Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques"

Transcription

1 Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique par méthodes m photothermiques périodiques Jean-Jacques Jacques Serra Groupe Expertise Hauts Flux

2 TRANSFERTS DE CHALEUR DANS LES SOLIDES A STRUCTURE COMPLEXE ESTIMATION DES PARAMETRES CARACTERISTIQUES PROPRIETES GLOBALES (homogènes sur l'ensemble du volume) éventuellement orthotropes PROPRIETES LOCALES (à l'échelle des hétérogénéités) éventuellement gradient de propriété DISCONTINUITES (interfaces, interphases, assemblages,...) Modélisation (directe) du transfert Conception (optimale) d'une expérience Estimation des paramètres

3 COMPORTEMENT D'UN ECHANTILLON SOUMIS A UNE SOLLICITATION THERMIQUE Excitation thermique (Entrée du système) Modèle Flux Système Mesure Propriétés Conditions aux limites Observable (Sortie du système) Température(s) ou paramètre(s) thermodépendant(s) Estimation des paramètres caractéristiques du système minimisation de l'écart entre observations et résultats issus du modèle

4 EXCITATION PERIODIQUE ET ONDE THERMIQUE 1 La distance sur laquelle la chaleur s'est propagée pendant une période est appelée longueur de diffusion thermique : µ = π a f Longueur de diffusion (mm) a=10 mm 2 /s a=1 mm 2 /s 1E Fréquence (Hz)

5 PROPAGATION DANS LA ZONE THERMIQUEMENT EXCITEE Dans le volume affecté par l'excitation thermique, les évolutions de température dépendent de deux classes de paramètres : Les propriétés physiques du matériau - propriétés optiques - propriétés thermiques Les paramètres expérimentaux - densité du flux incident - fréquence de modulation Flux incident Température CARACTERISTIQUES DE L'OBSERVABLE Température (évolution) caractérisée par : La phase, qui ne dépend ni de l'énergie du faisceau ni de l'absorptivité du matériau L'amplitude, qui dépend de l'ensemble des paramètres

6 Températures complexes Solide soumis à des excitations thermiques de type sinusoïdal régime permanent où les températures locales instantanées sont la somme de deux composantes, l'une continue et l'autre sinusoïdale. T ( r, t) = T ( r) + T ( r, t) avec T ( r) = M( r) cos( ωt + ϕ( r) ) m s jϕ( r) jωt jωt Composante sinusoïdale Ts ( r) = M( r) cos( ωt + ϕ( r) ) = M( r) e e = T( r) e ~ jϕ( r ) T( r) = M( r) e Elle résulte des mêmes équations que (,t) s contient l'information sur module et phase des oscillations de température. T r adaptées au régime sinusoïdal établi. 1 T - l'équation de la chaleur dans le massif T = devient ~ T = j ω ~ T a t a ~ T T ~ - l'équation décrivant la condition de Neumann λ = Φ cos( ωt) devient λ = Φ x x On est ramené à la résolution d'un problème stationnaire mettant en jeu des conditions aux limites également stationnaires. ~

7 COEFFICIENTS DE SENSIBILITE Définition : Le coefficient de sensibilité de l'observable η (ex. phase) au paramètre β j pour la valeur u de la variable explicative (ex. fréquence), est défini par : X j η β ( u, β ) = ( u, β) j Coefficients de sensibilité réduits : Si plusieurs paramètres les X j peuvent avoir des unités différentes. Il est alors plus intéressant d'étudier les coefficients de sensibilités réduits : X j η β ( u, β ) = β ( u, β) dont les unités sont identiques à celles de l'observable η. j j

8 PROPRIETES THERMIQUES GLOBALES PROPRIETES THERMIQUES GLOBALES - évolution de la phase avec la fréquence - Matériaux homogènes (homogénéisables) Mesure en face arrière par détecteur IR Cas classique : la méthode permet néanmoins de vérifier l'adéquation du modèle, améliore la précision Matériaux bicouches (revêtements) Mesure en face avant par détecteur IR protection interne des tubes d'armes vieillissement des couches Matériaux tricouches (assemblages collés) Mesure en face arrière par détecteur IR collages structuraux évolution de la résistance de contact

9 PROPRIETES THERMIQUES GLOBALES - radiométrie photothermique / fonction de transfert - Miroir plan Support + échantillon Détecteur excitation thermique gaussienne faisceau laser étendu ( 20mm) évolution de la température (grandeur thermodépendante) rayonnement émis détecteur IR Fibre (sortie laser) Pyromètre

10 Cas du matériau homogène et opaque - Résultats du modèle direct δ e (déphasage face avant, deg.) Bi = 0 Bi = 0.01 Bi = 0.1 Bi = 1 δ o (déphasage face arrière, deg.) Bi = 0 Bi = 0.01 Bi = 0.1 Bi = e/µ (adim.) e/µ (adim.) Déphasage en face avant et arrière P e = = µ ω e 2a

11 Cas du matériau homogène et opaque - Déphasage face arrière/face avant R (rapport d'amplitudes) e/µ (adim.) Bi = 0.01 Bi = 0.1 Bi = 0.5 (déphasage, deg.) Bi = 0 R = 0.1 R = 0.2 R = 0.5 (déphasage arrière-avant) e/µ (adim.) Bi = 0.01 Bi = 0.1 Bi = e/µ (adim.) Une seule fréquence (atténuation et déphasage) Balayage en fréquence (déphasages)

12 Cas du matériau bicouche - Résultats du modèle direct - P ω 2a = e rev rev M b b = rev sub

13 Cas du matériau bicouche - Vieillissement de dépôts de chrome - Le déphasage mesuré dépend de : l'épaisseur du dépôt, ses propriétés thermiques, la qualité du contact dépôt-substrat Au cours des cyclages thermiques, les trois paramètres peuvent évoluer Travaux en cours

14 Forme de l'excitation et information disponible Dirac Sinusoïde Signal Périodique : rapport cyclique

15 Cas des matériaux orthotropes - radiométrie photothermique / distribution spatiale - séquence caméra IR algorithme de détection synchrone sur chaque pixel de l'image cartographie en phase (ou amplitude) excitation thermique en plateau évolution de la température (grandeur thermodépendante) rayonnement émis caméra IR

16 Cas des matériaux orthotropes - évolution de la phase avec la position - Diffusivité selon les directions du plan Diffusivité selon la direction transverse - évolution de la phase avec la fréquence -

17 PROPRIETES THERMIQUES LOCALES - évolution de la phase avec la fréquence (ou la position) - Matériaux hétérogènes Excitation localisée (qq µm de diamètre) Mesure en face avant près de la source (qq µm) gradients de propriétés propriétés des charges (fibres, matrices) dans les composites

18 PROPRIETES THERMIQUES LOCALES - microscopie photothermique / photoréflexion - Argon Flux incident (pompe) Observation (sonde) excitation thermique localisée faisceau laser focalisé évolution de la température (paramètre thermodépendant) facteur de réflexion faisceau laser focalisé Objectif de microscope et échantillon Lame dichroïque Modulateur acousto-optique Référence de chauffe Lame dichroïque Objectif de microscope Générateur de fonction Echantillon Représentation du trajet des faisceaux Laser pompe Lame λ/4 Détection synchrone Cube séparateur polarisant Modulateur acoustooptique Cube séparateur polarisant Laser sonde photodiode HeNe Laser HeNe Phase Laser Ar et module Détecteur

19 PROPRIETES THERMIQUES LOCALES - modèles directs - Lorsque la source est ponctuelle et le milieu localement homogène, la phase mesurée à la distance r du point d'excitation est : ϕ = r µ = r πf a Répartition de l'énergie dans la source distribution 1/ en plateau, 2/ de Gauss, 3/ d'airy Solutions semi-analytiques Discontinuité plane (ou //) à la surface 1/ résistance de contact, 2/ troisième corps thermique Solutions semi-analytiques Discontinuité de forme complexe cylindre enchâssé dans une matrice Eléments finis (températures complexes)

20 Paramètre ajustable (variable indépendante) observable = déphasage de la température (ϕ) par rapport à l'excitation déphasage en degrés Identification par distribution spatiale diffusivité mm 2 s offset en µm Déphasage en degrés Identification par fonction de transfert diffusivité mm 2 s Fréquence en khz

21 Cas d'une discontinuité - Déplacement des 2 spots à offset constant (5 µm) - Déphasage ( ) y (µm) Acier Chrome 1 : R th = 0 2 : R th = : R th = : R th = : R th = 10-5 W -1.m 2.K RTC y (µm) : e = 0,1 TTC (air) Déphasage ( ) : e = 1 3 : e = 3 4 : e = 6 µm Acier Chrome

22 Caractéristiques géométriques du banc offset : paramètre supposé connu HeNe 1.0 Image CCD Argon amplitude normalisée offset = 3.3 µm erreur relative < 6% 0 40 Offset en pixels diamètre du spot : paramètre supposé connu ou pouvant être estimé waist z 2 2 λ.m.(z z ω( z) = ω. 2 4 π. ω ) 1

23 Exemples d'applications Outils de diagnostic à microéchelle 100 µm Cyclages thermomécaniques sur dépôts de protection Assemblages collés composants optroniques Composites fibres et matrice

24 Exemple de résultats - gradient de propriétés dans un revêtement après cyclage - Diffusivité thermique en mm 2 s Diffusivité thermique ACIER DEPOT Distance en µm Mico-dureté Vickers HV Micro-dureté Vickers ACIER DEPOT Distance en µm

25 CONCLUSIONS 3 montages expérimentaux - propriétés globales de matériaux homogènes ou multicouches - propriétés globales de matériaux orthotropes - propriétés locales, à l'échelle des constituants de matériaux hétérogènes OBJECTIFS - relations entre propriétés globales et microstructure - vieillissement, évolution des propriétés

Mesure de température par radiométrie photothermique

Mesure de température par radiométrie photothermique Mesure de température par radiométrie photothermique Mesurexpo 17 octobre 2006 Jean-Charles CANDORE Jean-Luc BODNAR Laboratoire d Énergétique et d Optique, UFR sciences REIMS Sommaire I Présentation de

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

Différents protocoles expérimentaux pour l estimation de la diffusivité thermique de matériaux anisotropes par méthode flash

Différents protocoles expérimentaux pour l estimation de la diffusivité thermique de matériaux anisotropes par méthode flash Différents protocoles expérimentaux pour l estimation de la diffusivité thermique de matériaux anisotropes par méthode flash Emmanuel RUFFIO *, Didier SAURY, Daniel PETIT, Catherine FUENTES, André PITEAU

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge INTRODUCTION L'objectif de ce TP consiste à se familiariser avec l'utilisation d'une caméra Infra-rouge et d'en définir les domaines d'utilisation à travers

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Le contrôle par thermographie sur les chapes d'étanchéité

Le contrôle par thermographie sur les chapes d'étanchéité Le contrôle par thermographie sur les chapes d'étanchéité Club OA du 1er juin 2010 Catherine Courtecuisse Jean-Marie Degaugue LRPC Lille Groupe Contrôles extérieurs et surveillance des OA Source présentation:

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes.

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Mathieu GILLET 1, Laetitia PEREZ 2, Laurent AUTRIQUE 1,3, Jean-Jacques SERRA 1,* 1 DGA/EHF BP

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg

Journée technique. Outil COLUROUTE. Mesure des propriétés de réflexion des matériaux. Valérie Muzet. Cerema - DTerEst - LR Strasbourg Journée technique Outil COLUROUTE Mesure des propriétés de réflexion des matériaux Valérie Muzet Cerema - DTerEst - LR Strasbourg COLUROUTE COefficient de LUminance des ROUTEs Sommaire Introduction et

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Hacène MOKRANI, Brahim BOUROUGA Laboratoire de Thermocinétique, UMR CNRS 6607, E.P.U.N., rue Christian Pauc, La Chantrerie,

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE Application à l industrie automobile Par Jean-Baptiste BLUMENFELD, technicien études essais, responsable de la mise en œuvre et du traitement des mesures par thermographie infrarouge,

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs.

Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Etude d un écran photothermique de grandes dimensions adapté à la caractérisation par thermographie IR de champs électromagnétiques ultra brefs. Daniel BALAGEAS *, Patrick LEVESQUE ONERA, Département des

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur Massique est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse

Plus en détail

Mesure de la température locale de composants micrométriques par une méthode radiométrique à courte longueur d onde

Mesure de la température locale de composants micrométriques par une méthode radiométrique à courte longueur d onde Congrès Français de Thermique, SFT 2007, Île des Embiez, 29 mai - 1 juin 2007 Mesure de la température locale de composants micrométriques par une méthode radiométrique à courte longueur d onde Sonia DHOKKAR

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V).

Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V). Influence de l état de surface (rugosité) sur les propriétés thermiques effectives d un alliage de titane-aluminium-vanadium (Ti6Al-4V). Jean Stéphane ANTONIOW 1, Mihai CHIRTOC 1, Hicham BENHAYOUNE 2 et

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE

BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE DATE : 04/01/16 DUREE : 45min MATIERE : OPTIQUE PHYSIQUE CLASSE : TS A NOM DE L ENSEIGNANT : M. JUANICO Exercice 1 : Cours (7 points) 1/ Faire le dessin du montage du cours

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique

Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Du SNOM infrarouge au STM à rayonnement thermique Yannick DE WILDE (dewilde@optique.espci.fr) Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPCI) Laboratoire d Optique Physique UPR A0005-CNRS,

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

par thermographie infrarouge.

par thermographie infrarouge. Le contrôle. Page 2/24 Rappels sur l étanchéité : Feuille préfabriquée Asphalte Film mince adhérent au support Page 3/24 La problématique : Le fascicule 67, Titre 1 er du CCTG (1985) précise : 11.3.2.3

Plus en détail

MÉTHODES DE MESURE EN AÉRODYNAMIQUE Partie 4 Mesures dans le champ

MÉTHODES DE MESURE EN AÉRODYNAMIQUE Partie 4 Mesures dans le champ MÉTHODES DE MESURE EN AÉRODYNAMIQUE Partie 4 Mesures dans le champ Jean Délery Conseiller émérite à l Onera jean.delery@free.fr Partie 4 Mesures dans le champ Méthodes de sondage intrusives Sondes de pression

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée

Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Métrologie des propriétés électro-optiques dans les composants d'optique libre et intégrée Effet élecro-optique YCOB pour la mise en oeuvre de plusieurs fonctionnalités optiques sur un même substrat BBO

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites "réparties".

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites réparties. G. Pinson - Physique Appliquée Lignes B31+B32-TP / 1 B31+B32 - Lignes But : on veut transmettre des données numériques sous forme d'impulsions binaires dans une ligne, en veillant à minimiser les perturbations

Plus en détail

Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures

Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures Application de la thermographie infrarouge embarquée en exploitation d'infrastructures M. Marchetti, M. Moutton, S. Ludwig CETE de l'est LRPC Nancy-ERA 31 L. Ibos, J.-P. Monchau, V. Feuillet Université

Plus en détail

THORN THORN THORN THORN. Concept de luminance en éclairage routier. Concept de luminance : CIE 140 et EN 13-201

THORN THORN THORN THORN. Concept de luminance en éclairage routier. Concept de luminance : CIE 140 et EN 13-201 LUMINANCE ET MESURE DES REVÊTEMENTS ROUTIERS A L AIDE DE LUMINANCEMETRES NUMERIQUES Auteurs : Jean-Paul Rami Jacques Lecocq Retrouvez le programme et les autres présentations sur www.afe-eclairage.com.fr,

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie)

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) I - Montage : Il comporte 3 parties : le banc de mise en forme du faisceau (réalisation d un faisceau parallèle, large et homogène),

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

TP 1 Polarisation et biréfringence

TP 1 Polarisation et biréfringence TP 1 Polarisation et biréfringence PARTIE THEORIQUE I.1 Filtres polarisants rectilignes : polaroïds et prisme de Glan On utilisera un filtre polarisant soit pour créer une polarisation rectiligne (on appellera

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Mesure de température sans contact jusqu à 3000 C

Mesure de température sans contact jusqu à 3000 C Applications HAUTES TEMPERATURES Mesure de température sans contact jusqu à 3000 C Thermomètres infrarouges, caméras infrarouges et leurs applications Innovative Infrared Technology Applications hautes

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail