POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER?"

Transcription

1 POURQUOI C EST SI DUR DE CHANGER? Bruno Jarrosson, Bernard Jaubert, Philippe Van den Bulke Les idées reçues sur le changement 1. Le changement s oppose à la conservation. Nous n aimons pas le changement a priori, en tout cas pas quand il signifie perte de ce que nous aimons. Or, pour conserver ce à quoi nous sommes le plus attachés, nous devons être capables de changer des choses auxquelles nous sommes moins attachés. Ces changements s inscrivent donc dans un objectif plus large de conservation! Je veux bien changer A pour conserver B auquel je tiens davantage qu à A. En outre, la conservation n a pas d intérêt en soi si elle n a pas pour objectif le changement! Si je veux conserver ma bonne santé, ce n est pas pour le plaisir de me conserver mais c est pour garder ma capacité de produire du changement dans ce monde! Décidément, conservation et changement marchent ensemble! Vous ne pouvez vendre le changement que si vous l associez à la conservation. 2. Il faut s adapter au changement. Si l homme des cavernes s était bien adapté à sa caverne, il y serait resté! Comme les animaux qui savent remarquablement s adapter à leur milieu naturel. Bien plus que sur l adaptation, la capacité de changement de l homme est fondée sur son imagination et sur ses capacités de projection. Nous sommes des machines à penser ce qui n est pas. Dans l idée d adaptation, je prends le monde tel qu il est et j essaie de faire avec. Dans l idée de projection, j essaie de changer le monde à partir de l idée de quelque chose qui n existe pas encore. Un changement réussi consiste d une part à prendre en compte toutes les contraintes et d autre part à élaborer un projet à partir d une idée qui peut changer certaines des contraintes de la réalité. Celui qui n est que dans l adaptation court à la mort stratégique! 3. Pour conduire le changement, il faut vaincre la résistance au changement. Personne ne résiste à un changement qui sert ses intérêts! Par ailleurs une organisation est une structure de résistance au changement : on fige les processus qui fonctionnent. De la même façon, une structure vivante est une structure de résistance au changement, première condition de la survie. Vivre, c est maintenir une structure fixe en dépit des changements de l environnement. Vivre, ce n est pas s adapter, c est résister! A l inverse, mourir c est s adapter à son environnement en se fondant en lui, c est cesser de résister. La vie est une structure qui produit du changement en résistant au changement. Pour réussir le changement, il va donc falloir faire fonctionner ensemble des réalités que nous avons tendance à considérer de prime abord comme contradictoires.

2 Le changement de l autre Dans l univers économique (mais c est aussi vrai dans la sphère personnelle ou familiale), notre capacité à produire de la valeur n est pas simplement liée à notre performance personnelle mais aussi à notre capacité à entrer en coopération avec les autres. Comment alors amener l autre à faire ce que je souhaite plutôt que ce qu il souhaite? Trois types de stratégie se dégagent : 1. L autorité : Elle s inscrit dans un rapport de forces. Or la première condition pour s engager dans un rapport de forces et en sortir avec succès est d être le plus fort. La seconde condition est de ne pas avoir besoin de l autre plus tard. Car l épreuve de forces rompt durablement la coopération. 2. La persuasion : Elle postule que nous conformons nos actes à nos croyances, qu il n y a qu une seule cause à un comportement et que cette cause est la croyance. Or si un fumeur fume, ce n est en général pas parce qu il croit que c est bon pour sa santé, c est parce qu il en a envie. Donc si vous lui expliquez que c est mauvais pour sa santé, vous risquez de ne pas arriver à le persuader d arrêter! Parce que ce n est pas pour cette raison-là qu il fume. Au-delà de cette croyance (partagée) il y a une raison plus forte qui l incite à ne pas la respecter. 3. L engagement : Ce que chacun fait dépend en partie de ce qu il est mais aussi en grande partie des circonstances dans lesquelles il est amené à agir. Cf l expérience menée par Robert Vincent Joule : seuls 20% des gens rendent son billet à quelqu un qui l a perdu par mégarde. On pourrait en déduire que 80% des gens sont malhonnêtes. Toutefois, si l on refait l expérience en introduisant un événement supplémentaire avant la perte du billet, les chiffres sont différents. En l occurrence le test introduit une autre personne qui demande son chemin à la personne dont on veut mesurer l honnêteté. Dans tous les cas, cette dernière lui indique bien volontiers (c est juste de l autre côté de la place). Puis reprend son chemin et tombe sur la personne perdant son billet Dans ce cas de figure, ce sont 40% des gens qui rendent le billet! Si l on fait encore varier l expérience en demandant à la personne cherchant son chemin de faire semblant de mal comprendre (par exemple c est un étranger qui fait répéter), du coup l échange est plus long et dans ce cas, le taux de gens honnêtes monte à 60%. Dernière étape : cette fois-ci l étranger ne comprend vraiment pas et son interlocuteur se sent obligé de l accompagner de l autre côté de la place. Après cette bonne action, ce sont 80% des personnes qui rendent alors son billet à celle qui l a perdu!!! On est passé de 20% à 80% de comportements honnêtes! D où l on voit que ce que font les gens dépend de ce qu ils sont, certes, mais pas seulement. Cela dépend tout autant des circonstances dans lesquelles ils sont amenés à agir. L expérience montre que ce que nous faisons nos décisions produit une certaine adhérence. Nous avons tendance à reproduire les comportements que nous venons d avoir. Si j ai été serviable une fois, j aurai tendance à être plus serviable par la suite. Robert Vincent Joule appelle ce principe de dépendance de la croyance à l acte le principe de rationalisation qui fonctionne en symétrique du principe de rationalité : je n agis pas en fonction de ce que je crois, j ai plutôt tendance à croire en fonction des actions que j ai menées. Ce qui fait que les gens sont d accord avec le changement, c est qu ils commencent à agir! L adhésion n est pas nécessairement le préalable au changement, elle peut se construire DANS le changement. Du coup, la question du changement n est pas tant de créer l adhésion que de susciter l engagement. Ce qui fait que l on change c est qu on commence à changer!

3 Le changement dans les organisations Un problème de communication? Quand on interroge les dirigeants sur un échec stratégique, ils répondent invariablement que le plan était brillant mais que malheureusement les gens en-dessous étaient trop bêtes pour le mettre en œuvre correctement. Curieux comme des gens aussi intelligents n aient pas intégré cet élément dans leur plan stratégique! La communication a bon dos C est au contraire PARCE QUE les gens sont intelligents qu ils refusent le changement. Une organisation ne fonctionne pas avec des pions mais avec des acteurs. Or un acteur est compliqué parce que c est une personne avec des dimensions multiples. Et la réalité de l acteur n est connaissable que sur le terrain de l acteur. Un changement avec des acteurs se négocie bien plus qu il ne se communique. Négocier, c est modifier les contraintes et les ressources. Définir et mettre en œuvre une stratégie, c est cheminer habilement vers un objectif dans un champ de contraintes en optimisant des ressources. Un changement nécessite de la coopération donc de la confiance. Une erreur courante est de trop s occuper des opposants systématiques que de toute façon on ne convaincra jamais ; et de négliger ceux qu on pourrait convaincre mais qui ont besoin d être engagés dans le processus de changement. La confiance ne désarme pas les acteurs qui préfèrent le conflit. De ce point de vue, le conflit est une façon de ne pas changer. Une voie dans ce cas est le recadrage créatif. Par exemple Atatürk voulait éviter le port du voile en Turquie. Plutôt que de s opposer frontalement aux partisans du voile (par un décret ou tout autre acte autoritaire) il a pris le problème différemment et imposé le port du voile aux prostituées! Très efficace! La procédure et le changement Le propre du management est de gérer de l action transformatrice. Transformer c est faire évoluer. Or le professionnalisme s incarne avant tout dans la répétition : savoir faire, c est savoir refaire. Comment alors sauvegarder le bon geste professionnel tout en le faisant évoluer? Par ailleurs, vouloir agir sur le facteur humain c est intervenir sur du vivant, qui continue à bouger après que l on est intervenu. Or le temps humain, en particulier le temps de l apprentissage et de la connaissance, c est du temps long. Comme le remarquait Henri Bergson, si je veux boire mon café sucré, j ai beau m impatienter, il me faut attendre que le sucre fonde On peut aller vite pour décider mais pas pour changer. Et plus il y a d interactions, plus il faudra du temps pour conduire le changement. Les raisons que l on se donne de changer L homme est rationalisant avant d être rationnel : s il change son comportement, il trouvera de bonnes raisons de l avoir fait! Et si ça marche, il changera de plus en plus, cela deviendra de l engagement. Il pourra même demander des formations pour mieux faire ce qu il a déjà commencé à faire. La distribution des rôles Ensuite, si l on veut survivre dans la complexité, il faut accepter une part d improvisation. Avec le changement, on réécrit la pièce. Et soudain, on ne sait pas si on va aimer les nouveaux rôles. Beaucoup de gens attendent qu on leur explique le scenario jusqu au bout pour s engager. Or par définition il n est pas encore écrit : on donne les grandes orientations, on donne le signe d un basculement vers quelque chose de nouveau mais on ne distribue pas la pièce, les acteurs vont devoir l écrire eux-mêmes en la jouant. Ce qui suscite naturellement quelques résistances

4 Une pièce en quête d acteurs Les acteurs voient d abord ce qu ils perdent. A ce stade, ils ont trois revendications systématiques : - Une demande d égalité, en tout cas d équité dans le traitement de chacun face au changement - Une demande de reconnaissance du mérite : souvent on ne respecte pas assez ce que les gens ont été jusque là - Une demande d autonomie, un minimum de latitude d action dans le nouveau cadre imposé. Comme elles ne sont jamais toutes remplies pour chacun des acteurs, le changement s accompagne d un sentiment d injustice. D ailleurs le changement est injuste au fond car l acteur dévoué a développé l entreprise et c est d ailleurs parce qu il l a développée qu il n est plus à la hauteur. Il va falloir accepter d être coiffé par quelqu un qui a la capacité de tenir ce rôle dans la nouvelle complexité. On ne crée pas un monde juste mais une entreprise plus performante. Le bon schéma pour passer du connu à l inconnu s articule autour du triptyque : Informer > faire participer (les «procédures d implication») > donner de l autonomie. L autonomie Les gorilles vivent en tribu, centrée sur le mâle dominant, dans un environnement fermé. Tandis que les chimpanzés vivent en lisière des forêts, dans un environnement ouvert. Lorsqu un danger survient, celui ou celle qui détient l information du danger, même s il s agit d une femelle impubère, envoie un signal à l ensemble de la tribu qui va alors s abriter dans la forêt. Chez les chimpanzés, l individu qui détient l information, quel que soit son statut, a le pouvoir d assurer la protection de la communauté. Et les chimpanzés survivent là où les gorilles, pourtant beaucoup plus forts, disparaissent. Les entreprises aujourd hui ont besoin d autonomie pour survivre. Elles doivent mettre le client au centre, sinon il va voir ailleurs. La mission première de la ligne hiérarchique n est donc plus de détenir un savoir pour asseoir sa position mais de créer les conditions de la performance pour celui qui se trouve en face du client. Une organisation est toujours un mélange de dur et de mou : le dur, c est la responsabilité impartie à chacun (qui fait quoi?) ; le mou, c est l ensemble des relations que chacun tisse au sein des structures. Mouvement perpétuel La vie de l entreprise est un mouvement perpétuel : 1. Impliquer : en inspirant, en créant de la confiance et en étant clair sur les rôles et responsabilités. 2. Aligner : tout le monde se met en phase pour optimiser l exécution. 3. Déployer : si l action est cadrée et cohérente, la performance est au RV. Comme les gens se sont approprié la contrainte d exécution, ils peuvent bénéficier de davantage d autonomie pour tirer l énergie et la reconnaissance qui les rendra capables de recommencer. La boucle est bouclée ; l organisation est agile et réactive. Renouvellement et conservation N importe quel système vivant est préoccupé d une seule chose : le maintien de son état. Les outils de lecture dont il dispose sont internes ; c est le principe d auto-référence. Or est-ce bien ainsi qu il faut voir les choses? Est-ce que l on ne pourrait pas penser autrement? Apprendre à apprendre (l apprentissage «double loop»), c est être capable de remettre en question ses outils de lecture pour les valider. Or l organisation préfère souvent la cohérence interne donc l immobilisme à la prise en compte des contraintes nouvelles. Et plus l organisation est puissante, plus elle risque d assurer en priorité son propre fonctionnement au détriment des attentes de ses clients.

5 Le dilemme du manager Dans ce contexte de changement perpétuel, le rôle du manager est de développer ses collaborateurs, c est-à-dire les aider à se développer jusqu à un certain point pour qu ils acquièrent leur autonomie! (NDLR : cf le rôle du coach!) En conclusion Pour survivre sur une mince couche de glace il faut patiner vite! Il n y a que deux types de compagnies : celles qui sont en train de changer et celles qui ferment! Les organisations pérennes sont celles qui arrivent à se mettre en tension positive. En s appuyant sur 3 qualités dans la conduite du changement : - L intelligence, qui permet d ajuster l action - La gentillesse, «ce stade suprême de l intelligence» selon Victor Hugo - Le courage enfin qui seul permet de prendre les décisions difficiles. Trois qualités banales certes mais rarement réunies en une seule personne.

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010

COMPTE RENDU ANIMATION Activités scientifiques à l école maternelle mars 2010 DVD APPRENDRE la science et la technologie à l école SCEREN distribué aux écoles ou aux participants Plan 1. Les attentes institutionnelles ( programmes 2008) 2. Des éléments essentiels à connaître 3.

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

La Motivation. En Sport collectif

La Motivation. En Sport collectif La Motivation En Sport collectif Définition de MOTIVER : Créer chez quelqu'un les conditions qui le poussent à agir, faire qu'il éprouve de bonnes raisons pour agir. Travailler avec un groupe motivé doit

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès.

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Qu il s agisse de trouver ou de garder un emploi ou encore d optimiser votre évolution professionnelle, il apparaît que le succès est lié

Plus en détail

Jeu des 7 situations managériales.

Jeu des 7 situations managériales. Team building Jeu des 7 situations managériales. RECRUTER PILOTER ET PARLER POUR ÊTRE COMPRIS FORMER COACHER RESOUDRE, GERER LES CONFLITS DELEGUER et DEVELOPPER L'AUTONOMIE PAR DES MICRO-PROJETS CONDUIRE

Plus en détail

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre?

6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? 6. Comment mieux apprendre? Quels sont les moyens qui peuvent t aider à mieux apprendre? Avoir une bonne méthode de travail nécessite plusieurs étapes qu il ne faut pas négliger : - D abord, pendant le

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Les auxiliaires modaux. Exercices et corrigé

Les auxiliaires modaux. Exercices et corrigé Les auxiliaires modaux Exercices et corrigé Le verbe pouvoir Le verbe pouvoir indique : - la possibilité Je peux vous aider. - l impossibilité Je ne peux pas dormir : les gens parlent fort. - la permission

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Le chef de projet efficace

Le chef de projet efficace Formation Nodesway Le chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain La méthode ne suffit pas Si la réussite des projets était uniquement dépendante du choix de la méthode et des

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Vente gagnée / Vente perdue : pourquoi

Vente gagnée / Vente perdue : pourquoi Avec : Thierry Bouchart Consultant, formateur. Formé à l A.N.C. Vente gagnée / Vente perdue : Tout succès est une source d échec, tout échec est une source de succès pourquoi AGENDA Push ou pull? Push

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

Tutoriel de connexion au site du Royal Moana (ver 1.5)

Tutoriel de connexion au site du Royal Moana (ver 1.5) Pour toutes les personnes inscrites sur le site, nous vous demandons de donner la plus large diffusion autour de vous parmi les membres du club, afin que ceux ci en viennent à utiliser le site et l espace

Plus en détail

Connaissez-vous des manager-coach?

Connaissez-vous des manager-coach? Savez-vous manager-coach, à la mode, à la mode, Savez-vous manager-coach à la mode de chez nous! Sylvie Bellard Connaissez-vous des manager-coach? Qu est ce qui fait qu ils sont manager-coach? Des réponses,

Plus en détail

Brief créatif site e-commerce

Brief créatif site e-commerce Brief créatif site e-commerce L objectif du brief créatif est de permettre au webdesigner de cerner l univers graphique de référence que doivent évoquer vos outils de communication graphique, et le restituer

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Les naufragés du parking

Les naufragés du parking Les naufragés du parking Synopsis Quatre personnes se rendent au parking pour récupérer leur véhicule après une soirée qui s'est prolongée. Malheureusement, le parking est fermé. Ces personnes qui ne se

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7 L action, 3 Philosophie des SCHS séance 7 M. Cozic 3. le causalisme et ses difficultés analyse causaliste de l action intentionnelle un événement E est une action s il existe une description de E sous

Plus en détail

CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER. A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse

CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER. A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse Travailler- en- Suisse.ch CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse CV en Suisse Les 5 erreurs à éviter A lire absolument

Plus en détail

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré.

Maintenant, c est à votre tour de vous présenter. Chaque classe va nous informer du nom de son école et de son degré. 1. Pour débuter notre beau projet scientifique en ligne, nous allons nous présenter. Nous sommes Maryse et Guylaine, les deux assistantes du prof Albert. Nous essayons d expliquer certains phénomènes scientifiques.

Plus en détail

réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr

réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr Petit dictionnaire illustré des compétences réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté

Plus en détail

Bien démarrer votre Communication

Bien démarrer votre Communication Bien démarrer votre Communication Les bases de votre Communication Web et Offline. Pourquoi? Comment? A quel Prix? 1 Bien démarrer la communication de votre entreprise Introduction La base de la communication

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le management de l optimisme de votre équipe!

Le management de l optimisme de votre équipe! Le management de l optimisme de votre équipe! Par Sylvaine Messica Pourquoi l optimisme est une valeur clé à développer? C est l expression de la santé mentale positive de votre équipe et de votre entreprise

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Notre objectif dans cet article est d éclairer nos visiteurs sur ce modèle de façon synthétique. Nous sommes disponibles pour répondre aux questions que vous

Plus en détail

Les firmes de services professionnels au défi de la

Les firmes de services professionnels au défi de la Les firmes de services professionnels au défi de la gouvernance Antoine Henry de Frahan A l heure où de nombreuses firmes de services professionnels (associations d avocats, cabinets d experts-comptables,

Plus en détail

«Impact de la décentralisation sur les politiques familiales et sociales dans les départements»

«Impact de la décentralisation sur les politiques familiales et sociales dans les départements» Intervention de Jean-Louis SANCHEZ «Impact de la décentralisation sur les politiques familiales et sociales dans les départements» I. L observatoire National de l action sociale décentralisée Cette Institution,

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management?

Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management? Comment améliorer la performance de la production au sein du cabinet grâce au lean management? Philippe Barré Notre programme Une profession en pleine mutation Qu est-ce que le lean management? Le client

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

APPROCHES DU HANDBALL MARS 2015 # 1 4 6

APPROCHES DU HANDBALL MARS 2015 # 1 4 6 pactualité 04 actualitép La performance durable, C EST D ABORD L INNOVATION Par Claude ONESTA Sélectionneur de l'équipe de France A Photos : Stéphane Pillaud C'était avant le championnat du Monde au Qatar.

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

Comment encadrer l étude de nos élèves

Comment encadrer l étude de nos élèves Comment encadrer l étude de nos élèves Animatrices : Marie-Chantal Espinasse et Lisette Richer, professeures Cégep Marie-Victorin Atelier 8B 38 Secrétaire : Claire Morasse, professeure Cégep François-Xavier-Garneau

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE?

CONSTRUIRE UNE QUESTION ET ELABORER UN QUESTIONNAIRE? Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 3 www.optigede.ademe.fr CONSTRUIRE UNE ET ELABORER UN NAIRE? Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités locales

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

La foi est inutile. L audace, le courage de tenter l expérience, voilà ce qu il faut. Le tantrisme est pure science. Vous pouvez vous transformer et

La foi est inutile. L audace, le courage de tenter l expérience, voilà ce qu il faut. Le tantrisme est pure science. Vous pouvez vous transformer et LE LIVRE DES SECRETS de Bhagwan Shree Rakneesh (Osho) Anciens textes sacrés de l Inde : Vigyana Bhairava Tantra (112 méthodes de transformation de l énergie sexuelle vers des états de conscience et des

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

de formateurs, consultants, manager coach

de formateurs, consultants, manager coach Formation de formateurs, consultants, manager coach 18 jours pour grandir et pour développer tout votre potentiel P I E R R E M O R I Z E C O N S E I L V E R S U N M A N A G E M E N T E Q U I L I B R E

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable

Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable Séduction, Leadership & Web Marketing pour une Image de Marque Écoresponsable Mon Plan Marketing VertTM Jean-Philippe Vézina Directeur et Coach www.monplanmarketingvert.ca Mon Plan Marketing VertTM «4

Plus en détail

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme

Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Stratégie yukonnaise de lutte contre le tabagisme Le Yukon est au troisième rang parmi les provinces et territoires pour ce qui est du taux de fumeurs, derrière le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest.

Plus en détail

Version 2.0 04.04.15. Auteur : Alain Emery. Introduction. Partie 2/2. Un mode d'emploi

Version 2.0 04.04.15. Auteur : Alain Emery. Introduction. Partie 2/2. Un mode d'emploi Auteur : Alain Emery Introduction Version 2.0 04.04.15 Partie 2/2 Un mode d'emploi Comme tout système présentant une certaine complexité il est toujours utile d'avoir un mode d'emploi afin de comprendre

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant PARCOURS MANAGEMENT Un parcours permettant le développement commun et cohérent des managers du groupe qui facilite des passerelles en entre BU/ métiers. DEVENIR MANAGER Manager débutant Réussir sa prise

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997 CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC Annexe A CFTM-TV (TVA) au sujet de J.E. (Croisade pour un presbytère) (CBSC Decision 97/98-0555) Transcription partielle du

Plus en détail

Apprenez à communiquer avec votre corps

Apprenez à communiquer avec votre corps Cheikhouna Mbacke Apprenez à communiquer avec votre corps Pour devenir votre propre voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Table des matières. Aller à la page suivante

Table des matières. Aller à la page suivante CHAPITRE 1. INTRODUCTION Chapitre 1 Introduction 1.1 Un peu d informatique? 1.1.1 Dans un ordinateur, on peut recenser grossièrement trois types de mémoires : la mémoire morte, la mémoire vive et la mémoire

Plus en détail

Préface...XV Avant-propos... 1 SECTION I

Préface...XV Avant-propos... 1 SECTION I Table des matières Préface...XV Avant-propos.... 1 SECTION I Le processus de vente INTRODUCTION... 7 Pourrait-il en être autrement?...8 Qu est-ce que c est exactement?...8 Les 4 degrés de processus...10

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison SOMMAIRE Sommaire 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 Plus de choix

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

E-learning Les 12 erreurs fatales

E-learning Les 12 erreurs fatales E-learning Les 12 erreurs fatales Erreur 1 Penser qu un projet e-learning est avant tout un projet technique S il y a bien une erreur classique qui se répète de projet e-learning en projet e-learning,

Plus en détail

Le Guide du manager territorial

Le Guide du manager territorial Le Guide du manager territorial Faire plus avec moins Laurent BOGHOSSIAN Editions http://librairie.territorial.fr Sortie Début 2011 Faire plus avec moins. Une phrase que l on entend de plus en plus dans

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève)

Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève) SCÈNE 1- Les anges Personnages : 11 anges Voix off faite par l actrice ( ne pas donner ce personnage à un élève) La scène est dans le noir, la lumière s allume très faiblement. Et on découvre progressivement

Plus en détail

www.relax34-villeveyrac.fr/votre-livre-je-maime-et-je-mapprouve/

www.relax34-villeveyrac.fr/votre-livre-je-maime-et-je-mapprouve/ Ecrit par Martine Poiret Coaching confiance en soi sur Skype ou au cabinet 06 26 64 32 25 1 Ce petit rapport vous est offert par Martine Poiret. Site www.relax34-villeveyrac.fr Vous pouvez l offrir à vos

Plus en détail

Actualisation linguistique en français

Actualisation linguistique en français Actualisation linguistique en français Mandat de l éducation en langue française Le ministère de l Éducation en Ontario a un double mandat par rapport à l enseignement et la transmission de la langue.

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

PREPARATION MENTALE DU SPORTIF DEVENEZ PREPARATEUR MENTAL GAGNANT

PREPARATION MENTALE DU SPORTIF DEVENEZ PREPARATEUR MENTAL GAGNANT Formation LA PREPARATION MENTALE DU SPORTIF DEVENEZ PREPARATEUR MENTAL GAGNANT Motivation, concentration, confiance, communication, apprentissage COACHING SPORTIF : LA PREPARATION MENTALE Motivation, concentration,

Plus en détail

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Fiche 1 Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Bien dans ses baskets ou besoin d air? Non, entrer dans l enseignement ce n est pas entrer en religion! Votre dévouement

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ

AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ ASsociation de FOrmation et de REcherche sur le Langage AIDER L ENFANT À APPRENDRE À PARLER AVEC DES JEUX DE SOCIÉTÉ Apprendre à parler L objectif est d aider les enfants de 4 à 6 ans à mieux maîtriser

Plus en détail

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités MANAGEMENT MÉDICAL AMÉLIORER LE MANAGEMENT MÉDICAL DE VOS PÔLES ET SPÉCIALITÉS Le paradoxe du médecin manager Les réformes

Plus en détail