Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013"

Transcription

1 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

2 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle de la diététicienne 4. Conclusion 2

3 1. Différence malnutrition et dénutrition 3

4 1. Différence Malnutrition / Dénutrition Malnutrition Apports insuffisants de nutriments essentiels Apports énergétiques suffisants Dénutrition Déficit d apports nutritionnels par rapport aux besoins énergétiques (souvent protéino-énergétique) 4

5 2. Détecter le risque de malnutrition ou dénutrition 5

6 Critères diagnostiques (selon HAS / Haute Autorité de Santé) 1 ou plusieurs des critères suivants Perte de poids 5% du poids corporel en 1 mois ou Perte de poids 10% du poids corporel en 6 mois IMC < 21 Albuminémie < 35g/L (corrélé à C reactive proteine) MNA < 17/30 Dénutrition sévère Perte de poids 10% en 1 mois ou 15% en 6 mois IMC < 18 Albuminémie < 30g/L (corrélé avec CRP) 6

7 Le poids 7

8 Poids d entrée, poids habituel Contrôle régulier du poids (1x/mois) Pesée correcte dans les mêmes conditions! Evolution du poids! Courbe de poids Intervenir dès premiers signes de perte de poids 8

9 9

10 Body Mass Index 10

11 BMI = Poids (kg) Taille (m) x Taille (m) Chez la personne âgée Adulte BMI < 21: risque de dénutrition (<18) 21<BMI<27: poids normal (18-24,9) 27<BMI<30: surcharge pondérale (25-29,9) BMI> 30: obésité (30)! Taille diminue avec l âge!! BMI > 21 n exclut pas une malnutrition! 11

12 Mini nutritionnel assessment (MNA) 12

13 MNA permet de détecter des clients avec bon état nutritionnel à risque de malnutrition avec mauvais état nutritionnel 13

14 14

15 15

16 Examens complémentaires 16

17 Analyses sanguine Dosage de l albumine Dénutrition <35g/L; dénutrition sévère <30g/L CRP et orosomucoïde Carence alimentaire ou hypercatabolisme si Enquête alimentaire 17

18 Il ne suffit pas seulement de détecter, mais il faut agir! Origine? Pathologie, état bucco-dentaire, effets des médicaments, isolement, régimes restrictifs... 18

19 Le service diététique 19

20 1,5 ETP diététicienne Infirmiers référents en nutrition dans chaque centre

21 3. Le rôle de la diététicienne 21

22 Evaluer les protocoles alimentaires Proposer des mesures correctives Suivi des clients à risque Formation du personnel Alimentation équilibrée et variée Plaisir de manger Stimulation basale 22

23 23

24 Den Alter liewen 24

25 25

26 Evaluer les protocoles alimentaires Proposer des mesures correctives Adapter les menus en fonction des goûts, habitudes alimentaires et préférences du client Fractionnement des repas / petite portion Adaptation des textures des repas Revoir nécessité de régimes restrictifs Matériel adapté Enrichissement des repas et compléments alimentaires 26

27 Adapter les textures au besoin Repas mixés 27

28 Repas mixés Création de plats répondant aux critères suivants: Présentation appétissante Texture appropriée Apport nutritionnel optimal en cas de problèmes de déglutition 28

29 Avant 29

30 Après 30

31 31

32 32

33 Matériel adapté 33

34

35 L enrichissement des repas 35

36 Enrichir les repas apporter plus de nutriments sous un même volume à l aide d aliments courants à l aide de compléments alimentaires en protéines, en lipides, en glucides L apport en protéines 1,2-1,5g/kg/j ( dénutrition) Exemple: personne de 60kg-> 72 90g par jour 36

37 Quelques exemples de plats riches en protéines sans viande Omelette (au fromage), oeufs sur le plat,oeufs brouillés, oeuf dur sauce béchamel Paangecher, Kniddelen, Gromperen mat Brach Flan, gratins ou accompagner les légumes de sauce béchamel Milk-shake, lait chocolaté, pudding, mousse de fromage blanc.. Gratin de poisson, mousse de poisson, terrine de poisson Enrichir le potage avec du lait en poudre, du fromage, des oeufs (bouillon) Enrichir la purée de pdt avec des oeufs... 37

38 38

39 Les compléments alimentaires riche en énergie et/ou protéines riche en certains nutriments spécifiques p.ex. Zn, Se, arginine -> escarres petit volume forme liquide/crème seulement efficace si le bon choix du produit horaire d administration!! en complément des repas

40 Evaluer les protocoles alimentaires Proposer des mesures correctives Suivi des clients à risque Formation du personnel Alimentation équilibrée et variée Plaisir de manger Stimulation basale 40

41 Formation des cuisiniers À la recherche de nouveaux goûts, de nouvelles techniques et de recettes 41

42 Evaluer les protocoles alimentaires Proposer des mesures correctives Suivi des clients à risque Formation du personnel Alimentation équilibrée et variée Plaisir de manger Stimulation basale 42

43 Variété des plats 850 recettes différentes 43

44 Se rapprocher des goûts des clients Kichenkommissioun + Heemrot 1 menu traditionnel luxembourgeois Alternatives variées Petite carte saisonnière ou selon les désirs des clients Régime spécifique!!régimes restrictifs chez la personne âgée!! Semaine à thème, semaine Fitness 44

45 45

46 46

47 47

48 48

49 Semaine à thème Découvrir de nouvelles recettes, souvenirs de voyage 49

50 Gesondheetswoch Gesond Iessen méi bewegen 50

51 Evaluer les protocoles alimentaires Proposer des mesures correctives Suivi des clients à risque Formation du personnel Alimentation équilibrée et variée Plaisir de manger Stimulation basale 51

52 Show-cooking Stimuler les sens grâce aux cuisines mobiles 52

53 Cuisiner en face des clients - Plus-values Sentir et voir les ingrédients Stimuler l appétit Choix individuel du plat Préparation à la minute 53

54 54

55 55

56 56

57 Cuisine thérapeutique Impliquer directement le client 57

58 Atelier cuisine - Cuisiner et manger ensemble Développer des centres d intérêts anciens ou nouveaux Dynamiser la vie des seniors Activer et développer la mémoire Créer des liens sociaux Maintenir l'autonomie 58

59 59

60 60

61 4. Conclusion 61

62 Prévenir la malnutrition en institution: Un travail d équipe! 62

63 Prévention malnutrition en institution = travail d équipe (personnel assistance et soins, personnel de cuisine, personnel de restauration, diététicienne, kinésithérpeute, ergothérapeute, orthophoniste, médecin...) Cibler les clients à risque et intervenir dès premiers changements dans leurs habitudes alimentaires Prévenir par une alimentation saine, équilibrée et variée, tout en gardant le plaisir de manger 63

64 Merci pour votre attention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON

OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON OUTIL DE REFERENCE SUR LE SUIVI NUTRITIONNEL A MA MAISON Objectifs de cet outil : Disposer d un outil o Pratique et fonctionnel o Accessible et compréhensible par tous o Reprenant, sans être exhaustif,

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart

Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart Démarche d évaluation des pratiques professionnelles (EPP) au centre de long séjour de Rochechouart «Amélioration de la qualité du dépistage de la dénutrition chez les personnes âgées en institution» «Amélioration

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

Dénutrition chez la personne âgée e en EHPAD. Céline PIERRES Diététicienne ticienne CHI Elbeuf Louviers

Dénutrition chez la personne âgée e en EHPAD. Céline PIERRES Diététicienne ticienne CHI Elbeuf Louviers Dénutrition chez la personne âgée e en EHPAD Prévention, Dépistage, D Prise en charge Céline PIERRES Diététicienne ticienne CHI Elbeuf Louviers EHPAD Elbeuf et Louviers 321 résidents en EHPAD sur 5 résidences

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Plan de la présentation. Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète

Plan de la présentation. Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète Catherine BOVET, diététicienne, DMCPRU Mars 2015 1 Plan de la présentation Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète 2 Altération du goût, de l odorat

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.medecinedusport.fr Médecine du Sport Nutrition du Sportif INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL

Plus en détail

Concept nutritionnel. version 2012

Concept nutritionnel. version 2012 Concept nutritionnel version 2012 Pertuis-du-Sault 18 2000 Neuchâtel Tél. +41 (0)32 727 11 11 Fax +41 (0)32 727 11 10 home.ermitage@ne.ch www.home-ermitage.ch Date : 12.10.12 Auteur : DIR Version : 2 CONCEPT

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES PATIENTS ATTEINTS DE TROUBLES DE LA DEGLUTITION 1 CONSEQUENCES NUTRITIONNELLES / DYSPHAGIE 2 1. Repas Augmentation de la durée du repas Restrictions alimentaires / diminution

Plus en détail

CUISINE ÉVÉNEMENTIELLE 1 jour 1jour 8 à 12 ATELIER ANNIVERSAIRE PUBLIC Toute personne qui souhaite mettre en place une animation «anniversaire» au sein de son restaurant. FINALITÉS Organiser un goûter

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE CAUSES DE LA GÊNE ALIMENTAIRE

L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE CAUSES DE LA GÊNE ALIMENTAIRE JOURNEES MAS/FAM 13 ET 14 MAI 2008 LILLE ATELIER DIETETIQUE é é è é é L alimentation: un sujet au cœur des préoccupations! L espérance de vie les personnes sévèrement handicapées a augmenté! La nutrition

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013

La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN. Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Muriel Jaquet, Société Suisse de Nutrition SSN Symposium Pro viande, 16 janvier 2013 La viande dans l alimentation du nourrisson Les recommandations pour l alimentation

Plus en détail

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire.

RECETTES ENRICHIES. Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Service Diététique Hôpital Saint Antoine 01.49.28.20.57 RECETTES ENRICHIES Les protéines que nous trouvons dans nos aliments constituent notre masse musculaire. Des traitements répétés et un manque d appétit

Plus en détail

U.S.S.R. et en E.H.P.A.D.: mythe ou réalitr. alité? Frédérique rique BOURDELOT

U.S.S.R. et en E.H.P.A.D.: mythe ou réalitr. alité? Frédérique rique BOURDELOT La diététicienne ticienne en U.S.S.R. et en E.H.P.A.D.: mythe ou réalitr alité? Frédérique rique BOURDELOT Diététicienne ticienne Louviers Marie-Laure FRANÇOIS Diététicienne ticienne Elbeuf et Bourg-Achard

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive.

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive. NUTRI-CULTURE LE texturant 100% végétal, compatible toutes cultures. Facile à mettre en œuvre et à utiliser pour préparer des textures modifiées (quelles que soient les facultés des convives). Il fond

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée

Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée K. Kadri, N. Cavelier, F. Lecoeur 1 Introduction Unité

Plus en détail

Guide de prise en charge nutritionnelle de l escarre Version 1 Septembre 2006 Centre Hospitalier de Somain

Guide de prise en charge nutritionnelle de l escarre Version 1 Septembre 2006 Centre Hospitalier de Somain DIRECTION DES SOINS Cindy BALY, Diététicienne Date : A l intention de : L escarre augmente fortement les besoins de l organisme, non seulement quantitativement (apports énergétiques) mais aussi qualitativement

Plus en détail

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS Votre appétit vous fait défaut Fractionnez votre alimentation en petits repas : prévoyez 2 à 3 collations dans la journée. Exemples de collations : entremets, biscuits, toasts,

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS Mai 2013 Au sommaire de votre CNISAM infos N 8 Contexte... 2 Le rôle du CNISAM... 2 Les personnes âgées et la dénutrition... 2 Les causes

Plus en détail

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France Préfet de la région d Île-de-France DRIAAF Quelques aspects de la Restauration sociale en Île-de-France 1 Contexte régional en matière d accessibilité alimentaire et de nutrition 2 Éléments du contexte

Plus en détail

Comment s alimenter avant / après une séance de sport?

Comment s alimenter avant / après une séance de sport? Rencontre Sport & Santé 26 mai 2015 Comment s alimenter avant / après une séance de sport? Stéphanie JEAN-ANGELE Diététicienne Point sur l équilibre alimentaire La pyramide alimentaire PRODUITS SUCRES

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

La dénutrition, c est quoi?

La dénutrition, c est quoi? La dénutrition, c est quoi? Ou MPE : malnutrition protéinoénergétique, malnutrition la plus grave et la plus fréquente chez la personne âgée Définition de l HAS avril 2007 La dénutrition protéino-énergétique

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1

04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1 04/06/2008 CHU LIEGE - ENP - REFERENTS NUTRITION - N. PERIN - C. MALHERBE 1 CHU de Liège Un diététicien ticien et une infirmière, re, Un duo performant pour prévenir et combattre la dénutrition d ensemble!

Plus en détail

LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ!

LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ! LES PROTÉINES : DES ALLIÉES POUR VIEILLIR EN SANTÉ! VIEILLIR EN SANTÉ Pour vivre en santé, il est important de bien manger, de bouger et de socialiser. Vous avez des questions? Consultez les diététistes/nutritionnistes,

Plus en détail

Sommaire PRÉFACE... XI REMERCIEMENTS... XII

Sommaire PRÉFACE... XI REMERCIEMENTS... XII Sommaire PRÉFACE... XI REMERCIEMENTS... XII 1. FAIRE LE PLEIN DE CARBURANT POUR SE MUSCLER... 1 Avec quoi fabrique-t-on du muscle?... 2 D où le muscle tire-t-il son énergie?... 3 Règles de nutrition pour

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés. Projet PWNS-be-A

Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés. Projet PWNS-be-A Le Plan Wallon Nutrition Santé Bien-être des Aînés Projet PWNS-be-A 1 PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. PWNS-be-A 1. Historique 2. «La Charte Qualité-Nutrition» du PNNS-B 3. Tests opérationnels

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs "Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques"

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques «Du besoin au désir» Les apports complémentaires : qualité ou quantité? Compléments Alimentation plaisir Aide-soignante, unité de Soins Palliatifs Diététicienne, Comité de Liaison en Alimentation Nutrition

Plus en détail

LA PLACE DE LA VIANDE DANS LA

LA PLACE DE LA VIANDE DANS LA LA PLACE DE LA VIANDE DANS LA NUTRITION HUMAINE Points de vue de professionnels de la nutrition JSMTV - Point de vue de professionnels de la nutrition Diététiciennes en restauration collective Nutritionnistes

Plus en détail

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013.

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013. Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013 Unité Alzheimer 1 Diagnostic de dénutrition, critères de la HAS, un seul

Plus en détail

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011

Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Réalisé par Eva MILESI Diététicienne Nutritionniste DE Juin 2011 Buccal Œsophage Estomac Intestin grêle Colon Portion ano-rectale Mais aussi, nous observons des atteintes: Musculaires, rénales, pancréatico-biliaire,

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Conçu par Fabienne Cima, diététicienne dans l unité de prévention cardiovasculaire au CHU de PONTCHAILLOU Fabienne.cima@chu-rennes.fr Objectif général

Plus en détail

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle Titre présentation - date 1 L'atelier Bien-être à table Contexte 2 Un atelier nutrition au sein du parcours prévention Depuis 2011, la

Plus en détail

Alimentation liquide. Info +

Alimentation liquide. Info + Alimentation liquide Info + La texture liquide rend les repas moins appétissants et parfois difficiles à reconnaître : inscrivez les noms des préparations sur chaque bol ou notez-les sur un menu pour mieux

Plus en détail

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 1 Pour aborder la prise en charge d un patient, il est essentiel de connaître et d acquérir certaines connaissances relatives à son alimentation.

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE. Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014

PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE. Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014 PRÉVENTION DE LA DÉNUTRITION EN EHPAD: RETOUR D EXPÉRIENCE Réunion locale ARS-EHPAD 12 Novembre 2014 CARACTÉRISTIQUES DES 2 SITES EHPAD Linard 70 lits d EHPAD Une cuisine interne 3 cuisiniers EHPAD Les

Plus en détail

90 H.T. "Allégée" NOUVEAU. Formule

90 H.T. Allégée NOUVEAU. Formule NOUVEAU Formule Notre métier, vous accompagner et vous apporter les conseils et l amélioration de la qualité nutrionnelles de vos services. NOS ENGAGEMENTS : Vous aidez à concevoir des menus équilibrés

Plus en détail

Alimentation - nutrition

Alimentation - nutrition Alimentation - nutrition catalogue des modules d intervention Programme 2013 Mce 81 bd Albert 1 er 35200 Rennes 02 99 30 30 35 50 www.mce-info.org Udaf 35 Maison de l agriculture, rue Maurice Le Lannou

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE

MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE DEPARTEMENT D INDRE ET LOIRE Mairie De Saint-Roch MARCHÉ PUBLIC DE SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES CCTP Article 1 Objet du marché La prestation, objet du marché,

Plus en détail

Troubles de la déglutition

Troubles de la déglutition Troubles de la déglutition Prévention des fausses routes dans les atteintes neurologiques chez l adulte Sommaire Définition................................ 3 Quand on avale........................... 4

Plus en détail

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE

BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Projet d éducation pour la santé auprès des jeunes enfants dans les établissements scolaires BIEN MANGER ET BOUGER DES L ECOLE MATERNELLE Contacts : Service Prévention/Education pour la santé CPAM de la

Plus en détail

et établissement de santé

et établissement de santé nutrition, dénutrition, alimentation de la personne âgée en EHPAD et établissement de santé Guide pédagogique pour l appropriation de l outil Mobiqual 2013 Contexte La dénutrition chez la personne âgée

Plus en détail

Etude «santé bucco-dentaire»

Etude «santé bucco-dentaire» Etude «santé bucco-dentaire» M.A. Costa 1, M. GIRARD 2, M. HUMEL 3, Dr S. MICHLOVSKY 4 1 Laboratoire hygiène, 2 D.R.D, 3 Diététique, 4 Stomatologie Pourquoi? Santé mentale Nutrition Hygiène corporelle

Plus en détail

Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes :

Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes : DEFINITI ION LE REGIME DIABETIQUE POUR LES INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES Le diabète est une pathologie se présentant sous deux formes distinctes : DNID ou diabète non insulino dépendant Lié à une insulinorésistane,

Plus en détail

L alimentation de la personne âgée

L alimentation de la personne âgée La recette du mois L alimentation de la personne âgée Niveau de difficulté : Ingrédients indispensables : 3 cuillerées d imagination 2 bonnes doses de convivialité 1 brin de vigilance Ustensiles : User

Plus en détail

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT INTERCLAN BRETAGNE GROUPE DE TRAVAIL ENRICHISSEMENT 1 QU EST CE QU ENRICHIR? L enrichissement a pour objectifs : De pallier aux carences d une alimentation insuffisante pour couvrir les besoins protéinoénergétiques

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Et si le plaisir était toujours dans l assiette?

Et si le plaisir était toujours dans l assiette? Et si le plaisir était toujours dans l assiette? Isabelle l huillier (diététicienne) Jean-François Pinel (cuisinier) Clinique Saint Yves Rennes (35) 1. Présentation de l établissement 4. Perspectives d

Plus en détail

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE Docteur F. DUPRIEZ V. SIGURÉ Diététicienne Définitions Apports alimentaires recommandés Épidémiologie Causes de dénutrition du sujet âgé Evaluation de l état nutritionnel

Plus en détail

MENU MINUTE : RESUMÉ VIDEO 0

MENU MINUTE : RESUMÉ VIDEO 0 MENU MINUTE : RESUMÉ VIDEO 0 Bienvenue dans le programme! > Un petit mot de bienvenue > Comment profiter au mieux de la formation > Un petit exercice à faire immédiatement > Le récapitulatif du programme

Plus en détail

Alimentation en Ehpad

Alimentation en Ehpad Alimentation en Ehpad Une politique de prévention s impose! UFC - Que Choisir 24 mars 2015 La dénutrition des séniors : un enjeu de santé publique Entre 450 000 et 700 000 personnes âgées touchées Une

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors

Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors Le fromage, Plaisir et Nutrition dans les repas des Seniors Bel Foodservice a collaboré avec des experts du secteur médical et de la restauration pour développer une gamme de produits destinés à améliorer

Plus en détail

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette LES FORMATIONS 2015 Du bio pour tous dès la crèche Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette Le bio et l alternatif pour plus de goût et de diversité La cuisine évolutive au service

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Nouvelles recettes Janvier Février 2016

Nouvelles recettes Janvier Février 2016 Nouvelles recettes Janvier Février 2016 «Les pas pareille» Janvier : Tortilla aux pommes de terre Février : Cake à la Carotte Connaissance de nos recettes maison: Licuado de platano Une journée à la fête

Plus en détail

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats -

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - La Vache qui rit CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - Le Groupe Bel, conscient du rôle à jouer par l industrie agroalimentaire dans la lutte contre les problèmes de santé

Plus en détail

Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure

Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure Nutrition de la personne âgée à domicile et en structure 1. Introduction : 1.1 Données générales : 18 octobre 2011 Ménigoute Résumé de la partie présentée par A. Mazoyer Tout ce qui va être présenté ce

Plus en détail

CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne

CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne CLIC Issoire Bassin Montagne Nathalie Maury Diététicienne Démarche qualité Initiée en 2008 dans le cadre du mémoire d études d Alexandra Gatel, diététicienne. Etat des lieux au début de l étude : Etude

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Les mythes alimentaires Le pain fait engraisser. Le lait est bon seulement pour les enfants. Le jeûne permet de purifier l organisme. Toutes ces affirmations,

Plus en détail

Comment? Définir la méthode de prise en charge. Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques. Définir le cadre de la prise en charge

Comment? Définir la méthode de prise en charge. Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques. Définir le cadre de la prise en charge Comment? Evaluer les sports à risques. Evaluer les sportifs à risques Définir la méthode de prise en charge Définir le cadre de la prise en charge Evaluer les sports à risque Sports à catégories de poids

Plus en détail

PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DENUTRITION

PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE DENUTRITION PROCEDURE DE DEPISTAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE Nb de pages : 9 Rédaction : Dr R.ABADIE Vérification : Dr A.GHISOLFI Validation : Groupe FMC Gériatrie & Med-Co Références : HAS 2007 Date d application

Plus en détail

ALLEZ DIRECTEMENT A L ESSENTIEL L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE

ALLEZ DIRECTEMENT A L ESSENTIEL L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE L ESSENTIEL, C EST LA CONFIANCE Le Centre d Information des Viandes est une association loi 1901. Plate-forme d échanges et d information, le CIV réunit les professionnels de la filière viande ainsi qu

Plus en détail

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN

Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2. Docteur Michaël NEMORIN Journée de lancement du Centre Intégré Nord Francilien de Prise en charge de l Obésité de Le rôle du réseau DIANEFRA dans la prévention du diabète de type 2 Docteur Michaël NEMORIN DIANEFRA Président de

Plus en détail

L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS

L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS TEMPS DE LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE C. Bonneville Diététicienne CHU Félix Guyon LES ENJEUX Ralentir la progression de insuffisance rénale: Agir sur les causes modifiables

Plus en détail