plaies Prévention rage tétanos plaies morsures Olivier Jonquet Réanimation Médicale La rage Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "plaies Prévention rage tétanos plaies morsures Olivier Jonquet Réanimation Médicale La rage Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes"

Transcription

1 plaies Prévention rage tétanos plaies morsures Olivier Jonquet Réanimation Médicale Effraction de la barrière cutanée par un agent vulnérant, survenant par coupure, écrasement ou abrasion 13% des admissions aux urgences Risque infectieux augmente avec le délai de prise en charge (A) Lavage au sérum physiologique en premier(a) Antisepsie et détersion à la polyvidone iodée ou à l hypochlorite de Na ou chlorhéxidine (accord professionnel) Il n y a pas d antibioprophylaxie, il y a selon le contexte -un traitement antibiotique -une prévention(prophylaxie) de la rage et du tétanos La rage Maladie mortelle une fois déclarée Prévention repose sur vaccination Déclaration obligatoire

2 La rage Rage canine enzootique ou rage urbaine -Amérique centrale ou du sud -Afrique -Moyen Orient -s/continent indien et Asie du Sud Est 90% des morts annuels Rage sauvage des carnassiers ou selvatique Rage des chiroptères Rage en France Rage vulpine au nord d une ligne Seine Maritime/Isère. Le front recule avec vaccination orale des renards Rage des chiroptères (1989) est transmissible à l homme et aux mammifères par morsure. Cas sporadiques Rage : transmission à l homme Rage traitement 1 Par la salive des animaux A l exception des chiroptères, les animaux ne sont contaminants que dans les 5 à 7 jours précédant leur décès La salive virulente contamine l homme à l occasion d une morsure, d une griffure Le virus ne traverse pas la peau saine Inoculation par léchage des muqueuses est possible. La contamination par manipulation d animaux morts est possible Transmission interhumaine par greffe de cornée L incubation est de 20 à 90 jours, d autant plus courte que la porte d entrée est dans une région proche du système nerveux central. Diagnostic : IF salive, LCR, biopsie cérébrales ana path : corps de negri dans la corne d Ammon Local non spécifique -lavage abondant à l eau savonneuse puis rinçage à l eau pure -désinfection par povidone iodée -aucune raison ne s oppose à une suture immédiate

3 Rage traitement 2 Risque de contamination -zone d enzootie -animal suspect : changement de comportement, hydrophobie -animal vivant : surveillance vétérinaire J0, J7, J14. Si à J14 animal vivant, blessure non infectante. -animal mort tête dans glace par services vétérinaires à l IP Rage traitement 3 Siège de la morsure :face, cou, extrémités, muqueuses, les plus dangereuses. Interposition de vêtements est protectrice. Plaies par morsure, griffure ou objet acéré inoculant salive d animal enragé, comportent un risque sérieux. Toute morsure de chauve souris est une indication absolue de traitement Rage traitement spécifique 4 Dans centre régional de vaccination (LR service des MIT) Immunoglobulines : morsures de catégorie III chiroptères Rage Imogan (origine humaine) : -20U/kg une partie au niveau de la blessure, l autre à distance de l injection de vaccin. -dans un délai de moins de 7 jours suivant le début de la vaccination Rage traitement spécifique 5 1- animal inconnu ou disparu : traitement vaccinal complet 2-animal mort, encéphale intact : l adresser à lp, la vaccination sera interrompue si Dg rage infirmé 3-animal vivant et suspect : débuter traitement vaccinal qui sera interrompu si l animal s avère sain 4-animal vivant et sain lors de la morsure : surveillance vétérinaire, pas de traitement. Vaccination si signes de rage

4 Rage traitement spécifique 5 Vaccins inactivés sur cultures cellulaires -Zagreb court :J0 : 2 injections en deux sites J7 : 1 injection J28 : 1 injection -Essen : injection à J0, J3, J7, J14, J28 NB : Immunodéprimé nécessite IG+Essen Prévention chez l homme Vétérinaires, personnels de labo spécialisés, équarisseurs, taxidermistes, spéléologues, animaliers, gardes chasse dans zones d enzootie. Voyageurs dans pays du tiers monde Protocole Zagreb : J0, J7, J28 rappel 1 an puis 5 ans Maladie professionnelle et à déclaration obligatoire Si morsure chez un vacciné : une injection de rappel à J0 et J3. Si dernier rappel est à plus de 5 ans ou vaccination incomplète : revaccination complète. - En post-mortem Biopsie cérébrale obtenue par prélèvement occipital ou par voie rétro-orbitaire. Elle permet de porter le diagnostic de certitude (conservation à +4 C ou 20 C). Pour le prélèvement rétroorbiaire, il est nécessaire de percer la paroi avec un trocard de 4-5 mm de diamètre et de 10 à 15 cm de longueur afin d'obtenir une carotte de 2-4 cm environ. Exemple de référence du type d aiguille à biopsie utilisable : Aiguille à biopsie pour tissu mou TRU CUT à guillotine manuelle, 14 Gauge, longueur 114 mm, (Référence 2N 2702X, Cardinal Health, 78310Maurepas). - Règles d expédition L expédition peut se faire en carboglace ou à 20 C dans un récipient agréé (triple emballage). Classe 6.2 des matières dangereuse, risque 3. (consulter le site http : A expédier au Centre National de Référence pour la Rage, Institut Pasteur, 28 rue du docteur Roux, Paris Cedex 15.

5 tétanos Toxi infection évitable grâce à vaccination Maladie à déclaration obligatoire Due à Clostridium tetani : anaérobie strict sporulé Diagnostic clinique statut vaccinal défectueux trismus sans fièvre faciès sardonique opisthotonos D autant plus grave que : incubation courte<7j invasion brève<2j âge>70ans ou nouveau né contractures généralisées lincosamides

6 Antibiothérapie et plaies en général Situations cliniques Orientation étiol Hypothèses microbiologiques Traitement première intention Alternative Plaie nette, 0 signe infectieux, 0 facteur de risque infectieux abstention O signe infectieux, plaies contaminées Staphylocoque Streptocoque Pénicilline M Pristinamycine Clindamycine Fractures ouvertes, exposition articulaire et tendineuse Staphylocoque Streptocoque C2G Céfazoline Clindamycine+/- Gentamycine Ischémie locale, diabète, conta tellurique, excrétats Staphylocoque Streptocoque Entérobactéries Anaérobies Amoxicilline-ac clavulanique C2G+métronidazole Clindamycine+/- Gentamycine

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB - 017 Pagination : 1 de 11 - COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 017 Rédacteurs Dr VALLET B. URGENCE/SMUR CH BEAUNE Date 01/06/2005 Validation

Plus en détail

La rage DOSSIER. Premiers soins en cas de plaie ou morsure par un animal suspect

La rage DOSSIER. Premiers soins en cas de plaie ou morsure par un animal suspect Référence Référence : : Version : Date : La rage DOSSIER Sommaire : I. Introduction II. III. IV. Agent responsable Réservoir du virus Transmission de l affection V. Quelle est la situation en Belgique?

Plus en détail

30/10/2015. Rage. IFSI, 2 ème année 2015-2016. Risque mondial d une inoculation rabique

30/10/2015. Rage. IFSI, 2 ème année 2015-2016. Risque mondial d une inoculation rabique Rage IFSI, 2 ème année 2015-2016 Risque mondial d une inoculation rabique D après Ribadeau et al, Rage, EMC (Elsevier Masson, SAS, Paris), Maladies infectieuses, 8-065-C-10, 2010 1 6 juillet 1885 : immunothérapie

Plus en détail

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis LA RAGE Cours Master MP1 hygiène et sécurité Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis 25 Février 2016 Faculté des Sciences de Tunis PLAN Introduction - Historique Le virus rabique

Plus en détail

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage

Vaccination après l'exposition à un agent infectieux. Vaccination contre la rage Vaccination après l'exposition à un agent infectieux Vaccination contre la rage Mesures immédiates non spécifique le nettoyage des plaies lavage avec de l'eau et du savon antiseptique peroxyde d'hydrogène,

Plus en détail

Premier vecteur ++++++ 98% des cas de rages mortelles dans le monde sont d origine canine

Premier vecteur ++++++ 98% des cas de rages mortelles dans le monde sont d origine canine CENTRE ANTIRABIQUE Centre Hospitalier d Auxerre LA RAGE Note d information Protocoles de prise en charge Dr Duché Tailliez Monique Mise à jour septembre 2014 La rage est une zoonose (maladie qui se transmet

Plus en détail

Module 11 - Edition 2006 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition 2006 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2006 - Item 213 page 1 ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge II. Expliquer

Plus en détail

Rage. Introduction. 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie

Rage. Introduction. 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie Introduction Rage La rage Humaine est une zoonose virale, toujours mortelle lorsqu elle est déclarée chez l Homme C est une encéphalomyélite

Plus en détail

Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie. MS. IFMT. juil2004. sémin.

Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie. MS. IFMT. juil2004. sémin. Rage (Rabies) une maladie historique qui n est pas émergente et pourtant d actualité en Asie 1 Généralités R: encéphalite spécifique due à un virus hautement neurotrope et pathogène Zoonose, touchant de

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE 1 REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE PROCEDURES OPERATIONNELLES STANDARD POUR LA DETECTION, LA CONFIRMATION ET LA PRISE EN CHARGE DE L EPIDEMIE DE RAGE Novembre, 2011 2 Principaux faits La rage

Plus en détail

LA RAGE EN AFRIQUE 23/05/2013. mais peut être évitée par la vaccination PLAN EPIDÉMIOLOGIE(1) DÉFINITION

LA RAGE EN AFRIQUE 23/05/2013. mais peut être évitée par la vaccination PLAN EPIDÉMIOLOGIE(1) DÉFINITION PLAN 1 LA RAGE EN AFRIQUE 10 èmes rencontres africaines de biologie technique Brazzaville 13-17 mai 2013 Dr Paul Boumandouki Dr Etienne Mokondjimobe Prof Henri Joseph Parra Définition Epidémiologie Virus

Plus en détail

Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens

Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens Virus de la rage Etienne Brochot Faculté de Pharmacie Laboratoire de Virologie, CHU Amiens La rage Zoonose qui touche les mammifères et contamine l homme de façon accidentelle Transmise par contact direct

Plus en détail

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12 Fiche technique n 12 La rage féline La rage est une zoonose* due à un virus. Elle est présente quasiment dans le monde entier. Elle est inexorablement mortelle une fois les symptômes déclarés. La France

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition Fiche technique n 12 2 ème édition La rage féline La rage est une zoonose inéluctablement mortelle une fois les symptomes déclarés et touche de nombreuses espèces animales. Elle reste une préoccupation

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Les actualités du Pharo 2015

Les actualités du Pharo 2015 LA VACCINATION DE L ENFANT DANS LA LUTTE ANTIRABIQUE, UNE ACTIVITE DE L UNITE : MEDECINE PREVENTIVE ET VACCINATION DU CHU DE TLEMCEN EN ALGERIE «2001-2014» N.Chabni, I.Cherif, H.benabderrahmane, L. Henaoui,

Plus en détail

RAPPEL. La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle

RAPPEL. La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle Dr Charaoui RAPPEL La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle Répartition mondiale Algérie aucune région n est épargnée il n existe aucun traitement de la

Plus en détail

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours de bactériologie et virologie

Plus en détail

LA RAGE de l inoculation à la clinique

LA RAGE de l inoculation à la clinique LA RAGE de l inoculation à la clinique Héla Karray-Hakim Cours collège, Sfax- 5 février 2010 1885: 1 ère vaccination INTRODUCTION RAGE ZOONOSE largement répandue dans le monde (tous les mammifères y sont

Plus en détail

LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination

LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination MISE AU POINT LA RAGE EN AFRIQUE Conduite à tenir chez un sujet suspect de contamination NICOLAS P *., DAVOUST B **., MUZELLEC Y ***., LECAMUS JL *., MARTET G *. RESUME La rage est une maladie actuelle.

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003

Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003 Epidémiologie et prophylaxie de la rage humaine en France, 2001-2003 Source : Centre national de référence pour la rage (CNRR), Institut Pasteur et Centres de traitement antirabique (CAR) Synthèse réalisée

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

LA RAGE EN AFRIQUE AU CŒUR DE LA LUTTE CONTRE. 3 èmes Rencontres du Bureau des Experts de la Rage du Continent Africain

LA RAGE EN AFRIQUE AU CŒUR DE LA LUTTE CONTRE. 3 èmes Rencontres du Bureau des Experts de la Rage du Continent Africain AU CŒUR DE LA LUTTE CONTRE LA RAGE EN AFRIQUE 3 èmes Rencontres du Bureau des Experts de la Rage du Continent Africain 23 25 mai 2011 Casablanca Maroc AfroREB soutient Troisièmes rencontres AfroREB Casablanca,

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Quels sont les symptômes de la rage chez les animaux?

Quels sont les symptômes de la rage chez les animaux? Qu est-ce que la rage? La rage est une maladie infectieuse causée par un virus. Elle peut affecter tous les mammifères, y compris les animaux sauvages, les animaux domestiques et les humains. Le virus

Plus en détail

FERMETURE DERMIQUE. Dr TAILLIER / Dr ROS. Nouvelle clinique de l Union

FERMETURE DERMIQUE. Dr TAILLIER / Dr ROS. Nouvelle clinique de l Union FERMETURE DERMIQUE Dr TAILLIER / Dr ROS Nouvelle clinique de l Union 1 UN PEU D HISTOIRE (1) Egyptiens, il y a 4000 ans, aiguilles à chas en os, fil de lin et même bandelettes adhésives Indes, 2000 ans

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES

PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES PRISE EN CHARGE DES PLAIES AUX URGENCES Dr A. FREY Conférence de consensus SFMU Clermont-Ferrand décembre 2005 Introduction Plaie = effraction de la barrière cutanée : Les coupures : par agent tranchant

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL du Conseil supérieur d'hygiène publique de France

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL du Conseil supérieur d'hygiène publique de France RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL du Conseil supérieur d'hygiène publique de France Recommandations relatives à la conduite à tenir dans l'entourage d'un cas de rage humaine Rapport présenté et adopté lors

Plus en détail

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail?

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Parlons des AES Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Les professions exposées BTP Infirmières AES 6,84% 10,3% Bois Alimentation 6,1% 5,9% Transport 4,9% Métallurgie 4,9%

Plus en détail

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir

Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale. Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Cas clinique : prévention de la rage après morsure animale Dr A TOUMI Service des Maladies Infectieuses EPS F Bourguiba Monastir Un homme de 45 ans, berger, vient consulter 1 heure après avoir été mordu

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

Rage Zoonose. février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1

Rage Zoonose. février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1 Rage Zoonose février 2008 Professeur D.P. PICAVET / Rage 1 Incidence Monde: 40 à 70 000 morts par an (essentiellement Afrique, Asie, Amérique du sud) 10 000 000 de personnes traitées / an France, 2002:

Plus en détail

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE»

PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» PROTECTION CONCERNANT LES RISQUES BIOLOGIQUES «DÉCLIC AVANT QUE ÇA PIQUE» Josée e Allard et Sandra Hulmann Enseignantes à l École des métiers des Faubourgs-de-Montréal de la Commission scolaire de Montréal

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 AES Définition d un Accident par Exposition au sang CONTACT DIRECT AVEC DES LIQUIDES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Programme de Techniques de soins vétérinaires

Programme de Techniques de soins vétérinaires VACCINATION CONTRE LA RAGE, L HÉPATITE B ET LE TÉTANOS Le Campus d Alfred et le Collège Boréal recommandent aux étudiants s inscrivant au programme de Techniques de soins vétérinaires, d être immunisés

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Plaies, maladies d inoculation, morsures, griffures

Plaies, maladies d inoculation, morsures, griffures Rappel chap 15 Txt courant Plaies, maladies d inoculation, morsures, griffures 1 Plaies Une plaie se définit comme une effraction de la barrière cutanée par un agent vulnérant, survenant par coupure, écrasement

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU

17 novembre 2010 DCEM III. Vaccins et Voyage. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU 17 novembre 2010 DCEM III Vaccins et Voyage Docteur Sébastien PILLET Docteur Nicolas HOGU DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Vaccins et voyages Calendrier fonction du voyageur et du type de voyage

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

Rage Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère. Mise à jour le 09/10/2015

Rage Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère. Mise à jour le 09/10/2015 1 Rage Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry, Docteur Bernard-Alex Gaüzère. Mise à jour le 09/10/2015 1. Généralités La rage est une anthropozoonose, qui peut affecter tous les animaux à sang chaud,

Plus en détail

Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine

Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine Nouveaux risques zoonosiques en pratique canine Jean Blancou AFVAC 8 décembre 2007 1 Les Zoonoses ou maladies zoonosiques sont des maladies ou des infections qui se transmettent naturellement des animaux

Plus en détail

La Rage. Dr.K. Charaoui Service des maladies infectieuses CHU de Constantine 2eme rotation Introduction : Epidemiologie :

La Rage. Dr.K. Charaoui Service des maladies infectieuses CHU de Constantine 2eme rotation Introduction : Epidemiologie : La Rage Dr.K. Charaoui Service des maladies infectieuses CHU de Constantine 2eme rotation 2017 Introduction : Zoonose des animaux à sang chaud. Problème de santé publique. Accidentellement humaine. Transmise

Plus en détail

PANSEMENTS. Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014

PANSEMENTS. Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014 PANSEMENTS Mme Martine POUILLON (IDE) Dr Marie THEVENON (urgences) CH du Forez (Montbrison) REULIAN 15 avril 2014 Introduction - Plaies : 13% des motifs d admission aux urgences - Multiplicité des dispositifs

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6

Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 Notion de risques professionnels chez les soignants AP 1314 MOD 6 1 Risques infectieux ++++ Risques chimiques, allergiques. Risques physiques : TMS (cf.mod 4) Risques psychiques : charge mentale, charge

Plus en détail

LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE?

LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE? LA RAGE: ZOONOSE OUBLIEE OU NEGLIGEE? Dr. Paul Boumandouki Spécialiste en Maladies infectieuses - Brazzaville Service des Maladies infectieuses CHU de Brazzaville Membre de AfroReb 1 La rage maladie connue,

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 161 - Avril 2016 SOMMAIRE Actualisation des recommandations sur la prise en charge de la rage et des morsures animales 1. Physiopathologie, prise en charge et mesures préventives

Plus en détail

Pathologies. L Institut Pasteur le Réseau International des Instituts Pasteur. La rage. «Le savoir est le patrimoine de l humanité» Louis Pasteur

Pathologies. L Institut Pasteur le Réseau International des Instituts Pasteur. La rage. «Le savoir est le patrimoine de l humanité» Louis Pasteur L Institut Pasteur le Réseau International des Instituts Pasteur La rage «Le savoir est le patrimoine de l humanité» Louis Pasteur La lutte contre les maladies infectieuses L Institut Pasteur contribue

Plus en détail

Flore cutanée. Aspects microbiologiques. Dr Matthieu Eveillard. Pr Ludovic Martin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2

Flore cutanée. Aspects microbiologiques. Dr Matthieu Eveillard. Pr Ludovic Martin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2 Flore cutanée Aspects microbiologiques Dr Matthieu Eveillard Pr Ludovic Martin Année universitaire 2011-2012 UE revêtement cutané - L2 Rappel sur les flores commensales L Homme est constitué de 10 13 cellules

Plus en détail

Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rage Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur.

Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rage Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur. Laboratoire de Référence Coordonnées du Laboratoire de Référence Dr Vét. I. LE ROUX I.S.P. - Dpt Pasteur - Rue Engeland, 642 1180 Bruxelles Tél. : 02/373.31.56 Fax : 02/373.32.86 E-mail : ileroux@pasteur.be

Plus en détail

République du Sénégal * * * * * * * * * * RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

République du Sénégal * * * * * * * * * * RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C République du Sénégal Ministère i de la Santé et de la Prévention Pé Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C PLAN Introduction 1 Définitions

Plus en détail

Capacité de Médecine Tropicale

Capacité de Médecine Tropicale Capacité de Médecine Tropicale Impact de la survenue d un cas de rage humaine sur l activité du centre de traitement antirabique et la prise en charge du risque rabique en Guyane Présenté par Dr Directeur

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

VACCINATIONS DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Circulaire n 43/2008 Cl. C 44 Colmar, le 3 novembre 2008 Màj. septembre 2013 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - R H I N F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, rue Wi l s

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2009 - PARIS. Les morsures. A Le Touze

DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2009 - PARIS. Les morsures. A Le Touze DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2009 - PARIS Les morsures A Le Touze MORSURES Anne Le Touze Service de chirurgie viscérale et plastique pédiatrique de Tours DESC de chirurgie infantile

Plus en détail

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES

PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES PETITE TRAUMATOLOGIE AU CABINET MÉDICAL SUTURES «La suture n est pas le traitement d une plaie. Elle n est qu un temps de la prise en charge d un traumatisme ouvert» STEINMETZ J.P. LA PRISE CHARGE D UNE

Plus en détail

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Diagnostic des méningites et encéphalites virales DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Méningites virales Syndrome méningé: inflammation strictement limitée aux méninges LCR

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 Copyright CMIT ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2008 - Item 213 page 1 ITEM N 213 : PIQURES ET MORSURES. PREVENTION DE LA RAGE OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. II. Expliquer

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 27 décembre 2000 (JO du 4 janvier 2000) POVIDONE IODEE

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud

Plus en détail

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale Formation Binômes relais-stratégie de prévention des AES 20-21 novembre 201 Paris, faculté de Médecine Bichat ACCIDENTS DEXPOSITION AU SANG EN MÉDECINE BUCCO-DENTAIRE ET CHIRURGIE ORALE. ANALYSE ET PREVENTION

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux 9 mai 2003 Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux Jean-Pierre RÉZETTE École de Santé Publique C.H.U. de Charleroi Danger HIV HBV HCV Risque Quelques chiffres Quelques

Plus en détail

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Historique 26 avril 2009 : premiers cas humains de grippe d origine porcine au Mexique Puis extension aux Etats-Unis Et en quelques semaines à l ensemble des cinq continents

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 181 Vaccination contre la rage La vaccination contre la rage a été la première vaccination mise au point

Plus en détail