Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie."

Transcription

1 Item 93 : Infections urinaires de l'enfant et de l'adulte, leucocyturie. Date de création du document

2 Table des matières * Introduction Diagnostiquer une infection urinaire de l'adulte A tous âges Particularités chez le nourrisson et l'enfant Particularités chez l'adulte Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Devant une cystite aiguë de l'adulte Devant une pyelonéphrite aiguë de l'adulte Devant une prostatite (infectieuse) Devant un terrain particulier... 1 ENC : OBJECTIFS Diagnostiquer une infection urinaire chez le nourrisson, l'enfant et l'adulte. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

3 INTRODUCTION - Infection du contenu (urine) et fréquemment du contenant (appareil urinaire). - Tableaux cliniques de symptomatologie et de gravité très variables, de la simple colonisation («bactériurie asymptomatique») au choc septique. - Importance dans tous les cas de distinguer : o les Infection urinaire «simples» = «non compliquées» ; o les IU «compliquées» = existence d une complication établie ou au moins un facteur de complication parmi : anomalie organique ou fonctionnelle de l arbre urinaire ; terrain particulier : physiologique (enfant, homme, femme enceinte, sujet âgé) ou pathologique (diabète, immunodépression, insuffisance rénale). ETIOLOGIE - IU communautaires o E. coli (cf. glossaire) au premier rang : % toutes formes cliniques confondues. o Antibiorésistance croissante et préoccupante (chez E. coli : amoxicilline : %, amox-clav : %, cotrimoxazole : 15-40%, quinolones de 1re génération : 5-10 %), épargnant les céphalosporines de 3e génération (Céphalosporines de 3e génération : R < 1 % chez E. coli), les fluoroquinolones (Fluoroquinolone : R 3-5 % chez E. coli), et les aminoglycosides (Aminoglycoside : R < 1 % chez E. coli). - IU nosocomiales o Espèces et antibiorésistance très différentes d un hôpital à l autre. o Premier réservoir de «Bactéries multirésistantes» (bactéries multirésistantes) dans les hôpitaux. EPIDEMIOLOGIE - 2e site d infection bactérienne communautaire, avec prédominance féminine. - 1er site de colonisation/infection nosocomiale. PHYSIOPATHOLOGIE - Arbre physiologiquement stérile, en dehors de l urètre distal colonisé par la flore

4 périnéale. - IU communautaires : o avant tout, infection «ascendante» ; o très rares pyélonéphrites hématogènes (via bactériémies à staphylocoque, à Candida ) ; o exceptionnelles prostatites vénériennes. - IU nosocomiales (Infections urinaires nosocomiales) : essentiellement par sondage vésical (60 à 80 % des IUN) : o bouleversements des mécanismes de défense physiologiques ; o voie endoluminale ou extraluminale ; o pérennisation par la production d un biofilm.

5 I DIAGNOSTIQUER UNE INFECTION URINAIRE DE L'ADULTE. I.1 A TOUS ÂGES Diagnostic clinique et topographique Signes urinaires témoignant de l atteinte vésicale : Pollakiurie, brûlures mictionnelles, urines troubles ou hématuriques Syndrome infectieux témoignant d une atteinte parenchymateuse : - Fièvre. - Frissons inconstants et évocateurs d une bactériémie Symptômes en faveur d une pyélonéphrite (cf. glossaire) aiguë : - Douleurs de la fosse lombaire et de l angle costolombaire, irradiant vers le pubis et les organes génitaux externes, spontanées ou provoquées par la palpation et la percussion. - Troubles digestifs (vomissements, diarrhée, douleurs) trompeurs Diagnostic bactériologique Bandelette urinaire (Bandelette urinaire ) - Importance de la méthodologie : urines fraîches, temps de lecture respecté. - Valeur d orientation : détection de leucocytes et de nitrites Examen Cyto-Bactériologique des Urines (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) - Importance capitale de la méthodologie du recueil et de l acheminement au laboratoire. - Examen direct, culture et antibiogramme - Leucocyturie (cf. glossaire) > 10 éléments/mm3 = 104 éléments/ml - Bactériurie : o 103 ufc/ml pour les cystites aiguës à coliforme ;

6 o 105 ufc/ml pour les cystites aiguës à autre germe ; o 104 ufc/ml pour les pyélonéphrites et prostatites ; o 103 ufc/ml pour les IUN Hémocultures : Indispensables en cas de sepsis grave. I.2 PARTICULARITÉS CHEZ LE NOURRISSON ET L'ENFANT Tableaux cliniques fréquemment trompeurs Fièvre nue, troubles digestifs Epidémiologie récemment modifiée Les uropathies sont actuellement dépistées par l échographie anténatale avec antibioprophylaxie dès la naissance, d où une nette diminution de l incidence des infections symptomatiques Bilan indispensable dès le 1er épisode - ECBU (recueil par poche stérile autocollante chez le petit). - Hémocultures. - C-Réactive protéine. - Echographie de l arbre urinaire. - Voire cystographie rétrograde à distance sur urines stériles (avis spécialisé). - Cystites d allure banale non récidivantes de la fillette > 12 ans : pas d exploration de l arbre urinaire. I.3 PARTICULARITÉS CHEZ L'ADULTE Chez la femme enceinte La plus fréquente des infections bactériennes au cours de la grossesse Différents facteurs favorisants Modifications physico-chimiques de l urine, action myorelaxante sur les sphincters de la progestérone, compression par l utérus gravide.

7 Bactériurie asymptomatique - A dépister (par BU mensuelle) et à traiter systématiquement sur ce terrain. - En l absence de traitement : persistance tout au long de la grossesse, risque de pyélonéphrite (20 à 40 % des cas), et de complications (accouchement prématuré, infection néonatale) Cystite (cf. glossaire) et pyélonéphrite - Par définition «compliquées». - Pas de particularité clinique. - A l issue du traitement, ECBU mensuel jusqu à l accouchement CHEZ L HOMME Cystite : Un tableau d IU d allure banale doit faire rechercher systématiquement une infection parenchymateuse, en particulier prostatique Pyélonéphrite : Pas de particularité diagnostique Prostatite (cf. glossaire) : - Seul l homme pubère développe cette pathologie : inflammation de la prostate le plus souvent ( 90 %) non infectieuse ("syndrome algique pelvien"). - Symptômes en faveur d une prostatite aiguë (cf. glossaire) infectieuse : o Typiquement signes fonctionnels urinaires, douleurs intenses, indépendantes de la miction (pelviennes, sus-pubiennes, périnéales, urétrales), syndrome infectieux, glande globalement augmentée de volume, tendue et très douloureuse au Toucher rectal ; o Formes moins évocatrices : syndrome infectieux isolé, forme atténuée à type de «cystite» peu ou pas fébrile, forme à TR normale, forme associée à une pyélonéphrite. - Symptômes en faveur d une prostatite chronique (cf. glossaire) infectieuse : o Symptomatologie souvent peu bruyante : pesanteur pelvienne, brûlures mictionnelles, dysurie, nycturie, douleur éjaculatoire, irritation urétrale, accès fébriles

8 brefs ; o Prostate inconstamment augmentée de volume, irrégulière ou douloureuse ; o A évoquer de ce fait systématiquement devant toute IU récidivante de l homme Chez le sujet âgé Bactériurie asymptomatique - Fréquente. - Facteurs favorisants : diabète, alitement, incontinence, sondage, chez la femme carence hormonale, chez l homme hypertrophie prostatique Infection urinaire Fréquence des tableaux bâtards, surtout chez le grand vieillard : syndrome de «glissement» fébrile, incontinence récente infections urinaires nosocomiales - Environ 75 % de formes asymptomatiques (= simple colonisation). - Complications individuelles rares mais graves : o suppurations locales (prostatite, épididymite) ; o manifestations générales (sepsis, décès) ; o remaniements secondaires aux sondages très prolongés (lithiase, cystite chronique, insuffisance rénale, voire cancer de la vessie). - Retentissement collectif important (réservoir de BMR +++).

9 II ARGUMENTER L'ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DU PATIENT. II.1 DEVANT UNE CYSTITE AIGUË DE L'ADULTE Cystite aiguë non compliquée - Pronostic excellent avec inconfort variable : éradication spontanée fréquente après simple cure de diurèse, et risque de Pyélonéphrite aiguë ascendante minime. - S assurer cliniquement de l absence de facteurs de complication ou de PNA bâtarde (fébricule, lombalgie sourde). - Une simple BU et pas d ECBU, sauf BU douteuse, échec clinique, ou rechute précoce. - Pas d imagerie. - Antibiothérapie courte : - fosfomycine-trométamol (dose unique : Dose unique ) ; - FQ soit à DU (ciprofloxacine, ofloxacine, péfloxacine), soit en cure de 3 jours (loméfloxacine, norfloxacine) ; - la place du cotrimoxazole (DU ou 3 jours) est limitée par les résistances. o bénéfice établi avec meilleure observance, moindres iatrogénie et pression de sélection. - Pas de réévaluation systématique, mais conseil de reconsulter en cas d échec Cystite aiguë compliquée : - Cystite survenant sur anomalie fonctionnelle ou organique de l arbre urinaire. - Fréquence de la dysurie, témoin d une anomalie urologique sous-jacente, s associant aux signes de cystite stricto sensu (cf. glossaire). - ECBU systématique en raison du risque particulier d antibiorésistance, notamment en cas d antibiothérapies répétées ou d acquisition nosocomiale. - Antibiothérapie longue : 5 jours : o durée à moduler selon germe et facteur de complication ; o furanes, quinolones (acide pipémidique), FQ (ofloxacine, ciprofloxacine,

10 norfloxacine, énoxacine), cotrimoxazole, β-lactamines orales (amoxicilline, coamoxiclav, C3G). - Evolution marquée par une fréquence élevée de rechutes, à moins de pouvoir corriger le(s) facteur(s) de complication sous-jacent(s) Cystite récidivante (CF. T42-1, CHAP. 42, E. PILLY, 2008) : - Définition arbitraire : 4 épisodes/an ou dernier épisode < 3 mois. - Infections itératives par des bactéries différentes souvent liées à un ou plusieurs facteurs favorisants (relations sexuelles, boissons insuffisantes, mictions rares, constipation). o Sans anomalie urologique ou gynécologique sous-jacente : en faire la preuve Toujours des mesures d hygiène : miction post-coïtale, diurèse abondante, mictions non retenues, régularisation du transit intestinal. o Si possible : antibiothérapie curative au cas par cas. o Si échec : antibioprophylaxie au long cours (Cf. T42-1, Chap. 42, E. PILLY, 2006). II.2 DEVANT UNE PYELONÉPHRITE AIGUË DE L'ADULTE. - Infection potentiellement grave : o de bon pronostic si le traitement est bien conduit ; o risque de suppuration locale (abcès périrénal) et de généralisation de l infection (sepsis grave), d autant plus élevé qu il s agit d une forme compliquée ; o risque particulier des PNA en amont d un obstacle qu il convient de drainer en urgence. - Bilan clinique devant rechercher un facteur de complication, une complication avérée, un sepsis grave. - ECBU systématique. - Autres examens complémentaires et antibiothérapie (par molécules bactéricides ayant de fortes concentrations urinaires, rénales et systémiques) à moduler selon la forme clinique PNA non compliquées : - Traitement d'emblée à domicile (PNA mineure/modérée) ou initialement à l hôpital

11 (formes sévères/avec sepsis grave). - Imagerie (échographie et, sauf état de grossesse, Abdomen sans préparation ) dans le seul but d exclure une forme compliquée méconnue par la clinique : lithiase, abcès rénal, phlegmon périrénal ) ; par contre une échographie normale n exclut pas le diagnostic de PNA, les signes positifs («pyélite», lésion corticale) étant inconstants. - Si 2e épisode, envisager Urographie intraveineuse ou Tomodensitométrie à distance. - Antibiothérapie probabiliste par monothérapie par C3G parentérale ou FQ per os ou parentérale (Cf. T42-2, Chap. 42, E. PILLY 2006). - Antibiothérapie ultérieure adaptée à l antibiogramme (cf. glossaire). Durée : jours (souvent 14 j). - Antalgiques. - Surveillance clinique et par ECBU (en cas d'échec et systématiquement 4-6 semaines après l arrêt du traitement,) PNA compliquées : - Hospitalisation - Imagerie à hiérarchiser : o échographie et, sauf état de grossesse, ASP en urgence, à la recherche d un obstacle ou d un abcès. o examen tomodensitométrique rénal avec injection («uroscanner») : - examen de choix pour explorer le parenchyme rénal, - indiqué à la phase aiguë en cas de doute diagnostique ou d évolution préoccupante, à la recherche d'une obstruction ou d'une abcédation, o indiqué à distance de l'épisode aigu à la recherche de facteurs favorisants o explorations de la vessie à envisager parfois et seulement après guérison de l infection:. - Antibiothérapie probabiliste par bithérapie AG + C3G parentérale ou FQ per os ou parentérale : (Cf. T42-2, Chap. 42, E. PILLY 2008). - Antibiothérapie de relais selon l antibiogramme et l évolution clinique au moins 21 jours ou prolongée selon contexte (IU sur lithiase inextirpable, pyélonéphrite d un greffon ).

12 - Traitement de la cause ou de la complication chaque fois que possible, en insistant sur l urgence à reconnaître et à lever une PNA sur obstacle. - Traitement symptomatique. - Surveillance clinique et biologique (ECBU per-traitement [J2-J3], post traitement précoce [1semaine] et post traitement tardif [4-6 semaines]). II.3 DEVANT UNE PROSTATITE (INFECTIEUSE). - Infection potentiellement grave : o de bon pronostic si le diagnostic est reconnu précocement et le traitement bien conduit, o mais à risque de complications à type de sepsis grave, d abcès prostatique, ou de passage à la chronicité, notamment chez le diabétique et l immunodéprimé. - Antibiothérapie rendue difficile par la médiocre diffusion prostatique de nombreuses molécules (β-lactamines, AG ) Prostatites aiguës : - Diagnostic microbiologique : o ECBU standard (mais quelques faux négatifs) ; o Massage prostatique déconseillé (douleur +++, risque de dissémination +++) ; o hémocultures ; o majorité d entérobactéries (Escherichia coli 70 %) ; part faible du gonocoque, de Chlamydiae trachomatis et de Mycoplasma ; possibilité de bactéries multirésistantes (Pseudomonas, Staphylococcus aureus résistant à la méticilline ) pour les prostatites iatrogènes. - Autres explorations : o A la phase initiale : Prostate Specific Antigen, en français Antigène prostatique spécifique non recommandés systématiquement (élévation transitoire inconstante) ; échographie transrectale à réserver au diagnostic hésitant ou à une forme d évolution défavorable (recherche d abcès) ; o A distance : bilan à la recherche d'un facteur favorisant : en sus du TR, échographie prostate + arbre urinaire + recherche de résidu post-mictionnel, débimétrie urinaire, UIV. - Antibiothérapie probabiliste :

13 o formes graves : C3G parentérale ou FQ per os ou parentérale + AG ; o formes mois sévères : FQ en monothérapie, d emblée par voie orale. - Antibiothérapie de relais privilégiant les 2 classes à bonne diffusion : FQ ou cotrimoxazole, pour une durée totale d au moins 3 semaines. - Traitements associés : o antalgiques ; o alpha-bloquants et Anti-inflammatoires non stéroïdiens : place discutée. - Traitement urologique : o à la phase aiguë : éviter les manoeuvres instrumentales transuréthrales ; drainage sus-pubien et non pas sondage en cas de rétention aiguë d urines ; ponction échoguidée voire drainage chirurgical en cas d abcès ; o après la guérison : traitement d éventuelles lésions sous-jacentes. - Prophylaxie : o recommandée pour les biopsies prostatiques transrectales (fluoroquinolone en dose unique + lavement rectal) et certains gestes endoscopiques par voie rétrograde Prostatites chroniques : - Diagnostic microbiologique : o ECBU standard fréquemment négatif ; o intérêt de la manoeuvre de Stamey (ECBU post massage prostatique). - Autres explorations : o rechercher un facteur favorisant (sténose urétrale notamment) et exclure un diagnostic différentiel : échographie de prostate (calcifications et parenchyme hétérogène n'étant pas spécifiques), PSA à distance de la poussée aiguë, cytologie urinaire, UIV, voire endoscopie en concertation avec l'urologue. - Antibiothérapie : o nécessité d un traitement prolongé, les remaniements sclérofibreux de la prostate rendant l éradication bactérienne particulièrement difficile ; o en privilégiant FQ ou cotrimoxazole (pour les souches sensibles) ; o pour une durée mal codifiée, à adapter à chaque cas, de 4 à 12 semaines. - Traitement des formes réfractaires : o antibiothérapie au très long cours ;

14 o résection endoscopique de prostate (mais foyers souvent en périphérie) ; o prostatectomie totale en dernier recours. II.4 DEVANT UN TERRAIN PARTICULIER Chez le nourrisson et l'enfant : - Antibiothérapie curative à adapter à l'ecbu, avec ici contre-indication des quinolones. - Cystite de la petite fille 3 ans : cotrimoxazole ou céfixime pour 3-5 j. - PNA : C3G parentérale ± aminoside en attaque (2-4 j) puis cotrimoxazole ou céfixime en relais pour j en tout. - En cas de malformation : absence de consensus sur l'intérêt et la durée d'une antibioprophylaxie. - Correction de l anomalie urologique, selon le contexte et l évolution. (Recommandation : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires du nourrisson et de l'enfant [en ligne]. 23 février ) 4-2. Chez la femme enceinte : - Bactériurie asymptomatique : o traitement conventionnel (7-10 jours), voire court (3 jours) par β-lactamines ou furanes. - Cystite et pyélonéphrite : o contre indication aux FQ et au traitement court ; o ECBU mensuel jusqu à l accouchement ; o si rechute : soit traitement «au coup par coup», soit antibioprophylaxie au long cours (β-lactamines ou nitrofuranes en une prise le soir) Chez le sujet âgé : - Bactériurie asymptomatique : o Bénéfice établi de l absence de traitement : efficacité seulement transitoire sur la bactériurie ; pas d efficacité sur la morbidité/mortalité ; risque de sélection de BMR dans le réservoir digestif. - Infection urinaire : o Pas de place aux antibiothérapies courtes ;

15 o Adaptation posologique à la clairance de créatinine (formule de Cockroft-Gault (cf. glossaire) ) Infections urinaires nosocomiales : - Colonisation = abstention sauf rares exceptions comme : o geste à venir sur les voies urinaires ; o immunodépression - Infection = différer chaque fois que possible l'antibiothérapie pour un schéma d'emblée adapté à l'ecbu : o -du fait de la fréquence des BMR rendant le choix probabiliste hasardeux ; o ceci en l'absence de gravité et de terrain particulier ; o sinon, traitement probabiliste guidé par l'examen direct des urines et l'écologie locale. (Recommandation : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l'adulte [en ligne]. 23 juin 2008)

16 III ANNEXES GLOSSAIRE antibiogramme : Un antibiogramme est une technique de laboratoire visant à tester la sensibilité d'une souche bactérienne vis-à-vis d'un ou plusieurs antibiotiques supposés ou connus.le principe consiste à placer la culture de bactéries en présence du ou des antibiotiques et à observer les conséquences sur le développement et la survie de celle-ci. On peut par exemple placer plusieurs pastilles imbibées d'antibiotiques sur une souche bactérienne déposée dans une boîte de Petri. Il existe trois types d'interprétation selon le diamètre du cercle qui entoure le disque d'antibiotique : souche ou bactérie sensible, intermédiaire ou résistante. Cystite : Une cystite est une inflammation de la vessie. La cystite est le plus souvent d'origine bactérienne (colibacilles, naturellement présents dans l'intestin); mais peut aussi être due à un agent toxique : traitement anti-cancéreux ou radiothérapie. C'est une affection fréquente chez la femme, car elle possède un urètre court, ce qui augmente le risque d'infection urinaire E. coli : Escherichia coli, également appelé colibacille ou E. coli, est une bactérie intestinale des mammifères très commune chez l'être humain. Découverte en 1885 par Théodore Escherich, dans des selles de nourrissons, c'est un coliforme fécal généralement commensal. Cependant, certaines souches d'e. coli peuvent être pathogènes entraînant alors des gastro-entérites, infections urinaires, méningites, ou septicémies. formule de Cockroft-Gault : La Formule de Cockroft & Gault, en médecine, permet, chez l'adulte, l'estimation de la fonction rénale : la clairance (biologie) de la Créatinine. Cette formule a été proposée par Cockroft et Gault en 1976.FormuleClairance créatinine (ml / min) = [(140 - âge (années)) x Poids (kg) x A]/ créatininémie (µmol/l)a = 1,23 chez l'homme et 1,04 chez la femme.clairance créatinine (ml / min) = [(140 - âge (années)) x Poids (kg) x F] / [7,2 x créatininémie (mg/l)]f = 1,00 chez l'homme et 0,85 chez la femme. Leucocyturie : Un examen cytobactériologique des urines normal ne doit pas comporter plus de quelques hématies ou leucocytes et doit être stérile.s'il existe de nombreuses hématies, on parle d'hématurie (microscopique si l'urine est de couleur normale, macroscopique si l'urine est teintée en rouge). S'il existe de nombreux leucocytes, on parle de leucocyturie. Ces résultats sont également retrouvés lorsqu'on effectue une numération d'addis. La présence d'un germe (au direct ou à

17 la culture) sans leucocyturie, est témoin d'un prélèvement imparfait (contamination par l'extérieur) et n'est donc pas pathologique.la présence d'un germe avec une leucocyturie est la preuve d'une infection urinaire. Le germe est alors identifié par différentes techniques. Un antibiogramme est fourni secondairement, permettant d'évaluer la sensibilité de ce germe aux différents antibiotiques. S'il existe plusieurs germes, il s'agit en règle générale d'un prélèvement imparfait. S'il n'existe pas de leucocyturie, on en reste là. Dans le cas contraire l'examen cytobactériologique des urines doit être refait. S'il existe une leucocyturie importante sans germe retrouvé, il peut s'agir d'une infection urinaire en cours de traitement antibiotique (on dit alors qu'elle est «décapitée»). Il peut s'agir également de germes de cultures délicates. Il faut penser systématiquement dans ce cas à une tuberculose. Prostatite : Une prostatite est une inflammation de la prostate, affection fréquente chez l'homme âgé (hypertrophie ou hyperplasie bénigne de la prostate). Si la prostate se développe trop, elle peut resserrer l'urètre et ainsi perturber l'écoulement de l'urine, ce qui rend la miction difficile et douloureuse, voire complètement impossible dans des cas extrêmes. prostatite aiguë : La prostatite aiguë peut s'accompagner de fièvre, frissons et rétention urinaire. Le responsable en est bien souvent Escherichia coli que l'ecbu (examen cytobactériologique des urines) identifiera et dénombrera aisément. prostatite chronique : La prostatite chronique est souvent due elle aussi à la prolifération d'escherichia coli, plus rarement de Mycobacterium tuberculosis en cas de tuberculose urogénitale, les symptômes sont une douleur dans le bas ventre et des brûlures urinaires. Il faut savoir que les infections ORL et dentaires entretiennent les foyers de prostatites, il faut donc éradiquer ces infections pour bien traiter la prostate. La prostate étant un organe sexuel, toute affection prostatique a forcément un retentissement sur la vie intime des hommes atteints. Sans doute estce pour cela que pendant très longtemps, ces maladies sont restées taboues alors qu'elles touchent à la sexualité et à la santé de près de 80 % des hommes de plus de 50 ans. Leur prévention commence donc bien avant cet âge! pyélonéphrite : Une pyélonéphrite est une infection bactérienne des voies urinaires hautes, touchant donc le bassinet (pyélite) et le parenchyme rénal (néphrite), compliquant ou s'associant à une infection et/ou inflammation des voies urinaires basses. La contamination des voies urinaires se fait par voie ascendante à partir des flores digestive, génitale et cutanée. Les germes les plus fréquemment rencontrés sont des BGN types entérobactéries, Escherichia coli en tête. La pyélonéphrite est plus fréquente chez les femmes de 15 à 65 ans mais peut également se rencontrer à tout âge, ainsi que chez les hommes.

18 stricto sensu : Stricto sensu (ou sensu stricto) est une locution latine qui signifie au sens strict. Par opposition, lato sensu veut dire au sens large. Ces locutions sont régulièrement utilisées en biologie pour signifier qu'un taxon doit ou non être interprété au sens strict ; elles sont abrégées en s. lat et s. str.[1]. BIBLIOGRAPHIE Collège des Universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales : PILLY E. 21e édition Paris : Vivactis Plus. DL Chapitres 42, 43, 124, 131. RECOMMANDATION Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l'adulte [en ligne]. 23 juin 2008 : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires du nourrisson et de l'enfant [en ligne]. 23 février : Recommandations-de-bonne-pratique/Diagnostic-et-antibiotherapie-des-infectionsurinaires-bacteriennes-communautaires-du-nourisson-et-de-l-enfant ABRÉVIATIONS AG : Aminoglycoside AINS : Anti-inflammatoires non stéroïdiens ASP : Abdomen sans préparation BMR : Bactéries multirésistantes BU : Bandelette urinaire C3G : Céphalosporines de 3e génération CRP : C-Réactive protéine DU : Dose unique ECBU : Examen Cyto-Bactériologique des Urines

19 FQ : Fluoroquinolone IU : Infection urinaire IUN : Infections urinaires nosocomiales PNA : Pyélonéphrite aiguë PSA : Prostate Specific Antigen, en français Antigène prostatique spécifique SAMR : Staphylococcus aureus résistant à la méticilline TDM : Tomodensitométrie TR : Toucher rectal UIV : Urographie intraveineuse

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE CHAPITRE 21 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS Savoir diagnostiquer une infection urinaire chez l adulte et l enfant. Connaître les principes du traitement. Interpréter

Plus en détail

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Dr BIRGÉ, Président du GLAM Mlle VORKAUFER, Thésarde 1 Un audit du GLAM Réalisé en partenariat avec le réseau Antibiolor Adressé aux 2300 médecins généralistes

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 93 version 01 du page 1 Copyright CMIT

Module 7 - Edition Item 93 version 01 du page 1 Copyright CMIT Module 7 - Edition 2004 - Item 93 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 93 : INFECTIONS URINAIRES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une infection urinaire chez

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT CHAPITRE 21 Item 157 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT UE Ê 6. Maladies transmissibles - Risques sanitaires - Santé au travail N 157. Infections urinaires de l enfant et de l adulte. OBJECTIFS

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

UE2 N 27 UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse

UE2 N 27 UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte UE2 N 27 Connaître les particularités de l infection urinaire au cours de la grossesse Pour la partie pédiatrie, consulter le référentiel du Collège de Pédiatrie.

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005 Objectifs : Infection urinaire Item 93 1. Diagnostiquer une infection urinaire chez le nourrisson, l enfant (et l adulte). 2. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Limites

Plus en détail

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS CAS CLINIQUE: Mme B 57 ans ménopausée depuis 3 ans. Elle ne prend aucun

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, février 2007

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2016 Infections urinaires (IU) communautaires chez l adulte Auteurs : MJ Butel, A. Doléans-Jordheim, A. Le Monnier et M. Pestel Caron Circonstances diagnostiques (sémiologie) Arbre

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Les infections urinaires bactériennes

Les infections urinaires bactériennes Mise au point Les infections urinaires bactériennes N. Faucher, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquemment rencontrées chez

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Infections urinaires. Pr André Cabié

Infections urinaires. Pr André Cabié Infections urinaires Pr André Cabié Infections urinaires Agents causals Espèces bactériennes en cause Espèces Cystite simple Autres formes Escherichia coli 70-85% 85-90% Staphylococcus saprophyticus 5-10%

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte Les infections urinaires (IU) de l enfant ne sont pas traitées ici. Seules les infections urinaires communautaires sont traitées ici. Pour les IU liées aux soins,

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

Infections urinaires bactériennes

Infections urinaires bactériennes 1 Infections urinaires bactériennes 1) DEFINITION Colonisation et infection de l'appareil urinaire contaminé par voie ascendante par des germes digestifs (flore périnéale) On distingue : - Bactériurie

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z.

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. MNIF S E RV I C E D I M A G E R I E M É D I C A L E. C H U

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

Prostatites aiguës. Acute prostatitis

Prostatites aiguës. Acute prostatitis Volume 18 - Septembre 2008 - Numéro 5 Journal de l Association Française d Urologie, de l Association des Urologues du Québec, et de la Société Belge d Urologie Progrès en Urologie (2008) 18 Suppl. 1,

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++)

CONTEXTE. 2. L'évolution de l écologie bactérienne et de la résistances aux antibiotiques (EBLSE++) OBJECTIFS Connaître la nouvelle terminologie et les nouvelles stratégies thérapeutiques. Modifier sa pratique dans la gestion des infections urinaires. CONTEXTE 1. La recommandation SPILF de juin 2008

Plus en détail

Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte

Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte Épidémiologie Item n 93 : Infections urinaire de l enfant et de l adulte Facteurs de risque : Malformations des voies urinaires Immunodépression : diabète Transplantation rénale Stase urinaire et corps

Plus en détail

Infections urinaires au cours de la grossesse

Infections urinaires au cours de la grossesse Infections urinaires au cours de la grossesse Objectifs : Diagnostiquer une infection urinaire. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivis du patient. Sommaire : Introduction Faq 1 - Pathogénie

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections urinaires de l adulte Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 1 Version 2 octobre 2015 RFCLIN-PRIMAIR Table des matières 2 Table des matières Table

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Infections urinaires

Infections urinaires Journée Régionale OME D I T - A R l i n A u v e r g n e - C ommi s s i o n A n t i - i n f e c t i e u x CHU Infections urinaires Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Clermont-Ferrand

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES Rozenn Le Berre Service de maladies infectieuses, CHU Brest EA3882, Laboratoire de biodiversité et écologie microbienne DOUARNENEZ, MARS 2009 Cas clinique n 1

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires 1 Epidémiologie C est une multiplication de germes dans l urine vésicale et/ou les tissus de l appareil urinaire. La fréquence maximale de ces infections survient chez la femme

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

INFECTION URINAIRE DESC

INFECTION URINAIRE DESC INFECTION URINAIRE DESC 2015 Introduction une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie 2 situations selon le siège de l infection cystite (infection urinaire basse) pyélonéphrite aiguë

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

Les infections urinaires IFSI 2015

Les infections urinaires IFSI 2015 Les infections urinaires IFSI 2015 Généralités Infections très fréquentes++ Communautaires Nosocomiales Les infections urinaires recouvrent un ensemble de situations très variables allant de -> la bactériurie

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille

Faculté de Médecine de Marseille Faculté de Médecine de Marseille Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie (93) Philippe Brunet, Michel Tsimaratos, Jean-Michel Guys, Eric Lechevallier Février 2006 1. Définition Les

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES CHEZ L ADULTE RBP IU adulte JRI Nancy 18 octobre 2008 Choix antibiotiques : principes généraux Critères de choix des schémas

Plus en détail

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud MCU-PH UMR Inserm 1092 Faculté de Médecine Université de Limoges Laboratoire de Bactériologie-Virologie-Hygiène

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE

LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE 04.11.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISSEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE I)Physiopathologie A)La vessie B)Les reins C)L'uretère II)La dysurie & rétention chronique d'urine A)Généralités B)Chez l'homme 1)Adénome

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHÉRAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTÉRIENNES COMMUNAUTAIRES DE L ADULTE Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations publiées en

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Les infections urinaires Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Epidémiologie Très fréquentes : second site dinfections communautaires. Plus fréquent chez la femme avec deux pics : au début de l activité

Plus en détail

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral

Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Item 89 : Infections génitales de l'homme - Écoulement urétral Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une infection génitale de l'homme... 1 1. 1

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud

INFECTIONS URINAIRES. Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud INFECTIONS URINAIRES Elisabeth HODILLE Assistante Hospitalo-universitaire Laboratoire de Bactériologie Lyon Sud 14 septembre 2016 Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Objectifs du cours Connaître

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

Selon les recommandations de 2014

Selon les recommandations de 2014 2016-2017 Selon les recommandations de 2014 I- L arbre urinaire rein uretères + urètre Vessie Prostate Canal prostatique Méat II- Définitions IU = Multiplication de micro-organismes dans l urine vésicale

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail