Hémorragies digestives (205) J.P. Bernard Octobre 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hémorragies digestives (205) J.P. Bernard Octobre 2005"

Transcription

1 Hémorragies digestives (205) J.P. Bernard Octobre 2005 Objectifs pédagogiques : Diagnostiquer une hémorragie digestive Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge 1. Introduction On désigne sous le terme d hémorragie digestive l extériorisation de sang par la bouche, au cours d efforts de vomissements, ou par l anus indépendamment ou non de l émission de selles. Deux circonstances peuvent néanmoins poser d emblée un problème de diagnostic : il s agit du saignement minime, où la faible quantité de sang présente dans les selles n est pas identifiée par le patient et à l inverse, l hémorragie importante non extériorisée, où les signes généraux et hémodynamiques seront seuls à même de faire suspecter le diagnostic. Dans la grande majorité des cas, l hémorragie digestive est la conséquence d une lésion siégeant sur le tube digestif ou ses annexes. Ceci rend compte de la grande diversité des causes possibles d hémorragie, ce qui justifiera le recours à des examens complémentaires soigneusement sélectionnés. Il faut enfin considérer que toute hémorragie digestive est susceptible de mettre en jeu le pronostic vital ; ceci nécessitera de prévoir l hospitalisation, en milieu spécialisé médico-chirurgical, de tout patient présentant une telle symptomatologie. 2. Reconnaître l hémorragie Reconnaître l hémorragie est en général facile quand celle-ci est extériorisée. Plusieurs situations cliniques sont possibles : 2.1. l hématémèse Il s agit du rejet de sang rouge ou noir par la bouche au cours d efforts de vomissements ; le sang est mêlé à des débris alimentaires. L hématémèse sera distinguée d une épistasis postérieure déglutie ou d une hémoptysie d origine broncho-pulmonaire ; il faut savoir que certains vomissements teintés par certains aliments (vin, café, betterave) peuvent à tort être pris pour une hémorragie le méléna Il s agit de l émission de sang digéré par l anus donnant un aspect de selles noires et pâteuses présentant une odeur caractéristique. Certaines spécialités pharmaceutiques à base de charbon et de fer sont susceptibles de colorer les selles et d induire une confusion avec le diagnostic de méléna la rectorragie Elle se définit comme l émission de sang rouge par l anus accompagnant ou non les selles. Quand elle est de faible abondance, elle oriente le diagnostic vers une cause de saignement au niveau de la partie basse du tractus digestif (anus, rectum, côlon descendant). 1

2 2.4. le choc hémorragique isolé Il traduit une hémorragie digestive massive entraînant des perturbations hémodynamiques sans extériorisation de sang immédiate. La pose d une sonde gastrique et le toucher rectal permettront dans la majorité des cas de suspecter le diagnostic, un traitement chirurgical étant souvent envisagé en urgence le saignement occulte Cette hémorragie chronique et de faible abondance n est pas identifiée directement par le patient. C est le plus souvent la découverte d une anémie ferriprive microcytaire hypochrome qui fait suspecter le diagnostic. Une fois éliminés chez la femme une grossesse et un saignement d origine gynécologique, une cause de saignement digestive sera systématiquement recherchée. 3. Evaluer la gravité de l hémorragie Seuls les critères objectifs cliniques ou biologiques permettront d apprécier en urgence la gravité d un saignement digestif l interrogatoire L interrogatoire du malade et de son entourage est souvent peu informatif pour quantifier l importance de la déperdition sanguine. Il permet de se renseigner sur une pathologie associée (insuffisance cardiopulmonaire, trouble de la coagulation) et sur les premiers signes d orientation étiologiques (consommation chronique d alcool). Il fournit également des informations sur d éventuels traitements gastro-toxiques susceptibles de favoriser l apparition d une hémorragie l examen clinique Il a une grande valeur d appréciation de la gravité de l hémorragie. L association d une hématémèse et d un méléna traduit en général une hémorragie importante, surtout quand sont présents des signes généraux et hémodynamiques : tachycardie, hypotension, malaise avec lipothymie, pâleur, sueur et polypnée. Un état de choc avec trouble de la conscience est parfois présent dès le premier examen du patient les examens biologiques La chute du taux d hémoglobine et de l hématocrite sont les deux critères essentiels permettant d apprécier objectivement le degré de la spoliation sanguine. Ces paramètres peuvent rester normaux au tout début de l hémorragie, ce qui peut entraîner transitoirement une sous-estimation de la gravité de la situation. De même le retour à des valeurs normales est souvent retardé au cours de la restauration du volume plasmatique. 4. Prendre les premières mesures thérapeutiques d urgence Toute hémorragie digestive sévère impose l hospitalisation du patient en milieu spécialisé médico-chirurgical. Cette hospitalisation aura trois objectifs : 2

3 4.1. Restaurer la masse sanguine La mise en place d une perfusion au moyen d un ou de deux cathéters de gros calibre est impérative ; dans les hémorragies digestives sévères, la mise en place d un cathéter veineux central sera envisagée d emblée. Un groupage sanguin, une numération, un bilan de la coagulation seront demandés en urgence et un remplissage vasculaire au moyen de soluté macromoléculaires (plasmion, plasmagel) sera débuté dans l attente des résultats des tests sanguins de compatibilité demandés en urgence, avant toute transfusion de culots globulaires. Un examen des gaz du sang artériel sera effectué au moindre doute devant l existence de troubles respiratoires ; une oxygénothérapie sera préconisée en cas de saignement important, éventuellement complétée d une ventilation assistée en cas de troubles de la conscience Mettre en place les paramètres de surveillance La fréquence de contrôle du pouls, de la pression artérielle et de la diurèse, sera adaptée en fonction de la gravité de l hémorragie. Les hémorragies sévères seront au mieux prises en charge en unité de soins intensifs, où un contrôle continu des fonctions vitales du patient peut être réalisé (pression artérielle, fréquence cardiaque, pression veineuse centrale) Commencer l enquête étiologique Ces mesures prises en urgence permettent de contrôler plus de 90% des cas d hémorragies digestives et de débuter une exploration à visée étiologique dans de bonnes conditions chez un patient déchoqué et transfusé. A ce stade, les derniers renseignements fournis sur les antécédents du patient sont colligés, l examen clinique est complété dans de meilleures conditions et certaines mesures sont prises à visée diagnostiques et surtout pour préparer le malade à une endoscopie : mise en place d une sonde gastrique et lavage à l eau glacée ; lavement évacuateur en cas d hémorragie par voie basse Prendre les premières mesures thérapeutiques spécifiques Elles concernent les hémorragies sévères d origine artérielle ou par rupture de varices œsophagiennes. Qu il soit endoscopique ou chirurgical, le traitement est mis en œuvre sans attendre, en se fondant sur l existence de critères clinico-biologiques de gravité et le nombre de culots globulaires transfusés au cours des premières heures de l hémorragie. 5. Reconnaître la cause de l hémorragie digestive 5.1. Hémorragies digestives hautes Ces hémorragies ont pour origine l œsophage, l estomac, le duodénum et plus rarement la partie initiale de l intestin grêle. Leur traduction la plus habituelle s effectue sous la forme d une hématémèse et/ou d un méléna et beaucoup plus rarement sous la forme d une hémorragie distillante. Plusieurs éléments sont essentiels pour le diagnostic étiologique : 3

4 L interrogatoire : Il recherchera les antécédents évoquant une maladie ulcéreuse gastroduodénale (syndrome douloureux épigastrique). Une prise médicamenteuse gastrotoxique (aspirine, antiinflammatoires non stéroïdiens), une intoxication alcoolo-tabagique, ainsi que des antécédents de maladie hépatique. D une façon plus générale, des antécédents d interventions chirurgicales notamment vasculaires seront notés L examen clinique : Il apprécie de façon systématique le volume du foie, les signes d hypertension portale et d insuffisance hépatocellulaire, ainsi que l existence d une éventuelle masse abdominale battante ou de signes associés à une maladie hémorragique (hématome, purpura). Le toucher rectal est systématiquement réalisé afin de rechercher un méléna L endoscopie oesogastroduodénale quand la réaliser? Dans les premières heures suivant l apparition du saignement au cours des formes graves, ceci afin d augmenter les chances de déterminer la cause du saignement et surtout de proposer un traitement rapide ; en urgence différée dans les saignements peu abondants qui ne s accompagnent pas de retentissement hémodynamique dans quelles conditions la réaliser? En secteur de soins intensifs en cas d hémorragie sévère et dans la mesure du possible dans une unité d endoscopie dans les autres cas ; chez un malade conscient, en évitant la sédation dans les cas graves, afin de diminuer le risque de complication respiratoire (pneumopathie d inhalation). L examen sera réalisé dans tous les cas après restauration d un état hémodynamique correct qu en attendre? Cet examen permet de déterminer la nature et le siège de la lésion responsable de l hémorragie, de signaler d éventuels paramètres prédictifs de la récidive du saignement, de réaliser un geste d hémostase en cas de saignement actif. En pratique, trois situations peuvent être envisagées : saignement. Plusieurs diagnostics sont possibles : L endoscopie objective directement la cause du Un ulcère gastrique ou duodénal : L hémorragie révèle l ulcère dans 10 à 30% des cas ; cette complication est favorisée par certains traitements (aspirine, anti-inflammatoires non stéroïdiens). L endoscopie visualise la lésion ulcéreuse sous la forme d une perte de substance et permet de déterminer s il existe un saignement actif ou des signes d hémorragie récente permettant de prédire la récidive de l ulcère à court terme (existence d un vaisseau visible ou d un caillot adhérent à l ulcère). En cas de saignement actif ou de risque élevé de saignement à court terme, un geste d hémostase 4

5 endoscopique peut être réalisé (injection locale d adrénaline ou d agent sclérosant, mise en place de clips hémostatiques). L endoscopie permet également de poser rapidement une indication chirurgicale devant l existence d un ulcère hémorragique de la face postérieure du bulbe duodénal faisant craindre une atteinte de l artère gastroduodénale. Le traitement médical anti-ulcéreux (cf item 290) est initié dés le diagnostic posé et complète les méthodes instrumentales ; les anti-sécrétoires sont alors souvent utilisés transitoirement par voie parentérale Rupture de varices oesogastriques : Il s agit d une complication sévère de l hypertension portale dont l origine, dans plus de 95% des cas, est une cirrhose. Ce saignement, souvent abondant, peut mettre en jeu le pronostic vital (mortalité immédiate de 15 à 40%). L endoscopie met en évidence soit un saignement actif au niveau œsophagien ou gastrique (cardia et grosse tubérosité), soit les stigmates d un saignement récent (présence de stries rougeâtres à la surface des varices). L avantage de l endoscopie en urgence est de pouvoir réaliser un traitement hémostatique par injection d un produit sclérosant ou encore par réalisation de ligatures élastiques. La prise en charge endoscopique des patients présentant une rupture de varices œsophagiennes est facilitée par l utilisation préalable, par voie veineuse, de substances vasoactives susceptibles de diminuer la pression portale (vasopressine, somatostatine) ; l utilisation de ces drogues permet de réaliser l endoscopie en urgence différée dans de meilleures conditions et a considérablement réduit le recours à l utilisation d une sonde oesophagienne (Blackmore) ou gastrique (Linton) de tamponnement hémostatique.au cours de l hypertension portale, toutes les hémorragies digestives ne correspondent pas obligatoirement à une rupture de varices : la gastropathie d hypertension portale est responsable de gastrite hémorragique diffuse et les ulcères gastroduodénaux se compliquent volontiers d hémorragies en cas d hypocoagulabilité associée à l insuffisance hépatocellulaire le syndrome de Mallory-Weiss : Il s agit d une ulcération linéaire du cardia provoquée par des efforts de vomissement importants. L hémorragie s extériorise sous forme d une hématémèse de faible abondance survenant à la fin de l épisode de vomissement. L endoscopie montre directement une ulcération longitudinale à cheval sur le cardia ; la symptomatologie régresse habituellement avec le traitement des vomissements responsables de la lésion les gastrites aiguës hémorragiques : Elles sont aisément reconnues par l endoscopie, qui montre des suffusions hémorragiques plus ou moins diffuses au niveau de la muqueuse gastrique. Ces lésions surviennent parfois au décours d une intervention chirurgicale récente, d un accident vasculaire cérébral, ou encore dans un contexte de prise de médicaments gastrotoxiques les malformations vasculaires : De siège gastrique ou duodénal, les angiomes superficiels au niveau de la muqueuse digestive sont parfois intégrés dans un contexte de maladies générales, comme la maladie de Rendu- Osler et peuvent être responsables d hémorragies récidivantes. L endoscopie montre des lésions localisées sous la forme d un petit peloton vasculaire de couleur framboisée qui peut être électrocoagulé sous contrôle endoscopique pour assurer l hémostase. 5

6 les tumeurs oesogastroduodénales : Qu elles soient bénignes ou malignes, elles sont rarement à l origine d hémorragies sévères et sont en règle générale facilement reconnues par l endoscopie, qui s aidera de biopsies, réalisées à distance de l hémorragie pour établir un diagnostic étiologique formel. (cf items 150 et 152) «l ulcératio simplex de Dieulafoix» : Cette lésion se présente comme un ulcère gastrique isolé à l emporte-pièce, parfois très difficile à mettre en évidence quand il est enchâssé dans un pli gastrique et qu il est de très petit diamètre L endoscopie n a qu une valeur d orientation Dans ces cas, l endoscopie met en évidence la présence de sang au niveau du tractus digestif supérieur, sans pour autant pouvoir déterminer l origine précise de celui-ci. C est ainsi que la présence de sang au niveau du duodénum, en provenance de la papille, peut être dû à : - une hémobilie, dont l origine sera précisée par l échographie, la tomodensitométrie et éventuellement la cholangiographie rétrograde endoscopique ; - une Wirsungorragie, dont l origine est dans la majorité des cas en rapport avec un kyste ou un pseudokyste pancréatique, localisé par l échographie ou la tomodensitométrie L endoscopie peut être mise en défaut Il s agit essentiellement de cas d anévrisme de l aorte ou des artères coeliomésentériques fistulisés dans le tube digestif. Ces fistules sont à l origine de saignements abondants intéressant le grêle proximal et donc inaccessible à l endoscopie classique. Au moindre doute, quand l évolution clinique le permet, un examen tomodensitométrique complété d une artériographie seront réalisés en prélude à la laparotomie. Il en est de même des tumeurs,des angiomes et des embryopathies ( Diverticule de Meckel) du grêle proximal qui peuvent se compliquer d hémorragies digestives récidivantes et dont le diagnostic sera au mieux approché par le transit baryté de l intestin grêle, l artériographie coeliomésentérique, ces deux examens étant maintenant suplantés par l entéroscanner, l entéroscopie par voie haute ou basse et surtout la vidéocapsule entérique Hémorragies digestives basses Il s agit de l extériorisation de sang rouge par l anus. Ces hémorragies sont en général modérées et dans de rares cas s accompagnent de retentissement hémodynamique. Cette dernière éventualité doit faire envisager la possibilité d un saignement important provenant du tractus digestif supérieur et faire poser l indication en première intention d une endoscopie oesogastroduodénale. En dehors de ce cas particulier, les rectorragies, qui sont un motif fréquent de consultation, conduisent à des explorations à visée étiologiques en dehors du contexte de l urgence L interrogatoire Il précise les circonstances de survenue de l hémorragie en dehors de l émission de selles pendant celle-ci ou immédiatement après. Les signes associés seront systématiquement recherchés (troubles du transit, syndrome rectal, altération de l état général), de même que la 6

7 notion d une prise récente de température par voie rectale ou de toute autre manœuvre instrumentale L examen clinique Il recherchera une masse abdominale, une hépatomégalie, des adénopathies inguinales ou susclaviculaires, sans oublier l auscultation des vaisseaux abdominaux L examen proctologique Il permet le diagnostic étiologique de la plupart des rectorragies de cause anorectale. L inspection de la marge anale peut montrer une lésion d emblée évidente (hémorroïdes externes, ulcération, tumeur, ou prolapsus extériorisé). Le toucher rectal à une grande valeur informative quand il est douloureux, voire impossible à pratiquer en cas de fissure anale, ou quand il permet de percevoir une lésion bourgeonnante dans l ampoule rectale. L anuscopie est indispensable pour le diagnostic des lésions du canal anal (hémorroïdes internes, fissures, ulcération, tumeur) La coloscopie Quand la réaliser? En dehors du cadre de l urgence, devant toute rectorragie, quelque soit son importance chez le sujet de plus de 45 ans, et plus généralement quelque soit l âge si les symptômes ne peuvent être rattachés de façon évidente à une origine proctologique. Dans un deuxième temps, lors d une récidive après un traitement bien conduit en cas de rectorragie isolée de cause manifestement hémorroïdaire chez le sujet jeune. En urgence, en cas d hémorragie abondante ou de suspicion d ischémie colique enfin d orienter au mieux une éventuelle indication chirurgicale. Rarement en per opératoire afin de permettre au chirurgien de localiser précisément une petite lésion hémorragique (angiome). Dans ce contexte, l examen du côlon est souvent complété par une entéroscopie Dans quelles conditions la réaliser? Chez un patient hémodynamiquement stable et dont le côlon a pu être préparé soigneusement par voie orale ou par voie basse dans les cas les plus graves. La coloscopie doit si possible être complète, explorant la totalité du côlon et la dernière anse iléale Quelles sont les limites de l examen? Il s agit des hémorragies abondantes d emblée, interdisant tout examen satisfaisant de la muqueuse digestive par voie endoscopique et qui nécessitent la réalisation d explorations spécifiques à la recherche d un saignement éventuellement artériel : l artériographie coeliomésentérique en urgence peut faciliter la localisation d un saignement important afin de guider le chirurgien dans le choix d une intervention d hémostase. La fistulisation d un anévrisme aortique dans le grêle est souvent un diagnostic per opératoire Qu en attendre? Deux cas de figures peuvent se présenter : 7

8 saignement : Plusieurs diagnostics sont alors possibles : La coloscopie objective directement la cause du les tumeurs colorectales : Le cancer rectocolique donne lieu à des hémorragies digestives minimes ou modérées. Les polypes bénins volumineux sont inconstamment à l origine de saignements répétés. Un traitement anticoagulant peut révéler une lésion colique tumorale préexistante (cf item 148) les angiodysplasies coliques : Elles peuvent être à l origine d hémorragies parfois sévères chez le sujet âgé, la localisation au niveau du côlon droit est particulièrement caractéristiques. La coloscopie visualise directement la lésion sous la forme d un amas de petits vaisseaux et permet, dans la majorité des cas, de réaliser une électrocoagulation locale à visée hémostatique ; les diverticules coliques : Ils n entraînent que rarement des hémorragies digestives, mais celles-ci peuvent être parfois sévères. La coloscopie peut révéler la présence d un caillot frais au sein d un diverticule, ou encore un saignement colique actif difficile à localiser ; dans ce dernier cas, le recours à l artériographie est quelque fois nécessaire ; l ulcération thermométrique : Elle se présente comme une ulcération visible au-dessus de la marge anale chez un sujet âgé présentant une rectorragie parfois abondante, accompagnée d une déglobulisation. C est l anuscopie qui met en évidence une ulcération linéaire hémorragique et qui permet de réaliser un geste local d électrocoagulation ou de suture à visée hémostatique ; les maladies inflammatoires cryptogénétiques de l intestin : La rectocolite hémorragique, et plus rarement la maladie de Crohn, peuvent être à l origine d hémorragies par voie basse. Le saignement survient en dehors des selles en cas de syndrome rectal associé à la rectocolique hémorragique. L aspect endoscopique des lésions coliques est caractéristique en cas de rectocolite ulcérohémorragique, en montrant une muqueuse micro-ulcérée sans intervalle de muqueuse saine, saignant spontanément ou au contact de l endoscope ; parfois les lésions se résument à des ulcérations hémorragiques en carte de géographie ( cf item 118). 1. La rectocolite radique, dans un contexte d antécédents d irradiation abdomino pelvienne, est responsable de saignements répétés et invalidants. 2. Une colite infectieuse ou parasitaire est suspectée devant un syndrome dysentérique hémorragique parfois fébrile. 3. La colite ischémique, pathologie du sujet âgé, survient après un épisode de bas débit cardiaque ou un accident thrombo-embolique. Elle se manifeste par une diarrhée sanglante, dont le diagnostic est effectué devant des ulcérations faiblement hémorragiques, principalement au niveau du côlon gauche. 8

9 La coloscopie est mise en défaut : Cette situation intervient en cas d hémorragie importante ou de lésions situées au niveau de l intestin grêle, en amont de la dernière anse, et donc souvent inaccessible par les techniques endoscopiques courantes. Dans ces derniers cas, une entéroscopie per orale, rétrograde ou encore per opératoire à visée diagnostique pourra être proposée. Dans ces indications, l utilisation récente de la vidéocapsule entérique, examen non invasif permettant d obtenir un film vidéo du transit intestinal de ce capteur, préalablement ingéré par le patient, constitue une technique en cours d évaluation dans ces indications. Le diverticule de Meckel (diverticule tapissé d une muqueuse hétérotopique gastrique) est une cause d hémorragie digestive chez l enfant et l adulte jeune. Le diagnostic est rarement effectué par le transit du grêle. La scintigraphie abdominale ou Pertechnétate est l examen le plus performant en cas de suspicion de ce diagnostic. Les tumeurs malignes, adénocarcinomes ou lymphomes, ou encore bénignes (carcinoïde) sont au mieux localisées par le transit baryté de l intestin grêle ou l entéroscanner. Les entérites ischémiques, radiques, infectieuses ou cryptogénétiques sont souvent associées à des lésions coliques qui en facilitent le diagnostic. Les ulcères hémorragiques de l iléon ont été décrits au cours de la prise d anti-inflammatoires non stéroïdiens Cas particulier de l hémorragie distillante : Elle est généralement révélée par une anémie ferriprive plus ou moins symptomatique et pose de difficiles problèmes diagnostiques quand l endoscopie oesogastroduodénale et la coloscopie ne montrent pas d emblée la cause du saignement. Dans ce cas, avant de programmer des investigations complémentaires plus complexes, il convient, après avoir éliminé une cause extradigestive et un syndrome de malabsorption de s assurer formellement de l origine digestive du saignement. La recherche de sang dans les selles par la méthode isotopique doit être préférée à la méthode chimique (hémoccult) moins spécifique. Les causes les plus fréquentes d hémorragies distillantes au niveau du grêle sont représentées par les malformations, les tumeurs et certaines anomalies embryologiques (diverticule de Meckel). Le recours à la laparotomie avec entéroscopie per opératoire, demeure une alternative possible en cas de saignement distillant digestif authentifié par les méthodes isotopiques ; il devrait dans un avenir proche être précédé par un examen par vidéocapsule, qui a le mérite de pouvoir explorer dans des conditions satisfaisantes et non invasives la totalité de l intestin grêle et permettre de guider plus précisément le geste chirurgical. 9

10 6. En résumé 6.1. Principales causes des hémorragies digestives hautes Oesophage Estomac Duodénum Grêle Foie, voies biliaires Pancréas Lésions Varices Mallory-Weiss Tumeurs, oesophagite Ulcères, gastrites Varices, HTP Tumeurs Ulcératio simplex Anévrisme Angiome Anévrisme Hémobilie Kyste Diagnostic Endoscopie oeso-gastroduodénale Endoscopie oeso-gastroduodénale Entéroscopie, vidéocapsule Artériographie Echographie, scanner Artériographie 6.2. Principales causes d hémorragies digestives basses Anus Rectum Colon Grêle Lésions Hémorroïdes, fissures Tumeurs Ulcérations Tumeurs Rectite Tumeurs Angiodysplasies Diverticules Colites RCH, Crohn Ischémique Infectieuse radique Tumeurs, ulcères Angiomes Diverticule de Meckel Diagnostic Anuscopie Rectoscopie Coloscopie +++ Artériographie Transit baryté Entéroscanner Entéroscopie Artériographie Scintigraphie Videocapsule 10

Définitions. Hémorragie digestive. Diagnostic 2012/2013. Dr PHOUTTHASANG. CCA Hépato gastro entérologie CHU CAREMEAU NIMES

Définitions. Hémorragie digestive. Diagnostic 2012/2013. Dr PHOUTTHASANG. CCA Hépato gastro entérologie CHU CAREMEAU NIMES Définitions Hémorragie digestive CCA Hépato gastro entérologie CHU CAREMEAU NIMES Hématémèse: rejet de sang par la bouche, efforts de vomissements Hémoptysie, vin rouge, café, betterave, épistaxis déglutie

Plus en détail

Chapitre 16 Hémorragies digestives

Chapitre 16 Hémorragies digestives Chapitre 16 Hémorragies digestives 1. Sémiologie 2. Exploration d une hémorragie digestive 3. Points importants de la prise en charge 4. Principales causes d hémorragie digestive Sémiologie Une hémorragie

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

1 Généralités et rappels

1 Généralités et rappels 1 Généralités et rappels Généralités Hémorragies digestive = saignement d une lésion située sur le tractus digestif Œsophage Estomac Intestin Grêle Duodénum Jéjunum Iléon Colon Rectum Anus Définitions

Plus en détail

Hémorragie digestive

Hémorragie digestive Hémorragie digestive Tableau clinique perte de sang : hématémèse, melena, perte de sang rouge par voie basse choc hémorragique anémie chronique ferriprive : voir anémie Anamnèse antécédents de maladie

Plus en détail

HEMORRAGIES DIGESTIVES

HEMORRAGIES DIGESTIVES Page 1 sur 9 Lundi 26/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset HEMORRAGIES DIGESTIVES I/ INTRODUCTION : Les hémorragies digestives sont la principale cause des

Plus en détail

Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue

Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue Dr. Sebastian Suciu Service d Hépato- Gastro-Entérologie, Nouvel Hôpital Civil, H.U.S. Définitions Hémorragies extériorisées 1. Hautes

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Hémorragies digestives

Hémorragies digestives 16/02/15 GRANGEON Anastasia L2 CR : Julie Chapon Digestif Pr JP Bernard 6 pages Hémorragies digestives Plan A. Les différents types d'hémorragies digestives B. Gravité d'une hémorragie digestive C. Causes

Plus en détail

HEMORRAGIE DIGESTIVE

HEMORRAGIE DIGESTIVE Université Abou bakr Belkaid Tlemcen- faculté de médecine I-Definition II-Physiopathologie Janvier 2016 3éme année médecine Module de sémiologie HEMORRAGIE DIGESTIVE 1- Mécanisme de l hémorragie 2-Les

Plus en détail

Les Hémorragies digestives (205) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les Hémorragies digestives (205) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les Hémorragies digestives (205) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Sémiologie des hémorragies digestives aiguës hautes et basses Ulcères gastroduodénaux Hypertension portale Malformations

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES. Dominique Pateron

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES. Dominique Pateron PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES Dominique Pateron Epidémiologie Incidence stable Augmentation de l utilisation des AINS Vieillissement de la population Epidémiologie Incidence : 143/100.000

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Hémorragies digestives aux urgences (205b) Docteur Carole PAQUIER Juillet 2003

Hémorragies digestives aux urgences (205b) Docteur Carole PAQUIER Juillet 2003 Hémorragies digestives aux urgences (205b) Docteur Carole PAQUIER Juillet 2003 Pré-Requis : Physiopathologie des hémorragies digestives. Résumé : Objectifs du cours sur la prise en charge des hémorragies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

HÉMORRAGIE DIGESTIVE BASSE AIGUË

HÉMORRAGIE DIGESTIVE BASSE AIGUË DÉCEMBRE 2010 RECOMMANDATIONS DE LA HÉMORRAGIE DIGESTIVE BASSE AIGUË Consensus en endoscopie digestive Chargé de projet : J.P. ARPURT, G. LESUR Groupe de travail : D. HERESBACH, D. SOUDAN Groupe de lecture

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Chapitre 20 Endoscopie digestive

Chapitre 20 Endoscopie digestive LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE Chapitre 20 Endoscopie digestive 1. Vidéoendoscopes 2. Échoendoscopes 3. Vidéocapsules endoscopiques L endoscopie digestive a pour but l abord instrumental non

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE

VIDEO-CAPSULE. D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE VIDEO-CAPSULE D r Eric SGRO Service Hépato gastro-entérologie CARCASSONNE Qu apporte la vidéo capsule? => vision de la muqueuse de l intestin grêle Non vue par Rx Plus facile que l entéroscopie (rarement

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Digestive. Patho Chir

Digestive. Patho Chir Digestive Patho Chir gastroscopie colonoscopie Abdomen à blanc normal Pas bon Bon Abdomen couplé a un thorax air sous coupoles signe d une perforation Abdomen à blanc couché Abdomen à blanc sur le coté

Plus en détail

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Rémi Systchenko Les enjeux de la videocapsule Le grêle: mieux l explorer L œsophage et le colon: aussi bien voir que l endoscopie

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

Hémorragie Douleur abdominale aigue. Dr Fanny DUFOUR - CCA Service de chirurgie digestive Hôpital Jean Verdier Bondy fanny.dufour@jvr.aphp.

Hémorragie Douleur abdominale aigue. Dr Fanny DUFOUR - CCA Service de chirurgie digestive Hôpital Jean Verdier Bondy fanny.dufour@jvr.aphp. Hémorragie Douleur abdominale aigue Dr Fanny DUFOUR - CCA Service de chirurgie digestive Hôpital Jean Verdier Bondy fanny.dufour@jvr.aphp.fr 1 Choc hémorragique Signes fonctionnels Signes physiques Gravité

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Sémiologie digestive. Dr ABED

Sémiologie digestive. Dr ABED Sémiologie digestive Dr ABED Troubles du transit Transit normal La durée normal : variable, durée moyenne 24 heures Nombre : Les selles normales sont émises 1 à 2 fois par jours Aspect : homogène et moulée

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Hémorragie digestive

Hémorragie digestive Hémorragie digestive Tableau clinique perte de sang : hématémèse, melena, perte de sang rouge par voie basse choc hémorragique anémie chronique ferriprive : voir anémie Anamnèse antécédents de maladie

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Y a-t-il du bénin dans le tube?

Y a-t-il du bénin dans le tube? Les tumeurs bénignes de l abdomen Journée de printemps de la SIAD 28.03.14 Y a-t-il du bénin dans le tube? C. Ridereau-Zins CHU ANGERS Y a-t-il des tumeurs bénignes dans le tube digestif? OUI Lésions rares

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

2. quels sont les facteurs de risque d'hémorragies digestive haute chez ce patient

2. quels sont les facteurs de risque d'hémorragies digestive haute chez ce patient homme de 57 ans alcoolo-tabagique, a présenté une hématémèse de moyenne abondance survenue brutalement, sans contexte douloureux particulier ni effort de vomissement à l'examen clinique on note des signes

Plus en détail

MI1:Métabolisme et Nutrition Hémorragie digestive Année universitaire Francois BLANC Faculté de Médecine Montpellier - Nîmes

MI1:Métabolisme et Nutrition Hémorragie digestive Année universitaire Francois BLANC Faculté de Médecine Montpellier - Nîmes Hémorragie digestive Hémorragie digestive Urgence médicale (médico-chirurgicale) Le temps peut sembler manquer pour faire de la sémiologie Pourtant sémiologie dicte les examens complémentaires à réaliser

Plus en détail

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE TABLE DES MATIÈRES APTITUDES... 2 COMPÉTENCES CLINIQUES... 2 DOULEUR AIGUË DE LA FOSSE ILIAQUE DROITE... 2 DOULEUR AIGÜE DE LA FOSSE ILIAQUE GAUCHE... 4 DOULEUR AIGÜE DE

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Sémiologie digestive pédiatrique jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Troubles du transit intestinal Analyse du transit Selles de consistance normale Moulées Molles (sein, hydrolysats de protéines) Marron si

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF

EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF EXPLORATION DE LA LUMIÈRE DU TUBE DIGESTIF PAR VIDÉOCAPSULE INGÉRÉE Classement hiérarchique : 07.01.09.01 - Code : HZQE900 MAI 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire Univ-Rennes1-Poycopié Médecine M2-Sémiologie du Foie et des Voies Biliaires 1 DOULEURS ABDOMINALES Jean-François Bretagne La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation en médecine générale

Plus en détail

Diagnostiquer une hémorragie digestive. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge préhospitalière et hospitalière.

Diagnostiquer une hémorragie digestive. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge préhospitalière et hospitalière. Hémorragie digestive I. Épidémiologie II. Causes III. Facteurs de risque IV. Mortalité V. Mode de révélation clinique d une hémorragie digestive VI. Prise en charge des hémorragies digestives VII. Mesures

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA INVAGINATION Intestinale aiguë Dr Aaron VUNDA 1 Invagination DEFINITION: L invagination intestinale survient lorsqu un segment intestinal et son mésentère pénètrent dans l intestin d aval et s y incarcèrent

Plus en détail

8.1.3. Connaître les mesures à prendre en urgence pour assurer la sécurité vitale du malade

8.1.3. Connaître les mesures à prendre en urgence pour assurer la sécurité vitale du malade 8. Urgences Date de publication : janvier 2004 hémorragies digestives occlusions intestinales aiguës péritonites appendicites aiguës infection des voies biliaires ischémie intestinale aiguë accidents des

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 TELEBRIX GASTRO, (300 mg l/ml), solution pour administration par voie orale ou rectale Flacon de 50 ml (CIP : 34009 327 480 9-9) Flacon de 100 ml (CIP : 34009

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE

LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE GASTRO-ENTEROLOGIE LES EXAMENS EN GASTRO-ENTEROLOGIE I - EXAMENS ENDOSCOPIQUES A - LA FIBROSCOPIE ŒSOGASTRODUODENALE (FOGD) 1) DEFINITION Encore appelée fibroscopie gastrique. Examen endoscopique. Il permet

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge d'une hémorragie digestive chez l'enfant

Diagnostic et prise en charge d'une hémorragie digestive chez l'enfant Diagnostic et prise en charge d'une hémorragie digestive chez l'enfant Bruno Bachy Clinique Chirurgicale Infantile, CHU Rouen Olivier Mouterde Gastro-entérologie Pédiatrique, CHU Rouen Monia, 9 ans Pas

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 297 : Anémie. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 297 : Anémie. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 297 : Anémie Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Mécanismes possibles du déficit en fer...1 1. 1 Perte par saignement...1 1. 2 Malabsorption...1 1. 3 Carence

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd Tractus digestif Dysphagie cliniquement haute (l obstacle est haut ou bas) 1 Déglutition barytée L'endoscopie haute est généralement pratiquée en première intention chez les patients dysphagiques. Lorsque

Plus en détail

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U DÉFINITIONS Allergie aux protéines du lait de vache = Réaction immunologique vis à vis d une ou plusieurs protéines du lait de

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Dr Camille Giacino Service d Hépato- gastroentérologie du Pr Laugier

Dr Camille Giacino Service d Hépato- gastroentérologie du Pr Laugier Dr Camille Giacino Service d Hépato- gastroentérologie du Pr Laugier 21/03/2014 Symposium Euromedica Journées de formation continue du Collège PACA de Médecine d'urgence Hémorragie digestive (HD) = urgence

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 Deux entités Maladie de Crohn (MC) Recto-colite hémorragique (RCH) 1-2 patients? < 5 patients? 5-10 patients? Epidémio

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés Annexe A : Pré-test Pré-Test Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Guide du Facilitateur Pré-Test Écrire «Vrai» ou «Faux» pour chaque phrase Ecrire Vrai ou Faux pour chaque phrase

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Indications pédiatriques de la vidéo capsule. Alain Lachaux Hépatologie, Gastroentérologie et Nutrition Hôpital Femme Mère Enfant CHU de LYON

Indications pédiatriques de la vidéo capsule. Alain Lachaux Hépatologie, Gastroentérologie et Nutrition Hôpital Femme Mère Enfant CHU de LYON Indications pédiatriques de la vidéo capsule Alain Lachaux Hépatologie, Gastroentérologie et Nutrition Hôpital Femme Mère Enfant CHU de LYON Sommaire Matériel Déroulement de l examen Mode d administration

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

du grêle pourra être réalisée (voir chapitre hémorragies inexpliquées).

du grêle pourra être réalisée (voir chapitre hémorragies inexpliquées). du grêle pourra être réalisée (voir chapitre hémorragies inexpliquées). 3.2.2 Causes d hémorragie digestive basse 3.2.2.1 Lésions anales Les hémorroïdes sont la cause la plus fréquente de rectorragies

Plus en détail

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL

ANOMALIES DU RYTHME MENSTRUEL DÉFINITIONS: } Aménorrhée: Absence du flux menstruel chez une femme en âge d'être réglée. } Aménorrhée primaire e : Absence d'apparition des premières règles à partir de l'âge de 17 (16) ans. } Aménorrhée

Plus en détail

SEMEIOLOGIE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES

SEMEIOLOGIE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES SEMEIOLOGIE DES HEMORRAGIES DIGESTIVES 1 OBJECTIFS 1. Définir les 3 types d hémorragies digestives extériorisées (hématémèse, méléna, rectorragies) 2. Décrire les signes cliniques d une hématémèse de moyenne

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Pour en savoir plus...

Pour en savoir plus... Pour en savoir plus... Le site du Docteur Murielle Mollo Adresse du site : www.docvadis.fr/murielle-mollo Voici une liste de liens vers le site de la Société Nationale Française de Gastroentérologie (SNFGE)

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

LES DOULEURS ABDOMINALES

LES DOULEURS ABDOMINALES Sémiologie digestive Année 2015 3émes années de médecine Dr KAHOUL FATIMA-ZOHRA-Clinique de Médecine interne LES DOULEURS ABDOMINALES I/ INTRODUCTION : La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation.

Plus en détail