PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ)"

Transcription

1 PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI Foire aux questions (FAQ) Mars 2014 En mai 2012, l Assemblée mondiale de la Santé a déclaré que l achèvement de l éradication du poliovirus était une urgence programmatique pour la santé publique mondiale et a demandé une stratégie globale pour la phase finale. En réponse, le Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale a été élaboré. Ce Plan décrit une démarche globale pour achever l éradication, comportant l élimination de tous les cas de maladie poliomyélitique (qu ils soient dus à un virus sauvage ou à un virus dérivé d une souche vaccinale). Parmi ses quatre principaux objectifs, le Plan appelle les pays à renforcer la vaccination systématique, à introduire au moins une dose de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les calendriers de vaccination systématique et à retirer le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) par étapes, en commençant par les VPO contenant la composante de type 2. Le présent document fournit des informations sur les raisons étayant cet objectif. Pourquoi les pays doivent-ils introduire le VPI? L introduction du VPI est un élément clé du Plan pour la phase finale et pour la préparation mondiale à la gestion des risques liés au retrait du VPO2. Le Plan pour la phase finale demande, d ici fin 2015, d introduire le VPI dans tous les pays n utilisant que le VPO. Le VPI aura pour rôle principal de maintenir l immunité contre les poliovirus de type 2 pendant le retrait mondial du VPO2. Plus spécifiquement, le VPI doit être introduit pour les raisons suivantes : Pour réduire les risques. Lorsque le VPO2 aura été retiré dans le monde entier, un nombre impressionnant d enfants resteront vulnérables au poliovirus de type 2 si le VPI n est pas administré. Le VPI aidera à combler la lacune immunitaire en amorçant l immunité des populations contre le poliovirus de type 2 dans la perspective d une éventuelle réintroduction. Une région où le VPI a été administré court donc un risque plus faible de réémergence ou de réintroduction de poliovirus de type 2, qu ils soient sauvages ou dérivés d une souche vaccinale. Pour interrompre la transmission en cas de flambée. Si le VPO2 monovalent (VPOm2) s avérait nécessaire pour juguler une flambée épidémique, les niveaux d immunité nécessaires pour interrompre la transmission seraient plus faciles à atteindre en administrant le VPOm2 dans une population par ailleurs vaccinée par le VPI que dans une population non vaccinée. L introduction du VPI faciliterait donc la lutte contre les flambées à l avenir. Pour accélérer l éradication. Le VPI stimulera l immunité contre les poliovirus des types 1 et 3 chez les enfants ayant déjà été vaccinés par le VPO, ce qui permettrait encore d accélérer l éradication de ces deux virus sauvages.

2 Programmer 1 dose de VPI Délai pour permettre aux pays de fixer leurs dates cibles pour Novembre Passage synchronisé au niveau mondial du VPOt au VPOb Arrêt du VPO2 Calendrier d introduction du VPI Décision du Conseil d administration de GAVI sur les procédures d aide financière pour le VPI Décision sur les procédures d aide financière pour le VPI en faveur des pays non éligibles au soutien de GAVI Mai 2014 Résolution de l AMS sur la planification de 2015 Les pays introduisent au moins 1 dose de VPI dans leurs calendriers de vaccination systématique Fin de l utilisation du VPO De plus, une note de synthèse sur les vaccins antipoliomyélitiques publiée par l OMS en février 2014 confirme que l Organisation ne recommande plus de calendriers vaccinaux ne comprenant que le VPO. Tous les pays n utilisant actuellement que le VPO devraient ajouter au moins une dose de VPI à leur calendrier de vaccination. La note de synthèse peut être consultée en ligne sur Programmer 1 dose de VPI Novembre Note de synthèse de l OMS sur la poliomyélite confirmant que l OMS ne recommande plus de calendriers vaccinaux ne comprenant que le VPO Février 2014 Délai pour permettre aux pays de fixer leurs dates cibles pour Fin 2014 Passage synchronisé au niveau mondial du VPOt au VPOb 2016 Calendrier d introduction du VPI Arrêt du VPO2 Mai 2014 Décision du Conseil d administration de GAVI sur les procédures d aide financière pour le VPI Examen par l AMS des progrès de l effort d éradication, dont 2015 Les pays introduisent au moins 1 dose de VPI dans leurs calendriers de vaccination systématique Fin de l utilisation du VPO Pourquoi les pays devront-ils passer du VPOt au VPOb? Il existe trois types de poliovirus sauvages (PVS) : type 1 (PVS1), type 2 (PVS2) et type 3 (PVS3), chacun étant ciblé par un élément différent du vaccin antipoliomyélitique oral trivalent (VPOt). Les vaccins vivants atténués sont très efficaces contre le virus sauvage mais peuvent, dans de très rares cas, induire une paralysie. Cela peut se produire de deux manières : Poliomyélite paralytique associée au vaccin (PPAV) : pour chaque cohorte de naissance de 1 million d enfants dans les pays n utilisant que le VPO, on observe 2 à 4 cas de PPAV, ce qui se traduit par 250 à 500 cas de PPAV par an dans le Planification de FAQ Mars 2014 Pour de plus amples informations, consultez : ou contactez-nous par courriel : 2

3 monde, selon les estimations. Sur l ensemble de ces cas, environ 40 % sont provoqués par la composante de type 2 du VPO. Flambées de poliovirus circulant dérivé d une souche vaccinale (PVDVc) : ces rares flambées apparaissent lorsqu un virus apparenté à une souche vaccinale se transmet d une personne à l autre, mute pendant le processus et acquiert les caractéristiques de transmissibilité et de neurovirulence du virus sauvage. Ces dernières années, presque toutes les flambées de PVDVc ont été dues à un virus dérivé d une souche vaccinale de type 2. Bien que le poliovirus sauvage de type 2 semble avoir été éradiqué à l échelle mondiale depuis 1999, les virus de type 2 dérivés d une souche vaccinale continuent de provoquer la majorité des flambées de PVDVc et de nombreux cas de PPAV. Il en résulte que le VPO2 présente désormais plus de risques que d avantages et compromet les efforts visant l éradication mondiale de la poliomyélite. Le vaccin trivalent (VPOt) sera donc remplacé par le VPO bivalent (VPOb), qui continuera de cibler les types de poliovirus qui subsistent, à savoir le PVS1 et le PVS3. Une fois que ceux-ci seront éradiqués, le VPOb sera également retiré. Quand les pays doivent-ils introduire le VPI et passer au VPOb? Le retrait du VPO2 aura lieu en faisant passer les programmes de vaccination systématique du VPO trivalent (VPOt) au VPO bivalent (VPOb), ne contenant plus que des souches vaccinales de poliovirus des types 1 et 3. Le Groupe stratégique consultatif d experts (SAGE) de l OMS sur la vaccination a appelé à retirer les VPO renfermant le type 2 courant Les conditions seront alors réunies pour mettre complètement fin à l utilisation du VPOb en Pour atténuer les risques, le SAGE recommande à tous les pays qui n utilisent actuellement que le VPO dans leurs programmes de vaccination systématique d introduire, avant le «passage du VPOt au VPOb», au moins une dose de VPI dans leurs calendriers de vaccination systématique (c est-à-dire d ici fin 2015). Pour de plus amples informations sur les recommandations, consultez la page Pourquoi les pays doivent-ils introduire le VPI avant de passer du VPOt au VPOb? Le retrait du VPO2 laisserait une lacune immunitaire dans les populations vis-à-vis du poliovirus de type 2. Donc, immédiatement après le retrait mondial du VPO2, les pays qui n auront pas introduit le VPI seront confrontés à un risque accru de flambées en cas de réintroduction du virus de type 2. Une réintroduction ou une émergence du poliovirus circulant dérivé d une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2) risquerait de provoquer une vaste flambée épidémique de poliomyélite ou même le rétablissement de la transmission mondiale. Il serait possible de juguler rapidement une telle flambée grâce au VPOm2. En administrant le VPI à la population dans le cadre de la vaccination systématique, on atténuerait le risque que la réintroduction du virus aboutisse à une transmission soutenue. Si des poliovirus de type 2 sont réintroduits après l éradication, le fait qu une population soit vaccinée avec le VPI permettrait également de maîtriser rapidement la situation grâce à une utilisation ciblée du VPOm2. Planification de FAQ Mars 2014 Pour de plus amples informations, consultez : ou contactez-nous par courriel : 3

4 À quels risques les pays sont-ils confrontés s ils n introduisent pas le VPI? L arrêt du VPO2 s associe à deux risques majeurs : Un risque immédiat, mais limité dans le temps, d émergence de PVDVc2, et des risques à moyen et à long terme de réintroduction du poliovirus à partir d un site de fabrication du vaccin, d un institut de recherche ou d un laboratoire de diagnostic. Si tous les pays sont confrontés à un risque limité dans le temps (1 à 2 ans) de flambées de PVDVc2 lors du retrait du VPO2 s ils n introduisent pas une dose de VPI, certains sont plus exposés que d autres. Les évaluations du risque menées par l Initiative mondiale pour l éradication de la poliomyélite (IMEP) et l OMS ont conduit à regrouper les pays n utilisant que le VPO en quatre niveaux, basés sur : 1. les antécédents de poliovirus sauvage et d émergence de PVDV ; 2. la couverture du DTC3 ; et 3. le statut du risque dans les pays limitrophes. On considère que les pays au niveau 1 sont exposés au risque le plus élevé, tandis que ceux qui sont au niveau 4 ont le risque le plus faible. Le Plan pour la phase finale demande à tous les pays, quel que soit leur niveau, de cesser d utiliser le VPO2 d ici 2016 et d envisager l administration d au moins une dose de VPI pour atténuer le risque de réintroduction du poliovirus de type 2. Que se passe-t-il si une flambée de poliomyélite de type 2 se produit après l arrêt du VPO2? Une réserve mondiale, gérée au niveau international, de VPO monovalents (types 1, 2 et 3) est en train d être constituée pour servir en cas de flambée après l arrêt du VPO. Cette réserve permettra une riposte spécifique au type de virus, ce qui, dans une population à l immunité déjà sollicitée par le VPI, garantira une maîtrise rapide de la flambée et l interruption de la transmission. Pourquoi ne peut-on pas arrêter immédiatement le VPO et pourquoi les pays ne peuvent-ils pas passer entièrement au VPI, au lieu d introduire une dose dans la vaccination systématique? Tant que la transmission de la poliomyélite n aura pas été interrompue dans le monde entier, le VPO restera une composante essentielle de la stratégie d éradication. Ce vaccin est celui qui convient le mieux pour éradiquer les poliovirus sauvages dans le monde parce qu il est peu coûteux, facile à administrer et confère une bonne immunité au niveau des muqueuses orales et intestinales, nécessaire pour interrompre la propagation interhumaine du virus, notamment en situation de forte densité de population et de mauvaises conditions d assainissement. Planification de FAQ Mars 2014 Pour de plus amples informations, consultez : ou contactez-nous par courriel : 4

5 Pourquoi le Plan pour la phase finale demande-t-il spécifiquement de renforcer la vaccination systématique et considère-t-il qu il s agit là d une étape cruciale pour l éradication de la poliomyélite? Jusqu à maintenant, il était pleinement justifié d axer en grande partie les efforts d éradication sur les campagnes de vaccination. En revanche, pour la phase finale, la vaccination systématique et l éradication de la poliomyélite ne peuvent plus être dissociées ; les deux ont des atouts qui les renforcent mutuellement. La principale raison pour renforcer la vaccination systématique est d atteindre et de maintenir une forte immunité de la population contre les poliovirus, notamment ceux de type 2, après le retrait du VPO2. Le nombre et la durée de flambées de poliomyélite, qu elles impliquent un PVS ou un PVDVc, sont en étroite corrélation avec la faiblesse des systèmes de vaccination systématique. C est aussi une occasion en or de renforcer les systèmes dans certains des pays ayant les plus faibles niveaux de couverture de la vaccination systématique, avec des avantages immédiats et directs pour eux. Dans un pays donné, nombre d efforts visant à éradiquer la poliomyélite peuvent contribuer au renforcement de la vaccination systématique en développant davantage la livraison des vaccins grâce à l utilisation des moyens d action et de l expertise de l IMEP : ressources humaines, suivi des populations ciblées, sites et systèmes de formation, stratégies de surveillance pour l amélioration de la couverture et efforts de suivi-évaluation. C est ce que l on observe déjà en Afrique et en Inde, où une grande partie des efforts de l IMEP soutiennent la vaccination systématique. Le partenariat entre l IMEP, l Alliance GAVI et d autres organisations donne lui aussi la possibilité de renforcer la vaccination systématique par l amélioration de la planification, de l assistance technique et de la responsabilisation. Planification de FAQ Mars 2014 Pour de plus amples informations, consultez : ou contactez-nous par courriel : 5

Préparation du retrait de tous les vaccins antipoliomyélitiques oraux (VPO) : remplacement du VPO trivalent par le VPO bivalent

Préparation du retrait de tous les vaccins antipoliomyélitiques oraux (VPO) : remplacement du VPO trivalent par le VPO bivalent Préparation du retrait de tous les vaccins antipoliomyélitiques oraux (VPO) : remplacement du VPO trivalent par le VPO bivalent Questions fréquentes -- février 2015 Table des matières Sigles Raisons de

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Objectif 2 : Renforcement des systèmes de vaccination et retrait du VPO

Objectif 2 : Renforcement des systèmes de vaccination et retrait du VPO Objectif 2 : Renforcement des systèmes de vaccination et retrait du VPO RENFORCEMENT DES SYSTÈMES DE VACCINATION ET RETRAIT DU VPO Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités

Plus en détail

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

oral (VPO) dans la vaccination systématique après Arrêt de l'utilisation du vaccin antipoliomyélitique l'éradication mondiale de la poliomyélite

oral (VPO) dans la vaccination systématique après Arrêt de l'utilisation du vaccin antipoliomyélitique l'éradication mondiale de la poliomyélite WHO/POLIO/05.02F Arrêt de l'utilisation du vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) dans la vaccination systématique après l'éradication mondiale de la poliomyélite Document cadre destiné aux responsables

Plus en détail

Remplacement du vaccin antipoliomyélitique oral trivalent par le vaccin bivalent : introduction

Remplacement du vaccin antipoliomyélitique oral trivalent par le vaccin bivalent : introduction Remplacement du vaccin antipoliomyélitique oral trivalent par le vaccin bivalent : introduction février 2015 1 Sommaire 1. Les raisons du retrait du VPO 2. Calendrier pour le remplacement du VPOt par le

Plus en détail

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile)

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) Poliomyélite aigüe (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) CCDM18 & 19 : R. B. Aylward 1. Identification Une infection virale reconnue par son début aigu de paralysie flasque. L infection

Plus en détail

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Foire aux questions (FAQ) FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Pourquoi le Directeur général de l OMS fait-il ces recommandations aux voyageurs et pourquoi maintenant?

Plus en détail

Introduction du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans le calendrier de vaccination systématique

Introduction du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans le calendrier de vaccination systématique Introduction du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans le calendrier de vaccination Manuel destiné aux consultants régionaux, aux décideurs et aux directeurs de programmes sur les aspects politiques

Plus en détail

Troisième rapport de la Commission A

Troisième rapport de la Commission A SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/55 26 mai 2012 Troisième rapport de la Commission A La Commission A a tenu ses huitième, neuvième et dixième séances le 25 mai 2012, sous la présidence

Plus en détail

Objectif 1 : Détection du poliovirus et interruption de sa transmission

Objectif 1 : Détection du poliovirus et interruption de sa transmission Objectif 1 : Détection du poliovirus et interruption de sa transmission DÉTECTION DU POLIOVIRUS ET INTERRUPTION DE SA TRANSMISSION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités

Plus en détail

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC Deuxième Semestre 2012 Elaboré par le Ministère de la Santé

Plus en détail

SEMINAIRE NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU CALENDRIER NATIONAL DE VACCINATION

SEMINAIRE NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU CALENDRIER NATIONAL DE VACCINATION الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارة الصحة, السكان وإصالح المستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE SEMINAIRE

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

poliovirus dérivés d une souche vaccinale

poliovirus dérivés d une souche vaccinale Notification et classification des poliovirus dérivés d une souche vaccinale Lignes directrices de l IMEP Juillet 2015 1 Importance d une surveillance sensible et en temps utile des PVDV Au vu des progrès

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

R APPORT A N N U E L 2012

R APPORT A N N U E L 2012 RAPPORT ANNUEL 2012 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé sont disponibles sur le site Web de l OMS (www.who.int) ou peuvent

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES. Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION : ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Dr K. LAHLOU Directeur de la population Casablanca janvier 2016 Plan I. Evolution du calendrier de vaccination au Maroc II. III. Acquis du

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

Version du 14 février 2014

Version du 14 février 2014 Contexte et éléments techniques justifiant l introduction d une dose de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans le calendrier de vaccination systématique Manuel destiné à la formation des consultants

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE République Démocratique du Congo Réunion du Conseil de Surveillance Indépendant pour l Eradication de la Polio Genève, 21-22 Décembre 2010 LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE

Plus en détail

BUDGET PROGRAMME 2016-2017

BUDGET PROGRAMME 2016-2017 BUDGET PROGRAMME 2016-2017 Le projet de budget programme pour l exercice 2016-2017 a été présenté à la Soixante-Huitième Assemblée mondiale de la Santé dans les documents A68/7 et A68/7 Add.1. L Assemblée

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Huitième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBAC8/2 14 avril 2003 Etat de la mise en oeuvre des

Plus en détail

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015 Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi Monrovia, 22 juillet 2015 Principaux messages résumés Les participants ont reconnu que, pour les trois pays, la réunion

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail

Poliovirus sauvages, 16 sept. 2008-15 sept. 2009

Poliovirus sauvages, 16 sept. 2008-15 sept. 2009 20 octobre 2009 Évaluation indépendante des principaux obstacles à l interruption de la transmission du poliovirus RESUME D ORIENTATION Ali Jaffer Mohamed, Président et chef de l équipe du Nigéria, Peter

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe

Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe WHO/CDS/CSR/GIP/2005.5 ALERTE & REPONSE AUX EPIDEMIES Plan mondial OMS de préparation à une pandémie de grippe Le rôle de l OMS et les recommandations relatives aux mesures à prendre à l échelon national

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Rapport sur l éradication de la poliomyélite Aspects médicaux, sociaux et financiers

Rapport sur l éradication de la poliomyélite Aspects médicaux, sociaux et financiers N 23 Tant que la polio menacera, ne serait-ce qu'un seul enfant dans le monde, tous les enfants du monde demeureront en danger. Rapport sur l éradication de la poliomyélite Aspects médicaux, sociaux et

Plus en détail

Cent trente-sixième session 4 mars 2015. Liste des documents. Proposition d inscription d un point supplémentaire à l ordre du jour

Cent trente-sixième session 4 mars 2015. Liste des documents. Proposition d inscription d un point supplémentaire à l ordre du jour CONSEIL EXÉCUTIF EB136/DIV./4 Cent trente-sixième session 4 mars 2015 Liste des documents EB136/1 Rev.1 EB136/1(annoté) EB136/1 Add.1 EB136/2 EB136/3 EB136/4 EB136/5 EB136/6 EB136/7 EB136/8 EB136/9 EB136/10

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

SANOFI PASTEUR, PREMIER FOURNISSEUR MONDIAL DE VACCIN CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE

SANOFI PASTEUR, PREMIER FOURNISSEUR MONDIAL DE VACCIN CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE FAITS ET CHIFFRES SANOFI PASTEUR, PREMIER FOURNISSEUR MONDIAL DE VACCIN CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE LEADER MONDIAL DANS LA PRODUCTION DE VACCIN CONTRE LA GRIPPE La capacité de production annuelle de vaccin

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en ORIGINAL : ANGLAIS DISTR. : GÉNÉRALE Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire DÉPARTEMENT VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Informations sur la mise en œuvre

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Informations sur la mise en œuvre PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI Informations sur la mise en œuvre Mars 2014 Introduction Ce guide fournit des informations spécifiques concernant l introduction du vaccin antipoliomyélitique inactivé

Plus en détail

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire ORIGINAL : ANGLAIS DISTR. : GÉNÉRALE Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire DÉPARTEMENT VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Ordre du jour de l atelier Jour 1 Introduction Démographique Mortalité Jour 2 Morbidité

Plus en détail

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Grâce à la diminution spectaculaire du nombre de cas de maladies à prévention vaccinale en Europe,

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Document de base concernant le profil de compétence Conseil en soins infirmiers Version du 11 octobre 2013 1 La situation initiale dans le rapport

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

poliovirus dérivés d une souche vaccinale (PVDV)

poliovirus dérivés d une souche vaccinale (PVDV) Classification et notification des poliovirus dérivés d une souche vaccinale (PVDV) Lignes directrices de l IMEP Août 2016 1 Importance d une surveillance sensible et en temps voulu des PVDV Au vu des

Plus en détail

Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012

Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012 Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012 Note : Des documents de référence, y compris photographies,

Plus en détail

Cofinancement des vaccins

Cofinancement des vaccins Cofinancement des vaccins Foire aux questions Février 2015 1. Qu entend-on par cofinancement? Gavi définit le "cofinancement" comme les contributions des gouvernements nationaux à la prise en charge d

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

Le nombre des pays où la transmission indigène

Le nombre des pays où la transmission indigène Numéro 26 Printemps 2006 Les pays endémiques pour la polio n ont jamais été aussi peu nombreux Le nombre des pays où la transmission indigène de polio se poursuit a diminué pour atteindre son point le

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 18 mai 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Budget-plan de travail intégré 2010-2011 et rapports 2008-2009 Rapport du sous-comité ad interim

Plus en détail

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages CONSEIL EXÉCUTIF EB138/21 Cent trente-huitième session 8 janvier 2016 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Cent trente-sixième session 16 janvier 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire. Poliomyélite. Rapport du Secrétariat

Cent trente-sixième session 16 janvier 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire. Poliomyélite. Rapport du Secrétariat CONSEIL EXÉCUTIF EB136/21 Cent trente-sixième session 16 janvier 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Poliomyélite Rapport du Secrétariat 1. Le 5 mai 2014, le Directeur général a déclaré que la

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes)

Adolescents Adultes Observations (voir détails dans les notes) (mise à jour: 27 février 2015) Tableau 1: Vaccination systématique recommandée - Résumé des notes d information de l OMS Antigène Enfants (voir details tableau 2) Recommandations pour tous les programmes

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Migrez sans attendre de 7-Mode vers cdot!

Migrez sans attendre de 7-Mode vers cdot! Distribution Partner Migrez sans attendre de 7-Mode vers cdot! Les environnements NetApp de vos clients sont-ils à la pointe de la technique? Clustered Data ONTAP (en abrégé cdot), le nouveau système d

Plus en détail

Si une pandémie de grippe survient, des annonces seront diffusées à la télévision et à la radio et publiées dans la presse.

Si une pandémie de grippe survient, des annonces seront diffusées à la télévision et à la radio et publiées dans la presse. GRIPPE PANDEMIQUE Des informations importantes pour vous et votre famille INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES Pour obtenir de plus amples informations visitez le site www.show.scot.nhs.uk/sehd/pandemicflu visitez

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

à disposition des ressources nécessaires pour mener à bien les opérations. À ce jour, ce pays est toujours exempt de poliomyélite.

à disposition des ressources nécessaires pour mener à bien les opérations. À ce jour, ce pays est toujours exempt de poliomyélite. Résumé d orientation 1. Depuis son lancement en 1988 à l occasion de l Assemblée mondiale de la Santé, l Initiative mondiale pour l éradication de la poliomyélite (IMEP) a permis de réduire l incidence

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE À partir de 2011, l Institut de santé publique d Albanie a collaboré avec le projet

Plus en détail