Ancrer la politique de l enseignement dans la politique socioéconomique Régionalisation de l enseignement obligatoire et supérieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ancrer la politique de l enseignement dans la politique socioéconomique Régionalisation de l enseignement obligatoire et supérieur"

Transcription

1 IW/12/NB-P.16 Bruxelles, le 7 novembre BIW/TB/IM/DW POSITION DU BUREAU DE L IW Ancrer la politique de l enseignement dans la politique socioéconomique Régionalisation de l enseignement obligatoire et supérieur Les actuels transferts de compétences vers la Région wallonne renforcent son autonomie mais restreignent ses moyens budgétaires. Ils ont aussi un impact sur la Fédération Wallonie-Bruxelles, car ils pourraient aggraver son carcan financier. Dans une situation économique de crise durable et dans un système économique basé sur la compétitivité, la capacité à former une main d œuvre qualifiée demeure un enjeu fondamental, notamment pour que les politiques économiques régionales soient porteuses d emplois de qualité. On voit ici le rôle central de l enseignement et du système scolaire, non seulement en termes d émancipation sociale mais aussi de mise en phase des qualifications avec les besoins de main d œuvre (MDO) pour redéployer l économie wallonne. Dans cette note, nous verrons : 1. que la Région wallonne est en train de perdre son avantage attractif en termes de MDO ; 2. quels sont les besoins en formation initiale pour le redéploiement économique et s ils sont anticipés et rencontrés ; 3. pourquoi il est impératif de modifier les fondamentaux du système scolaire et de créer une meilleure mise en phase des qualifications avec les besoins socioéconomiques tout en supportant la formation générale. 1 QUALITÉ DE LA MAIN D ŒUVRE WALLONNE : LA RÉGION EST EN TRAIN DE PERDRE SON AVANTAGE Dans l économie qui nous gouverne, la qualité de la main d œuvre wallonne constitue une force socioéconomique attractive de la région. Et cela, bien que le système scolaire soit malheureusement reconnu comme inégalitaire (il reproduit voire creuse les inégalités sociales) et inefficace (il n amène pas le plus grand nombre à l obtention du diplôme de secondaire supérieur, porte d accès à l enseignement supérieur). La qualité de la main d œuvre constitue aussi un des fondements de l innovation, innovation considérée comme centrale dans les économies en reconversion comme la nôtre : désindustrialisation, «verdissement», repositionnement compétitif Une étude récente du Bureau fédéral du Plan (BFP) nuance cependant très fort cet avantage compétitif wallon. Interrégionale wallonne de la FGTB Rue Haute 42 B-1000 Bruxelles Tel +32 (0) Fax +32 (0) Rue de Namur 47 B-5000 Beez (Namur) Tel +32 (0) Fax +32 (0)

2 Le BFP définit 6 piliers fondateurs interdépendants d un système d innovation, parmi lesquels nous retiendrons pour l objet de cette note : «les ressources humaines» qui couvrent les structures d enseignements et de formation, l offre de personnel hautement qualifié et les possibilités d apprentissage tout au long de la vie. S appuyant sur des indicateurs existants (disponibles pour 2000 puis pour les années entre la crise bancaire et la crise de la dette souveraine), le BFP positionne les 6 piliers du système d innovation wallon et les compare à d autres pays de l Union 1, à d autres régions 2 partageant un héritage industriel comparable (RETI), à l UE27, et enfin à la région la plus performante pour chacun des indicateurs choisis. Qu en retenir particulièrement pour le système scolaire francophone? Un recul inquiétant. Selon l étude : le pilier «ressources humaines» continue de montrer des signes importants de faiblesse : avec 12% des nouveaux diplômés de l enseignement supérieur en sciences et ingénieurs, la Wallonie est dernière d une UE27 qui atteint 22% ; notons que, en 2009 en RW, seul la moitié des titulaires d un diplôme à orientation scientifique exercent une profession dans le domaine des sciences et de la technologie ; avec moins de 5% de la population âgée de 25 à 64 ans en formation permanente, la Wallonie occupe la dernière place parmi les 10 régions (recul constant depuis 2005, moyenne UE27, 9,7% ; Dk, 31,6% ; PB, 17%) ; la Wallonie passe de la 3 e à la 6 e position UE27 pour la part de la population âgée de 25 à 64 ans ayant suivi des études supérieures, ainsi que pour la part de la population âgée de 30 à 34 ans ayant suivi ce type d études ; ces faiblesses ne sont pas compensées par les forces composant par ailleurs ce pilier : les 41,5% de la population wallonne de 30 à 34 ans disposant d un diplôme de niveau supérieur (objectif EU2020 : 40% ; objectif Programme National de Réforme belge : 47% en 2020). Et le BFP d en conclure «un des atouts majeurs de la Région, la qualité de sa main d œuvre, est ainsi en train de se perdre car les autres pays et régions européens enregistrent des progrès importants». Les piliers d un système d innovation étant interdépendants, l ensemble du système est affaibli par la faiblesse d un ou plusieurs de ceux-ci. Ainsi, «la disponibilité de personnes hautement qualifiées, titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur universitaire est fondamentale pour poursuivre et accroître le niveau des activités de R&D. Or, la demande de cette catégorie de personnes augmente fortement dans tous les secteurs de l économie, notamment à cause de l importance croissante de la technologie.» Complémentairement, notons que, dans une analyse récente, le Cedefop 3 indique que les emplois faiblement ou moyennement qualifiés comportent davantage d éléments spécifiques au poste d une part, et d autre part qu ils sont composés essentiellement de tâches professionnelles susceptibles d être modifiées par les évolutions technologiques, organisationnelles ou même législatives. Pour le Belgique, Allemagne, Danemark, Espagne, France, Italie, GD Luxembourg, Pays-Bas, Autriche et Royaume- Uni. Fr : Nord-Pas-de-Calais, Lorraine ; All. : Sarre, Hambourg, Weser Ems, Brême, Nordrhein Westfalen ; PB : Overijssel, Limburg ; Esp. : Asturies, Pays Basque, Catalogne, Cantabria ; UK : Yorkshire, Humberside, Ecosse. Le Cedefop (European Centre for the Development of Vocational Training) soutient le développement européen de l enseignement et de la formation professionnelle. Page 2 sur 27

3 Cedefop, cela implique une refonte des cours d enseignement et de formation professionnelle de niveau secondaire supérieur et post secondaire, dans les qualifications touchées. Pour tenter de concrétiser les constats globaux posés par le BFP, voici un tour des principaux outils et axes sur lesquels la Région mise actuellement son redéploiement économique, sous l angle anticipation et adaptation des compétences dans la formation initiale. 2 LE REDÉPLOIEMENT ÉCONOMIQUE WALLON ET LES BESOINS EN FORMATION INITIALE 2.1 Les «outils» wallons du redéploiement économique A défaut de ressources naturelles à partir desquelles développer son économie, la RW développe depuis plusieurs années des politiques d investissement économique (zonings, transports ) et de partenariats entre entreprises, universités, hautes écoles et centres de recherche et de formation, particulièrement orientées sur certains secteurs et à travers divers «outils», dont : les Pôles de compétitivité, actuellement actifs dans 6 secteurs : BioWin, axé sur la santé humaine : biomarqueurs et diagnostic in vitro & in vivo, outils et équipement innovants, systèmes d'administration de médicaments, thérapies innovantes, technologies de l'information appliquées à la santé humaine, processus innovateurs et les innovations organisationnelles, équipement médical, recherche de médicaments ; Logistics in Wallonia (LiW), transport et logistique : développer et promouvoir à l'extérieur de ses frontières, en coordonnant les actions, en définissant une stratégie commune et en optimisant les moyens humains et technologiques ; Wagralim, agro-industrie : aliments «santé»/qualité nutritionnelle, efficience industrielle, emballages, développement de filières d'industries alimentaires durables ; GreenWin, chimie verte et des matériaux durables : design de nouveaux produits basés sur les matières premières renouvelables (bio-sourcées) ou recyclables ; le design de nouveaux produits et systèmes appliqués à la gestion de l'énergie (stockage de l'énergie, constructions durables...) ; le design de nouvelles techniques pour la réutilisation/le recyclage des produits et systèmes en fin de vie ainsi que l'utilisation de décharges comme nouvelle source pour les matières premières ; Skywin Wallonie, secteur aéronautique et spatial, pour développer des niches technologiques d'avenir, pour diversifier et créer de nouvelles entreprises ; pour développer des structures toujours plus performantes, légères et écologiques : MecaTech, ingénierie mécanique : matériaux et surfaces du futur, technologies globales de mise en forme, microtechnologies et mécatronique, maintenance intelligente ; les parcs scientifiques et technologiques, actifs sur plusieurs secteurs, et un Réseau de sept Parcs scientifiques wallons : Louvain-La-Neuve Science Park (IBA, Pfizer, IRIS, GSK Biologicals ) ; Liège Science Park (Eurogentec, Zentec, EVS ) ; Créalys (Océ Software, SGS, AIB Vinçotte, GSK Biologicals, Aseptic Technologies) à Gembloux ; Aéropole (Johnson & Johnson, Caterpillar, AGC ) à Gosselies ; Initialis (Microsoft Innovation Centre, Polymedis, I-Movix, I-Care, Babel Technologie ) à Mons ; Qualitis (Baxter, Natiss-Materia Nova, Valeo ) à Enghien ; Novalis, à Marche-en-Famenne. Pour soutenir les besoins en formation, la Région wallonne investit aussi dans des centres de compétences (CDC), lieux d équipement et de formation notamment accessibles aux écoles. Page 3 sur 27

4 Le Forem dirige le réseau de 25 centres de compétences situés dans des pôles dédiés à des activités spécifiques : AutoFORM Campus Automobile CEFOCHIM CEFOVERRE ConstruForm Hainaut ConstruForm Liège Design Innovation Epicuris (métiers de la bouche) Forem Formation Cepegra (industire graphhique) Forem Formation Environnement Forem Formation FormAlim Forem Formation Logistique Hainaut Forem Formation Logistique Liège Forem Formation Management & Commerce Forem Formation PIGMENTS Forem Formation Polygone de l'eau Forem Formation Secteurs verts Forem Formation Tourisme Forem Formation Wallonie Bois Technifutur (automatisme, aviation, électricité/électronique, informatique, maintenance, gestion de production ) Techno.bel (TIC, Ciney)) TechnocITé (TIC, Mons) Technofutur industrie (maintenance, hydraulique, soudure, tuyauterie ) Technofutur TIC (Gosselies) Wan (aéronautique) Notons que parallèlement aux centres de compétences, la FWB développe des centres de technologies avancées 4 (CTA) qui devraient être intelligemment «maillés» avec les CDC. Les investissements (pôles de compétitivités, parcs scientifiques mais aussi zonings, etc.) requièrent une main d œuvre adéquatement qualifiée et disponible. Dans le champ de la formation initiale, cela signifie, quel que soit le niveau d enseignement : des compétences à jour, un niveau d exigence élevé, des équipements pertinents et une offre de formation suffisante. C est-à-dire aussi : des moyens adéquatement répartis, un système scolaire performant, une formation adéquate des enseignants 2.2 Les axes du redéploiement économique wallon et les besoins en qualification Un petit tour d horizon 5 des secteurs sur lesquels la Wallonie mise pour son redéploiement économique pour voir quelles compétences nouvelles sont spécifiées, compte tenu des évolutions économiques, techniques, technologiques, organisationnelles identifiées Verdissement de l économie Avec le «verdissement de l économie», des activités nouvelles, des produits nouveaux ou des processus de production nouveaux se développent, plus respectueux de l environnement, des ressources ou plus parcimonieux en énergie, et appelant des compétences et qualifications nouvelles. Les besoins en compétences spécifiques liés à la croissance verte peuvent se répartir en trois catégories : pas ou peu de compétences nouvelles car les métiers incorporent déjà le développement durable (les métiers de l environnement, eau, assainissement), ou les impacts sur les métiers seront faibles ; 4 5 En Wallonie, 10 à ce jour et 3 à venir. Les informations reprises dans le tour d horizon ci-dessous ont principalement été trouvées au Forem (cf. annexe références documentaires). Certaines sont récentes, d autres moins. Page 4 sur 27

5 des compétences plus transversales qui relèvent d'une sensibilisation générale aux éco-activités. De manière générale, les compétences utiles pour les métiers existants auront une «empreinte verte» plus forte ; de nouvelles compétences approfondies en raison de nouvelles normes ou de nouveaux processus productifs, spécifiques à certains métiers qui les font évoluer sans remettre en cause les savoirs techniques fondamentaux (par ex. l électromécanique). Les compétences vertes spécifiques viennent compléter des savoirs traditionnels devenus essentiels pour l exercice de la profession et qui doivent eux-mêmes être renforcés. Elles portent sur diverses connaissances telles que matériaux soutenables, empreinte carbone, mesures d impact sur l environnement Outre les connaissances spécifiques, le CEDEFOP (2009) souligne l'importance des compétences génériques dans les emplois verts, en particulier : esprit d'entreprise pour saisir les opportunités des technologies bas carbone ; qualités de gestionnaire pour s'assurer que les procédés répondent aux besoins d'adaptation au «défi» climatique ; capacités à apprendre et innover ; travail en réseau ; capacités de consultance (conseiller les consommateurs au sujet des solutions vertes). Dans la perspective d aboutir à une économie bas carbone, tout emploi pourrait être considéré à l avenir comme un «emploi vert». En conséquence, il est recommandé que la notion d impact environnemental soit intégrée dans les filières de qualification existantes. Cela doit (devrait) notamment amener les élèves de l enseignement secondaire et supérieur vers les sciences, les technologies, l ingénierie et les mathématiques, et développer les compétences essentielles à la construction d un socle de compétences de haut niveau liées à la sobriété en carbone. Cela implique que les formateurs soient formés aux questions environnementales et à la capacité d enseigner les nouvelles techniques, matériaux Mener des actions d anticipation pour détecter les nouvelles compétences vertes et prévoir des réponses adéquates en matière de formation est un impératif. Verdissement de l économie Identification/anticipation des compétences et offre de formation Formulation de grands types de compétences et de compétences «générales». Lien général avec les filières secondaires de qualification et le supérieur professionnalisant. Absence de lien avec la formation générale (comprendre le sens des changements), même dans les compétences génériques. Nécessité impérative d anticiper Transport et logistique D après le classement 2009 établi par Cushman & Wakefield, les provinces de Liège et de Hainaut constituent respectivement les première et troisième régions les plus favorables pour l implantation d entreprises logistiques en Europe. Outre des coûts peu élevés (terrains et main-d œuvre), la Wallonie bénéficie d une relative fluidité de transport en comparaison avec d autres régions congestionnées. Selon deux études commandées par le GW, entre 2000 et 2020, les exportations belges vont croître de 59 %, les importations de 67 % et le trafic de transit de 74 %. La Wallonie (La Louvière avec Garocentre et Liège avec son projet de trilogiport) se profile comme la zone de désengorgement des principaux ports européens (Rotterdam et Anvers). Page 5 sur 27

6 Le secteur compte environ emplois salariés. Le transport routier domine largement mais diminue proportionnellement au profit de la logistique et du stockage. Début 2000, le transport routier gagnait 28 % d emplois et les deux autres sous-secteurs ont quasi doublé en emplois. Les services annexes, comme l affrètement, ont connu une croissance de 186 % (= emplois en +). Par contre, les postes d emplois fluviaux et dans les agences de douane diminuent fortement. Les transporteurs se lancent dans d autres services comme l emballage/déballage, le chargement/déchargement, la distribution et ses services annexes : encaissement, étiquetage, préparation de commandes La professionnalisation de la gestion des entrepôts s est accrue avec la maîtrise de l usage des flux d informations, amenant les emplois d informaticiens à croître davantage que les emplois de manutention. Le métier de chauffeur «évolue» : capacité d organisation, d initiative, de responsabilité. L étude Survey & Action (Forem Conseil) considère que 28 % de la demande de chauffeurs passe par la formation Forem et 8 % par l enseignement. Selon la même étude, le métier de dispatcher, quand il n est pas rempli par un ancien chauffeur, est appris sur le tas (70 %). Pourtant c est un profil particulier qui requiert une excellente organisation, une très bonne communication (savoir motiver, expliquer un retard, gérer un conflit), une expertise géographique et un multilinguisme, d autant plus dans un contexte multimodal. Les métiers de l entrepôt (responsable, magasinier, cariste, conducteur d'engins, manutentionnaire, logisticien) évoluent fortement vers plus de polyvalence, l informatisation et une maîtrise de plusieurs langues. Les métiers du management de la qualité deviennent plus exigeants : traçabilité des produits, contrôle des sous-traitants. Dans cette optique, le personnel administratif devrait être mieux formé en informatique de base, en comptabilité et en démarches commerciales. Les entreprises logistiques tendent à se spécialiser par secteurs : transport du froid, transport de produits dangereux En biologistique (c.-à.-d. la logistique de produits biomédicaux, y compris les aspects sécurité, hygiène, traçabilité et conditionnement), un potentiel de emplois directs et indirects (à créer dans les 10 ans à venir) était identifié à Liège en 2007 : transport, entreposage, manutention et gestion de l entreposage de produits dangereux ; biologie, diagnostic, cultures moléculaires, bioinformatique ; gestions de projet, de la supply chain ; biosécurité ; biotechnologie Le développement de l économie verte ne devrait pas créer beaucoup d emplois mais modifie les compétences attendues. Métiers nouveaux : concepteurs de systèmes d organisation et ingénieurs logisticiens (mix de compétences des métiers d informaticien, organisateur de transport et ingénieur). Métiers en évolution : chauffeur de poids lourds, métiers du transbordement (grutier, manutentionnaire). Outre une professionnalisation et une spécialisation accrue de l ensemble des métiers de la chaîne logistique, le secteur aura besoin de personnes capables de concevoir de manière performante, des systèmes complexes pour organiser les transports multimodaux. Les TIC (logiciels, outils de gestion informatisés ) deviennent présents pour tous les métiers du secteur. La connaissance de l anglais, du néerlandais et/ou de l allemand devrait augmenter : communication orale pour les chauffeurs, rédaction de cahiers de charges pour les logisticiens en contact avec la clientèle. Page 6 sur 27

7 En ce qui concerne l enseignement dans les métiers du secteur, on relève les critiques et demandes suivantes : un manque de formation technique orientée transport et logistique dans le secondaire, et une demande de créer des profils dans le qualifiant et d étoffer l offre IFAPME (dont la seule formation dans la logistique est expéditeur/agent de douane) ; soulignons à cet égard une proposition qui d emblée ne peut pas agréer la FGTB wallonne : proposer dès le début de l enseignement secondaire (dès le 2 e cycle), des filières qualifiantes courtes dans le domaine logistique afin d apporter un bagage technique suffisant à des jeunes qui ne termineront pas leurs humanités, pour s insérer sur des emplois liés aux activités de transbordement ; la demande de voir créer des cursus dédiés à la logistique dans l enseignement supérieur et universitaire. Notamment pour améliorer la formation de base des futurs managers et gestionnaires en intégrant dans les programmes : l organisation du transport, le multimodal, l emballage, les technologies informatiques de support, etc. ; la demande de créer un programme hybride conjuguant informatique et logistique. En effet, avec le développement du multimodal, les logisticiens auront de plus en plus besoin d ingénieurs en flux logistiques capables d intégrer les process et les technologies informatiques pour développer de nouveaux systèmes de support à l organisation du transport et de la logistique ; développer un cursus bachelier en gestion des transports et en logistique d entreprise, cursus qui peut amener à différents métiers de la chaîne logistique : responsable d exploitation, organisateur de transport, responsable de la chaîne logistique, gestionnaire d entrepôt. Selon le Forem, dans l enseignement initial, peu de programmes forment aux métiers de la logistique et du transport. Quelques écoles supérieures commencent à organiser des baccalauréats en transport et logistique et la plupart des universités proposent quelques cours à option en logistique dans le cursus d ingénieur de gestion. Le Pôle de compétitivité «Logistics in Wallonia» semble avoir relayé en partie ces demandes. Ont été labellisés un Executive Master in International Supply Chain Management conçu par l UCL auquel collabore l ULg ; un Certificat de Logisticien Junior renommé Manager logistique, dirigé par la Haute Ecole de la Province de Liège en collaboration avec l ABCAL, Randstad, Acclivity, la Haute Ecole Louvain en Hainaut et le Cecotepe. Une étude Survey & Action de 2002 recommandait notamment de former un public ciblé aux métiers d'une plate-forme logistique de dimension européenne et quadrimodale, avec un repérage de ces personnes dans un rayon de 30 km autour du site prévu. Or, dans le Centre, la plus proche des écoles secondaires proposant une formation chauffeur poids lourds est à Charleroi. Quelques écoles supérieures, dont l implantation louvièroise de la Haute école de Louvain en Hainaut (ex-isfec), commencent à organiser des baccalauréats en transport et logistique et la plupart des universités (dont l UCL Mons, ex-fucam) proposent simplement quelques cours à option en logistique dans le cursus d ingénieur de gestion. 6 Le trilogiport liégeois laisse présumer une création de plus de emplois. Pour pourvoir aux demandes de MDO du port autonome de Liège, deux Hautes écoles liégeoises organisent ensemble un Baccalauréat en Gestion des transports et Logistique d entreprise. Mais les efforts semblent 6 Les études sous-régionales Emploi du Temps du Forem ne donnent exemple de cette difficulté que pour la région du Centre, et restent générales pour les autres régions. Page 7 sur 27

8 insuffisants, et sans doute, tardifs. Les «logisticiens de haut niveau» sont demandés dans toute l Europe depuis plus de 10 ans déjà. Début 2000, les métiers les plus demandés par le secteur (15 à 35 %) sont par ordre décroissant : responsable qualité, manutentionnaire, préparateur de commande, dispatcheur/affréteur, cariste, responsable d entrepôts, spécialiste en gestion logistique, personnel d entretien du matériel, chauffeur routier, magasinier et conseiller sécurité. Le contrôle de la qualité devient un impératif (chaîne du froid, HACCP7 ), le développement d une culture multimodale, notamment de calcul différencié des coûts, un atout compétitif. Transport et logistique - Identification/anticipation des compétences et offre de formation Grands besoins d adaptation de la main d œuvre à divers changements : organisationnel, TIC, spécialisation, hybridation, connaissances en langues Identification de nouveaux métiers appelant de nouveaux cursus, voire la création d une filière dans le supérieur. Identification de métiers en évolution. Identification à géométrie variable des besoins de compétences. Lacunes relevées dans les compétences et dans l offre du secondaire et du supérieur. Impulsion grâce au pôle de compétitivité Logistic in Wallonia Industrie chimique et pharmaceutique Cette industrie représente 25 % du chiffre d affaires de l industrie wallonne. Bien qu elle ne constitue par ailleurs que 2,1 % des postes de travail salarié wallon, elle est considérée comme un secteur d avenir en raison de la spécialisation en biotechnologie et des multiples applications qui en découlent. Les développements technologiques modifient sensiblement les compétences requises. Selon les données Forem, les principaux métiers recherchés sont opérateur sur appareils de transformation physique ou chimique, technicien de laboratoire de recherche des industries de process, laborantin des industries de process, nettoyeur industriel, conducteur de chariot élévateur. Les évolutions techniques et technologiques peuvent entraîner de relatives difficultés de recrutement, mais aucun des métiers les plus recherchés pour le secteur n est repris dans la liste 2010 des fonctions critiques. En 2010, parmi les deux tiers d opportunité d emplois qui précisent le niveau de diplôme requis, on relève un niveau relativement élevé : 31,8 % des opportunités demandent un diplôme de l enseignement supérieur ; 31,2 % un diplôme du troisième cycle de l enseignement secondaire. Le personnel scientifique est principalement recruté via des bureaux de recrutement alors que le personnel de production l est via des agences d intérim, des annonces, le Forem Dans l enseignement secondaire, le qualifiant de plein exercice propose des filières de chimie et biochimie, d assistant pharmaceutico-technique ou encore de technicien chimiste. L alternance propose des formations d opérateur de production en agroalimentaire. Dans le supérieur, une large gamme de programmes liés au secteur est disponible : baccalauréats professionnalisant de technologues de laboratoire médical ou de chimistes. La promotion sociale permet d accéder au titre de bachelier en chimie ou à celui de Maître en sciences de l ingénieur industriel dans le domaine de la chimie. Malgré cette offre, le secteur constate que certaines spécialisations sont absentes des cursus 7 HACCP : Hazards Analysis and Critical Control Points, vise à systématiser la prévention en sécurité alimentaire et sécurité pharmaceutique. Page 8 sur 27

9 scolaires, particulièrement pour les baccalauréats professionnalisants qui ne seraient pas adaptés à la rapidité de l évolution des connaissances. Toutefois, les employeurs entreprennent peu d actions en amont de l école pour faire connaître leurs besoins futurs. Les études universitaires en chimie et en pharmacie sont aussi proposées mais, comme relevé par le BFP, sont insuffisamment fréquentées. Cela a un impact non seulement sur la R&D mais aussi sur la production. C est un secteur qui attend des pouvoirs publics des mesures pour favoriser les contacts industriesuniversités. C est aussi un secteur où la recherche devient un marché mais qui en est à ses débuts en Wallonie. Relevons aussi dans ce secteur, les sciences du vivant et les secteurs connexes comme la médecine, l agroalimentaire, la pharmacie, la cosmétique. En raison de l essor du secteur et du départ à la retraite d un grand nombre de travailleurs, Essenscia Wallonie estime l offre d emplois à postes d ici 10 ans, c.-à.-d. un tiers des emplois directs et indirects. Industrie chimique et pharmaceutique - Identification/anticipation des compétences et offre de formation Pas de formulation des besoins en compétences. Une offre d enseignement sans cadastre (dont territorial) mais bien développée (contenu), excepté certaines spécialisations. Etudes insuffisamment fréquentées, avec impact défavorable sur la R&D alors que domaine prioritaire pour le redéploiement économique Construction Un des moteurs de l économie wallonne, la construction génère plus de postes de travail salarié et plus de emplois indépendants. Son potentiel de croissance est élevé vu la volonté politique d améliorer les performances énergétiques des bâtiments d un bâti wallon vieux et mal isolé, et vu les besoins en logement d une population croissante. La construction durable est considérée comme un levier de relance économique. L alliance emploi-environnement dédiée à la construction vise notamment à soutenir un important effort de formation. Relevons à cet égard que la formation adéquate de la MDO est particulièrement importante pour la pose adéquate des éléments d isolation (châssis, isolants ) sans quoi l isolation est inefficace (ponts thermiques ) ou problématique (humidité ). Les besoins de qualification se voient par ailleurs accrus par un taux de rotation élevé du personnel ouvrier et qui varie d année en année (de 22 à 27 %) : 9 % changent d employeurs et 11 à 15 % quittent le secteur. La Wallonie est la région du pays qui connaît le plus haut taux d entrée et de sortie. Les jeunes (de 18 à 25 ans surtout) quittent précocement et massivement le secteur, ce qui ne permet pas de bien compenser les sorties en cours et en fin de carrière 8. Tableau auquel il faudrait ajouter une certaine désaffection pour les filières scolaires du secteur. Quel que soit le diplôme, en six ans (de 1997 à 2003), il y a réduction du nombre de diplômés de l enseignement de plein exercice : on passe de diplômés en 1997 à diplômés en 2003 (Etnic) ; 8 Etude sur la rotation du personnel dans le secteur de la construction en Belgique, FFC, Page 9 sur 27

10 phénomène encore plus prononcé chez les diplômés en architecture (secondaire supérieur et supérieur non universitaire): le nombre de diplômés se contracte de en 1997 à 730 en 2003, soit une diminution de 32 %. Selon l étude écosystème construction (Forem), les employeurs ont le sentiment que les filières de la construction n attirent plus que des personnes en situation d échec. Ils pensent que le public des entrants dans le métier change : moins motivés que leurs aînés car, souvent, ils ont «choisi» la construction par défaut. Selon les employeurs, le public jeune issu des filières de formation construction n est pas qualifié. Les candidats ne connaissent que certaines bases théoriques et ont peu de pratique professionnelle sur chantier ou en atelier. Près de six employeurs sur dix affirment ne pas avoir le temps de (re)qualifier les jeunes qui sortent des écoles. En moyenne, les employeurs estiment qu il faut près de trois ans pour qu un jeune devienne qualifié. Près de neuf employeurs sur dix trouvent ce délai trop long. Les employeurs disent avoir besoin d entrants qualifiés et initiés à la vie d entreprise. Or, seuls trois sur dix affirment développer une réelle pédagogie d accueil des nouveaux ; un nombre équivalent déclare n avoir aucune méthode pour former les jeunes débutants. La taille de l entreprise ne modifie pas cette proportion. Lorsqu elle est présente, la pédagogie d accueil consiste surtout en une phase d adaptation aux «habitudes-maison», à la «façon de faire» de l entreprise. L apprentissage s effectue sur le tas, avec le patron ou avec un ancien. Le secteur dit connaître des difficultés de recrutement pour tous les métiers. Selon Jobfocus, les métiers les plus demandés sont : installateur électricien, maçon, monteur en sanitaire et chauffage, couvreur, manœuvre, poseur de fermetures menuisées, chef de chantier et conducteur de travaux (de à 414 offres d emploi en un 2010). Dans l étude écosystème construction, au titre d'évolution dans les métiers et les qualifications, les employeurs citent : l apparition de spécialisations, essentiellement liées aux nouveaux produits/équipements pour améliorer la performance énergétique des bâtiments (domotique, matériaux isolants, pompes à chaleur, climatisation, vitrage, etc.) mais aussi la performance sanitaire (sélectionner les matériaux en fonction de leur impact sur la santé des occupants : amélioration de la qualité de l air dans le bâtiment, etc.) et la performance environnementale (qui tient compte du rapport existant entre le bâtiment et son environnement, que ce soit pour le choix de l implantation, l origine et la sélection des matériaux, le traitement des déchets, etc.) ; l hybridation de compétences : la pose de nouveaux produits d isolation demandée par divers métiers, des connaissances en domotique pour les plombiers et installateurs de chauffage, des connaissances en électricité pour des menuisiers... ; un nouveau champ de métiers liés à la détection et au traitement des pollutions ; une déqualification sur certains métiers due à l'extension de la gamme de produits préfabriqués (en atelier et non plus sur chantier), cela particulièrement pour les coffreurs, menuisiers et couvreurs ; nouveaux métiers : celui de certificateurs énergétiques agréés par la RW (formés à l'ucl, LLN) ; la Région a fixé une norme à 350 certificateurs ; et un nouveau champ de métiers se dessine également dans le domaine de la détection et du traitement des pollutions. Page 10 sur 27

11 L'adoption d'une législation imposant la construction de bâtiments ayant un niveau d isolation thermique globale de maximum 45K (norme PEB 9 pour les nouveaux bâtiments) va avoir de nombreuses implications sur le plan des compétences requises aux différents stades de la construction : de la conception du projet par l architecte à la construction du bâtiment par les différents corps de métiers, en passant par les fournisseurs de matériaux et le contrôle. Les entreprises concernées par l évolution législative wallonne appartiennent avant tout au secteur de la construction, mais elles relèvent également d Agoria, du secteur verrier ou de celui du bois. La performance énergétique d un bâtiment dépend, en effet, de la combinaison d un ensemble de facteurs : matériaux de construction, systèmes d isolation, châssis et vitrages, mécanismes de récupération et de transformation de toutes les sources d énergie (pompes à chaleur, panneaux solaires,...), système de chauffage, etc. Dans cette étude, relevons, d'une part, la divergence des réponses apportées par les employeurs et les architectes à la notion d'éco-construction. Et d'autre part, le fait que plus de six architectes sur dix considèrent que les entrepreneurs et les divers corps de métiers se montrent très réticents à changer leurs habitudes dans le domaine de la PEB. C'est interpellant quand on sait le poids de la construction dans la formation en alternance. Et l'étude d'ajouter : selon les architectes, les écoles d architecture ne sensibilisent pas aux préoccupations d isolation et d utilisation rationnelle de l énergie. Cet avis est plus nettement affirmé encore parmi les jeunes architectes. Les employeurs peu informés quant à la PEB estiment qu'il y aura peu d'innovations technologiques dans leur secteur d'activité. Ce constat acte un déficit de la veille technologique dans le secteur. Construction Identification/anticipation des compétences et offre de formation Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement et de formation (en alternance). Besoins en compétences précises formulés à géométrie variable. Manque de prise de conscience des enjeux dans le chef des employeurs. Incapacité des employeurs à formuler les besoins en compétences, vu leur manque de veille et la faiblesse de leur volonté de changer (si ce n est sous la pression des consommateurs et l encouragement des politiques de prime). Désaffection des filières technique et professionnelle, notamment due à la relégation. Critiques des employeurs quant au niveau insuffisant des acquis à la sortie de la formation (dont effet relégation) Activités spécialisées, scientifiques et techniques La transition vers une «économie verte» nécessite un investissement important en R&D, il faut pouvoir créer, innover et mettre en production des techniques et matériaux d une économie bas carbone, développer de nouvelles activités. Les compétences sollicitées en conséquence sont de niveau élevé et parfois très spécialisées. En 2009, le secteur des activités spécialisées comptait postes salariés, relevant pour 1/3 des activités juridiques et comptables ; 1/3 des activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et d analyses techniques ; 1/6 des activités des sièges sociaux, conseil de gestion, et 1/6 aux activités de recherche et développement scientifique. En 2010, la Wallonie y comptait en outre plus de indépendants. Malgré la crise, les postes de travail salarié y ont augmenté de 6,9 % (contre +1,5 % tous secteurs confondus). 9 PEB : performance énergétique des bâtiments. Page 11 sur 27

12 Selon notamment la Fédération Royale d Associations Belges d ingénieurs Civils et d Ingénieurs Agronomes, les nouvelles compétences des ingénieurs touchent plusieurs domaines insuffisamment ou non intégrés dans les cursus : davantage de compétences en marketing, communication et service au client ; formation aux nouvelles méthodes de gestion, à la maîtrise des coûts (à tous les niveaux de l entreprise, pour pouvoir localiser les activités dans des lieux à bas prix ) et à la gestion financière ; une ouverture vers des notions économiques, sociales, financières et juridiques ; une formation à la législation et à la qualité ; des compétences en environnement ; des capacités de contact humain et de négociation ; des connaissances en langue. Au Forem, les métiers les plus demandés sont comptable (près de 3 postes sur 10) mais aussi chargé d études techniques, cadre technique de la production, cadre technique de contrôle-qualité, cadre technique d études-recherche-développement de l industrie ainsi que les dessinateurs en construction. Selon la liste 2010 Forem des 47 fonctions critiques, ces trois derniers métiers et celui de cadre technique de contrôle-qualité connaissent une pénurie de main d œuvre. Ces 20 dernières années, les inscriptions en première année d ingénieur ont reculé de 25% pour le civil et 60% pour l industriel. Activités spécialisées, scientifiques et techniques - Identification/anticipation des compétences et offre de formation Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement. Pas de formulation spécifique des besoins en compétences, alors que domaine R&D est prioritaire pour le redéploiement économique wallon. Désaffection des filières techniques dans le secondaire, et de celles d ingénieur dans le supérieur, avec effet négatif sur la R&D. Lacunes dans la formation des ingénieurs sur les plans autres que techniques, technologiques et scientifiques Activités technologiques Métal, métallurgie, sidérurgie, mécanique, mécatronique 10, automobile le secteur, frappé par une sidérurgie déclinante, représente (encore) de postes de travail. Les outils de production dans les industries technologiques intègrent toujours plus de technologies différentes : mécanique, électricité, pneumatique, automatisme... commande manuelle et commande numérique conception/fabrication assistée par ordinateur Le tout conduisant à une complexification des tâches, une intellectualisation des processus de travail (capacité d abstraction, tâches de surveillance liées à l automatisation), et donc à une qualification accrue du travail. Toutefois, les emplois de mécaniciens, d outilleurs et d autres travailleurs qualifiés ainsi que les conducteurs de machines sur des lignes de production, moins qualifiés, devraient diminuer, car ils sont délocalisés dans les nouveaux Etats-membres. Particulièrement dans le secteur de l automobile, trois domaines de technologie comptent pour relever le défi du verdissement économique : l électronique, les nouveaux matériaux composites et 10 Combinaison de la mécanique, l électronique et l informatique, en temps réel. Page 12 sur 27

13 les nouvelles formes de propulsion non fondée sur les combustibles fossiles. Des métiers existant vont requérir des compétences nouvelles : ingénieurs (qualifiés en éco-conception, R&D, développement d aides à la conduite et contrôles d émission) ; mécaniciens diagnosticiens (pour la hausse de l utilisation d équipements et d appareils électroniques) Vu la rapidité des changements, un recyclage des enseignants et formateurs permet de maintenir les compétences qu ils transmettent à jour. Outre cela, une présentation des métiers en fonction des nouvelles opportunités offertes participera(it) à leur revalorisation dans le secondaire technique et professionnel. Le verdissement 11 de l économie devrait amener des métiers nouveaux et faire évoluer des métiers existant : métiers nouveaux : dans l automobile : éco-démonteur de véhicules usagés, gestionnaire de parc ; dans les industries technologiques : conseiller énergies, concepteur de projets éoliens, gestionnaire de parc éolien ; métiers en évolution : dans l automobile : ingénieur éco-concepteur, R&D ; professionnels du marketing ; spécialistes des fonctions administratives, commerciales et comptables ; mécanicien diagnosticien ; cadres de direction ; gérants ; dans les industries technologiques : mécanicien, électromécanicien, électricien, mécanicien de maintenance (biocarburant), technicien de maintenance hydraulique éolien, frigoriste, ingénieur éco-concepteur, architecte. Le taux de fréquentation global des filières industrielles chute progressivement : seuls 6 élèves sur 10 inscrits dans le 2 e degré (3 e et 4 e ) d une filière industrielle poursuivent au 3 e degré (5 e et 6 e ). Les normes de sécurité et gestion du risque (certification VCA) et les normes de qualité (ISO ) intégrées à tous les postes de travail des industries technologiques requièrent que les formations les intègrent. Activités technologiques Identification/anticipation des compétences et offre de formation Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement. Nouveaux métiers et métiers en évolution identifiés. Pas de formulation des besoins en compétences, alors que, notamment, domaine R&D est prioritaire pour le redéploiement économique wallon. Normes sécurité et normes qualité insuffisamment intégrées dans les formations. Désaffection des filières techniques dans le secondaire, et de celles d ingénieur dans le supérieur, avec impact sur R&D. 11 Par compétence «verte», il faut entendre une combinaison, une intégration de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être permettant de réaliser des activités professionnelles visant à augmenter l efficience dans l utilisation des ressources, l efficacité énergétique ou à réduire les impacts environnementaux de l activité, l idéal étant de pouvoir rencontrer conjointement plusieurs de ces objectifs. Page 13 sur 27

14 2.2.7 Activités TIC Ces activités recouvrent : développement du e-business, gestion de base de données, télécommunication (télévision satellite, internet large bande, GSM), automatique. Les TIC continuent d intégrer et de générer des changements : les activités informatiques passent d une logique de vente de produits à une logique service, usage du web «collaboratif», TIC nomades (hier nouvelle technologie, aujourd hui nouveau mode de vie), SaaS 12 hébergé on the cloud/web 13. Les SaaS commencent à bouleverser profondément les services financiers des entreprises dont les centres de calcul vont être complétés/remplacés par des solutions «cloud computing» (délocalisés), par ailleurs moins énergivores pour l entreprise qui y recourent. Le verdissement de l économie devrait amener des métiers nouveaux et faire évoluer des métiers existants. Métiers nouveaux : développeur web, community manager ou communiquant web, animateur de réseaux sociaux, gestionnaire de médias sociaux, gestionnaire de site (content manager), rédacteur web (copywriter), responsable éditorial on line, webmaster editorial, consultant web, responsable énergétique «transversal». Outre les changements propres au secteur et ses innovations, les formations doivent intégrer de nouvelles méthodes de travail dans la perspective d une URE (utilisation rationnelle de l énergie) : formation de sensibilisation à caractère transversal ; formation de sensibilisation aux perspectives offertes par les TIC en vue de la réduction de l empreinte carbone ; formation de gestionnaire de parc ; formation d administrateur systèmes ; formation mettant l accent sur le télétravail ; formation mettant l accent sur la vidéoconférence ; formation réseau orientation virtualisation ; formation au système de travail collaboratif ; spécialisation de gestionnaire/expert de réseau intégrant l offre de cloud computing ; formation community manager ou communiquant web ; formation consultant web. Plusieurs métiers vont évoluer sous l influence de la technologie : administrateur-réseau ; technicien de maintenance ; expert réseau ; architecte informatique ; business analyst / infoconseiller. Novalis, le 7 e parc scientifique wallon (Marche-en-Famenne), devrait développer un master en ingénierie informatique. 12 SaaS : Software-as-a-Service : abonnement à un logiciel accessible via internet plutôt qu achat du logiciel. 13 Applications hébergées «on the cloud» (sur le web) et facturées au temps et au nombre d utilisateurs. Elles se substituent aux logiciels traditionnels (avec licences et contrats de maintenance). Page 14 sur 27

15 Dans ce secteur, les métiers suivants ont été intégrés à la liste 2010 des métiers critiques : développeur informatique, analyste informatique, gestionnaire en exploitation informatique. Depuis plusieurs années, Agoria relaie de grandes difficultés à recruter certains profils : des analystes business informatiques et chefs de projet possédant une double compétence : les connaissances en informatique et celle du business du client. Agoria se plaint d un manque de techniciens maîtrisant les outils les plus récents. Activités TIC Identification/anticipation des compétences et offre de formation Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement. Nouveaux métiers et métiers en évolution identifiés. Pas de formulation des besoins en compétences, alors que notamment domaine R&D et TIC sont prioritaires pour le redéploiement économique wallon. Les employeurs se plaignent de l absence de certaines compétences dans certains cursus ou du manque de lien avec les développements les plus récents (équipements) Activités de la production et la distribution d électricité et de gaz Ces activités représentent près de postes salariés et ont connu entre 2007 et 2009 une augmentation de 9,6 %. Elles sont particulièrement concernées par la politique de verdissement de l économie : objectif wallon d atteindre un parc total de 900 à éoliennes en 2020, production d énergie renouvelable Le secteur de l énergie en général est prometteur vu son potentiel d avancées technologiques, de retombées économiques et de création d emplois durables et non délocalisables. Ce potentiel peut être réalisé en Wallonie surtout si elle investit dans la première partie de la chaîne de valeur (la fabrication des composants). La diversification et la multiplication croissante des matériaux et des équipements sollicitent de nouvelles compétences avec une exigence accrue de polyvalence. Le développement de filières wallonnes endogènes de production de matériaux et d équipements, pour diminuer la dépendance wallonne, appellent des compétences particulières pour développer la conception et la production de ces filières. La dévalorisation des filières qualifiantes risque toutefois de poser davantage de problèmes de recrutement de main d œuvre à ce secteur. En effet, très souvent, des compétences spécifiques se greffent aux compétences techniques exigées. Le Forem Formation environnement (Mons) organise depuis peu une formation de technicien de maintenance en cogénération, en collaboration avec la Haute Ecole Louvain en Hainaut. Cette formation encore unique en Wallonie vise à pouvoir assurer la maintenance et le dépannage des unités de cogénération industrielles et semi-industrielles. Production et distribution électricité et gaz Identification/anticipation des compétences et offre de formation Modification importante constatée et attendue en termes de champs de compétences. Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement et de formation (alternance). Lacunes possibles dans l offre d enseignement, notamment supérieur (en contenu et en couverture), ce qui est (serait) problématique pour la R&D, et particulièrement pour saisir l opportunité de développer la production de filières wallonnes dans le secteur (création d emploi local). Besoins en compétences précises non formulés. Désaffection des filières technique et professionnelle. Page 15 sur 27

16 2.2.9 Ecosystème de l énergie et l environnement Une étude Forem-Conseil 14 pointait en 2003 la faiblesse de la prise en compte du risque environnemental dans les entreprises de l écosystème de l énergie et l environnement 15 ainsi que le très petit nombre d entreprises estimant que cette prise en compte pourrait conduire à revoir le processus de production ou les qualifications. Même si depuis lors, la RW mise davantage sur les opportunités économiques de ces secteurs, on peut toutefois s interroger sur la prise de conscience qu ont les employeurs des avantages notamment compétitifs relatifs à cet aspect, mais aussi sur leur capacité à faire évoluer les profils métiers vers le «verdissement économique» (là où les interlocuteurs sociaux participent aux descriptifs métiers). Une exception, dans le commerce, où la pression de clients avertis est considérée comme une contrainte endogène pour faire évoluer les produits (avec de meilleures compétences «relationnel clients» attendues), alors que tous les secteurs considèrent que la même pression mais réglementaire est une contrainte exogène (et critiquée car les économies pourtant réalisées ne sont pas perçues comme telles). Au-delà, l étude relève globalement l absence d une pensée systémique dans la gestion des entreprises. Les deux profils les plus attendus, surtout dans les grandes entreprises, sont le conseiller en environnement et le spécialiste en gestion environnementale, car ils répondent au souci de connaître la législation et les techniques adéquates pour s y adapter. Dans certains secteurs, ces attentes se déclinent spécifiquement, comme par exemple pour le coordinateur de chantier pour la construction. Quels impacts sur l embauche? Une main d œuvre accrue notamment de nouvelles compétences dans le secteur de l eau et du tri des déchets. Mais une diminution dans le secteur «énergie». Les compétences recherchées relèvent en 1 er de l électromécanique, en 2 e de spécialiste en environnement et en sécurité, en 3 e de technicien et ingénieur chimiste ou ingénieur civil. La professionnalisation conséquente de la main d œuvre impacte les attentes en termes de gestion du personnel : il faut pouvoir intégrer du personnel (plus) qualifié avec lequel les entreprises existantes ne sont pas nécessairement familières. L étude explique un taux de rotation élevé du personnel notamment par les difficultés de management des compétences «nouvelles». Profils de qualification nouvellement recherchés dans le secteur énergie et environnement : Eau : technicien certifié éco-conseiller technicien de laboratoire informaticien ingénieur spécialisé en environnement ingénieur civil opérateur de maintenance Ramassage/Gestion des déchets : ingénieur spécialisé en environnement éco-conseiller technicien de laboratoire électro-mécanicien Energie : technicien certifié électro-mécanicien Eco-management : ingénieur spécialisé en environnement ingénieur civil éco-conseiller Récupération : électro-mécanicien service commercial 14 Attitudes et pratiques GRH dans l écosystème de l énergie et l environnement, Survey & Action (Forem- Conseil), L étude divise le secteur en deux : d une part les entreprises n ayant pas l environnement comme activité principale mais dont la production a un impact sur l environnement (industrie, hôpitaux, construction, commerce, réparation et entretien de voitures) ; et d autre part, les entreprises des secteurs énergie et environnement (ramassage et gestion des déchets, captage, épuration et distribution d eau, récupération de matières recyclables, centres de valorisation, production et distribution d énergie et éco-management. Page 16 sur 27

17 On peut entendre par ingénieur spécialisé en environnement, le spécialiste en bilans énergétiques ou en métrologie (analyse de la facture énergie, analyse PEB, comptabilité énergétique, etc.). Enfin, la R&D de technologies industrielles peut bien sûr faire émerger des entreprises, particulièrement dans le domaine du renouvelable. Energie et environnement Identification/anticipation des compétences et offre de formation Absence de cadastre et d évaluation de l offre d enseignement et de formation. Nouveaux métiers et métiers en évolution identifiés. Besoins en compétences précises non formulés. Manque de prise de conscience des enjeux dans le chef des employeurs, en termes de qualification et en termes de gestion des compétences nouvelles en entreprise. Incapacité des employeurs à formuler les besoins en compétences, vu leur manque de veille et la faiblesse de leur volonté de changer (si ce n est sous la pression des consommateurs et l encouragement par la réglementation). Il est important de souligner que, de manière générale, les salaires sont de moins en moins adaptés à l augmentation de la pénibilité dans certains secteurs. Cela entraîne le monde patronal à dénoncer à tort un manque de main-d œuvre disponible et à déclarer un peu rapidement que certains métiers sont en pénurie. Il est donc crucial, pour faire se rencontrer l offre et la demande d emploi, de revaloriser les salaires de manière à prendre en compte cette pénibilité croissante dans certaines professions. 2.3 Les «outils» institutionnels en place permettent-ils de rencontrer les attentes du développement économique wallon? Et quelle place y occupe l organisation syndicale? Abordons les instances qui traitent des besoins en qualification et/ou de l offre de formation. L offre de formation constitue un enjeu social puisque c est aussi la question de la proximité des établissements d enseignement avec les élèves/les étudiants Les acteurs pertinents pour définir les besoins en qualification en relation avec les besoins socioéconomiques régionaux se rencontrent-ils? Pour anticiper les évolutions en matière d enseignement, il importe que le monde de l enseignement et le monde socioéconomique disposent de lieux/instances appropriés où traiter de l anticipation des besoins en compétences. Des lieux de veille existent, mais à géométrie variable : il est difficile d établir les métiers/besoins en compétences abordés car il ne semble pas y avoir de travail systématique et le degré de spécification des compétences varie, les méthodes utilisées (dont le choix et l utilisation des concepts) et les acteurs autour de la table varient ainsi que leur représentation. Les lieux où la veille sur l évolution des compétences est exercée et /ou les lieux où cette veille est intégrée : Veille Forem ; centre(s) de compétences (certains produisent des rapports de veille sectorielles qui abordent la question des compétences) ; certains secteurs et fonds sectoriels ; projets européens Abilitic (1 et 2) qui proposent une méthode d identification des nouveaux besoins en compétence Les lieux où cela devrait/pourrait l être (aussi) : Page 17 sur 27

18 SFMQ 16, où sont définis par les interlocuteurs sociaux les profils des métiers de niveau enseignement secondaire ; Conseils supérieurs des Hautes écoles, pour la définition des profils de formation et l offre de formation ; Conseil supérieur d enseignement de promotion sociale pour la définition des métiers et l offre de formation ; IPIEQ 17 pour la gestion de l offre de formation propre à leur champ de compétence A l exception du SFMQ et des secteurs bien sûr, dans chacun de ces lieux et quelle que soit la manière dont la veille 18 est intégrée, les organisations syndicales (interprofessionnelles et sectorielles, hors enseignement) ne pèsent pas. L interlocuteur syndical n est pas toujours perçu comme légitime/nécessaire à la table, du moins sur ces sujets. Impliquer formellement les interlocuteurs sociaux, dans une instance «mixte», à la définition des métiers et des compétences n est concrétisé qu au SFMQ. C est un pas important. L évaluation du SFMQ à prévoir dira s il est suffisant, particulièrement sur la veille. Dans le supérieur non universitaire et malgré le siège interprofessionnel prévu au CGHE 19 et dans les Conseils des Hautes écoles 20, seuls quelques profils de formation sont fondés sur des profils métiers. L implication des interlocuteurs sociaux interprofessionnels et sectoriels (hors enseignement) pour leur élaboration n est pas établie. Dans l enseignement de promotion sociale, la procédure de définition des métiers au Conseil supérieur prévoit une intervention des interlocuteurs sociaux interprofessionnels au tout dernier stade seulement. Vu le faible poids des interlocuteurs sociaux au Conseil supérieur de l enseignement de promotion sociale, il n est pas garanti que des remarques éventuelles soient prises en compte. Enfin, il ne suffit pas de prévoir l adaptation des formations en amont, il faut se doter d un contrôle de leur adaptation effective en aval. Exception faite du SFMQ, et une fois que sa production sera évaluée, il semble que les acteurs pertinents pour définir les besoins en qualification en relation avec les besoins socioéconomiques n aient pas d instance où se réunir, dans une représentation équilibrée. On peut donc s interroger sur l intégration de ces besoins dans le «champ» de l enseignement. L implication des représentants des employeurs seuls, ou la seule implication des acteurs de l enseignement paraissent insuffisantes pour définir exhaustivement et objectivement les besoins en qualification. 16 Service francophone des Métiers et des Qualifications. 17 Instances de Pilotage Interréseaux de l Enseignement Qualifiant, hébergées dans les CSEF. 18 Le SFMQ ayant récemment entamé son travail, on peut supposer qu il intègre bien les changements organisationnels, technologiques et autres propres aux métiers dont il traite. Toutefois, les changements pouvant être si rapides, on ne peut faire l'économie d une veille. 19 Conseil général des Hautes écoles. 20 Autant de Conseils supérieurs que de secteur enseignement : agronomie, paramédical, etc. Page 18 sur 27

19 2.3.2 L adaptation de l enseignement aux besoins socioéconomiques est-elle ancrée localement? L offre de formation est-elle gérée géographiquement? Les informations reprises dans le tour des axes du redéploiement économique wallon pointent des lacunes mais sont insuffisantes pour conclure si l offre wallonne (ou de la FWB) en formation initiale est gérée géographiquement. Cependant, il est probable qu une insuffisance soit due à l absence d une cartographie des formations initiales par secteur et par zone géographique. C est d ailleurs un des enjeux dans le projet politique des bassins de vie, dans leur aspect Enseignement, Formation, Emploi (EFE). Regardons les lieux où l adaptation de l enseignement aux besoins socioéconomiques locaux et où l offre de formation devrait/pourrait être gérée géographiquement. Dans le secondaire qualifiant, l expérience syndicale dans les récents IPIEQ 21 montre que, majoritairement, avant même l introduction des projets, les pouvoirs organisateurs (PO) se répartissent les incitants financiers selon des logiques «réseaux». Ce type de partage prime donc sur les objectifs d adaptation de l offre scolaire aux besoins socioéconomiques locaux. En outre, si des informations existent bel et bien dans les IPIEQ sur l offre géographique des filières du qualifiant offre qui devrait être complétée avec celle de l IFAPME et de l enseignement de promotion sociale, ces informations sont confidentielles (voir infra). Ce qui est plutôt interpellant pour un tel enjeu. Par ailleurs, il semble à ce stade qu une lecture de l offre en relation avec les besoins socioéconomiques ne suscite pas l intérêt de toutes les parties composant les IPIEQ. Dans les Conseils supérieurs qui, avant soumission au Gouvernement de la FWB, approuvent les filières/options nouvelles du supérieur non-universitaire et de promotion sociale, l aspect géographique semble peu traité. La logique «réseaux» prime sur la logique géographique. Et il ne semble pas que le politique, à qui la responsabilité de la gestion de l offre de formation devrait pourtant revenir, développe une gestion géographique poussée. L actuel ministre de l Enseignement supérieur (J.-Cl. Marcourt) a proposé une réforme du paysage de l enseignement supérieur (universitaire compris) qui s appuie sur une vision géographique et remodèlerait le paysage du supérieur universitaire et non-universitaire en cinq pôles «coiffés d une structure faîtière. Il n y a pas d analyse systématique wallonne des besoins en compétences et qualification en fonction des besoins socioéconomiques locaux, et mettant autour de la table tous les acteurs concernés, dans une représentation équilibrée. A l exception des IPIEQ et pour le territoire qui les concerne, il semble qu il n y ait pas d instance offrant une vue locale de l offre de formation. Une gestion géographique wallonne, tenant notamment compte des critères de redéploiement économique, semble donc inexistante. 21 IPIEQ : instance de pilotage interréseaux de l enseignement qualifiant. Les IPIEQ sont nés d un décret communautaire et sont hébergés dans les CSEF. Les zones des IPIEQ sont celles de l enseignement. Page 19 sur 27

20 2.3.3 Association des interlocuteurs sociaux à la gestion locale de l offre de formation : focus sur les IPIEQ (secondaire qualifiant) Selon la dernière évaluation du Plan Marshall 2.vert, en , les IPIEQ ont validés 99 projets (55 de soutien aux options faiblement fréquentées et 44 de créations d options) et le Gouvernement en a retenu 87. Toutefois, conditionnés à l inscription d élèves dans les filières en septembre, seuls 76 projets ont pu être réalisés. Pour , les IPIEQ ont validé 118 projets (90 de soutien, 26 de création et 2 de concentration d options). Le Gouvernement devrait remettre son avis courant mai Les IPIEQ sont la seule instance où la représentation des interlocuteurs sociaux interprofessionnels peut permettre de peser dans les décisions prises sur la gestion locale de l offre de formation. Cependant, s attarder un instant sur les IPIEQ permet de mieux comprendre les écueils d un système scolaire construit avec des réseaux multiples : parce qu un décret communautaire établit la confidentialité des informations sur le nombre d élèves par options par réseaux (et cela pour préserver les réseaux), l accès aux informations recueillies dans les IPIEQ n est possible que si le représentant FGTB wallonne accepte de jouer l intermédiaire. Malgré cela, le bureau d un des IPIEQ a refusé de transmettre le rapport d activité de l instance au service d études de la FGTB wallonne. Avec d autres IPIEQ, il a fallu négocier (et garantir la non utilisation des informations éventuellement disponible par réseaux). Cela étant, et vu la procédure d approbation des projets et l incertitude de leur réalisation, il est difficile d offrir une vision exhaustive des options aujourd hui créées ; la qualité du dialogue entre représentants des PO et des interlocuteurs sociaux est à échelle très variable ; la volonté de construire un dialogue entre les acteurs des IPIEQ se heurte au montage institutionnel et aux objectifs du décret. Les chargés de mission des IPIEQ sont «financés» par la FWB (avec des points régionaux APE) et donc sous l autorité de celle-ci. Les IPIEQ sont accueillies dans les CSEF qui sont, eux, sous l autorité régionale du Forem ; le décret communautaire IPIEQ, contrairement à l expérience-pilote carolo qui l a précédé, ne laisse pas l initiative aux acteurs sous-régionaux, ce qui limite les (envies de) collaborations. Les jeunes IPIEQ cumulent les difficultés : incapacité à se dégager de la logique concurrentielle entre pouvoirs organisateurs (PO) via l interréseaux ; difficultés variables à mettre autour de la table des représentants des PO et des représentants des interlocuteurs sociaux, chacun ayant à reconnaître l autre comme légitime dans le débat ; difficultés à soulever l intérêt des représentants de l enseignement à une lecture économique locale de l offre (et des besoins?) ; difficultés à construire une collaboration institutionnelle efficace de terrain entre FWB et RW. Tenant compte de cette expérience, l actuel débat sur les bassins de vie, tels que les pensent les cabinets dans leur dimension Emploi-Formation-Enseignement, porte à croire que beaucoup d efforts risquent de ne déboucher sur rien ou sur pire. Pourtant, les bassins pourraient devenir un lieu intéressant et efficace offrant une vue de toutes filières de formation organisées sur un territoire et permettant justement d établir ce lien avec les besoins en compétences/qualifications et les besoins du redéploiement économique wallon. Page 20 sur 27

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010

Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010 Vers l emploi vert? Moi aussi, je peux! JOB DAY, Gosselies, 8 décembre 2010 Les emplois verts, c est quoi? «Les emplois verts réduisent l impact sur l environnement des entreprises et des secteurs économiques

Plus en détail

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Contexte actuel difficile Contexte actuel local marqué par la perte de 601 emplois chez Duferco/NLMK Au-delà,

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Démarches prospectives : du positionnement stratégique à l identification des métiers d avenir.

Démarches prospectives : du positionnement stratégique à l identification des métiers d avenir. 5èmes rencontres Céreq Dares Réseau Carif - Oref Démarches prospectives : du positionnement stratégique à l identification des métiers d avenir. Basilio Napoli Basilio NAPOLI Nantes, le 16 juin 2015 Nantes,

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier de

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier de MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE DÉCEMBRE 2010 Un ZOOM sur le métier de CHEF D EQUIPE EN CONSTRUCTION MECANIQUE OU EN TRAVAIL DES METAUX Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016 Les métiers porteurs Perspectives 2016 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est basée sur les résultats d études publiées par la DARES et le Ministère du Travail en 2011 complétée par

Plus en détail

La logistique à la Réunion

La logistique à la Réunion La logistique à la Réunion Le développement de la logistique amorcé il y a une vingtaine d années à la Réunion s est inscrit dans le prolongement des services portuaires (stockage, entreposage) et en complément

Plus en détail

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé»

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Evolution prospective des métiers et recommandations en matière de ressources humaines Version du 17 janvier BPI 37, rue du Rocher 75008 Paris France Tel:

Plus en détail

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 Principaux résultats de l'étude OTT- CRÉDOC - GESTE 25 janvier 2011 Le marché du travail à l'horizon 2015 Le marché du travail en 2015 Aujourd'hui 24

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des couts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP)

1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP) 1. MAINTENANCE DES SYSTEMES DE PRODUCTION (MSP) PROFIL DE FORMATION Cette filière est réservée aux titulaires des baccalauréats C, D, E, F1, F2, F3, F7, ou équivalent. La Côte d Ivoire a décidé d assouplir

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE

METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE METIERS D APPRENTISSAGE CHEZ TRIMET FRANCE «Qualifier, motiver, s ouvrir des portes Toi aussi, saisis ta chance, un apprentissage chez TRIMET facilite le début de ta carrière». FAIS TON APPRENTISSAGE

Plus en détail

Métiers d avenir Recueil Prospectif

Métiers d avenir Recueil Prospectif Métiers d avenir Recueil Prospectif La méthode Objectifs Effets Résultats Tendances Contribuer à la régulation offre/demande emploi et compétences sur le marché: informer et adapter l offre de services

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE

PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE Une formation aux couleurs de la HELHa L'enseignement de la Haute École Louvain en Hainaut donne une place centrale

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Après un Bac technologique STI Energie et environnement

Après un Bac technologique STI Energie et environnement Après un Bac technologique STI Energie et environnement Après le bac STI Filières SÉLECTIVES À L ENTRÉE IUT STS CPGE bulletins de première admission sur dossier notes des épreuves anticipées de français

Plus en détail

Après un Bac technologique STI Systèmes d information et numérique

Après un Bac technologique STI Systèmes d information et numérique Après un Bac technologique STI Systèmes d information et numérique Après le bac STI Filières SÉLECTIVES À L ENTRÉE IUT STS CPGE bulletins de première admission sur dossier notes des épreuves anticipées

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE Novembre 2014 Un ZOOM sur les métiers AU SOMMAIRE Description et conditions de travail... 2 La réserve de main-d œuvre... 2 Les opportunités d emploi... 3 L appariement entre

Plus en détail

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle

Profil professionnel Section : Bachelier en informatique & systèmes finalité informatique industrielle Section : Bachelier en informatique & systèmes Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie Agronomique Bachelier en Agronomie Spécialisation Secteur 3. Sciences et techniques Domaine 18. Sciences agronomiques et ingénierie Biologique Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION Patrick de SAINTE-LORETTE Jo MARZÉ LA LETTRE DE MOTIVATION Troisième édition Troisième tirage 2005, 1991, 1999, 2003 pour le texte de la présente édition, 2005 pour la nouvelle présentation ISBN : 2-7081-3374-8

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2011 Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE Dans le cadre du plan Marshall 2.vert, plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem poursuit

Plus en détail

PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE

PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE PROFILS et COMPETENCES ECTI LORRAINE Domaines d intervention Expériences acquises Secteur d activité Compétences Expérience Conseil en conception d usine Conseil en organisation, en gestion et en RH Agro-alimentaire

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013

LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013 LES METIERS DE L ECONOMIE VERTE EN REGION RHÔNE ALPES Regards croisés sur l offre et la demande d emploi, au 1 er semestre 2013 Région Rhône-Alpes / Jean-Luc Rigaux 1 Pôle emploi Rhône-Alpes Direction

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Logistique Production

Logistique Production Septembre 2015 Logistique Production - Se former à la Logistique à l URCA - L emploi en Champagne-Ardenne - Logistique : les métiers - Exemples d offres d emploi et de stage en production - logistique

Plus en détail

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies Profil d enseignement Contenu 1. Introduction L enseignement à la HELHa... 3 2. Finalités de la formation de bachelier en Assistant-e

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie

Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Stratégie de spécialisation intelligente de la Wallonie Juillet 2015 DIRECTION DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE Florence HENNART Plan Spécialisation intelligente en Wallonie : processus et fondements Stratégie

Plus en détail

PRODUCTION. Pilote de ligne. Conducteur de machine. Opérateur de production. de production. de production. Chef d équipe

PRODUCTION. Pilote de ligne. Conducteur de machine. Opérateur de production. de production. de production. Chef d équipe PRODUCTION Opérateur de production Chef d équipe de production Spécialiste planning de production Conducteur de machine de production Responsable d atelier de fabrication Responsable de production Pilote

Plus en détail

25 mai 2012 Présentation EDF

25 mai 2012 Présentation EDF 25 mai 2012 Présentation EDF Le groupe EDF PROFIL DU GROUPE EDF 0 Un leader mondial de l électricité intégrant tous les métiers de la production jusqu au négoce et aux réseaux. 65,2 Md de chiffre d affaires

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Etat des lieux des «emplois verts» en Région Bruxelloise

Etat des lieux des «emplois verts» en Région Bruxelloise CONSEIL CENTRAL DE L ECONOMIE 18 décembre 2008 Etat des lieux des «emplois verts» en Région Bruxelloise Etienne Aulotte Bruxelles Environnement Service Economie, Emploi et Environnement eal@ibgebim.be

Plus en détail

Mot de président : Licences Bac +3

Mot de président : Licences Bac +3 Mot de président : La formation joue un rôle capital dans la vie de chaque personne, visant à lui permettre et indépendamment de son statut, d acquérir et d actualiser des connaissances et des compétences

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Le Développement Durable. chez Europe Services Propreté. De la parole à l action

Le Développement Durable. chez Europe Services Propreté. De la parole à l action Le Développement Durable chez Europe Services Propreté De la parole à l action Le mot des Présidents EUROPE SERVICES GROUPE, acteur de référence dans les services liés à l environnement, a engagé ses trois

Plus en détail

Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis

Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis Pasteur de Strasbourg. Après un parcours scientifique de

Plus en détail

Les métiers de l économie verte. Pays de Bourgogne

Les métiers de l économie verte. Pays de Bourgogne Les métiers de l économie verte www.teebourgogne.com Pays de Bourgogne Qui sommes nous? Nos missions Capitaliser les connaissances Accompagner les porteurs de projet Informer et promouvoir l économie verte

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Formation en alternance

Formation en alternance Formation en alternance EN CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION EN CONTRAT D APPRENTISSAGE En raison des coûts et de l impact environnemental de l énergie, les secteurs utilisateurs d énergie (industrie, agriculture,

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

FACETTES. métiers. > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? 20 300 salariés [6,9% de l emploi limousin]

FACETTES. métiers. > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? 20 300 salariés [6,9% de l emploi limousin] FACETTES métiers > Quelles perspectives pour les métiers du transport, de la logistique et du tourisme? Les métiers du transport, de l entreposage et dans une moindre mesure ceux du tourisme sont principalement

Plus en détail

Colloque sur l employabilité en développement durable Université Laval- 30 janvier 2014

Colloque sur l employabilité en développement durable Université Laval- 30 janvier 2014 Colloque sur l employabilité en développement durable Université Laval- 30 janvier 2014 1- Présentation d EnviroCompétences EnviroCompétences Comité sectoriel de main-d œuvre de l environnement (1996)

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Formation hygiène / sécurité des aliments

Formation hygiène / sécurité des aliments hygiène / sécurité des aliments Comment optimiser ses pratiques Sommaire : Les enjeux Les exigences Public Pratiques Conduite du projet de formation Supports pédagogiques Évaluations Nouvelle stratégie

Plus en détail

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE

COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE ENTREPRISES TOUTES NOS COMPÉTENCES DÉSORMAIS SOUS LA MÊME ENSEIGNE les-industries-technologiques.fr Malgré le contexte économique actuel, le sujet de préoccupation qui arrive en tête pour les chefs d entreprise

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maitrise de l énergie et énergies renouvelables de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Les métiers de la comptabilité

Les métiers de la comptabilité Les métiers de la comptabilité Présentation des métiers Les entreprises ne peuvent se passer de comptables. On trouve ces derniers partout ; ils travaillent soit dans des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation

Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques Option : froid et climatisation La filière «Installation et maintenance des systèmes énergétiques et climatiques : Option : froid et

Plus en détail

Rejoignez une entreprise au service de 250 000 clients!

Rejoignez une entreprise au service de 250 000 clients! Rejoignez une entreprise au service de 250 000 clients! Au service de Genève SIG est une entreprise publique suisse de distribution de services de proximité. Elle est au service de 250 000 clients sur

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Bachelier en Biologie médicale

Bachelier en Biologie médicale Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier en Biologie médicale Année académique 2014-2015 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

DESCRIPTIF DES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE ET LES FORMATIONS

DESCRIPTIF DES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE ET LES FORMATIONS DESCRIPTIF DES MÉTIERS DE LA LOGISTIQUE ET LES FORMATIONS AGENT DE MAGASINAGE L'agent de magasinage participe à la fonction logistique de l'entreprise en assurant la réception, le stockage, la préparation

Plus en détail

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT IUT Avignon SOMMAIRE Présentation du DUT et admission en DUT p. 3 DUT Génie Biologique Option Agronomie p 5 DUT Génie Biologique Option Industrie

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Sciences Humaines et Sociales Mention : Stratégies Internationales et Diversités Culturelles Spécialité: Langues et Communication

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants

Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Conseil d Orientation pour l Emploi audition du 25 juin 2013 Les emplois vacants Approche de la notion par la formation Christophe Sadok / Patrick Lagarrique Direction de la prospective/direction de la

Plus en détail

AUTRES FILIERES ABORDEES : TRANSPORTS DURABLES, EAU ET AGRICULTURE. Du 16 au 19 octobre Fiche mémo

AUTRES FILIERES ABORDEES : TRANSPORTS DURABLES, EAU ET AGRICULTURE. Du 16 au 19 octobre Fiche mémo AUTRES FILIERES ABORDEES : TRANSPORTS DURABLES, EAU ET AGRICULTURE Du 16 au 19 octobre Fiche mémo 1 Etat des lieux : transports, eau et agriculture, des métiers au cœur de l économie verte Face aux enjeux

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Responsable de la stratégie commerciale (33112 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Responsable de la stratégie commerciale.................................

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

Chaque unité est décrite en termes de Savoirs, Aptitudes professionnelles et Compétences (les descripteurs du CEC).

Chaque unité est décrite en termes de Savoirs, Aptitudes professionnelles et Compétences (les descripteurs du CEC). L Unité 0 comprend les compétences transversales requises dans toutes les autres unités. Les Unités 1 à 4 comprennent les compétences requises à chaque étape du processus. Rappel : Chaque unité est décrite

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail