, f-, i-j (ad M tri CATHEDRALE" name="description"> , f-, i-j (ad M tri CATHEDRALE">

MINI8TERE DE LA DEFENSE A BRASÍLIA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINI8TERE DE LA DEFENSE A BRASÍLIA"

Transcription

1 &P> AAJ, Piro**! O.eSl, ACL. 4-/ 6,^5o MINI8TERE DE LA DEFENSE A BRASÍLIA mwmmmi^ mmsbêi P)tOM-0 T/,4Cf_ ^-/ZéjpSl HBB mli H P#Bsg^sa-/V.- -_ " ' '' i &$áwi%á

2 ^ U U U

3 fw>, f-, i-j (ad M tri CATHEDRALE DE BRASÍLIA BP> A*f, *>I0 x a l.0.esi,act~4/&j{>-55 t-* n» r< 1 ^> «-AJ.^^oycj.o.esi,^CL,_- J»

4 V : ^ / r < v >< r,r J\l ív &<*S m*$s isokx iv,*^\»v 0* yoxq.o.es.i.ficl.y/ií 5^ AKJ,P)IO W.O. I m*

5 Lcvsque j'ai commencé 1'étude de ceiie cathédrale, je sovais que mon projet devrait constituer, par sa légè..té, un exemple des possibilites de Ia technique contemporaine. Je me souvenais des cathédrailes du m^sé, chacune exprimait 1'état du irogrès technique de 1'époque à aquelle elle fut réalisée, spéculant ur les grands vides, les structures aiaiacieuses, Ia beauté des façades?t des intérieurs richement decores. laintenant, grâce au béton arme ui nous offre tous les possibles, me fallait prétendre à plus ; il ne suffisait pas de réaliser une oeuvre mportante et originale : Ia cathérale de Brasília ne devait avoir beoin. ni de croix, ni de saints pour faire reconnaítre comme Ia main de Dieu. J'ai pense qu'elle derait pouvoir, telle une grande sculpure, refléter une idée religieuse. n moment de prière par exemple. e l'ai donc voulue circulaire, avec es colonnes courbes, s'élevant dans /», MJ, P,io X<? O. BSl 4 CL. 4/Zé^p- Sc? un geste d'appel et de communication. Les colonnes sont fines pour prouver que Ia technique actuelle domine le béton arme, qui s'adapte, docile, à tontos nos fantaisies. Une fois décidée Ia forme de Ia cathédrale, j'ai continue à faire des croquis et, peu à peu, le projet a pris corps. Je ne voujais pas que Ia cathédrale de Brasília, à 1'instar de ce qui existe, ait une façade principale et une façade secondaire ; je voulais, au contraire, qu'elle se presente comme un bloc uniforme, simple et pur, un objet d'art. Cest Ia raison pour laquelle j'ai abaissé Ia nef et créé une galerie souterraine qui sert de rampe d'accès (solution postérieurement adoptée pour les liaisons entre Ia cathédrale, le baptistère, Ia sacristie et Ia cure) et par laquelle on penetre donc, à 1'issue d'un cheminement relativement obscur, dans Ia cathédrale toute ouverte à Ia lumière extérieure : j'avais compris que le contraste entre ces deux éléments nef éclairée et galerie sombre me fournirait ces effets d'ombre et de lumière qu'un temple suggère. Je n'ai pas souhaité répéter le contraste habituei : extérieur lumineux et intérieur de pénombre des vieilles cathédrales. J'ai préféré l'effet contraire : les fidèles parcourent d'abord Ia galerie sombre, puis éprouvent, au moment oíi ils entrent dans Ia nef, riche de lumière et de couleurs (Ia lumière est dorée par 1'interposition d'un vitrage teinté) et par contraste une sensation de soulagement et de bonheur. Pour obtenir ce résultat, j'ai fait três attention aux détails : c'est ainsi, notamment, que j'ai choisi un revêtement de granit noir et gris pour Ia galerie, tandis que Ia nef est toute blanche. Cest alors que j'ai réétudié l'intérieur de Ia nef, et que j'y ai introduit un sol incurvé qui remontre sur ses bords, ces derniers tenant lieu de murs. Puis, me transportant par Ia pensée à 1'intérieur de Ia nef, j"ai augmente Ia hauteur du choeur et suspendu les anges de Ceschiatti de telle façon qu'ils se voient à travers les vitrages. Puis, toujours en imagination, je suis retourné au baptistère et au clocher pour les mettre en harmonie avec Ia silhouette de Ia cathédrale. Le'projet était termine. Pour m'assurer qu'il correspondait bien à ce que je souhaitais réaliser, j'en ai mentalement refait le tour : tout d'abord 1'extérieur, Ia structure légère, surgissant de Ia terre comme un appel de foi et d'espérance ; puis. Ia galerie de pénombre préparant les fidèles au spectacle religieux : enfin, le contraste entre Ia lumière dorée de 1'intérieur et 1'extérieur, les fidèles éprouvant dans cette opposition leur éloignement du monde. ON.

6 3K 4A/, P)»0 X a ],0. 5Si,4CI_.4/Z6, p-61 S1EGE RENAULT A BOULOGNE BI LLÂNCOURT l-e projet pour le siège social de Renault est sans doute plus complexe qu'il ne peut paraitre à première vue. II devra constituer une «livre architecturale capable d'affirmer Ia présence de Ia marque. L'étude préliminaire plan masse prend dans ce cas beaucoup dimportance. Cest dans cette étude que seront définis les volumes, les espaces libres, les caractéristiques du projet, tache rendue difficile du fait de Ia consiruction par étapes et principalement les previsions de plusieurs bâtiments qui pourraient mutiler le terrain et Ia propre composition. Notre idée initiale qui commande cette étude est de trouver un élément architectural capable de symboliser Renault et Tindustrie automobile. Nous avons imagine pour cela un système de circulation automobile Jisciplinant Ia composition avec des v iaducs, des échangeurs, des passa- Ses de niveaux, etc. sys-tème qui suggère Ia présence de 1'automobile 47

7 MMHHM 3f) A+l.-pjiO X^.O.tCl, ACL- 4/Z6,f-63 I 1 ^ V!-;. wmmm m Ç fr

8 S*> A*J, P)iOX^. o.ccl, ACL.4/2.6,p- é/ / lv>m, >oy*j o. eci, CL 4 /ZG; p.es BOURSE DU TRAVAIL BOBIGNY A démontrant ce qu'elle exige, séparant les piétons, évitant les croisements. A partir de cette idée, nous avons commence Fétude par les deux batiments principaux ; le siège social et 1'hòtel. La première avec 25 étages et les accès separes du bloc afin de garantir une flexibilité interne totale pour 1'hôtel, les étages et tous les raffinements du confort moderne. Nous avons examine ensuite les problèmes d'orientation, de circuiation, d'espace utile et de visibilité, optant pour des formes en are, formes qui se contrarient afin d'éviter le vis-à-vis qui serait lamentable pour 1'hôtel. La localisation de ces batiments étant fixée, nous avons cherché à situer les autres éléments de 1'ensemble avec 1'intention de les grouper en accord avec leurs fonetions, évitant ainsi de diviser le terrain avec de nombreux batiments et preservant Ia beauté du projet. Comme le salon d'exposition, le musée de 1'automobile et 1'auditorium présentent les mêmes caractéristiques, nous les avons localisés au niveau des pilotis du siège social; un corps bas tout en courbes, integre dans les formes de l'auditorium, du garage et du lac artificiei. Ainsi le salon d'exposition et rauditorium seront au rez-de-chaussée, reliés par de larges rampes au musée de 1'automobile localisé à 1'étage semi-enterré. II restait le problème de Ia localisation de 1'ordinateur necessitam près de m 2, et nous avons pénsé que lui aussi devait être situe dans 1'édifice du siège social. Nous avons donc augmenté Ia hauteur jusqu'à 32 étages, c'est-à-dire : 25 pour le siège, 5 pour 1'ordinateur et 2 pour le restaurant dont nous proposons Ia localisation aux 16/17" étages ou sur Ia terrasse. Cette solution a permis de préserver les espaces li bres, créant de grands miroirs d'eau et donnant à Ia circuiation automobile 1'échetle voulue, directement réalisée à tous les secteurs garages inclus auxquels on arrive par 3 voies distinetes, solution qui fractionne le trafic interne évitant aux automobiles une montée habituelk de 8 ou 10 niveaux. Notre conception semble définie par ces beaux batiments vitrés, ces bassins, ces indispensables espaces libres et Ia circuiation appropriée, conférant 1'aspect d'une grande sculpture horizontale à l'aspect dynamique.

9 &V> 4AJ, í^/o^.o.t^í.acl 4/^p-6 BP> A*J,P?iO X^ O I,ACL \-/Z^f-^ MHH Pour le bloc de bureaux, nous avons cherché une solution simple et économique : au sous-sol et au rez-dechaussée, des poteaux tous les 7,50 mètres (4), poteaux qui, dans les étages supérieurs, sont ramenés à Ia façade de l'immeuble, avec un espace de 1,25 m entre chaque module adopté et qui fonctionnent comme appui et raidisseur. Cette solution supprime des colonnes à 1'intérieur du bâtiment ce qui facilitera Ia division des salles ; elle evite aussi les raidisseurs et cadres d'aluminium ce qui apporte à Ia construction une économie considérable (les vitres seront fixées directement dans le béton) Ia ventilation se faisant par des éléments pivotants verticaux. Dans le secteur de réunions et congrès Ia structure s'adapte aux espaces et au programme dans un dessin plus libre et créatif, envisageant pour le bâtiment des caractéristiques propres et inattendues'(6). A 1'intérieur, Ia solution permet différentes utilisations suggérées au programme : restaurant, expositions, réceptions et fêtes en prévoyant les compléments indispensables (1'office-cuisine, vestiaires, etc.). Cest un ensemble defini que Ia petite place enrichit et complete. La solution recherche Ia surprise architecturale, le contraste des formes toujours présent dans une bonne architecture, 1'utilisation correcte de Ia technique ; simple et économique dans le secteur de travai!, libre et lyrique pour le grand auditorium qui doit caractériser 1'ensemble (7). O.N. Roz-de-chaussée. Le projet se presente en deux secteurs distincts : le premier, un bloc de 4 étages, comprenant des salles de bureaux séparées par des cloisons amovibles pour faciliter des modifications futures ; le second, les salles de conféreoces, les auditoriums, le salon pour congrès et un grand espace libre qui pourra servir comme restaurant, salle de réceptions, fêtes, expositions. L'idée de prévoir les deux secteurs indépendants justifie Ia place semienterrée, les accès directs et separes tantôt pour le bloc de salles, tantôt pour le secteur de réunions et congrès. Pians d'étage. ' l > i i i i l ii i) i i i fl i w l I r i i i f- i i i i i i i X ma UK mffflr 1 CÍJ r: E - -*> - TH 52

10 99 6e-d%/i? iz>v'\59-o ^y. oiü 'tw U& Q3-é f n/p -iov'is?q'bxch& 'fftf <d<3

11 CITE NEGEV kjukk.*. I C.ffrO makl. 'hi0x c >.O.e l,4cl.4./zí J p. : h /> r^- KL 0<c~t~~, C u 4. 6^ UÀ.A atcjt-^ A /^ttíníj^, fl^f j^ft^j»^)^ L^ljLJh o. o.«o il i c**^ ^L«_ ^ * 1 c^eu^ & ->> ^% m 4tí,PjiOY i^>0.e l,a.l.q/z6 J P' : H _.. lim'

12 P> 4A7. ^»oy^.0.esi,acl.4/26jp-^ L0GEMENT8 DETÜDIANTS A OXFORD 3P> A*J,P>iOK^.O.esl eacl.4-/z6 t p-h Plan de situation. Zone demi-enterrée : 1. Hall. 2. Róception. 3. Secrétariat 4. Snack bar. 5. Bibiiothèque. Pcemier étage : 1. Salorts-chambres à coucher. Chambres d'hôtes. 3. Suites chambres. 58 Cest un projet simple, économiquc. de conception aisée ; 1'édtfice, à un mètre au-dessus du sol, permet Ia privauté souhaitable dans les chambres. Evitant les structures porteuses en béton, le bâtiment est construit de murs de briques et dalles de béton. Avec cette solution nous avons créé une zone demi-enterrée ou se trouvent le bureau de Ia secrétaire, Ia bibiiothèque et un petit bar. Ainsi, on evite les «pilotis» traditionnels et on rend Ia cons- Iruction plus économique et plus originale. Une alternative est proposée pour Ia façade principale (inclinée): soit des éléments de béton verticaux en porte-à-faux sur Ia dalle de plancher du premier niveau, soit en utilisant les autres éléments, nous préférons créer ile> vérandas couvertes prolongeant les chambres. Cette solution est plu> fonctionnelle. En réponse au programme, nous avons étudié trois types de chambres : «salon-chambre à coucher, chambres d'hôtes ei suite à une chambre». Les finitions seront simples et identiques pour tous les murs et tous les planchers; le plafond será peint en blanc ei les éléments de façade préfabriqués Voilà notre idée de projet, qu' constituera à l'universite d'oxfortl comme nous le pensons, un exemple d'architeoture contemporaino. O. NIEMEYER

13 nsbbm &p> a*j,?>>o yq. o si, 4a-*4/2L6,p.M B?) AM, ^)>0 **) O. esi,a^l.4/2 j p 15 Salon-chambre à coucher.

14 TOUR PB 17 A PARIS DEFENSE ap> AU, P>fo XG).C, esl f ACL </-/2é,p. f*» <, < _ O,' -Q/,,0,'.O /,' Ò ''O- O.. C> O O O O J-. < Quand nous avons commcncc les études pour Ia Tour de Ia Défensc, à Paris, un de nos premiers soucis a été de Ia concevoir, si possible, différente de celles déjà existantes. Nous avons, d'abord, évité Ia solution usuellc des accès placés au centre du bloc, ce qui nous a amené à les placer (ascenseurs, escaiiers toilettes, montées techniques, etc.) dans les façades latérales. De cette définition préalable découle 1'ensemble du projet. Nous avons donc pense à une tour transparente, dont les étages seraient groupés en secteurs, commc rrm

15 C Qfà&é ^LiJI n- l A O r 1 \ \ IIIIIIIIIKI IIIIIIIIIKI V I(V I -^L_J / Q U- Rez^ie-chaussée. ft,#*/ ^>'(? X^. 0 3 I,A CL- 4/Zé,P-Tfi Etage courant. J l 1" étage jardin. V étage jardin. -# & M^ j 64 s'ils étaient suspendus dans l'air. Dans les volumes séparant les secteurs nous avons créé des jardins intermédiaires, ou ont été placés des bars, des cafés, salons de thé, etc. Les problèmes techniques sont donc devenus três simples : La construction doit être commencée par les façades latérales, puis par les poutres principales, lesquelles devront soutenir Ia structure métallique des secteurs de bureaux. puis par les colonnes et poutres qui composent Ia structure, puis par l«dalles. Une fois finie Ia dernierí dalle du secteur, apparaitra le premier jardm suspendu. Ce schénia será suivi jusqu'à Ia couverture d* Ia Tour. Le projet étant fixe, nous avons reexamine les surfaces des bureaux. et d'autres, demandées dans le p'<>gramme, face d'une part, à Ia fle.<ibilité des étages destines aux bureaux, et, d'autre part, aux con- traintes et avantages de Ia localisation dans Ia tour des autres surfaces. En ce qui concerne Ia flexibilité, lc projet permet toutes les possibilites, des l'«open space» jusqu'aux plus complexes répartitions. Qi- mt aux autres surfaces imposées Par le programme, le projet leur dorme aussi une réponse adéquate, en les plaçant dans Ia tour, en accord avec leurs fonctions spécifiques. Cest tout ce que nous pensons dire pour 1'instant sur ce projet. Nous pensons avoir conçu cette tour, intégrée dans le paysage de Paris, ou elle ne compte pas comme volume compact et defini, mais comme une forme différente dans laquelle volumes et espaces libres se complètent et s'associent pour Ia rendre légère et transparente. O.N. 65

16 QUARTIER DHABITATION A RIO 3*> AAJ,fi*>loxq.O. e.?l,acl.4./z.t>.w \

17 iòp? AKIrfitOX^ g.esm ( 4CL.4/ G,p.8Z Le projet comporte 61 tours d'appartements, de 30 étages chacune, avec les equipements correspondants et des bâtiments de bureaux, hotel, «service flats». Le commerce s'étend comme un fleuve, entre les tours, d'un côté à 1'autre du terrain. II est composé de 2 rangées de boutiques entre lesquelles le piéton se promène. 68 Cest une avenue de dimension inégale, s'élargissant de temps en temps pour former des places accueillant les cinemas, théâtres, restaurants et d'oü partem les accès vers les secteurs d'exposition et de parking situes en sous-sol. O.N.

18 3P> AAj,P)'0X*)<0.eSi,ACu.4-/Z(>jf>Q l i MUSEE DE LATERRE A BRASÍLIA a: : : l cu -U. TMMJU 2 ** *+*&. JL*. Cr>t*~+a 3 MU+I*M< au- 4. t* *-*. rw* ^{AAAJUUkA JJLÁÀ J H l^a^_44_ e** tu ~***4* Muütt eu* * MA*Ò-C> ^-* ia. CLU-*- II y aura trois musées : le Musée de Ia Terre, le Musée de Ia Mer, le Musée du Cosmos. Leur but est de montrer les richesses naíurelles de notre pays et ses perspectives de développement. La construction du Musée de Ia Terre est déjà commencée. Cest une structure simple et bien définie : deux appuis centraux, les poutres de Ia couverture et les tirants qui soutiennent les dalles. Au centre, entre les deux appuis se trouvent Ia rampe d'accès, les escaliers roulants, les sanitaires et les espaces techniques. La superfície maximum du bâtiment est de 100 X 100 m. O.N. r *f L <C2L CO L. áo s. af

19 i 1" ETAGE. 2' ETAGE. 3* ETAGE. &P> 4AJ, P)'0^ l.o 6SI, 4CU 4-/Z6,p.86 \ / I E /ô^ 4/J, P>>OX&'0. ezi, 4CL. 4/26, p-** WILAIS DES AFFAIRE8 ETRANGERES AALGER /I s jujy E li 1 1 FT m.. ««ir" \ i / 72 / 6 a «Aj* Mon souci initial dans cette étude fut de créer un monobloc qui, sans compromettre Ia fonction, permetirait de détacher le secteur du Cabinet ministériel de celui des scrvices administratifs. A mon point de vue cette solution a plusieurs avantages : elle empêche que les fonctionnaires du secteur administratif aussi bien que le public qui s'y dirige, circulent sans necessite à travers le Cabinet, ce qui le rend plus independam et plus intime ; ceei permet encore et principalement que le secteur administratif - beaucoup plus grand soit construit de forme simple et économique. Par contre le Cabinet peut avoir des finitions plus luxueuses eu accord avec ses fonetions. Dans ce príncipe, j'ai prévu le secteur administratif sur trois étages, parking souterrain (150 voitures) et une strueture répétée, préfabriquée, facile et rapide à construirc ; le Cabinet ministériel également sur trois étages mais plus haut est entouré d'arches qui le protègent cn hii donnant Ia grandeur et Féchelle d'tm vrai palais. Ayant fixe le schéma, j'ai commencé à definir le projet du palais et il me plaít tchement que je I. xplique comme s'il était déjà construit. ' -ntrée se fait par une large passereue sur le miroir d'eau ou de oin on voit 1c palais réfléchi. Cesl 11 palais imposant, léger, comme s il était à peine pose sur 1'eau. ^ première vue ce sont les arches qui comptent, fins et elabores, rappelant l'ancienne tradition algérienne, avec ses courbes enrichies par les chutes d'eau. A travers les arches on voit le rectangle en verre du palais, un verre miroir qui multiplie les formes de l'architecture en même temps que protégeant -- comme il convient les lieux interieurs de travail. Passe les arcades, surgit le grand hall d'entrée avec 30 m de large, tout en marbre blanc. D'un côté se trouvent les services reserves au public, Ia rampe tapissée qui amène les visiteurs au deuxième étage et le grand vide donnant au hall plus de hauteur et de dignité. De l'autre côté on voit les accès des congressistes et du public vers 1'auditorium, parmi eux le grand hall, sobre, peu meublé, parce qu'ici seul doit compter l'espace architectural. A côté des services administratifs se trouve le hal! prive du ministre qui 1'amène par ascenseur et escalier à son Cabinet, son appartement et aux salons de réceptions situes sur Ia terrasse. Au deuxième étage, le Cabinet du ministre avec ses satles de travai!, réunions, réceptions, etc, et les Ca binets de ses collaborateurs les plus proches lies directement au secteur administratif. Toujours au deuxième étage, à 1'arrivée de Ia rampe, se situent le vestiaire et 1'escalier qui amènent le public aux salons de fêtes et de; banquete sur Ia terrasse oü salons et jardins se joignent harmonieusement. O.N. 73 ^B -4.d JJ - ' 1 V >» «J J_. Sous-sol. 1'' V étage. étage. Façade. 1 = r^^' - : \

20 ^^H^F s«^w,?^to x^.^.fcsi,4e<_ 4-/Z6, p-fc** r-^ n <-S^ ^ ã OAüfx^i- S e^rlt. é cluba,?!bjjiémgíb.

21 gp> 4*7, fttox^.o. ESI,4C,L-4-/1^p.% PALAIS DES ARCADES A BRASÍLIA Bfsan PROIBIDO H3AR NA GRAMA &Éh-J&l~l &. «ÍA. /*^*^->? *-*-*> lw»~-> i i i i i i i i i f-is I i i ga" ^K lã (MIO *? Bf lie r B S^T- E ^ / I I! r_ n Cl i i i i i i \ 77

22 P> Ml,P>/o <*}. O, 6Si t 4CL ^/ZGrf.li PALAI8 DE JUSTICE A BRASÍLIA SP> A*J f P>'OX*l,0.e l,acl-.4/z(,ji>.<15.

23 3P> A*J,?>>o *^.0.esi # 4ct_. 4l2s>jp^H ÍÕP> AKl, P)'OX<5}.o ç^ LA MOSQUÉE DALGER Cette mosquée a été projetée pour reposer sur un miroir d'eau, ou suí Ia mer près de Ia cote comme nous 1'avons localisée. Notre objectif a été de créer une mosquée différente, qui puisse constituer un point d'attraction mystique pour le pays. J<,%«cU~ir> CJL f****^j U ***** 80 81

24 ^> Ml,P ) iokq.o. Z\ l ACL..4/l(, y f.% PLAN DALGER 3P> A*J. P>IO x*).e> eshacl. 4/Z.6,?'*& CENTRE CIVIQUE DALGER l.orsque Marc Emery et moi-même avons commencé 1'étude du plan rtalger, nous nous sommes aperçus que son développement se íerait inévitablement le long de Ia cote jusqifau Cap Matifou. Cest sans doute Ia zone Ia plus belle. Ia plus libre et Ia plus facilc à construire. Cest là que nous avons situe le «Nouvel Alger». ainsi que nous nommons Ia future capitalc de 1'Aliíérie. A cette intention. nous avons elabore 1'analyse urbanistiquc de Ia région et determine ensuite le système de circulation le plus adapte, routes principales, turbotrain, permettant une liaison rapidc entre 1'ancienne ville et Ia nouvelle capitalc. Nous avons cherché à fixer notre hypothèse urbanistique en déterminant cc zoning probable, en donnant aux centres gouvernementailx et aux grandes unités d'habitation une forme différente, séparées les unes des autres, créant ainsi dans lurbanisation cette pause si souvent négligée. De même, nous avons adopté l'urbanismc en hauteur réduisant les distances, simplifiant et précisant Ia circulation des véhiculcs et des piétons, projetant Ia cite verticale que les conditions locales suggèrent. Maintenant, avec le début du centre civique. nos idées se confirment. II represente un des centres gouvernementaux prévus dans Ia nouvelle capitale. II est constitua d'une grande place circulaire de 200 mètres de rayon. D'un côté, se trouve le palais présidentiel, le Ministère des Affaires Etrangères et 1'Assemblée. De 1'autre côté. un éventail : les ministères. Au centre, le monument de Ia Révolution et le Musée. Dans les palais, nous avons recherché le rappel de l'anciennc architecture árabe, faite de courbes et de droites, par exemple dans L-s structures du palais présklentiel, d- même que dans lauditorium de l'.\s_ semblée, nous retrouvons les anciennes tentes árabes, aux courbes généreuses. Dans les ministères, par contre nous avons choisi une solution économique. préfabriquée. rapide à construire. O.N.» * t» /././ li 1.! >:>:,.',

25 ZACDEDIEPPE &?) Mi, P)\0 X^.o.eSl.ACL- 4/26;j>. 18 La photo n 1 presente Ia première solution : 11 blocs d'habitations de 9 étages et de 150 m de longueur, et le terrain preserve avec de graneis espaces libres qu'exige 1'urbanisme contemporain. La photo n" 2 respecte Ia recommandation des 60 m de longueur maximum pour les blocs d'habitations. Cette solution comporte 29 blocs de 9 étages et de 60 m de longueur et le terrain est lamentablement transforme en pátios. La construetion est rendue plus onéreuse par Ia multiplication des fondations, des réseaux d'eau, degouts, etc. La photo n 3 montre Ia variante poesible. La solution verticale avec 13 blocs d'habitations de 17 étages et de 30 m de longueur de branche. Le terrain reste preserve comme dans Ia première solution. Les 3 photos montrent que dans le cas de Ia ZAC de DIEPPE, Ia solution recommandée est à déconseiller. Cest une limitation gratuite à Ia liberte de création de 1'architecte qui ne répond à aucun argument d'urbanisme valable. Ceei ne peut plaire qu'à ceux qui voient 1'urbanisme contemporain sans Ia grandeur indispcnsablc, qui ne pensent qu'au passe, et peut-être aux anciennes construetions de type «medi terra née». Nous nous permettons de rappele' Le Corbusier qui disait : * llíabita tkm collective doit être conçue en kilomètres, pas en mètres.» II & clair que le vieux maitre exagérait pour déplorer rincompréhensioo immense qui le poursuivit pendant toute sa vie et dont le même e^pf' se manifeste à présent pour le» de Ia ZAC de DIEPPE.

26 3P> AAJ,P>IOA*>,0. est, Acu^1Zé>, p- foi Notre première étude prévoyait un théâtre de conception nouvelle, avec une scène rotative, de façon à permettre dans le même spectacle, des possibilites variées, le public faisant face au spectacle, 1'entourant ou s'y confondant. Cette idée nous avait séduit, par son intérêt, en tant que contribution à Ia recherche théâtrale. Cette conception ayant été écartée au bénéfice d'un théâtre classique (30 m devant Ia scène. 23 m de hauleur de scène) nous avons revu le projet qui va être soumis incessamment à 1'appréciation de Ia mairie du Havre. Nous 1. Fórum. 2. Accueil cafeteria. 3. Restaurant. 4. Cuisine. 5. Aire d'animation n Exposition. 7. Bureaux. 8. Auditorium. 9. Documentation. 10. Atelier audio-visuel. 11. Salle polyvalente. 12. Salle polyvalente. 13. Atelier décor. 14. Foyer du public. 15. Foyer des artistes. 16. Atelier décor. 17. Parking. 20. Bu reaux. 21. Scène. 22. Salle. 87

27 UNIVERSITES DALGER ET DE CONSTANTINE &Ps A/J,.-*- /-'"''' V/ÍV' ^^í^yí^rv^cr^^i^-^ ^ti. -ÍSJJÍ püm'^:.u P>>0 X^. 0. l,ac_l 4/26 ; p. 403 Page de gaúche : Université scientifique d'alger. Ci-dessous : Université Sciences humaines d'alger. MHNMIIHHflIHIIH.< lm MMHI / / / / sm^msrçt Quand on m'a convoque pour étudier le projet de TUniversité de Constantine, j'ai été surpris devant le programme que l'on voulait réaliser. Cétait Ia vieille université retrograde et dépassée, avec des dizaines d'immeubles comme si les temps actuels ne suggéraient pas une université différente, intégrée. comme l'on dit. J'ai refusé de continuer le programme établi et comme on me demandait de faire diligence pour ce projet j'ai décidé de le réaliser selon mes convictions personneiles, changeant complètement ce que I'on imaginait devoir être l'université de Constantine en Ia faisant compacte, avec seulement 7 immeubles y compris celui des sciences et celui des classes, pour 1'enseignement proprement dit. Je m'appuyais sur Ia confiance que le président Boumedienne avait en moi, sur mon ami le commandant Djelloul, secrétaire de Ia Présidence, sur Ia eompréhension du ministre Taleb, sur 1'optimisme du directeur de 1'Ecotec Mehnaoui. Mais ce fut l'actuel ministre de 1'Enseignement supérieur, Benyahia, qui me permis de mener à bien le projet de Constantine en intervenant directement dans les problèmes pédagogiques, en m'accordant son appui et son amitié, en m'invitant aussi pour d'autres projets : les Universités de sciences humaines et scientifiques d'alger, dont Ia première est déjà en construction sous Ia direction du commandant Aouchiche du D.N.C.- A.N.P. Mais Ia veille du lancemenl des travaux j'ai été convoque contre toute attente : les professeurs de 1'université voulaient connaitre mes projets. Dans Ia nuit j'ai rédigé le texte ci-dessous pour essayer d'expliquer mon projet. «Mon idée de 1'Université, est différente de ce qui a été réalisé jusqu'à ce jour et cela explique les doutes qu'il y eut au début. Mes arguments étant si clairs, honnêtes et irréfutables que tous l'acceptent sans discussion. Mon projet est base sur Ia centralisation et sur Ia flexibilité ; de ce fait je refuse l'université traditionndle, avec des dizaines d'immeubles un pour chaque faculte - occupant trop de terrain, le divisant en petits lots, créant des rues inutiles et, ce qui est plus grave, obligeant à des travaux coüteux comme mouvements de terrains, fondations. installations de lumière, gaz, etc. sans parler de Ia multiplication de> classes, des auditoires et labora toires ; ces derniers dissemines a travers les facultes, brisant ]'uniic et le niveau scientifique lui-mêm: L'université que je propose est humaine, logique et compacte. Elle esl apte aux modifications que le futui pourra exiger. Mon projet ne pré voit que deux immeublcs destino à 1'enseignement : le bloc des classi! et celui des sciences. Dans le pr mier se trouvent toutes les olasso et-auditoires ; dans le second, les laboratoires et Ia recherche. L'ersemble est complete par le bloc d: 1'administration, 1'auditoire, Ia bibliothèque, le restaurant, le «vi lage» et 1'ensemble sportif. L: schéma est si logique que, si demain 1'université decide de créer une nouvefle faculte elle n'aura pas besoin ile. construire un autre immeuble ; elle n'aura qu'à établir les horaires et les programmes et le lendemain commencer les cours. Etant donné rion explication il est normal que 1 on se pose Ia question suivante : cuel est le programme adopté dans \otre schéma? Ma réponse est s mple : n'importe quelle université - jusqu'à élèves pourra s adapter à mon schéma, à condi- 1 on d'adopter les príncipes que je j ropose. Je ne suis pas optimiste 'is-à-vis des grandes universités vu hwrs problèmes com-plexes dont ceux du corps enseignant. A Vuniersité de Harvard Ia proportion st de 4 professeurs par élève. S. Beadle, recteur de l'université de Chicago, declara à son sujet : «Tels les dinosaures d'autrefois, les grandes universités sont en voic d'extinction. De plus cn plus grandes elles perdent 1'élasticité indispensable à leur développement futur.» Mais voyons quels sont, dans Ia pratique, les avantages de mon projet par rapport au programme architectural qui m'a été fourni : 11 immcubles au lieu de 22 (2 blocs d'enseignement au lieu de 9 immeubles prévus pour les facultes), 800 mètres entre les immeubles au lieu de 5 km, des rues comprenant des installations de force, lumière. gaz, électricité, etc. Je rappelle encore que Ia solution proposée permet Ia multiplication des cours étan 1 donné que l'université de Constan tine ne doit pas viser seulement Ia formation de scientifiques de haut niveau, mais aussi celle des professeurs et tcchnicicns reclames par l'enseignement et 1'industrie algérienne. Les lacunes actuelles consti tuent 1'héritage inévitable du colo nialisme. Comment será l'université du futur? Cest une question que je me pose pendant que fécris ce texte. L'université de 1'avenir será basée certainement sur le progrès de Ia technique, de Ia science et de Ia société elle-même. Ce ne será donc pas Ia vieille université qui procura tant de soucis à Newman, Elliot. Flackner et Howell et qui trouva en Allemagne sa reconnaissance. Et elle ne será pns non plus identique aux actuelles universités américaines comprenant Ia multi-université que 1'industrie menace d'absorber L'université du futur será versatile, intégrée, destinée à tous sans discrimination, créant le dialogue et 1'échange des connaissances que Clark Kerr, président de l'université de Californie, suggère : «Une étape importante s'impose, celle d'établir 1'unité dans 1'univers intellectuel : Ia rencontre de deux, de multiples cultures ouvrant entre les diverses disciplines de nouvelles routes et le dialogue indispensable et intelliaent.» 88 89

28 P, 4+J,?»OW.O.EZ\ l ACL.-miG J p.<\vli : j ' ~ <:. ig " -' \ fmmg,z Université de Constantine. rnsm i :,. 1-9f m&ê

29 &r> 4AV, P>io yc^.o. esi.qcl. 4/Z6;p-10é HABITÀTION A RIO gzrj^ggrg; l <14 SP> 4A/, P>IO tf.o.& '** <-.4/&JP.40+ i mi-,. D XJ o o

30 - ' < - ' : "0* t** -A *kwr.f*.h.«,y.w: r *. I r MU th?c7 7. * *.«míf «* IIHllHltlí WÊB (Sm Bj ms O i\x,ij^ i \t iw ^

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012?

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? Textes en vigueurs : Arrêté du 26 octobre 2010, arrêté du 28 décembre 2012, arrêté du 11 décembre 2014. Fiche d'application du 26 Février

Plus en détail

Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture

Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture contemporaine, se situe dans ce qui est amené à devenir un

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Hôtel de voyageurs le Flaine

Hôtel de voyageurs le Flaine Hôtel de voyageurs le Flaine Flaine Forum Arâches-la-Frasse Dossier IA74000908 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Promotions Ventes Développements de projets. Appartements. Villas de prestige. Immeubles commerciaux

Promotions Ventes Développements de projets. Appartements. Villas de prestige. Immeubles commerciaux Promotions Ventes Développements de projets Maisons Appartements Terrains Maisons Appartements Terrains Villas de prestige Immeubles commerciaux Projets en cours Analyse de terrains pour permis Lotissements

Plus en détail

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation 2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3 Dossier de présentation SOMMAIRE DES FAITS SAILLANTS Adresse de la propriété : Superficie du terrain Type de bâtiments Aire brute du bâtiment Bureaux Cadastre

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

Ywood Les Docks Libres à Marseille

Ywood Les Docks Libres à Marseille Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 1 Ywood Les Docks Libres à Marseille Stéphane Bouquet NEXITY / YWOOD FR-Paris, Marseille 2 Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 5 ème Forum International

Plus en détail

Guide Tourisme et Handicap à Metz Lieux culturels accessibles

Guide Tourisme et Handicap à Metz Lieux culturels accessibles Guide Tourisme et Handicap à Metz Lieux culturels accessibles 2015 SOMMAIRE 1. Centre Pompidou-Metz... 2 2. Musée de la Cour d Or... 3 3. Arsenal... 3 4. Opéra-Théâtre... 4 5. Les Arènes... 4 6. Les Trinitaires...

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr

Le Confidentiel. 0 805 405 485 Appel gratuit depuis un poste fixe. LNC.fr Accès en voiture : Par l autoroute A620 / E72 / E9 : Sortie 31B (Les Minimes) A 10 minutes du Capitole EN TRANSPORTS EN COMMUN : Métro : station Barrière de Paris, ligne B Bus : arrêt Amat Massot, bus

Plus en détail

Établissement Recevant du Public (E.R.P.)

Établissement Recevant du Public (E.R.P.) Établissement Recevant du Public (E.R.P.) Définition La notion d'établissement recevant du public (E.R.P.) est clairement définie dans l'article R.123-2 du Code de la Construction et de l'habitation :

Plus en détail

FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce

FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce Charte de qualité des devantures commerciales du Centre Ancien de Sisteron FISAC Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce SOMMAIRE La Zone des abords de monuments historiques

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris 3 ème Forum International Bois Construction 2013 Résidence pour Etudiants R+7, Maison de l Inde à la CIUP F. Lipsky-Rollet, O. Gaujard 1 Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité

Plus en détail

Lieu prestigieux, unique, idéalement situé, pour vos événements d entreprise

Lieu prestigieux, unique, idéalement situé, pour vos événements d entreprise Lieu prestigieux, unique, idéalement situé, pour vos événements d entreprise Pour vos assemblées générales, congrès, séminaires, petitsdéjeuners... choisissez l originalité, la nouveauté, le confort et

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

Immeuble dit résidence Sirius

Immeuble dit résidence Sirius Immeuble dit résidence Sirius Flaine Forêt Arâches-la-Frasse Dossier IA74000946 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL SOMMAIRE 1 I SITUATION / BESOINS / ATTENTES 2 ENJEUX DU PROJET ET OBJECTIFS DE LA MAITRISE D OUVRAGE 3 PROJET D ETABLISSEMENT

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921 Page 1/8 Page 2/8 La magnifique verrière ancienne s élance sur toute la hauteur de I appartement et ouvre sur un balcon ou de grands pots plantes de bambous cachent le vis a vis Afin de renforcer le cote

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Dolce vita. Plaisir. à la villa

Dolce vita. Plaisir. à la villa Plaisir D ÊTRE BIEN CHEZ SOI par marie-josée turcotte Dolce vita à la villa À la recherche d une parcelle de campagne en ville? Le Vert Mezzanine pourrait bien être la solution à tous vos souhaits. Visite

Plus en détail

Garde-corps. bfu bpa upi. Base: norme sia 358. Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité.

Garde-corps. bfu bpa upi. Base: norme sia 358. Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité. bfu bpa upi Mb 9401 Garde-corps Base: norme sia 358 Les bâtiments doivent répondre à un besoin humain fondamental, celui de se sentir en sécurité. Habitations, magasins, bâtiments administratifs, écoles

Plus en détail

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO Version: Mars 2014 Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/-) ECO 1. Introduction e présent document permet de calculer facilement le degré de lumière naturelle pour la demande Minergie-Eco.

Plus en détail

ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux

ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux Insertion dans le site côté lac A B C La douceur de vivre a un nom Entre lac et montagnes, rattaché à la prestigieuse commune d Annecyle-Vieux, le quartier d Albigny

Plus en détail

1 er étage Hall Accueil Expo

1 er étage Hall Accueil Expo Palais des Congrès 1 er étage Hall Accueil Expo 5 6 7 3 8 2 1 Palais des Congrès Palais des Arts A. Présentation Hall Accueil Expo 1 er Le 1 er étage du Palais des Congrès s articule autour du Hall Accueil

Plus en détail

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques

CATALOGUE MP ACOUSTIQUE CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012. Plafonds acoustiques. Traitement absorbant mural. Cloisons acoustiques CATALOGUE MP ACOUSTIQUE 2011/2012 Plafonds acoustiques Traitement absorbant mural Cloisons acoustiques 1 Table des matières Présentation de la société :... 3 Proposition de MP Acoustique :... 3 Qu est-ce

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation

Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation Permis de bâtir Données recueillies sur les permis de bâtir concernant les bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation (Formulaire statistique modèle II) INFORMATIONS

Plus en détail

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études B.E.G. LUXOMAT d implantation LUXOMAT d implantation pour électriciens et bureau d études Indexe Profitez des nombreuses années d expérience de B.E.G. pour planifier et installer avec succès et en toute

Plus en détail

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster Villa de style classique à Bourglinster page 1 de 19 A. INFORMATIONS GENERALES 1. SITUATION L'immeuble construit en 2005 est érigé sur un terrain situé 11a, rue d'imbringen à L-6162 Bourglinster. La place

Plus en détail

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble Latham & Watkins LE MAGAZINE Une sobre prestance Par Nathalie Bru Ancien siège de la Seita, l immeuble aux lourdes façades qu occupe Latham & Watkins a fière allure sur les bords de la Seine. Tout en lignes

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

axel schoenert architectes

axel schoenert architectes HALL ADMINISTRATIF hôtel de ville de puteaux axel schoenert architectes l hôtel de ville de puteaux L agence Axel Schoenert architectes a livré la restructuration partielle de l hôtel de ville de Puteaux.

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat.

Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat. Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat. Concentration et créativité vous trouverez ici l ambiance propice. 2 Le Centre Loewenberg se situe au cœur d une charmante région trait

Plus en détail

Domaine : Arts de l espace

Domaine : Arts de l espace HDA Année : 2012/2013 Niveau : 3e Disciplines : arts plastiques, histoire-géographie Domaine : Arts de l espace Thématique : Etat et pouvoir Objet d étude : l architecture des présidents de la 5 e république

Plus en détail

Y voir plus clair dans la définition des surfaces...

Y voir plus clair dans la définition des surfaces... Y voir plus clair dans la définition des surfaces... La notion de «surface» se retrouve à différents stades des projets immobiliers (permis de construire, vente, coefficient d'occupation des sols,...),

Plus en détail

Aménager. son point de vente

Aménager. son point de vente Aménager son point de vente L aménagement du point de vente est l un des principaux piliers de la réussite d une entreprise commerciale. La conception de l espace marchand doit permettre : une identification

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Réaliser les aménagements fondamentaux pour l accueil des personnes

Plus en détail

Schréder partenaire des villes et communes. Nivelles grand place

Schréder partenaire des villes et communes. Nivelles grand place Schréder partenaire des villes et communes Nivelles grand place Une réalisation Schréder où convivialité de l espace public rime avec économie d énergie Mise en lumière de la Grand Place de Nivelles Nivelles,

Plus en détail

MES BESOINS ET MES VALEURS

MES BESOINS ET MES VALEURS MES BESOINS ET MES VALEURS Besoins : C est ce qu il faut pour me sentir bien avec moi-même. Exemples : - Pour me sentir bien, j ai besoin d être assuré d une grande sécurité d emploi. - Pour me sentir

Plus en détail

OMBTOD 1123. Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres. Description de la propriété

OMBTOD 1123. Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres. Description de la propriété Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres Description de la propriété Belle villa indépendante, située en haut d'une colline, qui domine les vallées et les collines et qui offre

Plus en détail

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Une autre approche de la construction Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Le concept Imag in est une gamme exclusive de maisons nouvelle génération développée par Maisons d en France

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009)

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) CHAPITRE 1 DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE () Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) TABLE DES MATIÈRES Page 1. CATÉGORIE 010 Salles d enseignement... 1 2. CATÉGORIE 020 Laboratoires

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

Guide de calcul de la superficie habitable

Guide de calcul de la superficie habitable Guide de calcul de la superficie habitable Centris publie le présent guide à l intention des membres des chambres immobilières. Ce guide vous est recommandé pour calculer de façon adéquate la superficie

Plus en détail

Compact, léger et sûr. Lifts de montage en alu Nacelles individuelles en alu. www.boecker-group.com 1

Compact, léger et sûr. Lifts de montage en alu Nacelles individuelles en alu. www.boecker-group.com 1 Compact, léger et sûr Lifts de montage en alu Nacelles individuelles en alu www.boecker-group.com 1 Lifts de montage en alu Böcker Toujours à jour Dès 1958, la marque Böcker est renommée pour ses monte-matériaux

Plus en détail

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE!

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE! Petite résidence de 4 étages plus attique, l ensemble architectural est conçu pour préserver les espaces verts existants et créer une ambiance végétale jusqu aux logements situés en rez-de-chaussée. Les

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Depuis 1920. Bureaux d exception à louer ( De 250 à 6 100 m 2 ) www.reverso-geneve.com

Depuis 1920. Bureaux d exception à louer ( De 250 à 6 100 m 2 ) www.reverso-geneve.com Depuis 1920 Bureaux d exception à louer ( De 250 à 6 100 m 2 ) www.reverso-geneve.com www.reverso-geneve.com 4 tradition Rapprocher modernité et classicisme, une alliance rare et élégante que propose

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

Surf. Totale Prestations Nb park. Etat Date dispo.

Surf. Totale Prestations Nb park. Etat Date dispo. 1 Voltaire Bureaux 20 50 mise à disposition de bureaux dans centre d'affaires- nettoyage, permanence téléphonique et domiciliation+autres services payants neuf à voir 2 Centre Bureaux 57 1 442 A quelques

Plus en détail

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS NOVEMBRE 2012 LES TERRASES ST-SULPICE PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice Plan d actions du Quartier Latin CONSOLIDATION

Plus en détail

3:HIKQNB=YU\^UU:?k@k@e@c@a;

3:HIKQNB=YU\^UU:?k@k@e@c@a; ARTRAVEL #42 Chamonix Courchevel Lugano Megève Méribel New York Paris Porto Rico Rovinj San Diego M 06314-42 - F: 7,90 E - RD BE / ES / GR / IT / LU / PO / Cont : 9.00 - A / DE : 9.90 - GB 8.20 - Suisse

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Edeline. À Saint-Cloud. Imaginez votre avenir avec nous. Une co-promotion

Edeline. À Saint-Cloud. Imaginez votre avenir avec nous. Une co-promotion Le Clos À Saint-Cloud 15 appartements NEUFS du studio au 4 pieces et une maison de maitre de 200 m 2 Imaginez votre avenir avec nous Une co-promotion Saint-Cloud, Le charme et la quiétude de l ouest parisien

Plus en détail

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs

L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs L'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs neufs (Arrêté du 1 août 2006 modifié par l'arrêté du 30 novembre 2007) Direction Départementale de l'équipement des Hautes-Alpes - SAUL/HG - 05/11/09

Plus en détail

Un lieu d exception pour vos événements

Un lieu d exception pour vos événements Un lieu d exception pour vos événements Au cœur de Paris, dans un cadre hors du commun, le Jeu de Paume vous accueille pour organiser, en dehors des horaires d'ouverture au public, vos petits déjeuners,

Plus en détail

description du système

description du système description du système a. conception technique système constructif Le projet proposé est un système modulaire industrialisé d'assemblage d'éléments préfabriqués tridimensionnels. Il est basé sur un module

Plus en détail

Élégance, Robustesse, Fiabilité... définit les élévateurs verticaux à course réduite ENI

Élégance, Robustesse, Fiabilité... définit les élévateurs verticaux à course réduite ENI Élégance, Robustesse, Fiabilité... définit les élévateurs verticaux à course réduite ENI La gamme d'élévateurs verticaux à course réduite eni est conçue pour déjouer les dénivellations d'un étage. Le modèle

Plus en détail

Dans la maison réservée à l intendante, il est possible d avoir une chambre supplémentaire sur demande.

Dans la maison réservée à l intendante, il est possible d avoir une chambre supplémentaire sur demande. Villa - BREIRE 021 - France» Bretagne» Ile de Ré 16 Personnes - 8 Chambres Description de la propriété Villa d'exception prestige de 970 m2 sur l'ile de Ré dans un secteur privilégié LA NOUE EN RE avec

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

Vos bureaux à Annecy. Onyx. DURET Promotion

Vos bureaux à Annecy. Onyx. DURET Promotion Vos bureaux à Annecy Onyx L A D I F F É R E N C E DURET Promotion Onyx Un projet différent et innovant La notion de bureau a changé, et l ONYX est le plus pur résultat de cette évolution. Le design du

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans le cadre 4 de la déclaration, quelque soit la nature de l occupation du local (occupé par son

Plus en détail

LE MONET SAINT DENIS / 93

LE MONET SAINT DENIS / 93 LE MONET SAINT DENIS / 93 DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE JUIN 2015 LIVRAISON DE L IMMEUBLE DE BUREAUX LE MONET... 2 LE MONET DES BUREAUX à HAUTE VALEUR AJOUTéE ENVIRONNEMENTALE DANS UN NOUVEAU BASSIN DE VIE...

Plus en détail

KHBO à Bruges Afficher une symbolique

KHBO à Bruges Afficher une symbolique Communiqué de presse Dornbirn, avril 2010 KHBO à Bruges Afficher une symbolique B1 Avec son nouveau bâtiment, la haute école catholique de Bruges pose les jalons d une architecture empreinte de paradoxes,

Plus en détail

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs FORMATION DRJSCS BASSE-NORMANDIE 26 OCTOBRE 2012 L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs Objectif: acquérir des connaissances sur l accessibilité des équipements sportifs. Programme Eléments

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Coordonnées Destinataire Agence de PARIS ZI DU PONT - "LA LEVA" 42300 VILLEREST Tel : 0800400100 Fax :0825800954 A communiquer pour toute correspondance Réalisé le : 28/01/2015 DIRECTION GENERALE DES FINANCES

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * *

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PALAIS ACROPOLIS 1 PRESENTATION DU PROGRAMME Généralités : Le programme d investissement concerne la réalisation de travaux permettant de garantir la pérennité des ouvrages,

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010

La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 La VitraHaus Jacques Herzog & Pierre de Meuron, 2010 En 2004, Vitra lance une collection Home, qui se compose aussi bien de classiques du design, de rééditions que de produits de créateurs contemporains.

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Coordonnées Destinataire Agence de PARIS ZI DU PONT - "LA LEVA" 42300 VILLEREST Tel : 0800400100 Fax :0825800954 A communiquer pour toute correspondance Réalisé le : 27/01/2015 DIRECTION GENERALE DES FINANCES

Plus en détail

Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex. www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse.

Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex. www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse. Bordeaux Palais de la Bourse 17 Place de la Bourse 33076 Bordeaux Cedex www.bordeauxpalaisbourse.com palaisbourse@bordeauxpalaisbourse.com Rejoignez nous sur Facebook et Twitter : www.facebook.com/espacecongres

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Camille PATARD Olivier CLAIREAU Direction départementale des Territoires et de la Mer De la Loire-Atlantique unité SBL/PTB

Plus en détail

Gérardmer. Centre des Congrès Espace L.A.C. Congrès Séminaires. Banquets. Salons. Réunions. Spectacles

Gérardmer. Centre des Congrès Espace L.A.C. Congrès Séminaires. Banquets. Salons. Réunions. Spectacles Gérardmer Congrès Séminaires Banquets Salons Réunions Spectacles Centre des Congrès Espace L.A.C. Villa Monplaisir Espace L.A.C. Espace L.A.C. 2 UN SITE D EXCEPTION Carrefour entre la Lorraine et l Alsace,

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi 267 rue Marcel-Mérieux square du Professeur-Galtier rue Prosper-Chappet Lyon 7e Dossier

Plus en détail

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES.

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES. 0 80 800 01 11 1 06 06 9 95 5 Appel Ap el gra grat gratuit it à ppartir tir d dd un u poste post fixe du d lundi lund au samedi samedi sans sa s interruption inte uption uptio de 9 h à 21 h. h À BORDEAUX

Plus en détail

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places.

Sur une aire de stationnement, accessible par tranche de 50 places. Handicap : Les normes d'accessibilité La loi du 11 février 2005 est l'une des principales lois sur les droits des personnes handicapées, depuis la loi de 1975. Elle réaffirme que les locaux d habitation,

Plus en détail