Entrepreneur Magazine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entrepreneur Magazine"

Transcription

1 Entrepreneur Magazine Cameroon Edition Cameroun - USA Partenariat gagnant-gagnant Le Cameroun offre de nombreuses opportunités d affaires HE Robert P Jackson, US Ambassador to Cameroon Q Duis autem vel Uria sequas et oditas et voluptati aliquam, sita plaut At aboriae eum exercit aecuptasped molorestia core eum URIA SEQUAS ET ODITAS ET VOLUPTATI ALIQUAM, SITA PLAUT VOLORERA QUIAS EVENDELIT LABO. NEQUASPERO EUM Page 16 Page 35 Page 39 Le budget-programmes...et le financement de l entreprise? Entretien avec M. Alan Greenberger, Directeur Exécutif du Comité de Planification de la ville de Philadelphie, USA. Métropole balnéaire de la berge Atlantique, Kribi est une ville qui émerveille le visiteur. A Kribi...on Page 1 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q Enabling global business connections URIA SEQUAS ET ODITAS ET VOLUPTATI ALIQUAM, SITA PLAUT VOLOR

2 Presenting opportunities for doing business in the emerging economy of Cameroon Member benefits include Access to the Entrepreneur Magazine Access to the Cameroon Business database Showcase your projects to potential investors and partners... and more! To join go to or contact us at Page 2 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

3 Table de matières Entrepreneur magazine Q Budget Page 16 Le budget-programmes est officiellement effectif au Cameroun depuis le 1er janvier Les grands chantiers énergétiques, miniers, routiers, l emploi, la lutte contre la pauvreté et la vie chère demeurent les priorités de la dite loi des finances nouveau régime. Leadership Crise du logement Page - 18 L Etat tend la perche au secteur privé. The Experts Corner 23 SCIENCE AND ENVIRONMENT L eau n est pas l eau : savoir faire la différence fait toute la différence. 25 MARKET AND STRATEGY Analyser avant de se lancer! 27 BUSINESS GROWTH Pour développer votre entreprise, vous devez être un détecteur de problèmes. 29 PROFESSIONAL CONVERSION Reconversion professionnelle dans l entreprenariat. 31 BUSINESS STRATEGY Mythes sur l entreprenariat: la vérité révélée. 33 LEADERSHIP 5 étapes pour devenir un leader efficace. Leadership and Business Page 35 Entretien avec Monsieur Alan Greenberger, Directeur Exécutif du Comité de Planification de la ville de Philadelphie, Adjoint au Maire chargé du Développement Economique et du Commerce. Le Coin culinaire Nous serons fiers d être le point d entrée des importations alimentaires en provenance du Cameroun 43 Featured Chef Chef Engoulou partage les secrets de sa profession et apporte des précisions sur son grade de Chef. Dr. Mbonglou s Corner 46 LES TIC ET VOUS La PME camerounaise a-t-elle besoin des Technologies de l Information et des Communications (TIC)? Art et culture 38 VILLE DU MOIS Kribi la belle. 42 SITE TOURISTIQUE DU MOIS Chutes de la Lobé A 30 minutes de Kribi, la nature offre au Cameroun un de ses plus impressionnants prodiges. Les magnifiques chutes de la Lobé. Company to Watch 9 BATRATEL Dans les télécommunications, notre première activité, il fallait creuser le sol et poser des câbles pour MTN. En creusant, nous rentrions dans le domaine des BTP, pas loin des professionnels du forage. 12 GIC AGRO PASTORAL DE PENJA Notre innovation actuelle réside dans la préservation de l aspect naturel de nos boissons, sans sucre ni colorant. 14 ZOOM SUR EGBTP La volonté d apporter de l innovation au Cameroun nous a motivés dans la création d une usine locale. Notre ambition étant d accéder au statut de Market Leader. Page 3 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

4 P43 Entreprenariat et Partenariat - 60 Minutes avec: HE Robert P. Jackson, US Ambassador to Cameroon Les efforts du gouvernement camerounais pour améliorer le climat des affaires sont louables. Page 4 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

5 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition USA 630 Freedom Business Center Drive King of Prussia, PA Cameroon Immeuble Mani (Face entrée G.P.), Melen PO Box:15869 Yaoundé Tel: Rédaction Redacteur en chef: Dr. Gaston Mbonglou Directeur artistique: Joe Jeter Directeur Redaction Anglaise: Raj Ganesan Directeur Redaction Française: Félix Désiré Obam Traduction Française: Rosline Ngo Boula Traduction Anglaise: Rosline Ngo Boula Redaction and contributors Editor in Chief Dr. Gaston Mbonglou Managing Partner at UASG Advisors, President of the USA-Cameroon Chamber of Commerce Environment and Science Dr. Michael Piasecki Associate Professor for Water Resources, Department of Civil Engineering, City College of New York, USA Business Growth Anne Zink Chief Strategy Officer and Founder at AZtech Strategies, Huffington post Contributor Market and Strategy Greg Campbell CEO Rainkmaker - Inc Leadership Robyn McLeod Principal at Chatsworth Consulting Group Law and Social Félix Désiré Obam Juriste d Entreprise Caisse Primaire d Assurance Maladie du Val de Marne Business Strategy Raj Ganesan Managing Partner at UASG Advisors, COO of the USA-Cameroon Chamber of Commerce Entrepreneur Maganize - Cameroon Edition For questions, contact us at: 630 Freedom Business Center Dr. King of Prussia, PA This magazine is a UASG Advisors publication. Page 5 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

6 Entrepreneur Magazine Advertizing Information Present your products and services to the world and accelerate business growth Business Magazine Cameroon Edition is a quarterly publication in French and English. Our markets: Africa, the USA and Europe. For information on advertizing and rates, contact us at: Présentez vos produits et services à travers le monde et accélérez la croissance de votre entreprise Business Magazine Cameroun Edition est une publication trimestrielle en Français et Anglais. Nos marchés: l Afrique, les Etats-Unis et l Europe. Pour plus d informations sur les tarifs publicitaires, contactez-nous à: Page 6 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

7 Editorial Un village planétaire pour l essor de l entreprenariat Il y a de cela plusieurs années, j aurais traité de fou quiconque m aurait prédit cette tâche. Rédiger un éditorial pour un magazine économique consacré à l entreprenariat en Afrique. La raison est évidente. Je ne suis même pas journaliste. Je suis spécialiste en stratégie d entreprise avec des connaissances en informatique axées sur les moyens d aider les entreprises à rationaliser leurs processus opérationnels. Toutefois, après mon expertise dans l entreprenariat, les faits m offrent ce jour la preuve du contraire. Autant honoré, je me réjouis d avoir franchi cette étape. Ce magazine est l illustration et la réalisation d une vision selon laquelle, l unité dans le travail contribue toujours à la réalisation de quelque chose d encore plus grand que nous, et nos rêves réunis. Ensemble, nous pouvons aider à bâtir des entreprises prospères, favoriser la création d emplois et participer activement au développement d un pays. Managers au sein d une des grandes entreprises leader en conseil et comptabilité dans le monde, mes collègues et moi recevions en entretien, un jour de juin 2004, un candidat qui postulait pour un poste de cadre. Ce poste rentrait dans le suivi d un des plus importants projets jamais conduit dans cette entreprise. Les prévisions en revenus attendus étaient estimées à près d un milliard de dollars. Aussi, chaque poste managérial faisait l objet d une sélection minutieuse. Ce qui retint mon attention, au cours du déroulement de l entretien, ne fut point les questions posées, mais la manière avec laquelle ce candidat parvenait à donner aux questions liées à l informatique, des réponses spécifiques de gestion. La réciproque lui semblait toute aussi aisée. Un sens élevé d imprégnation aux impératifs opérationnels. Avec perfection, il conquit le jury. En quelques lignes, cet expert lauréat de la prestigieuse Duke University et titulaire d un MBA en finances et stratégies, avait parlé mon langage. Son aptitude à traduire en termes simples les complexités du How-To américain était conforme aux attentes des économies émergentes Cinq années plus tard, Raj consentit à ma proposition d œuvrer avec moi pour le Cameroun. Notre emploi était exaltant certes. Il était cependant destiné aux entreprises du Top 1000 (Fortune 1000). Servir et apporter une incidence directe aux économies des pays en développement nous manquait. L objectif était d enseigner aux promoteurs d entreprises, les meilleures pratiques qui leur permettraient d accélérer la croissance de leurs affaires. En octobre 2009, nous avons effectué au Cameroun notre premier voyage pour initier, à l attention d un public bien ciblé, nos programmes d entreprenariat. Une série de formations sur les stratégies utiles pour monter une entreprise et faire rapidement des résultats. Nous avons partagé nos expériences avec les étudiants et les entrepreneurs à Yaoundé, Douala, Bamenda et d autres villes du Cameroun. Les Bayamsellam (vendeuses-revendeuses) camerounaises ne furent pas en reste. Ces échanges ont permis à ces professionnelles d une activité, jusque là empirique, d accroître leurs chiffres d affaires. Grâce à notre concours, certaines ont pu se permettre des voyages aux États-Unis pour acheter des produits et les revendre au Cameroun. À ce jour, près de deux mille chefs d entreprise, des étudiants, de jeunes entrepreneurs et femmes d affaires ont été édifiés sur nos méthodes. Notre objectif, toutefois, est de travailler avec les gouvernements africains pour reproduire ce modèle instrumental dans plusieurs pays, afin d y favoriser la croissance. Par nos programmes, nous implémentons, dans les économies nationales, un processus censé dynamiser la croissance du PIB. Pour ce faire, nous avons créé un cadre appelé Emerging Economy Business Growth Framework ou E2GF. Il s agit d un cadre stratégique pour l accélération du cycle économique. Il est destiné aux gouvernements des pays dits émergents. Il a pour finalité de booster la création et les capacités des petites et moyennes entreprises pour les rendre compétitives sur le marché mondial et attractives pour les opérateurs économiques internationaux. Ce cadre repose sur trois piliers : la formation, le renforcement des capacités et l habilitation commerciale. Il vise à assurer une croissance rapide aux entrepreneurs et aux entreprises, à créer un environnement qui favorise le commerce, la promotion d une meilleure image de ces entreprises auprès des investisseurs et l amélioration du partage d informations. A ce jour, la réussite de notre démarche découle de la contribution de plusieurs acteurs, notamment des entreprises à qui nous avons offert des formations au Cameroun, des partenariats établis avec de nombreuses entreprises que nous avons encadrées, des institutions d enseignement supérieur avec lesquelles nous avons collaboré pour la formation de leurs étudiants, des autorités camerounaises, des autorités américaines ainsi que de notre ville mère, Philadelphie, métropole de l Etat de Pennsylvanie aux Etats-Unis. Nous avons eu besoin d un village planétaire pour franchir cette étape. Nous atteindrons de meilleurs résultats lorsqu un plus grand nombre d entreprises et de responsables souscriront à notre processus pour la croissance économique. Continuons d étendre les limites du village planétaire et de contribuer à l accroissement des entreprises à travers le partage d informations. Bonne lecture de ce premier numéro d Entrepreneur Magazine, Cameroon Edition... Dr. Gaston Mbonglou Editeur en chef Page 7 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

8 Inspiration Corner...Quotes to boost your entrepreunarial Spirit Too many of us are not living our dreams because we are living our fears. Les Brown Logic will get you from A to B. Imagination will take you everywhere. Albert Einstein There is only one boss. The customer. And he can fire everybody in the company from the chairman on down, simply by spending his money somewhere else. Sam Walton, Wal-mart founder and CEO Your most unhappy customers are your greatest source of learning. Larry Ellison, CEO, Oracle I really had a lot of dreams when I was a kid, and I think a great deal of that grew out of the fact that I had a chance to read a lot. Bill Gates Page 8 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

9 Company to Watch - Zoom sur BATRATEL Entretien avec Monsieur Ele, PDG de BATRATEL. Notre expérience et nos références sont nos gages de réussite. Il évalue pour BMCE (Business Magazine Cameroun Edition), les opportunités économiques que le pays offre aux entreprises. Il tire de son expérience un model et invite les business managers américains à accroitre leurs investissements au Cameroun. Des locaux imposants, un équipement high-tech, une équipe active, une nette impression de dynamisme. Depuis combien d années êtes-vous opérationnel? Notre structure est jeune de 10 ans. Notre histoire est intéressante. Elle illustre la nature atypique du parcours d un entrepreneur. Pour la plupart, nous sommes d anciens fonctionnaires. Nous avions pour socle, un besoin partagé de contribuer au développement du Cameroun en créant quelque chose d unique, une plateforme au sein de laquelle nous pouvions nous épanouir chacun selon son domaine car chaque parcelle de l économie managée par un homme d affaires contribue au développement du pays et nous procure une réelle fierté. Profile Nom de l entreprise: BATRATEL Crée en : 2002 Nombre d employés: 500 Siège social: Douala Ce dont nous avons besoin aux USA ce sont des partenaires qui veulent bien travailler avec nous. Ensemble, nous pouvons par exemple répondre aux appels d offres et exécuter de grands projets. Parlant de développement, dans quels domaines d activités êtes vous présents, qu est-ce qui fait votre force et quels sont vos clients? Les télécommunications et le génie-civil furent notre premier domaine d activité. Nous étions toutefois conscients du besoin impératif d innover en permanence, afin de demeurer compétitif. Aussi, tous les deux ans, nous passions en revue notre portefeuille, afin de déceler de nouveaux secteurs d activités et s y déployer. Ainsi, notre quête de compétitivité avait pour motivation, ce souci de croissance et d innovation. A ce jour nous, avons créé 5 divisions: Oïl & Gas, Génie Civil, Télécommunications, Ingénierie de l Eau, Génie Electrique. La croissance et la diversification ne représentent-elles pas un risque? La diversification d un portefeuille est très utile. Elle vous permet de mieux amortir les fluctuations du marché. Quand dans un domaine déterminé votre activité n est pas assez importante, vous mettez de l accent sur les autres et réciproquement. Vos réalisations impressionnent par leur qualité. Cette expertise serait-elle le fruit d un encadrement expatrié au sein de votre entreprise? Tant s en faut. Il existe aussi des chasseurs de têtes sous les tropiques. Formés dans les grandes écoles camerounaises, nos cadres sont nantis de hauts diplômes (Doctorat, Ingénieur, MBA) et doués d une indicible passion pour la compétence. Notre aspiration était de refléter les capacités de nos institutions universitaires. Page 9 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

10 Company to Watch - Zoom sur BATRATEL Entretien avec Monsieur Ele, PDG de BATRATEL. Excavation d une fondation pour implantation d une tour pour GSM Au début, rien ne fut facile. De plus pour beaucoup d entre nous, BATRATEL était une activité secondaire. Depuis six ans, nous nous sommes consacrés à plein temps à la mise sur pied de la structure actuelle. Au prix de longues journées de travail, de sacrifices et surtout de passion pour ce que nous construisons. Parmi nos clients, nous comptons des multinationales comme MTN, Orange, AES SONEL. Comme j aime à le dire à mes collaborateurs, nos activités sont tournées vers l homme donc vers nous aussi. Il est important de noter que nos prestations concernent les besoins pressants de tous les jours: eau, courant, électricité, téléphone. Pour cela nous devons nous distinguer par la qualité de nos produits et services. Du point de vue pratique, comment êtes-vous parti des télécommunications aux BTP? Dans les télécommunications, notre première activité, il fallait creuser le sol et poser des câbles pour MTN. En creusant, nous rentrions dans le domaine des BTP, pas loin des professionnels du forage. Ce fut cette évolution naturelle et le goût du risque qui nous ont conduit vers la diversification de nos activités. L efficacité de notre personnel, la qualité de nos prestations et l originalité de nos produits ont fidélisé nos clients et conforté notre solide réputation. Comme pour toute entreprise, notre expérience et nos références ont été nos gages de réussite. Et depuis près d un an, nous nous sommes lancés vers les projets financés par les banques étrangères. Travaillez-vous beaucoup avec les sociétés américaines et quels sont vos atouts? Avec les Etats-Unis, nous vivons un dilemme. Au cours des conférences, colloques et missions de commerce aux Etats- Unis, nous rencontrons des hommes d affaires et des entreprises intéressées à travailler avec nous. Cependant une fois au Cameroun, les contacts s estompent. C est à peine s ils répondent à nos coups de fils ou . Un vrai dilemme car nous connaissons les mérites du know-how américain, la qualité supérieure de leurs produits, et le potentiel de leurs sociétés. Hélas, le manque de réponse nous amène très souvent à nous tourner vers l Asie ou nous avons des interlocuteurs très attentifs. Combien d employés comptez vous à ce jour et quelles sont les capacités de BATRATEL face aux exigences du marché? Nous sommes une entreprise moyenne forte de 500 employés. Près de 15% de ce personnel est permanent. Le reste temporaires. Notre politique managériale est animée du souci permanent de conserver notre ratio d employés permanents par rapport aux employés temporaires. Il s agit de préserver notre flexibilité, afin d être proactif par rapport aux exigences du marché. Cette stratégie nous permet évidement de mieux contrôler notre cash flow, nos dépenses fixes et nos besoins en capital. Que pensez vous de la technologie américaine et de leurs équipements? Nous n utilisons pas de matériel américain en ce moment car nous avons l impression qu une méconnaissance de leur part des spécificités de notre marché subsiste dans nos relations. Nous louons cependant les efforts à la fois de l Ambassade des Etats-Unis au Cameroun, des structures comme votre journal et ceux de la chambre de commerce américano camerounaise qui œuvrent à briser cet éloignement. A cause du nombre limité de sociétés américaines au Cameroun et le nombre croissant de structures asiatiques, nous collaborons le plus avec ces dernières. Page 10 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

11 Company to Watch - Zoom sur BATRATEL Entretien avec Monsieur Ele, PDG de BATRATEL. Depuis dix ans, les télécommunications sont en expansion Le gouvernement camerounais fait de grands efforts pour améliorer l environnement des affaires et attirer les investisseurs étrangers, afin qu ils prennent le risque avec nous Le Cameroun fait par ailleurs office de port d entrée pour les pays continentaux de la sous-région. Bref un bon risque. Il demeure toutefois que, seuls les premiers venus auront la part du lion Que conseillez-vous à nos jeunes promoteurs d entreprises? S il y a une leçon à partager avec les jeunes hommes d affaires, c est qu il ne faut jamais trop se prendre au sérieux sinon très vite on se croirait supérieur aux autres. L on commettrait alors des erreurs qui peuvent détruire tout ce qui a durement été bâti. Vous êtes au service des clients et non le contraire! C est eux qui payent vos factures! Construction d un site d eau potable Qu avez-vous à dire aux hommes d affaires américains pour cela? Mon souhait est de briser cet éloignement. Nous connaissons le potentiel des sociétés américaines et sommes certains que plus elles s installeront, plus le marché leur sera acquis. Quelle est l envergure annuelle de vos activités? Les projets sur lesquels nous travaillons sont en moyenne dans l ordre de 2-3 milliards de FCFA, et notre but est d obtenir des marges bénéficiaires moyennes de 30% par projet....chaque parcelle de l économie managée par un homme d affaires contribue au développement du pays et nous procure une réelle fierté Qu attendez vous du monde des affaires américain? Ce dont nous avons besoin aux USA, ce sont des partenaires qui veulent bien travailler avec nous. Nous pouvons, par exemple, répondre aux appels d offres et exécuter de grands projets. En effet, dernièrement, nous étions à la recherche de partenaires américains pour un projet de $30 millions de dollars.malheureusement, malgré les différents coups de fils, s et contacts que nous avions, nous sommes restés sans réponses. Nous avons donc besoin de partenaires qui peuvent nous apporter de l expertise, de l équipement ou des capitaux. Qu est-ce qui, à votre avis, devrait décider les hommes d affaires américains à investir au Cameroun? Vous savez, beaucoup de sociétés américaines sont déjà installées au Cameroun et font un bon chiffre d affaires. Ces résultats peuvent rassurer les investisseurs et leur garantir le confort de transactions dont ils ont besoin. Quels facteurs justifient au Cameroun ces résultats? Vous savez le Cameroun a beaucoup de potentiel et ces quelques facteurs devraient aiguiser leur appétit: L Afrique c est l avenir. Chez nous beaucoup reste à faire Membes de l équipe managériale Entretien mené par Dr. Gaston Mbonglou Page 11 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

12 Company to Watch - Zoom sur le GIC Agro Pastoral de Penja Entretien avec Mme Fodjo Michelle, PDG GIC Agro Pastoral de Penja. Dans une économie mondiale au dynamisme peu constant, la Chambre de Commerce et d Industrie assure la promotion de l entreprise camerounaise. Garante des impératifs de libre concurrence et d absence de discrimination dans les échanges, elle représente les intérêts de ses membres et régule leur fonctionnement. Grâce à la Chambre de Commerce et d Industrie, la proportion de femmes dans l entreprenariat est croissante au Cameroun. Qu est ce qui a motivé votre choix de métier? Je suis une self-made woman. Après mon BEPC, je me suis lancée dans l agriculture comme tout le monde au sein de ma famille. Mon choix a largement été influencé par l éthique du travail bien fait et l amour pour l agriculture reçu de mon père. Mon but était d apporter une plus value à cette morale. De plus, pour mon village, mon rêve de toujours fut d y créer une activité fortement lucrative pour ses populations. Une structure qui contribuerait de manière importante à son développement. Profile Nom de l entreprise: GIC Agro Pastoral de PENJA Crée en: 2009 Nombre d employés: 10 Siège social: Penja...En moyenne, nous disposons d un stock qui représente 10% de notre chiffre d affaires. Cette stratégie nous conduit à une balance parfaite entre l aptitude à servir les commandes hebdomadaires et la diminution de notre capital dormant. Parlez nous de cette structure. Notre regroupement est un GIC (Groupement d intérêt commun).il est constitué de dix personnes et nous sommes installés à Penja dans la région du littoral du Cameroun. Entre les villes de Douala et de Nkongsamba. Une localité dont les habitants ont pour activité principale la culture des fruits. Il y a de cela trois ans, dans le but de doter les communautés riveraines d une unité de transformation de leurs récoltes, nous avons mis ensembles nos moyens limités. Nous produisons des jus d ananas, de gingembre, de goyave, de corossol, de papaye. Nous disposons d une superficie de 10 hectares dont un seul est exploité. Face à l intensité de la concurrence et pour contribuer à l amélioration de votre secteur d activité au Cameroun, par quoi vous distinguez vous? Notre innovation actuelle réside dans la préservation de l aspect naturel de nos boissons, sans sucre ni colorant. Pourtant, Il ne fut pas aisé d y parvenir. Nos premiers emballages étaient faits de plastique. Une matière qui modifiait le goût de nos jus. Nous vendions peu et tournions à perte. J ai alors consacré une année à étudier les approches qui pouvaient nous permettre d améliorer nos produits et surtout nous différencier. A la suite des recherches de stratégies sur le web, j ai découvert le processus de pasteurisation. C est un procédé de stérilisation et de conservation de certains aliments par chauffage puis refroidissement brusque à des températures précises. Nous l avons adopté. Page 12 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

13 Company to Watch - Zoom sur le GIC Agro Pastoral de Penja Entretien avec Mme Fodjo Michelle, PDG GIC Agro Pastoral de Penja. Nous avons modifié nos emballages. Le design aussi. Il a pour intérêt d informer et d éduquer nos consommateurs, afin qu ils puissent apprécier la consistance de notre qualité. Les consommateurs comprennent mieux notre message et pour beaucoup, notre prix de 500FCFA. La bouteille correspond amplement à la valeur du produit acheté. Aujourd hui, nos produits sont à 100% naturels et se vendent mieux. D une unité presque artisanale à la petite entreprise. Quel aura été votre atout majeur dans cette évolution et comment évaluez-vous vos actuelles capacités? Dans les affaires il suffit parfois d un peu de chance pour prospérer. Cette opportunité me fut offerte par un responsable d hôtel à qui j avais livré un carton de différents jus pour ses clients. Quelques jours plus tard. Il m en a commandé un peu plus, et nous sommes passés à un contrat hebdomadaire d une quantité sans cesse croissante. Grâce à cette référence client et fort de notre succès auprès de cet établissement, nous sommes allés vers d autres hôtels. Aujourd hui nous fournissons nos produits tant à Douala qu à Yaoundé, à des hôtels, des boulangeries et des stations-services. Conscients du temps nécessaire pour gagner un client, nous veillons à prévoir toute rupture d approvisionnement, afin de les conserver. En moyenne, nous disposons d un stock qui représente 10% de notre chiffre d affaires. Cette stratégie nous conduit à une balance parfaite entre l aptitude à servir les commandes hebdomadaires et la diminution de notre capital dormant. Nous sommes fiers de ce chiffre d affaires certes, mais nous entendons évoluer vu le potentiel du marché camerounais. Quels sont vos projets d entreprise, avez-vous des ambitions précises? Certainement, nous pensons aller au-delà de nos frontières. La CEMAC et surtout l Europe et les USA. A cet effet, je m informe régulièrement grâce au web sur les trends dans les pays occidentaux. Nous aimerions bien passer d un GIC de 10 à 100 personnes. Bienvenue aux éventuels investisseurs. Nous attendons d eux un partenariat susceptible de nous permettre de valoriser notre vaste potentiel sous-exploité. Ensembles, nous pourrons alors moderniser notre usine de production, augmenter nos capacités et améliorer nos aptitudes à servir tant le marché local que ceux vers lesquels nous voulons nous ouvrir. Notre design a pour intérêt d informer et d éduquer nos consommateurs, afin qu ils puissent apprécier la consistance de notre qualité. Entretien mené par Dr. Gaston Mbonglou Page 13 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

14 Company to Watch - Zoom sur EGBTP Entretien avec Monsieur Georges Kaiafas, PDG de EGBTP. Opérateur économique d origine américaine, il s est confié à BMCE sur les opportunités d affaires dans le secteur des BTP et le potentiel que revêtent les investissements dans le domaine du Ciment. Profile Nom de l entreprise: EGBTP Crée en: 2002 Nombre d employés: 150 Siège social: Douala...Il fait bon vivre au Cameroun et les affaires marchent bien. Le fait que je réside dans ce pays depuis plusieurs années déjà en est la preuve. Vous êtes PDG de l entreprise EGBTP. Parler-nous de votre société. Je suis PDG de la société anonyme à responsabilité limitée EG- BTP. Une entreprise du secteur des bâtiments et Travaux publics dans le monde des affaires camerounais. Initialement, nos activités étaient limitées aux BTP. Toutefois, nous avons constaté que les besoins en ciment au Cameroun s estiment au-delà de 2,5 millions de tonnes par an, pour ce qui est de la consommation privée. Pour ses grands travaux qui incluent des projets structurants, les besoins de l Etat sont plus importants. A ce marché s ajoutent les demandes de la sous région Afrique-centrale en général, et de la zone CEMAC en particulier. Cette insuffisance de l offre en ciment et en fer à béton influe sur l activité économique de notre pays, tant sur les plans qualitatifs que quantitatifs. Une pénurie exacerbée par l accroissement de la population et donc de la demande en infrastructures pour l amélioration des conditions sociales des populations: logements, routes, hôpitaux, complexes sportifs, barrages et ouvrages d art. Ambitionnez vous de résorber ces besoins? Quels sont vos projets? La volonté d apporter de l innovation dans ce marché nous a motivés dans la création d une usine locale. Notre ambition étant d accéder au statut de Market Leader camerounais dans le domaine. Nous avons posé en 2011, la première pierre d une usine d ensachage de ciment. À ce jour, où en êtes vous? Face à une concurrence faite de multinationales, la bataille était mal choisie. Notre gabarit et nos capitaux n étaient ni à la hauteur du risque, ni à la dimension nationale de ce projet d entreprise. Pourtant, notre stratégie se matérialisait en 3 axes : la qualité, le prix et le service au client. Notre système de distribution envisageait des prestations directes de l usine à nos clients tels que les fabricants de pavés. Mais avec un capital qui s élevait à près de 6 millirad FCFA seulement, nous avons dû nous redéployer dans notre domaine de départ, les BTP et l importation du ciment.. Vous affirmez vous vaincu? Pas du tout. Notre détermination n en est que plus dynamisée. Le ciment demeure notre passion. En ce moment, nous pensons plus à sa matière première dont regorge le Cameroun. Il n existe pas assez d usines de transformation locale. Notre projet de créer une usine de transformation du Clinker et de matières premières, nécessaires à la fabrication du ciment, n est pas abandonné. Nous recherchons pour cela des partenaires susceptibles de partager avec nous les investissements par des apports en équipements, en expertises ou en capitaux. Page 14 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

15 Company to Watch - Zoom sur EGBTP Entretien avec Monsieur Georges Kaiafas, PDG de EGBTP. Avez-vous établi un plan de renforcement de vos capacités pour l accomplissement de ce projet, qu est-ce qui le singularise? Pas un plan, mais une quête. Nous recherchons des partenaires. Dites à mes confrères américains qu un des leurs les attend à bras ouverts. Je connais le marché camerounais et son potentiel. Par ailleurs, je connais aussi les américains et leurs attentes. Cette double imprégnation me prédispose à un partenariat efficace. Que pensez-vous de notre pays Monsieur Kaiafas? Il fait bon vivre au Cameroun. Le fait que je réside dans ce pays, depuis plusieurs années déjà, en est la preuve. De plus, mon épouse est camerounaise. Je m y plais et j aimerais continuer à apporter ma modeste contribution au développement de cette économie jeune et dynamique. Il est indéniable que vous n êtes pas l unique promoteur camerounais désireux de donner une envergure certaine au marché du Ciment. Qu est ce qui fait votre difference? Mon expérience dans le BTP. De l importation à la distribution sur un marché très concurrentiel, j ai beaucoup appris. C est un atout indéniable pour tout partenaire. Après les challenges relatifs à l usine d ensachage du ciment, j ai appris une leçon fondamentale: ne jamais se lancer seul dans un grand investissement. Je suis ouvert à toute proposition sérieuse.... La volonté d apporter de l innovation dans le marché du ciment nous a motivé dans la création d une usine locale. Entretien mené par Raj Ganesan Page 15 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

16 cover A story la une - Budget 2013 et le financement de l entreprise. Le casse-tête du financement de l entreprise! Le Budget-programmes est entré en vigueur au Cameroun depuis le 1er janvier. C est la principale innovation de la loi des finances Les priorités au cours des douze prochains mois sont la poursuite des grands chantiers engagés en 2012 dans le cadre de la politique des grandes ambitions mise sur les rails par le chef de l Etat Paul Biya, à la faveur de la campagne présidentielle d octobre La finalité étant la promotion de l emploi, l augmentation de la croissance ainsi que la lutte contre la pauvreté et la vie chère. Un cadre institutionnel incitatif s érige progressivement pour booster l industrie. Selon le recensement général des entreprises (RGE) de l Institut national de la statistique (INS), réalisé en 2009, le Cameroun compte entreprises industrielles sur les répertoriées. De ces entreprises, seules 683 ont des effectifs de plus de 10 personnes. Ces dernières emploient environ personnes pour un chiffre d affaires de milliards de francs CFA. Six branches d activité seulement ont été identifiées comme industries manufacturières (alimentation et tabac, textile, confection, cuir et chaussures, bois, papier, imprimerie et édition, métallurgie et fonderie, ouvrages métalliques, appareils électriques, matériaux de construction et matériels de sport). En 2008, le secteur industriel a généré un chiffre d affaires de 3 502,3 milliards de francs CFA, un peu moins que les milliards de francs CFA que le Nigérian Dangote compte investir pour les quatre prochaines années sur le continent africain, notamment au Cameroun. Ce poids financier représente 34% des milliards du chiffre d affaires global tout secteur confondu, pour des effectifs de travailleurs. Des entreprises qui, selon le ministre des Mines, de l Industrie et du Développement technologique (Minmidt), «se portent relativement bien, même s il faut reconnaître qu elles ont des difficultés d ordre endogène et exogène.» (Cameroon Tribune, 04/04/2013). Sur le plan exogène, Emmanuel Bonde invoque la crise des subprimes de 2008 qui a compressé la demande mondiale. Sur le plan endogène, le déficit énergétique, le financement, la gouvernance, les problèmes d infrastructures et la cherté du coût des facteurs de production constituent un réel blocage au développement de l industrie au Cameroun. Selon le Groupement Inter patronal du Cameroun (GICAM), qui déclinait sa vision pour le décollage de l industrie nationale au gouvernement, lors d un dîner-débat le 13 mars 2013 à Douala, «l entrée en vigueur du budget-programmes s accompagne d une réforme du système d imposition allant vers la suppression des régimes dérogatoires, l assouplissement du régime commun et un recours plus prononcé aux marchés des titres, tout cela épaulé par un plus grand effort de modernisation de l administration fiscale». Pour le groupement, le budget-programmes devrait donc offrir aux entreprises des opportunités de placements de fonds dans les instruments de financement du trésor public et une meilleure insertion dans la commande publique. En plus, le Gicam plaide pour des améliorations et des clarifications à apporter au traitement fiscal des frais d assistance technique, de la Tva sur les opérations de leasing ou de crédit-bail ainsi qu aux mécanismes de remboursement des crédits de Tva et ce, notamment pour les entreprises en situation de crédit structurel de Tva. Page 16 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

17 cover A la une story - Budget 2013 et le financement de l entreprise. Cadre institutionnel incitatif. Des dispositions évidentes, pour le ministre des Finances, Ousman Alamine Mey, qui pense que «le budget-programmes, outil d opérationnalisation du régime financier de l Etat, qui a pris corps sur le plan législatif en 2007, permettra à l Etat de se projeter dans l avenir et d élaborer un cadre d action global de manière à se fixer des objectifs en fonction des missions et des obligations en tenant compte des contraintes clairement identifiées». En attendant que le nouveau code des investissements soit validé, la question énergétique est une priorité absolue pour le gouvernement Yang Philémon qui s emploie à aménager un cadre propice à la promotion de l entreprise au Cameroun. Le Document de stratégie pour la croissance et l emploi (DSCE) élabore, dans le cadre du programme économique du Cameroun pour les 10 prochaines années ( ), un plan énergétique qui envisage de porter la production énergétique de 1337 MW actuellement à 3000 MW en L objectif étant non seulement de combler le déficit national, mais également d exporter de l électricité dans la sous-région Afrique centrale. Les barrages de Me emvele, de Lom Pangar et de Mékin contribueront à rattraper le gab énergétique situé entre 500 et 600 Mw, selon le ministère de l Eau et de l Energie (Minee). Selon les chiffres, le manque à gagner annuel est évalué à environ 1% du produit intérieur brut (PIB). Soit plus de 1000 milliards de pertes entre 2002 et 2011 du fait de l insuffisance d énergie. La contribution du secteur secondaire dans le PIB du Cameroun est en nette régression depuis le début des années Elle est en baisse de près de 5 points entre et au profit du secteur tertiaire. Le plan de restructuration du secteur industriel est en marche. Un décret présidentiel du 03 avril 2013 crée l Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (APME) chargée de la mise en place de la stratégie sectorielle en matière de promotion et de développement des PME, de la facilitation des formalités de création d entreprises, de l encadrement des entreprises dans la mise en place d outils de gestion adaptés à leurs besoins organisationnels, techniques et financiers, commerciaux et technologiques, de la facilitation de l accès des PME aux financements de leurs activités, de la facilitation des relations de partenariat entre les PME et les grandes entreprises etc. Pour mettre en musique tous les efforts du gouvernement en matière de promotion de l entreprise, un système d évaluation des projets est mis en place autour du ministère des Finances. Pour la mise en œuvre du budget-programmes, «la nécessité Au niveau du ministère de l Agriculture et du Développement rural (Minader), l «Agriculture de 2ème génération» est en pleine expérimentation. du changement reste une constante, selon Alamine Ousmane Mey. Des comités d évaluation et un comité de pilotage ont été mis en place pour l évaluation de la cohérence des projets, mais l implémentation requiert une institutionnalisation de la démarche de performance. De ce fait, apprend-on, l administration doit relever un grand nombre de défis dont l appropriation, la mutation des valeurs administratives, la réforme des procédures, un changement du paradigme de comportement et un changement de la culture administrative». Au niveau du ministère de l Agriculture et du Développement rural (Minader), l «Agriculture de 2ème génération» est en pleine expérimentation. Le projet cacao vise de porter sa production à tonnes en 2020 contre tonnes actuellement. Il envisage également de porter le taux de transformation du cacao actuellement de 15% à 50% dans le même temps. La répartition du budget 2013 de milliards de francs CFA traduit l ambition du gouvernement Yang et sa répartition par secteur tient compte des priorités. Luc Bienvenu Onana Page 17 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

18 cover A story la une - Crise du logement L Etat tend la perche au secteur privé Une flopée de mesures inci- Deux décennies de récession économique ont entrainé une baisse drastique des ressources du Cameroun. L Etat, sous les fourches caudines des plans d ajustement, a été contraint de déménager du secteur du logement social pour aménager dans les secteurs dits prioritaires tels que la santé, l éducation et les infrastructures. On prend la même logique et Conséquence : l offre en logement s est considérablement détériorée, d autant qu aucun investissement significatif n était possible. Entre temps, la pression de la poussée démographique, couplée à une urbanisation galopante, se faisait ressentir avec la dégradation de l habitat et la promiscuité rampante autour des habitations résidentielles avec pour corollaire la montée de la délinquance et de la criminalité urbaines. La crise du logement au Cameroun est un secret de polichinelle. Le gap est évalué à un million d habitats. En dépit des politiques publiques de promotion du logement, le Cameroun n a produit que logements en 50 années à travers la chaîne globale de toutes les institutions de construction. Soit en moyenne 240 logements par an. Or, le Mali, avec ses ressources modestes, a produit logements en 30 ans. Soit en moyenne 666 logements par an. C est à ce titre que Yaoundé, à travers son bras séculier, le ministère de l Habitat et du Développement urbain (MINDUH), a mis en place une règlementation visant à encadrer tous les acteurs du domaine, à leur créer des plateformes de collaboration pour créer une synergie à même d avantager tous pour le bien-être de ses populations. D où la promotion du libre-échange dans ce secteur qui confère une place de choix à l initiative privée. Page 18 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

19 cover A la une story - Crise du logement Mais, le déficit du logement au Cameroun reste gravement accentué dans les deux grandes villes que sont Yaoundé et de Douala, comme le reconnait le ministre lui- même dans une de ses communications. Les seules villes de Yaoundé et de Douala enregistrent un déficit de logements. En guise de solutions, d importantes réformes sont en cours. elles visent l amélioration du cadre législatif, institutionnel et règlementaire du secteur de l habitat d une part, la réalisation d un programme de construction de logements d autre part, ainsi que l aménagement de parcelles dans tout le pays. Avec des perspectives de logements à l horizon Cadre légal. Le cadre législatif mis en place fait la part belle aux investisseurs camerounais avec un taux de 85%. A cela s ajoute l actualisation d un certain nombre de lois et règlements telles que la loi n 97/003 du 10 janvier 1997 relative à la promotion immobilière, complétée par le décret n 2007/1419/PM du 02 novembre 2007 fixant ses modalités d application ; la loi n 2001/020 du 18 décembre 2001 portant organisation de la profession d agent immobilier ; la loi n 2009/009 du 10 Juillet 2009 relative à la vente d immeubles à construire ; la loi n 2009/010 du 10 Juillet 2009 régissant la location accession à la propriété immobilière En somme, un arsenal juridique renforcé, mais qui reste à compléter, puisqu une réflexion sur la révision des textes sur la copropriété se poursuit. L engagement de l Etat qui, en plus d assainir le secteur, va permettre indubitablement l émergence de nouveaux acteurs de l immobilier, et induire de nouveaux emplois. C est cet objectif de professionnalisation du secteur, inéluctable mais porteuse de beaucoup d espoirs, qui motive les gouvernants camerounais. D où certaines facilités accordées à des privés. L encadrement des pouvoirs publics se traduit également par un appui matériel et financier aux promoteurs sociaux. Les facilités à eux accordées peuvent être fiscales ou douanières, à travers des exonérations accordées à certains promoteurs immobiliers dans l importation des matériaux de construction. Selon le ministre de l Habitat et du Développement urbain Claude Mbwentchou, «l Etat peut mettre à la disposition des investisseurs sérieux des terrains d assiette capables de supporter des programmes immobiliers d envergure, sans oublier l aménagement des voies d accès aux sites qui abritent ces opérations». L on retiendra à titre illustratif, que pour le compte de l exercice 2012 écoulé, 4 promoteurs ont bénéficié de cet appui pour un montant un peu au-dessus d un milliards de francs CFA, pour des projets dans les villes de Yaoundé, Mfou, Douala et Bamenda. D après le Minduh, «l appui gouvernemental à la promotion immobilière privée peut aussi prendre la forme de l amenée des réseaux d électricité, d eau, de téléphone, de fibre optique par exemple.» Des appuis n ayant pour finalité qu à minorer le coût final des constructions ou des lots mis à la disposition des populations en quête de logements ou soucieuses d accéder à la propriété foncière. Cyrille Atem Le pari difficile des prix L Etat du Cameroun projette de construire logements sociaux d ici à 2015 dans le cadre du Document de stratégie pour la croissance et l emploi (Dsce), mis en œuvre depuis Ce programme salutaire vise à résorber progressivement le déficit en logements estimé à un million. Malheureusement, les critères d éligibilité à cette offre en logements posent problème : au-delà des prix jugés élevés pour les bourses modestes, il existe une véritable injustice au niveau du choix des locataires de ces habitations, au regard de la triste expérience des cités SIC. Au niveau des prix, il faut débourser entre 10 et 15 millions de francs pour acquérir une maison moyenne de deux chambres, salon, douche et cuisine, sans espace vert. Ce coût qui est quasiinsupportable pour la majorité. Une enquête du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) indique que le revenu annuel moyen par personne varie de F à F; toute chose qui démontre combien il sera difficile pour certaines catégories de personnes de bénéficier de l appui de cette offre. Par ailleurs, la politique gouvernementale en matière de logement profite plus aux classes aisées. Ceux-là qui écument les Camps SIC où le niveau du loyer est acceptable, alors que le Camerounais ordinaire en paie le prix fort. Pour un salaire de F, il se démène à payer un loyer de F contre F dans une cité SIC. L encadrement des pouvoirs publics se traduit également par un appui matériel et financier aux promoteurs sociaux. Les facilités à eux accordées peuvent être fiscales ou douanières. Page 19 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

20 Entreprenariat et Partenariat - 60 minutes avec notre invité HE Robert P. Jackson, US Ambassador to Cameroon Les efforts du gouvernement camerounais pour améliorer le climat des affaires sont louables. Dans un entretien fleuve, l ambassadeur des États-Unis au Cameroun, parle, sans frein ni tabou, de partenariat, des activités de son pays dans les secteurs de développement prioritaires, du climat des affaires et des problèmes existants. Dans la première partie consacrée au renforcement de la coopération bilatérale entre le Cameroun et les États-Unis, il précise le rôle des structures spécialisées telles que l EXIM BANK, l OPIC, et la section commerciale de l ambassade des États-Unis à Yaoundé. Excellence, pouvez vous d entrée de jeu nous presenter l état des lieux du partenariat Cameroun/ États-Unis en matière de commerce et d investissements? Soyons clairs sur un point; même les Nations Unies sont d accords que les sociétés américaines sont de loin les plus grands investisseurs au Cameroun, pas la France. Ce ne sont pas mes chiffres, mais ceux des Nations Unies. En deuxième lieu, notre commerce bilatéral est en augmentation chaque année, et ce depuis plusieurs années. L année dernière nous avons eu des échanges d une valeur supérieure à cinq cents millions de dollars. Le Cameroun a exporté pour près de trois cent millions de dollars vers les États-Unis, tandis que mon pays a exporté pour environ deux cent cinquante millions de dollars vers le Cameroun. Nos exportations dans leur grande partie sont constituées de matériel d équipement destinés à soutenir les grands projets d infrastructures en cours. Dernièrement, j ai assisté à la mise en service de six locomotives venant des États-Unis. Parmi les exportations camerounaises, le pétrole figure en bonne place. Toutefois, depuis des années, les quantités fournies à notre pays demeurent stables. Et les denrées agricoles exportées vers les Etats-Unis sont en constante augmentation, grâce aux efforts consentis dans le cadre de l AGOA (African Growth and Opportunity Act). Ce programme aide les camerounais à exporter près de 6000 produits différents vers les Etats-Unis. Ça, c est le commerce. Qu en est-il des investissements américains au Cameroun J ai parlé un peu d investissements, mais il faut reconnaître aussi que depuis mon arrivée au Cameroun au mois d octobre 2010, nous avons vu l implantation au Cameroun de dix sociétés américaines. De très bonnes raisons expliquent cette progression. En Afrique centrale, le Cameroun est la porte d entrée pour le Tchad, la RCA, et bien entendu pour d autres pays africains. Grace à ses nombreux atouts, ce port permet de distribuer facilement les produits dans toute cette région. Page 20 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

21 Entreprenariat et Partenariat - 60 minutes avec notre invité Les derniers contrats concernant la tomate, le haricot vert, le café, le cacao et le textile sont indicatifs du fait que, grâce aux recherches et à vos efforts, vous pouvez trouver des opportunités aux États-Unis. Par ailleurs, la progression nette du PIB camerounais, d année en année, témoigne de la croissance d un marché potentiel tant pour les sociétés américaines que pour les entreprises camerounaises à la recherche de produits de bonne qualité fabriqués aux États-Unis. camerounais qui veulent pénétrer le marché américain et quel type de partenaires devraient-ils cibler: PME ou grandes multinationales? Vous savez, le marché américain est énorme, Quel a été le rôle de l OPIC et d EXIM Bank dans la facilitation des investissements américains au Cameroun? L OPIC (Overseas Private Investment Corporation) est une institution gouvernementale qui offre des crédits aux microentreprises camerounaises. Cet aspect de nos relations économiques est peu connu. Pourtant, ce mécanisme a offert des facilités de prêts de plusieurs millions de dollars l année dernière, à travers notre partenaire ADVANS bien implanté dans plusieurs villes du Cameroun. En plus, l Export-Import Bank (EXIM) des États-Unis a accordé un prêt d environ 40 millions de dollars au Génie militaire camerounais pour acquérir des équipements de construction. J ai participé à la signature de cet accord à la fin de l année Nous avons aussi un projet similaire dans la fourniture d équipements pour la construction du pipeline. EXIM Bank est disposé à prêter davantage, car cette institution dispose d une ligne de crédit spéciale pour le Cameroun et cinq autres pays africains. Mais pour y accéder, vous devez importer des produits des États-Unis, et nous sommes clairs sur ce point. Pour les autres institutions qui facilitent les exportations, il faut noter que le Trade and Development Agency, une petite agence qui finance les études de faisabilité et de préfaisabilité, nous a permis de financer plusieurs études dans le secteur eau et énergie. Le ministère de l Eau et de l Energie nous a contactés pour la poursuite de certains projets dans le secteur de l énergie optique. Nous savons tous que c est un grand besoin pour le Cameroun d avoir plus d électricité; US Ambassador as keynote speaker for a UASG Entrepreneurhip event, hosted by Dr. Mbonglou at ISTAG Yaounde, 2012 je crois qu il y a beaucoup d opportunités dans les partenariats entre les sociétés américaines et camerounaises, afin de travailler ensemble pour s attaquer à ce problème. Excellence, vous avez parlé de dix sociétés américaines qui se sont installées au Cameroun depuis votre arrivée; quels sont leurs domaines d intervention? La plupart des sociétés sont des moyennes entreprises en termes américains évoluant dans les domaines tels que le Cacao, les produits chimiques, le bois, l agriculture, le pétrole. Une variété de domaines. Je vous cite à titre d exemple Taylor Guitars, une société mondiale cependant moyenne du point de vue américain. Il est vrai que nous avons aussi des exceptions avec des géants américains comme General Electric, une entreprise de renommée mondiale. Pourrait-on savoir, d après votre expérience Africaine en général et camerounaise en particulier, quels sont les secteurs d affaires porteurs pour les et je crois que beaucoup de camerounais comprennent mal qu on puisse cibler une partie de ce marché. Ce n est pas évident, voire nécessaire d approvisionner les Wal- Mart ou les structures énormes. En fait, on peut aussi conclure des contrats avec des PME américaines pour offrir des produits agricoles, le textile et beaucoup d autres produits de base et être sûr de respecter ses contrats. On a souvent vu des gens qui croient qu il faut avoir des quantités de production astronomique pour exporter vers les États-Unis. Ce n est pas forcément nécessaire, encore moins efficace. Je crois que les derniers contrats concernant la tomate, le haricot vert, le café, le cacao et le textile sont indicatifs du fait que, avec des recherches et des efforts Page 21 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

22 Entreprenariat et Partenariat - 60 minutes avec notre invité vous pouvez trouver des opportunités aux États-Unis. votre pays offre de nombreuses opportunités aux hommes d affaires Comment apprécier l état d esprit des hommes d affaires américains installés au Cameroun? Je trouve que les efforts du gouvernement camerounais pour améliorer le climat des affaires sont louables. Cependant, il y a beaucoup de travail à faire. L objectivité de la justice n est pas prévisible. Je peux citer plusieurs sociétés américaines qui ont des conflits avec des partenaires camerounais. Il y a la lenteur et la corruption qui posent problème. Soyons honnêtes sur ce point là. En plus, nous avons vu les indicateurs Doing Business de la World Bank qui viennent de sortir. Le Cameroun a perdu quelques places. J ai apprécié la récente sortie du Premier ministre à Douala quand il a déclaré officiellement : on va prendre des mesures et établir des délais très clairs. C est important, il faut respecter les délais. L autre problème, c est que beaucoup de sociétés américaines dénoncent le flou qui entoure le système fiscal local. C est la chose la plus embêtante pour les sociétés qui veulent faire des affaires au Cameroun. Par ailleurs, que ce soit pour les camerounais que pour les américains, l on accuse des lenteurs au port de Douala dans la livraison des marchandises. Il faut absolument faire des efforts supplémentaires pour que les biens sortent rapidement du port. A vous entendre, on a l impression qu il existe des zones d ombre dans votre discours sur le partenariat Cameroun - USA. Au niveau des modalités d accès à certains financements et sur la disponibilité même de certaines institutions américaines à financer l économie camerounaise. En clair, il est question de financer l économie camerounaise, à travers toutes les institutions que je vous ai énumérées. Pour moi, il existe un réel problème de communication. Nous sommes complètement d accord pour faire comprendre aux camerounais et aux entreprises camerounaises que ces ressources sont disponibles et elles constituent un défi. J espère que votre revue et d autres feront cet effort de communication. Vous pouvez consulter également le site web de l ambassade des États-Unis qui regorge d informations utiles concernant les accords que nous signons. Bien que la presse camerounaise nous accompagne à chaque fois, il reste que nos actions sont souvent mal connues du grand public. Je suggère qu on continue à faire des efforts avec le ministère du Commerce, le ministère des Finances et les journalistes. Sur notre site web, nous avons créé une rubrique intitulée DOING BUSINNESS qui regorge d informations concernant les investissements, les financements et les axes de ressources du gouvernement américain. Les secteurs intéressants à la fois pour le gouvernement du Cameroun que celui des États-Unis y sont indiqués! En dehors du secteur de l énergie que vous avez cité, quels sont les autres secteurs d activités dans lesquels les entreprises américaines ont récemment investi au Cameroun? Je parlerai du cacao et du café. A côté de cela, nous poursuivons des efforts pour avoir des sociétés hôtelières au Cameroun. Et je reste convaincu que nous aurons au moins un deuxième hôtel,je dirai plutôt un quatrième hôtel, étant donné qu ils sont rares, ceux qui savent que Le Méridien est maintenant géré par une entreprise américaine et que Ibis du groupe Accor est une société de parent américain et non une chaîne française. Encore une fois, quand on parle des investissements américains, il faut noter le démarquage des sociétés américaines par rapport aux entreprises d origine française. Je suis très fier des efforts de Taylor Guitar qui fabrique la plupart des guitares qu ils distribuent partout dans le monde avec l ébène et le sapelli du Cameroun. Ils font de gros investissements dans les deux scieries qui vont progressivement produire du bois pour des guitares plus raffinées. Qu en est-il de la sécurité? La sécurité dans tous les pays du monde, est un sujet important. Je crois sincèrement que le gouvernement du Cameroun fait des efforts pour assurer la sécurité de tout le monde qui vit sur son territoire. Nous venons de terminer pas un, pas deux, mais trois exercices militaires, pour renforcer les capacités des forces de sécurité camerounaises, et nous allons continuer ces efforts pour combattre la piraterie, le terrorisme, le braconnage et pour renforcer la sécurité globale. Excellence, si vous nous aidiez à vendre le Cameroun aux hommes d affaires américains, quels seraient vos arguments? C est une question complexe car le Cameroun est un pays complexe. Cependant, il faut noter que votre pays offre de nombreuses opportunités aux hommes d affaires. Il faut remarquer que les dix économies ayant le taux de croissance le plus élevé dans le monde sont en Afrique. Ainsi, venir vers une économie de la taille de celle du Cameroun est un bon investissement. Le peuple est accueillant et le climat des affaires a des défis que nous connaissons.toutefois, le gouvernement fait un effort pour améliorer ce climat des affaires. Il faut apprécier cela à sa juste valeur. Par ailleurs, en regardant tous les secteurs, il y a beaucoup d opportunités dans ceux de l agro industrie et des mines. Cependant, cela ne veut pas dire qu il n y a pas d autres secteurs porteurs. Mon meilleur conseil à l adresse des hommes d affaires américains est de venir au Cameroun, étudier le pays et prendre leur décision. Evidemment, l Ambassade des États-Unis est là pour guider et assister les sociétés américaines intéressées à exporter vers le Cameroun ou à s y installer. Excellence, nous vous remercions pour votre disponibilité, mais pour finir, y aurait-il un aspect que nous aurions oublié dans notre discussion? Non, je pense que nous avons eu un très bon entretien et je vous en remercie infiniment Atem Cyrille Marina Manga Dr. Gaston Mbonglou Page 22 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

23 The Expert Corner - Science en Environment Dr. Michael Piasecki, Associate Professor for Water Resources, City College of New York, USA L eau n est pas l eau : savoir faire la différence fait toute la différence Si nous savons tous que l eau, représentée par H2O, occupe une grande partie de la terre, nous savons également que 97,5 % de cette eau est emprisonnée dans les océans sous forme d eau salée. Par conséquent, nous ne nous intéressons qu aux 2,5 % restant, à savoir, les ressources hydriques fraiches de notre planète. En terme de volume d eau fraiche, il existe effectivement des régions qui semblent mieux pourvues que d autres. Bien qu elles ne soient nullement épargnées par la sècheresse. Cette situation ne représente toutefois qu une partie du problème. L autre mal étant la contamination. Autrement dit, l accès à l eau potable constitue la cause fondamentale du problème d eau dans le monde. Santé publique en crise Selon les estimations de l UNESCO, environ 884 millions de personnes à travers le monde, la majorité vivant en Afrique, n ont pas accès à l eau potable. La croissance de la population, l urbanisation grandissante, la pollution chimique et les espèces envahissantes sont les principaux facteurs qui contribuent à la détérioration de la qualité de l eau. Les conséquences sur l environnement et sur l humanité sont donc considérables. A titre d exemple, près de 1,5 millions d enfants meurent chaque année de maladies hydriques telles que l hépatite A et E, la typhoïde, la dysenterie, le choléra et la diarrhée d origine bactérienne et parasitaire, les maladies à transmission vectorielle telles que le paludisme et l ictère (celles-ci ne sont pas directement liées à l eau, mais les moustiques aiment les habitations humides et marécageuses), et les maladies liées au contact avec l eau telles que la bilharziose et la leptospirose. On estime que la diarrhée à elle seule est responsable de 10 % de tous les décès enregistrés au Cameroun (WBI, consulté en 2013). Il est donc évident que le Cameroun a urgemment besoin d infrastructures hydrauliques permettant d améliorer les conditions de vie de ses habitants à travers un meilleur accès à l eau potable, notamment à travers la prévention, le contrôle et le traitement au point d utilisation. Selon Waterwiki.net, le Cameroun regorge de nombreuses ressources hydriques distribuées le long d un vaste réseau fluvial. Selon les estimations, la quantité de ressources d eau renouvelable s élève à près m3 par capita (statistiques de 2006), desquelles seulement 0,3% sont utilisés chaque année. Cela qui signifie que le problème de l eau au Cameroun n est pas que celui du manque de quantité, mais aussi celui de la distribution et de la qualité. Cette disparité a une incidence sur la propagation de maladies. Malgré les efforts entrepris par le gouvernement, l opinion nationale ne se focalise que sur le manque d investissements public dans ce secteur et à l absence de mécanismes de financement disponibles pour réaliser les aménagements hydrauliques. Toutes ces raisons forment un labyrinthe complexe et inextricable de dépendances dont il devient difficile de s en dépêtrer. Toutefois, il existe des initiatives positives qui méritent d être prises en compte. C est le cas des projets financés par l UNESCO, l USAID, l IDB et d autres organismes. Ils ont pour objectif la construction d usines de traitement ou l extension des réseaux de services publics d approvisionnement en eau potable. Cependant, beaucoup reste à faire et l amélioration pourrait prendre des décennies. Par conséquent, l action du gouvernement comme solution ne peut s avérer qu insuffisante, et sa gestion du problème ne peut être que d une évidence limitée.il s agit plutôt de prendre la situation en main et de chercher des mesures qui offrent une solution sur le court terme et qui sont durables sur le moyen terme. Une démarche qui consisterait à favoriser une planification des ressources hydriques sur la base d un système décentralisé gouverné ou géré au niveau local plutôt qu un système centralisé dans lequel une grande entité, à l instar du gouvernement central, gère tous les aspects de construction, de propriété, de réglementation, d exploitation des centres de traitement et de distribution d eau. En d autres termes, transférer la responsabilité du gouvernement central à une plus petite communauté permet de soutenir les initiatives en matière d approvisionnement en eau. En plus d offrir une opportunité d emploi, ce transfert permet également de créer un sentiment de propriété et de fierté dans le processus de fonctionnement. Page 23 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

24 The Expert Corner - Science en Environment Près de 1,5 millions d enfants meurent chaque année de maladies hydriques Opportunités d affaires L initiative Water A Business Imperative (L eau: un impératif en affaires), une série de tables rondes sponsorisées par DIAGEO en appui au UN Global Compact CEO Water Mandate, entreprise par Guinness Cameroun à Douala en 2010 est parvenue à la conclusion selon laquelle l un des principaux problèmes dont souffre le secteur de l eau au Cameroun est le manque de capacité. L on entend par capacité, dans ce contexte, un manque cruel de personnes averties et d expertise adéquate. Ce manque de capacité est surtout criard lorsqu on en vient au contrôle de la qualité de l eau. Un contrôle de la qualité de l eau est rarement effectué pour avoir une image claire sur la propreté même de la ressource. L eau claire, généralement comparée à l apparence claire du cristal et caractérisée par sa propriété inodore, peut être très contaminée, tandis que celle trouble serait en réalité très saine pour la consommation malgré son apparence malsaine causée par des solides dissous plutôt inoffensifs. Les opportunités d affaires sont relativement évidentes. On peut aisément imaginer des entrepreneurs, une fois formés, devenir des spécialistes mobiles dans le contrôle de la qualité de l eau. Ils la contrôleront dans les milieux ruraux à un prix abordable. Ceux-ci peuvent travailler sous contrat avec le gouvernement ou les communes. On peut également penser à la création d une usine de production locale, à prix abordable pour le consommateur normal, d appareils de contrôle et d épuration d eau au point de consommation. Cette usine servirait les besoins du marché camerounais, de la zone CEMAC et de l Afrique subsaharienne. À titre d exemple, PortAPure a mis sur pieds deux dispositifs plutôt faciles à utiliser : il suffit de verser de l eau à purifier au dessus et recueillir de l eau potable en dessous. Ces dispositifs ne requièrent aucun composant chimique, Bien que cette activité requière principalement des expertises techniques ou ingénieriales ayant trait à l hydraulique et à la construction d infrastructures, un autre aspect souvent ignoré est celui du besoin de s assurer que les ressources hydriques exploitées sont en effet utilisables du point de vue de la qualité et de la quantité d eau. Dans certaines régions, l on a rencontré des habitants disposant d une connaissance suffisante des niveaux de l eau souterraine, de la productivité des puits, des directions du flux, des relations entre la pluie et l écoulement fluvial, des inondations, des conditions atmosphériques, c est-à-dire la partie physique des choses, mais totalement ignorants du degré de qualité de leur eau, c est-à-dire de ses aspects chimiques et biologiques. Cette situation s appliquerait également à d autres couches socioéconomiques. Autrement dit, même les personnes titulaires de diplômes de l enseignement supérieur n avaient aucune information sur leur eau, ou sur la façon de la tester. Encore moins sur la façon d interpréter les résultats. Pourtant, il est évident que la prévention des maladies serait un grand pas en avant si les consommateurs étaient suffisam- mais reposent entièrement sur des filtres de 0,02 micron pour vous débarrasser de 99,99 % de toutes les substances indésirables, des microbes ou sédiments en passant par les virus. Ils peuvent épurer près de 2000 litres avant d envisager le remplacement des filtres. Ces appareils sont faciles à utiliser du point de vue technique, ce qui fait de la collaboration avec une société comme PortAPure une opportunité idoine. La production locale ne nécessite pas une main d œuvre importante hautement qualifiée, offrant ainsi du travail à toutes les couches de la population. Par ailleurs, la fabrication au niveau local réduit les frais de transport et d expédition, et dans un environnement favorable aux affaires, les incitations peuvent donner un coup de pouce. Elle permet également d offrir une formation à une main d œuvre spécialisée en plus de créer en elle un sentiment de fierté quant à la contribution à la mise sur pied d un projet extrêmement utile aux populations et à l environnement. PureBottle: Bouteille à usage personnelle (20 onces) PureLives: Dispositif d'épuration d'eau (20 litres) Pour plus d informations contactez: Page 24 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

25 The Expert Corner - Market and Strategy Greg Campbell, CEO Rainkmaker - Inc Analyser avant de se lancer! Comprendre ses clients est la clé du succès pour toute entreprise. Pour beaucoup d entrepreneurs, l initiative de démarrer une entreprise repose sur la perception d un potentiel marché, d une part, et l assurance de faire de bonnes affaires avec un produit ou un service particulier, d autre part. potentiels clients. Tout est fonction des habitudes locales. Toutefois, cette approche instinctive de l entreprise commerciale n est pas dénuée de risques. Pour améliorer ses chances de succès, l entrepreneur averti devrait, analyser au préalable, tous les facteurs susceptibles de déterminer pour le nouveau produit ou service, l existence d un réel marché. Une attitude soumise à la compréhension des besoins changeants des clients. Mieux connaitre votre cible Evidement pour certains entrepreneurs, conduire une étude de marché rime avec complexité et dépenses inutiles! Tant s en faut. Pourtant, l analyse de marché ne doit forcément pas être coûteuse ou fantaisiste. Elle devrait permettre de mieux connaître vos potentiels clients, leurs besoins changeants et votre environnement concurrentiel. Par ailleurs, elle devrait à la fois classer les potentiels clients en fonction de leurs habitudes d achat, et identifier les éventuels concurrents directs ou indirects. A titre d exemple, il est impératif de s assurer que Mimboman, quartier enclavé et assez distant du centre des affaires de la ville de Yaoundé, offrirait, au promoteur commercial, une clientèle réelle, avant d y installer un supermarché car supermarché peut-être synonyme de centreville. Ainsi, cette idée, qui au départ semblait attractive, peut malheureusement conduire à un échec une fois mise sur pied, à la suite d une mauvaise appréciation du marché et des habitudes des Ainsi, en réalisant une bonne étude de votre marché, des besoins changeants des vos clients et une analyse de leur potentiel d achat, vous saurez si votre intuition était bonne. Ci-dessous les critères importants pour évaluer votre marché: déterminer le nombre de clients potentiels prêts à acheter vos produits ou services utiliser les résultats des recensements effectués par le gouvernement pour avoir une meilleure idée du nombre d habitants dans votre zone cible, leurs revenus et autres informations pertinentes pour l estimation des éventuelles ventes de vos produits ou services etudier les caractéristiques du marché, y inclu votre emplacement (zone commerciale, banlieue ou centre ville) définissez votre zone commerciale ou encore l espace géographique d où proviennent 85% de vos clients. identifier vos concurrents et comment vous différencier estimer votre aptitude à fidéliser votre clientèle posez-vous la question: Existe-t-il vraiment un marché pour mon produit ou mes services? La réponse n est pas toujours évidente. Par exemple, l absence de magasins d alimentation dans votre voisinage ne doit pas vous pousser à en ouvrir un. Au fait, un grand magasin similaire dans un rayon de cinq kilomètres peut déjà avoir fidélisé votre clientèle cible en offrant des prix, des services, et une variété de produits avec lesquels vous ne pouvez pas rivaliser. De même, vous pouvez déjà avoir fidélisé votre clientèle cible en offrant des prix, des services, et une variété de produits avec lesquels vous ne pouvez pas rivaliser. De même, vous pouvez déjà avoir perdu la bataille dès le départ si les trois magasins présents dans votre zone cible se font mutuellement la concurrence et rivalisent avec le plus grand magasin de cette zone commerciale. Page 25 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

26 The Expert Corner - Market and Strategy En réalisant une bonne étude de votre marché, des besoins changeants des vos clients et une analyse de leur potentiel d achat, vous saurez si votre intuition était bonne. Greg Campbell Evaluer votre marché potentiel Ainsi, convaincu de l existence réelle d un marché fiable et de besoins changeants des consommateurs, la prochaine étape consiste à définir votre zone commerciale. Pour les commerçants, cela revient à se poser la question suivante: d où viendront mes principaux clients? Il est important de retenir qu à chaque affaire correspond une zone commerciale distincte. C est le lieu de remarquer à titre illustratif que les clients d une alimentation proviennent généralement d un rayon d un à deux kilomètres, tandis que ceux des supermarchés, vendant des ordinateurs, l électroménager ou l ameublement, proviennent plus souvent de toute la ville. Allez sur le terrain Ainsi, pour définir votre zone commerciale, vous devez tenir compte des facteurs qui vont ou pas déterminer les clients à s approvisionnement chez vous, et se poser ces questions: êtes-vous situé sur une artère principale de la ville ou sur une rue secondaire? existe-t-il des obstacles (routes spacieuses, autoroutes, parcs ou ponts) qui séparent votre magasin du reste de la communauté ou des communautés voisines? l emplacement est-il facilement accessible et y a-t-il un parking dans votre zone commerciale? par exemple à Yaoundé où on court le risque d être saboté en cas de violation de parking! cette zone attire-t-elle les habitants du quartier ou alors ceux des zones plus éloignées pour s approvisionner? ciblée: pressing, restaurant, prêt à porter ou quincaillerie. Muni des informations acquises par votre analyse du marché, vous maitrisez alors les potentiels contours de votre idée d entreprise en vue du succès de son efficiente mise place. Pour l entrepreneur intelligent, il est toujours préférable d analyser d abord la situation avant de se lancer dans une nouvelle affaire. L instinct seul ne suffit pas. Une stratégie pratique et efficace pour cerner votre zone commerciale consiste, à défaut d une enquête, de discuter avec d autres commerçants, hommes d affaires et propriétaires de magasins dans la zone ciblée pour comprendre: d où viennent leurs clients? quels sont leurs moyens de locomotion? vont-ils à pieds, en voiture ou se déplacent-ils par bus? pour une analyse plus spécifique, réalisez vous-même votre étude. Passer deux à trois jours à discuter avec les clients. Demandez-leur d où ils viennent, les produits qu ils achètent, et la raison pour laquelle ils viennent dans cette zone. En fait, les paramètres suscités vous permettent de mieux apprécier le genre d activités porteur, dans la zone Page 26 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

27 The Expert Corner - Business Growth Anne Zink, Chief Strategy Officer and Founder at AZtech Strategies, Huffington post Contributor Pour développer votre entreprise, vous devez être un détecteur de problèmes. Vous considérez-vous comme une personne douée dans la résolution de problèmes? Si vous êtes un entrepreneur ou un chef d entreprise, il est très possible que vous le soyez! Vous pourrez même constater que votre capacité à résoudre les problèmes de vos clients constitue votre différenciateur concurrentiel. Toutefois, d après des recherches innovantes menées par Daniel Pink dans son dernier ouvrage To Sell is Human, la société offre à la pelle des personnes douées dans la résolution des problèmes. En revanche, celles douées dans l identification des problèmes sont de vraies superstars. Ce livre est un signal d alarme adressé, tant aux chefs d entreprises qu aux agents commerciaux. L Internet et les technologies sociales ont complètement changé le mode d achat des clients. Au moment où ils acceptent de rencontrer l agent commercial, ils sont déjà à près de 60% de leur processus décisionnel. Alors, la seule manière de vous insérer ou d insérer efficacement votre entreprise dans ce processus est de changer votre argument de vente en le focalisant sur l identification des problèmes plutôt que sur la résolution des problèmes. Pour ce faire, nous vous proposons quatre étapes faciles susceptibles d améliorer votre processus de vente pour qu il mette l accent sur l identification des problèmes que les clients pourraient ignorer : 1ère Etape: Recueillez chez vos employés qui traitent avec les clients, les informations sur le marché. Cette tâche concerne Tout le monde et ne se limite pas aux agents commerciaux. Vos employés qui traitent avec les clients ont une parfaite compréhension du marché. Alors, prenez cela en considération! Très peu d entreprises tiennent compte de l avis de leur personnel dans le but de comprendre ce qui se passe sur le marché comme: Que pensent nos clients de nous? Sont-ils satisfaits? Quand pensez-vous qu ils feront un nouvel achat? Ces questions ne favoriseront pas la croissance exponentielle des ventes. Demandez-vous plutôt: Quelles sont les difficultés que rencontrent les clients? Quelles sont leurs frustrations? Quels problèmes courants les entendez-vous évoquer? Comment pensez-vous leur être d une aide quelconque? 2e Etape: Enseignez les meilleures pratiques de l industrie à vos agents commerciaux et laisser à votre équipe marketing la latitude d utiliser et mettre en valeur les analyses de marché effectuées par les analystes de renoms. Toutefois, peu importe la personne qui effectue la tâche; assurez-vous qu elle soit faite! Assurez-vous ensuite que vos agents commerciaux peuvent expliquer la plus value de vos services ou produits. Page 27 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

28 The Expert Corner - Business Growth Anne Zink Formulez des solutions 3e Etape: Appliquez ces informations à l environnement de chaque client, afin de mettre en relief les opportunités d amélioration. Travaillez avec vos commerciaux et votre service ventes, impliquez les assez, afin de susciter en eux la fierté d être de vrais partenaires commerciaux et non de simples vendeurs habiles. 4e Etape: Formulez des solutions et établissez des feuilles de route à travers lesquelles vous pouvez travailler de concert pour résoudre les difficultés que vous avez identifiées au préalable. Les deux raisons les plus courantes pour lesquelles les chefs d entreprises ne se focalisent pas sur l identification des problèmes sont les suivantes: le confort intellectuel de leurs agents commerciaux ne prédispose pas ces collaborateurs à assumer cette tache ou, ces entrepreneurs craignent que cette approche n augmente le temps nécessaire pour clore une affaire. La première raison est cependant totalement inacceptable. Si vos agents commerciaux présentent des insuffisances, vous devez les recycler ou recruter de nouveaux. Le bon agent commercial de demain, qu il vende des friandises ou des ordinateurs, doit être capable de tenir une conversation commerciale de qualité. Les technologies sociales annihilent le besoin en spécialistes des produits. Le seul moyen par lequel votre force de vente sécurisera et maintiendra l attention de vos clients cibles est l aide que vous leur apporterez dans l identification des problèmes qui limitent leur potentiel ou épanouissement. Devenez une personne douée dans l identification des problèmes : 1. Comprenez vos clients 2. Connaissez votre marché 3. Coachez vos clients 4. Trouvez des solutions ensemble En revanche, la deuxième objection est plus compréhensible. En effet, cette nouvelle évolution signifie que le processus préalable, la phase de qualification du cycle de ventes est plus longue. Au départ, cette situation peut paraitre frustrante. Toutefois, elle traduit le raccourcissement de la fin du processus, la négociation et la clôture. L Internet et les technologies sociales changent la dynamique de ventes. Ce phénomène marque en effet un bon point. Maintenant, votre force de vente a une occasion de présenter une valeur durable à vos clients. Autrement dit, moins de concurrence, une plus grande loyauté dans les rapports avec le client et des marges améliorées! De nos jours, tout le monde se focalise sur la résolution des problèmes. Toutefois, la perspicacité nécessaire pour identifier le problème le plus important à résoudre leur fait défaut! Lorsque vous recrutez, cherchez des personnes dotées d une capacité avérée à identifier les problèmes. Lorsque vous vendez, créez un avantage concurrentiel en vous attardant sur l aide que vous apportez à vos clients dans l identification des problèmes qui limitent leur croissance ou épanouissement. Page 28 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

29 The Expert Corner - Professional Conversion Félix Désiré Obam - Juriste d entreprise De l admission méritée à la retraite à la reconversion professionnelle dans l entreprenariat. Les salariés, tant du secteur public que privé appréhendent tous ce moment. Cette incertitude relève t-elle des itératives critiques de porosité quelquefois décriées dans notre système d état civil? Par forcément...pourtant, les camerounais sont certains, dans leur majorité, qu ils sont admis en retraite, alors qu ils peuvent encore beaucoup apporter à leur pays. Ils sont unanimes des appoints substantiels à leurs revenus comme dans les pays dits développés. Nonobstant ces réalités partagées dans l impuissance et, bien que confronté à la nécessité d assurer à leur famille un niveau de satisfaction de besoins proche de celui dont ils jouissaient pendant la période d activité, les retraités acceptent certes ces rétributions. Mais, sublimés par cette difficile condition, ils rejettent en même temps toute résignation stérile. Ils pensent tous à se redéployer. Progressivement ils envisagent, pour la plupart, des reconversions vers diverses formes d activités. Retraité d hier, entrepreneur aujourd hui sur le caractère précoce de l âge de départ. De plus, les montants alloués aux personnes en fin de carrière au titre de ces pensions, les disparités dans les aménagements entre les secteurs public et privé, autant que les lourdeurs liées à la liquidation des droits (pension retraite, pension de réversion, droits de succession, capital décès ) dissuadent ces futurs retraités à envisager leur cessation d activité. En effet, cette phobie est entretenue auprès de nos salariés, par le contraste entre les valeurs des paies en activités et les montants des pensions. Les revenus des pensionnés ne fondent pas toujours l assentiment de ceux qui bénéficient des plafonds institués par le législateur. Partant du principe de la prise en compte des cotisations salariales des personnes en activité dans les aménagements institutionnels du financement de la retraite, il pourrait se poser la question de déterminer l élément à réaménager dans l élaboration des taux alloués en vue d offrir à nos retraités des pensions décentes: la nature de ces cotisations, les durées prises en compte, leur montants ou bien d autres facteurs.. Bien que ces retenues opérées sur les différentes formes de rémunération du travail,au titre de ces cotisations n aient jamais fait l objet d une quelconque contestation dans notre pays, il peut être hâtif de conclure que la modicité des sommes servies en dépend. Pourtant, cette situation ne favorise nullement auprès de nos concitoyens, une culture parallèle de l épargne complémentaire retraite, susceptible d apporter Au Cameroun, les annonces d admission en retraite surprennent autant que les prévisions météorologiques. Page 29 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

30 The Expert Corner - Professional Reconversion Qu entendre par reconversion professionnelle? Changement de métier subit et opportunité de carrière ne peuvent être admis au titre de reconversion professionnelle. Felix Obam Des structures construites sur la base d initiatives privées. C est la reconversion dans l entreprenariat. Mais, que valent ces reconversions? Quel est l impact des entreprises créées par les reconvertis dans notre économie? Circonscrire ces mutations professionnelles, afin de mieux les apprécier reviendrait à une analyse profonde du phénomène des reconversions professionnelles dans notre pays. Un phénomène accentué par la concurrence avec les jeunes, tant sur le plan des compétences par rapport aux emplois à pourvoir qu à celui de la créativité et de l initiative innovante dans la création d entreprises. L attrait exercé par ces réorientations professionnelles sur les personnes en activité se manifeste à travers la diversité de formes qu elles prennent. Toutefois, la fragilité et les insuffisances des dispositifs d encadrement public et même ceux de nos partenaires privés réservés à ces incontestables leviers économiques justifient aussi les limites auxquels peuvent se heurter ces bouleversement professionnels. Il n en demeure pas moins évident qu elles revêtent, dans notre contexte socio économique, un intérêt avéré. Qu entendre donc par reconversion professionnelle? Cerner cet épiphénomène revient à l examiner dans son essence et ses contours, à la lumière d expériences spécifiques dans le contexte camerounais. En termes simples, se reconvertir professionnellement consiste à s initier dans une activité professionnelle distincte de celle dont on est issu de par sa formation et son expérience. Celle du retraité puise sa substance d une contrariété latente: l aboutissement d une vie professionnelle duquel se dégage une impression d inachevé, une réaction au besoin d épanouissement personnel. La prise de conscience de ce sentiment se concrétise dans le choix d une activité pour laquelle l on décide de s investir. Changement de métier subit et opportunité de carrière ne peuvent être admis au titre de reconversion professionnelle. Dans un marché du travail soumis, tant aux innovations et progrès technologiques qu aux fluctuations économiques, la reconversion professionnelle se distinguera aussi de la flexicurité; une forme d évolution de carrière professionnelle, ponctuée de formations et d insertions successives dans des corps de métier n ayant forcément pas de rapport les uns avec les autres, et dont la spécificité réside dans l absence d homologie entre les activités du métier initial, et celles de l emploi que l on fini efficacement par exercer avec une compétence reconnue. La reconversion professionnelle du retraité se manifestera par ce libre changement d activité et parfois de secteur professionnel, généralement du public au privé. C est la création d une activité artisanale et même entreprenariale par exemple, après une vie professionnelle initiale. Sans typologie limitative, la reconversion dans l entreprenariat s étend dans tous les secteurs de la vie économique. Elle peut être horizontale. C est le fait d un entrepreneur qui crée une entreprise dans le secteur économique dont il est issu, même s il change simplement de domaine d activité. Quand il demeure dans son domaine de base, il est coutumier de constater que le cœur de métier de son entreprise repose sur son passé professionnel. Armés de créativité et de courage, bien des promoteurs d entreprises s investissent aussi dans des métiers nouveaux. Par opposition, la reconversion sera dite verticale quand il s agit d un secteur économique sans rapport avec celui dont on est retraité. La reconversion verticale se présentera sous des formes ascendante ou descendante selon les cas. Notre économie regorge de biens de cavalcades professionnelles proches des modèles ci décrits. Des initiaves audacieuses à parfaire. À travers cette rubrique, nous voyagerons mensuellement au coeur des diversités régionales du Cameroun. Les modèles de reconversion seront nos étapes. Au fil de nos parutions, nous apprécierons dans les domaines Agropastoraux, les Travaux Publics, l Industrie, le Social, les Services et l Education, la viabilité des entreprises issues des reconversions entreprenariales de personnes admises en retraite. De ces analyses se dégageront parfois des aspects susceptibles de faire l objet de concours de notre structure UASG dans ses programmes. Page 30 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2

31 The Expert Corner - Business Strategy Raj Ganesan, Managing Partner, UASG and COO USA-Cameroon Chamber of Commerce Mythes sur l entreprenariat: La vérité révélée Il est des remarques dissuasives communément entendues par tout promoteur d entreprise, de la part de son entourage et de ses conseillés: Nombre d entreprises on fait faillite dans ce domaine. Alors pourquoi le fais-tu? J ai ouïe dire qu il faut avoir beaucoup de capitaux pour démarrer une entreprise Pourquoi hypothéquer ton job pour une aventure dans les affaires? Une fois que vous vous engagez dans les affaires, ces déclarations et bien d autres remarques similaires sont typiques des barrières à surmonter. Ces obstacles sont fondés sur les mythes et challenges relatifs à la création d une entreprise. Au regard de l impact que ces images ont sur les motivations profondes de beaucoup d entrepreneurs et leur détermination à passer de l idée à l action, nous vous offrons ci-dessous des points de réflexion qui témoigneront de la vacuité de ces affirmations, de simple mythes en fin de compte! Toutefois, ne vous méprenez pas! Etre entrepreneur peut s avérer difficile et il y a des obstacles à franchir. Notre but dans cet article est d apporter un peu de bon sens dans ce parcours! Mythe 1: En tant qu entrepreneur, vous n aurez pas de vie privée. Tant s en faut. A la nécessité de concilier les obligations liées au fonctionnement de votre entreprise et le besoin de consacrer du temps à votre famille, s oppose la question des frontières entre l activité entrepreneuriale et votre vie privée. Certes vous avez droit à une vie privée et vous disposez de plus de latitude que vos employés à harmoniser le rapport travail et vie familiale. La question fondamentale est de savoir si vous savez gérer votre temps et si vous avez les capacités nécessaires pour planifier vos activités, afin d obtenir les résultats escomptés. Si tel est le cas, alors consacrez du temps à votre vie familiale. Mythe 2: Vous devez être astucieux et impitoyable pour devenir un bon entrepreneur. Ok, cependant l impact de ces traits sur votre succès est limité dans le temps. C est comme bâtir une maison sur du sable. Pour devenir un bon entrepreneur, vous devez construire une relation solide et basée sur la confiance et le respect mutuel avec vos clients et fournisseurs, car vous aurez besoin de leur fidélité pendant les périodes de vaches maigres. Etre impitoyable sur les prix peut vous faire gagner une ou deux opportunités d affaires, mais il est peu probable que vous construisiez une relation durable et rentable avec vos clients ou fournisseurs. Votre objectif doit être de parvenir à bâtir à long terme, un équilibre entre vos objectifs commerciaux et les besoins de vos clients et fournisseurs. Mythe 3: Pas besoins de faire trop d efforts Votre travail actuel peut être stressant et vous contraindre à de longues heures de travail et dépense en énergie. L idée de créer votre propre entreprise est donc intéressante, parce que vous pouvez ralentir et donnez un bon rythme à votre vie. Cette perspective est vraie dans une certaine mesure, mais vous ne pouvez pas ignorer le fait qu il vous faudra travailler d arrache pied. La plus part de petites entreprises ne deviennent rentables qu au bout de 3 ans, et c est un long chemin inévitable. N oubliez pas que, s il était facile de se lancer en affaires et avoir du succès, tout le monde serait entrepreneur! Au-delà des sacrifices et efforts nécessaires pour réussir en entreprenariat, il est important de se rappeler qu être entrepreneur vous permet enfin de faire quelque Etre impitoyable sur les prix peut vous faire gagner une ou deux opportunités d affaires, mais il est peu probable que vous construisiez une relation durable et rentable avec vos clients ou fournisseurs. chose que vous aimez. Par conséquent, les heures et les peines ne représentent pas du tout une corvée. Alors ce mythe a un peu de véracité en soi! Page 31 Entrepreneur Magazine - Cameroon Edition Q2 2013

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Communication du Directeur Général D ENEO Cameroon S.A. à la 4è assise de l université du GICAM sur le thème: «L Entreprise Offensive» DOUALA

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

PREFERENCE NATIONALE ET ACCELERATION DE LA CROISSANCE DANS LE CADRE DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU CAMEROUN : PRATIQUES ET PERPECTIVES

PREFERENCE NATIONALE ET ACCELERATION DE LA CROISSANCE DANS LE CADRE DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU CAMEROUN : PRATIQUES ET PERPECTIVES Marchés Publics et accélération de la croissance Dîner-débat Douala, jeudi 03 juillet 2014 PREFERENCE NATIONALE ET ACCELERATION DE LA CROISSANCE DANS LE CADRE DE LA COMMANDE PUBLIQUE AU CAMEROUN : PRATIQUES

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE

FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE VERTE et L ECO-MANAGEMENT & SALON DE L INNOVATION et DES METIERS VERTS EN AFRIQUE Le réseau Panafricain AIDE21 en partenariat avec le cabinet de conseil S2 Services Sarl Avec le soutien du Gouvernement Camerounais, le réseau panafricain AIDE21 présente le : FORUM AFRICAIN SUR L ECONOMIE

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre

Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre Une Politique Economique et Financière, la Relance,, les Qualités requise pour le Premier Ministre conférencier Hugues RAJAONSON Cercle de Réflexions des Économistes de Madagascar (CREM) Confiance Rationalité

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Informations pour les bénéficiaires de projets

Informations pour les bénéficiaires de projets L AGENCE AMÉRICAINE POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Informations pour les bénéficiaires de projets L Agence Américaine pour le Commerce et le Développement (U.S. Trade and Development Agency) 1000

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - -

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie - - - - - REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland - - - - - INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - RGE 2009

Plus en détail

MIRIEM BENSALAH CHAQROUN MOHAMED TALAL

MIRIEM BENSALAH CHAQROUN MOHAMED TALAL MIRIEM BENSALAH CHAQROUN MOHAMED TALAL Candidature à la présidence de la CGEM 12 MAI 2015 le é- es st au os is o- lus ics nt, la u- ue ce re de re oit en ra es air su ue es foi hé nt, M. EDITO Inclusion,

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET MOT DE S.E.M. DANIEL KABLAN DUNCAN, PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures

Coninco Master Class. Les investissements en infrastructures Coninco Master Class Les investissements en infrastructures Emmanuel Lejay, CFA, Executive Director, Swiss Life Asset Managers Vevey, 4-5 Novembre 2013 Agenda Définition de la classe d actifs Risques et

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

ONAMBELE ANCHANG & ASSOCIATES AVOCATS ASSOCIES CABINET BILINGUE ANGLAIS / FRANCAIS ENGLISH / FRENCH

ONAMBELE ANCHANG & ASSOCIATES AVOCATS ASSOCIES CABINET BILINGUE ANGLAIS / FRANCAIS ENGLISH / FRENCH ONAMBELE ANCHANG & ASSOCIATES AVOCATS ASSOCIES CABINET BILINGUE ANGLAIS / FRANCAIS ENGLISH / FRENCH Fondé en 1990 Membre de la Chambre de Commerce International Rue Face Ambassade des Etats Unis Golf Ntougou

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Allocution de Monsieur le Premier Ministre, Président du Conseil de Concertation 27 Avril 2015, Sofitel Hôtel Ivoire 1 Madame et Messieurs les Présidents

Plus en détail

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée)

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée) Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens Prononcée dans le cadre des Vendredis de SupdeCo Conseil économique, social et environnemental Vendredi 31 mai 2013 15h30

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

«On ne va jamais aussi loin que lorsqu on ne sait pas où l on va» Christophe Colomb

«On ne va jamais aussi loin que lorsqu on ne sait pas où l on va» Christophe Colomb Réunion de Cadrage du 6 Février «On ne va jamais aussi loin que lorsqu on ne sait pas où l on va» Christophe Colomb Logo client : une réunion de cadrage pour mieux comprendre les besoins et adapter le

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés C E R C L E C A N A D I E N D E M O N T R É A L - 27 avril 2015 François Olivier Président et chef de la direction TC Transcontinental Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés Information

Plus en détail

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE Le 30 novembre 2015 Alors que la demande alimentaire est en forte croissance à l échelle de la planète, propulsée par le développement social

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Plan. I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion

Plan. I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion Plan I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion 2 I)Mise en contexte Les politiques de développement axées sur la réduction

Plus en détail

Les opportunités d affaires aux Comores

Les opportunités d affaires aux Comores Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ( ANPI) Les opportunités d affaires aux Comores Vendredi 24 Octobre 2014, MORONI Sommaire Les opportunités d affaires aux Comores 1. Fiche d identité

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Par Cyrille MBIRA ABOUEM Juriste des Organisations/ Expert Foncier

Par Cyrille MBIRA ABOUEM Juriste des Organisations/ Expert Foncier Les conditions d accès au foncier au Cameroun Par Cyrille MBIRA ABOUEM Juriste des Organisations/ Expert Foncier Colloque accompagner l insertion des jeunes dans les agricultures familiales au sud Montpellier,

Plus en détail

E-learning L optimisation des performances des entreprises

E-learning L optimisation des performances des entreprises E-learning L optimisation des performances des entreprises 70 % des connaissances acquises sur le lieu de travail proviennent d un mode de formation informelle. Les formations en mode e-learning permettent

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien

ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien ENQUETE METIER Confronter ses rêves à la réalité du quotidien La présente enquête-métier a pour objet de recueillir des informations pouvant donner en substance, une vision globale d un métier, de son

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

Renforcer les ressources, l unité, la diversité et la visibilité de l Afrique

Renforcer les ressources, l unité, la diversité et la visibilité de l Afrique Combattre les inégalités Intensifier l intégration africaine Promouvoir la diversification économique Lutter contre les changements climatiques La vision de Dr. Samura Kamara, ministre des Affaires Étrangères

Plus en détail

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN:

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: LE ROLE INCLUSIF DE LA POSTE BERNE, le 09 Novembre 2009 Atelier sur l inclusion l financière par les services de banques postales Vous servir est notre priorité Site web:

Plus en détail

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique.

Dossier de presse. Fortement présent dans les pays émergents, Necotrans est le 2ème réseau de logistique en Afrique. Dossier de presse Présentation du Groupe Créé en 1985 le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale avec un chiffre d affaires de plus de 950 millions d euros et 3500 collaborateurs

Plus en détail

Présentation du Secteur Privé à Djibouti. Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti

Présentation du Secteur Privé à Djibouti. Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti Présentation du Secteur Privé à Djibouti Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti Mars 2013 Site internet : - 1 - Table des Matières 1 Généralités 1.1. Description du secteur privé

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN.

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. LES RECOMMANDATIONS ISSUES DES ATELIERS Ateliers 1.1 Création d un cadre incitatif

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun Solutions pratiques au problème de financement des PME au Cameroun ICBE policy BRIEF Par Christian Lambert Nguena (Centre d Études et de Recherche en Économie et Gestion (CEREG) Cameroun) Christian Lambert

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

13 Pétrole et Développement en Afrique Centrale

13 Pétrole et Développement en Afrique Centrale I. Introduction 13 Pétrole et Développement en Afrique Centrale Quelques Axes de Réflexion pour une Meilleure Intégration du Secteur Pétrolier dans l Économie Nationale By Albert Yama Nkounga 1. La sous-région

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D)

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) L AFD AU CAMEROUN La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) LUTTER CONTRE LA PAUVRÉTÉ ET FAVORISER UNE CROISSANCE ÉCONO Le groupe de l AFD intervient au Cameroun depuis les

Plus en détail

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES 1. LE PROJET 1.2 Résumé du projet Sous cette rubrique, il est important de préciser l origine

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie.

L accélération du développement économique et social du Maroc a engendré une progression significative de la demande en énergie. Cluster Solaire Immeuble ZENITH 1, Rez-de Chaussée et 4 ème étage, Lotissement CIVIM, Lots N 19-20, Le Zénith 1, Sidi Maârouf, Casablanca Standard: 0522585350 Fax: 0522787986 contact@clustersolaire.ma

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local ERICSSON Des connexions mondiales un engagement local Dans le monde des communications en pleine évolution, Ericsson joue le rôle d un puissant vecteur de croissance Hans Vestberg, President ET CEO Les

Plus en détail

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC 1. Un cadre sectoriel prometteur 4 2. Principaux indicateurs 4 3. Chiffres clés du secteur 5 3.1. Une

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail