Organisation Datassur GIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation... 22. Datassur GIE"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2010

2 TABLE DES MATIÈRES Préface Le fichier des risques spéciaux en Assurances Non-Vie (RSR) Le fichier Discover Le fichier 11 Le fichier 11 La plate-forme gérant une réserve de détectives privés Le Bureau de Coordination des Expertises (BCE) La caisse de compensation RDR Les caisses de compensation pour les asbl Canara et Trip Le projet «Fonds dormants» logé auprès de l asbl Identifin La plate-forme Siabis Perspectives Comptes Compte de recettes et dépenses Organisation Liste des Membres Datassur GIE Square de Meeûs Bruxelles Tél. : + 32 (0) (0) Fax : + 32 (0)

3 PRÉFACE GERT DE WINTER Les services offerts par Datassur répondent toujours à de réels besoins de la profession et aident les entreprises membres à améliorer leurs performances techniques et financières. La plupart des services offerts bénéficient de l adhésion d entreprises qui, ensemble, représentent dans la plupart des cas plus de 90 % des parts de marché dans les activités d assurances concernées. Les services classiques confirment : le RSR, Discover et sont encore toujours les plus consultés RENÉ DHONDT Un beau motif de satisfaction : le haut degré d adhésion aux services offerts Le fichier des risques spéciaux continue à rendre d indéniables services aux assureurs dès lors qu il leur permet un contrôle sur les données fournies par les candidats à l assurance. Les enregistrements sont fiables : si leur nombre augmente annuellement, le nombre de plaintes et autres demandes de rectification est en diminution constante. La Commission de la protection de la vie privée n a reçu aucune plainte écrite à l encontre de Datassur depuis près de cinq ans. Les plaintes auprès de l Ombudsman ont diminué de moitié ces deux dernières années passant d une trentaine à treize en Ces constatations témoignent du sérieux et de la circonspection avec lesquels les contrats d assurances sont résiliés par les entreprises d assurances et de la gestion saine et transparente du fichier. 2 - Rapport Annuel 2010

4 En assurances auto, et Discover incontournables Les entreprises d assurances disposent en Discover d un fichier central où elles peuvent signaler tous les vols de véhicule qu elles assurent. Cette centralisation de l information facilite depuis plusieurs années les recherches de tous ceux qui, quotidiennement, œuvrent pour retrouver les véhicules volés. Grâce à l élargissement du réseau d information à des organismes apparentés à l étranger, le pourcentage de véhicules désignalés dans Discover, c est-à-dire retrouvés et restitués à leur propriétaire dépasse les 28 %. Ce ratio a plus que doublé depuis que Datassur s en occupe. Grâce au fichier les gestionnaires concernés dans les entreprises d assurances peuvent contrôler les informations techniques relatives aux véhicules en portefeuille. Si l intérêt des fichiers de Datassur se mesure au nombre de consultations, le fichier arrive juste derrière le fichier des risques spéciaux avec plus de consultations en Les services BCE et Compensation Le Bureau de Coordination et d Expertise et le service compensations constituent avec le fichier RSR les trois premiers services développés par le GIE. Le service compensation, initialement dédicacé à la gestion RDR en assurance auto a fait des émules. L on songe bien évidemment aux compensations réalisées pour Rapport Annuel

5 compte des asbl Canara (catastrophes naturelles) et Trip (actes de terrorisme). En ce qui concerne le BCE, l année aura été marquée par les négociations autour de deux conventions importantes, celle avec la SNCB et celle avec Belgacom. Dans les deux cas, il s est agi d adapter les tarifs mais aussi le contenu des conventions en tenant compte de l évolution des technologies ces dernières années. Confirmation de l intérêt des membres : près de quarante entreprises ont confirmé leur adhésion aux deux conventions susmentionnées. Au rythme d un nouveau service par an Il ne suffit plus aujourd hui de se targuer d un beau bilan pour garantir la pérennité de l entreprise. C est la raison pour laquelle Datassur est à l écoute permanente des besoins de ses membres et a l ambition de relever constamment de nouveaux défis et de proposer de nouveaux services. Ces dernières années, la palette des services de Datassur a évolué au rythme d un nouveau service par an. Dernier exemple en date, la toute récente plate-forme nommée Siabis, préparée en 2010 et mise en production en janvier Siabis est une plate-forme informatique contenant l ensemble des véhicules bénéficiant d une couverture en assistance. Elle permet aux gestionnaires de la circulation sur les autoroutes de retrouver rapidement et avec certitude l assureur/assisteur concerné qui enverra dans les plus brefs délais son propre dépanneur pour effectuer la mission. Cette plate-forme a non seulement convaincu les assureurs/ assisteurs mais aussi les clubs automobiles Touring et VAB pour qui l aide au dépannage est la raison d être. L utilisation de la plate-forme Siabis est actuellement en test pour une année dans la province de Namur et sur l ensemble des autoroutes en Wallonie. Si l expérience s avère positive, ce système sera déployé sur toutes les provinces de la région Wallonne et ensuite dans le reste du pays. Datassur est aussi actif dans le domaine des assurances Vie Durant de nombreuses années, la palette des services du Groupement d intérêt économique Datassur était orientée vers les entreprises d assurances de dommages. En répondant positivement à l asbl Identifin qui lui confiait la gestion informatique et administrative du dossier «Fonds dormants» Datassur a acquis une nouvelle dimension et a pu démontrer en moins de deux années qu il pouvait également apporter des solutions aux assureurs vie. L asbl Identifin a été créée à l initiative des associations professionnelles Assuralia et Febelfin pour permettre aux entreprises d assurances et aux institutions de crédit d accéder aux données du Registre National et de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale. Après les «Fonds dormants», l anti blanchiment Dans la foulée du dossier «Fonds dormants», les assureurs vie ont aussi confié au GIE la mise en œuvre des mesures opérationnelles prévues dans la loi visant à lutter contre le blanchiment. Dans ce cas aussi, Datassur fonctionne en tant que soustraitant pour l asbl Identifin. Ce faisant, ces institutions financières et d assurances peuvent assumer depuis quelques mois leurs missions légales en matière de contrôle visant à lutter contre le blanchiment d argent dans les secteurs bancaire et de l assurance vie. Ce partenariat entre plusieurs institutions constitue un bel exemple de synergie qui mène à des économies d échelle tant pour les assureurs que pour les banquiers. En cela, Datassur répond aux objectifs fixés par son Conseil de gérance dans l esprit souhaité par ses membres fondateurs. 4 - Rapport Annuel 2010

6 Datassur délivre aussi des services aux assurés Ce qui caractérise les services développés ces dernières années, c est qu ils apportent aussi des avantages pour les assurés euxmêmes. Que l on pense à la plate-forme permettant la recherche des avoirs dormants, à la plate-forme désignant un assisteur lorsqu un véhicule assuré est en panne ou a eu un accident sur une autoroute, ou encore à la future plate-forme centralisant les attestations de sinistralité, voilà autant de services qui, non seulement ont une valeur ajoutée pour les entreprises d assurances concernées, mais qui apportent également une aide concrète aux assurés confrontés à des problèmes très pratiques. L assise financière de Datassur est solide et permet des développements nouveaux dès lors que les entreprises d assurances en ressentent le besoin. Nous invitons ceux qui souhaitent en savoir plus sur les activités du groupement à poursuivre la lecture de ce rapport en rappelant qu il est aussi disponible sur le site de Datassur (www.datassur.be) qui contient aussi bon nombre d informations utiles tant pour les professionnels de l assurance que pour le grand public. Ainsi Datassur contribue à aider les entreprises membres à renforcer leur rôle d entreprise au service de leurs clients. Une base financière saine qui permet un rapport coût/bénéfice optimal Une fois encore, l exercice comptable s est terminé en boni. Comme le prévoient les statuts du groupement, ce boni sera distribué aux entreprises membres selon une formule qui encourage les entreprises à utiliser les services auxquels elles ont adhéré. René Dhondt, Président du Conseil de gérance Gert De Winter, Président Rapport Annuel

7 FICHIERS LE FICHIER DES RISQUES SPÉCIAUX EN ASSURANCES NON-VIE (RSR) De moins en moins de cas de fraude, de plus en plus de cas de non-paiement de prime Les entreprises d assurances ayant adhéré à la convention régissant le fichier des risques spéciaux ont effectué enregistrements en 2010, soit une augmentation de l ordre de 8,9 % par rap port à l année précédente. Cela correspond à une alimentation moyenne journalière de 285 cas contre 262 cas en Tenant compte du délai de conservation des enregistrements, à savoir trois ans pour les résiliations suite à un non-paiement de prime, cinq ans pour les résiliations après sinistres et dix ans en cas de fraude, le fichier compte fin 2010 quelque enregistrements actifs, soit environ de plus que fin Évolution du nombre d enregistrements depuis 2002 Pour la cinquième année consécutive, les enregistrements pour résiliation de contrat après non-paiement de prime ou non recouvrement de franchise ont dépassé le cap symbolique des 90 %. Partant de 25 millions de contrats non vie en cours dans notre pays, dont près de cinq millions et demi couvrent la R.C. automobile, on s aperçoit que l enregistrement annuel des assureurs concerne à peine 0,25 % du nombre total de polices. Tout comme ces dernières années, l augmentation globale du nombre d enregistrements ne concerne en réalité qu un seul critère d enregistrement, celui relatif aux résiliations pour non-paiement de prime ou non-recouvrement de franchise Rapport Annuel 2010

8 La répartition selon les critères d enregistrement s établit comme suit en 2010 : 92,8 % des enregistrements sont consécutifs à une résiliation pour non-paiement de prime ou non recouvrement de franchise contre 92,3 % en En 2000, ces enregistrements représentaient 78 % de l ensemble ; 6,7 % des enregistrements sont consécutifs à une résiliation suite à plusieurs sinistres contre 7,1 % en En 2000, ces enregistrements représentaient près de 18 % ; Auto introduite en septembre 2002 qui n autorise plus les entreprises d assurances à résilier un contrat avant échéance que s il y a au moins un sinistre en tort. Quant aux enregistrements suite à une fraude à l assurance, on en compte à peine 350 en 2010 ce qui représente à peine 10 % du nombre d enregistrements pour fraude enregistrés au début des années Soulignons que les assureurs ne sont autorisés à effectuer un enregistrement dans le fichier que dans la mesure où ils disposent de preuves avérées sur la fraude détectée. En cas de doute, celui-ci bénéfice toujours à l assuré et aucun signalement n est émis. Contrairement à une idée reçue, le fichier RSR ne concerne pas uniquement les résiliations de contrats d assurances en R.C. Auto. Le graphique ci-dessous donne un aperçu des enregistrements en fonction des branches d assurances les plus concernées. Répartition des enregistrements par branches d assurances 0,5 % des enregistrements sont consécutifs à une résiliation suite à une fraude à l assurance ce qui est légèrement inférieur à Ces enregistrements représentaient près de 4 % de l ensemble en Ces tendances sont observées depuis quelques années et résultent de la modification de la législation en assurances Ind. Accident 9,66 % Autre 3,59 % Auto 48,91 % Incendie 31,69 % R.C. 6,15 % Rapport Annuel

9 FICHIERS Les demandes d accès et de rectification On note une certaine stabilisation au niveau des demandes d accès. Ceci tend à prouver que de plus en plus de personnes qui font l objet d un enregistrement et qui, soulignons le, en sont informées par voie de courrier émanant de Datassur, sont parfaitement conscientes de la raison pour laquelle elles se retrouvent dans le fichier des risques spéciaux. Évolution des demandes d accès et de rectification depuis Dans les faits, moins de deux personnes sur cent qui font l objet d un enregistrement dans le fichier des risques spéciaux font valoir leur droit d accès. Sur ces deux personnes, une sur cinq fait valoir son droit de rectification. Le nombre de demandes de rectification s élève en effet à 235 pour 2010 soit cinq demandes de plus qu en Le fait que, proportionnellement, de plus en plus de personnes sont inscrites dans le fichier des risques spéciaux suite à un non-paiement de prime explique pour beaucoup ce taux assez faible de demandes de rectification. Sauf à invoquer l oubli ou un changement d adresse suite à un déménagement, un non-paiement de prime est un acte conscient et réfléchi et dès lors difficilement contestable dans le chef de celui qui le commet. Le sort réservé à ces demandes de rectification est le suivant : 24 % des enregistrements contestés sont confirmés par l entreprise d assurances concernée ; Accès Rectification 8 - Rapport Annuel 2010

10 près de 35 % sont annulés sur base d une décision concertée avec l entreprise d assurances concernée ; 36 % sont annulés sur décision de Datassur lorsque l entreprise d assurances concernée n a pas donné suite à la requête de Datassur dans les délais impartis ; le pourcentage restant représente les dossiers en cours de traitement au 31 décembre Le pourcentage des enregistrements contestés et annulés concerne en grande majorité des demandes de rectification consécutives à des enregistrements pour non paiement de prime. Les personnes qui activent leur droit de rectification sont informées du fait que la meilleure façon d obtenir l annulation de l enregistrement est de payer la prime due, ce qui, dans un grand nombre de cas est fait dans les jours qui suivent. Après s être assuré auprès de l entreprise concernée que la prime a bien été payée, Datassur procède à l annulation de la fiche contestée. Les plaintes adressées à l Ombudsman vers Datassur. Quant aux véritables plaintes, soit 13, après intervention de l Ombudsman, 7 d entre elles ont donné lieu à une correction ou à une annulation de l enregistrement contesté. Ajoutons dans ce chapitre consacré au traitement des plaintes, que la Commission de la protection de la vie privée n a enregistré aucune plainte à l encontre de Datassur en Les audits de qualité Comme il le fait chaque année depuis 2002, Datassur a effectué en 2010 six audits de qualité auprès d entreprises utilisant le fichier RSR. Chaque entreprise auditée a reçu un rapport d audit actant Évolution du nombre de dossiers et de plainte traités par l ombudsman depuis les manquements éventuels par rapport à la convention. Dans deux cas, l audit de Datassur a relevé une situation non conforme à la convention : dans un cas, il s est avéré que l entreprise auditée ne procédait pas systématiquement aux mises à jour transmises par Datassur, dans un autre cas, l entreprise alimentait le fichier central de Datassur de manière très irrégulière. Il est systématiquement demandé aux entreprises concernées de remédier à ces manquements le plus rapidement possible. Dans ces cas précis, un audit est réédité l année suivante En ce qui concerne les services de l Ombudsman de l assurance, 34 dossiers ont été traités sous le couvert de Datassur en 2010 contre 33 en 2009 et 59 en Sur ces 34 dossiers, 21 sont à considérer comme des demandes d information qui ont d ailleurs été relayées Rapport Annuel

11 FICHIERS Évolution des signalements et désignalements depuis LE FICHIER DISCOVER Signalement Désignalement Le nombre de véhicules signalés volés dans le fichier Discover, soit en 2010, est en augmentation de près de 14 % par rapport à 2009, soit véhicules signalés volés. Ce constat reflète assez bien la situation générale confirmée par les dernières tendances publiées par la Police fédérale qui fait également état d une recrudescence des vols de véhicules. 482 véhicules ont été désignalés en 2010, soit un ratio de récupération de 24,5 %. Plus de 15 % des véhicules récupérés le sont grâce à l intervention directe du réseau de Datassur. Si l on ne prend en compte que les 72 véhicules découverts grâce au réseau propre à Datassur, ce service aura permis une économie de plus de pour le secteur. Soulignons que ce service fonctionne sur base d un budget de par an Rapport Annuel 2010

12 LE FICHIER Ce fichier a pour but de permettre aux gestionnaires concernés dans les entreprises d assurances de contrôler les informations techniques relatives aux véhicules en portefeuille. reprend pour chaque véhicule immatriculé ou ayant été immatriculé en Belgique une quinzaine de données extraites du fichier des immatriculations et qui sont pertinentes pour les assureurs : le numéro de la plaque d immatriculation, le numéro de châssis, le numéro du Procès Verbal d Agréation, le nombre de KW, la cylindrée, etc. Si l intérêt des fichiers de Datassur se mesure au nombre de consultations effectuées par les entreprise membres, le fichier arrive juste derrière le fichier des risques spéciaux. De consultations en 2003, l année de son lancement, est passé à consultations en A l image de Discover, on peut désormais considérer comme un outil de contrôle de référence pour les gestionnaires auto des entreprises d assurances. LE FICHIER Ce fichier permet aux entreprises de leasing de délivrer une attestation papier au loueur d un véhicule souhaitant se rendre dans un pays hors Union européenne, et en même temps, une copie informatique dans la base de données logée chez Datassur. En cas de doute lors de contrôles aux frontières, l attestation papier peut être confrontée à l attestation informatique certifiée valable et ainsi confirmer s il y a tentative de fraude ou non. Pour rappel, ce fichier appartient à l asbl Renta Support qui en a confié la gestion à Datassur. En 2010, près de attestations ont été délivrées, soit un chiffre comparable à celui des deux dernières années. Rapport Annuel

13 LA PLATE-FORME GÉRANT UNE RÉSERVE DE DÉTECTIVES PRIVÉS L asbl New Alfa Belgium met à disposition des entreprises d assurances qui en sont membres des détectives privés indépendants et préalablement sélectionnés afin de réaliser les enquêtes fraude qu elles ne peuvent confier à leurs propres détectives pour des raisons de conflits d intérêt, par manque de détectives spécialisés ou encore à cause d une surcharge ponctuelle de travail de la part des détectives salariés. Datassur a été désigné pour sous-traiter l affectation et le suivi des missions aux détectives privés sur base de son expérience, notamment dans le cadre du BCE. Datassur a procédé à l affectation et au suivi d une centaine de missions en 2010 ce qui est légèrement inférieur au nombre de missions affectées en Si le nombre de missions confiées à New Alfa Belgium reste en-deçà des prévisions, l évaluation de la qualité de celles réalisées par les détectives désignés par Datassur est positive dans la toute grande majorité des cas. LE BUREAU DE COORDINATION DES EXPERTISES (BCE) Les conventions Belgacom et SNCB ont subi un lifting Le Bureau de Coordination des Expertises constitue un autre pilier des activités de Datassur. Il est chargé de la gestion des dossiers sinistres dans lesquels une entreprise d utilité publique est impli- quée. Ces entreprises, avec lesquelles une convention visant à accélérer la gestion des sinistres a été conclue, sont par exemple Belgacom, Electrabel, les Ministères de l équipement et des transports, la SNCB ou les câblodistributeurs. L année aura été marquée par les négociations autour de deux conventions importantes, celle avec la SNCB et celle avec Belgacom. Dans les deux cas, il s est agi d adapter les tarifs mais aussi le contenu des conventions en tenant compte de l évolution des technologies ces dernières années. Pour la convention SNCB, ce fut par exemple l occasion d introduire plusieurs articles consacrés à 12 - Rapport Annuel 2010

14 l indemnisation des sinistres occasionnés aux TGV et pour la convention Belgacom, la résolution des sinistres en matière de câbles à fibres optique a aussi été adaptée aux nouvelles donnes technologiques. Les conditions climatiques ont eu un impact sur le nombre de dossiers traités Le BCE a traité quelque dossiers en 2010, soit quelque dossiers en moins qu en 2009 pour compte des entreprises d assurances qui ont adhéré aux conventions dans le cadre d un mandat élargi. Cette diminution sensible s explique essentiellement par les mauvaises conditions climatiques du début et de la fin de l année qui ont provoqué un ralentissement des travaux sur les voies publiques et partant une diminution du nombre de sinistres aux impétrants. Répartition des dossiers sinistres selon les principales conventions Divers 232 Figas 896 Câblodistributeurs 946 SNCB 333 Electrabel Belgacom Ministère des travaux publics Le nombre de dossiers ouverts durant le deuxième semestre est cependant fort comparable à celui des deux années précédentes ce qui tend effectivement à prouver le lien de causalité qu il y a entre la diminution du nombre de sinistres et les conditions climatiques. Plus de 98 % des dossiers sont traités dans le cadre de cette formule ce qui revient à dire que l entreprise d assurances concernée a délégué la gestion du dossier en question au BCE. Rapport Annuel

15 LA CAISSE DE COMPENSATION RDR Le nombre de cas définitivement compensés augmente toujours Evolution du nombre de cas définitivement compensés Le nombre de cas définitivement compensés en 2010, soit augmente de 3,4 % par rapport à Il avait déjà augmenté de l ordre de 1,5 % l année précédente. Trois ans et demi après l entrée en vigueur de la réforme du 1 er juillet 2007, il apparaît que celle-ci a bien eu l impact escompté puisque si l on compare les chiffres fin 2006 avec ceux de fin 2010, la différence, soit cas, représente une augmentation de l ordre de 11,7 % des cas définitivement compensés. Tout bénéfice pour les assurés mais aussi pour les entreprises d assurances puisque voilà autant de sinistres réglés rapidement et simplement. Les quelque cas compensés en 2010 représentent une charge sinistre de l ordre de 458,3 millions d euros. L avantage de cette approche sectorielle réside bien sûr aussi dans le fait que 5,17 % seulement de ce montant considérable a quitté la trésorerie des assureurs membres, 94,83 % de la charge en question n ayant transité qu électroniquement, par le biais de la compensation mensuelle Rapport Annuel 2010

16 LES CAISSES DE COMPENSATION POUR LES ASBL CANARA ET TRIP Dans le cadre de la loi sur la couverture des catastrophes naturelles, les assureurs ont mis au point un mécanisme permettant de répartir le résultat de la gestion des risques tarifés aux conditions du Bureau de Tarification (BT) entre tous les assureurs pratiquant la branche incendie risques simples en Belgique. La gestion de cet organisme de «compensation» a été confiée à l asbl Canara. Les développements informatiques et par la suite la réalisation des différentes compensations ont quant à eux été confiés à Datassur. En 2010, conformément à la convention de sous-traitance, Datassur aura livré à Canara quatre compensations informatives et la compensation financière annuelle. opérationnelle depuis 2008 et a du gérer le premier sinistre reconnu comme la conséquence d un acte de terrorisme. Tenant compte de l expérience acquise (RDR et Canara), l asbl Trip a aussi confié le développement et la gestion de sa caisse de compensation à Datassur. Quant à l asbl TRIP, créée dans le cadre de la loi relative à l assurance contre les dommages causés par le terrorisme, elle est également Rapport Annuel

17 LE PROJET «FONDS DORMANTS» LOGÉ AUPRÈS DE L ASBL IDENTIFIN L asbl Identifin a été créée à l initiative des associations professionnelles Assuralia et Febelfin pour permettre aux entreprises d assurances et aux institutions de crédit d accéder aux données du Registre National et de la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale. Ceci, afin de répondre à leurs missions légales en matière de recherche des bénéficiaires des avoirs dormants et depuis quelques mois en matière de contrôle visant à lutter contre le blanchiment d argent dans les deux secteurs concernés. Depuis 2009, Datassur assume la gestion administrative et informatique de l asbl Identifin. En ce qui concerne la question des avoirs dormants, celle-ci peut être divisée en deux phases : la collecte d informations auprès des registres afin de retrouver la trace des bénéficiaires des avoirs dormants et le transfert des fonds à la caisse de dépôt et consignation (CDC) dans le cas où les bénéficiaires n ont pas été identifiés. La première phase est en vitesse de croisière depuis le début de l année entreprises, dont 21 entreprises d assurances, utilisent quotidiennement la plate-forme d Identifin pour envoyer leurs requêtes aux registres. En date du 1 er avril 2011, requêtes ont été effectuées vers les registres. Cela a permis de retrouver environ 80 % des bénéficiaires d avoirs dormants. En ce qui concerne le logiciel permettant de transférer à la CDC les données relatives aux bénéficiaires non retrouvés, celui-ci est en production depuis l automne Jusqu en avril 2011, banquiers et assureurs ont effectué ensemble quelque dépôts à la CDC. Au total, près de ont été transférés à la Caisse de dépôts et consignation. Rappelons que les entreprises d assurances bénéficiaient d un délai plus long pour effectuer les transferts puisque ceux-ci sont attendus pour, au plus tard, le mois d août La mise en œuvre des dispositions légales en matière d anti blanchiment Les aspects opérationnels liés à la mise en œuvre des dispositions de la loi anti blanchiment ont été pris en charge par la même équipe que celle qui a fonctionné dans le cadre du projet Fonds dormant. Datassur y joue donc aussi un rôle tant sur le plan administratif que technique. L outil d interrogation du registre national a été adapté pour répondre à cette nouvelle finalité. Le dossier de demande d accès au registre national a été transmis au Comité sectoriel du registre national pour examen en octobre L accès aux données du R.N. a été accordé à l asbl Identifin au début de l année Les entreprises membres peuvent bénéficier de ce nouveau service en production depuis la mi-février Rapport Annuel 2010

18 LA PLATE-FORME SIABIS Les assureurs assisteurs ont décidé la mise en place d un fichier central reprenant tous les véhicules automoteurs bénéficiant d une couverture «assistance» en cas de panne ou d accident. Ce fichier est consultable 24h/24h par les centres de coordination de la police fédérale et par le centre de contrôle routier en Wallonie. Lorsque le véhicule qui nécessite une opération d assistance est identifié dans le fichier, cette identification s accompagne automatiquement de l envoi d une mission de dépannage à l assisteur concerné. A ce dernier, de mettre tout en œuvre pour mandater dans les meilleurs délais son dépanneur habituel pour aider son client en difficulté. Toutes les communications se font par voie informatique en temps réel et 24h/24h. L élaboration et la gestion du fichier central ont été confiées au GIE Datassur. En ce qui concerne l alimentation du fichier central, il appartient à chaque assisteur, qu il soit assureur ou club automobile, de veiller à une alimentation complète et à jour du fichier. A défaut, un véhicule qui ne figure pas dans le fichier est dépanné selon les règles propres à chaque autorité avec le risque de se voir confronté à une facture de dépannage plus élevée. Cette plate-forme est opérationnelle depuis le début de l année Au terme d une période d évaluation prévue pour un an, le système pourrait être généralisé à toute la région Wallonne et ensuite à tout le pays. Rapport Annuel

19 PERSPECTIVES A L AGENDA EN 2011 Projet visant à créer une plate-forme centralisant les attestations de sinistralité chez Datassur Assuralia a décidé de créer une plate-forme centralisant les attestations de sinistralité chez Datassur. Rappelons que c est une loi datant de 2002 qui a instauré l obligation pour l assureur de délivrer une attestation de sinistralité à chaque fois qu un contrat R.C. Auto est résilié et, depuis peu, à chaque fois qu un preneur d assurances en fait la demande. L initiative des assureurs offre aux candidats à l assurance un outil leur permettant plus facilement et plus rapidement de communiquer les données relatives à leur historique «sinistres» lorsque l assureur qu ils consultent en vue de conclure un nouveau contrat leur en fait la demande. En pratique, il s avère en effet souvent que les candidats à l assurance ne disposent pas toujours des attestations sinistres qui leur ont été communiquées par leur(s) assureur(s) précédent(s). Or, les données figurant sur cette attestation sont indispensables pour établir le contrat et calculer la prime correspondant le mieux au risque à assurer. L idée est donc de mettre à disposition des preneurs d assurances une plate-forme électronique, accessible par Internet au moyen de leur carte d identité électronique, via laquelle ils pourront accéder à toutes les attestations les concernant pour les cinq dernières années. Ce faisant, ils pourront répondre rapidement à la demande légitime de leur nouvel assureur même s ils ont égaré l une ou l autre de leur(s) attestation(s). Ce projet n a évidemment de sens que si la grande majorité des assureurs auto y adhèrent. Au stade actuel, les grandes orientations du projet ont été arrêtées tant sur le plan des procédures que sur le plan informatique. Les entreprises d assurances seront invitées pour septembre 2011 au plus tard à confirmer leur volonté d alimenter massivement la plate-forme, condition sine qua non pour Datassur pour démarrer les travaux informatiques Rapport Annuel 2010

20 COMPTES COMPTES 2010 Avec en recettes et en dépenses, les comptes 2010 affichent un solde excédentaire de Avec des ressources financières et humaines comparables à celles des années précédentes, le chiffre d affaire réalisé en 2010 est de loin le meilleur jamais réalisé depuis la création du GIE en Les dépenses de fonctionnement ont été parfaitement maîtrisées en 2010 puisqu elles s élèvent à 91 % des dépenses budgétisées. Une économie de a pu être réalisée sur le budget des dépenses et cela bien que le périmètre d activité de Datassur se soit élargi par l adjonction d un nouveau service. On soulignera également que chaque service est à nouveau autoportant et affiche un solde positif. Comme chaque année, il sera proposé à l assemblée générale des membres de rétrocéder le solde excédentaire sous forme de notes de crédit à redistribuer à chaque membre en fonction de son apport dans la réalisation de l objectif social de Datassur. Cette formule qui a fait ses preuves encourage les entreprises à utiliser les services pour lesquels elles ont signé une convention. Evolution des recettes et dépenses depuis 2005 (en milliers d euro) Dépenses Recettes Ristournes Rapport Annuel

Bilan 2011... 20. Organisation... 22. Datassur gie

Bilan 2011... 20. Organisation... 22. Datassur gie Rapport Annuel 2011 Table des matières Préface......................................................................... 2 Le fichier des risques spéciaux en Assurances Non-Vie (RSR)........................................

Plus en détail

Datassur. Rapport annuel 2012

Datassur. Rapport annuel 2012 Rapport annuel 2012 Table des matières Préface... 4 Le fichier des risques spéciaux en Assurances Non-Vie (RSR)... 8 Le fichier Discover... 12 Le fichier Find@Car et le fichier Siabis... 13 La plate-forme

Plus en détail

Rapport annuel DATASSUR

Rapport annuel DATASSUR Rapport annuel DATASSUR 2013 Table des matières 2014 Préface... 4 Le fichier des risques spéciaux en Assurances Non-Vie (RSR)... 8 Le fichier Discover... 11 Les fichiers Find@Car, Siabis et Car@ttest...

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 DATASSUR

Rapport Annuel 2014 DATASSUR Rapport Annuel 2014 DATASSUR Table des Matières Préface 4 Le fichier des risques spéciaux en Assurances Non-Vie (RSR) 8 Le fichier Discover 12 Les fichiers Find@Car et Siabis 13 Car@ttest 14 La plate-forme

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

CANARA. Rapport annuel Exercice 2006. Rapport Annuel 2006. Rapport annuel présenté à l Assemblée Générale Ordinaire du 31 MAI 2007

CANARA. Rapport annuel Exercice 2006. Rapport Annuel 2006. Rapport annuel présenté à l Assemblée Générale Ordinaire du 31 MAI 2007 2 2006 CANARA A.S.B.L. Rue de la Charité 33 Bte 1-1210 Bruxelles Rapport annuel présenté à l Assemblée Générale Ordinaire du 31 MAI 2007 Excercice 2006 Rapport Rapport annuel annuel Exercice 2006 22006

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/064 DÉLIBÉRATION N 11/042 DU 7 JUIN 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SECRÉTAIRE

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA)

Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA) Association pour le Développement de l Assurance Retraite Complémentaire des Agriculteurs (ADARCA) ------------------------------------------------------------------------------------------------- RAPPORT

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010

DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 DÉCOUVREZ LES SERVICES PEUGEOT Belgique Véhicules Utilitaires Mars - Mai 2010 Ecole Peugeot de Maîtrise Automobile Les garanties et l Assistance Peugeot Peugeot Location Full Service Optiway Les financements

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/030 DELIBERATION N 09/021 DU 7 AVRIL 2009 RELATIVE A L ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE-CARREFOUR DANS LE CHEF DE L ASBL

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 594 CIDR Tous droits de reproduction réservés Contrat entre un Service Commun de Gestion et des mutuelles de santé - Réseau de mutuelles

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Présentation de la Carte Brune

Présentation de la Carte Brune SYSTÈME CARTE BRUNE D ASSURANCE CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest) ----------------- XV CONGRES AVUS-GROUP Vienne -Autriche : 23-24 septembre 2010 ---------- Présentation

Plus en détail

Une solution. d assurance pour. les dommages causés. par le terrorisme

Une solution. d assurance pour. les dommages causés. par le terrorisme Une solution d assurance pour les dommages causés par le terrorisme Loi du 1 er avril 2007 relative à l assurance contre les dommages causés par le terrorisme Approche - Solution englobant les diverses

Plus en détail

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS Assurances dommages Protégez vos biens professionnels et privés Faire vivre votre contrat En choisissant de vous assurer au Crédit Agricole, vous bénéficiez

Plus en détail

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE CSSS/04/49 DÉLIBERATION N 04/009 DU 6 AVRIL 2004 RELATIVE A UN ECHANGE DE DONNEES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LE FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LES ORGANISMES ASSUREURS EN VUE DE L EXÉCUTION

Plus en détail

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.)

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Comptes annuels révisés au 31 décembre 2013 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : F4090 Bilan au 31 décembre 2013 (exprimé en Euros)

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Chapitre 16 Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Avertissement Les informations qui suivent ainsi que les documents produits (voy., notamment, les annexes reprises à la

Plus en détail

proposition d assurance RC professionnelle Agent Immobilier

proposition d assurance RC professionnelle Agent Immobilier RC professionnelle Agent Immobilier assurance de la responsabilité civile professionnelle agent immobilier Code service D07/448 FAX : 02/678.90.90 E-mail : professionalliability.production@axa.be 1. Intermédiaire

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Département BFR TELE- RECOUVREMENT

Département BFR TELE- RECOUVREMENT Département BFR TELE- QUI SOMMES-NOUS? BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR) Différence entre les besoins de financement générés par le cycle de production et le cycle commercial et les ressources apportées

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24)

REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) REGLEMENT INTERIEUR DES ADHERENTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE (GESALT 24) Article 1 Objet Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d Administration,

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/205 DÉLIBÉRATION N 12/057 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU SERVICE

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23. AG Fund+ 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23. AG Fund+ 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour la branche 23 AG Fund+ 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Garanties En cas de

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés Article 60 : Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés I. - 1 Il est institué un fonds de soutien de 100 millions d euros par an pendant une durée maximale

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Débiteurs douteux et réductions de valeur

Débiteurs douteux et réductions de valeur Débiteurs douteux et réductions de valeur 1 Introduction Il est apparu lors de la relecture des fiches que le traitement des débiteurs douteux différait selon qu'il s'agissait de débiteurs de cotisations

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

happy family règlement client

happy family règlement client happy family règlement client Article 1. Cadre général Happy Family est un programme qui permet d offrir des avantages aux membres d une famille qui détient des produits Auto, Habitation et Vie Privée

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention

Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention Association Demande de subvention Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association Association Demande de subvention Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Invest 26. Conditions Générales. Votre sécurité nous tient à cœur. www.baloise.be 0096-B0962L0000.01-19012013

Invest 26. Conditions Générales. Votre sécurité nous tient à cœur. www.baloise.be 0096-B0962L0000.01-19012013 Invest 26 Votre sécurité nous tient à cœur. www.baloise.be 2 Invest 26 Contenu 1. Introduction...3 2. Définitions et notions...3 3. Constitution de la réserve...3 4. Prise d effet, durée et territorialité

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Information sur l Assurance. SCOOTER 50 cm 3

Information sur l Assurance. SCOOTER 50 cm 3 group Information sur l Assurance SCOOTER 50 cm 3 Avec AssurOne Group, l assurance Scooter devient simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2010 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/114 DELIBERATION N 08/029 DU 3 JUIN 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU RÉPERTOIRE

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Information sur l Assurance MOTO

Information sur l Assurance MOTO group Information sur l Assurance MOTO Avec AssurOne Group, l assurance Moto devient simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler en toute

Plus en détail

Découvrez les services Peugeot

Découvrez les services Peugeot Belgique Découvrez les services Peugeot Véhicules Utilitaires - Janvier - Février 2010 Ecole Peugeot de Maîtrise Automobile Les garanties et l Assistance Peugeot Optiway Les fi nancements Peugeot : Autofi

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ]

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] Préambule : Les statuts de l U.S. Fismoise adoptés par l Assemblée Générale du [ ] permettent de réaliser un règlement intérieur destiné à

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Fiche Produit. Assurance CAMPING-CAR

Fiche Produit. Assurance CAMPING-CAR Fiche Produit Assurance CAMPING-CAR Avec Toutpratique-assurances, l assurance camping-car devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin

Plus en détail

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF.

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. ETHIAS, DES PROFESSIONNELS PROCHES DE VOUS Depuis de très nombreuses années, est un acteur majeur dans le monde associatif. Nous

Plus en détail

Assurance gratuite contre la perte de revenus

Assurance gratuite contre la perte de revenus Assurance gratuite contre la perte de revenus INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété L assurance gratuite contre la perte de revenus est une assurance souscrite,

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ET DU STATIONNEMENT ROUTIERS Version du 06/10/2015 à 11:16:04 PROGRAMME 752 : FICHIER NATIONAL DU PERMIS DE CONDUIRE MINISTRE

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national

RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national RetrieveTIGroups Consultation étendue du Registre national Table des matières RetrieveTIGroups... 1 Table des matières... 1 1) Introduction... 1 2) Législation... 1 3) Historique... 2 4) Qui utilise le

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux Informations sur les demandes de paiement Principes généraux Conditions préalables Le porteur de projet et ses partenaires co-financeurs préfinancent le projet. Le versement de la subvention communautaire

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9

Table des matières. Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Table des matières Sommaire 7 Titre I La police de la circulation routière 9 Chapitre 1 La police de la circulation routière, les infractions et les procès-verbaux 9 Section 1 Introduction 9 Section 2

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT PRESTATIONS DÉTAILS I. Assemblée générale I. 1 Préparation de l assemblée générale. a) Etablissement de l ordre

Plus en détail