBOURG Tél : 09 52 38 37 65 Fax : 09 57 38 37 65 Courriel : igt.itg@igt-itg.eu www.igt-itg.eu Cabinet ARGOS 8 rue Raymond Bank BP 1523 38025 GRENOBLE cedex 1 Tel :

Plus en détail

Rapport de développement durable 2013

Rapport de développement durable 2013 Rapport de développement durable 2013 SOMMAIRE Editorial p 3 Profil p 3 Activité p 4 Gouvernance p 5 Conseil d administration Comité des rémunérations Comité développement durable Politique de mécénat

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Restauration collective Consommer mieux, consommer local

Restauration collective Consommer mieux, consommer local CONSEIL GÉNÉRAL Direction de la communication Agen, mardi 19 mars 2013 FICHE DE PRESSE Restauration collective Consommer mieux, consommer local A l heure où les Français sont de plus en plus attachés à

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 Sommaire METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 I. STRATEGIE ET BUSINESS MODEL 6 I.A. Vision globale du développement durable 6 I.A.1. Vision et Mission 6 I.A.2. Objectifs et stratégie

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC AGRISUD

PARTENARIAT AVEC AGRISUD PARTENARIAT AVEC AGRISUD Depuis 2008, un partenariat cadre Constatant que, dans certains cas, l organisation de l offre locale ne permettait pas de répondre à la demande de ses Villages en produits frais,

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture. Aurore BAILLY, Animatrice au Pays Loire Nature Touraine Tel 02-47- 55-90- 44 www.paysloirenature.

CASDAR Développement et transfert en Agriculture. Aurore BAILLY, Animatrice au Pays Loire Nature Touraine Tel 02-47- 55-90- 44 www.paysloirenature. Titre : Mise en place, expérimentation et diffusion sur le thème de l agriculture durable et des systèmes innovants GAL : Pays Loire Nature Touraine Région : Centre Priorité ciblée : Développer un territoire

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d études

Cahier des charges pour un appel à projet d études Cahier des charges pour un appel à projet d études Mise en concurrence pour une étude portant sur : L opportunité et la faisabilité de création de 2 CQP dans la Branche de la Mutualité Sociale Agricole

Plus en détail

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois Mai 2013 PNA Vendômois PNA VENDOMOIS Travail réalisé dans le cadre du projet PNA «Pour une restauration SAINE

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES

COMMUNICATION SUR LE PROGRES COMMUNICATION SUR LE PROGRES 2009/2010 Par ce document, je réaffirme l attachement de Havas aux 10 principes du Global Compact et renouvelle notre engagement à les respecter, les promouvoir et à les mettre

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale Perform-EE par Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable PERFORM-EE par Suez Environnement 1 Au XXI siècle,

Plus en détail

PLAN REGIONAL «Midi-Pyrénées Energies 2011-2020» Une action du Plan Climat Régional Considérant Considérant Considérant Considérant Considérant

PLAN REGIONAL «Midi-Pyrénées Energies 2011-2020» Une action du Plan Climat Régional Considérant Considérant Considérant Considérant Considérant PLAN REGIONAL «Midi-Pyrénées Energies 2011-2020» Une action du Plan Climat Régional Considérant les engagements pris lors de l adoption de son Plan Climat 2 en novembre 2009, visant une réduction de 20%

Plus en détail

Quels sont les intérêts de cette démarche environnementale collective?

Quels sont les intérêts de cette démarche environnementale collective? Après le bilan carbone, établi en 2008, et le Plan Climat «Vins de Bordeaux 2020», en 2009, le CIVB a initié début 2010 un chantier innovant permettant à l ensemble des professionnels du vignoble bordelais

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE Bernard Jeanjean, en sa qualité de Président du Conseil d Administration, a confié au Comité d Audit la réalisation des travaux préparatoires et des diligences

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

Le développement durable dans les organisations. Module de base

Le développement durable dans les organisations. Module de base Le développement durable dans les organisations Module de base Quels enjeux pour le développement durable en environnement de travail? Nous allons voir Comment appréhender le thème dans sa globalité Pourquoi

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Manuel de Management QSE

Manuel de Management QSE Manuel de Management QSE Union des Coopératives Agricoles de l ALlier Approuvé par : VERLADIS GUICHARD Yves COURRIER Directeur de COOPACA 4 A Christophe MARCOUX Directeur de VAL limagne.coop La force d

Plus en détail

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales

Action 5.1.1 : Mettre en place des outils d accompagnement technico-économique en matière de pratiques culturales Orientation stratégique n 5 : Innover pour amélior er la productivité des exploitations Objectif opérationnel 5.1 : acquérir des références technico-économiques sur des techniques alternatives Action 5.1.1

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques

Développement Durable Approche d une Maison de Champagne. Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques Développement Durable Approche d une Maison de Champagne Viticulture Durable : Approche et Solutions Pratiques 2 Notre Vision Un engagement de longue date dans l environnement La volonté d aller plus loin

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010

LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 LA NOUVELLE PLATE-FORME LOGISTIQUE DE L AP-HM DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Partenariat Public Privé Signature du contrat de partenariat entre l AP-HM et le groupement d entreprises

Plus en détail

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne

Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne Audit de la Responsabilité Sociale du Réseau des Caisses d Epargne OBJECTIFS DE LA MISSION Le Groupe Caisse d Epargne a demandé à VIGEO d évaluer sa démarche de responsabilité sociale sur le périmètre

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT DE L ENERGIE

LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT DE L ENERGIE LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT DE L ENERGIE Daniel Cappe, Vice président de l ATEE Audit énergétique en entreprise, Pollutec, 05 décembre 2013 Audit énergétique en entreprise Pollutec - 5 décembre 2013

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 125 Mai 2012 ECONOMIE ET EVALUATION DÉVELOPPEMENT DURABLE Expérimentation de l affichage environnemental sur les produits agro-alimentaires Premier retour

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE Mettre en place une stratégie...2 Pilotage et tableau de bord du système.2 Réussir les audits...3 Management de la Qualité ISO 9001...3 Management de l Environnement ISO 14001.4 Management de la Santé

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture

Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture Dubin B, Cariglia A., Sommer M. CERFRANCE, 23, Chemin Piton Défaud, BP 148 97863 Saint-Paul La Réunion benoit.dubin@974.cerfrance.fr,

Plus en détail

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com *Chaîne logistique AMÉRIQUES 45 agences 8 pays 950 collaborateurs Europe 157 agences 22 pays 5 710 collaborateurs ASIE-PACIFIQUE 136 agences 24 pays 3 950

Plus en détail

COE- séance du 8 novembre 2011. L insertion par l activitl. activité économique. Bertrand MARTINOT

COE- séance du 8 novembre 2011. L insertion par l activitl. activité économique. Bertrand MARTINOT COE- séance du 8 novembre 2011 L insertion par l activitl activité économique Bertrand MARTINOT 1 INTRODUCTION L Insertion par l activité économique est un secteur en évolution qui a fait l objet d un

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE DU 15 JUILLET 2009 RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES PREAMBULE GENERAL : Dans le contexte en profonde

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015

Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015 Révisions ISO 9001 et ISO 14001 : abordez le virage en 2015! Atelier découverte Rodez mardi 17 novembre 2015 1 Objectifs de l atelier Appréhender «l esprit et le sens» des principales évolutions de l ISO

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil)

Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) F ENERGIE CHAMPS ABORDES Schéma synthétique du bilan énergétique d un territoire (réalisation : Etheis Conseil) Le schéma ci-dessus représente les éléments à analyser pour l évaluation du bilan énergétique

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE (2 juin 2004) (Etendu par arrêté du 10 novembre

Plus en détail

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets

Cahier des Charges en vue de consultation des prestataires dans le cadre d un appel à projets Actions de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Industries de Santé Projet de renforcement des compétences dans les Industries de Santé Action nationale Emploi/ Formation n 9.2 : Projets

Plus en détail

Licence professionnelle Management de la relation commerciale

Licence professionnelle Management de la relation commerciale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de la relation commerciale Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

TRANSPORT, LOGISTIQUE, SUPPLY CHAIN * sdv.com. *Chaîne logistique

TRANSPORT, LOGISTIQUE, SUPPLY CHAIN * sdv.com. *Chaîne logistique TRANSPORT, LOGISTIQUE, SUPPLY CHAIN * sdv.com *Chaîne logistique AMÉRIQUES 45 agences 8 pays 980 collaborateurs EUROPE 169 agences 21 pays 5 690 collaborateurs ASIE-PACIFIQUE 136 agences 24 pays 4 300

Plus en détail

PROJET DE PARTENARIAT

PROJET DE PARTENARIAT PROJET DE PARTENARIAT Devenir consultant labellisé TPE/PME Partager un projet commun pour développer son activité. QUALINOVE / Christophe VILLALONGA 14, Rue Professeur Deperet 69 160 TASSIN LA DEMI LUNE

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Démarche en éco-conception : enjeux et avantages

Démarche en éco-conception : enjeux et avantages Démarche en éco-conception : enjeux et avantages Eco-conception : quels enjeux pour l entreprise? Eco-conception : quels enjeux pour l entreprise? Pressions environnementales Pollution de l air Pollution

Plus en détail

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable

Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Compte Rendu : Assises des filières locales pour la construction durable Troyes les 22 et 23 mai 2013 Les 22 et 23 mai derniers se sont tenue à l IUMP de Troyes (10), les premières Assises des filières

Plus en détail

Rév : K. Programme de Janvier 2014

Rév : K. Programme de Janvier 2014 CATALOGUE des FORMATIONS Programme de Janvier 2014 Rév : K Siret : 448 016 543 SARL au capital de 7500 APE : 741G 1/13 Ce catalogue de formations Intra entreprise est adaptable à vos besoins. Il est issu

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation

Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation Observatoire Marocain du Commerce Extérieur Un ambitieux projet de transformation Projet de présentation de la réunion du Bureau Exécutif du 15 novembre 2011 Sommaire 1 CONTEXTE 2 DEMARCHE DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail