ÉCURITÉ. financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE JUIN 2000

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCURITÉ. financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE JUIN 2000"

Transcription

1 S ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE JUIN 2000 Actualités Dossier Le vieillissement de la population impose la marche à suivre dans l'industrie des produits et services financiers Chroniques Assurance Pourquoi les hommes meurent-ils plus jeunes que les femmes? Planification financière La planification financière sous un angle nouveau Produits financiers et placements Vous songez investir dans la biotechnologie? Des balises indispensables pour vous ENVOI DE PUBLICATIONS CANADIENNES N O DE CONVENTION

2 Assurances collectives de Standard Life Souplesse... à tous les niveaux Pour Standard Life, il va de soi que chaque entreprise est unique. Vous et vos salariés avez des exigences particulières et il importe que votre régime d'assurances collectives en tienne compte. C est pourquoi nous prenons le temps de vous écouter et de concevoir un régime à votre mesure. Cette démarche exige un travail d équipe rigoureux. Nos gens appuyés par une technologie de pointe ainsi que par des produits et services de qualité supérieure, travaillent avec vous afin de vous offrir la solution la plus efficace qui soit en regard des coûts et de vos besoins. Bref, vous pouvez compter sur Standard Life pour vous offrir à la fois souplesse et tranquillité d esprit. Tirez profit de notre savoir-faire

3 S ÉCURITÉ financière LA REVUE PROFESSIONNELLE DES MEMBRES DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE JUIN 2000 SOMMAIRE PRÉSIDENT Alain Poirier VICE-PRÉSIDENT AUX ASSURANCES Alain C. Roy, A.V.C., Pl. fin. VICE-PRÉSIDENT AUX VALEURS MOBILIÈRES Martin Rochon, A.V.C., Pl. fin. ADMINISTRATEURS M e Louis Chartrain Michel Paquet Richard Pelletier Claude Poirier, A.V.A., Pl. fin. Louis Rouleau, A.V.A., Pl. fin. M e Jacques St-Amant Danielle Surprenant, A.V.A., Pl. fin. Louise Viau, A.V.A., Pl. fin. ADMINISTRATION Lucie Granger Directrice générale et secrétaire SÉCURITÉ FINANCIÈRE 500, Sherbrooke Ouest, 7 e étage Montréal (Québec) H3A 3C6 (514) RESPONSABLES DES COMMUNICATIONS ET DES PUBLICATIONS Lissia de Bellefeuille par intérim RÉVISION Lissia de Bellefeuille GRAPHISME Bizier & Bouchard TRADUCTION Luisa Perini GROUPE-CONSEIL À L ORIENTATION DU CONTENU Gérard Bérubé, journaliste Jean Bubendorff, v.-p. principal, Corporation financière Mackenzie Pierre Brunette, A.V.A., M.fisc. Claude Ménard, v.-p., Groupe PPI PUBLICITÉ Communications Publi-Services inc. Jean Thibault et Nathalie Rho (450) IMPRESSION Interweb inc. TIRAGE exemplaires ABONNEMENT 30 $ par année PARUTION 6 éditions régulières DÉPÔT LÉGAL Bibliothèque Nationale du Québec Bibliothèque Nationale du Canada ISSN IMPORTANT Les opinions exprimées dans SÉCURITÉ FINANCIÈRE n engagent que leurs auteurs. Pour des raisons typographiques, veuillez noter que l emploi du féminin est sous-entendu. 4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Préparer l avenir 6 ACTUALITÉS 8 PRESIDENT S MESSAGE Preparing the Future 10 DOSSIER Le vieillissement de la population impose la marche à suivre dans l industrie des produits et services financiers CHRONIQUES 16 ANALYSE Enfin des baisses d impôt! 18 ASSURANCE Pourquoi les hommes meurent-ils plus jeunes que les femmes? 20 PLANIFICATION FINANCIÈRE La planification financière sous un angle nouveau 22 PRODUITS FINANCIERS ET PLACEMENTS Vous songez investir dans la biotechnologie? Des balises indispensables pour vous 24 DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Programme de formation continue 26 PROTECTION DU PUBLIC Connaissez-vous le règlement sur l exercice des activités des représentants? 28 DU CÔTÉ DE LA DISCIPLINE Avis et plaintes rejetées 3 Juin 2000

4 MESSAGE DU PRÉSIDENT Préparer l avenir Chers collègues, Dans un environnement en constante évolution, où démutualisations, fusions et acquisitions se multiplient à travers de nouvelles lois, le consommateur se créer de plus en plus d attentes vis-à-vis de son conseiller en raison de la panoplie de produits qui ne cessent d évoluer. À ce moment-ci, il m apparaît essentiel de prendre un temps d arrêt pour faire le bilan des dernières étapes parcourues, je pense, entre autres, à la transition vers la Loi 188 et aux activités de la Chambre dans ce contexte. Quelles sont les réussites et les déceptions, selon les objectifs que la Chambre s était fixés? Quelles seront les tendances dans l évolution des pratiques des conseillers, et ce, dans les six disciplines qui composent la Chambre? Quel impact aura la formation continue comme levier de modernisation des connaissances des praticiens dans les conseils et services que recevront les consommateurs. C est en raison de ces nombreuses interrogations que se rencontreront le conseil d administration de la Chambre, les présidents de sections et les membres de comités à l occasion d un exercice de planification stratégique qui débutera dès juin et s étendra jusqu à la miautomne. Soyez sans crainte, nous vous communiquerons les conclusions qui seront ressorties de cette planification. Dans un autre ordre d idées, le conseil d administration poursuit sa réflexion en regard des élections à venir. La représentativité des disciplines étant déjà prévue dans la loi, il nous reste à en déterminer les modalités. Tout un défi de préparer une élection en divisant le Québec en trois pour certaines disciplines, en une seule pour d autres, en considérant que certaines personnes auront droit de vote dans quatre disciplines et d autres dans deux. La ligne de pensée de la Chambre se dresse comme suit : que tous les membres de la Chambre puissent exercer leur droit de vote, que tous les candidats soient soumis à des règles équitables et que chacun ait la possibilité de se faire élire. 4 Alain Poirier Conseiller en sécurité financière Conseiller en assurance et rentes collectives

5

6 ACTUALITÉS par Lissia de Bellefeuille 6 > PUBLICATION Le magazine Protégez-Vous a sorti dans sa collection «Protégez-Vous» son Guide pratique du consommateur, L assurance sans pièges!. Pour savoir tout sur l assurance vie, invalidité, voyage, médicaments, santé et les régimes publics. La Chambre de la sécurité financière de même que le Bureau des services financiers ont collaboré à la réalisation de ce guide. > INNOVATIONS Zurich Canada a officiellement lancé son site extranet dédié aux courtiers le 13 avril dernier. Cette innovation technologique permet dorénavant aux courtiers de procéder, entre autres, à la modification de polices par Internet. Elle permet aussi aux courtiers de traiter en direct les avenants touchant l assurance-habitation et l assurance-automobile; d accéder aux renseignements les plus récents sur la facturation relative aux polices de leurs clients; de recevoir un rapport de situation sur les affaires nouvelles en assurance-vie et de télécharger un logiciel d illustrations pour les produits d assurance-vie. Zurich Canada est membre du groupe Zurich Financial Services, un chef de file mondial dans l industrie des services financiers. > Malgré la fermeture d environ 200 succursales au Canada dans le cadre d un programme de consolidation, la Banque de Montréal (BMO) investira plus de 20 millions $ cette année dans l amélioration de son réseau de succursales au Québec. «Nous allons ajouter des mégasuccursales et étendre notre réseau de mini-succursales dans les supermarchés», a indiqué Anthony Comper, président et chef de la direction de la BMO. Près d une douzaine de succursales devrait être implantée dans les supermarchés IGA. Les méga-succursales, pour leur part, offriront toutes la gamme de services disponibles : simples transactions, prêts hypothécaires, services commerciaux, conseils en investissements, etc. > CONSEIL L Institut des fonds d investissement du Canada (IFIC) émettait un communiqué d information le 19 avril mettant en garde les investisseurs qui pourraient avoir tendance à passer d un fonds d actions à l autre selon les tendances du marché boursier. L IFIC rappelle que les fonds d actions utilisés dans le cadre de la planification de la retraite sont considérés comme des investissements à long terme. Pour réussir ses placements dans les fonds communs en vue de la retraite, l IFIC suggère de se doter d un portefeuille diversifié équilibré, de rester fidèle à sa stratégie à long terme et de privilégier la durée et non la synchronisation avec le marché. Pour en savoir davantage, consultez leur site Web à > RECOMMANDATION À la suite d un rapport rédigé par un comité du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), en collaboration avec des représentants de l industrie de l assurance, des recommandations ont été émises. Le CCRRA souhaite, entre autres, que les consommateurs soient mieux renseignés et soient pleinement au fait des produits d assurance-vie et d assurance-invalidité qu ils ont l intention d acheter, avant la conclusion du contrat évidemment. Pour ce faire, le CCRRA souhaite que les contrats d assurance soient rédigés en langage clair et qu ils comportent une définition des termes spéciaux. > TRANSACTION La compagnie d assurance-vie Clarica a conclu l acquisition des affaires de rétrocession d assurance-vie de la Financière Sun Life du Canada pour une somme d environ 171 millions $ après avoir reçu les approbations des organismes de réglementation. Cette transaction, annoncée le 19 janvier, porte surtout sur des activités de rétrocession d assurance-vie et sur quelques contrats de réassurance financière. Elle ne comprend toutefois pas les activités de réassurance de risques spéciaux ainsi que d assurance accident ou maladie de la Sun Life. Pour le trimestre ayant pris fin le 31 mars 2000, Clarica a affiché un bénéfice net de 70 millions $, soit une hausse de 13 % par rapport au bénéfice net de 62 millions $ enregistré en 1999.

7 MOUVEMENT DESJARDINS > Avec la marge de manœuvre que confère la nouvelle Loi sur la distribution des produits et services financiers (Loi 188), Desjardins entend bien en tirer profit. De fait, le Mouvement est la seule institution financière à pouvoir offrir de l assurance-vie dans ses succursales. C est pourquoi Assurance-vie Desjardins Laurentienne Txt intro (AVDL) investira 32 millions $ d ici 2002, dont 15 millions $ cette année, afin de recruter 400 nouveaux conseillers en sécurité financière qui offriront de l assurance-vie dans les caisses populaires. Monsieur Alban D Amours, président du Mouvement Desjardins, croit que «l embauche de conseillers en sécurité financière pourrait diminuer l impact de la restructuration» qui visait à éliminer 5000 postes. À ce jour, 3500 postes n ont toujours pas été supprimés. AVDL prévoit notamment recruter à l intérieur même du Mouvement et offrir la formation requise aux employés intéressés. Le recrutement se fait aussi à l extérieur. > RÉSULTATS TRIMESTRIELS La Corporation financière Canada-Vie a enregistré un bénéfice net de 71 millions $ au premier trimestre qui se terminait le 31 mars 2000, ce qui représente une hausse de 16 % par rapport à la même période l an dernier. De fortes ventes de polices d assurance-vie au Canada et l amélioration des résultats de ses opérations aux États-Unis expliqueraient l augmentation du bénéfice net. ASSURANCE-MÉDICAMENTS > Le sous-financement du régime public d'assurance-médicaments ayant causé un déficit de 79 millions $ en a donné lieu à une majoration de la prime annuelle. Cette dernière passera de 175 $ à 350 $ par an. C'est ce qu'a confirmé la ministre d'état à la Santé et aux Services sociaux, Pauline Marois, le 4 mai dernier. À ce jour, les détails de sa réforme du régime d'assurance-médicaments n'ont pas encore été dévoilés. Trois millions de personnes sont couvertes par ce régime. > NOMINATION Après avoir, entre autres, mené à terme le projet de démutualisation de L'Industrielle-Alliance, compagnie d'assurances sur la vie, le président et chef de direction, Raymond Garneau, quitte celle qu'il a dirigée au cours des dix dernières années. C'est au cours de la première assemblée générale annuelle des actionnaires de L'Industrielle-Alliance que l'annonce a été faite. C'est M.Yvon Charest, actif au sein de la société depuis 1979, qui assumera la relève. M. Charest entend demander à ses représentants d'obtenir le titre de planificateur financier. Il vise également un accroissement des ventes des produits d'épargne et de retraite, qui représentent 60 % de ses revenus en primes. Notons que depuis sa démutualisation et son entrée en bourse, L'Industrielle-Alliance se positionne au septième rang des compagnies d'assurance-vie et d'assurance-santé. Cette dernière gère des actifs de 13,4 milliards $ et possède une capitalisation boursière de 709 millions $. 7

8 PRESIDENT S MESSAGE Preparing the Future Dear Colleagues: In an ever-changing environment where demutualization, mergers and acquisitions are proliferating within a new legislative framework, consumers are demanding more from their advisors given the wide array of products which continue to multiply day by day. At this point in time, it seems appropriate to pause and take stock of the last few months. I m thinking about, among other things, the transition to Bill 188 and the Chamber s activities in response to this change.what are the successes and the disappointments, based on the goals the Chamber had set for itself? What trends will develop in the changing practices of the advisors from the six sectors that make up the Chamber? What impact will professional development have as a lever to update the practicians knowledge and skills in terms of the advice and services consumers will receive? To answer these questions, the Chamber s board of directors, the section presidents and the committee members will meet as part of a strategic planning exercise that will begin in June and last until mid-fall. Rest assured, we will inform you of the conclusions resulting from this plan. On another topic, the board of directors is continuing to study closely the upcoming elections. Given that the representativeness of the sectors is already provided for in the law, all that is left to do is to work out the technicalities. Quite a challenge to divide Quebec into three parts for some sectors and leave it as one for others, not to mention that some people will have the right to vote in four sectors and others in two. The Chamber s line of thought is as follows: that all Chamber members have the right to vote, that the rules applicable to candidates be fair and that each one have the possibility of being elected. 8 Alain Poirier Financial Security Advisor Advisor in Group Insurance and Group Annuity Plans

9 ON PEUT EN DIRE LONG SUR NOTRE FAMILLE DE FONDS. VOUS LE CONSTATEREZ, ELLE EST AU COEUR DU MONDE FINANCIER. Pour en savoir plus au sujet des Fonds AIM, appelez AIM au ou visitez le

10 DOSSIER Le vieillissement de la population impose la marche à suivre dans l industrie des produits et services financiers par Gérard Bérubé, journaliste 10 Deux phénomènes démographiques vont de plus en plus imposer leur diktat à l'industrie des produits et services financiers. Le vieillissement de la population et l'augmentation de l'espérance de vie vont jeter les balises autour desquelles s'articulera l'offre de produits. Deux grands axes prioritaires se dessinent déjà, avec cet accent mis sur les produits d'accumulation de l'épargne retraite et de la santé. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Si le Québec compte, aujourd'hui, près de cinq travailleurs pour un retraité, ce rapport devrait tomber à deux pour un dans 50 ans. Vu sous un autre angle, si les ans représentaient 33,9 % des électeurs en 1976, leur poids dans l'électorat tombera à 16 % en À l'autre extrémité, les personnes âgées de 65 ans et plus verront leur poids électoral presque tripler dans l'intervalle, passant de 11 % en 1976 à 28,5 % en On peut très bien imaginer les pressions qu'un tel changement démographique est susceptible de provoquer sur les programmes sociaux. Le gouvernement du Québec prévoit, d'ailleurs, que les coûts des services de santé et sociaux vont tripler au cours des 50 prochaines années pour atteindre 41 milliards, soit grosso modo le budget actuel du gouvernement. Selon les projections de la Régie des rentes du Québec, la transition démographique se fera le plus sentir entre 2010 et 2030, avec l'arrivée massive à la retraite des générations issues du baby-boom, phénomène qui aura des répercussions substantielles jusqu'en À l'opposé, et les démographes et actuaires commencent à peine à en mesurer les effets, les aînés de demain, en plus grand nombre, seront aussi plus riches que leurs aînés d'hier. La population vieillissante arrive à la retraite avec un patrimoine accumulé dans les REER ou leur caisse de retraite, et très souvent avec une propriété libre d'hypothèque, ce qui en fait d'eux des contribuables du système, contrairement à la majorité de leurs prédécesseurs. À cette nouvelle réalité vient s'ajouter l'augmentation de l'espérance de vie des Canadiens, qui atteignait à peine 45 ans il y a 100 ans. Selon le Bureau de la statistique du Québec, la durée de vie moyenne à la naissance atteignait un peu plus de 75 ans pour les hommes et 81,5 ans chez les femmes en À la même date, l'espérance de vie à 65 ans atteignait 16 ans chez les hommes et 20,3 ans chez les femmes. En résumé, «les gens qui prennent leur retraite à 55 ans auront à vivre des fruits de leur travail passé et de la pension de l'état pendant près de 30 ans. Ces consommateurs sont donc davantage préoccupés par l'accumulation, l'usage et le transfert de la richesse que par la protection d'assurance-vie», a souligné Richard Fortier, premier vice-président, Actuariat, services corporatifs et surveillance chez Assurance-vie Desjardins-Laurentienne (AVDL). Il en ressort également un transfert ou une migration des produits d'assurance-vie vers des produits d'assurance-santé. «Les gens passent de l'altruisme à l'égoïsme, pressions démographiques obligent», a-t-il renchéri, misérieux. Plus précisément, M. Fortier a mis en exergue des projections faisant ressortir une diminution du taux de croissance des primes d'assurance-vie individuelle pour la période Ce taux devrait se situer à 4,1 % contre 5,4 % pour la période En revanche, et question de mieux refléter cette préoccupation pour la santé, ces primes «santé» des assureurs ont progressé deux fois plus rapidement que les primes d'assurance-vie entre 1992 et 1997.

11

12

13 «D'après le rapport annuel de l'inspecteur général des institutions financières, les primes santé, tant sur le plan individuel que collectif, ont crû de 8 % par rapport à 4 % pour les primes d'assurance-vie individuelle et 5 % en assurance-vie collective.» Ce nouvel environnement a conduit les assureurs à multiplier les produits tels l'assurance pour maladies redoutées, l'assurance pour convalescence, l'assurance pour soin à domicile et l'assurance santé pour travailleur autonome. Il a également provoqué des pressions sur les régimes collectifs et engendré une remise en question sur la façon de faire. «En assurance collective, l'augmentation annuelle des coûts liés aux médicaments, à l'hospitalisation et aux soins paramédicaux, qui s'est située aux alentours des 7 à 8 % pendant plusieurs années, a doublé récemment. On prévoit que bon an mal an, la hausse des coûts se situera entre 13 et 16 % et cette tendance devrait se poursuivre», a renchéri Richard Fortier. Il est donc à prévoir que d'importantes modifications seront apportées à la configuration des régimes collectifs. Sous la forme, notamment, d'une prolifération de régimes modulaires ou à la carte appelant les participants à contribuer davantage, ou d'une élimination de certaines protections dans les régimes collectifs, laissant au participant le soin de se les procurer sur une base individuelle. Chez AVDL, on a noté qu'en assurance-vie, individuelle et collective, la croissance des primes se maintient autour des 4 ou 5 % l'an. Mais en santé, la croissance est double. «L'assurance pour maladies redoutées ou graves, et les produits liés à la convalescence et les soins de santé de longue durée, sont en émergence. Nous allons, aujourd'hui, chercher 20 % de nos ventes dans le segment santé individuelle, et ça augmente beaucoup dans le collectif»,a précisé M. Fortier. «Au cours des dix dernières années, nous avons modifié notre façon de voir l'assurance-vie, a souligné Pierre Brunelle, fiscaliste. Ce produit a longtemps été associé à un besoin de remplacer le gagne-pain en cas de décès. Mais avec la richesse accumulée dans les REER, les immeubles ou en Bourse, l'assurance-vie devient davantage liée aux préoccupations entourant la succession et les sommes léguées aux héritiers, cette richesse accumulée devenant imposable lors du décès. Si, auparavant, nous disions aux clients d'acheter du terme et de placer la différence, l'assurance-vie tend à devenir une décision essentiellement fiscale, la prime devenant un placement annuel visant à répondre aux contraintes financières au décès.» «Il faut dire que tout cela évolue avec le développement de l'individu. On n'a pas les mêmes besoins à 20 ans qu'à 40 ou 60 ans. Les besoins évoluent avec la croissance de l'individu, dans une séquence assurance vie-épargne-santé. Nous ne sommes là que pour bien lire la situation et pour répondre à la demande dans le cadre d'une gestion de portefeuille et d'une protection globale», a insisté Richard Fortier. Avec ce vieillissement naît cette crainte de «mourir trop vieux», de se rendre trop rapidement au bout de son épargne. D'où la tendance actuelle des baby-boomers à l'accumulation de l'épargne. «Ils ont le sentiment, ils ont cette conscience que les caisses publiques de retraite ne seront pas suffisantes. Ils ont cette volonté de se prendre en mains et de combler leurs propres besoins.» Coté accumulation de l'épargne, les besoins vont dans le sens d'une redéfinition de la relation risque-rendement au rythme du vieillissement du consommateur. Pierre Brunelle rappelle que «nous évoluons dans un contexte d'espérance de vie plus longue et de taux d'intérêt baissiers ou faibles. Avec un taux de rendement de 4 % avant impôts, tu ne vis pas très bien. L'investissement boursier devrait donc conserver la cote.» Et Richard Fortier de renchérir : «À 30 ou 40 ans, tu penses long terme et diversification. 13

14 DOSSIER 14 Plus tu vieillis, plus le rendement conserve son importance, mais plus la protection du capital devient une préoccupation.» Un paradoxe que M. Brunelle résume ainsi : «Plus les gens vieillissent et moins ils prennent des risques, mais plus il devient important qu'ils en prennent.» LES FONDS DISTINCTS Face à ces tiraillements sont apparus des produits d'épargne hybrides, empruntant au meilleur des deux mondes. On pense aux dépôts boursiers, qui offrent la protection du capital et un rendement collé sur l'évolution de l'indice boursier de référence. On pense aussi à cette prolifération des fonds distincts. À ces fonds d'investissement permettant de miser sur les meilleures performances auxquelles une assurancevie est rattachée de manière à offrir une protection totale du capital à l'échéance, généralement après une période de détention de dix ans. La protection minimale exigée par la loi est de 75 % du capital, mais nombre d'institutions financières offrent une protection de 100 %. À l'échéance, ou au décès, le titulaire reçoit le plus élevé du capital ou du capital gonflé de ses plus-values. La formule a été enrichie avec la cristallisation des gains, généralement deux fois l'an, un mécanisme qui implique une réinitialisation de la police d'assurance-vie accolée au fonds de placement et qui permet de reconduire la protection du capital grossie de ses plus-values. Certaines banques ont réagi à la popularité croissante des fonds distincts, jusque-là l'apanage des compagnies d'assurances, en offrant des fonds protégés. Ces fonds répondent à la même mécanique mais ne peuvent prétendre à l'insaisissabilité, contrairement aux fonds distincts offerts par les assureurs très souvent en partenariat avec des gestionnaires extérieurs. Quoique cette reconnaissance de l'insaisissabilité revienne ultimement aux tribunaux. «Ces fonds et les dépôts indiciels sont, effectivement, le meilleur des deux mondes. Mais cette sécurité du capital a un prix, a commenté le fiscaliste Pierre Brunelle. Et ce ne sont pas nécessairement des bons véhicules pour les gens à la retraite, car il faut attendre l'échéance avant d'accéder au capital. Le mécanisme de cristallisation a pour effet de repousser l'échéance, ce qui peut représenter un inconvénient additionnel pour les gens ayant besoin de liquidités. Pour les gens à la retraite, reste donc l'investissement boursier dans des titres de première qualité.» «En raison de la volatilité des marchés et des fonds communs de placement, le marché des fonds distincts est désormais en plein développement, particulièrement chez les gens proches de la retraite, les travailleurs autonomes et les investisseurs peu disposés au risque. On prévoit un taux de croissance annuel moyen de 15 % d'ici 2005», a renchéri M. Fortier. MALADIES REDOUTÉES Côté produits d'assurance, ceux pour maladies redoutées viennent s'interposer entre l'assurance-invalidité et l'assurance-vie, qui propose un capital-décès. C'est un «produit pour survivant», dont l'étendue de la couverture peut varier d'un assureur à l'autre pour englober entre cinq et une trentaine de maladies critiques ou graves. Le capital assuré peut s'étendre de $ à 1 million $ et la période de couverture, de 18 à 65 ans, avec des termes de 20 ans ou allant jusqu'à 85 ans. Certains assureurs offrent également le remboursement des primes, à l'échéance ou au décès, s'il n'y a pas eu de prestations versées; d'autres peuvent préférer y greffer une option assurance-vie. Le client type pour ce produit est généralement recruté parmi les gens d'affaires, les entrepreneurs, les travailleurs autonomes, les dirigeants, les associés et le personnel clé d'une entreprise. Compte tenu du coût relativement élevé de la prime, ce bouclier pour maladies redoutées est souvent offert dans le cadre d'un régime collectif. Et le débat n'est toujours pas tranché quant au choix entre une assurance pour maladies redoutées et une assurance-invalidité, ces deux produits étant complémentaires, mais leur addition pouvant être hors-prix pour nombre de clients potentiels. La Banque Scotia a proposé une piste de solution au coût élevé de ces produits en présentant une approche parcellaire visant à protéger l'une des plus grandes dépenses d'une personne propriétaire. L'institution a lancé une assurance hypothécaire en cas de maladies graves qui prévoit le remboursement intégral du solde du prêt hypothécaire à la Banque si l'une ou l'autre des maladies suivantes a été diagnos-

15 tiquées : crise cardiaque ou pontage aortocoronarien, arrêt cérébrovasculaire, cancer, surdité, cécité, paralysie ou coma. L'assurance est offerte aux titulaires d'un prêt hypothécaire résidentiel de 55 ans ou plus et couvre la dette hypothécaire jusqu'à concurrence de $. DES PRODUITS DE NICHE Dans cet univers de plus en plus ciblé sur cette population vieillissante vont apparaître des produits de niche, ou de créneau, s'adressant à une clientèle encore plus spécifique. L'un d'eux est apparu il y a deux ans et a gagné rapidement en popularité. Il s'adresse aux diabétiques et a été lancé par le cabinet de courtage Centre Union 2005, de concert avec l'assureur mondial AIG présent dans 41 pays. «Le programme s'est imposé rapidement. Il a été étendu à la grandeur du Canada et on aborde déjà les États-Unis, la France et la Belgique», a souligné Pierre Bouillon, courtier d'union Le Canada compte 2 millions de diabétiques et le monde, 300 millions. Avec le vieillissement de la population, les habitudes alimentaires et la sédentarisation, cette population est appelée à doubler d'ici la protection oscillent entre $ et $, évoluant par tranche de $. Une nouvelle option a été rattachée au programme, cette option «sans retour de primes» permet une réduction de 45 % sur les primes originales. Chez Copoloff, on insiste : «Il ne faut pas négliger ce domaine de couverture, qui vient combler un vide dans le segment des assurances pour maladies graves. Notre produit a sa place dans un marché qui s'éveille à une nouvelle réalité.» Shelly Copoloff, vice-présidente des Assurances Copoloff, a déjà présenté ce programme, encore récent, comme ayant été conçu «dans le but de soulager le stress financier qui découle de la maladie et, naturellement, de hâter la guérison quand cela est possible.» Il est estimé qu'une femme sur six sera frappée, au cours de sa vie, d'un cancer du sein, des ovaires, ou de l'utérus. «Auparavant, et à moins de payer une surprime de 200 ou de 300 %, un diabétique ne pouvait avoir une assurance-vie libérant, par exemple, sa succession de ses dettes dans l'éventualité de son décès. Le contrat que nous avons négocié élimine le diabète comme facteur d'exclusion», a précisé M. Bouillon. Selon les dernières statistiques, le programme atteint aujourd'hui les 30 millions de dollars de protection. L'âge moyen des assurés oscille autour de 50 ans et la prime moyenne se chiffre à 358 $ par année, pour un capital assuré moyen de $. Le programme propose un capital assuré variant entre $ et $ et deux termes, de cinq et de dix ans. «Il n'y a pas de surprime et plus d'exclusion. On demande simplement aux gens d'être membre de l'association canadienne du diabète ou de son pendant québécois. On ne refuse plus personne, même celles qui n'exercent pas un bon contrôle de leur diabète», a insisté Pierre Bouillon. «Le produit est devenu beaucoup plus agressif.» 15 Dans la lignée des produits spécialisés, Assurances Copoloff offre son programme «pour Femme seulement», un produit d'assurance pour maladies graves couvrant jusqu'à sept cancers dits féminins. On pense au cancer du sein, de l'utérus ou encore des ovaires. La porte-parole, Myra Gold, précise que les paramètres de

16 ANALYSE Enfin des baisses d'impôt! par Pierre Brunette A.V.A., M. fisc., Conseiller en sécurité financière Le Québec comme le Canada a allégé le fardeau fiscal des contribuables des classes moyennes dans son budget de l'année Malgré les échanges très médiatisés de chiffres impressionnants entre politiciens, force nous est de constater que le fardeau fiscal des Québécois réduira très peu cette année. Cependant, «si la tendance se maintient», le fardeau fiscal des Québécois diminuera d'un peu plus chaque année d'ici l'an 2004, sans toutefois rattraper l'écart qui favorise les provinces qui se sont attaquées aux déficits budgétaires avant le Québec. En fin de compte, la baisse des impôts sera bienvenue peu importe son importance immédiate. Les économistes à travers le monde jugent la vigueur de l'activité économique d'un pays selon plusieurs critères et le fait de réduire les impôts personnels et les impôts des corporations est pour eux une indication positive. Afin de vous permettre de mieux saisir les impacts des différentes baisses de l'impôt de base annoncées, nous les résumons en chiffres dans le texte ci-dessous. Au fédéral, le montant personnel de base (revenus que chaque Canadien peut gagner en franchise d'impôt) passera de $ (1999) à $ en l'an Compte tenu que la première tranche de revenu est imposée à 17 %, il s'agit d'une économie d'impôt de 17 $ par personne. Les montants des crédits d'impôt non remboursables seront dorénavant pleinement indexés à l'indice des prix à la consommation publié le 30 septembre de chaque année. Le Québec, de son coté, ne prévoit aucune indexation avant l'an 2003 de son montant personnel de base qui est actuellement de $. Il faut cependant tenir compte que depuis 1998 le Québec a instauré un montant forfaitaire de $ par contribuable, ce qui porte effectivement la franchise provinciale d'impôt personnel à $ pour tous les Québécois. À partir du 1 er juillet 2000, le gouvernement fédéral élimine la surtaxe de 5 % pour les contribuables qui obtiendront des revenus imposables allant jusqu'à $. Les deux paliers de gouvernement se proposent de modifier les niveaux de revenus à partir desquels les taux d'imposition commencent à s'appliquer. Comme certaines mesures fédérales n entreront en vigueur qu en juillet, elles seront moins efficaces que les mesures provinciales rétroactives au 1 er janvier Le tableau ci-dessous compare les différents niveaux de revenus et les taux d'imposition proposés par les deux paliers de gouvernement pour l'année fiscale AVANT BUDGETS APRÈS BUDGETS % % % % % % REVENU IMPOSABLE FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL 0 $ à $ 14,2 20,0 34,2 14,2 19,0 33, $ à $ 14,2 23,0 37,2 14,2 19,0 33, $ à $ 14,2 23,0 37,2 14,2 22,5 36, $ à $ 21,7 23,0 44,7 14,2 22,5 36, $ à $ 21,7 23,0 44,7 20,9 22,5 43, $ à $ 21,7 26,0 47,7 20,9 22,5 43, $ à $ 21,7 26,0 47,7 20,9 25,0 45, $ à $ 24,2 26,0 50,2 20,9 25,0 45, $ à $ 24,2 26,0 50,2 24,2 25,0 49, $ à $ 25,7 26,0 51,7 24,2 25,0 49, $ et plus 25,7 26,0 51,7 25,7 25,0 50,7

17 En appliquant ces nouveaux taux à divers niveaux de revenus imposables, nous en sommes arrivés à la conclusion que les impôts de base ont été réduits d'un peu plus de 3 % pour l'année fiscale 2000 (voir le tableau ci-dessous). IMPÔTS AVANT BUDGETS IMPÔTS APRÈS BUDGETS RÉDUCTIONS REVENU FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL FÉDÉRAL QUÉBEC TOTAL DIFF. EN % $ $ 3,15 % $ $ 3,12 % $ $ 3,29 % $ $ 3,19 % $ $ 3,65 % $ $ 3,61 % $ $ 3,81 % $ $ 3,75 % Le deuxième tableau contient les calculs pour un contribuable qui n'aurait que les exemptions personnelles de base, puisqu'il vise seulement à établir l'ampleur des baisses de l'impôt sur le revenu pour l'année fiscale Comme nous l'avons déjà indiqué, les réductions d'impôt seront plus importantes dans les cinq prochaines années, s'il n'y a pas changement de cap par un futur ministre des Finances. Notez aussi que les contribuables avec des personnes à charge auront droit à des réductions plus fortes, et ce, à cause de l'indexation ou des ajustements à leurs crédits d'impôt et à l'augmentation de la prestation fiscale pour enfant. Le second tableau nous fait réaliser que les réductions d'impôt pour l'année fiscale 2000 sont faibles et qu'il faudra attendre les prochaines années pour voir des réductions intéressantes des impôts sur le revenu au Québec. Si le chapeau vous va mettez-le! L Assurance vie Desjardins-Laurentienne recherche des candidates et candidats pour combler plusieurs postes de conseillers en sécurité financière pour l ensemble des régions du Québec. Filiale du Mouvement des caisses Desjardins, elle est la société d assurance de personnes la plus importante au Québec. Elle coiffe en effet ses concurrents tant en raison du nombre de ses assurés que de son volume d affaires. Être en tête Vous pouvez joindre une toute nouvelle équipe de représentants qui a pour mandat de répondre aux besoins en assurance de personnes des membres des caisses Desjardins qui leur sont référés par un conseiller en finances personnelles d une caisse. Le mandat de nos conseillers en sécurité financière consiste plus précisément à analyser les besoins de sécurité financière des membres des caisses et à leur offrir une solution sur mesure. Couvrir tous les besoins Pour ce faire, nos conseillers en sécurité financière, disposent de plusieurs cière sont salariés. Nos conseillers en sécurité finan- plumes à leur chapeau, leur permettant ainsi de couvrir tous les besoins : de bonis sur leurs ventes, Ils bénéficient également : une large gamme de produits et services d assurance vie, santé et inva- d avantages sociaux (régime d un compte de dépenses, lidité, d assurance collective et d assurance collective, régime de d épargne spécialisée complémentaire, retraite, etc.) qui sont fixés en des outils à la fine pointe de la conformité avec les politiques technologie, de l entreprise, du soutien en matière de formation de même que du remboursement continue. des frais reliés à la détention du certificat nécessaire. Les personnes recherchées : sont titulaires d un certificat de représentant en assurance de personnes, diplômées d études collégiales (DEC) en administration et possèdent plus de deux ans d expérience pertinente, possèdent toute autre combinaison d expérience et de scolarité jugée équivalente, ou encore sont intéressées par une carrière dans le service-conseil et la vente de services d assurance, sans toutefois détenir les certificats nécessaires. Un soutien à l obtention des certificats sera offert. Le titre d assureur-vie certifié (A.V.C.) ou un baccalauréat dans une discipline universitaire appropriée sont des atouts. Outre ces qualifications, elles ont des compétences relationelles et des habilités en vente, aiment le dépassement et font preuve de dynamisme et d initiative. Les personnes intéressées peuvent soumettre leur candidature en faisant parvenir leur curriculum vitæ à l adresse ci-dessous, en prenant soin de mentionner le numéro de concours DC-SF. Assurance vie Desjardins-Laurentienne Direction des Ressources humaines 200, avenue des Commandeurs, Lévis (Québec) G6V 6R2 Télécopieur : (418) Nous souscrivons au principe de l égalité en matière d emploi.

18 ASSURANCE Pourquoi les hommes meurent-ils plus jeunes que les femmes? par Johanne Goulet, Directrice principale, Ventes et Marketing Assurance collective - secteur privé SSQ VIE 18 Il arrive, lors d un renouvellement, qu un assureur invoque une modification à la composition du groupe pour justifier un ajustement à la tarification. Bien sûr, les taux de mortalité des personnes plus âgées sont plus élevés que ceux des personnes plus jeunes mais, les hommes ont également des taux de mortalité plus élevés que ceux des femmes. Y a-t-il une explication à cet état de fait? Une chercheuse de la région de Seattle, M me Barbara Blatt Kalben, s est penchée pendant plusieurs années sur cette question et voici un sommaire des conclusions qu elle a tirées de ses recherches. QU EN EST-IL STATISTIQUEMENT? Les premières études statistiques portant sur les taux de mortalité remontent aux années 1700 et, depuis cette date, tous les résultats vont dans le même sens : les hommes meurent plus jeunes que les femmes. Au Canada, l espérance de vie à la naissance est de 5,7 ans plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Aux États-Unis, la différence est de 6,7 ans. C est en Fédération de Russie que la différence est la plus grande, soit 13,5 ans. Le Népal fait exception, car la différence est à l avantage du sexe masculin mais par seulement 1/2 année. Cette réalité est observée à tous les âges même à l état embryonnaire. Le développement plus tardif des embryons mâles expliquerait qu à la naissance le développement physique des bébés de sexe masculin soit en retard de quatre à six semaines par rapport aux bébés de sexe féminin et que leur mortalité périnatale soit plus élevée. LES CHROMOSOMES Des vingt-trois paires de chromosomes de l être humain, une seule paire détermine le sexe : la paire XY chez l homme et la paire XX chez la femme. Or, le chromosome Y contient très peu d information sinon la détermination du sexe. Le chromosome X, quant à lui, contient de nombreux gènes qui contrôlent le processus biologique. Chez la femme, un des chromosomes X est en récession sur l autre si bien que lorsque le chromosome dominant est déficient sous un aspect, l autre chromosome X peut prendre la relève. Le système masculin ne bénéficie pas d une telle soupape. LES HORMONES La testostérone chez l homme provoque une augmentation de la pression sanguine laquelle endommage les vaisseaux sanguins. Elle est aussi responsable de la production par le foie de cholestérol à faible densité,le «mauvais cholestérol», qui a également un effet dommageable sur les vaisseaux sanguins. À l inverse, la production d œstrogènes chez la femme aiderait le foie à produire plus de globulines immunitaires. Ces hormones contribuent à accroître la résistance au stress et procure en plus du cholestérol à haute densité : «le bon cholestérol». LES COMPORTEMENTS Des observations statistiques ont démontré que les hommes sont plus exposés à des facteurs de risque élevés que les femmes (cigarette, alcool, drogues, morts violentes). La seule exception serait la consommation de médicaments prescrits. De plus, les comportements positifs tels que la prévention sont plus présents chez la femme. Statistiquement, les hommes fument davantage que les femmes quoique la différence tend à s amoindrir, soit 25 % contre 21 % en Le fait de fumer accentue la différence entre les taux de mortalité des

19 hommes et des femmes. Ainsi, la différence d espérance de vie à la naissance entre les hommes et les femmes est de 3,8 ans chez les éventuels nonfumeurs par rapport à 6,1 ans chez les éventuels fumeurs. Par exemple, le différentiel très élevé de 13,5 ans entre l espérance de vie des hommes et des femmes en Fédération de Russie s expliquerait par la cigarette et la consommation d alcool. S O Y E Z Z E N LES RÔLES SOCIAUX Contrairement à la croyance populaire, les études ne démontrent pas que le fait de travailler rapproche les taux de mortalité des femmes de ceux des hommes. Ce serait plutôt le contraire : les femmes qui travaillent présentent un taux de mortalité plus faible que les femmes qui ne travaillent pas quoique cela puisse être relié davantage au fait que cette population soit sélectionnée et que la mortalité baisse lorsque le niveau de scolarité augmente, entres autres, parce que les services de santé sont mieux utilisés. À QUI LE DERNIER MOT? La protection d assurance-vie coûte donc plus cher pour les hommes que pour les femmes, mais consolez-vous messieurs, c est l inverse pour les garanties d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-salaire. Le régime d ASSURANCE COLLECTIVE de vos employés est tellement compliqué à gérer que vous stressez juste à y penser? Découvrez tous les avantages de l assurance collective SSQ VIE et commencez à vous détendre. Formulaires faciles à remplir, rapidité de traitement des réclamations, accès direct des employés au service à la clientèle : tout a été conçu pour simplifier la vie des employés qui bénéficient du régime et de ceux qui en assurent la gestion. Alors, si votre régime d ASSURANCE COLLECTIVE vous envoie des ondes négatives, faites affaire avec SSQ VIE et découvrez les joies de la paix intérieure. Prendre les devants MC A S S U R A N C E C O L L E C T I V E

20 PLANIFICATION FINANCIÈRE La planification financière sous un angle nouveau par André Langlois, Fellow de l'institut canadien des actuaires Directeur principal, Planification financière et Stratégies de vente Services financiers La Laurentienne L apparition, ces dernières années, de produits et services de protection financière liés au domaine de la santé représente probablement l un des développements actuels les plus importants de l offre de service des conseillers en sécurité financière. Grâce à ces nouveaux produits, ces conseillers sont maintenant en mesure d ajouter un aspect supplémentaire à la planification financière de leurs clients, celui de la protection de leurs finances en cas de maladie, particulièrement pendant leur retraite. L assurance-vie universelle peut s avérer l instrument optimal pour englober toutes les facettes de la planification financière, y compris les besoins qui se rattachent à la santé.ce type d assurance peut être utilisé comme abri fiscal puisqu il permet une capitalisation en franchise d impôt d un fonds d accumulation, tout comme un REER, sans toutefois accorder une déduction à l encontre du revenu. Cela dit, ce qui distingue le plus cette assurance des autres produits financiers demeure sa très grande flexibilité en ce qui a trait au retrait des sommes accumulées. En effet, en cas d invalidité, de perte d autonomie ou de maladie grave, les retraits sont entièrement libres d impôt, ce qui en fait un véritable «régime d épargne-santé». De plus, comme un même contrat peut couvrir plusieurs personnes, l assurance-vie universelle peut aussi répondre à des besoins de protection familiale et commerciale. 20 ÉVOLUTION DES PRODUITS FINANCIERS En matière de santé, l industrie de l'assurance de personnes mise depuis longtemps sur une large gamme de produits d assurance invalidité conçus pour protéger le revenu tiré d un emploi. De plus en plus complexes, ces produits ont toutefois le défaut d'être peu ou pas utiles pendant la retraite ou pour faire face aux dépenses qu entraîne une maladie. Pour cette raison, l'avènement récent des produits d assurance en cas de maladies graves a comblé un vide important. Ces produits garantissent le versement d un montant d argent en franchise d impôt en cas de maladies graves et libèrent les assurés des soucis financiers engendrés par une telle maladie. Surtout, ils leur sont tout aussi utiles qu'ils soient professionnellement actifs ou à la retraite. Déjà, de nombreux conseillers en sécurité financière ont ajouté ce genre de protection à leur offre de service. Ces dernières années, nous avons aussi assisté à la mise en marché «discrète» de quelques nouveaux produits liés aux soins de longue durée. Il s'agit en quelque sorte de protections d assurance convalescence qui couvrent généralement une gamme diversifiée de services comme l'aide à domicile, les soins infirmiers à domicile et les séjours dans des centres de convalescence. L'évolution réelle que connaîtront ces derniers produits dans l avenir demeure pour l'essentiel inconnue. En plus des produits axés spécialement sur l'invalidité, les maladies redoutées ou la convalescence, le conseiller en sécurité financière dispose d'autres outils intéressants, plus souples même, pour répondre aux besoins de ses clients liés à la santé. UN RÉGIME D'ÉPARGNE-SANTÉ DES COÛTS CROISSANTS L ampleur que l aspect de la santé est appelé à prendre au sein de la planification financière sera aussi fulgurante qu'incontournable au cours des prochaines années. Car on le sait, les besoins en matière de soins de santé augmentent avec l'âge. Or, la population du Québec vieillit et cette situation entraîne, tant pour les particuliers que pour les gouvernements, des besoins de financement croissants en ce qui concerne les soins de santé. Selon Statistique Canada, une femme de 65 ans qui a une espérance de vie de 79 ans sera atteinte, au cours des 10 dernières de ces années, d une invalidité pouvant être sévère, c'est-à-dire qui limitera sa capacité à se nourrir, à se vêtir ou à entretenir son logement, par exemple. L amélioration de l espérance de vie est souvent synonyme, durant de longues années, d'une détérioration de la qualité de vie attribuable à des problèmes de santé. Or, les répercussions d une maladie, d une invalidité ou d une perte d autonomie peuvent être désastreuses non seulement sur le plan émotif, mais également sur le plan financier. Les régimes de retraite sont conçus pour fournir, à une personne et à sa famille, un revenu régulier à la retraite, souvent fixe, que la maladie peut éroder considérablement. Selon la Société canadienne du cancer, 67 % des coûts afférents au traitement des maladies sont indirects et non couverts par les régimes de santé publics. Il s'agit de frais liés aux médicaments (franchises, coassurance), au transport, à l'hébergement, aux soins infirmiers à domicile ou, de façon plus générale, au maintien à domicile (services autres que publics), par exemple. De plus, le vieillissement de la population, soit le nombre grandissant de retraités par rapport à celui des travailleurs, entraîne non seulement une augmentation des coûts dans le domaine de la santé mais également, fait tout aussi important, un rétrécissement proportionnel de l'assiette fiscale des gouvernements, soit de leurs revenus, et, conséquemment, une diminution de leur capacité à soutenir les régimes publics de santé.

PROTECTION INVISIBLE.

PROTECTION INVISIBLE. PROTECTION INVISIBLE. Partenaire de votre réussite aujourd hui et demain! BGA GROUPE FINANCIER 1 À PROPOS Depuis maintenant 25 ans, BGA Groupe Financier offre des produits adaptés aux besoins de sa clientèle.

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités

Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités équivu GUIDE À L'INTENTION DE LA CLIENTÈLE À PROPOS DE L'ASSURANCE VIE ÉQUITABLE MD DU CANADA L'Assurance vie Équitable MD est la

Plus en détail

D assurance-vie avec participation

D assurance-vie avec participation D assurance-vie avec participation Le Réalisateur Patrimoine et Le Réalisateur Succession Michel Poulin,Pl,fin. Expert-conseil Régional De Commercialisation Ordre du jour Aperçu de l assurance-vie avec

Plus en détail

LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: UNE RETRAITE CONFORTABLE, À L'ABRI DES SOUCIS FINANCIERS

LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: UNE RETRAITE CONFORTABLE, À L'ABRI DES SOUCIS FINANCIERS 4 LES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT: UNE RETRAITE CONFORTABLE, À L'ABRI DES SOUCIS FINANCIERS UNE RETRAITE CONFORTABLE, À L'ABRI DES SOUCIS FINANCIERS Bien que le Canada ait la chance de jouir d'un niveau

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Démystifier l industrie financière Par : Martin Roy, BAA, CIM md, Conseiller en gestion de patrimoine Marie-Eve Tanguay, BAA, Associée Principale

Plus en détail

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Avant de mettre votre téléphone en mode silencieux pour votre rencontre, vous le déposez sur le bureau pour faire défiler

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015 Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres En vigueur au 1 er mai 2015 Assurance médicaments, soins de santé et voyage FKQ ASSURANCE Une gamme de protections complètes

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Un survol des marchés de valeurs de placement

Un survol des marchés de valeurs de placement 2 Chapitre2 Un survol des marchés de valeurs de placement D ans le présent chapitre, nous survolerons les principaux marchés offrant des produits d épargne et des valeurs de placement. Après avoir effectué

Plus en détail

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer Solutions PD Parez au risque Rente sans rachat des engagements (Assurente MC ) Transfert des risques pour régimes sous-provisionnés Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in»)

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

(613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com

(613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com Vos options pour votre indemnité Research council employees association Association des employés du conseil de recherche (613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com Lucie Malette,

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière

Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Des assises solides pour assurer votre sécurité financière Édition 2011 Desjardins Sécurité financière Une compagnie d assurance de personnes aux assises solides Desjardins Sécurité financière offre une

Plus en détail

Les points d appui des prêts-levier

Les points d appui des prêts-levier Les points d appui des prêts-levier Déductibilité des frais d intérêt et diversification rapide du portefeuille sont les deux grands piliers sur lesquels s appuie le prêt-levier. Étendant le concept de

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

offre distinction pour les membres de l ajbm

offre distinction pour les membres de l ajbm offre distinction pour les membres de l ajbm L offre Distinction, à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier de vous offrir, en tant que membre de l Association du Jeune Barreau de Montréal, des

Plus en détail

La dure réalité! SE PRÉPARER FINANCIÈREMENT À LA RETRAITE Un article qui valait 1,00 $ en 1972, coûte maintenant 3,78 $ En tenant compte d un taux d inflation moyen, le prix présentement payé pour un article

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Bulletin de la Section de Québec Septembre 2012 NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Suite aux élections qui ont été tenues au cours des dernières semaines, Michel Doyon est devenu le représentant

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE

LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE BUDGET FÉDÉRAL 2015 LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE Un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour 2015 Le gouvernement conservateur

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assureurs de personnes Aperçu Au Canada, l industrie des assurances de personnes se compose de 120 entreprises, comparativement à 163 en 1990; elle englobe les sociétés constituées

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

Connaissez-vous la protection qu Assuris offre à vos clients?

Connaissez-vous la protection qu Assuris offre à vos clients? MODULE DE FORMATION CONTINUE : Comprendre la protection Connaissez-vous la protection qu Assuris offre à vos clients? En cas de faillite d une compagnie d assurance vie, les conseillers financiers doivent

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance

Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Quelques notions de fiscalité applicables à certains produits d assurance Mars 2013 L éléphant, symbole de nos 100 ans de force et de solidité. 1 Sujets traités > Règles applicables à certains transferts

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Évaluer les besoins en assurance collective

Évaluer les besoins en assurance collective La valeur ajoutée du conseiller auprès des PME par Gérard Bérubé Les produits collectifs se heurtent rapidement à la capacité de payer des participants. Il en résulte des arbitrages constants qui permettent

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Fonds distincts Idéal Signature 2.0 La Standard Life au Canada fait maintenant partie de Manuvie www.manuvie.ca Table des matières 02 Faites d abord

Plus en détail

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea Bureau du surintendant des institutions financières Canada Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Office of the Chief Actuary Burea au de l actuaire

Plus en détail

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements.

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. SECTION III Généralités Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur/la société à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés

Plus en détail

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès

Exemple 1.2.3.4. Les deux types de protection au dernier décès Le coût de protection libéré au premier décès 10 Assurance vie Exemple Guylaine et Yves sont mariés depuis 30 ans. Ils ont eu quatre enfants et sont sept fois grands-parents. Ils aimeraient laisser une certaine somme à leur décès pour leurs descendants.

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue. , bureau 2000 DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.ca Titre du poste Lieu du poste Supérieur immédiat

Plus en détail

Feuille d information

Feuille d information Feuille d information Numéro 110 Avez-vous bien planifié votre stratégie de sortie? Aide-mémoire à l'intention des dentistes qui se préparent à prendre leur retraite Après avoir travaillé sans relâche

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

Financière Sun Life inc.

Financière Sun Life inc. Financière Sun Life inc. Régime canadien de réinvestissement des dividendes et d achat d actions CIRCULAIRE D OFFRE MODIFIÉE ET MISE À JOUR Table des matières Dans la présente circulaire d offre... 1

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

D ASSURANCE-VIE DE L AMQ

D ASSURANCE-VIE DE L AMQ Programme D ASSURANCE-VIE DE L AMQ Adhérez dès maintenant! Remplissez la proposition ci-jointe et retournez-la à l'adresse suivante : Association médicale du Québec 380, 1000, rue Saint-Antoine de la Gauchetière

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

l assurance-vie temporaire de la London Life

l assurance-vie temporaire de la London Life Votre guide de l assurance-vie temporaire de la London Life U n e p r o t e c t i o n q u i é v o l u e à v o t r e r y t h m e Assurance-vie temporaire de la London Life L assurance-vie temporaire de

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 Mars 2013 Par le Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 préparé par Ruth Rose Professeure associée

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Patrimoines. La retraite Le moment pour vous simplifier la vie

Patrimoines. La retraite Le moment pour vous simplifier la vie Patrimoines La retraite Le moment pour vous simplifier la vie Le vieil adage «dans les petits pots, les bons onguents» semble avoir perdu toute signification, plus particulièrement en Amérique du Nord.

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

Foresters Viefamille Le guide du conseiller

Foresters Viefamille Le guide du conseiller Foresters Viefamille Le guide du conseiller Assurance vie entière à participation Ce guide a pour but de répondre à vos questions, de vous fournir des idées pour vous aider à vendre Viefamille de Foresters

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

L assurance, un élément important de votre plan financier

L assurance, un élément important de votre plan financier ASSURANCE CRÉDIT L assurance, un élément important de votre plan financier En tant qu entrepreneur, il est important d établir un bon plan financier afin d avoir une vue objective de l évolution de votre

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA DÉPART AVANT LA RETRAITE Dernière mise à jour: le 21 août 2012 Biographie de Luc Lauzière, BA, BCOM Université d Ottawa Luc est à l emploi de l Université d

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Avril 2014 Lorsqu'une société par actions a besoin d'assurance-vie sur la tête d'un actionnaire qui a un lien de dépendance avec la société,

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Un guide pour le conseiller Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Table des matières Introduction au

Plus en détail

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler Assurances Aspects financiers du statut d associé : les assurances 1. Assurance-invalidité 2. Assurance-vie 3. Assurance responsabilité professionnelle Votre cabinet a peut-être déjà mis en place un programme

Plus en détail

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE CFA Institute est à l avant-garde du comportement éthique dans les marchés d investissement et une source de connaissances respectée au sein de la communauté financière

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont UN VRAI STATUT pour l assurance collective Les conseillers en sécurité financière qui veulent continuer à vendre de l assurance collective ont jusqu en juillet 2002 pour se requalifier auprès du Bureau

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Protection Temporelle Pour rester maître de la situation si vous devenez en état de dépendance La Protection Temporelle est une assurance soins de

Plus en détail

Options d encaissement de l indemnité de départ

Options d encaissement de l indemnité de départ Options d encaissement de l indemnité de départ Membres de l APASE 9 avril 2014 www.boston.com/wasserman Ordre du jour Indemnité de départ Scénario Recommandation Formulaires pour paiement Prestations

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890 Votre Énoncé de politique de placement Date : 21/03/10 Préparé pour : Adresse : Province : Code postal : Jean Untel 123, rue Untel Ontario A1B 2C3 Téléphone : (123) 456-7890 Préparé par : Adresse : Province

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Présentation d'optima Fondée en 1991 Indépendante 13.160 clients au 01/09/2010 316 collaborateurs Leader sur le marché belge Bureaux à Gand et à Braine-l

Plus en détail

GUIDE DE TRANSFORMATION. Assurance-vie temporaire CNA en. Universelle Sun Life

GUIDE DE TRANSFORMATION. Assurance-vie temporaire CNA en. Universelle Sun Life GUIDE DE TRANSFORMATION Assurance-vie temporaire CNA en Universelle Sun Life 18 novembre 2005 Lignes directrices relatives à la transformation de l assurance temporaire de la CNA Vie 2 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information?

Préparer sa retraite. Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Que trouve-t-on dans ce feuillet d information? Ce feuillet d information décrit le fondement de la planification en vue de la retraite. Pour en savoir davantage, communiquez avec le Service des ressources

Plus en détail

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement.

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement. Un bulletin pour les investisseurs de fonds distincts de la Canada-Vie Hiver 2014 commentaire Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant?

Plus en détail

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées Des caisses diversifiées et gérées professionnellement Les Caisses privées 3 La simplicité rendue accessible 4 Qu est-ce qu une Caisse privée? 6 La diversification, ou comment réduire votre risque 8 Une

Plus en détail