Guide pratique pour les agriculteurs. Désherbage du maïs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pratique pour les agriculteurs. Désherbage du maïs"

Transcription

1 P A Y S D E L A L O I R E ( Guide pratique pour les agriculteurs Désherbage du maïs

2 La nouvelle donne du désherbage L attente des agriculteurs est forte vis-à-vis du désherbage du maïs (notamment un certain réalisme économique des solutions proposées). En effet, le temps des stratégies universelles est révolu, surtout avec l émergence de cette nouvelle flore à problème. Et si les agriculteurs veulent contenir les coûts du désherbage, il faut introduire plus de raisonnement, plus d observation des parcelles (savoir reconnaître les adventices très jeunes), tenir compte des assolements, des techniques culturales et des conditions d applications des herbicides pour optimiser leur efficacité. Concernant ce dernier point, les maïsiculteurs devront savoir associer les matières actives pour augmenter les spectres d efficacité, dans la limite des mélanges autorisés. Ainsi, l observation de la flore et sa maîtrise pour limiter au maximum le salissement des parcelles sont déterminants pour plusieurs raisons : Le raisonnement des produits de prélevée se fera en fonction des années précédentes et de la pression attendue en graminées ou dicotylédones. Les traitements de postlevée seront guidés par le développement des dicotylédones difficiles à contrôler. Il faudra être particulièrement vigilant aux bordures de parcelles, plus sensibles à l'infestation de graminées et de vivaces. La combinaison dans la mesure du possible de traitements chimiques et mécaniques. Semis DÉSHERBAGE DES ADVENTICES ANNUELLES Pointant 3 feuilles 4 feuilles 6 feuilles 8 feuilles 10 feuilles Récolte Stratégie de désherbage Présemis incorporé Postsemis Prélevée Postlevée Précoce Postlevée "tir à vue" Visite de la parcelle Critères de raisonnement Herbicides disponibles Racinaires AG et AD à large spectre DÉSHERBAGE DES ADVENTICES VIVACES Racinaires AG et AD à large spectre Racinaires AG sélectifs (phytoprotecteur ou microencapsulé) + foliaire Nature et stade des adventices les plus difficiles à contrôler Conditions climatiques (hygrométrie 30 %) Amplitudes thermiques < 10 C pendant 48 heures après traitement Stade du maïs Foliaire AG et AD (bentazone, bromoxynil, sulfonylurées, tricétones, hormones...) Clopiralid, Dicamba, Fluroxypyr en plein Toutes hormones en dirigé Réaliser l'inventaire de la flore non contrôlée à gérer dans l'interculture ou au semis suivant Herbicide non sélectif au plus tard deux mois avant semis 1

3 D É S H E R B A G E C H I M I Q U E ( Prélevée + postlevée Des programmes à tous les prix Descriptif 1 er passage en prélevée : avec un produit racinaire à spectre antigraminée et antidicot, puis, 2 e passage en postlevée : au stade 5-6 feuilles du maïs avec un antidicot (ou un mélange antigraminée/antidicot). Avantages Un choix très large car on peut faire toutes les combinaisons entre un désherbant de prélevée et un autre de postlevée : on peut choisir de renforcer la prélevée en utilisant un anti-graminée à spectre antidicot élargi ; on peut faire un traitement de prélevée minimum (générique antigraminée) et renforcer la postlevée. Solution souple dans la mesure où les stades d intervention dépendent du maïs avec des relevées plus groupées. Sécurité dans les situations à forte pression graminées. Clés de la réussite Prélevée : Sol pas trop motteux et de l humidité (idéal : 15 mm dans les 8 jours après traitement). Eviter les traitements par forte température (volatilisation). Postlevée : Temps poussant avec une bonne hygrométrie (plus de 60 %) et température suffisante (12-23 C). Intervenir sur mauvaises herbes jeunes. Inconvénients Mauvaise efficacité des produits racinaires en conditions sèches. Risque de levée rapide du maïs, avant l intervention de prélevée (mais certains produits sont aussi utilisables en post précoce). Si les levées sont importantes après le passage de prélevée, elles risquent d être difficiles à contrôler en une fois, surtout pour des espèces du type renouée des oiseaux ou mercuriale. Les programmes les plus complets sont coûteux. Les stratégies en difficulté La fin du "tout en prélevée" C était une stratégie très dépendante de l atrazine. Maintenant, plusieurs espèces sont mal contrôlées par les produits de prélevée (mercuriale, arroche, renouée des oiseaux, renouée liseron). Même lorsque les conditions d efficacité sont bonnes (humidité suffisante), une intervention de postlevée est donc nécessaire dans la plupart des cas. Un seul passage en postprécoce? Cela consiste à intervenir au stade 2-3 feuilles du maïs avec un mélange d un produit racinaire et d un antidicot de postlevée. L antidicot contrôle les premières levées de dicots et le produit racinaire assure la persistance. L idée est séduisante : on intervient en un passage, une fois que les semis sont terminés. Mais il y a au moins 2 limites : tous les produits utilisés en prélevée ne sont pas utilisables en postprécoce (risque de phytotoxicité) et, en pratique, le nombre de mélanges autorisés est restreint ; surtout, les racinaires utilisables ont des "trous" assez larges sur dicots (mercuriale, arroche, renouée des oiseaux, renouée liseron). Il y a donc de forts risques de relevées, ce qui entraîne un 2 e passage : on revient donc à une variante de la stratégie pré + post. 2

4 D É S H E R B A G E C H I M I Q U E ( Tout en postlevée Deux passages en général Descriptif Deux passages avec un mélange à spectre large : vers 3-4 feuilles du maïs sur mauvaises herbes très jeunes, puis jours plus tard pour le second passage en fonction des relevées des adventices. Clés de la réussite Intervenir sur mauvaises herbes très jeunes, ce qui implique en général un double passage puisque les produits ont peu ou pas de persistance. Traiter de préférence par temps poussant (hygrométrie à plus de 60 %, température entre 10 et 25 C). Un seul passage? C est parfois possible pour les parcelles en semis tardifs ou les parcelles où le salissement est modéré et sans renouées des oiseaux. Avantages Mélanges autorisés à spectre large. Modulation des doses possible en fonction des mauvaises herbes, de leur stade et des conditions météo (tir à vue). Inconvénients Nécessité d intervenir au bon stade, donc surveillance et disponibilité. Difficulté dans le cas de forte infestation de dicots vivaces (liseron) : le programme de base les freine seulement et le mélange peut présenter des risques de phytotoxicité. Résistance aux sulfonylurées : un risque sérieux Pour l instant, on ne signale pas encore de résistance aux sulfonylurées. Mais l utilisation systématique à grande échelle, souvent en double ou triple applications, entraîne un risque sérieux de sélection de populations résistantes de graminées, encore plus important en monoculture. L alternance des stratégies et la rotation des cultures limitent ce risque. 3

5 D É S H E R B A G E M I X T E Désherbage chimique de postlevée (précoce suivi d'un binage Descriptif 1 er passage : traitement en postlevée (3 à 4 feuilles du maïs) à dose modulée. 2 e passage : le binage remplace la 2 nde intervention (6 à 8-10 feuilles du maïs). Clés de la réussite Postlevée précoce : Des mauvaises herbes jeunes plus faciles à détruire. Temps poussant pour une bonne efficacité. Binage : Sol assez fin pour éviter les destructions de pieds par projection des mottes sur les rangs. Sol ressuyé, temps sec (au moins 24 heures) et ensoleillé pour une bonne dessiccation des plantules. 2 passages souvent nécessaires si semis précoce. Postlevée précoce Avantages Adaptation du produit à la flore présente et modulation de dose possible. Pas de concurrence des adventices (si intervention avant 6 feuilles du maïs). Possibilité de rattrappage chimique en cas d échec non gérable par le binage. Binage Aération et décroûtage en sol battant. Limitation des pertes d eau et du ruissellement. Contraintes Postlevée Interventions très dépendantes des conditions climatiques et du stade des mauvaises herbes. Concurrence possible des adventices en intervention "tardive". Identification des mauvaises herbes pour adapter la (les) dose(s). Binage Résultats très dépendants des conditions climatiques Augmenter un peu la densité de semis (5 %) pour compenser les pertes éventuelles. Désherbage de prélevée suivi d'un binage Il est également possible de combiner un désherbage en plein en prélevée du maïs et un binage de rattrapage à 6-10 feuilles. Cette stratégie, intéressante notamment pour les semis précoces (avant le 20 avril), est limitée par la suppression de l'atrazine. En effet, les herbicides de prélevée étant moins persistants, le binage risque de ne pas être suffisant pour contrôler les relevées tardives. De plus, certaines dicots risquent de pousser sur le rang, sans pouvoir être maîtrisées. 4

6 D É S H E R B A G E M I X T E ( Désherbage chimique en localisé sur le rang Avantage à la désherbineuse Descriptif 1 er passage à 3-5 feuilles du maïs - stade 2 feuilles vraies des mauvaises herbes : pulvérisation localisée sur le rang, binage en inter-rang. 2 e passage à 7-8 feuilles du maïs : binage en interrang suffisant (la pulvérisation sur le rang n est généralement pas nécessaire), semis d un couvert végétal possible à ce stade en interrang (RGI). Clé de la réussite La clé de la réussite est dans l efficacité du 1 er passage. Les nouvelles levées d adventices ne doivent concerner que l interrang et être détruites facilement lors du second passage par le binage. Les conditions d intervention sont donc essentielles : Traitement sur le rang : Conditions de réussite de la postlevée. Binage en inter-rang : Sol ressuyé pour éviter le lissage et favoriser le cisaillement par les dents et temps sec après travail. Binage superficiel (2 cm) pour éviter les sols creux et limiter la perte de plantes. Semoir et désherbineuse de même largeur. Avantages Réduction importante des quantités de produits utilisés (- 70 % en moyenne). Effets bénéfiques du binage : limitation de l évapotranspiration. Maintien d un état de sol motteux en surface (pas de croûte de battance). Aération du sol et minéralisation de la matière organique. Inconvénients Conditions de réussite pouvant être difficiles à réunir. Coût de l outil à l investissement. Temps de travail, disponibilité du matériel. Surveillance du bouchage des buses (projection de terre). Risques de relevées sur le rang avec les adventices à levées échelonnées (morelle ) ou sur semis précoces Le semoir pulvé En même temps que le semis, désherbage localisé sur le rang en prélevée puis binage dans l inter-rang après 5 feuilles du maïs. Difficulté de la prélevée sur le rang, pas de tirs à vue. Risque de développement des dicotylédones difficile à contrôler dans le contexte sans atrazine. Organisation du travail : surveiller semis et désherbage. 5

7 D É S H E R B A G E M É C A N I Q U E ( La herse étrille en combinaison avec une bineuse Un travail très technique Descriptif 1 er passage : herse étrille ou houe rotative à l aveugle (prélevée de la culture). 2 e passage : herse étrille ou houe rotative à 3-4 feuilles du maïs. 3 e passage : bineuse au stade 6-8 feuilles du maïs en réalisant un léger buttage. Clés de la réussite Privilégier un semis un peu plus profond, en accroissant la densité de semis. Prendre en compte les atouts et contraintes de chaque outil. Utiliser les outils sur sol nivelé, bien ressuyé, par temps sec et ensoleillé. Le passage en prélevée est impératif pour la réussite de la stratégie. Intervenir sur des adventices jeunes pour les 2 derniers passages. Les rotations longues et les faux semis sont des atouts supplémentaires pour la réussite des désherbages mécaniques. Avantages Pas d utilisation d herbicides chimiques. Décroûtage des sols battants. Le binage améliore ou restaure la surface des sols (limitation des pertes d eau et du ruissellement). Aération des sols et minéralisation de la matière organique. Inconvénients Techniques pointues nécessitant de l expérience et du temps. Choix des outils à faire en fonction de la parcelle (topographie, texture ). Conditions de réussite pas toujours faciles à réunir. Risques d échec plus importants, surtout en cas de levées échelonnées. En conventionnel, la herse et la houe peuvent être associées à un désherbage chimique à doses réduites En cas de gros échecs des hersages, de levées échelonnées ou de fortes infestations de vivaces, il est toujours possible de recourir à une application d herbicides de postlevée vers 4 à 6 feuilles du maïs. Cela permet une plus grande souplesse dans la réalisation du désherbage. 6

8 M A T É R I E L D E D É S H E R B A G E Quelques exemples de matériel (de désherbage alternatif Herse étrille Houe rotative Bineuse Désherbineuse Semoir pulvérisateur 7

9 Bon à savoir Les mécanismes de la phytotoxicité des herbicides Pour la majorité des produits foliaires (notamment les sulfonylurées et les hormones) et racinaires (chloroacétamides), le risque de déclencher l'apparition des symptômes de phytotoxicité sur maïs est souvent lié à l enchaînement des deux séquences suivantes : une phase initiale, pendant et après le traitement favorable à l absorption du produit par la plante ; une phase d arrêt brutal de végétation empêchant toute métabolisation de l herbicide dans le jeune maïs : froid, canicule, hygrométrie basse. La matière active, alors en forte concentration, séjourne dans la plante trop longtemps, engendrant une toxicité plus ou moins importante. Les adjuvants : quel rôle peuvent-ils jouer? Les adjuvants ne sont pas des herbicides. Ajoutés aux herbicides foliaires, ils peuvent en faciliter, renforcer ou améliorer l efficacité lorsque les conditions d application sont limitantes. Cependant, les produits phytosanitaires contiennent déjà des adjuvants, en quantité plus ou moins variable selon leur formulation et leur sélectivité. Dans certains cas, l emploi d un adjuvant en mélange extemporané peut entraîner une agressivité sur la culture ou une baisse d efficacité de la spécialité commerciale. Aussi, l ajout d un adjuvant n est pas justifié si les conditions climatiques sont favorables. 8

10 Tenir compte de la nuisibilité des adventices La nuisibilité des adventices envers le maïs varie en fonction des espèces et de leur stade de développement. Ainsi, 75 morelles/m 2 peuvent faire perdre jusqu à 50 % de la récolte de maïs, alors que le séneçon n a presque pas d incidences. Les chénopodes prélèvent 3 fois plus d azote que le maïs alors que les sétaires 1,5 fois seulement. La nuisibilité peut s exercer de différentes manières : directement par des effets concurrentiels sur la mobilisation des éléments nutritifs, de la lumière et de l eau (surtout en année sèche) ; indirectement en termes de potentiel grainier pour les années suivantes (surtout en monoculture ou en rotation courte) ; indirectement par des risques de toxicité pour les animaux dus à la présence de datura ou de morelles par exemple au moment de la récolte du maïs fourrage. Vitesse d efficacité des produits sur les adventices/nature des symptômes sur les adventices : quelques exemples Banvel 4S, Cambio, Starane : 12 à 24 heures l extrémité des jeunes pousses se déforme et s enroule (systémique). Mikado, Callisto : 3 à 8 jours blanchiment des jeunes feuilles puis nécrose (systémique). Milagro, Pampa, Equip, Cursus, Basis : 8 jours rougissement puis nécrose (systémique). Stratos ultra : 10 à 15 jours rougissement puis nécrose (systémique). Basamaïs : 8 à 10 jours brûlures des feuilles (contact). Bromoxynil phénol : 4 à 6 jours brûlure des feuilles (contact). Bromoxynil ester octanoïque : 6 à 8 jours brûlure des feuilles (contact). Eclat : 4 à 6 jours brûlure et nécroses des feuilles (contact + systémique). 9

11 L E S A D V E N T I C E S D U M A Ï S, S A V O I R Un peu de vocabulaire limbe ligule oreillette gaine ( Les graminées estivales tige préfoliaison pliée préfoliaison enr Sétaire glauque Setaria pumila Sétaire verte Setaria viridis La plante adulte est haute de 1 m avec des feuilles longues et larges (20 x 2 cm) et rugueuses au toucher de haut en bas. Le limbe présente de longs poils épars. L inflorescence est en sorte d épis avec des soies nombreuses et jaunes. La plantule possède une gaine glabre et aplatie avec une ligule ciliée de poils courts et denses. La gaine des premières feuilles est fréquemment teintée de rouge. De longs poils blancs dans la zone ligulaire dès la 2 e ou 3 e feuille sont caractéristiques de la sétaire glauque. Auparavant en retrait par rapport aux autres sétaires, elle se développe de plus en plus. La plante adulte possède une tige ramifiée de 10 à 50 cm de haut. Les feuilles sont glabres, longues et effilées en pointe, presque coupantes sur les bords. La nervure médiane des feuilles est bien visible. L inflorescence est aussi en sorte d épis long de 2 à 6 cm et lisse de bas en haut au toucher. La plantule se distingue de la sétaire glauque par l absence de long poils blancs sur la zone ligulaire. De plus, elle possède une gaine elliptique, jamais teintée de rouge, ciliée et discrètement pubescente. Beaucoup plus difficile à détruire que la sétaire glauque, elle est présente partout et doit faire partie des adventices à détruire rapidement (3 feuilles maximum) en raison de sa nuisibilité. Digitaire sanguine Digitaria sanguinalis Digitaire ischème Digitaria ischaemum La plante adulte est velue et pas très haute (60 cm). Les feuilles sont poilues à limbe court et large. On trouve souvent une coloration sanguine sur l inflorescence, la tige et les feuilles. L inflorescence est formée de sorte d épis partant presque d un même point. La plantule a une gaine à section arrondie, la ligule membraneuse est visible dès la 2 e feuille. La gaine et le limbe sont duveteux au toucher. Graminée classique que l on retrouve très souvent et qui est détruite plus facilement que la sétaire verte. La plante adulte a un port étalé (contrairement à la digitaire sanguine). L inflorescence digitée ne comprend souvent que 2 à 4 grappes spiciformes, espacées le long d un axe principal. Les axes des grappes, glabres et aplatis, portent les épillets de façon unilatérale. La plantule possède une ligule membraneuse. Contrairement à la digitaire sanguine, elle ne possède de feuilles totalement velues que sur les 2 ou 3 premières. Plutôt présente sur les sols argileux ou calcaires, elle est souvent confondue avec la digitaire sanguine. 10

12 L E S R E C O N N A Î T R E Panic pied de coq Echinochloa crus-galli Panic à inflorescence dichotome Panicum dichotomiflorum La plante adulte peut monter jusqu à 1,50 m ou plus. Elle possède de longues et larges feuilles (50 cm x 2 cm) dont les bords sont coupants, souvent ondulés et avec un limbe rugueux de haut en bas. Les épillets poilus de 3 à 4 mm, verts puis violacés, forment des épis linéaires regroupés en grappe. La plantule possède une gaine aplatie (cf. schéma) avec une caractéristique essentielle : une trace blanchâtre et luisante à la place de la ligule. Plante qui n était pas maîtrisée par l atrazine et que l on retrouve un peu partout, elle doit faire partie des adventices à détruire rapidement (3 feuilles maximum) du fait de sa nuisibilité. La plante adulte est assez haute (1,50 m) avec des feuilles glabres et longues, large de 9 à 15 mm, de couleur vert sombre, et brillantes sur la face inférieure. L inflorescence est gracile, longues de 10 à 40 cm avec de petits épillets solitaires. La plantule est poilue avant tallage, elle possède une gaine arrondie souvent rouge-brun, la ligule est ciliée de poils courts. La pilosité est décroissante sur la gaine et la face inférieure du limbe sur les 4 premières feuilles puis glabre au delà. Très localisée, cette adventice est difficile à maîtriser du fait de levées échelonnées Panic faux millet Panicum miliaceum Pâturin annuel Poa annua La plante adulte est plus petite que le panic pied de coq (1,30 m) et velue. Le gaine et le limbe (3 x 45 cm au plus) sont fortement poilus. Les inflorescences sont composées d épillets regroupés en grappe, de forme ovoïde et d assez grande taille. La plantule se reconnaît à sa section arrondie de sa gaine. La pilosité de la plantule est longue et abondante. Elle s apparente à une digitaire sanguine géante mais avec une ligule ciliée. Très localisée, elle est difficile à maîtriser du fait de ses levées échelonnées. La plante adulte possède de nombreuses tiges, un peu aplaties, d abord étalées puis rapidement dressées. L inflorescence est plus courte que les autres pâturins (8 cm) et le nœud intérieur porte au plus 2 rameaux. On le reconnaît par la présence de poils sur toute la longueur de la saillie linéaire de la glumelle supérieure. La plantule possède une préfoliaison pliée, un bec terminant chaque limbe. Le limbe de chaque feuille est lisse sauf au niveau de la nervure centrale (présence de 2 dépressions). Une des plus petites graminées à détruire, elle est présente partout. 11

13 L E S A D V E N T I C E S D U M A Ï S, S A V O I R limbe tige otylédon Un peu de vocabulaire pétiole plantule à tige pétiole feuilles en rosette Chénopode blanc Chenopodium album cotylédon plantule à rosette ( Les dicotylédones estivales Amaranthe réfléchie Amaranthus retroflexus La plante adulte peut monter jusqu à 1,50 m, sa tige est dressée et anguleuse. Les feuilles, alternes, sont longuement pétiolées, plus longues que larges et dentées. Les fleurs sont petites sans pétales, verdâtres et en grappe. La plantule, à tige et feuilles opposées, a un aspect farineux. Ses cotylédons sont allongés, violacés à la face inférieure et se rétrécissent brusquement en un pétiole court. Très largement répandu, le chénopode peut prendre rapidement le dessus sur la culture et doit donc être maîtrisé rapidement. La plante adulte monte à 1 m de haut voire plus. De sa tige principale, cannelée et poilue, partent des feuilles ovales à limbe ondulant cilié et un pétiole poilu. Les fleurs sont groupées en épi terminal vert jaunâtre, plus quelques petits épis secondaires à l aisselle des feuilles terminales. La plantule, à tige poilue, a des feuilles alternes. Les cotylédons, allongés, sont souvent rougeâtres à la face inférieure. L échancrure au sommet du limbe, bien marqué sur les premières feuilles, s estompe progressivement. La pilosité des feuilles, faible au départ, s intensifie. Plante classique, elle doit être détruite rapidement en raison de sa nuisibilité importante. Morelle noire Solanum nigrum Renouée persicaire Polygonum persicaria La plante adulte est haute de 10 à 70 cm, avec une tige anguleuse, creuse et ramifiée. Les feuilles sont alternes, pétiolées, ovales et sinuées dentées. Les fleurs sont par groupe de 3 à 7 ombelles, blanches avec le centre jaune. La plantule possède un axe hypocotylé poilu et violacé. Les cotylédons, d assez grande taille, sont poilus et ont un limbe ovale-lancéolé et apiculé au sommet. La plante adulte est glabrescente avec une tige dressée, ramifiée, fréquemment rougeâtre et d une hauteur de 20 à 80 cm. Les feuilles lancéolées sont courtement pétiolées, discrètement ciliées et sont munies d une tache noire "en fer à cheval". Les fleurs rosées sont réunies en de longs épis. La plantule a une tige et des feuilles alternes et sa teinte est vert olivâtre. Ses cotylédons, elliptiques, ont un court pétiole et un limbe dissymétrique quelques fois colorés de rouge à sa face inférieure. Comme les autres renouées, on la retrouve un peu partout. Maîtrisable facilement, elle ne doit pour autant pas être négligée. 12

14 L E S R E C O N N A Î T R E Renouée des oiseaux Polygonum aviculare Arroche étalée Atriplex patula La plante adulte est glabre, couchée au sol ou peu dressée, avec des feuilles lancéolées sur un court pétiole et munie d une longue gaine membraneuse lacérée au sommet. La plantule possède une tige et des feuilles alternes de teinte glauque. Les cotylédons, étroits et soudés à la base, ne s étalent jamais. Les feuilles sont toutes semblables : lancéolées, glabre et d un vert bleuté. Elle fait partie de la nouvelle flore qui va se développer et devient donc de plus en plus fréquente. Difficile à contrôler, elle doit être détruite avant 2 feuilles. La plante adulte a une tige principale dressée, plus courte que ses ramifications étalées au sol et dépassant 1 m de long. Les feuilles, d abord opposées, sont ovales-losangiques et dentées. Elles deviennent alternes et plus étroites à l approche de l inflorescence. Les fleurs verdâtres sont groupées en glomérules. La plantule, vert clair, a une tige et des feuilles opposées, farineuses. Les cotylédons, grands et charnus, sont elliptiques. Le pétiole non défini se confond avec le reste du limbe. Moins fréquente, la plantule est souvent confondue avec le chénopode blanc. Adventice montante, sa nuisibilité est inférieure aux renouées mais peut devenir très concurrentielle si elle est mal maîtrisée Renouée liseron Fallopia convolvulus Mercuriale annuelle Mercurialis annua La plante adulte est glabre, couchée au sol ou volubile, avec des tiges grêles souvent nombreuses. Les feuilles, toutes semblables, rappellent celles du liseron de forme sagittée. Les fleurs sont blanchâtres, groupées en fascicule ou en grappes peu denses. La plantule a une tige et des feuilles alternes. Les cotylédons, assez grands, elliptiques allongés, ont une forme de banane. Le pétiole est court et engainant à la base. Comme la renouée des oiseaux, elle se rencontre de plus en plus et doit aussi être détruite rapidement du fait de sa nuisibilité importante. La plante adulte, inférieure à 50 cm de haut, a une tige côtelée avec des feuilles opposées de forme ovale et dentées. Les fleurs, sans pétale, sont portées par des faux épis (fleurs mâles) ou groupées à l aisselle des feuilles (fleurs femelles). La plantule a une tige et des feuilles opposées. Ses cotylédons, grands, ont des nervures blanc jaunâtre bien marquées, de forme arrondie et tronquée au sommet. Les feuilles, toutes semblables, sont ovales, à bord en dents de scie et ciliées. Très fréquente, elle représente un risque croissant pour la culture et doit donc être détruite avant 2 feuilles. 13

15 L E S A D V E N T I C E S D U M A Ï S, S A V O I R ( Les vivaces Liseron des champs Convolvulus arvensis Liseron des haies Calystegia sepium Les premières pousses sont issus de drageons quelques fois entortillés. Les premières feuilles sont ovales et non lobées et les autres sont hastées avec deux lobes latéraux aigus. Elles sont alternes et à nervation pennée. Le limbe est porté par un pétiole canaliculé et à pilosité faible. La tige est anguleuse, ramifiée et prostrée ou volubile. La plantule a une tige et des feuilles alternes. Les cotylédons ont un limbe quadrangulaire d environ 1 cm de côté. Les feuilles les plus développées sont hastées, penninervées et à pétiole canaliculé plus court que le limbe. Forte fréquence comme le liseron des haies, la lutte contre cette adventice doit se faire lorsqu elle est fleurie. Avoine à chapelets Arrhenatherum elatius s.sp. bulbosum Les nombreuses pousses feuillées s élaborent à partir de rhizomes blanchâtres, épais, très ramifiés et non entortillés. Les feuilles hastées, apiculées au sommet, possèdent des nervures principales palmées et réunies en arceaux. Les pousses sont prostrées ou volubiles et très ramifiées. La plantule a une tige et des feuilles alternes. Les cotylédons ont un limbe quadrangulaire à trapézoïdal, à sommet tronqué. Toutes les feuilles sont semblables, pétiolées et hastées. Très fréquent, il devient de plus en plus redoutable pour la culture et doit être détruit lorsqu il arrive au stade 30 cm. Chiendent rampant Agropyron repens La plante adulte développe de nombreuses tiges glabres, un peu luisantes et de 60 à 140 cm de haut. Les feuilles possèdent une ligule membraneuse et pubescente, et le limbe est de forme carénée à la base. L inflorescence est une panicule allongée, blanchâtre ou violacée et contractée. La plantule a une préfoliaison enroulée, sans oreillette et à pilosité variable. Les feuilles sont glabres, non ciliées en bordure de limbe, la gaine peu carénée et un ligule courtement pubescent (au contraire de l avoine). La jeune pousse possède 2 à 5 renflements bulbeux superposés en chapelets. Présente un peu partout mais moins fréquente (surtout en zone d élevage), elle peut devenir redoutable et concurrentielle pour le maïs ensilage. La plante adulte possède de nombreuses tiges dressées, raides et glabres pouvant atteindre 1,20 m de haut. Les feuilles, vertes ou glauques, sont auriculées, scabres de haut en bas et courtement ligulées. L inflorescence est composée d épillets distiques, parallèles au rachis, aplatis et munis de deux glumes aristées. Au stade végétatif, la plante a une préfoliaison enroulée, munie d oreillettes et glabre ou peu velue. Les gaines sont rouge violacé, souvent pubescentes. Son développement en taches est fortement concurrentiel et nécessite donc une maîtrise très rapide. 14

16 L E S R E C O N N A Î T R E Rumex crépu Rumex crispus Chardon des champs Cirsium arvense La plante adulte a une tige dressée de 1 à 40 cm, grêle, faiblement sillonnée et simple ou ramifiée. Les feuilles caulinaires, hastées, sont petites, pétiolées et munie d une gaine déchirée au sommet. L inflorescence est groupée en panicules grêles avec des fleurs petites et apétales. La plantule a des feuilles alternes disposées en rosette. Sa teinte est verte, un peu glauque, souvent tachée de rouge. Les cotylédons sont elliptiques, sans pétiole, engainants et de petite taille. A partir de la 4 e feuille, les 2 dents à la base du limbe prennent une forme hastée caractéristiques. Très fréquent, le rumex ne devient concurrentiel que localement et nécessite un contrôle moins important que les autres vivaces. Ray-grass anglais Lolium perenne La plante adulte a une tige dressée de 50 à 150 cm de haut, anguleuse, ramifiée et pubescente. Les feuilles caulinaires sont glabres. La plantule a des feuilles alternes disposées en rosette. Les cotylédons sont elliptiques, assez grands, charnus, à pétiole court et mal défini. Les deux premières feuilles paraissent opposées : elles sont elliptiques et sessiles. Le limbe, marge épineuse, a la face inférieure blanchâtre. La face supérieure présente une pilosité peu dense qui laisse le limbe d une couleur vert foncé. Fréquent et abondant, il colonise les cultures par grandes taches et doit être détruit rapidement en raison de sa forte nuisibilité. Laiteron des champs Sonchus arvensis La plante adulte, cespiteuse, est glabre avec des feuilles assez étroites et lisse au toucher. Elle peut monter à 70 cm de hauteur. Le long épi est composé de nombreux épillets, à une seule glume, pouvant porter 3 à 10 fleurs annonciatrices d autant de semences mutiques. La plantule, glabre, a une préfoliaison pliée. Les jeunes feuilles sont longtemps carénées et se terminent à leur sommet par un bec. Les oreillettes n apparaissent qu à partir du 1 er ou 2 e talle. Il faut des densités élevées pour qu il soit concurrentiel. La tige de la plante adulte peut atteindre 1,5 m et elle est ramifiée au niveau de l inflorescence. Les feuilles caulinaires, lancéolées, ont un bord denté et spinuleux. Sessiles, elles embrassent la tige par deux oreillettes courtes et arrondies. Les fleurs jaunes, toutes ligulées, sont réunies en capitules. La plantule se reproduit à partir de drageons et possède des feuilles sessiles à limbe denté. Les feuilles, en rosette sont rudimentaires, obovales-allongées et portent des dents étroites et épineuses. Son développement en taches denses et sa vigueur en fait une adventice difficile à contrôler. Présente partout, elle doit être détruite rapidement du fait de sa nuisibilité. L infestation de la culture du maïs par les vivaces se généralise un peu partout en France. En conséquence, l utilisation d hormones se systématise souvent, mais cela doit se faire avec le maximum de précautions : stade inférieur à 6 feuilles ou traitement en dirigé, de bonnes conditions météorologiques. Des problèmes de phytotoxicité sont apparus et ont été exacerbés en association avec les sulfonylurées. Concrètement, deux cas de figures peuvent se présenter dans les parcelles : Une infestation forte de vivaces : la lutte doit s intégrer dans une stratégie de pré + post en intercalant seule l hormone entre les deux passages ou après le passage de post. Cela permet de traiter avec des doses plus élevées sans phytotoxicité. La première stratégie a l avantage de commencer aussi la lutte contre les dicotylédones. Une infestation faible de vivaces : elle pourra se faire en association avec le traitement de post si celui-ci est autorisé, mais avec des restrictions de doses, de stade et de conditions climatiques. 15

17 ( A consulter également Les fiches matériels "Techniques alternatives de désherbage", réalisées dans le cadre de Phytomieux Pays de la Loire par les Fdcuma des Pays de la Loire et la Frcuma Ouest (juin 2003). Les préconisations techniques départementales : à demander auprès de votre conseiller habituel. 16

18 ( Ce document a été élaboré par : Arvalis-Institut du végétal Guillaume CLOUTE Tél Chambre d agriculture de Loire-Atlantique Thierry RESTIF Tél Chambre d agriculture de Maine-et-Loire Sébastien FOURMOND Tél Chambre d agriculture de Mayenne Jean-Claude LEBRETON Tél Chambre d agriculture de Sarthe Marc GENDRY Tél Chambre d agriculture de Vendée Jérôme JACQ Tél Chambre régionale d agriculture des Pays de la Loire Avec le concours financier du Conseil régional des Pays de la Loire Réalisation Chambre régionale d agriculture des Pays de la Loire - Conception D. Benoist - Crédit photos : Acta, Chambres d agriculture 49 et 53, Arvalis-Institut du végétal - Edition décembre 2004

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ITAB ANNUELLES GERMINATIONS D ÉTÉ AMARANTES AMARANTHUS RETROFLEXUS AMARANTHUS HYBRIDUS Famille des Amarantacées RÉPARTITION, FRÉQUENCE ET DENSITÉ EN FRANCE Originaires d Amérique

Plus en détail

Clé de détermination des principales graminées prairiales au stade végétatif

Clé de détermination des principales graminées prairiales au stade végétatif Clé de détermination des principales graminées prairiales au stade végétatif Il existe de nombreuses clés de détermination pour les graminées, malheureusement, la plupart sont basées, pour une partie au

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

UN GUIDE DE CHAMP POUR IDENTIFIER LES MAUVAISES HERBES À FEUILLES LARGES

UN GUIDE DE CHAMP POUR IDENTIFIER LES MAUVAISES HERBES À FEUILLES LARGES UN GUIDE DE CHAMP POUR IDENTIFIER LES MAUVAISES HERBES À FEUILLES LARGES Présenté par le ministère de l agriculture, de l alimentation et des affaires rurales de l Ontario, l Université de Guelph, et Bayer

Plus en détail

Guide pratique. Désherbage des céréales à paille

Guide pratique. Désherbage des céréales à paille P A Y S D E L A L O I R E ( Guide pratique Désherbage des céréales à paille 3 leviers pour maîtriser les mauvaises herbes Le désherbage, une charge de structure? On peut le considérer comme tel puisqu

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée

Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée mercredi 29 septembre 2010 Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée Le désherbage du colza est un point particulièrement sensible de l itinéraire technique et la stratégie doit être

Plus en détail

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements.

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements. Bilan campagne 2014 flore adventice, perspectives réduction d usage s herbicis et limitation l impact s traitements. Depuis 2013, afin mieux répondre aux objectifs du plan ECOPHYTO, la problématique gestion

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Lutte contre les mauvaises herbes

Lutte contre les mauvaises herbes Chapitre 26 Lutte contre les mauvaises herbes Dans ce chapitre Mots-clés Mauvaises herbes Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Définir ce qu est une mauvaise herbe.

Plus en détail

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud Origine : Afrique du Sud Séneçon du Cap Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée Description Plante herbacée vivace, à racines superficielles, forme une touffe arrondie

Plus en détail

Désherbage. La morelle est une adventice redoutée car ses fruits peuvent tacher les graines de soja à la récolte. CETIOM : P.

Désherbage. La morelle est une adventice redoutée car ses fruits peuvent tacher les graines de soja à la récolte. CETIOM : P. Désherbage CETIOM : P. Jouffret Choisissez judicieusement les parcelles et les successions culturales Evitez les parcelles au stock important de graines de morelle, chénopode, renouée, amarante, panic

Plus en détail

Les adventices en maraichage biologique

Les adventices en maraichage biologique Groupement Régional des Agriculteurs Biologiques de Haute-Normandie 9 rue de la Petite Cité - BP 882 27008 EVREUX Cedex Tél. : 02 32 78 80 46 - Fax : 02 32 38 79 49 e-mail : contact@grabhn.fr www.bio-normandie.org

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Les Hormones en Prairies. Un Partenaire fiable et indispensable! Désherbage en prairie. nécessaire et ne pas cher

Les Hormones en Prairies. Un Partenaire fiable et indispensable! Désherbage en prairie. nécessaire et ne pas cher Désherbage en prairie = nécessaire et ne pas cher Traitez vos prairies aux moins une fois tous les 2 ans Les Hormones en Prairies Un Partenaire fiable et indispensable! Le désherbage en prairies est important

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

L herbicide de post-levée du maïs et du maïs doux

L herbicide de post-levée du maïs et du maïs doux herbicide NOTICE TECHNIQUE L herbicide de post-levée du maïs et du maïs doux CALLISTO Fruit de l observation de la nature La mésotrione, matière active de Callisto, a été découverte en s inspirant d une

Plus en détail

Principales mauvaises herbes des grandes cultures biologiques de Haute-Normandie

Principales mauvaises herbes des grandes cultures biologiques de Haute-Normandie Principales mauvaises herbes des grandes cultures biologiques de Haute-Normandie Etude à long terme sur un réseau de de référence Véronique Zaganiacz du GRAB HN Version avril 2005 ADAR Agence de développement

Plus en détail

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application 1 Maîtriser la qualité de pulvérisation en bas volume pour gagner en efficacité Mathilde LHEUREUX Ingénieur conseil Chambre d Agriculture

Plus en détail

Les plantes compagnes dans les colzas

Les plantes compagnes dans les colzas Les plantes compagnes dans les colzas Février 2015 Avant d'appliquer un produit phytopharmaceutique, il convient de lire l'étiquette de son emballage et de vérifier la réglementation et les bonnes pratiques

Plus en détail

PRECONISATIONS REGIONALES2015 ILE DE FRANCE - CENTRE. ARVALIS - Institut du végétal. Maïs Variétés et Interventions

PRECONISATIONS REGIONALES2015 ILE DE FRANCE - CENTRE. ARVALIS - Institut du végétal. Maïs Variétés et Interventions PRECONISATIONS REGIONALES2015 ILE DE RANCE - CENTRE Maïs Variétés et Interventions Avant-propos Le présent document fait partie de notre collection «Choisir & décider Préconisations régionales». Notre

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM ÉDITION SOYA LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE NOUS NE SOMMES PAS VOTRE ENTREPRISE TYPIQUE DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Reconnaître. quelques plantes. de zones humides. sans les fleurs. Dour ha Stêroù Breizh

Reconnaître. quelques plantes. de zones humides. sans les fleurs. Dour ha Stêroù Breizh Reconnaître quelques plantes de zones humides sans les fleurs Dour ha Stêroù Breizh Pouvoir affirmer qu un terrain est humide grâce à la flore qui s y développe, est utile dans au moins deux cas : - Depuis

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

Onagre African sun. Œnothera x African Sun

Onagre African sun. Œnothera x African Sun Œnothera x African Sun Onagre African sun Vivace étalée, à tiges vigoureuses et à feuilles lancéolées. Les fleurs ont 4 pétales et mesurent 4 à 5 cm de diamètre. Ses fleurs s ouvrent le jour contrairement

Plus en détail

Charançon de la tige Replacez votre cuvette jaune et apprenez à le reconnaître. Retrouvez le bulletin de santé du végétal sur le web...

Charançon de la tige Replacez votre cuvette jaune et apprenez à le reconnaître. Retrouvez le bulletin de santé du végétal sur le web... B S V G R A N D E S C U L T U R E S N 2 D U 1 7 F E V R I E R 2 0 1 5 rédigé par Adeline CHASTRUSSE Chambre d agriculture de Loire-Atlantique A C T U A L I T É S CURSEURS DE RISQUES Céréales à paille Evolution

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Botanique. Photo: Balade. Spermaphyte. Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est. La joubarbe toile - d'araignée.

Botanique. Photo: Balade. Spermaphyte. Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est. La joubarbe toile - d'araignée. Photo: Balade Autres Botanique Plante rencontrée à : Col d Arsine (Ecrins) Cette fleur est La joubarbe toile - d'araignée Spermaphyte Angiosperme Dicotylédone Dialypétale Juillet 2012 Famille : Cassulacées

Plus en détail

MAÏS ET SORGHO. SORGHO D ARGENTINE (Sorghum x almum Parodi) Stade d examen Numéro du Description du caractère Caractère UPOV #

MAÏS ET SORGHO. SORGHO D ARGENTINE (Sorghum x almum Parodi) Stade d examen Numéro du Description du caractère Caractère UPOV # MAÏS ET SORGHO SORGHO D ARGENTINE (Sorghum x almum Parodi) UPOV # A l épiaison - date de l épiaison (première épillet visible sur 50% des plantes) - plante: hauteur - feuille: couleur - feuille: longueur

Plus en détail

On la trouve partout!

On la trouve partout! On la trouve partout! Elle colonise les lieux où la terre nue permet sa germination : terrains défrichés, chantiers de construction, parcelles agricoles, etc. RHÔNE AIN HAUTE-SAVOIE LOIRE SAVOIE ISÈRE

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE Info.pl@ine N 453 20 février 203 5 pages CEREALES BLE Priorité au désherbage STRATEGIE AGRONOMIQUE Les conditions météo idéales sont une forte hygrométrie, des températures dces et un sol suffisamment

Plus en détail

Guide pratique. plantes invasives

Guide pratique. plantes invasives Guide pratique plantes tige glabre plantes Solidage Glabre origine : Amérique du Nord Le Solidage colonise une grande gamme de milieux rudéralisés (bords de route, friches, cultures abandonnées) mais aussi

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

12. Lutte contre les mauvaises herbes

12. Lutte contre les mauvaises herbes 12. Lutte contre les mauvaises herbes Pertes de récolte dues aux mauvaises herbes La concurrence exercée par les mauvaises herbes cause les plus grandes pertes de rendement quand : les mauvaises herbes

Plus en détail

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch

Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP. www.staehler.ch Guide contre les rumex la mauvaise herbe no 1 dans les prairies et pâturages RUMEX TOP www.staehler.ch Pourquoi est-ce que les rumex sont des plantes à problèmes? Les rumex forment jusqu à 80'000 graines

Plus en détail

Entretien mécanique et qualité du raisin et du vin. Comment mettre en œuvre l entretien mécanique des sols? Quels outils pour le travail du sol?

Entretien mécanique et qualité du raisin et du vin. Comment mettre en œuvre l entretien mécanique des sols? Quels outils pour le travail du sol? L entretien mécanique : une solution pour les vignobles à faible réserve en eau. Il n existe aucune référence sur l impact du travail du sol sur la qualité des vins, sauf que pendant des siècles on a produit

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet La gestion de l enherbement en maraîchage biologique Une réalisation du Projet Union européenne - Fonds Européen de Développement Régional Europese Unie - Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Gestion

Plus en détail

guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s

guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s qu est ce que c est? un désherbage maïs innovant une variété «DUO System» est une variété naturellement résistante à Stratos Ultra, un herbicide

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

L application du produit sur la cible

L application du produit sur la cible Fiche IV - 3 La limitation des risques au cours de l application L application du produit sur la cible L -IVobjectif d une application est de positionner les produits phytosanitaires sur la cible : la

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s Les thrips sont des insectes de petite taille (1 à 2 mm), allongés et qui possèdent des ailes étroites bordées de longs cils caractéristiques. Les dégâts majeurs résultent de l alimentation des adultes

Plus en détail

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts 8401 Winterthour Bernhard Schenk 01.09.2014 Thèmes Facteurs d influence sur des gazons naturels sains Espèces de graminées et progrès

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal!

Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal! 24 Insectes du colza Attention aux altises et aux charançons du bourgeon terminal! Installez vos cuvettes jaunes et utilisez les bulletins de santé du végétal (BSV), pour identifi er et quantifi er les

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

5.1.ESSAI DESHERBAGE EN CULTURE DE MAIS : LUTTE CONTRE UNE FLORE VARIEE COMPOSEE DE SETAIRES ET DE DICOTYLEES ANNUELLES

5.1.ESSAI DESHERBAGE EN CULTURE DE MAIS : LUTTE CONTRE UNE FLORE VARIEE COMPOSEE DE SETAIRES ET DE DICOTYLEES ANNUELLES 5.1.ESSAI DESHERBAGE EN CULTURE DE MAIS : LUTTE CONTRE UNE FLORE VARIEE COMPOSEE DE SETAIRES ET DE DICOTYLEES ANNUELLES ESSAI MIS EN PLACE EN 2010, EN COLLABORATION AVEC LE CENTRE PILOTE MAIS ET LA REGION

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX Notice Allié Max X DuPont Allié Max X Allié Max X Dicotylédones dans les céréales : pression croissante D après un relevé de flore réalisé en 2008 (1), les agriculteurs observent une pression croissante

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Betteraves TOP. Le bon conseil pour la culture de betteraves sucrières

Betteraves TOP. Le bon conseil pour la culture de betteraves sucrières Betteraves TOP Le bon conseil pour la culture de betteraves sucrières Règles de base pour contrôler avec succès les mauvaises herbes Supprimer les anciennes mauvaises herbes! Les mauvaises herbes hivernantes

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Projet Herbe à poux 2008-2010 à Salaberry-de-Valleyfield

Projet Herbe à poux 2008-2010 à Salaberry-de-Valleyfield Projet Herbe à poux 2008-2010 à Salaberry-de-Valleyfield Table des matières Table des matières... 2 Identification et contrôle de l herbe à poux dans le secteur agricole à Salaberry-de-Valleyfield... 3

Plus en détail

Essai d implantation de colza

Essai d implantation de colza Essai d implantation de colza Selon divers technique de semis Et en association CUMA des Deux Fonds BASE 72 (Bretagne Agriculture Sol et Environnement Sarthe) Cette fois-ci, nous avons fait un essai visant

Plus en détail

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid)

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid) GAZONS Un gazon, ou pelouse, est une surface semée de graminées sélectionnées. Cette sélection se fait en fonction de la qualité ornementale du gazon, de sa résistance (au piétinement, à la sécheresse,

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage

DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage Contact : Pôle Végétal et Entreprise 61 allée de Brienne - BP 7044-31069 Tlse cedex 7 Tél : 05 61 10 43 13 - Fax : 05 61 10 42 52 www.haute-garonne.chambagri.fr

Plus en détail

LA GAMME TOURNESOL 2015

LA GAMME TOURNESOL 2015 GUIDE TOURNESOL 2015 LA GAMME TOURNESOL 2015 IDENTIFIANTS RAGT SEMENCES : une aide au choix variétal BONUS HUILE Variété de la gamme Tournesol Efficient : classification de la teneur en huile par rapport

Plus en détail

TABLEAU 17 1. Évaluation des herbicides pour les gazons. stellaire moyenne. pâturin annuel. agrostide. lupuline

TABLEAU 17 1. Évaluation des herbicides pour les gazons. stellaire moyenne. pâturin annuel. agrostide. lupuline REMARQUES : L efficacité des herbicides est évaluée en fonction d une échelle de 0 à 9, où 0 correspond à l absence de maîtrise et 9 à une maîtrise de 90 100 % sous des conditions idéales. Les cotes attribuées

Plus en détail

FLEURISSEMENT AUTOMNAL

FLEURISSEMENT AUTOMNAL FLEURISSEMENT AUTOMNAL OBJECTIF :! Diversifier la gamme de plantes à massif à floraison automnale par l utilisation de plantes vivaces. METHODOLOGIE :! Plantation de 13 plantes.! Observation de la reprise,

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM BLEUETS UN GUIDE DE SOLUTIONS NUFARM POUR LES BLEUETS 2 Le Canada est le deuxième producteur mondial de bleuets, après les États-Unis.

Plus en détail

Bouleau jaune (merisier) Betulas alleghaniensis

Bouleau jaune (merisier) Betulas alleghaniensis Bouleau jaune (merisier) Betulas alleghaniensis Famille : Bétulacées Zone de rusticité : 3b Croissance : Moyenne ou mi-ombre Hauteur : 20 m Largeur : 15 m Longévité : 150-250 ans Valeur ornementale : Moyenne

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Thermique. Le désherbage. repères

Thermique. Le désherbage. repères Thermique thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation qui justifie une fiche spécifique

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Synthèse LUTTE À LA PETITE HERBE À POUX DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Maryse L. Leblanc, agr. Ph.D. Chercheure-malherbologiste Daniel Cloutier, Jean Duval, Anne Weill, Pierre-Antoine Gilbert et Germain Moreau

Plus en détail

En ce qui concerne la pelouse, les principaux organismes nuisibles qui peuvent être répertoriés sont:

En ce qui concerne la pelouse, les principaux organismes nuisibles qui peuvent être répertoriés sont: C h a p i t r e 3 L e s o r g a n i s m e s n u i s i b l e s 3.1 Introduction La pelouse est un écosystème dont le fonctionnement et la stabilité sont tributaires des conditions de culture. Ces conditions

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm Nom : Conifères 6-13 cm 8-20 cm Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 10-15 cm Pin Rouge J ai des aiguilles rigides en faisceaux de 2. 4-6 cm 3-7 cm 4-6 cm Pin Sylvestre Je possède

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher.

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. {{Et voici les notes de Guillaume Bodovillé}} Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. Sylvain et Jérôme exploitent 270 ha en propre et 50 ha à façon. Sur

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

La fusariose de l épi

La fusariose de l épi La fusariose de l épi Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Juin 2015 Introduction Mise en contexte Facteurs de développement

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

pendant le traitement,

pendant le traitement, 19 Pendant le traitement OBJECTIF Connaître et appliquer la réglementation et les bonnes pratiques phytosanitaires lors de l application du traitement afin d éviter des pollutions environnementales et

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

Retrait du linuron État des lieux et alternatives

Retrait du linuron État des lieux et alternatives Retrait du linuron État des lieux et alternatives Nathalie Roullé, biologiste-entomologiste Pôle d excellence en lutte intégrée n.roulle@cld-jardinsdenapierville.com - Journées horticoles de Saint Rémi,

Plus en détail