BOMBARDIER AVIONS D AFFAIRES PRÉVISIONS DE MARCHÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BOMBARDIER AVIONS D AFFAIRES PRÉVISIONS DE MARCHÉ 2012-2031"

Transcription

1 PRÉVISIONS DE MARCHÉ

2 TABLE DES MATIÈRES PRÉVISIONS DE MARCHÉ Sommaire 03 Évolution historique du marché 08 Facteurs déterminants actuels du marché 11 Prévisions 23 Conclusion 46

3 SOMMAIRE PRÉVISIONS DE MARCHÉ

4 SOMMAIRE PRÉVISIONS DE MARCHÉ Bombardier Aéronautique a l honneur de publier son édition 2012 des prévisions de marché de l aviation d affaires qui contient les perspectives sur 20 ans et la vision à long terme de Bombardier concernant le secteur des avions d affaires, ainsi qu une analyse approfondie des facteurs déterminants du marché dans les principales régions du monde. Bombardier continue de renforcer sa position de chef de file dans la construction d avions d affaires. En 2011, elle a de nouveau enregistré plus de commandes que tout autre de ses concurrents, soit 191 commandes nettes, ce qui représente environ 45 % des commandes nettes totales du secteur. Bombardier a connu également une solide année 2011 sur le plan des livraisons, sa part de marché se montant à 32 % pour ce qui est du nombre d unités et à 38 % pour ce qui est des revenus. Bombardier demeure convaincue du solide potentiel à long terme du secteur des avions d affaires et tient toujours à renforcer sa position de chef de file sur le marché en continuant d investir dans ses programmes de Bombardier demeure convaincue du solide potentiel à long terme du secteur des avions d affaires. Nombres d avions commandés et livrés COMMANDES ET LIVRAISONS D AVIONS D AFFAIRES Unités, Commandes totales Sources : Livraisons réelles selon GAMA. Commandes estimatives selon la veille concurrentielle et les données indicatives des équipementiers d'origine. Exclut les catégories des avions très légers et des larges avions commerciaux convertis. développement : les avions Global 7000, Global 8000, Learjet 70, Learjet 75 et Learjet 85. Au premier trimestre de 2012, les premiers appareils Global 6000 et Global 5000 dotés du poste de pilotage Vision sont entrés en service Grâce à sa gamme complète de produits, à son engagement à fournir des services de soutien à la clientèle de qualité supérieure et à sa feuille de route solide en matière de développement de produits, Bombardier est très bien placée 2006 Livraisons totales 2007 pour profiter de la prochaine phase haussière du marché de l aviation d affaires. Les présentes prévisions se concentrent sur les trois catégories d avions d affaires pour lesquelles Bombardier livre concurrence : les avions légers, intermédiaires et à large fuselage, et ne portent pas sur les catégories des avions très légers et des larges avions commerciaux convertis

5 SOMMAIRE PRÉVISIONS DE MARCHÉ POURSUITE DE LA REPRISE DU SECTEUR Le secteur de l aviation d affaires connaît une reprise prolongée et graduelle depuis son brusque ralentissement en De nombreux indicateurs du marché continuent de s améliorer. Les nouvelles commandes ont dépassé leurs niveaux de 2010 et le ratio de nouvelles commandes sur livraisons s est également amélioré. Ce ratio s est établi à 1,2 en 2011 pour le groupe Avions d affaires de Bombardier. Les livraisons dans le secteur ont été à peu près stationnaires, d une année sur l autre. Les stocks d avions d occasion ont continué de baisser graduellement, les valeurs résiduelles demeurent réduites et les reprises d avions d occasion sont encore élevées. L utilisation des appareils augmente graduellement, mais demeure inférieure aux niveaux atteints avant la récession. La catégorie des avions d affaires à large fuselage est celle où le redressement des commandes d avions a été le plus prononcé, tandis que la catégorie des avions légers demeure à la traîne. Les marchés boursiers ont progressé en 2011 mais sont encore très volatils. La rentabilité des entreprises et le nombre de milliardaires dans le monde atteignent des niveaux record. L économie américaine a poursuivi son essor en 2011 et la confiance du marché a montré des signes d amélioration, comme en témoigne la hausse des commandes d avions d affaires. Certains pays émergents, notamment la Chine, ont continué d afficher une robuste croissance économique et ont passé de nombreuses commandes d avions d affaires en L économie européenne continue de créer de l incertitude à l échelle mondiale. La confiance du marché doit se rétablir entièrement pour que les livraisons d avions d affaires augmentent substantiellement et permettent au secteur de réaliser son plein potentiel. Les livraisons d avions d affaires ne devraient pas augmenter fortement en Bombardier prévoit qu elles recommenceront à croître de façon soutenue à partir de 2013, à la faveur d une augmentation de la confiance et d une COMMANDES NETTES D AVIONS D AFFAIRES Unités, 2010 T Bombardier 59 % % Autres constructeurs Q Sources : Rapports des constructeurs et estimations de Bombardier. Exclut les catégories des avions très légers et des larges avions commerciaux convertis. 51 %

6 SOMMAIRE PRÉVISIONS DE MARCHÉ croissance économique plus robuste. Le présent document donnera des précisions sur le rythme et l ampleur prévus de la reprise dans le secteur de l aviation d affaires. PROPOSITION DE VALEUR CONCERNANT LES AVIONS D AFFAIRES Les avions d affaires offrent aux voyageurs une solution rapide, souple, sûre, sécuritaire et économique pour se rendre aux destinations de leur choix. En plus de gagner du temps et d offrir une plus grande souplesse, l utilisation d un biréacteur d affaires présente d autres avantages moins quantifiables, mais tout aussi importants, comme des vols à la demande, la possibilité de mener des réunions d affaires en privé pendant les vols, un accès plus direct aux installations de l entreprise (qui peuvent ne pas être reliées par des vols réguliers) et une diminution de la fatigue chez les employés qui voyagent souvent. De 2009 à 2012, Nexa Advisors a mené des études sur l incidence de la propriété d avions d affaires sur des grandes, moyennes et petites entreprises, ainsi que sur des organismes gouvernementaux. Elle a constaté que les entreprises qui utilisaient des avions d affaires tendaient à afficher une croissance des revenus, une croissance du cours de l action, une rentabilité et une satisfaction des employés supérieures à celles des autres entreprises. Nexa Advisors a également conclu que l utilisation d avions d affaires par des organismes gouvernementaux se traduisait par une meilleure dépense des fonds publics. Le célèbre investisseur Warren Buffett, chef de la direction de Berkshire Hathaway, a affirmé : «Berkshire a tiré avantage du fait qu elle avait mis à ma disposition un avion pour mes déplacements d affaires ou d autres projets. Bien des fois, nos démarches ont été infructueuses. Mais au total, cela a été profitable. Nous avons accompli des choses que nous n aurions pas pu faire si nous n avions pas eu d avion.» Sur un marché mondial de plus en plus concurrentiel, l aviation d affaires est un outil qui contribue directement à la croissance.

7 SOMMAIRE PRÉVISIONS DE MARCHÉ VISION À LONG TERME POUR LE SECTEUR Nous estimons que les facteurs déterminants de la croissance à long terme du secteur de l aviation d affaires restent solides. Ces facteurs sont : la création de richesses, la pénétration accrue des avions d affaires dans les économies à forte croissance, la mondialisation du commerce, la demande de remplacement et l accessibilité du marché. MARCHÉ DES AVIONS D AFFAIRES HISTORIQUE ET PRÉVISIONS HISTORIQUE PRÉVISIONS Total ( ) Avions livrés Revenus 139 milliards $ 266 milliards $ 382 milliards $ 648 milliards $ Source : Modèle prévisionnel de Bombardier. Cette confiance transparaît dans nos prévisions concernant les livraisons pour les 20 prochaines années, qui sont de avions d affaires pour une valeur estimative totale de 648 milliards $. Nous prévoyons livraisons d appareils d une valeur de 266 milliards $ de 2012 à 2021 et livraisons valant 382 milliards $ de 2022 à PRÉVISIONS DE LA FLOTTE D AVIONS D AFFAIRES Unités, La flotte mondiale d avions d affaires devrait augmenter à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 3,7 % sur la période de prévision, et passer de appareils en 2011 à en 2031, en tenant compte des avions retirés du service Flotte 2011 Livraisons Source : Modèle prévisionnel de Bombardier. Retraits du service Flotte 2021 Livraisons Retraits du service Flotte 2031

8 ÉVOLUTION HISTORIQUE DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ

9 ÉVOLUTION HISTORIQUE DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ Au cours des 40 dernières années, le secteur a été caractérisé par une évolution cyclique des livraisons. De 1965 à 1995, les livraisons d avions d affaires ont augmenté à un TCAC de 4 %, grâce surtout à son principal marché, les États-Unis. À la fin des années 1990, les achats d avions d affaires ont connu une hausse importante dans d autres régions du monde, ce qui a entraîné une croissance des livraisons mondiales de 9 % par année en moyenne au cours de cette période. DE 2004 À 2007 Après la récession de , l économie américaine a repris son élan, et la demande pour les avions d affaires a fortement augmenté entre 2004 et De nouveaux marchés pour l aviation d affaires, comme l Europe, l Asie et le Moyen-Orient, ont également commencé à générer une demande substantielle. De plus, le lancement de nouveaux avions novateurs a accru la demande HISTORIQUE DES LIVRAISONS D AVIONS D AFFAIRES Unités, TCAC = 4 % Source : Livraisons réelles selon GAMA. TCAC = 9 % Livraisons d avions d affaires 2011

10 ÉVOLUTION HISTORIQUE DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ REVENUS DES LIVRAISONS D AVIONS D AFFAIRES G$, ,6 7,8 9,8 12,3 14,9 17,6 20,1 15,2 15,9 15, Tous les segments dans lesquels Bombardier offre des produits Sources : Revenus estimés à partir des prix courants de la GAMA et de B&CA. DE 2008 À 2011 Le quasi-effondrement des marchés financiers à la fin de 2008 a entraîné un repli marqué du marché de l aviation d affaires et des commandes d avions d affaires neufs. Les nouvelles commandes ont stagné au quatrième trimestre de 2008 et sont restées très faibles ensuite. Le stock d avions d occasion a augmenté en flèche et les valeurs résiduelles ont fortement chuté. Bombardier estime que plus de 800 commandes ont été annulées en 2009 dans les catégories des avions légers, intermédiaires et à large fuselage. Les constructeurs ont alors dû composer avec des reports et des annulations de commandes, ce qui les a conduits à réduire leur cadence de production et de livraison. La demande du marché a touché le fond au premier semestre de Du deuxième semestre de l année 2009 au deuxième semestre de l année 2012, le marché a marqué des progrès sur plusieurs fronts : il est moins difficile d obtenir un crédit, l utilisation des avions d affaires est en progression et les commandes brutes augmentent. De plus, les annulations de commandes sont revenues à des niveaux relativement bas. Au premier trimestre de 2012, les stocks d avions d occasion ont également beaucoup diminué et s élèvent à 13,6 %, ce qui représente une baisse de 4,2 % par rapport au record du deuxième semestre de 2009.

11 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ

12 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ Les prévisions du marché du groupe Avions d affaires Bombardier sont établies à partir d un modèle économétrique fondé sur plusieurs facteurs déterminants du marché. Les prévisions à long terme sont fonction de la croissance économique et du taux de pénétration attendu des avions d affaires dans chacune des régions faisant l objet de prévisions. FACTEURS ÉCONOMIQUES ÉCONOMIE MONDIALE En 2011, de nombreux événements ont ralenti la croissance de l économie mondiale. Les soulèvements populaires massifs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord comptent parmi les principales perturbations politiques, mais les mesures d austérité budgétaire, la crise des dettes souveraines et les problèmes bancaires en Europe ont également nui à la croissance de l économie mondiale. Les économies émergentes, moteur de l économie mondiale depuis des années, ont montré des signes de ralentissement. En conséquence, l économie mondiale a progressé à un taux annuel de 2,7 % en La croissance de l économie mondiale devrait être de 2,4 % par an en 2012 et se stabiliser autour de 3,2 % à plus long terme. Cependant, elle reste inégale. Tandis que les économies émergentes et les économies fortement axées sur les exportations de ressources naturelles connaissent une expansion rapide, la production effective demeure nettement inférieure à la 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0-0,5-1,0-1,5-2,0-2,5 1,4 % Source : IHS Global Insight, février production potentielle dans la plupart des économies développées. PRÉVISIONS DE LA CROISSANCE DU PIB MONDIAL Variation en % d une année sur l autre, ,2 % Dans son édition d avril 2012 des perspectives économiques, l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) affirme que «l économie mondiale s éloigne du précipice et que les perspectives à court terme sont nettement meilleures qu à la fin de 2011». L économie nord-américaine semble s être raffermie, ce qui laisse entrevoir une robuste croissance. Aux États-Unis, la confiance des 4,1 % 2,7 % 2,4 % 3,1 % consommateurs augmente, le chômage diminue et la croissance du crédit se redresse fortement, ce qui favorise la reprise. 3,8 % 2014 La croissance de l économie mondiale devrait s établir à 3,2% en moyenne au cours des 20 prochaines années.

13 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ L activité économique restera instable au Japon où une modeste croissance est prévue au premier semestre de En Chine, les récentes décisions de politique économique ont permis de contrebalancer partiellement les obstacles externes auxquels le secteur des exportations du pays fait face. Au Brésil, l assouplissement de la politique monétaire et la hausse des investissements dans les infrastructures et l énergie devraient aider à surmonter les difficultés économiques. L économie européenne devrait rester fragile. Des décisions importantes prises en Europe au début de 2012 ont amélioré les perspectives, réduit le risque d une catastrophe et atténué l ampleur de la récession. Des risques considérables subsistent néanmoins dans la zone euro, où le chômage élevé, la confiance réduite et les faibles activités de prêt empêchent l économie de croître. L OCDE indique également que «les perspectives mondiales dépendent encore fortement des mesures de politique économique. Aux États-Unis, l impasse de la dette budgétaire doit être réglée et, dans la zone euro, les mesures de protection doivent être considérablement renforcées et les banques doivent être recapitalisées». Nous nous sommes éloignés du précipice, mais d autres mesures doivent être prises pour stimuler la croissance et soutenir la reprise.

14 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ CRÉATION DE RICHESSES La demande mondiale d avions d affaires est étroitement liée à la création de richesses, qui, elle-même, dépend largement de la croissance économique. L indice MSCI (Morgan Stanley Capital International) Monde est un indice INDICE MSCI MONDE boursier général qui est composé de titres représentatifs négociés sur les principales places boursières du monde et qui est un bon indicateur de la création de richesses Les marchés boursiers se sont solidement redressés depuis leur creux atteint en mars L indice MSCI Monde a augmenté de 60 % entre mars 2009 et mars Le problème des dettes souveraines européennes continue de nuire aux marchés. Bien que l indice MSCI Monde ait augmenté depuis 2009, la reprise des commandes et des livraisons d avions d affaires accuse un retard. 450 Source : Indice MSCI Monde de Morgan Stanley. +6 % NOMBRE DE MILLIARDAIRES Nombre et variation en % Les milliardaires sont, en grande partie, propriétaires d avions d affaires. Selon une étude publiée par Forbes en mars 2012, il y aurait un nombre record de milliardaires dans le monde, soit 4 % de plus qu en L Amérique latine est la région qui a enregistré la plus forte hausse du nombre de milliardaires, soit 25 %, suivie par l Asie-Pacifique, à 15 %. Dans leur bulletin Wealth Report de 2012, Knight Frank et Citi Private Bank concluent que «les turbulences économiques ne se sont pas parvenues à freiner la hausse du nombre de personnes ultra-riches l an dernier.» Nombre de milliardaires Amérique du Nord +9 % Europe - 7 % Chine Source : Forbes, mars 2011 et mars Monde 2011 : Monde 2012 : Russie et CÉI -6 % +15 % Asie- Pacifique Moyen- Orient -5 % +25 % Amérique latine Inde -11 % +14 % Afrique

15 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ FACTEURS DU MARCHÉ DES AVIONS D AFFAIRES UTILISATION DES AVIONS D AFFAIRES L utilisation des avions d affaires est historiquement un bon indicateur de l état de santé général du secteur. La FAA (Federal Aviation Administration) et Eurocontrol enregistrent le nombre de décollages et d atterrissages dans les aéroports des États-Unis et de l Europe, respectivement. Aux États-Unis, les aéroports les plus actifs dans le domaine de l aviation d affaires sont Teterboro, White Plains et Washington Dulles. Dans le monde, Paris-Le Bourget, Genève, Nice, Londres-Luton, Farnborough, Mexico-Toluca, Moscou-Vnukovo, Johannesburg-Lanseria et Beijing-Capital comptent parmi les aéroports les plus actifs dans le secteur des avions d affaires. L utilisation des avions d affaires a peu augmenté entre 2010 et 2011, tant aux États-Unis qu en Europe. Dans l édition d avril 2011 de sa publication Briefing on Business Aviation in Europe, Eurocontrol prévoit que l utilisation des avions d affaires ne reviendra pas, à moyen terme, à ses taux de croissance d avant la crise, étant donné la faiblesse relative des économies européennes. MOUVEMENTS D'AVIONS D'AFFAIRES AUX ÉTATS-UNIS Décollages et atterrissages (en milliers), MOUVEMENTS D'AVIONS D'AFFAIRES EN EUROPE Décollages et atterrissages (en milliers), % 16 % 15 % 10 % 8 % 5 % 4 % -1 % -1 % 1 % 0 % 9 % 6 % 7 % 5 % 3 % 7 % 3 % -3 % -1 % Q4 09 Q1 10 Q2 10 Q3 10 Q4 10 Q1 11 Q2 11 Q3 11 Q4 11 Q1 12 Q4 09 Q1 10 Q2 10 Q3 10 Q4 10 Q1 11 Q2 11 Q3 11 Q4 11 Q1 12 Décollages et atterrissages (en milliers) Décollages et atterrissages, var. d une année sur l autre (%) Décollages et atterrissages (en milliers) Décollages et atterrissages, var. d une année sur l autre (%) Source : FAA. Source : Eurocontrol.

16 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ CARNET DE COMMANDES DE L INDUSTRIE Nombre d unités estimatif, CARNET DE COMMANDES DE L INDUSTRIE Valeur estimative (G$), T ,6 G$ Avions légers : 5,0 G$ Avions intermédiaires : 7,6 G$ Avions à large fuselage : 32,0 G$ 500 CARNET DE COMMANDES Le carnet de commandes désigne le nombre total d avions commandés qui n ont pas encore été livrés. Les constructeurs règlent leur cadence de production en fonction du niveau actuel de leur carnet de commandes et de leurs prévisions concernant les commandes qu ils pourront obtenir à l avenir. Les changements de cadence de production sont coûteux et complexes, en raison des coûts associés à l embauche ou au licenciement d employés, ainsi qu aux modifications apportées à la chaîne d approvisionnement et au calendrier de production. Les constructeurs cherchent donc à maximiser leurs livraisons, tout en Sources : Commandes estimatives selon la veille concurrentielle et les données indicatives des équipementiers d'origine. modifiant le moins possible les cadences de production. Nous estimons que le carnet de commandes de l ensemble du secteur des avions d affaires à la fin de 2011 s établissait à environ appareils, d une valeur estimative de 44,6 milliards $. La catégorie des avions à large fuselage représente la partie la plus importante du carnet de commandes en valeur, suivie dans l ordre par les catégories des avions intermédiaires et des avions légers. Nous estimons que 85 % des appareils du carnet de commandes sont destinés à des clients traditionnels, comme des entreprises, des personnes très fortunées et des organismes Sources : Commandes estimatives selon la veille concurrentielle, les données indicatives des équipementiers d'origine et les prix courants de 2011 de B&CA. gouvernementaux. Les autres appareils (15 %) sont destinés à des exploitants d avions en multipropriété. Environ 19 % du nombre total d appareils composant le carnet de commandes sont des avions issus des programmes de développement, c est-à-dire des avions qui ne sont pas encore entrés en service. Dans l avenir, la réduction des livraisons à court terme combinée au redressement progressif des commandes nettes devrait se traduire par une stabilisation et une croissance du carnet de commandes, et la catégorie des avions à large fuselage devrait fortement influer sur le cycle haussier.

17 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ MARCHÉ DES AVIONS D OCCASION Plus de 85 % des commandes d avions d affaires neufs proviennent de propriétaires actuels, qui veulent renouveler ou accroître leur flotte. La demande d appareils neufs est influencée par les conditions qui prévalent sur le marché des avions d occasion. Ce dernier est considéré comme sain lorsque les valeurs résiduelles sont élevées et que le stock d avions d occasion à vendre est faible. À la fin de 2007, le stock d avions d occasions par rapport à la flotte totale d avions d affaires avait atteint son minimum, à 10,5 %. L accumulation d appareils sur le marché des avions d occasion a été un indicateur avancé du ralentissement du marché des avions d affaires neufs qui a commencé un an plus tard. Au début de 2008, la proportion de la flotte totale d avions qui était à vendre sur le marché des avions d occasion a commencé à augmenter rapidement. De nombreux propriétaires éprouvaient de la difficulté à vendre leurs appareils, de sorte qu il était moins probable que ces propriétaires achètent des avions neufs. Le stock a atteint un sommet de 17,8 % au deuxième trimestre de Le financement est devenu très difficile à obtenir pour les appareils âgés de plus de 15 ans. Depuis le deuxième semestre de l année 2009, les ventes d avions d occasion augmentent et le stock diminue. Au premier trimestre de 2012, le stock d avions d occasion a continué de fléchir, pour s établir à 13,6 %. Nous prévoyons que ce stock se stabilisera entre 11 % et 13 %. Les valeurs résiduelles étaient élevées au premier semestre de 2008, en raison des carnets de commandes importants des constructeurs. Depuis, elles ont diminué dans toutes les catégories d avions. Pour les avions d affaires, elles ont baissé de 27 % en moyenne en 2009 et semblent avoir atteint un minimum au premier trimestre de 2012, puisque la valeur moyenne des avions d affaires âgés de 5 ans correspond à 63 % de leur prix courant initial selon le magazine B&CA (Business & Commercial Aviation). STOCK D AVIONS D OCCASION EN % DE LA FLOTTE %, VALEUR RÉSIDUELLE SUR 5 ANS EN % DU PRIX COURANT INITIAL DE B&CA %, % 13.6 % 92 % 10.5 % 67 % 59 % 63 % T1 06 T2 06 T3 06 T4 06 T1 07 T2 07 T3 07 T4 07 T1 08 T2 08 T3 08 T4 08 T1 09 T2 09 T3 09 T4 09 T1 10 T2 10 T3 10 T4 10 T1 11 T2 11 T3 11 T4 11 T1 12 T1 06 T2 06 T3 06 T4 06 T1 07 T2 07 T3 07 T4 07 T1 08 T2 08 T3 08 T4 08 T1 09 T2 09 T3 09 T4 09 T1 10 T2 10 T3 10 T4 10 T1 11 T2 11 T3 11 T4 11 T1 12 Source : Stock d avions d occasion et flotte selon Jetnet. Exclut la catégorie des avions très légers. Sources : Valeurs résiduelles selon Aircraft Bluebook Price Digest. Prix courants initiaux selon B&CA.

18 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ NOUVEAUX PROGRAMMES D AVIONS Grâce aux améliorations technologiques continues, notamment dans les domaines de la réduction de la consommation de carburant, de l avionique et de l aérodynamisme, les avions de dernière génération peuvent offrir une autonomie, un rendement et des caractéristiques supérieurs à ceux des avions plus anciens, et ce, à un prix comparable. L existence d avions plus performants stimule la demande d avions de remplacement et la demande provenant de nouveaux acheteurs. Le lancement de nouveaux programmes d avions témoigne de la confiance des avionneurs à l égard du marché et de leur capacité à incorporer les plus récentes percées technologiques dans leurs gammes de produits. Il montre aussi l importance que le secteur accorde constamment à la sécurité, ce qui fait de l avion l un des moyens de transport les plus sécuritaires à l échelle mondiale, selon l International Business Aviation Council. Plusieurs nouveaux programmes ont été lancés au cours des trois dernières années, dont ceux des avions Global 7000, Global 8000, Learjet 70 et Learjet 75 de Bombardier. MISES EN SERVICE DES NOUVEAUX PROGRAMMES Mises en service par modèle, Global 6000 Global 5000 tous deux dotés d un poste de pilotage Vision Learjet 85 Learjet 75 Learjet 70 Global 7000 Global 8000 Source : Bombardier Aéronautique.

19 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ DEMANDE D AVIONS EN MULTIPROPRIÉTÉ ET DE VOLS NOLISÉS DE MARQUE La multipropriété d avions, selon laquelle plusieurs utilisateurs acquièrent une participation dans un même avion, existe depuis le milieu des années 1990 et représente en moyenne entre 10 % et 15 % des livraisons d avions d affaires. Entre 1995 et 2011, les exploitants d avions en multipropriété ont pris livraison de plus de avions d affaires. Parmi les autres solutions de rechange à la propriété traditionnelle d avions, citons les programmes de «carte multipropriété» et de «carte avion», qui offrent aux clients un accès sur demande à un avion d affaires exploité par un tiers. Il existe actuellement quatre principaux exploitants d avions en multipropriété, dont Flexjet de Bombardier. Un exploitant, Citation Air, a annoncé qu il projetait quitter le marché des avions en multipropriété, mais qu il poursuivra son programme de carte avion et continuera de gérer des avions d affaires. Le secteur de la multipropriété a traversé une période de rationalisation de la flotte en 2009, ce qui a entraîné une réduction substantielle du carnet de commandes. Les commandes dans ce secteur ont recommencé à croître depuis. NetJets a notamment passé d importantes commandes entre 2010 et 2012, dont des commandes fermes pour 50 avions Global et 100 avions Challenger de Bombardier.

20 FACTEURS DÉTERMINANTS ACTUELS DU MARCHÉ PRÉVISIONS DE MARCHÉ La croissance du nombre d exploitants de vols nolisés de marque est plus récente. Ces sociétés offrent des vols sur demande et se livrent une concurrence sur le plan des prix, qui sont fixés en fonction du voyage. Ces exploitants, dont Vistajet et XOJET, se distinguent par une infrastructure d exploitation évoluée et une plus grande utilisation des pratiques d ordonnancement qui sont propres aux sociétés aériennes commerciales et qui visent à réduire au minimum les coûts des vols de mise en place. En 2008, les commandes des exploitants de vols nolisés de marque représentaient entre 20 % et 30 % de l ensemble des commandes d avions d affaires. En 2009, la récession a amené ces exploitants à reporter ou à annuler des commandes. Les exploitants plus importants ont renoué avec la croissance et commandé UTIONS DE VOYAGE AÉRIEN ommerciale s les Sociétés aériennes commerciales première classe autique. d autres avions d affaires en 2010 et en À court terme, la Marchés demande des avions des d affaires exploitants d avions en multipropriété visera surtout à renouveler la flotte. Au cours des 20 prochaines années, environ 10 % des livraisons d avions d affaires devraient être destinées à ces exploitants. Service à la demande Propriété d avions d affaires Au cours des 20 prochaines Propriété unique Multipropriété Programmes années, environ Vols nolisés/ de 10% carte avion des livraisons vols nolisés Taxis aériens «de marque» d avions d affaires devraient être destinées aux exploitants d avions en multipropriété. - Service personnalisé + + Heures par année SOLUTIONS DE VOYAGE AÉRIEN Offre de l aviation commerciale Transporteurs à bas prix Sociétés aériennes commerciales Source : Bombardier Aéronautique. Sociétés aériennes commerciales première classe Service à la demande Taxis aériens Marchés des avions d affaires Vols nolisés/ vols nolisés «de marque» Programmes de carte avion Propriété d avions d affaires Multipropriété Propriété unique - Service personnalisé + FLOTTE D AVIONS D AFFAIRES EN MULTIPROPRIÉTÉ Unités, Source : Jetnet. Comprend les 4 principaux fournisseurs de programmes multipropriété : Flexjet, NetJets (toutes ses filiales), CitationAir et Flight Options FLOTTE D AVIO Source : Jetnet. Comprend les 4 p NetJets (toutes ses filiales), Citatio

PRÉVISIONS DE MARCHÉ 2014 2033

PRÉVISIONS DE MARCHÉ 2014 2033 PRÉVISIONS DE MARCHÉ 2014 2033 BOMBARDIER AVIONS D AFFAIRES WWW.BUSINESSAIRCRAFT.BOMBARDIER.COM TABLE DES MATIÈRES 03 INTRODUCTION ET SOMMAIRE EXÉCUTIF 08 CONJONCTURE ÉCONOMIQUE ET PERSPECTIVES FUTURES

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Sommaire La nouvelle locomotive de la croissance mondiale Pourquoi investir dans les marchés émergents? La montée

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne

LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Automne LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2013 Le point sur la situation économique et financière du québec Automne 2013 NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT Mars 2015 POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT TRANSFORMATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION AU CANADA : LA DIVERSITÉ DES SEXES FAIT DES PROGRÈS. Lorsqu elle évalue une entreprise en vue d y faire

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail