FINANCEMENT DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FINANCEMENT DES ENTREPRISES"

Transcription

1 FINANCEMENT DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR UNE STRATÉGIE DURABLE AVEC LA COLLABORATION DE JUIN 2013

2 FINANCEMENT DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR UNE STRATÉGIE DURABLE

3 ÉDITEUR RESPONSABLE Stefan Maes, rue Ravenstein 4, 1000 Bruxelles RESPONSABLE DES PUBLICATIONS Stefan Maes RÉDACTION Eric Bastin, Werner Lapage, Johan Van Praet, Dirk Vandendaele MISE EN PAGE Vanessa Solymosi, Landmarks IMPRESSION Geers Offset DÉPÔT LÉGAL D/0140/2013/6 Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands Le contenu de cette brochure est disponible sur le site (Publications > Publications gratuites) Les informations contenues dans la présente brochure ont été rassemblées avec le plus grand soin possible par les experts de BDO. BDO et/ou la FEB ne peuvent en aucune manière être tenus pour responsables d éventuelles informations incomplètes ou erronées contenues dans la brochure. BDO et/ou la FEB ne peuvent en aucun cas être tenus pour responsables d éventuels dommages directs, indirects, secondaires, économiques ou consécutifs découlant de l utilisation des informations ou données tirées de la présente publication. Toute reproduction et/ou publication d un extrait quelconque de cette publication, par des moyens électroniques ou autres, en ce compris les systèmes d information automatiques, sont interdites sauf autorisation écrite préalable de l éditeur, à l exception de brèves citations aux fins de recension.

4 ENTREPRISES ET POUVOIRS PUBLICS : œuvrer ensemble pour un financement fort Pour croître, l entreprise a besoin de financement. C est pourquoi il est important que l entrepreneur soit constamment attentif à la structure de financement de son entreprise. Celui qui peut présenter des chiffres solides convaincra plus facilement les investisseurs de lui fournir des capitaux ou du crédit. Or, aujourd hui cela semble plus difficile que jamais à réaliser. Si les capitaux et les crédits disponibles dans notre pays restent suffisants pour financer un dossier d investissement consistant, les fournisseurs de capitaux et de crédit sont toutefois moins enclins à offrir un financement. De plus, la crise affecte les résultats des entreprises, qui disposent dès lors de moins de moyens propres pour financer de nouveaux investissements. Les pouvoirs publics sont pour le moins coresponsables de la création d un environnement permettant l accès au financement à des prix compétitifs. Ils doivent d abord rétablir la confiance économique. Ils doivent remettre les finances publiques en ordre, poursuivre les réformes amorcées en 2012 et prendre les mesures adéquates pour rétablir la compétitivité de nos entreprises. Par ailleurs, les pouvoirs publics doivent créer d urgence les conditions nécessaires pour un climat favorable aux entreprises. Les entreprises pourront ainsi générer suffisamment de bénéfice pour en réinvestir une partie. Dans ce contexte, il importe de cesser de remettre en question la déduction des intérêts notionnels. Cette mesure a en effet permis de réduire la discrimination fiscale entre le financement assuré par des fonds extérieurs et le financement par fonds propres. La structure du capital des entreprises belges s est ainsi substantiellement améliorée, ce qui leur a permis de mieux affronter la crise de 2008 et des années suivantes. Enfin, les pouvoirs publics doivent savoir que des impôts supplémentaires sur l épargne et les placements saperont l esprit d entreprise, car la rémunération nette que l entrepreneur reçoit pour les risques importants qu il prend souvent doit contrebalancer ses efforts et ce risque. Le même raisonnement peut s appliquer aux fournisseurs FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 3

5 de capitaux. Des impôts complémentaires affecteraient la volonté des investisseurs de prendre des risques et compliqueraient donc encore le financement des entreprises. Mais les chefs d entreprise ne peuvent se croiser les bras. Il existe une corrélation entre la bonne préparation d une demande de financement et la probabilité d obtenir ce financement. En bon père de famille, le chef d entreprise doit donc avoir une bonne connaissance des finances de sa société et constituer un dossier étayé. L entrepreneur qui souhaite faire financer un projet constatera qu il existe un large éventail d instruments de financement, dont certains présentent des avantages et des inconvénients marqués, selon les circonstances. Il existe une solution sur mesure pour chaque besoin de financement spécifique, avec pour conséquence que l arbre cache parfois la forêt. C est la raison pour laquelle nous avons décidé de publier cette brochure. Elle a été rédigée par les experts financiers de BDO et donne une vue d ensemble des principaux modes de financement. Elle aide le chef d entreprise à financer sa société de manière optimale et illustre la théorie par des exemples pratiques. Un ouvrage indispensable pour tout chef d entreprise qui veut croître. Nous vous souhaitons bonne lecture. Pieter Timmermans Administrateur délégué FEB Hans Wilmots CEO BDO 4 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

6

7 FINANCEMENT DES ENTREPRISES SOMMAIRE INTRODUCTION 3 LE CLIMAT ÉCONOMIQUE FREINE LE FINANCEMENT 8 GLOSSAIRE 10 COMMENT S ARTICULE CETTE BROCHURE? À chaque entreprise et à chaque projet son financement La maturité d une entreprise À chaque moment son financement À chaque projet son financement 15 CASE ThromboGenics La bourse, vecteur de confiance Les facteurs déterminants d une structure financière idéale Lire et interpréter les chiffres La règle d or du bilan Monde de la comptabilité versus monde du cash Principes de base de l analyse financière Les besoins de financement d une entreprise La décision concernant la structure du capital 25 CASE Fonds de participation Qu est-ce qui vous retient encore vous ou votre banque? L approche conservatrice L approche agressive L approche mixte Timing et flexibilité Les diverses sources et formes de financement Capital Family, Friends & Fools Business angels Private equity - venture capital - hedge funds 31 CASE Ateliers Cerfontaine Équilibre entre participation, fonds propres et crédit bancaire 32

8 1.4. La bourse Quasi-capital Stabilité Obligations convertibles Instruments financiers hybrides Les dettes senior 39 CASE Omega Pharma Un emprunt obligataire pour plus de flexibilité, d autonomie et une meilleure répartition des risques Les dettes bancaires Les sûretés Les risques Les sûretés Les sûretés réelles Les sûretés personnelles Les sûretés morales Les éléments clés d une levée de fonds efficace La préparation Convaincre les investisseurs ou les banquiers Négociation et conclusion 57 CASE Schyns Le concessionnaire Peugeot Schyns prêche pour la confiance et la simplicité Aspects fiscaux liés au financement Financement par fonds propres Capital Compte courant associé (financement par quasi-fonds propres) Financement par fonds empruntés Déductibilité des intérêts Précompte mobilier 69 CONCLUSION 70 SOURCES 72

9 LE CLIMAT ÉCONOMIQUE FREINE LE FINANCEMENT La conjoncture économique morose persistante inquiète de nombreux dirigeants d entreprise. Outre les problèmes étroitement liés à la crise, tels qu une stagnation des ventes et des reports d investissements, il leur est également plus difficile aujourd hui d obtenir un financement pour leurs activités économiques. Les causes de ces difficultés sont diverses. Tout d abord, de nombreuses entreprises éprouvent, précisément à cause de la crise, plus de difficultés à financer des activités via leurs fonds propres. L état précaire de l économie affecte en effet considérablement la rentabilité des entreprises. Les chiffres de la Banque nationale de Belgique montrent par exemple que le résultat net des entreprises, après une diminution de plus de 20% en 2009, se situe toujours 10% en deçà du niveau d avant la crise. Or, il est une règle économique selon laquelle une entreprise doit idéalement financer en partie ses investissements sur fonds propres. La méfiance émousse le goût du risque Ensuite, il est moins aisé pour les entreprises d attirer des fonds externes. Cette situation est, elle aussi, partiellement imputable à la rentabilité plus faible des entreprises qui, à son tour, peut affecter leur capacité de remboursement. De ce fait, le risque de défaut de paiement, aussi appelé risque de crédit, augmente et rend le créancier moins enclin à octroyer un prêt. La crise financière et économique actuelle s est par ailleurs doublée d une crise de confiance. Sur les marchés financiers, cette incertitude grandissante atténue considérablement le goût du risque des investisseurs. Dans de nombreux cas, on constate une fuite des actions vers des placements plus sûrs, tels que des obligations d État. Les grandes entreprises peuvent encore en profiter en émettant elles-mêmes des obligations d entreprise, mais c est loin d être le cas pour une PME moyenne. Globalement, il y a donc moins de capital à risque disponible pour les entreprises. Fort heureusement, il n est pas véritablement question d un credit crunch généralisé dans notre pays. Les chiffres de la Banque nationale le confirment à nouveau : 8 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

10 l octroi de crédits bancaires à des sociétés non financières a, en 2012, augmenté en moyenne de 2,1% sur une base annuelle. Dans la zone euro, ce rythme de croissance est même négatif depuis juin Le taux d intérêt moyen sur les nouveaux crédits d entreprise est un des plus faibles et des plus stables de la zone euro. Cependant, on ne peut nier qu en Belgique aussi, les petites entreprises et les indépendants, les secteurs sensibles à la crise et les entrepreneurs tournés vers l exportation se heurtent plus fréquemment aujourd hui à un refus catégorique de leur banque. En temps de crise, les banques sont beaucoup plus réticentes à octroyer des crédits lorsque le risque de perte est trop important. Pénurie liée à des interventions structurelles Les explications conjoncturelles aux problèmes liés à l obtention d un financement suffisant sont une chose. La chute de l offre de financement est par ailleurs aggravée par certaines évolutions structurelles. Ainsi, les projets destinés à renforcer le cadre légal pour les institutions financières (p. ex. Bâle-III, Solvency-II, ) sont déjà bien avancés. À moyen terme, ils peuvent également influencer significativement l accès au financement à prix compétitif pour les entreprises. Bien que ces nouvelles règles ne soient pas encore définitives, différents éléments indiquent une possible pénurie des financements à long terme dont les crédits d investissement sur plus de 7 ans et de la mise à disposition de capital à risque. La série de nouvelles règles internationales entrera très probablement en vigueur le 1 er janvier 2014 pour les banques européennes. Avec ces défis en perspective, il est clair que la garantie d un accès aisé au financement restera encore un thème prioritaire dans les prochaines années. Pour financer ses projets d investissement et sa croissance, le chef d entreprise doit plus que jamais se tenir informé des différentes formes de financement et de leurs avantages et inconvénients respectifs. FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 9

11 GLOSSAIRE Prêt subordonné : contrat de prêt dont le remboursement au créancier est subordonné au paiement préalable d autres créanciers aux conditions convenues. Business Angels : (ex-)entrepreneurs qui veulent investir dans des entreprises débutantes prometteuses ou à croissance rapide. L investissement moyen se monte entre EUR et EUR. Outre leur soutien financier, ils offrent aussi à l entrepreneur leurs années d expérience et d expertise. Crowdfunding : forme alternative de financement qui sollicite le grand public sans l intermédiation des acteurs traditionnels (banques, pouvoirs publics, private equity,...). L investisseur particulier prend une part au capital de la société et finance de cette manière les projets d entreprise. Peer-to-peer lending : alternative du crowdfunding où le dispensateur de crédit octroie un prêt sans devenir actionnaire (minoritaire). Quasi-capital : ressources financières qui présentent des caractéristiques les rapprochant à la fois des instruments de capitaux et des instruments de dettes. Ces ressources n ont pas la nature comptable de fonds propres mais en possèdent certaines caractéristiques, que ce soit par leur stabilité, leur conversion potentielle en capital ou encore leur rémunération. Exemples : les emprunts subordonnés, les obligations convertibles, les emprunts mezzanines et les emprunts participatifs. Straight loan : ou «avance à terme fixe» est un crédit de court terme spécialement dédié aux besoins de liquidités importants. Contrairement au crédit de caisse, sa durée, son taux d intérêt et son montant sont fixés à l avance. Thin capitalisation (debt equity ratio) : ou «régime de sous-capitalisation» limite la déduction (fiscale) des intérêts pour les sociétés qui ont un capital proportionnellement bas et des emprunts élevés. La majorité des pays de l OCDE combattent cette pratique par des règles relatives à la sous-capitalisation («thin cap rules»), qui diffèrent d un pays à l autre. Private equity : dénomination générale du capital (fonds propres) collecté auprès de tiers, en dehors de la bourse. Venture capital : investissement dans une jeune entreprise. Aussi appelé capital à risque. 10 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

12 COMMENT S ARTICULE CETTE BROCHURE? La garantie d un accès aisé au financement est une priorité et le restera dans les prochaines années. Cette brochure présente en six chapitres une vue d ensemble et des points de repère dans le vaste monde des possibilités de financement et de leurs mécanismes sous-jacents. Les principes théoriques sont illustrés par divers exemples pratiques reprenant des témoignages de chefs d entreprise qui expliquent l impact stratégique de leurs choix et de leur tactique de financement. Dans le premier chapitre, nous expliquons qu il existe un financement adapté pour chaque entreprise ou chaque projet. Dans chaque situation, l entreprise devra rechercher le type de crédit le mieux adapté à son besoin de financement. L entrepreneur qui recherche un financement sera bien avisé d examiner minutieusement ses états financiers. Telle est l approche retenue pour le deuxième chapitre dans lequel nous détaillons les déterminants de la structure financière idéale. Le chef d entreprise doit tendre vers un équilibre entre la structure de ses actifs en ce qui concerne tant leur taille que leur durée de vie d une part et sa structure financière d autre part. Lorsque la structure des avoirs est saine, il convient de trouver la source de financement la mieux adaptée à l objectif à court ou long terme. L entrepreneur aura à choisir en gros entre deux sources de financement : le capital ou l endettement. Le chapitre trois analyse les diverses sources et formes de financement, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients spécifiques. Sachez aussi que lorsqu un investisseur ou une banque met à disposition une partie de son patrimoine et de ses liquidités pour un projet, il exigera des garanties. Il est en effet logique que le financier souhaite se prémunir des risques et surtout de leurs possibles conséquences financières. Ces garanties ou sûretés font l objet du quatrième chapitre. L essentiel en fin de compte est de bien préparer tous les choix stratégiques et de les transposer dans un dossier de financement qui renforce vos chances de réussite. Le cinquième chapitre liste les ingrédients nécessaires pour une levée de fonds efficace. Enfin, le sixième et dernier chapitre aborde des points d attention et pistes de réflexion utiles pour faire en sorte que le financement s effectue dans de bonnes conditions fiscales. Le choix d une forme de financement (par fonds propres ou par endettement auprès de tiers) a en effet des répercussions fiscales importantes. FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 11

13 01 À chaque entreprise et à chaque projet son financement

14 Le crédit est un acte par lequel une personne physique ou morale (sens général) ou une banque ou un organisme financier (sens particulier) effectue une avance de fonds. Mais le terme crédit renvoie également à la confiance, au respect, à la considération dont bénéficie quelqu un ou quelque chose. En témoigne l étymologie du mot, qui vient du latin credere, croire. Une entreprise peut financer ses projets sur la base de fonds propres ou de fonds empruntés. Un actionnaire qui fournit du capital (supplémentaire) à une société a automatiquement ou fondamentalement foi en celle-ci. En revanche, convaincre un tiers de mettre son argent à la disposition d une entreprise demande en général d importants efforts. 1 LA MATURITÉ D UNE ENTREPRISE Faire crédit à une entreprise, c est lui faire confiance, c est croire en elle. Une entreprise qui souhaite lever des crédits doit donc être porteuse d une certaine crédibilité. À partir de cette définition, on comprend que les banques et autres organismes de crédit consacrent le plus grand soin à l octroi de crédits. La crise et le renforcement de la réglementation bancaire ont, de surcroît, eu pour effet de durcir les critères applicables aux nouveaux financements. Gagner et entretenir la confiance de ses partenaires financiers est devenu un processus à part entière dans la vie d une entreprise. Cela explique également le professionnalisme avec lequel de nombreuses entreprises belges et européennes se mettent en quête de formes alternatives de financement. Avec à la clé une flexibilité de financement accrue. Elles souhaitent pouvoir réagir rapidement aux développements économiques et s adapter facilement à chaque type de projet à financer. Les banques ne sont plus la voie unique et naturelle pour le financement des activités industrielles ou commerciales. La réalité économique nous a projetés dans l ère de la multiplicité des solutions de financement. Dans cette brochure, nous tâchons d apporter un éclairage sur les différentes sources de financement, tout en offrant quelques clés pour entretenir ses relations bancaires dans les meilleures conditions. Il est un financement que nous n aborderons pas dans ces pages : les subsides. Que ce soit sous forme d avances récupérables, de subsides en capital ou d intervention dans des projets ou investissements bien précis, il est fortement conseillé d étudier au préalable la disponibilité de telles aides, car elles constituent une source importante de liquidité pour toute entreprise. La grande diversité des subsides disponibles (au niveau local, régional, fédéral et européen) nous ferait toutefois sortir du cadre que nous nous sommes fixé pour cette brochure. 2 À CHAQUE MOMENT SON FINANCEMENT Il est important de définir une stratégie de financement comme on définirait une stratégie d investissement. Chaque véhicule de financement doit être étudié et placé dans le contexte adéquat. Ainsi, on jugera de la pertinence du financement en fonction du type FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 13

15 d investissement qu il supporte. Quelques grands principes sont à respecter : financer un investissement à long terme avec des fonds de long terme ; payer un prix juste en fonction du risque, de la stratégie choisie et de la liberté de décision ; moins un financement sera garanti, plus il sera cher. Mais le problème est plus complexe que cela. Ainsi, cas classique et fréquent, une banque sera particulièrement frileuse à accorder sans l appui des actionnaires ou d autres tiers d importants financements à une starter qui souhaite, par exemple, investir dans un nouvel outil industriel. Il faudra donc aussi arbitrer ses choix de mode de financement en fonction du cycle de vie de la société et de la phase spécifique dans laquelle elle se trouve. Une entreprise passe par différentes phases au cours de son cycle de vie : Seed and start up stage : cette phase inclut les activités de développement et de lancement, et trouve sa place avant la commercialisation proprement dite. Au cours de cette phase, l entreprise s occupe principalement de travaux de recherche et développement (R&D), de prototypage, Early growth/bird stage : c est la période de première commercialisation qui représente souvent peu de volume et de chiffre d affaires, mais permet de vérifier la crédibilité d un projet. Fast growth stage : cette phase correspond au développement à grande échelle et à la commercialisation des produits de l entreprise. Maturity stage : la phase de reconnaissance pour une entreprise qui devient et reste leader de son marché. * 3 F : Familly, Friends & Fools, c est-à-dire le cercle proche de l entrepreneur. 14 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

16 Le schéma ci-dessous illustre les sources de financement disponibles en fonction du cycle de vie de l entreprise. À chaque phase, les modes de financement accessibles varient. En début de cycle, les investissements en capitaux seront plus importants. Par ailleurs, les intervenants seront également plus nombreux (famille, fonds privés, fonds publics, subsides, ) et la combinaison de plusieurs véhicules de financement est habituelle. L objectif est de tendre vers un financement bancaire maîtrisé, c est-à-dire un financement qui permette à la société de maintenir sa solvabilité au-dessus de 20% minimum avec un coût de financement minimal. En effet, le financement par la dette bancaire (dette senior) reste toujours moins onéreux qu un financement en capital, pour lequel l investisseur attendra un rendement substantiel afin de couvrir son risque. 3 À CHAQUE PROJET SON FINANCEMENT Dans chaque situation, l entreprise devra rechercher le type de crédit le mieux adapté à son besoin de financement. Un investissement à long terme requiert un autre type de financement qu un problème temporaire de cash-flow lié, par exemple, à l exercice d une activité saisonnière. Et les banques ne seront peut-être pas disposées à aider une entreprise à se constituer un trésor de guerre pour procéder à des acquisitions stratégiques, alors que l émission d une obligation est une bonne solution dans ce contexte. Les prochains chapitres de cette brochure aborderont tour à tour les différentes formes de financement. Cet objectif sera atteint quand la société aura démontré sa solidité et sa crédibilité. Autrement dit, au moment où la banque croira en son projet. FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 15

17 CASE THROMBOGENICS ThromboGenics LA BOURSE, VECTEUR DE CONFIANCE Alors que les revenus d un brevet en cours étaient en chute libre, ThromboGenics est entrée en bourse en 2006 pour mobiliser du capital en faveur de la recherche sur son nouveau médicament phare. Face à l imprévisibilité du climat boursier, la société de biotechnologie reste fidèle à son adage : Underpromise and overdeliver. Cette stratégie dispose favorablement les actionnaires et assure la confiance vitale du marché. Fin 2012, ThromboGenics a reçu le feu vert de la Food and Drug Administration des États-Unis pour lancer son nouveau médicament pour les yeux, Jetrea. Après dix ans de recherches qui ont coûté plus de 100 millions EUR, l entreprise biopharmaceutique ne dépend aujourd hui plus d un financement externe, mais peut, grâce à la vente du médicament vedette, puiser dans ses propres profits. ThromboGenics est l exemple type d une entreprise qui a su profiter au maximum de son introduction en bourse. Depuis notre entrée en bourse, nous sommes parvenus, en 4 augmentations de capital, à lever 214 millions EUR de cash auprès d investisseurs, déclare Chris Buyse, CFO. Nous n avons jamais émis plus de 10% d actions de notre capital autorisé. Au-delà, cela s avère compliqué et coûteux pour la société. Nous avons émis quatre fois de suite de nouvelles actions avec un cours en hausse et sans réduction. Par respect pour les petits actionnaires privés. CHOISIR LA BONNE OUVERTURE DE FAÇON PROACTIVE En sept ans, la valeur de l action a quintuplé, pour atteindre environ 40 EUR. Tout cela par les propres moyens de l entreprise, au contraire de nombreuses sociétés de biotechnologie qui optent traditionnellement pour une collaboration avec un géant pharmaceutique économiquement fort. Le tout est de choisir la bonne ouverture de façon proactive, déclare Chris Buyse. Nul ne contrôle le climat boursier, mais celui qui attend les ennuis pour chercher de l argent risque de devoir consentir des réductions trop importantes. Au préjudice des actionnaires. Mon conseil aux entreprises à forte intensité de capital : mettez de l argent de côté quand vous le pouvez, même si ce capital 16 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

18 L INTÉRÊT GRANDISSANT DES INVESTISSEURS Durant son parcours en bourse, ThromboGenics a réalisé toutes ses promesses. Mieux vaut donner sans promettre que promettre sans tenir, dit le proverbe. C est ainsi qu on gagne la confiance du marché et de ses investisseurs. Et l intérêt continue de croître. Lorsque notre valeur boursière a dépassé le demimilliard EUR, les grands fonds d investissement se sont montrés plus intéressés. Ne pas promettre trop, mais dépasser à chaque fois les attentes du marché THROMBOGENICS EST AUJOURD HUI LA PLUS GRANDE SOCIÉTÉ DE BIOTECHNOLOGIE SUR EURONEXT, BEL20. supplémentaire ne vous est pas nécessaire demain. Maintenant que nous commercialisons Jetrea, les investisseurs d Europe et des États-Unis en quête de sociétés de biotechnologie présentant moins de risques frappent également à notre porte. Le petit actionnaire privé n est-il pas exclu lors de telles transactions? Certes, mais on atténue cela en augmentant notre capital à des prix qui correspondent de près au cours de clôture. Et nous essayons de faire recoter nos actions en fin de journée pour que les actionnaires non institutionnels aient l occasion de souscrire aux mêmes conditions. FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 17

19 02 Les facteurs déterminants d une structure financière idéale

20 La conjoncture actuelle représente un défi de taille pour les entreprises. Les dispensateurs de capital ont des attentes toujours plus grandes, tandis que nombre d entreprises éprouvent toutes les peines du monde à se constituer un fonds de roulement. Les éléments fondamentaux d une bonne structure de financement sont néanmoins restés les mêmes au cours des années. Une entreprise doit tendre vers un équilibre entre, d une part, la structure de ses actifs en ce qui concerne tant leur taille que leur durée de vie et sa structure financière d autre part. Il est donc essentiel de disposer d une bonne connaissance des principes comptables et des règles qui sous-tendent l élaboration des états financiers. Financez vos projets à long terme par des ressources à long terme Un dispensateur de crédits représente généralement ces états financiers comme suit : 1 LIRE ET INTERPRÉTER LES CHIFFRES 1.1. La règle d or du bilan Le baromètre économique est à l orage depuis quelque temps. Trouver des moyens de financement supplémentaires n est souvent pas gagné d avance. Un entrepreneur ambitieux sera donc bien avisé d examiner minutieusement ses états financiers. Il doit en effet s assurer qu il dispose d une capacité de remboursement suffisante en cas de difficulté et qu il dispose d une marge sur cette capacité. Pour décider de financer ou non une entreprise, le dispensateur de crédits se basera, outre sur des éléments qualitatifs (p. ex. qualité et notoriété du management), surtout sur des éléments quantitatifs. Les comptes annuels et les budgets occupent une place importante à cet égard. Le bilan se subdivise donc en quatre grands blocs. La règle d or du bilan pour une structure financière idéale implique que les actifs immobilisés durables (p. ex. un bâtiment) doivent être financés par des fonds propres ou par des fonds empruntés à long terme. Selon cette règle d or, les actifs circulants doivent être financés par des fonds empruntés à court terme. Une entreprise qui finance des opérations à long terme au moyen de crédits à court terme finira par se mettre elle-même en danger. En effet, elle fera face à des difficultés de paiement si certains créanciers à court terme (p. ex. les fournisseurs) ne sont pas disposés à renouveler leurs dettes. Parmi les sources de financement à long terme, il y a le capital (via la bourse ou le FINANCEMENT DES ENTREPRISES FEB 19

21 capital-risque), les obligations d entreprise, le financement intragroupe, les crédits d investissement ou encore les contrats de leasing. Dans la famille des moyens de financement à court terme, on retrouve les crédits fournisseurs, les crédits de caisse, les crédits d escompte et les crédits à l exportation. Lors de l analyse de comptes annuels, il faut être conscient des limites auxquelles sont soumises les données comptables. Ainsi, les éléments de l actif, dans le droit comptable, sont généralement évalués à leur valeur d acquisition. Cependant, un bailleur de fonds attachera plus d importance à la valeur réelle (incluant les plus ou moins-values éventuelles) qu à la valeur d acquisition initiale d un actif. C est pour cette raison qu il faut, en lisant le bilan, déduire les actifs immobilisés incorporels des fonds propres et évaluer les participations dans d autres entreprises à leur juste valeur. Il est conseillé, dans cette optique, de réaliser un rapport d expertise pour un vieux terrain ou un bâtiment vétuste afin d obtenir un financement externe supplémentaire. Le cash-flow (flux de trésorerie) d une entreprise, sur une période donnée, s obtient en corrigeant le résultat net comptable des charges non décaissées et produits non encaissés. L inconvénient du cash-flow en tant que chiffre est qu il ne représente qu un cliché instantané des liquidités, ce qui, en soi, ne dit pas grand-chose sur la situation de l entreprise. En effet, un compte bancaire bien garni à la date du bilan n offre aucune certitude que les capitaux ne partiront pas vers les fournisseurs ou autres créanciers dans les jours qui suivent. Une analyse du cash-flow est plus révélatrice. Celle-ci se concentre sur les sources et l utilisation des fonds d une entreprise et permet d observer l évolution de ces fonds entre deux moments consécutifs. Dans l exemple ci-dessous, la situation bancaire d une entreprise évolue entre N-1 (10.000) et N (14.500). L analyse du cash-flow offre un aperçu de l évolution des fonds dans l entreprise entre ces deux moments Monde de la comptabilité versus monde du cash Là où le compte de résultat constitue, conformément aux principes comptables, un reflet des profits diminués des coûts (= bénéfice ou perte), le bailleur de fonds prêtera plutôt attention aux flux de trésorerie. Ce qui fausse la situation, ce sont les amortissements, et par extension, tous les coûts qui ne génèrent pas de décaissements ou les bénéfices qui n alimentent pas la banque. Le bailleur de fonds ne s attarde pas vraiment sur l étalement annuel du coût d un investissement, mais plutôt sur la mesure dans laquelle les investissements ont été payés avec les fonds propres et sur les investissements pour lesquels des dettes sont toujours impayées. 20 FEB FINANCEMENT DES ENTREPRISES

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 23

guide du créateur d entreprise 23 03 Rédiger un business plan guide du créateur d entreprise 23 1. Un mot sur le business-plan (plan d affaires) Pour commencer L élaboration d un business plan constitue la préparation idéale pour les négociations

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+ 1 Vade-Mecum des demandes de crédit 2 TABLE DES MATIERES A. Terminologie 3 B. Le groupe-cible et les caractéristiques 7 C. Critères a) Critères de recevabilité b) Critères d évaluation 9 D. La demande

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel. Financement mixte. Les temps ont changé

Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel. Financement mixte. Les temps ont changé Une stratégie structurée de financement des entreprises Partie 1 : Le contexte actuel Financement mixte Par MARK EIKELAND, CGA Les temps ont changé Où se trouve l argent? Financement mixte D autres raisons

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque VIII. financement Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque Ce chapitre expose les différentes sources de financement à disposition ainsi que leurs

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Contexte du présent carnet Chapitre 1 Le financement quand la propriété demeure familiale Le PDG de la PME devra un jour laisser sa

Plus en détail

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008 Principes d octroi de crédit et rôle des garanties Eric Schneider 25.01.2008 Introduction «Mieux vaut un bon crédit en blanc qu un crédit mal garanti» Vieil adage bancaire Responsabilité Principes d octroi

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP

MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP MANUEL D UTILISATION DU PLAN START-UP Ce document a pour but de fournir des informations aux entrepreneurs, investisseurs et citoyens intéressés par le Plan Start-up.

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Commerzbank AG Certificats Factors

Commerzbank AG Certificats Factors Commerzbank AG Certificats Factors Corporates & Markets Produits présentant un risque de perte en capital. Les instruments dérivés présentés sont soumis à des risques (voir les facteurs de risque sur la

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Comment établir des projections financières pour ma PME? LE REVISEUR & L ENTREPRISE

Comment établir des projections financières pour ma PME? LE REVISEUR & L ENTREPRISE Comment établir des projections financières pour ma PME? LE REVISEUR & L ENTREPRISE Table des matières 1. Le plan financier: une réflexion sur le futur 3 2. Le plan financier préscrit par le Code des sociétés

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

PARTIE 1 Analyse financière, besoins de financement et conditions d octroi des crédits... 17

PARTIE 1 Analyse financière, besoins de financement et conditions d octroi des crédits... 17 Préface... 5 Le Centre de Connaissances du Financement des PME Le CeFiP... 5 Un vade-mecum pour réussir le financement d un projet... 6 Conclusion... 7 Les auteurs... 9 Serge Peffer... 9 Édouard Abbeloos...

Plus en détail

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Résumé La présente brochure d information est mise à la disposition des actionnaires suite à la convocation à l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Exemple de dossier de crédit bien documenté 1. Demande de crédit par un emprunteur existant

Exemple de dossier de crédit bien documenté 1. Demande de crédit par un emprunteur existant Exemple de dossier de crédit bien documenté 1 Demande de crédit par un emprunteur existant Légende : le texte en noir correspond à la contribution de l emprunteur et de son conseiller. Le texte en bleu

Plus en détail

Service Actions. l Discipline en matière d actions l

Service Actions. l Discipline en matière d actions l Service Actions l Discipline en matière d actions l Pourquoi investir en actions? Les actions génèrent à long terme un rendement supérieur à celui des obligations. À une seule condition : que vous ne mettiez

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

ir value.com Le Fundamental Value Indicator

ir value.com Le Fundamental Value Indicator éducatif Le Fundamental Value Indicator Le Fundamental Value Indicator (voir image en page 6) brosse en un tableau la valeur d une entreprise et de son équipe dirigeante. Il illustre en une seule image

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties AG Life Equities World 5 100% en actions, répartition 1,75 % AG Life Opportunities World 5 Ce fonds investit dans plusieurs groupes d'actifs. 2,00 % AG Life Equities Euro 6 100% en actions européennes

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

CBC Banque et Assurance : qui sommes nous?

CBC Banque et Assurance : qui sommes nous? CBC Banque et Assurance : qui sommes nous? Modèle de Distribution : Placements & Gestion d actifs PARTICULIERS Retail Banking Personal Banking Banque Privée PROFESSIONNELS Professions Libérales Indépendants

Plus en détail

La balance des paiements et la position

La balance des paiements et la position La balance des paiements et la position extérieure globale selon le BPM6 1. Introduction La balance des paiements de la Belgique est l état statistique qui récapitule de façon systématique les transactions

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail