La chute de la maison Andersen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La chute de la maison Andersen"

Transcription

1 Sens de l événement LE SENS DE L'ÉVÉNEMENT La chute de la maison Andersen Créé en 1913, présent en 2001 dans quatre-vingt-quatre pays et fort de ses quatre-vingt-cinq mille collaborateurs dans le monde, le cabinet Andersen apparaissait encore en décembre 2001 comme l une de ces vieilles dames respectables que rien ne saurait ébranler. Même s il n était plus le leader des Big Five (1) son chiffre d affaires, 9,3 milliards de $ facturés en 2001, dont 4,3 dans l audit, était deux fois moins élevé que celui du numéro un du secteur, PricewaterhouseCoopers (PwC), c était l une des signatures les plus prestigieuses du métier. Certes, sa réputation avait été ternie récemment par quelques affaires ; mais il n était pas Nicole May But yesterday the word of Caesar might Have stood against the world ; now lies he there, And none so poor to do him reverence. (Shakespeare, Julius Caesar, III, 2) le seul, parmi les Big Five, à avoir affronté des litiges importants et à avoir dû payer de fortes indemnités en dommages et intérêts. Aussi, quand éclate, en octobre 2001, le scandale Enron, nul ne peut imaginer que l une de ses conséquences sera, six mois plus tard, la disparition d Andersen. Andersen, comme les autres Big Five, s était développé et internationalisé sous une forme particulière d organisation : le réseau, structure établissant une «communauté d intérêt durable dans le but de développer une clientèle commune actuelle ou potentielle et/ou de favoriser la fourniture de prestations complémentaires» (2), fonctionnant sur des liens de coopération et d échange entre ses différents membres et dans laquelle le respect des règles communes repose plus sur des règles privées internes contraignantes que sur des liens financiers (3). Andersen était organisé sous forme d un partnership mondial de partnerships nationaux juridiquement et financièrement indépendants : dans chaque pays, les bureaux étaient dirigés par les associés locaux regroupés en partnerships dont le capital leur appartenait à 100 %. Il n existait donc pas de liens de propriété entre les différents bureaux locaux ni entre ceux-ci et le réseau mondial, Andersen Worldwide, société coopérative basée en Suisse. Toutefois, cette structure mondiale, à laquelle tous les associés étaient tenus d adhérer personnellement, fonctionnait comme une vraie tête de réseau : elle était dotée d un comité et d un bureau exécutifs élus par les associés, en charge de la stratégie du réseau et du développement des implantations internationales, du contrôle de l utilisation du nom (à travers la définition et le contrôle de normes professionnelles) et des grandes orientations en matière de méthodologie, de formation et de gestion des carrières et des revenus. Chaque société était liée par contrat avec Andersen Worldwide, mais la consistance du réseau reposait avant tout sur la mise en commun des compétences et des expériences professionnelles (via l accès permanent à une base de données internes), sur la définition et l application de normes professionnelles communes, sur la mise en 75

2 Flux n 51 Janvier - Mars 2003 place de procédures homogènes de formation, de recrutement et de gestion des carrières, tous éléments existant de longue date et contribuant à l existence d une forte culture d entreprise. Or, c est ce réseau, sans doute le plus intégré des Big Five au niveau mondial et solidement étayé par des pratiques et des normes partagées, qui va éclater en moins de deux mois, suite aux mésaventures de sa branche américaine. Du 2 décembre 2001 au 14 janvier 2002 : un ciel qui devient lourd de menaces Le scandale Enron éclate le 16 octobre 2001, quand les dirigeants du groupe annoncent une perte nette de 618 millions de $ pour le troisième trimestre, dûe à une charge exceptionnelle liée à certains investissements, et révèlent, en même temps, que 1,2 milliard de $ du capital de la firme est parti en fumée à cause de transactions douteuses opérées avec des fonds créés par son propre directeur financier. Mais, pour Andersen, la descente aux enfers s amorce en décembre, après la déclaration de faillite d Enron. Celle-ci est déclarée le 2 décembre et, dès le 4, l idée commence à émerger que Andersen, l auditeur d Enron, pourrait y avoir une part de responsabilité : est-il possible, alors qu il semblerait que Enron ait bafoué les règles les plus élémentaires de la comptabilité, que son auditeur n ait rien remarqué? Cependant les choses n apparaissent pas encore dramatiques. Certes, Berardino, le chief executive d Andersen Worldwide, est amené à s expliquer devant les diverses commissions d enquête ouvertes à l occasion du scandale et de la faillite d Enron : celle de la SEC (4) et celles mandatées par différentes commissions du Congrès américain. Par ailleurs, Andersen est aussi très vite visé par plusieurs plaintes en justice (plainte collective contre vingt-neuf dirigeants d Enron et contre Andersen devant la cour Fédérale de Houston, enquête de la SEC pour rechercher les responsabilités dans la diffusion au public de mauvaises informations). Face à ces premières attaques, la défense de Berardino joue sur plusieurs tableaux : d une part, il souligne le caractère désormais inadapté du modèle actuel de reporting financier face aux nouveaux modes de développement et aux nouvelles structures financières des firmes ; d autre part, il affirme que Enron a omis et même dissimulé des informations cruciales qui auraient permis de corriger les résultats financiers ; enfin, un peu plus tardivement, il admet qu il a pu y avoir quelques erreurs de jugement, mais minimes, de la part de l auditeur. Dans cette première phase, la principale critique adressée à Andersen renvoie à l importance des missions de conseil que réalisait la branche américaine d Andersen (Andersen LLP) pour Enron en plus de ses missions d audit : l importance d Enron dans le chiffre d affaires d Andersen LLP, le mélange de missions d audit et de conseil, les secondes rapportant beaucoup plus que les premières, l intérêt à garder le client créent une situation qui peut remettre en cause l indépendance de l auditeur et conduire à un manque de vigilance de sa part. La question de la séparation des activités d audit et de conseil qui revient ainsi au premier plan est loin d être nouvelle : les Big Five et leur lobby s y opposent depuis des années et ont même réussi à faire reculer la SEC qui avait, en 2000, proposé des mesures visant à séparer les deux activités. Aussi, dans cette première phase, Andersen a-t-il le soutien de la profession, de même que celui du nouveau président de la SEC, Harvey Pitt, lui-même antérieurement lié au milieu de l audit. Du 14 janvier au 14 mars : peut-on sauver le soldat Andersen? Deux faits vont faire basculer les choses à la mi-janvier 2002 : la révélation que certains employés d Andersen ont détruit des quantités importantes de documents et de notes liés à Enron (révélation du magazine Time du 13 janvier 2002 et qui proviendrait des enquêteurs de la SEC) et, corrélativement, l annonce de l ouverture d une enquête par le DoJ (ministère de la Justice) pour savoir si Andersen a sa part de responsabilité dans la déconfiture d Enron, enquête qui ouvre la possibilité d un procès au pénal. Cette décision du DoJ intervient alors que le scandale Enron prend une tournure politique, du fait de l éventuelle implication, évoquée par la presse, de Bush et de son entourage dans l affaire Enron. 76

3 Sens de l événement La période qui va de ces annonces à l inculpation d Andersen LLP par le DoJ pour entrave à la justice, le 14 mars, est marquée à la fois par la dégradation de la situation d Andersen aux États-Unis et par diverses tentatives de sauvetage dans lesquelles s implique fortement l ex-patron de la Fed, Paul Volker. Les révélations sur la destruction de documents se précisent et s aggravent au fil des jours : elle aurait commencé le 12 octobre, soit trois jours avant l annonce d Enron, et il n est pas sûr qu elle ait été stoppée à partir du 8 novembre, date à laquelle la SEC, dans le cadre de son enquête sur Enron, a demandé à Andersen de tenir à sa disposition tous les documents relatifs aux comptes d Enron Et l annonce, fin janvier, de la faillite de Global Crossing, dont Andersen LLP était l auditeur mais pour lequel il réalisait aussi des missions de conseil, n arrange rien. Par ailleurs, outre la menace que fait planer l enquête du DoJ, la multiplication des plaintes (le 29 janvier, ce sont les salariés d Enron qui portent plainte aussi contre Andersen LLP) fait peser sur Andersen LLP des risques d avoir à payer de très importantes indemnités et ceci alors que, pour éviter d aller au procès dans une ancienne affaire, le cabinet doit s engager à payer 217 millions de $ à la Fondation Baptiste de l Arizona. Et, tandis que, début mars, les menaces d inculpation par le DoJ se précisent, la nouvelle de l abandon d Andersen par certains de ses plus gros et anciens clients ne fait qu aggraver la situation, même si, bien entendu, ces clients qui quittent Andersen affirment avoir toujours été, pour leur part, satisfaits de leur auditeur. Pour sa défense, Andersen LLP va d abord tenter, mais en vain, de circonscrire le problème en limitant la faute à quelques individus (un associé, limogé deux jours après l annonce des destructions, et trois collaborateurs suspendus) puis au seul bureau de Houston où ont eu lieu les destructions ; c est ensuite l appel à Paul Volker qui accepte de prendre la présidence d un «comité de surveillance indépendant» chargé de travailler à «un changement fondamental des pratiques d audit» (cité par les Échos du 4/02/02) d Andersen LLP et d en restaurer la crédibilité ; c est, enfin, pour éviter les procès, l engagement de négociations avec les différents plaignants (procédures collectives, SEC, DoJ) pour solder l affaire moyennant de fortes compensations financières. Le soutien de Paul Volker pour «sauver» Andersen LLP ne se démentira pas et se poursuivra au-delà même de l inculpation : jusqu à la veille de l ouverture du procès pénal, il négociera avec la SEC et surtout le DoJ pour tenter d éviter l inculpation d Andersen LLP pour entrave à la justice. Dans cette tâche, il aura le soutien tant de la SEC que de la Fed qui sont favorables à un accord, l ancien président de la SEC, Arthur Levitt, allant même jusqu à affirmer, à la veille de l inculpation, que «la survie d Andersen est une question d intérêt national» (les Échos du 15/03/02) : c est que Andersen LLP certifie 17 % des sociétés cotées aux USA et que sa suspension menacerait le bon fonctionnement du marché des capitaux puisque, sans comptes certifiés, une entreprise ne peut accéder à ce marché. Par ailleurs, la disparition d Andersen réduirait encore la concurrence dans le domaine de l audit, les Big Five devenant les Big Four. Mais toutes les négociations avec le DoJ échoueront : le contexte multiplication des scandales financiers, dimensions politiques de ces scandales du fait des liens des sociétés en faillite avec des dirigeants républicains au plus haut niveau a sans doute pesé dans la décision du DoJ de demander, le 14 mars, au tribunal de Houston d inculper Andersen LLP (c est-à-dire tout Andersen USA et non un ou deux bureaux) pour entrave à la justice : certes, il s agissait de dénoncer «une conduite criminelle à grande échelle» et de faire un exemple en «dissuadant d autres firmes de commettre les mêmes fautes» mais il s agissait sans doute aussi de montrer que l administration républicaine était capable de faire preuve de fermeté dans ce type d affaires. De l inculpation (14 mars) à l ouverture du procès (6 mai) : le sauve qui peut Si, dans la première période, tout Andersen avait fait corps avec Andersen LLP, désormais, le sort d Andersen LLP et celui du reste du réseau vont être définitivement disjoints ; tandis que Andersen LLP va poursuivre sa descente aux enfers en dépit des ultimes tentatives de Volker, le reste du réseau va s engager dans une course à la survie qui, très vite, va se solder par l éclatement du réseau. 77

4 Flux n 51 Janvier - Mars 2003 Côté USA, les choses vont en se dégradant : les créanciers refusent les propositions d indemnisation, l assureur d Andersen affirme ne pas pouvoir payer les indemnités que Andersen a négociées avec la Fondation Baptise de l Arizona, Andersen se trouve impliqué dans la faillite de Global Crossing, les clients fuient en masse, les collaborateurs aussi et la diminution massive de l activité se traduit pas un gigantesque plan de licenciements. Le dépeçage commence : Andersen LLP cède ses activités de conseil juridique et fiscal à DTT et négocie avec KPMG pour lui céder ses activités du nord-est des États-Unis. Début mai, avant même l ouverture du procès, KPMG Consulting négocie le rachat de tout le pôle Conseil (Business Consulting) de Andersen LLP. La situation du reste du réseau va évoluer rapidement. Le discrédit de la branche américaine atteint désormais le nom même d Andersen, et ce dans un métier qui repose sur la confiance attachée à un nom et à une signature ; la survie du réseau implique alors que l on se sépare radicalement de la branche pourrie. Dès le début du mois de mars, des rumeurs de négociations entre Andersen et d autres Big Five (notamment Deloitte Touche et Tohmatstu) avaient circulé, mais les choses s accélèrent après le 14 mars : dans les jours qui suivent, Cardoso, le nouveau chief executive de Andersen Worldwide, fait état de négociations avancées en vue d une fusion globale d Andersen hors États-Unis avec KPMG. Mais, tandis que Cardoso négocie avec KPMG, que E & Y s affirme intéressé et que DTT, pour sa part, s inquiète des effets qu aurait en termes de concurrence la fusion globale d Andersen avec l une des Big Five restantes, les premières fractures apparaissent : dès le 18 mars, la presse économique fait état de projets de la part des bureaux d Espagne et du Chili de faire cavalier seul et de ne pas se rallier à l accord avec KPMG et c est le 22 mars qu ont lieu les premières annonces d accords séparés : la Chine avec PwC et la Russie avec E&Y. Cardoso poursuit ses négociations avec KPMG en vue d un accord «le plus large possible», mais le réseau craque de toute part : la Nouvelle Zélande annonce le 25 mars un accord avec E & Y, l Australie annonce le 26 mars la fin de ses contacts avec KPMG et le 29 un accord avec E &Y; le rapprochement du Japon avec KPMG, annoncé le 29 mars, est remis en cause le 2 avril tandis que, de son côté, Singapour annonce qu il discute avec E&Y; le 3 avril, alors que l Espagne annonce un accord avec DTT, Cardoso jette l éponge et annonce l abandon des tentatives de rapprochement global avec KPMG. Dès lors, tout va aller très vite : en quinze jours, entre le 3 et le 26 avril, le réseau va complètement éclater entre les quatre Big Five restantes, à l exception, cependant, dans de nombreux pays, des activités de Business Consulting (Andersen BC) qui avaient souvent une structure juridique séparée (ce qui est d ailleurs obligatoire dans certains pays, dont la France). Ainsi, la mort du réseau est-elle signée avant même l ouverture du procès, le 6 mai, même si tout n est pas encore définitivement arrêté à cette date. L issue du procès le 15 juin, Andersen LLP est reconnu coupable d entrave à la justice aura certes des incidences sur ce qui reste d Andersen LLP (cependant, Andersen ayant fait appel, le jugement n est pas immédiatement exécutoire et des arrangements sont trouvés pour mener à bonne fin les certifications de comptes en cours), mais elle n en aura guère sur l avenir d un réseau qui n existe déjà plus. À l issue de ces événements, le paysage du secteur se trouve profondément bouleversé : les Big Five sont devenues les «Fat Four», même s il est encore un peu tôt pour savoir qui l a vraiment emporté : certes, DTT et E & Y apparaissent comme les deux grands gagnants du dépeçage du réseau, face à PwC et KPMG, mais cela ne veut pas dire que PwC ait perdu sa position de major acquise avec la fusion de Et si la partie audit de KPMG n a pu s approprier qu une maigre part du butin, par contre KPMG Consulting, avec l acquisition d une bonne partie d Andersen BC, sort de l affaire considérablement renforcé même si, là encore, les cartes ne sont pas encore complètement rebattues, comme en témoigne le passage récent de KPMG Consulting Grande-Bretagne et Pays- Bas chez la SSII Atos Origin. Seconde modification importante du paysage : la séparation des activités de conseil et d audit dans laquelle tous les réseaux sont désormais engagés. Cela avait été fait en 2000 par E & Y (vente de E &Y Consulting à Cap Gemini) et par KPMG 78

5 Sens de l événement L éclatement du réseau d Andersen (repris par Idé) se rapportant à l article «Démantelé, Andersen cherche encore à négocier avec la justice américaine» paru dans les Échos daté du avril

6 Flux n 51 Janvier - Mars 2003 (création de KPMG Consulting, société indépendante introduite au Nasdaq pour les activités de conseil hors Europe) et engagé par PwC (tentative de vendre ses activités de conseil à Hewlett Packard) ; mais là, les choses s accélèrent : PwC Consulting, qui devait être mis sur le marché, va être repris par IBM et DTT, qui résistait farouchement à la séparation, a annoncé en juin qu il va transformer Deloitte Consulting en société indépendante, laquelle devrait sortir du réseau en janvier Quant à Andersen, lui aussi opposé à la séparation entre les deux activités, il l a subie à travers le démantèlement de son réseau. Mais l élément le plus important à relever c est que, et ce n est pas le moindre des paradoxes de cette affaire, l éclatement d Andersen se solde en définitive par un renforcement de la concentration tant dans le secteur de l audit que dans celui du conseil. L éclatement était-il inéluctable? Le sort d Andersen LLP inculpation au pénal, puis condamnation s explique assez largement par des éléments du contexte américain. Ainsi, la dimension politique des scandales financiers (d abord Enron, mais ensuite Global Crossing), du fait de leurs liens éventuels avec la Maison Blanche et la vice-présidence, a indéniablement pesé sur l attitude de fermeté adoptée par le DoJ : il fallait faire la preuve qu on ne craignait pas de faire toute la lumière et de prendre des sanctions sévères (on peut toutefois noter que, à ce jour (5), dans l affaire Enron, seul Andersen a été inculpé puis condamné). Par ailleurs, l adoption d une attitude de fermeté visà-vis d Andersen largement facilitée, il est vrai, par la destruction massive de documents a constitué un moyen de pression sur les autres Big Five pour régler aux USA la lancinante question de la séparation des activités d audit et de conseil (6), mais elle a été avalisée aussi par les milieux de l audit pour tenter d éviter des réformes plus profondes de la profession (7). En fait, ce qui interroge, c est ce qui est advenu du reste du réseau : pourquoi l éclatement et pourquoi si vite? Certes, la structure du réseau Andersen permettait cet éclatement, mais elle ne le rendait pas inéluctable et, à bien des égards, dès lors que tout le réseau risquait d être contaminé par le discrédit de la branche américaine, la double stratégie développée par Andersen Worldwide se séparer radicalement du membre malade et adosser le reste du réseau à l un des quatre autres grands réseaux apparaissait comme la plus rationnelle. D abord, bien qu une éventuelle condamnation d Andersen LLP ne puisse, en principe, s étendre aux autres sociétés, puisqu elles étaient toutes financièrement et juridiquement indépendantes, nul n est jamais à l abri : un avocat astucieux ne pourraitil pas trouver une faille permettant d impliquer financièrement les associés, surtout compte tenu des gigantesques montants d indemnités que Andersen LLP risquait de devoir payer? Ensuite, et comme on l a déjà noté, dans un métier qui repose sur la confiance et la valeur d un nom et d une signature, c est, à travers le nom d Andersen, la crédibilité de tout le réseau vis-à-vis de ses clients qui était atteinte ; sans doute, dans une telle situation, peut-on s appuyer sur la dimension personnelle des relations aux clients, et c est d ailleurs l importance de cet aspect qu avait mis en avant, dans un entretien aux Échos, le patron d Andersen France pour expliquer que la branche française n avait pas perdu de clients. Mais dimension personnelle et valeur du nom s épaulent mutuellement et la première ne peut fonctionner longtemps sans la seconde : il fallait donc non seulement se couper d Andersen mais aussi retrouver un nom et cela signifiait s adosser à un autre réseau, car la valeur d un nom, si elle peut se détériorer très vite, comme le montre l exemple d Andersen, se construit dans la durée comme en témoigne la longue histoire des Big Five. De plus, l adossement à un autre réseau s imposait aussi pour des raisons de taille et de marché : amputé de sa branche américaine, qui représentait le tiers des effectifs du groupe, Andersen faisait figure de nain et, surtout, n était plus présent sur le marché américain. Or, celui-ci est non seulement, et de loin, le plus important en volume, mais c est aussi celui par lequel on accède aux grandes multinationales ; ne pas être sur ce marché, c est cesser de jouer dans la cour des grands. Enfin, en tant que réseau, Andersen disposait d actifs immatériels importants (normes communes, méthodologies objectivées, outils permettant d intégrer les best practices, culture d entreprise favori- 80

7 Sens de l événement sant le travail en commun ) dont la valeur était liée à la persistance du réseau. Mais les tentatives de solutions globales sont venues se briser sur les forces jouant en faveur de l éclatement, l échec des solutions globales étant, comme en témoigne la succession des événements, la conséquence et non la cause de cet éclatement. On peut penser que le rôle des autres Big Five n a pas été négligeable dans cette affaire : chacune d elles pouvait avoir intérêt à fusionner avec Andersen, mais aucune n avait intérêt à ce que ce soit une autre qui le fasse. Ainsi, la fusion Andersen/KPMG auraitelle hissé le nouveau cabinet à la hauteur de PwC, menaçant la position de leader de celui-ci et reléguant les deux autres loin derrière. Dès lors que les négociations en cours avec KPMG devenaient crédibles, les autres Big Five avaient intérêt à tenter de négocier localement des accords séparés avec divers bureaux locaux et à jouer le dépeçage. Du côté d Andersen, il faut d abord relever que le poids de l individualisme et des valeurs d indépendance, très fort dans les métiers d audit et de conseil et qui se traduisait dans la structure même du réseau, ne pouvait que nourrir des réticences à l égard d un accord global. Mais surtout, du point de vue des bureaux locaux, c est-à-dire des associés détenteurs du capital de ces bureaux, la conclusion d un accord global était loin de ne présenter que des avantages. D abord en termes de temps : étant donné la structure du réseau (partnership mondial de partnerships nationaux), un accord global, pour être valide, doit être entériné individuellement par chacun des bureaux à travers la signature des associés concernés ; une telle procédure prend du temps, ce qui crée une période d incertitude dont la durée, elle-même indéterminée, ne peut être que néfaste à l activité du bureau et risque d entamer la confiance des clients ; or, il est beaucoup plus rapide de perdre des clients que d en gagner. Par ailleurs, la conclusion d un accord global peut créer localement des situations de conflits d intérêts (8) comme c est très vite apparu en Australie entre KMPG et Andersen ; dans cette situation, qui oblige à choisir entre deux clients et donc à en perdre un, qui va faire le choix et sur quelles bases? N y a-t-il pas un risque que ce soit le bureau d Andersen qui, en position de faiblesse, doive abandonner les siens? De plus, un accord global, même s il doit être entériné localement, peut laisser ouvertes, et inquiétantes, bien des questions relatives à ce que seront le statut et le devenir des bureaux et des équipes locales dans le nouvel ensemble. Enfin, et surtout, un accord négocié globalement signifie que les associés propriétaires de chaque bureau ne participent pas directement à la négociation financière, c est-à-dire à l évaluation de la valeur de leur propriété, et ce alors qu il n est pas dit qu ils ne seraient pas en mesure, en choisissant eux-mêmes leur interlocuteur, de négocier financièrement parlant un meilleur accord. Au contraire, s engager soi-même localement dans des négociations permettait aux associés-propriétaires tout à la fois d aller plus vite (et donc de limiter les risques associés à la période d incertitude), de choisir leurs interlocuteurs, c est-à-dire de négocier avec des gens avec lesquels on se sent plus «en phase» et on pourra gérer au mieux les conflits d intérêt, et surtout de maîtriser les négociations, d abord dans leurs dimensions financières et donc de préservation de leurs intérêts financiers, mais aussi quant aux modalités concrètes du rapprochement, notamment celles relatives à leur place dans le fonctionnement du nouvel ensemble. Ainsi, l éclatement du réseau et sa rapidité qui signait le fait qu il n y avait pas de retour en arrière possible vers un accord global témoigne-t-il de la prévalence, dans la gestion de la crise, des «intérêts locaux» : la logique des bureaux l a emporté sur celle du réseau, et ce alors même que celui-ci était l un des plus solides et des plus intégrés du secteur. Ceci conduit à s interroger sur la fragilité de la structure organisationnelle de ce type de firmeréseau, construite sur l indépendance juridique et financière des partenaires et dont la consistance repose essentiellement sur des aspects immatériels et sur l intérêt de chacun à être membre : ce que montre l histoire d Andersen c est que, dès lors que les circonstances viennent remettre en cause ou affaiblir cet intérêt à coopérer, pour une raison ou une autre mais notamment quand il n y a plus concordance entre intérêt à coopérer et intérêts financiers, un tel 81

8 Flux n 51 Janvier - Mars 2003 (1) On appelle les «Big Five», les cinq plus importantes sociétés mondiales d audit. À l exception d Andersen, tous ces cabinets résultent de fusions successives dont les plus récentes datent du milieu des années 1980 et, pour la dernière en date, de 1999 : KPMG, formé en 1986 par la fusion de Peat Marwick Mitchell et de Klynveld Main Goerdler ; Ernst & Young, formé en 1989 par la fusion d Arthur Young et de Ernst & Withney ; Deloitte Touche Tohmatsu (DTT) formé par la fusion en 1989 de Deloitte, Haskins & Sells, de Touch Ross et de Tohmatsu ; PwC formé en 1999 par la fusion de Price Waterhouse et de Coopers & Lybrand. Ces sociétés sont aussi nommées grands réseaux pluridisciplinaires car, outre leurs activités classiques d audit, mais aussi de comptabilité et de conseil juridique et fiscal, elles ont toutes développé en plus des activités importantes de conseil en management et en technologie. Andersen qui s était séparé de sa branche conseil (Andersen Consulting, devenu Accenture en 2000) avait depuis recréé une activité de conseil : Andersen Business Consulting (BC). réseau s effondre. Et ceci nous conduit à penser que la fragilité de ces configurations organisationnelles, qui n entrent pas dans le moule classique de la propriété en bonne et due forme dans les entreprises, tient sans doute d abord à ce qu elles ne remettent pas en cause la prévalence, qui se révèle en situation Notes (2) Définition des réseaux pluridisciplinaires donnée en France, le 14 mars 1998, par le Conseil National des Barreaux. (3) Rappelons que les activités d audit (commissariat aux comptes en France) et d expertise comptable, à la base de l activité des Big Five, comme d ailleurs celles de conseil juridique et fiscal, très vite incluses dans leur développement, constituent dans tous les pays des professions réglementées ; ainsi, même si elles ont le droit de s organiser en sociétés de capitaux, elles sont toujours soumises à des règles contraignantes sur la propriété du capital (celui-ci devant être majoritairement détenu par des professionnels) et elles n ont pas le droit de s introduire en Bourse. (4) L équivalent américain de la COB. (5) Août (6) Il faut toutefois noter que cette séparation ne concerne que les activités dites de Consulting (conseil en management, organisation et technologies) ; les Big Five exercent toujours des activités de conseil, notamment juridique et fiscal ou d ingénierie financière, ce qui pose la Sens de l'événement de crise, des intérêts financiers des propriétaires. Août 2002 question du respect des règles d incompatibilité entre l exercice, pour une même entreprise, de l activité d auditeur et de celle de ces différentes activités de conseil. (7) Le 17 juin, soit au lendemain de la condamnation d Andersen, l éditorialiste du Wall Street Journal qualifiait celle-ci de «sacrifice public pratique pour la profession et pour l administration Bush». Reste que la multiplication des scandales a conduit, fin juillet, à l adoption du Sarbanes-Oxley Act, première grande loi américaine depuis le début des années 1930 concernant le fonctionnement des entreprises cotées en Bourse et qui comporte aussi des mesures relatives à la profession d audit-comptabilité (avec notamment la prévision de la création d un organe de contrôle de la profession, le «Public Accounting Oversight Board», placé sous le contrôle de la SEC). (8) Un même cabinet d audit n a pas le doit d auditer deux sociétés qui sont en situation de conflit d intérêt (litige, concurrence ). «Bi-Bop, Tam-Tam la confiance au péril de la destruction créatrice», Flux n 36/37, avril-septembre 1999, pp «Quand les réseaux oubient les territoires : la gare "Stade de France" du RER D et la couverture de l'autoroute A 1 dans la Plaine Saint-Denis», Flux n 38, octobre-décembre 1999, pp «La réforme ferroviaire britannique a-t-elle sauvé des vies?», Flux n 39/40, janvier-juin 2000, pp «La concurrence, le téléphone et les pauvres», Flux n 41, juillet-septembre 2000, pp «La fiscalité automobile entre confusion et contradiction», Flux n 42, octobre-décembre 2000, pp «La crise énergétique en Californie. We want the power now!», Flux n 43, janvier-mars 2001, pp «Zoé dans le métro», Flux n 44/45, avril-septembre 2001, pp «Les enjeux de la Directive cadre sur l eau de l Union Européenne», Flux n 46, octobre-décembre 2001, pp «Développement durable, réseaux techniques et terrorisme», Flux n 47, janvier-mars 2002, pp «Les négociations sur le climat : un bref retour sur l histoire», Flux n 48/49, avril-septembre 2002, pp «L ouverture de capital du groupe ASF-ESCOTA», Flux n 50, octobre-décembre 2002, pp

LES CABINETS D AUDIT INTERNATIONAUX

LES CABINETS D AUDIT INTERNATIONAUX LES CABINETS D AUDIT INTERNATIONAUX Réalisé par : BOUHADDIOUI Yasmine BENAICHA Noureddine Mustapha DEROUICH Karim AKESSOU Encadré par : Mme K. EL MENZHI Plan Introduction I. Généralités Audit externe Cabinets

Plus en détail

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005

Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 7(3) date: 27/06/2005 FR Cas n COMP/M.3870 Carlyle/ Otor Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 7(3) date: 27/06/2005 COMMISSION DES COMMUNAUTES

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application NB : Le schéma ci-après présente de manière synthétique la répartition des activités par type de prestation

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle

Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Fondation Charles Léopold Mayer Quelques réflexions et propositions sur l entreprise française du 21 ème siècle Yves de Bretagne Date de rédaction : 17/01/00 Mise à jour : Mots-clé : ENTREPRISE ; RESPONSABILITE

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE DU

RAPPORT DE TRANSPARENCE DU DU CABINET DAUGE ET ASSOCIES AU 30 JUIN 2013 CABINET DAUGE ET ASSOCIES - 38, rue Saint-Ferdinand - 75017 PARIS - TEL. 01.43.80.10.98. - FAX. 01.47.64.95.39. SA au capital de 390 670 - R.C. PARIS B 302

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance

Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance Liberté, flexibilité, rapport qualité-prix Les avantages de travailler avec des collaborateurs freelance CONTENU 2 Introduction 2 La plus-value d un collaborateur free-lance 5 Conclusion Introduction En

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange - France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange Dans son rapport particulier de mars 2005 sur les comptes, l activité et la gestion de France Télévisions Publicité, pour les exercices 1996

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Un exemple d aide à l indemnisation des professionnels riverains: la commission de règlement amiable des projets de Tramways en Seine Saint Denis

Un exemple d aide à l indemnisation des professionnels riverains: la commission de règlement amiable des projets de Tramways en Seine Saint Denis Un exemple d aide à l indemnisation des professionnels riverains: la commission de règlement amiable des projets de Tramways en Seine Saint Denis COTITA 7 février 2012 L. Michelin Direction de la Voirie

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?»

SOCIAL QUIZ «MAItrISeZ vous votre protection SOCIALe?» SOCIAL QUIZ «Maitrisez vous votre protection sociale?» 2 3 APPLICATION TABLETTE À DESTINATION DES EXPERTS-COMPTABLES AG2R LA MONDIALE lance l application Social Quiz pour tablette «Maitrisez-vous votre

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Résultats du 50 e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI 18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Paris, le 15 octobre 2015 La Banque Palatine, banque des

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL.

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL. RAPPORT DE TRANSPARENCE Conformément à l article R823-21 du code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissements

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION

I. LES CONDITIONS DU DROIT DE RETENTION II. LE REGIME DU DROIT DE RETENTION DROIT DE 08/09/2014 Le droit de rétention est le droit pour la personne qui détient une chose appartenant à son débiteur de conserver cette chose par de vers elle en attendant le règlement intégral de

Plus en détail

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte, sous la présidence de M.

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

PROGRAMME BA POUR ENTREPRISES SERVICE DE PLACEMENT POUR PROFESSIONNELS BÉNÉVOLES

PROGRAMME BA POUR ENTREPRISES SERVICE DE PLACEMENT POUR PROFESSIONNELS BÉNÉVOLES PROGRAMME BA POUR ENTREPRISES SERVICE DE PLACEMENT POUR PROFESSIONNELS BÉNÉVOLES POUR DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES ET LE TALENT DE VOS EMPLOYÉS! Les bénévoles d'affaires L'expertise des gens d'affaires au

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et les fonctions publiques Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion et

Plus en détail

LAURADOM ACCOMPAGNEMENT DES AUTO-ENTREPRENEURS. Parce que l administratif n est pas votre métier...

LAURADOM ACCOMPAGNEMENT DES AUTO-ENTREPRENEURS. Parce que l administratif n est pas votre métier... LAURADOM ACCOMPAGNEMENT DES AUTO-ENTREPRENEURS Parce que l administratif n est pas votre métier.... Consacrez-vous à votre activité en toute sérénité. Faites appel à un professionnel pour démarrer votre

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

De plus en plus d entreprises mettent justement. Gestion des risques d entreprise

De plus en plus d entreprises mettent justement. Gestion des risques d entreprise Gestion des risques d entreprise Mark Morrison Les actionnaires, les organismes de réglementation, les employés et les autres parties intéressées s attendent à ce que la direction et le conseil d administration

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite.

2 d autre part, certains droits aux travailleurs repris en cas de reprise d actif après faillite. CONVENTION collective de travail n 32 bis du 7 juin 1985 concernant le maintien des droits des travailleurs en cas de changement d employeur du fait d un transfert conventionnel d entreprise et réglant

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d engagement 2014

Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Federal Finance Gestion est un acteur engagé de l Investissement Socialement Responsable. Depuis la création

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit RAPPORT DE TRANSPARENCE Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Cabinets de commissariat aux comptes 2 avenue de Bruxelles F-68350

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE

SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE 1 MINIMUM REQUIS 1 000 000 $ ON PEUT SOUSCRIRE JUSQU À 10 000 000 $ 2 DÉTERMINATION DE LA PORTÉE DE LA PROTECTION La hausse du montant des réclamations fiscales Multiplication

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail