LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand"

Transcription

1 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une méthode scientifique en faveur de l aménagement de parcelles pour le public.

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION: Etapes PRÉLIMINAIRES: Observation de la parcelle Etude du sol:... 4 I. Préparation de l échantillon de terre à analyser... 4 II. Etude des résultats de l analyse de sol ) Analyse granulométrique : détermination de la texture ) Etat calcique : ) Indice de battance: ) Acidité du sol: ) Etat Humique : ) Eléments assimilables :... 8 P2O5 : anhydride phosphorique... 8 K 2 O : oxyde de potassium (cf. figure 10)... 9 MgO : oxyde de magnésium (cf. figure 11) L Aménagement et ses caractéristiques... 9 I. Prise de recul sur la parcelle et travaux envisagés... 9 II. Création du plan d aménagement Bibliographie... 12

3 PREAMBULE Ce livret n a aucunement la prétention d instruire, de rentrer en compétition ou de critiquer quelconque méthode appliquée dans le milieu paysagiste. Il s adresse à un public aussi divers que varié qui souhaite améliorer la qualité de son environnement grâce à un aménagement de terrain qui s harmonise au maximum avec la nature. Vous trouverez dans ces quelques pages une méthode simple et vulgarisée pour comprendre comment raisonner un aménagement et quels sont les critères à prendre en compte pour réussir et optimiser celui-ci. Cette méthode s appuie sur un exemple concret : la réalisation effectuée par le groupe d étudiants auteur de ce livret. Une étude de sol est fortement conseillée car toute l analyse se base sur celle-ci. Elle est dispensée dans des centres agréés.

4

5 MÉTHODOLOGIE 1

6 1. INTRODUCTION: L aménagement d une parcelle doit répondre à différents objectifs qui doivent être définis au préalable. Ce livret présente l aménagement d un espace, situé en zone urbaine, en faveur de la biodiversité. Se pose alors la question : qu est ce que la biodiversité? Au sens littéral du terme, ceci correspond à la diversité de la vie. Ce concept désigne l ensemble des espèces animales et végétales que l on peut trouver naturellement dans un endroit donné, ainsi que toutes les interactions qu il existe entre elles. Par conséquent, favoriser la biodiversité est en synergie avec le développement d une flore locale, adaptée au sol et au climat, améliorant ainsi l installation d une faune diverse. Cette condition influence donc la mise en place des recherches et des travaux. Les choix qui seront faits par la suite, explicités dans ce livret, suivent cette logique de développement de la biodiversité. Néanmoins, tout aménagement même en faveur de l environnement répond à un critère esthétique. En effet, nous pourrions nous interroger sur l intérêt de réaliser l aménagement d une parcelle si celui-ci est visuellement désagréable. Il est tout à fait possible d allier biodiversité et aménagement paysager. Cette relation est d ailleurs recommandée dans une optique de sensibilisation, car l impact sur le public sera d autant plus important que le terrain sera esthétiquement agréable. Ce livret explique comment nous avons créé un aménagement paysager en faveur de la biodiversité. Il est cependant évident que les éventuels projets qui pourraient être réalisés avec cet outil, présenteront d autres conditions. Nous avons néanmoins tenu à nous appuyer sur l exemple de la parcelle de Pérignat-les-Sarlièves, parcelle que nous avons aménagée, afin que les différentes étapes apparaissent clairement. 2. ETAPES PRÉLIMINAIRES: Tout d abord, afin de se rendre compte des travaux possibles et pour avoir une vue d ensemble de la parcelle à aménager, il est nécessaire de : Se rendre sur la parcelle considérée afin d y observer l environnement et réfléchir quant aux modifications qui peuvent être apportées. L observation de la flore locale est très importante. Elle permet de comprendre quel type d espèces sont adaptées au milieu en question, et facilite la recherche ultérieure de plantes. Aussi existe-t-il des ouvrages spécialisés dans la reconnaissance des plantes sauvages en France. Ceux-ci pourront vous aider à recenser celles présentes sur votre terrain. 2

7 se procurer un plan au 1/100 ème de l espace concerné : celui-ci est utile pour avoir une vue d ensemble de votre parcelle. L échelle permet de projeter facilement les travaux à effectuer (puisque 1cm sur le plan correspond à 1m sur la parcelle) se renseigner auprès de la mairie en ce qui concerne les modalités du PLU (plan local d urbanisme) afin de savoir si certains aménagements ne sont pas interdits. Dans notre cas, la plantation de certains arbres était prohibée. 3. OBSERVATION DE LA PARCELLE Il faut garder à l esprit que l aménagement entrepris a pour thème la biodiversité. Pour cette raison, l observation de l environnement de la parcelle doit apparaître comme le premier sujet de réflexion, en particulier celui de la faune et de la flore. Il est bien évident que l on va chercher avant tout à favoriser ces espèces dans le cadre de l aménagement. En effet elles assurent la pérennité de cet aménagement puisqu elles sont naturellement adaptées à l environnement observé. Dans notre cas, nous avons procédé à un recensement des plantes, des arbres et des adventices présents sur la parcelle et ses alentours. Une observation attentive du sol permet de réfléchir à des espèces végétales les mieux adaptées aux caractéristiques pédologiques. La couleur et la teinte de ce dernier peut donner une idée de sa teneur en calcaire et en matière organique : plus la terre est blanche, plus elle est susceptible de contenir du calcaire, et plus elle est brun foncé, plus la concentration en matière organique est élevée. On portera par ailleurs une attention particulière à son degré de pierrosité, c est à dire la proportion de pierres et cailloux visibles à sa surface. On peut ainsi envisager un ajout éventuel de terre si le sol est trop pierreux et/ou une implantation d espèces de type rocaille si la surface présente une grande quantité de roches. A contrario, un sol sans aucune structure solide (exemple : du sable) nécessite généralement des plantes dont le système racinaire est développé afin de le maintenir. Nous avons observé sur la parcelle que nous voulons aménager qu aucune plante n y pousse, hormis certains adventices. Une analyse de sol nous est apparue indispensable afin de déterminer les raisons de cette observation. Nous avons également remarqué que le sol est sujet à l érosion puisque les pentes se sont adoucies au cours du temps. Ce phénomène se traduit notamment par de petites coulées de boue par temps de fortes pluies. La 3

8 stabilisation de ces pentes nous est apparue comme un objectif à atteindre à travers l implantation d espèces végétales à système racinaire développé. La topographie initiale de votre parcelle est essentielle pour comprendre son organisation naturelle et pour la prévision d éventuels travaux. Ainsi, pour vous aider à analyser cet élément, il est préférable de récupérer une photographie aérienne du terrain (accessible depuis internet). De plus, suivant la taille du site, une carte IGN peut vous fournir de précieux renseignements. Par exemple, lors de nos premières venues sur le terrain, nous avons dû mesurer la hauteur des talus pour calculer la surface assujettie à l érosion. Aussi il nous est apparu nécessaire d aplanir ces derniers en remaniant la terre. Ceci permet aussi de faciliter l accès à ce lieu public. 4. ETUDE DU SOL: Suite aux conclusions que nous avons tirées de l analyse visuelle de la parcelle, il est préférable de réaliser une étude physico chimique du sol pour en connaître ses propriétés. Elle est indispensable pour comprendre la structure et la nature du sol. La connaissance de ces éléments permet de déterminer les végétaux les plus adaptés à la parcelle. Dans les quelques lignes ci-dessous, nous vous détaillons comment interpréter et utiliser les résultats que vous obtiendrez de l analyse. Toutes les données ne sont pas traitées, nous ne vous expliquons que les plus essentielles. Ce type d analyse est réalisé par des laboratoires spécialisés. Cette technique reste toutefois assez onéreuse. Dans notre cas, elle a été prise en charge par le laboratoire de VetAgro Sup (figure 1). I. PREPARATION DE L ECHANTILLON DE TERRE A ANALYSER L échantillonnage de terre sur la parcelle se fait de manière précise : Prélever à l aide d une tarière (ou, à défaut, d une bèche) sur la profondeur désirée de sol (30 cm sont habituellement satisfaisants), un échantillon de terre. Récupérer cet échantillon dans un seau en essayant de réduire au maximum les agrégats de la terre. Recommencer cette étape de façon à obtenir des échantillons caractéristiques de toute la parcelle. A chaque ajout d un échantillon dans le seau, bien mélanger ce dernier au précédent. Laisser sécher le contenu du seau pour éliminer la totalité de l eau présente dans la terre. Amener l échantillon au laboratoire une fois sec. Un kilogramme suffit pour l analyse. 4

9 II. ETUDE DES RESULTATS DE L ANALYSE DE SOL Pour interpréter les résultats de l analyse et connaître la nature de votre sol, de nombreux outils sont à votre disposition (joints en annexes). Voici les différentes étapes à suivre pour réaliser votre interprétation. 1) ANALYSE GRANULOMETRIQUE : D ETERMINATION DE LA TEXTURE La texture correspond à la composition minéralogique de votre sol c est à dire la quantité d argile, de sables et de limons. Les différentes proportions de chaque élément donnent des propriétés physico chimiques différentes au sol et influencent donc les choix de l aménagement. Par exemple, une terre très sableuse ne retient pas ou peu l eau. Il faudra donc choisir des plantes de rocaille. A contrario, un sol riche en argile entraine une forte rétention d eau nécessitant des plantes adaptées aux milieux humides. Cette capacité de rétention de l eau est nommée «réserve utile en eau». Plus la réserve utile est élevée, plus le sol retient l eau et inversement. Attention : une forte réserve utile devient un handicap dans une région où la pluviométrie est élevée. Il est donc déconseillé de planter des végétaux qui ne résistent pas à un fort taux d humidité dans ce type de région. Pour déterminer la texture d un sol, nous utilisons le Triangle de texture de l INRA (figure 2). Cet outil utilise les proportions des trois grandes composantes du sol, ce qui lui confère une certaine précision. Dans notre cas, nous avons : ce qui revient à : 16,1% de sables, 34,6% de limons et 46,8% d argile. Nous déduisons d après la figure 2, que le sol a une texture de type argile lourde (AL). A cette texture, il correspond une réserve utile (RU), déterminée à l aide de la figure 3. Dans le cas d une texture argile lourde, la RU est de 1,80mm/cm de sol, c'est-à-dire que chaque centimètre de sol est capable de retenir 1,8 mm d eau (180 ml). Conclusion : Le sol est majoritairement argileux ce qui témoigne d une forte capacité de rétention en eau. Cette caractéristique est un facteur important en termes de production. Cette caractéristique doit cependant être analysée en prenant en compte la pluviométrie locale. En effet, dans notre exemple, le milieu est argileux, mais les faibles précipitations (cf. figure 4) 5

10 réduisent cet impact. Pire, elles induisent une sécheresse estivale. Nous devrons donc sélectionner des plantes résistantes à un manque d eau durant l été. 2) ETAT CALCIQUE : Outre la granulométrie, la teneur en calcaire total nous permet de compléter la composition chimique du sol. Un sol calcaire est basique et nécessite des plantes particulières. De la même manière, un sol très peu calcaire est acide et nécessite parfois un chaulage (c'està-dire un ajout de chaux) pour stabiliser la structure. Il nous reste, comme nous le verrons plus loin, à analyser sa teneur en matière organique. Nous aurons alors tous les éléments de la texture du sol. Dans notre cas, nous avons : La valeur en calcaire totale est de 282. D après la figure 3, le sol contient plus de calcaire qu il lui en faut. Nous devrons donc choisir des plantes calcicoles. 3) IND ICE D E BATTANCE: La battance correspond à la capacité d un sol à se restructurer en présence ou en absence d eau. Cette restructuration entraine la formation de «croutes de battance» à la surface lors d un assèchement du sol. Cette dernière est défavorable à la germination de la graine et au développement de la plantule. Il est donc préférable qu un sol ne soit pas soumis à la battance. L indice proposé est celui établi par la station d agronomie de l Aisne. Il permet de se faire une idée de la stabilité de la structure à partir des résultats de l analyse granulométrique et du dosage de la matière organique. La formule est la suivante : Avec : IB : l indice de battance, LF : la teneur en limons fins, LG : la teneur en limons grossiers, Ar : la teneur en argiles, MO : la teneur en matière organique, C= 0,2(pH 7). 6 Attention : C n est à appliquer que si le pheau est supérieur à 7!

11 Dans notre cas, nous avons : C = 0,2 * (8,4 7) = 0,28 D après la figure 5, I B 1,4 le sol est non battant En cas de battance, il est conseillé de ne pas arroser le sol en grosse quantité et le laisser sécher ensuite. Il est préférable d arroser régulièrement en petite quantité. Si le sol forme une croute avant la germination des graines, cassez-la à l aide d un rouleau. 4) ACIDITE D U SOL: L acidité du sol est très importante pour le choix des plantes. En effet, les plantes calcicoles aiment les sols alcalins (ph basique) et se développent mal en terres acides. L acidité est donnée par le ph, obtenu à partir d une suspension de sol dans l eau et noté pheau. (cf. figure 6) Attention : certaines plantes réagissent différemment en sol acide et alcalin. Par exemple l hortensia donne des fleurs roses dans le premier cas et bleues dans le second. Dans notre cas : 7,8 pheau= 8,4 8,5 Le sol est donc alcalin. Il nous faut absolument choisir des plantes résistantes à un ph basique. Quelques exemples : la lavande ou le thym. 5) ETAT HUMIQUE : L état humique donne la proportion de matière organique dans votre sol. Nous avons souvent tendance à penser qu un sol riche en matière organique est un sol fertile. Ceci n est vrai que dans une certaine mesure. 7

12 L humus permet le stockage de minéraux essentiels au développement de la plante (par exemple le calcium Ca, le phosphore P, le potassium K ou le magnésium Mg). Il est important d avoir une quantité d humus correcte en fonction de la quantité d argile présente dans le sol. Cette relation est donnée dans la figure 7. Dans notre cas, nous avons : D après la figure 7, la quantité de matière organique est un peu faible dans le sol. Nous avons donc deux possibilités : soit nous ajoutons de la MO pour en améliorer le taux, soit nous sélectionnons des plantes peu exigeantes vis à vis du sol. Nous avons choisi la deuxième proposition puisque nous sommes dans une optique environnementale. En effet, réduire les intrants et choisir des plantes adaptées au sol et au climat favorise la biodiversité. De plus, la MO évolue au cours du temps : elle est transformée par les différents microorganismes du sol. Son taux diminue donc naturellement, ce qui implique des ajouts réguliers les années suivantes. Toutefois, pour faciliter la prise initiale des vivaces que nous plantons, nous avons décidé d installer un paillage naturel en fibre de coco. Celui-ci permet d une part de détruire sans herbicide les mauvaises herbes présentes sur votre parcelle en stoppant l arrivée de la lumière. Il permet d autre part, en se dégradant, d améliorer le taux de MO au pied de vos plantes. 6) ELEMENTS ASSIMILABLES : Les éléments assimilables sont des ions présents naturellement dans le sol qui servent à la nutrition de la plante. Leur quantité relative permet de choisir si nous allons installer des plantes exigeantes nécessitant une forte absorption de ces éléments, ou des plantes plus rustiques et moins «coûteuses» en ions. En cas de manque, il est tout à fait possible d ajouter des engrais de manière modérée et réfléchie ce qui permet de combler, sur du moyen terme, les besoins des végétaux. P2O5 : AN H Y DRIDE PHOSP H O RIQ UE L anhydride phosphorique P2O5 est la forme sous laquelle se trouve la majorité du phosphore dans le sol. Les méthodes de dosage sont nombreuses, mais les deux principales sont celle de DYER (utilisée si le sol est non calcaire) et celle de JORET-HEBERT (utilisée pour un sol à plus de 2% de calcaire) 8

13 Dans notre cas, nous avons une détermination par la méthode JORET-HEBERT D après la figure 8 : la teneur est faible par rapport au taux d argile du sol. Deux choix s offrent à nous : ajouter chimiquement du phosphore ou choisir des plantes peu exigeantes en cet élément. Nous avons, encore une fois pour favoriser la biodiversité et pour limiter notre impact sur l environnement, choisit la deuxième solution. K 2 O : O XY DE DE P O TAS S IU M (CF. F IG U RE 10) Le potassium dans le sol se trouve majoritairement sous forme K 2 O. Le potassium serra d autant plus retenu que le sol serra plus riche en argile. Dans notre cas, nous avons : K2O= 0,50 d après la figure9, la teneur est satisfaisante par rapport au taux d argile du sol. Nous n avons donc pas besoin de nous soucier de cet élément. M GO : O XY DE DE MAG N E S IU M ( CF. F IG U RE 11) Le magnésium du sol se trouve majoritairement sous la forme MgO. L absorption du magnésium par les racines est en compétition avec le potassium. Dans notre cas, nous avons : MgO= 0,80 d après la figure10, la teneur est élevée par rapport au taux d argile dans le sol. Conclusion : vous devez adapter votre projet en fonction de chacun des éléments cités ci-dessus. 5. L AMENAGEMENT ET SES CARACTERISTIQUES I. PRISE DE RECUL SUR LA PARCELLE ET TRAVAUX ENVISAGES Pour effectuer un aménagement efficace, il est nécessaire de prendre du recul vis-à-vis de la parcelle. Cela s effectue grâce à un plan du lieu, de préférence au 1/100 ème facilitant ainsi les transitions entre le schéma et la réalité (puisque 1cm sur le plan équivaut à 1m sur la parcelle). 9

14 Cette réalisation doit être réfléchie et organisée suivant les objectifs à atteindre. Dans notre cas, nous voulons mettre en place un espace arboré et fleuri favorisant la biodiversité locale et la découverte de celle-ci par le grand public. De surcroit, il doit avoir un faible coût d entretien. Nous avons donc décidé de créer un jardin où la circulation en son sein serrait aisée et agréable. II. CREATION DU PLAN D AMENAGEMENT Une fois cette prise de recul effectuée, l aménagement doit être concrètement réalisé. Pour cela, commencez par un schéma. Utilisez votre plan au 1/100 ème et inscrivez-y toutes les modifications de terrain que vous voulez effectuer (cf. figure 11). Comparez ce schéma avec une photographie aérienne de l état initial du terrain (cf. figure 12). Lorsque cette étape est terminée et que vos observations sont retranscrites sur le papier, l aménagement floral peut commencer. Pour cela, il est indispensable de prendre en compte le diamètre des plantes qu elles atteignent à l âge adulte afin d éviter de surcharger l espace et d entraîner ainsi l étouffement des végétaux. L objectif d un aménagement en faveur de la biodiversité est de limiter l impact de l homme sur le développement des plantes. Ainsi, plus l aménagement est réfléchi en fonction des plantes (taille de croissance, compatibilité inter espèce, compatibilité avec le sol ), et moins vous aurez besoin d intervenir. Les plantes doivent être choisies suivant trois catégories : - les plantes clés correspondent souvent aux plantes hautes, les plus caractéristiques et les plus durables c'est-à-dire les arbres et les arbustes. Elles vont donner la structure au schéma et doivent donc être placées en premier sur le plan. Elles doivent conserver une forte présence mais aussi fournir un arrière plan à d autres sujets. - les plantes couvre-sol : ces plantes vont combler l espace entre les arbustes et les arbres, elles fournissent une toile de fond aux espèces à saison d intérêt courte. - les plantes d accent sont souvent utilisées en nombre. Elles représentent le dernier placement. Ces plantes ont une forme verticale affirmée qui entraîne le regard vers le haut. Dans le cas de notre aménagement, nous avons choisit d implanter des vivaces et des graminées qui conviennent à notre type de sol et nécessitent peu d entretien. Si la parcelle à aménager possède des caractéristiques particulières peu modifiables, il sera nécessaire d adapter les plantes à la parcelle et non l inverse. Parcelle possédant des parties très en pente : Il sera conseillé de choisir des espèces possédant un système racinaire très ramifié qui permettra de maintenir le sol et le protéger de l érosion. Parcelle ayant des problèmes d hygrométrie : Il sera conseillé de choisir des plantes résistantes à la sécheresse en région sèche ou sur terre très drainante. Au contraire, des plantes résistantes à une forte humidité seront appropriées à un sol ayant une forte rétention d eau. Parcelle ayant un déficit en certains éléments : Il sera conseillé de choisir des plantes peu exigeantes en ces éléments en parallèle d un éventuel apport raisonné. 10

15 Remarque : Public destinataire de la parcelle Si la parcelle est à destination de jeunes enfants, les plantes urticantes, épineuses, toxiques ou présentant des baies toxiques semblables à celles comestibles, sont bien évidemment à proscrire. Une fois ces choix déterminés, on répartit les plantes sur notre plan d aménagement. Chaque plante va être représentée par un symbole. La forme utilisée est souvent un rond dont la couleur correspond à la teinte de la plante en floraison et dont le diamètre représente l envergure que vont atteindre les plantes à la fin de leur croissance. Ces diamètres sont bien sur convertis à l échelle du plan. Il faut placer les symboles des plantes sur le plan jusqu à ce que le schéma ait de l équilibre et de la vie. 11

16 BIBLIOGRAPHIE Ouvrages : Caroline McGlynn. Aménager son jardin. édition ARTHEMIS 2002 Dorothée Descamps, Mathilde Renard. Aménager un jardin pour les papillons-les reconnaître, les attirer, les protéger. édition ULMER, p. Jean-Paul Collaert. Le nouveau jardin écologique. RUSTICA éditions, p. Articles scientifiques : Mission haie. La haie mellifère. 3p Mission haie. Haie «faune sauvage». 6p Sites web : Haie du Puy de Dôme. [en ligne] consulté le 20 novembre Disponible sur : 12

17 ANNEXES I

18 II Figure 1: Analyse de sol de la parcelle

19 Figure 2 : Triangle de texture INRA III

20 IV Figure 3 : tableau des réserves en eau selon les textures

21 NORMALES TEMPERATURE MINIMALES : 6,1 MAXIMALES : 16,3 PLUVIOMETRIE 591,7 MM 90 JOURS DE P LUIE ENSOLEILLEMENT 1885 HEURES Figure 4 : Normales Clermont Ferrand (source météo France) Figure 5 : Détermination de la qualité du sol à partir de sa teneur en calcaire V

22 VI Figure 6 : interprétation du ph eau

23 Figure 5 : Graphique «appréciation du niveau de Mo en fonction de la teneur en argile et en calcaire» VII

24 VIII Figure 8: «Appréciation du niveau de P 2 O 5 assimilable en fonction de la teneur en argile»

25 Figure 9: «Appréciation du niveau de K 2 O échangeable en fonction de la teneur en argile» IX

26 X Figure 10: «Appréciation du niveau de MgO échangeable en fonction de la teneur en argile»

27 Figure 11 Figure 11 Plan de l aménagement effectué sur la parcelle de Perignat-lés-Sarlièves. XI

28 XII Figure 12 Photographie aérienne de la parcelle

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis?

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? Les Raconte-tapis Sommaire 1. Note à l attention des bibliothécaires 3 2. Note d intention 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? 4 5 4. A qui s adressent les Raconte tapis? 6 5. Comment bien préparer une séance

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Introduction :... 3. L accès à Estra et à votre propre espace... 4. Connexion... 4. Votre espace personnel... 5

Introduction :... 3. L accès à Estra et à votre propre espace... 4. Connexion... 4. Votre espace personnel... 5 ESTRA SOMMAIRE Introduction :... 3 L accès à Estra et à votre propre espace... 4 Connexion... 4 Votre espace personnel... 5 Home d Estra et Fonctions generales... 7 Home... 7 Rechercher un document...

Plus en détail

1. Une image de 12 cm de long exactement

1. Une image de 12 cm de long exactement 1. Une image de 12 cm de long exactement Votre image est particulièrement grande et vous souhaitez qu elle ne mesure pas plus de 12 cm de long, pas un millimètre de plus, mais en conservant ses proportions.

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

Recherche d un bénéficiaire et d un fournisseur

Recherche d un bénéficiaire et d un fournisseur Recherche d un bénéficiaire et d un fournisseur SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft - version 8.9 Septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES QUELQUES DÉFINITIONS... 3 BÉNÉFICIAIRE...3 FOURNISSEUR...3

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

LES 7 SECRETS DE SORCIERS

LES 7 SECRETS DE SORCIERS Auteur : Michel MAGIE & SORCIERS LES 7 SECRETS DE SORCIERS www.magie-sorciers.com et www.devenir-sorciers.fr Michel Préface Lorsque l on pratique la magie, ou encore plus lorsque l on désire pratiquer

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Sommaire : I. Introduction

Sommaire : I. Introduction Sommaire : I. Introduction... 1 II. Lancement de PcGalileo :... 2 III. Envoie demande de localisation :... 3 A. Geolocalisation ponctuelle :... 4 B. Géolocalisation séquentielle :... 4 C. Géolocalisation

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 3 Création de pages dynamiques courantes Dans le chapitre précédent, nous avons installé et configuré tous les éléments indispensables à la mise en œuvre d une

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Concevoir une base de données

Concevoir une base de données Concevoir une base de données http://vanconingsloo.be/les-cours/bureautique/access/concevoir-une-base-de-donnees En fonction de vos besoins, il existe deux façons de travailler. Si vous souhaitez créer

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

Educanet 2 (complément pour l administrateur d une institution)

Educanet 2 (complément pour l administrateur d une institution) Educanet 2 (complément pour l administrateur d une institution) http://www.educanet2.ch L administration d une institution Ce document s adresse à l administrateur d une institution educanet². C est un

Plus en détail

L ouverture. Un petit rappel peut-être?

L ouverture. Un petit rappel peut-être? L ouverture L ouverture ce n est pas le plus facile à appréhender parmi les 3 éléments, mais une fois que vous aurez compris cette partie, le reste vous paraîtra plus facile. Et surtout, l ouverture et

Plus en détail

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION

Teneurs en nitrates et nitrites de la Vologne (partie 1) TAUX AUTORISES POUR UNE EAU DE CONSOMMATION L eau de la Vologne est-elle de bonne qualité? Les élèves du lycée Jean LURCART ont commencé leurs études sur des bases de données, les conditions climatiques actuelles ne permettant pas de réaliser une

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Writer. Le logiciel se présente directement avec une page vierge, prête à l emploi pour créer votre nouveau document.

Writer. Le logiciel se présente directement avec une page vierge, prête à l emploi pour créer votre nouveau document. Writer Attention : Les documents faits avec Writer ne pourront être lu qu avec Writer, sauf manipulation permettant l échange avec d autres logiciels. Le logiciel se présente directement avec une page

Plus en détail

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire La partie classique est la base du jeu de dames pour les débutants. La stratégie est la suivante : jouer de telle manière qu en fin de partie, l

Plus en détail

APPLICATION COROSSOL GESTION DES INVENTAIRES

APPLICATION COROSSOL GESTION DES INVENTAIRES APPLICATION COROSSOL GESTION DES INVENTAIRES 1 Cette application permet de gérer les inventaires d un établissement à partir du module commande de JEFYCO. La mise à l inventaire peut être rendue obligatoire

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Déroulement de la formation

Déroulement de la formation Notes de cours Traitement de l image Marc Bernier Déroulement de la formation 1. Les différents formats d image. 2. Présentation de quelques applications Adobe Air. 3. Redimensionnement d une ou plusieurs

Plus en détail

Étape 1 : Création d une adresse courriel GMAIL

Étape 1 : Création d une adresse courriel GMAIL Wix est une plateforme gratuite pour la construction de sites. Créez des sites de folie en utilisant un de nos modèles ou commencez votre site à partir d'une page blanche! Aucune connaissance technique

Plus en détail

Rapport d activité des écoles de devoirs. Mode d emploi pour remplir le questionnaire

Rapport d activité des écoles de devoirs. Mode d emploi pour remplir le questionnaire Rapport d activité des écoles de devoirs Mode d emploi pour remplir le questionnaire 1 Mode d emploi à destination des écoles de devoirs en vue de la rédaction de leur rapport d activité via un formulaire

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Module 24 : Analyse de scénarios

Module 24 : Analyse de scénarios Module 24 : Analyse de scénarios 24.0 Introduction Ce module enseigne un sous-ensemble de techniques de création de modèle qui, dans Excel 2007, constitue l «analyse de scénarios». Ces techniques sont

Plus en détail

Fiche réalisée par Mickaël AZIDROU Communauté de Communes d Aire sur l Adour

Fiche réalisée par Mickaël AZIDROU Communauté de Communes d Aire sur l Adour Comment stocker ses données sur un support amovible de type cd/dvd : Simplement en les gravant avec NERO I Introduction : Le stockage de données sur cd / dvd peut se faire simplement en utilisant l assistant

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

Application «Evaluation des enseignements»: Mode d emploi destiné aux enseignants

Application «Evaluation des enseignements»: Mode d emploi destiné aux enseignants Auteurs : F. Robert, M Quaremme Destinataire : Enseignants Date : 27/10/2015 Version : 1.1 Caractère du document : Interne Annexes : Application «Evaluation des enseignements»: Mode d emploi destiné aux

Plus en détail

DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing

DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing Le Mailing est un outil marketing, qui est utilisé pour faire la promotion d un produit, d un service, d une entreprise. Le mailing est un support papier comme par

Plus en détail

GESTION DE LA PERFORMANCE HUMAINE

GESTION DE LA PERFORMANCE HUMAINE HUMAINE Lorsqu un client ou un employé vous demande de lui fournir un cours, en tant que conseiller en formation ou consultant, êtes vous en mesure de déterminer rapidement si la formation est la solution

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Installation de Windows 8 sur une machine virtuelle avec Parallels Desktop 7

Installation de Windows 8 sur une machine virtuelle avec Parallels Desktop 7 Installation de Windows 8 sur une machine virtuelle avec Parallels Desktop 7 Table des matières Installation de Windows 8 sur une machine virtuelle avec Parallels Desktop 7... 1 I Introduction... 2 II

Plus en détail

CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR

CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR NOTICE D UTILISATION DE LA PLATEFORME DES AIDES REGIONALES CREATION & GESTION DE VOTRE COMPTE UTILISATEUR SOMMAIRE 1- PREMIERE CONNEXION : ACCEDER A LA PAR... 2 2-CREER SON COMPTE UTILISATEUR SUR LA PAR...

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones AXEL VICARD SI5 Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones Contenu I. Introduction... 2 II. Des modèles de tâches différents... 2 1. Tasker... 2 2. Atooma... 4

Plus en détail

Atelier Gestion des applications avec sous Linux

Atelier Gestion des applications avec sous Linux Chapitre 11 Atelier Gestion des applications avec sous Linux I Présentation Cette activité va consister à faire un peu le tour du système de gestion de paquets, à savoir comment ajouter, maintenir ou supprimer

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Manuel d aide www.aixpoz.com

Manuel d aide www.aixpoz.com Manuel d aide www.aixpoz.com Introduction AIXPOZ est un système de création de sites Internet «galerie photo» à destination de toute personne souhaitant exposer des images sur Internet. Que vous soyez

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne Ministère de l éducation nationale Académie de Créteil LW JEAN-MICHEL NICOLAS CHEF DE TRAVAUX : 01 48 81 25 02 : 01 48 81 31 83 jean-michel.nicolas@ac-creteil.fr Version 2015.0 2015-08-23 Lycée polyvalent

Plus en détail

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND

Information à l intention du personnel. Les conditions de la retraite dès 2012. Le 19 juillet 2011. Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Information à l intention du personnel Les conditions de la retraite dès 2012 Le 19 juillet 2011 Direction des Finances DFIN Finanzdirektion FIND Page 2 de 10 Sommaire 1. En bref, les nouveautés concernant

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

Manuel de KNetAttach. Orville Bennett Traduction française : Pierre Hécart Relecture de la documentation française : Ludovic Grossard

Manuel de KNetAttach. Orville Bennett Traduction française : Pierre Hécart Relecture de la documentation française : Ludovic Grossard Orville Bennett Traduction française : Pierre Hécart Relecture de la documentation française : Ludovic Grossard 2 Table des matières 1 Introduction 5 2 Utilisation de KNetAttach 6 2.1 Ajouter des dossier

Plus en détail

Développement d un site Internet

Développement d un site Internet Développement d un site Internet Version 1.0.2 Utilisation des Templates sous Dreamweaver MX 09/03/2005 ITREC Gestion: 59, rue de Billancourt BP 56 92105 BOULOGNE BILLANCOURT Cedex Téléphone : 01 46 03

Plus en détail

Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet.

Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet. 1- Optimiser le poids de votre image : Dans l idéal, ceci devrait être fait en amont pour chaque image envoyée sur l espace de stockage de votre site internet. Tous les types d utilisateurs (auteur, publicateur,

Plus en détail

LE LIVRET INFORMATISE SOUS EXCEL

LE LIVRET INFORMATISE SOUS EXCEL LE LIVRET INFORMATISE SOUS EXCEL Crée par le Réseau Ambition Réussite, novembre 2009 LE LIVRET : QUEL PRINCIPE ET QUELS AVANTAGES? Permettre une validation du socle commun en prenant en compte les évaluations

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Créer des étiquettes avec les adresses d'un tableau Calc

Créer des étiquettes avec les adresses d'un tableau Calc Créer des étiquettes avec les adresses d'un tableau Calc Il faudra au préalable avoir déjà créé le tableau contenant les adresses avec Calc. Il y a trois étapes différentes pour réaliser des étiquettes

Plus en détail

OWNCLOUD L INTERFACE WEB. La réponse informatique

OWNCLOUD L INTERFACE WEB. La réponse informatique OWNCLOUD L INTERFACE WEB La réponse informatique Cette documentation a pour but de vous présenter les différentes options présentes sur l interface WEB. I- L INTERFACE WEB Pour commencer, connectez-vous

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

Sommaire : tutorial Powerpoint 2003

Sommaire : tutorial Powerpoint 2003 Sommaire : tutorial Powerpoint 2003 Ouvrir le logiciel PowerPoint 2003...2 Affichage «mode normal» : mode de travail...3 Ajouter un modèle de conception existant...4 Insertion d une nouvelle diapositive

Plus en détail

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières efficience Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières L activité hospitalière présente la particularité d être à la fois non stockable et de répondre

Plus en détail

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit Top 10 des fonctionnalités sur une page produit une étude Sur un site e-commerce, c est notamment sur une fiche produit que se décide l acte d achat. Cette page importante va souvent permettre de convertir

Plus en détail

La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt?

La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt? La magie de disparaître. Comment se cacher en forêt? L outil de survie du soldat : le camouflage. Lorsqu un homme ou une femme se retrouve en territoire ennemi, que ce soit seul ou avec un groupe, la personne

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Catalyse. Des achats plus simples, plus performants pour tous

Catalyse. Des achats plus simples, plus performants pour tous Catalyse Des achats plus simples, plus performants pour tous Avec Catalyse, la Direction des Achats de Biens et Services de l EPFL met ses compétences et son savoir faire à la disposition de l ensemble

Plus en détail

Photo de portrait aux flashs

Photo de portrait aux flashs Photo de portrait aux flashs Souvent, on est déçu par les photos prises au flash. On ne comprend pas très bien comment ça marche, le flash produit une image peu flatteuse à cause de la lumière dure qu

Plus en détail

Les dates et les heures dans EXCEL.

Les dates et les heures dans EXCEL. C Tech de Co Bordeaux BA 2005-2006 Page 1/9 Les dates et les heures dans EXCEL. omme tous les tableurs actuels Excel dispose de possibilités intéressantes, bien que peu connues, en ce qui concerne la gestion

Plus en détail

UNIVERSITE BORDEAUX MONTAIGNE - DÉPARTEMENT MMI

UNIVERSITE BORDEAUX MONTAIGNE - DÉPARTEMENT MMI UNIVERSITE BORDEAUX MONTAIGNE - DÉPARTEMENT MMI Projet Tuteuré - Deuxième Année Site de la RMMS de la Réole Etudiants : Menor Dimitri Lu Cong Sang Maxime Traveaux Olivier Nouvet Pierre Tuteur : M. Emery

Plus en détail

La corbeille de SharePoint 2007

La corbeille de SharePoint 2007 La corbeille de SharePoint 2007 Fonctionnement de la corbeille de SharePoint 2007 Une des nouveautés de SharePoint 2007 est la mise en place de la corbeille pour chaque site. Il est important de savoir

Plus en détail

Partitionner un disque dur sous Windows 7

Partitionner un disque dur sous Windows 7 Adoptez l éco-attitude. N imprimez cette page que si cela est vraiment nécessaire http://www.kachouri.com Partitionner un disque dur sous Windows 7 Tutoriel réalisé par: Mehdi Kachouri Ajouté le 09 Juillet

Plus en détail

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE RIHET Natacha LE GUENNAN Eugénie COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE SUJET : L AGRICULTURE URBAINE ET LES POLLUTIONS Site visité : Les murs à pêches de Montreuil I- Méthodes de travail

Plus en détail

Club photos + 50 Dison. Quel mode de prise de vue choisir. P, S, A, M, auto : Nikon. P, TV, AV, M, auto : Canon. Paquo Patrick Page 1

Club photos + 50 Dison. Quel mode de prise de vue choisir. P, S, A, M, auto : Nikon. P, TV, AV, M, auto : Canon. Paquo Patrick Page 1 Quel mode de prise de vue choisir P, S, A, M, auto : P, TV, AV, M, auto : Nikon Canon Paquo Patrick Page 1 Les différences des modes AV-A, TV-S, M, Auto La plupart des boîtiers photo reflex (et hybrides)

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

Mise en œuvre de PSMT

Mise en œuvre de PSMT Mise en œuvre de PSMT Il y a cinq étapes à franchir avant de pouvoir commencer la mise en œuvre de PSMT dans votre milieu de travail. Il est important de suivre ces étapes dans l ordre car elles vous permettront

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 2 L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Seïtaro YAMAKAWA Université d Economie d Osaka bpr5000?saturn.dti.ne.jp De nos jours, dans beaucoup

Plus en détail

Stores photovoltaïques

Stores photovoltaïques Stores photovoltaïques Equipe de projet: -Constantin Florian -Gauye Rémy -Wicki Byamba -Lacorte Matteo Métier: Automaticiens Année d'apprentissage: 1 ère année d apprentissage Nom de l'école ou de l'entreprise:

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

Règles d utilisation du logo et de l identité visuelle pour les Commissions de l UICN

Règles d utilisation du logo et de l identité visuelle pour les Commissions de l UICN Règles d utilisation du logo et de l identité visuelle pour les Commissions de l UICN Version 1 mai 2011 Table des matières 1. Introduction 2. Le logo de l UICN 3. Les logos des Commissions de l UICN 4.

Plus en détail

Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique que vous possédez déjà.

Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique que vous possédez déjà. IMAGINATION SENSIBILITE CURIOSITE RIGUEUR LOGIQUE GESTION Sont les principales qualités d un décorateur d intérieur. Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique

Plus en détail

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Cette analyse porte sur une étude statistique permettant

Plus en détail

1 Chemin d un faisceau lumineux

1 Chemin d un faisceau lumineux TD P3 Optique Lentilles sphériques minces Savoir-faire travaillés dans les exercices d application Savoir construire la marche d un rayon lumineux quelconque. Ex. 1 Démontrer la relation de conjugaison

Plus en détail

A) - Différents logiciels pour retouche de photos... 2. B) - Logiciel PICASA... 2. C) - Logiciel XnView... 6

A) - Différents logiciels pour retouche de photos... 2. B) - Logiciel PICASA... 2. C) - Logiciel XnView... 6 Sommaire A) - Différents logiciels pour retouche de photos... 2 B) - Logiciel PICASA... 2 C) - Logiciel XnView... 6 1) - Renommer vos photos par lots... 7 2) - Redimensionnement des photos... 8 9_Retouches_Photos.doc

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES Le bon choix Turfline le bon choix CONTENU le BON choix 2 un nouveau design 4 les compositions 5 un choix judicieux 7 Le bon choix Nous sommes fiers de vous présenter le nouveau design de l emballage Turfline.

Plus en détail

Réaliser une composition photographique avec the Gimp

Réaliser une composition photographique avec the Gimp Réaliser une composition photographique avec the Gimp Introduction Ouvrir le logiciel The Gimp Ouvrir un fichier image dans Gimp Ouvrir la boite de dialogue calques Détourer une photo Réalisation : François

Plus en détail

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau afin d évaluer leur niveau de satisfaction. En 2013, l enquête a été effectuée par

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr CATALOGUE DE PRESTATIONS 1 2 3 SOLUTIONS GMAO performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr Présentation de nos prestations ACSSIOM vous apporte : - Par sa présence régionale, une garantie

Plus en détail