Le projet d écrire un tel ouvrage remonte sans doute à l époque qui précéda celle où je me suis mis à étudier la médecine, il y a plus de 25

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le projet d écrire un tel ouvrage remonte sans doute à l époque qui précéda celle où je me suis mis à étudier la médecine, il y a plus de 25"

Transcription

1 Au sujet du Maître et son émissaire Iain McGilchrist On trouve chez Nietzsche une histoire qu il raconte à peu près en ces termes. Il y eut une fois un sage maître spirituel qui régnait sur un domaine modeste mais prospère et qui était réputé pour le dévouement désintéressé qu il vouait à son peuple. Or comme ce peuple florissait et augmentait en nombres, les frontières de ce petit domaine s élargirent au point qu il lui fallut bientôt se fier implicitement aux émissaires qu il dépêchait vers ses provinces toujours plus lointaines pour en assurer la sécurité et le bien-être. Car non seulement lui était-il impossible d ordonner tout ce qu il convenait de faire, il s avérait même nécessaire qu il se tienne à distance de ces affaires au point d en demeurer ignorant. Il forma donc des émissaires avec le plus grand soin, car il fallait qu il puisse leur faire une confiance absolue. Avec le temps, pourtant, le plus habile et ambitieux de ses vizirs, celui auquel il se fiait le plus, en vint à se considérer lui-même comme le maître et à profiter de sa situation pour augmenter sa propre fortune et son influence. A ses yeux, la tempérance et l indulgence de son maître était signe, non pas de sagesse, mais de faiblesse et, au cours des missions qu il accomplissait au service de son maître, il revêtit le manteau de celui-ci et se mit à le mépriser. Il advint donc que le pouvoir du maître fut usurpé et que le peuple fut dupe. Le domaine sombra dès lors dans la tyrannie et finit par s écrouler en ruines. Cette histoire est aussi vieille que l humanité elle-même et il me semble qu elle nous communique une leçon importante qui touche aux événements qui se déroulent en nous-mêmes et dans l intimité de nos cerveaux. A vrai dire, ils se déroulent aujourd hui même un peu partout dans le monde et, compte tenu de l extrême gravité des conséquences qui en découlent, nous avons tout intérêt à en comprendre la nature. Au cours de ces 15 ou 20 dernières années, je me suis consacré à réunir les éléments dont j avais besoin pour écrire un ouvrage consacré à la structure du cerveau et la manière dont cette structure elle-même a affecté et continue à affecter la culture occidentale. Son titre : Le Maître et son émissaire: Le cerveau divisé et la formation du monde occidental. Je me propose de donner ici une idée de la manière dont ce livre à vu le jour, car cela pourrait également présenter de l intérêt dans d autres domaines que la neuroscience. Le projet d écrire un tel ouvrage remonte sans doute à l époque qui précéda celle où je me suis mis à étudier la médecine, il y a plus de 25

2 ans. Certains problèmes liés à l étude académique de la littérature, qui était mon propos à l époque, m avaient troublés: comment se faisait-il, par exemple, que les aspects que nous prisons le plus dans l œuvre d un grand poète, se voient réduits en cendres dès que l on cherche à les étudier de plus près? Suite à l analyse et à la discussion explicite, la singularité de cette œuvre, produit de ces mêmes valeurs si hautement prisées, paraissait se réduire en un ramassis d imperfections. Je commençai dès lors à me faire une assez vilaine opinion de la perfection. Le processus même de la critique littéraire semblait inévitablement exiger que soit rendu explicite cela même qui était demeuré implicite (et qui devait le demeurer pour éviter d être sérieusement perturbé), en substituant à la singularité irréductible de l œuvre d art des mots et des pensée générales qu on aurait pu ramasser à peu près n importe où, et en substituant à l être incarné que nous avions sous les yeux un ensemble d abstractions ou un message codé dont l auteur n aurait même pas eu conscience. Nous rendons ainsi cérébral ce qui devrait demeurer dans un entre-deux qui est le propre de deux êtres vivants. Il en résultait une espèce de savoir supérieur qui trahissait inévitablement l innocence de l œuvre. Il en émergeait parfois, certes, des trouvailles d un intérêt indéniable, mais l essentiel, plus subtilement, nous échappait. Au centre de tout cela semblait se nicher un malentendu touchant à ce qui est incarné, aussi bien en nous que dans l œuvre d art, dans le monde que nous suscitons pour nous-mêmes. Je me mis à étudier ce qu on appelait alors the mind-body problem, (le problème corps-esprit) mais l approche des philosophes me parut trop désincarnée (je n avais pas encore fait la connaissance des philosophes européens et notamment de Merleau-Ponty qui étaient bien conscients de cette difficulté, et en avaient fait le centre de leur œuvre; à Oxford à l époque, ces philosophes là, étaient souverainement ignorés, et ce par pure ignorance). Je résolus donc de me former à la médecine et d acquérir, dans la mesure du possible, une expérience directe de la manière dont le cerveau et le corps affectent la pensée, et dont la pensée elle-même affecte le cerveau et le corps. Suite à ma formation, je fus affecté l hôpital de Maudsley, où j eus la grande chance, en 1990, d assister aux cours que John Cutting consacrait à l hémisphère droit du cerveau sujet dont il est permis de dire qu il était une sommité mondiale et auquel il venait de consacrer un ouvrage important. Je fus stupéfait. On m avait appris, selon les termes d un éminent neuroscientifique, que l hémisphère droit n était, en somme, pas beaucoup plus doué qu un chimpanzé. Or il s est avéré, en se fondant non pas sur la spéculation, mais sur l observation minutieuse de ce qui

3 arrive à certaines personnes dont l hémisphère droit à subi quelque dommage, que cet hémisphère joue un rôle véritablement crucial dans à peu près tout ce qui touche à ce que nous sommes et ce que nous faisons de ce fait, les perspectives des personnes qui ont subis des dommages à l hémisphère droit sont bien moins prometteuses que ne sont celles des personnes ayant subi des atteintes à l hémisphère gauche, alors même que la perte de l hémisphère gauche, dans la plupart des cas, affecte l usage de la parole et la maitrise de la main dominante. Il apparut également que l hémisphère droit à la capacité (que la gauche ne possède pas) de comprendre ce qui demeure implicite, d apprécier la singularité, l incarné (plutôt que le purement conceptuel), et l ambigu (plutôt que le certain). Il semblerait aussi que l hémisphère gauche se trouve doté d un aplomb considérable et qu il aurait bien plus tendance à adopter une attitude supérieure envers son sujet quel qu il soit, que ne le fait l hémisphère droit. Se pouvait-il que tout cela ait un rapport avec l insatisfaction que me procurait la démarche de la critique littéraire? Je me mis à rassembler les données. Il se pourrait que certains d entre vous protestent déjà, in petto : «il ne va quand même pas nous ressortir cette vielle scie touchant aux hémisphères?» Car si de nombreux et éminents neuroscientifiques reconnaissent sans doute qu il existe bien quelques différences fondamentales entre les l hémisphères, les scientifiques dans leur ensemble, et en dépit de quelques perspectives tentantes qu il leur a semblé entrevoir, ont renoncé à mettre le doigt sur ces différences car peu à peu, les preuves se sont accumulées, démontrant que toutes les activités concevables que ce soit le langage, l imagerie visuelle, ou toutes les autres capacités qui avaient paru différencier la droite de la gauche se trouvent en fait desservies par les deux l hémisphères à la fois, et non pas par un seul. Or la difficulté résulte en ceci, que nous avons tendance à penser que le cerveau est doté de fonctions précises et dans ce cas, en effet, il faudra admettre que ces fonctions se retrouvent dans l un et l autre hémisphère. Mais si vous prenez en considération, non pas tant ce que fait le cerveau, comme s il ne s agissait que d une machine, mais plutôt la manière dont il le fait, comme s il s agissait effectivement d une partie d un être vivant, certaines différences d une singulière importance se manifestent, et une image commence à prendre forme qui peut nous apprendre des choses véritablement surprenantes et qui touchent aussi bien à notre personne qu à notre monde. Je soutiens que la relation entre les hémisphères, comme celle entre le maître et son émissaire dans l histoire que je viens de raconter, n est pas une relation symétrique et réciproque. Chacun, certes, a besoin de l autre, et chacun joue un rôle important. Mais ces rôles ne sont pas égaux l un des deux s avère plus

4 dépendant de l autre, et il faudrait qu il le sache. Je ne compte donc pas soutenir l idée banale qui veut que l hémisphère gauche se trompe dans ce qu il voit ou dans ce qu il prise. Ce n est nullement le cas, mais il reste que sa façon de voir est inévitablement restreinte. Et le problème réside justement dans le fait qu il n en sait rien. La première question qui s impose est donc celle-ci : pourquoi faut-il que le cerveau soit divisé? S il est vrai qu il s efforce avant tout à établir des connexions, et s il est vrai, comme le supposent tant et tant de personnes que la conscience (d une manière que l on ne saurait encore définir), est une conséquence de cette surabondance d interconnexions entre une foule immense de neurones, pourquoi a-t-il paru indispensable qu il soit sectionné par le milieu? Il aurait pu évoluer pour ne former qu une seule masse unifiée. Or il se trouve que la séparation des hémisphères est présente à chaque étage de l arbre phylogénétique. Et ceci étant, il faut supposer que cette division vise à s acquitter d une certaine fonction, non seulement chez l homme mais aussi chez les animaux et les oiseaux. Mais laquelle? Et puis il y a autre chose : si nous examinons attentivement le cerveau, nous sommes amenés à nous demander pourquoi il a fallu qu il soit asymétrique. Nous trouvons notamment un renflement à l arrière du côté gauche qui est traditionnellement associé au développement du langage. On sait moins qu il y a également un renflement à l avant du côté droit, comme si quelqu un s était emparé du cerveau tout entier pour lui imprimer une torsion dans le sens des aiguilles d une montre, vu du bas. Que se passe-t-il donc ici? Déjà, le renflement sur le côté gauche s avère plus problématique qu il n y paraissait. En premier lieu, on ne saurait prétendre que le langage, chez l homme, «devait obligatoirement être rangé tout ensemble dans un seul endroit, et puisqu il fallait bien qu il soit mis quelque part, qu il se trouve qu il a tout simplement élu domicile dans l hémisphère gauche, où il a suscité cette expansion du cortex.» Pour commencer, comme nous l a déjà fait savoir la neuroscience, tout se passe par l entremise des deux hémisphères à la fois et cela demeure tout aussi vrai pour le langage que pour tout le reste. Et puisque certains aspects importants du langage sont également desservis par l hémisphère droit, il ne saurait être question de tout simplement ranger tout cela sous un même toit. En outre, il apparaît que les chimpanzés, et les autres grands singes en général, sont dotés de cette même bosse sur la gauche, bien qu ils n aient pas acquis la maîtrise du langage au sens humain. L examen de crânes humains remontant bien

5 au-delà du développement du langage le démontre également. Ce qui signifie que cette bosse doit sans doute servir à autre chose. Mais à quoi? Vous pourriez être tenté de répondre, «ce n est peut-être pas pour une quelconque raison précise cela s est peut-être produit comme ça, tout simplement.» Mais ce serait une conclusion plutôt bizarre. Dans le monde de la nature, la structure et la fonction marchent main dans la main. Un bon exemple se trouve dans le fait que l hémisphère gauche des oiseaux chanteurs (notre centre de la parole ) grossit à la saison des amours, et se rapetisse lorsqu ils cessent de chanter. Et l hippocampe droit, où nous engrangeons ce que nous savons de l exploration visuospatiale de l environnement, grossit sensiblement chez les chauffeurs de taxi londoniens à mesure qu ils acquièrent le Savoir comme ils l appellent. Nous devons donc supposer que la structure a un sens en termes de fonction. Mais alors, ne devrions-nous pas chercher du côté de la main dominante? Et puisque nous y sommes, pourquoi faut-il absolument que nous ayons une main dominante? Acquérir de la dextérité, ce n est pas comme aligner des livres sur une étagère le plus vous en entassez à un bout, le plus il y en aura qui retomberont de l autre. C est dire que nous pourrions fort bien avoir deux mains d une égale dextérité. Mais là encore, les grands singes possèdent ce même renflement du côté gauche, mais ils ne donnent aucun signe de cette latéralité que nous trouvons chez les humains. Ce n est donc pas ça non plus. L affaire se corse lorsqu on s aperçoit que l avantage relatif de l hémisphère gauche et de la main droite ne résulte pas, après tout, d une augmentation générale de fonctionnalité de l hémisphère gauche, mais d un handicap délibérément imposé à l hémisphère droit. Plusieurs lignes de recherche le démontrent clairement. Il semblerait qu aucune de nos explications conventionnelles ne résiste à l examen. Il est tout aussi clair que le langage et la dominance de la main droite, qui nous est désormais propre, sont étonnamment interconnectés dans l hémisphère gauche, et qu ils ont, si l on y songe, pas mal de choses en commun. C est ainsi, par exemple, que tous deux nous permettent de saisir les choses, comme nous disons. Sans doute ont-ils un rôle à jouer dans cette affaire. Ils n en sont pas la cause, assurément. Celle-ci doit être cherchée ailleurs. Le langage et la dominance de la main doivent être considérés non pas comme une explication des différences entre les hémisphères mais plutôt comme des symptômes.

6 Si nous nous tournons vers l évolution du langage, nous nous heurtons à d autres énigmes. Pourquoi avons-nous acquis le langage? Pour communiquer, bien évidemment. Et si ce n est cela, tout au moins pour pouvoir penser. Or, ni l une ni l autre de ces propositions n est vraie. Le fait que les humains sachent parler dépend de l évolution, et non du seul cerveau, mais aussi de l appareil de l articulation du larynx, de la langue et du reste et du contrôle respiratoire. C est ce qui permet aux oiseaux d imiter la parole humaine, alors que les grands singes, nos plus proches parents, en sont incapables les oiseaux possèdent en effet l équipement nécessaire, qui leur permet de chanter. Grâce à un travail de détective fascinant et à l examen de squelettes humains, nous pouvons désormais dire à quel moment s est développée la maîtrise indispensable de la langue, du larynx et des muscles respiratoires. Or il se trouve que cela remonte à une époque bien plus ancienne que celle que nous attribuons, en nous fondant sur d autres indices, au développement du langage. Et s il en est ainsi, à quoi pouvaient donc servir ces développements? La réponse, à en croire de nombreux anthropologues paraît être «à chanter». Cela peut paraître bizarre, car nous nous sommes habitués à considérer la musique comme une activité accessoire. Mais en fait la musique du discours par quoi j entends l intonation, et tout ce qui n est pas le seul contenu, associé à toutes les autres formes de communication non-verbales constitue la part la plus importante de ce que nous communiquons dès lors que nous entreprenons de le faire. Le langage dénotatif n est pas indispensable à la communication Je-Tu. La musique dépend avant tout de l hémisphère droit, et les aspects du langage qui nous permettent vraiment de comprendre le sens d une déclaration à un niveau élevé y compris l intonation, l ironie, la métaphore, et le sens d une déclaration au regard de son contexte sont toujours desservis par l hémisphère droit. Le langage dénotatif devient nécessaire dès lors que nous avons des projets ou que nous voulons parler d une tierce personne, ou désigner des objets qui ne sont pas présents. Il augmente incomparablement nos capacités de manipulation, ce qu on pourrait appeler la communication Je-Ça. Il n est donc pas nécessaire pour la communication en soi, mais seulement pour une certaine espèce de communication. Il existe aussi un masse d indices qui nous font penser que nous n avons pas besoin du langage pour penser, ni même pour conceptualiser. Voici un exemple éloquent : les pigeons, croyez-le si vous le voulez, savent faire la différence entre un Picasso et un Monet, sans pour autant posséder un langage pour le signifier. Mais nous savons également que des tribus, qui ne possèdent aucun mot pour les nombres

7 au-delà de trois peuvent fort bien calculer des quantités beaucoup plus élevées et saisissent des concepts qu ils sont incapables d exprimer par les mots. Le langage n est pas indispensable à la pensée, mais seulement à certaines espèces de pensée. A quoi sert-il donc, dès lors? A mon idée, le langage et la main ont un certain agenda en commun. Tous deux nous permettent de saisir les choses, de les fixer, de les rendre utiles. Et comment nier que c est bien cela que nous avons fait. Tous deux nous ont aidé à nous servir du monde, et ce faisant de développer bien des choses dont nous sommes à juste titre fiers, et qui représentent les fruits de la civilisation. Mais il y a un prix à ce genre de relation au monde, et c est ce qui nous ramène à la question de savoir pourquoi les hémisphères sont séparés. Revenons aux oiseaux et ce qu il nous plaît d appeler les animaux inférieurs. Que savons-nous de la différence entre les hémisphères chez eux? La première chose que nous puissions dire, c est qu ils desservent des types d attention distincts. L attention, à première vue, peut nous sembler une idée plutôt ennuyeuse mais ce n est pas vraiment le cas. Il ne s agit pas seulement d une fonction cognitive parmi d autres. Ce n est en fin de compte rien de moins que la façon même dont nous nous relions au monde. Et cela ne dicte pas seulement le genre de relation que nous établissons avec ce qui existe. Cela dicte aussi ce que sera cette chose avec laquelle nous entrons ainsi en rapport. En fait, bien qu il soit permis de soutenir que l objet de notre attention détermine le type d attention que nous lui accordons, il est également vrai et important de reconnaître que le type d attention que nous attachons à ce que nous voyons détermine ce que nous voyons. En fait, la manière dont la réalité se présente à nous ferait songer à la célèbre image de M. C. Escher qui montre une paire de mains qui se dessinent l une l autre:

8 Chez les oiseaux et les animaux, cependant, le problème de l attention est une affaire de vie ou de mort. Un oiseau qui tient à rester en vie est appelé à résoudre une énigme. Il doit être en mesure de se nourrir tout en demeurant aux aguets contre les prédateurs. Comment prêter une attention exacte à ce qu on fait dès lors qu il s agit de discerner le grain au milieu du gravier sur lequel il a été répandu, tout en vouant une attention large et panoramique à tout ce qui risque de survenir, et ce pour éviter d être dévoré? C est un peu comme se tapoter la tête d une main tout en se frottant l estomac de l autre. Pour tout dire, c est bien plus difficile encore, car c est carrément impossible. Ce que nous savons maintenant, c est que la division des hémisphères rend effectivement possible ce qui avait d abord paru impossible. Les oiseaux apportent une attention étroite à ce qu ils mangent grâce à leur œil droit (hémisphère gauche), tout en ouvrant l œil gauche (hémisphère droit) pour se garder des prédateurs. En même temps, les oiseaux et les animaux se servent de leur œil gauche (hémisphère droit) pour rester en relation avec d autres membres de leur espèce. Et cette différence a persisté alors même que nous ne cessions d évoluer par ailleurs. En fait, il semblerait que l hémisphère gauche se soit spécialisé en mettant au point une sorte d attention fragmentée qui nous permet d utiliser le monde. Mais ce faisant, il a également altéré notre relation avec lui. De la même façon, l hémisphère droit favorise une attention large et ouverte qui nous permet de nous voir reliés à et dans le cas des humains en empathie avec tout ce qui n est pas nous. Ces deux formes d attention sont mutuellement incompatibles, bien qu il soit indispensable que nous puissions en faire usage simultanément. Chez les humains du fait du développement des lobes frontaux qui nous permettent, de nous distancier du monde, le besoin de spécialisation devient encore plus fort. Car avec le recul, nous pouvons aussi bien voir le monde comme séparé de nous, et donc comme quelque chose dont nous pouvons nous servir, ou tout au contraire voir ce même monde comme encore plus étroitement rattaché à nous puisque nous pouvons voir les autres, pour la première fois, comme des êtres semblables à nous. C est le fondement de l empathie. Cette capacité de représenter le monde artificiellement de le cartographier conceptuellement, en remplaçant les choses par des signes, comme le fait un général sur la carte dans son étatmajor nous permet d élaborer une stratégie d ensemble. C est cela qu accomplit le langage. Mais par la même occasion, cela nous empêche d être là, dans le monde vécu. Cela substitue à ce vécu un schéma d ensemble qui est singulièrement simplifié, mais néanmoins très utile. Ainsi en va-t-il chez les humains qui ont absolument besoin de disposer de ces deux manières de comprendre le monde tout en les maintenant à

9 distance l un de l autre. Or il s avère que le corps calleux, la bande de tissus qui relie les hémisphères (et leur permet donc de s inhiber mutuellement) est le plus souvent mis à contribution, chez les humains, en vue du processus d inhibition, qui maintient une distance entre les choses. Mais alors, à quoi peut donc servir l expansion de l hémisphère gauche chez les grands singes? Cela se rapporte à leur capacité de former des concepts, qui leur permettent de mieux manipuler le monde. Il en va de même chez les humains, où cela se rattache également à notre maîtrise du langage, et aussi, notre capacité de manipuler littéralement les choses avec la main droite. Et la bosse sur le front droit chez les humains et chez certains grands singes, s associe à tout un éventail de fonctions qui nous distinguent des autres animaux, et qui touchent à notre capacité d empathie. En relation intime avec l hémisphère droit dans son ensemble, il joue un rôle significatif dans l imagination, la créativité, la capacité d émerveillement religieux, la musique, la danse, la poésie, l art, l amour de la nature, le sens moral, le sens de l humour et même la capacité de changer d avis. C est ainsi que la différence entre les hémisphères affecte profondément ce que fait chaque hémisphère. Malheureusement, et malgré le fait que la coopération entre hémisphères soit indispensable, ils se trouvent en compétition, tout simplement parce que l idée que se fait du monde l hémisphère gauche est telle qu il a l impression de tout savoir, alors même qu il lui est parfaitement impossible de savoir ce que sait l hémisphère droit. Chacun a besoin de l autre, mais l hémisphère gauche est plus dépendant du droit que le droit que ne l est du gauche. Et pourtant, ce dernier est convaincu du contraire, et il est persuadé qu il peut parfaitement se débrouiller tout seul. Je pense que la bataille des hémisphères (qui est une bataille du seul point de vue de l hémisphère gauche) explique la forme qu a prise l histoire des idées en Occident, et aussi la mauvaise passe dans laquelle nous nous trouvons en ce moment même. Chez l homme, l hémisphère droit nous fournit cette attention large qui prend en compte la totalité du monde disponible, alors que le gauche possède un rayon étroit d attention, qui se focalise sur les exigences de la saisie, qui est la fonction de la main droite. Et il en découle des conséquences incommensurables, s agissant du monde que l un et l autre des hémisphères produit à notre usage. Qu a donc révélé la croissance exponentielle de la recherche touchant au cerveau au cours des années récentes en matière de différence entre les

10 hémisphères? Et quel monde, l un et l autre, crée-t-il pour nous? Il me faudrait ici résumer ce que nous savons en un langage quasi télégraphique. Je me contenterai donc de dire que les preuves sont, de mon point de vue, à la fois amples et convaincantes, et que le lecteur qui s intéresse à la question en trouvera les détails dans mon livre. Comme pour confirmer qu il y a quelque chose de tout à fait distinctif dans la manière dont fonctionnent les hémisphères, nous pourrions cependant noter qu il existe des différences dans leur structure et leur fonction au niveau le plus fondamental. L hémisphère droit est plus long et en général plus lourd que le gauche. Et cette particularité se retrouve chez tous les mammifères sociaux. Les hémisphères se différencient par leur sensibilité à certains neurotransmetteurs bien précis et aux neurohormones, mais aussi par leur architecture neuronale et leur organisation, et ce en des manières qui font sens au regard des différences neuropsychologiques. Lesquelles? En premier lieu, la nature même de l attention propre à l hémisphère droit veut que les choses dont nous faisons l expérience se présentent à nous se rendent présentes dans l hémisphère droit, et ce avec une fraîcheur dénuée de toute préconception. Les expériences nouvelles de toute sorte que ce soit de la musique, des mots, des constructions imaginaires, des objets de l environnement et même des talents divers nous viennent de l hémisphère droit, et ce n est que par la suite que l hémisphère gauche s en empare, dès lors qu ils sont devenus familiers. L hémisphère droit s avère plus apte à établir des rapports entre les choses qu il tend à voir dans leur totalité, alors que l hémisphère gauche en distingue les parties. Il en découle d autres conséquences. L hémisphère gauche tend plutôt à voir les choses sous une forme abstraite, tandis que l hémisphère droit les voit plutôt ancrées dans le contexte du monde réel dans lequel elles se produisent. Il en découle que l hémisphère droit paraît plus à même d apprécier les choses véritablement existantes dans leur singularité, alors que l hémisphère gauche schématise les choses et les généralise en catégories. Mais comme tant de choses qui comptent vraiment dans l expérience humaine dépendent en fin de compte du fait qu elles n ont pas été arrachées au contexte au sein duquel elles se présentent comme dotées de sens, cette différence s avère d une importance capitale. Toute expérience artistique et spirituelle et peut-être même tout ce qui importe vraiment ne saurait être qu implicite; le langage, en rendant les choses explicites, réduit tout à une même devise usée et, comme le dit Nietzsche, rend commun ce qui était rare.

11 De nombreux indices démontrent que l hémisphère gauche est plus à l aise avec les outils et avec tout ce qui est inanimé, mécanique ou machinique ainsi qu avec les choses qu il a fabriquées lui-même. De telles choses lui sont intelligibles en des termes qui lui sont propres, parce qu il les a assemblées lui-même, pièce à pièce, et qu elles sont admirablement adaptées à ce type de compréhension. Par contraste, l hémisphère droit s entend à traiter les choses vivantes, qui sont flexibles, organiques, en transformation constante, et qu il n a pas fabriquées lui-même. Seul l hémisphère droit paraît capable d apprécier la totalité organique d une structure qui s écoule et qui change au fil du temps, comme le font tous les êtres vivants. En fait, presque tous les aspects de l appréhension du temps sont logés dans l hémisphère droit. L hémisphère gauche, par contraste, se représente le temps comme une succession de points, l écoulement comme une succession d instants immuables, un peu comme les photogrammes tirés d un film cinématographique. Tout, chez lui, et même les ensembles vivants, se trouve assemblé à partir de composantes, et s il n y a pas de composantes distinctes, l hémisphère gauche ne manquera pas de les inventer. Il n est donc guère surprenant que l hémisphère droit s avère d une importance bien plus considérable que le gauche lorsqu il s agit d apprécier la musique, qui est justement un être organique qui s écoule, qu il convient d apprécier comme un tout, et qui existe presque entièrement dans un entre-deux. L hémisphère gauche sait apprécier le rythme, pourvu qu il soit simple, mais guère plus. La mélodie, le timbre et surtout l harmonie sont en grande partie dépendants de l hémisphère droit, comme les sont les rythmes complexes, avec leurs combinaisons et leurs syncopes (les musiciens professionnels présentent une exception pour plusieurs raisons qui s avèrent intéressantes en elles-mêmes). La contrepartie visuelle de l harmonie pourrait bien être la profondeur du champ visuel. La perception de la profondeur dépend aussi en grande partie de l hémisphère droit, en conformité avec le fait que nous ne sommes nullement isolés du monde de l hémisphère droit, puisque nous entretenons une relation importante avec lui, alors que l hémisphère gauche a tendance à voir les choses comme mises à plat, détachées de nous, comme projetées sur un écran. Bien que les deux hémisphères participent à l expression et l appréciation des émotions, la plus grande partie de notre vie émotive dépend de l hémisphère droit: la colère est la seule émotion que l on trouve robustement associée à l hémisphère gauche, bien que des émotions

12 superficielles, conscientes ou voulues puissent être desservies par l hémisphère gauche. Nous exprimons plus de choses avec le côté gauche du visage, gouverné par l hémisphère droit, et l hémisphère gauche est incapable de déchiffrer les expressions émotives du visage ni de comprendre ou même de retenir des données émotives avec la même facilité que le fait le droit. En fait la reconnaissance des visages, la reconnaissance de leur singularité et l interprétation de leurs expressions, dépendent principalement de l hémisphère droit. Et par-dessus tout, l hémisphère droit est plus empathique: son attitude envers les autres est moins compétitive, plus réceptive à la compassion et à la solidarité. Bien qu il soit en mesure de traiter tout l éventail des émotions, il s avère plus réceptif à la tristesse que ne l est l hémisphère gauche; et des études d enfants confirment que la tristesse et l empathie sont étroitement liées. L hémisphère droit manifeste un plus vif intérêt pour ce qui est personnel, pour ce qui est pour moi, alors que l hémisphère gauche s intéresse à l impersonnel. Mais c est toujours l hémisphère droit qui est plus apte à comprendre ce qui se passé dans la tête des autres, et à ressentir de l empathie, que ne l est l hémisphère gauche, qui sous ce rapport peut paraître relativement autiste. Notre sens du Soi est complexe, mais là aussi, le sentiment que nous avons de nous-mêmes en tant qu êtres dotés d un passé et d un avenir, et en tant qu êtres uniques avec une histoire qui endure dans le temps est dépendante de l hémisphère droit (ce même hémisphère apprécie également la narration, tandis que l hémisphère gauche n y voit qu une accumulation d épisodes distincts, qu il lui arrive souvent de retenir dans le désordre). Quant à la conscience de soi, si elle est identifiée à notre volonté consciente, elle sera plutôt desservie par l hémisphère gauche. Le fait que nature incarnée s implique dans tout ce que nous faisons, non seulement dans nos actions ou même dans nos sentiments, mais aussi dans notre capacité de raisonner, de philosopher ou de pratiquer une science, est une réalité dont nous sommes devenus bien plus conscients au cours des cent dernières années. Les hémisphères ont des façons différentes de comprendre le corps. Seul l hémisphère droit possède une image corporelle intégrale, l hémisphère gauche se figure le corps comme un assemblage de parties, comme s il s agissait d un objet dans l espace placé côte à côte avec d autres objets, plutôt qu un mode d existence. Au regard de l hémisphère droit, nous vivons le corps; tandis que pour le gauche, nous vivons en lui, comme il nous arrive de vivre dans une voiture que nous conduisons.

13 Le raisonnement ne se restreint nullement à l hémisphère gauche, bien que l analyse séquentielle le soit en grande partie. Le raisonnement déductif, ainsi que de nombreuses formes de procédures mathématiques et de résolution de problèmes, et notamment le phénomène de reconnaissance intuitive soudaine de la nature d un concept complexe, paraissent tous dépendants de l hémisphère droit, et en fait d une zone qui, selon la science cognitive paraît reliée au traitement des émotions. Le sens moral intuitif est étroitement lié à l empathie que l on éprouve pour les autres et paraît dépendre pour une part du cortex droit frontal qui est dysfonctionnel chez les psychopathes. Et par-dessus tout, l hémisphère gauche se montre d un optimisme injustifié, se fait une idée très haute et d ailleurs parfaitement irréaliste de lui-même, s obstine dans le déni dès lors qu il s agit de ses propres insuffisances, fait preuve d une assurance déraisonnable lorsqu il prétend comprendre des choses dont il ne sait presque rien et se montre peu enclin à changer d avis. L hémisphère droit, par contre, voit bien plus de choses mais il est également plus enclin à douter de lui-même. Il est moins assuré de son savoir. Il est enfin dépourvu de voix, puisque les centres moteurs du langage (sinon le langage tout entier) sont situés dans l hémisphère gauche. S il fallait caractériser les différences dans leur ensemble, il faudrait dire quelque chose dans ce genre. L expérience vécue est toujours en mouvement, ramifié et imprévisible. Et pourtant, pour que nous soyons vraiment en mesure de savoir quelque chose, il faut que cette chose manifeste malgré tout des propriétés durables. Si tout s écoule et s il est impossible de mettre deux fois le pied dans la même rivière la formule d Héraclite est à mon avis, une brillante évocation de la réalité centrale du monde de l hémisphère droit nous demeurons toujours désarmés devant l expérience et puisque rien ne se répète jamais, nous ne pourrons jamais rien savoir. Il nous faut donc trouver une manière de fixer les choses au sein du temps qui s écoule, et ce en prenant du recul par rapport à l immédiateté de l expérience et en nous retirant du flot. C est ainsi que le cerveau est contraint de s attacher au monde de deux façons totalement différentes et, ce faisant, il donne effectivement naissance à deux mondes différents. Dans l un d entre eux, celui de l hémisphère droit, nous faisons l expérience vécue du monde vivant, complexe, incarné, peuplé d être individuels et toujours uniques, emportés dans un changement perpétuel, un réseau d interdépendances qui forme et reforme des ensembles, un monde, en somme, auquel nous sommes profondément reliés. Dans l autre, celui de l hémisphère gauche, nous faisons l expérience de notre expérience et ce d une manière très

14 particulière, grâce à une version re-présentée de ce monde, contenant désormais des entités statiques, séparables, délimitées, mais essentiellement fragmentées, regroupées en classes et au sujet desquelles il devient possible de faire des prédictions. Ce type d attention isole, fixe chaque chose et la rend explicite en la positionnant sous le projecteur de notre attention étroitement focalisée. Ce faisant, pourtant, il rend toute chose inerte, mécanique, dépourvue de vie. Mais il nous permet aussi de savoir, pour la première fois, et donc d apprendre et aussi de fabriquer des objets. Ceci nous apporte le pouvoir. Ces deux aspects du monde ne sont pas symétriquement opposés. Ils ne sont pas équivalents, par exemple, aux concepts qui distinguent un point de vue subjectif et un autre objectif, distinction qui ne font déjà que refléter une façon particulière d être dans le monde et donc, le fait est important une vision du monde propre au seul hémisphère gauche. La distinction que je m efforce de faire ici, est celle qui peut être faite entre, d une part, notre façon de vivre le monde avant de lui avoir voué une quelconque réflexion, avant même que nous n ayons eu l occasion de le considérer de quelque façon que ce soit, ou même de songer à le décomposer en parties un monde où les choses que nous serons par la suite amenés à qualifier de subjectifs et d objectifs, demeurent dans un état de suspension qui leur permet d embrasser à la fois chacun des pôles potentiels, mais aussi leur coexistence simultanée; et d autre part, le monde auquel nous sommes le plus souvent portés à penser, où le subjectif et l objectif se présentent comme des pôles distincts. En termes les plus simples, un monde, d une part, où il existe un entre-deux, et, de l autre, un monde où il n en existe pas. Il ne s agit pas de deux façons différentes de penser le monde mais bien de deux façons d être dans le monde. Et cette différence n est pas symétrique. Elle est, au contraire, fondamentalement asymétrique. J ai laissé entendre plus haut que nous avions acquis le langage non pas en vue de la communication, ni même pour pouvoir penser, mais bien pour faciliter un certain type de manipulation fonctionnelle du monde. Le langage, comme la carte du général dans son état-major, est une représentation du monde. Ce monde là n est plus présent, mais littéralement re-présenté après coup. Il nous fournit une fiction utile. Il me semble que la différence essentielle entre l hémisphère droit et l hémisphère gauche, c est que le droit est attentif à l Autre, quel qu il soit l autre qui existe à part nous et avec lequel il se sent profondément en relation. Il est fortement attiré, par la relation, par l entre-deux qui s établit avec cet Autre, et qui nous apporte vie. L hémisphère gauche,

15 par contre, voue son attention au monde virtuel qu il a lui-même créé, qui est cohérent et autonome, mais en fin de compte dissocié de cet Autre. Cette séparation est la source de sa puissance, mais c est aussi ce qui le rend étrangement impuissant, dans la mesure où il est, en fin de compte, la seule chose sur laquelle il saurait agir et qu il saurait même connaître. Vous seriez-en droit de me dire, d accord, admettons qu il existe deux façons de concevoir le monde, mais qu est-ce qui vous autorise à prétendre que tous deux ne sont pas également valables? Je réponds que tous deux sont en effet très importants tous deux sont même indispensables, dès lors qu il s agit de mener une vie civilisée mais elles ne sont pas pour autant également valables. Il y de nombreuses raisons à cela. En premier lieu, il est intéressant de noter qu à la fin du dix-neuvième siècle et au cours du vingtième, aussi bien en mathématiques et en physique (par exemple Cantor, Boltzmann, Gödel, Bohr), qu en philosophie (je songe tout particulièrement aux pragmatistes américains, Dewey et James, et aux phénoménologistes européens, Husserl, Heidegger, Scheler, Merleau-Ponty et aussi le Wittgenstein tardif), tout en se fondant exclusivement sur des prémisses parfaitement caractéristiques de l hémisphère gauche, qui veulent que l analyse séquentielle soit en mesure de nous conduire à la vérité, des penseurs sont arrivés à des conclusions qui s approchent beaucoup plus de la conception monde caractéristique de l hémisphère droit (dont ils confirment ainsi la validité), et non de celles de l hémisphère gauche. La chose est en soit remarquable, puisque de façon générale les présomptions auxquelles vous vous attachez au départ décident de l endroit où vous aboutirez. Mais il existe d autres indications. Une attention large et vigilante doit précéder toute tentative de s attacher plus étroitement à une partie du champ de la connaissance; il nous faut voir le tout avant d en étudier les parties, et non assembler le tout en réunissant ses éléments épars. Nous faisons l expérience du tout avec l hémisphère droit au départ, et non avec le gauche. De même, le langage est issu du corps. Il est implicite. Ce n est pas quelque chose qui fonctionne au niveau abstrait. Il n est pas explicite. L affect est premier. Il n est le résultat d un calcul qui s appuierait sur une évaluation cognitive des parties. Comme l a démontré Libet, la volonté inconsciente, plus étroitement liée au fonctionnement de l hémisphère droite, anticipe largement tout ce qu est en mesure de reconnaître notre conscience explicite et verbalisante. L analyse minutieuse de la relation entre la parole et le geste démontre

16 qu aussi bien la pensée que son expression prennent naissance dans l hémisphère droit, et non dans le gauche. La re-présentation dépend inévitablement d une présentification antérieure; et même le mode de fonctionnement du système nerveux lui-même se trouve plus en congruence avec le mode d opération de l hémisphère droit qu avec celui du gauche. Ce qu offre l hémisphère gauche est donc un processus précieux, mais néanmoins intermédiaire, un processus de déballage de ce qui est là, suivi de sa restitution à l hémisphère droit, où il pourra être à nouveau intégré à l ensemble de l expérience vécue. Le processus ressemble en cela à la minutieuse fragmentation et analyse d une sonate au moment de la répétition qui est réintégrée par le pianiste au moment de l exécution, à un niveau où il ne faut même plus qu il en soit conscient. C est du moins ainsi que les deux hémisphères devraient coopérer, l émissaire rendant ses comptes au Maître qui est le seul à connaître l ensemble des choses. Mais le rationalisme parfaitement cohérent de l hémisphère gauche a su convaincre ce dernier qu il est inutile de s inquiéter de ce que pourrait éventuellement savoir l hémisphère droit: il estime en effet qu il dispose déjà de toutes les données pertinentes. Et il dispose surtout de trois grands avantages. Tout d abord, il dispose de la maîtrise de la voix, et donc des moyens d argumentation. En fin de compte, les trois L langage, logique et linéarité sont entre les mains de l hémisphère gauche. C est comme s il était le Berlusconi du cerveau, un poids-lourd politique qui contrôle les média. Et bien entendu, nous avons tendance à être plus à l écoute de ce qu il dit. Ensuite, le monde parfaitement cohérent de la pure théorie et des idées pures est comme une galerie des glaces : toute tentative d évasion est renvoyée vers l intérieur. La grande voie qui aurait pu nous conduire vers quelque chose qui se trouve au-delà la sagesse intuitive qu incarne la tradition, l expérience du monde naturel, les arts, le corps et la religion sont tous vidés de leur force par l impact abstrayant, rationalisant, ironisant du monde des représentations parfaitement cohérentes que nous offre l hémisphère gauche. La présence vivante n est plus accessible. Et enfin, il y a une tendance à favoriser un feed-back positif au lieu de rétablir l équilibre, on nous ressert une nouvelle portion du même. Ceci m amène à aborder les motifs pour lesquelles ces questions ne sont pas seulement d un intérêt académique. Car il m apparaît que le monde dans lequel nous vivons en est venu à refléter toujours plus les idées du seul hémisphère gauche.

17 Dans la deuxième partie de mon livre, je considère l évolution de la culture occidentale, en commençant par l Antiquité, avec l extraordinaire floraison de la culture Athénienne au 6 ème siècle avant notre ère, où les deux hémisphères, à ce qu il me semble, ont œuvré en harmonie comme jamais auparavant ni même depuis; puis le déclin lié à la montée en puissance de l hémisphère gauche à l époque romaine tardive; et enfin, à tour de rôle, aux grands glissements tectoniques que nous appelons la Renaissance, la Réforme, le Siècle des Lumières, le Romantisme, la Révolution Industrielle, le Modernisme et le Post-modernisme. J estime que tout cela représente une lutte pour le pouvoir que se livrent deux façons d être dans le monde, et que nous avons fini prisonniers d un seul d entre eux de l hémisphère gauche. Tâchons un instant de nous représenter ce que pourrait être un monde où l hémisphère gauche serait le seul fournisseur de notre réalité? Tout d abord, la vue d ensemble serait inatteignable: le monde ne serait plus qu une simple accumulation d éléments épars. Son unique signification serait dérivée de sa capacité d être utilisé. Une attention plus étroitement focalisée mènerait à une spécialisation croissante et une technicisation du savoir. Ceci mènerait, du coup, à favoriser la substitution de l information, et de la collecte d information au savoir, fruit de l expérience. Le savoir, à son tour, paraîtrait plus réel que ce qu on pourrait appeler la sagesse, qui serait perçue comme trop nébuleuse, une chose insaisissable. Le savoir qui venait de l expérience, et l acquisition pratique de talents incarnés, deviendraient suspects, perçus soit comme un menace ou tout simplement incompréhensibles. Ils seraient remplacés par des signes ou des représentations, des systèmes formels attestés par des brevets et des diplômes. Il y aurait une augmentation simultanée de l abstraction et de la réification, grâce à laquelle le corps humain lui-même et nos propres personnes aussi bien que le monde matériel et les œuvres d art que nous avons produites pour nous permettre de le comprendre, deviendraient plus conceptuels tout en se voyant réduits à l état de simples objets. Le monde dans son ensemble deviendrait plus virtualisé, et l expérience que nous en avons dépendrait toujours plus de méta-représentations d une espèce ou d une autre. Il y aurait de moins en moins de personnes engagés dans un travail qui exigerait le contact avec quoi que ce soit en provenance du monde réel, du monde vécu, car il s agirait désormais bien plus de plans, de stratégies, de paperasses, de gestion et de procédures bureaucratiques.

18 Il y aurait une déperdition totale de tout sentiment de singularité. Le vivant serait toujours plus calqué sur le mécanique. Ceci affecterait également la manière dont les bureaucraties géreraient tant les situations humaines que la société dans son ensemble. Ou bien/ou bien aurait tendance à se substituer à des questions de degré, et il en résulterait une certaine inflexibilité. On assisterait à une dévaluation des valeurs supérieures et leur statut serait traité avec un cynisme croissant. La moralité serait évaluée, au mieux, en fonction d un calcul utilitaire, au pire en termes d un enlightened self-interest. L impersonnel en viendrait à remplacer le personnel. On s attacherait aux choses matérielles aux dépens du vivant. La cohésion sociale, et le lien entre les personnes et (ce qui est tout aussi important) entre les personnes et les lieux, le contexte auquel chacun appartient, ne serait plus pris en compte, seraient peut-être même perturbés, étant tenus pour incommodes et même incompréhensibles aux yeux de l hémisphère gauche agissant pour son seul compte. Il y aurait une dépersonnalisation des relations entre membres de la société, et aussi dans les relations que la société entretient avec ses membres. L exploitation plutôt que la coopération serait, explicitement ou non, la relation par défaut entre individus, et aussi entre le genre humain et le reste du monde. Le ressentiment mènerait à une insistance sur l uniformité et l égalité, non pas comme une chose désirable qu il convient de mettre en équilibre avec d autres qui le sont aussi, mais comme le but désirable et ultime, qui transcende tous les autres. L hémisphère gauche est incapable de faire confiance à autrui et il est enclin à la paranoïa. Il a besoin de se sentir maître de la situation. Nous devrons nous attendre à ce que les gouvernements soient obsédés par des questions de sécurité d abord, et désireux d assurer le contrôle absolu. Le raisonnable serait remplacé par le rationnel, et il se pourrait que l idée même du raisonnable devienne inintelligible. Il y aurait un effondrement complet du sens commun, puisqu il est intuitif et dépend de la collaboration entre les deux hémisphères. On devrait s attendre à une perte de toute perception intuitive, en même temps qu une répugnance à assumer des responsabilités, et ceci renforcerait la tendance de l hémisphère gauche à favoriser un optimisme que pourrait bien s avérer dangereusement infondé. Il y aurait une augmentation de l intolérance et de l inflexibilité, et une réticence à changer de voie ou d opinion.

19 Il faudra s attendre à ce que l émerveillement et le respect à l égard du religieux soient accueillis avec ressentiment et même soumis à un travail de sape. Ce serait le monde désenchanté de Weber. La religion serait perçue comme une simple fantaisie. L art serait conceptualisé, cérébralisé et la beauté s éclipserait sous les coups de l ironie. En tant que culture, nous en viendrions à écarter toute forme implicite de savoir. On constaterait une étonnante difficulté à comprendre tout sens qui ne serait pas explicite, et une disqualification de toute forme de communication non-verbale et non-explicite. Du même coup, on assisterait à l ascension de l explicite, soutenu par une législation toujours plus proliférante, que Tocqueville anticipait en parlant d un réseau de petites règles compliquées qui finirait par étrangler la démocratie. Au fur et à mesure où il deviendrait plus difficile de partager un sentiment moral intuitif et commun, ou de passer des contrats implicites entre individus, de telles règles deviendraient toujours plus encombrantes. Il y aurait un déclin de la tolérance et de l appréciation de la valeur de l ambigüité. Nous aurions tendance à devenir par trop explicites dans le langage dont nous nous servions autrefois pour aborder l art et la religion. Il perdrait son pouvoir métaphorique implicite et crucial. Tout cela vous paraît-il familier? Dans les termes de la fable que j ai citée au départ, l émissaire, toujours aussi dépourvu d intuition, semble se croire en mesure de tout savoir et de tout faire sans le soutien de quiconque. Mais il en est incapable. Laissé à lui-même, il est comme un zombie, un somnambule qui marche d un pas tranquille vers l abîme en sifflotant un air joyeux. Tout ceci paraît affecter notre compréhension de la spiritualité de diverses façons. Le sens de la situation que je viens de décrire n est pas tant, me semble-t-il que nous savons désormais dans quel coin du cerveau pourrait se loger l expérience spirituelle. Deux points favorisés semblent apparaître dans la recherche la région temporo-pariétale droite et le cortex frontal gauche. Il se pourrait que l importance du cortex frontal gauche réside dans le fait que c est le principal lieu d inhibition visant le cortex postérieure gauche, où se déroule le traitement analytique sériel du langage qui est justement l activité qui doit, selon toutes les traditions spirituelles, être amenée à se taire et à se mettre au repos. Mais je doute qu il y ait une localisation dans le sens où il pourrait y avoir un God spot comme on dit en anglais.

20 Plus intéressant, à mon sens, est le fait que l attention large de l hémisphère droit, qui est ouvert et inclusif, perçoit plus de choses que ne peut espérer saisir l attention restreinte de l hémisphère gauche qui, du fait même de sa précision, réduit trop vite le monde de notre expérience aux choses qui nous sont familières, à ce que nous savons déjà, plutôt que de nous laisser chercher notre voie à tâtons vers (ou nous laisser attirer par) des choses que l intuition seule demeure en mesure de reconnaître et qui doivent surtout demeurer implicites. L hémisphère droit tolère l ambigüité et le paradoxe. Il comprend la conjonction des contraires, alors que l hémisphère gauche se montre intolérant à l égard de l ambigüité, et estime que les contraires devraient s annuler. Pour ces motifs, peut-être, l hémisphère droit paraît plus ouvert au spirituel que ne l est l hémisphère gauche, qui s efforce toujours de réduire l expérience à quelque chose qu il sait déjà. Encore plus intéressant, me semble-t-il, est la manière dont la négation conduit à la création le fait que nous ne découvrons pas les choses de la même façons que nous les fabriquons, à savoir en assemblant des objets que nous connaissons déjà, mais en niant les choses que nous pensions savoir pour que puissent surgir quelque chose d autre, que nous ne saurions rendre précise (parce que toute tentative de le faire la trahit, la déforme et la falsifie). J aborde cette questions à plusieurs reprises (voir negation as creation dans l index). Ceci s accorde à ce qu on appelle en théologie la via negativa ou l approche apophatique (du non-dit ) de la connaissance spirituelle. Je voudrais enfin attirer l attention du lecteur sur la structure de la relation qu entretiennent les deux hémisphères. Cette relation me paraît dotée d une structure que l on retrouve dans la mythologie chrétienne, où une grande puissance (Dieu) doit se soumettre à une forme de réduction, de résistance ou de contrainte afin que quelque chose d autre puisse s accomplir l incarnation, qui exige la soumission de Dieu aux contraintes de la matérialité, avec toutes les souffrances qu elle entraîne, pour ne pas demeurer seul dans l univers mais avoir sa Création, et que celle-ci soit sauvée. Il s agit du Possible, dans son infinie multiplicité, se soumettant à l Actualité, qui est bornée mais solide, afin que quelque chose puisse accéder à l être. C est en fait comme si le Devenir se soumettait à une forme de résistance ou de limitation pour que quelque chose, enfin, Soit. Ceci ferait songer au récit de Milton et de la Bible qui nous montre Dieu faisant confiance à son bras droit, le plus éclatant et le meilleur de ses anges et, en lui faisant confiance et en courant le risque d être trahi. C est ce que fait en effet Lucifer/Satan dans le récit de la

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu Leçon 4 Je peux participer à l Ïuvre de Dieu A présent, Chang en sait davantage sur l Eglise et les différents ministères que Dieu a accordés à chacun de ses membres. Ceux-ci, il s en aperçoit bientôt,

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

plan de la leçon objectifs de la leçon exercices

plan de la leçon objectifs de la leçon exercices Leçon 2 Dieu désire que vous conn nnaiss ssiez Ses dons Dans la première leçon, vous avez appris que Dieu avait des dons en réserve pour tous les croyants. Vous avez également découvert qu Il en désirait

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

INTRODUCTION. Relevons quelques-uns de ces paradoxes, parmi les plus intéressants.

INTRODUCTION. Relevons quelques-uns de ces paradoxes, parmi les plus intéressants. INTRODUCTION 1/ Un régime matrimonial est un ensemble de règles destinées à organiser les rapports des époux entre eux et avec les tiers, sur le plan patrimonial, économique. Étudier les régimes matrimoniaux,

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Design graphique Mejdi BLAGHGI m.blaghgi@gmail.com Introduction

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

À PROPOS DU FORUM 1996 - SANTÉ - PRÉVENTION - ÉDUCATION ET DE LA PLACE DE L ÉDUCATION SOMATIQUE AU QUÉBEC

À PROPOS DU FORUM 1996 - SANTÉ - PRÉVENTION - ÉDUCATION ET DE LA PLACE DE L ÉDUCATION SOMATIQUE AU QUÉBEC 1 À PROPOS DU FORUM 1996 - SANTÉ - PRÉVENTION - ÉDUCATION ET DE LA PLACE DE L ÉDUCATION SOMATIQUE AU QUÉBEC Exposé présenté par Odette Guimond lors du Forum 1996 du Regroupement pour l éduxcation somatique

Plus en détail

Informatique et création littéraire

Informatique et création littéraire Informatique et création littéraire Jacopo BABONI-SCHILLINGI Jean-Pierre BALPE Littérature est synonyme de subjectivité, de génie. Qualités considérées comme la quintessence de l humain, à l opposé de

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle

Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Résultats d apprentissage spécifiques Indicateurs de rendement Exemples de référentiels Français maternelle Document d appui en littératie septembre 2015 Dans ce document, le genre masculin est utilisé

Plus en détail

Manuel d éclairage photo

Manuel d éclairage photo Fil Hunter Steven Biver Paul Fuqua Manuel d éclairage photo Traduit et adapté de l anglais par René Bouillot Groupe Eyrolles, 2009, pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-67312-8 L état de surface

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS

LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS Intervention de : Yamouna DAVID, Directrice de la formation continue de l EFACS, administrateur délégué d OIB France C est un vrai bonheur de vous voir tous réunis pour parler

Plus en détail

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne Un souffle de vie au cœur de la communauté chrétienne LA CELLULE-JEUNESSE Présentement notre Église a une grande difficulté à rejoindre les adolescentes et adolescents. Cela est un constat et non une démission.

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Compétences relationnelles

Compétences relationnelles Compétences relationnelles Servir et aider Servir, aider ou assister des personnes, répondre à ses demandes et à des questions, être au service de clients. Capacité à communiquer chaleureusement avec les

Plus en détail

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE COMPORTEMENT ET DISCIPLINE Le comportement des enfants a plusieurs origines. Il n est pas attendu qu une semaine de camp peut régler tous les problèmes de comportement. En tant que moniteurs, vous devez

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique LA PNL Programmation Neuro Linguistique Définition : Programmation «A partir des expériences que nous vivons depuis notre enfance (et peut être avant), nous nous créons des programmes de fonctionnement

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr ISBN : 979-10-91997-02-7 Wagon 42 SAS 25 Impasse Ernest Feuillet Avignon, France http://wagon42.fr Première édition, octobre 2012 Le

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes «L éclair par exemple se distingue du ciel noir, mais doit le traîner avec lui, comme s il se distinguait de ce qui ne se distingue pas.» Gilles Deleuze, Différence et répétition Introduction Individus

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères?

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Christine Lemaire, dans le cadre du colloque de la Simplicité volontaire 2013, Québec, 3 novembre 2013 Ma première réaction à la question posée

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES Patricia Bertaux L avenir est entre nos mains : à nous de lui donner la forme que nous voulons. 2 L EMILE présenté aux parents et

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse

QUESTIONS DE GENRES? Une expérience de l interculturalité en acro-danse «Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle.» Léonard Nimoy QUESTIONS DE GENRES? Avant propos La persistance de stéréotypes liés à la place des femmes et des hommes dans la société se concrétise

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail