Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains"

Transcription

1 Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP COMPIEGNE cedex tel : (33) , fax : (33) RÉSUMÉ. Ce document présente une méthode de détermination rapide des fonctions densité de probabilité des fréquences propres d'une structure à partir de la connaissance des fonctions densité de probabilité des caractéristiques mécaniques de cette structure considérées comme incertaines. Dans sa forme actuelle, cette méthode est validée pour deux paramètres incertains, sans restriction sur le niveau d'incertitude, ni sur la taille des modèles éléments finis. ABSTRACT. The purpose of this paper is to present a method to determine quickly the density of probability of the natural frequencies of a structure whose some mechanical parameters are uncertain. At this time, the method is already validated for two uncertain parameters without any restriction on the uncertainty level, nor on the number of degrees of freedom of the problem. MOTS-CLÉS : éléments finis incertitude fréquence propre dynamique des structures. KEYWORDS: finite elements uncertainty natural frequency structural dynamics. Colloque National en Calcul des Structures Giens 2005

2 2 Colloque National en Calcul des Structures Giens Introduction Les besoins industriels en termes de logiciels éléments finis ont évolué ces dernières années : au souci de la qualité des éléments finis utilisés, et des résultats auxquels ils conduisent, s est ajoutée la nécessité de pouvoir prendre en compte le caractère incertain des données. Deux grands types de méthodes sont classiquement utilisées pour décrire ces dispersions : les approches de type possibiliste (déterminer l'intervalle d'appartenance d'une variable de sortie) (Dessombz et al., 200, Donders et al., 2004), et les approches de type probabiliste (déterminer la fonction densité de probabilité d'une variable de sortie) (Kaminski, 2002). 2. Principe La démarche proposée ici est probabiliste. Elle s appuie sur un changement de variables opéré entre les fonctions densité de probabilité des entrées (dans nos exemples : modules d Young) et les fonctions densité de probabilité des variables de sortie (dans nos exemples : les fréquences propres). Quelques résultats élémentaires sont rappelés dans les deux paragraphes suivants. 2.. Cas d une seule variable aléatoire Soit X une variable aléatoire continue dont la densité de probabilité est f. Soit U une autre variable aléatoire continue telle qu il existe une relation de la forme X = Ψ(U). Alors la densité de probabilité g de U est obtenue par : Ψ g(u) = f (x). u 2.2. Cas de deux variables aléatoires Soit X et Y deux variables aléatoires continues dont la densité de probabilité jointe est f. Soit U et V deux autres variables aléatoires continues telles qu il existe deux relations de la forme X = Ψ (U,V) et Y = Ψ 2 (U,V). Alors la densité de probabilité jointe g de U et V est obtenue par : Ψ u g(u,v) = f (x,y). J où J est le jacobien de la transformation : J = det Ψ u Ψ v Ψ v 2 2

3 Détermination des fréquences propres d une structure 3 décrite par des paramètres incertains 3. Premier exemple (une variable) : poutre sur appui élastique 3.. Présentation du problème Cet exemple plan est constitué d une poutre de Bernoulli homogène, de section constante, simplement appuyée à ses deux extrémités. Les caractéristiques de la poutre sont ρ, S, L, E, I (resp. : masse volumique, section, longueur, module d Young et inertie de flexion). Un ressort de traction compression de rigidité k est placé au milieu de la poutre (figure a). Le module d Young est considéré comme incertain et suit une loi normale définie par la valeur moyenne E moy et l écart-type σ E. On cherche la densité de probabilité associée à la première fréquence propre de la poutre (pour les autres fréquences, la démarche est strictement identique et ne requiert pas de calculs supplémentaires que ceux nécessaires à la résolution du problème aux valeurs propres). La poutre est modélisée par des éléments finis de type poutre, possédant deux nœuds et deux degrés de liberté par nœud (déplacement transversal et rotation). Le nombre d éléments finis du modèle est pris égal à 00 : ce maillage garantit la convergence pour la première fréquence. Tous les éléments finis possèdent le même module d Young (même variable aléatoire). ρ, S, L, I + E (paramètre incertain) k v i θ i v j θ j densité de probabilité dp f densité densité probabilité de probabilté dp f semi-analytique approximation 0 approximation 30 ρ, S, L e,i, E fréquence propre (Hz) fréquence propre f (Hz) Figure. a. Modèle éléments finis cas d une seule variable aléatoire b. Comparaison solution semi-analytique/approchée 3.2. Résultats La première fréquence propre de la poutre est notée f. On cherche l expression de la densité de probabilité dp f de f à partir de la donnée de la densité de probabilité dp E de E. La solution numérique est déterminée en utilisant une approximation de type différences finies pour évaluer la quantité Ψ / f : Ψ E dp (E) = dp (E) (E) dp (E) f E E f f

4 4 Colloque National en Calcul des Structures Giens 2005 La variable E est discrétisée sur l'intervalle [E-3σ E, E+3σ E ]. Pour chacune des valeurs E, la valeur correspondante f est calculée (résolution du problème aux valeurs propres). A partir des couples ( E,f ), il est alors possible de déterminer les valeurs de dp f. La figure b montre la solution semi-analytique (qui existe pour ce problème) et deux solutions calculées par changement de variable, la première avec une discrétisation grossière pour E (0 valeurs) et la seconde avec une discrétisation plus fine (30 valeurs) (pour ce calcul, c.o.v.(e) = 0 %). module d'young E (GPa) Fonction E = Ψ (f ) fréquence propre f (Hz) densité de probabilité dp f semi-analytique c.o.v. (E) = 0 % c.o.v. (E) = 20 % c.o.v. (E) = 30 % fréquence propre f (Hz) Figure 2. a. Fonction E= Ψ(f ) b. influence de σ E Le changement de variables fournit dans tous les cas une très bonne approximation de la densité de probabilité de f. Ce résultat tient notamment à la forme quasi-linéaire de la fonction Ψ pour ce problème (voir figure 2a). Par ailleurs, une discrétisation de E en 30 valeurs est suffisante pour obtenir la densité de probabilité de f avec une bonne définition, même avec de grandes valeurs de σ E (voir figure 2b). Le nombre de calculs nécessaires pour obtenir la densité de probabilité de f est 30, là où une méthode de type Monte-Carlo requiert au moins 4000 calculs, pour une convergence à % sur la valeur moyenne et l'écart type (Touache, 2003). 4. Second exemple (deux variables) : poutre sur appui élastique 4.. Présentation du problème Cet exemple plan est constitué de l'assemblage soudé de deux poutres de Bernoulli homogènes, de même section constante. L'assemblage est simplement appuyé à ses deux extrémités. Les caractéristiques identiques des deux tronçons de poutre sont ρ, S, L/2, I (resp. : masse volumique, section, longueur et inertie de flexion). Chaque tronçon possède son propre module d'young (figure 3a).

5 Détermination des fréquences propres d une structure 5 décrite par des paramètres incertains Les modules d Young sont considérés comme incertains (variables indépendantes) et suivent des lois normales. On cherche la densité de probabilité associée à la première fréquence propre de la poutre assemblée. La poutre est modélisée par des éléments finis décrits dans le paragraphe 3. Le nombre d éléments du modèle est pris égal à 00 (50 éléments par tronçon). tronçon : tronçon 2 : longueur L/2 longueur L/2 (50 éléments) (50 éléments) module E module E 2 pour toute la poutre : ρ, S, I densité de probabilité jointe E 2 (centrée, réduite) f (Hz) Figure 3. a. Modèle éléments finis cas de deux variables aléatoires b. Densité de probabilité jointe de f et E Démarche initiale On utilise le changement de variables présenté dans le paragraphe 2.2., avec x = E, y = E 2, u = f et enfin v = E 2. Ce dernier choix permet d'obtenir : E J = f On en déduit la définition de la densité de probabilité jointe dj f,e2 de f et E 2 en fonction de la densité de probabilité jointe dj E,E2 de E et E 2 : ( ) = ( ) dj E,E dj E,E f,e2 2 E,E2 2 Ψ f Les variables E et E 2 sont discrétisées en n et n 2 valeurs ; la démarche numérique est alors la suivante : pour chaque valeur de E 2, on commence par déterminer la densité de probabilité jointe djf,e2 ( E,E 2 ) en utilisant la démarche du paragraphe 3, ce qui donne les n 2 courbes (ayant chacune n points) de la figure 3b. La densité de probabilité dp f de f est alors obtenue par somme : ( ) ( ) dp E,E = dj E,E f 2 f,e2 2 i Ceci permet d'obtenir le résultat de la figure 4. Le nombre de résolutions de problèmes aux valeurs propres pour arriver à ce résultat est donc n x n 2.

6 6 Colloque National en Calcul des Structures Giens 2005 densité de probabilité jointe f (Hz) densité de probabilité dp f f (Hz) Figure 4. De la densité de probabilité jointe à la densité de probabilité de f 4.3. Démarche modifiée Il a été observé que toutes les courbes obtenues à E 2 fixé lors de la démarche (i ) précédente sont homothétiques : chaque courbe définie pour E + 2 peut se déduire de la courbe définie pour E 2 par une translation et une dilatation (deux paramètres à calculer). Il est ainsi possible de réduire le nombre de calculs à n+2n 2, rendant ainsi la méthode très compétitive par rapport à un tirage de Monte-Carlo. Les résultats obtenus en utlisant cette approche sont alors identiques à ceux de la figure Conclusion La méthode proposée est validée pour un problème comportant deux variables incertaines, sans restriction sur le niveau d incertitude de ces variables. Elle doit à présent être validée sur un problème possédant davantage de variables incertaines. 6. Bibliographie Dessombz O., Thouverez F., Laîné JP., Jézéquel L., «Analysis of mechanical systems using interval computations applied to finite element methods», Journal of Sound and Vibration, vol. 239, n 5, 200, p Donders S., Vandepitte D., Van de Peer J., Desmet W., «The short transformation method to predict the FRF of dynamic structures subject to uncertainty», ISMA2004, Louvain, septembre 2004, CDROM, p Kaminski M., «Stochastic perturbation approach to engineering structure vibrations by the finite difference method», Journal of Sound and Vibration, vol. 25, n 4, 2002, p

7 Détermination des fréquences propres d une structure 7 décrite par des paramètres incertains Touache A., Prise en compte des incertitudes dans le calcul des fréquences propres des modèles éléments finis, Université de Technologie de Compiègne, 2003.

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique Titre : FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec p[...] Date : 03/11/2010 Page : 1/7 Manuel de Validation Fascicule V8.03 : Fluide non linéaire Document : V8.03.100 FDNV100 - Ballottement d un

Plus en détail

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module: Stat inférentielles Définition Quelques exemples loi d une v.a

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Résolution d un problème de contact avec frottement en présence de variabilités paramétriques Franck MASSA 1 *, Thierry TISON 1,

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Simulation de variables aléatoires S. Robin INA PG, Biométrie Décembre 1997 Table des matières 1 Introduction Variables aléatoires discrètes 3.1 Pile ou face................................... 3. Loi de

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Chapitre IV : Couples de variables aléatoires discrètes

Chapitre IV : Couples de variables aléatoires discrètes UNIVERSITÉ DE CERG Année 0-03 UFR Économie & Gestion Licence d Économie et Gestion MATH0 : Probabilités Chapitre IV : Couples de variables aléatoires discrètes Généralités Définition Soit (Ω, P(Ω), P)

Plus en détail

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ÉCOLE D INGÉNIERIE DE TROIS-RIVIÈRES DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-600 PROESSEUR

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Probabilistic design of wastewater treatment plants

Probabilistic design of wastewater treatment plants Probabilistic design of wastewater treatment plants Thèse Mansour Talebizadehsardari Doctorat en génie des eaux Philosophiae doctor (Ph.D.) Québec, Canada Mansour Talebizadehsardari, 2015 RÉSUMÉ Dans cette

Plus en détail

ADLV312 Réservoir cylindrique souple rempli d'eau

ADLV312 Réservoir cylindrique souple rempli d'eau Titre : ADLV312 Réservoir cylindrique souple rempli d'ea[...] Date : 08/07/2015 Page : 1/6 ADLV312 Réservoir cylindrique souple rempli d'eau Résumé : Ce test concerne l'analyse modale d'un réservoir rempli

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Université René Descartes Faculté de Pharmacie - Master Professionnel Dimension Économique des Produits de Santé 14 décembre 2005

Université René Descartes Faculté de Pharmacie - Master Professionnel Dimension Économique des Produits de Santé 14 décembre 2005 Université René Descartes Faculté de Pharmacie - Master Professionnel Dimension Économique des Produits de Santé 14 décembre 2005 Prise en Compte de l Incertitude dans l Évaluation des Technologies de

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy

Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy Essai de cisaillement Iosipescu sur carboneépoxy Etude de sensibilité par éléments finis et corrélation par mesure de champ Vincent Cazajus Sébastien Mistou Moussa Karama Laboratoire Génie de Production

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

C3 : Manipulations statistiques

C3 : Manipulations statistiques C3 : Manipulations statistiques Dorat Rémi 1- Génération de valeurs aléatoires p 2 2- Statistiques descriptives p 3 3- Tests statistiques p 8 4- Régression linéaire p 8 Manipulations statistiques 1 1-

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Dernière modification : 5 février 2003. Nº du cours Titre du cours Structure et analyse de produits

Dernière modification : 5 février 2003. Nº du cours Titre du cours Structure et analyse de produits Devis de cours DEC - 570.C0 Design industriel NOM DU PROGRAMME Dernière modification : 5 février 2003 Nº du cours Titre du cours 203-570-SF Structure et analyse de produits Pondération Heures Préalables

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez

Manlab. Logiciel de continuation interactif. R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Manlab Logiciel de continuation interactif R. Arquier B. Cochelin C. Vergez Laboratoire de mécanique et d acoustique (UPR CNRS 7051) Ecole généraliste d ingénieurs de Marseille (EGIM) Technopôle de Château-Gombert

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent

Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent VIII ème Journées Génie Civil Génie Côtier, Compiègne, 7-9 septembre 2004 Analyse numérique du comportement d un pieu isole tridimensionnel charge latéralement en milieu pulvérulent P.Mpan (a) et D.Levacher

Plus en détail

Régression de Poisson

Régression de Poisson ZHANG Mudong & LI Siheng & HU Chenyang 21 Mars, 2013 Plan Composantes des modèles Estimation Qualité d ajustement et Tests Exemples Conclusion 2/25 Introduction de modèle linéaire généralisé La relation

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES

TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES TRAVAUX PRATIQUES DE VIBRATIONS ET ONDES PREPARATION Le polycopié est à lire attentivement avant les séances. Certains sujets comportent une étude préparatoire (partie A) qui doit être rédigée avant la

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL

Théorie des graphes. Introduction. Programme de Terminale ES Spécialité. Résolution de problèmes à l aide de graphes. Préparation CAPES UCBL Introduction Ces quelques pages ont pour objectif de vous initier aux notions de théorie des graphes enseignées en Terminale ES. Le programme de Terminale (voir ci-après) est construit sur la résolution

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Chapitre 6 : Génération aléatoire

Chapitre 6 : Génération aléatoire Chapitre 6 : Génération aléatoire Alexandre Blondin Massé Laboratoire d informatique formelle Université du Québec à Chicoutimi 12 février 2013 Cours 8STT105 Département d informatique et mathématique

Plus en détail

Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée

Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée Etude de la rétention des aérosols par une paroi en béton fissurée T. Gelain*, T. Lequette, J. Vendel. Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Service d'etudes et de Recherches en Aérodispersion

Plus en détail

9. Distributions d échantillonnage

9. Distributions d échantillonnage 9. Distributions d échantillonnage MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v3) MTH2302D: distributions d échantillonnage 1/46 Plan 1. Échantillons aléatoires 2. Statistiques et distributions

Plus en détail

Problèmes de fiabilité dépendant du temps

Problèmes de fiabilité dépendant du temps Problèmes de fiabilité dépendant du temps Bruno Sudret Dépt. Matériaux et Mécanique des Composants Pourquoi la dimension temporelle? Rappel Résistance g( RS, ) = R S Sollicitation g( Rt (), St (),) t =

Plus en détail

indépendance, indépendance conditionnelle

indépendance, indépendance conditionnelle Plan du cours 1.2 RFIDEC cours 1 : Rappels de probas/stats (2/3) Christophe Gonzales LIP6 Université Paris 6, France 1 probabilités : événements, définition 2 probabilités conditionnelles 3 formule de

Plus en détail

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables

Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables Etudes numérique et expérimentale d un système tournant à supports flexibles variables C. Villa J-J. Sinou F. Thouverez M. Massenzio Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes CNRS-UMR 5513 Equipe

Plus en détail

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA)

Modèle classique Extensions Modèle multi-branches. Théorie de la ruine. Esterina Masiello (ISFA) Esterina Masiello Institut de Science Financière et d Assurances Université Lyon 1 Premières Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 En résumé... Modèle classique de la théorie de la ruine

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique.

Ce test met en jeu un cube avec une fissure en forme de lentille, soumis à une tension hydrostatique. Titre : SSLV155 - Fissure lentille en traction Date : 20/07/2015 Page : 1/24 SSLV155 Fissure lentille en traction Résumé : Ce test a pour but de valider le calcul des facteurs d'intensité de contrainte

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Le pire des cas dans le choix de la copule

Le pire des cas dans le choix de la copule Comment éviter le pire Département de Mathématique Université de Bretagne Occidentale 29200 Brest Solvency 2 impose aux assureurs une analyse des risques accumulés sur plusieurs produits d assurances.

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

Fiche de révision sur les lois continues

Fiche de révision sur les lois continues Exercice 1 Voir la correction Le laboratoire de physique d un lycée dispose d un parc d oscilloscopes identiques. La durée de vie en années d un oscilloscope est une variable aléatoire notée X qui suit

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis

ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1 Essais de DMA et modélisation par éléments finis ANEXE 1...188 ESSAIS DE DMA ET MODELISATION PAR ELEMENTS FINIS...188 1.1 ANALYSE EXPERIMENTALE...189 1.2 MODELISATION DES ESSAIS DE DMA PAR ELEMENTS

Plus en détail

Couple de variables aléatoires - Notion d indépendance.

Couple de variables aléatoires - Notion d indépendance. Couple de variables aléatoires - Notion d indépendance. Préparation au Capes - Université Rennes 1 On considère deux variables aléatoires X et Y. On aimerait connaitre s il y a influence entre ces deux

Plus en détail

RDM Flexion Manuel d utilisation

RDM Flexion Manuel d utilisation RDM Flexion Manuel d utilisation Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 10 avril 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Graphes, réseaux et internet

Graphes, réseaux et internet Graphes, réseaux et internet Clémence Magnien clemence.magnien@lip6.fr LIP6 CNRS et Université Pierre et Marie Curie (UPMC Paris 6) avec Matthieu Latapy, Frédéric Ouédraogo, Guillaume Valadon, Assia Hamzaoui,...

Plus en détail

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2)

INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) INTRODUCTION AUX ENGRENAGES A DENTURES DROITES & HELICOÏDALES (Partie 2) Pierre Duysinx LTAS Ingénierie de Véhicules Terrestres Département Aérospatiale & Mécanique Université de Liège Année Académique

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Introduction aux vibrations

Introduction aux vibrations Introduction aux vibrations Human Induced Vibration of Steel Structures 11/4/28 RFS2-CT-27-33 Vue d ensemble Vue d ensemble Les bases Equation du mouvement Fréquence propre Masse modale Amortissement Vibrations

Plus en détail

Mathématiques Ch. 6 : Exercices

Mathématiques Ch. 6 : Exercices 1 BTS CGO - LYCÉE LOUIS PAYEN - Mathématiques Ch. 6 : Exercices Cours J-L NEULAT 1 Loi normale 1.1 Lecture directe EXERCICE 1 Soit X une variable aléatoire qui suitn(0,1). On donne : P(X 1) 0,84. Sans

Plus en détail

Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1

Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1 Critères de retrait d exploitation pour les fissures affectant les disques frettés BP CP0-CP1 Maïlys Pache EDF SEPTEN Journée des utilisateurs de Salome-Meca et Code_Aster 19 mars 2013 Contexte : fissuration

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Simulation numérique du comportement transverse de mèches textiles

Simulation numérique du comportement transverse de mèches textiles 1 Simulation numérique du comportement transverse de mèches textiles Naima Moustaghfir, Damien Durville LMSSMAT/ECOLE CENTRALE PARIS Projet ANR MECAFIBRES 17 février 2011- Séminaire MSSMAT-ECP Plan Introduction

Plus en détail

NOUVELLE REFERENCE DE FORCE DE 5 kn DU BNM-LNE

NOUVELLE REFERENCE DE FORCE DE 5 kn DU BNM-LNE NOUVELLE REFERENCE DE FORCE DE 5 kn DU BNM-LNE Philippe AVERLANT, André GOSSET Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 France Résumé

Plus en détail

SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale

SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale Titre : SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide_é[...] Date : 05/04/2013 Page : 1/9 SDLL118 - Poutre soumise à une excitation fluide-élastique axiale Résumé : On considère un tube en PVC placé

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions

Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions ISTIL, Tronc commun de première année Introduction aux méthodes probabilistes et statistiques, 2008 2009 Estimation et tests statistiques, TD 5. Solutions Exercice 1 Dans un centre avicole, des études

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Introduire une nouvelle option de calcul élémentaire

Introduire une nouvelle option de calcul élémentaire Titre : Introduire une nouvelle option de calcul élémentai[] Date : 12/04/2011 Page : 1/6 Introduire une nouvelle option de calcul élémentaire Résumé : Ce document décrit ce qu il faut faire pour introduire

Plus en détail

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique

Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Processus Markoviens Déterministes par Morceaux et Fiabilité Dynamique Karen Gonzalez Benoîte de Saporta et François Dufour IMB, Université Bordeaux Neuvième Colloque Jeunes Probabilistes et Statisticiens

Plus en détail

LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS

LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS LES RESEAUX COMME OUTILS D ANALYSE EN BIBLIOMETRIE. UN CAS D APPLICATION : LES RESEAUX D AUTEURS E.BOUTIN, P.DUMAS, H.ROSTAING, L.QUONIAM INTRODUCTION: L objectif de cette validation est d appliquer l

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques

Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques Distributions bayésiennes nonparamétriques sur les matrices binaires triangulaires infinies : Applications aux modèles graphiques Patrick Dallaire Université Laval Département d informatique et de génie

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2.

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2. Titre : FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analy[...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique Résumé: Ces tests

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail