Outils d analyse stratégiques et opérationnels en marketing

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Outils d analyse stratégiques et opérationnels en marketing"

Transcription

1 Cahier de la Recherche de l ISC Paris CRISC N 18 : Outils d analyse stratégiques et opérationnels en marketing 4 ème trimestre 2007 ISBN

2 Conseil scientifique Liste des membres : BRESSON Yoland, Professeur d'économie, ancien doyen, Université Paris - Val de Marne Paris XII CUMENAL Didier, Directeur de la recherche, professeur de Management des Systèmes d'information, Doctorat ès sciences de gestion ESCH Louis, Professeur de Finance, Directeur académique d'hec Liège, Université de Liège HETZEL Patrick, Professeur à l Université de Limoges KUZNIK Florian, Recteur, économiste, Université d'economie de Katowice (Pologne) MORIN Marc, Professeur en management des ressources humaines, Doctorat d'etat PARIENTE Georges, Doyen de la recherche, professeur d'économie, Doctorat d'etat PESQUEUX Yvon, Professeur titulaire de la chaire Développement des Systèmes d'organisation au CNAM PORTNOFF André-Yves, Directeur de l'observatoire de la Révolution de l'intelligence à Futuribles REDSLOB Alain, Professeur d'économie, ancien doyen de la faculté des Sciences Economiques de Paris II ZEFFERI Bruno, Directeur Cegos Dirigeants 2

3 Comité de lecture Liste des membres : AGARWAL Aman, Professor of Finance and Director of Indian Institute of Finance, Editor of Finance India CHEN Kevin C., California State University, Editor, International Journal of Business CLARK Ephraïm, University of Middlesex, U.K. DESPRES Charles, Directeur de l International Institute of Management du Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris DOMINGUEZ Juan Luis, Professeur titulaire de la Chaire Economie Financière et Comptabilité, Faculté d économie et sciences de l entreprise, Université de Barcelone, Espagne JÂGER Johannes, Doyen de University of Applied Sciences, Vienne (Autriche), Lecturer Fachochschule des bfi Wien Gesellschaft m.b.h. KUMAR Andrej Professor, Holder of Chair Jean Monnet, Faculty of Economics, University of Ljubljlna, Slovenia PARLEANI Didier, Professeur de droit à l Université de Paris 1 Panthéon- Sorbonne PRIGENT Jean-Luc, Professeur de finance à l Université de Paris Cergy RYAN Joan, Professor of Global Banking and Finance at the European Business School, London, Grande-Bretagne SCHEINWBERGER Albert G., Professeur à l Université de Constance, Allemagne 3

4 CRISC déjà parus Cahier n 1 : Finance (Edité en avril 2002) Cahier n 2 : Marketing (Edité en septembre 2002) Cahier n 3 : Economie (Edité en mars 2003) Cahier n 4 : Contrôle de gestion (Edité en décembre 2003) Cahier n 5 : Droit (Edité en mai 2004) Cahier n 6 : Ressources humaines (Edité en juin 2004) Cahier n 7 : Les NTIC (Edité en septembre 2004) Cahier n 8 : Microstructures et marchés financiers (Edité en janvier 2005) CRISC hors série Actes de la 3 ème Conférence Internationale de Finance IFC 3 (mars 2005) Cahier hors série n 1 Finance Cahier hors série n 2 Bourse Cahier hors série n 3 Formalisation et Modélisation Cahier n 9 : International (Edité en mai 2005) 4

5 Cahier n 10 : Marketing : études et décisions managériales (Edité en septembre 2005) Cahier n 11 : Actes du colloque de ressources humaines du 24 novembre 2005 «La responsabilité sociétale de l entreprise : quel avenir pour la fonction RH?» (Edité en janvier 2006) Cahier n 12 : Stratégie (Edité en mars 2006) Cahier n 13 : Normes IFRS (Edité en juillet 2006) Cahier n 14 : Corporate Governance (Edité en octobre 2006) Cahier n 15 : Dynamique des organisations (Edité au 1 er trimestre 2007) Cahier n 16 : Actes du colloque IFC 4 (Parution 2 ème trimestre 2007) Cahier n 17 : Actes du colloque : «Entrepreneuriat, nouveaux défis, nouveaux comportements» (Parution 3 ème trimestre 2007) CRISC prochainement disponibles Cahier n 19 : Le management des systèmes d information (Parution 1 er trimestre 2008) 5

6 Sommaire PARIENTE Georges p 7 Doyen de la recherche de l ISC Paris Editorial BOYER Sébastien p 10 Agir en marketing : l approche structurale BOYER Sébastien et KAMIN Ronald p 41 Study of Market Plasticity CACHO-ELIZONDO Silvia et COM Morgane p 54 Le blog dans la communication d une marque corporative : une illustration dans le secteur de la restauration CAZALS François p 73 Web 2.0 et Marketing LOUSSAIEF Leïla p 82 L utilisation des modèles de causalité dans la recherche en marketing MAUFFRE Christian-Eric et BERGER Charles p 96 Créateurs de maladies : fantasme ou réalité marketing Le disease mongering face aux enjeux de santé MORIN Marc p 109 Le marketing des ressources humaines : phénomène de mode ou nouvelle méthode de travail en GRH? MOTARD Stéphane p 134 Le business case comme outil de positionnement de la DSI et des Directions Opérationnelles au sein des instances stratégiques de l entreprise : l exemple du projet CRM TOURNESAC Yann p 172 Les outils usuels d évaluation de la rentabilité des salons et des foires 6

7 Editorial Georges PARIENTE Docteur ès Sciences Economiques Doyen de la recherche à l ISC Paris C est à Leïla LOUSSAIEF, docteur en sciences de gestion, professeur responsable du laboratoire REMAS (Recherche Marketing Stratégie) à l ISC Paris, que revient l initiative et la coordination de ce CRISC n 18 entièrement écrit comme les précédents par les enseignants de l ISC Paris. L article de Sébastien BOYER, diplômé de l ENSAE, professeur de marketing à l ISC Paris, spécialiste de l analyse de données et de la segmentation marketing, porte sur l approche structurale. Il explique que les segmentations et les typologies ne doivent pas être seulement du ressort des statisticiens et des chargés d études et qu elles ne doivent pas non plus être dissociées de l action envisagée. Il montre comment la démarche par structuration permet de clarifier la problématique et d intégrer l ensemble des paramètres pouvant agir sur la dynamique du marché (caractéristiques socio-démographiques, styles de vie, bénéfices perçus, relation au prix ). En collaboration avec Morgane COM, diplômée ISC Paris et conceptrice de blogs, Silvia CACHO-ELIZONDO, doctorante à HEC et professeur à l ISC Paris, jette la lumière sur l utilisation des blogs comme moyen de communication. A travers l étude d un cas dans le secteur de la restauration, l article examine l ampleur du phénomène de la blogosphère en France et met en valeur le rôle des blogs dans la stratégie de communication de l entreprise. Il en ressort que le blog est un moyen efficace pour gérer la communication des changements stratégiques, même si ce type de canal de communication peut parfois conduire l entreprise à faire face à certains risques. Restant dans le même univers, François CAZALS, gérant-fondateur du cabinet de conseil Distriforce, professeur et responsable pédagogique du MBA Marketing relationnel et technologies de l information à l ISC Paris, consacre sa réflexion aux apports du Web 2.0 au marketing. Nouvelle étape de développement de l Internet, le Web 2.0 s appuie sur une rupture technologique : la démocratisation des réseaux à haut débit. Cette dernière 7

8 s accompagne d une convergence numérique entre les différents terminaux d accès (téléphones fixes et mobiles, ordinateurs, organisateurs personnels ou consoles de jeux). L Internet devient ainsi social, communautaire et les contenus générés par les internautes se développent fortement comme, par exemple, dans les publications sur les blogs. Sébatien BOYER de nouveau, cette fois avec Ronald KAMIN, professeur responsable de l option de troisième année Marketing stratégie, nous propose une étude originale de la plasticité d un marché. A la différence de l analyse marketing classique qui se concentre sur les affinités sujet/objet, l espace de plasticité apparait comme un espace de potentialités de changements et non plus comme un espace de positions. L article de Leïla LOUSSAIEF explique le fonctionnement des modèles de causalité dans la recherche en marketing. L intérêt de ces modèles est de prendre en compte la différence entre les construits théoriques non observés et leurs mesures empiriques, permettant ainsi de se rapprocher davantage de la réalité. Se basant sur des équations structurelles, ces modèles peuvent également être utilisés pour démontrer l effet modérateur d une variable. Docteur en pharmacie et enseignant à l ISC Paris, Christian-Eric MAUFFRE présente avec Charles BERGER, ESSEC, Docteur en médecine, professeur de marketing de la santé à l ISC Paris, un travail sur le disease mongering (littéralement le fait de voir la maladie partout pour y apporter un remède). L article fait le point sur un phénomène considéré par d autres comme conjoncturel et parasitaire, relayant des critiques fréquemment faites à l industrie pharmaceutique. En analysant les mécanismes sous-tendant l irruption dans le paysage médical de nouvelles pathologies et leurs réponses, le rôle des scientifiques, des patients et des institutions, l auteur met en valeur les facteurs de dérives et en mesure le poids et le risque réel face aux enjeux de santé publique lorsqu il s agit de vendre son traitement ou une molécule participant à ce traitement. Le terme est proche de la notion de marchéage, création du besoin avant de proposer le produit apte à le satisfaire. Le marketing utilise d ailleurs la mise en place d une politique de marchéage propre à accroître la demande de ces produits. Marc MORIN, docteur en sciences économiques et en sciences des organisations, professeur responsable du PREMA, Pôle de Recherche en Entrepreneuriat et Management à l ISC Paris, jette les ponts entre le marketing et la gestion des ressources humaines. Il cherche ainsi à explorer l avenir possible des techniques de commercialisation applicables par les entreprises. Ces dernières peuvent par exemple s appuyer sur les techniques marketing de segmentation et de ciblage pour attirer les 8

9 candidats au recrutement. Elles peuvent également mettre en place des systèmes de rémunération «à la carte» basés sur une première approche des «besoins - désirs» des salariés. L article s interroge sur les avantages économiques mais aussi sur les freins à l utilisation de ces techniques. Docteur ès-sciences sociales et professeur de marketing à l ISC Paris, Stéphane MOTARD montre comment l informatique a acquis un nouveau statut au sein des instances stratégiques de l entreprise depuis qu elle a gagné en ergonomie et en ouverture au client (via l extranet notamment). Les projets CRM permettent en effet aux DSI et aux Directions Marketing- Vente d avoir un langage commun. De même, le business case donne à ces directions un langage financier objectivant, leur donnant ainsi la possibilité de s identifier à des structures entrepreneuriales proches des préoccupations stratégiques et temporelles des instances dirigeantes. Enfin, Yann TOURNESAC, diplômé ISC, professeur d entrepreneuriat à l ISC Paris nous présente une étude des outils financiers d évaluation des salons et des foires qui génèrent des budgets souvent importants pour des durées de vie par nature très brève. Un cas concret, le salon Green Expo, illustre la démonstration. Toute l équipe de ce CRISC espère que cette présentation de nouveaux outils d analyse stratégique et opérationnelle en marketing aura retenu votre attention et reste, comme d habitude, à l écoute de vos remarques critiques et suggestions. Georges PARIENTE Doyen de la Recherche Les articles sont classés par ordre alphabétique des noms d auteurs. 9

10 Sébastien BOYER Professeur à l ISC Paris ENSAE Agir en Marketing : l approche structurale L analyse quantitative par les segmentations et typologies au service de l action marketing Abstract All marketers have heard about (or used) segmentation or clustering. Buy how many of them were actually part of the building process of this strategic tool? How many of them actually completed the intellectual path which starts from the marketing problem and the acceptable range of action, ending up with the choice of variables, the way to combine segmentation criteria, etc? Building segments and clusters is (wrongly) considered as the domain of statisticians and researchers. We will show that, in reality, cutting a market into groups, i.e. structuring a market, is a fundamental act in marketing, which cannot be separated from marketing action. Going through a structuring process, with the help of segmentation and clustering, means clarifying the marketing problem and following a course which culminates in action that takes into account all parameters which have an impact on market dynamics, not just one aspect or another (demographics, lifestyle, perceived benefits, price relationship, etc.). For complex strategic problems, in particular, it is the structural approach that makes quantitative research fully actionable. Keywords Segmentation, typologie, structuration de marché, action marketing 10

11 Résumé Tous les marketeurs ont entendu parler (ou ont utilisé) des segmentations ou des typologies. Mais combien d entre eux ont été réellement partie prenante dans la construction de cet outil stratégique? combien d entre eux ont déroulé le raisonnement qui part de la problématique marketing et des actions possibles vers le choix des variables, la manière de combiner les critères de segmentation, etc.? L élaboration des segmentations et les typologies est, à tort, considérée comme l affaire des statisticiens et des chargés d études. Nous montrerons qu en réalité, le découpage d un marché, autrement dit sa «structuration», est un acte fondamental en marketing, indissociable de l action envisagée. Procéder par structuration, à l aide de segmentations et de typologies, c est clarifier la problématique et s acheminer vers une action qui prend en compte l ensemble des paramètres qui ont un impact sur la dynamique du marché, et non simplement un aspect ou un autre (socio-démographie, styles de vie, bénéfices perçus, relation au prix, etc.). Pour les problématiques stratégiques complexes, en particulier, c est l approche structurale qui rend les études quantitatives réellement actionnables. Mots-clés : Segmentation, typologie, structuration de marché, action marketing Plan 1. Qu est-ce que «l approche structurale»? 2. Méthode de travail 2.a. Structurer : oui, mais sur quoi? 2.b. La vision préalable du marché 2.c. Structure et ciblage : pas si simple 2.d. Le recours à l analyse multi-structures pour résoudre des problèmes marketing complexes 3. Trois exemples d analyse multi-structures 3.a. Cas simple : optimisation d un ciblage socio-démographique (âge) 3.b. Cas semi-complexe : campagne de communication d une enseigne physique et virtuelle 3.c. Cas complexe : comment une marque de masse peut-elle se différencier en communiquant sur un produit hyper-banalisé? 11

12 Introduction Le but de cet article est d exposer les principes d un certain type d analyse quantitative, dont la particularité est d être entièrement axée sur l action marketing. Ce type d analyse est appelé «analyse marketing structurale», car on y a recours aux méthodes de structuration connues sous le nom de segmentations et typologies (ici quantitatives), et d une manière générale à toutes les possibilités de groupement des individus considérés comme appartenant au «marché» que l on souhaite analyser. Nous commencerons par montrer pourquoi l utilisation des structures est non seulement un fil conducteur pour analyser des données sans jamais perdre de vue le problème marketing initialement posé, mais aussi une aide à la formalisation de ce problème (Section 1). Puis nous étudierons la méthode de travail (Section 2.) qu implique cette approche par les structures, et dont les quatre éléments principaux sont : La connaissance des données qui servent d ingrédients pour créer des segmentations et des typologies La vision préalable du marché, qui permet de dialoguer avec les marketeurs et de dresser un inventaire des structures possibles pour le marché étudié La maîtrise du raisonnement marketing, qui permet notamment de passer de la notion de segment à celle de cible Le recours à l analyse multi-structures pour résoudre des problèmes marketing complexes Enfin, nous terminerons par trois exemples de problématiques résolues par l analyse multi-structures (Section 3). 1. Qu est-ce que «l approche structurale»? Les segmentations et les typologies sont des techniques dont tous les marketeurs connaissent l existence, au moins à leur niveau le plus élémentaire. En voici quelques exemples classiques: Catégories d âge : ans, ans, etc. Classes sociales : A, B, C, D, E. Segmentation du type PMG (Petits-Moyens-Grands), qui catégorisent les consommateurs d un marché selon la fréquence d utilisation ou la quantité de produit utilisée Segmentation par vitesse d adoption d un nouveau produit : Innovateurs, Leaders, Early Adopters, etc. Segmentation ou typologie par bénéfices recherchés Etc. 12

13 Il peut sembler paradoxal d associer ainsi action marketing et techniques de structuration. En effet, dans les schémas de pensée habituels, les segmentations et les typologies sont plutôt du domaine du chargé d études ou du statisticien, pas du marketeur. Les segmentations, c est de la «cuisine», il n y a qu à «appuyer sur un bouton». Bref, parler de segmentation ou de typologie, ce serait s égarer bien loin de l action marketing. En réalité, il n en est rien. Arrêtons-nous un instant sur un exemple simple, pour ne pas dire générique : vous souhaitez accroître la part de marché de votre marque. Votre marché, comme la plupart des marchés, est mûr, saturé par l offre ; il y a donc peu de chances que l évolution de ce marché soit «mécaniquement» favorable à votre marque, que ce soit par croissance organique ou par redistribution interne. Autrement dit, pour accroître votre part de marché, il va falloir influencer l évolution de ce marché dans un certain sens. Concrètement, cela signifie agir pour capter des clients qui sont aujourd hui des clients d autres marques, ou/et capter plus de non-clients que les autres marques. Parlons des clients des autres marques. De quelles marques s agit-il? Et de quels clients? Car, pour chaque marque concurrente, on peut distinguer : Des clients qui sont fidèles à la marque, qui sont proches de la marque et constituent son cœur de cible ; Des clients totalement routinisés, qui ne prêtent aucune attention à cet acte d achat et ne changeront pas de marque ; Des clients réceptifs, plus susceptibles de changer de marque. Cette dernière population est celle qui nous intéresse. Mais est-elle homogène? Sans doute pas. Il faut la décomposer en différents types de besoins, de motivations, de possibilités d achat, etc. Donc, qu on le veuille ou non, on est déjà en train de raisonner par découpages successifs : 1. clients v. non-clients ; 2. clients fidèles v. clients routinisés v. clients réceptifs ; 3. types de clients réceptifs (ici, plusieurs possibilités de segmentation ou de typologie) Bref, on est déjà en train de découper, donc de structurer, pour savoir comment agir. Autrement dit, sur cet exemple de problème stratégique simple, on comprend que la construction de groupes, qu elle passe par une segmentation, une typologie, ou une combinaison de ces méthodes, est un acte analytique fondamental en marketing, et ce pour au moins 3 raisons : 13

14 Agir en marketing, c est chercher à influer sur la situation d un marché. Il faut donc analyser cette situation. Or la pensée humaine a naturellement tendance à catégoriser pour structurer son environnement. Sans structurer, sans classer, il nous est difficile d analyser et de décider, surtout lorsque le champ d analyse comporte plusieurs dimensions. Lorsqu il s agit de nos relations personnelles avec les autres, catégoriser les êtres humains est hautement discutable. Mais en marketing, où nous devons réfléchir et agir sur des masses d individus 1, c est la base-même du discernement. Le raisonnement structural est un mode d analyse qui rapproche de l action en délimitant des périmètres qui correspondent à chaque modalité d action : on y construit des groupes parce qu à chaque groupe correspondra une stratégie particulière. Toute action marketing (repositionner une marque, lancer un nouveau produit, diversifier ses clients, etc.) se concrétise par un acte de communication, ce qui sous-entend une «cible». Pour faire très court : agir en marketing, c est cibler. Or la cible est, de fait, une structure : elle différencie ceux qui sont concernés par le message de ceux qui ne le sont pas (hors-cible). On peut décliner cette notion plus souplement, la graduer : on aurait alors des cibles prioritaires, des cibles secondaires, etc. : ce sont tout autant de structures que l on définit. En réalité, l utilisation des structures en analyse marketing va plus loin. Prenons l exemple d un concept connu en marketing : les early adopters. Il s agit d une notion que l on peut définir avec un certain réalisme pour un type de produit donné 2. Les études par lesquelles on tente de définir ce groupe montrent tout d abord que les early adopters se trouvent à la convergence de 3 critères : Besoin du nouveau produit (ou affinité, propension à s identifier à lui) ; Niveau d information suffisant ; Réactivité par rapport à l information reçue. 1 Le marketing dit «one-to-one» procède aussi d une vision stratégique globale, même s il se traduit par des messages individuels. De plus, message «individuel» (un publicitaire, par exemple) ne signifie pas nécessairement message «individualisé». L un des objectifs des segmentations et typologies est d ailleurs d optimiser cette fameuse individualisation, composante essentielle de la concrétisation du ciblage. 2 La notion d early adopter est une notion locale et relative, pas généraliste : les early adopters de l informatique ne sont pas ceux des détergents. Il n existe donc pas d early adopters «tous azimuts». 14

15 Cette première approche des early adopters est donc, d ores et déjà, à l intersection de 3 structures puisque, pour chaque critère, il faut identifier les consommateurs éligibles. Mais ayant dit cela, on n a défini que le périmètre de cette notion : l ensemble des early adopters potentiels. C est la structuration interne de ce périmètre qui revêt un caractère réellement stratégique. Pour cela, il faut structurer cette population des early adopters en la confrontant aux paramètres du marketing-mix. En clair, pour un produit donné, certains groupes d early adopters correspondent à certains canaux de distribution, à certains niveaux de prix, etc. Il ne s agit donc pas seulement de savoir qui sont les early adopters ou combien sont-ils, mais surtout de connaître leurs différents profils afin de déterminer stratégiquement la «qualité» des early adopters, qui va définir le produit aux yeux des autres consommateurs et influencer tout son cycle de vie. Par les deux exemples précédents, on comprend que les structures, loin d être un détour théorique, font entrer dans une démarche concrète qui permet de TOUCHER réellement la cible de conquête privilégiée que sont les early adopters stratégiques, pas seulement d en parler. Il en va de même pour la notion, centrale en marketing, de «concurrence». Combien de fois entendons-nous des affirmations du genre : «Notre concurrent, c est la marque A.». Pour un marketeur, c est une affirmation qui va de soi. Pour un analyste, ça ne veut rien dire, ce n est que le début d une investigation. «Concurrent», oui mais : Concurrent sur quel cible ou quel segment de marché? Les concurrents de la marque ne sont pas forcément les mêmes sur tous les segments. Quelle géométrie concurrentielle sur les différents segments? Mêmes produits sur des cibles différentes? Produits différents visant les mêmes cibles? La concurrence se limite-t-elle aux cœurs de cible des 2 marques, ou existe-t-elle pour l ensemble des clients de la marque? Sur quels éléments du mix cette concurrence se manifeste-t-elle? Mêmes territoires de communication? Ou concurrence uniquement sur les prix? Comment s articule la segmentation des acheteurs de chaque marque sur leur degré de fidélité et d attachement à la marque? Comment ces deux segmentations se croisent-elles? Où la marque concurrente peut-elle être attaquée? Qu est-il permis d espérer dans cette situation? Pour répondre à ces questions complexes sur la réalité concrète de la concurrence, il faut dépasser les limites de l analyse quantitative ordinaire, qui est essentiellement descriptive ou explicative. L approche par les 15

16 structures permet une analyse de potentialités d un marché, ce qui constitue évidemment un apport-clé pour l optimisation de l action en contexte concurrentiel. Alors, «cuisine de statisticien»? En un sens oui ; mais, comme toute cuisine, elle peut être bonne ou mauvaise. Le savoir-faire du cuisinier est certes essentiel, mais le cuisinier ne cuisine pas pour lui-même. En réalité, les aspects statistiques ne constituent que le quatrième et dernier point d appui d une bonne analyse par les structures. Plus précisément, la démarche statistique doit se placer au service de 3 aspects primordiaux : L analyse et l objectif marketing : que veut-on faire? Avec quels moyens? Dans quel contexte concurrentiel? L aspect «étude quantitative» : il faut que l analyse structurale soit basée sur une étude quantitative fiable (terrain, échantillonnage, questionnaire, prise en compte des particularités de l univers interrogé, etc.) Le contexte organisationnel : une bonne segmentation, c est avant tout une segmentation que l organisation comprend et peut utiliser (avec notamment la possibilité de la répliquer dans des études ultérieures, quantitatives ou qualitatives) Ce dernier point peut sembler superflu, et pourtant il n est pas inutile de rappeler que la meilleure segmentation du monde, statistiquement impeccable, procédant d une analyse marketing solide, basée sur une étude fiable, etc. n est d aucune utilité pour l entreprise si les forces internes ne se l approprient pas durablement. Le socle de l approche par les structures, c est bel et bien le raisonnement marketing et sa traduction dans l organisation. L analyse par les structures fait le lien entre l expression d une problématique marketing et les réponses que l on peut tirer de l interrogation des consommateurs. Autrement dit, pour beaucoup de problématiques stratégiques, c est l approche par les structures qui rend les études actionnables. Bref, l analyse par les structures, c est analyser pour agir. Nous tenterons d en démontrer la richesse et l efficacité en expliquant les quatre élémentsclés de la méthode de travail proposée par l analyse structurale 3, puis en exposant trois exemples de problématiques résolues par l analyse multistructures. 3 Nous n exposerons pas ici les méthodes statistiques de construction de segmentation ou de typologie. Pour ces développements techniques, on consultera avec grand profit l excellent ouvrage : Data Mining, de Michael J.A. Berry et Gordon Linoff (InterEditions, Paris, 1997) 16

17 2. Méthode de travail Bien souvent, la requête du marketeur est expéditive et lacunaire : «Nous voulons une segmentation». Certes, l essentiel est dit : l analyste à qui s adresse cette requête sait que son rôle sera, en final, de proposer une structure. Mais l analyste sait aussi que les structures (segmentations et typologies) ne sont que des outils s inscrivant dans un processus souvent complexe de raisonnement marketing. Autrement dit, savoir construire des segmentations et des typologies, c est bien, mais ce n est pas très utile si l on ne sait pas intégrer ces outils en fonction de l enjeu et du contexte. L approche par les structures suppose donc une certaine méthode de travail, et cette méthode repose sur quatre éléments : La connaissance des données qui servent d ingrédients pour créer des segmentations et des typologies La vision préalable du marché, qui permet de dialoguer avec les marketeurs et de dresser un inventaire des structures possibles pour le marché étudié La maîtrise du raisonnement marketing, qui permet notamment de passer de la notion de segment à celle de cible Le recours à l analyse multi-structures pour résoudre des problèmes marketing complexes 2.a. Structurer : oui, mais sur quoi? La question est vaste, on peut d ailleurs la comprendre à 2 niveaux : Un niveau théorique : théorie de la segmentation en marketing, qui correspond au champ de recherche abondant intitulé market segmentation theory dans la littérature anglo-saxonne. Un niveau pratique : quelles sont les possibilités offertes par les études quantitatives pour segmenter? Le niveau théorique est passionnant, car il soulève de vraies questions, et plus particulièrement la question fondamentale : doit-on décider sur quoi on va structurer les sujets? Autrement dit, ne peut-on pas trouver une méthode qui permette de repérer des structures «naturelles» ou non biaisées? 17

18 Il faudrait idéalement consacrer un ouvrage entier à ces questions. Dans le cadre de cet article, elles nous emmèneraient trop loin, car ce n est pas seulement la méthode statistique qui est en cause, mais également la manière de collecter une information souvent déclarative. Contentons-nous de mentionner que certains chercheurs, ayant constaté les faiblesses conceptuelles des procédés courants de segmentations, se sont interrogés sur d autres possibilités de catégoriser les consommateurs. Ces débats ne sont pas récents : il faudrait, par exemple, déterrer un papier de 1955 signé George Kelly4 et analyser ce que ces propositions apportent vraiment. Enfin, précisons que, malgré une idée assez couramment répandue, le data mining n a pas résolu ce problème. Tout d abord, le fond technique du data mining n est pas autre chose qu un corpus de méthodes connues et traduites sous forme d algorithmes ; il ne se situe donc pas au niveau théorique de ce débat. Par ailleurs, le vrai data miner est celui qui connaît bien ces algorithmes : «laisser faire la machine» ou «appuyer sur un bouton» sont des mythes. Revenons au niveau pratique. Les auteurs proposent différentes classifications des angles de segmentation. Par exemple, Marsden et Littler 5 distinguent les segmentations qui se concentrent sur : La manière dont les gens pensent (attitudes) La manière dont les gens se comportent (usage) La manière dont les gens sentent (émotions) J.J. Lambin 6 distingue : Segmentation socio-démographique ou descriptive Segmentation par avantages recherchés (différences dans les systèmes de valeurs vis-à-vis du marché/produit/service étudié) Segmentation comportementale Segmentation socio-culturelle ou styles de vie Schnaars 7 distingue (non limitativement) : Géographie (pays, région) 4 George A. Kelly (1955), The Psychology of Personal Constructs, Vol1 1 and 2, Norton, New York. 5 David Marsden et Professor Dale Littler, Product Construct Systems: a Personal Construct Psychology of Market Segmentation, European Advances in Consumer Research, Volume 2, 1995, Washington State University, Vancouver. 6 J.J. Lambin, Le Marketing Stratégique, Ediscience La lecture de l intégralité du Chapitre 6 est recommandée. 7 Steven P. Schnaars, Marketing Strategy, The Free Press

19 Socio-démo Utilisation du produit Qualités perçues du produit (ou de la marque) Wind 8 distingue : Socio-démo Socio-culturel, style de vie Bénéfices recherchés Utilisation du produit Préférences Sensibilité au prix Fidélité à la marque Snellman 9, étudiant la segmentation sous un angle historique, distingue : Les segmentations géographiques Les segmentations démographiques Les segmentations orientées produits o Par type d usage o Par type de bénéfice Les segmentations comportementales o Sur l intention d achat et la fidélité o Sur les motivations et attitudes Les segmentations psychographiques o Personnalité o Style de vie La conclusion de cette énumération est qu il existe plusieurs manières de classer les variables de segmentation, mais que toutes ces manières tournent autour des mêmes notions. Tout au plus peut-on synthétiser ces approches par le formalisme suivant : Stucturation des sujets, au travers de leurs caractéristiques propres (socio-démographiques, socio-culturelles, etc.) Stucturation des sujets, au travers de leurs relations sujet-objet (les différents usages et attitudes) Stucturation des objets (images de marque, bénéfices perçus, etc.) 8 Yoram Wind, Issues and Advances in Segmentation Research, Journal of Marketing Research, August 1978, pp Kaisa Snellman, From one segment to a segment of one the evolution of market segmentation theory, February 2000, Swedish School of Economics and Business Administration Working Papers. 19

20 Mais, en pratique, le choix d une approche de segmentation ne dépend pas que de la problématique marketing. Un niveau de contingence, par exemple, est la disponibilité de données adéquates. Problème que l on pourra contourner, dans certains cas, par des rapprochements entre sources de données. Ces rapprochements peuvent aller de la simple mise en parallèle de résultats à la réplication d une question ou d une segmentation par modélisation, voire à la fusion lorsque celle-ci est possible. Par ailleurs, le choix d une segmentation dépend aussi du destinataire de l outil. En effet, pour un chef de produit, une segmentation sur les bénéfices recherchés fait sens. Pour des acteurs de la communication, une segmentation combinant les besoins et les profils psychographiques est pertinente. Pour un directeur commercial, une segmentation sur les potentiels de vente ou de rentabilité est indispensable. Autrement dit, il faut se reporter à l intention première qui a suscité la requête, comprendre comment et dans quel contexte la segmentation va être utilisée dans l entreprise. En réalité, derrière cette demande se cachent presque toujours 3 souhaits fondamentaux : structurer une vision marketing ; identifier une cible ; construire une stratégie pour l atteindre. Le dernier souhait (construire une stratégie pour atteindre une cible particulière) relève du marketing «pur et dur», nous ne traiterons pas ici cet aspect. La question de l identification de la cible est évidemment un point critique, et nous verrons dans la suite de cette partie en quoi la structure (segmentation ou typologie) peut s avérer suffisante ou insuffisante pour déterminer une cible. Mais revenons au tout premier souhait, qui est primordial : avant de structurer quoi que ce soit, marketeurs et analystes doivent avant tout partager une même vision du marché. Sans vision du marché, qui peut affirmer que l on doit structurer sur telle dimension ou telle autre? 2.b. La vision préalable du marché Nous avons vu précédemment que beaucoup de variables différentes peuvent servir de base à une segmentation. L analyste a-t-il, pour autant, le choix? Il est certes possible d essayer plusieurs solutions et les comparer à leur «tête» : un coup de segmentation sur les motivations, un coup de segmentation sur les bénéfices, etc. Mais la pratique est un peu différente, car deux cas peuvent se présenter : 20

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Enjeux et outils du marketing RH

Enjeux et outils du marketing RH Serge Panczuk Sébastien Point Enjeux et outils du marketing RH Promouvoir et vendre les ressources humaines Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54123-6 Introduction Pourquoi parler de marketing RH?

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le diplôme de bachelor en Marketing

Le diplôme de bachelor en Marketing Le diplôme de bachelor en Marketing Tu aimes: Bouger Rencontrer Communiquer Dialoguer Négocier Convaincre Calculer Décider Ton profil: Tu es une personne d action qui veut travailler sur le terrain Tu

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche.

Introduction. Nous définirons les termes clefs de notre recherche. Introduction En cette période de crise et de concurrence exacerbée, les entreprises tentent de conquérir de nouveaux clients mais également de se concentrer et de développer leurs clients les plus rentables.

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Les outils de communication

Les outils de communication FICHE DE SYNTHÈSE Module 8 Les outils de communication - MODULE SEMAINE 8 - SOMMAIRE : I) Les différents média de communication...2 II) Savoir tirer parti des réseaux sociaux...2 1/6 I) LES DIFFÉRENTS

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement. --> Segmentation : définition et objectifs

PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement. --> Segmentation : définition et objectifs COURS N 2 : STRATEGIE MARKETING ET PLAN MARKETING COURS N 2 : STRAT. MARKETING ET PLAN MARKETING PLAN --> Introduction : les notions de Segmentation / Ciblage et Positionnement --> Segmentation : définition

Plus en détail

GRILLE D AUTO-DIAGNOSTIC

GRILLE D AUTO-DIAGNOSTIC Université de Sfax Centre Universitaire d Insertion et d Essaimage de Sfax Projet Culture Entrepreneuriale et Création d Entreprise à l Université de Sfax CE & CE GRILLE D AUTO-DIAGNOSTIC A l usage des

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

RECRUTER RECR EN 2012

RECRUTER RECR EN 2012 À L AGENDA Recruter en 2012 Comment valoriser son entreprise auprès des candidats? Utiliser les bons outils pour séduire un candidat Devenir un meilleur recruteur et développer une approche client RH RECRUTER

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Mémoire de Master 2010-2011

Mémoire de Master 2010-2011 Mémoire de Master 2010-2011 Comment les réseaux sociaux ont-ils changé la relation du consommateur à la marque par le développement de nouveaux médias interactifs? Amaury LAPARRA 1106039 - Promotion 2006-2011

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Le ranking de Augure Influencers La méthodologie AIR en détails

Le ranking de Augure Influencers La méthodologie AIR en détails Le ranking de Augure Influencers La méthodologie AIR en détails V1.0 Octobre 2014 Oualid Abderrazek Product Marketing Sommaire 1. Contexte...3 2. L algorithme...3 a. Exposition...4 b. Echo...4 c. Niveau

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés...

Sommaire. Introduction à la 11 e édition... Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1. Première partie Étudier les marchés... Sommaire Introduction à la 11 e édition... X Chapitre 1 Le rôle du marketing est de créer de la valeur... 1 Section 1 Qu est-ce que le marketing?... 2 Section 2 Comment le marketing crée de la valeur...

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics?

Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics? Livre blanc Le Search Analytics Comment optimiser votre stratégie Search grâce au Multitouch Analytics? Nos partenaires: Sommaire Présentation de Mazeberry Introduction au Search Analytics Le Search Engine

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5

Table des matières. Comment utiliser efficacement cet ouvrage pour en obtenir les meilleurs résultats?... 5 Table des matières Sommaire.................................................................. v Avant-propos et remerciements............................................. 1 Note du traducteur.....................................................

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant?

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Toucher le public désiré, voilà un pari ambitieux, en particulier dans un paysage médiatique mouvant. Comment améliorer vos performances digitales

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires?

Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires? Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires? Comment bien de fois avez-vous lu ou entendu dire l intérêt, pour ne pas dire la nécessité absolue, de construire un tableau de bord pour suivre

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Générer du chiffre d affaires

Générer du chiffre d affaires Générer du chiffre d affaires L entreprise est un système d interactions entre trois secteurs : gestion Production Commercialisation Générer du chiffre d affaires Un système qui doit interagir avec son

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail