Prévention - Lutte contre l illettrisme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention - Lutte contre l illettrisme"

Transcription

1 A ssises cadémiques Prévention - Lutte contre l illettrisme 10 novembre 2010, Amiens

2 L illettrisme peut résulter de difficultés d apprentissage, parfois repérées dès l école maternelle et auxquelles les aides mises en place n ont pas apporté de réponse satisfaisante, mais il peut aussi être le fruit d un désinvestissement progressif des apprentissages fondamentaux et de la lecture quand la pratique de cette dernière n a jamais été aisée. La prévention de l illettrisme concerne donc singulièrement l école et le collège, et aussi bien souvent le lycée professionnel, comme le lycée général et technologique. Elle concerne tout autant l ensemble des acteurs de la société : les familles, les partenaires institutionnels et les associations. S il convient de mobiliser toutes les ressources de l école maternelle pour garantir la maîtrise de la langue par tous les élèves, si l école élémentaire est à l évidence concernée, le collège, le lycée général, technologique et professionnel le sont aussi. A chaque étape de la scolarité, l Ecole doit proposer à chaque élève qui en a besoin, le parcours personnel qui l éloigne de l illettrisme. MOT DU RECTEUR C est tout le système de l enseignement scolaire qui est interrogé par la maîtrise de la langue, comme en atteste la finalité du socle commun de connaissances et de compétences. «La maîtrise de la langue française», première compétence du Socle commun, fondé par la Loi sur la programmation et l avenir de l Ecole du 23 avril 2005, met l accent sur l acquisition de connaissances qui portent autant sur le fonctionnement de la langue que sur le patrimoine littéraire, de capacités telles que lire, écrire et s exprimer à l oral et d attitudes centrées sur l intérêt de l enrichissement lexical, l ouverture au débat, le goût de la lecture ou sur la fonction expressive et poétique de la langue. La première compétence conditionne aussi l accès à tous les domaines du savoir et l acquisition des sept autres compétences : la maîtrise de la langue française, la pratique d une langue vivante étrangère, les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique, la maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication, la culture humaniste, les compétences sociales et civiles, l autonomie et l initiative. Le socle définit la maîtrise de la langue comme la condition nécessaire à tous les apprentissages et comme l outil premier de l égalité des chances et de la liberté liée à la connaissance. De cette maîtrise dépend la capacité à investir les apprentissages quel que soit le domaine concerné ; c est en ce sens que l on peut dire que la maîtrise de la langue est l affaire de tous les acteurs, de toutes les disciplines et qu elle détermine l avenir de chaque élève. La journée des Assises permet de continuer les actions menées en faveur de la prévention de l illettrisme par mes prédécesseurs. Nous prenons à cette occasion l engagement de soutenir les initiatives des équipes, de promouvoir les ROLL, Réseaux des Observatoires Locaux de Lecture et de donner à chaque élève les moyens de construire un parcours individualisé et réussi. Jean-Louis MUCCHIELLI Recteur de l académie d Amiens Chancelier des universités

3 PROGRAMME 9 h 00 : Accueil des participants 9 h 15 : Ouverture par Jean-Louis MUCCHIELLI, Recteur de l académie d Amiens, Chancelier des Universités 9 h 30 : Intervention du Préfet de la Région Picardie, Préfet de la Somme SÉANCE PLÉNIÈRE États des lieux de l illettrisme 9 h 45 : Intervention de Marie-Thérèse GEFFROY, Directrice de l Agence Nationale de Lutte Contre l Illettrisme (ANLCI) Membre du Haut Conseil de l Éducation depuis h 10 : La situation en Picardie : état des lieux présenté par Dominique CARPENTIER (Premier vice-président du CESR) Florence COGNARD (IA-IPR référent illettrisme Rectorat) Prévenir, traiter et accompagner 10 h 40 : L acte de lire à l école, par Bernard COMBEAUD, IGEN Groupe Lettres 11 h 10 : Conférence - Une école en résistance : le défi de Babel par Alain BENTOLILA Professeur de linguistique à l Université de Paris-Descartes Fondateur en 1991 du Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture (ROLL) Conseiller scientifique de l Agence Nationale de Lutte contre l Illettrisme 12 h 10 : Échanges avec la salle 12 h h 15 : Pause ATELIERS EN PARALLÈLE Expérimenter et gérer pour lutter contre l illettrisme 14 h 30 : Atelier 1 Une expérimentation inter degrés Une action pédagogique autour de la lecture à l école et au collège : le Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture (ROLL) Animateur : Claude LEGRAND, Inspecteur d Académie - DSDEN de la Somme Intervenant : Jean MESNAGER, Professeur d IUFM, Codirecteur scientifique du ROLL Atelier 2 Une collaboration Éducation nationale, Armée et Retraités Une action menée dans l académie de Lille : le dispositif «PAPIES» ou «Projet Académique de Prévention de l Illetrisme dans l Enseignement Secondaire» pour une prise en charge des jeunes, repérés en difficulté de lecture lors de la JAPD Animateur : Alain CHEVREL, Inspecteur d Académie - DSDEN de l Oise Intervenants : Commandant Philippe MARTINEZ, Directeur du Centre du Service National de Compiègne Marlène GUILLOU, IA-IPR, académie de Lille Arielle NOYERE, Coordinatrice du dispositif «PAPIES» dans l académie de Lille Atelier 3 Un exemple de partenariat en direction des adultes Les actions de lecture destinée aux parents : «Lire et faire Lire». Animateur : Catherine BENOIT-MERVANT, Inspecteur d Académie - DSDEN de l Aisne. Intervenants : Prisca HAZEBROUCK, Directrice de la bibliothèque d Abbeville. Olivier PRUVOST, Directeur de l Union Régionalle de Lutte contre l Illettrisme en Picardie. LE CARDAN, association picarde, présente Leitura furiosa, «manifestation littéraire pour ceux qui sont fâchés avec la lecture et l écriture.» SÉANCE PLÉNIÈRE 15 h 45 : Table ronde - Restitution des ateliers par les Inspecteurs d académie - DSDEN Conférence - Le Regard du savant : Comment la science permet-elle d apprendre la langue? par Pierre LENA, astrophysicien, membre de l Académie des Sciences et Délégué à l Éducation et à la Formation, initiateur avec Georges CHARPAK de La main à la pâte. 16 h 45 : Clôture par Jean-Louis MUCCHIELLI, Recteur de l académie d Amiens, Chancelier des Universités. Annonce du Plan d action académique dans le cadre de la politique générale de prévention de l illettrisme.

4 Marie-Thérèse GEFFROY Professeur agrégée de Lettres classiques, chargée du rapport Lutter contre l illettrisme (1999), Marie-Thérèse GEFFROY est Directrice de l'agence Nationale de Lutte Contre l'illettrisme (ANLCI) depuis La formation professionnelle est son domaine d action depuis de nombreuses années. Elle a notamment présidé le Comité national de coordination des programmes régionaux d apprentissage et de formation professionnelle continue de 1992 à Présidente du comité français pour les Olympiades des Métiers et Vice-Présidente de l'organisation internationale WORLD SKILLS, elle a été membre du Haut Conseil de l'evaluation de l'ecole (HCEE) et de la Commission nationale du débat sur l'avenir de l'ecole. Elle a présidé également le Comité de coordination des programmes régionaux d'apprentissage et de formation professionnelle continue. Elle est membre du Haut Conseil de l Education depuis sa création en Dominique CARPENTIER Conseiller économique et social de la Région, Dominique CARPENTIER est Président de l Union Régionale de Lutte contre l Illettrisme en Picardie (URLIP), Directeur d Amiens Avenir Jeune et Président Groupement Régional de l Insertion par l Economique en Picardie (GRIEP). En tant que Président de la commission «social, santé, logement» du Conseil Economique et Social Régional, il a été le rapporteur d une enquête sur l échec scolaire et l illettrisme en Picardie. Florence COGNARD Agrégée de Lettres classiques, Inspecteur d Académie - Inspecteur Pédagogique Régional de Lettres, Florence COGNARD est chargée de la mission académique «Maîtrise de la langue» et remplit la fonction de correspondante académique pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (CASNAV). Elle est la référente académique, chargée de coordonner la prévention et la lutte contre l illettrisme. Bernard COMBEAUD Professeur de première supérieure à Louis-le-Grand, romancier, Bernard COMBEAUD est Inspecteur Général de l Education Nationale et correspondant du Groupe Lettres de l IGEN pour l académie d Amiens. Alain BENTOLILA Alain Bentolila, depuis sa thèse d Etat, consacrée à la genèse de la conscience sémiologique chez l'enfant de cinq à sept ans, s intéresse aux questions de la maîtrise de la langue. Professeur de linguistique à l université Paris-Descartes, il a créé et dirige l'équipe de recherche technologique en éducation ECHILL (Échec scolaire et illettrisme) qui travaille sur le problème de l insécurité linguistique chez les enfants de maternelle et les jeunes adultes. Ses recherches portent sur la maîtrise de la langue orale dans sa relation avec l'apprentissage de la lecture. Il a fondé, en 1991, le Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture (ROLL). Après la parution de son ouvrage, De l'illettrisme en général et de l'école en particulier, Grand prix de l'académie française, il dirige les recherches sur la mesure et les causes de l'illettrisme en France. Il a développé un dispositif de remise à niveau pour les jeunes adultes repérés lors de la journée d'appel de préparation à la Défense. Il a collaboré, en 1999, à la mission confiée à Marie-Thérèse GEFFROY sur l état des dispositifs de lutte contre l illettrisme en France. Il est conseiller scientifique de l Observatoire National de la Lecture depuis 1997, conseiller scientifique de l ANCLI. Son dernier ouvrage, Parle à ceux que tu n'aimes pas. Le défi de Babel, est paru en PRÉSENTATION DES INTERVENANTS Pierre LENA Prestigieux astrophysicien, Pierre Léna a contribué au développement de l astronomie infrarouge et à la conception du Very Large Telescope. Professeur émérite de l université Denis-Diderot à Paris, il est actuellement président du Comité d Ethique du CNRS et membre du conseil d administration de l Etablissement public du Palais de la Découverte et de la Cité des sciences. Membre de l Académie des Sciences, il est Délégué à l Education et à la Formation depuis 2005 dans la section «Sciences de l univers». Fortement engagé dans la rénovation de l enseignement des sciences à l école et au collège, il s est impliqué dans l opération La Main à la pâte et a cosigné avec Georges CHARPAK et Yves QUERE, L Enfant et la science. L aventure de La main à la pâte en 2005.

5 Ouvrages généraux BENTOLILA Alain, De l illettrisme en général et de l école en particulier, Paris, Plon, 1996 Parle à ceux que tu n aimes pas. Le défi de Babel, Paris, Odile Jacob, 2010 BESSE Jean-Marie, Qui est illettré aujourd hui? Le point des recherches sur les caractéristiques des personnes en difficulté sur l écrit, Paris, Retz, 2003 BESSE Jean-Marie, LUIS Marie-Hélène, PETIOT-POIRSON Karen, PETIT-CHARLES Emmanuèle, PAIRE Karine, Évaluer les illettrismes. Diagnostic des modes d appropriation de l écrit : guide pratique, Paris, Retz, 2004 BOIMARE Serge, L enfant et la peur d apprendre, Paris, Dunod, 2004 DESHAYS Gérard, Un illettrisme républicain, Paris, L Harmattan, 2006 DUMORTIER Jean-Louis et DISPY Micheline, Des textes pour comprendre le monde. Propositions pour étayer l apprentissage de la lecture des écrits non fictionnels, Presses Universitaires de Namur, 2008 FAYOL Michel et alii, Maîtriser la lecture, ONL, Paris, Odile Jacob, 2000 FERRY Luc, BEREAU Alain, GOYET Mara, CAPELIER Claude, Combattre l illettrisme, Conseil d Analyse de la société, Paris, Odile Jacob, 2009 FIJALKOW Jacques, LAHIRE Bernard, LENOIR Hugues, Discours sur l illettrisme : séminaire de recherche du GPLI (27 mai 1998 Lycée Buffon Paris), GPLI, 1999 GATE Jean-Pierre, GAUX Christine, Lire-écrire de l enfance à l âge adulte. Genèse des compétences, pratiques éducatives, impacts sur l insertion professionnelle, Rennes, PUR, 2007 GATE Jean-Pierre, Prévenir l illettrisme : comment la recherche peut-elle servir l école? Paris, L Harmattan, 2005 BIBLIOGRAPHIE GEFFROY Marie-Thérèse, Lutter contre l illettrisme, rapport à la Ministre de l Emploi et de la solidarité et à la Secrétaire d Etat à la formation professionnelle, Paris, La Documentation Française, 2002 GEFFROY Marie-Thérèse, GRASSET-MOREL Valérie, L illettrisme : mieux comprendre pour mieux agir, Toulouse, Milan, 2003 GOIGOUX Roland, CEBE Sylvie, Lector & lectrix : apprendre à comprendre les textes narratifs, Paris, Retz, 2009 GOIGOUX Roland, NONNON Elisabeth, Les ratés de l apprentissage de la lecture à l école et au collège, INRP, 2007 KHALIFA Madeleine, BOIMARE Serge, De l échec scolaire au bonheur d apprendre, Paris, L Harmattan, 2008 LAHIRE Bernard, L invention de l «illettrisme» : rhétorique publique, éthique et stigmates, La Découverte, 1999 LEPEYTRE Jérôme, PARRA-PONCE Emmanuelle, ANLCI, Lutter ensemble contre l illettrisme, Autrement, 2008 L HEUDE Sylvie, Formation et illettrisme : un possible apprentissage, Paris, L Harmattan, 2008 LURCAT Liliane, Pourquoi des illettrés? L écriture et le langage écrit de l enfant, Édition du Rocher, 2004 POUEYTO Jean-Luc, BAUTIER Elisabeth, BERNIE Jean-Paul et alii, Illettrismes et cultures, Paris, L Harmattan, 2001 RIVIERE Jean-Philippe, Illettrisme, la France cachée, Paris, Gallimard, 2001 VERDELHAN BOURGADE, Michèle, Le français de scolarisation : pour une didactique réaliste, Paris, Presses Universitaires de France, 2002 VILLECHAISE-DUPONT Agnès, ZAFFRAN Joël, Illettrisme : les fausses évidences, Paris, L Harmattan, 2004 Sitographie ALCIA Association de Lutte Contre l Illettrisme et l Analphabétisme : ANLCI Agence Nationale de lutte contre l Illettrisme : APFEE Association pour Favoriser une École Efficace. Les clubs «Coup de pouce clé» accompagnent des élèves de CP dans l apprentissage de la lecture : Association FENALI Fédération nationale des ateliers de lutte contre l illettrisme : Bien lire : Eduscol - Plan de prévention de l illettrisme à l école Eduscol - Agir contre l illettrisme : Lire et faire lire : ONL Observatoire national de la lecture : ROLL Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture : Vidéo Illettrisme : le courage d apprendre, Des racines et des ailes, octobre 2002, France 3

6 De la prévention de l illettrisme à la réussite éducative partagée Une priorité nationale et régionale : prévention de l illettrisme et maîtrise de la langue Le Ministre Luc CHATEL a présenté un plan de prévention de l illettrisme lors de sa visite au Salon du livre le 29 mars 2010 et a déclaré à cette occasion : «Accéder au savoir, c est d abord maîtriser les compétences de bases : lire, écrire, compter. Mon devoir de Ministre de l Education nationale est de veiller à ce que chacun de nos élèves maîtrise les fondamentaux et d abord notre langue». FOCUS FOCUS «Il peut sembler paradoxal de soulever la question de l illettrisme, au cœur d un événement qui célèbre le livre. C est pourtant une réalité que l on ne peut ignorer : en France [ ] les tests de la Journée d Appel de Préparation à la Défense (JAPD) révèlent que 21% des jeunes âgés de 17 ans sont des lecteurs inefficaces, dont 5 % sont en situation d illettrisme». Le plan national s articule autour de grands axes 1. Une prévention précoce de l illettrisme : la maîtrise des fondamentaux Le Ministre a souligné la nécessité d agir dès la maternelle, à l âge où les enfants s approprient le langage et découvrent l écrit. La prévention se poursuit tout au long de la scolarité pour permettre à chaque élève de savoir lire et écrire. La lecture, acquise progressivement, doit être perçue comme un plaisir. 2. Une prise en charge des jeunes et des adultes en situation d illettrisme La prise en charge des personnes en situation d illettrisme est complémentaire de la prévention. Elle mobilise l expertise des enseignants à tous les niveaux et les ressources de la formation professionnelle des adultes. Elle est partenariale. Il s agit avant tout de mieux connaître et mieux faire connaître le phénomène en organisant des Assises en lien avec l Agence nationale de lutte contre l illettrisme (ANLCI). Il s agit encore de participer à la formation des jeunes et des adultes en s associant à des dispositifs tels que les Actions Educatives Familiales (AEF) tournées vers des parents en situation d illettrisme et leurs enfants et en garantissant la prise en charge systématique des jeunes repérés lors des JAPD. 3. Une mobilisation de tous les acteurs et de toutes les ressources Les familles, les personnels d encadrement et les partenaires de l Ecole doivent se mobiliser autour des enseignants et des élèves. Cette volonté partagée permettra de développer le lien Ecole-Familles, impliquera un accompagnement renforcé des enseignants par les corps d inspection du premier et du second degré, rapprochera davantage l Ecole de ses partenaires. Trois accords ont déjà été signés le 29 mars 2010 : une convention avec l ANLCI pour mieux faire connaître les ressources de l Agence, un protocole d accord avec les mécènes de «l Association pour favoriser une école efficace» (APFEE) afin de mieux accompagner des élèves de CP, une déclaration d intention avec la Ligue de l Enseignement pour promouvoir le livre, favoriser la lecture et développer des ateliers d écriture dans les établissements scolaires.

7 Le plan régional de prévention, d accompagnement et de lutte contre l illettrisme en Picardie Le premier plan triennal en France est apparu en Picardie ( ), région fortement touchée par l illettrisme. Un nouveau plan ( ) a été signé le 10 septembre 2009 entre l Etat, la Région et les organisations syndicales. Le Rectorat, concerné au premier chef par l axe 3 de ce plan régional - Encourager la prévention, la prise en compte et la lutte contre l illettrisme dans l éducation, la culture et la cohésion sociale - s est engagé à : faire porter ses efforts sur la maîtrise de la langue dès la maternelle et dans tous les champs disciplinaires, rechercher des réponses graduées à la difficulté d apprentissage, poursuivre la mise en oeuvre des dispositifs d aide individualisée, former les enseignants, diffuser les pratiques innovantes. Une politique académique de réussite éducative L objectif national et donc régional, acté dans le plan, est de réduire de 15% le taux d enfants présentant des difficultés majeures en lecture et en écriture à l entrée en sixième. La politique académique, impulsée par les Recteurs depuis 2006, participe de cette dynamique. Les actions menées de l école au lycée 1. Les actions à l école La mise en œuvre de nouveaux programmes, lisibles par tous, recentrés sur les apprentissages fondamentaux, en cohérence avec le socle commun. La recherche de réponses graduées à la difficulté d apprentissage à travers : la pédagogie différenciée sur les 24 heures de la nouvelle semaine des élèves, les Programmes Personnalisés de Réussite Educative (PPRE), les aides personnalisées (2 heures hebdomadaires), les stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires, l accompagnement éducatif. 2. Les actions au collège L attention est portée particulièrement sur la maîtrise de la langue dans toutes les disciplines, en lien avec les nouveaux programmes du collège et le socle commun. L accompagnement des élèves grâce aux dispositifs suivants Les Programmes Personnalisés de Réussite Educative (PPRE) Généralisés à l ensemble des collèges depuis 2007 et réservés aux élèves qui n ont pas une maîtrise suffisante des compétences de base en lien avec le socle commun, les PPRE ont une triple vocation : la prévention de la difficulté scolaire, l accompagnement et la remédiation. Dans l Académie, les actions concernent principalement la classe de sixième. L accompagnement éducatif généralisé dans les collèges depuis la rentrée 2008 Il permet aux élèves volontaires de rester en milieu scolaire après les cours. Les collégiens peuvent bénéficier d une aide aux devoirs, axe privilégié à Amiens, et s épanouir grâce à des activités sportives ou culturelles.

8 3. Les actions au lycée Au lycée général et technologique Les actions de réussite éducative menées en première en , en première et en terminale en , ont vocation à accompagner les lycéens en difficulté. Au lycée professionnel Les ateliers de remédiation des savoirs de base constituent un dispositif d aide pour les élèves en grande difficulté dans l acquisition des savoirs fondamentaux. L accompagnement éducatif en lycée professionnel concerne les élèves inscrits dans la nouvelle filière de baccalauréat professionnel en trois ans. Les actions d accueil et de remotivation sont destinées aux plus de 16 ans sortis sans qualification ou aux jeunes en situation de décrochage scolaire. Des actions académiques 1. Une action expérimentale : le Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture (ROLL) Le dispositif fondé par le Professeur Alain Bentolila et Jean Mesnager est proposé à des écoles et des collèges qui souhaitent mettre en place une pédagogie de la lecture, notamment à destination des élèves les plus fragiles. Ce dispositif se révèle pertinent pour accompagner la mise en place du Socle commun et plus particulièrement de la première compétence : «la maîtrise de la langue française». Il implique également une prise en charge interdisciplinaire et inter degrés de la difficulté ; il favorise donc le travail en équipe et la construction d une nécessaire et cohérente progression, de l école primaire au collège. Il a vocation à donner aux élèves les moyens de développer des compétences de lecture dans des groupes de besoins constitués à partir des évaluations ROLL. Le dispositif est également doté d un projet culturel fort pour favoriser les apprentissages en les motivant et en les nourrissant. Une expérimentation concluante dans la Somme Depuis la rentrée 2009 une expérimentation est menée dans le secteur de HAM en Réseau de Réussite Scolaire, dans un continuum école-collège. La structure mise en place en a réuni 17 classes dans la circonscription de Ham (17 enseignants, 100 élèves) et 16 groupes, provenant de 8 classes de sixième dont une SEGPA, qui fonctionnent une heure le lundi pour l atelier de questionnement de textes et une heure le vendredi pour la remédiation. 12 enseignants en Lettres, Histoire-Géographie, Anglais, Mathématiques et Physique-Chimie se sont impliqués dans le dispositif. Des effets positifs sont déjà perceptibles dans la prise de parole individuelle, le travail entre pairs et les compétences de lecture. Le coût du dispositif s est élevé à 6000 euros pour l année scolaire Dans le premier degré, le temps de l aide personnalisée, intégré au service des enseignants, est utilisé. Dans le second degré, 108 HSE ont été allouées par l Inspection Académique de la Somme et 60 HSE par le Pôle Académique de Soutien à I Innovation (PASI).

9 2. Des formations «Lecture» Une formation académique Lecture a eu lieu le 6 avril 2009 sur quatre sites (Façade maritime, Santerre, Hirson et Oise centrale) dans la continuité école-collège et dans une perspective transversale, pour des établissements ciblés à partir de résultats faibles aux évaluations de sixième en Ont été retenus les collèges qui présentent un score fragile en français, entre 35% et 52 % de réussite (taux national en français : 57,2 %). Il s agit d apporter des réponses aux questions que se posent les enseignants de Lettres et des autres disciplines face à une maîtrise insuffisante de la langue et de leur donner des outils de remédiation. Un séminaire académique Lecture, dans le prolongement de cette journée, associant les enseignants du premier et du second degré ainsi que les personnels d encadrement, s est tenu le 13 novembre 2009 sur le thème : La lecture à l école et au collège : quelles difficultés et quelles remédiations? Les Assises académiques De la prévention de l illettrisme à la réussite éducative partagée le 10 novembre 2010, qui s inscrivent dans cette continuité, permettent de poursuivre les efforts en formation et d associer tous les partenaires de l Education Nationale. De ces actions se dégagent des pistes de solutions : c est par la coordination de diverses mesures, cohérentes et innovantes, par une plus grande attention portée aux situations locales et aux besoins individuels de l élève et des établissements que nous ferons progresser l Ecole et conduirons chacun vers la réussite.

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Sommaire Introduction I. Projet, enjeu de réussite II. Problématique 1. Un outil

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat

RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC. Contrat Année scolaire 2012/2013 RESEAU D EDUCATION PRIORITAIRE Collège Jacques PREVERT de BAR-LE-DUC Contrat entre l Académie de Nancy-Metz, représentée par Mme Béatrice GILLE, Rectrice d académie, Chancelière

Plus en détail

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE ACADOMIA RCS PARIS 349 367 557 ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE 810858_AcadomiaSalon_Broch_12p_148x210.indd 1 29/10/2015 11:48 DES ATELIERS DE SOUTIEN APRÈS L ÉCOLE UNE PLATEFORME NUMÉRIQUE DE

Plus en détail

Aide individualisée, aide personnalisée

Aide individualisée, aide personnalisée Aide individualisée, aide personnalisée Sujet d étude du stage international des inspecteurs en 2010 «Aide individualisée, aide personnalisée Comment les systèmes éducatifs des pays visités prennent- ils

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN 2011-2013 PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION DE L ACADEMIE DE CAEN 1 PREAMBULE Le programme de travail académique des corps d inspection (PTA), inspecteurs d académie inspecteurs pédagogiques

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

POSTE A RESPONSABILITES PARTICULIERES EN ETABLISSEMENT ECLAIR. Anglais

POSTE A RESPONSABILITES PARTICULIERES EN ETABLISSEMENT ECLAIR. Anglais Anglais Collège AMPERE OYONNAX ACADEMIE DE LYON Professeur principal de 6 ème, 5 ème ou 4 ème Utilisation du laboratoire de langues Ouverture culturelle dans le domaine des langues Capacité à travailler

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil Circonscription de Menton I. Eléments de diagnostic en lien avec le contexte de l école - Les résultats des élèves

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 Présentation voie Pro. du 06/02/2013 - réunion profs principaux/orientation Lycée Caraminot (J. Debelle) 1 Enseignement supérieur

Plus en détail

Fiche action 1. Information des jeunes sur les métiers de la mutualité

Fiche action 1. Information des jeunes sur les métiers de la mutualité Fiche action 1 Titre de l action: Information des jeunes sur les métiers de la mutualité - Faire connaître et promouvoir les métiers de la mutualité - Répondre aux besoins d embauche futurs - Améliorer

Plus en détail

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009

MIJEC 44. Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 MIJEC 44 Création d une plate-forme insertion «mobile» rentrée 2009 Groupe de pilotage MIJEC 44 novembre 2008 Préambule : Depuis mars 2007, le groupe de pilotage MIJEC 44 a engagé une réflexion sur l opportunité

Plus en détail

communiqué de presse Xavier Darcos lance des cours d été gratuits en ligne Vendredi 19 juin 2009

communiqué de presse Xavier Darcos lance des cours d été gratuits en ligne Vendredi 19 juin 2009 communiqué de presse Xavier Darcos lance des cours d été gratuits en ligne Vendredi 19 juin 2009 Xavier Darcos a lancé aujourd hui un service de cours d été accessibles gratuitement en ligne. Ce nouveau

Plus en détail

Expérimentation Collège Léo Drouyn L'évaluation par compétences et sans notes. Pourquoi abandonner la notation? Comment évaluer?

Expérimentation Collège Léo Drouyn L'évaluation par compétences et sans notes. Pourquoi abandonner la notation? Comment évaluer? Expérimentation Collège Léo Drouyn L'évaluation par compétences et sans notes Pourquoi abandonner la notation? Comment évaluer? Abandonner la notation ce n'est pas l'abandon de l'évaluation au contraire

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008

Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne. Présentation Saison Culturelle 2007/2008 DOSSIER DE PRESSE Ecole Maîtrisienne Régionale de Bourgogne L ART AU SERVICE DE L ÉDUCATION DANS UN CADRE SCOLAIRE Présentation Saison Culturelle 2007/2008 Conférence de presse du lundi 22 octobre 2007

Plus en détail

Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015

Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015 Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015 Usages du numérique en formation des personnes en situation d illettrisme en France : Développements

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions Projet de Circonscription BASSE-TERRE En déclinaison du projet Académique, la circonscription se fixe comme objectif, d améliorer la réussite des élèves. Il s agit de donner à chaque élève une formation

Plus en détail

L ONISEP. Des services en appui des politiques éducatives

L ONISEP. Des services en appui des politiques éducatives L ONISEP Des services en appui des politiques éducatives Le Webclasseur orientation Les enjeux Outils, médiatisation et médiation http://archives.enfa.fr/autoformation/rub-comm/pdf/debon.pdf Claude Debon,

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième!

Le lycée d enseignement général et technologique. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième! Le lycée d enseignement général et La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième! 1 Enseignement supérieur Terminale générale Baccalauréat général ES-L-S Terminale Baccalauréat

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

Évaluer par compétences

Évaluer par compétences Évaluer par compétences - Rapport final - Collège Jean Rostand LUXEUIL LES BAINS Résumé du projet : Mise en place progressive d un système d évaluation par compétences en regard du socle commun de connaissances

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr Dans un parc de 17 ha 2160 élèves 560 internes 9 sections post-bac 21 classes de terminale

Plus en détail

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le cadre Le cadre PDMF -Parcours de Découverte des Métiers et des Formations Mis en place en 2008, généralisé

Plus en détail

L accompagnement Personnalisé

L accompagnement Personnalisé L accompagnement Personnalisé En Seconde bac professionnel au LP Jean-Marie Michotte Cayenne Académie de Guyane. Mars 2010 1 SOMMAIRE Introduction p 3 I Organisation du dispositif de l AP au LP MICHOTTE

Plus en détail

L IFÉ et les ESPÉ : un partenariat pour l éducation, la formation et la recherche Les LéA, comme pierre d angle de ce partenariat

L IFÉ et les ESPÉ : un partenariat pour l éducation, la formation et la recherche Les LéA, comme pierre d angle de ce partenariat L IFÉ et les ESPÉ : un partenariat pour l éducation, la formation et la recherche Les LéA, comme pierre d angle de ce partenariat Catherine Loisy et Luc Trouche Catherine.Loisy@ens-lyon.fr, Luc.Trouche@ens-lyon.fr

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

GUIDE DES ÉTUDES. MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation. Master 2. Mention Encadrement Éducatif

GUIDE DES ÉTUDES. MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation. Master 2. Mention Encadrement Éducatif École Supérieure du Professorat et de l Éducation Lille Nord de France GUIDE DES ÉTUDES Master 2 MASTER MEÉF Métiers de l Enseignement, de l Éducation et de la Formation Mention Encadrement Éducatif Année

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Projet de Zone Maghreb Est Machrek 2013-2017

Projet de Zone Maghreb Est Machrek 2013-2017 Projet de Zone Maghreb Est Machrek 2013-2017 Le projet de zone s appuie sur les tableaux de bord produits en 2011-2012 et 2012 2013 et sur le travail conduit en séminaires des directeurs de la zone. Le

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Institut Français de l Education

Institut Français de l Education Institut Français de l Education Le travail enseignant et la question de l évaluation Les 18, 19 et 20 mars 2015 «Je vis que je réussissais et cela me fit réussir davantage» Jean-Jacques Rousseau (Émile,

Plus en détail

Le Programme Personnalisé de Réussite Éducative Le PPRE est proposé aux élèves des cycles II et III de l école élémentaire qui éprouvent des difficultés résistant à la différenciation pédagogique À tout

Plus en détail

LE POINT PRESSE DIRECCTE NORD - PAS-DE-CALAIS. Formations aux Compétences Clés. 26 novembre 2013

LE POINT PRESSE DIRECCTE NORD - PAS-DE-CALAIS. Formations aux Compétences Clés. 26 novembre 2013 LE POINT PRESSE DIRECCTE NORD - PAS-DE-CALAIS Formations aux Compétences Clés 26 novembre 2013 Programme Intervention de Cécile Parent-Nutte, chargée de mission pour l Agence Nationale de Lutte Contre

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT entre

CONVENTION de PARTENARIAT entre CONVENTION de PARTENARIAT entre La Direction des services départementaux de l Education Nationale de Haute- Savoie L Union Sportive de l Enseignement du Premier degré de Haute-Savoie La Fédération des

Plus en détail

Département des Pyrénées Atlantiques

Département des Pyrénées Atlantiques Département des Pyrénées Atlantiques Académie de Bordeaux 2009 2013 (Années scolaires 2009/2010 à 2013/2014) 8 écoles 724 élèves 33 classes Enseignants soutien ZEP : 2 Assistantes d éducation : 2 (équivalant

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS)

Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) INSPECTION ACADEMIQUE DU VAR / MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES DU VAR PROJET PERSONNALISE DE SCOLARISATION ANNEXE 1 : ASPECTS SCOLAIRES A compléter

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves Centre Alain Savary INRP / vendredi 8 avril 2011 Séminaire «questions vives du partenariat et réussite éducative» La grande difficulté scolaire, rapport au savoir et accompagnement des jeunes, des élèves

Plus en détail

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS Rectorat de Versailles 3, boulevard de Lesseps 78017 Versailles cedex Première académie de France,

Plus en détail

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 Dossier de Presse Vendredi 31 août 2012 Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 RENTREE 2012 85 623 élèves attendus pour les premier et second degrés, (soit 3 637 de plus

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

1. L enseignement primaire

1. L enseignement primaire 1. L enseignement primaire Dans les établissements du primaire, les enfants sont répartis en huit classe qui vont de la classe des Junior Infants (dès 4 ans) à la Sixth Class (12 ans). Les objectifs généraux

Plus en détail

FICHE DE POSTE POUR LES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS ECLAIR COLLEGE ALAIN SAINT FONS

FICHE DE POSTE POUR LES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS ECLAIR COLLEGE ALAIN SAINT FONS Professeur(e) Certifié(e) d'anglais différenciées, de travailler en équipe disciplinaire, de s'investir dans des projets globaux (ex. : classe à projet ; atelier de pratique, ) nécessitant un travail pluridisciplinaire

Plus en détail

LA CITÉ DES MÉTIERS :

LA CITÉ DES MÉTIERS : LA REUNION QUE NOUS CONSTRUISONS ENSEMBLE POUR PLUS D ÉGALITÉ DES CHANCES LA CITÉ DES MÉTIERS : UN NOUVEL OUTIL AU SERVICE DE LA JEUNESSE DOSSIER DE PRESSE 31 octobre 2013 Inauguration Cité des métiers

Plus en détail

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Tout savoir sur la série STI2D SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INDUSTRIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STI2D La série STI2D s inscrit de manière affirmée dans la voie technologique

Plus en détail

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat

Plus en détail

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Le nouveau a été mis en place en septembre 2012 pour remplacer les BTS : AGTL (Animation et gestion du tourisme local) et VPT

Plus en détail

Agent-e de maintenance nautique

Agent-e de maintenance nautique Agent-e de maintenance nautique Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Compétences

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L organisation du temps scolaire Bureau de la formation continue des enseignants

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION POLITIQUE LINGUISTIQUE IDENTIFICATION SECTION MISES À JOUR SIGNATURES REQUISES CP-DG-21. RÉSOLUTION CC-10-11-23-03 23 novembre 2010

RECUEIL DE GESTION POLITIQUE LINGUISTIQUE IDENTIFICATION SECTION MISES À JOUR SIGNATURES REQUISES CP-DG-21. RÉSOLUTION CC-10-11-23-03 23 novembre 2010 IDENTIFICATION CP-DG-21 TITRE : POLITIQUE LINGUISTIQUE Direction générale SECTEUR DE GESTION ADOPTION RÉSOLUTION DATE CC-10-11-23-03 SECTION MISES À JOUR CADRE RÉFÉRENTIEL CADRE JURIDIQUE RÉSOLUTION DATE

Plus en détail

L emploi du temps à l école maternelle

L emploi du temps à l école maternelle Groupe école maternelle L emploi du temps à l école maternelle Groupe g Groupe école maternelle / commission gestion du temps / I.BURIGNAT, E.TRESALLET, V.DARGES, H.LELOUP, A.SEVESTRE 1 Groupe école maternelle

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Assises académiques de lutte et de prévention de l illettrisme à Besançon Jeudi 09 décembre 2010 IUFM Montjoux

Assises académiques de lutte et de prévention de l illettrisme à Besançon Jeudi 09 décembre 2010 IUFM Montjoux Assises académiques de lutte et de prévention de l illettrisme à Besançon Jeudi 09 décembre 2010 IUFM Montjoux Une sélection de ressources numériques en ligne Novembre 2010 L illettrisme, une forme de

Plus en détail

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys

PROJET DE LOI SUR L ECOLE. Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Paris, le 12 février 2013 Troubles cognitifs spécifiques Troubles des apprentissages PROJET DE LOI SUR L ECOLE Propositions d amendements de la Fédération Française des Dys Le projet de loi pour la refondation

Plus en détail

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique»

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» documentation : un vade-mecum, documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» 1 I Pourquoi, pour quoi, comment innover? L innovation n est pas une fin en soi elle existe depuis

Plus en détail

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités

L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités L Éducation Nationale, partenaire des entreprises de votre région Entre L Académie Orléans-Tours Représentée par Marie REYNIER Recteur, Chancelier des universités Et La Fédération des Entreprises de Propreté

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les Soussignés : L ACADÉMIE DE RENNES Rectorat 96, rue d Antrain 35705 RENNES représentée par Monsieur Jean-Baptiste CARPENTIER, Recteur, d une part ; et L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale.

Après le collège. Terminale. Terminale générale. Terminale professionnelle. technologique. 2 ème année de. 1 ère générale. Le Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration au Lycée Professionnel Camille Claudel à Caen Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat général

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Strasbourg, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE LA 8EME EDITION DE L OPERATION «LES BOSS INVITENT LES PROFS» Monsieur Jacques-Pierre GOUGEON, Recteur de l académie de Strasbourg et Monsieur

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Option Cinéma Audiovisuel

Option Cinéma Audiovisuel Option Cinéma Audiovisuel L option Cinéma Audiovisuel du lycée Jean MONNET constitue une voie intéressante pour des élèves motivés par l étude et la création des images et du son. Il s agit d un enseignement

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail