LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand"

Transcription

1 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une méthode scientifique en faveur de l aménagement de parcelles pour le public.

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION: Etapes PRÉLIMINAIRES: Observation de la parcelle Etude du sol:... 4 I. Préparation de l échantillon de terre à analyser... 4 II. Etude des résultats de l analyse de sol ) Analyse granulométrique : détermination de la texture ) Etat calcique : ) Indice de battance: ) Acidité du sol: ) Etat Humique : ) Eléments assimilables :... 8 P2O5 : anhydride phosphorique... 8 K 2 O : oxyde de potassium (cf. figure 10)... 9 MgO : oxyde de magnésium (cf. figure 11) L Aménagement et ses caractéristiques... 9 I. Prise de recul sur la parcelle et travaux envisagés... 9 II. Création du plan d aménagement Bibliographie... 12

3 PREAMBULE Ce livret n a aucunement la prétention d instruire, de rentrer en compétition ou de critiquer quelconque méthode appliquée dans le milieu paysagiste. Il s adresse à un public aussi divers que varié qui souhaite améliorer la qualité de son environnement grâce à un aménagement de terrain qui s harmonise au maximum avec la nature. Vous trouverez dans ces quelques pages une méthode simple et vulgarisée pour comprendre comment raisonner un aménagement et quels sont les critères à prendre en compte pour réussir et optimiser celui-ci. Cette méthode s appuie sur un exemple concret : la réalisation effectuée par le groupe d étudiants auteur de ce livret. Une étude de sol est fortement conseillée car toute l analyse se base sur celle-ci. Elle est dispensée dans des centres agréés.

4

5 MÉTHODOLOGIE 1

6 1. INTRODUCTION: L aménagement d une parcelle doit répondre à différents objectifs qui doivent être définis au préalable. Ce livret présente l aménagement d un espace, situé en zone urbaine, en faveur de la biodiversité. Se pose alors la question : qu est ce que la biodiversité? Au sens littéral du terme, ceci correspond à la diversité de la vie. Ce concept désigne l ensemble des espèces animales et végétales que l on peut trouver naturellement dans un endroit donné, ainsi que toutes les interactions qu il existe entre elles. Par conséquent, favoriser la biodiversité est en synergie avec le développement d une flore locale, adaptée au sol et au climat, améliorant ainsi l installation d une faune diverse. Cette condition influence donc la mise en place des recherches et des travaux. Les choix qui seront faits par la suite, explicités dans ce livret, suivent cette logique de développement de la biodiversité. Néanmoins, tout aménagement même en faveur de l environnement répond à un critère esthétique. En effet, nous pourrions nous interroger sur l intérêt de réaliser l aménagement d une parcelle si celui-ci est visuellement désagréable. Il est tout à fait possible d allier biodiversité et aménagement paysager. Cette relation est d ailleurs recommandée dans une optique de sensibilisation, car l impact sur le public sera d autant plus important que le terrain sera esthétiquement agréable. Ce livret explique comment nous avons créé un aménagement paysager en faveur de la biodiversité. Il est cependant évident que les éventuels projets qui pourraient être réalisés avec cet outil, présenteront d autres conditions. Nous avons néanmoins tenu à nous appuyer sur l exemple de la parcelle de Pérignat-les-Sarlièves, parcelle que nous avons aménagée, afin que les différentes étapes apparaissent clairement. 2. ETAPES PRÉLIMINAIRES: Tout d abord, afin de se rendre compte des travaux possibles et pour avoir une vue d ensemble de la parcelle à aménager, il est nécessaire de : Se rendre sur la parcelle considérée afin d y observer l environnement et réfléchir quant aux modifications qui peuvent être apportées. L observation de la flore locale est très importante. Elle permet de comprendre quel type d espèces sont adaptées au milieu en question, et facilite la recherche ultérieure de plantes. Aussi existe-t-il des ouvrages spécialisés dans la reconnaissance des plantes sauvages en France. Ceux-ci pourront vous aider à recenser celles présentes sur votre terrain. 2

7 se procurer un plan au 1/100 ème de l espace concerné : celui-ci est utile pour avoir une vue d ensemble de votre parcelle. L échelle permet de projeter facilement les travaux à effectuer (puisque 1cm sur le plan correspond à 1m sur la parcelle) se renseigner auprès de la mairie en ce qui concerne les modalités du PLU (plan local d urbanisme) afin de savoir si certains aménagements ne sont pas interdits. Dans notre cas, la plantation de certains arbres était prohibée. 3. OBSERVATION DE LA PARCELLE Il faut garder à l esprit que l aménagement entrepris a pour thème la biodiversité. Pour cette raison, l observation de l environnement de la parcelle doit apparaître comme le premier sujet de réflexion, en particulier celui de la faune et de la flore. Il est bien évident que l on va chercher avant tout à favoriser ces espèces dans le cadre de l aménagement. En effet elles assurent la pérennité de cet aménagement puisqu elles sont naturellement adaptées à l environnement observé. Dans notre cas, nous avons procédé à un recensement des plantes, des arbres et des adventices présents sur la parcelle et ses alentours. Une observation attentive du sol permet de réfléchir à des espèces végétales les mieux adaptées aux caractéristiques pédologiques. La couleur et la teinte de ce dernier peut donner une idée de sa teneur en calcaire et en matière organique : plus la terre est blanche, plus elle est susceptible de contenir du calcaire, et plus elle est brun foncé, plus la concentration en matière organique est élevée. On portera par ailleurs une attention particulière à son degré de pierrosité, c est à dire la proportion de pierres et cailloux visibles à sa surface. On peut ainsi envisager un ajout éventuel de terre si le sol est trop pierreux et/ou une implantation d espèces de type rocaille si la surface présente une grande quantité de roches. A contrario, un sol sans aucune structure solide (exemple : du sable) nécessite généralement des plantes dont le système racinaire est développé afin de le maintenir. Nous avons observé sur la parcelle que nous voulons aménager qu aucune plante n y pousse, hormis certains adventices. Une analyse de sol nous est apparue indispensable afin de déterminer les raisons de cette observation. Nous avons également remarqué que le sol est sujet à l érosion puisque les pentes se sont adoucies au cours du temps. Ce phénomène se traduit notamment par de petites coulées de boue par temps de fortes pluies. La 3

8 stabilisation de ces pentes nous est apparue comme un objectif à atteindre à travers l implantation d espèces végétales à système racinaire développé. La topographie initiale de votre parcelle est essentielle pour comprendre son organisation naturelle et pour la prévision d éventuels travaux. Ainsi, pour vous aider à analyser cet élément, il est préférable de récupérer une photographie aérienne du terrain (accessible depuis internet). De plus, suivant la taille du site, une carte IGN peut vous fournir de précieux renseignements. Par exemple, lors de nos premières venues sur le terrain, nous avons dû mesurer la hauteur des talus pour calculer la surface assujettie à l érosion. Aussi il nous est apparu nécessaire d aplanir ces derniers en remaniant la terre. Ceci permet aussi de faciliter l accès à ce lieu public. 4. ETUDE DU SOL: Suite aux conclusions que nous avons tirées de l analyse visuelle de la parcelle, il est préférable de réaliser une étude physico chimique du sol pour en connaître ses propriétés. Elle est indispensable pour comprendre la structure et la nature du sol. La connaissance de ces éléments permet de déterminer les végétaux les plus adaptés à la parcelle. Dans les quelques lignes ci-dessous, nous vous détaillons comment interpréter et utiliser les résultats que vous obtiendrez de l analyse. Toutes les données ne sont pas traitées, nous ne vous expliquons que les plus essentielles. Ce type d analyse est réalisé par des laboratoires spécialisés. Cette technique reste toutefois assez onéreuse. Dans notre cas, elle a été prise en charge par le laboratoire de VetAgro Sup (figure 1). I. PREPARATION DE L ECHANTILLON DE TERRE A ANALYSER L échantillonnage de terre sur la parcelle se fait de manière précise : Prélever à l aide d une tarière (ou, à défaut, d une bèche) sur la profondeur désirée de sol (30 cm sont habituellement satisfaisants), un échantillon de terre. Récupérer cet échantillon dans un seau en essayant de réduire au maximum les agrégats de la terre. Recommencer cette étape de façon à obtenir des échantillons caractéristiques de toute la parcelle. A chaque ajout d un échantillon dans le seau, bien mélanger ce dernier au précédent. Laisser sécher le contenu du seau pour éliminer la totalité de l eau présente dans la terre. Amener l échantillon au laboratoire une fois sec. Un kilogramme suffit pour l analyse. 4

9 II. ETUDE DES RESULTATS DE L ANALYSE DE SOL Pour interpréter les résultats de l analyse et connaître la nature de votre sol, de nombreux outils sont à votre disposition (joints en annexes). Voici les différentes étapes à suivre pour réaliser votre interprétation. 1) ANALYSE GRANULOMETRIQUE : D ETERMINATION DE LA TEXTURE La texture correspond à la composition minéralogique de votre sol c est à dire la quantité d argile, de sables et de limons. Les différentes proportions de chaque élément donnent des propriétés physico chimiques différentes au sol et influencent donc les choix de l aménagement. Par exemple, une terre très sableuse ne retient pas ou peu l eau. Il faudra donc choisir des plantes de rocaille. A contrario, un sol riche en argile entraine une forte rétention d eau nécessitant des plantes adaptées aux milieux humides. Cette capacité de rétention de l eau est nommée «réserve utile en eau». Plus la réserve utile est élevée, plus le sol retient l eau et inversement. Attention : une forte réserve utile devient un handicap dans une région où la pluviométrie est élevée. Il est donc déconseillé de planter des végétaux qui ne résistent pas à un fort taux d humidité dans ce type de région. Pour déterminer la texture d un sol, nous utilisons le Triangle de texture de l INRA (figure 2). Cet outil utilise les proportions des trois grandes composantes du sol, ce qui lui confère une certaine précision. Dans notre cas, nous avons : ce qui revient à : 16,1% de sables, 34,6% de limons et 46,8% d argile. Nous déduisons d après la figure 2, que le sol a une texture de type argile lourde (AL). A cette texture, il correspond une réserve utile (RU), déterminée à l aide de la figure 3. Dans le cas d une texture argile lourde, la RU est de 1,80mm/cm de sol, c'est-à-dire que chaque centimètre de sol est capable de retenir 1,8 mm d eau (180 ml). Conclusion : Le sol est majoritairement argileux ce qui témoigne d une forte capacité de rétention en eau. Cette caractéristique est un facteur important en termes de production. Cette caractéristique doit cependant être analysée en prenant en compte la pluviométrie locale. En effet, dans notre exemple, le milieu est argileux, mais les faibles précipitations (cf. figure 4) 5

10 réduisent cet impact. Pire, elles induisent une sécheresse estivale. Nous devrons donc sélectionner des plantes résistantes à un manque d eau durant l été. 2) ETAT CALCIQUE : Outre la granulométrie, la teneur en calcaire total nous permet de compléter la composition chimique du sol. Un sol calcaire est basique et nécessite des plantes particulières. De la même manière, un sol très peu calcaire est acide et nécessite parfois un chaulage (c'està-dire un ajout de chaux) pour stabiliser la structure. Il nous reste, comme nous le verrons plus loin, à analyser sa teneur en matière organique. Nous aurons alors tous les éléments de la texture du sol. Dans notre cas, nous avons : La valeur en calcaire totale est de 282. D après la figure 3, le sol contient plus de calcaire qu il lui en faut. Nous devrons donc choisir des plantes calcicoles. 3) IND ICE D E BATTANCE: La battance correspond à la capacité d un sol à se restructurer en présence ou en absence d eau. Cette restructuration entraine la formation de «croutes de battance» à la surface lors d un assèchement du sol. Cette dernière est défavorable à la germination de la graine et au développement de la plantule. Il est donc préférable qu un sol ne soit pas soumis à la battance. L indice proposé est celui établi par la station d agronomie de l Aisne. Il permet de se faire une idée de la stabilité de la structure à partir des résultats de l analyse granulométrique et du dosage de la matière organique. La formule est la suivante : Avec : IB : l indice de battance, LF : la teneur en limons fins, LG : la teneur en limons grossiers, Ar : la teneur en argiles, MO : la teneur en matière organique, C= 0,2(pH 7). 6 Attention : C n est à appliquer que si le pheau est supérieur à 7!

11 Dans notre cas, nous avons : C = 0,2 * (8,4 7) = 0,28 D après la figure 5, I B 1,4 le sol est non battant En cas de battance, il est conseillé de ne pas arroser le sol en grosse quantité et le laisser sécher ensuite. Il est préférable d arroser régulièrement en petite quantité. Si le sol forme une croute avant la germination des graines, cassez-la à l aide d un rouleau. 4) ACIDITE D U SOL: L acidité du sol est très importante pour le choix des plantes. En effet, les plantes calcicoles aiment les sols alcalins (ph basique) et se développent mal en terres acides. L acidité est donnée par le ph, obtenu à partir d une suspension de sol dans l eau et noté pheau. (cf. figure 6) Attention : certaines plantes réagissent différemment en sol acide et alcalin. Par exemple l hortensia donne des fleurs roses dans le premier cas et bleues dans le second. Dans notre cas : 7,8 pheau= 8,4 8,5 Le sol est donc alcalin. Il nous faut absolument choisir des plantes résistantes à un ph basique. Quelques exemples : la lavande ou le thym. 5) ETAT HUMIQUE : L état humique donne la proportion de matière organique dans votre sol. Nous avons souvent tendance à penser qu un sol riche en matière organique est un sol fertile. Ceci n est vrai que dans une certaine mesure. 7

12 L humus permet le stockage de minéraux essentiels au développement de la plante (par exemple le calcium Ca, le phosphore P, le potassium K ou le magnésium Mg). Il est important d avoir une quantité d humus correcte en fonction de la quantité d argile présente dans le sol. Cette relation est donnée dans la figure 7. Dans notre cas, nous avons : D après la figure 7, la quantité de matière organique est un peu faible dans le sol. Nous avons donc deux possibilités : soit nous ajoutons de la MO pour en améliorer le taux, soit nous sélectionnons des plantes peu exigeantes vis à vis du sol. Nous avons choisi la deuxième proposition puisque nous sommes dans une optique environnementale. En effet, réduire les intrants et choisir des plantes adaptées au sol et au climat favorise la biodiversité. De plus, la MO évolue au cours du temps : elle est transformée par les différents microorganismes du sol. Son taux diminue donc naturellement, ce qui implique des ajouts réguliers les années suivantes. Toutefois, pour faciliter la prise initiale des vivaces que nous plantons, nous avons décidé d installer un paillage naturel en fibre de coco. Celui-ci permet d une part de détruire sans herbicide les mauvaises herbes présentes sur votre parcelle en stoppant l arrivée de la lumière. Il permet d autre part, en se dégradant, d améliorer le taux de MO au pied de vos plantes. 6) ELEMENTS ASSIMILABLES : Les éléments assimilables sont des ions présents naturellement dans le sol qui servent à la nutrition de la plante. Leur quantité relative permet de choisir si nous allons installer des plantes exigeantes nécessitant une forte absorption de ces éléments, ou des plantes plus rustiques et moins «coûteuses» en ions. En cas de manque, il est tout à fait possible d ajouter des engrais de manière modérée et réfléchie ce qui permet de combler, sur du moyen terme, les besoins des végétaux. P2O5 : AN H Y DRIDE PHOSP H O RIQ UE L anhydride phosphorique P2O5 est la forme sous laquelle se trouve la majorité du phosphore dans le sol. Les méthodes de dosage sont nombreuses, mais les deux principales sont celle de DYER (utilisée si le sol est non calcaire) et celle de JORET-HEBERT (utilisée pour un sol à plus de 2% de calcaire) 8

13 Dans notre cas, nous avons une détermination par la méthode JORET-HEBERT D après la figure 8 : la teneur est faible par rapport au taux d argile du sol. Deux choix s offrent à nous : ajouter chimiquement du phosphore ou choisir des plantes peu exigeantes en cet élément. Nous avons, encore une fois pour favoriser la biodiversité et pour limiter notre impact sur l environnement, choisit la deuxième solution. K 2 O : O XY DE DE P O TAS S IU M (CF. F IG U RE 10) Le potassium dans le sol se trouve majoritairement sous forme K 2 O. Le potassium serra d autant plus retenu que le sol serra plus riche en argile. Dans notre cas, nous avons : K2O= 0,50 d après la figure9, la teneur est satisfaisante par rapport au taux d argile du sol. Nous n avons donc pas besoin de nous soucier de cet élément. M GO : O XY DE DE MAG N E S IU M ( CF. F IG U RE 11) Le magnésium du sol se trouve majoritairement sous la forme MgO. L absorption du magnésium par les racines est en compétition avec le potassium. Dans notre cas, nous avons : MgO= 0,80 d après la figure10, la teneur est élevée par rapport au taux d argile dans le sol. Conclusion : vous devez adapter votre projet en fonction de chacun des éléments cités ci-dessus. 5. L AMENAGEMENT ET SES CARACTERISTIQUES I. PRISE DE RECUL SUR LA PARCELLE ET TRAVAUX ENVISAGES Pour effectuer un aménagement efficace, il est nécessaire de prendre du recul vis-à-vis de la parcelle. Cela s effectue grâce à un plan du lieu, de préférence au 1/100 ème facilitant ainsi les transitions entre le schéma et la réalité (puisque 1cm sur le plan équivaut à 1m sur la parcelle). 9

14 Cette réalisation doit être réfléchie et organisée suivant les objectifs à atteindre. Dans notre cas, nous voulons mettre en place un espace arboré et fleuri favorisant la biodiversité locale et la découverte de celle-ci par le grand public. De surcroit, il doit avoir un faible coût d entretien. Nous avons donc décidé de créer un jardin où la circulation en son sein serrait aisée et agréable. II. CREATION DU PLAN D AMENAGEMENT Une fois cette prise de recul effectuée, l aménagement doit être concrètement réalisé. Pour cela, commencez par un schéma. Utilisez votre plan au 1/100 ème et inscrivez-y toutes les modifications de terrain que vous voulez effectuer (cf. figure 11). Comparez ce schéma avec une photographie aérienne de l état initial du terrain (cf. figure 12). Lorsque cette étape est terminée et que vos observations sont retranscrites sur le papier, l aménagement floral peut commencer. Pour cela, il est indispensable de prendre en compte le diamètre des plantes qu elles atteignent à l âge adulte afin d éviter de surcharger l espace et d entraîner ainsi l étouffement des végétaux. L objectif d un aménagement en faveur de la biodiversité est de limiter l impact de l homme sur le développement des plantes. Ainsi, plus l aménagement est réfléchi en fonction des plantes (taille de croissance, compatibilité inter espèce, compatibilité avec le sol ), et moins vous aurez besoin d intervenir. Les plantes doivent être choisies suivant trois catégories : - les plantes clés correspondent souvent aux plantes hautes, les plus caractéristiques et les plus durables c'est-à-dire les arbres et les arbustes. Elles vont donner la structure au schéma et doivent donc être placées en premier sur le plan. Elles doivent conserver une forte présence mais aussi fournir un arrière plan à d autres sujets. - les plantes couvre-sol : ces plantes vont combler l espace entre les arbustes et les arbres, elles fournissent une toile de fond aux espèces à saison d intérêt courte. - les plantes d accent sont souvent utilisées en nombre. Elles représentent le dernier placement. Ces plantes ont une forme verticale affirmée qui entraîne le regard vers le haut. Dans le cas de notre aménagement, nous avons choisit d implanter des vivaces et des graminées qui conviennent à notre type de sol et nécessitent peu d entretien. Si la parcelle à aménager possède des caractéristiques particulières peu modifiables, il sera nécessaire d adapter les plantes à la parcelle et non l inverse. Parcelle possédant des parties très en pente : Il sera conseillé de choisir des espèces possédant un système racinaire très ramifié qui permettra de maintenir le sol et le protéger de l érosion. Parcelle ayant des problèmes d hygrométrie : Il sera conseillé de choisir des plantes résistantes à la sécheresse en région sèche ou sur terre très drainante. Au contraire, des plantes résistantes à une forte humidité seront appropriées à un sol ayant une forte rétention d eau. Parcelle ayant un déficit en certains éléments : Il sera conseillé de choisir des plantes peu exigeantes en ces éléments en parallèle d un éventuel apport raisonné. 10

15 Remarque : Public destinataire de la parcelle Si la parcelle est à destination de jeunes enfants, les plantes urticantes, épineuses, toxiques ou présentant des baies toxiques semblables à celles comestibles, sont bien évidemment à proscrire. Une fois ces choix déterminés, on répartit les plantes sur notre plan d aménagement. Chaque plante va être représentée par un symbole. La forme utilisée est souvent un rond dont la couleur correspond à la teinte de la plante en floraison et dont le diamètre représente l envergure que vont atteindre les plantes à la fin de leur croissance. Ces diamètres sont bien sur convertis à l échelle du plan. Il faut placer les symboles des plantes sur le plan jusqu à ce que le schéma ait de l équilibre et de la vie. 11

16 BIBLIOGRAPHIE Ouvrages : Caroline McGlynn. Aménager son jardin. édition ARTHEMIS 2002 Dorothée Descamps, Mathilde Renard. Aménager un jardin pour les papillons-les reconnaître, les attirer, les protéger. édition ULMER, p. Jean-Paul Collaert. Le nouveau jardin écologique. RUSTICA éditions, p. Articles scientifiques : Mission haie. La haie mellifère. 3p Mission haie. Haie «faune sauvage». 6p Sites web : Haie du Puy de Dôme. [en ligne] consulté le 20 novembre Disponible sur : 12

17 ANNEXES I

18 II Figure 1: Analyse de sol de la parcelle

19 Figure 2 : Triangle de texture INRA III

20 IV Figure 3 : tableau des réserves en eau selon les textures

21 NORMALES TEMPERATURE MINIMALES : 6,1 MAXIMALES : 16,3 PLUVIOMETRIE 591,7 MM 90 JOURS DE P LUIE ENSOLEILLEMENT 1885 HEURES Figure 4 : Normales Clermont Ferrand (source météo France) Figure 5 : Détermination de la qualité du sol à partir de sa teneur en calcaire V

22 VI Figure 6 : interprétation du ph eau

23 Figure 5 : Graphique «appréciation du niveau de Mo en fonction de la teneur en argile et en calcaire» VII

24 VIII Figure 8: «Appréciation du niveau de P 2 O 5 assimilable en fonction de la teneur en argile»

25 Figure 9: «Appréciation du niveau de K 2 O échangeable en fonction de la teneur en argile» IX

26 X Figure 10: «Appréciation du niveau de MgO échangeable en fonction de la teneur en argile»

27 Figure 11 Figure 11 Plan de l aménagement effectué sur la parcelle de Perignat-lés-Sarlièves. XI

28 XII Figure 12 Photographie aérienne de la parcelle

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Création de la pelouse

Création de la pelouse Dans un jardin, la pelouse reste un élément essentiel aux yeux de bien des jardiniers qui voient dans les gazons britanniques le comble du raffinement. Une pelouse offre plus d un attrait. Elle constitue

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Voici les espèces dont il est question dans ce document :

Voici les espèces dont il est question dans ce document : Chaque espèce de gazon a des caractéristiques propres : densité, couleur, résistance à la sécheresse, à l ombre, etc. Il vaut donc mieux semer un mélange de plusieurs espèces de façon à combiner les qualités

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Le minéral. Les murets, les allées, les terrasses... www.expertjardins.com. L apparition de mauvaises herbes et de mousses

Le minéral. Les murets, les allées, les terrasses... www.expertjardins.com. L apparition de mauvaises herbes et de mousses Le minéral Les murets, les allées, les terrasses... Les maçonneries sont soumises aux éléments naturels : les fortes pluies, le gel et le vent. L apparition de mauvaises herbes et de mousses Il est normal

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire

Séquence 7. Le sol, un patrimoine durable? Sommaire Séquence 7 Le sol, un patrimoine durable? Sommaire 1. Le sol, une ressource naturelle indispensable mais fragile 2. Synthèse 3. Exercices 4. Devoir autocorrectif n 3 1 1 Le sol, une ressource naturelle

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Herbicyclage. Questions et réponses

Herbicyclage. Questions et réponses Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage c est quoi? Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage est une technique qui consiste à laisser les rognures de gazon (appelés aussi les résidus

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) LA TRAME VERTE ET BLEUE RECONSTITUER UN RÉSEAU DE CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES Permettre à la faune

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin G. BARBEAU I NRA Unité expérimentale Vigne et Vin, 42 rue Georges Morel, 49071 Beaucouzé-Cédex, Tel. (33) 2 41 22 56 60, Fax (33) 2 41 22 56

Plus en détail

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013 Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990

Plus en détail

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21.

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21. Guide thématique En Cote-d Or, AGIR au quotidien Utilisons les ressources vertes du jardin pour en savoir plus : www.ecotidiens21.fr Edito Chaque français produit annuellement plus de 374 kg de déchets

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR

GUIDE DE L UTILISATEUR Le Continental Bloc B Place des moulins 98000 Monaco tel: + 33.(0).6.40.62.10.11. Email: contact-mem@monaco.mc Site web: www.gazonphenix.com GUIDE DE L UTILISATEUR 1- LA PRÉPARATION: Identifier votre type

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13 Rapport de veille sur les évolutions du domaine des parcs et jardins P. 1/13 Numéro : 8 Date : 15 mars 2009 Centre : Centre de compétence Secteurs verts Forem Formation Titre : La végétalisation des toitures

Plus en détail

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6 Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be Août octobre 2010 n 6 Sommaire 041. Agriculture biologique et changement climatique 042. Agents conservateurs

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX RECUPERATION D EAUX de PLUIE au JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX A quelques centaines de mètres de l historique «PONT de PIERRE» enjambant

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif)

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif) Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie Direction Planification et Politiques d Agglomération Service Ecologie et Développement Durable Unité Développement Durable Lyon, le 2 Février 2015 Votre

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter?

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? SOMMAIRE 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? 2 1. Petit tour d horizon de nos déchets 3 Tonnages Evolution des tonnages ordures ménagères

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Le printemps et l été du compost

Le printemps et l été du compost Le printemps et l été du compost Le printemps du compost 1 A la sortie de l hiver, le compost est souvent trop tassé et/ou trop humide. Il faut, avant les nouveaux apports, penser à bien l aérer en faisant

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

Le gazon connait deux périodes de repos:

Le gazon connait deux périodes de repos: Le gazon connait deux périodes de repos: En hiver froid En été sécheresse Naturellement, à cette période le gazon ne se développe plus et va jaunir par manque d eau. Pour contrecarrer cette période de

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste Les toitures vertes Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine Bernard Capelle - Architecte Paysagiste 1 Contexte historique; références des toitures naturellement végétalisées, comme ici en

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013.

FICHE TECHNIQUE. Vers de terre Architectes des sols fertiles. Présence et mode de vie. N de commande 1619, Édition Suisse, 2013. FICHE TECHNIQUE Vers de terre Architectes des sols fertiles Introduction Entre un et trois millions de vers de terre vivent dans la terre en bonne santé d un hectare de prairie. Plus il y en a plus le

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

broyage et compostage guide pratique

broyage et compostage guide pratique broyage et compostage guide pratique Sommaire Introduction...page 3 1. Pourquoi?...page 3 2. Comment?...page 3 I. Le broyage...page 4 1.Qu est ce que le broyage?...page 4 2. Conseils pratiques...page 5

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Le projet de toute une école. Fontenay

Le projet de toute une école. Fontenay Le projet de toute une école Fontenay Le jardin suscite tous les sens. Certaines plantes par leur forme ou leur couleur nous en mettent plein la vue, d autres ont des senteurs raffinées des fois méconnues,

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien

Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien Bruxelles Environnement Aspects techniques au travers de la NIT 229 et travaux du CSTC Edwige NOIRFALISSE CSTC 1 Les toitures vertes:

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

Aixe-sur-Vienne : Mise en accessibilité de l Hôtel de ville pour tous (Aménagement de l esplanade)

Aixe-sur-Vienne : Mise en accessibilité de l Hôtel de ville pour tous (Aménagement de l esplanade) Appel à projet : Recueil des belles pratiques et bon usages en matière d accessibilité de la Cité Aixe-sur-Vienne : Mise en accessibilité de l Hôtel de ville pour tous (Aménagement de l esplanade) Appel

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Influence du changement. agronomiques de la vigne

Influence du changement. agronomiques de la vigne Influence du changement climatique sur les résultatsr agronomiques de la vigne à l'aide du modèle STICS Iñaki García a de Cortázar Atauri Unité CSE - Avignon Réunion Protection du Vignoble Changement Climatique

Plus en détail