société d habitation du québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "société d habitation du québec"

Transcription

1 société d habitation du québec PROTOCOLE D INTERVENTION DES CONSEILLERS- INSPECTEURS POUR L APPLICATION DU CADRE DE GESTION DES INVESTISSEMENTS POUR LE MAINTIEN ET L AMÉLIORATION DU PARC de HLM

2

3 Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs pour l application du Cadre de gestion des investissements pour le maintien et l amélioration du parc de HLM Direction de l expertise technique Octobre Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs

4 3 Protocole d interventions des conseillers-inspecteurs

5 Table des matières 1 Introduction Rôle des différents acteurs Conseiller-inspecteur de la SHQ Conseiller technique du CS Directeur de l OH Conseiller en gestion de la SHQ Chef d équipe de la SHQ Professionnels du SER de la SHQ Objectifs des interventions Encadrement et soutien du CS dans la réalisation de ses activités Contrôle de la qualité des interventions du CS Description des types d interventions Interventions liées à la connaissance du parc et des besoins Interventions liées à la planification des investissements et à l allocation des fonds Interventions liées à la réalisation des travaux Interventions liées à l entretien préventif Résolution de problèmes Constatation d un problème Pistes de solution liées au BSI Pistes de solution liées à la planification des PPI Pistes de solution liées à la réalisation de travaux Outils Répertoire CS Échéancier de réalisation des BSI Rapport d analyse d un BSI Rapport d analyse d un projet de rénovation Liste de projets Rapports de visites Communication Plan d intervention Annexes...17 Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 4

6 5 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

7 1 INTRODUCTION Ce document porte principalement sur les interventions des conseillersinspecteurs qui sont en relation avec les centres de services (CS). Évolutif, il sera révisé en fonction des modifications apportées au Cadre de gestion des investissements pour le maintien et l amélioration du parc de HLM (Cadre de gestion), et selon les besoins des clientèles externes et de la Société d habitation du Québec (SHQ). Pour tenir compte des orientations gouvernementales qui visent la modernisation de l État, la SHQ a modifié, au cours des dernières années, ses façons de faire concernant la gestion du logement social. Elle confie plus de responsabilités à ses partenaires et, dorénavant, elle se concentre principalement sur son rôle de soutien et d encadrement auprès d eux. Pour ce faire, les CS ont été mis sur pied sur l ensemble du territoire afin de réaliser les bilans de santé des immeubles (BSI) et de soutenir les organismes dans la préparation de leur budget de remplacement, d amélioration et de modernisation (RAM) et pour mener à bien des projets qui sont réalisés avec les budgets alloués par la SHQ. Cette nouvelle vision modifie notamment les rôles et les responsabilités des conseillers-inspecteurs de la SHQ. En se dotant du Cadre de gestion, la SHQ s assure de la saine gestion de ses investissements puisque celui-ci permet de remettre en état le parc de HLM, d en maintenir la qualité et d améliorer sa performance et sa fonctionnalité au profit de la clientèle actuelle et future. La SHQ concentre donc ses activités sur l encadrement et le soutien de ses partenaires, et veille à faire une reddition de comptes adéquate sur l état du parc et sur les fonds investis. L ensemble des interventions décrites dans le Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs fait partie des mesures prévues dans le Cadre de gestion et répond aux objectifs qui y sont spécifiés : Acquérir et maintenir une bonne connaissance du parc de HLM, de son état, des investissements à y faire, des investissements faits et des travaux réalisés. Répondre aux orientations gouvernementales ayant un effet sur le parc de HLM telles que le développement durable, l économie d énergie, la sécurité, l accessibilité aux personnes handicapées, etc. Faire une planification, une allocation et une reddition de comptes des budgets RAM répondant aux exigences du gouvernement du Québec et de la Société canadienne d hypothèques et de logement. Protocole d interventions des conseillers-inspecteurs 6

8 2 RÔLE DES DIFFÉRENTS ACTEURS La section qui suit présente le rôle des acteurs qui sont appelés à travailler avec le conseiller-inspecteur dans le cadre des interventions décrites dans ce protocole. 2.1 CONSEILLER-INSPECTEUR DE LA SHQ Le conseiller-inspecteur est le premier répondant du conseiller technique du CS. Lorsqu il constate un problème concernant un CS, il en informe le chef d équipe du Service de l expertise réseau (SER). Ses interventions auprès du CS sont décrites à la section 4 du présent document. 2.2 CONSEILLER TECHNIQUE DU CS Le conseiller technique du CS est le premier répondant des organismes desservis par le CS (offices d habitation [OH], coopératives et organismes à but non lucratif [coops et OBNL]). Il reçoit des directives du directeur du CS et exerce trois fonctions principales : Inspecteur en bâtiment; Conseiller technique régional; Chargé de projets. Selon l organisation du CS, une ou plusieurs personnes peuvent effectuer les tâches rattachées à ces fonctions. En tant qu inspecteur en bâtiment, le conseiller technique évalue, lors de la réalisation des BSI, l état technique du parc immobilier et consigne l information dans le logiciel SIGLS.net. Pour accomplir cette tâche, il doit suivre une formation donnée conjointement par la SHQ, le Regroupement des offices d habitation du Québec et la Corporation de gestion informatique des offices municipaux d habitation (COGI-OMH). En tant que conseiller technique régional, le conseiller technique formule, lors de la planification des travaux, des recommandations quant à la détermination des priorités et planifie les travaux à effectuer sur l ensemble du territoire. Au besoin, il peut notamment réaliser les expertises de premier niveau. Puisqu il agit aussi à titre de chargé de projets, il prépare notamment les mandats et les documents d appels d offres lors de l exécution des travaux, puis il effectue un suivi du chantier pour l organisme client. 2.3 DIRECTEUR DE L OH Le directeur de l OH est le répondant du conseiller-inspecteur exclusivement lors de vérifications concernant l entretien préventif. Lorsque l OH agit en tant que CS, le directeur de l OH est le gestionnaire responsable du CS et il dirige le ou les conseillers techniques. 2.4 CONSEILLER EN GESTION DE LA SHQ Le conseiller en gestion est le premier répondant du directeur du CS. Lorsqu il constate un problème concernant un CS, il en informe le chef d équipe des conseillers en gestion. C est le Service-conseil en gestion qui autorise les plans pluriannuels d intervention (PPI) présentés par les organismes. 2.5 CHEF D ÉQUIPE DE LA SHQ Les chefs d équipe des conseillersinspecteurs et des conseillers en gestion coordonnent le travail de ces derniers et assurent le suivi en ce qui a trait aux problèmes concernant un CS. De plus, les chefs de chacune des équipes travaillent en collaboration pour coordonner les activités liées au CS qui nécessitent une intervention mixte (technique et administrative). 7 Protocole d interventions des conseillers-inspecteurs

9 2.6 PROFESSIONNELS DU SER DE LA SHQ Les professionnels du SER apportent un soutien technique aux conseillersinspecteurs et collaborent à des dossiers mixtes avec les conseillers en gestion. Ils conçoivent les outils de contrôle de la qualité et participent à la reddition de comptes liée au Cadre de gestion. De plus, ils peuvent être appelés à coordonner certains dossiers tels que : les projets spéciaux; les projets pilotes; la gestion de l énergie; le développement durable. 3 OBJECTIFS DES INTERVENTIONS Toutes les interventions du conseillerinspecteur qui découlent de ce protocole peuvent être regroupées en deux grands groupes, selon l objectif qu elles poursuivent : les interventions d encadrement et de soutien et celles visant un contrôle qualité. 3.1 ENCADREMENT ET SOUTIEN DU CS DANS LA RÉALISATION DE SES ACTIVITÉS L objectif principal des interventions d encadrement et de soutien est d aider les CS à être efficients dans leurs activités. Il peut être atteint notamment en partageant avec les conseillers techniques les notions et balises véhiculées par la SHQ. Celles-ci se trouvent essentiellement dans le Guide des immeubles, les bulletins techniques et les CS Info. Elles traitent, entre autres choses, de l inspection de bâtiments, de la planification et de la réalisation de travaux, de développement durable, de l accessibilité, de la sécurité des occupants, de la pérennité du bâtiment, de l économie d énergie et des travaux d amélioration. L accompagnement varie d un CS à l autre et les interventions sont ainsi adaptées aux besoins spécifiques du CS. 3.2 CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES INTERVENTIONS DU CS L objectif principal de ce type d interventions est de vérifier la qualité des actions relatives à la planification et à la réalisation des travaux rattachés aux budgets RAM. Cette vérification est nécessaire pour effectuer la reddition de comptes présentée aux autorités gouvernementales. Pour ce faire, les conseillers-inspecteurs font différents contrôles de qualité par échantillonnage, à partir du constat de désordre jusqu à la réalisation des travaux, en passant par la planification du projet et la demande de budget. Le contrôle qualité est obligatoire et identique pour tous les CS. Les informations que le conseillerinspecteur recueille sont utilisées par le SER pour effectuer la reddition de comptes présentée aux autorités gouvernementales. Si un écart est constaté à la suite d un contrôle de qualité, le SER peut modifier ses interventions auprès des CS afin d améliorer la situation. Par exemple, il peut mettre en place des mesures telles qu un suivi plus important par le SER, de la formation adaptée aux problèmes constatés ou des contrôles à priori. Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 8

10 4 DESCRIPTION DES TYPES D INTERVENTIONS Les interventions du conseiller-inspecteur, autant celles visant l encadrement et le soutien que celles ayant pour but le contrôle de la qualité du CS, peuvent être regroupées en trois thèmes : Les interventions liées à la connaissance du parc et des besoins, c està-dire au BSI; Les interventions liées à planification des investissements et à l allocation des fonds, c est-à-dire au PPI; Les interventions liées à la réalisation des travaux. À ces trois types d interventions effectuées par le CS s ajoutent les interventions liées à l entretien préventif, qui est la responsabilité de l organisme (OH, coops ou OBNL). Entretien préventif BSI Planification Mise à jour des constats PPI Réalisation des travaux Préparation Figure 1 Cycle des activités liées au Cadre de gestion des investissements pour le maintien et l amélioration du parc de HLM 9 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

11 4.1 INTERVENTIONS LIÉES À LA CONNAISSANCE DU PARC ET DES BESOINS a) ACCOMPAGNER LE CONSEILLER TECHNIQUE LORS D UNE VISITE D INSPECTION Le conseiller-inspecteur peut, à la demande du CS, accompagner le conseiller technique lorsque celui-ci fait une visite d inspection BSI. Le conseillerinspecteur doit alors consigner ses commentaires dans un rapport de visite (document en annexe). b) AIDER LE CONSEILLER TECHNIQUE DANS LA RÉALISATION D EXPERTISES RÉSULTANT DU BSI Des demandes d expertises sont formulées par le conseiller technique à la suite d une inspection BSI. Comme il est précisé dans la formation BSI, les expertises peuvent être réalisées par le conseiller technique lorsque leur nature relève de son champ de compétence, par une firme externe mandatée pour le faire ou, en dernier recours, par les experts du SER (conseillers-inspecteurs ou professionnels). Si un conseiller-inspecteur procède à une expertise, celle-ci doit être réalisée en compagnie du conseiller technique afin de favoriser le transfert de connaissances. c) VÉRIFIER LE SUIVI DES DEMANDES D EXPERTISES RÉSULTANT DU BSI Le conseiller technique doit analyser les demandes d expertises résultant du BSI afin d établir l ordre de priorité et de s assurer de leur suivi. Notamment, les expertises considérées comme urgentes doivent être réalisées dans l année suivant l inscription du constat «expertise» dans le rapport du BSI. Après chaque expertise, un rapport doit être produit afin d aider à la planification des travaux. Un contrôle par échantillonnage est mis en place par le SER et vérifié par le conseiller-inspecteur pour s assurer que les expertises urgentes sont réalisées dans le délai prescrit et que les expertises sont adéquates. d) VÉRIFIER L AVANCEMENT DES BSI Pour suivre l avancement des BSI, le CS doit préparer un échéancier de réalisation pour les cinq prochaines années. L échéancier sera intégré dans le module BSI de SIGLS.net. Par la suite, le conseiller-inspecteur approuve l échéancier déposé par chacun des CS et fait ensuite des vérifications en novembre et en juin pour s assurer que le CS respecte l échéancier. e) VÉRIFIER LA QUALITÉ DES BSI Le processus d évaluation de la qualité des BSI se fait en deux étapes : la vérification méthodologique (rapport papier) et la validation du constat (inspection sur place). Au besoin, l analyse sur le terrain pourra se faire en compagnie du conseiller technique ayant rédigé le rapport. Chaque année, le conseiller-inspecteur vérifie au minimum deux rapports BSI pour chaque conseiller technique. Si un des deux rapports est inadéquat, une troisième analyse doit être effectuée. Il faut notamment faire les vérifications suivantes : Un rapport du BSI d un ensemble immobilier (E.I.) avec plusieurs travaux prévus; Un rapport du BSI d un E.I. avec peu de travaux prévus. f) VÉRIFIER LA QUALITÉ DES BSI APRÈS QU UN CONSEILLER TECHNIQUE A SUIVI LA FORMATION THÉORIQUE Afin d évaluer si un conseiller technique a bien compris et intégré les principes expliqués durant la formation BSI, au moins un des deux premiers rapports BSI doit être analysé pour chaque nouveau conseiller technique. Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 10

12 g) VÉRIFIER LA MISE À JOUR DE LA BANQUE DE DONNÉES BSI Afin de garantir que les informations sont fiables et qu elles permettent de connaître l état du parc de HLM, le conseiller technique doit mettre à jour la banque de données BSI. Cette mise à jour est nécessaire afin d intégrer : les constats pour lesquels des travaux ont été réalisés; les constats qu il faut modifier à la suite d une inspection ad hoc. Ainsi, les composants majeurs seront réévalués, notamment le délai d intervention prévu dans le BSI arrivant à échéance. Par exemple, à la suite d une inspection ad hoc, le conseiller technique peut modifier le délai d intervention pour un constat et repousser une intervention. Lors de la vérification qualitative d un BSI (paragraphe 4.1 e), le conseiller-inspecteur prend note des constats devant être mis à jour et s assure, au moyen d un contrôle à posteriori, que le CS fait le suivi approprié. 4.2 INTERVENTIONS LIÉES À LA PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET À L ALLOCATION DES FONDS a) PARTAGER L INFORMATION, LES DONNÉES, LES CONNAISSANCES ET LES OUTILS NÉCESSAIRES Le conseiller-inspecteur met à la disposition du conseiller technique des documents relatifs au parc de logements. Il peut s agir : de plans numérisés; de rapports d inspections antérieures; de documents relatifs aux projets réalisés antérieurement. Le conseiller-inspecteur peut, à la demande du CS, aider le conseiller technique à formuler ses recommandations quant à la priorisation technique des PPI. À cette fin, il se sert des informations contenues dans les rapports du BSI, de l indice de vétusté, des communications avec le CS et des rapports de visite. Suivant les règles de priorisation technique et selon les besoins cernés sur le terrain, le conseiller technique compile une liste de projets pour l ensemble des organismes de son CS. Le conseiller-inspecteur peut, sur demande, accompagner le conseiller technique lors de la visite d un immeuble pour lequel les interrogations persistent quand à la planification des PPI. Par exemple, il peut recommander au CS de faire réaliser une expertise plus approfondie ou de repousser une intervention s il juge que le remplacement d un composant majeur est prématuré. b) SOUTENIR LE CONSEILLER TECHNIQUE DANS LA PLANIFICATION DES PROJETS SPÉCIAUX Le conseiller-inspecteur peut, à la demande du CS, aider le conseiller technique à remplir le formulaire de projet spécial. Il peut alors recommander des expertises qu il juge nécessaires à la préparation du projet. c) VÉRIFIER L INDICE DE VÉTUSTÉ DES IMMEUBLES INCLUS DANS LE PPI Le conseiller technique doit s assurer que l on considère l indice de vétusté physique au moment de planifier les interventions à faire sur un immeuble. Lors de la vérification qualitative d un BSI, le conseiller-inspecteur prend note de l indice de vétusté de l immeuble et s assure, au moyen d un contrôle à posteriori, que le CS fait le suivi approprié. d) VÉRIFIER LA QUALITÉ DES PPI Le conseiller-inspecteur doit s assurer que les critères de la SHQ pour prioriser les interventions sont respectés. Lors de l analyse d un BSI, le conseiller inspecteur vérifie la cohérence entre les demandes budgétaires du PPI et les besoins inventoriés dans le BSI. 11 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

13 4.3 INTERVENTIONS LIÉES À LA RÉALISATION DES TRAVAUX a) PARTAGER L INFORMATION, LES DONNÉES, LES CONNAISSANCES ET LES OUTILS NÉCESSAIRES À LA RÉALISATION DES TRAVAUX Le conseiller-inspecteur met à la disposition du conseiller technique des documents ayant trait à la réalisation des travaux. Il peut s agir : de formulaires pour le suivi des travaux; d outils de gestion de projets; de contrats types; de lettres types. b) ACCOMPAGNER LE CONSEILLER TECHNIQUE DANS LA PRÉPARATION DES MANDATS Le conseiller-inspecteur peut, à la demande du CS, aider le conseiller technique à préparer les mandats de services professionnels. Pour ce faire, il doit suivre les indications contenues dans le document Réalisation des travaux et du suivi des projets et dans le Cadre normatif de rénovation, dans le but d assurer la qualité et une gestion efficace des coûts. c) SOUTENIR LE CONSEILLER TECHNIQUE DANS LE SUIVI DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION Le conseiller-inspecteur peut, à la demande du CS, soutenir le conseiller technique dans le suivi des travaux de construction. d) VÉRIFIER LA CONFORMITÉ DES TRAVAUX AVEC LES EXIGENCES DE LA SHQ Afin de s assurer du respect des exigences de la SHQ, le conseillerinspecteur doit effectuer le suivi en temps réel d au moins un projet par CS par année. De plus, il doit réaliser un contrôle par échantillonnage et à posteriori de deux autres projets. Lors de cette vérification, le conseillerinspecteur complète le rapport d analyse d un projet de rénovation en s assurant, notamment, du respect des exigences : du document Réalisation des travaux et du suivi des projets; du Cadre normatif de rénovation. 4.4 INTERVENTIONS LIÉES À L ENTRETIEN PRÉVENTIF a) ACCOMPAGNER ET SOUTENIR LES ORGANISMES DANS L APPLICATION DU SYSTÈME D ENTRETIEN PRÉVENTIF Le conseiller-inspecteur peut, à la demande d un organisme, apporter son aide lors de la mise en place du système d entretien préventif. Aussi, à tout moment, il peut répondre à différentes interrogations des organismes concernant le système d entretien préventif. b) VÉRIFIER L APPLICATION DU SYSTÈME D ENTRETIEN PRÉVENTIF PAR LES ORGANISMES Le conseiller-inspecteur doit s assurer que les organismes appliquent le système d entretien préventif. Tous les trois ans, chaque organisme (OH, coops et OBNL) doit faire l objet d une vérification par échantillonnage d immeubles. c) VÉRIFIER LA QUALITÉ DU PLAN D ENTRETIEN PRÉVENTIF DES ORGANISMES Le conseiller-inspecteur doit s assurer que les organismes respectent la méthodologie relative au système d entretien préventif. Tous les organismes (OH, coops et OBNL) doivent être soumis à une vérification par échantillonnage (environ 10 % des organismes par année). Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 12

14 5 RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Durant l une des interventions mentionnées précédemment, un conseillerinspecteur peut constater un problème. Il doit alors intervenir pour rectifier la situation en fonction de la gravité du problème. 5.1 CONSTATATION D UN PROBLÈME Lorsque le conseiller-inspecteur constate un problème, il doit en aviser le conseiller technique et, au besoin, son chef d équipe. Le conseiller-inspecteur peut, entre autres choses, informer le conseiller technique des règles à suivre, fournir des outils adéquats ou proposer une formation particulière. À l occasion, il peut aussi l aider à achever un travail précis. Lorsque le problème ne peut être résolu au moyen d une des interventions mentionnées au paragraphe précédent, un plan d intervention doit être établi. Ainsi, une équipe formée du conseillerinspecteur, du conseiller en gestion et de leurs chefs d équipes respectifs analyse le problème et dresse une liste des différentes pistes de solution. Par la suite, le conseiller en gestion rencontre le directeur du CS pour lui exposer le problème et lui présenter les différentes pistes de solution. D un commun accord, le CS et la SHQ s entendent sur les mesures à mettre en place et sur le suivi à effectuer pour résoudre le problème. 5.2 PISTES DE SOLUTION LIÉES AU BSI Lorsque l on constate un problème lié au BSI, différentes pistes de solution peuvent être envisagées, dont celles-ci : Le conseiller technique peut suivre de nouveau la formation BSI. Le conseiller technique peut suivre une formation particulière. Une inspection peut être faite conjointement avec un conseillerinspecteur. Un échéancier révisé peut être proposé pour permettre l atteinte des objectifs de la SHQ. Une visite du conseiller-inspecteur peut être planifiée pour aborder un sujet précis. Un CS voisin peut apporter son aide au CS de façon temporaire. 5.3 PISTES DE SOLUTION LIÉES À LA PLANIFICATION DES PPI Lorsque l on constate un problème lié au PPI, différentes pistes de solution peuvent être envisagées, dont celles-ci : Le conseiller technique peut faire approuver l information plus fréquemment par le conseiller-inspecteur. Des visites de bâtiments peuvent être organisées avec le conseillerinspecteur. 5.4 PISTES DE SOLUTION LIÉES À LA RÉALISATION DE TRAVAUX Lorsque l on constate un problème lié à la réalisation de travaux, différentes pistes de solution peuvent être envisagées, dont celles-ci : Le formulaire de contrat SHQ peut devenir obligatoire pour ce CS. Le conseiller technique peut suivre une formation sur la gestion de projets. Le suivi d un projet peut se faire conjointement avec un conseillerinspecteur. 13 Protocole d interventions des conseillers-inspecteurs

15 6 OUTILS 6.1 RÉPERTOIRE CS Le conseiller-inspecteur recueille l information et la consigne dans le répertoire CS. Ce dossier informatique contient, entre autres choses, les comptes rendus de communications, les rapports de visites et les rapports d analyse. Les renseignements contenus dans le répertoire CS (rapports de visite, comptes rendus de communications, etc.) servent notamment à documenter un problème. La nomenclature des dossiers principaux est la même pour tous les CS et les documents sont classés selon l arborescence suivante : Nom_du_CS 01_Echeancier_BSI aaaa-mm-jj_echeancier Suivi 02_Rapport_analyse_BSI Nom_du_conseiller_technique_01 Nom_du_conseiller_technique_02 aaaa-mm-jj _Analyse_papier-terrain 03_Planification_PPI 04_Rapport_analyse_projet aaaa-mm-jj _Analyse_#EI 05_Liste_de_projets 06_Rapport_de_visite aaaa-mm-jj _Accompagnement aaaa-mm-jj _Travaux aaaa-mm-jj _Projets_speciaux 07_Communication aaaa-mm-jj _Co_titreducourriel aaaa-mm-jj _Ct_titredelaconversationtelephonique aaaa-mm-jj _Co_Envoi_de_document aaaa-mm-jj _Plan_intervention Classer_les_info_des travaux_dans_prj_en_fonction_ei Figure 2 Classement des fichiers dans le répertoire CS Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 14

16 6.2 ÉCHÉANCIER DE RÉALISATION DES BSI L échéancier de réalisation des BSI permet au CS et à la SHQ de suivre l évolution de l ensemble des inspections BSI d un CS. Il sera intégré dans le module BSI de SIGLS.net. 6.3 RAPPORT D ANALYSE D UN BSI Le rapport d analyse d un BSI, qui est inclus en annexe, permet de vérifier l application de la méthodologie présentée durant la formation BSI. Cette analyse permet aussi de valider la cohérence entre les demandes budgétaires du PPI et les besoins inventoriés dans le BSI. Le rapport d analyse est rempli en deux étapes. Tout d abord, le conseillerinspecteur doit compléter le formulaire Rapport d analyse d un BSI - version papier afin de relever les erreurs dans la rédaction de constats. Il doit ensuite vérifier la qualité des inspections lors de la visite de l ensemble immobilier. Les informations additionnelles seront notées dans le formulaire Rapport d analyse d un BSI - version terrain. Tous les documents d analyse doivent être placés dans le dossier à cet effet. 6.4 RAPPORT D ANALYSE D UN PROJET DE RÉNOVATION Le rapport d analyse d un projet de rénovation, qui est inclus en annexe, permet de vérifier l application des directives de la section 3 du Guide des immeubles - Réalisation des travaux et suivi des projets ainsi que des prescriptions techniques de la section 4 du Guide des immeubles - Cadre normatif de rénovation. 6.5 LISTE DE PROJETS Le CS doit dresser une liste de tous les projets qui nécessitent une dépense importante et qui impliquent l exécution de travaux urgents dans l année courante. Cette liste présente une brève description des travaux, le degré d avancement du projet (planification, préparation, soumission, signature du contrat, travaux, achèvement) et son niveau de priorité 1. Une collaboration entre la Direction générale de l habitation sociale et la Direction de l expertise technique est nécessaire pour mettre en place l outil qui sera utilisé par le CS. Un modèle de liste devra être conçu en fonction des besoins des deux directions et des CS. Nom du projet E.I. Priorité du projet Description des travaux Coûts estimés Degré d avancement Figure 3 Ébauche de la liste de projets 1. La priorité du projet est définie dans la section 2 du Guide des immeubles - Plan pluriannuel d intervention. 15 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

17 6.6 RAPPORTS DE VISITES Au nombre de trois à quatre par année, les visites servent à soutenir le conseiller technique dans l exécution de ses différentes tâches et à effectuer le contrôle de la qualité des interventions techniques du CS. Un rapport doit être produit après chacune des visites effectuées sur le terrain et conservé dans le dossier à cet effet. Son contenu peut varier en fonction de la raison du déplacement et des informations recueillies. Un exemple de rapport de visite est présenté en annexe. 6.7 COMMUNICATION Le conseiller-inspecteur doit veiller à conserver dans le répertoire CS les courriels et le résumé des conversations téléphoniques importantes. 6.8 PLAN D INTERVENTION Le plan d intervention, préparé par l équipe de la SHQ, doit faire état du problème, exposer les solutions envisagées et présenter l intervention choisie avec le CS ainsi que le suivi de celle-ci. Protocole d interventions des conseillers-inspecteurs 16

18 ANNEXES RAPPORT DE VISITE D UN CS 17 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

19 RAPPORT DE VISITE D UN CS (SUITE) Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 18

20 RAPPORT D ANALYSE D UN BILAN DE SANTÉ 19 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

21 RAPPORT D ANALYSE D UN BILAN DE SANTÉ (SUITE) Protocole d intervention des conseillers-inspecteurs 20

22 RAPPORT D ANALYSE D UN BILAN DE SANTÉ (SUITE) 21 Protocole d intervention des conseillers-inspecteur

23

24

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE

PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE Commission scolaire de Rouyn-Noranda PLAN DIRECTEUR DE L INFORMATIQUE Adopté par la résolution CC-0783 (17 mai 2004) 2004-03-30 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 ORIENTATIONS GÉNÉRALES... 3 3 PRINCIPES

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

LA MODERNISATION EN ÉVALUATION FONCIÈRE. Septembre 2011

LA MODERNISATION EN ÉVALUATION FONCIÈRE. Septembre 2011 LA MODERNISATION EN ÉVALUATION FONCIÈRE Septembre 2011 Le système d évaluation foncière au Québec La pratique de l évaluation immobilière au fin d imposition foncière municipale est basée sur un partenariat

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC

SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC GUIDE POUR LA PRÉPARATION D ANNONCES DANS LE CADRE DU BUDGET DE REMPLACEMENT, D AMÉLIORATION ET DE MODERNISATION (RAM) Karine-O Cain, Trois-Rivières SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC WWW.HABITATION.GOUV.QC.CA

Plus en détail

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Anciennement «Politique sur la gestion du budget d immobilisations» adopté par le C.A. le 26 février 2002 Amendé par le C.A. le 3 mai 2011 (résolution

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

ADMINISTRATION/FINANCE

ADMINISTRATION/FINANCE ADMINISTRATION/FINANCE RÉGIME COOPÉRATIF (18), RÉGIME RÉGULIER (5) Personnes rejoignables 69 Hommes Femmes Nombre de répondants 23 33,3 % 16 ( 70 %) 7 ( 30 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés

Plus en détail

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Plan de présentation Le contexte L inspection municipale La recherche d indices Les outils

Plus en détail

Postes en technologie de l information

Postes en technologie de l information Mutation 2013 Postes en technologie de l information Consultez les témoignages de nos ambassadeurs Suzanne Samson Gestionnaire en technologies de l information Simon Barriault Analyste en informatique

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015

SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS EN MATIÈRE D ORGANISATION DE DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE POUR LA MRC D ABITIBI 21 SEPTEMBRE 2015 ACRONYMES ADL : Agent de développement local (à l emploi des municipalités)

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Permis Immatriculation Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Prévention Véhicules lourds Présentation à l ARGP Mars 2012 Victimes d accident Présenté par Nancy

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05 1. OBJECTIF Promouvoir le développement professionnel et personnel pour que chacun contribue à l atteinte des objectifs organisationnels, à l amélioration continue de la qualité et de l efficacité des

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration Politique : GESTION FINANCIÈRE Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration 14 novembre 2011 Révisée 2009-12-14 1 de 8 TABLE DES

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016

Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes. Guide d attribution des subventions 2015-2016 Programme Promotion de l enseignement collégial : productions étudiantes Guide d attribution des subventions 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises

Guide du participant. Programme de rénovations écoénergétiques. Marchés Affaires et grandes entreprises Guide du participant Programme de rénovations écoénergétiques Marchés Affaires et entreprises Le bleu est efficace Dans le cadre de son Plan global en efficacité énergétique, Gaz Métro offre à sa clientèle

Plus en détail

Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement

Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement ADOPTÉE LE 7 AVRIL 2014 RÉSOLUTION NUMÉRO 2014 04 112 POLITIQUE DE DONS ET DE COMMANDITES AUX ORGANISMES

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1 Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne Opinion du Tribunal canadien des droits de la personne sur le rapport de vérification J ai

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ)

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ) Fédération lavalloise des OSBL d'habitation 925, avenue de Bois-de-Boulogne #400 Laval (QC) H7N 4G1 (450) 662-6950 floh@rqoh.com www.rqoh.com Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Formation du Comité des ressources humaines Un Comité des ressources humaines (le «comité») du conseil d administration (le «conseil»)

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014

Cabinet Monceau Finance Conseil. Introduction au rapport de transparence 2014 Cabinet Monceau Finance Conseil Cabinet Monceau Finance Conseil MONCEAU FINANCE CONSEIL - 23, rue La Boëtie- 75008 Paris Tél. : +33 1 44 51 72 00 Introduction au rapport de transparence 2014 Rapport de

Plus en détail

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement 144-2014 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaire et la délégation d autorisation de dépenses 2015 ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC Table des matières PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 3 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO

Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO Plan pluriannuel d accessibilité de la LCBO Introduction et déclaration d engagement En 2005, le gouvernement de l Ontario adoptait la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI

RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI RÔLE DU GESTIONNAIRE ET CHEF D ÉQUIPE SI GESTIONNAIRE SI CHEF D ÉQUIPE SI Vision et connaissance du modèle Vision et connaissance du modèle Établit la structure et la vision du programme en fonction des

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail