Puberté normale et pathologique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Puberté normale et pathologique. agnes.linglart@bct.aphp.fr"

Transcription

1 Puberté normale et pathologique

2 GnRH LH FSH Ovaires Testicules

3 GnRH LH/FSH Fetus Enfance Puberté 1-2 ans 4-9 ans Inhibition centrale Puberté Première ovulation

4 Développement prématuré isolé des seins (Prémature thélarche)

5 figure 2 INHIBITEURS STIMULATEURS GABA NPY Mélatonine Opioïdes Glutamate + NEURONES à GnRH en RESEAU + Noradrénaline GENERATEUR de PULSATIONS + TGFa GnRH

6 FACTEURS GENETIQUES FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX 50-75%? %?

7 Puberté chez les filles

8 Développement pubertaire normal : filles S ± 1.1 ans S ± 1.1 ans S ± 1.1 ans S ± 1.7 ans Ménarche 13.5 ± 1.1 ans P ± 1.2 ans P ± 1.1 ans P ± 1.1 ans P ± 1.2 ans Marshall & Tanner 69

9 thélarche ménarche

10 thélarche ménarche

11 Age de la ménarche

12 Effets nutritionnels Prénataux faible poids de naissance => puberté plus précoce

13 P Gluckman, M Hanson Mol Cell Endocrinol 2006

14 Effets nutritionnels Postnataux - poids élevé à l âge de 8 ans - gain rapide d IMC entre 2 et 8 ans => puberté plus précoce - poids faible => puberté plus tardive

15

16 MAIS avance non constante..

17 Puberté chez les garçons : volume testiculaire > 3ml

18 Développement pubertaire normal : garçons G ± 1.1 ans G ± 1.1 ans G ± 1.0 ans G ± 1.1 ans P ± 1.1 ans P ± 1.0 ans P ± 1.1 ans P ± 1.1 ans Marshall & Tanner 69

19 Bundak Eur J Pediatr 2006 N= 1112

20 Pitteloud N et al JCEM 2002; 87: 152

21 Rose B 6 mois : pilosité pubienne 10 mois : métrorragies + S2 1 an : test LHRH: LH 11 -> 81 UI/L, FSH 5 ->16 UI/L estradiol : 22 pg/ml Hypothèses?

22 Léa, 8 ans Seins depuis environ 6 mois Pas de métrorragies Pas de tâches cutanées Absence de pilosité

23 Démarche: diagnostique (mécanisme, cause précise) retentissement (maturation osseuse, psychologique) thérapeutique

24 Quand explorer? Filles Seins avant 8 ans. Aux USA, limite avancée à 7 ans poussée mammaire vue entre 8 et 9 ans dans certains cas vitesse de croissance rapide pronostic de taille inférieur à la taille cible familiale évolutivité clinique arguments pour une pathologie neurogène règles avant 10 ans Garçons Augmentation du VT > 35x25 mm ou 8 ml avant 10 ans Très facilement +++

25 Pubertés Précoces: mécanismes Gn-RH pulsatile LH et FSH LH et FSH LH et FSH LH et FSH LH et FSH E 2 E 2 E 2 DHA 4 T/E 2 PP centrale autonomie gonadique tumeur gonadique pseudo PP surrénalienne stéroïdes exogènes 25

26 Pubertés précoces: évaluation évolutivité de la puberté : signes pubertaires cliniques, histoire de la puberté retentissement psychologique (difficile) vitesse de croissance, âge osseux, pronostic statural taille et morphologie utérine (échographie pelvienne fille) estradiol (RIA) : faible valeur testostérone Mécanismes de la puberté précoce: signes associés (taches cutanées) contexte (adoption) gonadotrophines de base : faible valeur pic de LH après GnRH IRM cérébrale dosage d hcg ovaires (écho)

27 Test GnRH dans les pubertés précoces % des enfants filles B2 avant 8 ans > < pic LH au test GnRH (UI/L) 27

28 Etiologies des pubertés précoces centrales Garçons Filles idiopathiques 49 / 139 (35%) 661 / 827 (80%) lésions hypothalamiques 90 / 139 (65%) 166 / 827 (20%) Formes lésionnelles sur représentées dans les séries publiées fréquence inférieure à 10% dans les séries récentes 28

29 Etiologies des pubertés précoces centrales (n = 359) Hamartomes 19% Hydrocéphalies 12% Gliomes 11% Kystes arachnoidiens 6% Neurofibromatose de type 1 4% Astrocytomes 4% Ependymomes 0.5% Autres pathologies du système nerveux central sans précision 44% 29

30 Hamartome hypothalamique

31 Etiologies des pubertés précoces centrales

32 Florent père 178 cm, mère 163 cm 9 ans - 9,5 ans : pilosité pubienne signes pubertaires 9 ans 9 mois testicules 40 x 20 mm verge 10 cm, P

33 Mécanismes dans les formes idiopathiques Enfants adoptés (tiers monde) risque augmenté (x 11) Amérique du Sud ++, adoption tardive après l'âge de 3 ans pas d'augmentation chez les migrants rôle de la nutrition Formes familiales Rôle de la surcharge pondérale

34 Objectifs du traitement patientes : revenir à une apparence prépubère parents : prévenir la survenue précoce des règles stopper les troubles du comportement médecins : améliorer le pronostic de taille adulte

35 Pubertés précoces centrales : médicaments disponibles agonistes du récepteur de la GnRH exposition permanente : blocage de la synthèse de LH et FSH ß stimulation de la sous-unité alpha libre produits disponibles triptoreline (Decapeptyl ), i.m. 3 mg (28 jours) : AMM puberté précoce 11 mg (90 jours) : AMM adultes / étude pédiatrique en cours leuproreline (Enantone ), s.c mg (28 jours) : AMM puberté précoce mg (90 jours) : AMM puberté précoce

36 Adult height in girls after treatment target height spontaneous adult height prediction adult height achieved after tx Klein, n = 80 Heger, n = 50 Galluzzi, n = 22 Bertelloni, n = 14 Arrigo, n = 71 Carel, n = 58 Leger, n = 9 36

37 Conduite du traitement par agonistes GnRH Surveillance du poids, croissance et âge osseux Vérification de l'efficacité biologique échographie pelvienne, test à la GnRH Surveillance de la tolérance : tolérance cutanée (avec injections sous-cutanées) prise de poids signes de carence oestrogénique (bouffées de chaleur, céphalées, ) apports calciques densité osseuse Décision d'arrêt en général vers 10 ans et demi ou 11 ans 37

38 Tailles adultes du groupe traité 2 ans par les analogues de la GnRH pour puberté avancée, comparées au groupe contrôle 160 GnRH agonists height (cm) Bone age GnRH agonists At final height (years) At final height (years) 5 5 FIGURE 1. Evolution of height in the untreated (O) and treated girls ( ) *, P <0.05; **, P <0.025; ***, P <0.001.

39 Le pronostic de taille nécessite de connaître plusieurs paramètres Il n est jamais basé sur un seul critère (âge osseux, tailles parentales, courbe ) 1. Courbe de croissance 2. Pubertés familiales (âge des règles) (ou âge de démarrage pubertaire) 3. Diagnostic GHD: rattrapage complet MOC: pas d accélération pubertaire RCIU: petit pic pubertaire 4. Taille de naissance 5. Taille des parents 6. Radios de squelette 7. Maturation osseuse Surtout situation avance de maturation osseuse Plus l enfant est jeune moins bonne est la valeur prédictive Utile à partir du début pubertaire Suivi du traitement pendant la puberté++

40

41 Traitement des pubertés précoces vraies Discussion des pubertés avancées, indications «psychologique» du traitement Après 9 ans, pas de gain sur la taille finale++

42 Retentissements de l âge de survenue de la puberté

43 Etude chez les filles ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

44 Etude chez les filles ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

45 Etude chez les garçons ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

46 Etude chez les garçons ans, en Suisse Michaud PA Mol Cel Endocrinol 2006

47 Diagnostic: puberté précoce Echographie pelvienne Test LHRH Estradiol Utérus 45 mm, piriforme ligne de vacuité Ovaires :22x11 mm et non vu volumineuse tumeur ovarienne multikystique FSH: 0,87 1 UI/L LH: 0,05 0,8 UI/L 251 pg/ml

48 Léa, suite ovaire droit ovaire gauche

49 Autonomies Gonadiques garçons: testotoxicose (FMPP) pseudohypoparathyroidie McCune Albright filles: McCune Albright kystes ovariens récidivants Tumeurs gonadiques adénomes Leydigiens tumeurs de la granulosa Causes surrénaliennes: tumeurs blocs enzymatiques Tumeurs sécrétant de l'hcg (garçon) Hypothyroïdie Causes exogènes Pubertés Précoces "Périphériques"

50 Triade : Syndrome de McCune-Albright taches cutanées, dysplasie fibreuse des os puberté précoce d origine ovarienne Autres atteintes endocriniennes Kystes ovariens récidivants : souvent hémorragiques souvent bilatéraux souvent multiples aspect variable dans le temps +++

51 Syndrome de McCune-Albright adenylate cyclase (ou autres effecteurs) GTP AMPc Gs normale mutation activatrice de Gs

52 Syndrome de McCune-Albright

53

54

55 Retard pubertaire

56 Retard pubertaire: définition Pas d augmentation du volume testiculaire (<25x35 mm ou 4 ml) à 14 ans (complet), ou absence d évolutivité 4 ans après début puberté (partiel). Pas de seins à 13 ans (complet) ou aménorrhée primaire 4 ans après début pubertaire. Beaucoup moins fréquent que chez le garçon

57 Démarche diagnostique 1. Hypogonadismes hypogonadotropes organiques (pathologie hypothalamo hypophysaire), acquis ou congénitaux 2. Hypogonadisme hypergonadotrope: pathologie gonadique primitive 3. Retard pubertaire simple: fréquent surtout chez les garçons, diagnostic d élimination, variante de la normale Evaluer le retentissement psychologique (insertion dans le groupe, rarement mise en avant par les adolescents), sur la taille (croissance pubertaire), sur l os (ostéoporose)

58 Démarche: 13 ans diagnostique (mécanisme, cause précise) retentissement (maturation osseuse, psychologique) thérapeutique Testicules < 15 x 10 mm Pas de retard statural Testostérone effondrée et non stimulable par hcg

59 Clinique du retard pubertaire chez la fille Distinguer impubérisme, aménorrhée I, arrêt d évolution d une puberté qui a débuté normalement Noter la pilosité pubienne Histoire familiale +++ Odorat

60 Clinique du retard pubertaire chez le garçon Mesurer le volume testiculaire et taille verge Noter une gynécomastie Histoire familiale +++ Cryptorchidie, micropénis, odorat

61 Explorations biologiques Estradiol, testostérone, inhibine B FSH, LH Pour éliminer un hypogonadisme gonadique: test à la GnRH informatif si déficit complet, peu discriminant si déficit "partiel" U/L test LHRH prépubertaire min test LHRH pubertaire Test hcg (ovitrelle) chez les garçons Bilan antehypophysaire complet: T4, TSH, cortisol, FLU, IGF1 Caryotype U/L min LH FSH

62 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont basses C est un hypogonadisme hypogonadotrope, central, ou un retard pubertaire simple

63 Absence ou arrêt de développement pubertaire dans les 2 sexes Eliminer en urgence un hypogonadisme central acquis En général, la courbe de croissance est pathologique Il existe souvent des signes centraux associés (diabète insipide, hypothyroïdie) L imagerie cérébrale est indispensable Craniopharyngiôme Germinôme

64

65 Maladie de cushing

66 En faveur d un hypogonadisme central congénital et génétique Son début précoce: défaut de production des stéroïdes sexuels pendant le troisième trimestre de la grossesse Cryptorchidie, micropenis chez le garçon Aucune clinique chez la fille Il existe une absence ou une stagnation du développement pubertaire Formes partielles fréquentes La vitesse de croissance est régulière sans pic pubertaire Rechercher un anosmie (syndromes de Kallmann)

67 Evoquer un déficit gonadotrope Micropénis Troubles de l odorat (Kallmann) Manifestations neurologiques Agénésie rénale Fente palatine Surdité

68 Hypogonadismes hypogonadotropes fonctionnels Toutes les maladies chroniques peuvent entraîner un retard pubertaire: asthme sévère cortico-dépendant, maladies inflammatoires systémiques sous corticoïdes au long cours, insuffisance rénale Sélections alimentaires, anorexie mentale

69 Traitement pubertaire HH RPS Testostérone IM Doses progressives Dès l âge de 13 ans Testostérone IM ¼ puis ½ ampoule 3 à 6 mois - But: normaliser la taille de la verge, obtenir un développement des caractères sexuels secondaires, et une libido normale - Pas d augmentation du volume testiculaire - Pas de spermatogénèse

70 Traitement pubertaire: gonadotrophines 32 adolescents Kallmann de Morsier n=15 Déficit gonadotrope sans anosmie n=10 Panhypopituitarisme congénital n=7 Induction de la puberté par gonadotrophines (2 ans) Cryptorchidie 17/32 (53%)

71 * Cryptorchidie Pas de cryptorchidie 0 Verge inclusion (cm) Verge fin tt (cm) * VT inclusion (ml) * VT fin tt (cm) Cryptorchidie Pas de cryptorchidie

72 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont élevées Il s agit d une atteinte gonadique primitive

73 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Dysgénésies gonadiques 46,XX Taille normale Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

74 Puberté spontanée R+ Arrêt secondaire et EP Puberté totalement induite 45,X n=221 Mosaïque 45,X/46,XX n=65 9% 8,4% 58,8% 40,6% 10,2% 36% Total n=522 16% 11% 49%

75 232 retards pubertaires RPS HH fonctionels Hypo hypo Hypo hyper Autres Sedlmeyer IL, JCEM 2002

76 Traitements: induire la puberté Filles Estrogènes seuls (17 b estradiol en patch, crème ou per os) Puis estroprogestatifs Mesure de la longueur utérine et de l épaisseur de l endomètre Evaluation de la densité minérale osseuse Garçons Testostérone IM à doses progressives Petits testicules Pas de spermatogénèse Gonadotrophines recombinantes SC Augmentation VT Spermatogénèse Evaluation de la densité minérale osseuse

77 Conclusion Le retard pubertaire est un symptôme mal toléré Il doit être attentivement exploré chez l adolescent, d autant plus que C est un garçon La courbe de croissance s infléchit (IRM) Il existe un micropénis et/ou une cryptorchidie (déficit gonadotrope congénital) Doser facilement Testostérone, LH, FSH Faire un caryotype au moindre doute AO et écho pelvienne sont un bon reflet de l effet des stéroïdes sur les organes cibles La thérapeutique est simple

78 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Insuffisances ovariennes 46,XX Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

79 Masse osseuse et puberté tardive Filles Corrélation entre l âge de la ménarche et le risque de fractures > 17 ans, RR de fracture du col = 2,1 Fujiwara 1997 > 16 ans, RR de fracture vertébrale = 1,8 Roy 2003 > 15 ans, RR de fracture du poignet =1,5 Silman 2003

80 Masse osseuse et puberté tardive Garçons : résultats controversés Finkelstein J Diminution de la masse osseuse en cas de puberté tardive J Clin Endocrinol Metab 1996

81 Conclusions Faire un bilan chez la fille : Si pas de développement mammaire à 12 ans Si pas de règles à 14 ans

82 KAL 2 FGFR1 KAL3 prokinéticine KAL4 récepteur de prokinéticine Kiss GPR54

83 Clinique du retard pubertaire chez la fille Distinguer impubérisme, aménorrhée I, arrêt d évolution d une puberté qui a débuté normalement Noter la pilosité pubienne Histoire familiale +++ Odorat

84 Clinique du retard pubertaire chez le garçon Mesurer le volume testiculaire et taille verge Noter une gynécomastie Histoire familiale +++ Cryptorchidie, micropénis, odorat

85 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont basses C est un hypogonadisme hypogonadotrope, central, ou un retard pubertaire simple Analyser la courbe de croissance

86 Absence ou arrêt de développement pubertaire dans les 2 sexes Eliminer en urgence un hypogonadisme central acquis En général, la courbe de croissance est pathologique Il existe souvent des signes centraux associés (diabète insipide, hypothyroïdie) L imagerie cérébrale est indispensable Craniopharyngiôme Germinôme

87 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

88 En faveur d un hypogonadisme central congénital et génétique Son début précoce: défaut de production des stéroïdes sexuels pendant le troisième trimestre de la grossesse Cryptorchidie, micropenis chez le garçon Aucune clinique chez la fille Il existe une absence ou une stagnation du développement pubertaire Formes partielles fréquentes La vitesse de croissance est régulière sans pic pubertaire Rechercher un anosmie (syndromes de Kallmann)

89 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. nourrisson 13 ans Testicules < 15 x 10 mm Pas de retard statural Testostérone effondrée et non stimulable par hcg

90 Les hypogonadismes hypogonadotropes congénitaux sont rares La majorité d entre eux restent sans diagnostic moléculaire KAL 2 FGFR1 KAL3 prokinéticine KAL4 récepteur de prokinéticine Kiss GPR54

91 Retard simple de la croissance et de la puberté Très fréquent chez le garçon, variante du normal Histoire familiale Retard AO (AO=Age statural) Retard statural important, infléchissement de la VC LHRH prépubère, estradiol bas, testostérone basse Test hcg: Testostérone > 2,5 ng/ml (réponse nle) DD: hypogonadisme hypogonadotrope Diagnostic pédiatrique difficile (sauf formes congénitales) QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

92 Le patient est hypogonadique (clinique, biologie) Les gonadotrophines sont élevées Il s agit d une atteinte gonadique primitive

93 Hypogonadismes d origine gonadique Syndrome de Turner Caryotype : 45X, mosaïques Anomalies échographiques inconstantes FSH élevée Retard statural majeur Syndrome de Klinefelter Petits testicules Testostérone basse FSH élevée Inhibine B effondrée Cryptorchidie opérée, anorchidie Insuffisances ovariennes 46,XX Chimiothérapie, radiothérapie Chimiothérapie, radiothérapie

94 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image.

95 La plus fréquente des dysgénésies gonadiques 1/2000 naissances filles QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour v isionner cette image. >99% des grossesses 45X s interrompent spontanément 1/50: présence chromosome Y. Risque de gonadoblastôme 7-10%

96 Q uicktim e et un décom pr esseur TI FF (non com pr essé) sont requis pour visionner cet t e im age.

97 Implantation basse des cheveux Qu ic k T im e e t un dé c om pres s eu r TI FF (non c om pre s s é ) s o nt re quis po ur v is io nne r c et te im ag e.

98 Aorte normale Dilatation de la crosse aortique QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Coarctation aortique Dissection aortique

99 Dysgénésies gonadiques 46,XX Délétions X, APECED, ataxie telangiectasie, FRAX, BPES Chimiothérapie, radiothérapie Mutations des récepteurs FSH et LH Reversions sexuelles 46,XY S5 P0: CAIS S1 P5: Dysgénésies gonadiques pures

100 QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Marie, 14 ans, S5P5 R0

101 Sedlmeyer IL, JCEM 232 retards pubertaires RPS HH fonctionel Hypo hypo Hypo hyper Autres

Puberté Quoi de neuf?

Puberté Quoi de neuf? Puberté Quoi de neuf? A. Linglart Avec l aide de V. Merzoug, C. Bouvattier et C. Adamsbaum agnes.linglart@bct.aphp.fr INSERM U986 et endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Bicêtre-Paris Sud

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail

Hypogonadisme. Axe gonadotrope

Hypogonadisme. Axe gonadotrope Hypogonadisme Axe gonadotrope Différentiation sexuelle pré-natale chez le fœtus male Activité de l axe Gonadotrope Testostérone Période fœtale 1 à 6 mois «mini puberté» 29 Septembre 2010 Puberté / Adulte

Plus en détail

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013.

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013. PUBERTÉ PRÉCOCE Docteur Louise MONTAGNE Endocrinologie, gynécologie et diabétologie pédiatriques Clinique de Pédiatrie Saint Antoine Hôpital Saint Vincent de Paul, Lille Jeudi 21 novembre 2013. Caroline,

Plus en détail

LA PUBERTE. Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades

LA PUBERTE. Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades LA PUBERTE Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades DEFINITION Caractérisée par : développement des caractères sexuels secondaires et des organes génitaux accélération

Plus en détail

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE TROIS ÉTAPES ESSENTIELLES dans le développement de la glande mammaire la vie embryonnaire la puberté la lactahon LA PATHOLOGIE est presque toujours BÉNIGNE

Plus en détail

Puberté normale et pathologique

Puberté normale et pathologique Sommaire 1 - Puberté 2 - Puberté pathologique Points essentiels Puberté normale et pathologique I. La puberté Définition : C est l ensemble des manifestations cliniques et biologiques qui mènent de la

Plus en détail

PUBERTE PRECOCE. Frédérique Gatelais

PUBERTE PRECOCE. Frédérique Gatelais PUBERTE PRECOCE Frédérique Gatelais QUELQUES DEFINITIONS Puberté : période de transition entre l enfance et l âge adulte, elle est caractérisée par des transformations somatiques: développement des caractères

Plus en détail

LA PUBERTE NORMALE. Economique : difficultés nutritionnelles, carence d'apport. II/ Les étapes cliniques de la puberté chez la fille

LA PUBERTE NORMALE. Economique : difficultés nutritionnelles, carence d'apport. II/ Les étapes cliniques de la puberté chez la fille LA PUBERTE NORMALE I/ Généralités 1.Définition Période où le corps se transforme physiquement (taille, sexuellement) et où il y a un changement psychologique, affectif, mental. Dure plusieurs années. 2.Age

Plus en détail

Item 38 : Puberté normale et pathologique

Item 38 : Puberté normale et pathologique Item 38 : Puberté normale et pathologique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 La puberté normale...1 1. 1 Le développement des caractères sexuels...1 1. 2 L accélération de la croissance

Plus en détail

Un cas d aménorrhée primaire. Observation interactive

Un cas d aménorrhée primaire. Observation interactive Un cas d aménorrhée primaire Observation interactive Océane née le 1 er octobre 1993 Consulte pour une aménorrhée primaire le 15 juin 2010 à l âge de 16 ans et 8 mois Antécédents : Aînée de 3 enfants Mère

Plus en détail

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Validé par le Dr Gandemer Dé nitions - Normale staturo-pondérale = valeurs de taille et de poids comprises entre + 2 DS et 2 DS (ou entre le 3 e et

Plus en détail

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Objectifs pédagogiques : -Expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique -Dépister une avance ou un retard pubertaire. Auteurs

Plus en détail

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux chez l homme Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux Ambiguité sexuelle Impubérisme Hypogonadisme acquis / Impuissance Infertilité Gynécomastie Tumeur testiculaire

Plus en détail

Anomalies pubertaires

Anomalies pubertaires Anomalies pubertaires Audrey Cartault, Catherine Pienkowski, Thomas Edouard, Maïthé Tauber Unité d Endocrinologie, Génétique, Pathologie Osseuse et Gynécologie Médicale Hôpital des Enfants, 330 Avenue

Plus en détail

Explorations hormonales en pédiatrie. Ingrid Plotton 10 decembre 2010

Explorations hormonales en pédiatrie. Ingrid Plotton 10 decembre 2010 Explorations hormonales en pédiatrie Ingrid Plotton 10 decembre 2010 Dosage d hormones Une hormone : molécule informative extracellulaire, agit sur des cellules éloignées Reflet un statut à un moment précis:

Plus en détail

DES GYNECOLOGIE LILLE

DES GYNECOLOGIE LILLE DES GYNECOLOGIE LILLE 13-02 02-0909 PUBERTE NORMALE PUBERTES PRECOCES J. WEILL PUBERTE NORMALE Puberté Edvard Munch.1863 DEFINITION : Période de transition entre l enfance et l âge adulte caractérisée

Plus en détail

Puberté normale et pathologique

Puberté normale et pathologique I-00-Q000 I--Q8 P r Juliane Léger Service d endocrinologie pédiatrique, Centre de référence maladies endocrininiennes rares de la croissance, université Paris-VII, hôpital Robert-Debré, 709 Paris juliane.leger@rdb.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Soutenance de mémoire du DES de pédiatrie, Fanny RICHARD Vendredi 8 octobre Introduction (1)

Plus en détail

Retard pubertaire. Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest. P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux

Retard pubertaire. Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest. P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux Retard pubertaire Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux Déclaration d intérêts Pascal Barat En lien avec la présentation : Pas

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE 1 PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE «expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique» «diagnostiquer une avance ou un retard pubertaire» Pr Régis Coutant, Département de

Plus en détail

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Sémiologie endocrinienne masculine Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Anatomie génitale masculine a-scrotum btesticules cépididyme d-canal déférent eglandes de Cowper fvésicules

Plus en détail

Retard Pubertaire. et Déficit Gonadotrope

Retard Pubertaire. et Déficit Gonadotrope Retard Pubertaire et Déficit Gonadotrope Pr Régis Coutant - Endocrinologie Pédiatrique - CHU Angers Pr Jacques Young Endocrinologie CHU Bicêtre Plan Définition Impact Etiologies Un cas clinique Démarche

Plus en détail

Puberté normale et pathologique

Puberté normale et pathologique Puberté normale et pathologique DEFINITION La puberté correspond à la maturation rapide de la fonction hypothalamohypophyso-gonadique, aboutissant au développement complet des caractères sexuels, à l acquisition

Plus en détail

PUBERTE PRECOCE. Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris. Tous droits réservés - D. Zenaty

PUBERTE PRECOCE. Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris. Tous droits réservés - D. Zenaty PUBERTE PRECOCE Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris Tous droits réservés - D. Zenaty Définition Apparition précoce un ou plusieurs caractères sexuels 2res (seins, pilosité) Puberté

Plus en détail

!!! AMÉNORRHÉE IR > 16 ans. CS 2ndR N. Hyperandrogénie. Clinique. Examens complémentaires. En seconde intention. Cause anatomique ++

!!! AMÉNORRHÉE IR > 16 ans. CS 2ndR N. Hyperandrogénie. Clinique. Examens complémentaires. En seconde intention. Cause anatomique ++ AMÉNORRHÉE IR > 16 ans Examens complémentaires bhcg +++ Écho pelvienne ++ Âge osseux : Rx main + poignet G face Sésamoïde du pouce = 13 ans FSH / LH + PRL : FSH/LH élevée : périphérique FSH/LH basse :

Plus en détail

Puberté normale ou pathologique? Dr Marc Fillion, MD, FRCPC Endocrinologue-Pédiatre CHUL Cours niveau externat-pédiatrie Objectifs du cours Connaître la physiologie de la puberté Connaître les principaux

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Anatomie Embryologie de la surrénale 1 Embryologie de la surrénale Histologie Physiologie de la surrénale Synthèse

Plus en détail

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire Simple Livret N 10 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 27/04/09 1 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire

Plus en détail

Exploration biochimique du testicule endocrine

Exploration biochimique du testicule endocrine Exploration biochimique du testicule endocrine Professeur Layachi Chabraoui Cours de biochimie 2ème Année Médecine Rabat 2010-2011 1- Les hormones testiculaires Le testicule représente la glande endocrine

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

PUBERTE normale et pathologiques Colloque CORATA 15 mai 2014

PUBERTE normale et pathologiques Colloque CORATA 15 mai 2014 PUBERTE normale et pathologiques Colloque CORATA 15 mai 2014 Dr Maud Bidet Centre de pathologies gynécologiques rares Service d Endocrinologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades PUBERTE Période

Plus en détail

Puberte normale et pathologique (38) Professeur B. Conte-Devolx et Docteur G. Simonin Juin 2005

Puberte normale et pathologique (38) Professeur B. Conte-Devolx et Docteur G. Simonin Juin 2005 1. Définition Faculté de Médecine de Marseille Puberte normale et pathologique (38) Professeur B. Conte-Devolx et Docteur G. Simonin Juin 2005 La puberté est caractérisée par l'acquisition des caractères

Plus en détail

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique», «diagnostiquer une avance ou un retard

Plus en détail

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010

Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce

Plus en détail

La puberté précoce: de l hypophyse aux gonades

La puberté précoce: de l hypophyse aux gonades La puberté précoce: de l hypophyse aux gonades Maude Millette Résidente 5, Endocrinologie pédiatrique Hôpital de Montréal pour Enfants, Université McGill Janvier 2011 Objectifs Différencier la puberté

Plus en détail

Physiologie de la surrénale

Physiologie de la surrénale Anatomie Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Embryologie de la surrénale Embryologie de la surrénale Histologie Physiologie de la surrénale Synthèse

Plus en détail

Item 38 - Puberté normale et pathologique

Item 38 - Puberté normale et pathologique Item 38 - Puberté normale et pathologique Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Puberté

Plus en détail

Puberté pathologique. Pubertés précoces. R. Brauner. Pubertés précoces centrales

Puberté pathologique. Pubertés précoces. R. Brauner. Pubertés précoces centrales 4-107-B-15 Puberté pathologique R. Brauner La puberté précoce est définie par le développement des caractères sexuels avant l âge de 8 ans chez la fille et de9à10anschez le garçon. La prise en charge d

Plus en détail

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE

ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE ITEM 38 : PUBERTE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les étapes du développement pubertaire normal, physique et psychologique», «diagnostiquer une avance ou un retard

Plus en détail

Accouchement, délivrance, suites de couche normales

Accouchement, délivrance, suites de couche normales Accouchement, délivrance, suites de couche normales CHAPITRE 3 Item 22 Accouchement, délivrance, suites de couche normales. Objectifs : Expliquer les différentes phases du travail et de l accouchement.

Plus en détail

La puberté normale et ses variantes «physiologiques et pathologiques» DR VALLE ST AME 27/9/2016

La puberté normale et ses variantes «physiologiques et pathologiques» DR VALLE ST AME 27/9/2016 La puberté normale et ses variantes «physiologiques et pathologiques» DR VALLE ST AME 27/9/2016 Physiologie LA PUBERTÉ : DÉFINITION Ensemble des phénomènes de maturation, somatiques et psychiques, qui

Plus en détail

Endocrinologie. Nutrition

Endocrinologie. Nutrition Endocrinologie DiabEtologie Nutrition Nouvelle édition 2012 Jérémy NADAL Editions VERNAZOBRES-GREGO 99 bd de l Hôpital 75013 Paris Tél. : 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute reproduction, même partielle,

Plus en détail

Il n est pas exceptionnel qu un endocrinologue

Il n est pas exceptionnel qu un endocrinologue Conduite à tenir devant un retard de croissance staturale à l adolescence Natacha Bouhours-Nouet, Aurélie Donzeau, Régis Coutant, Frédéric Illouz, Patrice Rodien Mots clés : Retard de croissance, adolescence,

Plus en détail

Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. N 40. Aménorrhée Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. Statistiques ECN 2004 (Dossier 3) 2005 (Dossier 1) 2008 (Dossier 4) En quelques

Plus en détail

Syndrome MRKH. Aspect médical. Dr K. Morcel. Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes

Syndrome MRKH. Aspect médical. Dr K. Morcel. Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes Syndrome MRKH Aspect médical Dr K. Morcel Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes CNRS UMR 6061 «Génétique et développement» Faculté de Médecine

Plus en détail

PUBERTÉ. Dr. Valérie M. Schwitzgebel

PUBERTÉ. Dr. Valérie M. Schwitzgebel PUBERTÉ Dr. Valérie M. Schwitzgebel Division d endocrinologie pédiatrique et diabétologie Hôpital des Enfants HUG Genève Valerie.Schwitzgebel@hcuge.ch PHYSIOLOGIE DE LA PUBERTÉ DÉFINITION CHANGEMENTS PHYSIQUES

Plus en détail

Pubertés précoces, rôle des perturbateurs. endocriniens.

Pubertés précoces, rôle des perturbateurs. endocriniens. Pubertés précoces, rôle des perturbateurs Dr Patricia Bartaire endocriniens. Pédiatre endocrinologue Cabinet de pédiatrie spécialisée, Lambersart Médecin attaché au CHRU de Lille Puberté : définition Le

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

Vous accueille et vous informe

Vous accueille et vous informe L équipe de soins Vous accueille et vous informe Endocrinologie, Maladies Osseuses, Génétique et Gynécologie Médicale Professeur Jean-Pierre Salles, Responsable d Equipe Médicale Professeur Maïthé Tauber

Plus en détail

RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE

RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE Accueil Présentation Enseignement Recherche Actualité Publications Documents Dossiers Pédopsy et Web Bibliothèque Liens Module 3 : Maturation et vulnérabilité RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE ITEM

Plus en détail

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE Définition de l infertilité L infertilité: absence de

Plus en détail

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter

Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Androgènes et fertilité dans le syndrome de Klinefelter Pr Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine INSERM U 933 Université Pierre et Marie Curie, Paris Androgènothérapie et fertilité Rôle des androgènes

Plus en détail

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié Hôpitaux Universitaires de Genève Pr.. P.Bischof PhD Le Cycle Menstruel Les Généralités Le Cycle Ovarien Le Cycle Endometrial La Régulation du Cycle

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY

Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières I 45,X : syndrome de Turner... 3 II 47,XXY

Plus en détail

PUBERTE PRECOCE MG Joseph, 43 rue Condorcet, Bordeaux

PUBERTE PRECOCE MG Joseph, 43 rue Condorcet, Bordeaux PUBERTE PRECOCE MG Joseph, 43 rue Condorcet, 33300 Bordeaux La puberté: activation de l axe hypothalamo hypophyso gonadique sécrétion pulsatile de GnRH, sous l influence de facteurs neuro endocriniens,

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE

PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Centre DEFHY Association Craniopharyngiome Solidarité PRISE EN CHARGE ENDOCRINIENNE DES CRANIOPHARYNGIOMES DE L ADULTE Frédéric CASTINETTI Chef de clinique - Assistant Endocrinologie Adulte, Hopital de

Plus en détail

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception.

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. La question Je vote pour Mon conseil Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. LA VASECTOMIE Section chirurgicale des canaux déférents sous anesthésie locale ou générale Pas

Plus en détail

Retard simple de la puberté! Si simples?

Retard simple de la puberté! Si simples? Retard simple de la puberté! Si simples? Absence de développement des OGE à 14 ans chez le garçon à 12-13 ans chez la fille et/ou absence de règles à 15-16 ans En fait, le motif de la consultation est

Plus en détail

Questions à se poser devant une suspicion de puberté

Questions à se poser devant une suspicion de puberté Questions à se poser devant une suspicion de puberté précoce. QUOI DE NEUF EN PEDIATRIE Docteur Elise LECOINTRE, Endocrinopédiatre Docteur Nicole HASTIER GOUIN, Gynécopédiatre et Algologue. 19 Novembre

Plus en détail

Démarche diagnostique devant un retard statural. Dr Frédérique GATELAIS Département de Pédiatrie, CHU Angers

Démarche diagnostique devant un retard statural. Dr Frédérique GATELAIS Département de Pédiatrie, CHU Angers Démarche diagnostique devant un retard statural Dr Frédérique GATELAIS Département de Pédiatrie, CHU Angers Première situation Taille

Plus en détail

Le syndrome de Klinefelter

Le syndrome de Klinefelter Le syndrome de Klinefelter Le syndrome Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Origine des estrogènes chez l homme

Origine des estrogènes chez l homme Gynécomasties Gynécomastie Hyperplasie non tumorale du tissu mammaire chez l homme Grande fréquence 30 à 40% au moins transitoirement À différencier de l adipomastie Banale à l adolescence sinon nécessaire

Plus en détail

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE FONCTION THYROIDIENNE ANTENATALE NORMES (1) NORMES (2) Après 1 mois = Normes adultes Les normes et unités sont spécifiques

Plus en détail

Insuffisance thyréotrope : comprendre pour mieux traiter. Solange Grunenwald - Toulouse

Insuffisance thyréotrope : comprendre pour mieux traiter. Solange Grunenwald - Toulouse Insuffisance thyréotrope : comprendre pour mieux traiter Solange Grunenwald - Toulouse Insuffisance thyréotrope sécrétion insuffisante d hormones thyroïdiennes secondaire à une anomalie quantitative ou

Plus en détail

Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille

Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille L Age Osseux Pour quoi faire? 1 Quelles Indications? Pathologie: Croissance: Défaut. Excès. Puberté: Retard. Avance. Maladie Chronique: suivie: Hormone de

Plus en détail

Croissance staturale et émergence de la puberté

Croissance staturale et émergence de la puberté Barange Emmanuel et Etienne Pierre 17 novembre 2011. Sémiologie, Croissance staturale et émergence de la puberté, David Briard. Croissance staturale et émergence de la puberté On parlera très peu de l'adolescence

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Prise en charge d une hyperprolactinémie avant, pendant et après la grossesse

Prise en charge d une hyperprolactinémie avant, pendant et après la grossesse Prise en charge d une hyperprolactinémie avant, pendant et après la grossesse Pr. Patrick Fénichel Endocrinologie et Médecine de la Reproduction CHU Nice Prolactinomes et grossesse Notions physiologiques

Plus en détail

SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE. Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière

SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE. Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière SYNDROME HYPOTHALAMO HYPOPHYSAIRE Taly Meas Service de MédecineB Hôpital Lariboisière INTRODUCTION L hypophyse est: une glande endocrine Anté-hypophyse Post-hypophyse INTRODUCTION Situation anatomique

Plus en détail

Développement. Développement et Croissance. Description Régulation hormonale Méthodes d évaluation Principales anomalies DEVELOPPEMENT ANTENATAL

Développement. Développement et Croissance. Description Régulation hormonale Méthodes d évaluation Principales anomalies DEVELOPPEMENT ANTENATAL Développement et Croissance Pr Juliane Léger Endocrinologie Diabétologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré, Paris Description Régulation hormonale Méthodes d évaluation Principales anomalies DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Actions biologiques. ( col - E2: action trophique sur le tractus génital (endomètre, glaire,

Actions biologiques. ( col - E2: action trophique sur le tractus génital (endomètre, glaire, Actions biologiques - AMH, Inhibine B puis A: s'opposent à FSH via activine - FSH: recrutement et croissance folliculaire - LH: stéroidogénèse (maturation folliculaire) et ovulation ( col - E2: action

Plus en détail

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION PROCREATION DU SEXE GENETIQUE AU SEXE PHENOTYPIQUE A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule 1 A. AMH B. Testostérone C. Canaux de

Plus en détail

Incidentalome Hypophysaire

Incidentalome Hypophysaire Incidentalome Hypophysaire P. Meyer Mars 2012 Incidentalome Hypophysaire Faible niveau d évidence!! Pas d études randomisées, prospectives. Freda et al, J Clin Endocrinol Metab 2011 Généralités Définition:

Plus en détail

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme?

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? TP2 Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1 : diagnostic d un cas de stérilité

Plus en détail

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Dr Anne Bachelot Dr Isabelle Flechtner Au nom de l ensemble des médecins participants HOPITAUX UNIVERSITAIRES LA PITIE

Plus en détail

La puberté avant l âge Nouveaux aspects

La puberté avant l âge Nouveaux aspects La puberté avant l âge Nouveaux aspects Catherine Pienkowski Sophie Grandjean Unité d Endocrinologie et Gynécologie Médicale Hôpital des Enfants - Toulouse La puberté avant l âge Nouveaux aspects Introduction

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 GONAL-f 300 UI / 0,5 ml (22 mg / 0,5 ml), solution injectable en stylo prérempli Boîte de 1 stylo prérempli et de 5

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

de l adolescente Diagnostic étiologique

de l adolescente Diagnostic étiologique Retard pubertaire de l adolescente Diagnostic étiologique Dr Natacha Bouhours-Nouet Pr Régis Coutant Service d Endocrinologie Pédiatrique, CHU d Angers Le retard pubertaire est un motif de consultation

Plus en détail

Quand demander une consultation andrologique?

Quand demander une consultation andrologique? Quand demander une consultation andrologique? Docteur F. VIGNON- Centre d Endocrinologie et Maladies Métaboliques. Strasbourg. Quand demander une consultation andrologique? Origine de l infertilité: -30

Plus en détail

S N E DE L M ANN MOTRANI Larabi,DCEM2

S N E DE L M ANN MOTRANI Larabi,DCEM2 SYNDROME DE KALLMANN MOTRANI Larabi,DCEM2 MR V,32 ANS, ADMIS EN HÔPITAL DE JOUR POUR UN BILAN HYPOPHYSAIRE. ANTECEDENTS: Familiaux: Asthme: père et mère Syndrome dépressif: mère Cancer du poumon: grand-père

Plus en détail

Place de la prise de sang dans l obésité de l enfant. Dr Myriam Bouillo

Place de la prise de sang dans l obésité de l enfant. Dr Myriam Bouillo Place de la prise de sang dans l obésité de l enfant Dr Myriam Bouillo Définition n Excès de masse grasse de l organisme, dans une proportion telle qu elle peut avoir une influence sur la santé n Surpoids

Plus en détail

Médecine Clinique endocrinologie & diabète

Médecine Clinique endocrinologie & diabète Cas cliniques d endocrinologie pédiatrique - n 7 Médecine Clinique endocrinologie & diabète Médecine Clinique Médecine Clinique Médecine Clinique Médecine Clinique Médecine Clinique Médecine Clinique Médecine

Plus en détail

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant Tumeurs testiculaires de l enfant Pathologie rare concernant 0,5 à 2 garçons /100 000 Représente 1 à 2% des tumeurs solides de l enfant Assez bon pronostic car: Au moins 40% de tumeurs bénignes Taux de

Plus en détail

ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT GENITAL du NOUVEAU-NE et de L ENFANT. C. PIENKOWSKI A. CARTAULT Hôpital des Enfants

ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT GENITAL du NOUVEAU-NE et de L ENFANT. C. PIENKOWSKI A. CARTAULT Hôpital des Enfants ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT GENITAL du NOUVEAU-NE et de L ENFANT C. PIENKOWSKI A. CARTAULT Hôpital des Enfants Les anomalies du développement sexuel sont des anomalies rares, qui peuvent être dépistées

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel Hyperandrogénies post ménopausiques A.Gompel Hyperandrogénie Liée à une sécrétion/utilisation exagérée des androgènes Hyperproduction des androgènes origine surrénalienne ou ovarienne associé à des troubles

Plus en détail

PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE

PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE Anne Bachelot Endocrinologie et Médecine de la Reproduction Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Stock folliculaire 1 000 000 Colonisation des

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Dinane Samara-Boustani Service d Endocrinologie, Diabétologie et Gynécologie Pédiatriques Pr Polak Centre des Maladies Endocriniennes Rares de la

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

Puberté précoce centrale : prise en charge thérapeutique

Puberté précoce centrale : prise en charge thérapeutique Dossssi ierr du CNHIIM 2010 Tome XXXI, 6 Le CNHIM est une association indépendante à but non lucratif (loi 1901) dont la vocation est de réaliser et diffuser une information rigoureuse et scientifique

Plus en détail

Suivi d un enfant guéri d un cancer. Docteur Odile Richard Service de pédiatrie CHU de Saint Etienne Novembre 2007

Suivi d un enfant guéri d un cancer. Docteur Odile Richard Service de pédiatrie CHU de Saint Etienne Novembre 2007 Suivi d un enfant guéri d un cancer Docteur Odile Richard Service de pédiatrie CHU de Saint Etienne Novembre 2007 INTRODUCTION Survie à long terme nettement augmentée 1 adulte / 1000 survit à une tumeur

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail