DEPANNAGES A DOMICILE, HALTE AUX ARNAQUES!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPANNAGES A DOMICILE, HALTE AUX ARNAQUES!"

Transcription

1 Numéro 65 janvier 2010 ISSN DEPANNAGES A DOMICILE, HALTE AUX ARNAQUES! Lors de nos permanences, nous rencontrons des consommateurs qui ont payé des prix exorbitants pour des interventions de dépannage rapide. Les appels à des entreprises de dépannage rapide figurant dans les pages jaunes ou autres annonces publicitaires ont été suivis d interventions alors que les consommateurs n avaient pas connaissance du coût de celles-ci. Tous nous ont affirmé avoir signé un devis présenté en même temps que la facture à la fin des travaux et porté la mention manuscrite devis reçu avant l exécution des travaux. Parmi tous les témoignages recueillis, nous pouvons citer 4 cas : Mme D suite à une tentative d effraction de son domicile, a fait changer le cylindre de la serrure de sa porte au prix de 1 400, l assurance a remboursé 780. Dans ce numéro 65 : Chez Mme R qui ne possédait plus de 2 ème clé de son logement, il a été effectué un changement complet de la serrure pour Appelé pour une chasse d eau cassée, l entreprise a envoyé 2 plombiers qui ont procédé à un changement de flotteur et à un curage préventif de canalisation en raison d un problème de calcaire diagnostiqué Coût Mme F dont la véranda était inondée après un orage, a payé un assainissement de canalisations d eaux usées. Un plombier pour une intervention non classée rapide indique un prix de 330. Réglementairement, selon l article 3 de l arrêté du 02/03/1990 le devis est obligatoire pour les prestations de dépannage, de réparation et d entretien dans le secteur du bâtiment et de l électroménager, si le montant de la prestation TTC est supérieur à 150. Le devis doit être détaillé, il doit mentionner le taux horaire de la main d œuvre, le temps passé, le déplacement et le prix de chaque pièce fournie. Face à ce type de situation, DEMANDER TOUJOURS les tarifs de l entreprise et UN DEVIS AVANT DE FAIRE EXECUTER LES TRAVAUX, car les prix sont libres et déterminés par le jeu de la concurrence. NE SIGNER JAMAIS UN DEVIS ETABLI OU PRESENTE APRES L EXECUTION DES TRAVAUX. UN DEVIS SIGNE DEVIENT UN CONTRAT QUI EN- GAGE LES 2 PARTIES, le professionnel et le consommateur. Nous avons envoyé un communiqué de mise en garde (voir notre site internet) sur ce thème à divers bulletins municipaux. Il a été publié dans CHELLES CONTACT, s il l a été dans d autres communes merci de nous le signaler. ENQUETES CONSEILS EN PHARMACIE Face à la convoitise de la grande distribution concernant la vente des médicaments déremboursés, les pharmaciens s arc-boutent derrière leur rempart de ga- Dépannage à domicile halte aux arnaques! page 1 Enquête conseil en pharmacie pages 1 & 2 Enquête tarif main d œuvre automobile pages 2 & 3 Poêles à bois page 3 Les prescriptions pages 4 & 5 Marges abusives page 5 Permanences et sites internet page 6

2 rantie de conseils et de mise en garde pour défendre leur monopole. L UFC a voulu vérifier la qualité des conseils et des informations données en pharmacie lors de l achat de 2 médicaments sans ordonnance, incompatibles entre eux. Entre le 14 et le 28/03/2009, nos enquêteurs (trices) se sont rendus dans 15 pharmacies situées dans des villes différentes de notre secteur pour acheter une boîte d Aspirine UPSA 500mg en comprimés effervescents et une boîte de NUROFEN (un anti-inflammatoire non stéroïdien) 200mg en comprimés enrobés. Le pharmacien devait mettre en garde son client car l association de l aspirine et du NUROFEN est déconseillée car elle majore le risque ulcérogène et hémorragique du tube digestif. Tous les pharmaciens ont vendu les médicaments et 3 pharmaciens sur 15 seulement ont mis en garde contre l interaction des 2 médicaments et un seul a questionné le client et l a informé sur les effets indésirables. Selon l arrêté du 26/03/2003, les pharmaciens doivent informer les clients sur les prix des médicaments non remboursés via un support visible et lisible. Un affichage informant des prix n était présent que dans 3 officines, alors que cette information est obligatoire puisque les prix des médicaments non remboursés sont libres. Le personnel en pharmacie a encore beaucoup à faire au niveau de la qualité du conseil pour justifier la garde de son monopole de délivrance des médicaments. Voir QUE CHOISIR n 473 septembre ENQUETE REPARATION AUTOMOBILE : TARIFS DE LA MAIN D ŒUVRE La part consacrée par l automobiliste à l entretien, la réparation ou l achat de pièces détachées n a cessé d augmenter ces dernières années, induisant le consommateur à réduire le nombre de kilomètres parcourus en Sur les factures des ateliers en dehors des pièces, il n y a que deux variables : le temps passé, multiplié par le coût horaire de la main d œuvre. Si les barèmes de temps des constructeurs sont imposés à tous les réparateurs affichant le logo de la marque, le coût horaire est libre. Les réseaux indépendants (Speedy, Midas ) contestent l obligation imposée par les constructeurs à leurs clients de faire suivre leur voiture pour l entretien dans leurs réseaux afin de bénéficier de la garantie en cas de panne, car c est une entrave à la concurrence. Nous avons voulu mesurer les niveaux de cherté des professionnels de l entretien et de la réparation automobile (concessionnaires, agents ou centres autos rapides). Du 17 au 31/01/2009, nos enquêteurs devaient noter Page 2 l affichage et la visibilité des tarifs horaires de la main d œuvre. Il fallait relever les 3 tarifs (T1, T2, T3) puis interroger le personnel sur la récupération éventuelle de vieux pneus et des bidons d huiles usagées. Nous avons visité 82 garages (représentant 24 marques) dans 19 villes : Avon, Brie Cte Robert, Cesson, Chelles, Dammarie Les Lys, Larochette, Lognes, Mareuil les Meaux, Meaux, Melun, Nemours, Ozoir-La-Ferrière, Pontault-Combault, Provins, Samoreau, Trilport, Vaux-le- Pénil, Vert St Denis, Villeparisis, ainsi que 29 centres autos dans le même périmètre. Résultats- Côté garagistes Sur 82, l affichage était absent chez 15 d entre eux et difficilement lisible chez 9 autres. 19 garagistes ont refusé de reprendre les vieux pneus et 15 ne reprenaient pas les bidons d huile vides (aucune obligation de distributeurs). Parfois ils suggéraient de les déposer en déchetterie. Côté centres autos Quand les tarifs étaient affichés, ils étaient visibles, mais les prix des différents forfaits étaient présentés en avant (chez 6 sur 29). 2 ne récupéraient pas les pneus usés, et 3 autres les bidons d huile vides. 1 seul ne récupérait ni les uns ni les autres. D après l enquête nationale (QC n 474, octobre 2009), faire entretenir son véhicule dans un centre auto permet de faire des économies (33% moins cher).

3 Page 3 Chez les constructeurs, les réseaux, Citroën, Peugeot et Renault sont parmi les moins chers. POELES A BOIS L installation de ces appareils de chauffage n est pas toujours réalisée conformément au niveau de la sortie du tubage sur le toit. Il en résulte un défaut d étanchéité qui cause des dégâts en cas de pluie. Mme G. a constaté des pièces du poêle endommagées après infiltration d eau et l émail du poêle qui s écaille. Après intervention au niveau de la sortie sur le toit afin de remédier à l inversion de l équipement, Mme G. a dû attendre plusieurs mois l échange d une partie des pièces. Le préjudice n a pas été réparé complètement. Mme L. a acheté un poêle à bois dans une grande surface près de Melun, avec pose comprise. Après l installation effectuée par un artisan envoyé par le vendeur, une inondation a eu lieu dans le pavillon, suite à une malfaçon de la pose à la sortie de toit. Le vendeur a envoyé une nouvelle entreprise qui a remédié provisoirement aux désordres de l installation (inversion à la sortie de toit), avant de procéder à une nouvelle pose de matériaux conformes ultérieurement. Pendant ce temps, le poêle est inutilisable pour raison de sécurité. Les commerciaux vendent, mais les techniciens n assurent pas toujours une prestation correcte. LES PRESCRIPTIONS La réforme des prescriptions civiles promulguée le 17/06/2008 (J.O. 18/06/2008) a changé certains délais de prescription, c est-à-dire le laps de temps limité pour engager une action devant les tribunaux (en général plus court aujourd hui). Le nouvel article 2224 du Code civil précise le point de départ du délai de prescription en spécifiant qu'il démarre "à compter du jour où le titulaire d'un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l'exercer". En cas de réduction de la durée du délai de prescription par la loi, celle-ci stipule que le nouveau délai court à compter du 19 juin Délais de prescription les plus courants : * Assurances 2 ans (article L114-1 du Code des Assurances). L assureur peut réclamer le paiement des primes dans ce délai mais une lettre (LR/AR) interrompt ce délai. L assuré peut engager une action pendant ce délai pour les litiges liés à ce contrat d assurance. * Avocats 2 ans pour réclamer le paiement de leurs honoraires (voir prestataires de services). * Huissiers 2 ans (voir prestataires de services). * Hôtels 2 ans (voir prestataires de services). * Médecins dentistes 2 ans (voir prestataires de services). * Prestataires de services les professionnels personnes physiques ou morales, de droit public ou privé qui proposent un service incluant ou non des fournitures. L'action des professionnels, pour les biens ou les services qu'ils fournissent aux consommateurs, se prescrit par deux ans. Art du code de la consommation. * Entrepreneurs, garagistes, plombiers, agences de voyages, agents immobiliers, auto-écoles, écoles, établissements pour personnes âgées, etc. délai de 2 ans pour un recours du consommateur. * Téléphone, internet. Pour les prestations de communications électroniques d'un opérateur, la prescription est acquise au profit de l'usager, pour les sommes dues en paiement lorsque celui-ci ne les a pas réclamées dans le délai d'un an de leur date d'exigibilité, article L34-2 du code des Postes et des Communications Électroniques Délai de 5 ans pour un recours du consommateur contre l opérateur et un an contre La Poste (responsabilité colis ou lettre). * Gaz électricité 2 ans qu il s agisse de fourniture d énergie, de location de compteur ou d intervention technique. Délai de 5 ans pour un recours du consommateur. * Vendeurs professionnels 2 ans, quel que soit le produit

4 vendu : voiture, meuble ou équipements divers (art. L du Code de la Consommation). Délai de 2 ans pour un recours du consommateur (garanties) * Vendeurs particuliers 5 ans (art nouveau du Code Civil). * Crédit à la Consommation 2 ans, délai pendant lequel le prêteur peut réclamer le paiement des mensualités à compter de leur date d exigibilité (art. L du Code de la Consommation). Délai de 5 ans pour un recours du consommateur. * Crédit immobilier 2 ans pour réclamer le paiement des mensualités (art. L du Code de la Consommation). Délai de 5 ans pour un recours du consommateur. * Eau 2 ans si l eau est fournie par une société privée. Si l eau est fournie par une collectivité locale ou établissement public voir créancier personne publique. * Impôts il existe 2 délais successifs. Le délai de reprise dont dispose l administration pour contrôler les déclarations et rectifier les erreurs ou omissions dans l établissement de l impôt. Pour l impôt sur le revenu, ce délai expire à la fin de la 3 ème année qui suit celle au titre de laquelle l imposition est due et à la fin de la 6 ème année en cas de défaut de déclaration. Pour les impôts locaux, le délai expire à la fin de l année qui suit celle au titre de laquelle l imposition est due, sauf en cas de défaut ou d inexactitude de déclaration. Dans un tel cas la reprise est possible à tout moment, mais au maximum sur 4 ans. Le délai de recouvrement 4 ans à partir de l avis de mise en recouvrement, délai pendant lequel le Trésor Public peut poursuivre le contribuable et le contraindre à payer. * Loyers et charges locatives 5 ans pour le paiement des loyers, des charges, des rappels de loyers, réparations locatives (art. L2224 nouveau du Code Civil). Délai de 5 ans pour un recours du locataire. * Copropriété 10 ans pour le paiement des charges de copropriété, 10 ans pour la contestation du copropriétaire, mais 2 mois pour la contestation d une AG de copropriété (art. 42 de la Loi du 10/07/1965). * Hôpitaux cliniques 2 ans pour un établissement privé (voir prestataire de service). Pour un établissement public voir créancier personne publique. * Notaires 5 ans à compter de la date des actes, ou à compter du décès de l auteur d un acte dont l effet est subordonné à son décès. * Prestations sociales (allocations, ), l organisme payeur peut demander pendant 2 ans le remboursement des prestations indûment payées (art. L du Code de la Sécurité Sociale). Page 4 Quand le créancier est une personne publique. C est le cas lorsque le produit (eau), le service (crèche, hôpital, maison de retraite, ), le logement (HLM) sont assurés par la commune, le département ou un établissement public, le recouvrement des factures obéit à des règles particulières. Dans un premier temps, les services de l établissement ou de la collectivité territoriale établissent un titre de recette et le transmettent au comptable public. Ils doivent le faire dans un délai de recouvrement imposé aux professionnels de droit privé (eau, hôpitaux, loyers,.) c est le délai de prescription d assiette, auquel succède un délai de 4 ans de prescription de l action de recouvrement. Si le comptable public n accomplit aucune poursuite dans ce délai, son action est prescrite. TOUS LES DROITS DU CONSOMMATEUR. Un guide vendu par correspondance par Que Choisir éditions: contactez l association locale ACTION SUR LES MARGES DE LA GRANDE DISTRIBU- TION Notre association locale a relevé 20 des 105 magasins indiqués par le communiqué de presse de l union régionale ciaprès :

5 Page 5 COMMUNIQUE DE PRESSE REGIONAL (2/12/09) Les Prix de l alimentaire en Ile de France : Face aux abus, un coefficient multiplicateur s impose! L Union Régionale UFC-Que Choisir Ile de France rend publique ce jour une enquête accablante sur les prix de produits alimentaires peu transformés qui souligne que les industriels et les distributeurs n ont pas répercuté la baisse des prix agricoles sur le prix des étiquettes. Pour remédier aux abus constatés, elle formule une proposition simple et concrète: l instauration d un mécanisme de coefficient multiplicateur. En effet l Union Régionale UFC-Que Choisir Ile de France a relevé les prix en rayon de 105 grandes surfaces d Ile de France de trois produits peu transformés, dont la matière première agricole constitue une part prépondérante, et les a comparés au prix agricole les composant. Or, le résultat est sans appel : - alors que les prix agricoles de la volaille, du porc, et du lait sont respectivement de 2.11, 1.34 et 0.29, les prix moyens en rayon de l escalope de poulet, de la côte de porc et de la brique du lait, en Ile de France, sont respectivement de 11,60, 6,74, 0,77, soit des différentiels importants. - alors que les enseignes enquêtées ont été invitées à s expliquer / sur la formation de leur prix, seules 23% ont répondu et encore 22% ont donné une réponse générique, parfaitement insatisfaisante. En matière de prix alimentaire, l opacité est donc la règle! Mais une étude plus approfondie permet de parler de marges injustifiées. En effet, industriels et distributeurs profitent des variations de prix agricoles, plus particulièrement des baisses, pour accroître fortement leurs marges. S agissant du lait, entre septembre 2007 et septembre 2009, le prix payé à l éleveur a baissé de 7%, alors que pour le consommateur, le prix de la brique de lait Candia a augmenté de 5 %. Pire, la brique de lait à marque distributeur a elle augmenté de 11%! Le lien entre prix agricole et prix en rayon n existe donc qu à la hausse, jamais à la baisse! Les industriels et la distribution se servent de l évolution des prix agricoles comme d un alibi pour améliorer leur profitabilité au détriment des consommateurs. Alors que le pouvoir d achat des Français est en berne, ces pratiques de prix inadmissibles des industriels et de la grande distribution sont d autant plus préjudiciables que le budget de l alimentaire représente pas moins de 15.5% du budget des consommateurs. Refusant que de tels abus perdurent, l UFC-Que Choisir propose une mesure concrète : l extension du coefficient multiplicateur, applicable aux fruits et aux légumes, à tous les produits bruts ou peu transformés, et au minimum pour les viandes fraîches de bœuf et de porc. Tout en respectant la liberté du commerce, ce dispositif a fait ses preuves sur les fruits et légumes puisque cette seule menace a permis de limiter la progression des marges. Décidées à obtenir dans les plus brefs délais ce coefficient multiplicateur, Les associations locales UFC-Que Choisir d Ile de France vont saisir les parlementaires de la région en leur demandant de préserver le pouvoir d achat des franciliens. L enquête a été réalisée par les bénévoles de l association entre le 26/9 et le 10/10/2009 auprès de 105 enseignes de la région Ile de France, et a consisté à relever le prix du filet/escalope de poulet (conditionnement par 2) pour la marque nationale «Le Gaulois» et les Marques De Distributeurs (MDD), ainsi que celui de la côte de porc (conditionnement par 2) pour les produits MDD et sans marque, et enfin pour celui de la brique de lait 1L demi-écrémé pour la marque nationale Candia et les MDD. Sources : Indices Franceagrimer et INSEE, corrigés des variations saisonnières, et relevés de prix UFC- Que Choisir (septembre 2007 et septembre 2009) LE CONSEIL D ADMINISTRATION VOUS SOUHAITE UNE BONNE ANNEE 2010

6 CHAMPS SUR MARNE (j-a) Centre Social et Culturel Georges Brassens ; place du Bois de Grâce; tél. : ème & 4ème samedi 10h à 11h45 et sur RDV. CESSON (j-a) : Mairie : le 2ème samedi de 9h30 à 11h45, tél : (upp). CHELLES (j-a) Hôtel de Ville ; 3ème mercredi 16h30 à 19h. LE MEE SUR SEINE (a) Centre Social Y. Agostini 60 av. de la Gare ; 1er vendredi de 14h à 16h ; tél. : (upp) MEAUX (j-a) Hôtel de Ville ; 2ème jeudi, de 10h30 à 12h. Page 6 NOS PERMANENCES D'ACCUEIL ET DE DOCUMENTATION PONTAULT-COMBAULT 22 rue de l Orme au Charron - tél. : : tous les jeudis de 16h à 18h ; 1er & 3ème samedi du mois 9h30 à 11h30 (calendrier spécifique pendant les vacances d été et de Noël) ST FARGEAU PONTHIERRY (j) Centre de santé 98 av de Fontainebleau, 4ème lundi : 14h à 16h tél. : (upp).,(j) fermeture juillet, (a) fermeture août,(j-a) fermeture juillet-août, (upp) uniquement pendant la permanence ; Tous les RDV se prennent par internet ou au n de téléphone de Champs sur Marne. UFC Que Choisir sur internet : site local : ; site national : site régional : LE CONSOMMATEUR BRIARD publication de l'u.f.c. Que Choisir Nord & Ouest-Seine-&-Marne, toute reproduction, même partielle est strictement soumise à l autorisation de la dite association. Directeur de publication : Eric Guerquin télécopie: mél : Centre Social & Culturel Georges Brassens; pl. du Bois de Grâce CHAMPS SUR MARNE dépôt légal janvier 2010, imprimé: BCS Champs sur Marne BULLETIN D'ADHESION J'adhère à l'union Fédérale des Consommateurs Que Choisir N.&O. Seine & Marne première adhésion : ou.. plus... soutien montant du chèque à l'ordre de U.F.C. Que Choisir N&O 77 : NOM: Adresse: Code postal ; Ville: courriel : Prénom: à retournez à l'ufcque Choisir N.&O. 77 : Centre Brassens, pl Bois de Grâce CHAMPS Ce coupon ne concerne que les nouvelles adhésions.

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

Combien de temps garder papiers et documents. Logement

Combien de temps garder papiers et documents. Logement Combien de temps garder papiers et documents Janvier 2014 Relevés bancaires, quittances de loyer, fiches de paye... : pendant combien de temps faut il conserver ses papiers et documents administratifs?

Plus en détail

Numéro 68 septembre 2011

Numéro 68 septembre 2011 Numéro 68 septembre 2011 ISSN 1779-3696 Logement locatif en Ile de France : des pratiques bien peu louables! Les enquêteurs de notre association locale ont relevé 17 agences immobilières. Les résultats

Plus en détail

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS ENTRE Le Syndicat Intercommunal d Eau potable de l Ouest Toulousain,

Plus en détail

Papiers et factures. Combien de temps faut-t-il les conserver?

Papiers et factures. Combien de temps faut-t-il les conserver? Papiers et factures Combien de temps faut-t-il les conserver? Assurances Contrat d assurance habitation Indéfiniment En cas d aggravation, la victime peut dans certains cas se retourner contre le responsable

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Table des matières Préambule....................................................... 7 Pour commencer... Bien choisir

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

Conditions Générales de prestations de services

Conditions Générales de prestations de services Conditions Générales de prestations de services applicables au 01 janvier 2012 et modifiables sans préavis ARTICLE 1 - DEFINITIONS : On entend par «ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE», ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES Mise à jour de la Loi du 17 mars 2014 relative à la consommation et de la Loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové,

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

DEMANDE DE PRET. NOM :... Prénom :... Collectivité :... Code Collectivité :.

DEMANDE DE PRET. NOM :... Prénom :... Collectivité :... Code Collectivité :. DEMANDE DE PRET NOM :... Prénom :... Code tiers :... Collectivité :... Code Collectivité :. - Montant : de 400 à 6000 - Durée : de 12 à 48 Mois - Taux : entre 0% et 2,50% (en fonction de la catégorie de

Plus en détail

Famille. Type de documents. Jugements attribuant une pension alimentaire. 5 ans Justificatifs de paiement des pensions alimentaires

Famille. Type de documents. Jugements attribuant une pension alimentaire. 5 ans Justificatifs de paiement des pensions alimentaires MIEEUUXX GGEERREERR VV OOSS AARRCC HHI IVV EESS PAARRTTI ICCUULLI IEERRSS Famille... 1 Scolarité... 2 Travail... 2 Logement... 3 Impôts et taxes... 4 Santé... 4 Assurance... 5 Voiture... 5 Banque... 6

Plus en détail

CONTRE-PROPOSITION AU CONTRAT DE SYNDIC

CONTRE-PROPOSITION AU CONTRAT DE SYNDIC CONTRE-PROPOSITION AU CONTRAT DE SYNDIC ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le syndicat des copropriétaires de l immeuble sis à Paris 75019, Villas du Parc 2/4/6/8 Terrasses du parc, représenté par M... agissant en

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description du produit 1.1 Champ d application Le carnet de billets TER illico ENTREPRISES est souscrit par

Plus en détail

Entre de bonnes mains/

Entre de bonnes mains/ Assurance de protection juridique pour les médecins et le personnel médical Entre de bonnes mains/ Les risques juridiques dans le domaine de la santé ne sont pas comparables à ceux encourus dans d autres

Plus en détail

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA?

Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Projet de budget 2015 : Quels changements en matière de TVA? Suite au dépôt à la Chambre des Députés, le 15 octobre 2014, du projet de loi (n 6720) concernant le budget de l Etat 2015, certaines clarifications,

Plus en détail

Démarchage frauduleux Une vigilance permanente

Démarchage frauduleux Une vigilance permanente Démarchage frauduleux Une vigilance permanente Quels sont les cas signalés? Exemples récents concernant ERDF : Des habitants de La Membrolle sur Choisille sont démarchés par téléphone par une société se

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES

BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE : Archives personnelles : les documents à conserver. N/ 8- Octobre 2002 La gestion des papiers est un

Plus en détail

Conditions Générales de vente de

Conditions Générales de vente de Conditions Générales de vente de 1 Article 1 - Définitions : Le CLIENT (VOUS) est la personne physique ou morale qui a passé commande d'une PRESTATION de services à, et de ce fait, à été informé des présentes

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

DEMANDE DE PRET. NOM :...Prénom :... Collectivité :...Code Collectivité :.

DEMANDE DE PRET. NOM :...Prénom :... Collectivité :...Code Collectivité :. DEMANDE DE PRET NOM :...Prénom :... Code tiers :... Collectivité :...Code Collectivité :. - Montant : de 400 à 6000 - Durée : de 12 à 48 Mois - Taux : entre 0% et 2,50% (en fonction de la catégorie de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Marché à procédure adaptée

Marché à procédure adaptée Marché à procédure adaptée REPRISES SUITE A LAREMONTEE CAPILLAIRE D HUMIDITE SUR LES MACONNERIES ANNCIENNES DE LA MEDIATHEQUE DE BRILLON REGLEMENT DE CONSULTATION (Chaque page sera paraphée par le candidat)

Plus en détail

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer?

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer? Impôts 2014 Où se renseigner? Comment réclamer? La direction générale des Finances publiques est un service du ministère des Finances et des comptes publics. Au plan local, les services des impôts des

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE Préambule : CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE La procédure de consultation utilisée est une procédure adaptée en vertu de l article 28 du Code des Marchés Publics. Le

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA

Département de la CORSE DU SUD. COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Département de la CORSE DU SUD COMMUNE de GROSSETO PRUGNA Cahier des clauses administratives particulières Réfection du parvis du parking de la place de la fontaine Marché de Travaux Marché n 7-2014 Procédure

Plus en détail

TRANSACTIONS LOCATION GESTION

TRANSACTIONS LOCATION GESTION L agence 24 Faubourg Immobilier est installée dans le quartier Boutonnet en bordure d écusson, plein cœur du nouveau pôle étudiant de St Charles, au pied de la faculté de médecine et de la faculté de droit,

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi dite Hamon relative à la Consommation Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi n 2014-344 du 17 mars 2014 parue au JO n 65 du 18 mars 2014 Mardi 10 juin 2014 1 Loi «Hamon» : les nouvelles

Plus en détail

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU Cahier des Charges CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Communauté de Communes Service Public d Assainissement Non Collectif 18, rue du Général Leclerc 58220 DONZY

Communauté de Communes Service Public d Assainissement Non Collectif 18, rue du Général Leclerc 58220 DONZY Communauté de Communes Service Public d Assainissement Non Collectif 18, rue du Général Leclerc 58220 DONZY http://ccendonziais.jimdo.com COMMUNE DE OBJET: CONVENTION D ENTRETIEN DES OUVRAGES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Préambule :

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Papiers à conserver Mise à jour le 08.07.2013 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Principe Le délai de des papiers varie selon leur nature. Il s'agit de durées minimales

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX de DéfiPlanet Version 10/15

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX de DéfiPlanet Version 10/15 CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX de DéfiPlanet Version 10/15 PREAMBULE 1/ Définitions Les termes ci-après définis auront, dans les présentes Conditions Générales de Vente, les significations

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver?

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver? Assurances Quittances et primes 2 ans Quittances, avis d'échéance, preuve du règlement, courrier de résiliation, accusé de réception Contrats d'assurance habitation et automobile Durée du contrat + 2 ans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX («Samsung») GARANTIE LIMITÉE

SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX («Samsung») GARANTIE LIMITÉE SAMSUNG ELECTRONICS BENELUX («Samsung») GARANTIE LIMITÉE GÉNÉRALITÉS Le présent document définit les conditions de la garantie limitée de Samsung pour les utilisateurs finaux-consommateurs (la «Garantie»).

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT EN MILIEU FAMILIAL PRIVÉ (NON-ACCRÉDITÉ)

ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT EN MILIEU FAMILIAL PRIVÉ (NON-ACCRÉDITÉ) LOGO DE VOTRE SDG CONTRAT Entente de services de garde en milieu familial privé Nom de votre SDG : 2012 Mise à jour le 5 décembre 2011 Nom : Adresse : # Téléphone : ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

JURIDIQUE. Circulaire d information N 36. 17 juin 2014

JURIDIQUE. Circulaire d information N 36. 17 juin 2014 Circulaire d information N 36 17 juin 2014 JURIDIQUE Les nouveaux délais de prescription des révisions, impayés de loyers et de charges depuis la loi ALUR Pour des informations complémentaires contacter

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

CONTEXTE LEGISLATIF 1

CONTEXTE LEGISLATIF 1 CONTEXTE LEGISLATIF 1 L envol des taxes en assurance santé depuis 2006 2 LA PORTABILITE Mécanisme de maintien temporaire des garanties santé et prévoyance pour les chômeurs qui bénéficiaient de ces couvertures

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX DU DOMAINE DE DIENNE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX DU DOMAINE DE DIENNE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DES COFFRETS CADEAUX DU DOMAINE DE DIENNE Version 04/10 PREAMBULE 1/ Définitions Les termes ci-après définis auront, dans les présentes Conditions Générales de Vente, les

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016 Septembre 2015 Ville d EMBRUN - ASSOCIATIONS - DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR L ANNEE 2016 A REMETTRE EN MAIRIE AVANT LE 15 NOVEMBRE 2015 Composition du dossier : 1. Préambule page 2 2. Présentation

Plus en détail

Contrat de prestation sous Procédure Adaptée

Contrat de prestation sous Procédure Adaptée TERRITOIRE DE BELFORT MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS COMMUNICATION RELATIVES A LA REVUE MUNICIPALE (12 numéros à compter du numéro à paraître en octobre 2009) Lot 3 : Régie publicitaire de la Ville de

Plus en détail

Mission d Affaires Afrique de l Est

Mission d Affaires Afrique de l Est Mission d Affaires Afrique de l Est Ethiopie Kenya (au choix) Option : Ouganda ou Tanzanie L Afrique de l Est c est : Le CBSOA Club d Entreprises Bordeaux Afrique et CCI International Aquitaine, vous proposent

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

«FLOTTE AUTOMOBILE & AUTO-MISSION» 2010 2012

«FLOTTE AUTOMOBILE & AUTO-MISSION» 2010 2012 Flotte Automobile & Auto-mission 2010 2012 REPUBLIQUE FRANCAISE VILLE DE SAINT GALMIER «FLOTTE AUTOMOBILE & AUTO-MISSION» 2010 2012 CAHIER DES CHARGES PERSONNE PUBLIQUE CONTRACTANTE : Ville de SAINT GALMIER

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description de l abonnement 1.1 Champ d application L abonnement TER illico ENTREPRISES est souscrit par une

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

MARCHE DE LOCATION ET MAINTENANCE DE PHOTOCOPIEURS CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE CONSULTATION

MARCHE DE LOCATION ET MAINTENANCE DE PHOTOCOPIEURS CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE CONSULTATION 1. IDENTIFICATION DE LA PERSONNE PUBLIQUE Mairie de Chorges 05230 CHORGES 2. MODE DE PASSATION La présente consultation est lancée selon la procédure adaptée en application combinée des articles 28 et

Plus en détail

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23

Pour toute question supplémentaire, appelez le 05 56 52 75 23 Gestionet 53, rue Fondaudège 33 000 BORDEAU Tél : 05 56 52 75 23 GESTIONET & VOUS Quelle est la répartition des tâches entre Gestionet et le Propriétaire? 1 ) A l occasion du changement de locataire Lors

Plus en détail

Tableau récapitulatif des textes portant sur le devis août 2015

Tableau récapitulatif des textes portant sur le devis août 2015 I - liés à une activité commerciale II - liés aux professions de santé I - liés à une activité commerciale Déménagement Arrêté du 27 avril 2010 Déménagement organisé ou spécial ment Mentions s - référence

Plus en détail

2- Avant la commande

2- Avant la commande FICHE PRATIQUE : LES ACHATS EN LIGNE 1- Des règles particulières Article L121-16 et suivants du Code de la Les achats sur internet se généralisent en France. Pourtant un client sur deux aurait rencontré

Plus en détail

L ELABORATION D UN PLAN DE DESHERBAGE COMMUNAL POUR LA VILLE DE LA GRAND'CROIX 42320

L ELABORATION D UN PLAN DE DESHERBAGE COMMUNAL POUR LA VILLE DE LA GRAND'CROIX 42320 VILLE DE LA GRAND CROIX 2, rue Jean Jaurès 42320 LA GRAND'CROIX Tél : 04.77.73.22.43 Fax : 04.77.73.41.20 Mail : mairie-de-grand-croix@wanadoo.fr Site web : www.lagrandcroix.fr La Mairie de LA GRAND CROIX

Plus en détail

CONTRAT DE PAIEMENT «3 FOIS/4 FOIS»

CONTRAT DE PAIEMENT «3 FOIS/4 FOIS» Agrafer le R.I.B. ici PRETEUR Ticket «P.n.F.» signé par l emprunteur à coller ici et R.I.B. à agrafer en haut à gauche du contrat. ex. SOFEMO AUTORISATION DE PRÉLÈVEMENT J autorise l Établissement teneur

Plus en détail

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ET CURATIVE ET DE DÉPANNAGE

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ET CURATIVE ET DE DÉPANNAGE PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES BUREAU DE L IMMOBILIER ET DES MOYENS GENERAUX CELLULE MARCHES PUBLICS MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT GD-Luxembourg Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 Ecole Peugeot de Maîtrise Automobile Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Location Full Service Optiway Les financements

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

VENTE DE VÉHICULE RÉFORMÉ

VENTE DE VÉHICULE RÉFORMÉ VENTE DE VÉHICULE RÉFORMÉ VENTE D UN ENGIN DE T.P. TYPE TRACTO-PELLE RÉFORMÉ DU PARC COMMUNAL RÈGLEMENT DE LA VENTE DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Jeudi 14 octobre 2010 à 12h. LIEU D'EXECUTION : Département

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE C L U B D E S C O N S E I L S S Y N D I C A U X J E U D I 0 9 A V R I L 2 0 1 5 DES ECONOMIES A FAIRE 3 principaux contrats d entretien peuvent

Plus en détail

Je soussigné(e) NOM et PRENOM Adresse... CP.. Ville Tél fixe. Tél mobile.. Mail..

Je soussigné(e) NOM et PRENOM Adresse... CP.. Ville Tél fixe. Tél mobile.. Mail.. Comité Départemental du Tourisme et des Loisirs du Gers 3 boulevard Roquelaure BP 50106 32 002 AUCH Mission Classement des Meublés de Tourisme Tél : 05 62 05 95 95 / meuble@tourisme-gers.com / www.tourisme-gers.com

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT. Montant demandé : Euros Année 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE FONCTIONNEMENT Nom de l association : Montant demandé : Euros 1 ère demande Renouvellement Cadre réservé à la mairie Dossier reçu le : Dossier complet

Plus en détail

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics

Marché public passé selon l article 27 du code des marchés publics MAIRIE DE LORMONT Rue André Dupin BP n 1 33305 LORMONT Cedex MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Acquisition de véhicules neufs ou d occasion pour la Ville de LORMONT Année 2007 CAHIER DES CHARGES Marché public

Plus en détail

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral Module 6 Droit et assurances (correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) UPSA/AGVS - LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7807.F / 11/2005 Conseiller(ère) de vente automobile

Plus en détail

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Allianz Protection Juridique * est l assurance de protection juridique du Groupe Allianz. Chargée de défendre les intérêts

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011.

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures Page 1/8 Page 2/8 Sommaire Documents concernés 4 Documents non concernés 4 Caractéristiques 4 Mentions obligatoires 4 Mentions facultatives (hors

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 CHAMP D APPLICATION ET OBJET Les présentes conditions générales de vente à distance (ci-après «CGV») régissent la relation contractuelle entre d une part, «Alphonse

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers

Condition d'utilisation. Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Condition d'utilisation Conditions générales de vente des cours de cuisine pour les particuliers Article 1- Objet : Casa d'arno propose des cours de cuisine pour les particuliers dont les différentes formules

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Landes - juillet 2013 MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX CONVENTION DE PRESTATION DE SERVICES RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION COMMUNE DE PETITE-FORET Représentant de la personne publique contractante : Monsieur le Maire de la Ville de Petite-Forêt Le pouvoir adjudicateur : Monsieur le Maire de la Ville de Petite-Forêt Comptable

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE Article 28 du Code des Marchés Publics OPÉRATION : MAINTENANCE ET VERIFICATION DES SYSTEMES D ALARMES INCENDIE, DESENFUMAGE ET

Plus en détail