Puberté normale et pathologique.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Puberté normale et pathologique. agnes.linglart@bct.aphp.fr"

Transcription

1 Puberté normale et pathologique

2 GnRH LH FSH Ovaires Testicules

3 GnRH LH/FSH Fetus Enfance Puberté 1-2 ans 4-9 ans Inhibition centrale Puberté Première ovulation

4 Développement prématuré isolé des seins (Prémature thélarche)

5 figure 2 INHIBITEURS STIMULATEURS GABA NPY Mélatonine Opioïdes Glutamate + NEURONES à GnRH en RESEAU + Noradrénaline GENERATEUR de PULSATIONS + TGFa GnRH

6 FACTEURS GENETIQUES FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX 50-75%? %?

7 Puberté chez les filles

8 Développement pubertaire normal : filles S ± 1.1 ans S ± 1.1 ans S ± 1.1 ans S ± 1.7 ans Ménarche 13.5 ± 1.1 ans P ± 1.2 ans P ± 1.1 ans P ± 1.1 ans P ± 1.2 ans Marshall & Tanner 69

9 thélarche ménarche

10 thélarche ménarche

11 Age de la ménarche

12 Effets nutritionnels Prénataux faible poids de naissance => puberté plus précoce

13 P Gluckman, M Hanson Mol Cell Endocrinol 2006

14 Effets nutritionnels Postnataux - poids élevé à l âge de 8 ans - gain rapide d IMC entre 2 et 8 ans => puberté plus précoce - poids faible => puberté plus tardive

15

16 MAIS avance non constante..

17 Puberté chez les garçons : volume testiculaire > 3ml

18 Développement pubertaire normal : garçons G ± 1.1 ans G ± 1.1 ans G ± 1.0 ans G ± 1.1 ans P ± 1.1 ans P ± 1.0 ans P ± 1.1 ans P ± 1.1 ans Marshall & Tanner 69

19 Bundak Eur J Pediatr 2006 N= 1112

20 Pitteloud N et al JCEM 2002; 87: 152

21 Rose B 6 mois : pilosité pubienne 10 mois : métrorragies + S2 1 an : test LHRH: LH 11 -> 81 UI/L, FSH 5 ->16 UI/L estradiol : 22 pg/ml Hypothèses?

22 Léa, 8 ans Seins depuis environ 6 mois Pas de métrorragies Pas de tâches cutanées Absence de pilosité

23 Démarche: diagnostique (mécanisme, cause précise) retentissement (maturation osseuse, psychologique) thérapeutique

24 Quand explorer? Filles Seins avant 8 ans. Aux USA, limite avancée à 7 ans poussée mammaire vue entre 8 et 9 ans dans certains cas vitesse de croissance rapide pronostic de taille inférieur à la taille cible familiale évolutivité clinique arguments pour une pathologie neurogène règles avant 10 ans Garçons Augmentation du VT > 35x25 mm ou 8 ml avant 10 ans Très facilement +++

25 Pubertés Précoces: mécanismes Gn-RH pulsatile LH et FSH LH et FSH LH et FSH LH et FSH LH et FSH E 2 E 2 E 2 DHA 4 T/E 2 PP centrale autonomie gonadique tumeur gonadique pseudo PP surrénalienne stéroïdes exogènes 25

26 Pubertés précoces: évaluation évolutivité de la puberté : signes pubertaires cliniques, histoire de la puberté retentissement psychologique (difficile) vitesse de croissance, âge osseux, pronostic statural taille et morphologie utérine (échographie pelvienne fille) estradiol (RIA) : faible valeur testostérone Mécanismes de la puberté précoce: signes associés (taches cutanées) contexte (adoption) gonadotrophines de base : faible valeur pic de LH après GnRH IRM cérébrale dosage d hcg ovaires (écho)

27 Test GnRH dans les pubertés précoces % des enfants filles B2 avant 8 ans > < pic LH au test GnRH (UI/L) 27

28 Etiologies des pubertés précoces centrales Garçons Filles idiopathiques 49 / 139 (35%) 661 / 827 (80%) lésions hypothalamiques 90 / 139 (65%) 166 / 827 (20%) Formes lésionnelles sur représentées dans les séries publiées fréquence inférieure à 10% dans les séries récentes 28

29 Etiologies des pubertés précoces centrales (n = 359) Hamartomes 19% Hydrocéphalies 12% Gliomes 11% Kystes arachnoidiens 6% Neurofibromatose de type 1 4% Astrocytomes 4% Ependymomes 0.5% Autres pathologies du système nerveux central sans précision 44% 29

30 Hamartome hypothalamique

31 Etiologies des pubertés précoces centrales

32 Florent père 178 cm, mère 163 cm 9 ans - 9,5 ans : pilosité pubienne signes pubertaires 9 ans 9 mois testicules 40 x 20 mm verge 10 cm, P

33 Mécanismes dans les formes idiopathiques Enfants adoptés (tiers monde) risque augmenté (x 11) Amérique du Sud ++, adoption tardive après l'âge de 3 ans pas d'augmentation chez les migrants rôle de la nutrition Formes familiales Rôle de la surcharge pondérale

34 Objectifs du traitement patientes : revenir à une apparence prépubère parents : prévenir la survenue précoce des règles stopper les troubles du comportement médecins : améliorer le pronostic de taille adulte

35 Pubertés précoces centrales : médicaments disponibles agonistes du récepteur de la GnRH exposition permanente : blocage de la synthèse de LH et FSH ß stimulation de la sous-unité alpha libre produits disponibles triptoreline (Decapeptyl ), i.m. 3 mg (28 jours) : AMM puberté précoce 11 mg (90 jours) : AMM adultes / étude pédiatrique en cours leuproreline (Enantone ), s.c mg (28 jours) : AMM puberté précoce mg (90 jours) : AMM puberté précoce

36 Adult height in girls after treatment target height spontaneous adult height prediction adult height achieved after tx Klein, n = 80 Heger, n = 50 Galluzzi, n = 22 Bertelloni, n = 14 Arrigo, n = 71 Carel, n = 58 Leger, n = 9 36

37 Conduite du traitement par agonistes GnRH Surveillance du poids, croissance et âge osseux Vérification de l'efficacité biologique échographie pelvienne, test à la GnRH Surveillance de la tolérance : tolérance cutanée (avec injections sous-cutanées) prise de poids signes de carence oestrogénique (bouffées de chaleur, céphalées, ) apports calciques densité osseuse Décision d'arrêt en général vers 10 ans et demi ou 11 ans 37

38 Tailles adultes du groupe traité 2 ans par les analogues de la GnRH pour puberté avancée, comparées au groupe contrôle 160 GnRH agonists height (cm) Bone age GnRH agonists At final height (years) At final height (years) 5 5 FIGURE 1. Evolution of height in the untreated (O) and treated girls ( ) *, P <0.05; **, P <0.025; ***, P <0.001.

39 Le pronostic de taille nécessite de connaître plusieurs paramètres Il n est jamais basé sur un seul critère (âge osseux, tailles parentales, courbe ) 1. Courbe de croissance 2. Pubertés familiales (âge des règles) (ou âge de démarrage pubertaire) 3. Diagnostic GHD: rattrapage complet MOC: pas d accélération pubertaire RCIU: petit pic pubertaire 4. Taille de naissance 5. Taille des parents 6. Radios de squelette 7. Maturation osseuse Surtout situation avance de maturation osseuse Plus l enfant est jeune moins bonne est la valeur prédictive Utile à partir du début pubertaire Suivi du traitement pendant la puberté++

40

41 Traitement des pubertés précoces vraies Discussion des pubertés avancées, indications «psychologique» du traitement Après 9 ans, pas de gain sur la taille finale++

42 Retentissements de l âge de survenue de la puberté

43 Etude chez les filles ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

44 Etude chez les filles ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

45 Etude chez les garçons ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

46 Etude chez les garçons ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

47 Diagnostic: puberté précoce Echographie pelvienne Test LHRH Estradiol Utérus 45 mm, piriforme ligne de vacuité Ovaires :22x11 mm et non vu volumineuse tumeur ovarienne multikystique FSH: 0,87 1 UI/L LH: 0,05 0,8 UI/L 251 pg/ml

48 Léa, suite ovaire droit ovaire gauche

49 Autonomies Gonadiques garçons: testotoxicose (FMPP) pseudohypoparathyroidie McCune Albright filles: McCune Albright kystes ovariens récidivants Tumeurs gonadiques adénomes Leydigiens tumeurs de la granulosa Causes surrénaliennes: tumeurs blocs enzymatiques Tumeurs sécrétant de l'hcg (garçon) Hypothyroïdie Causes exogènes Pubertés Précoces "Périphériques"

50 Triade : Syndrome de McCune-Albright taches cutanées, dysplasie fibreuse des os puberté précoce d origine ovarienne Autres atteintes endocriniennes Kystes ovariens récidivants : souvent hémorragiques souvent bilatéraux souvent multiples aspect variable dans le temps +++

51 Syndrome de McCune-Albright adenylate cyclase (ou autres effecteurs) GTP AMPc Gs normale mutation activatrice de Gs

52 Syndrome de McCune-Albright

53

54

55 Retard pubertaire

56 Retard pubertaire: définition Pas d augmentation du volume testiculaire (<25x35 mm ou 4 ml) à 14 ans (complet), ou absence d évolutivité 4 ans après début puberté (partiel). Pas de seins à 13 ans (complet) ou aménorrhée primaire 4 ans après début pubertaire. Beaucoup moins fréquent que chez le garçon

57 Démarche diagnostique 1. Hypogonadismes hypogonadotropes organiques (pathologie hypothalamo hypophysaire), acquis ou congénitaux 2. Hypogonadisme hypergonadotrope: pathologie gonadique primitive 3. Retard pubertaire simple: fréquent surtout chez les garçons, diagnostic d élimination, variante de la normale Evaluer le retentissement psychologique (insertion dans le groupe, rarement mise en avant par les adolescents), sur la taille (croissance pubertaire), sur l os (ostéoporose)

58 Démarche: 13 ans diagnostique (mécanisme, cause précise) retentissement (maturation osseuse, psychologique) thérapeutique Testicules < 15 x 10 mm Pas de retard statural Testostérone effondrée et non stimulable par hcg

59 Clinique du retard pubertaire chez la fille Distinguer impubérisme, aménorrhée I, arrêt d évolution d une puberté qui a débuté normalement Noter la pilosité pubienne Histoire familiale +++ Odorat

60 Clinique du retard pubertaire chez le garçon Mesurer le volume testiculaire et taille verge Noter une gynécomastie Histoire familiale +++ Cryptorchidie, micropénis, odorat

61 Explorations biologiques Estradiol, testostérone, inhibine B FSH, LH Pour éliminer un hypogonadisme gonadique: test à la GnRH informatif si déficit complet, peu discriminant si déficit "partiel" U/L test LHRH prépubertaire min test LHRH pubertaire Test hcg (ovitrelle) chez les garçons Bilan antehypophysaire complet: T4, TSH, cortisol, FLU, IGF1 Caryotype U/L min LH FSH

62 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont basses C est un hypogonadisme hypogonadotrope, central, ou un retard pubertaire simple

63 Absence ou arrêt de développement pubertaire dans les 2 sexes Eliminer en urgence un hypogonadisme central acquis En général, la courbe de croissance est pathologique Il existe souvent des signes centraux associés (diabète insipide, hypothyroïdie) L imagerie cérébrale est indispensable Craniopharyngiôme Germinôme

64

65 Maladie de cushing

66 En faveur d un hypogonadisme central congénital et génétique Son début précoce: défaut de production des stéroïdes sexuels pendant le troisième trimestre de la grossesse Cryptorchidie, micropenis chez le garçon Aucune clinique chez la fille Il existe une absence ou une stagnation du développement pubertaire Formes partielles fréquentes La vitesse de croissance est régulière sans pic pubertaire Rechercher un anosmie (syndromes de Kallmann)

67 Evoquer un déficit gonadotrope Micropénis Troubles de l odorat (Kallmann) Manifestations neurologiques Agénésie rénale Fente palatine Surdité

68 Hypogonadismes hypogonadotropes fonctionnels Toutes les maladies chroniques peuvent entraîner un retard pubertaire: asthme sévère cortico-dépendant, maladies inflammatoires systémiques sous corticoïdes au long cours, insuffisance rénale Sélections alimentaires, anorexie mentale

69 Traitement pubertaire HH RPS Testostérone IM Doses progressives Dès l âge de 13 ans Testostérone IM ¼ puis ½ ampoule 3 à 6 mois - But: normaliser la taille de la verge, obtenir un développement des caractères sexuels secondaires, et une libido normale - Pas d augmentation du volume testiculaire - Pas de spermatogénèse

70 Traitement pubertaire: gonadotrophines 32 adolescents Kallmann de Morsier n=15 Déficit gonadotrope sans anosmie n=10 Panhypopituitarisme congénital n=7 Induction de la puberté par gonadotrophines (2 ans) Cryptorchidie 17/32 (53%)

71 * Cryptorchidie Pas de cryptorchidie 0 Verge inclusion (cm) Verge fin tt (cm) * VT inclusion (ml) * VT fin tt (cm) Cryptorchidie Pas de cryptorchidie

72 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont élevées Il s agit d une atteinte gonadique primitive

73 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Dysgénésies gonadiques 46,XX Taille normale Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

74 Puberté spontanée R+ Arrêt secondaire et EP Puberté totalement induite 45,X n=221 Mosaïque 45,X/46,XX n=65 9% 8,4% 58,8% 40,6% 10,2% 36% Total n=522 16% 11% 49%

75 232 retards pubertaires RPS HH fonctionels Hypo hypo Hypo hyper Autres Sedlmeyer IL, JCEM 2002

76 Traitements: induire la puberté Filles Estrogènes seuls (17 b estradiol en patch, crème ou per os) Puis estroprogestatifs Mesure de la longueur utérine et de l épaisseur de l endomètre Evaluation de la densité minérale osseuse Garçons Testostérone IM à doses progressives Petits testicules Pas de spermatogénèse Gonadotrophines recombinantes SC Augmentation VT Spermatogénèse Evaluation de la densité minérale osseuse

77 Conclusion Le retard pubertaire est un symptôme mal toléré Il doit être attentivement exploré chez l adolescent, d autant plus que C est un garçon La courbe de croissance s infléchit (IRM) Il existe un micropénis et/ou une cryptorchidie (déficit gonadotrope congénital) Doser facilement Testostérone, LH, FSH Faire un caryotype au moindre doute AO et écho pelvienne sont un bon reflet de l effet des stéroïdes sur les organes cibles La thérapeutique est simple

78 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Insuffisances ovariennes 46,XX Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

79 Masse osseuse et puberté tardive Filles Corrélation entre l âge de la ménarche et le risque de fractures > 17 ans, RR de fracture du col = 2,1 Fujiwara 1997 > 16 ans, RR de fracture vertébrale = 1,8 Roy 2003 > 15 ans, RR de fracture du poignet =1,5 Silman 2003

80 Masse osseuse et puberté tardive Garçons : résultats controversés Finkelstein J Diminution de la masse osseuse en cas de puberté tardive J Clin Endocrinol Metab 1996

81 Conclusions Faire un bilan chez la fille : Si pas de développement mammaire à 12 ans Si pas de règles à 14 ans

82 KAL 2 FGFR1 KAL3 prokinéticine KAL4 récepteur de prokinéticine Kiss GPR54

83 Clinique du retard pubertaire chez la fille Distinguer impubérisme, aménorrhée I, arrêt d évolution d une puberté qui a débuté normalement Noter la pilosité pubienne Histoire familiale +++ Odorat

84 Clinique du retard pubertaire chez le garçon Mesurer le volume testiculaire et taille verge Noter une gynécomastie Histoire familiale +++ Cryptorchidie, micropénis, odorat

85 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont basses C est un hypogonadisme hypogonadotrope, central, ou un retard pubertaire simple Analyser la courbe de croissance

86 Absence ou arrêt de développement pubertaire dans les 2 sexes Eliminer en urgence un hypogonadisme central acquis En général, la courbe de croissance est pathologique Il existe souvent des signes centraux associés (diabète insipide, hypothyroïdie) L imagerie cérébrale est indispensable Craniopharyngiôme Germinôme

87 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

88 En faveur d un hypogonadisme central congénital et génétique Son début précoce: défaut de production des stéroïdes sexuels pendant le troisième trimestre de la grossesse Cryptorchidie, micropenis chez le garçon Aucune clinique chez la fille Il existe une absence ou une stagnation du développement pubertaire Formes partielles fréquentes La vitesse de croissance est régulière sans pic pubertaire Rechercher un anosmie (syndromes de Kallmann)

89 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. nourrisson 13 ans Testicules < 15 x 10 mm Pas de retard statural Testostérone effondrée et non stimulable par hcg

90 Les hypogonadismes hypogonadotropes congénitaux sont rares La majorité d entre eux restent sans diagnostic moléculaire KAL 2 FGFR1 KAL3 prokinéticine KAL4 récepteur de prokinéticine Kiss GPR54

91 Retard simple de la croissance et de la puberté Très fréquent chez le garçon, variante du normal Histoire familiale Retard AO (AO=Age statural) Retard statural important, infléchissement de la VC LHRH prépubère, estradiol bas, testostérone basse Test hcg: Testostérone > 2,5 ng/ml (réponse nle) DD: hypogonadisme hypogonadotrope Diagnostic pédiatrique difficile (sauf formes congénitales) QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

92 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont élevées Il s agit d une atteinte gonadique primitive

93 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Insuffisances ovariennes 46,XX Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

94 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

95 La plus fréquente des dysgénésies gonadiques 1/2000 naissances filles QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour v isionner cette image. >99% des grossesses 45X s interrompent spontanément 1/50: présence chromosome Y. Risque de gonadoblastôme 7-10%

96 Q uicktim e et un décom pr esseur TI FF (non com pr essé) sont requis pour visionner cet t e im age.

97 Implantation basse des cheveux Qu ic k T im e e t un dé c om pres s eu r TI FF (non c om pre s s é ) s o nt re quis po ur v is io nne r c et te im ag e.

98 Aorte normale Dilatation de la crosse aortique QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Coarctation aortique Dissection aortique

99 Dysgénésies gonadiques 46,XX Délétions X, APECED, ataxie telangiectasie, FRAX, BPES Chimiothérapie, radiothérapie Mutations des récepteurs FSH et LH Reversions sexuelles 46,XY S5 P0: CAIS S1 P5: Dysgénésies gonadiques pures

100 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Marie, 14 ans, S5P5 R0

101 Sedlmeyer IL, JCEM 232 retards pubertaires RPS HH fonctionel Hypo hypo Hypo hyper Autres

Puberté Quoi de neuf?

Puberté Quoi de neuf? Puberté Quoi de neuf? A. Linglart Avec l aide de V. Merzoug, C. Bouvattier et C. Adamsbaum agnes.linglart@bct.aphp.fr INSERM U986 et endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Bicêtre-Paris Sud

Plus en détail

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Validé par le Dr Gandemer Dé nitions - Normale staturo-pondérale = valeurs de taille et de poids comprises entre + 2 DS et 2 DS (ou entre le 3 e et

Plus en détail

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Objectifs pédagogiques : -Expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique -Dépister une avance ou un retard pubertaire. Auteurs

Plus en détail

Explorations hormonales en pédiatrie. Ingrid Plotton 10 decembre 2010

Explorations hormonales en pédiatrie. Ingrid Plotton 10 decembre 2010 Explorations hormonales en pédiatrie Ingrid Plotton 10 decembre 2010 Dosage d hormones Une hormone : molécule informative extracellulaire, agit sur des cellules éloignées Reflet un statut à un moment précis:

Plus en détail

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux chez l homme Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux Ambiguité sexuelle Impubérisme Hypogonadisme acquis / Impuissance Infertilité Gynécomastie Tumeur testiculaire

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

Retard Pubertaire. et Déficit Gonadotrope

Retard Pubertaire. et Déficit Gonadotrope Retard Pubertaire et Déficit Gonadotrope Pr Régis Coutant - Endocrinologie Pédiatrique - CHU Angers Pr Jacques Young Endocrinologie CHU Bicêtre Plan Définition Impact Etiologies Un cas clinique Démarche

Plus en détail

Exploration biochimique du testicule endocrine

Exploration biochimique du testicule endocrine Exploration biochimique du testicule endocrine Professeur Layachi Chabraoui Cours de biochimie 2ème Année Médecine Rabat 2010-2011 1- Les hormones testiculaires Le testicule représente la glande endocrine

Plus en détail

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique», «diagnostiquer une avance ou un retard

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce

Plus en détail

PUBERTÉ. Dr. Valérie M. Schwitzgebel

PUBERTÉ. Dr. Valérie M. Schwitzgebel PUBERTÉ Dr. Valérie M. Schwitzgebel Division d endocrinologie pédiatrique et diabétologie Hôpital des Enfants HUG Genève Valerie.Schwitzgebel@hcuge.ch PHYSIOLOGIE DE LA PUBERTÉ DÉFINITION CHANGEMENTS PHYSIQUES

Plus en détail

Le syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter Le syndrome de Klinefelter Le syndrome Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE. Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière

SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE. Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière INTRODUCTION L hypophyse est: une glande endocrine Anté-hypophyse Post-hypophyse INTRODUCTION Situation anatomique

Plus en détail

Origine des estrogènes chez l homme

Origine des estrogènes chez l homme Gynécomasties Gynécomastie Hyperplasie non tumorale du tissu mammaire chez l homme Grande fréquence 30 à 40% au moins transitoirement À différencier de l adipomastie Banale à l adolescence sinon nécessaire

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Pr Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine INSERM U 933 Université Pierre et Marie Curie, Paris Androgènothérapie et fertilité Rôle des androgènes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Centre DEFHY Association Craniopharyngiome Solidarité PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Frédéric CASTINETTI Chef de clinique - Assistant Endocrinologie Adulte, Hopital de

Plus en détail

La puberté avant l âge Nouveaux aspects

La puberté avant l âge Nouveaux aspects La puberté avant l âge Nouveaux aspects Catherine Pienkowski Sophie Grandjean Unité d Endocrinologie et Gynécologie Médicale Hôpital des Enfants - Toulouse La puberté avant l âge Nouveaux aspects Introduction

Plus en détail

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié Hôpitaux Universitaires de Genève Pr.. P.Bischof PhD Le Cycle Menstruel Les Généralités Le Cycle Ovarien Le Cycle Endometrial La Régulation du Cycle

Plus en détail

ITEM 36 : RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer un retard de croissance staturo-pondérale»

ITEM 36 : RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer un retard de croissance staturo-pondérale» ITEM 36 : RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer un retard de croissance staturo-pondérale» La croissance normale L auxologie est la science métrique de

Plus en détail

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION PROCREATION DU SEXE GENETIQUE AU SEXE PHENOTYPIQUE A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule 1 A. AMH B. Testostérone C. Canaux de

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel Hyperandrogénies post ménopausiques A.Gompel Hyperandrogénie Liée à une sécrétion/utilisation exagérée des androgènes Hyperproduction des androgènes origine surrénalienne ou ovarienne associé à des troubles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 ENANTONE LP 30 mg, poudre et solvant pour suspension injectable (SC) à libération prolongée en seringue pré remplie Boîte de 1 (CIP : 384 583-8) Laboratoires

Plus en détail

Actions biologiques. ( col - E2: action trophique sur le tractus génital (endomètre, glaire,

Actions biologiques. ( col - E2: action trophique sur le tractus génital (endomètre, glaire, Actions biologiques - AMH, Inhibine B puis A: s'opposent à FSH via activine - FSH: recrutement et croissance folliculaire - LH: stéroidogénèse (maturation folliculaire) et ovulation ( col - E2: action

Plus en détail

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS

DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES AUX REUNIONS PATIENTS Octobre 2012 Décembre 2012 Avril 2013 Prostate Androgènes Anti-androgènes Professeur Pierre FOSSATI Mai 2013 Autres documentations sur le site de l Association

Plus en détail

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme?

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? TP2 Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1 : diagnostic d un cas de stérilité

Plus en détail

Fonctions et acteurs.

Fonctions et acteurs. Fonctions et acteurs. Endocrinologie de la reproduction Fonction exocrine Gamétogénèse (souche mature) Démarre à puberté. Méiose réductionnelle puis équationnelle Fonction endocrine Hormone stéroïdienne.

Plus en détail

- chez le nouveau né, au moment de la puberté où elle disparaît généralement en moins de deux ans.

- chez le nouveau né, au moment de la puberté où elle disparaît généralement en moins de deux ans. DEFINITION La gynécomastie est un développement excessif des seins chez l homme ou l'enfant de sexe masculin, d un seul côté ou des deux côtés, de façon symétrique ou non. La gynécomastie est fréquente:

Plus en détail

La formation de l appareil reproducteur

La formation de l appareil reproducteur CHAPITRE 5 LA PROCRÉATION 1 La formation de l appareil reproducteur Le sexe des individus est déterminé génétiquement mais la différenciation des appareils génitaux a lieu au cours du développement. Selon

Plus en détail

Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues

Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 1.1. Physiologie de l axe gonadotrope...3 1.2. Différentes fractions de la testostérone...3

Plus en détail

La prescription d une contraception

La prescription d une contraception Questions flash Quelle contraception prescrire à une adolescente? D. LEROYER PARIS. La prescription d une contraception est autorisée chez les mineures sans l autorisation parentale, et le médecin est

Plus en détail

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS et syndrome métabolique Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS - Définitions 2003 Rotterdam Workshop 2 sur 3: Hyperandrogénisme clinique/biologique Cycles irréguliers ou anovulatoires Morphologie

Plus en détail

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation.

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation. Thème 3 A: Féminin, masculin Sexualité et procréation. I- La double fonction des glandes génitales A- l activité testiculaire. Les testicules sont constitués de nombreux tubes séminifères et d un tissu

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une hyperplasie des surrénales Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a conduit au diagnostic d hyperplasie congénitale des surrénales chez votre bébé.

Plus en détail

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire UMR 6547 CNRS Génétique des Eucaryotes & Endocrinologie Moléculaire Pr Laurent Morel Recherche : Signalisation Androgénique nique et cancer de la prostate Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)?

Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)? JPP 2014 Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)? Laetitia Martinerie & Anne Bargiacchi, Juliane Léger, Jean-Claude Carel, Marie-France Leheuzey Endocrinologie pédiatrique

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES AZOOSPERMIES. Docteur Edouard AMAR CHIRURGIEN URO-ANDROLOGUE PARIS

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES AZOOSPERMIES. Docteur Edouard AMAR CHIRURGIEN URO-ANDROLOGUE PARIS DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES AZOOSPERMIES Docteur Edouard AMAR CHIRURGIEN URO-ANDROLOGUE PARIS L azoospermie se définit comme l absence totale et constante de spermatozoïde retrouvé dans l éjaculât. Il

Plus en détail

CROISSANCE et MATURATION ÂGE DENTAIRE

CROISSANCE et MATURATION ÂGE DENTAIRE D1 LA MATURATION DE L ENFANTL Première partie CROISSANCE et MATURATION ÂGE DENTAIRE Dr M. CROCQUET MCU-PH ODF PLAN I Croissance staturale et pondérale 1.1 Croissance staturale 1.2 Croissance pondérale

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES

LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES LES MEDICAMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION : LES GONADOTROPHINES RECOMMANDATIONS Actualisation 2007 Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, avril 2007 Agence Française de Sécurité

Plus en détail

Item 55 : Andropause

Item 55 : Andropause Item 55 : Andropause Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Introduction... 2 II Bases

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique cristal de proprionate de testostérone Différenciation sexuelle embryonnaire et fœtale La Recherche hors série n nov.00 homme semaines /: différenciation des cordons séminifères et des cellules de Sertoli

Plus en détail

LE SYNDROME DE MAC CUNE-ALBRIGHT ASPECTS GENERAUX

LE SYNDROME DE MAC CUNE-ALBRIGHT ASPECTS GENERAUX LE SYNDROME DE MAC CUNE-ALBRIGHT ASPECTS GENERAUX Dans sa forme classique, le syndrome de Mac Cune Albright (MCAS) comprend au moins 2 éléments de la triade caractéristique suivante : dysplasie fibreuse

Plus en détail

Bilans : tableau de conversion des unités

Bilans : tableau de conversion des unités ANNEXES Bilans : tableau de conversion des unités Il est difficile de résumer dans un tableau les normes biologiques des bilans hormonaux, car la plupart d entre elles sont variables en fonction des laboratoires.

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Département de médecine Service d endocrinologie. Consultations générales - Endocrinologie

Département de médecine Service d endocrinologie. Consultations générales - Endocrinologie Consultations générales - Endocrinologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Patrice Perron Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 20 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 20 février 2008 FORSTEO 250 µg / ml, solution pour injection en stylo pré-rempli B/1, 3ml en stylo prérempli Code CIP : 3622162 Laboratoires LILLY FRANCE SA tériparatide

Plus en détail

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy

sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Coordinateur : Dr Anne Lesur, Centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy sur l hormonothérapie dans le traitement du cancer du sein Sommaire Avant-propos...

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre

Plus en détail

Exploration et Prise en charge d un couple infertile

Exploration et Prise en charge d un couple infertile Exploration et Prise en charge d un couple infertile Florence LESOURD Pôle d Obstétrique, Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Paule de Viguier - Toulouse DIU de Médecine de la Reproduction-Gynécologie

Plus en détail

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux.

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. A partir de la puberté, les appareils génitaux deviennent fonctionnels. Ce fonctionnement est régulé et permet une activité continue

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Nicolas de Roux. Paris-Diderot Paris 7.

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Nicolas de Roux. Paris-Diderot Paris 7. Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules Nicolas de Roux Paris-Diderot Paris 7. L2 2011 Anatomie Embryologie de la surrénale 1 Embryologie de la surrénale Histologie Physiologie de la surrénale

Plus en détail

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 1. Définition La grossesse se définit comme étant l état de la femme enceinte. La fécondation se fait

Plus en détail

Sémiologie de la surrénale

Sémiologie de la surrénale 05/03/15 GIORGI Lorène L3 CR : REYNAUD Théo Hormonologie Reproduction Dr F. CASTINETTI frederic.castinetti@ap-hm.fr 6 pages HORMONOLOGIE-REPRODUCTION Sémiologie de la surrénale Sémiologie de la surrénale

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006. Date de l'amm (procédure de reconnaissance mutuelle) : 21 janvier 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006. Date de l'amm (procédure de reconnaissance mutuelle) : 21 janvier 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 NEBIDO 1 000 mg / 4 ml, solution injectable B/1 ampoule (CIP: 367 582-7) Laboratoire SCHERING S.A undécanoate de testostérone Liste I Date de l'amm (procédure

Plus en détail

Conférence : La reproduction humaine

Conférence : La reproduction humaine Conférence : La reproduction humaine Aide à la préparation : les connaissances dans les programmes ; quelques épreuves orales d admission relatives au thème Les contenus des programmes Programme de quatrième

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

CRYPTORCHIDIE. Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004

CRYPTORCHIDIE. Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004 CRYPTORCHIDIE Hütten Olivier Externe Urologie H.Mondor Octobre 2004 Plan 1.Migration testiculaire physiologique 2.Rappels anatomiques 3.Cryptorchidie: définition 4.Epidémiologie 5.Etiologie 6.Diagnostic:

Plus en détail

Croissance et développement pubertaire du garçon

Croissance et développement pubertaire du garçon La santé des garçons Croissance et développement pubertaire du garçon Danielle Taddeo, Marc Girard 1 Bien des troubles bénins liés à la croissance inquiètent les parents et les jeunes adolescents qui viennent

Plus en détail

Cancer et fertilité. Marie-Hélène Pesant, M.D. 12 octobre 2014

Cancer et fertilité. Marie-Hélène Pesant, M.D. 12 octobre 2014 Cancer et fertilité Marie-Hélène Pesant, M.D. 12 octobre 2014 Objectifs À la fin de cette conférence magistrale, le participant pourra : Reconnaître les thérapies pouvant avoir un impact sur la fertilité

Plus en détail

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire

GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral intramusculaire ésumé des Caractéristiques du Produit 1 sur 5 21/09/2010 14:31 Mis à jour : 16/02/2010 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT GONADOTROPHINE CHORIONIQUE ENDO 5000 U.I./1 ml, lyophilisat et solution pour usage parentéral

Plus en détail

Testicule et vieillissement

Testicule et vieillissement Testicule et vieillissement Hervé Lejeune Département de Médecine de la Reproduction Hôpital E. Herriot, Lyon Vieillissement Épidémiologie : Augmentation de l espérance de vie dans les pays développés

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

Syndromes de prédisposition aux

Syndromes de prédisposition aux Syndromes de prédisposition aux tumeurs cérébralesc Phacomatoses : NF1, NF2, Syndrome de Li-Fraumeni Syndrome de Gorlin Mutations de SUFU Syndrome de prédisposition aux tumeurs rhabdoïdes des Syndrome

Plus en détail

L andropause Existe-t elle? Faut-il la traiter et comment?

L andropause Existe-t elle? Faut-il la traiter et comment? L andropause Existe-t elle? Faut-il la traiter et comment? Concept Évolutif Est ce que ce déficit hormonal existe? Est ce que ce déficit est néfaste à la santé? Est ce que le rapport risque / bénéfice

Plus en détail

Hervé Lejeune Hôpital Femme Mère Enfant CHU de LYON

Hervé Lejeune Hôpital Femme Mère Enfant CHU de LYON «Andropause» Androgen Deficiency in Aging Male (ADAM) Partial Androgen Deficiency in Aging Male (PADAM) Déficit Androgénique Lié à l Âge (DALA) Late-Onset Hypogonadism in Males (LOH) Hypogonadisme de Survenue

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Androgenothérapie chez l homme

Androgenothérapie chez l homme Androgenothérapie chez l homme Hervé Lejeune Département de Médecine de la Reproduction Hôpital E. Herriot, Lyon Androgènes utilisables en thérapeutique Esters de testostérone, formes "retard", voie intramusculaire

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen Neurofibromatose de type 1 Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen 1882: Friedrich Daniel Von Recklinghausen 1956: Crow: description précise de la NF1 1982: Ricardi : classification des neurofibromatoses en

Plus en détail

CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE

CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE Dr Julie Bénard, Hôpital Jean Verdier, Bondy (93) Réseau ONCORIF Ateliers soins de support Amiens, 1/10/2015 PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ (PF) FÉMININE Amélioration

Plus en détail

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone.

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone. La fonction de reproduction chez l homme Introduction On étudie le fonctionnement de l appareil génital chez l homme adulte. Problématiques : Comment fonctionne l appareil génital de l homme adulte? Son

Plus en détail

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Cortex cérébral Hypothalamus ige pituitaire Hypophyse antérieure Bulbe rachidien

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

CONGRES DE L AAUP. Décembre 2013.

CONGRES DE L AAUP. Décembre 2013. CONGRES DE L AAUP. Décembre 2013. Introduction Azoospermie: absence de spermatozoïdes dans l éjaculat (sur 2 culots de centrifugation de sperme «frais» à au moins 4 semaines d intervalle) 5% des couples

Plus en détail

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This

Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité. Pascale This Cancer de l'endomètre : Modalités de surveillance Recours au traitement hormonal Sexualité Pascale This 1. Surveillance Surveillance après cancer de l'endomètre Impact de la surveillance sur l'histoire

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

Tout sur le zizi! Dr H Le Hors

Tout sur le zizi! Dr H Le Hors Tout sur le zizi! Dr H Le Hors Organogénèse et anatomie Masculinisation : 8 e semaine Fusion des replis urétraux : 14e semaine Allongement du tubercule génital Evolution de la plaque urétrale Développement

Plus en détail

Séquence 3. Féminin/Masculin. Sommaire

Séquence 3. Féminin/Masculin. Sommaire Séquence 3 Féminin/Masculin Sommaire 1. Devenir femme ou homme 2. Prendre en charge de façon conjointe sa vie sexuelle 3. Vivre sa sexualité Exercices de la séquence 3 Lexique 1 1 Devenir femme ou homme

Plus en détail

La système génital et reproducteur. Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12

La système génital et reproducteur. Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12 La système génital et reproducteur Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12 Les gonades Gonade Semences Testicules chez l homme et ovaire chez la femme Élaboration de gamètes (époux) n Fonction de production

Plus en détail

Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010

Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010 Centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal 2010 Matériel et méthodes Les activités des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal font l objet d un suivi annuel sur un modèle de dossier

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes

L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes Les Acteurs DEFINITION Terme «d andropause» impropre Déficit androgénique partiel lié à l âge = DALA DALA MENOPAUSE Très progressif Inconstant

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Impact des traitements anticancéreux sur la fertilité Chez la femme adulte Dr E. VIEL CCA Hôpital de Jour de Cancérologie CHU de Tours Le 05 avril 2013 à Orléans 1 Ce que dit l INCa Il existe peu données

Plus en détail

Le syndrome de Noonan

Le syndrome de Noonan Le syndrome Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le syndrome de

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail