Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques"

Transcription

1 Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des données éai essenielle pour formuler e eser les héories macroéconomiques e comprendre le foncionnemen des économies dans leur ensemble. Les données qu'uilise la macroéconomie ne son pas direcemen observables mais son paiemmen consruies par les saisiciens. Par exemple, juger de l'inflaion nécessie de collecer un rès grand nombre de prix sur une gamme la plus vase de produis sur oues la France, de le faire à inervalle régulier, puis d'appliquer des raiemens saisiques. Ou encore observer le aux de chômage nécessie de collecer les demandes e les offres d'emploi par qualificaions e caégories d'employeurs. Ce ravail es réalisé à ire principal par l'adminisraion publique e plus précisémen par l'insee, l'insiu naional de la Saisique e des Eudes économiques. Cee parie présene les deux saisiques économiques les plus uilisées par les économises e les décideurs poliiques: le produi inérieur bru ou PIB qui résume la richesse produie au cours d'une année par l'économie e l'indice des prix à la consommaion qui mesure le niveau des prix. Plan de la parie:. Le PIB.2 L'indice des prix à la consommaion.3 Macroéconomie : une première maquee.4 Résumé. Le produi inérieur bru La mesure de la producion annuelle es donnée par une saisique : le Produi Inérieur Bru ou PIB. Le PIB es: Inérieur: compe la producion effecuée par les résidens d un pays quelle que soi leur naionalié. Bru: ne prend pas en compe l usure des biens de producion. Le PIB mesure rois choses à la fois:

2 ) la producion oale de l économie 2) les dépenses des agens en biens e services 3) les revenus perçus par l ensemble des résidens: le revenu naional Commen le PIB peu-il mesurer à la fois la producion agrégée, la dépense globale, e le revenu? En fai, ces quaniés son ideniques. Pour l'économie dans son ensemble, le revenu doi nécessairemen êre égal à la dépense qui doi êre égale à la producion. Pour le comprendre, nous devons représener le circui économique d'un pays... Le circui économique Prenons le cas d'une économie qui ne produi qu'un seul bien, du blé, à parir d'un seul faceur de producion, le ravail. Il exise des ménages qui consommen e ravaillen, e des enreprises qui produisen e disribuen des salaires. Le graphique suivan illusre les ransacions qui se déroulen enre ces deux seceurs: Le circui économique Dépenses = 00 Blé (kg) Enreprises Ménages Travail (nb d h) Revenus = 00 2 Il exise deux sores de flux : *les flux réels: le ravail fourni par les ménages e le blé vendu par les enreprises *les flux monéaires qui son la conre-parie monéaire des premiers sous forme de salaires e de dépenses. Le PIB mesure le flux de monnaie au sein de l'économie (flèches exérieurs). On peu le calculer de deux manières: *le PIB es la producion oale de blé (soi ici 00) *laquelle es égale à la somme des revenus (ici les salaires) qui on permis de l obenir. C es la parie inférieure du circui monéaire *le PIB mesure aussi la dépense oale consacrée à l'acquisiion de blés, représené par la parie supérieure du circui monéaire. Noons C la consommaion, Q la producion de blés e Y le revenu versé par les enreprises aux ménages. On a donc: 2

3 PIB = producion (Q) = dépenses (C) = revenus (Y) = 00 Toue ransacion qui affece la dépense affece égalemen le revenu e vice-versa. Examinons le cas où 0 euros de blés supplémenaires son vendus aux ménages. Ces 0 euros nécessien une producion addiionnelle de même valeur, une consommaion supplémenaire égalemen du même monan e des revenus disribués addiionnels égalemen de 0 euros. L'inroducion de l'épargne Cee égalié es-elle oujours vraie si les ménages déciden de ne pas consommer ous leurs revenus e d'épargner? Le schéma suivan reprend les flux monéaires du circui précéden. Le circui monéaire avec de l épargne dépenses = 00 consommaion = 80 Enreprises Ménages revenus = 00 invesissemen = épargne = 20 marché financier 8 Les enreprises versen 00 aux ménages, lesquels achèen 80 e garden 20 en monnaie. Ils prêen ce argen à des enreprises qui achèen pour 20 à d aures enreprises. Mainenan, une parie de la dépense es faie par l'acha de blé aux ménages par les enreprises, ce qui consiue une épargne pour les ménages e un invesissemen pour les enreprises. L'égalié précédene es-elle oujours vraie? Oui. Noons S l'épargne e I l'invesissemen. La producion es nécessairemen égale à la dépense: PIB = producion (Q) = dépenses (C + I) = revenus (Y = C + S) = 00 La première égalié es vraie en raison de l'équilibre sur le marché des biens: Q = C + I Cee égalié es égalemen appelée l'équaion ressources - emplois (ERE). Les enreprises ne peuven vendre plus que ce que leur achèen les aures enreprises ou les ménages. La dernière égalié es vraie en raison de l'équilibre sur le marché financier: 3

4 Plusieurs remarques à ce sade: S + I Les biens d'occasions. Le PIB ne compe que les venes de biens neufs. Il ne prend pas en compe les venes de biens d'occasion. Ces biens on éé produis par le passé e on déjà éé compé à ce momen là. La ransacion n'ajoue pas de richesses en ne dans l'économie. Les socks. Le PIB enregisre la producion de la période e non pas les venes de la période. En effe, il peu exiser un décalage enre la dae de producion e la dae de vene, décalage pendan lequel l'enreprise socke les biens produis dans l'aene de les vendre. Producion e venes son deux conceps différens : Producion e dépenses A B C A + B : producion de l année n B + C : venes de l année n A : producion sockée C : producion des années précédenes désockée 0 La plupar des biens son produis e vendus la même année (zone B). Mais le PIB doi comper la producion nouvelle de la période même si elle n'a pas éé vendue (zone A) e ne doi pas enregisrer la producion passée qui es seulemen vendue mainenan (zone C). La différence enre la producion e les venes es égale à la variaion des socks enre le débu e la fin de l'année : producion - venes = sockage - désockage = A - C Supposons que sur la période, la producion es supérieure à la dépense (A - C posiif). Cela condui à un accroissemen des socks sur la période en ne. Commen réablir l'égalié enre les dépenses (égales aux venes) e la producion dans une économie où les socks varien? La méhode consise à ajouer une dépense supplémenaire VS (pour variaion des socks = A - C) du côé droi de l'égalié ressources - emplois: Q = C + I + VS Tou se passe comme si les enreprises acheaien leur excès de producion en aendan de la revendre. Ce arifice réabli l'égalié producion = dépenses. Elle es rendue nécessaire par le fai que nous souhaions compabiliser oues les producions y compris celles qui ne son pas encore vendues. 4

5 PIB = producion (Q) = dépenses (C + I + VS) = revenus (Y = C + S) L'inroducion de l'ea e de l'exérieur Le circui des flux monéaires avec quare seceurs économiques Dépenses publiques (G) ENTREPRISES RESIDENTES Exporaions (X) ETAT Conso (C) Revenus (Y) EXTERIEUR Impôs (T) MENAGES Imporaions (M) Le sens des flèches indique le sens de la circulaion monéaire. L'Ea. Cela ne change pas fondamenalemen les égaliés précédenes. Les dépenses prennen en compe les dépenses de l'ea. Le revenu naional rese inchangé. Il es la somme du revenu des ménages ne d impô (Y - T) e du revenu de l'ea T: PIB = producion (Q) = dépenses (C + I + G + VS) = revenus (Y = C + S + T) L'exérieur. L'égalié enre la producion e les dépenses devien une égalié enre les ressources e les emplois finals. C es l équilibre ressources emplois ou ERE :..2 Le PIB en volume e en valeur Ressources = PIB + M = Emplois = C + I + G + VS + X Bien que le PIB corresponde comme nous venons de le voir à des noions inuiives (la producion, les revenus, la dépense), son calcul n'es pas direc. Il es imporan de connaîre le mode de calcul afin de correcemen l'inerpréer. Nous avons vu qu il exise rois méhodes pour calculer le PIB d'un pays: par la somme des producions, par la somme des usages qui son fai de la producion ou par les revenus générés par la producion. On présene ici l'approche par la producion pour mesurer le PIB. Selon cee echnique, on addiionne oues les producions individuelles, en se basan sur les résulas fournis par les enreprises, e les adminisraions. 5

6 Pour comprendre commen se calcule le PIB, nous devons parir d'une économie avec plusieurs biens. Conrairemen à l'économie précédene avec un seul bien, le blé, nous ne pouvons pas exprimer en unié physique commune ous les biens. Les producions de fruis e légumes, de éléviseurs ou de nuis d'hôel ne peuven êre addiionnées. La seule unié commune es la valeur monéaire de la producion. Commen se calcule le PIB réel avec des biens héérogènes qui ne peuven pas êre physiquemen addiionnés? Reprenons l'exemple précéden à deux biens comporan du blé e de l'essence mais sur deux périodes au lieu d'une seule: Quanié 2005 Prix 2005 Quanié 2006 Prix 2006 blé , essence ,5 Le PIB en valeur 2005 es de 00 euros (déjà calculé), celui de 2006 es de Le aux de croissance en valeur es égal à: 350 * 2, + 0 * 5,5 = = /00 =,28 soi 2,8 % Le PIB s'es accru sous l'effe de la croissance des volumes de producion e de la hausse des prix. Or, seule l'augmenaion des volumes produis implique une richesse supérieure. Il fau donc rouver une méhode qui permee de neuraliser les effes prix pour ne caper que les effes quaniés. La méhode la plus simple consise à choisir une année de base pour les prix e à refaire les calculs en conservan les prix de cee année de base. Si l'année 2005 es l'année de base (mais cela pourrai êre l'année 2006), nous calculons un PIB «ficif» en 2006 qui uilise les quaniés observés en 2006 e les prix de l année de base. Les PIB en volume de 2005 e de 2006 son donc: 300 * * 5 = * * 5 = 250 Noons que le PIB en volume es égal au PIB en valeur 2005 puisque son calcul uilisai déjà les prix de l'année de base. Le aux de croissance en volume es égal à: 250/00 =,37 soi 3,7 % Le PIB en volume appelé égalemen PIB réel, es donc la valeur du PIB corrigé de l'inflaion. Son aux de croissance es dans l'exemple égal à 3,7%...3 Le déflaeur du PIB Le déflaeur du PIB es un indicaeur permean de mesurer l'inflaion liée au PIB. Nous avons précédemmen calculé un indicaeur de PIB en volume en appliquan les prix d une année de base donnée. Symériquemen, nous pouvons calculer un indicaeur de niveau des prix en appliquan les quaniés observés pendan la même année de base. Ce indicaeur s appelle le déflaeur du 6

7 PIB. Dans l exemple à deux biens de la secion précédene : Quanié 2005 Prix 2005 Quanié 2006 Prix 2006 blé , essence ,5 e en reenan 2005 comme année de base, le déflaeur pour les années 2005 e 2006 es: 2005 : 300 * * 5 = : 300 * 2, + 00 * 5,5 = 80 Son évoluion enre deux daes fourni une indicaion sur l évoluion des prix du PIB. Il mesure l inflaion des prix de producion. Le aux de croissance du déflaeur es simplemen égal au raio 80/00 =,072 soi 7,2% dans l exemple numérique. Il exise une seconde manière de calculer le aux de croissance du déflaeur : Taux de croissance déflaeur = Cee formule es à reenir. En effe, nous avons : PIBVal2006 PIBVol2006 / = PIBVal2005 PIBVol2005 Nous rerouvons bien un aux de croissance de 7,2%...4 Définiions générales aux de croissance du PIB en valeur aux de croissance du PIB en volume / = 340 =, Soi P, le prix en du bien i e Q i, la quanié produie de bien i au cours de la période. Le PIB i nominal en es la somme des producions en valeur pour chaque bien i =,,N produis au cours de la période : N P i, Qi, i= Le PIB réel en es consiué par la valeur des biens produis en mesurée à prix consans (année de base = 0): N P i, 0 Qi, i= Le déflaeur du PIB en es le PIB à quaniés consanes (année de base = 0): N P Q i= i, i,0 7

8 ..5 La méhode de calcul de l INSEE Le calcul de la croissance du PIB réel (ou en volume) es un exercice fondamenal puisqu il indique l accroissemen de la producion enre deux daes en neuralisan les effes de l inflaion. Ce exercice ne peu pas êre fai direcemen à l aide de sa définiion (enre e +) : N i= N i= P i,0 P i,0 Car cela nécessie de connaîre les quaniés produies de chaque bien dans l économie ce qui es impossible dans les économies modernes. A la place, l INSEE uilise la méhode indirece suivane : Q Q. Calcul du aux de croissance du PIB en valeur e du aux de croissance des prix (c'es-àdire du déflaeur) 2. Applicaion de la formule (déjà renconrée): Que l on reformule : Taux de croissance du déflaeur = i, + i, aux de croissance du PIB en valeur aux de croissance du PIB en volume aux de croissance du PIB en valeur Taux de croissance du PIB en volume = aux de croissance du déflaeur Ce exercice es fai régulièremen par l INSEE. Illusraion : évoluion du PIB en France en nominal e en réel: 8

9 doc 2 Le PIB réel qui es la somme de l'évoluion nominale e de l'évoluion réelle s'accroî plus rapidemen que le PIB réel base En 2000, année de base, les prix du PIB en valeur son égaux aux prix en volume...6 Applicaions empiriques Le PIB es l'indice saisique le plus uilisé quand il s'agi de mesurer la puissance économique d'un pays: Pays PIB 2006 (Mds US$) France 902 Allemagne Éas-Unis 3 60 Chine Nous voyons que les EU, bien que possédan environ quare fois moins d habians que la Chine dispose d un PIB bien supérieur. Le poids économique des EU peu se lire dans le graphique suivan où chaque Ea des EU es remplacé par un pays disposan approximaivemen du même PIB (esimaions 2007): 9

10 Doc 3 Si la Californie éai un Ea indépendan, elle serai classée 8 ème dans les classemens mondiaux, au même rang que la France. Le PIB ne donne ouefois pas d indicaion sur le niveau de vie de ses habians. Pour évaluer le niveau de vie d'un pays, les économises calculen un PIB par habian, ce qui perme de faire des comparaisons de niveau de développemen enre les pays: Pays PIB/h 2003 ($) France 3388 Allemagne 348 Éas-Unis Chine 5292 Comme le PIB es à la fois la somme de ous les revenus e la valeur oale de la producion (mesurée par les valeurs ajouées) le PIB par habian équivau au revenu par habian. Le PIB es ici uilisé pour des comparaisons enre pays à une même dae. Nous pouvons égalemen nous en servir pour comparer des niveaux de PIB à différenes époques. Le graphique suivan présene l'évoluion du PIB sur longue période pour la France, l'allemagne el a Grande Breagne. Une échelle log es uilisée en ordonnée (voir l'annexe.5.6 pour une explicaion). 0

11 doc 5 Nous voyons qu'il exise différens régimes de croissance. La croissance n'es pas consane. Une accéléraion à parir des années 50 (visible pour la France e l'allemagne), puis un ralenissemen à parir des années Limies associées à l'uilisaion du PIB Le PIB n'es pas le meilleur indicaeur pour les pays pauvres. Un pays pauvre signifie qu'une proporion imporane de la populaion vi dans la misère e il peu êre préférable de calculer direcemen le aux de pauvreé de ces pays, c'es à dire le nombre de personnes consomman moins d'un dollar par jour. A ire d'exemple, il éai en 2004 de 30,8% en Asie du sud, de 9,7% en Europe e Asie cenrale, e de 4,9% en Afrique sub-saharienne. Des indicaeurs plus précis que le PIB exisen pour classer les pays par degré de développemen. L'IDH es un indice composie sans dimension compris enre 0 (exécrable) e (excellen). Il es la moyenne de rois indices qui quanifien la longévié, le niveau d'éducaion e le niveau de vie. *la longévié (espérance de vie à la naissance) perme de mesurer indirecemen la saisfacion des besoins maériels esseniels els que l'accès à une alimenaion saine, au logemen, à une bonne hygiène e aux soins médicaux ; *le niveau d'éducaion (aux de scolarisaion e d'alphabéisaion) radui la saisfacion des besoins immaériels comme la capacié de pariciper aux prises de décision sur le lieu de ravail ou dans la sociéé; *le niveau de vie (le produi inérieur bru par habian en parié de pouvoir d'acha) qui englobe les élémens de la qualié de vie qui ne son pas décris par les deux premiers indices els que la mobilié ou l'accès à la culure. En 2000, les pays qui éaien en êe de l'idh éaien par ordre la Norvège, la Suède, le Canada, la Belgique, l'ausralie e les Eas-Unis. La France arrive en 8ème posiion, le Royaume Uni en 3e e l'allemagne en 7e posiion. Les pays en queue de classemen son des pays de l'afrique sub-saharienne comme le Niger, le Burundi, le Mozambique e l'ehiopie.

12 Le PIB capure mal l'économie souerraine car il recense la producion déclarée e légale. Dans une économie où oues les aciviés déclarées son soumises à des impôs e coisaions variées, la enaion es grande pour les agens de ne pas déclarer leur acivié e de produire au noir. En France, cee producion souerraine fai l'obje d'une esimaion à parir de sources indireces qui es inégrée dans le PIB, mais celle-ci es nooiremen sous-évaluée. En principe, les saisiciens devraien égalemen évaluer les aciviés illégales (producion e consommaion inerdies par la loi, comme la vene de drogues, ec.) mais cela n'es pas fai. La par de la producion souerraine es en général décroissane avec le niveau de développemen e la qualié du sysème de recouvremen fiscal. Même à l'inérieur de zones économiques homogènes, les différences d'un pays à l'aure son imporanes. Cela correspond à plus des 2/3 de la producion officielle dans ceraines paries de l'afrique, 50% dans cerains pays lainoaméricains, à environ un quar du PIB en Russie e dans les pays d'europe du sud. La prise en compe de ceraines aciviés non marchandes pose égalemen des problèmes de mesure. Parce que le bénévola ne donne pas lieu à une rémunéraion, son évaluaion es difficile. Les esimaions récenes en France évalue à environ % du PIB cee acivié. Enfin, que faire du ravail domesique : l'enreien du ménage, les courses, s'occuper des enfans ou de ses vieux parens malades? Fau-il l'évaluer e l'inégrer dans le PIB ou bien l'ignorer? La quesion es d'auan plus perinene qu'une parie de la producion domesique es prise en compe dans le PIB car il exise des subsius marchands au ravail domesique. Quand les ménages son suffisammen riches, ils emploien une aide à domicile qu'ils paien. Ce service es alors compabilisé dans le PIB quand le ravail es déclaré. Mais la plupar des ménages se chargen eux-mêmes de ces ravaux, qui ne son alors pas repérés par les saisiques. Dans un cas un ravail accroî la richesse naionale, dans l'aure il ne le fai pas. 2

13 Le ableau suivan présene une esimaion pour les Pays-Bas en 990 du nombre d'heures payés e non payés par semaine : heures de ravail payées heures de ravail non payées hommes 32,6 7,5 femmes 9,4 39,8 Cela reviendrai à augmener le PIB dans des proporions comprises enre 36 e 58%. L'INSEE a ouefois préféré ne pas inégrer le ravail domesique en raison des erreurs imporanes de mesure. La non prise en compe de l'économie souerraine e de l'économie familiale pose poeniellemen des problèmes dans les comparaisons inernaionales. D'une par, les pays pauvres son moins pauvres que ce que les chiffres indiquen puisqu'une parie de la producion n'es pas visible dans les saisiques. D'aure par, cela peu conduire sur longue période à suresimer la croissance du PIB des pays qui se développe si dans le même emps la par de la producion déclarée augmene..2 L'indice des prix à la consommaion Comme vous le savez, il n'es pas possible d'acheer avec une ceraine somme d'argen la même quanié de biens aujourd'hui qu'il y'a 20 ans car dans l'inervalle les prix on augmené à raison d'une moyenne de 2 à 3% par an. On di que la monnaie a perdu de sa valeur. Une inflaion de 2 % par an peu paraîre faible pour un consommaeur. Sur longue période ouefois, une succession de hausse faible peu abouir à un accroissemen rès imporan des prix. Par exemple, enre le débu e la fin du siècle, les saisiciens rouven que les prix on éé mulipliés par 20. La suie du cours reviendra sur l'origine e les conséquences de l'inflaion. Pour le momen, nous commençons par définir des noions de base comme le prix réel d'un bien. Puis nous nous inéresserons à la façon don se calcule l'indice des prix à la consommaion (IPC)..2. La noion de prix réel ou relaif Selon une éude conduie par le Séna, le prix d'une place de cinéma a éé mulipliée par 7 enre 960 e Cee hausse radui-elle un renchérissemen du prix d'enrée ou ne fai-elle que refléer l'inflaion qui a ouché ous les biens e services? Répondre à cee quesion nécessie de connaîre le prix réel d'une place de cinéma. Le calcul d'un prix réel d'un bien revien à diviser son prix par le prix d'un aure bien qui fai office d'éalon de mesure. Des prix réels son donc des prix relaifs, c'es à dire des prix rapporés à celui d un bien jugé perinen. Il exise un grand nombre d'éalons de mesure. Un bon éalon de mesure es la baguee de pains qui es à peu près idenique aujourd'hui comme il y'a cen ans. 3

14 Exemple de quelques prix réels en ermes de baguees de pain (80 cs d euros en 2006) paque cigarees gauloises,5,5 6,25 journal 0,25 0,2,5 coupe de cheveu 2, km sncf 2nde classe 7, 8 00 km sncf ère classe (rappor avec le prix de 2nde classe) 25 (47%) 5 (37%) 3,2 (75%) Alors que l'inflaion a muliplié ous les prix en moyenne par 20 au cours du siècle, les prix relaifs on parfois considérablemen varié sur longue période. Le prix réel d'un paque de cigarees gauloises (environ 5 euros en 2006) en erme de pain a foremen augmené sous l effe des axes. Pourquoi uiliser la baguee de pain pluô que la monnaie pour exprimer la valeur d'un bien? Car si la valeur de la monnaie se déprécie avec l'inflaion, la valeur inrinsèque d'une baguee de pain rese sable au cours du emps. Sa composiion es resée la même e son mode de fabricaion a peu changé. En revanche, exprimer la valeur d'un bien en monnaie revien à mesurer des disances avec une unié de mesure qui se réduirai au cours du emps. On peu aussi uiliser comme prix de référence le salaire moyen pluô que le prix de la baguee. En 900, une bicyclee («don les roues ne son revêues que d une bande de caouchouc plein») coûai six mois de salaire moyen. En 2007, une bicyclee aux sandards acuels coûai environ rois jours de salaire. Donc sans prendre en compe la différence de qualié, son prix réel a éé divisé par plus de 40. Le prix réel perme de comparer l évoluion d un prix au cours du emps mais aussi de comparer les prix d un d un même bien disponible à différens endrois de la planèe. La banque UBS calcule ous les rois ans différens indicaeurs de pouvoir d'acha inernaionaux. Nombre de minues nécessaires pour acheer un kg de riz en 2006 dans différens poins du globe: Copenhague 5 Bâle 7 Barcelone 0 New York 5 Paris 8 Bangkok 23 Isamboul 32 Karachi

15 .2.2 Définiion de l'ipc Mumbai (Bombay) 89 L'indice des prix à la consommaion es l'insrumen de mesure de l'inflaion des prix des biens de consommaion pour les ménages. L'IPC joue un riple rôle : *économique : il perme de suivre, mois par mois, l'inflaion. L'IPC es égalemen uilisé comme déflaeur de nombreux agrégas économiques (consommaion, revenus...) pour calculer des évoluions en volume, ou en ermes réels ("en euros consans"). *socio-économique : l'ipc, publié au Journal Officiel chaque mois, ser à indexer de nombreux conras privés, des pensions alimenaires, des renes viagères e aussi à indexer le SMIC. L'indice reenu pour le SMIC es celui des ménages urbains don le chef es employé ou ouvrier, hors abac. *monéaire e financier : dans le cadre de l objecif de sabilié des prix de la Banque Cenrale Européenne, l IPC es l indicaeur majeur pour la conduie de la poliique monéaire dans la zone euro. L'INSEE es l'organisme public qui a la charge de calculer un el indice. Les prix de plus de 000 familles de produis son collecés par les agens de l'insee à inervalle régulier. Les relevés son effecués dans 06 aggloméraions de plus de habians dispersées sur ou le errioire. Au oal, poins de vene son régulièremen visiés donnan lieu à plus de relevés mensuels..2.3 Mode de calcul Dans la parie sur le PIB, nous avons renconré la noion de déflaeur du PIB. L IPC se défini de façon analogue comme le déflaeur de la consommaion. Les mêmes formules s appliquen excepé mainenan que les biens considérés ne son pas les biens produis mais consommés. La producion e la consommaion ne recouvren pas les mêmes biens. Les biens de consommaion imporés son consommés mais non compés dans le PIB. Inversemen, les biens d invesissemen son compés dans la producion mais ne son pas consommés par les ménages. Pour comprendre la méhode de calcul, reprenons l'exemple précéden à deux biens comporan du blé e de l'essence sur deux périodes: Quanié 2005 Prix 2005 Quanié 2006 Prix 2006 blé , essence ,5 Les biens s inerprèen ici comme des biens de consommaion. Nous pouvons calculer une moyenne des prix en prenan comme fixées les quaniés consommées. En prenan comme année de base l année 2005, le niveau général des prix en 2005 e en 2006 (ou les déflaeurs de la consommaion) son : 5

16 300 * * 5 = * 2, + 00 * 5,5 = 80 L'IPC es égal au rappor des deux moyennes: IPC = 80/00 =,073 soi 7,3 %. L INSEE ne peu ouefois direcemen appliquer cee formule. Cela nécessierai de connaîre combien de kilos de blés e de lires d essence le ménage consomme, ce qui es impossible à savoir. A la place l INSEE uilise une méhode fondée sur les poses budgéaires. Nous pouvons en effe reformuler le aux de croissance de l'ipc : , ,5 = , 00 5,5 = , ,5 = = 0,54,05 + 0,46, =,073 Comme 00 es la dépense oale en 2005 e 300*2 = 600 es la dépense en blé pour cee même année, le rappor des deux donne la par du revenu dépensé pour le pose de blé : 600/00 = 0,54. En d aures ermes, le consommaeur consacre 54% de son revenu à acheer du blé. De même, il consacre 46% de son budge à acheer de l essence. Ces pars représenen les pondéraions de la moyenne du aux de croissance des prix. L'IPC s'inerprèe alors comme la moyenne des aux de croissance de chaque prix pondérée par la par du budge aribué à chaque bien consommé au cours de l'année de base : IPC = par du blé dans le revenu * aux de croissance du prix du blé + par de l essence dans le revenu * aux de croissance du prix de l essence Cee formule es inuiive : parce que les consommaeurs allouen une par supérieure de leur budge à l'acha de blé, la hausse du prix du blé aura un impac plus élevé dans l'ipc que la hausse du prix de l'essence L INSEE calcul l IPC à l aide cee formule. Elle collece un grand nombre de prix e en fai la moyenne en les pondéran par les pars que chaque bien représene dans le budge du ménage..2.4 Applicaions empiriques Le niveau général des prix pour la France e la GB ( ): 6

17 doc 6 Observaions: *le niveau des prix es approximaivemen sable jusqu'à la première Guerre Mondiale *il augmene après la première Guerre Mondiale *il diminue pendan la crise des années 30 *il réaugmene foremen juse après la seconde Guerre Mondiale *nouvelle accéléraion dans les années 70 (la grande inflaion) *désinflaion des années 80 Au lieu de réfléchir sur le niveau des prix, nous pouvons analyser l inflaion, c'es-à-dire le aux de variaion du niveau des prix (l'ipc si le aux de croissance es présené sous la forme d un indice). L'inflaion en France sur longue période: doc 7 Nous rerouvons les fais marquans précédens: déflaion des années 30 ec..3 Résumé Le PIB mesure à la fois la producion oale de l économie, la somme des dépenses e les revenus perçus par l ensemble des résidens. Les Dépenses incluen la consommaion, l invesissemen, la variaion des socks, les dépenses publiques e les exporaions nees. Les revenus incluen les salaires e les profis des enreprises. 7

18 Un sock es l éa d une variable à un momen donné andis qu un flux enregisre oues les opéraions affecan le sock au cours d une période de emps. Il exise rois façons de représener un aux de croissance : le simple rappor des valeurs à deux momens du emps, le pourcenage e l indice. La première représenaion perme de calculer facilemen des moyennes sur de longues périodes de emps. Le PIB en valeur s'accroî sous l'effe de l augmenaion des volumes de producion e de la hausse des prix. Seule l'augmenaion des volumes implique un enrichissemen pour l économie. Le calcul de la croissance en volume consise à calculer la hausse à prix consans. Le PIB perme d évaluer la puissance économique d un pays e le PIB par habian son niveau de vie. Il laisse ouefois dans l ombre une parie de l acivié économique, l économie souerraine e l économie domesique. Il n es pas le meilleur indicaeur pour évaluer le niveau de développemen d un pays pauvre. L Indice de développemen humain es préférable. Le prix relaif du bien X par rappor au bien Y désigne la quanié de bien X qu il es possible de se procurer avec une unié de bien Y. L'éude des prix relaifs sur longue période perme d'observer l'évoluion de la srucure des prix. L indice des prix à la consommaion mesure l évoluion des prix des biens consommés. Il se mesure en observan les changemens de prix à quaniés consommées données (prises à l'année de base). L'IPC s'inerprèe alors comme la moyenne des aux de croissance de chaque prix pondérée par la par du budge aribué à chaque bien consommé au cours de l'année de base..4 Annexes : rappels méhodologiques.4. Les moyennes Soi es :, x2 xn une série de valeurs avec n le nombre d observaions. La moyenne arihméique x,..., MA = x + x xn = (/ n) i = x i. n La formule arihméique es bien connue des éudians puisqu elle ser à calculer la moyenne annuelle de leurs noes (évenuellemen en ajouan des pondéraions). La moyenne géomérique s écri différemmen : / n MG = ( x x2... x n ) Elle ser à calculer la moyenne de aux de croissance (voir ci-dessous)..4.2 Les aux de croissance 8

19 Faisons un bref reour sur la façon de représener l'évoluion d'une variable. Supposons qu'une variable X prenne les valeurs 5 en 2005 puis 6,5 une année plus ard. Il exise alors rois manières d'exprimer le aux de croissance de X *le calcul direc (une opéraion): 6,5/5 =, *le aux de croissance (deux opéraions): (6,5 5)/5 = 0, que l'on exprime généralemen en pourcenage après muliplicaion par 00, soi ici 0%. *l'indice : on divise par une valeur de référence e on muliplie par 00: 00 * 6,5/5 = 0 où l'indice prend comme base 00 la valeur 5. Si la valeur de référence es associée à une année pariculière, par exemple l'année 2000 on dira que l'on prend comme année de base l'année L'indice es une présenaion reenue quand les aux de croissance son plus informaifs que les niveaux. Ils permeen de voir direcemen le aux de croissance d'une variable par rappor à une valeur de référence égale à 00. Par exemple, le niveau moyen des prix e le PIB réel n'on pas beaucoup de sens en niveau. En revanche, le aux de croissance de ces niveaux en a beaucoup. On choisi donc souven dans ce cas l'indice pour présener les aux de croissance. Il es facile de passer du calcul direc aux deux aures expressions. Les aux de croissance peuven êre moyennés sur plusieurs périodes. L uilisaion d une moyenne géomérique es préférable à une moyenne arihméique. Soi g, g2,..., gn une série de valeurs avec n le nombre d observaions. La moyenne géomérique s écri : MG = ( g / n g2... g n ) A ire d applicaion, supposons que la valeur X prenne rois valeurs: 5 en 2006, 6,5 en 2007 puis 8 en *aux de croissance la ère année: g =, *aux de croissance la 2nde année: g 2 =,03 / 2 *aux de croissance moyen: ( g g2) =,064 (moyenne géomérique) e non pas (, +,03)/2 =,065 (moyenne arihméique). Il exise une méhode plus rapide dans le cas d une moyenne de aux de croissance. Soi la variable x que l on passe en aux de croissance: g = x / x. La moyenne géomérique s écri : x x2 xn / n xn / n (... ) = ( ) x0 x xn x0 Il es plus rapide de calculer un unique aux de croissance enre les deux valeurs exrêmes de la série (côé droi de l égalié) qu une suie de n aux de croissance. Illusraion dans l exemple numérique : / 2 6, ( g g2) = ) / 2 ( = ( ) / =, ,5 5 9

20 .4.3 Le passage des niveaux aux aux de croissance Cee méhode sera uilisée dans la parie sur la compabilié naionale (cf. les conribuions à la croissance du PIB). Supposons une relaion addiive enre les variables y, x, x2, x3 : y = x + x2 + x3 La relaion vau égalemen en variaion : Δ y = Δx + Δx2 + Δx3 Pour obenir une relaion en aux de croissance, divisons des deux côés par y : Δy Δx Δx2 Δx3 = + + y y y y Δy x Δx x2 Δx2 x3 Δx3 = + + y y x y x2 y x3 Si nous noons par xˆ le aux de croissance de la variable x ( x ˆ = Δx / x ), nous avons finalemen : x x2 x 3 y ˆ = xˆ ˆ + xˆ 2 + x3 y y y Le aux de croissance de y peu donc se décomposer comme la somme des aux de croissance des variables addiionnées pondérés par leur par dans la somme oale. Nous aurons à passer un produi en aux de croissance dans la parie sur la monnaie. Supposons la relaion: y = x x 2 La même relaion en variaion : y = Δx x2 + x Δx2 Divisons du côé gauche par y e du côé droi par x x2, il vien : y ˆ = xˆ + xˆ2 Le aux de croissance d'un produi es simplemen la somme des aux de croissance des ermes du produi..4.4 Flux e socks Le mo sock a deux sens en économie: *les biens qui son sockés au sein d une enreprise dans l'aene d'êre ransformés (maières premières e socks semi-finis) ou vendus (les socks finis) *le erme qui désigne l'éa d'une variable e qui s'oppose à la noion de flux Dans son second sens, il exise une relaion fondamenale enre le sock e le flux: Flux ne : flux enrans flux sorans Image de la baignoire. Exemple : l'invesissemen. Socks en = socks en - + flux enrans flux sorans 20

21 Sock de capial en = sock de capial en - + invesissemen dépréciaion D'aures ermes on une définiion ambiguë: l'épargne es un erme qui désigne à la fois le flux d'épargne (j épargne chaque mois pour mes vacances) e le sock d'épargne (j ai placé oue mon épargne en acions) = parimoine. Exemple 2: le parimoine d'un agen économique (ménage, Ea, enreprises, Naion). ou: Parimoine en = parimoine en - + épargne ne Parimoine en = parimoine en - + revenus - dépenses.4.6 L'échelle log Le documen 5 de la secion..6 présene l'évoluion du PIB à l'aide d'une échelle log. Une échelle log perme de rendre plus ou moins linéaire une évoluion de ype exponenielle. Une croissance exponenielle es fréquene en économie. Par exemple, supposons que la variable X augmene chaque période selon un aux de croissance égal à g: X = ( + g) X ou encore X = ( + g) X 0 avec X 0 la valeur iniiale de la variable (à la dae 0). Une elle évoluion es die exponenielle. Prenons par exemple X 0 = 0 e g = (la variable double à chaque période. Voici la séquence représenée graphiquemen: Il es difficile de visualiser l'évoluion les premières périodes car la variable croî rapidemen, ce qui end 0 à "écraser" les premières valeurs. Pour cee raison, nous pouvons uiliser une échelle log soi en passan au log 2la graduaion 3 en 4 ordonnée 5 (exemple 6 du 7documen 8 6 sur 9l'évoluion des prix) soi en passan en log la variable elle-même. Dans ce dernier cas, la variable log( X ) es graphée comme dans le documen 5. Le graphique de l'exemple numérique devien : 2

22 3,50 3,00 2,50 2,00,50, La série es "linéarisée". En effe, si l'équaion X = ( g) X 0 es passée au log: + log X log X = log[( + g) X = log( + g) + log X 0 ] 0 L'évoluion devien linéaire par rappor au emps. Le documen 5 "applai" donc l'évoluion du PIB réelle afin de mieux percevoir la première parie de l'évoluion. Non loguée, le graphique serai le suivan : doc 4 TD n 2 : Exercices e quesions A / Réviser le cours (la réponse aux quesions nécessie au préalable de relire le cours) Les équilibres fondamenaux: a) Considérons une économie qui produi un monan Q, consomme C, invesi I e épargne S. Indiquez l'équilibre producion = dépense e producion = revenu. Monrez que l'équilibre sur le marché financier I = S en découle. 22

23 b) L'Ea inervien dorénavan. Il dépense G e axe le monan T auprès des ménages. Indiquez l'équilibre ressources emploi de l'économie. Rerouvez la forme que prend l'équilibre sur le marché financier. c) L'économie impore dorénavan pour le monan M e expore la valeur X. Indiquez l'équilibre ressources emploi de l'économie. Le ableau indique le PIB nominal e le déflaeur du PIB pour la France: Mds d'euros PIB prix courans déflaeur du PIB 00,0 02,0 04,4 06,4 08, 09,9 2,4 d) Calculez le aux de croissance du PIB enre 2003 e 2004, puis enre 2004 e e) Calculez le aux de croissance moyen du PIB enre 2003 e 2005 de deux manières. f) Calculez le aux de croissance moyen enre 2000 e 2006 de la manière rapide. g) Quel es le aux de croissance moyen du déflaeur enre 2000 e 2006? h) Calculez le aux de croissance annuel moyen du PIB réel sur la période. i) Consruisez une série de PIB en volume (formule à uiliser : PIBvol = PIBval/déflaeur). Passez la série en base 00 en La différence enre socks e flux: j) Cochez la case appropriée : Dees d une enreprise Masse monéaire Producion Capial d une sociéé Epargne d une adminisraion Consommaion d un ménage Parimoine immobilier d un agen Acha d un ableau par une sociéé Flux Sock B / Approfondir le cours L'indice des prix à la consommaion: Considérons une économie comporan deux biens sur deux années 2000 e Les données don nous disposons son les suivanes: Consommaion en valeur 2000 Prix 2000 Consommaion en valeur 2007 Prix

24 alimenaion 475 euros euros 6 loisirs 450 euros 0 57 euros a) Calculez les quaniés consommées à chaque dae en remplissan le ableau suivan: alimenaion loisirs Quaniés consommées en 2000 Quaniés consommées en 2007 b) Calculez l'indice des prix enre 2000 e 2007 (base 00 en 2000) puis le aux de croissance moyen des prix enre 2000 e c) Recalculez le aux de croissance des prix enre 2000 e 200 comme la moyenne des aux de croissance de chaque prix pondérée par les pars budgéaires de l'année Une par budgéaire d'un bien es la par qu il occupe dans le budge oal. Vérifiez que vous obenez la même progression des prix que par la méhode précédene. d) Recalculez le aux de croissance des prix en prenan comme année de base l année erminale. Le choix de l année de base es-il imporan pour l éude de l inflaion? e) Sur longue période (par exemple enre 900 e 2007), les pars budgéaires de chaque pose on radicalemen changé. Par exemple, l'alimenaion occupe une par aujourd'hui beaucoup plus faible des dépenses e la par dépensée en loisirs a considérablemen augmené. Qu'en concluez vous sur l'effe du choix de l'année de base sur le aux d'inflaion. Exise--il une année de base préférable? Cela pose--il un problème pour le calcul de l'inflaion sur longue période? C/ L indice des prix sur longue période Le graphique suivan monre le pouvoir d acha d un euro en 2007 qui serai dépensé à différenes périodes (les francs avan 200 on éé converi en euros au cours légal): 24

25 aux de conversion en euros Lecure : un euro perçu en 98 a le même pouvoir d acha que 9,65 euros gagné en 2007 Source : INSEE a) Pourquoi le pouvoir d'acha de l'euro e du franc mesure--il l'érosion monéaire due à l'inflaion? b) Que s es-il passé après la première guerre mondiale? Dans les années 30? En 960? c) Que serai-il advenu d une épargne placée sur un compe non rémunéré en 907 e dépensé en 2007? d) Quelle criique peu-on faire à ce ype d indicaeur? (reliez vore réponse à la quesion e) de la parie B). 25

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Comparer des offres de prêts

Comparer des offres de prêts Comparer des offres de prêts Prêts immobiliers : les critères de choix Nom de l établissement contact et n de téléphone Montant du prêt proposé Type de prêt taux fixe ou variable S agit-il d un prêt modulable?

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Conjoncture française

Conjoncture française Conjoncure française La fore hausse des imporaions manufacurières depuis 2014 reflèe la composiion de la demande, sauf dans les maériels de ranspor Depuis 2014, les imporaions françaises son dynamiques,

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I :

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I : Filière SM Module Physique lémen : lecricié Cours Prof..Tadili 2 ème Parie Chapire 2 ude des dipôles nergie élecrique e puissance. appel Considérons un dipôle d un circui parcouru par un couran d inensié

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Principes de macroéconomie Licence 1 Semestre 2

Principes de macroéconomie Licence 1 Semestre 2 nnée universiaire 207-208 Principes de macroéconomie icence Semesre 2 Conrôle coninu CORRIGE undi 5 mars 208 Durée : h0 Seules les calcularices simples (4 opéraions) son auorisées mais non nécessaires

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Dr Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Le prix de l or. Lettre n 6-2 01 Février 2008

Dr Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Le prix de l or. Lettre n 6-2 01 Février 2008 Dr Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources Lettre n 6-2 01 Février 2008 Dr Thomas Chaize Site : Courriel & Mailing gratuit : http:///mailing%20list/mailinglistfr.htm J possibles avec des résultats très

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

POURCENTAGES et PROPORTIONS

POURCENTAGES et PROPORTIONS Table des maières I- Des quesions en vrac... 1 I-1- Peu-on ajouer des pourcenages?... 1 I-1-1- Exemple 1... 1 I-1-2- Exemple 2... 1 I-1-3- Exemple 3... 2 I-1-4- Exemple 4... 2 I-2- Pourcenages successifs.

Plus en détail

Chapitre 5 - Planifier ses finances personnelles. Plan

Chapitre 5 - Planifier ses finances personnelles. Plan Chapitre 5 - Planifier ses finances personnelles Plan Planifier sa retraite deux méthodes le rôle des systèmes de retraite l'impact de la fiscalité Faut-il investir dans des études supérieures? Faut-il

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE Copropriété: Les Jardins de la mer - Antibes Année 2008 1/9 Table des matières 1. INTRODUCTION...3 1.1 Portée du document...3 1.2 Objectif

Plus en détail

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante :

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : FICHE TD n 1 : LE POURCENTAGE Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : Sous-ensemble B / Ensemble A x 100

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé

Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Comparer l intérêt simple et l intérêt composé Niveau 11 Dans la présente leçon, les élèves compareront divers instruments d épargne et de placement en calculant l intérêt simple et l intérêt composé.

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail