Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif"

Transcription

1 Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif

2 Table des matières

3 I. Aspects généraux A. Organisation de l étude En premier lieu, il est impératif de prendre connaissance des plans du bâtiment étudié. Dans un deuxième temps, un scénario de base est envisagé (choix technique et méthode «pièce par pièce» ou globale). Il prend en compte la totalité des contraintes géographiques, de la physique du bâtiment et des exigences des parties prenantes afin de respecter la réglementation tout en proposant des solutions cohérentes et réalisables. Puis, le calcul règlementaire est réalisé selon le scénario établi préalablement. Au regard du résultat obtenu, des ajustements seront effectués afin de respecter la règlementation dans sa limite basse. Enfin nous proposons au maître d ouvrage plusieurs solutions afin de l aider dans sa prise de décision. B. Analyse du bâtiment Le bâtiment se situe à Ludres (54) à moins de 500 mètres d altitude dans la zone géographique H1B. La ville est alimentée au gaz de ville et possède un réseau de chauffage urbain. Les plans de l architecte nous présentent un bâtiment de plein pied en L, de 3 niveaux qui possède une mitoyenneté coté Est et Ouest. La façade coté rue est orientée au Sud, elle possède de larges ouvertures ainsi que des loggias à chaque niveau. Ce choix a une conséquence non négligeable sur le calcul réglementaire, il agit sur le calcul du Bbio en maximisant les apports externes mais peut également augmenter de manière significative la TIC pouvant potentiellement rendre le calcul non conforme.

4 Une part importante des façades Est et Ouest sont mitoyennes, elles n engendrent donc aucune déperdition. Toutefois, des problèmes acoustiques peuvent apparaître, ils ne sont pas de notre ressort mais doivent néanmoins être signalés. La façade Est en contact avec l extérieur possède un balcon au 1 er et 2ème étage. Les balcons sont des sources importantes de ponts thermiques et doivent être traités par des rupteurs afin de les minimiser. La façade Nord ne présente pas de signe particulier. Une part importante des logements aux derniers niveaux est sous les rampants, cette situation nous informe sur la structure légère de la toiture. De manière générale, le bâtiment apparaît comme relativement complexe dans sa géométrie, ce qui peut engendrer un nombre important de ponts thermiques. Le rapport des surfaces vitrées sur les surfaces pleines parait relativement faible et peut poser des problèmes de règlementation. Nous réaliserons notre étude en métré global et non en «pièce par pièce». II. Scénario de départ : A. Le Bâti : Les murs extérieurs sont constitués d un voile en béton armé et d un isolant extérieur de type polystyrène. Les murs extérieurs doivent être lourds afin de «porter» les 4 niveaux. Des façades légères type bois sont possibles mais posent des problèmes de structure. Nous choisissons d isoler le bâtiment par l extérieur afin de minimiser les ponts thermiques et d augmenter l inertie interne. Le plancher sur terre plein est constitué d une dalle béton et d un isolant en polyuréthanne pour plancher chauffant et d une chape de compression afin d obtenir les meilleurs performances avec un minimum d épaisseur.

5 Les planchers intermédiaires sont constitués d une dalle en béton armé ou prèscontrainte selon le choix du bureau d étude structure ainsi que d un isolant en polyuréthanne pour plancher chauffant et d une chape de compression afin d obtenir les meilleures performances avec un minimum d épaisseur. Au vue des constatations effectuées sur la toiture, il est judicieux de la réaliser avec un panneau sandwich. Récapitulatif : Code Type Désignation Mur extérieur (A1) Mur intérieur (A1) Mur intérieur (A1) Plafond extérieur (A3) Plancher intérieur (A4) Plancher sur terre-plein (A4) Plafond intérieur (A2) B. U W/m². b Mur extérieur Mur intérieur LNC mur intérieur bois Toit Plancher LNC C 0,184 0,501 0,384 0,151 0,266 1,000 0,700 0,450 1,000 0,900 Plancher Terre Plein 0,275 1,000 Plafond LNC 0,239 0,900 Parois vitrées : Les menuiseries du bâtiment collectif représentent un poste important de déperditions, compte tenue de la grande quantité de fenêtres et de portes implantés. Plusieurs solutions techniques s offrent à nous afin d atténuer l impact des menuiseries sur les pertes énergétiques globales du bâtiment. La menuiserie de type bois a une meilleure performance thermique et acoustique que le PVC et l aluminium. La durée de vie de ce type de menuiserie dépend de la qualité du matériau, et celui-ci nécessite un entretien régulier (lasure ou peinture) afin de garantir une durée de vie équivalente aux autres matériaux proposés. Le bâtiment étant destiné à la location sociale, l entretien représente un coût et une contrainte supplémentaire.

6 De plus le bois reste un matériau noble, permettant toutes modifications (couleur, forme), ce qui entraine un prix plus élevé que les autres matériaux. La menuiserie de type Aluminium a des performances thermiques moindres que le bois et le PVC. La durée de vie de l aluminium est la plus importante, celle ci se rapproche de la durée de vie du bâtiment et ne nécessite aucun entretien. L aluminium permet un grand choix de tailles et de couleurs des ouvrants, de plus ce matériau est recyclable. Le prix des menuiseries aluminium se situe entre celui de bois et celui du PVC. La menuiserie de type PVC a des performances thermiques très élevés. Il ne nécessite aucun entretien pendant sa durée de vie. Celle-ci est équivalente à celle du bois. Le PVC propose un grand nombre de possibilités esthétiques, mais ne permet pas de grands formats. Le PVC est un matériau 100% recyclable. De plus le prix des menuiseries PVC est très compétitif et représente son principal atout à performance quasi équivalente à celle du bois. Le triple vitrage peut être une solution adaptable à l ensemble des matériaux définis ci-dessus. Le triple vitrage engendre un meilleur confort acoustique mais n augmente pas significativement la performance thermique par rapport à une menuiserie de type double vitrage. De plus le prix du triple vitrage est bien supérieur au double vitrage. Le triple vitrage n apparait donc pas comme une solution adéquate. Les calculs avec Perrenoud indiquent que la menuiserie aluminium entraîne une déperdition de 32.4% du bâtiment contre 31.2% pour le PVC. Compte tenu du type de bâtiment, et de son usage, la partie financière est très importante ce qui oriente notre choix vers une menuiserie de type PVC double vitrage, couplée à un volet roulant PVC d épaisseur de 12mm.

7 Les caractéristiques et performances des menuiseries choisies sont les suivantes : CATALOGUE DES VITRAGES : Code Désignation Long m Hau t m Type Type Type Ouvrant Vitre Fermeture Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Double Vol. Roul. PVC +15mm (e>12mm) Fen. F01 Fen 0.70x1.55 0,80 1,55 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) Fen. F02 Fen 1.00x1.55 1,10 1,55 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) Fen. F03 Fen 1.10x1.55 1,15 1,55 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) Fen. F04 Fen 1.00x1.00 1,00 1,00 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) Pf PF01 Porte Fen 1.00x2.15 1,00 2,15 PVC (Uf=1,2) avec soub. Argon (E=0,03) Pf PF02 Porte Fen 2.00x2.15 2,00 2,15 PVC (Uf=1,2) avec soub. Argon (E=0,03) Fen. V01 Velux 1.14x1.18 1,14 1,18 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) Fen. V02 Velux 1.14x1.40 1,14 1,40 bat. (Uf=1,2) PVC Argon (E=0,03) P01 Porte pleine 1.00x2.15 1,00 2,15 F010 Fen 0.70x1.55 0,70 1,55 Porte pleine PVC isolée Fen. bat. PVC Double Vol. Roul. PVC

8 Code Désignation Long m Hau t m Type Type Type Ouvrant Vitre Fermeture +15mm (e>12mm) (Uf=1,2) 0 Argon (E=0,03) C. Les systèmes énergétiques : Le bâtiment est de type HLM, le bailleur souhaite en priorité que les systèmes soient simples d utilisation et de maintenance aux coûts les plus faibles. Nous choisissons de chauffer chaque logement avec une chaudière gaz à condensation avec un couplage solaire individuelle, cette solution nécessite un investissement relativement faible et un entretien à la charge du locataire, de plus la condensation et le solaire permettent de réelles économies. La production d eau chaude sanitaire est produite par la chaudière et un appoint solaire. Le chauffage des logements est produit par un plancher chauffant, il permet un grand confort et est parfaitement adapté au bâtiment de par son inertie. La ventilation mécanique est assurée par une VMC simple flux du type hygro B, ce système représente le meilleur rapport qualité/prix. D. Récapitulatif :

9 Parois Descriptions R isolant U parois m².k/w W/m².K 5,15 0,184 1,61 0,501 isolant : KNAUF Xtherm ITEx + ép. = 16 Mur extérieur isolation extérieure cm Béton armé ép. = 20 cm isolant : KNAUF Xtherm ULTRA 30 Mur Mur intérieur Sur lnc Mur intérieur mur bois Plancher sur terre ép. = 5 cm Béton armé ép. = 20 cm Lame d air ép. = 5 cm Laine de verre ép. = 20 cm 0,18 4,88 0,384 plein dalle béton isolant : plaque polyuréthane ép. = 10 cm 4,65 chape flottante 0,202 Toiture isolation : polystyrène ép. = 20 cm 6,5 Panneaux sandwich fenêtres châssis PVC double vitrage argon Vitrage Uw = 1,2 W/m².K Systèmes Ventilation Chauffage ventilation simple flux type hygro B chaudière gaz à condensation marque Viessmann type : Vitodens 343 Eau Sanitaire Chaude préparateur ECS solaire + chaudière solaire : capteur Viessmann 0,15

10 E. Résultats : Au regard des résultats trois constats se dégagent : Tout d abord, le résultat du coefficient Bbio est extrêmement favorable, ce qui nous permet d en déduire que notre bâtiment a une enveloppe très performante. Ensuite, le résultat du coefficient Cep est également très favorable, il indique donc un bon état général de la gestion de l énergie du bâtiment. Enfin, le ratio des surfaces vitrées n étant pas conforme, il est donc nécessaire d augmenter de manière conséquente la surface vitrée du bâtiment (nous avions respecté les dimensions d origine)

11 En conclusion, pour optimiser le bâtiment, nous pouvons diminuer l isolation générale pour réaliser des économies à l achèvement. Nous devons également augmenter les dimensions des fenêtres pour être conforme au ratio exigé. F. Ajustement du Calcul : Parois Descriptions R isolant U parois m².k/w W/m².K isolant : KNAUF Xtherm ITEx + ép. = Mur extérieur isolation extérieure 10 cm 3,03 Béton armé ép. = 20 cm isolant : KNAUF Xtherm ULTRA 30 Mur 0,301 Mur intérieur Sur lnc Mur intérieur mur bois Plancher sur terre ép. = 5 cm Béton armé ép. = 20 cm Lame d air ép. = 5 cm Laine de verre ép. = 20 cm 1,61 0,501 0,18 4,88 0,384 plein dalle béton isolant : plaque polyuréthane ép. = 10 cm 4,65 chape flottante 0,202 Toiture isolation : polystyrène ép. = 20 cm 6,5 Panneaux sandwich fenêtres châssis PVC double vitrage 0,15 argon Vitrage Systèmes Ventilation Chauffage Uw = 1,4 W/m².K ventilation simple flux type hygro A chaudière gaz à condensation marque Viessmann type : Vitodens 343 Eau Chaude Sanitaire préparateur ECS solaire + chaudière solaire : capteur Viessmann Afin de limiter les coûts, nous avons choisi de réduire l épaisseur de l isolant et de changer la ventilation. Ainsi, nous nous attendons à des performances légèrement moindres, mais restant conformes à la RT G. Résultat final de la version de base :

12 Comme prévu, les résultats attendus sont moins bons que sur la version d origine. En effet, nous passons d un Bbio de 57.7 à 63.3 et d un Cep de 58.7 à Cependant nous avons ainsi pu gagner en coûts financiers tout en restant conforme à la réglementation en vigueur. Les résultats sont satisfaisants. III. Etudes de différents scénarios : A la suite de cette étude nous avons décidé de faire varier les systèmes de production de l énergie et des paramètres de structure (isolation inclue).

13 A. Changement des systèmes de chauffage pour l étude de base: 1. Chauffage Gaz collectif Systèmes Ventilation Chauffage ventilation simple flux type hygro A chaudière gaz à condensation collective marque Viessmann type : Vitocrossal 300 Eau Chaude Sanitaire préparateur ECS solaire + chaudière solaire : capteur Viessmann 2. Systèmes Chauffage urbain

14 Ventilation Chauffage Eau Sanitaire ventilation simple flux type hygro A Réseau urbain type : incinérateur Chaude préparateur ECS stockage avec ballon de

15 B. Changement de l ossature du bâtiment : 1. Paroi monomur terre cuite Choix du matériau : Nous avons souhaité utiliser ce type de brique car c est un produit de maçonnerie couramment employé et dont nous voulions tester la cohérence avec la RT Cette brique monomur se différencie par 2 aspects : Son épaisseur est plus importante qu une brique standard Elle renferme de multiples cavités afin de diminuer les déperditions pour une épaisseur de 30cm : U brique creuse = 1.65 W/m². C ; U brique monomur = 0.36 W/ m². C L inconvénient majeur du monomur reste son utilisation limitée par la hauteur du bâtiment. En effet, au-delà de R+3, il devient compliqué de maintenir une structure. Dans le cadre de notre étude le monomur peut encore être utilisé car le bâtiment est en R+3.

16 Caractéristique de la paroi extérieure en ITE : Désignation Epaisseur Lambda cm W/m. C Brique monomur 25cm 25,0 Polystyrène 12,0 0,032 Résistan ce Proportion Type m². C/W % 1, ThU 3, ThU Pour renforcer mécaniquement les murs nous y avons incorporé des ferraillages ce qui a presque fait doubler notre U (on passe de 0, 36 W/m². C à 0, 62 W/m². C). Influence des générations de chauffage sur les résultats Bbio et Cep Type de génération Bbio et gain sur Bbio Cep (kwh/m².an) et gain max sur Cep max Gaz individuel 63,7 (gain de 24,7%) 68,2 (gain de 8,62%) Gaz collectif 63,1 (gain de 24,88%) 72,7 (gain de 2,81%) Réseau de chaleur 63,1 (gain de 24,88%) 69,3 (gain de 7,35%)

17 Répartitions des déperditions : Chauffage individuel gaz à condensation : Chauffage collectif gaz à condensation :

18 Réseau de chaleur : Etiquette énergétique Chauffage individuel gaz :

19 Chauffage collectif gaz : Réseau de chaleur :

20 Conclusion sur la variante 1 : Le changement des types de génération n affecte, quasiment pas, ni les résultats des déperditions, ni le Bbio ; ce qui est totalement normal. En revanche on remarque que la génération gaz collective n est pas la meilleure (Cep et étiquette énergétique). Nous aurions pu croire qu une production centralisée engendre un rendement global meilleur, comparé à une multitude de chaudières individuelles. En effet nous aurions pu raisonner qu une chaudière à condensation avec un rendement général saisonnier de 88% sur PCS (pertes de distribution incluses), soit plus performante que la multiplication des rendements (92% sur PCS) des X chaudières murales au court de l année. L élément de réponse doit certainement résider dans le rendement estival de l installation centrale, car en été son rendement est fortement dégradé pour produire l ECS (pertes à l arrêt et sur le réseau pour maintien en température de la boucle).

21 Enfin sur les GES aucune solution ne présente un gain notable (delta de 2 points entre les extrêmes). Le réseau de chaleur n est donc pas du tout favorisé dans le collectif en RT 2012, à l inverse du résidentiel collectif.

22 2. Isolation par l intérieur : Modifications par rapport à la version de base : Isolation par l intérieur (polystyrène : 10 cm), puis béton et crépi extérieur Une modification de l isolation va engendrer une modification des ponts thermiques. Nous avons, pour chaque cas, choisi la solution la moins déperditive, en s appuyant sur la base de données de Perrenoud : TYPE DE LINEIQUE Angle de 2 murs exterieurs Angle mur Refend Mur ext. exterieur / DESIGNATION ψ [W/m. C] Angle sortant 0,02 Angle entrant 0,15 / Refend Refend particulier Plancher Plancher 0, ,23 intermediaire intermediaire Mur ext. / Plafond lourds Toiture 0,03 Terre plein Terre plein 0,07 Nous avons conservé ces données pour les 3 types de générateur : - Gaz collectif Gaz individuel Réseau de chaleur

23 Ce qui donne les résultats suivants pour les 3 types de générateur: DONNEES DE BASE Bbio MAX 84 Ratio Bbio Moy. 64 Pts Ratio Cep MAX Moy. thermiques MAX 0,28 thermiques 0,069 Psi Moyen MAX Psi Moyen 0,6 0,35 Cep (kwh/m².an) 74,8 68,4 Pts Ratio surface vitrée Ratio surface MIN 1/6 vitrée 0,172 - BESOINS BIOCLIMATIQUES Coefficient Bbio 64 Besoins annuels en chaud [ kwh/m²] 27 Besoins annuels en froid [ kwh/m²] 0 Besoins annuels d'éclairage [ kwh/m²] ENERGIE 2 ENERGIE DETAILS CONSO [kwh / m² / an] FINALE PRIMAIRE Coefficient C (kwhef/m².an) 60,2 (kwhep/m².an) 68,4 Chauffage 34,5 36,2 Refroidissement 0 0 Eau chaude sanitaire 22,4 23,5 Eclairage 2 5,1 Aux. Distribution 0,1 0,3 Aux. Ventilateur 1,3 3,3 Conclusion sur la variante 2 : En réalisant les résultats de cette variante, on s est aperçu qu il n y avait aucune incidence du générateur ni sur le Bbio, ni sur le Cep. On retrouve le même résultat sur le Bbio de la variante 1, mais pas pour le Cep. Cette différence est quelque peu inexplicable car selon le type de générateur nous devrions avoir une incidence liée aux performances de la machine.

24 IV. Récapitulatif et classement des études : Etude Générateur Bbio Cep Chaudière gaz individuelle 63,3 67,9 Chaudière gaz collective 63,3 68,9 63,3 69,4 Chaudière gaz individuelle 63,7 68,2 Monomur terre cuite Chaudière gaz ITE collective 63,1 72,7 63,1 69,3 Chaudière gaz individuelle 64,0 68,4 Chaudière gaz collective 64,0 68,4 64,0 68,4 Béton armé ITE Réseau de chaleur Réseau de chaleur Béton armé ITI Réseau de chaleur Somme Bbio et Cep 131,2 132,2 132,7 131,9 135,8 132,4 132,4 132,4 132,4 Il ressort des résultats que le mode constructif le plus intéressant dans notre étude est celui en béton armé avec Chaudière gaz collective. Le plus défavorable est le monomur terre cuite avec chaudière collective. Entre ces deux extrêmes, les autres études ont des performances semblables. Nous avons pu remarquer que l élément prépondérant entre le bâti et le générateur est de toute évidence le bâti.

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE

REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE REUNION OPHIS DU 20 MAI 2014 LA RT 2012 TOUT ELECTRIQUE SOMMAIRE 1 / PRESENTATION 2 / CONTEXTE 3 / SYNTHESE DES DIFFERENTS CALCULS 4 / REPERCUTION DES MODIFICATIONS SUR LE PRIX DE LA CONSTRUCTION 5 / CONCLUSIONS

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE

FICHE CALCULS THERMIQUES AVANT ET APRES TRAVAUX INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE FICHE CALCULS THERMIQUES "AVANT ET APRES TRAVAUX" INFORMATIONS GENERALES SOCIETE AGENCE CODE CITE ADRESSE CITE TYPE DE LOGEMENT (collectif/individuel) MODE DE CHAUFFAGE (collectif/individuel) ENERGIE DE

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Immeuble collectif Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire

Immeuble collectif Ne dispense pas d une étude thermique réglementaire 6/24 639 m² ITE R+2 SHAB OUEST Compacité=0,61 DESCRIPTION GENERALE BATI + SYSTEME Système constructif H2c Architecture : R+2 N Lgts : 12 Système de chauffage : Effet Joule Situation : H2c SHON RT : 869

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour la maison individuelle

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour la maison individuelle CTMNC 17 rue Letellier 75 015 PARIS RT 2012 et maçonnerie en pierres massives pour la maison individuelle Indice 01 du 25 octobre 2013 Dossier : n 120 130 Chargé d étude : Baptiste FAUCHER baptiste.faucher@pouget-consultants.fr

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6

PARTIE ADMINISTRATIVE : 2 CONTEXTE DU PROJET : 3 DESCRIPTION PHYSIQUE DU BATIMENT : 3 COMPOSITION DES PAROIS : 4 MENUISERIES : 5 EQUIPEMENTS : 6 Tél. : 09 81 06 36 97 Fax : 09 81 70 75 67 L «e-home» 5 rue de l ile aux plaisirs 89000 AUXERRE Mail : info@abamo.fr Site : www.abamo.fr Pour votre projet durable. Table des matières PARTIE ADMINISTRATIVE

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active 20/03/2012 Olivier Servant Saint-Gobain Habitat France Directeur des marchés Les lois Grenelle pour les Bâtiments Neufs

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Construction d une maison individuelle 44860 SAINT AIGNAN GRANDLIEU Maîtrise d ouvrage: M. BOURGEOIS et Mme BUPTO 18 avenue Jacques Auneau 44300 NANTES Téléphone

Plus en détail

ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation

ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation ETUDE DE CAS SITE : Maison chauffage gaz condensation Le 21 mars 2010 Référence : Etude Objet : Audit énergétique: Du 18 mars 2010. Bilan initial de l'existant. Bilan projeté des rénovations retenues Maitre

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Conférence de présentation RT 2012

Conférence de présentation RT 2012 Conférence de présentation RT 2012 Illustrations des exigences en immeuble collectif Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM DGALN

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Isolation Thermique par l Intérieur (ITI) SOLUTIONS TERRE CUITE. La solution la plus performante au plan énergétique et économique

Isolation Thermique par l Intérieur (ITI) SOLUTIONS TERRE CUITE. La solution la plus performante au plan énergétique et économique SOLUTIONS TERRE CU BÂTIMENTS D HABITATION COLLECTIVE Isolation Thermique par l Intérieur () Etude comparative avec l * La solution la plus performante au plan énergétique et économique * : Isolation Thermique

Plus en détail

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Fédération Française des Tuiles et Briques 17, rue Letellier 75015 PARIS A l'attention de Hervé Pétard Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Indice 04 Dossier : n 13E496 Chargé

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB SNEP 11 bis, rue de Milan 75009 PARIS A l'attention de M. Eric CHATELAIN Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b

Plus en détail

RT 2012 : Etude de cas en maison individuelle et en immeuble collectif d habitations

RT 2012 : Etude de cas en maison individuelle et en immeuble collectif d habitations Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Etude de cas en maison individuelle et en immeuble collectif d habitations Olivier Servant Directeur des marchés Saint-Gobain Habitat Etude de cas : maison individuelle

Plus en détail

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012 La brique Monomur Terre Cuite La réponse à la RT 2012 Dès le 1 er janvier 2013, dans le prolongement du Grenelle de l environnement, une nouvelle réglementation thermique (dite RT 2012 par les professionnels)

Plus en détail

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI.

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI. Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI Philippe Guigon 1 Qui sommes nous Un réseau d experts spécialisés en optimisation

Plus en détail

Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble?

Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble? Vers les bâtiments à énergie positive. Comment travailler ensemble? 1 AUJOURD HUI Tout concourt à des solutions efficientes de confort, à faible impact environnemental et au développement durable. 2 La

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif CTMNC 17 rue Letellier 75 015 PARIS RT 2012 et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif Indice 01 du 25 octobre 2013 Dossier : n 120 130 Chargé d étude : Baptiste FAUCHER baptiste.faucher@pouget-consultants.fr

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire

vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire vvvv Isolation thermique par l extérieur ECS solaire 1 L isolation thermique par l extérieur 2 3 Les enjeux d une bonne enveloppe! Economiques (réduction des consommations, valorisation architecturale

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

150925-RT2012-EXTENSION GS L'HOURRIDE-CAZERES

150925-RT2012-EXTENSION GS L'HOURRIDE-CAZERES 10/03/2015 150925-RT2012-EXTENSION GS L'HOURRIDE-CAZERES MAIRIE DE CAZERES 1 PLACE DE L'HOTEL DE VILLE CAZERES tel : fax : Référence : Etude U22win Objet : EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE DE L'HOURRIDE A

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012 Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012 (e4tech Lesosai 2015 - Moteur 7.0.2015.5873) Maitre d'ouvrage 1, rue saint-martin 78480 - verneuil-sur-seine baron 1, rue saint-martin 78480 - verneuil-sur-seine

Plus en détail

Audit énergétique de la Copropriété

Audit énergétique de la Copropriété Audit énergétique de la Copropriété Sommaire SOMMAIRE Démarche de l étude A- Etat des lieux Recueil des données Présentation de la copropriété Enquête auprès des usagers Performances du bâti et éléments

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5, rue Jean Marie Tullou 35740 PACE Tél : 02 99 85 16 45 Fax : 02 99 85 57 83 RCS : 494 300 619 Compagnie d assurance : GROUPAMA n 7950376/409 Audit Energétique En Maison

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques?

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES OPTIMALES Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? Bertrand MILLS (Enerconcept) Jean-Marc JICQUEL (EDF R&D - département EnerBAT) RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

Les ponts thermiques dans la construction bois

Les ponts thermiques dans la construction bois Les ponts thermiques dans la construction bois Enjeux, impacts, solutions et perspectives Stéphanie DECKER Responsable du pôle Efficacité Energétique 14 décembre 2011, Congrès et Salon National du Bâtiment

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Etude relative aux conséquences de l application de la RT2012 sur 2 opérations certifiées BBC Effinergie

Etude relative aux conséquences de l application de la RT2012 sur 2 opérations certifiées BBC Effinergie Etude relative aux conséquences de l application de la RT2012 sur 2 opérations certifiées BBC Effinergie CERQUAL Direction des Etudes et Recherches Septembre Octobre 2011 OBJECTIF Evaluation des adaptions

Plus en détail