LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand"

Transcription

1 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une méthode scientifique en faveur de l aménagement de parcelles pour le public.

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION: Etapes PRÉLIMINAIRES: Observation de la parcelle Etude du sol:... 4 I. Préparation de l échantillon de terre à analyser... 4 II. Etude des résultats de l analyse de sol ) Analyse granulométrique : détermination de la texture ) Etat calcique : ) Indice de battance: ) Acidité du sol: ) Etat Humique : ) Eléments assimilables :... 8 P2O5 : anhydride phosphorique... 8 K 2 O : oxyde de potassium (cf. figure 10)... 9 MgO : oxyde de magnésium (cf. figure 11) L Aménagement et ses caractéristiques... 9 I. Prise de recul sur la parcelle et travaux envisagés... 9 II. Création du plan d aménagement Bibliographie... 12

3 PREAMBULE Ce livret n a aucunement la prétention d instruire, de rentrer en compétition ou de critiquer quelconque méthode appliquée dans le milieu paysagiste. Il s adresse à un public aussi divers que varié qui souhaite améliorer la qualité de son environnement grâce à un aménagement de terrain qui s harmonise au maximum avec la nature. Vous trouverez dans ces quelques pages une méthode simple et vulgarisée pour comprendre comment raisonner un aménagement et quels sont les critères à prendre en compte pour réussir et optimiser celui-ci. Cette méthode s appuie sur un exemple concret : la réalisation effectuée par le groupe d étudiants auteur de ce livret. Une étude de sol est fortement conseillée car toute l analyse se base sur celle-ci. Elle est dispensée dans des centres agréés.

4

5 MÉTHODOLOGIE 1

6 1. INTRODUCTION: L aménagement d une parcelle doit répondre à différents objectifs qui doivent être définis au préalable. Ce livret présente l aménagement d un espace, situé en zone urbaine, en faveur de la biodiversité. Se pose alors la question : qu est ce que la biodiversité? Au sens littéral du terme, ceci correspond à la diversité de la vie. Ce concept désigne l ensemble des espèces animales et végétales que l on peut trouver naturellement dans un endroit donné, ainsi que toutes les interactions qu il existe entre elles. Par conséquent, favoriser la biodiversité est en synergie avec le développement d une flore locale, adaptée au sol et au climat, améliorant ainsi l installation d une faune diverse. Cette condition influence donc la mise en place des recherches et des travaux. Les choix qui seront faits par la suite, explicités dans ce livret, suivent cette logique de développement de la biodiversité. Néanmoins, tout aménagement même en faveur de l environnement répond à un critère esthétique. En effet, nous pourrions nous interroger sur l intérêt de réaliser l aménagement d une parcelle si celui-ci est visuellement désagréable. Il est tout à fait possible d allier biodiversité et aménagement paysager. Cette relation est d ailleurs recommandée dans une optique de sensibilisation, car l impact sur le public sera d autant plus important que le terrain sera esthétiquement agréable. Ce livret explique comment nous avons créé un aménagement paysager en faveur de la biodiversité. Il est cependant évident que les éventuels projets qui pourraient être réalisés avec cet outil, présenteront d autres conditions. Nous avons néanmoins tenu à nous appuyer sur l exemple de la parcelle de Pérignat-les-Sarlièves, parcelle que nous avons aménagée, afin que les différentes étapes apparaissent clairement. 2. ETAPES PRÉLIMINAIRES: Tout d abord, afin de se rendre compte des travaux possibles et pour avoir une vue d ensemble de la parcelle à aménager, il est nécessaire de : Se rendre sur la parcelle considérée afin d y observer l environnement et réfléchir quant aux modifications qui peuvent être apportées. L observation de la flore locale est très importante. Elle permet de comprendre quel type d espèces sont adaptées au milieu en question, et facilite la recherche ultérieure de plantes. Aussi existe-t-il des ouvrages spécialisés dans la reconnaissance des plantes sauvages en France. Ceux-ci pourront vous aider à recenser celles présentes sur votre terrain. 2

7 se procurer un plan au 1/100 ème de l espace concerné : celui-ci est utile pour avoir une vue d ensemble de votre parcelle. L échelle permet de projeter facilement les travaux à effectuer (puisque 1cm sur le plan correspond à 1m sur la parcelle) se renseigner auprès de la mairie en ce qui concerne les modalités du PLU (plan local d urbanisme) afin de savoir si certains aménagements ne sont pas interdits. Dans notre cas, la plantation de certains arbres était prohibée. 3. OBSERVATION DE LA PARCELLE Il faut garder à l esprit que l aménagement entrepris a pour thème la biodiversité. Pour cette raison, l observation de l environnement de la parcelle doit apparaître comme le premier sujet de réflexion, en particulier celui de la faune et de la flore. Il est bien évident que l on va chercher avant tout à favoriser ces espèces dans le cadre de l aménagement. En effet elles assurent la pérennité de cet aménagement puisqu elles sont naturellement adaptées à l environnement observé. Dans notre cas, nous avons procédé à un recensement des plantes, des arbres et des adventices présents sur la parcelle et ses alentours. Une observation attentive du sol permet de réfléchir à des espèces végétales les mieux adaptées aux caractéristiques pédologiques. La couleur et la teinte de ce dernier peut donner une idée de sa teneur en calcaire et en matière organique : plus la terre est blanche, plus elle est susceptible de contenir du calcaire, et plus elle est brun foncé, plus la concentration en matière organique est élevée. On portera par ailleurs une attention particulière à son degré de pierrosité, c est à dire la proportion de pierres et cailloux visibles à sa surface. On peut ainsi envisager un ajout éventuel de terre si le sol est trop pierreux et/ou une implantation d espèces de type rocaille si la surface présente une grande quantité de roches. A contrario, un sol sans aucune structure solide (exemple : du sable) nécessite généralement des plantes dont le système racinaire est développé afin de le maintenir. Nous avons observé sur la parcelle que nous voulons aménager qu aucune plante n y pousse, hormis certains adventices. Une analyse de sol nous est apparue indispensable afin de déterminer les raisons de cette observation. Nous avons également remarqué que le sol est sujet à l érosion puisque les pentes se sont adoucies au cours du temps. Ce phénomène se traduit notamment par de petites coulées de boue par temps de fortes pluies. La 3

8 stabilisation de ces pentes nous est apparue comme un objectif à atteindre à travers l implantation d espèces végétales à système racinaire développé. La topographie initiale de votre parcelle est essentielle pour comprendre son organisation naturelle et pour la prévision d éventuels travaux. Ainsi, pour vous aider à analyser cet élément, il est préférable de récupérer une photographie aérienne du terrain (accessible depuis internet). De plus, suivant la taille du site, une carte IGN peut vous fournir de précieux renseignements. Par exemple, lors de nos premières venues sur le terrain, nous avons dû mesurer la hauteur des talus pour calculer la surface assujettie à l érosion. Aussi il nous est apparu nécessaire d aplanir ces derniers en remaniant la terre. Ceci permet aussi de faciliter l accès à ce lieu public. 4. ETUDE DU SOL: Suite aux conclusions que nous avons tirées de l analyse visuelle de la parcelle, il est préférable de réaliser une étude physico chimique du sol pour en connaître ses propriétés. Elle est indispensable pour comprendre la structure et la nature du sol. La connaissance de ces éléments permet de déterminer les végétaux les plus adaptés à la parcelle. Dans les quelques lignes ci-dessous, nous vous détaillons comment interpréter et utiliser les résultats que vous obtiendrez de l analyse. Toutes les données ne sont pas traitées, nous ne vous expliquons que les plus essentielles. Ce type d analyse est réalisé par des laboratoires spécialisés. Cette technique reste toutefois assez onéreuse. Dans notre cas, elle a été prise en charge par le laboratoire de VetAgro Sup (figure 1). I. PREPARATION DE L ECHANTILLON DE TERRE A ANALYSER L échantillonnage de terre sur la parcelle se fait de manière précise : Prélever à l aide d une tarière (ou, à défaut, d une bèche) sur la profondeur désirée de sol (30 cm sont habituellement satisfaisants), un échantillon de terre. Récupérer cet échantillon dans un seau en essayant de réduire au maximum les agrégats de la terre. Recommencer cette étape de façon à obtenir des échantillons caractéristiques de toute la parcelle. A chaque ajout d un échantillon dans le seau, bien mélanger ce dernier au précédent. Laisser sécher le contenu du seau pour éliminer la totalité de l eau présente dans la terre. Amener l échantillon au laboratoire une fois sec. Un kilogramme suffit pour l analyse. 4

9 II. ETUDE DES RESULTATS DE L ANALYSE DE SOL Pour interpréter les résultats de l analyse et connaître la nature de votre sol, de nombreux outils sont à votre disposition (joints en annexes). Voici les différentes étapes à suivre pour réaliser votre interprétation. 1) ANALYSE GRANULOMETRIQUE : D ETERMINATION DE LA TEXTURE La texture correspond à la composition minéralogique de votre sol c est à dire la quantité d argile, de sables et de limons. Les différentes proportions de chaque élément donnent des propriétés physico chimiques différentes au sol et influencent donc les choix de l aménagement. Par exemple, une terre très sableuse ne retient pas ou peu l eau. Il faudra donc choisir des plantes de rocaille. A contrario, un sol riche en argile entraine une forte rétention d eau nécessitant des plantes adaptées aux milieux humides. Cette capacité de rétention de l eau est nommée «réserve utile en eau». Plus la réserve utile est élevée, plus le sol retient l eau et inversement. Attention : une forte réserve utile devient un handicap dans une région où la pluviométrie est élevée. Il est donc déconseillé de planter des végétaux qui ne résistent pas à un fort taux d humidité dans ce type de région. Pour déterminer la texture d un sol, nous utilisons le Triangle de texture de l INRA (figure 2). Cet outil utilise les proportions des trois grandes composantes du sol, ce qui lui confère une certaine précision. Dans notre cas, nous avons : ce qui revient à : 16,1% de sables, 34,6% de limons et 46,8% d argile. Nous déduisons d après la figure 2, que le sol a une texture de type argile lourde (AL). A cette texture, il correspond une réserve utile (RU), déterminée à l aide de la figure 3. Dans le cas d une texture argile lourde, la RU est de 1,80mm/cm de sol, c'est-à-dire que chaque centimètre de sol est capable de retenir 1,8 mm d eau (180 ml). Conclusion : Le sol est majoritairement argileux ce qui témoigne d une forte capacité de rétention en eau. Cette caractéristique est un facteur important en termes de production. Cette caractéristique doit cependant être analysée en prenant en compte la pluviométrie locale. En effet, dans notre exemple, le milieu est argileux, mais les faibles précipitations (cf. figure 4) 5

10 réduisent cet impact. Pire, elles induisent une sécheresse estivale. Nous devrons donc sélectionner des plantes résistantes à un manque d eau durant l été. 2) ETAT CALCIQUE : Outre la granulométrie, la teneur en calcaire total nous permet de compléter la composition chimique du sol. Un sol calcaire est basique et nécessite des plantes particulières. De la même manière, un sol très peu calcaire est acide et nécessite parfois un chaulage (c'està-dire un ajout de chaux) pour stabiliser la structure. Il nous reste, comme nous le verrons plus loin, à analyser sa teneur en matière organique. Nous aurons alors tous les éléments de la texture du sol. Dans notre cas, nous avons : La valeur en calcaire totale est de 282. D après la figure 3, le sol contient plus de calcaire qu il lui en faut. Nous devrons donc choisir des plantes calcicoles. 3) IND ICE D E BATTANCE: La battance correspond à la capacité d un sol à se restructurer en présence ou en absence d eau. Cette restructuration entraine la formation de «croutes de battance» à la surface lors d un assèchement du sol. Cette dernière est défavorable à la germination de la graine et au développement de la plantule. Il est donc préférable qu un sol ne soit pas soumis à la battance. L indice proposé est celui établi par la station d agronomie de l Aisne. Il permet de se faire une idée de la stabilité de la structure à partir des résultats de l analyse granulométrique et du dosage de la matière organique. La formule est la suivante : Avec : IB : l indice de battance, LF : la teneur en limons fins, LG : la teneur en limons grossiers, Ar : la teneur en argiles, MO : la teneur en matière organique, C= 0,2(pH 7). 6 Attention : C n est à appliquer que si le pheau est supérieur à 7!

11 Dans notre cas, nous avons : C = 0,2 * (8,4 7) = 0,28 D après la figure 5, I B 1,4 le sol est non battant En cas de battance, il est conseillé de ne pas arroser le sol en grosse quantité et le laisser sécher ensuite. Il est préférable d arroser régulièrement en petite quantité. Si le sol forme une croute avant la germination des graines, cassez-la à l aide d un rouleau. 4) ACIDITE D U SOL: L acidité du sol est très importante pour le choix des plantes. En effet, les plantes calcicoles aiment les sols alcalins (ph basique) et se développent mal en terres acides. L acidité est donnée par le ph, obtenu à partir d une suspension de sol dans l eau et noté pheau. (cf. figure 6) Attention : certaines plantes réagissent différemment en sol acide et alcalin. Par exemple l hortensia donne des fleurs roses dans le premier cas et bleues dans le second. Dans notre cas : 7,8 pheau= 8,4 8,5 Le sol est donc alcalin. Il nous faut absolument choisir des plantes résistantes à un ph basique. Quelques exemples : la lavande ou le thym. 5) ETAT HUMIQUE : L état humique donne la proportion de matière organique dans votre sol. Nous avons souvent tendance à penser qu un sol riche en matière organique est un sol fertile. Ceci n est vrai que dans une certaine mesure. 7

12 L humus permet le stockage de minéraux essentiels au développement de la plante (par exemple le calcium Ca, le phosphore P, le potassium K ou le magnésium Mg). Il est important d avoir une quantité d humus correcte en fonction de la quantité d argile présente dans le sol. Cette relation est donnée dans la figure 7. Dans notre cas, nous avons : D après la figure 7, la quantité de matière organique est un peu faible dans le sol. Nous avons donc deux possibilités : soit nous ajoutons de la MO pour en améliorer le taux, soit nous sélectionnons des plantes peu exigeantes vis à vis du sol. Nous avons choisi la deuxième proposition puisque nous sommes dans une optique environnementale. En effet, réduire les intrants et choisir des plantes adaptées au sol et au climat favorise la biodiversité. De plus, la MO évolue au cours du temps : elle est transformée par les différents microorganismes du sol. Son taux diminue donc naturellement, ce qui implique des ajouts réguliers les années suivantes. Toutefois, pour faciliter la prise initiale des vivaces que nous plantons, nous avons décidé d installer un paillage naturel en fibre de coco. Celui-ci permet d une part de détruire sans herbicide les mauvaises herbes présentes sur votre parcelle en stoppant l arrivée de la lumière. Il permet d autre part, en se dégradant, d améliorer le taux de MO au pied de vos plantes. 6) ELEMENTS ASSIMILABLES : Les éléments assimilables sont des ions présents naturellement dans le sol qui servent à la nutrition de la plante. Leur quantité relative permet de choisir si nous allons installer des plantes exigeantes nécessitant une forte absorption de ces éléments, ou des plantes plus rustiques et moins «coûteuses» en ions. En cas de manque, il est tout à fait possible d ajouter des engrais de manière modérée et réfléchie ce qui permet de combler, sur du moyen terme, les besoins des végétaux. P2O5 : AN H Y DRIDE PHOSP H O RIQ UE L anhydride phosphorique P2O5 est la forme sous laquelle se trouve la majorité du phosphore dans le sol. Les méthodes de dosage sont nombreuses, mais les deux principales sont celle de DYER (utilisée si le sol est non calcaire) et celle de JORET-HEBERT (utilisée pour un sol à plus de 2% de calcaire) 8

13 Dans notre cas, nous avons une détermination par la méthode JORET-HEBERT D après la figure 8 : la teneur est faible par rapport au taux d argile du sol. Deux choix s offrent à nous : ajouter chimiquement du phosphore ou choisir des plantes peu exigeantes en cet élément. Nous avons, encore une fois pour favoriser la biodiversité et pour limiter notre impact sur l environnement, choisit la deuxième solution. K 2 O : O XY DE DE P O TAS S IU M (CF. F IG U RE 10) Le potassium dans le sol se trouve majoritairement sous forme K 2 O. Le potassium serra d autant plus retenu que le sol serra plus riche en argile. Dans notre cas, nous avons : K2O= 0,50 d après la figure9, la teneur est satisfaisante par rapport au taux d argile du sol. Nous n avons donc pas besoin de nous soucier de cet élément. M GO : O XY DE DE MAG N E S IU M ( CF. F IG U RE 11) Le magnésium du sol se trouve majoritairement sous la forme MgO. L absorption du magnésium par les racines est en compétition avec le potassium. Dans notre cas, nous avons : MgO= 0,80 d après la figure10, la teneur est élevée par rapport au taux d argile dans le sol. Conclusion : vous devez adapter votre projet en fonction de chacun des éléments cités ci-dessus. 5. L AMENAGEMENT ET SES CARACTERISTIQUES I. PRISE DE RECUL SUR LA PARCELLE ET TRAVAUX ENVISAGES Pour effectuer un aménagement efficace, il est nécessaire de prendre du recul vis-à-vis de la parcelle. Cela s effectue grâce à un plan du lieu, de préférence au 1/100 ème facilitant ainsi les transitions entre le schéma et la réalité (puisque 1cm sur le plan équivaut à 1m sur la parcelle). 9

14 Cette réalisation doit être réfléchie et organisée suivant les objectifs à atteindre. Dans notre cas, nous voulons mettre en place un espace arboré et fleuri favorisant la biodiversité locale et la découverte de celle-ci par le grand public. De surcroit, il doit avoir un faible coût d entretien. Nous avons donc décidé de créer un jardin où la circulation en son sein serrait aisée et agréable. II. CREATION DU PLAN D AMENAGEMENT Une fois cette prise de recul effectuée, l aménagement doit être concrètement réalisé. Pour cela, commencez par un schéma. Utilisez votre plan au 1/100 ème et inscrivez-y toutes les modifications de terrain que vous voulez effectuer (cf. figure 11). Comparez ce schéma avec une photographie aérienne de l état initial du terrain (cf. figure 12). Lorsque cette étape est terminée et que vos observations sont retranscrites sur le papier, l aménagement floral peut commencer. Pour cela, il est indispensable de prendre en compte le diamètre des plantes qu elles atteignent à l âge adulte afin d éviter de surcharger l espace et d entraîner ainsi l étouffement des végétaux. L objectif d un aménagement en faveur de la biodiversité est de limiter l impact de l homme sur le développement des plantes. Ainsi, plus l aménagement est réfléchi en fonction des plantes (taille de croissance, compatibilité inter espèce, compatibilité avec le sol ), et moins vous aurez besoin d intervenir. Les plantes doivent être choisies suivant trois catégories : - les plantes clés correspondent souvent aux plantes hautes, les plus caractéristiques et les plus durables c'est-à-dire les arbres et les arbustes. Elles vont donner la structure au schéma et doivent donc être placées en premier sur le plan. Elles doivent conserver une forte présence mais aussi fournir un arrière plan à d autres sujets. - les plantes couvre-sol : ces plantes vont combler l espace entre les arbustes et les arbres, elles fournissent une toile de fond aux espèces à saison d intérêt courte. - les plantes d accent sont souvent utilisées en nombre. Elles représentent le dernier placement. Ces plantes ont une forme verticale affirmée qui entraîne le regard vers le haut. Dans le cas de notre aménagement, nous avons choisit d implanter des vivaces et des graminées qui conviennent à notre type de sol et nécessitent peu d entretien. Si la parcelle à aménager possède des caractéristiques particulières peu modifiables, il sera nécessaire d adapter les plantes à la parcelle et non l inverse. Parcelle possédant des parties très en pente : Il sera conseillé de choisir des espèces possédant un système racinaire très ramifié qui permettra de maintenir le sol et le protéger de l érosion. Parcelle ayant des problèmes d hygrométrie : Il sera conseillé de choisir des plantes résistantes à la sécheresse en région sèche ou sur terre très drainante. Au contraire, des plantes résistantes à une forte humidité seront appropriées à un sol ayant une forte rétention d eau. Parcelle ayant un déficit en certains éléments : Il sera conseillé de choisir des plantes peu exigeantes en ces éléments en parallèle d un éventuel apport raisonné. 10

15 Remarque : Public destinataire de la parcelle Si la parcelle est à destination de jeunes enfants, les plantes urticantes, épineuses, toxiques ou présentant des baies toxiques semblables à celles comestibles, sont bien évidemment à proscrire. Une fois ces choix déterminés, on répartit les plantes sur notre plan d aménagement. Chaque plante va être représentée par un symbole. La forme utilisée est souvent un rond dont la couleur correspond à la teinte de la plante en floraison et dont le diamètre représente l envergure que vont atteindre les plantes à la fin de leur croissance. Ces diamètres sont bien sur convertis à l échelle du plan. Il faut placer les symboles des plantes sur le plan jusqu à ce que le schéma ait de l équilibre et de la vie. 11

16 BIBLIOGRAPHIE Ouvrages : Caroline McGlynn. Aménager son jardin. édition ARTHEMIS 2002 Dorothée Descamps, Mathilde Renard. Aménager un jardin pour les papillons-les reconnaître, les attirer, les protéger. édition ULMER, p. Jean-Paul Collaert. Le nouveau jardin écologique. RUSTICA éditions, p. Articles scientifiques : Mission haie. La haie mellifère. 3p Mission haie. Haie «faune sauvage». 6p Sites web : Haie du Puy de Dôme. [en ligne] consulté le 20 novembre Disponible sur : 12

17 ANNEXES I

18 II Figure 1: Analyse de sol de la parcelle

19 Figure 2 : Triangle de texture INRA III

20 IV Figure 3 : tableau des réserves en eau selon les textures

21 NORMALES TEMPERATURE MINIMALES : 6,1 MAXIMALES : 16,3 PLUVIOMETRIE 591,7 MM 90 JOURS DE P LUIE ENSOLEILLEMENT 1885 HEURES Figure 4 : Normales Clermont Ferrand (source météo France) Figure 5 : Détermination de la qualité du sol à partir de sa teneur en calcaire V

22 VI Figure 6 : interprétation du ph eau

23 Figure 5 : Graphique «appréciation du niveau de Mo en fonction de la teneur en argile et en calcaire» VII

24 VIII Figure 8: «Appréciation du niveau de P 2 O 5 assimilable en fonction de la teneur en argile»

25 Figure 9: «Appréciation du niveau de K 2 O échangeable en fonction de la teneur en argile» IX

26 X Figure 10: «Appréciation du niveau de MgO échangeable en fonction de la teneur en argile»

27 Figure 11 Figure 11 Plan de l aménagement effectué sur la parcelle de Perignat-lés-Sarlièves. XI

28 XII Figure 12 Photographie aérienne de la parcelle

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

À la rescousse d un architecte

À la rescousse d un architecte À la rescousse d un architecte Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences de la nature, français Objectifs de l ERE : les connaissances, la prise de conscience, les compétences. Objectifs

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Pourquoi une analyse de sol? A) Il peut y avoir deux types de carences: La carence vraie: l élément minéral n est pas assez présent dans le sol. La carence induite:

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Amendement & Fertilisation du noyer

Amendement & Fertilisation du noyer FICHE TECHNIQUE NOIX N 16 Creysse Amendement & Fertilisation du noyer Avril 2008 Fiche élaborée en collaboration avec la coordination technique noix sud-ouest Implantation du verger de noyers Les trois

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

La boîte à outils des serriculteurs

La boîte à outils des serriculteurs Produit par le Syndicat des producteurs en serre du Québec Vol. 1 nº 5c Système de recyclage des eaux de lessivage Aspect rééquilibrage des solutions nutritives Modèle pour entreprises de production de

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Formation «Compost & Co»

Formation «Compost & Co» Formation «Compost & Co» Techniques de valorisation des déchets organiques chez soi Mercredi 08 avril 2015 Le sol : un milieu vivant dont il faut profiter Pas simplement un support «éponge» pour nos plantes.

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail

Géofilets en jute/coco. Feutres et nattes. Tissus et bandes. Fascines. Fils. Accessoires

Géofilets en jute/coco. Feutres et nattes. Tissus et bandes. Fascines. Fils. Accessoires Consultez notre site internet www.agrijute.com Géofilets en jute/coco Feutres et nattes Fascines Tissus et bandes Fils Accessoires Produits organiques d aménagement paysager et d entretien des jardins

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Terreaux... 61 Amendements de sol... 62 Couvre-sols... 65. Terreaux, amendements de sol et couvre-sols

Terreaux... 61 Amendements de sol... 62 Couvre-sols... 65. Terreaux, amendements de sol et couvre-sols ... 61... 62... 65 abreviations et symboles réf code condit cont dimension Référence Sanac Code article du fournisseur Contenu de l emballage (consommateur) Contenu longueur largeur hauteur ou diamètre

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE Ali MHIRI Institut National Agronomique de Tunisie Atelier Gestion de la fertilisation potassique, Acquis et perspectives de la recherche Tunis 10 Décembre 2002 1.

Plus en détail

«Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres

«Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres «Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres Prendre soin de vos arbres est vital pour leur survie et cela demande : d étendre du paillis de les arroser de désherber

Plus en détail

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité

Fiche conseil n 5. Faire du compost de qualité Fiche conseil n 5 Faire du compost de qualité Faire du compost de qualité Réussir son compost Le composteur est désormais installé dans votre jardin, il faut maintenant l alimenter. Pour obtenir un compost

Plus en détail

Les Toitures Végétales

Les Toitures Végétales Projet Personnel Encadré Fdgfg Les Toitures Végétales Morgan BENIGAUD Projet Personnel Encadré Année 2013-2014 2013 Conception Préliminaire Introduction sur les toitures végétales La France est un pays

Plus en détail

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie

Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Evaluation de la production de Bois Raméal Fragmenté (B.R.F.) à partir d une coupe de peupliers issue d une parcelle en agroforesterie Compte-rendu d expérimentation Service Développement économique des

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Voici les espèces dont il est question dans ce document :

Voici les espèces dont il est question dans ce document : Chaque espèce de gazon a des caractéristiques propres : densité, couleur, résistance à la sécheresse, à l ombre, etc. Il vaut donc mieux semer un mélange de plusieurs espèces de façon à combiner les qualités

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés. Session 2013. Durée : 2 heures Coefficient : 2

C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés. Session 2013. Durée : 2 heures Coefficient : 2 C.A.P. Groupement B : Hygiène Santé Chimie et procédés Session 2013 Épreuve : Mathématiques - Sciences Physiques Durée : 2 heures Coefficient : 2 Spécialités concernées : Agent polyvalent de restauration

Plus en détail

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES

Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Ecole Normale de l Enseignement Privé Concours d entrée interne Session novembre 2008 SCIENCES Durée : 2 heures 30 Coefficient : 2 1 ère partie : Sciences physiques (15 points) I) En consultant les divers

Plus en détail

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques Toiture verte Qu est ce qu une toiture verte? Une toiture verte est une toiture couverte avec des plantes. La végétation d une toiture verte est choisie dans des sortes de plantes qui résistent bien aux

Plus en détail

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA»

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» PA10 07-038 Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» REGLEMENT DU LOTISSEMENT -------- I PRINCIPE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION Ce guide est conçu pour vous aider à planifier vos aménagements en tenant compte de tous les aspects importants de votre projet. En complétant le Planificateur, vous clarifierez

Plus en détail

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid)

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid) GAZONS Un gazon, ou pelouse, est une surface semée de graminées sélectionnées. Cette sélection se fait en fonction de la qualité ornementale du gazon, de sa résistance (au piétinement, à la sécheresse,

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1017. Liège, le 22 août 2005

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/05/AV.1017. Liège, le 22 août 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.1017 Liège, le 22 août 2005 Objet : Demande de permis unique pour la construction et l exploitation d une station d épuration de 81 500 Equivalents- Habitants à Lives-sur-Meuse

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

LES AUTRES FERTILISANTS

LES AUTRES FERTILISANTS FICHE PEDAGOGIQUE N 4 LES AUTRES FERTILISANTS L'utilisation de fertilisants complémentaires est souvent recommandée pour répondre aux besoins ponctuels de la plante. Ils complètent l'effet fertilisant

Plus en détail

Faites plaisir à votre jardin!

Faites plaisir à votre jardin! Communes de: Bech Berdorf Consdorf Junglinster Waldbillig Le centre de recyclage Junglinster informe Faites plaisir à votre jardin! Heures d ouverture: Lundi: Mardi: Mercredi: fermé 07.00-13.00 hrs fermé

Plus en détail

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit Toiture-jardin potager Optigreen Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Avec les

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Gestion différenciée des espaces verts :

Gestion différenciée des espaces verts : Gestion différenciée des espaces verts : Une démarche environnementale et paysagère à coût maîtrisé pour les entreprises et parcs d activités www.econetwork.eu Sommaire de la présentation 1. Gestion traditionnelle

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET DES PYRENEES ORIENTALES NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DECEMBRE 2006 Préambule Le risque feux de

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements.

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements. Bilan campagne 2014 flore adventice, perspectives réduction d usage s herbicis et limitation l impact s traitements. Depuis 2013, afin mieux répondre aux objectifs du plan ECOPHYTO, la problématique gestion

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Systèmes de toitures vertes CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Les toits verts offrent un environnement plus sain et plus agréable! Général Les toitures vertes sont des toitures dont la pente ou la plateforme

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Comment planter et entretenir vos plantes de Terre de Bruyère

Comment planter et entretenir vos plantes de Terre de Bruyère Comment planter et entretenir vos plantes de Terre de Bruyère Comment planter et entretenir vos plantes de Terre de Bruyère Une beauté sauvage De la plus petite qui anime la rocaille au véritable arbre

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

LES ARBRES Plantation, soins et entretien

LES ARBRES Plantation, soins et entretien LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre

Plus en détail

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03 RÉSUMÉ Au cours des dernières années, une évolution de l intérêt humain envers l écologie et l environnement s est fait remarquer. En effet, les gens se soucient de plus en plus de leur emprunte écologique

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan

ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan ROUBAIX CORRIDOR ÉCOLOGIQUE Cf. plan L ensemble de ces orientations s applique sur le périmètre repris ci-dessous, défini selon une distance de 100 mètres de part et d autre de la voie ferrée (servitude

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ

Présentation des priorités soussectorielles. recherche et innovation. Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Présentation des priorités soussectorielles québécoises en recherche et innovation Karine Bouchard, agr., M.Env. Analyste technique et en environnement, FIHOQ Mise en contexte Rencontres préalables des

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts 8401 Winterthour Bernhard Schenk 01.09.2014 Thèmes Facteurs d influence sur des gazons naturels sains Espèces de graminées et progrès

Plus en détail

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres Aménagement de terrain Table des matières 13.1 champ d application 13.2 aménagement des espaces libres 13.3 clôtures, haies et murets 13.3.1 matériaux permis 13.3.2 matériaux prohibés 13.3.3 implantation

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail