arxiv: v1 [math.oa] 2 Apr 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "arxiv: v1 [math.oa] 2 Apr 2014"

Transcription

1 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS ROMARIC TYTGAT arxiv:44.657v [math.oa] 2 Apr 24 RÉSUMÉ. Nous donnons des résultats théoriques sur l idéal de Macaev et la trace de ixmier. Ensuite, nous caractérisons les symboles antiholomorphes f tels que l opérateur de Hanel H f sur l espace de Bergman à poids soit dans l idéal de Macaev et nous donnons la trace de ixmier. Pour cela, nous regardons le comportement des normes de Schatten S p quandp tend vers et nous nous appuyons sur le résultat de Englis et Rochberg sur l espace de Bergman. Nous parlons aussi des puissances de tels opérateurs.. INTROUCTION Les propriétés spectrales des opérateurs de Hanel sont traités dans [2] et [3] pour les espaces de Bergman et dans l ouvrage de [4] pour l espace de Hardy. On pourra aussi consulter le livre de Zhu [9] et les références qu il contient. Les auteurs de [6] s intéressent eux au cas de certains espaces de Foc. L étude de leur trace de ixmier est plus récente, même si le premier résultat dans ce sens se trouve dans [2], où il est montré que l espace de Besov B est inclus dans l espace de ixmier. C est une dizaine d années plus tard que l espace de ixmier a été caractérisé par Li et Russo [] dans le cas du petit opérateur de Hanel. Il a encore fallu attentre plus de dix ans pour connaître l expression de la trace de ixmier du grand opérateur de Hanel sur l espace de Bergman de la boule unité de C d,d >. Ce dernier résultat a été obtenu par Englis, Guo et Zhang [7]. Le cas d = a dû être traité de façon différente, c est dans les travaux de Englis et Rochberg [8] que l espace et la trace de ixmier ont été exhibés. Les auteurs arrivent à se ramener, par une transformation unitaire, à un opérateur pseudo-différentiel, et utilisent le résultat de Wodzici. Notre approche est celle de [] mais nous utilisons les résultats de [8]. On note le disque unité de C et Hol() l ensemble des fonctions holomorphes du disque. Pourα > un réel, on pose où da(z) est la mesure d aire normalisée, et L 2,α := L 2 ((α+)( z 2 ) α da(z), ) A 2,α := L 2,α Hol(). Soit alorsp α la projection (orthogonale) de Bergman del 2,α sura 2,α : P α (f)(z) = f(w)k α (z,w)da α (z) 2 Mathematics Subject Classification. Primary 47B35, 32A36, 32A37. Key words and phrases. Hanel operator, ixmier trace, Bergman space.

2 2 ROMARIC TYTGAT où da α (z) = (α+)( z 2 ) α da(z) et K α (z,w) = ( z w) (2+α) pourz,w. Pourf L 2,α, on définit l opérateurh α f del2,α dans lui même par : H α f (g)(z) = (I P α)(fp α g)(z). Cet opérateur est densément défini et s appelle l opérateur de Hanel (cf [2] et [9]). Avant de continuer, faisons quelques rappels sur la métrique de Bergman, c est l objet du paragraphe 4.3 p 58 de [9]. On définit la distanceβ sur par : β(z,w) := ( ) +ρ(z,w) 2 log z,w ρ(z,w) où ρ(z,w) = ϕ z (w) = z w wz z,w. Le disque hyperbolique de centre z et de rayon r > est alors : On a alors le lemme p 62 de [9] : (z,r) = {w ;β(z,w) < r}. Lemme.. Il existe un entiern tel que pour tout réel positifr, il existe une suite(λ n ) du disque vérifiant () = n= (λ n,r) ; (2) (λ n,r) (λ m,r) = sin m ; (3) tout point de appartient au plus à N disques(λ n,2r). Toute suite du disque vérifiant ce lemme sera appelée suite atomique. Rappelons que la p-ième classe de Schatten S p pour < p est le sous espace des opérateurs compacts T vérifiant (s n (T)) n N l p (N) où (s n (T)) n est la suite des valeurs singulières rangée par ordre décroissant (cf [2] ). Les auteurs de [2] ont montré que pourf Hol() et p >, H ᾱ f Sp si et seulement si f B p, où B p est l espace des fonctions holomorphes du disque vérifiant : (.) f p B := (( z 2 ) f (z) ) p dλ(z) < p avecdλ(z) est la mesure Möbius invariante : NotonsS + dλ(z) := sup N 2 ( z 2 ) 2dA(z) l idéal (de Macaev) des opérateurs compactst vérifiant : { } lnn σ N(T) <

3 où ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 3 σ N (T) = N = s (T) et pourt S +, on notetr ω (T) sa trace de ixmier. Moralement Tr ω (T) = lim N + σ lnn N(T). Choisissons un forme linéaire positiveω sur l (N) et notons sa valeur ena = (a,a,...) parlim ω (a n ). On demande, lorsqu elle existe, quelim ω (a n ) = lima n. On demande aussi queω soit invariante par 2-dilatation, propriété technique fondamentale pour la théorie, mais qui ne nous concerne pas ici. Pour un opérateur positift dans S + on définit sa trace de ixmiertr ω (T) par ( ) σn (T) Lim ω. ln(n +) Tr ω (.) s étend à S + par linéarité. La définition de la trace de ixmier dépend de ω et nous dirons quet est mesurable sitr ω (T) est indépendant deω. Nous en verrons des exemples. On renvoie à [4] et [5] pour plus de détails. La trace de ixmier est une forme linéaire continue si nous équiponss + de la norme complète : N T S + = sup s (T). N 2 lnn = On définit alors les espaces de ixmier p α comme ceci : p α = {f A2,α H ᾱ f p S + } avec f p α = H ᾱ f p /p. S + On note simplement p quandα =. e facon équivalente, on a : N f p α s n (H ᾱ f )p = O(). n= Si p, p α est un espace vectoriel complet pour la semie norme. p, tandis que si α < p <, p α est un espace vectoriel complet pour la quasi-semie norme. p (voir [8]). α (.2) Par exemple, pour tout,h ᾱ z S + et Tr ω ( H ᾱ z ) = α+. Cela se calcule sans peine, puisque l on connait les valeurs propres des opérateurs de Hanel à symbole monômial (cf [2]). Pour p >, notons l espace de Hardy H p, l ensemble des fonctions f Hol() holomorphes du disque vérifiant : f p Hp := sup r [;[ Pour le moment, on a les résultats suivants : T f(re iθ ) dθ 2π <.

4 4 ROMARIC TYTGAT Théorème(M. Englis et R. Rochberg [8]) Soit f une fonction holomorphe sur : H f S + f H où H est l espace des fonctions à dérivée dansh. e plus, pourf H, on a Tr ω ( H f ) = f dθ où dθ est la mesure de Lebesgue normalisée sur le cercle unité. Théorème(M. Englis et R. Rochberg [8]) Soit f C ( ) alorsh f S + et Tr ω ( H f ) = f dθ où dθ est la mesure de Lebesgue normalisée sur le cercle unité. Nous allons étendre ces résultat pour toutα > : Théorème.2. Soit f une fonction holomorphe sur et α > : e plus, pourf H, on a T T H ᾱ f S + f H. Tr ω ( H ᾱ f ) = α+ f dθ T où dθ est la mesure de Lebesgue normalisée sur le cercle unité. Théorème.3. Soitf C ( ) alorsh ᾱ f S + et Tr ω ( Hf α ) = α+ T f dθ où dθ est la mesure de Lebesgue normalisée sur le cercle unité. Un mot sur les notations, f(z) g(z) siginifie qu il existe une constante C >, pour tout z dans l ensemble considéré, vérifiant f(z) Cg(z). e même pour f(z) g(z), et on notef(z) g(z) si f(z) g(z) etf(z) g(z). 2. RÉSULTATS GÉNÉRAUX Pour un opérateur compactt, on définit,ζ T (s) := n= s n(t) s, pours >. SiT est de plus positif, alorsζ T (s) = Tr(T s ). Notre approche est clairement motivée par le résultat de S.Y. Li et B. Russo [] : Lemme 2.. SoitT un opérateur compact, on a alors : T S + sup {(s )ζ T (s)} <. s ];2[

5 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 5 On peut dire un peu plus et montrer que ces deux quantités sont équivalentes. Si (a n ) n N est une suite de nombres qui converge vers, on note (a n) n N la suite( a n ) n N rangée par ordre décroissant. Soit l,+ l ensemble des suites vérifiant n = a = O(ln(n+)) muni de la norme : Lemme 2.2. l,+ est complet. a,+ = sup N N { ln(n +) émonstration. Pour tout entiern >, on définit la famille de normes a N = a ln(n +). En fait, voir [7] p 4, on peut définir les a de la façon suivante. On pose = = a a = max N a,a +a = max j ( a + a j ) et ainsi de suite. Il est alors clair que les. N sont des normes. On a : ln(n +) a sup a N N a sup. On note ici. sup la norme infinie plutôt que. afin d éviter toute confusion avec le cas N =. Si (a p ) p N est une suite de Cauchy de l,+, elle l est pour chaque. N et donc pour. sup. Ainsi, il existea l tel que a p a N quand p tend vers l infini et pour toutn >. Soit ǫ >, pourr et q assez grands, on a : (a q ln(n +) ar ) ǫ N. A la limite surr, on a : ln(n +) et donc(a p ) converge vers a dansl,+. = } (a q a ) ǫ N = On peut définir une autre norme surl,+ : { ( a ζ = sup (s ) ) } /s a s. s ];2] En effet : Lemme 2.3. Soita l,+. Alors a ζ a,+..

6 6 ROMARIC TYTGAT émonstration. e l équivalent ln(n) n = en l infini, on déduit que pour tout entier naturel n, on a : n n a a,+. = = Par le lemme 6.3 p 65 de [2], on a pour < s 2 : n n a s s a s,+ = = s s a s,+. Ainsi ( (s ) N a s ) /s a,+. Passant au sup sur les s ];2], on obtient le résultat. Lemme 2.4. l,+ muni de. ζ est complet. émonstration. Si (a p ) p N est une suite de Cauchy pour. ζ elle l est pour chaque l s et donc converge vers a s l s. Or si p p 2, on a. p. p2, ce qui montre que a := a s est indépendant des. Soitǫ >, r et q assez grands : { } a a r ζ = sup s ];2] limsup q + ǫ et donc(a p ) converge vers a pour. ζ. On obtient alors ((s )) /s limsup a q a r l s sup s ];2] q + { } ((s )) /s a q a r l s Proposition 2.5. Les normes.,+ et. ζ sont équivalentes. émonstration. Résulte des trois lemmes précédents et du théorème de Banach. Pour la trace de ixmier, nous avons la proposition 4 p 36 de A. Connes [4] : Lemme 2.6. SoitT un opérateur compact positif danss +. On a équivalence entre et (s )ζ T (s) L quand s + N (lnn) n= Sous ces conditions,tr ω (T) = L. s n (T) L quand N + Lorsque nous n avons pas convergence, on a le résultat classique :

7 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 7 Lemme 2.7. SoitT S + un opérateur positif, alors : lim inf n + Mais on peut montrer que : ln(n) σ n(t) Tr ω (T) limsup n + ln(n) σ n(t). Proposition 2.8. Soit(s ) une suite décroissante de limite nulle. On a : lim sup s + (s ) = s s limsup N émonstration. On commence par montrer que lim sup(s ) s + = = s s limsup N Soit ǫ >, il existen N vérifiant pour toutn N ( s limsup N Notons = On a pour tout entiern N et donc c = limsup N ainsi pour toutn N + N N + = ( s elimsup s + (s ) s. = s )+ǫ. = s )+ǫ. = s =N = s c = N N + s +N c s +N c = c ( N N + = On applique le lemme 6.3 p 65 de [2] et on obtient : ( N N + N N ) + = s s n+n c = ) ( N N + = s N N + = ). ( ) s = s s

8 8 ROMARIC TYTGAT et donc à la limite surn ( ) s s s n+n c s. = = Par une comparaison série/intégrale on voit que : s s s ainsi A la limite surs: et comme on a Passons à présent à : lim sup s + (s ) lim sup s + (s ) lim sup N Soit N un entier positif, notons = (s ) s s n+n sc s. = lim sup s + (s ) = = s s n+n c = s s n+n = limsup s + (s ) s s c = limsup N = G N = ( s elimsup s + (s ) ( N = ) = s s s )+ǫ. = s s. = par Jensen, pours >, on a : ( N = et en remplacant s pars on obtient ( N ) s s G N d ou = = ) s s G N = G Ns s N s G N s s N s G N = = ( ) s s Ns G s N N s (s ) (s ) s s. = s s

9 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 9 Posons on a Mais et Ainsi pours=+ e même : s = + N s G s N s (s ) = G s N N s G N s (s ). G s N s = N s G N (s ) = lim sup N ( +γ +o() ) + e (s ) (s )(+γ +o()) e. = s elimsup(s ) N elimsup t + (t ) = s s s t. Proposition 2.9. Soit(s ) une suite décroissante de limite nulle. On a : lim inf (s ) s s s + liminf s e liminf N (s ) s s. s + = émonstration. e la même façon on montre que Passons à : lim inf (s ) s + lim inf N = = s s liminf N = s. = s e liminf (s ) s s s +. = Sans perte de généralité on supposes. SoitN un entier positif, notons ( N ) G N = par Jensen, pours <,on a : ( N = = ) s s G N = G Ns s = =

10 ROMARIC TYTGAT et en remplacant s pars et commes <, on obtient ( N ) s N s G N s G N s s s G N s t = = = où t >. Mais commes < s G N s t N Ns G N s t. = = = On a ( ) s [ s Ns G s N (t ) s (t ) Posons et on a Mais et Ainsi s = t = + N s G s N s (t ) = G s N N s G N s (t ). G s N s = N s G N (t ) lim inf N = On obtient immédiatement : ( +γ +o() = ) s t e (t )(+γ +o()) e. s e liminf (t ) N N = Proposition 2.. SoitT S +, alors : = s t e liminf (r ) N s r. r + = e liminf s (s ) T s S Tr ω(t) elimsup(s ) T s s S s où de façon équivalente, pour reprendre la notation de Connes, Li et Russo s e liminf (s )ζ T(s) Tr ω (T) elimsup(s )ζ T (s). s s ].

11 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 3. L ESPACE H La section précédente nous invite à regarder la limite de (p ) H f S p. Comme les normes H f S p et f B p sont équivalentes, nous nous intéressons au sup de(p ) f B p. Tous les résultats sur les espaces de Hardy utilisés dans cette section se trouvent dans [5]. éfinition. H est défini comme suit : H = {h;h H }. Proposition(J. Arazy, S. Fisher et J. Peetre []) L espaceh muni de la semi norme h H = T h (e iθ ) dθ est Möbius invariant au sens de [], et donc complet. On s inspire de [] pour donner une description alternative : Proposition 3.. et H = {h Hol(); sup (p ) h B p < } p ];2] h H = h H = lim p +(p ) h B p. émonstration. Soit u p = et 2π h (re iθ ) p dθ dλ p (r) = 2(p )r( r 2 ) p 2 dr suite de mesure de probabilité sur[;[. Avec ces notations, on a donc (p ) h p B = p On procède par double inégalité, soita < u p dλ p (r).

12 2 ROMARIC TYTGAT a a d ( u p dλ p = u p ( r 2 ) p ) dr dr a ( ) d (( r = dr (u p) 2 ) p ) dr+ [ u p ( r 2 ) p ] a a d dr (u p)dr u p (a)( a 2 ) p +u p () u p (a) u p () u p (a)( a 2 ) p +u p () = [ ( a 2 ) p ] u p (a). Ainsi, sih H,h a une limite radiale pp que l on noteh [ u p dλ p limsup ( a 2 ) p ] u p (a) a limsup = a 2π 2π = h p H p. 2π h (ae iθ ) p dθ lim sup h (ae iθ ) p dθ a h (e iθ ) p dθ On a donc lim sup p + u p dλ p limsup = p + 2π 2π = h H. 2π h (e iθ ) p dθ lim sup p + h (e iθ ) p dθ h (e iθ ) dθ Ainsi h H sup p ];2] Réciproquement, supposons que sup p ];2] u p dλ p (r) <. u p dλ p (r) <.

13 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 3 Par Hölder, on a : ( p h dθdλ p (r)) et donc Mais par [] ce qui donne lim inf p + ( = ( )( h p dθdλ p (r) ( ) h p dθdλ p (r) h dθdλ p (r)) p liminf p + ( ( p lim h dθdλ p (r)) = h H p + h H liminf p + sup p ];2] u p dλ p (r) u p dλ p (r). ) p/q dθdλ p (r) ) h p dθdλ p (r). On a donc montré que et que dans ce cas h H sup p ];2] u p dλ p (r) < h H liminf p + limsup p + u p dλ p (r) u p dλ p (r) h H c est à dire h H = lim p + u p dλp(r). éfinition 2. On introduit surh la norme f sup = sup (p ) /p f B p. p ];2[

14 4 ROMARIC TYTGAT Lemme 3.2. L espace H muni de la norme. sup est complet. émonstration. Soit (f n ) une suite de Cauchy de H, elle est de Cauchy dans chaque B p, < p < 2, donc converge dans B p vers f p. e l inégalité f c p f B p on déduit que lesf p sont égales, on note cette limitef. On a noté icil espace de irichlet qui est en fait l espace de BesovB 2. Enfin, soitǫ >, pourn, assez grand on a : ǫ > limsup sup(p ) /p f n f B p p sup(p ) /p limsup p = f f n sup. Proposition 3.3. Pour toutf H, on a f n f B p sup (p ) /p f B p lim(p ) /p f B p p ];2[ p émonstration. Résulte du théorème de Banach. 4. PREUVES On montre dans cette section les théorèmes. Pour cela, on prouve que pour tout α >, α H et on met en lien les différents opérateurs de Hanel pour conclure. On donne une nouvelle preuve de l inclusion H : Proposition 4.. On a : H. émonstration. Nous montrons que nous avons, uniformément en p : f B p H f S p ce qui permettra d affirmer que H. Soitf une fonction holomorphe dans l espace de ixmier, f est donc dans chaque classe de Schatten p > et donc f est dans l intersection de tous les espaces de Besov d exposant p >. On note (z) le disque hyperbolique de

15 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 5 centre z et de rayon r fixé. On part de l inégalité [2] p 33 par exemple, pourλ C ( z 2 ) f (z) f ϕ z (w) λ da(w) () ( () ) /2 f ϕ z (w) λ 2 da(w) ( ) /2 f(w) λ 2 ϕ z(w) 2 da(w) (z) ( ) /2 f(w) λ 2 da(w) (z) (z) ( /2 f(w) da(w)) (z) λ 2. Passant à l inf sur tous lesλet utilisant la proposition p 26 de [], on obtient : ( ) /2 ( z 2 ) f (z) inf f(w) λ C (z) λ 2 da(w) (z) ( ) /2 inf f(w) h(w) 2 da(w) h A 2 (z) = F(z) où F est la fonction de [] définie p 252 : { F(z) 2 = inf (z) (z) (z) (z) f h 2 da;h A 2 }. Mais en regardant attentivement la preuve du théorème 4 p 262 [], on voit qu indépendamment en p, on a : F L p (dλ) H f S p. Ainsi (4.) d où f B p = ( z 2 ) f (z) L p (dλ) F L p (dλ) H f S p sup (p ) f B p sup (p ) H f S p p ];2] p ];2] ce qui montre l inclusion H, via la proposition 3.. Passsons au cas général : Lemme 4.2. Pour toutα > α H.

16 6 ROMARIC TYTGAT émonstration. ans [], il est dit p 267 que le théorème 4 reste inchangé modulo les adaptations dûes au poids. On précise les quelques modifications afin d être complet. Reprenons la preuve de [] et remarquons que l opérateur A est l opérateur T de [9] p 66 del 2 dansa 2 : ( ξ 2 ) A((a ))(z) = a ( ξ z) 2 = où (ξ ) est une suite atomique. Cela résulte simplement de : ϕ ξ (z) = ( ξ 2 ) ( ξ z) 2. Nous définissons donca α del 2 dansa 2,α comme suit : ( ξ 2 ) (2+α)/2 A α ((a )) = a ( ξ z) 2+α = et l on montre qu il est borné de la même façon que dans [9] p 66. Soit doncf H une fonction holomorphe bornée du disque. On a : A α ((a )),f A 2,α = a ( ξ 2 ) (2+α)/2 f(ξ ) Ainsi par Cauchy-Schwarz = A α ((a )),f A 2,α (a ) l 2 ( ξ 2 ) (2+α)/2 f(ξ ) l 2 CommeH est dense dans A 2,α, il suffit de montrer que ( ξ 2 ) (2+α)/2 f(ξ ) l 2 f A 2,α pour conclure. Soit z et r >, par le lemme p 6 de [9] : ( w 2 ) α f(w) 2 da(w) ( z 2 ) α (z, r) (z, r) (z,r), f H (z,r) f(w) 2 da(w) et par la proposition p 62 de [9] on déduit que : ( z 2 ) α f(z) 2 ( w 2 ) α f(w) 2 da(w). (z, r) (z,r) Comme (z,r) est comparable à( z 2 ) 2 (lemme p 6 [9]) on a : ( z 2 ) α+2 f(z) 2 ( w 2 ) α f(w) 2 da(w). (z,r) Pourz = ξ et à l aide du (3) du lemme., on obtient ( ξ 2 ) α+2 f(ξ ) 2 ( w 2 ) α f(w) 2 da(w) = ce qui prouve bien : ( ξ 2 ) (2+α)/2 f(ξ ) l 2 f A 2,α, f H

17 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 7 et donca α est borné del 2 dans A 2,α. On définit aussi l opérateur B α de l 2 dans A 2,α qui envoie le -ième vecteur e de la base canonique de l 2 sur c χ (ξ )H ᾱ f ((ϕ )+α/2 ) où c est une constante pour que B α e soit unitaire. Cet opérateur est borné puisque (ξ ) est une suite atomique. Nous avons alors comme dans [] : ( ) p/2 H ᾱ f ϕ () 2 da = ( ) p/2 (ϕ Hᾱ f ((ϕ )+α/2 ))(ϕ ) 2 da () = ( () (ξ ) ) p/2 H ᾱ f ((ϕ ) +α/2 ) 2 da = B H ᾱ f T αe,e p. H ᾱ f p S p où la dernière ligne est justifiée par [9] p 95. On a aussi, comme au début de la page 265 de [] : F(ξ ) 2 H ᾱ f ((ϕ ) +α/2 ) 2 da = où l on rappelle que (ξ ) F(z) 2 = inf Enfin, au bas de la page 266 de [] : () H ᾱ f ϕ () 2 da { } f h 2 da;h A 2. (z) (z) F L p (dλ) F(ξ ) l p indépendamment en p >. On obtient alors comme dans le cas α =, indépendamment en p > : (4.2) F L p (dλ) H ᾱ f S p. Or, on a vu (4.) que : f B p F L p (dλ). On conclut alors comme dans le théorème précédent. On a donc montré que pour tout α >, α H. Or, H H (p 79 [3]), l espace des fonctions holomorphes bornées du disque. Ainsi toute fonction dans α est bornée sur le disque. Lemme 4.3. Pour toutα > et pour tout symbole bornéf H f S + Hᾱ f S +.

18 8 ROMARIC TYTGAT émonstration. On essaye de trouver un lien entre la projection de Bergman classique et celles à poids. On notec α l isométrie del 2,α dans L 2 définie par C α (f) = ( z ) α/2 f et P α la projection de Bergman. On regarde l image d un monôme parp C α : P C α (w n )(z) = P (( w 2 ) α/2 w n )(z) w n ( w 2 ) α/2 = da(w) ( wz) 2 = r n ( r 2 ) α/2 ξ n T ( r ξz) 2dξrdr = r n ( r 2 ) α/2 Tξ n ( +)r ξ z dξrdr = = r 2n ( r 2 ) α/2 (n+)z n rdr r n ( r) α/2 (n+)z n dr = (n+)β(n+,α/2+)z n où β est la fonction Bêta. Ainsi, si l on définit l opérateurm α dea 2 dansa 2,α par M α (z n ) = [(n+)β(n+,α/2+)] z n on a l identité sura 2,α : M α P C α = Id = P α. Cet opérateurm α est borné. En effet : ( n+z n ) n et ([ α+ β(n+,α+)] z n ) n sont des bases orthonormales respectivement dea 2 et A 2,α [2]. Ainsi M α ( n+z n ) = n+ β(n+,α/2+) zn α+ β(n+,α+) = z n. n+β(n+,α/2+) α+ β(n+,α+) e l équivalent en l infini, poury positif fixé β(x,y) Γ(y)x y on en déduit que α+ β(n+,α+) (n+) α/2+ n+β(n+,α/2+) (n+) /2 (n+) α/2+/2

19 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 9 ce qui suffit pour conclure. L opérateur M α est même inversible et on le prolonge de façon artificielle sur L 2 tout entier en envoyant une base orthonormale de (A 2 ) sur une base orthonormale de(a 2,α ). Cela reste un opérateur borné et inversible. On peut aussi montrer que notre opérateurm α P C α coïncide avecp α surā2,α c est à dire quem α P C α (Ā2,α ) =. CependantM α P C α n envoie a priori pas l orthogonal dea 2,α sur. Il faut donc introduire l opérateurx surl 2,α tel que SurL 2,α, on a M α P C α +X = P α. I P α = I M α P C α X = M α (I P )C α +I M α C α X et donc pourf L, où l on notem f l opérateur de multiplication par f surl 2,α : (I P α )M f = M α (I P )C α M f +(I M α C α X)M f. En voyantm f comme un opérateur surl 2, on peut écrire d où (4.3) (I P α )M f = M α (I P )M fc α +(I M α C α X)M f H ᾱ f = M αh fc α +(I M α C α X)M f. Posons f(z) = z +2, par l égalité (.2), on sait que H ᾱ f et H f sont dans l idéal de Macaev et donc (I M α C α X)M f l est aussi. Comme M f est inversible et borné, on en déduit que(i M α C α X) est aussi dans l idéal de Macaev. Or cet opérateur est indépendant de f donc si l on revient à l égalité pour f borné quelconque : H ᾱ f = M αh fc α +(I M α C α X)M f on voit que pour tout symbole bornéf, puisquem α est inversible borné,h ᾱ f de Macaev si et seulement sih f l est. est dans l idéal Remarque 4.4. On aurait pu construire, au moins de façon théorique, une isométrie C α envoyant A 2,α sur A 2 et de même pour leurs orthogonaux. Cependant, on n aurait pu, à priori, le faire commuter avec M f. Comme α H, cela suffit pour affirmer que l espace de ixmier est l espaceh pour toutα >. Passons à l expression de la trace, pour cela, remarquons que l égalité (4.3) : H ᾱ f = M αh fc α +(I M α C α X)M f. est vraie pour une fonctionf positive dans C c () et g positive dans C () et notons. T = I M α C α X Lemme 4.5. Sif est positive dansc c () alorsh α f S

20 2 ROMARIC TYTGAT émonstration. e l égalité, oùt f est l opérateur de Toeplitz : H f H f = T f 2 T ft f il suffit de montrer que pour toute fonctionf positive à support compact, on a T f S /2. Notons dµ(w) = f(z)( w 2 ) α da(w). Comme le disque hyperbolique (z,r) est un disque euclidien de centre et rayon (p 59 [9]) : la fonction C = s2 z 2 s 2 z 2z, R = s 2 z 2s, s = tanh(r) z µ((z,r)) = (z,r) dµ(w) est à support compact et donc est dans L /2 (,dλ). Par le théorème 3 de [22], T f S /2. Ce dernier lemme et l égalité (4.3) permet d écrire pourf positive dansc c () : Si à présent f g < ǫ, on a et donc Tr ω ((I M α C α X)M f) =. Tr ω (TMḡ) Tr ω (TM f) = Tr ω (TM g f ) Tr ω (TMḡ) = MaisM g est inversible borné surl 2, on a donc Ainsi pourf H et toutnentier : et donc e la même façon : CommeM α Tr ω (T) = Tr ω (T) M g f Tr ω (T) f g s n (H ᾱ f ) s n(m α H fc α )+s n (TM f ) Tr ω ( H ᾱ f ) = Tr ω(m α H f C α ) M α Tr ω ( H f ). M α Tr ω( H f α ) Tr ω (M α Hᾱ f C α ) = Tr ω(h f). est un opérateur diagonal on a M α = M α et donc Tr ω ( H ᾱ f ) = M α Tr ω ( H f ). Par l égalité (.2), on a M α = α+ et donc : Tr ω ( H ᾱ f ) = α+ f dθ. T

21 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 2 Les arguments précédents restent valable pour une symbole borné de L 2,α, ce qui prouve le théorème GÉNÉRALISATION e façon plus générale, pour > un réel et f A 2, on peut se demander quand est ce que H f est dans l idéal de Macaev, c est à dire quand est ce quef. On peut montrer que l espace de Besov B p est l ensemble des f Hol() vérifiant (5.) ( z 2 ) t R t f(z) L p (dλ), pt > où R t f est la dérivée fractionnaire def (voir ci dessous). Avec la même approche que dans la section3, on peut alors penser que est l ensemble des fonctions vérifiant : R / f dθ <. T Ce n est pas le cas, contient strictement cet espace. La situation est ici différente du cas = puisqu il existe des symboles non constants vérifiant H f S. Soittun réel positif et f une fonction holomorphe sur avec f(z) = a z on définit (voir p 8 [2]) et R,t f(z) := Pourtfixé, par Stirling, on a : (5.2) R t f(z) := = Lemme 5.. Pourf A 2, on a : f(z) = (t+) = t a z = Γ(2) Γ(2+t) Γ(2+t+) Γ(2+) Γ(2+t+) a z Γ(2+) t ( w 2 ) t R,t f(w) da(w). ( z w) 2 émonstration. Soitg la fonction définie par ( w 2 ) t R,t f(w) g(z) = (t+) da(w). ( z w) 2 Par le théorème 2.9 p 54 de [2], cette expression a bien un sens. érivons sous l intégrale : ( ) R,t g(z) = (t+) ( w 2 ) t R,t f(w)r,t da(w) ( z w) 2

22 22 ROMARIC TYTGAT Par la proposition.4 p 9 de [2] : ( ) R,t = ( z w) 2 et donc ( z w) 2+t R,t g(z) = (t+) ( w 2 ) t R,t f(w) ( z w) 2+tdA(w) = R,t f(z) puisquer,t f L (( z 2 ) t da), voir p 53 de [9]. Ainsi R,t f = R,t g et l on a terminé. On peut alors comparer les deux normes de Besov (.) et (5.) : Lemme 5.2. Il existe C > (dépendant uniquement de ) vérifiant pour tout t >, p > et toutf A 2 : ( z 2 )f (z) L p (dλ) C ( z 2 ) / R / f(z) L p (dλ) émonstration. Le lemme précédent affirme que pour toutt > ( w 2 ) t R,t f(w) f(z) = (t+) da(w) ( z w) 2 ainsi en dérivant sous le signe intégral : ( z 2 )f (z) = ( z 2 )(t+) 2 w ( w 2 ) t R,t f(w) da(w). ( z w) 3 Commep > >, par le lemme p 9 de [9], il existec dépendant uniquement de telle que : ( z 2 )f (z) L p (dλ) C ( z 2 ) t R,t f(z) L p (dλ) On conclut avec (5.2) et en posantt = /. Nous pouvons à présent prouver l inclusion annoncée Proposition 5.3. Soit >, sif A 2 vérifie R / f dθ < alors T et H f S + Tr ω ( H f ) R / f dθ T

23 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 23 émonstration. Comme >, on a uniformément en p : où H f p S p = H f p S p f p B p f p B p = ( z 2 )f (z) p L p (dλ). Ainsi, par le lemme précédent, uniformément en p > : H f p S p ( z 2 )f (z) p L p (dλ) ( z 2 ) / R / f(z) p L p (dλ) = ( z 2 ) p 2 R / f(z) p da(z) et donc, par un raisonnement analogue à celui de la section 3 : H f S + = sup (p ) H f S p p ];2] ( sup (p ) p ];2] ( R / f dθ T ( z 2 ) p 2 R / f(z) p da(z) ) / ) / Pour la majoration de la trace, on reprend la méthode de la section 3, comme >, la fonction R / f est sous harmonique et on a : T R / f dθ = lim(p ) ( z 2 ) p 2 R / f(z) p da(z) p On conclut grâce à (2.) Il reste à montrer que l inclusion est stricte. Soit f(z) = n= z n

24 24 ROMARIC TYTGAT on a uniformément en p : (p ) f B p = (p ) (p ) n ( (p ) où β est la fonction Bêta. Si l on pose n ( ) p z n ( z 2 ) p 2 da(z) ( (z n ) p ( z 2 ) p 2 da(z) (nr) (n )p ( r) p 2 rdr ) /p ) /p ( = (p ) n (n )p β((n )p +2,p ) ( ) /p (p ) n p n n F(z) = n= une série est lacunaire au sens d Hadamard, c est à dire avec λ + λ on a pour toutp ];2] : (p ) F p B p z λn (p ) n = (p ) c p (ln(c)). c n(p ) /p ) /p c >, alorsc λ et Passant au sup,f. Mais R / F(z) = n= λ n zλn n est pas dansh par un théorème de Paley p 4 [6]. Remerciements : je tiens à remercier chaleureusement M. Englis pour ses remarques et ses conseils. RÉFÉRENCES [] J. Arazy, S. Fisher, and J. Peetre. Mobius invariant function spaces. J. reine angew. Math., 363 : 45, 986.

25 ESPACE E IXMIER ES OPÉRATEURS E HANKEL SUR LES ESPACES E BERGMAN À POIS 25 [2] J. Arazy, S. Fisher, and J. Peetre. Hanel operators on weighted Bergman spaces. Amer. J. Math., :989 53, 988. [3] S. Axler. The Bergman space, the Bloch space and commutators of multiplication operators. ue Math. J., 53 :35 332, 986. [4] A. Connes. Noncommutative Geometry. Academic Press, San iego, CA, 994. [5] A. Connes and H. Moscovici. The Local Index Formula Index in Noncommutative Geometry. Geom. Funct. Anal., 5 :74 243, 995. [6] P.L. uren. Theory of H p spaces. Pure and Applied Mathematics 38. Academic Press, New Yor- London, 97. [7] M. Englis, K. Guo, and G. Zhang. Toeplitz and Hanel operators and ixmier traces on the unit ball of C n. Proc. Amer. Math Soc. in press, 37 : , 29. [8] M. Englis and R. Rochberg. The ixmier trace of Hanel operators on the Bergman space. J. Funct. Anal., 257 : , 29. [9] I. Gohberg and M. G. Krein. Introduction to the theory of linear nonselfadjoint operators. Transl. Math. Monographs, 969. [] S.Y Li and B. Russo. Hanel operators in the ixmier class. C. R. Acad. Sci. Paris, 325 :2 26, 997. []. Luecing. Characterizations of certain classes of Hanel operators on the Bergman spaces of the unit dis. J. Func. Anal., :247 27, 992. [2] R. Meise and. Vogt. Introduction to Functional Analysis. Oxford Sci. Pub., 997. [3] M. Pavlovic. Introduction to function spaces on the dis. Posebna Izdanja 2. Matematici Institut SANU, Belgrade, 24. [4] V. Peller. Hanel Operators and their applications. Springer-Verlag, New-Yor, 23. [5] W. Rudin. Real an complex analysis. McGraw-Hill Boo Company, New Yor, 966. [6] K. Seip and E.H Youssfi. Hanel Operators on Foc Spaces and Related Bergman Kernel Estimates. J. Geo. Anal., Online First, 2. [7] B. Simon. Trace ideal and their applications. Cambridge University Press, 979. [8] R. Tytgat. Classe de ixmier d opérateurs de Hanel. Journal of Operator Theory, à paraitre, 2? [9] K. Zhu. Operator Theory in Function Spaces. Marcel eer, New Yor, 99. [2] K. Zhu. Analytic Besov spaces. Journal of Mathematical analysis and applications, 57 :38 336, 99. [2] K. Zhu. Spaces of Holomorphic Functions in the Unit Ball. Graduate Texts in Mathematics 226, Springer- Verlag, New Yor, 25. [22] K. Zhu. Schatten class Toeplitz operators on weighted Bergman spaces of the unit ball. New Yor J. Math., 3 :299 36, 27. TYTGAT : LATP, U.M.R. C.N.R.S. 6632, CMI, UNIVERSITÉ E PROVENCE, 39 RUE F-JOLIOT- CURIE, 3453 MARSEILLE CEEX 3, FRANCE

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Fonctions holomorphes

Fonctions holomorphes Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions holomorphes Christine Laurent-Thiébaut Ceci est le second volet de l étude des fonctions d une variable complexe, faisant suite au chapitre

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Fonctions Analytiques

Fonctions Analytiques 5 Chapitre Fonctions Analytiques. Le plan complexe.. Rappels Soit z C, alors!(x,y) IR 2 tel que z = x + iy. On définit le module de z comme z = x 2 + y 2. On peut aussi repérer z par des coordonnées polaires,

Plus en détail

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR 6628 - BP 6759 45067 ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE e-mail

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Construction de l'intégrale de Lebesgue

Construction de l'intégrale de Lebesgue Université d'artois Faculté des ciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Construction de l'intégrale de Lebesgue 10 février 2011 La construction de l'intégrale

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Démonstration de la conjecture de Dumont

Démonstration de la conjecture de Dumont C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) 71 718 Théorie des nombres/combinatoire Démonstration de la conjecture de Dumont Bodo Lass http://france.elsevier.com/direct/crass1/ Institut Camille Jordan, UMR

Plus en détail

Master of Science en mathématiques 2015-2016

Master of Science en mathématiques 2015-2016 Remarques liminaires : 1/9 Ce master à 90 ECTS (3 semestres) permet 2 orientations distinctes : - Un master général en mathématiques - Un master qui permet de choisir des mineurs en finance, statistique

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse page 8 AGREGATIN de MATHEMATIQUES: 1991 1/5 externeanalyse concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse NTATINS ET DGFINITINS Dans tout le problème, R+ désigne l intervalle

Plus en détail

Cours d analyse numérique SMI-S4

Cours d analyse numérique SMI-S4 ours d analyse numérique SMI-S4 Introduction L objet de l analyse numérique est de concevoir et d étudier des méthodes de résolution de certains problèmes mathématiques, en général issus de problèmes réels,

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION.

THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION. THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION. THIERRY GALLAY Transcrit par Tancrède LEPOINT 29 UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER, GRENOBLE TABLE DES MATIÈRES Avant-propos Biographie sommaire...........................................

Plus en détail

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n= 2 33 Corrigé Corrigé Problème Théorème de Motzkin-Taussky Partie I I-A : Le sens direct et le cas n= 2 1-a Stabilité des sous-espaces propres Soit λ une valeur propre de v et E λ (v) le sous-espace propre

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

Maîtrise universitaire ès sciences en mathématiques 2012-2013

Maîtrise universitaire ès sciences en mathématiques 2012-2013 1 / 6 Remarques liminaires : Ce master à (3 semestres) permet 2 orientations distinctes : - Un master général : "Mathématiques, Systèmes dynamiques et phénomènes d'évolution" - Un master qui permet de

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Théorie de la mesure. S. Nicolay

Théorie de la mesure. S. Nicolay Théorie de la mesure S. Nicolay Année académique 2011 2012 ii Table des matières Introduction v 1 Mesures 1 1.1 Sigma-algèbres................................. 1 1.2 Mesures.....................................

Plus en détail

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS et Université de Pau Domaine

Plus en détail

Temps et thermodynamique quantique

Temps et thermodynamique quantique Temps et thermodynamique quantique Journée Ludwig Boltzmann 1 Ensemble Canonique Distribution de Maxwell-Boltzmann, Ensemble canonique ϕ(a) = Z 1 tr(a e β H ) Z = tr(e β H ) 2 La condition KMS ϕ(x x) 0

Plus en détail