Socle commun leviers pour le pilotage

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Socle commun leviers pour le pilotage"

Transcription

1 mai 2010 Socle commun Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles GTI socle COMMUNICATION

2 Préambule Ce mémento est principalement destiné aux chefs d établissement. Conçu à l issue de multiples réunions de travail académiques, départementales ou de bassins (1), il a pour ambition d aider au pilotage de la mise en œuvre du socle commun et de sa validation. Conçu par des principaux de collège et des inspecteurs des premier et second degrés dans le cadre du Groupe académique de travail et d impulsion (GTI), il réunit les questionnements et les diffi cultés les plus couramment rencontrés, propose des pistes d appuis, présente des témoignages et des illustrations de «calendrier». (1) Séminaire académique du 25 novembre 2009 et ateliers départementaux ; réunions de 2 Mémento de l Académie bassins et d établissements.

3 Sommaire Des constats et des interrogations fréquentes... p 4 - Une grande diversité d appropriation - De la nécessité de revenir sur les enjeux et leurs incidences en matière de pratiques pédagogiques - Une référence commune, mais pour quoi faire? - L opposition apparente entre développement des compétences et transmission des connaissances - L opposition entre validation des compétences et notation chiffrée traditionnelle - Une évaluation personnalisée de l acquisition des compétences Les écueils à éviter ou à contourner... p 7 - Une répartition «disciplinaire «des compétences à valider - Un découpage des domaines de compétences - Une création d épreuves d évaluation des compétences Quelques de pilotage... p 8 - Les attitudes - La concertation - Des expériences déjà nombreuses et positives - La mutualisation des pratiques - La collaboration de l encadrement - L implication des élèves dans la validation des compétences Des ressources en ligne... p 10 Deux exemples de calendrier... p 11 - Réflexion «collaborative» - Réflexion interne 3 Mémento de l Académie

4 Des constats et des interrogations fréquentes Point de vue d un IA-IPR «Il convient aussi de mettre fi n aux ruptures stériles entre les différents niveaux d enseignement (école, collège, lycée) en intégrant de manière plus opérationnelle la notion de progressivité des apprentissages. À leur arrivée en sixième et en seconde, les élèves ont tous des acquis sur lesquels on s appuiera pour assurer cette continuité. Sur ce plan, les différents outils d évaluation du socle s avèrent bien plus intéressants car plus globaux que les évaluations nationales qui ne portent que sur une ou deux disciplines.» Beaucoup d enseignants sont déjà convaincus du bien-fondé de la mise en place du socle commun de connaissances et de compétences, mais manifestent le besoin d un accompagnement sur la durée. D autres restent à convaincre. Pour dépasser ces scepticismes ou ces craintes, il convient tout à la fois d exprimer clairement les enjeux et d expliquer les raisons et l intérêt de faire évoluer certaines pratiques pédagogiques. Mais il faut aussi rassurer les équipes et les personnes, notamment en prenant appui sur toutes les pratiques individuelles ou collectives déjà éprouvées et qui s inscrivent dans la dynamique du socle. Une grande diversité d appropriation Point de vue d un IEN «Le socle commun doit permettre de placer l élève dans une scolarité obligatoire articulant continuité des apprentissages mais aussi continuité de l accompagnement dans ses différentes formes.» L ensemble des échanges menés ces derniers mois confi rme la très grande diversité d appropriation du socle commun, de sa mise en œuvre et de sa validation. Des écoles et des collèges sont déjà engagés depuis plusieurs années dans la réfl exion et abordent ces questions avec le pragmatisme et le recul nécessaire (évolution des pratiques pédagogiques, travail en équipe, questions d évaluation et de validation ). Pour d autres, notamment en collège, la prise en compte combinée de ces problématiques et l attestation du palier 3 (B.O. n 45 du 3 décembre 2009) créent un caractère d urgence qu il faut cependant piloter. De la nécessité de revenir sur les enjeux et leurs incidences en matière de pratiques pédagogiques Commission européenne «Les compétences clés constituent un ensemble transposable et multifonctionnel de connaissances, d aptitudes et d attitudes nécessaires à tout individu pour son épanouissement et son développement personnel, son intégration sociale et sa vie professionnelle. Elles devraient être acquises au terme de la période obligatoire d enseignement ou de formation et servir de base à une poursuite de l apprentissage dans le cadre de l éducation et la formation tout au long de la vie.» 4 Mémento de l Académie Le socle commun s appuie sur la recommandation du Parlement européen et du Conseil de l Union européenne en matière de «compétences clés pour l éducation et l apprentissage tout au long de la vie». Sa mise en place s inscrit dans les grandes étapes fondatrices de l École, défi nies par le décret du 11 juillet Il est la réponse la plus récente et la plus moderne, prévue par la loi d orientation du 23 avril 2005, à une demande sociale persistante et forte sur la mission de l école : «La scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l acquisition de connaissances et de compétences qu il est indispensable de maîtriser»... pour : - poursuivre sa formation ; - construire son avenir personnel et professionnel ; - réussir sa vie en société. Cette ambition au service de tous les élèves induit une nouvelle représentation de la scolarité obligatoire visant à renforcer les continuités entre le premier et le second degré et à décloisonner les disciplines. Articulant les connaissances aux compétences, le socle commun permet une nouvelle approche de l évaluation de l élève par une vision globale et positive, posée sur ses progrès et la validation de ses acquis et de ses réussites. Nota-Bene Le caractère législatif de ce texte s impose à tous Mais la réfl exion sur le sens de la mise en place du socle est indispensable pour susciter l adhésion des enseignants. Elle doit simultanément prendre en compte : - le registre des valeurs, les fi nalités, pour donner du sens et identifi er les cohérences ; - les obstacles concrets que les enseignants rencontrent ou s attendent à rencontrer lors de la mise en œuvre en classe.

5 Une référence commune, mais pour quoi faire? Point de vue d un IA-IPR «Nous sommes actuellement dans une période transitoire. On constate que la logique de l enseignement par compétence est prise en compte à différents niveaux du système éducatif, y compris dans l enseignement supérieur». Le socle commun constitue une référence commune : - il participe à la volonté de construire un continuum, depuis le premier degré jusqu à la fi n du collège, sur toute la période de la scolarité obligatoire ; - il guide l établissement dans sa propre réponse, autonome et pertinente, à la situation spécifi que de son public d élèves ; - il énonce ce en quoi chaque discipline contribue -par les connaissances, capacités et attitudes qu elle est à même de faire acquérir- à la construction du socle pour les élèves. Les programmes disciplinaires contribuent, par un apport spécifi que, à l acquisition du socle dans sa globalité et non à une seule partie de celui-ci ; - il est pour l élève une affi rmation reconnue par tous qu il possède le bagage nécessaire à tout citoyen et les compétences indispensables à la poursuite de son parcours. Nota-Bene Donner du sens à la culture scolaire fondamentale : - se placer du point de vue de l élève ; - construire des ponts entre disciplines ; - construire des ponts entre programmes. L opposition apparente entre développement des compétences et transmission des connaissances Avoir des compétences, signifi e avoir des connaissances ET être capable de les mobiliser dans des situations qui ne les appellent pas directement (par exemple, organiser son espace de vie, y prévoir la place du mobilier, met en jeu des connaissances de nature géométrique). Pouvoir passer des connaissances aux compétences est une nécessité qui n est pas nouvelle. Il n y a pas de compétences sans connaissances, mais il n y a pas non plus de connaissances utiles qui ne viennent pas se nicher dans des compétences. 5 Mémento de l Académie Le socle n est pas une liste statique et limitative de connaissances mais la base nécessaire au déploiement des facultés intellectuelles de chaque individu que la nation confi e à l école ; les compétences ne tournent pas le dos aux savoirs qui en sont des éléments constitutifs. Plus encore, il s agit de s appuyer sur les compétences des élèves pour les amener à en développer de nouvelles ; ce qui suppose d enrichir leurs connaissances en s appuyant sur des pratiques pédagogiques qui contribuent à leur mobilisation à bon escient. Par exemple : - concevoir et mettre en œuvre des situations complexes d apprentissage (ce qui ne signifi e pas compliquées), ambitieuses et signifi antes, mettant la discipline au service de la construction des compétences ; - diversifi er et différencier la pédagogie au cœur de la classe, en fonction des objectifs visés ; - individualiser les actions d aide et de soutien ; - inscrire sa pratique professionnelle dans l action collective, coopérer avec ses collègues au sein de l établissement et avec les enseignants du cycle antérieur ou postérieur ; - faire évoluer les procédures d évaluation : > en passant de la notation comme indicateur de conformité, ou d écart à une norme, à des procédures d évaluation informant les élèves sur leurs degrés d acquisition des compétences, > en développant les compétences des élèves dans le domaine de la pratique de l autoévaluation. Les compétences combinent capacités, connaissances et attitudes : - Pour des raisons d écriture, à côté de listes de connaissances, les domaines affi chent des listes de capacités et d attitudes ; - Dans la pratique, connaissances, capacités et attitudes sont indissociables ; les unes sont à la fois produits et productrices des autres ; - Les capacités sont souvent communes à plusieurs disciplines ; - Certaines disciplines associent dans leurs programmes connaissances et capacités ; - Les attitudes sont des moteurs d apprentissage et de progrès : - intérêt, goût, curiosité pour, envie, désir, volonté de - ouverture à - respect de - esprit de solidarité, - rigueur, précision, esprit critique, - conscience, responsabilité.

6 Mettre en œuvre le socle c est s approprier un esprit et une dynamique nouvelle. Cela induit de nouvelles relations entre enseignants et entre les enseignants et leurs élèves. Au sein des équipes, un dialogue centré sur la construction des apprentissages doit être envisagé dans le cadre d une réfl exion collective. L établissement doit être le lieu d un travail pédagogique commun avec si nécessaire l appui des corps d inspection. L opposition entre validation des compétences et notation chiffrée traditionnelle Cette année, les enseignants ont à évaluer tous leurs élèves de troisième selon deux procédures : - renseigner le livret individuel de compétences ; - noter les élèves en contrôle continu et aux épreuves écrites pour certaines disciplines, dans le cadre du DNB. Cette nouvelle pratique crée un trouble chez un grand nombre d enseignants, «culturellement très attachés» au système de notation, malgré ses effets pervers. Une approche pragmatique et progressive est nécessaire, à l appui de pratiques existantes. Par exemple en combinant la notation traditionnelle et des appréciations qualitatives et critériées pour permettre de mieux identifi er les étapes dans la construction des compétences et valoriser la progression et les réussites de l élève. Une évaluation personnalisée de l acquisition des compétences Point de vue d un IA-IPR «Une solution possible pour engager le dialogue autour de la notion de compétences et mettre en évidence l articulation entre les disciplines est d en choisir une qui constitue par excellence la convergence des disciplines : la maîtrise de la langue française» Valider une compétence : - ce n est pas noter une performance, c est attester de son acquisition ; - ce n est pas graduer une performance sur une échelle, c est s appuyer sur certaines compétences acquises pour en développer d autres ; - c est s appuyer sur d autres disciplines pour développer des compétences transversales. Une compétence se manifeste en situation. Le choix de la situation et de son niveau de complexité est essentiel pour permettre la manifestation des compétences attendues. Une compétence requiert la mise en œuvre de savoirs multiples que les élèves doivent construire (connaissances, capacités, attitudes). L évaluer n est en aucun cas équivalent à évaluer la maîtrise de chaque savoir isolément. Une compétence est souvent transversale. Son évaluation s effectuera par conséquent de manière collégiale. 6 Mémento de l Académie

7 Écueils à éviter ou à contourner Depuis quatre ans le GTI a accompagné et suivi de nombreux établissements, tant dans la mise en œuvre du socle que dans l expérimentation des livrets d évaluation. Ces observations, complétées de témoignages d équipes déjà fortement engagées ont fait ressortir plusieurs écueils qu il convient d éviter. Nota-bene Il est fort probable que ces écueils, même identifi és, ne seront pas évités. Ce n est pas important. Se situant dans une démarche de co-construction, ou d accompagnement de leurs équipes, dans un processus de changement, les chefs d établissement devront engager et accompagner les équipes dans une réfl exion inévitablement perfectible compte tenu de sa complexité. Une répartition «disciplinaire» des compétences à valider La compétence 3 («Les principaux éléments de mathématique et la culture scientifi que et technologique») ne saurait par exemple être uniquement validée par les professeurs de sciences et/ou de mathématiques. De la même manière, l ensemble des professeurs doit se sentir concerné par la compétence 1 sur la maîtrise de la langue française. Certaines compétences du socle relèvent sans ambigüité du travail transversal au travers de regards croisés sur les élèves. Ce qui ne signifi e pas une construction commune et systématique d épreuves diagnostiques ou de validation. Un découpage des domaines de compétences Pour que le découpage des domaines de compétences en une multitude d items permette d évaluer a priori plus «objectivement» : - la recherche légitime d objectivité et d égalité de traitement ne doit pas conduire les enseignants à se trouver en situation d évaluation permanente ; - la compétence doit s appréhender de manière globale, à l appui des domaines qui la composent et non pas sous la forme d une addition de micro-compétences. Une création d épreuves d évaluation des compétences Sorte d examen sommatif des compétences, la validation des compétences : - ne saurait être dissociée de l acte d enseignement et de l observation des élèves en situations d apprentissage ; elle relève de modalités d évaluations variées. - doit être conduite dans la durée sur les deux années de quatrième et de troisième. Cela doit s effectuer lors d occasions multiples, par des observations en situation dans et hors la classe et pas seulement en situation d évaluation instituée. 7 Mémento de l Académie

8 Quelques de pilotage La nécessité de renseigner l attestation de maîtrise des compétences au palier 3 à la fi n de l année scolaire 2010/2011 amène certaines équipes à combiner dans un temps contraint la compréhension du socle et de ses enjeux, sa mise en œuvre et sa validation. Les chefs d établissement, au cœur de ce pilotage, doivent pouvoir rassurer les équipes et les engager en s appuyant sur un certain nombre de déjà existants dans les établissements. Les attitudes Points de vue de chefs d établissement «Le conseil pédagogique est sans doute l instance appropriée pour débattre mais surtout valider les nouvelles approches attendues. Il convient de le convoquer sur un ordre du jour restreint mais précis en veillant à une représentativité complète des disciplines, sans oublier les enseignants de SEGPA.» «Des réunions de concertation co-disciplinaires (réunions de conseils d enseignement ou d équipes pédagogiques) doivent relayer le conseil pédagogique pour mener un travail plus approfondi sur les grilles.» «Un espace de ressources documentaires dédié au socle commun doit être mis en place au CDI.» «Des temps de disponibilité doivent être dégagés des emplois du temps pour mener les concertations. La journée de solidarité et la journée de pré-rentrée peuvent être utilisées.» «La mise en œuvre du socle commun est une opportunité pour les chefs d établissement d affi rmer leur rôle de pilote pédagogique.» «Le rapport à l élève va se trouver modifi é. On peut espérer l instauration d une nouvelle ambiance de travail au sein des établissements reposant sur une meilleure compréhension des enjeux et du sens de l école par les élèves et leurs parents.» Les compétences 6 («compétences sociales et civiles») et 7 («autonomie et initiative») sont l affaire de tous : - l autonomie et l initiative s acquièrent tout au long de la scolarité, dans chaque discipline et activité scolaires, dans et hors de la classe ; - l élève développe son autonomie, sa curiosité et son implication dans ses apprentissages, l organisation de son travail et dans son ouverture sur la société. N oublions pas que c est aussi parce que l élève apprend qu il est motivé. La qualité de cette réfl exion notamment dans le cadre du PDMF participe à la validation (par l auto-évaluation) de ces compétences. Engager les enseignants et les équipes, c est aussi les rassurer. L erreur serait de donner à penser que les pratiques actuelles sont devenues totalement obsolètes et doivent être abandonnées. L acquisition «traditionnelle» de connaissances par les élèves peut tout à fait trouver sa place, mais à des moments précis d apprentissages et dans un contexte repensé qui alterne à dessein avec des phases plus dynamiques et plus actives. Mettre en œuvre le socle c est s approprier un esprit et une dynamique nouvelle. C est comme auparavant «savoir où l on va et pourquoi» mais en acceptant de ne pas tout planifi er et de parfois lâcher prise. Autrement dit, c est explorer des modalités pédagogiques qui laissent intentionnellement une part d incertitude au professeur pour permettre aux élèves de construire par eux-mêmes ; c est prendre appui sur ces productions, qu elles soient jutes ou erronées, pour permettre aux élèves de progresser ; c est poser le principe d une confi ance faite aux élèves. Dans tous les établissements, il est possible d identifi er et de s appuyer sur des pratiques individuelles ou collectives qui s inscrivent déjà dans cette dynamique d apprentissages. Par exemple : La concertation 8 Mémento de l Académie Le travail de mise en place du socle et tout ce que cela induit en termes pédagogiques et de validation des compétences ne peuvent se faire qu en concertation et en transparence avec les professeurs. Le chef d établissement peut s appuyer sur : - le conseil pédagogique ; - des réunions de concertation co-disciplinaires ; - un espace de ressources documentaires au CDI ; - des temps de disponibilité dégagés pour des concertations (notamment la journée de solidarité et la pré-rentrée) ; - la mutualisation des pratiques avec d autres établissements ; - des stages d établissement ; - la collaboration étroite avec les corps d inspection ; - le pilotage partagé local et inter-catégoriel (IEN, chef d établissement, IA-IPR) au niveau du bassin de formation : un levier essentiel.

9 Des expériences déjà nombreuses et positives De nombreuses expériences d enseignement ont montré leur effi cacité : - les projets pluridisciplinaires, les IDD, et plus récemment l histoire des arts sont autant d expériences d appui à travailler «autrement» ; - l expérience acquise dans l évaluation du niveau A2, du B2I ou du DELF, est susceptible d être directement réinvestie. Les épreuves du CFG doivent permettre une meilleure prise en compte des acquisitions des compétences notamment au niveau du palier 2 ; - les PPRE et l accompagnement éducatif ont déjà amené les enseignants à modifi er leurs approches et leur regard sur l élève, sur les apprentissages, sur le suivi individualisé - des pratiques disciplinaires qui ont intégré depuis longtemps la logique des compétences (EPS, Technologie, ) La mutualisation des pratiques Ces temps de mutualisation (au sein de l établissement, avec d autres établissements ou lors de rencontres inter-degrés) sont l occasion de mener une réfl exion partagée, interdisciplinaire, inter-degrés sur les compétences et les procédures de validation mais également pour construire des outils communs inter-cycles et inter-degrés. Ainsi : - les stages d établissement en interdisciplinarité sur la mise en place du socle commun s avèrent très utiles afi n de créer une dynamique et ainsi aider les enseignants à construire, animer, observer, réguler des situations didactiques complexes ; - les échanges inter-degrés permettent l élaboration et l appropriation de démarches et d outils communs nécessaires à la continuité des apprentissages ; - la formation continue pour public désigné dans les premier et second degrés, regroupant des professeurs «leaders pédagogiques» et des professeurs moins engagés est une perspective à ne pas négliger ; - exemples de situations d apprentissage adaptées : > s approprier une démarche intellectuelle ; > les situations ouvertes, «situations problèmes», «faire ce qu on ne sait pas faire, pour apprendre à le faire» ; > travail en groupe, démarche collective de projet : on apprend par la confrontation aux autres ; > les situations où les élèves comprennent l intérêt de s impliquer. Assurer un parcours à l élève durant le temps de la scolarité obligatoire en menant, au sein de chaque bassin une réfl exion sur : - la «liaison école/collège» : a-t-elle encore une raison d être sous sa forme traditionnelle, comment inscrire ce temps dans un processus de continuité? - les élèves à besoins particuliers : comment permettre à ceux qui n ont pas pu valider une ou plusieurs compétences de le faire tout au long de leur parcours? La collaboration de l encadrement Le pilotage partagé local et inter-catégoriel (chefs d établissement, IEN, IA-IPR) au niveau du bassin de formation est un levier essentiel. L implication des élèves dans la validation des compétences 9 Mémento de l Académie - La co-évaluation (ou co-validation) élève/professeur engage un dialogue autour de la notion de compétence, donne du sens aux apprentissages construits et permet aux élèves de percevoir l articulation entre les disciplines. - Elle est indispensable pour permettre à l élève de mieux comprendre la validation de ses connaissances, capacités et attitudes. - Une information à destination des parents est également essentielle. Elle doit être claire et convaincante.

10 Des ressources «en ligne» De nombreuses ressources «en ligne» sont disponibles pour appuyer les réfl exions et travaux des équipes: Ressources nationales - Site Eduscol : - Site de l ESEN : De nombreuses ressources «en ligne» sont disponibles pour appuyer les réfl exions et travaux des équipes: Ressources nationales - Site Eduscol : - Site de l ESEN : Ressources académiques - Site de l académie de Versailles : portail «pédagogie» / Le socle commun de connaissances et de compétences > «Le Damier» : > «Garantir le socle commun à tous les élèves» : > «L école après les cours : l accompagnement éducatif» : > Des réponses aux besoins particuliers public/jcms/p1_8159/des-reponses-aux-besoins-particuliers - Site académique «PPRE» : - Intranet académique : https://bv.ac-versailles.fr/irisa/ > «En ligne avec les EPLE» : - N 15 : «Le socle commun : un défi stimulant» - N 24 : «Dispositifs d aide et d accompagnement» - N 25 : «L accompagnement éducatif» > «Avenir» : N 27 : «le socle commun de connaissances et de compétences» 10 Mémento de l Académie

11 Deux exemples de calendrier Ces «calendriers des actions» sont donnés à titre d illustrations. Élaborés par deux chefs d établissement, ils ont pour objectif de guider et de rassurer les professeurs face à la nouveauté des démarches pédagogiques à mettre en place. Le premier exemple propose un travail collectif de mise en œuvre (avec d autre collèges du secteur, mais également avec les écoles élémentaires). Le second est davantage centré sur une réfl exion «interne» à l établissement. Exemple 1 : Réflexion «collaborative» Nota-bene Quel que soit le degré d avancement de la «réfl exion socle» des professeurs des écoles et du collège, ce sera l occasion d appréhender concrètement le référentiel commun qui se met en place et d élaborer une ébauche de stratégie de continuité École- Collège. Trois étapes - 1 re étape, mars 2010 : une réunion se tient avec l ensemble des équipes (professeurs, vie scolaire, assistants pédagogiques). - 2 e étape, avril 2010 : un regroupement local de plusieurs collèges d un même secteur (même ville, partie de bassin 3 à 4 paraît le bon choix), les principaux se réunissent pour défi nir une stratégie commune avec la participation d un IA-IPR. - 3 e étape - mai 2010 : une réunion commune de professeurs provenant des collèges mutualisés : membres des conseils pédagogiques ou choix effectué par chacun des principaux, mais il sera utile d envisager des représentants de chaque matière L attestation de palier 3 Dans l attente de la mise à disposition à la rentrée 2010 d une application nationale actuellement en expérimentation sur un panel choisi de collèges dont certains de l académie, il est possible de débuter dès cette année, dans une version papier, une mise en pratique de l attestation du palier 3 pour les classes de 3 e et de 4 e. C est une étape immédiatement nécessaire pour la sensibilisation et l appropriation de l attestation du palier 3 par les enseignants dès maintenant, avec pour eux la possibilité de réfl échir à la mise en place de démarches et de stratégies communes. Une réunion bilan de cette première étape serait utile en juin 2010 car elle permettrait de projeter les équipes dans la «stratégie Socle» dès la rentrée de septembre (et d en faire un des thèmes forts lors de la pré-rentrée par exemple). Continuité avec le 1 er degré Dans les faits c est bien le premier rendez-vous qui va être nécessaire avec l une des attestations du Socle. Les nouveaux élèves de 6 e, dès septembre 2010, arriveront avec l attestation de maîtrise du Palier 2. En mars-avril 2010 en partenariat avec l IEN 1 er degré de la circonscription, construire une rencontre collège-écoles du secteur pour proposer un commentaire des évaluations CM2 de janvier En mai 2010, lors de la réunion d harmonisation (voire juin ou début juillet 2010) : nouvelle réunion pour envisager la «passation des attestions du Palier 2». Septembre 2010 : mise en place concrète de la dynamique du Socle à partir des élèves de 6 e. 11 Mémento de l Académie

12 Exemple 2 : Réflexion interne Calendrier Temps de travail Pilotage Acteurs sollicités Objectifs de réunion Outils supports Mise en perspective Avril 2010 Conseils pédagogiques Mai/début juin 2010 Mai/début juin 2010 Fin juin 2010 Août 2010 Pré rentrée Année 2010/ 2011 Octobre 2010 Conseils d enseignement Réunion(s) pédagogique(s) Chef et adjoint - Premier conseil : en priorité les enseignants du cycle d orientation - Second conseil : en priorité les enseignants du cycle central mais ouvert à tous Chef et adjoint - Tous les professeurs d une discipline regroupés par «pôles» IEN, Chef et adjoint - Directeurs et enseignants des écoles du secteur - Professeurs du collège Réunion pédagogique Chef et adjoint - Tous les enseignants et la vie scolaire, répartis en groupes mixtes Une demi journée Chef et adjoint, éventuellement un IA IPR Temps de travail réguliers, balisés sur l année Les Professeurs principaux pour un niveau de classe - Tous les enseignants et la vie scolaire, répartis en plusieurs groupes, constitués de représentants de différentes disciplines - Et assemblée générale - Les enseignants constituant les équipes de classe d un niveau (ou un cycle) Conseil pédagogique Chef et adjoint Avec présence souhaitée des professeurs principaux en qualité de représentants de l équipe de la classe mais ouvert à tous - Rappel des textes - Présentations des contraintes, des outils à disposition, d une organisation envisageable et peutêtre d une priorité souhaitée - Temps d échanges nécessaire sur les types d évaluation, et sur la note liée à l évaluation sommative qui n est pas remise en cause Mise en lien des projets initiés et des éventuels dispositifs choisis avec certaines compétences transversales du socle, notamment extraites des piliers 1, 6, 7 - Prise de connaissance des résultats aux évaluations - Suivi des élèves - Présentation de la réfl exion et du travail de chaque discipline, aux collègues - Ajustements nécessaires en concertation - Décisions arrêtées pour un fonctionnement d équipe viable - Défi nition d un calendrier sur l année de 6 e, nécessaire à certains élèves pour la validation du palier 2 - Mise en commun du travail de juin sur les choix de validation collective de certaines compétences - Prise en main des outils - Rappel des objectifs fi xés pour chaque niveau - Information de la situation de travail, aux nouveaux enseignants - Faire l état des lieux - Soulever des questionnements - Engager l action prévue - Attestation du palier 2 et du palier 3 - Listing de l existant dans l établissement en terme de validation de compétences - Bilan des actions déjà réalisées liées à une réfl exion sur l évaluation formative - Évolution des critères retenus pour construire la note de vie scolaire - L attestation du palier 3 - Un tableau synthétique qui répertorie les choix de compétences qui peuvent être validées dès le niveau 4 e - Évaluations - Attestations de palier 2, PPRE - L attestation du pilier 3 - Un compte rendu du travail du groupe à partir d une grille proposée -Diaporama restituant le «pourquoi» et le «comment» défi nis lors des réunions antérieures -Présentation des rendez-vous de l année 2010/2011, sur le sujet de la validation des compétences - L attestation du palier 2 pour le cycle d adaptation - L attestation du palier 3 pour le cycle central et le cycle d orientation - Les tableaux de suivi par cycle - L attestation du palier 3 - Défi nir les temps de travail nécessaires, un cahier des charges et une fréquence souhaitée de rencontres pour 2010/ Utiliser l attestation du palier 3 en format numérique, créée au nom de chaque élève de l établissement dès l entrée en 6 e et à disposition de tous sur le serveur pédagogique - Évaluation formative - Développer l attention aux capacités et attitudes mises œuvre par l élève - Nécessité de concertation autour de la progression de l élève - Constitution des classes - Élaboration des programmations d enseignement - Prise en compte par la direction des organisations retenues - Incidences éventuelles sur les emplois du temps - Choix à faire d un adulte référent par cycle - Choix à faire d un adulte référent pour le support numérique - La validation du palier 3 pour les élèves qui terminent la scolarité au collège - La liaison 3 e /2 nde, sur le sujet déjà probablement bien entamée pour certaines disciplines - Évolution de la formalisation de projets liés aux compétences du socle et qui sont mises en exergue dans le projet d établissement Développement de l appropriation par les enseignants du lien d une mise en œuvre des programmes et du développement de compétences chez l élève 12 Mémento de l Académie

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN 2011-2013 PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION DE L ACADEMIE DE CAEN 1 PREAMBULE Le programme de travail académique des corps d inspection (PTA), inspecteurs d académie inspecteurs pédagogiques

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Sommaire Introduction I. Projet, enjeu de réussite II. Problématique 1. Un outil

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

«Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE»

«Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE» «Parcours DU Poursuivre son entrée dans les métiers d enseignant ou de CPE» Stagiaires premier et second degrés et CPE à mi-temps terrain et mi-temps ESPE Les principes de formation retenus identiques

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants.

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. REUSSIR L ANNEE DE FORMATION EN ALTERNANCE Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. Daniel Filâtre Président du comité La professionnalisation de la formation initiale

Plus en détail

Les programmes d EPS : Nouveautés et incontournables

Les programmes d EPS : Nouveautés et incontournables Les programmes d EPS : Nouveautés et incontournables Les programmes du collège - Bulletin officiel spécial n 6 du 28 août 2008 Idées clés et sens Harmoniser l offre de formation au profit des usagers Construire

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Cycle 3 cycle de consolidation

Cycle 3 cycle de consolidation Cycle 3 cycle de consolidation Des pistes de réflexion Les progressions L'évaluation L'anticipation des passages de classe Le cycle 3 (CM1,CM2,6eme) Le cycle 3, qui relie désormais les deux dernières années

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans. Participation au colloque du 7 avril 2011

AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans. Participation au colloque du 7 avril 2011 AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans Participation au colloque du 7 avril 2011 Le Service Public Régional d insertion et de Formation Professionnelles Les principes

Plus en détail

L ambition numérique de l ESPE de Bretagne

L ambition numérique de l ESPE de Bretagne + L ambition numérique de l ESPE de Bretagne Séminaire Montpellier 2 et 3 juillet 2013 + Le cadre général 2 Cadre de la refondation de l école, du Numérique à l école, du numérique à l Université, Apporter

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Le socle commun et le livret personnel de compétences

Le socle commun et le livret personnel de compétences Le socle commun et le livret personnel de compétences Le socle commun de connaissances et de compétences L article 9 de la loi du 23 avril 2005 d orientation et de programme pour l avenir de l école en

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC

Recrutement des chefs de travaux Session 2013. Académie de Lille. Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC Recrutement des chefs de travaux Session 2013 Académie de Lille Rapport de jury présenté par Myriam MASERAK - DAFPIC AVANT PROPOS La session 2013 de recrutement des chefs de travaux s est déroulée conformément

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

L Inspection des personnels

L Inspection des personnels Besançon le 15 septembre 2014 NOTE de Service N 3 Circonscription BESANCON 1 Luc GROSJEAN, Inspecteur 03 81 65 48 53 03 81 83 50 61 luc.grosjean@ac-besancon.fr Direction des Services Départementaux de

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels.

Cahier des charges - cadre. Volet 1 : Contexte et Orientations. Plan académique de la. formation continue. des personnels. Délégation académique à la formation des personnels de l Éducation nationale [Dafpen] Cahier des charges - cadre Volet 1 : Contexte et Orientations ************* Plan académique de la formation continue

Plus en détail

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon

Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Atelier de professionnalisation dans le BTS TOURISME au Lycée Colbert, Lyon Le nouveau a été mis en place en septembre 2012 pour remplacer les BTS : AGTL (Animation et gestion du tourisme local) et VPT

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE.

CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE. CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE. PREAMBULE : Avant d aborder votre rôle et vos tâches auprès du professeur

Plus en détail

"Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe.

Le chemin est long du projet à la chose. Molière, Tartuffe. "Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe. Stage PAF STL SPCL - Le Projet 05/04/12 1 La place du projet dans les programmes de STL SPCL Alors, qu est-ce qui s est passé? Elle se serait

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Parcours de Découverte des Métiers et des Formations

Parcours de Découverte des Métiers et des Formations COLLEGE ESSAU VOUDJO POYA Parcours de Découverte des Métiers et des Formations 2014 1. le PDMF en lien avec le Projet d Etablissement 2. Information et orientation : les points essentiels du bilan de l

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs

Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Les nouveaux concours de recrutement de professeurs Afin de mieux répondre aux besoins du ministère de l Education Nationale, le processus de recrutement des enseignants est réformé, dans le premier degré

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Agent-e de maintenance nautique

Agent-e de maintenance nautique Agent-e de maintenance nautique Document pour les professeurs/es Objectif général Faire découvrir un métier en utilisant le site de l Onisep et des mises en situation validées par un professionnel. Compétences

Plus en détail

Diriger une école maternelle

Diriger une école maternelle Diriger une école maternelle E.HAYOT IEN Toul Mai 2012 D après les travaux de l IEN maternelle 83 DIRIGER? Etre le chef? Prendre des décisions? Avoir du pouvoir? Juger? Contrôler? Commander? Animer? Coordonner?

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-direction des politiques de formation et d éducation Bureau des formations de l enseignement supérieur

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

LES CLASSES ENVIRONNEMENT ET TERRITOIRE

LES CLASSES ENVIRONNEMENT ET TERRITOIRE LES CLASSES ENVIRONNEMENT ET TERRITOIRE Présentation d un dispositif pour une Education au Développement Durable Pour informer Faire le point Echanger Développer des projets 1 PARCE QUE LES DOCUMENTALISTES

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS

VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS DOSSIER DE PRESSE 19 JANVIER 2012 VERSAILLES, ACADEMIE NUMERIQUE: EXPERIMENTATION, INNOVATIONS, PROJETS Rectorat de Versailles 3, boulevard de Lesseps 78017 Versailles cedex Première académie de France,

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail