Rapport de synthèse SUIVI DE LA REALISATION EXPERIMENTALE DE LA REHABILITATION EN LOGEMENTS OCCUPES BUREAU ETUDES TECHNIQUES ENGINEERING CONSEILS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de synthèse SUIVI DE LA REALISATION EXPERIMENTALE DE LA REHABILITATION EN LOGEMENTS OCCUPES BUREAU ETUDES TECHNIQUES ENGINEERING CONSEILS"

Transcription

1 BUREAU ETUDES TECHNIQUES ENGINEERING CONSEILS 1/36 REHABILITATION DU GROUPE BUIGNET TOURNELLE PONCELET A CHELLES SUIVI DE LA REALISATION EXPERIMENTALE DE LA REHABILITATION EN LOGEMENTS OCCUPES Rapport de synthèse Patrick Martin PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE

2 Fiche technique REX DE CHELLES 2/36 8RESUME DE L' 'EXPÉRIIMENTATIION L'objectif de la démarche proposée, est de permettre à la maîtrise d'ouvrage, Maîtrise d'œuvre de disposer dès la phase de définition des objectifs et performances de l'opération, de données économiques, techniques, et organisationnelles fiables des différentes hypothèses et éléments de programme, validées par l'entreprise générale et ses sous traitants. Le thème de l'expérimentation propose un schéma nouveau de définition et de préparation du projet global de requalification (réhabilitation / démolition/reconstruction) en logements occupés, suivant une organisation en ingénierie concourante, garantissant une meilleure intégration des objectifs et des logiques d'intervention des différents acteurs dès la phase de programmation. La proposition propose une nouvelle combinaison des séquences programmation conception préparation et chantier, afin de disposer dès les phases amonts de : l'ensemble des objectifs de la maîtrise d'ouvrage (bailleur) et des attentes des locataires, la définition des faisabilités techniques et opérationnelles des solutions envisagées, pré engagements économiques, définition des conditions avales d'intervention, planification et gestion d'une opération complexe de réhabilitation / démolition / reconstruction. C'est enrichir la définition du programme des dimensions économiques et organisationnelles dès le diagnostic préalable de l'opération pour : la définition d'un service logement adapté aux attentes des locataires et aux conditions du marché local du logement sur le centre ville de CHELLES. assurer une maîtrise des quittancements (loyer principal, charges et consommations), réduire la pénibilité de chantier pour les habitants et les ouvriers, réduire par anticipation la durée du temps de travail sur chantier. C'est également permettre au Maître d'ouvrage de disposer d'engagements économiques de la part de l'entreprise très en amont sur un "engagement conditionnel par actions" permettant de bâtir un programme fiable et cohérent avec maîtrise des conditions opérationnelles, des phasages et des contraintes économiques de l'opération de requalification dans son contexte de projet urbain. 8OPERATIION SUPPORT Réhabilitation PALULOS du groupe Buignet Tournelles Poncelet à CHELLES de 305 logements et actions d'accompagnements d'intégration urbaine. 8PARTENAIIRES DE L' 'EXPERIIMENTATIION Maître d'ouvrage : OPHLM de CHELLES M. J. RABDON Maîtrise d'œuvre Architecte M.LAUMONNIER BET et Economiste BERIM M.C.PACITTO Paysagiste coloriste Mme BARDE Entreprise générale SICRA Réhabilitation M. P.A. LECLERT Assistée de SOGEA Développement M. G.MALAVALLON Contact SICRA réhabilitation M.D. VEDRENNE Directeur 36 rue du Séminaire, Centra 307 Chevilly Larue RUNGIS 8EVALUATIION DE L''EXPERIIMENTATIION Patrick MARTIN BETREC 24 bis bld de la Chantourne LA TRONCHE Fax

3 3/36 SOMMAIRE I SYNTHESE DE L'EVALUATION p 4 II PRESENTATION DE L'OPERATION ET DE L'EXPERIMENTATION p 5 II 1 Présentation de l'opération p 5 II 2 Présentation de l'expérimentation / analyse du protocole p 7 de l'expérimentation III SUIVI EVALUATION DE L'OPERATION EXPERIMENTALE p 9 ET SON ELARGISSEMENT IV DEROULEMENT DE LA DEMARCHE p 10 IV.1 Démarche et mise au point du programme p 10 IV 2 Démarche de préparation du process de suivi de chantier p 11 IV 3 Déroulement du chantier p 18 V ELARGISSEMENT DU SUIVI EVALUATION A L'EXPRESSION p 21 D'UNE METHODOLOGIE GENERALE V 1 Introduction p 21 V 2 Méthodologie de l'organisation séquentielle d'une opération de p 21 réhabilitation en site occupé. VI ANNEXES p 29 Annexe 1 Annexe 2 Instrumentation de la démarche Audit des entreprises

4 4/36 I Synthèse de l''évaluation Le déroulement de l'expérimentation est globalement conforme aux engagements pris par l'équipe, même si certains points de programmation n'ont pas connu les développements attendus (porte urbaine). L'essentiel, à savoir la préparation et la réalisation "conformes" d'un projet global de réhabilitation en logements occupés suivant une ingénierie concourante constitue un point acquis. Cette opération a été également le support de perfectionnements d'un ensemble d'outils et de pratiques identifiés précédemment comme intéressant sous forme d'une méthodologie cohérente et informatisée, intégrant toutes les échelles de gestion d'un tel projet : La préparation du chantier élargie à la logistique et à la gestion des commandes et approvisionnements. La planification interactive élargie à la gestion des commandes et des approvisionnements. La gestion quotidienne du chantier intégrant la relation fournisseur. La gestion de la relation avec les locataires. On retiendra que l'opération de CHELLES a permis de finaliser le concept de "logistique service" d'une entreprise générale, la SICRA, très motivée dans la requalification des hommes et des méthodes à destination du marché complexe de la réhabilitation en site occupé.

5 II Présentatiion de ll''opératiion et de ll''expériimentatiion 5/36 Présentation des bâtiments : II 1 Présentation de l'opération Le groupe Buignet/Tournelle/Poncelet a été construit en plusieurs tranches à partir de Ce groupe bénéficie d'une localisation privilégiée, en centre ville, à proximité immédiate de la Mairie, des commerces et des transports en commun. Il est constitué de deux bâtiments : - le Poncelet : 40 logements en R + 4 (4 cages) - le Buignet/Tournelle : 265 logements en R + 8 (13 cages) Le programme des travaux de réhabilitation : Atelier logements : Réfection de la plomberie / robinetterie et des pièces humides Remise aux normes et réfection du réseau électrique. Remplacement des portes palières Changements des menuiseries et occultations Réfection des installations courants faibles Amélioration ventilation des logements Travaux libres au choix des locataires dans les logements. Atelier parties communes : Remise aux normes électriques et réfection des réseaux courants forts et faibles Réfection de l'installation de chauffage et distribution eau chaude Réfection de la ventilation Changement des menuiseries et portes extérieures Réfection et mise aux normes des installations gaz Réaménagement des caves et mise en sécurité Réfection des locaux communs (vide ordures) Désenfumage des cages d'escalier et isolation sous-sols. Atelier enveloppe Etanchéité des terrasses Réfection des bétons et peintures des façades Traitement des gardes corps Etanchéité des loggias Réfection et traitement des acrotères en peigne inversé. Les actions d'accompagnement a la réhabilitation Le programme de réhabilitation du groupe Buignet/Tournelle/Poncelet s'inscrit dans le cadre d'un projet urbain de la ville de CHELLES, visant à intégrer les nouveaux quartiers de la Zac de l'aulnoy. Ces actions menées avec la Ville de CHELLES, visaient à : Créer une "Porte urbaine" dans le bâtiment Buignet/Tournelle, pour favoriser la communication entre les nouveaux quartiers de l'aulnoy et le centre ville. Cette action entraînait la démolition de 10 logements (au niveau des cages I & J)

6 6/36 La réalisation de cette action devait être prise en charge par la Ville de Chelles dans le cadre de la mise en œuvre du projet de ville. Travaux au choix dans les appartements : Pour répondre aux attentes des locataires l'office a prévu de budgéter une enveloppe spécifique de crédits, sur fonds propres, permettant aux locataires de choisir des prestations dans leur logement à la carte. L'enveloppe de travaux affectée à chaque logement est identique. Les locataires bénéficient d'un libre choix parmi un ensemble de prestations définies avec l'association des locataires pour lesquelles seront défini un niveau de point. Chaque locataire peut choisir pour un volume de 100 points de travaux à la carte dans son logement, réalisé en supplément des prestations de base prévues dans le programme. L'OPHLM a prévu une enveloppe de F TTC TVA 5.5 % (y compris honoraires) de travaux à la carte par logement. Pour répondre aux besoins en logements sur le site et compenser les logements détruits par la porte urbaine, il etait prévu : Le "traitement des pignons" des bâtiments Tournelle et Poncelet. Il devrait permettre de constituer une liaison avec les nouveaux quartiers, par de petites constructions permettant de créer sur le site une nouvelle offre en logements intermédiaires. Cette action devait occasionner la construction de 14 logements (8 T2 2 T3 4 T4). Elle devait être réalisée à partir d'une programmation de nouveaux logements sociaux (PLA et PLA LM). Cette nouvelle offre de logements etait destinée au relogement des familles concernées par les travaux de démolition pour la porte urbaine. Chronologie du déroulement de l'opération : initialisation en juin 1998 dossier marché définitif finalisé en février 1999 après l'abandon de la porte urbaine et des logements supplémentaires début de chantier : le 29 novembre 1999 fin de chantier : mai 2000 pour les logements et août 2000 pour le ravalement de façades.

7 7/36 II 2 Présentation de l'expérimentation / Analyse du protocole de l'expérimentation L'opération de CHELLES est le support d'une expérimentation qui propose un schéma nouveau de définition et de préparation des travaux de réhabilitation en logements occupés, en ingénierie concourante où l'entreprise générale utilise sa position stratégique d'interface entre le maître d'ouvrage et les corps d'état pour une meilleure intégration des objectifs et des logiques d'intervention des différents acteurs dès la phase amont de programmation. Elle propose une nouvelle combinaison des séquences programmation conception préparation de chantier afin d'enrichir les phases amonts des conditions avales d'intervention pour que les arbitrages prennent la mesure de la gêne engendrée par les travaux dans les espaces habités et réciproquement que les travaux soient mis en œuvre dans la continuité des objectifs initiaux du maître d'ouvrage de l'opération. Elle a pour objectif d'enrichir la définition du programme d'une dimension organisationnelle et économique dès le diagnostic préalable de l'opération. Elle doit permettre également au maître d'ouvrage de disposer d'engagements économiques de l'entreprise très en amont permettant de bâtir un programme cohérent avec les contraintes financières de l'opération. Cette implication amont de l'entreprise a pour objectif d'assurer une analyse et une prise en compte totale et constante des objectifs de la maîtrise d'ouvrage parallèlement aux conditions d'intervention, validées avec les locataires, dans les solutions organisationnelles retenues (réductions des gènes et suppression des disfonctionnements) et au travers des critères de choix et l'implication des sous traitants. Le programme ainsi établi de manière collective et itérative doit devenir un cadre de référence (démarche par objectif) sur lequel les acteurs peuvent s'engager et assurer les ressources et moyens nécessaires à la gestion de l'opération. Le suivi expérimental porte sur les 4 principales phases suivantes. 1. LA DEFINITION D'UN "PROJET DE PROGRAMME A partir d'un diagnostic préalable, le maître d'ouvrage, doit établir un programme permettant de définir les objectifs de performances de l'opération, et d'associer l'intelligence que peut générer la proposition d'interface de l'entreprise sur la prédéfinition des conditions opérationnelles ainsi que sur un chiffrage estimatif permettant une première approche du marché. Le projet de programme doit définir les objectifs de l'opération en terme architectural, technique, économique mais également doit servir de référence aux différents acteurs pour la définition finale du programme et le déroulement de l'opération). 2. DEFINITION D'UN PROGRAMME DE REHABILITATION

8 8/36 L'expérimentation propose un diagnostic détaillé sur les différentes dimensions de l'opération de réhabilitation : urbaine, architecturale, technique, sociale, économique et organisationnelle. Ce diagnostic conduit par la maîtrise d'œuvre à partir d'un travail itératif avec l'entreprise doit permettre au maître d'ouvrage de procéder à la définition du programme de réhabilitation en intégrant dans les critères de choix les données relatives aux conditions de réalisation et l'analyse des effets induits pour les locataires. 3. L'INSTRUMENTATION DE "PREPARATION CHANTIER" La phase de préparation de chantier, doit servir à la mise au point finale des différentes options techniques ainsi qu'à la mise en place des moyens logistiques et organisationnels déjà prédéfinis en phase de programmation. La SICRA propose à ses sous traitants de définir et de mettre en place une procédure d'assistance à la préparation de chantier permettant d'intégrer les modes de définition des prestations élargies aux conditions organisationnelles de mise en œuvre dans une réhabilitation en site occupé. 4. REALISATION DU CHANTIER Le déroulement du chantier doit constituer un exercice pratique permettant de vérifier les points suivants : L'efficience de la préparation du chantier et de l'instrumentation mise en place relativement aux objectifs visés, Le niveau de satisfaction du locataire et du maître d'ouvrage, relativement à le tenue des objectifs techniques, organisationnels et financiers.

9 9/36 III Le suiivii évalluatiion de ll''opératiion expériimentalle et son éllargiissement Compte tenu du thème abordé sur cette opération et des acquis expérimentaux existants, le suivi évaluation portera sur l'opération elle-même en référence au protocole et aux opérations précédentes. Il sera élargi à un bilan prospectif de travail sur la réhabilitation en site occupé. Ce bilan sera principalement axé : Sur le recensement des spécificités identifiées, propres à la réhabilitation en site occupé. Sur les choix conceptuels et d'organisation séquentielle de chantier en site occupé, Sur la préparation du chantier, élargie à la logistique propre à ce type d'intervention. Sur le déroulement du chantier en atelier en tant qu'applicatif pratique de l'organisation séquentielle des chantiers à la réhabilitation en site occupé. Cette synthèse est destinée à permettre une large diffusion des acquis dont on a pu éprouver la pertinence sur les différentes opérations expérimentales et pour lesquels l'opération expérimentale de CHELLES constitue une premier support diffusable.

10 IV Déroullement de lla démarche 10/36 IV 1 Démarche et mise au point du programme A partir du 9 juin 1998, l'entreprise SICRA a développé une démarche de mise au point itérative du programme entre les bureaux d'études, la maîtrise d'ouvrage et ses propres services. Celle-ci peut se résumer ainsi : A partir du diagnostic technique et de la définition initiale d'un pré programme de la réhabilitation voulu par la maîtrise d'ouvrage le 9 juin 1998 qui intégrait la création d'une porte urbaine et de logements supplémentaires, une succession d'aller et retour de chiffrage du programme de base, de solutions variantes, de recherche d'économies classiques a été produite pour aboutir in finé à un chiffrage cohérent avec l'équilibre de l'opération qui consacrait l'abandon de la porte urbaine et la création du logement supplémentaire en janvier/février Il a donc fallu 6 à 7 mois pour revenir à l'émergence d'un programme de réhabilitation classique, hors démolition majeure ou création d'adjonction en pignon surélévation. Durant cette phase, le suiveur observe qu'une première étape de programmation est consacrée à la stricte mise au point du programme. Cette mise au point semble confuse compte tenu de la fragilité de la pré programmation de la requalification urbaine du site. Celle-ci est liée à la création d'une porte urbaine pour mettre en communication des différents quartiers et la construction de nouveaux logements ; Cette requalification ne semble pas avoir été mesurée correctement au stade du pré programme puis à fait l'objet de réflexions tardivement éclairées par l'entreprise générale pour conclure à la non-faisabilité de cette approche. On peut considérer toutefois que le rôle de l'entreprise générale a permis de prendre ces décisions sous l'éclairage technique, logistique et économique en complément des actions de réhabilitation classique. On peut également considérer que les décisions concernant l'urbanisme doivent constituer un préalable à l'action et ne pas être rattachées au seul contexte économique de l'opération dont on peut bien imaginer à l'avance qu'il ne peut pas supporter la restructuration urbaine environnementale du quartier. En d'autre terme l'approche de la restructuration urbaine ne peut pas être considérée comme résultant d'une extension d'action de réhabilitation, mais au contraire, comme le fait générique d'une réhabilitation qui doit être pensée et conçue en cohérence avec elle. Dans ce sens l'abandon du projet de restructuration urbaine est une conséquence naturelle d'un positionnement stratégique erroné au départ. Cette modification de programme n'est donc pas imputable à la méthodologie de l'ingénierie convergente qui a donné de bons résultats sur la partie bâtiment puisqu'en février 1999, 6 à 7 mois après le démarrage des études, le programme technique de réhabilitation est globalement arrêté dans des conditions connues d'intervention technique et logistique, ce qui a permis de développer immédiatement les outils "méthode".

11 11/36 IV 2 Démarche de préparation du process de suivi de chantier. A partir de février 1999 le programme est délimité aux seules actions de la réhabilitation et la SICRA se concentre sur le développement des outils informatiques adaptés au process de réhabilitation qui sera explicité plus loin. Le classeur des outils méthode est présenté en mai Il analyse et permet d'une manière synthétique de dérouler un process de réhabilitation depuis la préparation de chantier jusqu'à la livraison des ouvrages. La préparation du chantier se déroulera à l'aide des outils jusqu'en novembre 1999 date de début des travaux (29/11/99). La préparation des outils a donc largement anticipé la phase de préparation de chantier proprement dite puisqu'elle a abouti en mai 1999 pour un début de chantier en novembre Cela a permis de laisser une large place à la préparation du chantier elle-même. L'objectif de la préparation de ces outils était de perfectionner et de finaliser le concept de logistique service préalablement testé par la SICRA sur l'opération de BLANC MESNIL sous la conduite de M. CARACCIOLO (conduite de travaux). Il convient d'observer aujourd'hui que ces outils sont totalement informatisés, que l'installation du bureau de chantier s'est élargie à des équipements informatiques performants pour l'utilisation du logiciel de planification (PSN6) pour l'édition d' et de fax, et pour la gestion interactive des différentes fiches de renseignements et de suivi de la modification. L'instrumentation est complète ainsi que l'installation informatique nécessaire à son exploitation pertinente. Comme sur l'opération de BLANC MESNIL l'organisation de chantier a été confiée à M. CARACCIOLO, elle est du type séquentiel. Elle est organisée suivant 3 ateliers : l'atelier logement largement dominant ici avec des interventions lourdes dans les logements, l'atelier parties communes, l'atelier enveloppe. Le détail du contenu de ces ateliers figure dans l'implantation de l'opération ci avant. L'ensemble des fiches a été utilisé atelier par atelier, il constitue une instrument complet permettant : 1. De recenser tous les éléments utiles à l'établissement d'un planning logistique élargi à la gestion de commandes et les approvisionnements. 2. La gestion au quotidien des commandes et des approvisionnements au fil des déroulements du chantier. 3. La gestion de l'avancement du chantier. Lensemble des fiches de renseignements entreprise/fournisseur se présente ainsi :

12 12/36 La fiche 1 se décompose en 3 parties : Fiche de renseignements et d'identité du sous traitant (1 er rang logistique) (fiche 1) Fiche de renseignements et d'identité du fournisseur et transporteur (2 ème rang) (fiche 1 B) Fiche de renseignement et d'identité du fabricant (3 ème rang logistique) (fiche 1 T) Fiche 2 Fiche de renseignements et d'intervention (cette fiche développe la planification des moyens) Fiche 3 Fiche de renseignements planification et approvisionnements (cette fiche précise les délais et la butée des 72 heures avant exécution de la tâche, qui doivent prendre en compte les fournisseurs) Fiche 4 Fiche d'approvisionnement et stockage sur base principale. (elle permet de déterminer la surface et la configuration du cantonnement et d'une manière générale, des installations de chantier, compris moyens de levage et de manutention) Elle est complétée d'une fiche d'approvisionnement et stockage sur base avancée (fiche 4B) Fiche 5 Fiche fabricant et fournisseur (c'est une fiche de renseignements sur les sociétés qui indique par exemple, l'arrêt et la reprise de fabrication). L'ensemble de ces renseignements sert à recenser la liste des besoins pour les installations communes au sein d'une fiche spécifique et fabriquer un planning logistique dont la partie texte est compatible avec le logiciel Excel, (ce qui laisse de nombreuses possibilités de tri par tâche, par bâtiment, par montée d'escalier, par fournisseur, par corps d'état etc) A partir d'éditions organisées de cette partie texte, les entreprises sont informées de l'ensemble des commande à passer ; Elles seront dans la suite, amenées à les confirmer à SICRA à travers des "fiches dialogue" qui permettent d'échanger sur les dates et modes de livraisons. On constate, à la lecture de ces fiches, leur souci extrême de détail que nécessite la parfaite connaissance des travaux à exécuter. C'est pourquoi préalablement à la finalisation de celles-ci, il convient de recenser logement par logement la nature des travaux à exécuter. L'entreprise SICRA a donc développé les fiches "d'enquête logement" appelées "fiches de recensement des travaux" (voir annexe ) permettant d'identifier au cours des visites systématiques et personnalisées les travaux dits de base ainsi que les travaux à la carte. Outre ces fiches travaux établies logement par logement et servant de support à l'enquête, l'entreprise SICRA a développé en chaînage avec celles -ci, les fiches de colisages, corps d'état par corps d'état et logement par logement (cf annexe) de manière à pouvoir indiquer instantanément aux entreprises sous traitantes la liste des commandes établies en synthèse des visites des logements

13 13/36 La fiche travaux comporte une partie de texte et une partie graphique qui permet au locataire de choisir selon le type de logement un certain nombre de "menus". Comme nous l'avons lu cette fiche travaux se traduit par un outil logistique approprié à destination de l'entreprise, "la fiche colisage" Il y a donc une fiche colisage par logement pré remplie par les prestations de base et complétée par le menu choisi. Les entreprises reçoivent les fiches colisage à partir desquelles elles peuvent passer leurs commandes à leurs fournisseurs. Il n'y a donc pas de perte d'information entre la saisie des travaux à réaliser et la "fiche colisage" qui s'en déduit automatiquement. L'entreprise SICRA a donc constitué un ensemble composé : des fiches de recensement "travaux et colisages" des fiches 1 à 5 dites de "renseignements" permettant de conduire de manière fiabilisée l'ensemble de la saisie nécessaire à l'élaboration d'un planning élargi à la gestion des commandes et des approvisionnements comme l'indique le synoptique joint. Nota ; l'ensemble des fiches de renseignements divers et de planification commande, livraison, colisage, figure en annexe 2.

14 14/36

15 15/36

16 16/36 Comme le montre les synoptiques, à partir de la planification générale tous corps d'état un planning par logement est établi minutieusement. Il est fait sur la base d'une décomposition horaire et journalière des tâches. Il peut être considéré comme immuable, ce qui induit une régularisation des effectifs en fonction de la taille des logements. Le logement doit être terminé avant 16 heures et aucun autre logement n'est commencé à partir de cette heure, le temps de la journée restant étant consacré à préparer le travail du lendemain. Cela se traduit par une organisation très fine des journées des compagnons : ceuxci dès la première heure, préparent sur la base logistique, le colisage qui leur sera nécessaire pour toute la journée. Ce colisage contient tout le matériel et les outils dont ils auront besoin. Tout cela est préparé dans des anciens coffres de grue et confère à leur action des conditions de sécurité optimum. La seconde partie de la journée est évidemment consacrée à la production et en fin de journée, il y a retour des colis à la base logistique avec préparation de la journée du lendemain. Le suivi montre que ce type de planification est très efficace et fait gagner du temps aux compagnons : en effet le suiveur a constaté que les effectifs d'ouvriers vont en diminuant dans les premiers mois du chantier, du fait de l'augmentation de la productibilité qui est indéniablement le point de cette organisation. La préparation de chantier s'achève sur une connaissance rigoureuse et fiabilisée : des travaux à effectuer dans chaque logement, des dates et des durées d'intervention dans chaque logement, des besoins en logistique, en levage et manutention de chaque entreprise relativement à chaque logement, des commandes et dates d'approvisionnement et des besoins en stockage de chacune des entreprises. Pour réaliser la mise en place de cette méthodologie, il est nécessaire de consacrer environ 3 mois de préparation sous l'égide d'une conduite de travaux expérimentée. Ce travail permet de mener à bien l'ensemble des enquêtes et mettre au point l'ensemble des plannings, il permet également de souder tous les partenaires entre eux avec et de créer des relations importantes avec tous les responsables de la SICRA. CONCLUSION PHASE DE PREPARATION DE CHANTIER Le suiveur a constaté que cette préparation de chantier était menée par M. CARACCIOLO et son équipe avec une grande rigueur et un grand professionnalisme. Elle a été facilitée par la mise au point interactive du programme en phase amont : cela semble avoir permis de gagner du temps et beaucoup de précisions. Cette pratique est en rupture avec l'habitude qui prévaut de procéder à la définition précise des prestations après la signature des marchés : en effet, les marchés sont signés habituellement, avec une connaissance assez aléatoire des logements et des entreprises partenaires (qui ne sont pas encore choisies). Les marchés sont alors adossés à des approches de produits "techniquement équivalents", l'affinage des choix se produisant en préparation de chantier, au contact des réalités des logements et des entreprises choisies en sous traitance.

17 17/36 Sur l'opération de CHELLES, la petite taille de l'opération supposait une mise en route de la logistique service très efficace, dès la préparation de chantier, sans aléa sur les choix techniques. L'équipe SICRA analyse qu'il est important de gagner le temps de la mise au point "produits" en la remontant en phase programme, afin que la méthodologie de la logistique service s'applique sur les petites opérations. Par ailleurs la reconduction de la majorité des partenaires fidélisés à BLANC MESNIL (à l'exception de deux d'entre eux) a conféré à la démarche, une grande efficacité ; seules deux nouvelles entreprises interviennent sur CHELLES : il s'agit des lots menuiseries extérieures et électricité qui se sont prêtés d'emblée à la mise en place de la méthode. En matière de saisie d'informations, il n'y a pas d'évolution notoire entre la liste des informations qui avaient été jugées nécessaires à la fabrication du planning sur l'opération de BLANC MESNIL et celle de CHELLES. : le progrès consiste principalement dans l'informatisation complète des outils dans leur chaînage et leur simplification.

18 18/36 IV 3 Déroulement du chantier. La base logistique du chantier a été installée à l'arrière des bâtiments dans un espace assez réduit mais bien organisé : elle a parfaitement fonctionnée tout au long du chantier. Le bureau de chantier était installé dans le logement témoin, où les différents menus étaient représentés sous forme de panneaux bien illustrés. En plus du conducteur principal, Mr CARACCIOLO, la SICRA avait mis à disposition sur site du personnel d'encadrement compétent et motivé qui suivait quotidiennement le bon déroulement de la démarche. Il assurait tout à la fois le lien avec les entreprises sous traitante et le lien avec les locataires. Le chantier s'est déroulé comme la préparation l'avait prévu. Celle ci a bien générée les résultats attendus : Par l'élaboration d'un planning fiabilisé, élargi à la gestion des commandes et des approvisionnements. Par la mise en place de la base logistique (mise en place de l'équipe de suivi, de la bureautique, de la plate forme logistique). Le déroulement du chantier a montré : Une efficacité immédiate du planning ainsi élaboré et du suivi de celui-ci à l'aide d'outils simples (synoptique d'intervention logement, synoptique hebdomadaire de livraisons). Une efficacité renouvelée des réunions de chantier, élargies à la gestion logistique. Elles se sont parfaitement déroulées : Chaque mois, lorsque la prévision du mois suivant était confirmée ou adaptée en fonction des circonstances. Chaque semaine, où le point était fait précisément sur les moindres détails de l'organisation. L'entreprise générale a alors pleinement joué son rôle en apportant un réel service à ses sous traitants et une totale fiabilisation du planning sur la base d'une communication bien instrumentée. Le déroulement du chantier a été en tous points conformes aux attendus : La logistique, en instaurant une planification rigoureuse des phases de préparation du chantier a permis de fixer les dates de commandes et de livraisons des matériaux très en amont de la phase des travaux. En ayant eu une connaissance précoce du planning détaillé de réalisation, les entreprises ont été en mesure d'optimiser la gestion de leurs approvisionnements en consacrant un temps de préparation et d'analyse plus important pour : L'élaboration et la présentation de la liste des commandes aux fournisseurs. L'organisation de la réception et le stockage des matériaux.

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS Maître d ouvrage : Vilogia - Assistance à maîtrise d ouvrage : Itaq Equipe de conception-réalisation - Architecte : Atelier Charles Renard

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTAT... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Employé administratif et comptable niveau 2

Employé administratif et comptable niveau 2 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé administratif et comptable niveau 2 EVALUATION GDI DU SALARIE Employé administratif et comptable niveau 2 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule :

Plus en détail

Technicien d Études du Bâtiment comportant

Technicien d Études du Bâtiment comportant Création d une option de «collaborateur d architecte» à un diplôme professionnel existant Le Baccalauréat Professionnel Technicien du bâtiment : Études et Économie A la rentrée 2008 Le bac pro Technicien

Plus en détail

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer

Caractéristiques d'un contrat de progrès. Cliquez pour avancer Caractéristiques d'un contrat de progrès Cliquez pour avancer La politique de contrats globaux de progrès est formulée au travers de 4 thèmes : le périmètre, les objectifs de progrès, l'expression de besoin

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique

Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et guichet unique Mairie de Pontcharra Service des marchés publics 95 avenue de la Gare BP 49 38530 Pontcharra cedex Tél: 04 76 97 11 65 Acquisition d un logiciel métier : solution de gestion des Relations administrés et

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Les épreuves professionnelles du BTS Communication

Les épreuves professionnelles du BTS Communication Les épreuves professionnelles du BTS Communication EPREUVE E4 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E6 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E5 COEFFICIENT 4 Ecrit EPREUVES

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)»

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» FICHE DE POSTE «Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» SIAE Adresse Secteur d activité Métiers du bâtiment : tout corps d état Confection: travail du tissu, décoration, confection

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution Apibâtiment Documentation technique Sommaire Sommaire I. Préambule... 3 II. Différences Batigest Standard/Evolution... 4 1. Eléments... 4 2. Devis

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 :

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 : MARCHE 15.004 : «MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» CAHIER DES CHARGES Cahier des Charges - CILGERE Page n 1/7 SOMMAIRE ARTICLE 1 : PREAMBULE 3 1.1 Présentation de CILGERE

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Coûts délais 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Plan du cours: - Définitions, - Maîtrise des coûts et délais, - Gestion de l équipe projet, - Comité

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Assistant administratif et comptable niveau 4

Assistant administratif et comptable niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Assistant administratif et comptable niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Assistant administratif et comptable niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Module 191 Conduire un projet partiel

Module 191 Conduire un projet partiel Page garde sur Canon : désactiver l option «utiliser les polices de l imprimante» sous Qualité, Détails. Module 191 Conduire un projet partiel Copyright IDEC 2008. Reproduction interdite. IDEC 2002-2006.

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Protections collectives contre les chutes de hauteur

Protections collectives contre les chutes de hauteur Fiche 2 Protections collectives contre les chutes de hauteur A qui servent-elles? Comment les dimensionner? promouvoir cette disposition? Quels en est le coût, quels en sont les gains? Sur la majorité

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Employé CSP compta fournisseurs

Employé CSP compta fournisseurs LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé CSP compta fournisseurs EVALUATION GDI DU SALARIE Employé CSP compta fournisseurs NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE M. Lemaitre Résumé Cet article propose une solution permettant d optimiser le processus de demande d exécution de travaux de réfection de locaux tertiaires.

Plus en détail

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI

SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI SOSED TRAVAUX PUBLICS MODE D EMPLOI Le SOSED (schéma d'organisation et de suivi de l'évacuation des déchets) est une démarche établie dans le même esprit qu une démarche qualité et ses outils SOPAQ et

Plus en détail

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC Procédure adaptée (art. 28 du CMP) Marché à Bon de Commande (art. 77 du CMP) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur COMMUNAUTE DE COMMUNES DES ETANGS représentée

Plus en détail

Particuliers ou Professionnels

Particuliers ou Professionnels Particuliers ou Professionnels ABSOLUT SECURITE est une société spécialisée dans le gardiennage et la sécurité des biens et des personnes. La prévention, la sécurité et la protection sont les devises de

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

E-mail : contact@omc.be

E-mail : contact@omc.be ENSEMBLE VERS LE SOMMET Organisation & Management Consulting SPRL Rue Monrose 5 1030 Bruxelles http://www.omc.be Tel & Fax : + 32 2 242 19 68 E-mail : contact@omc.be TVA : BE.864.436.383 RPM Bruxelles

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Coordonnateur Drive Niveau 4

Coordonnateur Drive Niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Coordonnateur Drive Niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Coordonnateur Drive Niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule

Plus en détail

Dossier de Presse. ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom.

Dossier de Presse. ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom. Dossier de Presse ZOOM 3 rue Titon 75011 Paris Contact Gilles Pellegrini Tél : 01 40 09 02 01 Fax : 01 40 09 02 23 contact@zoom.fr www.zoom.fr sommaire Société 3 Services 3 Expertise 4 Conseil 5 Formation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique forma@doc Pôle Formation CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION «Animation de groupe, gestion de projet et communication» pour les animateurs

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL 1. Objectifs Une période de stage obligatoire en milieu professionnel est organisée pour le candidat au brevet de technicien supérieur Travaux Publics. Ce stage

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

Le club des experts de la CCIRE

Le club des experts de la CCIRE APPEL A CANDIDATURE Le club des experts de la CCIRE Date limite de remise des candidatures Le 30 octobre 2015 à 12h 1 I La problématique Les entreprises pour assurer leur développement dans les meilleures

Plus en détail

Pôle Finance Exemples de réalisations

Pôle Finance Exemples de réalisations Pôle Finance Exemples de réalisations CONFIDENTIEL C PROPRIETE RENAULT Coûts de développement de l Ingénierie Mécanique: Réaliser une grille commune d analyse des coûts, et un benchmarking, puis proposer

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Pratique de logiciels de planification

Pratique de logiciels de planification Pratique de logiciels de planification MASTER TECHNOLOGIE & HANDICAP Université Paris 8 Sommaire Introduction Organisation d un projet Les principaux axes de la planification Gestion des tâches Gestion

Plus en détail

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE Contexte : l objectif pédagogique de la visite est de mettre en évidence les différentes activités dans l organisation concernée. Chaque élève ou groupe d

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

MAINTENANCE INDUSTRIELLE

MAINTENANCE INDUSTRIELLE Fiche Pratique MAINTENANCE INDUSTRIELLE Comment évaluer la performance d une prestation sur site? UNE METHODE D ANALYSE Juin 2006 MAINTENANCE INDUSTRIELLE ET DEMARCHES DE PROGRES CONTEXTE L optimisation

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Travaillez en réseau avec BIM4You

Travaillez en réseau avec BIM4You Travaillez en réseau avec BIM4You La solution 5D intégrale devient une réalité. www.bim4you.eu BIM4You Plus qu une planification et une construction virtuelles Notre compétence au service de votre succès.

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Diagnostics des Etablissements Recevant du Public : quels points de repère?

Diagnostics des Etablissements Recevant du Public : quels points de repère? 6e Journée Réseau «Ville Accessible à Tous» : Quelles démarches pour le cadre bâti existant Diagnostics des Etablissements Recevant du Public : quels points de repère? CERTU - Département «Maîtrise Laurent

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité

S.O.P.A.Q. Cadre du Schéma Organisationnel du Plan d Assurance Qualité PIECE N 3.3.1 POUVOIR ADJUDICATEUR CONSEIL GENERAL - DEPARTEMENT DU NORD DIRECTION GENERALE AMENAGEMENT DURABLE DIRECTION DE LA VOIRIE DEPARTEMENTALE Hôtel du Département 51, rue Gustave Delory 59047 LILLE

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail