Gestion du service commercial des Eaux de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion du service commercial des Eaux de Paris"

Transcription

1 VILLE DE PARIS Gestion du service commercial des Eaux de Paris Fascicule 0 : Synthèse et conclusions octobre 03

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION RESULTATS DE L ETUDE QUALITE DU SERVICE RENDU AUX ABONNES ET AUX USAGERS ANALYSE FINANCIERE ANALYSE DES MOYENS MIS EN ŒUVRE POUR LA GESTION DU SERVICE COMMERCIAL ANALYSE DE LA GESTION DES COMPTEURS POINTS PARTICULIERS CONDITIONS DE FIN DE CONTRAT CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS EVOLUTIONS DANS LE CADRE CONTRACTUEL EXISTANT EVOLUTIONS CONTRACTUELLES décembre 2002 Synthèse et conclusions page 1

3 1. INTRODUCTION La Ville de Paris souhaite connaître le niveau de qualité et d efficience du service commercial des eaux de Paris. Il s agit, plus précisément, d apprécier la satisfaction des usagers, d analyser les conditions financières et économiques d exécution du service et de s assurer du respect de l ensemble des obligations contractuelles par les diverses sociétés concernées. L étude revient ainsi à vérifier la satisfaction des objectifs, à définir une série d indicateurs permettant de les mesurer, évaluer le coût du service et enfin, analyser les conditions de fin de contrat. Ces problématiques prennent une dimension tout à fait particulière dans le contexte juridique et organisationnel spécifique à Paris dans la mesure où la Ville a confié la gestion de ces services à plusieurs intervenants, choix se traduisant par la passation de plusieurs contrats de délégation ou de prestations. Nous rappelons que le cadre juridique complexe qui régit la gestion du service commercial est composé des contrats et conventions suivants : - deux contrats «distributeurs» du 20 décembre 1984, Compagnie des Eaux de Paris (CEP, groupe Générale des Eaux) pour la rive droite et Eau et Force (EFPE, groupe Lyonnaise des Eaux) pour la rive gauche, - un contrat «concession SAGEP» du 30 janvier 1987, - une convention entre la Ville de Paris et la Compagnie Générale des Eaux (CGE) pour la gestion du service commercial des eaux de Paris du 30 mars 1979, - une convention entre la Ville de Paris et la CGE relative à la gestion du service de location et de l entretien des compteurs du 13 avril Pour répondre à ces attentes, la Ville de Paris a confié à Service Public 2000 une mission d évaluation de la qualité du service commercial des Eaux de Paris. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 2

4 Service Public 2000 s est attaché à aborder l ensemble de ces questions en appliquant sa méthodologie d analyse des services publics délégués. Nos travaux peuvent être décomposés comme suit : Examen des résultats du service par l analyse de la qualité A travers l analyse des prestations assurées par les divers intervenants pour chaque thème de la gestion du service commercial : - gestion des contrats, - relève, - facturation, - recouvrement, - relations abonnés/usagers, et par les divers moyens que nous avons mis en œuvre -entretiens, analyse des organisations, des procédures, analyse par échantillonnage - nous avons mesuré la qualité du service rendu. Examen des moyens du service pour l analyse des coûts (efficience) Une analyse organisationnelle permet d évaluer et de contrôler les charges (et notamment les charges réparties entre plusieurs niveaux d organisation) ainsi que les produits à travers les méthodes de l audit financier. Une analyse fonctionnelle du service permet d en reconstituer les coûts directs sur la base des ratios moyens observés en France ou constatés sur le service. C est l approche économique par la valorisation des moyens. Cette double analyse permet de rapprocher les résultats de la simulation (reconstitution) de ceux du contrôle (audit financier). Elle permet d obtenir une analyse complète et pertinente de l efficience du service. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 3

5 L analyse de la prestation spécifique confiée à la CGE par la Ville portant sur la gestion du parc des compteurs fait l objet de la troisième partie, puis, dans la quatrième partie, nous précisons les conditions de fin de contrat et les modalités d une reprise éventuelle de ces missions par la Ville en régie. Ce rapport présente les résultats définitifs de nos travaux relatifs à l ensemble des questions abordées dans notre mission. Il est composé d un fascicule de synthèse et de six fascicules consacrés chacun à l étude d un point particulier. Le présent fascicule constitue la synthèse de l ensemble de l étude. Il rassemble les principaux enseignements de notre étude dans une première partie puis les éléments de conclusion et préconisations permettant de proposer des pistes de réflexion et d amélioration du service dans une deuxième partie. Ces fascicules se présentent de la manière suivante : - fascicule 1 : présentation du service, - fascicule 2 : qualité de service, - fascicule 3 : analyse financière, - fascicule 4 : analyse des moyens mis en oeuvre, - fascicule 5 : gestion des compteurs, - fascicule 6 : analyse des conditions de fin de contrat. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 4

6 2. RESULTATS DE L ETUDE Nous présentons, dans cette partie, les principaux enseignements de notre étude en reprenant successivement les différents thèmes abordés. En préalable, nous tenons à souligner que le montage juridique particulièrement complexe de la gestion du service commercial des eaux de Paris nous paraît critiquable. Le montage consistant à diviser la gestion du service commercial en plusieurs prestations confiées à plusieurs opérateurs via divers contrats et conventions nous semble de nature à fragiliser l organisation contractuelle. De plus, il induit une complexité générant de multiples flux financiers et faisant partiellement obstacle au pouvoir de contrôle de la Ville sur la gestion de son service de distribution de l eau QUALITE DU SERVICE RENDU AUX ABONNES ET AUX USAGERS L évaluation de la qualité du service rendu aux abonnés et aux usagers repose sur l examen de chacune des prestations qui compose ce service. - la vérification du respect des objectifs fixés à la fois dans la convention du 22 juin 1985 portant création du GIE, et dans la convention entre la ville de Paris et la Compagnie Générales des Eaux du 30 mars 1979 ainsi que dans le règlement de service, - le rappel des attentes des abonnés exprimées dans la norme AFNOR P «Service aux usagers», - l analyse des indicateurs internes de suivi de la qualité du service, décembre 2002 Synthèse et conclusions page 5

7 - des comparaisons notamment avec un autre service public, celui de la distribution de l électricité. Reconnu pour sa performance, ce service propose un niveau de service comparable à celui offert aux abonnés du service d eau de la Ville de Paris, - l exploitation des résultats de deux enquêtes, réalisées au téléphone, d une part auprès de 30 gestionnaires d immeubles et d autre part, auprès de 500 usagers du service d eau de la Ville. Nous proposons ci-dessous une synthèse de la qualité globale du service avant d aborder la synthèse de la qualité de chacune des prestations qui compose le service. Approche globale de la qualité du service Une qualité de service satisfaisante L audit met en évidence une qualité de service client satisfaisante. Les abonnés considèrent que le service répond à leurs attentes. Ils se montrent relativement peu demandeurs de prestations complémentaires. Soulignons que ces abonnés sont, pour la plupart, des gestionnaires ou syndics d immeubles qui gèrent des copropriétés. Les relations entre les abonnés et le service d eau de Paris s apparentent plus à des relations d entreprises à fournisseurs que des relations de particuliers à service public, comme nous pouvons habituellement les rencontrer dans d autres services. Ainsi, le service proposé aux abonnés semble globalement bon. En revanche, un certain nombre de remarques peuvent être formulées concernant les modalités d organisation de ce service et de suivi de sa qualité. Peu d objectifs de qualité de service Si la convention du 22 juin 1985 portant création du GIE, ainsi que la convention entre la ville de Paris et la Compagnie Générales des Eaux du 30 mars 1979, fixent des obligations au GIE concernant la gestion du service des abonnements, celles-ci portent essentiellement sur des aspects d organisation. Les conventions décembre 2002 Synthèse et conclusions page 6

8 prévoient la répartition des responsabilités entre les gestionnaires et le GIE, règlent les circuits d échanges d information, précisent certaines procédures : fréquences des relevés de compteurs, modalité de facturation, délais etc. En revanche, elles ne fixent que très peu d objectifs de qualité de service à atteindre par les gestionnaires. Peu d indicateurs de suivi de la qualité du service De même que les objectifs de qualité de service à atteindre sont quasiment inexistants, les indicateurs de suivi de la qualité ne figurent pas dans les conventions. La ville n a pas déterminé d indicateurs de qualité qu elle souhaiterait voir suivis afin de mesurer, d année en année, l évolution de la performance du service. Des engagements de service spécifiques à chaque gestionnaire Les gestionnaires ont mis en place des objectifs de qualité de service, notamment au travers de leurs «charte qualité de service client». Cependant, ces engagements sont pour la plupart différents entre les deux gestionnaires. Ainsi, par exemple, concernant les délais de réponse à un courrier, trois délais de réponse coexistent : - soit la réponse relève du SCP : la réponse ou l accusé de réception du courrier sont envoyés sous 8 jours, - soit, la réponse relève de la CEP : le gestionnaire s est engagé à fournir une réponse conforme à tout courrier dans un délai de 15 jours, - soit, elle relève d EFPE : le gestionnaire s est engagé à répondre dans les 5 jours à 95 % des courriers reçus. Ces différences dans les engagements pris de part et d autre par les gestionnaires induisent une rupture d égalité du traitement des abonnés alors qu ils dépendent du même service public. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 7

9 Des indicateurs de suivi de la qualité du service spécifiques à chaque gestionnaire Il en va de même pour des indicateurs de suivi de la qualité des prestations proposées. Dès lors que la prestation est réalisée directement par le SCP, le suivi est unique et un seul indicateur est utilisé, mis au point par les deux gestionnaires. En revanche, pour les prestations qui relèvent de la responsabilité directe des gestionnaires, les indicateurs de suivi sont spécifiques à chacun d eux. Du fait de l absence d harmonisation des indicateurs de suivi de la qualité du service, il est parfois difficile de comparer précisément les prestations des gestionnaires. Un déséquilibre entre les gestionnaires concernant l accès à la base client L un des aspects caractéristiques de la gestion clientèle réside dans le déséquilibre qui existe entre les deux gestionnaires concernant leur accès aux informations contenues dans la base client Parisis. En effet, Parisis a été mis au point par la CGE et le fichier est géré au sein du SCP. EFPE n a accès qu à certaines parties limitées du fichier. EFPE gère un autre fichier client pour ses propres besoins (GO). Les contrats de la rive gauche font ainsi l objet d un double suivi, sur le fichier client d EFPE et sur Parisis par le SCP. Au delà du fait que cette organisation introduit une inégalité entre les deux gestionnaires, elle peut être à l origine de retards ou d erreurs dans l actualisation de la base client. Soulignons que certains documents d échanges d information entre les deux gestionnaires sont des documents papiers. Des tarifs de prestations ou de frais relativement élevés L audit a révélé des niveaux de tarif, pour certaines prestations ou certains frais, nettement supérieurs à ceux ayant pu être observés sur d autres services d eau ou sur d autres services publics, comme par exemple celui de l électricité. Les frais d accès au service s avèrent deux fois plus élevés que ceux pratiqués en moyenne sur d autres services d eau. Les frais de fermeture de compteurs suite à relance pour impayé de facture sont également très supérieurs à ceux pratiqués par EDF. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 8

10 Notons que la spécificité du statut des abonnés du service de Paris (la grande majorité des abonnés sont des gestionnaires d immeubles) explique peut être cette différence. Cependant, la nature des prestations est-elle différente qu elles soient réalisées pour un particulier ou pour un syndic? Une évolution constante des tarifs de l eau et des principales prestations Enfin, soulignons le rythme soutenu des révisions de tarifs. De fait, le prix de l eau fait l objet d une actualisation trimestrielle tandis que les prestations sont réévaluées mensuellement. Nous pouvons nous interroger sur le caractère inflationniste qu engendre peut être cette cadence de révision des tarifs. Approche détaillée de la qualité du service L audit a porté sur les 6 éléments de service qui compose le service commercial des eaux de Paris. La gestion des abonnements (souscription, résiliation et modification de contrat) Le service d eau de la ville représente contrats répartis pour 70 % à la CEP et 30 % à EFPE. La catégorie d abonnés la plus nombreuse est celle des immeubles qui représentent 70 % des contrats. En termes d évolution du nombre de contrats, la tendance est très légèrement à la baisse (moins 1 % entre 1999 et 2000). Il ressort de l audit que les modalités proposées pour souscrire, modifier ou résilier un contrat sont pratiques. L abonné dispose de différentes solutions aisément accessibles : téléphone, courrier, déplacement, bientôt internet pour effectuer ses opérations. En revanche l engagement de délai pris par les gestionnaires pour la réalisation de ces opérations s avère relativement long : 15 jours pour une souscription, une résiliation ou une modification de contrat. Rappelons qu EDF s est engagé à effectuer ces opérations dans un délai de 48 h. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 9

11 Concernant l information mise à disposition des cocontractants, nous constatons qu elle respecte non seulement les objectifs fixés mais aussi les engagements pris par les gestionnaires. Seule l information sur les tarifs nous a paru insuffisante. Le gestionnaire justifie cette pratique par la fréquence de réactualisation des tarifs qui imposerait de rééditer en permanence les plaquettes. Soulignons qu à défaut, les clients peuvent obtenir l information à tout moment par téléphone, par courrier ou à l agence. Dans le cadre de la gestion des contrats et notamment lors de la souscription et de la résiliation, le point sensible réside dans la répartition des consommations entre les deux occupants du logement. Une procédure complexe permet de sécuriser la reprise des index de consommation de fin de contrat et de réduire les risques de litiges. Enfin, soulignons le taux relativement faible (moins d 1 %) des contrats ayant fait l objet d une réclamation. La relève Le nombre de relèves réalisées par le SCP s élève à en 2001, auxquelles s ajoutent relèves assurées directement par les gestionnaires. Pour l abonné, le relevé des compteurs ne pose globalement pas de problème. La convention du 22 juin prévoit un taux de non accès au compteur de l ordre de 3 %, à 1 % près. En termes de résultats, le service connaît un taux de non accès, suite à un premier relevé, de 8 % (identique au taux moyen constaté pour le relevé des compteurs EDF). Le taux de non accès moyen après relance se maintient à moins de 3%, soit un niveau compatible avec les objectifs fixés contractuellement. Plusieurs solutions sont proposées afin de réduire les non accès à la relève, depuis le dépôt par le releveur d une carte d auto relève (peu utilisée) jusqu à la lettre recommandée et enfin l émission de l avis de coupure. Une double procédure de contrôle de cohérence des index relevés permet au service de s assurer, avant l émission des factures, du caractère normal des consommations. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 10

12 Concernant la qualité de l estimation des index, force est de constater que cet élément est important car il est souvent générateur d insatisfaction. Rappelons que 50 % des factures trimestrielles et l ensemble des factures éditées suite à un non accès au compteur sont établies sur des index de consommation estimée. Notons que les cas de contestation de facture sur index estimé sont difficiles à identifier dans la mesure où ils ne font pas l objet d un suivi spécifique. Dans ce domaine, les gestionnaires d immeubles ont exprimé le souhait de disposer de moins de factures, mais qu elles soient calculées sur des index réels de consommation. La facturation Le service édite environ factures par an. Il n existe pas d indicateur simple pour évaluer la qualité de la facturation en dehors du taux de réclamations sur les factures. Le taux observé sur le service de Paris est de 2,1 %. Cependant, les gestionnaires précisent que l indicateur recouvre à la fois les plaintes et les demandes d informations concernant la facture. Les redressements des factures et les erreurs de factures ne sont pas suivis spécifiquement. Nous avons estimé le nombre de rectifications de factures sur l année 2001 à 3 179, soit environ 0.7 % de l ensemble des factures émises. Soulignons que les dossiers de rectification de factures ne sont ni recensés selon une nomenclature précise ni comptabilisés. L examen de 25 dossiers de rectification de factures a permis de mettre en évidence les points suivants : - 50 % des redressements sont liés à des arrêts de comptes, - 12 % à des changements de payeur, - environ 20 % des dossiers sont relatifs à des problèmes de consommation, décembre 2002 Synthèse et conclusions page 11

13 - des distorsions de traitement entre les usagers en matière de remboursement d avoir. En termes de suivi des dossiers, l outil Parisis propose de nombreuses possibilités de renseignement sur les dossiers. En revanche l utilisation de l outil par les conseillers clientèle ne semble pas homogène. Le recouvrement La convention prévoit une procédure fixant les modalités de relance pour impayé. Cette procédure a évolué depuis quelques années. L envoi d un courrier simple de relance tel que prévu initialement a été supprimé. Désormais, les gestionnaires envoient une lettre recommandée avant d émettre un avis de fermeture de compteur. Cette pratique, qui peut s avérer plus efficace, notamment dans la mesure où les abonnés sont, pour l essentiel, des sociétés et non des particuliers, mériterait d être validée par la ville et introduite dans la convention qui devrait être modifiée. Le nombre de délais de paiements accordés est de 475. Le nombre d avis de fermeture émis suite au impayé est de 6700 en Le montant des impayés représente pour les deux gestionnaires cumulés environ au Le taux de recouvrement est d environ 100 % pour les factures d avant Les gestionnaires déclarent mettre tous les moyens en œuvre pour recouvrer les créances. Les prestations annexes Les tarifs des prestations s avèrent particulièrement élevés. Nous pensons en particulier aux frais d accès au service : 67,81 pour les plus petits compteurs, par comparaison dans d autres services d eau, le tarif est d environ 30 à 40. En électricité, les frais d accès au service sont de 11,33. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 12

14 Les relations avec les abonnés et les usagers. La perception des gestionnaires d immeuble est satisfaisante à l égard du service d eau tant sur la qualité des contacts, la facilité de prise des rendez-vous, le respect des horaires ou la compétence des agents. Les usagers sont, quant à eux, moins satisfaits dans la mesure où ils se considèrent plutôt mal informés. Ils formulent des critiques à l égard de la qualité de l eau et estiment son prix élevé. Soulignons l existence d engagements de services différents pour chaque gestionnaire : - délai de réponse au courrier, - délai de prise de rendez-vous. Les engagements des gestionnaires mériteraient d être harmonisés afin de proposer aux clients un service de niveau identique sur toute la ville ANALYSE FINANCIERE Analyse des charges de la gestion du service commercial Dans notre étude, nous avons cherché à mesurer l efficience de la gestion du service commercial des eaux de Paris. Cette efficience peut être appréhendée au travers de la confrontation des résultats d une analyse financière d une part, et d une analyse des moyens mis en œuvre par les opérateurs d autre part. Nous présentons dans cette partie, les résultats de l analyse financière, puis dans la partie suivante les résultats de l analyse des moyens. L analyse globale de ces deux parties nous nous a amenés à porter un jugement d ensemble sur l efficience du service. L analyse financière que nous avons réalisée permet d apprécier la réalité comptable des dépenses engagées par les opérateurs. La partie financière de notre mission prévoyait l analyse des comptes du GIE. Or, il s est avéré que les comptes du GIE n intègre ni produits ni charges. Ainsi, l analyse des charges de la gestion du service commercial ne peut être appréhendée qu au travers de l extraction des charges relatives à cette activité décembre 2002 Synthèse et conclusions page 13

15 des comptes des trois opérateurs EFPE, CEP et CGE. Il était donc nécessaire de demander aux opérateurs, préalablement à notre analyse, d établir un état financier spécifique retraçant les coûts de la gestion du service commercial. Sur la base des comptes ainsi présentés, notre analyse s est attachée à porter une appréciation sur les principes et méthodes retenus pour leur élaboration afin de s assurer de la pertinence et de la fiabilité des valeurs établies par les opérateurs. Nous pouvons dire que nos travaux nous permettent de juger favorablement les comptes présentés. Bien que les méthodes retenues par les trois opérateurs sont différentes, les résultats obtenus nous semblent satisfaisants, les comptes permettant d avoir une image fidèle de la réalité des charges engagées par les opérateurs pour l exécution du service. Sur la base de nos contrôles et afin de présenter des comptes plus représentatifs de la réalité, nous avons procédé à des ajustements de charges non significatifs de 22 K pour EFPE et de 60 K pour la CEP. Les comptes présentés ci-dessous retracent le bilan financier de l ensemble de la gestion commerciale à l exception des charges relatives à la gestion des compteurs et au financement des retraites des salariés de l ex-régie de Paris. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 14

16 Récapitulatif des états financiers présentés : en K SCP CEP EFPE Retrait Total % PRODUITS ,0% Rémunération du service ,9% Autres produits ,1% CHARGES Personnel ,9% Sous-traitance SCP Affranchissements SCP Impôts locaux ,8% Transports et déplacements ,5% Informatique ,3% Frais de poste et télécom ,0% Locaux et assurances ,4% Autres ,5% Contribution des services centraux ,6% Total des charges Total des charges présentées dans les états financiers des deux délégataires ,0% Marge interne Nous avons procédé à un ajustement de 22 K pour les charges relatives au standard. 2 Pour les postes de charge : impôts locaux, informatique, frais de poste, locaux et assurances, autres et contribution des services centraux : ajustement global de 60 K. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 15

17 La charge totale s élève à K soit 113 par abonné. Elle inclut une marge interne de la CGE de K soit 11 par abonné au titre des prestations assurées par le SCP. L analyse des comptes présentés appelle les remarques et commentaires suivants : Pour EFPE : - Les charges sont majoritairement des charges directes (personnel directement affecté à la gestion du service commercial) donnant une plus grande fiabilité aux comptes présentés ; - les charges de personnel sont évaluées sur la base de coûts standards qui semblent surévalués de 10 à 20 % d après notre échantillon étudié ; - suite à une réorganisation, le service enquêtes du gestionnaire a été ramené de 4,8 à 3,8 ETP au cours de l exercice Pour les prochains exercices, cette réorganisation se traduira par une économie d environ 43 K par rapport au coût présenté pour 2001 ; - l agence emploie deux standardistes qui ont été imputées intégralement sur l activité commerciale. Nous avons corrigé cette répartition et ramené les charges du standard sur l activité commerciale à 1,5 ETP, soit un ajustement de 22 K ; - le coût de gestion du service commercial ressort à 106 par abonné dont 71 de sous-traitance SCP et 35 de charges propres. Pour la CEP : décembre 2002 Synthèse et conclusions page 16

18 - Les charges sont donc majoritairement des charges indirectes (personnel non directement affecté à la gestion du service commercial) ; - la méthode retenue par la CEP pour l évaluation des charges de personnel est éloignée de la méthode EFPE : EFPE CEP Evaluation des charges de salaires Coûts standards Coûts réels Répartition des charges de personnel Affectation directe Répartition sur la base des moyens économiques Néanmoins, le résultat, pour les deux sociétés nous paraît cohérent ; - l ensemble des «autres charges», hors personnel et sous-traitance SCP est affecté à cette prestation à hauteur de 14 % des charges portées au compte rendu financier (selon le prorata des charges de personnel de la gestion du service commercial) ; suite à une anomalie de calcul, nous avons ajusté, à la baisse, les autres charges à hauteur de 60 K ; - le coût de gestion du service commercial ressort à 116 par abonné dont 71 de sous-traitance SCP et 45 de charges propres. Pour le SCP (CGE) : - Les charges de personnel affectées directement au service commercial proviennent de l affectation d une liste nominative de personnes au service commercial de Paris au sein d un axe analytique spécifique. La définition de l axe analytique est antérieure à la réorganisation de 1998 au cours de laquelle le service dédié à Paris a été fondu au sein de l équipe régionale. Les personnes affectées au contrat ne travaillent pas exclusivement pour Paris, et inversement une partie de l équipe régionale peut décembre 2002 Synthèse et conclusions page 17

19 travailler sur le contrat de Paris sans y être affectée comptablement. L axe analytique comptabilisant les charges de personnel directes ne tient pas compte des gains de productivité obtenus par la réorganisation. - Les charges directes comptabilisées sur l axe analytique de référence sont principalement constituées de charges informatiques relatives au développement et à la maintenance du logiciel de gestion commerciale Parisis. - Le résultat présenté (1 028 K ) correspond à une marge interne au groupe Générale des Eaux, non apparente, et retranscrite en charges dans les comptes rendus financiers Sous les différentes réserves exposées, l analyse que nous avons réalisée des trois états financiers présentés par les opérateurs nous semble satisfaisante et nous permet d avoir une opinion favorable sur la fidélité des éléments présentés. En particulier, bien que les méthodes retenues d évaluation et de répartition des charges sont différentes selon les opérateurs, nous estimons que ces charges donnent une image fidèle de la réalité des services ANALYSE DES MOYENS MIS EN ŒUVRE POUR LA GESTION DU SERVICE COMMERCIAL Comme nous l avons précisé en introduction du paragraphe précédent, nous avons procédé à l analyse des moyens mis en œuvre par les opérateurs afin d apprécier la justification économique de la dépense. Pour ce qui concerne l étude des moyens mis en œuvre par les opérateurs, nous nous sommes attachés à porter une appréciation critique des quantifications des moyens présentées par les trois opérateurs suite à notre demande. Notre étude s est basée sur l analyse critique des temps consacrés aux prestations réalisées par les opérateurs sur la base de l organisation existante. Nous nous décembre 2002 Synthèse et conclusions page 18

20 sommes appuyés sur notre connaissance des services, sur l accompagnement de releveur, sur les explications présentées, la description des tâches, Notre analyse concerne exclusivement l évaluation des moyens humains affectés directement à la gestion du service commercial. Elle aboutit à une quantification des heures qui nous paraissent techniquement justifiées par les prestations à la charge des trois opérateurs. Cette étude nous conduit à retenir un nombre d heures significativement moins élevé que celui présenté par les opérateurs. Le tableau ci-dessous présente, en grandes masses, le nombre d heures déclaré par les opérateurs et celui que nous avons évalué : EFPE CEP SCP Total Nombre d abonnés moyen en Moyens déclarés (en h) Temps par abonné (en mn) h21 Moyens corrigés par SP Temps par abonné (en mn) h6 Pourcentage d ajustement - 16 % - 7 % - 24 % Temps total par abonné 1h 1h08 Nous rappelons que l évaluation des moyens ne concerne que l évaluation des moyens humains affectés directement à la gestion du service commercial par les trois entités concernées et qu il convient donc d ajouter l ensemble des moyens matériels et des moyens humains des fonctions supports. L ajustement très important auquel nous parvenons sur le SCP s explique en grande partie par les moyens consacrés à la relève qui nous semblent surdimensionnés, puisque la brigade de releveurs compte un effectif d une trentaine de personnes alors que nous estimons que l effectif nécessaire est de 21 personnes. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 19

21 Plus généralement, nous n avons pas mis en évidence, au cours de notre étude, d améliorations significatives de la performance du service assuré par le SCP au cours des années. Alors que la mission du SCP est en grande partie constituée par du temps de relève de compteurs et du traitement d information, on serait en droit d imaginer que les progrès permanents des outils de traitement de l information seraient en mesure d améliorer significativement la performance d un tel service. Pour ce qui concerne les gestionnaires, il convient de dire que le plus faible ajustement relatif auquel nous arrivons sur la CEP (7% contre 16% pour EFPE) doit être analysé comme la contrepartie d une organisation, au sein de cette entreprise, plus lourde et plus contraignante. A la lumière de notre étude, il nous semble en effet, qu il doit exister des gisements très significatifs de gains de productivité qui pourraient probablement être obtenus au prix d une réflexion sur l adéquation des moyens avec les objectifs. De notre point de vue, l écart de temps par abonné constaté entre EFPE et la CEP ne reflète pas une différence de qualité entre les deux gestionnaires mais bien une différence dans l efficience des organisations et des moyens mis en œuvre. Alors que l on pourrait s attendre à voir la CEP bénéficier d un avantage concurrentiel par rapport à EFPE du fait de synergie de groupe, le résultat inverse traduit bien l insuffisance de l efficience de la CEP. La récente réorganisation du service enquête de EFPE montre le souci de cette entreprise de rechercher l amélioration de son efficacité. A l inverse, le conservatisme constaté dans l organisation et les moyens mis en œuvre tant pour la CEP que pour la CGE, par l intermédiaire du SCP, nous permet de penser que ces entreprises n ont pas mis en œuvre de véritables politiques de recherche d amélioration de leur performance. décembre 2002 Synthèse et conclusions page 20

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable Présentation du 6 novembre 2013 PLAN 1. Présentation de l audit du contrat actuel Aspects juridiques

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Synthèse Cadre juridique et objectifs L article L. 337-5 du code de l énergie dispose

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION

LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION ANNEXE 5 LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION I - EXAMEN DE CONCORDANCE, DE COHÉRENCE ET DE VRAISEMBLANCE DE LA DECLARATION 2035

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Le 5 mars 2012 Affiché sur le site Web http://www.iasb.org/ Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Madame, Monsieur, L Association

Plus en détail

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE DL SOFTWARE Société Anonyme au capital de 354 436,48 euros Siège social : 50 rue Monceau 75008 PARIS 445.053.937 RCS PARIS RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE (Article L. 225-37 du Code

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES

SOFT COMPUTING TRANSITION AUX IFRS 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES SOFT COMPUTING TRANSITION AUX 1- CONTEXTE DE LA PUBLICATION 2- ORGANISATION DU PROJET DE CONVERSION 3- PRESENTATION DES NORMES ET INTERPRETATIONS APPLIQUEES 4- TABLEAU DE RAPPROCHEMENT DES CAPITAUX PROPRES

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Département du Doubs Pôle solidarités et cohésion sociale Délégation à l action

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE 09 2011 R EPÈRES SE LOGER «LES CHARGES de copropriété» AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE INTRODUCTION La connaissance du niveau des charges de copropriété

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Objectifs et attributs du tableau de financement

Objectifs et attributs du tableau de financement TABLEAU DE FINANCEMENT II 2 1: Objectifs et attributs du tableau de financement On a vu que le bilan permet de fonder une opinion sur l équilibre financier et la situation de trésorerie de l entreprise

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1

RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DES PRESTATIONS DEVANT ETRE ASSUREES PAR LE DELEGATAIRE. Page : 1 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC POUR LA CONCEPTION, L EXTENSION, L EXPLOITATION TECHNIQUE ET COMMERCIALE DU RESEAU DE COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES A TRES HAUT DEBIT DE NANTES METROPOLE RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration

annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration annexe IV rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Parlons chiffres États financiers Exercice clos le 31 mars Rapport des auditeurs indépendants Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Nous avons effectué

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation"

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un patrimoine d affectation CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-16 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation" Sommaire 1 - Dispositions communes aux opérations

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. La comptabilisation des logiciels et bases de données. l immatériel. Pour agir. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des logiciels et bases de données En bref L administration consacre des moyens financiers et humains considérables

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION STRATÉGIE GLOBALE DE FORMATION 1ère et Terminale Baccalauréat Professionnel SECRÉTARIAT LE PLAN DE FORMATION EST À LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE

Plus en détail

OBSERVATOIRE. public de l eau. de la qualité du service. de la Qualité du Service. public de l eau. Bilan 2014

OBSERVATOIRE. public de l eau. de la qualité du service. de la Qualité du Service. public de l eau. Bilan 2014 OBSERVATOIRE de la Qualité du Service public de l eau Bilan 2014 de la qualité du service public de l eau Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses 4,4 millions d usagers, le SEDIF a mis en place

Plus en détail

1. Contexte de la gestion

1. Contexte de la gestion 1. Contexte de la gestion La Gestion peut se représenter sous plusieurs chaînes d activité mettant en jeu, du point de vue de l Observatoire, un certain nombre de métiers regroupés autour d une même finalité

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009 GENERIX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital social de 7.162.690 euros 6 rue du Moulin de Lezennes 59650 Villeneuve d Ascq 377 619 150 RCS Lille QUESTIONS ECRITES PRESENTEES

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Snowhall ARTICLES 33-57 à 59 et 76-VIII 2 du CODE des MARCHES PUBLICS FOURNITURE D ELECTRICITE POUR LA REGIE MUNICIPALE PISTE DE SKI INDOOR SNOWHALL CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE sur APPEL D

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION

La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION La construction d une stratégie financière UN OUTIL D AIDE À LA STRUCTURATION Préface Les associations sportives proposent une offre de pratiques diversifiée et accessible au plus grand nombre. Utiles

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE 5 CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE Les règles de comptabilité générale applicables aux établissements publics de santé ne se distinguent de celles applicables aux entités privées soumises à l obligation

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Employeurs et autres débiteurs de cotisations

Employeurs et autres débiteurs de cotisations CLASSE 4 COMPTES DE TIERS La classe 4 comprend les comptes de tiers et reprend toutes les opérations du bilan autres que financières (classe 3) avec les tiers et qui se représentent dans le cadre des relations

Plus en détail

La gestion de l'institut de France

La gestion de l'institut de France LA GESTION DE L'INSTITUT DE FRANCE 103 La gestion de l'institut de France Dans son rapport public annuel publié en 2001, la Cour avait émis des observations multiples sur l Institut de France : gestion

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

CRÉDIT INTERENTREPRISE ANALYSE DES RESULTATS DE LA CONSULTATION REALISEE PAR LA CGPME

CRÉDIT INTERENTREPRISE ANALYSE DES RESULTATS DE LA CONSULTATION REALISEE PAR LA CGPME CRÉDIT INTERENTREPRISE ANALYSE DES RESULTATS DE LA CONSULTATION REALISEE PAR LA CGPME Dans le cadre des débats sur le projet de loi en faveur des PME adopté en juillet 2005, les pouvoirs publics ont fait

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

Convention de Co-Courtage REFERENCE

Convention de Co-Courtage REFERENCE Convention de Co-Courtage REFERENCE Le présent protocole est établi entre : Nom de votre Cabinet : Raison Sociale et Nom du Responsable : Adresse du siège social : Code Postal : Ville : Tél : Fax : Mobile

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF la mission 2 le contexte Gestion du service public d assainissement collectif confiée à la SDEI dans

Plus en détail

Secteur de l électricité Dette insurmontable

Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Ministère des Finances Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Contexte Nos rapports annuels antérieurs contenaient des mises à jour de la dette insurmontable

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER

DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER FINANCE DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER cteur administratif et financier Autres primes Total fixe Vaiable Intéressement Participation Moyenne 45 11 22 116,3 4,4 116,9 23,4 24,2 137,8 6,2 9,1 144,2

Plus en détail

Charte. des fournisseurs d électricité. dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle

Charte. des fournisseurs d électricité. dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1 er juillet 2004, tous les clients professionnels ont accès au marché dérégulé du gaz

Plus en détail