COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA"

Transcription

1 COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA Rapport d activité 2010 Dr Vic ARENDT, président M Günther BIWERSI, Mme Cristina DOS SANTOS, Dr Jos EVEN, Dr Jean-Claude FABER, M Henri GOEDERTZ, Dr Danielle HANSEN-KOENIG, M Alain ORIGER, M Jean-Claude SCHLIM, Dr Joseph SCHLINK, Mme Astrid SCHORN, Dr Simone STEIL, Dr Pierre WEICHERDING

2 SOMMAIRE Introduction : 2010 : HIV / SIDA 1 1. Comité de surveillance du SIDA Missions, composition, réunions 3 2. Epidémiologie 5 3. Information et Education Aidsberodung Education sexuelle et prévention du SIDA en milieu scolaire Prévention et dépistage SIDA et Toxicomanie Drop In de la Croix-Rouge Rapport sur le travail effectué en milieu pénitentiaire durant l année 2010 en vue de prévenir l infection par le HIV Prise charge médicale Recherche 43 Ce rapport peut être consulté sur :

3 2010: HIV/SIDA Le Comité de surveillance du SIDA au Luxembourg existe maintenant depuis Il a été créé pour faire face à une nouvelle épidémie effrayante et meurtrière causée par le virus de l immunodéficience humaine, passé du sang à l homme quelques décennies plus tôt. Le Comité s est engagé depuis le début pour une prise en charge la plus appropriée possible de l épidémie et du patient individuel. Les acquis sont impressionnants : l accès au dépistage volontaire et au «counselling» est facile et généralisé, les soins médicaux et le traitement antirétroviral sont accessibles à tous les patients, y compris des populations en situation précaire, tels que les demandeurs d asile et les personnes en situation irrégulière au pays. Le support psychologique est assuré par l AIDSberodung depuis 1988, de même que l appui social ; 28 personnes ont été logées au foyer de l AIDSberodung en Le HIV n a pas fait chez nos toxicomanes par voie intraveineuses, les mêmes dégâts que chez nos voisins du sud de l Europe; le pourcentage d infection chez les usagers de drogue par voie intraveineuse reste <5% grâce à l accès facile aux seringues stériles via les pharmacies et l efficacité du programme d échange de seringues. La lutte contre la discrimination a toujours été une priorité pour le Comité que ce soit en matière de dépistage de l infection qui n a jamais été une obligation en matière d embauche, ou que le fait d être porteur du virus ne peut être une raison de non-embauche ni un motif de licenciement. La même chose est vraie en matière d immigration. Il arrive même que des personnes auxquelles le droit d asile politique a été refusé se voient accorder un statut de tolérance pour raison médicale pour pouvoir bénéficier du traitement antirétroviral non disponible dans leur pays d origine. Tous ces acquis ont été internationalement reconnus et récompensés en 2009 par la remise au Luxembourg du prix Euro HIV Index 2009 du Health Consumer Powerhouse pour la meilleure prise en charge globale du HIV parmi 27 pays européens. Trois pionniers de la lutte contre le VIH et membres fondateurs ont démissionné fin 2010 du Comité. Le Dr Robert Hemmer, co-fondateur et président du Comité depuis sa création en 1984, le Dr Pierrette Huberty-Krau, directeur adjoint de la Direction de la Santé et le Dr François Schneider directeur honoraire du Laboratoire National de Santé. Ils ont, par leur engagement ainsi que par leurs compétences dans leurs positions respectives, porté et fait avancer le travail du comité et nous les en remercions vivement. Leurs conseils resteront extrêmement précieux à l avenir également

4 Il reste cependant du travail à faire et nous ne pouvons baisser la garde. Une soixantaine de nouvelles infections tous les ans, c est beaucoup trop et ce malgré l accès facile aux moyens de prévention et malgré des campagnes d information larges pour le grand public, et plus ciblées pour des groupes spécifiques. Il semble évident que le nombre de personnes adoptant des comportements à haut risque reste élevé et soit même en augmentation. Ceci est également évident quand on voit le nombre élevé d infections sexuellement transmissibles, en particulier de syphilis actives et de gonorrhées depuis plusieurs années. Nous devons trouver des moyens plus efficaces pour sensibiliser les hommes homosexuels qui se protègent moins que par le passé de même que pour la population hétérosexuelle entre 20 et 55 ans qui semble ne pas se sentir concernée. Le nouveau programme pluriannuel de lutte contre le HIV veillera à prendre en compte ces problèmes par une politique de dépistage plus proactive en général et des interventions encore mieux ciblées à l attention des populations à risque accru identifié en particulier. Luxembourg, le 16 mars 2011 Dr Vic ARENDT Président - 2 -

5 1: Comité de surveillance du SIDA Missions, composition, réunions 1. Missions Le Comité de Surveillance du SIDA a été institué par arrêté ministériel du 24 janvier 1984, suite à une recommandation de l'organisation Mondiale de la Santé sur proposition du Directeur de la Santé. Ledit Comité s'est réuni pour la première fois le 04 mars 1984 sous la présidence du Dr Robert Hemmer. Conformément à l'article 2 de l'arrêté ministériel du 24 janvier 1984 le Comité a entre autres la mission d'informer les professions de santé, le grand public et les groupes cibles sur toutes les questions concernant le SIDA. Par ailleurs, le Comité a pour mission de collaborer étroitement avec les organisations internationales telles que l'organisation Mondiale de la Santé, le Conseil de l'europe, les Communautés Européennes etc., afin de mettre sur pied un programme de lutte contre le SIDA. 2. Composition La composition du Comité de Surveillance du SIDA a été en 2010 la suivante : HEMMER Robert, président médecin au Service National des Maladies Infectieuses BETZ Monique, secrétaire juriste BIWERSI Günter pédagogue, Jugend an Drogenhellef FABER Jean-Claude hématologue GOEDERTZ Henri psychologue, AIDS-Berodung, Croix Rouge Luxembourgeoise HANSEN - KOENIG Danielle directeur de la santé HUBERTY - KRAU Pierrette directeur adjoint de la santé ORIGER Alain psychologue, direction de la santé SCHLIM Jean-Claude cinéaste SCHLINK Joseph médecin, chef de service, Centre Pénitentiaire SCHNEIDER François directeur honoraire du Laboratoire National de Santé SCHORN Astrid psychologue, Ministère de l'education Nationale, de la Formation Professionnelle et des Sports STEIL Simone médecin-chef de division, division de la médecine préventive et sociale - 3 -

6 3. Réunions Au cours de l'année 2010, les membres du Comité de Surveillance du SIDA se sont réunis aux dates suivantes: 02 février, 16 mars, 20 avril, 01 juin, 06 juillet, 12 octobre, 23 novembre et 14 décembre

7 2. Epidémiologie - 5 -

8 - 6 -

9 - 7 -

10 - 8 -

11 - 9 -

12 - 10 -

13 - 11 -

14 3. Information et Education Campagne de prévention du Sida et d autres infections sexuellement transmissibles Campagne estivale «N oublie rien!» Environ deux tiers des infections sexuellement transmissibles (IST) se développent avant l âge de 25 ans et une nouvelle infection sur quatre se déroule chez un adolescent. Dans le monde entier, la progression des IST est préoccupante et le risque d infection peut varier significativement d un pays à l autre. En utilisant systématiquement un préservatif lors de rapports sexuels occasionnels, ces infections peuvent être évitées. A cette fin, le Ministère de la Santé a lancé une campagne (5 juillet) pour rappeler aux jeunes et moins jeunes de penser au préservatif juste avant le départ en vacances. Cette campagne comportait les éléments suivants : Affichage sur l arrière des lignes de bus desservant les lycées, du 1er au 31 juillet. Affichage dans les bars, du 12 au 18 juillet Affichage grand-format au cinéma Utopolis, du 1er au 31 juillet Annonces dans le magazine Nightlife juillet/aout Diffusion de deux spots radio sous-forme de deux dialogues parent-enfant sur RTL Radio et Eldoradio, du 5 au 16 juillet. Distribution des affiches et pochettes de préservatifs aux lycées par la Division de la médecine scolaire Distribution de pochettes de préservatifs «N oublie rien» dans le cadre du street-marketing de l Aidsberodung de la Croix-Rouge, lors des camps des Letzebuerger Guiden a Scouten, de la FNEL, des guides et scouts, lors du tournoi Streetsoccer et aux caisses Utopolis

15 2. Journée Mondiale du Sida (1er décembre) L infection HIV a continué de progresser au Grand- Duché de Luxembourg. Pour rappeler les recommandations de "Safer Sex" au grand public et surtout aux jeunes, la Division de la Médecine Préventive, en collaboration avec l Aidsberodung de la Croix-Rouge, a édité un nouveau visuel dans le cadre de la nouvelle campagne pour le 1er décembre 2010, journée mondiale du Sida: «Style doesn t matter, protection does!» : Envoi de l affiche aux médecins généralistes, gynécologues, cliniques, pharmacies, communes et lycées. L affichage urbain dans les abribus, du 30 novembre au 6 décembre. Des cartes postales et affichettes porteuses de messages de prévention et de responsabilisation ont été distribuées dans tous les lieux branchés, de sortie nocturne, cafés et discothèques, des bars et restaurants, des salles de fitness. Un spot-cinéma de 40 secondes, premier prix du concours «scénarios contre un virus» a été diffusé dans 13 cinémas pendant trois semaines durant le mois de décembre. Des annonces-presse dans plusieurs journaux et hebdomadaires, ainsi que des banner sur internet (www.zap.lu; ont été publiées durant tout le mois de décembre. Lors du 1er décembre, la distribution de pochettes de préservatifs «Style doesn t matter, protection does» ont été réalisées avec le soutien de l Aidsberodung de la Croix-Rouge et l Essentiel à la gare et au centre ville de Luxembourg, au Centre Hamilius, ainsi qu à la gare d Esch/Alzette. 3. Programme de distributeurs de préservatifs dans les écoles Suite au projet «distributeurs de préservatifs» dans les lycées, des séances d information concernant l utilisation du préservatif et l éducation sexuelle en général ont été organisées dans les classes de 7ième et 8ième, du secondaire classique et technique. En 2010, le projet «distributeurs de préservatifs» a été élargi afin d équiper également des auberges de jeunesse, l Université de Luxembourg et d autres endroits stratégiques. A cette fin, 23 nouveaux distributeurs ont été acquis

16 Afin de mieux atteindre la cible, qui ne se limite plus qu aux lycéens, 3 nouveaux visuels pour les pochettes de préservatifs ont été sélectionnés. 4. Exposition «Le Sida 25 ans déjà» L exposition «Sida, 25 ans déjà» a été présentée, du 4 au 18 mai 2010, au Lycée technique Ecole de Commerce et de Gestion. 5. La distribution gratuite de préservatifs La distribution gratuite de préservatifs a continué, par l intermédiaire d associations et lors d actions socioculturelles ou sportives ciblées. 6. Réduction des risques En matière de réduction des risques, la Division de la Médecine Préventive participe au «programme de réduction des risques» dans le domaine des drogues et des toxicomanies, grâce à la mise-à-disposition de seringues stériles, de préservatifs, d eau stérile, de sachets de vitamine C et de tampons alcoolisés, de matériel de soins et de désinfection des plaies, de sachets «stericups», aux ONG «Dropin», «TOXIN», et «Jugend an Drogenhëllef». Elle participe également à la surveillance et à l évaluation du programme de traitement de la toxicomanie par la substitution, grâce à la fourniture et au financement des médicaments de substitution, de seringues, de collecteurs et de distributeurs d aiguilles, par le financement de formations continues et de séances de supervision pour les médecins participant au programme, et par sa représentation au sein de la Commission de surveillance du programme

17 7. Divers La Division de la Médecine Préventive à distribué en tout en 2010: Préservatifs «nature» : Préservatifs «professionnal» : Doses de lubrifiants : Pochettes à 4 préservatifs : Pochettes «N oublie rien» Pochettes «Style doesn t matter, protection does» Pochettes «Sportler géint Aids» Pochettes «Weapons of mass destruction» Pochettes «S envoyer en l air sans protection c est dangereux» (MSM) 100 Kits Stay alive

18 4. Aidsberodung L Aidsberodung de la Croix-Rouge a été créée en 1988 avec comme objectifs : - de fournir aux personnes vivant avec le Hiv/Sida et à leur entourage une palette de soutien émotionnel, psychosocial et pratique - de lutter contre la propagation du virus Hiv en initiant des campagnes de prévention en direction de groupes spécifiques (jeunes, prostituées, migrants, hommes homosexuels, etc). L offre des logements encadrés a été augmentée d 1 appartement et fin 2010 le service dispose de 29 lits. Elle respecte la déontologie pour professions de santé et de ce fait garantit la confidentialité. Consultations psychosociales : Dans le cadre de la prise en charge psychosociale 185 personnes vivant avec le Hiv/Sida ont consulté notre service. Sur les 185 clients séropositifs, 31% se définissent comme hommes homosexuels, 52% comme hétérosexuels, 15% comme usagers de drogues et 2% sont des enfants. 68 % sont des hommes et 32% des femmes. 70% sont originaires de l union européenne et 30% sont des noncommunautaires (Afrique, Asie, Europe de l Est, Amérique-latine). 22% des personnes sont venues pour la première fois à l Aidsberodung en Travail psychosocial au centre pénitentiaire de Schrassig et de Givenich. Grâce à la collaboration entre notre service, le CHL, le SCAS (service central d assistance sociale), le service psycho-socio-éducatif et l infirmerie du centre pénitentiaire, les personnes vivant avec le HIV/SIDA bénéficient d un encadrement régulier permettant ainsi de préparer au mieux la sortie de prison. Les visites permettent de suivre le détenu au niveau de sa prise en charge médicale et de garantir une bonne adhérence lors de sa sortie de prison. Avec les services de la prison nous réglons : l affiliation à la caisse nationale de santé, l obtention de titres de séjour, l accès aux traitements, l accès au logement ainsi que le bénéfice de revenus minimums. En 2010, 17 personnes HIV+ ont été suivies par l Aidsberodung. Parmi ces personnes 8 ont été libérées au cours de l année 2010 dont 6 sont admises au Foyer Henri Dunant dès leur sortie

19 Le DIMPS Le DIMPS ou Dispositif d Intervention Mobile pour la Promotion de la Santé Sexuelle. (voir chapitre Dimps). La maison Henri Dunant La maison Henri Dunant est un lieu d hébergement et d accompagnement pour personnes infectées par le virus du HIV, lié à un projet d insertion et de restauration de l autonomie. Fin 2010, nous disposions de 29 lits. 20 Habitants Foye r MSM IVDU Hétéro Enfants En 2010, 38 personnes ont été hébergées au Foyer Henry Dunant. En janvier 2010, la maison hébergeait 22 personnes; 10 hommes (6 IVDU, 1 MSM et 3 hétérosexuels), 4 femmes (hétérosexuelles) et 8 enfants. 8 personnes étaient issues de pays communautaires et 14 personnes issues d'autres pays. En décembre 2010, le foyer abritait 29 personnes 15 hommes (5 IVDU, 4MSM et 6 hétérosexuels), 7-6 hétéro et 1 IVDU) femmes et 7 enfants. Sur ces 29 personnes, 16 sont de pays communautaires et 13 de pays non communautaires. Durant l'année, nous avons eu 17 personnes qui sont sorties du foyer et nous avons accueilli 24 nouveaux résidents. Les repas du mardi et les brunchs du vendredi et diététique : 1032 repas ont été servis les mardis en 2010 et 1001 brunchs sont sorties de notre cuisine, profitant aux résidents des foyers et aux clients externes. La diététicienne de la Fondation Recherche sur le Sida a proposé un cours de cuisine sur l alimentation saine et variée dans le cadre de l infection HIV/SIDA durant 6 séances. Formation Hiv: En 2010, l'aidsberodung a une nouvelle fois organisé sa traditionnelle "Formation HIV" qui traite des différents aspects liés au HIV/SIDA et qui consiste en 7 cours de 2 heures chacun, ainsi qu une journée d ateliers, discussion et d échange. Les participants présents étaient des professionnels de services médicaux ou autres services psychosociaux, des intéressés au bénévolat. Au total, 21 personnes ont été formées par une équipe multidisciplinaire travaillant dans le domaine du HIV

20 La Prévention en collaboration avec Stop Aids Now / Acces Les Centres Pénitentiaires 174 détenus dont 12 détenues ont bénéficié de séances d information sur le HIV/Sida en luxembourgeois, français, portugais et en anglais ainsi que 52 gardiens du Centre Pénitentiaire de Schrassig. Le Round About Aids 4 weekends de formations au Round About Aids ont eu lieu durant l année élèves ont été formés en tant qu expert et ont animé le Round About Aids pour 1407 élèves! Séances de prévention 1578 adolescents, 77 enfants de la 6 e primaire et 351 adultes ont participé aux séances d information et de sensibilisation interactives d une durée de ± 2h. Festival du Film Jeunes Le festival du film pour jeunes «Hautnah» organisé avec le Ministère de l Education Nationale et de la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg, destiné aux élèves de l enseignement secondaire et de l enseignement secondaire technique, propose de les sensibiliser sur différents thèmes : discrimination, violence, chômage, Sida, sexualité et autres. La projection des films est suivie d un débat animé par des professionnels travaillant dans ces domaines ou bien par une personne directement concernée. Le 1er décembre A l occasion du 1 er décembre, plus de 3500 préservatifs ont été distribués tant à la gare de Luxembourg, qu à celle d Esch-sur-Alzette, qu au Centre Hamilius et au Centre ville. La soirée a été marquée par la projection des 5 clips gagnants du concours «Scénarios contre un virus» ainsi que celle des projets remis dans le cadre du concours «Art On Condoms». Divers: Stands d information lors de diverses manifestations : Festival des Migrations, Rock am Knuedler, Festival On Stéitsch, Festival Latino, Gay Mat, Gesundheitswochenende à Fischbach, Food for your senses, Fête de quartier à Gasperich, Elake, Salitos party, etc préservatifs ont été distribués par l Aidsberodung durant l année 2010 dont préservatifs professionnels (destinés aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes mais aussi aux prostitués) ainsi que nombreuses brochures lors des séances d information et aux stands, mais aussi à des professeurs ou des élèves chargés de réaliser un exposé sur le sujet

21 DIMPS Dispositif d intervention mobile pour la promotion de la santé sexuelle Bilan de la phase pilote Le Projet Le DIMPS ou Dispositif d Intervention Mobile pour la Promotion de la Santé Sexuelle est un projet pilote issu du plan d action national de lutte contre le sida , commandité par le Ministre de la Santé et élaboré par le Comité National de Surveillance Sida. Le projet vise à élargir l offre de dépistage anonyme et gratuit par une unité mobile permettant d aller à la rencontre des personnes afin de leur offrir des informations sur le HIV/Sida et les Infections Sexuellement Transmissibles ainsi que les Hépatites Virales. Le DIMPS a été mis sur pied grâce à la collaboration de l Aidsberodung de la Croix-Rouge, du Centre Hospitalier de Luxembourg, du Ministère de la Santé. Le Planning Familial a participé à la phase de conceptualisation du projet

22 Objectif Le but du DIMPS est d offrir des informations et conseils en matière de santé sexuelle, mais aussi de mettre à disposition des moyens et outils de prévention tout en assurant une offre de dépistage d infections sexuellement transmissibles (HIV/Sida, Hépatite C, Hépatite B, Syphilis et autres) aux personnes qui n accèdent pas facilement à ces offres. Durée Les premiers préparatifs du projet ont débuté à l automne 2007 et la première sortie a eu lieu en mai Depuis, le Dimps visite les différents endroits cible plusieurs fois par an. Dépistage Le dépistage offert dans le DIMPS peut prendre 2 formes, soit il se fait via un test rapide, qui permet de détecter la présence du HIV,du virus de l Hépatite B et de l'hépatite C, soit la personne peut choisir de faire une analyse de sang qui permet alors de dépister la Syphilis en plus du HIV et des hépatites B et C. Les analyses sanguines sont réalisées par le laboratoire du Centre Hospitalier et en cas de résultat positif, la personne est orientée vers le Service National des Maladies Infectieuses où elle sera prise en charge par un médecin. Public Cible Le DIMPS s adresse prioritairement aux populations dites vulnérables que ce soit parce qu elles ont moins facilement accès aux informations, aux offres de dépistage et de soins et/ou parce qu elles sont susceptibles de rencontrer plus de situations à risque. Les demandeurs d asile, les usagers de drogues, les travailleuses du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ou encore les sans abris sont les premières populations ciblées par le DIMPS. Equipe L équipe présente dans le DIMPS est composée de minimum 3 personnes. Le Dr Vic Arendt, médecin du service des Maladies Infectieuses du Centre Hospitalier, est le médecin de référence du projet. L équipe est multidisciplinaire et composée tant par du personnel de l Aidsberodung de la Croix-Rouge que par du personnel extérieur engagé en vacataire. Toutes les personnes souhaitant participer au DIMPS, que ce soit dans l équipe ou le personnel des services collaborants, ont suivi une formation de 3*3heures présentant le projet, les Infections Sexuellement Transmissibles, la méthodologie à suivre et les différentes formes de tests de dépistage

23 Collaboration Afin de toucher au mieux les populations-cibles du DIMPS, un réel travail de collaboration a lieu entre l équipe du DIMPS et les services en charge des populations cibles. C est grâce à cela que les sorties du DIMPS ont lieu au Tox-In (salle d injection et foyer de nuit pour toxicomanes, au foyer Don Bosco et Felix Schroeder - foyers d accueil pour demandeurs d asile, au «Tapin» (rue Mercier) pour les prostitués et le tout public, au Sauna n 1 pour les hommes qui aiment les hommes et au foyer Abrisud et foyer Ulysse pour les sans abris. Les services collaborant diffusent à la fois les informations sur la présence du DIMPS à leurs clients, mais représentent également le relais et le contact entre la clientèle et le DIMPS. Communication En 2010, deux membres de l équipe du Dimps ont eu l honneur de présenter le projet lors de la V ème conférence francophone sur le VIH/Sida qui a eu lieu à Casablanca (Maroc) en mars La présentation du projet faisait partie de l atelier «Dépistage Communautaire dans les pays du Nord» auquel une centaine de personnes participait et a suscité l intérêt et des questions de plusieurs participants. Durant l année, la page web a été créée, de même qu il existe une page Dimps sur Facebook qui compte déjà 810 fans. Bilan Les sorties : 58 sorties de 2 à 3 heures 184 personnes vues 212 consultations Durée moyenne d'une consultations: 30 min. Tox-In Tapin Foyer Don Bosco Foyer Felix Schroeder Abrisud Foyer Ulysse Sauna Nr 1 Kockelscheuer Nombre de consultations

24 Les clients : Âge - Entre 17 et 65 ans - Age moyen: 32,7 ans Sexe - Masculin: 66,8 % - Féminin: 33,2 % Usage de substances illégales - Usagers de drogues: 34,6 % - Usagers de drogues par voie intraveineuse: 29,4 % Nationalité Pays de résidence

25 Actions réalisées Actions réalisées Nombre Information HIV Information HEP B Information HEPC Information IST 77 Information contraception 7 Distribution PEP 2 Test Rapide HIV /HepB 113 /HepC Test HIV - prise de sang 67 Test HEP - prise de sang 71 Test HEP C - prise de sang 67 Test Syphilis - prise de sang Test Gono./Clam. - Frottis Test Gono./Clam. - Urine Orientation vers autres 26 services Résultats positifs: Résultats positifs Nombre HIV par test rapide HEP B par test rapide HEP C par test rapide HIV par test labo 3 HEP B par test labo 2 HEP C par test labo 4 Statuts HIV et HEP C lors de la consultation 44 % des personnes disent ne jamais avoir fait un test HIV auparavant. Ce chiffre s'élève même à 61 % pour l'hépatite C

26 Conclusions Après 2 ans de fonctionnement, le premier constat qui peut être fait est que les consultations du Dimps ne cessent d augmenter. En effet l accueil des populations cibles est très positif puisque les personnes ciblées sont de plus en plus nombreuses à attendre les visites du Dimps et à faire la file pour bénéficier d une consultation. Les graphiques présentés dans ce rapport mettent également en évidence que l un des objectifs principaux du Dimps est rempli puisque la grande majorité des personnes venant se faire dépister dans le Dimps n ont jamais fait de test de dépistage que ce soit un test HIV ou Hépatite C! Lors des consultations, les personnes manifestent un réel intérêt pour avoir des informations sur le HIV/Sida et les Hépatites mais ont également une grande demande de dépistage

27 L entretien en face à face permet d offrir des informations de qualité et une interaction avec le client qui n hésite pas à poser des questions et à faire part de ses éventuelles pratiques à risque. Etant donné la demande croissante de la part des populations-cibles vis-à-vis de l offre du Dimps, une augmentation de moyens tant de personnel que matériel permettrait à l équipe du Dimps d être présente sur les lieux ciblés de façon plus régulière et sur des durées plus longues. Enfin, bien que les populations définies au début du projet acceptent toutes bien le Dimps, force est de constater que la population homme-homme se rencontrant à la Kockelscheuer (lieu de drague anonyme) semble plus réticente par rapport à l offre Dimps et peut être qu une présence plus régulière permettrait d avoir la confiance et de ce fait une meilleure acceptation du dispositif par cette population très vulnérable

28 5. Education sexuelle et prévention du SIDA en milieu scolaire L éducation sexuelle et la prévention du SIDA font partie du rôle éducatif de l école et sont réalisées dans le cadre général de la promotion de la santé. La prévention du SIDA s inscrit dans le cadre général de la promotion de la santé qui porte sur plusieurs éléments: - des campagnes de sensibilisation (élèves, personnel des écoles, parents) et des projets d innovation dans les écoles - la formation continue du personnel enseignant, dirigeant et psycho-socioéducatif - les curriculums officiels. Continuité et suivi 1. Activités régulières 1.1. Festival du film pour jeunes Le 10ème festival du film pour jeunes «Hautnah» a été organisé par le SCRIPT (Institut de Formation continue) en coopération avec la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg, Aids-Berodung de la Croix-Rouge, Inter-Actions Maison des jeunes Grund et Maison des jeunes Hesper. 698 élèves, accompagnés par les titulaires des classes, ont participé au festival du film qui s est proposé de sensibiliser les jeunes à différents problèmes actuels à travers le média cinématographique (long-métrage, documentaire, film-muet) complété par une discussion en classe et une rencontre avec des témoins et des expert(e)s. Les thématiques suivantes ont été choisies en fonction de l actualité nationale/internationale ainsi qu en fonction des programmes des classes de l enseignement secondaire et secondaire technique : jeunesse et normes de beauté - jeunesse et Sida - différence et altérité - jeunesse en crise - dépendances - choix et responsabilité dans la vie - jeunesse et rébellion - enfance et holocauste. Même si les sujets sont graves, les films présentent des facettes d'espoir, de solidarité et d'humanité et encouragent les jeunes à s engager et agir en citoyen/citoyenne responsable

29 1.2. Roundabout Aids Roundabout Aids est un projet de prévention mobile, dynamique et interactif sur le sida, l amour, la vie en couple et la sexualité. Il s adresse surtout aux adolescent(e)s et jeunes adultes. Comme dans un rallye, les groupes parcourent cinq stations auprès desquelles ils devront réfléchir à différents problèmes. Le parcours a été élaboré par l Aidsberodung de la Croix-Rouge. En 2010, 1407 jeunes des Lycée Josy Barthel, Lycée des Garçons, Lycée Nic- Biever, Attert-Lycée- Réiden, Lycée technique des Arts et Métiers, Lycée technique du Centre, Lycée Michel-Rodange et Lycée technique de Bonnevoie ont participé au parcours. En plus, 62 jeunes ont été formés pour animer le Parcours Roundabaout Aids. 2. Actions ponctuelles 2.1. Je suis toujours moi Vivre avec le VIH/SIDA en Afrique du Sud Depuis 2008, le SCRIPT soutient une campagne de Médecins sans Frontières en distribuant d'une part une brochure sur le VIH en Afrique du Sud, intitulée «Je suis toujours moi Vivre avec le VIH/SIDA en Afrique du Sud» aux élèves de 14 à 18 ans et en mettant d'autre part du matériel didactique en allemand ou français ainsi qu'un film documentaire sur ce sujet à disposition du personnel enseignant. Cette campagne a été soutenue en 2009 et elle a été poursuivie en Le 1 er décembre 2010, à l occasion de la «Journée Mondiale de lutte contre le VIH/SIDA», le SCRIPT a soutenu un appel de Médecins sans Frontières en adressant un courrier aux directions des lycées et lycées techniques leur demandant de faire preuve de solidarité en projetant lors de cette journée le film «Je suis toujours moi Vivre avec le VIH/SIDA en Afrique du Sud» dans les lycées Concours «Scénarios contre un virus» Suite au succès du 1 er concours en 2005, les services SCRIPT et CTE, en collaboration avec les Services Aidsberodung de la Croix-Rouge, Stop Aids Now/Acces, le Service National de la Jeunesse et le Ministère de la Santé ont participé à la 2 e édition du concours pour lycées et lycées techniques «Scénarios contre un virus». Ce concours s adressait aux jeunes de 12 à 26 ans. Les meilleurs clips proposés ont été présentés au grand public le 1 er décembre 2010 et sont disponibles sur DVD. 3. Formation initiale et continue du personnel enseignant et socio-éducatif 3.1. Formation initiale Enseignement post-primaire : la formation initiale des professeur(e)s en biologie comprend une unité d éducation sexuelle et de prévention du SIDA dans le module de la promotion de la santé

COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA

COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA Rapport d activité 2013 Dr Vic ARENDT, président M. Günter BIWERSI, Carole DEVAUX, Mme Cristina DOS SANTOS, Dr Jos EVEN, M. Henri GOEDERTZ, Dr Danielle HANSEN-KOENIG, M.

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

a) le service médical pénitentiaire (rapport des Professeurs T.-W. Harding et H. Stalder de novembre 1999) ;

a) le service médical pénitentiaire (rapport des Professeurs T.-W. Harding et H. Stalder de novembre 1999) ; Nombre de pages: 1/6 vu les articles 29 et 30 du règlement sur le régime intérieur de la prison et le statut des personnes incarcérées du 30 septembre 1985 (F 1 50.04) : vu les articles 1, 2, 3, 11, 12

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE LOI N / du Sur la santé de la reproduction au Niger Vu la constitution du 09 août 1999. L ASSEMBLEE NATIONALE A DELIBERE ET ADOPTE, EN

Plus en détail

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins.

Chaque personne a accès à une prise en charge individuelle, anonyme et gratuite, en fonction de ses besoins. L origine de l association remonte aux années 1990 avec la création du programme de réduction des risques de Médecins du monde (MDM) à Marseille : le bus échange de seringues de MDM s est posé pour la

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA

COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA COMITE DE SURVEILLANCE DU SIDA Rapport d activité 2014 Dr Vic ARENDT, président M. Günter BIWERSI, Mme Carole DEVAUX, Dr Jos EVEN, M. Henri GOEDERTZ, Dr Danielle HANSEN-KOENIG, M. Patrick HOFFMANN, M.

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques

Dépistage VIH. Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE. Quelques données épidémiologiques Dépistage VIH Témoignages des usagers Auprès de Sida Info Service LE DEPISTAGE DU VIH EN FRANCE Quelques données épidémiologiques Selon l Institut de Veille Sanitaire (InVS) 1, en 2007 cinq millions de

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test»

Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Sida : «Avant d arrêter le préservatif, faites le test» Dossier de presse Juin 2008 Sida : le test du dépistage encore trop peu souvent associé à l arrêt du préservatif dans le couple Situation de l infection

Plus en détail

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE DOSSIER DE PRESSE POURQUOI CET OUVRAGE? Les risques encourus par l usage de substances psychoactives chez la femme enceinte sont

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 «JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 Le Québec connaît depuis quelques années une hausse importante des cas de chlamydiose. Cette infection transmissible sexuellement touche

Plus en détail

Bien vivre sa vie sexuelle

Bien vivre sa vie sexuelle LIVRET D INFORMATION Bien vivre Bien vivre sa vie sexuelle sa vie sexuelle Livret d information CRIJ Franche-Comté 27 rue de la République à Besançon 03 81 21 16 16 - www.jeunes-fc.com 2 Bien vivre sa

Plus en détail

«Droit à disposer de son corps»

«Droit à disposer de son corps» CAHIER DES CHARGES Etudiant(e)s, Sexualité et Prévention Concours de création d outil pédagogique «Droit à disposer de son corps» PROJET : Mutualité Française Auvergne, la MGEN, la CPAM 63, le Service

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

LA PLANIFICATION FAMILIALE

LA PLANIFICATION FAMILIALE LA PLANIFICATION FAMILIALE Conseil général des Yvelines La mission Planification, une des missions de la PMI Les Centres de Planification et d' Éducation Familiale (CPEF) dépendent du Conseil Général 27

Plus en détail

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-OUEST 2002/2003

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-OUEST 2002/2003 Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier MERCIER-OUEST Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour mission

Plus en détail

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST

CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST CRÉATION DES CEGIDD FUSION DES CDAG ET CIDDIST Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS 2015, article 47) Journée de lutte contre les IST et promotion de la santé sexuelle 06 mars 2015 Aminata Sarr

Plus en détail

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT Les principes généraux figurant dans la Déclaration d Ottawa sont certes nécessaires pour assurer une

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

BORDEAUX-CARTIERVILLE

BORDEAUX-CARTIERVILLE Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier BORDEAUX-CARTIERVILLE Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail

Ma ville contre le sida

Ma ville contre le sida Ma ville contre le sida Des pistes pour agir localement Lutter avec vous Vous êtes Maire, Adjoint délégué à la santé, aux affaires sociales, à la solidarité ou encore à la jeunesse ou Conseiller municipal

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire Qu est-ce qu une IST? p. 5 La blennorragie gonococcique p. 7 La chlamydiose p. 8 L hépatite B p. 9 L herpès génital p. 10 Les mycoplasmes et

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

HIV SAM AFRIKANEN TEGEN HIV. Instituut voor Tropische Geneeskunde

HIV SAM AFRIKANEN TEGEN HIV. Instituut voor Tropische Geneeskunde HIV SAM AFRIKANEN TEGEN HIV Instituut voor Tropische Geneeskunde Introduction Cette brochure vous donne des informations sur le dépistage de l infection à VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine responsable

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE

CONFERENCE DE PRESSE CONFERENCE DE PRESSE Strasbourg le 25 novembre 2014 Journée Mondiale de Lutte contre le VIH/SIDA «Changeons notre regard.» Lundi 1 er décembre 2014 à 12h00 Salle de réunion du Nouvel Hôpital Civil, (derrière

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

traitement et de prise en charge des toxicomanes

traitement et de prise en charge des toxicomanes UNODC-OMS: Programme commun de traitement et de prise en charge des toxicomanes Le projet Un traitement efficace et respectueux de la dignité humaine pour toutes les personnes souffrant de troubles liés

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice

La Gazette. Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice La Gazette Newsletter du Planning familial de la Réunion. Septembre/ Octobre 2013 Du 13 au 15 Novembre 2013 : Le 12ème Colloque VIH de l Océan Indien à l île Maurice A l occasion du colloque VIH organisé

Plus en détail

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS 1 er décembre 2008 SIMPPS Toulouse Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé Directeur : Pr Jean-Marc

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Présentation du CJPF

Présentation du CJPF Présentation du CJPF Le Centre jurassien de planning familial et de consultation en matière de grossesse a pour mission d orienter, d informer, de soutenir et de conseiller les jeunes, mais aussi les adultes

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015

Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Appel à projets 2016 Départements Français d Amérique Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Le présent appel à projets s adresse

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation

Pourquoi inclure la fourniture de services dans la proposition? Eléments à prendre en compte dans l analyse de situation Aide technique pour les propositions de la série 8 du Fonds mondial Zone élargie Zone de fourniture de services Prévention Communication pour la modification du comportement écoles et extension communautaire

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA SANTE ET DU PLANNING FAMILIAL MINISTERE DE LA JUSTICE

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA SANTE ET DU PLANNING FAMILIAL MINISTERE DE LA JUSTICE REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana MINISTERE DE LA SANTE ET DU PLANNING FAMILIAL MINISTERE DE LA JUSTICE DECRET N 2006-902 du 19 Décembre 2006 portant application de la loi n

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

BROCHURE. Autant savoir... Programme TOX

BROCHURE. Autant savoir... Programme TOX M a n u e l d e v i e e t d e s u r v i e e n m i l i e u c a r c é r a l BROCHURE S A N T é Autant savoir... Programme TOX ) Table des matières 1. Introduction 2. Les premiers jours en prison 3. Les activités

Plus en détail

Pass. contraception. anonyme, gratuit et proche de vous

Pass. contraception. anonyme, gratuit et proche de vous Pass contraception anonyme, gratuit et proche de vous La Région Poitou-Charentes a fait de la santé une de ses priorités pour garantir à tous, particulièrement aux jeunes, l accès à la prévention et aux

Plus en détail

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion

Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Enquête nationale sur la santé des étudiants - Région La Réunion Carte d identité régionale Démographie 1 En 2009, la région compte 8816 364 habitants. Les moins de 25 ans représentent 40.8% de la population

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

Prévention du VIH et des hépatites dans les programmes de Médecins du Monde en France Société Française de Lutte contre le Sida 25-26 octobre 2012-Marseille NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A

Plus en détail

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE?

SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? SANTÉ SEXUELLE ET POPULATIONS : QUELS BESOINS? QUELLE OFFRE? Séminaire de formation SFLS novembre 2014 Montpellier «Actualités sur les Infections VIH, Hépatites, IST» Du dépistage à la prévention. Dr Vincent

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

Fiche Action : Axe prioritaire 4 «Promouvoir la santé des personnes en situation de vulnérabilité sociale»

Fiche Action : Axe prioritaire 4 «Promouvoir la santé des personnes en situation de vulnérabilité sociale» Fiche Action : Axe prioritaire 4 «Promouvoir la santé des personnes en situation de vulnérabilité sociale» o Action-n 4-26-1 : Encourager la dynamique partenariale sur des territoires identifiés. o Action-n

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01 IDENTIFICATION MP-SCP-01 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG PRINCIPALEMENT LE VIH, LE SIDA ET L HÉPATITE B SECTEUR DE GESTION Services complémentaires et particuliers RÉSOLUTION

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs LIVRET D INFORMATION PrEP Prophylaxie Préexposition - PrEP en France Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs La PrEP LA PrEP C EST QUOI? OU EN EST-ON? LA PrEP C EST POUR QUI? LA

Plus en détail

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés

Une obligation, une diversité, des défis partagés. Emploi des travailleurs handicapés Emploi des travailleurs handicapés Une obligation, une diversité, des défis partagés Arcat 94-102, rue de Buzenval, 75020 Paris Tél. : 01 44 93 29 29 info@arcat-sante.org www.arcat-sante.org Avec le soutien

Plus en détail

Sommaire. Contacts presse. Coordinatrice Nationale Promotion de la Santé 01 44 18 37 87 01 44 18 37 87 06 89 18 24 47 06 63 58 77 09

Sommaire. Contacts presse. Coordinatrice Nationale Promotion de la Santé 01 44 18 37 87 01 44 18 37 87 06 89 18 24 47 06 63 58 77 09 Sommaire Communiqué de presse : Je t aime! Protégeons-nous......p.2 Les étudiants et la santé sexuelle..p.3 La Semaine Nationale des Relations Affectives en 2011....p.6 L'USEM et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes United Nations Population Fund Mars Décembre 2011 Suite à la crise libyenne survenue en février 2011, la frontière

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir autour d'un

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Projet existant depuis 2005 et soutenu par l INPES et l ARS IledeFrance 1 Vision d ensemble sur le projet Origine du projet : Les communautés africaines

Plus en détail

Document de réflexion

Document de réflexion Document de réflexion RESPECT DE L INTIMITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET ACCOMPAGNEMENT DANS LEUR VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE. Préambule Depuis 50 ans, l APAJH, par son action militante, œuvre

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009 Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série

Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation de la série Le choix ouvre sur un monde de possibilités 02 Les clés du succès pour des services sensibles aux jeunes : Présentation

Plus en détail

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL EN BREF VERS UN ACCÈS UNIVERSEL Étendre les interventions prioritaires liées au VIH/SIDA dans le secteur de la santé juin 2008 Rapport de situation Ce document est constitué d extraits de la publication

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail