RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE"

Transcription

1 Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier agriculture) 2. Isidore Mayade (animateur) 3. Olivier Pagoualet (animateur) 4. Ahamat Touri (Officier environnement) 5. Payang Danpahbe ((animateur) 6. Abdeldjelil Taha (Adjoint Manager FIM) 1

2 A. Introduction et contexte Dans la plupart des zones du Tchad, l on avait enregistré que le niveau de la pluviométrie était extrêmement faible pendant la saison de pluie de 2013, entrainant une baisse significative de la production céréalière. La région de SILA était également touché dans son ensemble, avec une particularité sur sa partie nord, notamment le département de Kimiti ou intervient Concern Worldwide. Une détérioration du niveau de vie des ménages avait été observée par l organisation, qui avait adapté ses réponses à la situation à travers des distributions générales des semences en 2014, et l introduction d une gamme des techniques d agriculture de conservation. Afin de mieux comprendre l évolution et l impact de la saison pluvieuse de l année 2014, Concern Tchad à travers son programme FIM (Food Income & Markets), a mis en place une rapide évaluation axée sur le niveau phénologique des cultures ainsi que la sécurité alimentaire des ménages de sa zone d action. Cette évaluation rapide s est déroulée du 11 au 15 septembre 2014 dans quelques villages accessibles, choisis de manière aléatoire. B. Méthodologie de l évaluation Cinq(5) villages ont été choisis, notamment le village de KOUTOUFOU, RIDJILDOUTE, GUIRLIE 1, KADJASKE et SOUARWAGA. 8 Focus groups ont été organisés, regroupant 75 agriculteurs, soit 38 homme et 37 femmes. Relatives au niveau pluviométrique, l état des cultures et le niveau de stock céréalier des ménages, les questions ont été posées à partir d un outil simple élaboré par le programme. Les données ont été ensuite traitées grâce au logiciel Excel. D autres informations supplémentaires sont ajoutées suite aux observations des techniciens du même programme FIM. C. Résultats globaux de l évaluation 1. Situation générale du département de Kimiti La saison pluvieuse de l année 2014 s est annoncé prometteuse pour la population vivant principalement des productions agricoles. On observe une régularité des pluies en terme de fréquence d une part, et une répartition plus au moins équitable au niveau de l espace d autre part. Le niveau des cultures, bien que variable selon les zones agro écologiques et la période de semi, semble être positif pour toutes les spéculations. Le pâturage naturel aérien et terrestre s est très bien régénéré, offrant une alimentation de qualité au bétail. Une bonne disponibilité du lait des bovins est observée au niveau des marchés locaux de la sous-préfecture de Gozbeida. Le calendrier pastoral est également bien respecté par les éleveurs en transhumance dans la zone, expliquant une disponibilité du pâturage dans les régions situées au Nord de Kimiti (Ouaddaï Notamment). Des cas d inondations des champs agricoles ont été signalés dans plusieurs villages situés à proximité des ouadi, ayant complétement débordé en cette saison de pluie. Cependant, le niveau de destruction de ces champs suite à l inondation est encore faible, à cause de la courte durée que les eaux se stagnent sur les champs. 2

3 2. Cultures dominantes, niveau pluviométrique et phénologie des cultures Dans les zones enquêtées, le sorgho semble être la culture dominante avec 75% des pratiquants suivi du mil. Ce résultat est dû au fait que ces deux céréales sont dans cet ordre les plus consommées dans la zone. Quant aux cultures de rente, le sésame semble occuper la première place cette année, avec 62.5% des pratiquants suivi de l arachide. Ce résultat explique la ruée des agriculteurs vers le sésame à cause de sa grande valeur marchande croissante dans la zone d une part, et également par le fait qu il est adaptable à presque tous les types du sol d autre part. L arachide est uniquement cultivée sur les sols sableux. 88% des agriculteurs ont affirmé semer en juillet contre 12 % en juin. Ceci explique que le mois de juillet 2014 a été déterminant pour la plus part des agriculteurs des zones du département de Kimiti. Quant à l appréciation de la saison de pluie par les paysans, il a été ressorti que 25% représente le taux d agriculteurs parlant d un niveau pluviométrique bon alors que 75% parlent de très bon,comparativement à l année Cette proportion s inverse quant à la question de la phénologie des cultures toujours comparée à Ainsi, 75% affirment que la phénologie des cultures est bonne tandis que 25% parle de très bon. Le sorgho, le maïs et quelques espèces de mil précoces sont déjà au stade d épiaison, le sésame et l arachide quant à elles, sont au stade de floraison. Les agriculteurs du département de Kimiti ne parlent pas d un faible/moyen niveau de pluviométrie ou d évolution des cultures. Techniquement, une petite inquiétude réside cependant sur la culture de mil de variété tardive semé en juillet 2014, qui pourrait ne pas compléter son cycle si les pluies s arrêtent autours du mois de septembre (surtout qu elle est cultivée sur des sols sableux ayant moins des réserves hydriques). 3. Les contraintes liées à l activité agricole et les moyens de luttes Bien que la saison soit bonne, 100% d agriculteurs affirment qu il existe des contraintes liées à leur activité agricole. Toutefois ces contraintes varient d une zone agro-écologique à une autre. Les contraintes actuelles Inondations Ennemis de cultures Divagation Sécheresse Autres La figure ci-dessus montre que des inondations sont signalées dans presque toutes les zones de l enquête, Même si ce phénomène n est considéré actuellement comme une catastrophe, il peut 3

4 être considéré comme le plus grand risque à suivre, selon l évolution des précipitations. La divagation des animaux est fréquente (50%) suivie des problèmes d ordre phytosanitaires. Les ennemis de cultures sont cependant moindres à cause de l excès de précipitations de cette année qui jouent un rôle favorable contre certaines espèces de chenilles et coléoptères des céréales. Nous notons toutefois la présence de quelques pucerons noirs de l arachide. Rien d alarmant à signaler. 4. Stock céréalier des ménages et stratégie d adaptation jusqu à la prochaine récolte Actuellement, Le stock céréalier moyen par ménage est d environ 44 kg (17 coros, en mesure locale). Stratégie d'adaptation developpées par les ménages Collecte et vente de bois de chauffe Vente du bétail Emprunt d argent Exode Vente de la production sur pied Travaux journaliers Réduction nombre de repas Autres 100% d agriculteurs interrogés pensent que ce stock (très souvent acheté que produit) ne pourra pas leur permettre d atteindre la prochaine récolte. Cette réponse semble logique vue la mauvaise récolte céréalière de 2013 De manière concrète, les ménages du département de Kimiti s attendent a au moins 2 mois de pure soudure. Le graphe ci-dessus nous montre les stratégies d adaptation mises en place par les ménages pour réduire les chocs. Plusieurs ménages font des travaux journaliers pour les familles nantis (sarclage des champs en général) pour acheter des céréales. Certains vendent leur bétail (petits ruminants en échange de la céréale).peu de ménages ont fait recours à la collecte puis vente de bois de chauffe, du fait de la rareté de ce dernier en saison de pluie. 5. Perspectives de la récolte % des agriculteurs interrogés ont une perception très positive de la saison et croient à une meilleure récolte cette année. De manière technique, quelques risques sont à prendre encore en compte. Une saison de pluies prolongée pourrait causer plus d inondations et des dégâts. Le programme FIM de Concern surveille également, en dehors de ces risques cités, toute éventuelle apparition des ennemis des cultures (oiseaux granivores, le charbon des épis, la fusariose, les maladies de panicules, tous nuisibles aux céréales). 4

5 Mayade Isidore (Animateur du programme FIM) en suivi d'un champ partiellement inondé au village Ridjildoute) : Photo prise par Kiram Kou hamid ( Officier agronome ) D. Conclusion Le stock céréalier des ménages est très faibles.pour s adapter, ces derniers font des travaux journaliers et décapitalisent leur cheptel. Ceci montre le caractère encore fragile de la sécurité alimentaire dans la région. Le sorgho est probablement la culture dominante cette année et se trouve au stade d épiaison en ce moment. Elle est en même temps la plus exposée aux innombrables contraintes (surtout inondations) liées aux activités agricoles. Le niveau pluviométrique est nettement supérieur à celui de 2013, ce qui résulte d une évolution phénologique plus avancée également pour l année en cours. S il n y a pas d autres contraintes majeures, la récolte pourra être meilleure. 5

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA PASISAT Projet d Appui à l Amélioration du Système d Information sur la Sécurité Alimentaire au Tchad ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA Mars

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Rapport de sortie de terrain. Groupe I Restauration Des Potentiels Productifs Des Terres Dégradées

Rapport de sortie de terrain. Groupe I Restauration Des Potentiels Productifs Des Terres Dégradées Rapport de sortie de terrain Groupe I Restauration Des Potentiels Productifs Des Terres Dégradées Site : Village de Yérimadey Gorou dans la Commune Rurale de Dantchandou Coordonnateur Dougbedji FATONDJI

Plus en détail

Sommaire Nord-est. Déc. 05 - Jan. 06 Issue 1. Système d Alerte Précoce sur la Sécurité Alimentaire PAM Programme Alimentaire Mondial.

Sommaire Nord-est. Déc. 05 - Jan. 06 Issue 1. Système d Alerte Précoce sur la Sécurité Alimentaire PAM Programme Alimentaire Mondial. Déc. - Jan. 6 Issue SAPSAP Nord-est Nouvelles: C est le premier bulletin du SAPSAP! La collecte des données vient juste de commencer dans quelques sites sentinelles. La première enquête des ménages du

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

de la production agricole Groupe 2

de la production agricole Groupe 2 Appui à l amélioration de la production agricole Groupe 2 Plan de présentation Introduction Objectifs Méthodologie Description de la zone d étude Les grandes périodes de changement Les Changements dans

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane Association : Conscientisation et Réflexion pour la Promotion de L Elevage. (ACRPE) Arrêté n 0033/MI/SP/D/DGAPJ/DLP BP : 24 Tahoua Tel : 96 59 05 77 E-mail : ass.acrpea@yahoo.fr BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

La pomme de terre primeur, un produit connu et apprécié des consommateurs

La pomme de terre primeur, un produit connu et apprécié des consommateurs Usages & Attitudes Pomme de terre primeur 2014 La pomme de terre primeur, un produit connu et apprécié des consommateurs L étude réalisée en juin 2014 par Opinionway pour le CNIPT et FranceAgriMer a pour

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Situation de la Campagne Agro-pastorale 2014/2015

Situation de la Campagne Agro-pastorale 2014/2015 Situation de la Campagne Agro-pastorale 2014/2015 Cluster Securite Alimentaire 03 September, 2014 N Djamena, Tchad Plan de la présentation Main d œuvre agricole Situation pastorale Marches céréaliers et

Plus en détail

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 45 FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES OBJECTIF A la fin de cette session, les agents de terrain devront être

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise nutritionnelle

Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise nutritionnelle EUROPEAN COMMISSION DIRECTION GENERALE DE L'AIDE HUMANITAIRE - ECHO Décision d'aide humanitaire d urgence F9 (FED9) Intitulé : Aide humanitaire en faveur des populations maliennes affectées par la crise

Plus en détail

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack K A O L A C K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

SÉNÉGAL Rapport spécial 31 août 2015

SÉNÉGAL Rapport spécial 31 août 2015 SÉNÉGAL Rapport spécial 31 août 2015 MESSAGES CLÉS Démarrage difficile de la campagne agropastorale dans le centre et le nord du pays Cette année, le recours des paysans plus que d habitude vers les variétés

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES

PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES PASTORAUX Exemple du Parc national des Cévennes Céline VIAL (IFCE INRA) Magali JOUVEN (Supagro Montpellier) Marion ANDREAU (stagiaire VetAgroSup Clermont Ferrand)

Plus en détail

Bulletin de veille environnementale:

Bulletin de veille environnementale: Centre Régional AGRHYMET Bulletin de veille environnementale: N Spécial. Septembre 2014 Bilan à mi-parcours à la date du 30 septembre 2014 Synthèse La carte des zones favorables et défavorables résulte

Plus en détail

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Albichir Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Points saillants pour janvier 2014 No. 51 Janvier 2014 Une animation relativement bonne des marchés née de l affluence des

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du Cluster Sécurité alimentaire

Compte-rendu de la réunion du Cluster Sécurité alimentaire Compte-rendu de la réunion du Cluster Sécurité alimentaire Mercredi 13 mai 2015 Ordre du jour 1. Situation humanitaire en cours Le point sur la réponse à la soudure 2015: PAM, ECHO, FFP 2. Coordination

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC)

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) CONTEXTE & OBJECTIFS Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) Rapport de synthèse Janvier 2015 Au sortir de deux décennies

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Rapport d Evaluation

Rapport d Evaluation Rapport d Evaluation Rapid Response Mechanism RRM Badounabi Kendo, Prefecture du Mbomou 20 27 Février, 2014 Photo de maison détruite à Banoudabi Kendo, Mbomou. Présenté par l équipe RRM ACTED République

Plus en détail

Daouda Zan DIARRA, Chef de la Division Agrométéorologie

Daouda Zan DIARRA, Chef de la Division Agrométéorologie VALORISATION DU SYSTEME DE PRISE DE DECISION SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE PAR L UTILISATION DU PLUVIOMETRE PAYSAN DANS TROIS PAYS DU SAHEL (MALI, NIGER ET SENEGAL) Fiche d identification d du projet Daouda

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

CONTACTE AVEC LA COMMUNAUTE PAYSANNE POINT DE LA SITUATION ACTUELLE AU CAP VERT

CONTACTE AVEC LA COMMUNAUTE PAYSANNE POINT DE LA SITUATION ACTUELLE AU CAP VERT CONTACTE AVEC LA COMMUNAUTE PAYSANNE POINT DE LA SITUATION ACTUELLE AU CAP VERT L ARCHIPEL DU CAP VERT: LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE Latitude:14º28 N e 17º12 N Longitude: 22º40 W e 25º22 W à environ 500 km

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE SOCIETE D EXPLOITATION ET DE DEVELOPPEMENT AEROPORTUAIRE AERONAUTIQUE ET METEOROLOGIQUE PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE 1 PLAN DE

Plus en détail

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Résultats préliminaires Etude des marchés en relation avec la sécurité alimentaire, les achats locaux et les programmes de transferts

Résultats préliminaires Etude des marchés en relation avec la sécurité alimentaire, les achats locaux et les programmes de transferts Résultats préliminaires Etude des marchés en relation avec la sécurité alimentaire, les achats locaux et les programmes de transferts monétaires/coupons au Tchad N'Djamena, 3 février 2014 105 marchés couverts

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

d Assurance Agricole du

d Assurance Agricole du Compagnie Nationale d Assurance Agricole du Sénégalé www.cnaas.sn cnaas@cnaas.sn NOTRE STATUT Fruit d un Partenariat Public Privé, la CNAAS est une société anonyme avec Conseil d Administration dadministration

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DES MENAGES AU NIGER (janvier 2011) RESUME EXECUTIF (février 2011)

ENQUETE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DES MENAGES AU NIGER (janvier 2011) RESUME EXECUTIF (février 2011) 1 République du Niger ENQUETE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DES MENAGES AU NIGER (janvier 2011) RESUME EXECUTIF (février 2011) CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ENQUÊTE Le Niger est classé parmi les plus pauvres

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC

Quelques résultats d une enquête de la FTU pour la FEC NOTES NOTES ÉDUCATION PERMANENTE N N 18 2007-16 OCTOBRE - AOÛT 2005 2007 ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031 BRUXELLES RUE DE L ARSENAL, 5 B-5000 NAMUR

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

Point de vue des parents et des fournisseurs de services

Point de vue des parents et des fournisseurs de services Éducation prénatale en Ontario Point de vue des parents et des fournisseurs de services En 2014, le Centre de ressources Meilleur départ a entrepris de consulter des femmes et leur partenaire établis en

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Des conditions presque normales à humides ont été enregistrées dans une grande partie du secteur

Plus en détail

Communiqué de presse 18 Décembre 2012

Communiqué de presse 18 Décembre 2012 Tendances touristiques : 1 ère vague de l Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM Atout France Communiqué de presse 18 Décembre 2012 Le début de saison est perçu comme meilleur que l an passé

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Perception et adoption de l agrosylviculture :

Perception et adoption de l agrosylviculture : Perception et adoption de l agrosylviculture : résultats des enquêtes menées en Gaspésie auprès des agriculteurs, des propriétaires de terres agricoles et de la population résidente Bertrand Anel, coordonnateur

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail Amadou SIDIBE, IER 1 Plan de la présentation Présentation du Mali Sites du projet et espèces Partenaires du

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE)

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) Place Charmant: 11-13 Septembre2012 Table des Matières Contexte Aperçu

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21

4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21 4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21 Agir efficacement contre le changement climatique 12 et 13 mars 2015 Changements Climatiques au Niger Rabiou Hassane Yari Tél: +227 96 98 22 89 Email:

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Conversion et e-commerce : la fidélité prime

Conversion et e-commerce : la fidélité prime Conversion et e-commerce : la fidélité prime Etude réalisée du 1 er au 28 février 2010 sur un périmètre de 8 sites d e-commerce audités par AT Internet. Les sites d e-commerce ont de plus en plus le vent

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES

WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES PROGRAMME PROMOTION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN AFRIQUE DE L OUEST FICHE INNOVATION AU SENEGAL WARRANTAGE POUR SECURISER ET VALORISER LES CEREALES Grâce à l obtention d un crédit garanti par le stockage

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ATELIER DE VALIDATION DES RÉSULTATS DE LA PHASE II 20 ET 21 JUILLET 2011 . Introduction La BOAD a

Plus en détail

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, )

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, ) 04/10/2007 Pascal Lemonnier Éric Lagandré Evaluation évolution énergétique des OPAH : Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

Analyse du bilan prévisionnel de la campagne agropastorale

Analyse du bilan prévisionnel de la campagne agropastorale 28 è Réunion annuelle du Réseau de prévention des crises alimentaires Ouagadougou, Burkina Faso, 04-06 décembre 2012 Analyse du bilan prévisionnel de la campagne agropastorale 2012-2013 Maty BA DIAO Chef

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ---------------- Cabinet du Président Délégation générale à la protection sociale et à la Solidarité

Plus en détail

Quel avenir pour les métiers de la restauration collective?

Quel avenir pour les métiers de la restauration collective? ÉTUDE PROSPECTIVE Étude prospective 2010 Quel avenir pour les métiers de la restauration collective? Hôtellerie - Restauration & Activités de loisirs Comprendre et agir aujourd'hui pour relever les défis

Plus en détail

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE S E D REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

ANACAPH/Colloque sur le Crédit

ANACAPH/Colloque sur le Crédit ANACAPH/Colloque sur le Crédit Caisse Populaire Fraternité, (CPF) «Financement des réchauds à gaz propane pour des ménages en milieu rural et urbain» Présentation de la Caisse Fraternité du Cap Date de

Plus en détail