P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S"

Transcription

1 P R O J E T D I N V E S T I S S E M E N T P O U R L E R A C C O R D E M E N T D E L A V I L L E D E S A I N T - H Y A C I N T H E A U X F I N S D I N J E C T I O N E T É T A B L I S S E M E N T D E C E R T A I N S T A U X P R E U V E C O M P L É M E N T A I R E Page de

2 T A B L E D E S M A T I È R E S INTRODUCTION QUEL EST LE PROCÉDÉ DE PRODUCTION ET D INJECTION DU GAZ NATUREL? EST-CE QUE LA COMPOSITION DU GAZ NATUREL LIVRÉ RENCONTRE LES CONDITIONS DE SERVICES ET TARIF? QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES DU BIOGAZ ET DU GAZ DE SYNTHÈSE?. Biogaz. Gaz de synthèse CONCLUSION Original : Gaz Métro, Document Page de

3 I N T R O D U C T I O N 0 Par sa décision procédurale D-0-, la Régie mentionne qu elle entend statuer, dans un premier temps, sur la recevabilité de la Demande de Gaz Métro. La Régie est d avis qu elle doit déterminer si la Demande concerne des installations en vue d acheminer du gaz naturel au sens de la Loi, produit faisant l objet du droit exclusif visé par l article de la Loi, et si elle entre dans le champ de compétence de la Régie en vertu de cette loi. Ainsi, la Régie requiert du Distributeur de produire, au plus tard le décembre 0, une preuve complémentaire permettant de déterminer si le gaz produit par le centre de biométhanisation de la Ville est du gaz naturel au sens de la Loi et de présenter sa position quant au fait que la demande relève de la juridiction de la Régie en vertu de la Loi. En produisant la présente preuve, Gaz Métro présente des données relatives au gaz produit par la Ville de St-Hyacinthe qui permettront à la Régie de statuer sur la question juridictionnelle soulevée dans la décision D-0-. Notamment, Gaz Métro présente ci-après les caractéristiques du biogaz et du gaz de synthèse, tous deux exclus de la définition de «gaz naturel» à l article de la Loi. La Régie pourra ainsi constater que la plupart de ces caractéristiques ne se retrouvent pas dans le gaz produit par la Ville de St-Hyacinthe. Conformément à l échéancier fixé par la Régie dans sa décision D-0-, Gaz Métro présentera ses arguments par l intermédiaire du plan d argumentation qui sera déposé le janvier 0, ainsi que lors des audiences orales. Q U E L E S T L E P R O C É D É D E P R O D U C T I O N E T D I N J E C T I O N D U G A Z N A T U R E L? 0 Comme présenté à la pièce Gaz Métro-, Document, Gaz Métro mettrait en place des Actifs de mesurage afin de s assurer que le gaz naturel injecté rencontre les spécifications requises en ce qui a trait à l interchangeabilité et aux autres critères de composition. Des précisions ont été ci-après apportées par rapport au schéma présenté à la pièce Gaz Métro -, Document du présent projet d investissement. Page de

4 0 0 Le diagramme ci-dessous présente le procédé de production et de réception du gaz naturel de la Ville. La matière première (biogaz) est un amalgame de CH, CO, H O, H S, siloxanes, COV, et O. Cet amalgame est transformé à l usine de traitement appartenant à la Ville lors de l extraction de certains composants. Plus spécifiquement, le sulfure d hydrogène (H S), les siloxanes, les composés organiques volatils (COV), le dioxyde de carbone (CO ) et l eau (H O) sont extraits par la Ville à son usine de traitement. La matière issue de cette transformation est du méthane, un produit fort différent de l amalgame initial. Ensuite, au point de mesurage-, le gaz est analysé et mesuré par les Actifs de mesurage de Gaz Métro. Dans le cas où le gaz ne rencontre pas les exigences opérationnelles du réseau, il sera retourné au producteur ou envoyé à la torchère. Dans la mesure où le gaz rencontre les spécifications requises, il est considéré être du gaz naturel. D ailleurs, au point de mesurage-, il importe de noter qu à des fins de contrôle du pouvoir calorifique du gaz produit par la Ville, Gaz Métro appliquera la norme ISO intitulée «Gaz naturel calcul du pouvoir calorifique, de la masse volumétrique, de la densité relative et de l indice de Wobbe à partir de la composition». Ensuite, le gaz naturel est comprimé à la pression permettant son injection dans le réseau. Au point de mesurage-, Gaz Métro mesure le débit, règle la pression, procède à son odorisation et actionne les vannes d injection. Au point de mesurage, si le gaz n est pas conforme, Gaz Métro fermera la vanne d injection et la Ville devra faire en sorte que le gaz naturel redevienne conforme avant que le distributeur ouvre la vanne d injection. Un tel produit, c est-à-dire un gaz naturel issu du processus ci-haut décrit et susceptible d être injecté dans le réseau de Gaz Métro, n existait pas au Québec en 00 au moment de l entrée en vigueur de la modification apportée à la définition de «gaz naturel» à l article de la Loi sur la Régie de l énergie. Cette norme ISO est incluse dans la norme BNQ -00/0. Page de

5 GAZ NON TRAITÉ USINE DE TRAITEMENT POINT DE MESURAGE COMPRESSION POINT DE RÉCEPTION CONDUITE DE RACCORDEMENT POINT DE LIVRAISON RÉSEAU DE DISTRIBUTION POINT DE MESURAGE - COMPOSITION DU GAZ NATUREL POINT DE MESURAGE - DÉBIT, PRESSION, ODORISATION & VANNE D'INJECTION MESURES EN CONTINU CENTRE DE CONTRÔLE DU RÉSEAU GAZ MÉTRO COMPOSITION TYPIQUE POUR BIOGAZ (GAZ NON TRAITÉ) CH 0-0% CO -0% O 0-% N 0-% H O SATURÉ H S <000 PPM COMPOSANTS TRACES (<00 mg/m³) COV, Cl, F & CH CHCl siloxanes Hg, Cu & As NH bactérie POUVOIR CALORIFIQUE SUPÉRIEUR, MJ/m³ INDICE WOBBE, MJ/m³ COMPOSANTS REJETÉS PAR TRAITEMENT CO O N H O H S COV, Cl, F & CH CHCl siloxanes Hg, Cu & As NH bactérie GAZ NATUREL RENOUVELABLE CH -% CO % N 0-% O 0-0,% COMPOSANTS TRACES (<00 mg/m³) H O < mg/m³ autres composants selon BNQ POUVOIR CALORIFIQUE SUPÉRIEUR,0 MJ/m³ INDICE WOBBE, MJ/m³ réf. C et 0, kpa E ST- C E Q U E L A C O M P O S I T I O N D U G A Z N A T U R E L L I V R É R E N C O N T R E L E S C O N D I T I O N S D E S E R V I C E S E T T ARIF? Oui, la composition du gaz naturel livré par la Ville de Saint-Hyacinthe rencontre les Conditions de service et Tarif de Gaz Métro. L article.. stipule notamment que le gaz naturel injecté par le client doit rencontrer les critères de TransCanada Pipelines, Canadian Mainline tels qu approuvés par l Office national de l énergie. Il est à noter que les «General Terms and Conditions» de TCPL, prévoient notamment que le gaz qui lui est acheminé pour transport doit être du gaz naturel rencontrant certains critères de qualité précis, lesquels incluent, depuis le mai 0 la norme BNQ -00/0. Un extrait des «General Terms and Conditions» de TCPL est présenté à l annexe. Page de

6 Q U E L L E S S O N T L E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D U B I O G A Z E T D U G A Z D E S Y N T H È S E?. Biogaz 0 0 Composition Le biogaz, un gaz d origine biologique produit par la fermentation de matières organiques en l absence d oxygène, est un amalgame composé notamment de méthane (CH ) (0-0 %) et de dioxyde de carbone (CO ) (-0%). Le biogaz, contrairement au gaz naturel, est toujours saturé d eau, donc il est à 00 % d humidité relative. De plus, selon l origine des matières organiques, le biogaz, contrairement au gaz naturel, contiendra une vaste diversité de composants en trace, notamment des concentrations importantes de sulfure d hydrogène (H S). De plus, l indice Wobbe du biogaz est d environ MJ/m³ alors qu il est d environ 0 MJ/m³ pour le gaz naturel. Ces caractéristiques du biogaz étaient reconnues par l industrie au moment de l amendement de l article de la Loi sur la Régie de l énergie en 00. D ailleurs, préalablement au changement législatif, ces caractéristiques particulières quant à la composition du biogaz ont amené Gaz Métro à desservir Cascades, à Ste-Sophie, par l intermédiaire d une conduite dédiée, notamment pour les raisons ci-après énoncées. Commercialisation Une des principales particularités du biogaz est qu il soit, contrairement au gaz naturel, difficilement commercialisable par l intermédiaire des réseaux de distribution des utilités publiques en raison de sa composition. Sa commercialisation requiert donc des conduites dédiées et des équipements de combustion adaptés. En effet, l infrastructure pour manipuler le biogaz a besoin de matériaux de construction capables de résister aux conditions corrosives causées par la concentration élevée de dioxyde de carbone (CO ) et du sulfure d hydrogène (H S) Les informations dont fait état cette rubrique proviennent notamment de la norme BNQ -00/0 : Biométhane Spécifications de la qualité pour injection dans les réseaux de distribution et de transport du gaz naturel (annexe ) ainsi que de l Association gazière canadienne (annexe ). Quotient du pouvoir calorifique supérieur par la racine carrée de la densité du gaz par rapport à l'air. L indice Wobbe est typiquement de 0, MJ/m³. La plage officielle pour le gaz naturel est entre. et. MJ/m³ à C et 0, kpa. Page de

7 en présence d un taux d humidité élevé. Les équipements de combustion doivent donc être configurés pour un gaz ayant un pouvoir calorifique correspondant à un indice Wobbe équivalent à la moitié de celui du gaz naturel. Il est essentiel de considérer ces facteurs pour la conception d un réseau de biogaz dédié.. Gaz de synthèse 0 0 Composition Le gaz de synthèse, un mélange gazeux d origine manufacturière, qui contient principalement de l hydrogène (H ) et du monoxyde de carbone (CO) dans des proportions variables selon la configuration et le mode d opération du procédé de gazéification. Selon le procédé de fabrication retenu, le gaz de synthèse peut également contenir du méthane (CH ). L indice Wobbe du gaz de synthèse est d environ MJ/m³ alors qu il est d environ 0 MJ/m³ pour le gaz naturel. Commercialisation Une des principales particularités du gaz de synthèse, lorsqu il contient du méthane, est qu il soit, contrairement au gaz naturel, difficilement commercialisable par l intermédiaire des réseaux de distribution des utilités publiques en raison de sa composition. Sa commercialisation requiert donc des conduites dédiées et des équipements de combustion adaptés. En effet, l infrastructure pour manipuler le gaz de synthèse a besoin des matériaux de construction capables de résister des conditions de fragilisation causées par la concentration élevée d hydrogène. Les équipements de combustion doivent être configurés pour un gaz ayant un pouvoir calorifique correspondant à un indice Wobbe de moins de 0 % de celui du gaz naturel. Généralement, le gaz de synthèse est produit pour la synthèse (d où l origine du nom) des autres molécules comme le méthanol, l éthanol ou le méthane, et non pas pour l utilisation comme carburant en raison de ses Les informations dont fait état cette rubrique proviennent notamment du site internet d Air Liquide, un important producteur de gaz de synthèse (annexe ). Quotient du pouvoir calorifique supérieur par la racine carrée de la densité du gaz par rapport à l'air. L indice Wobbe est typiquement de 0, MJ/m³. La plage officielle pour le gaz naturel est entre. et. MJ/m³ à C et 0, kpa. Page de

8 caractéristiques différentes du gaz naturel (notamment son pauvre pouvoir calorifique). Il est essentiel de considérer ces facteurs pour la conception d un réseau de gaz de synthèse dédié. C O N C L U S I O N 0 Le gaz qui sera injecté dans le réseau de distribution dans le cadre du présent projet est du méthane n affichant ni les caractéristiques du biogaz, ni celles du gaz de synthèse. Ce gaz est du gaz naturel. Dans le cadre du présent dossier, l expression «gaz naturel renouvelable» est également employée pour désigner le gaz naturel produit par la Ville. Cette expression est utilisée puisque la production de la Ville est carboneutre aux fins de l application du Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (SPEDE). D ailleurs, comme indiqué au dossier R--0, Gaz Métro ne déclarera pas les volumes de gaz naturel en provenance de la Ville en vertu du Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminant dans l atmosphère puisque ces volumes doivent être considérés comme faisant partie de la «portion renouvelable» du gaz naturel. R--0, pièce B-00, Gaz Métro-, Document, p. Page de

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Pierre Méthé Louise Pelletier Bernard Houle Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Pierre Méthé Louise Pelletier Bernard Houle Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2015-010 R-3909-2014 10 février 2015 PRÉSENTS : Pierre Méthé Louise Pelletier Bernard Houle Régisseurs Société en commandite Gaz Métro Demanderesse et Intervenants

Plus en détail

Spécifications pour l injection du biométhane dans le réseau du gaz naturel. Abdelhaq El Ouardi, Ing. Service des énergies nouvelles

Spécifications pour l injection du biométhane dans le réseau du gaz naturel. Abdelhaq El Ouardi, Ing. Service des énergies nouvelles Spécifications pour l injection du biométhane dans le réseau du gaz naturel Abdelhaq El Ouardi, Ing. Service des énergies nouvelles Plan d ensemble Biométhane: le gaz naturel renouvelable; Contexte légal

Plus en détail

PROJET DE COMPLÉMENT 2 AU RÈGLEMENT No. 85. (Mesure de la puissance nette)

PROJET DE COMPLÉMENT 2 AU RÈGLEMENT No. 85. (Mesure de la puissance nette) NATIONS UNIES E Conseil Economique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.29/582 30 juillet 1997 FRANÇAIS Original: ANGLAIS et FRANÇAIS ECONOMIC COMMISSION FOR EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010

Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 ARGUMENTATION DE GAZ MÉTRO Origine : Demande de suivi relatif aux questions d argumentation adressées aux participants en date du 26 novembre 2010 Demandeur : Régie de l énergie À titre introductif, Gaz

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs. Société en commandite Gaz Métro Demanderesse D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2010-082 R-3732-2010 23 juin 2010 PRÉSENTS : Michel Hardy Louise Pelletier Marc Turgeon Régisseurs Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision procédurale

Plus en détail

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13 MARS 2009 Objet Ces prescriptions propres au distributeur Gaz de France (désigné ci-après par «Distributeur») contiennent les exigences au sens de la loi n 2003-8 du 3 janvier 2003 et du décret n 2004-555

Plus en détail

F O R M U L E D É T A B L I S S E M E N T D U P R I X D A C H A T P O U R L E S P R O D U C T E U R S D E

F O R M U L E D É T A B L I S S E M E N T D U P R I X D A C H A T P O U R L E S P R O D U C T E U R S D E F O R M U L E D É T A B L I S S E M E N T D U P R I X D A C H A T P O U R L E S P R O D U C T E U R S D E G A Z N A T U R E L R E N O U V E L A B L E Q U I I N J E C T E N T D A N S L E R É S E A U Page

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

Prescriptions techniques. de l opérateur de stockage Gaz de France

Prescriptions techniques. de l opérateur de stockage Gaz de France Prescriptions techniques établies en application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport,

Plus en détail

Groupe Régaz-Bordeaux. La Méthanisation avec Injection dans le réseau public de gaz naturel

Groupe Régaz-Bordeaux. La Méthanisation avec Injection dans le réseau public de gaz naturel Groupe Régaz-Bordeaux La Méthanisation avec Injection dans le réseau public de gaz naturel Régaz-Bordeaux: un groupe énergétique local, acteur de la transition énergétique 46 communes desservies Notre

Plus en détail

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique.

de production. Le déplacement d un incinérateur mobile pourrait toutefois pallier, du moins partiellement, cette contrainte économique. Article publié dans Porc Québec Juin 2004 RECHERCHE Trois incinérateurs d animaux morts au banc d essai SYLVAIN PIGEON, M. SC., INGÉNIEUR ET CHARLES FORTIER, INGÉNIEUR JUNIOR ET AGRONOME, BPR GROUPE-CONSEIL

Plus en détail

ANAC - RAM 20 PARTIE 2 LISTE DES PAGES EFFECTIVES

ANAC - RAM 20 PARTIE 2 LISTE DES PAGES EFFECTIVES Page: LPE 1 de 1 LISTE DES PAGES EFFECTIVES Chapitre Page Nº d Edition Date d Edition Nº de Révision Date de Révision LPE 1 01 Déc.2007 01 Fév. 2011 ER 1 01 Déc.2007 01 Fév. 2011 LA 1 01 Déc.2007 01 Fév.

Plus en détail

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression

Service de fourniture de gaz naturel Service de gaz de compression Les services de fourniture et de gaz de compression de gaz naturel et de gaz de compression EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture

Plus en détail

Les composantes de la tarification. novembre 2013

Les composantes de la tarification. novembre 2013 Les composantes de la tarification novembre 2013 Le service de fourniture de gaz EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture du gaz naturel

Plus en détail

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9 Page : 1 / 9 Exigences applicables aux Fournisseurs d Astrium résultant des Législations relatives à la Protection de l Environnement et à la Santé des Travailleurs La version actuelle applicable de ce

Plus en détail

Société en commandite Gaz Métro Cause tarifaire 2014, R-3837-2013

Société en commandite Gaz Métro Cause tarifaire 2014, R-3837-2013 RÉPONSE À LA SOCIÉTÉ EN COMMANDITE GAZ MÉTRO (GAZ MÉTRO) À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS NO 2 DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DE L ENTREPRISE INDÉPENDANTE (FCEI) RELATIVE À LA DEMANDE D APPROBATION DU PLAN

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4

E/ECE/324/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.100/Rev.2/Amend.4 25 janvier 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

COMPTE DE FRAIS REPORTÉS REDEVANCE AU FONDS VERT

COMPTE DE FRAIS REPORTÉS REDEVANCE AU FONDS VERT COMPTE DE FRAIS REPORTÉS REDEVANCE AU FONDS VERT Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE...5 2. DEMANDE DU TRANSPORTEUR...8 Page 3 de 8 1. CONTEXTE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19

Plus en détail

Office national de l énergie Dossier : OF-AF-SAC-01 Demande de renseignements n o Gr2 COM 1

Office national de l énergie Dossier : OF-AF-SAC-01 Demande de renseignements n o Gr2 COM 1 Page 1 sur 5 Crescent Point Energy Corp. (CPEC) : d approbation des processus et mécanisme envisagés pour le prélèvement des fonds de cessation d exploitation de pipelines Déposée le 30 mai 2013 Office

Plus en détail

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Décret n 2013- du relatif aux canalisations de transport de gaz, d hydrocarbures et de produits chimiques NOR : DEVP13XXXXXD

Plus en détail

Commission wallonne. Ingénieur Technique Gaz

Commission wallonne. Ingénieur Technique Gaz Commission wallonne pour l Energie L injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel Contexte en Région wallonne. Thierry COLLADO Ingénieur Technique Gaz Une idée reçue Une idée reçue : BIOGAZ

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe 8 juillet 2015 Table des matières Qui sommes-nous Le projet

Plus en détail

PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS

PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS Protéger l environnement Produire de l énergie Deux nécessités pour l Afrique, que nous adressons à travers notre système de production non polluant

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Neugasse 6 CH8005 Zürich Tél.: +41 (0)44 250 88 11 Fax: +41 (0)44 250 88 22 Email: blaettler@holzenergie.ch Tél.: +41 (0)21 310 30 36 direct Répertoire des appareils de chauffage conforme à l OPair Feuille

Plus en détail

natureplus e.v. Directive d attribution 0106 PANNEAUX ISOLANTS À BASE DE VIEUX PAPIER Édition : septembre 2010 pour l attribution du label de qualité

natureplus e.v. Directive d attribution 0106 PANNEAUX ISOLANTS À BASE DE VIEUX PAPIER Édition : septembre 2010 pour l attribution du label de qualité info@natureplus.org natureplus e.v. Directive d attribution 0106 Édition : septembre 2010 pour l attribution du label de qualité État: septembre 2010 Page 2 de 6 0 Préambule Les critères d attribution

Plus en détail

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010 1 Clean Tuesday 03-2010 Un jeune homme israélien de 16 ans, découvre, presque par hasard, les effets de différents alliages sur l air utilisée dans les moteurs à combustion. Deux années de recherche et

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Société admissible... 3 Régions admissibles... 3 Certificat

Plus en détail

Prescriptions Techniques

Prescriptions Techniques Prescriptions Techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux Canalisations et Raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014 D029990/02 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 28 janvier 2014 Le 28

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux 18/12/2015 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014 SOLVAY, plateforme de Tavaux Le bilan d émissions de gaz à effet de serre de la société Rhodia Opération France a été établi conformément

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364

Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Ordonnance de télécom CRTC 2014-364 Version PDF Ottawa, le 11 juillet 2014 Numéros de dossiers : Avis de modification tarifaire 466 de Bell Aliant et 7412 de Bell Canada Bell Aliant Communications régionales,

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel?

Contexte. Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? Quelle démarche pour vous raccorder à notre réseau de transport de gaz naturel? 1.0 1 er mars 2010 1 er mars 2010 Création Page 2 sur 8 Sommaire 1 VOTRE PROJET... 3 2 NOTRE RESEAU... 3 3 CONTACTS... 4

Plus en détail

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la!

PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ. L énergie est notre avenir, économisons-la! PrimaGNL LE GAZ NATUREL LIQUÉFIÉ PAR PRIMAGAZ L énergie est notre avenir, économisons-la! LE GNL UNE SOLUTION AUX MULTIPLES ATOUTS Avec l arrivée de PrimaGNL, le Gaz Naturel Liquéfié est désormais disponible

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

CH12: PROPRIETES DE L'AIR

CH12: PROPRIETES DE L'AIR CH12: PROPRIETES DE L'AIR Exercices: 7,8,10,13,15,16,17 et 19 p23-25 ED et FM p 21-22 Les exercices du livre «sais-tu l essentiel?»de chaque cours sont à faire automatiquement au brouillon pendant toute

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

MÉCANIQUE : (4,5 points)

MÉCANIQUE : (4,5 points) La plupart des voitures de demain devront respecter certaines caractéristiques, si l on veut réduire l impact environnemental et ainsi préserver la planète. MÉCANIQUE : (4,5 points) Partie 1 : Étude du

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, J.O. Numéro 170 du 25 Juillet 1998 page 11394 Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Décret n 98-638 du 20 juillet 1998 relatif à la prise en compte des exigences liées à l'environnement

Plus en détail

DISTRIBUTION GAZ PRESCRIPTIONS TECHNIQUES VIALIS

DISTRIBUTION GAZ PRESCRIPTIONS TECHNIQUES VIALIS VIALIS Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution et de stockage

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D.

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D. THÈME : MOTORISATION TITRE : Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs 1.1.1. Cours 1.1.2. T.P. / T.D. Date mise à jour 6 mai 2004 Auteur référent Nom :

Plus en détail

PRÉSENTS : M. Jean A. Guérin, M.A. (Écon.), président M e Lise Lambert, LLL., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière. B. Sc. (Écon.

PRÉSENTS : M. Jean A. Guérin, M.A. (Écon.), président M e Lise Lambert, LLL., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière. B. Sc. (Écon. D-2000-137 R-3443-2000 17 juillet 2000 PRÉSENTS : M. Jean A. Guérin, M.A. (Écon.), président M e Lise Lambert, LLL., vice-présidente M. Jean-Noël Vallière. B. Sc. (Écon.) Régisseurs Société en commandite

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE SUJET

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE SUJET REMPLACEMENT 2015 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion Série : STAV BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE E8 SCIENCES DE LA MATIÈRE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice Le sujet

Plus en détail

L outil SPEC : calculez l efficacité de votre chaufferie vapeur

L outil SPEC : calculez l efficacité de votre chaufferie vapeur L outil SPEC : calculez l efficacité de votre chaufferie vapeur Colloque multiénergie AGPI Marie-Joëlle Lainé, ing. Conseillère Groupe DATECH Plan de présentation 1. Mise en contexte 2. Définition d une

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2013-005 R-3828-2012 16 janvier 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision Demande de Gaz Métro relative au

Plus en détail

La carte «Biomethane»

La carte «Biomethane» Dans la semaine du développement durable: "jouons cartes sur tables " Atelier-Débat sur «l énergie à la carte» La carte «Biomethane» Arancha BODEN, Directeur Territoriale Régional Aquitaine Cadaujac, Mercredi

Plus en détail

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse

Les déchets de Ste-Sévère produisent de l énergie. Dossier de presse Dossier de presse Contact : Alexa BADIN - Responsable communication - Tél : 05 45 05 22 52 - abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82 50 / Fax 05 45 65 82 55 / Numéro vert : 0

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz et le pétrole (partie VI de la Loi) 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie concernant le gaz

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

Conditions de service et Tarif

Conditions de service et Tarif Conditions de service et Tarif En vigueur à compter du 1 er janvier 2016 Conditions de service et Tarif au 1 er janvier 2016 Ce document est disponible électroniquement à l adresse Internet suivante :

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À LA DIVERSIFICATION DES MARCHÉS DES ENTREPRISES MANUFACTURIÈRES QUÉBÉCOISES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage 1/9 2/9 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : ELIVIA VILLERS BOCAGE Code NAF : 1011Z Code SIREN

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

Situation actuelle et législation relative à l injection du biogaz dans le réseau de gaz naturel

Situation actuelle et législation relative à l injection du biogaz dans le réseau de gaz naturel Situation actuelle et législation relative à l injection du biogaz dans le réseau de gaz naturel Contexte en Région wallonne Actuellement, le biogaz ou gaz renouvelable issu de la fermentation de la biomasse

Plus en détail

Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation.

Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation. Noms : Prénoms : Classe : Sujet à rendre obligatoirement avec la copie Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation. Barème S approprier Analyser Valider Questions Capacités attendues Compétence

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV FILE D ATTENTE DE PAIEMENT

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV FILE D ATTENTE DE PAIEMENT ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV, décembre 1998: révisée le 19 novembre 2001, et le 31 mars 2003. Révisée : le 19 novembre 2001 TABLE DES MATIÈRES FONDEMENT... 1... 1 OPTIONS DE FILE

Plus en détail

3.) La préparation du biogaz

3.) La préparation du biogaz 3.) La préparation du biogaz Les principaux polluants et leurs effets nocifs Le soufre et ses composés (H 2 S notamment): Corrosion des équipements, dépôt sur les équipements Les condensats: Corrosion

Plus en détail

RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET POLITIQUE D APPEL Révisés en avril 2013 par le Comité de gouvernance

RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET POLITIQUE D APPEL Révisés en avril 2013 par le Comité de gouvernance RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS ET POLITIQUE D APPEL Révisés en avril 2013 par le Comité de gouvernance Énoncé de politique L Association Royale de Golf du Canada, active sous l appellation de Golf Canada («Golf

Plus en détail

«Aire de jeux suspendue dans les arbres» Règlement de Consultation (R.C) Date limite de réception des offres 20 janvier 2016

«Aire de jeux suspendue dans les arbres» Règlement de Consultation (R.C) Date limite de réception des offres 20 janvier 2016 Appel d Offres Ouvert Marché de Fournitures et Services «Aire de jeux suspendue dans les arbres» Règlement de Consultation (R.C) Date limite de réception des offres 20 janvier 2016 Date d envoi de l avis

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, Président, Olivier CHALLAN BELVAL et Michel THIOLLIERE, Commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, Président, Olivier CHALLAN BELVAL et Michel THIOLLIERE, Commissaires. Délibération Délibération de la ommission de régulation de l énergie du 27 septembre 2012 portant avis sur le projet de décret modifiant le décret n 2011-1597 du 21 novembre 2011 relatif aux conditions

Plus en détail

Epuration du biogaz. Muriel Schibler 06 99 07 85 96. muriel.schibler@gdfsuez.com

Epuration du biogaz. Muriel Schibler 06 99 07 85 96. muriel.schibler@gdfsuez.com Epuration du biogaz Muriel Schibler 06 99 07 85 96 muriel.schibler@gdfsuez.com CARTOGRAPHIE DES SITES QUI INJECTENT EN OCTOBRE 2014 3 membranes 1 lavage à l eau 1 PSA Et après!!!! 140113 WIN Briefing meeting

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Page 1 Table des matières CONTEXTE... 4 NOTE METHODOLOGIQUE... 5 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 6 A. DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Poste 3: L environnement et le gaz naturel

Poste 3: L environnement et le gaz naturel instructions élèves Poste 3: L environnement et le gaz naturel Objectif: Tu connais les différentes formes de pollution de l environnement causés par des sources d énergies diverses et tu connais les avantages

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION R.C. Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Maître de l ouvrage : Mairie de FENOUILLET Département de la Haute Garonne Objet du marché : FOURNITURE POSE ENTRETIEN ET MAINTENANCE DES MOBILIERS

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion Anne-Sophie BOILEAU LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques La typologie des projets Méthanisation éléments de réflexion 2 La méthanisation : le principe

Plus en détail

La méthanisation des matières organiques

La méthanisation des matières organiques Direction Départementale des Territoires de l Orne Service Aménagement et Environnement Bureau Aménagement du Territoire La méthanisation des matières organiques Fiche n 2 bis Informations sur l injection

Plus en détail

comme gaz de ville. En effet, un décret de 2004 1 précise que le ministre en charge de l environnement

comme gaz de ville. En effet, un décret de 2004 1 précise que le ministre en charge de l environnement Biogaz : un avenir pour les déchets ménagers? Carole Leroux Biogaz : un avenir pour les déchets ménagers? Carole Leroux est chargée de projet scientifique à la direction de l Évaluation des risques de

Plus en détail

VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. ch. S-5.5 (la Loi)

VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. ch. S-5.5 (la Loi) VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. ch. S-5.5 (la Loi) ET DANS L AFFAIRE DES DISPENSES DE CERTAINES OBLIGATIONS RELATIVES AUX ÉTATS FINANCIERS PRÉVUES À L ANNEXE 45-106A2, NOTICE D OFFRE DE L

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

La chaîne gazière au service de la transition énergétique

La chaîne gazière au service de la transition énergétique La chaîne gazière au service de la transition énergétique Jean-Michel Figoli Convention AFG «Gaz et climat» 3 novembre 2015 LE MARCHÉ DE L ÉNERGIE Le développement accéléré des énergies nouvelles L EUROPE

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

les dossiers du Loss Prevention Unit

les dossiers du Loss Prevention Unit les dossiers du Loss Prevention Unit la production de biogaz associée à la cogénération réinventons l assurance La production de biogaz associée à la production d énergie par cogénération. Qu est-ce que

Plus en détail