Journées Parisiennes de Pédiatrie 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journées Parisiennes de Pédiatrie 2011"

Transcription

1 JOURNÉES PARISIENNES DE PÉDIATRIE Comité d organisation : Y. AUJARD, P. BOUGNÈRES, B. CHABROL, G. CHÉRON, G. DESCHENES, D. DEVICTOR, A. FISCHER, J. GAUDELUS, D. GENDREL, E. GRIMPREL, P. LABRUNE, F. LECLERC, G. LEVERGER, M. TARDIEU Journées Parisiennes de Pédiatrie 2011 Vendredi 7 et samedi 8 octobre 2011

2 4 SOMMAIRE TABLE RONDE 1 L asthme de l enfant Organisateur : J. DE BLIC Asthme de l enfant : les examens clés du diagnostic page 11 C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET Prise en charge de l'asthme de l'enfant : quels traitements choisir? page 21 J.-C. DUBUS, M. DAVID, V. BRESSON, A. CARSIN, E. BOSDURE, N. STREMLER-LE BEL Asthme : Adapter le traitement au contrôle page 27 A. DESCHILDRE, C. DELVART, C. SANTOS, C. THUMERELLE L immunothérapie spécifique : le présent et le futur page 33 N. PHAM THI Prise en charge d un asthme difficile page 39 J. DE BLIC TABLE RONDE 2 Cytopénies Autoimmunes Organisateur : G. LEVERGER Prise en charge du PTI aigu de l'enfant page 47 T. LEBLANC, N. ALADJIDI, G. LEVERGER Purpuras thrombopéniques immunologiques chroniques de l enfant page 57 G. LEVERGER, M.-F. COURCOUX, N. ALADJIDI, T. LEBLANC Anémies hémolytiques auto-immunes de l enfant, données de la cohorte française, prise en charge thérapeutique page 65 N. ALADJIDI, G. LEVERGER, T. LEBLANC, C. PONDARRE, Y. PEREL Le syndrome lymphoprolifératif auto-immun par déficit en FAS page 77 B. NEVEN, A. MAGERUS-CHATINET, F. RIEUX-LAUCAT, A. FISCHER

3 5 TABLE RONDE 3 Unités de Surveillance Continue : quels enfants et pourquoi? Organisateur : F. LECLERC Aspects réglementaires des USC pédiatriques et valorisation des séjours page 89 J.-P. BLERIOT Evaluation du risque d aggravation chez les enfants hospitalisés page 93 S. LETEURTRE, F. LECLERC Analyses des causes de plaintes concernant les urgences de l enfant page 103 A. MARTINOT, A. NAJAF-ZADEH, F. DUBOS TABLE RONDE 4 Travaux des lauréats du DES de Pédiatrie - Ile-de-France Travaux ayant reçu les félicitations du jury à la session d octobre Prise en charge des adolescents et jeunes adultes en fin de vie en oncologie pédiatrique page 111 S. COHEN-GOGO, dirigée par Laurence Brugières Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant page 117 G. VOTTIER, dirigée par Stéphane Dauger Niveau de réplication et résistance virale à 6 mois d une 1 ere ligne associant un inhibiteur non nucléosidique chez l enfant infecté par le VIH-1 au Mali page 123 D. GERMANAUD, A. DERACHE, M. TRAORE, Y. MADEC, H. COULIBALY, M. SYLLA, V. CALVEZ, A.-G. MARCELIN Etude clinico-immunologique de garçons porteurs de mutations de NEMO page 127 N. LANZAROTTI, dirigée par Capucine Picard Le syndrome de déficit en transporteur du glucose de type I (GLUT1-DS) : une encéphalopathie traitable à ne pas méconnaître page 131 M. HULLY, dirigée par Nadia Bahi-Buisson

4 6 MISES AU POINT Tolérance à long terme des traitements par l'hormone de croissance recombinantepage 137 J.-C. CAREL, F. LANDIER, J. COSTE érapie génique des maladies du système hématopoïétique page 143 M. CAVAZZANA-CALVO, P. LEBOULCH, O. NEGRE, E. PAYEN, A. FISCHER, S. HACEIN-BEY-ABINA Quid du traitement des maladies lysosomales en 2011? page 153 B. CHABROL, B. HERON, C. CAILLAUD L allogreffe de cellules souches hématopoïétiques en 2011: quelles maladies? Quels greffons? Quelles techniques? page 161 J.-H. DALLE MISES AU POINT Les urgences pédiatriques: jusqu'à 18 ans! page 173 R. DE TOURNEMIRE, F. PICARD DIEVAL L'évaluation pédopsychiatrique de l'adolescent aux urgences page 181 J. CHAMBRY Les syndromes myocloniques du grand enfant page 185 H. MAUREY, V. BOUILLERET Les épilepsies focales idiopathiques page 195 J. MOTTE, A. DE SAINT MARTIN MISES AU POINT Infections à pneumocoques et vaccins : expérience du vaccin conjugué 7-valent et quelle surveillance envisager après l'introduction du vaccin 13-valent? page 205 E. GRIMPREL, C. LEVY, E. BINGEN, E. VARON, R. COHEN, J. GAUDELUS Evitabilité des infections bactériennes sévères de l'enfant page 217 E. LAUNAY, E. MARTIN, T. BLANCHAIS, R. ASSATHIANY, A. MARTINOT, M. CHALUMEAU, C. GRAS-LE GUEN Procalcitonine et Pneumonies aiguës communautaires page 223 J. COHEN, M. CHALUMEAU, J. RAYMOND, D. GENDREL

5 7 MISES AU POINT Pathologies du surfactant et détresses respiratoires proches du terme page 233 F. FLAMEIN, L. GUILLOT, R. EPAUD Faut-il traiter un canal artériel persistant chez l extrême prématuré? page 241 A. ROLLAND, D. DIOMANDE, S. SHANKAR AGUILERA, V. ZUPAN-SIMUNEK, P. BOILEAU Dépistage anténatal des malformations pulmonaires : conduite à tenir page 249 J. BOUBNOVA, C. GRAPIN-DAGORNO, M. LARROQUET Pyélonéphrite du nourrisson et de l enfant : traitement PO ou IV page 259 G. CHERON, N. BOCQUET, J.-P. JAÏS MISES AU POINT Hypertension artérielle pulmonaire de l'enfant : nouvelles alternatives thérapeutiques page 265 F. GODART Aspects génétiques de la surdité page 271 S. MARLIN, L. JONARD, M. LOUHA, S. PONG, F. DENOYELLE Actualités sur la prise en charge des glycogénoses avec atteinte hépatique page 275 A. MOLLET BOUDJEMLINE, P. TRIOCHE EBERSCHWEILER, A.-H. BURON, V. GAJDOS, P. LABRUNE Approche physiopathologique des cholestases hépatocytaires génétiques de l enfant page 281 E. GONZALES, E. JACQUEMIN MISES AU POINT Avancées récentes dans le Syndrome de Marfan page 293 C. STHENEUR, M. JOURNEAUX, B. CHEVALLIER Utilisation du rituximab dans le syndrome néphrotique idiopathique de l'enfant page 305 A.-L. SELLIER-LECLERC, V. BAUDOUIN, T. ULINSKI, G. DESCHENES Evolution et traitement des polyradiculonévrites chroniques de l'enfant page 315 J.-M. PEDESPAN, S. CABASSON, F. RIVIER Le syndrome de Cockayne page 321 V. LAUGEL, A. ZALOSZYC, C. OBRINGER, M. KOOB

6 8

7 9 TABLE RONDE 1 L asthme de l enfant Organisateur : J. DEBLIC

8 10

9 11 ASTHME DE L'ENFANT : LES EXAMENS CLÉS DU DIAGNOSTIC par C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET La prévalence cumulée de l'asthme de l'enfant est de 12 à 13 %, et 7 % à 9 % des enfants et adolescents ont un asthme actif [1], et prédomine dans l enfance chez le garçon. L'asthme est par conséquent la première des maladies chroniques pédiatriques, avec une morbidité qui reste importante (57 % des séjours hospitaliers concernent des enfants de moins de 15 ans) et une mortalité heureusement faible (66 patients de moins de 15 ans entre 2000 et 2006) [2]. La prise en charge de l'asthme s'impose de fait comme une priorité de santé publique, dont la première étape passe par le diagnostic. UNE MALADIE SOUS DIAGNOSTIQUÉE, ET PAR CONSÉQUENT SOUS TRAITÉE Le diagnostic de l'asthme reste en effet d'actualité avec la persistance d'enfants symptomatiques, récurrent pour lequel le diagnostic n'est pas posé. En France, il existe une grande disparité entre la présence des symptômes et les traitements proposés ; un peu plus d'un enfant sur quatre n'a pas de traitement de fond alors qu'il présente des symptômes caractéristiques d asthme [3]. D'autre part, les examens complémentaires sont peu prescrits, 38 % de cette large étude avait bénéficié d'une évaluation de leur fonction respiratoire. Une autre étude portant sur des enfants hospitalisés confirme une connaissance insuffisante de la maladie asthmatique de l'enfant, et particulièrement chez le jeune enfant [4]. Dans cette étude, 2/3 des enfants présentent des facteurs de risques et auraient pu être mieux contrôlés, en particulier en adaptant leur traitement. Ces données françaises confirment donc la nécessité de se poser la question d'un asthme devant tous symptômes respiratoires récurrents chez l'enfant. LE DIAGNOSTIC DE L'ASTHME REPOSE ESSENTIELLEMENT SUR L'INTERROGATOIRE Le diagnostic habituel de l'asthme repose sur une définition clinique, fonctionnelle et physiopathologique [5]. L'asthme se caractérise par la survenue d'exacerbations de gravité variable, caractérisées par une dyspnée à prédominance expiratoire, avec des sibilants à l'auscultation et

10 12 C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET pouvant être spontanément réversible. Sur le plan fonctionnel, il existe un syndrome obstructif réversible après l'inhalation de beta-2 mimétique. Sur le plan physiopathologique, il s'agit d'une maladie inflammatoire bronchique. Cette définition permet d'emblée de rappeler que le traitement repose sur des bronchodilatateurs et des anti-inflammatoires (corticothérapie inhalée et anti-leucotriènes). Cependant, cette définition séméiologique est unanimement reconnue comme insuffisante en pratique chez l'enfant : elle associe des symptômes individuellement non spécifiques, ne tient pas compte des grandes variations symptomatiques qui dépendent de la sévérité de la maladie, et probablement des facteurs déclenchants et de l'âge [5-6]. L'interrogatoire reste le meilleur outil diagnostique et s'attache à rechercher les symptômes cardinaux que sont les sifflements, la toux, la dyspnée et la sensation de gêne thoracique. Ces symptômes identifiés, l'interrogatoire doit être approfondi pour caractériser leurs horaires diurne et/ou nocturne, leur périodicité saisonnière ou per annuelle, leurs circonstances de survenue au repos, à l'effort ou en présence d'un facteur déclenchant identifié et leur durée et fréquence. Les sifflements, survenus au moins une fois dans l'histoire de l'enfant, évoque le diagnostic. Il s'agit du symptôme «clef» dans les questionnaires épidémiologiques. Mais la reconnaissance de ce symptôme est difficile et facilement confondu par les parents ou l'enfant avec d'autres bruits audibles, comme l'encombrement bronchique si fréquent chez le jeune enfant [6-7]. Il ne faut pas hésiter à mimer ce bruit ou utiliser des outils. La toux est le symptôme le plus fréquent et le moins spécifique [8]. Les caractéristiques de la toux doivent être précisées. Son horaire nocturne, c'est-à-dire pendant le sommeil et non pas à l'endormissement ou au réveil fait que ce symptôme est souvent mis en avant, car trouble la qualité du sommeil de toute la famille. Sa survenue au décours d'un exercice physique, rire, excitation est très évocateur du diagnostic. Son caractère sec ou productif est une notion difficile pour les parents, et des toux chroniques productives peuvent être associées à l'asthme, essentiellement chez le jeune enfant. A l'inverse une toux avec expectoration purulente ou matinale doit évoquer un autre diagnostic. La dyspnée est retrouvée à l'interrogatoire sous le terme de «difficulté ou gêne respiratoire» dans deux circonstances : lors des exacerbations, ou lors des activités physiques. L'appréciation de la dyspnée d'effort, lorsqu'elle est ni associée à une toux, ni à des sifflements est cependant délicate et insuffisante pour porter le diagnostic d asthme induit par l exercice. La gêne ou oppression thoracique est un symptôme plus difficile chez l'enfant. Les douleurs thoraciques récurrentes à l'effort sont par contre évocatrices, formulées sous le terme générique de «pointe de côté». Ces symptômes sont évocateurs après s être assuré de l absence de signes d alertes que sont des signes extra respiratoires associés, une altération de l état général, des antécédents néonataux ou d autre pathologie associée ou un contexte syndromique (par exemple la trisomie 21). QUELLE PLACE POUR LES ANTÉCÉDENTS? Ils font partie de l interrogatoire et il ne faut pas hésiter à détailler ce que l on cherche, comme chez l enfant. Les antécédents maternels ou paternels d asthme ou d allergie sont les facteurs les plus pertinents pour évaluer le risque de développer un asthme [9-10], mais leurs valeurs prédictives à un niveau individuel restent faibles. Un score prédictif a été proposé à partir de la cohorte de Tucson pour l asthme du jeune enfant associant ces antécédents ou

11 ASTHME DE L'ENFANT : LES EXAMENS CLES DU DIAGNOSTIC 13 une dermatite atopique et des critères cliniques comme des sibilants en dehors d un rhume, une rhinite allergique ou une éosinophilie [11]. Ce score ne concerne finalement que peu de patients et les valeurs prédictives positives et négatives sont 75 %, laissant au clinicien une marge d erreur d au moins 25 %. Chez l enfant des signes de comorbidité, allergique sont recherchés et seront discutés ci-après. ÉVOQUER LE DIAGNOSTIC D ASTHME AU TERME DE L INTERROGATOIRE Chez le jeune enfant de moins de trois ans, tout épisode dyspnéique avec râles sibilants, qui s est produit au moins trois fois depuis la naissance et cela quels que soient l'âge de début, la cause déclenchante et l'existence ou non d'une atopie doit faire évoquer le diagnostic. Ces épisodes de sifflements sont discontinus, avec des périodes asymptomatiques. Ce diagnostic doit être connu, car chez l enfant plus grand peut être retrouvé dans ses antécédents. L âge de début des symptômes, après 2 ans, est un facteur prédictif à développer une maladie asthmatique. Chez l enfant plus grand, le tableau est plus «classique» avec la notion de crise dont la gravité est variable (tableau), de sibilants ou d asthme induit par l exercice. Quel que soit l âge, une toux récurrente nocturne sans retentissement sur l état général doit faire évoquer un asthme. UNE CONTRIBUTION FAIBLE DE L EXAMEN CLINIQUE AU DIAGNOSTIC Bien que les définitions internationales ou épidémiologiques soulignent l importance des sibilants comme base du diagnostic, l examen clinique est le plus souvent normal. Il peut être également normal lors d exacerbations légères ou après l administration de bronchodilatateurs ayant précédé la consultation [12]. Les sibilants sont le signe attendu en cas de crise (tableau 1), cependant l asthme est une maladie bronchique avec sécrétion de mucus et la présence de sous-crépitants est fréquente chez le jeune enfant. L examen clinique est complet, s attachera à rechercher une distension ou une déformation thoracique qui fait évoquer un tableau chronique et sévère. LA MESURE DU SOUFFLE : UNE INVESTIGATION ESSENTIELLE ET ENCORE INSUFFISAMMENT REALISÉE La composante fonctionnelle de l asthme se traduit en pratique par la recherche d une obstruction bronchique ou d une réversibilité mise en évidence par une amélioration des fonctions respiratoires après l inhalation de bronchodilatateurs. Les explorations fonctionnelles respiratoires sont réalisables de façon courante dès l âge de 6 ans et même plus jeune dans un environnement spécialisé. En pratique deux outils sont facilement accessibles pour le praticien : la mesure du débit expiratoire de pointe et la réalisation d une courbe débits-volumes.

12 14 C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET La mesure du débit expiratoire de pointe (DEP) L utilisation d un débit mètre de pointe (DMP) est un geste facile en ambulatoire [13]. Le principe est de modifier l ouverture de l orifice du DMP avec une mobilisation d un curseur sur une échelle graduée tous les 10L/min. Sa technique doit être rigoureuse, l enfant assis, la tête droite, après une inspiration profonde et une expiration forcée maximale et rapide. Il faut être vigilant sur l effet «sarbacane» obtenu par la position de la langue sur l orifice d entrée du débit mètre. Trois à cinq mesures sont réalisées, la reproductibilité ne doit pas dépasser 10 %, la meilleure valeur est retenue. Il s agit d un examen qui reflète une atteinte des bronches de gros calibre et une réversibilité de 20 % après l inhalation de 200 µg de salbutamol est en faveur d une réversibilité. Cependant, cet examen a une médiocre sensibilité variant de 68 % à 75 % comparé aux paramètres obtenus à partir d une courbe débits-volumes. Lorsque le DEP est < 80 % de la valeur attendue, la valeur prédictive positive de prédire un VEMS altéré est de 97 %, mais la valeur prédictive négative (VPN) n est que de 72 %. La VPN ne s améliore pas lorsque le DEP est normal [14]. Une baisse du DEP peut précéder une crise, et son intérêt principal réside en général pour l évaluation de la gravité de la crise d asthme (tableau 1). La courbe débits-volumes [15] Elles sont réalisables à partir de 6 ans avec une reproductibilité comparable à l adulte et informatives sur le degré d obstruction des voies aériennes proximales (mesure du VEMS, ou rapport du VEMS/CVF) ou distales (DEM 50 % ou DEM 25 %-75 % ). La courbe débitsvolumes est systématiquement réalisée avant et après inhalation de bronchodilatateurs, généralement au nombre de trois, ce qui permet de tester la reproductibilité des courbes. La réversibilité se définit par une amélioration du VEMS 12 % après inhalation de 200 µg de salbutamol ou équivalent. Cette réversibilité est un argument en faveur d un asthme. Il n existe pas de norme de réversibilité pour les voies distales, mais la normalisation de la forme de la courbe de concave à légèrement convexe reflète cette réversibilité. Un piège fréquent est la fatigabilité à la répétition des courbes débits-volumes, qui sera généralement ressentie chez l enfant plus grand. Ceci peut expliquer une aggravation des mesures au fur et à mesure de la répétition de celles-ci, ces manœuvres d hyperpnée pouvant être un équivalent de tests de provocation. La mesure des résistances est possible à partir de l âge de 3 ans selon les techniques utilisées. Les valeurs seuils sont moins précises mais une élévation de 140 % de celles-ci signent une obstruction et une réversibilité de 40 % après inhalation de bronchodilatateurs est proposée comme significative. Les fonctions respiratoires peuvent être une aide au diagnostic et sont encore sous-utilisées, mais leur altération n est pas corrélée aux antécédents ni à l examen clinique. Ainsi, le VEMS est anormal dans plus de 40 % des enfants ayant un examen clinique normal, et à l inverse est normal dans cette même proportion malgré un examen clinique anormal [14]. Chez l adulte, il a été démontré que dans l asthme léger, donc sans altération des EFR, il existait une inflammation bronchique [16]. Les EFR permettent de définir la sévérité initiale de l obstruction bronchique, mesure objective dans le suivi de l asthme. Cette absence de relation systématique entre le VEMS et la clinique souligne que les petites bronches sont le plus souvent atteintes, d où l intérêt de tenir compte également des débits distaux (DEM 50 % ou DEM 25 %-75 % ), des valeurs inférieures à 60 % de la valeur

13 ASTHME DE L'ENFANT : LES EXAMENS CLES DU DIAGNOSTIC 15 attendue sont considérées comme anormales. La présence d une réversibilité d une obstruction bronchique n est pas constante chez l enfant et peut nécessiter un test aux corticoïdes : l administration de prednisone ou prednisolone à 2 mg/kg sans dépasser 60 mg pendant 8 jours avec un contrôle des fonctions respiratoires au décours. L épreuve d effort cardio-pulmonaire Accessible dès l âge de 8-10 ans, cet examen a un intérêt dans le cadre de tableau atypique [17]. L exemple est une dyspnée à l effort isolée avec des EFR normales ou l absence de réponse aux beta2-mimétiques administrés avant l effort, et associée à des arguments anamnestiques tels des antécédents parentaux d asthme. Dans ce contexte, cet examen permet de rechercher des arguments pour un éventuel asthme induit par l exercice et le plus souvent va permettre de rassurer l enfant et les parents sur ses capacités normales à l effort. LA RADIOGRAPHIE DE THORAX DE FACE : L EXAMEN COMPLÉMENTAIRE INDISPENSABLE Son intérêt est essentiellement à visée diagnostique différentielle et le résultat attendu est d être normal. Les anomalies compatibles avec un diagnostic d asthme non compliqué sont un épaississement bronchique modéré et diffus, surtout chez le jeune enfant, et une distension thoracique. La distension thoracique s évalue sur l horizontalité des côtes, un nombre de côtes antérieures supérieur à 8, un petit rapport cardio-thoracique et un aplatissement des coupoles diaphragmatique. A l inverse, une radiographie présentant d autres anomalies écarte le diagnostic d asthme en première intention. Rappelons que le profil est inutile. Au mieux un cliché de face en expiration peut compléter l examen, rechercher une distension ou un trappage. LES INVESTIGATIONS A VISÉE ETIOLOGIQUE : RECHERCHER LES CO-MORBIDITÉS L allergie L allergie est également un diagnostic clinique. Facilement repérable lorsque les facteurs déclenchants sont saisonniers (pollens) ou identifiés (animaux), le diagnostic peut être difficile quand il s agit d allergènes per annuels (acariens par exemple). Les investigations allergologiques peuvent se réaliser à tous les âges de la vie, mais son indication va essentiellement dépendre de l âge de l enfant. Chez le jeune enfant, l asthme est essentiellement post-infectieux et en l absence d antécédents familiaux ou d une dermatite atopique étendue, d un début tardif (après 2 ans) ou de signes cliniques évocateurs la rentabilité va être très faible [6]. A l inverse chez l enfant de plus de 4 ans, la recherche doit être systématique. Les investigations se font selon les recommandations par les tests épicutanés aux pneumallergènes les plus fréquents (acariens, graminées, chat, chien, arbres, herbacées) variables selon les régions et les éventuels symptômes. Tester systématiquement des trophallergènes en l absence de signes cliniques est inutile [6]. Ces tests cutanés se font après un arrêt de 15 jours des anti-

14 16 C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET histaminiques, et sur une peau exempte de dermocorticoïdes. Il n existe pas de contre-indication formelle, mais ne seront pas réalisés sur une peau lésée (eczéma, psoriasis). Ces tests cutanés permettront de cibler les mesures d IgE spécifiques ou d écarter une étiologie allergique en cas de négativité. Les tests sanguins multi-allergéniques sont une alternative lorsque la réalisation des tests cutanés n est pas possible. L association d une allergie prouvée à des symptômes évocateurs d asthme non compliqué est un bon critère diagnostique. Il ne faut pas oublier que l allergie est une maladie évolutive et savoir répéter ces examens selon le contexte. L asthme post-infectieux Les résultats des cohortes nous ont permis d apprécier l évolution de l asthme du nourrisson, et mettre en évidence qu environ 50 % à 60 % de ceux-ci étaient en rémission à l âge de 6 ans [9]. Les antécédents parentaux d allergie ou d asthme, personnels d allergie (test cutané positif pour un pneumallergène, allergie alimentaire vraie, rhinite saisonnière) sont des facteurs de pérennisation de l asthme, mais comme nous l avons vu avec une marge d erreur importante. Plus récemment, les progrès en virologie nous ont appris que le VRS était un facteur de risque d asthme à court ou moyen terme, alors que le rhinovirus (RV) pourrait être un marqueur d asthme persistant au-delà de 6 ans [18]. Ces données sont pour l instant théorique, le RV ne pouvant pas être détecté en routine. L ÉPREUVE THÉRAPEUTIQUE EST INDISPENSABLE A LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE En présence de symptômes évocateurs, et en l absence de signes de gravité ou de complication, la réponse au traitement est un bon critère diagnostique, en particulier lorsque le médecin n a pas pu constater les sibilants ou suspecte un asthme devant une toux chronique nocturne. Ce test thérapeutique peut s effectuer soit par l administration de salbutamol au moment des exacerbations, et/ou la proposition d un traitement de fond qui repose sur la corticothérapie inhalée. Une réponse clinique est généralement attendue dès le premier mois et doit être indiscutable à 3 mois. A l inverse, l absence de réponse au traitement remet en cause le diagnostic, après s être assuré du respect des posologies, des modes d administration correcte des produits inhalés et de l observance. Y A-T-IL UNE PLACE POUR LES MESURES NON INVASIVES DE L INFLAMMATION BRONCHIQUE? La réponse est malheureusement non [5, 19]. La recherche d une éosinophilie sanguine est un marqueur aléatoire qui peut dépendre de la sévérité, de la présence d une allergie et peut être variable dans le temps. La mesure de la fraction exhalée du monoxyde d azote endogène (FeNO) : parmi toutes les techniques décrites pour rechercher et mesurer des marqueurs de l inflammation dans les exhalats, la mesure du NO s avère être la plus facile et reproductible. La production du NO endogène par l épithélium respiratoire est, en effet, inductible par de nombreux médiateurs pro-inflammatoires et reflète l existence d une inflammation persistante. Sa mesure peut être faite en consultation grâce à des appareils portatifs, mais n est pas remboursée par la Sécurité sociale. Sa mesure nécessite une coopération et peut être raison-

15 ASTHME DE L'ENFANT : LES EXAMENS CLES DU DIAGNOSTIC 17 nablement envisagée en routine à partir de 6 ans. En effet, la mesure (exprimée en ppb) se fait à débit constant, pendant 4 s afin d obtenir un plateau d au minimum 2 s, contre pression de 5 à 15 cm H 2 O pour éviter la contamination rhinosinusienne, avec un coefficient de variation souhaité de 10 %. La mesure à différents débits permet de calculer les concentrations de NO dans le compartiment alvéolaire et bronchioloalvéolaire, qui sont faibles chez le sujet sain. Dans l asthme non contrôlé, la FeNO est élevée ( 25ppb) confirmant la présence d une inflammation bronchique. Mais cet examen n est pas spécifique. La FeNO reste élevée chez l atopique qu il y ait ou non un asthme, augmente à l occasion de rhinite infectieuse, et son évolution sous traitement n est pas contributive dans les études. A l inverse, une FeNO basse peut être un argument supplémentaire pour éliminer le diagnostic d asthme lorsque le tableau est atypique. La FeNO doit donc être interprétée en fonction de la clinique mais n est pas spécifique de l asthme. Le comptage des éosinophiles dans les secrétions bronchiques obtenues après nébulisations de sérum salé hypertonique n est pas un examen de routine et nécessite un apprentissage dans sa réalisation et un laboratoire de cytologie expérimenté. Un seuil 1 % est généralement admis comme positif. L éosinophilie est rare chez le jeune enfant et chez l enfant de plus de 10 ans, sa valeur prédictive reste faible pour des taux 8,5 %, ce qui est élevé. Les autres examens relèvent d investigations à visée diagnostique différentielle et seront traitées dans un autre chapitre. En conclusion, l asthme de l enfant est avant tout un diagnostic clinique qui repose sur un interrogatoire minutieux et précis, ce quel que soit l âge. Un arbre d aide au diagnostic est proposé (figure 1). Si le diagnostic associe clinique et radiographie de thorax normale quel que soit l âge, la pratique de la mesure du souffle avec un test de réversibilité doit se généraliser dès l âge de 6 ans, et par défaut peut se limiter au DEP. Les investigations allergologiques, qui privilégient les tests épicutanés, doivent être réalisées facilement dès l âge de 4 ans. AUTEURS : Christophe Marguet, Laure Couderc, Marc Lubrano, Isabelle Michelet Pneumologie et allergologie pédiatrique, CRCM Département pédiatrie médicale EA3830, INSERM CIC 204 CHU Charles Nicolle, Université de Rouen ROUEN Cedex AUTEUR CORRESPONDANT : Christophe Marguet :

16 18 C. MARGUET, L. COUDERC, M. LUBRANO, I. MICHELET Tableau 1 : Classification de la crise d'asthme aiguë chez l'enfant asthmatique [5,8] Crise grave Crise modérée Crise légère Sibilants rares Sibilants ± toux Sibilants ± toux MV diminué ou absent FR augmentée FR normale DR franche + cyanose Mise en jeu des muscles *FR > 30/min si > 5 ans respiratoires accessoires DR franche + cyanose ni DR, ni cyanose Activité impossible Marche difficile Troubles de l élocution Chuchote 3 à 5 mots Activité et parole normales *Chute TA systolique/diastolique mmhg 3-5 ans mmhg 7-8 ans mmhg ans Faible réponse aux ß 2 Réponse conservée aux ß 2 DEP = 50 % 50 % < DEP < 75 % DEP > 75 % SaO 2 90 % *Normocapnie - hypercapnie 90 % < SaO 2 < 95 % SaO 2 95 % * Critères retenus par la révision de la troisième conférence de consensus en réanimation et médecine d'urgence [8]. FR : fréquence respiratoire ; TA : tension artérielle ; MV : murmure vésiculaire ; DEP : débit expiratoire de pointe Légende arbre décisionnel Arbre décisionnel pour le diagnostic de l asthme proposant une attitude au cabinet du médecin. L âge de 6 ans pour les EFR est indicatif et peut parfois être abaissé à 5 ou 4 ans selon les enfants pour la courbe débits-volumes et à partir de 3 ans dans des laboratoires spécialisés. Les tests allergiques ne sont recommandés chez le jeune enfant de moins de 3 ans s il existe des arguments familiaux ou personnels pour une allergie. Une radiographie compatible avec un asthme non compliqué est soit normale, soit montre un syndrome d épaississement bronchique modéré et/ou une distension.

17 ASTHME DE L'ENFANT : LES EXAMENS CLES DU DIAGNOSTIC 19 < 3 ans 3 ème épisode dyspnée d Traitement e la crise Rx thorax face Normale/compatible Trait ement asthme Tableau aigu Sibilants 3 ans Crise asthme inaugurale Traitement de la crise Rx thorax face Normale /compatible Traitement asthme Recherche allerg ies Interrogatoire précis Examen clinique Retentissement état général, contexte syndromique associé ATCD néonataux, Signes extra respiratoires Rx de thorax face anormale Investigations Avis spécialisé Inbestigations Avis spé cialisé Signes récurrents Toux nocturne, Sifflements, toux ou sifflements induits par l exercice Facteurs déclencha nts identifiés Atypique Toux chronique nocturne/pas de sibilan ts prouvés Evoque asthme par argument de fréquence Mesure du DEP + réversibilité N Rx thorax face ormale/compatible Rx thorax face Normale/compatible é < 6 ans preuve thérapeutique Si 6 ans Si < 6 ans Réponse clinique en 6 semaines Pas de réponse clinique Réversibilité 20 % DEP ou DEP normal, non DEP 80 % valeur at tendue amélioré par beta2 - Programmer EFR si > 5 ans Tests Traitement épreuve asthme Diagnostic probable Avis spécialisé Ré versibilité +ve Traitement asthme Recherche allergies Programmer EFR Tests allergologiques (cf. texte) Réponse + à 6 semaines confirme le diagnostic Epreuve thérapeutique Pas de réponse Vérifier observance/technique Programmer EFR Aide au diagnostic Réponse + à 6 semaines Diagnostic asthme Rechercher allergie (cf texte) Pas de réponse Vérifier observance/technique Investigations Avis spécialisé Recherche allergi es Traitement asthme Diagnostic asthme Investigations Avis spécialisé > 6ans EFR R é versibilité ve Test aux corticoï des Ré versibilité +ve Réversibilité ve Asthme Investigations Avis spécialisé r - -

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil

Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Asthme de l enfant Dr FERNANE. A Pédiatre hôpital André GREGOIRE Montreuil Introduction L asthme est un inflammation chronique des voies aériennes associées à une hyperréactivité bronchique responsable

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 SINGULAIR 4 mg, comprimé à croquer Boîte de 28 (CIP : 393 112-4) Boîte de 50 (CIP : 393 118-2) SINGULAIR 4 mg, granulé Boîte de 28 sachets-dose de 4 mg

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

Particularités pédiatriques de l asthme. Pr Christophe Delacourt Necker

Particularités pédiatriques de l asthme. Pr Christophe Delacourt Necker Particularités pédiatriques de l asthme Pr Christophe Delacourt Necker Les objectifs Reconnaître Evaluer Contrôler Asthme de l enfant : sous-diagnostic persistant 3559 enfants parisiens 8-9 ans Moma et

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pr Christophe DELACOURT (CHI Créteil) MAJ : 20/06/2006

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pr Christophe DELACOURT (CHI Créteil) MAJ : 20/06/2006 Objectifs : Objectifs de l ECN : Asthme de l'enfant Item 226 - Diagnostiquer un asthme de l enfant (et de l adulte). - Identifier les situations d urgence (P) et planifier leur prise en charge. - Argumenter

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

ASTHME DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DE MOINS DE 36 mois. Pr F. SOUHAIL Casablanca

ASTHME DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DE MOINS DE 36 mois. Pr F. SOUHAIL Casablanca ASTHME DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DE MOINS DE 36 mois Pr F. SOUHAIL Casablanca Définition Définition clinique Tout épisode dyspnéique avec râles sibilants, qui s est produit au moins trois fois depuis

Plus en détail

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau Objectifs 1. Discuter des nouvelles options thérapeutiques dans la gestion de l'asthme 2. Discuter des grandes lignes

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Asthme de l enfant de moins de 36 mois : diagnostic, prise en charge et traitement en dehors des épisodes aigus

Asthme de l enfant de moins de 36 mois : diagnostic, prise en charge et traitement en dehors des épisodes aigus RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Asthme de l enfant de moins de 36 mois : diagnostic, prise en charge et traitement en dehors des épisodes aigus Mars 2009 ARGUMENTAIRE Avec le partenariat méthodologique

Plus en détail

pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012

pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012 Traitement inhalés en pneumologie G.Bonnaud - Vouziers 06.12.2012 Définition Aérosol : suspension stable dans air ou autre gaz de particules liquides ou solides de très petite taille

Plus en détail

Essentiel. Définition asthme. Chez le nourrisson? Compatibles avec des phénotypes variés. Clinique Inflammation Fonctionnelle. Vocabulaire commun

Essentiel. Définition asthme. Chez le nourrisson? Compatibles avec des phénotypes variés. Clinique Inflammation Fonctionnelle. Vocabulaire commun Définition asthme Clinique Inflammation Fonctionnelle Chez le nourrisson? Clinique : oui Inflammation : limité Fonctionnelle : limitée Essentiel Vocabulaire commun bronchites sifflantes, asthmatiforme

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Plan. Plan. Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé. Asthme du consensus aux phénotypes. Asthme du nourrisson: 3 phénotypes

Plan. Plan. Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé. Asthme du consensus aux phénotypes. Asthme du nourrisson: 3 phénotypes Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé Jocelyne JUST Centre de l Asthme et des Allergies Groupe Hospitalier Trousseau- La Roche Guyon Université Pierre et Marie Curie, Paris6 Stepwise approach

Plus en détail

outil DANS LE TRAITEMENT DE

outil DANS LE TRAITEMENT DE Cet outil a été adapté principalement du Consensus canadien sur l asthme (Lougheed MD, Lemière C, Ducharme FM, et al. 2012) et prend en compte les délibérations des membres experts du Comité sur l asthme

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue

Phénotypage de l asthme : En pratique. Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Phénotypage de l asthme : En pratique Lilia Malot, Pneumo-pédiatre Allergologue Asthme du nourrisson Enfant d âge préscolaire < 3 ans Diagnostic d asthme la première année de vie : épisodes itératifs de

Plus en détail

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I L Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I Définition. Caractéristiques. Prévalence Dyspnée sifflante due à une obstruction bronchique,

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉS RÉSERVÉES : Infirmières, infirmiers Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique Administrer et ajuster des médicaments lorsqu ils font l objet d une ordonnance Initier

Plus en détail

CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications. Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD

CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications. Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD Indications en situation aigue : Asthme aigu grave Décompensation

Plus en détail

Pour en savoir plus : LA MALADIE ASTHMATIQUE

Pour en savoir plus : LA MALADIE ASTHMATIQUE Pour en savoir plus : LA MALADIE ASTHMATIQUE J.L. RACINEUX I. Introduction L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires. Cette inflammation est responsable des manifestations

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

ASTHME DE L ENFANT ET DE L ADULTE

ASTHME DE L ENFANT ET DE L ADULTE Item 184 ASTHME DE L ENFANT ET DE L ADULTE Chez l enfant Pr Jocelyne Just Centre de l asthme et des allergies, AP-HP, hôpital Armand-Trousseau, université Paris-6, 75541 Paris Cedex 12, France jocelyne.just@trs.aphp.fr

Plus en détail

De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant. Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance

De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant. Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance De la bronchiolite à l asthme du jeune enfant Livret d information des familles et des professionnels de la petite enfance De la bronchiolite à l asthme Si votre jeune enfant de moins de 5 ans a eu plusieurs

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

BRONCHIOLITE ET ASTHME

BRONCHIOLITE ET ASTHME BRONCHIOLITE ET ASTHME COURS IFSI 2 ANNÉE Dr A.Veyre, Service de Pédiatrie Générale, secteur nourrissons Aurelia.veyre@lmr.aphp.fr LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON GENERALITES Infection RESPIRATOIRE du NOURRISSON

Plus en détail

Education Thérapeutique

Education Thérapeutique Asthme du nourrisson AKCR 12/10/2009 Education Thérapeutique Efficacité en pédiatrie Efficacité chez l adulte Conduite à tenir dans l asthme du nourrisson Education thérapeutique Gestion optimale de la

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

GUIDE INFO-ASTHME. www.pq.poumon.ca

GUIDE INFO-ASTHME. www.pq.poumon.ca GUIDE INFO-ASTHME Siège social 855, rue Sainte-Catherine Est, bureau 222, Montréal QC H2L 4N4 Tél.: (514) 287-7400 ou 1 800 295-8111 Téléc.: (514) 287-1978 Courriel: info@pq.poumon.ca Internet: www.pq.poumon.ca

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications Prévenir... l asthme de l enfant et ses complications 30 La fréquence de l asthme et des allergies respiratoires augmente a fréquence de l asthme et des allergies respiratoires a doublé L dans les pays

Plus en détail

Les nouvelles technologies au service des patients : l application iphone «Mon Asthme»

Les nouvelles technologies au service des patients : l application iphone «Mon Asthme» DOSSIER DE PRESSE Les nouvelles technologies au service des patients : l application iphone «Mon Asthme» Paris, le 3 avril 2012 Contacts Presse Presse-Papiers Catherine Gros / Sophie Matos Tél : 01 46

Plus en détail

Asthme de l Enfant. La plus fréquente des affections chroniques de l enfant

Asthme de l Enfant. La plus fréquente des affections chroniques de l enfant Asthme de l Enfant La plus fréquente des affections chroniques de l enfant Prévalence estimée à 10 % Débute avant 5 ans dans plus de 3 cas sur 4 Sous diagnostiqué (et mal traité) Près de la moitié des

Plus en détail

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64.

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64. Mise à jour 2012 des Lignes directrices de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et prise en charge de l asthme chez les enfants d âge préscolaire, les enfants et les adultes 2010 Société

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

GUIDE POUR LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DE L ASTHME DU NOURRISSON DE L ENFANT SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE

GUIDE POUR LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DE L ASTHME DU NOURRISSON DE L ENFANT SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE GROUPE DE PNEUMO ALLERGOLOGIE PEDIATRIQUE GUIDE POUR LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DE L ASTHME DU NOURRISSON ET DE L ENFANT Année 2001 SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE GROUPE

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*)

ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*) ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*) Objectifs Pédagogiques : - Reconnaître une allergie respiratoire chez l enfant - Connaître les principes généraux du traitement d une

Plus en détail

L asthme de l enfant. Dr Wagnon Pneumopédiatre CH Morlaix

L asthme de l enfant. Dr Wagnon Pneumopédiatre CH Morlaix L asthme de l enfant Dr Wagnon Pneumopédiatre CH Morlaix Généralités sur la physiopathologie Formes cliniques et phénotypes Crise d asthme Traitement de fond en pratique Suivi du patient asthmatique Contrôle

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

L EFFIPRED DANS LE TRAITEMENT DE L ASTHME

L EFFIPRED DANS LE TRAITEMENT DE L ASTHME L EFFIPRED DANS LE TRAITEMENT DE L ASTHME I/ DEFINITION L «Asthme» est un terme grec signifiant des crises spontanées de dyspnée sibilante nocturne. L asthme est un syndrome défini cliniquement par la

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Athsme du nourrisson et de l enfant (226b) Docteur Isabelle PIN Août 2004

Athsme du nourrisson et de l enfant (226b) Docteur Isabelle PIN Août 2004 Athsme du nourrisson et de l enfant (226b) Docteur Isabelle PIN Août 2004 Pré-Requis : Anatomie de voies aériennes inférieures Mécanismes immunologiques de l allergie Résumé : L asthme du nourrisson et

Plus en détail

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm Page 1 sur 6 Vous êtes ici : Accueil > Médicaments et autres > Médicaments > Asthme et BPCO : prescription des médicaments selon les recommandations > FAQ - Asthme et BPCO Questions fréquemment posées

Plus en détail

Education thérapeutique chez l enfant asthmatique. Dominique DELPLANQUE, Kinésithérapeute INK, Paris 2014

Education thérapeutique chez l enfant asthmatique. Dominique DELPLANQUE, Kinésithérapeute INK, Paris 2014 Education thérapeutique chez l enfant asthmatique Dominique DELPLANQUE, Kinésithérapeute INK, Paris 2014 Définition Asthme Maladie chronique inflammatoire des voies aériennes, avec une hyperréactivité

Plus en détail

Asthme de l'enfant : traitement de fond

Asthme de l'enfant : traitement de fond La maladie Asthme de l'enfant : traitement de fond L'asthme de l'enfant est une affection inflammatoire chronique des voies aériennes, le plus souvent d'origine allergique. Physiopathologie De nombreuses

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Contact-Presse Association ASTHME & ALLERGIES : Marie-Caroline LAFAY - Tél : 06 16 56 46 56 - mclafay@wanadoo.

DOSSIER de PRESSE. Contact-Presse Association ASTHME & ALLERGIES : Marie-Caroline LAFAY - Tél : 06 16 56 46 56 - mclafay@wanadoo. DOSSIER de PRESSE JOURNÉE MONDIALE de l ASTHME 7 Mai 2013 organisée en France par l' LA JOURNÉE MONDIALE de l'asthme est une journée organisée au niveau mondial par la Global Initiative for Asthma (GINA).

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

L Asthme CIM 10: I 45 Code ANAM : C 451

L Asthme CIM 10: I 45 Code ANAM : C 451 المغربية المملكة الصحة وزارة RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 6 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Asthmatiques, 1,2,3 soufflez!

Asthmatiques, 1,2,3 soufflez! Asthmatiques, 1,2,3 soufflez! Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de l EFA Document réalisé avec le soutien du laboratoire L asthme est une maladie très fréquente qui touche

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE

UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER FACULTE DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ANNEE : 2014 THESES 2014 TOU3 2003 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE Présentée et soutenue publiquement Par

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Définition : L organisation mondiale pour la santé a proposé en 2002 la définition suivante :

Définition : L organisation mondiale pour la santé a proposé en 2002 la définition suivante : 1 Asthme Philippe Godard Clinique des Maladies Respiratoires Montpellier Yves Grillet Pneumologue Valence Dès la plus haute antiquité, Hippocrate fut le premier d une longue liste de médecins à décrire

Plus en détail

Asthme de l enfant de moins de 36 mois RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

Asthme de l enfant de moins de 36 mois RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Février 2008 Asthme de l enfant de moins de 36 mois : diagnostic, prise en charge et traitement en dehors des épisodes aigus RECOMMANDATIONS Mars 2009 Avec le partenariat

Plus en détail

ASTHME. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours

ASTHME. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours ASTHME M. Baroudi¹, J-P. Janssens² ¹Service de médecine de premier recours, HUG ²Service

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Asthme de l enfant et de l adulte (226) D. Vervloet, D. Charpin, A.Magnan, B. Chabrol, JC. Dubus et M-P Lehucher-Michel Novembre 2005

Asthme de l enfant et de l adulte (226) D. Vervloet, D. Charpin, A.Magnan, B. Chabrol, JC. Dubus et M-P Lehucher-Michel Novembre 2005 Asthme de l enfant et de l adulte (226) D. Vervloet, D. Charpin, A.Magnan, B. Chabrol, JC. Dubus et M-P Lehucher-Michel Novembre 2005 1. Asthme de l adulte 1.1. Définition D. Vervloet, D. Charpin, A.Magnan

Plus en détail

L Asthme et la Pollution de l air

L Asthme et la Pollution de l air Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique L Asthme et la Pollution de l air Etat des connaissances et données disponibles pour le développement d une politique de santé en Belgique Marina Puddu,

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

COMITE D ORGANISATION BUREAU DE LA SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE

COMITE D ORGANISATION BUREAU DE LA SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE 1 COMITE D ORGANISATION BUREAU DE LA SOCIETE ALGERIENNE DE PEDIATRIE Président : Vices-Présidents : Secrétaire Général : Pr. R. BOUKARI Pr. L.SMATI-BOURTEL Pr. Z.ARRADA Dr. K. BERKOUK Secrétaire Général

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Divulgation de conflits d intérêts potentiels

Divulgation de conflits d intérêts potentiels Fanny Arbour, Pharmacienne 9 iem Symposium en thérapie respiratoire 15 Novembre 2014 Divulgation de conflits d intérêts potentiels AstraZeneca O Conférencière GlaxoSmithKline O Consultante et conférencière

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION

DOSSIER - AEROSOLTHERAPIE PAR NEBULISATION Novembre 2008 ; N 19 ARTICLE COMMENTE NSCLC Meta-Analyses Collaborative Group. Chemotherapy in addition to supportive care improves survival in advanced non small-cell lung cancer: a systematic review

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Module 2 : Aptitude Cours 4 Version 3 du 28 octobre

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Des désensibilisations inhabituelles : le chat, Alternaria. Michel Miguéres AART, janvier 2011

Des désensibilisations inhabituelles : le chat, Alternaria. Michel Miguéres AART, janvier 2011 Des désensibilisations inhabituelles : le chat, Alternaria Michel Miguéres AART, janvier 2011 Allergènes répandus Pouvoir pathogène élevé Éviction difficile voire impossible ITS peut être considérée Quels

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Un pas de plus vers la maîtrise de l asthme

Un pas de plus vers la maîtrise de l asthme Un pas de plus vers la maîtrise de l asthme PAR Patricia Robichaud, inf. B.Sc. CEA-R Hôpital Laval Marie-Micheline Boucher, inf. B.Sc. CLSC Basse-ville, Limoilou En collaboration avec Hélène Boutin, inf.

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

L asthme bronchique du nourrisson de l enfant et de l adolescent

L asthme bronchique du nourrisson de l enfant et de l adolescent L asthme bronchique du nourrisson de l enfant et de l adolescent Consensus statement 1 Schweizerische Arbeitsgemeinschaft für Pädiatrische Pneumologie (SAPP) que du bilan allergologique, après avoir exclu

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Manon Belhassen 1,2, Jacques de Blic, Laurent Laforest, Valérie Laigle, Céline Chanut-Vogel,

Plus en détail

Système bronchopulmonaire L'ASTHME. Muriel ANTHONOT Tutorat : François DUPUIS, Université de Lorraine

Système bronchopulmonaire L'ASTHME. Muriel ANTHONOT Tutorat : François DUPUIS, Université de Lorraine Système bronchopulmonaire L'ASTHME Muriel ANTHONOT Tutorat : François DUPUIS, Université de Lorraine Juillet 2012 Table des matières Introduction 5 I - Définition 7 II - Mesure de la fonction respiratoire

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

E n France, plus de 4 millions de personnes sont asthmatiques (6,7 % de la population

E n France, plus de 4 millions de personnes sont asthmatiques (6,7 % de la population Mai 2012 L asthme en Poitou-Charentes ASTHME POITOU-CHARENTES BULLETIN D OBSERVATION SOMMAIRE I- Situation épidémiologique II- Dépistage de l asthme III- Diagnostic de l asthme IV- Prise en charge de l

Plus en détail

Aérosolthérapie en pédiatrie

Aérosolthérapie en pédiatrie Aérosolthérapie en pédiatrie Eddy Bodart CHU Mont-Godinne Godinne-Dinant eddy.bodart@uclouvain.be Que choisir?? Facteurs pouvant déterminer l efficacité d un médicament respiratoire dans la pratique courante

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail