T2010_Procédure: Etablissement d une proposition de monitoring (PM) Table des matières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T2010_Procédure: Etablissement d une proposition de monitoring (PM) Table des matières"

Transcription

1 Table des matières 1 Objectif Références Définitions Examen des propositions Communication relative aux propositions Contenu de la procédure relative à la proposition de monitoring Introduction Principes de base de BOFAS en matière de proposition de monitoring Estimation du risque Estimation de l évolution Réévaluation de l EDS Conclusions des instances publiques concernant le monitoring, l EDS, le PA, les mesures de précaution, etc Pollution étrangère à l exploitation d une station-service Valeur de la proposition de monitoring Structure du raisonnement qui sous-tend la proposition de monitoring Pollutions et constantes connexes (sur la base des études disponibles) Existe-t-il des lacunes dans les connaissances relatives à la pollution? Risques Un monitoring est-il nécessaire? Est-ce qu on trouve déjà dans le PA (déclaré conforme ou pas) une proposition de monitoring dans l attente du début des travaux? A-t-on déjà connaissance de données effectives concernant un monitoring? (autrement dit, un monitoring a-t-il déjà été effectué?) Quel type de monitoring est nécessaire? Elaboration de la proposition de monitoring Monitoring des eaux souterraines Contrôle de la qualité de l air ambiant Menace ou altération de l eau potable Fréquence du monitoring Modèle décisionnel pour l exécution de mesures ad hoc en cas de dépassement de la valeur limite de pollution selon la directive BOFAS Dérogation au modèle décisionnel Rapports Etude préliminaire Elaboration de la proposition de monitoring Fréquence du monitoring Annexes Annexe 1: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (sol et eaux souterraines)...2 Responsable Approuvé par Procédure T2010_PRO_ établissement d une Walt Theys Dirk Loontjens Version 1

2 Annexe 2: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (contrôle de l air ambiant)...4 Annexe 3: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (contrôle de l eau potable)...6 Responsable Approuvé par Procédure T2010_PRO_ établissement d une Walt Theys Dirk Loontjens Version 1

3 1 Objectif BOFAS se propose de faire établir une proposition de monitoring en guise de préparation à l exécution effective d un monitoring pour les demandes de fermeture qu il a déclaré recevables et pour lesquelles l Etude de Délimitation du Sol (EDS) réalisée n est pas immédiatement suivie d un projet d assainissement du sol (PA) ou de l exécution de travaux d assainissement du sol (TA) La proposition de monitoring et le monitoring qui en résultera le cas échéant ont pour but de: - éviter les effets imprévus/défavorables de la pollution dans l attente des TA; - évaluer l évolution de la pollution et procéder éventuellement à une réévaluation des conclusions de l EDS; - décider, sur la base du monitoring, s il y a lieu de réévaluer l index de priorité «PIP». Le présent document se propose d indiquer à l exécutant comment établir une proposition de monitoring et ce qu en attend BOFAS. C est à l expert en assainissement du sol qu il incombe de donner un contenu qualitatif à sa mission. C est la raison pour laquelle la procédure est fournie à titre indicatif. Il faudra en outre déterminer l ordre d examen (lors de la phase d examen des propositions de monitoring chez BOFAS) afin de pouvoir transférer un maximum de données en un minimum de temps. Cette procédure tient lieu de fil conducteur pour l évaluation et l élaboration d une proposition de monitoring. Elle ne contraint nullement l adjudicataire à respecter un layout ou une table des matières imposés pour l élaboration d une proposition de monitoring. La spécificité et le savoir-faire de l entreprise doivent pouvoir être garantis. Boas demande néanmoins que le dossier soit parfaitement étayé. 2 Références BOFAS renvoie à sa directive standard, la directive BOFAS de 2004, qui énonce déjà un certain nombre de dispositions portant sur l exécution d un monitoring. Cette procédure a vu le jour à l issue de l examen et de l évaluation de 3 cas d essais exécutés par chaque expert en assainissement du sol engagé. Les cas d essais étaient basés sur les documents fournis lors de l adjudication. BOFAS signale que cette procédure repose sur un document modulable, auquel des adaptations peuvent être apportées pendant l exécution de la mission. Et ce, sur la base de l expérience acquise et des concertations menées dans le cadre des examens. 3 Définitions Dans le cadre de cette procédure, les concepts suivants sont utilisés, conformément à l article 1 de l accord de coopération: Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 1/22

4 Terrain pollué terrain Une ou plusieurs parcelles cadastrales sur lesquelles se trouve ou se trouvait une stationservice qui, suite à l exploitation de la station-service avant la demande d intervention visée aux articles 13 et 16, sont polluées de telle façon qu un assainissement du sol s impose sur la base de la législation régionale relative à l assainissement du sol. Site pollué site Une ou plusieurs parcelles cadastrales sur lesquelles se trouve ou se trouvait une stationservice, ainsi que les parcelles cadastrales attenantes, dont le sol est également pollué suite à l exploitation de la station-service avant la demande d intervention visée aux articles 13 et 16, de telle manière qu un assainissement du sol s impose sur la base de la législation régionale relative à l assainissement du sol. Audit L audit administratif et technique portant sur les dossiers de fermeture qui a été exécuté en première partie de la mission, conformément aux procédures prescrites. 4 Examen des propositions Comme indiqué dans le marché, chaque proposition de monitoring est étudiée, avant réception de la version définitive et après son remaniement éventuel, dans les bureaux de BOFAS. Afin d arriver à un transfert maximal de données en un minimum de temps, les points ci-dessous sont traités dans l ordre indiqué: o la proposition de monitoring est basée sur des données, lesquelles? (p. ex.: EDS, PA, évaluation); o examen de la pollution ; o examen des risques constatés; o un monitoring est-il nécessaire?; o si oui, proposition de monitoring; o divers. Etant donné que toutes les parties doivent avoir préparé la réunion, il est conseillé que les propositions à traiter soient transmises à BOFAS environ une semaine avant la date de l examen (des exceptions doivent et peuvent toujours être tolérées). Au minimum, les documents suivants sont transmis. o o o o L audit (cela va de soi puisque la première proposition de monitoring doit être fournie via le webaudit en même temps que l audit); La proposition de monitoring (texte); Le plan de monitoring (schéma); Le métré; Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 2/22

5 o Des données complémentaires au cas où celles-ci seraient nécessaires. Tous les documents susmentionnés seront au minimum pourvus d une date, du numéro de demande BOFAS et du nom du contractant. Ils sont fournis au format digital. Pour le métré, le métré standard fourni en format XLS sera utilisé. Pour tous les autres documents fournis, il n existe aucune condition quant au format, sauf mention spécifique dans le webaudit. Afin de faciliter les examens, BOFAS propose que l expert en assainissement du sol ait toujours à disposition sa documentation préparatoire lors des examens, et pas seulement le produit final. Les documents sont examinés de préférence avec leur auteur. L auteur connaît en effet la situation et le raisonnement qui sous-tendent la proposition. Par ailleurs, BOFAS tolère les méthodes de travail existantes et le mode de fonctionnement spécifiques pour chaque expert en assainissement du sol. Si une autre personne vient commenter les documents, celle-ci sera bien au fait de la proposition et du contexte qui l entoure. L examen des propositions dans les bureaux de BOFAS se fait sur proposition et à l initiative de l expert en assainissement du sol. Il est proposé que le nombre de dossiers examinés par séance soit limité à 8 maximum. Cette limite est garante d une bonne préparation des dossiers pour toutes les parties. Si l on se base sur une trentaine de minutes d'examen par dossier, cela revient à une session d examen d une demi-journée. 5 Communication relative aux propositions Comme mentionné précédemment, les documents sont transmis dans une première phase par le biais du webaudit. Ensuite, la communication s effectuera en voie directe, de préférence par et au besoin par téléphone, entre le responsable de l expert en assainissement du sol et Walt Theys ou 02/ ) sur l ordre de BOFAS. S il devait s avérer lors de l examen que le Chef de Projet (CP) de BOFAS doit être associé, son nom sera ajouté en copie. Afin de garantir un traitement et une communication fluides, il est suggéré d instaurer une communication par demande. L'objet de l' pourra être formulé comme suit. SL_VM_numéro de la demande BOFAS_ texte (p. ex. SL_VM_1380_demande de vérification). Il est bien entendu que cette forme de communication ne sera pas envisageable en cas de questions se rapportant à plusieurs demandes. Il ne fait aucune doute que les remarques et les conclusions que vous formulez à l issue des examens, de même que les suggestions ou les remarques que vous faites auront toute leur importance; il n empêche que les remarques, conclusions et suggestions de vos collègues auront, elles aussi, toute leur importance. BOFAS s efforcera dès lors de Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 3/22

6 regrouper et d extrapoler les remarques formulées, et de les transmettre ensuite par , selon le principe de question et réponse. 6 Contenu de la procédure relative à la proposition de monitoring 6.1 Introduction Les chapitres qui suivent présentent les éléments à contrôler en vue de l élaboration d une proposition de monitoring bien étayée, d un examen aisé et d une collaboration fluide. Ce ne sont pas tant la forme et les rapports qui sont importants, mais plutôt le raisonnement et la prise de position qui sous-tendent la proposition. On s efforcera donc, sur la base du questionnaire qui a été établi, de parvenir à une approche standardisée. BOFAS est convaincu que les questions posées n ont rien de nouveau pour vous et qu elles s inscrivent même dans la conception générale adoptée dans le secteur de l assainissement du sol. Il ressort de l évaluation des cas d essai que la plupart des raisonnements sont menés à bien mais qu ils ne sont pas communiqués ni rapportés. 6.2 Principes de base de BOFAS en matière de proposition de monitoring Les principes de base sont énoncés ci-après Estimation du risque En premier lieu, le monitoring a pour but d évaluer les risques estimés. Pour ce faire, on utilise les informations disponibles fournies par BOFAS. Bien entendu, les informations qui ont été recueillies dans le cadre de l'audit sont également substantielles. Bien que l expert en assainissement du sol puisse suggérer la nécessité, dans une phase ultérieure, d un travail sur le terrain et d analyses supplémentaires, on part du principe, lors de la première estimation, que les informations disponibles sont suffisantes. Les informations disponibles sont les suivantes: o les études existantes, assorties ou non d une analyse des risques et de données relatives à la dispersion ; o les lettres et protocoles des autorités; o éventuellement, une première évaluation et une proposition de monitoring commandée par BOFAS. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 4/22

7 On procède à l examen des risques réels étant donné que le résultat final (le plan de monitoring) a une durée limitée et qu il peut faire l objet de rectifications en cours d exécution. En règle générale, une estimation des risques potentiels trop vague n a donc qu un faible intérêt Estimation de l évolution Dans un deuxième temps, on évalue l évolution de la pollution. Bien qu elle soit le corolaire de l estimation des risques, la dispersion de la pollution constitue également un aspect crucial pour ce qui concerne la proposition de monitoring. Contrairement au point précédent, le risque (de dispersion) doit être inévitablement intégré dans le raisonnement. Bien que cela puisse se justifier d un point de vue scientifique eu égard aux données collectées sur l évolution, il n est nullement question de prendre en compte, dans la proposition de monitoring, des paramètres d élimination naturelle et apparentés. Sur cette matière, la vision de BOFAS prend une toute autre orientation Réévaluation de l EDS Après l estimation des risques et de l évolution, l expert en assainissement du sol peut constater que les conclusions auxquelles a abouti l EDS ou l appréciation des instances publiques ne sont pas correctes ou pas suffisamment motivées. Dans ce cas, la proposition de monitoring pourra être assortie de propositions de travaux supplémentaires sur le terrain. Attention! Il ne s agit nullement de suggérer des travaux supplémentaires sur le terrain s il devait s avérer que l EDS n est pas encore complète. Sur la base du PIP existant, les CP de BOFAS ont adopté une position claire selon laquelle les dossiers requérant l exécution d une proposition de monitoring n entrent pas directement en ligne de compte pour une Proposition d Etude de Délimitation du Sol (PEDS) ou une EDS. La proposition de travaux de terrain supplémentaires est donc liée à l estimation des risques et pas aux procédures d assainissement à mener suivant la législation en vigueur Conclusions des instances publiques concernant le monitoring, l EDS, le PA, les mesures de précaution, etc. Si les instances publiques ont déjà pris des positions quant au monitoring dans un dossier, celles-ci sont intégrées dans le raisonnement (dans ce cas, cela est également indiqué dans la proposition de monitoring). Cela ne signifie pas pour autant que ces positions Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 5/22

8 seront adoptées sur-le-champ. Une analyse objective et un éventuel infléchissement doivent être envisageables moyennant motivation. Dans les dossiers, BOFAS doit bien entendu veiller à une bonne communication avec les instances publiques, ce qui risque de ralentir le traitement du dossier. En lien avec ce qui précède, la décision des instances publiques selon laquelle la délimitation n est pas obtenue dans l EDS ne peut donner lieu d office à des travaux supplémentaires sur le terrain. Le PIP existant motive le report de l exécution d une délimitation future Pollution étrangère à l exploitation d une station-service L intégration d une pollution étrangère à l exploitation dans la proposition de monitoring dépend en premier lieu du caractère dissociable de ladite pollution. Si la pollution est indissociable et si, suite à l évaluation des risques et l évaluation de l évolution, elle requiert de toute évidence un suivi supplémentaire, cette pollution doit être prise en compte dans la proposition de monitoring. Une pollution étrangère dissociable rend cette évaluation sensiblement plus difficile. Dans un premier temps, on admet qu à défaut d obligation d assainissement pour la pollution en question, celle-ci ne doit pas être prise en compte. Il convient par ailleurs de vérifier si la pollution est localisée sur un terrain ou sur un site. On peut admettre que cela ne soit pas évident pour l expert en assainissement du sol sur la base des informations disponibles. En cas de doute, une concertation avec BOFAS est indispensable. Si la pollution étrangère dissociable est localisée sur un site et pas sur un terrain, ladite pollution ne doit pas être intégrée dans la proposition de monitoring. Les autres scénarios doivent toujours être étudiés en concertation avec BOFAS Valeur de la proposition de monitoring Une proposition de monitoring exécutée dans le cadre de ce marché doit être ajoutée au tender en vue de l attribution effective du monitoring. Bien que cela ne réussisse pas à 100 %, la proposition doit être élaborée de telle manière que pour ce marché, le soumissionnaire ne doive pas procéder une nouvelle fois aux raisonnements et aux résumés qui ont été réalisés dans la proposition de monitoring. Sont requis: o une description schématique et/ou synthétique de la pollution (les points requérant une attention particulière sont développés ci-dessous) ; o la motivation des positions prises en ce qui concerne l estimation des risques et de l évolution; Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 6/22

9 o o o la motivation des travaux de monitoring proposés (Pourquoi entreprend-on quelque chose? Pourquoi ne fait-on rien?); la motivation et une description claire des travaux de terrain et des analyses supplémentaires proposés (le comment et le pourquoi); un plan précis (des annotations manuelles sur un plan existant sont autorisées) qui portera les indications suivantes: o les éventuels travaux de terrain supplémentaires ; o les piézomètres de contrôle (différence entre profondeur et propagation) ; o la direction connue ou supposée de l écoulement souterrain ; o si disponible dans les informations fournies (le contour global de la pollution) ; o une flèche indiquant le nord; o le numéro de dossier BOFAS; o l échelle (pour autant que le matériel fourni par BOFAS le permette); o le nom de l expert en assainissement du sol; o la date d établissement. 6.3 Structure du raisonnement qui sous-tend la proposition de monitoring La structure du raisonnement est présentée ci-dessous sous la forme de questions. Il est proposé de parcourir ce raisonnement et ces questions lors de l examen. Bien entendu, un certain nombre de questions s appliquant à un site spécifique peuvent faire défaut. Comme cela a déjà été expliqué lors de la séance d information, le but poursuivi est que, sur la base des questions mentionnées, vous résumiez la pollution et puissiez l expliquer dans un délai minimum. Sur la base d un plan existant (avec d éventuelles annotations supplémentaires), vous pouvez visualiser la pollution. Pour toute clarté, BOFAS tient à rappeler qu il ne s agit en aucun cas d un concours d esthétique. Des annotations apposées à la main sur le plan sont suffisantes. Le contenu prime sur la forme Pollutions et constantes connexes (sur la base des études disponibles) Les questions fondamentales qu il conviendra de poser en fonction de la pollution sont en réalité les questions posées lors de l exécution et de la rédaction d une EDS. o Caractéristiques hydrogéologiques Géologie locale claire? (examen global) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 7/22

10 o Sable? Gradations? o Limon? Gradations? o Argile? Gradations? o Stratifié? Couche imperméable présente? o Profondeur? Coupes de forage univoques? Données de sondage présentes? Ecoulement souterrain connu? o Basé sur des données de nivellement fiables? Piézomètres de même diamètre? Même disposition des crépines? Dans un terrain meuble? Dans un terrain avec revêtement? o Univoque? Direction? o Non univoque? o Zone urbanisée? o Raisons qui laissent supposer un écoulement souterrain? Présence d eaux de surface drainantes? Topographie? o Pollution du sol Pollution du sol présente? o Démontrée (analytiquement) o Non démontrée analytiquement mais bien supposée? o Supposée sur base des observations organoleptiques? Existe-t-il une obligation d assainissement de la pollution du sol? o Toutes les pollutions? Source connue? o Origine connue? (pompe, citerne, conduite) o Nature du produit connue (essence, diesel, mazout, huiles usées, )? 1 ou plusieurs noyaux? o En cas de noyaux multiples, nécessité d une évaluation distincte? Quels paramètres? o Quels sont les paramètres polluants? (BTEX, HM, MTBE, ) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 8/22

11 o Tous les paramètres pertinents ont-ils été examinés lors des études précédentes? (L exemple type est le MTBE) o Autres paramètres suspectés? (lesquels?) Présence de paramètres étrangers à l exploitation? Dissociables? o Sur un terrain? o Sur un site? Non dissociables? Délimitation suffisante? o En fonction de l évaluation des risques? Profondeur? o Délimitation en surface connue? Quelle profondeur? (à considérer de façon globale sauf en cas de topologie très variable) o Délimitation en sous-sol connue? Quelle profondeur? Profondeur réaliste? Dispersion? o hors de la parcelle? o dans la parcelle? o risque de propagation hors de la parcelle? (assez rare) o Pollution des eaux souterraines Eaux souterraines présentes? o < 1 m-ns o > 2m-ns o > 5m-ns o > 8 m-ns o >> 8 m-ns o Forte fluctuation du niveau de la nappe phréatique constatée? Pollution des eaux souterraines présente? o Démontrée (analytiquement oui) o non démontrée analytiquement mais bien supposée? o Hypothèse basée sur un examen organoleptique? Couche surnageante constatée? o Film? o Réellement mesurée? Epaisseur? Existe-t-il une obligation d assainissement de cette pollution? o Toutes les pollutions? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 9/22

12 1 ou plusieurs noyaux? o En cas de noyaux multiples, nécessité d une évaluation distincte? Source connue? o Origine connue? (pompe, citerne, conduite) o Nature du produit connue (essence, diesel, mazout, huiles usées, )? Quels paramètres? o Quels sont les paramètres polluants? (BTEX, HM, MTBE, ) o Tous les paramètres pertinents ont-ils été examinés lors des études précédentes? (L exemple type est le MTBE) o Autres paramètres suspectés? (lesquels?) Présence de paramètres étrangers à l exploitation? Dissociables? o Sur un terrain? o Sur un site? Non dissociables? Délimitation suffisante? o En fonction de l évaluation des risques? Profondeur? o Délimitation en surface connue? Quelle profondeur? (à considérer de façon globale sauf en cas de topologie très variable) o Délimitation en sous-sol connue? Quelle profondeur? Profondeur réaliste? Dispersion o hors de la parcelle? o dans la parcelle? o risque de propagation hors de la parcelle? o canaux de propagation présents autres que l écoulement souterrain? o les positions relevées et les calculs effectués en rapport avec la propagation ont-ils été confrontés à la réalité? o existe-t-il des raisons de penser que la pollution a un caractère quasi immobile? (couche surnageante qui ne bouge plus depuis des années, etc.) o les paramètres découverts dans la zone de propagation sont-ils les paramètres attendus? (p. ex. uniquement du toluène au niveau du piézomètre délimitant de l autre côté de la rue) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 10/22

13 6.3.2 Existe-t-il des lacunes dans les connaissances relatives à la pollution? (sur la base des études et de la visite sur le terrain (audit)) o Si oui, lesquelles? Risques (à indiquer sur la base des informations disponibles, de l audit (visite sur le terrain) et de la déclaration de conformité EDS / PA) o Risque toxicologique pour l homme? raison? o Risque de dispersion? raison? o Tous les récepteurs sont-ils connus? (screening) Parcelles attenantes Immeubles Cours d eau Captage d eau Menace d un captage public d eau potable? o Si oui, lequel? o Pollution déjà dans la zone de protection? Pollution déjà constatée? o A quels points de contrôle de la zone de protection? Autres? o Menace de pollution de l eau potable? Eau de puits? (particuliers) Profondeur du puits d eau potable? Eau courante? o Pollution de l eau potable déjà constatée? Eau de puits? (particuliers) Profondeur du puits d eau potable? Eau courante? o Revêtement présent au-dessus de la pollution? Type? o Zones d habitation menacées? Cave présente? Dans la zone polluée? Zone d habitation présente au niveau de la pollution? o Un contact direct est-il possible? o Y a-t-il eu des plaintes? o La zone d habitation est-elle encore effectivement occupée? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 11/22

14 La pollution est-elle localisée sous une zone professionnelle? o Garage, car-wash, autres, quel type? o La zone professionnelle est-elle encore effectivement occupée? o Câbles et conduites publics souterrains menacés? Les câbles et conduites publics souterrains traversent-ils la zone polluée? Uniquement dans le sol pollué? Aussi dans les eaux souterraines polluées? Existe-t-il une incertitude quant au contact entre les conduites et la pollution? o Quelles conduites? Eau Branchement d un immeuble Conduite principale Faut-il dès lors prélever des échantillons d eau potable? Gaz Conduite principale Branchement d un immeuble Electricité Conduite principale Branchement d un immeuble Distribution Conduite principale Branchement d un immeuble Téléphone Conduite principale Branchement d un immeuble o Existe-t-il un nœud d intersection de conduites sur le terrain? Un contact a-t-il déjà été constaté? Le matériau des conduites est-il connu? o Des mesures de précaution et/ou des restrictions d utilisation ont-elles déjà été mises en œuvre? Oui Non Pas connu Un monitoring est-il nécessaire? Sur la base du raisonnement qui précède, il est possible de déterminer si un monitoring est nécessaire ou pas. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 12/22

15 S il s avère qu un monitoring n est pas nécessaire, il faudra tirer une conclusion quant à la raison pour laquelle ce n est pas le cas, et ce, sur la base du raisonnement qui précède. S il s avère qu un monitoring est bel et bien nécessaire, il faudra poursuivre l élaboration de la proposition finale de monitoring Est-ce qu on trouve déjà dans le PA (déclaré conforme ou pas) une proposition de monitoring dans l attente du début des travaux? o Pouvez-vous vous retrouver dans cette proposition de monitoring? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi pas? A-t-on déjà connaissance de données effectives concernant un monitoring? (autrement dit, un monitoring a-t-il déjà été effectué?) o Si oui, dans quel cadre? o Pouvez-vous vous retrouver dans l approche adoptée pour le monitoring ayant déjà été exécuté? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi pas? Quel type de monitoring est nécessaire? Pour terminer, il faut rédiger, sur base du raisonnement qui précède, une synthèse sur la raison pour laquelle un monitoring est nécessaire ou pas et, le cas échéant, sur le type de monitoring nécessaire ou pas. o Contrôle des eaux souterraines? Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Contrôle de la qualité de l air ambiant Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Menace ou altération de l eau potable Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 13/22

16 Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Sol (normalement, n est pas d application sauf dans des cas très exceptionnels) Oui Pour la raison suivante: Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 14/22

17 6.4 Elaboration de la proposition de monitoring Monitoring des eaux souterraines En fonction du raisonnement qui précède, il faut vérifier quels sont précisément les piézomètres sur lesquels il faudra opérer un échantillonnage et pour quelle raison. Les questions suivantes doivent être posées. De même, il faut vérifier quels paramètres doivent être analysés et pourquoi il y a lieu de les analyser. Le travail de terrain à prescrire doit être en rapport avec les questions posées suite au raisonnement relatif à la proposition de monitoring, avec l estimation des risques et avec l estimation de l évolution de la contamination. Une forme souvent appliquée de monitoring des eaux souterraines consiste tout simplement en des analyses portant sur les paramètres de pollution connus tout autour des contours de pollution (échantillonnage périphérique). La question est de savoir s il s agit en l occurrence d une utilisation optimale des ressources et des moyens financiers. BOFAS tient à ce que la proposition de monitoring explicite clairement le rôle de chacun des piézomètres. De même, il y a lieu d indiquer s il s agit d un piézomètre à l intérieur du noyau (N) ou d'un piézomètre mesurant la dispersion des polluants (D), d un piézomètre coupant (C) ou d un piézomètre profond (P). La profondeur et la position des crépines sont également mentionnés. Travaux sur le terrain o Les piézomètres à échantillonner sont-ils encore intacts? o Faut-il prélever des échantillons aussi bien d eaux souterraines profondes et non profondes? o Faut-il prélever des échantillons aussi bien en amont qu en aval? o Si une couche surnageante est présente, faut-il la contrôler? o Faut-il placer des piézomètres supplémentaires? Où faut-il les placer? Pour quelles raisons faut-il les placer? Quelle est la disposition des crépines de ces piézomètres? S il y a lieu de placer des piézomètres en profondeur, où faut-il les placer? (à examiner en fonction du risque de dispersion (contamination par entraînement)? o Dans le cas où il faut encore placer des piézomètres supplémentaires : Faut-il également prélever des échantillons de sol? Si oui, pourquoi? o Faut-il à nouveau déterminer le sens d écoulement de l eau souterraine? Si oui, au niveau de quels piézomètres? Analyses o Quels sont les paramètres à analyser pour chaque piézomètre? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 15/22

18 Est-il financièrement intéressant de différencier les analyses dans chaque piézomètre? o Faut-il réaliser ces analyses à nouveau lors de chaque monitoring? TABLEAU 1: l annexe 1 illustre comment un tableau de synthèse peut être établi. Comme signalé plus haut, vous pouvez choisir librement de l utiliser ou pas Contrôle de la qualité de l air ambiant Travaux sur le terrain o Combien de mesures faut-il effectuer? o A quel endroit les mesures peuvent-elles être effectuées de façon à être représentatives? S agit-il d un espace fermé? S agit-il d un espace ventilé? S agit-il d une cave? o Existe-t-il d autres sources susceptibles d interférer avec les mesures? Présence de solvants? Autres?!! Le lieu de l échantillonnage d air doit être un lieu représentatif, où l on vit vraiment. Des exceptions sont cependant toujours possibles! o Quel type de mesure doit être effectué? Mesure sur site? Adsorption? Analyses o Quels paramètres faut-il analyser? HM C 6 -C 20 BTEX HM C 6 -C 20 + BTEX (paquet) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 16/22

19 6.4.3 Menace ou altération de l eau potable Travaux sur le terrain o Conduite d eau A quels points d écoulement faut-il prélever des échantillons? En 1 seul ou en plusieurs points? Y a-t-il des soupçons que la conduite d eau principale soit touchée? Faut-il prélever des échantillons chez les voisins également? Par défaut, on prélève d abord des échantillons sur la parcelle concernée et ensuite seulement, sur les parcelles attenantes. Un échantillonnage d eau potable a-t-il déjà été effectué précédemment? Si oui, où? La nature des conduites est-elle connue? o Eau de puits A quels points de vidange faut-il prélever des échantillons? En 1 seul ou en plusieurs points? Faut-il effectuer un échantillonnage du puits à proprement parler? Un échantillonnage d eau potable a-t-il déjà été effectué précédemment? Si oui, où? o Captage public d eau potable Faut-il prélever des échantillons au niveau des puits d observation de la zone de protection? Le gestionnaire est-il connu? Analyses o Quels sont les paramètres à analyser pour chaque point de vidange? La diversification par point de vidange est-elle nécessaire? o Faut-il réaliser ces analyses à nouveau lors de chaque monitoring? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 17/22

20 7 Fréquence du monitoring T2010_Procédure: Par défaut: 3 ans (ou 4 phases de monitoring dans le cas où la valeur signal n est pas dépassée) 7.1 Modèle décisionnel pour l exécution de mesures ad hoc en cas de dépassement de la valeur limite de pollution selon la directive BOFAS 1er échantillonnage: o définir la situation d origine o déterminer la valeur signal:(légende PP et VI?) Par composé < 80% VI VI Par composé > 80% VI augmentation de 50% Critères impliquant des mesures supplémentaires: o dépassement de la valeur signal o sur la base de la vitesse de dispersion, vérifier l influence sur le récepteur Evaluer l évolution des concentrations dans l eau souterraine en fonction de la dispersion de la pollution. Toujours évaluer de façon critique. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 18/22

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP Procére : Code de bonnes pratiques pour indivielle dans le cadre de travaux Table des matières 1 Objectif... 1 2 Champ d application... 1 3 Références... 1 4 Définitions... 1 5 Procére... 1 5.1 Introction...

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif

Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif Constitution du dossier de demande d installation d un système d assainissement non collectif Le présent dossier dûment rempli est à remettre en Mairie du lieu d implantation du dispositif. Se renseigner

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toute installation d un dispositif d assainissement non collectif doit faire l objet

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF N Dossier SPANC : Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Dossier de Mme/M. : Commune : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Contrôle de Conception et d implantation

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DECLARATIVE DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXAMEN PRELABLE DE LA CONCEPTION Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF PROJET D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Contrôle de conception et d'exécution Le contrôle de conception et d'implantation a pour but de vérifier que le projet d'assainissement non collectif est conforme

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

Page 1. Date du contrôle : / /

Page 1. Date du contrôle : / / Page 1 Date du contrôle : / / Date de la demande : / / Date de la demande de permis de construire (sauf pour réhabilitation) : / / Adresse de l'immeuble : Code postal : Commune : Section et numéro du cadastre

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Conformément aux Lignes directrices sur la gestion des lieux contaminés (Version 2.0) octobre 2004

Conformément aux Lignes directrices sur la gestion des lieux contaminés (Version 2.0) octobre 2004 Guide pour l application des mesures d assainissement en fonction des risques (RBCA, Risk-Based Corrective Action) dans les bassins hydrographiques et les champs de captage municipaux Conformément aux

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire

63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES Tél. : 04.73.65.87.63 Tél. : 04.73.36.96.05. Pièces à fournir par le propriétaire SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes de Rochefort-Montagne Rte de Clermont BP15 41 avenue des Thermes 63210 ROCHEFORT-MONTAGNE 63400 CHAMALIERES 04.73.65.87.63

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D'UNE DEMANDE DE DEVIS POUR DES ETUDES A LA PARCELLE SUR DES PROPRIETES PRIVEES SUR LA COMMUNE DE SAINTE-CROIX (01120)

CAHIER DES CHARGES D'UNE DEMANDE DE DEVIS POUR DES ETUDES A LA PARCELLE SUR DES PROPRIETES PRIVEES SUR LA COMMUNE DE SAINTE-CROIX (01120) CAHIER DES CHARGES D'UNE DEMANDE DE DEVIS POUR DES ETUDES A LA PARCELLE SUR DES PROPRIETES PRIVEES SUR LA COMMUNE DE SAINTE-CROIX (01120) Sommaire : I. Objet II. Contexte local III. Contexte financier

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION (FORMULAIRE 1)

CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION (FORMULAIRE 1) 1/8 CONTROLE DE CONCEPTION ET D IMPLANTATION (FORMULAIRE 1) Date du contrôle : Date de la deande :.. Date de la deande de peris de construire :.. Adresse de l ieuble :..... Code postal :... Coune :...

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT.

AVIS. Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT. AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1520 Liège, le 22 septembre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT Avis

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU Le décret n 2008-652 du 2 juillet 2008 précise le dispositif prévu par la loi sur l eau

Plus en détail

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILIÈRE COMPACTE

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILIÈRE COMPACTE MODÈLE D IMPRIMES Code : 5.1.4 MOD7 CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX Version : mardi 10 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

Votre installation septique l essentiel à savoir!

Votre installation septique l essentiel à savoir! Votre installation septique l essentiel à savoir! Saviez-vous que... les eaux usées des résidences non raccordées à un réseau d égout doivent être évacuées et traitées par une instal lation septique aussi

Plus en détail

Commune de : Il est indispensable de concevoir le système d assainissement avant même le projet de construction.

Commune de : Il est indispensable de concevoir le système d assainissement avant même le projet de construction. Commune de : DEMANDE D INSTALLATION D UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ❶ Collecte ❷ Traitement Vous allez construire ou améliorer un logement : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre

Plus en détail

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation.

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation. Cadre réservé à la mairie du lieu du projet La présente demande a été reçue à la mairie Le Cachet de la mairie Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION Centre Régional Normandie Agence de Dreux 7 rue du Président Wilson - 28100 Dreux Adainville Bazainville Boinvilliers Boissets Bourdonné Boutigny-Prouais Champagne Civry-la-forêt Condé-sur-Vesgre Courgent

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

Manuel de l expert. Protection et réhabilitation des terrains. Applicable à la section IV.2.1 de la. Loi sur la qualité de l environnement

Manuel de l expert. Protection et réhabilitation des terrains. Applicable à la section IV.2.1 de la. Loi sur la qualité de l environnement Manuel de l expert Protection et réhabilitation des terrains Applicable à la section IV.2.1 de la Loi sur la qualité de l environnement (L.R.Q., c.q-2) Ministère du Développement durable, de l Environnement

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Les Forages de Puits d Eau

Les Forages de Puits d Eau 1 8 Journée de l APRONA Les Forages de Puits d Eau Intervenant : M Claude Maurutto 2 Les Forages de puits d eau De la réalisation à la réception de l ouvrage Un Forage : Pourquoi? Un peu d Histoire Les

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public).

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public). Schémas techniques Assainissement collectif > Raccordement Schéma type de branchement Réseau séparatif Dispositif permettant le raccordement au collecteur public. Conduite de branchement (domaine public).

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 25 juin 2015 relatif à l agrément d expert en matière de géothermie de minime importance

Plus en détail

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 Exemple d une filière ZEOMOP avec relevage Rejet de la filière en conformité avec la réglementation en vigueur.

Plus en détail

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR

DÉCLARATIONS DU VENDEUR SUR L IMMEUBLE 1 INFORMATIONS GÉNÉRALES VENDEUR 2 / PAR VENDEUR 1 / PAR DÉCLARATIONS DU SUR L IMMEUBLE 1 / PAR 2 / PAR nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 1 nom, adresse, téléphone et courriel du vendeur 2 ci-dessous collectivement nommés «vendeur» Ce formulaire

Plus en détail

DIDANC DEMANDE NON COLLECTIF D.I.D.A.N.C.

DIDANC DEMANDE NON COLLECTIF D.I.D.A.N.C. DEMANDE NON COLLECTIF D.I.D.A.N.C. DIDANC CACL / S.P.A.N.C SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF QUARTIER BALATA - CHEMIN DE LA CHAUMIÈRE 97351 MATOURY - BP 9266 97302 CAYENNE CEDEX4 GUYANE FRANÇAISE

Plus en détail

BRANCHEMENT AU RÉSEAU PUBLIC D EAU POTABLE HABITATION OU ACTIVITE PROFESSIONNELLE ET OPERATION COLLECTIVE EQUIVALENTE

BRANCHEMENT AU RÉSEAU PUBLIC D EAU POTABLE HABITATION OU ACTIVITE PROFESSIONNELLE ET OPERATION COLLECTIVE EQUIVALENTE BRANCHEMENT AU RÉSEAU PUBLIC D EAU POTABLE POUR BATIMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF A USAGE D HABITATION OU ACTIVITE PROFESSIONNELLE ET OPERATION COLLECTIVE EQUIVALENTE FROUARD CUSTINES / ZONES DE PRE-A-VAROIS

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

AIDE A LA MISE EN PLACE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

AIDE A LA MISE EN PLACE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Département de la Haute Savoie SIVOM DU HAUT CHABLAIS COMMUNES DE BELLEVAUX, LULLIN, REYVROZ ET VAILLY AIDE A LA MISE EN PLACE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Collecte des données et pré-diagnostic

Plus en détail

SPANC. Règlement du service d assainissement non collectif

SPANC. Règlement du service d assainissement non collectif SPANC Règlement du service d assainissement non collectif SPANC Locminé Communauté Zone de Kerjean 56500 Locminé Tél. : 02 97 44 22 58 Fax : 02 97 44 29 68 spanc@pays-locmine.com Chapitre I : Dispositions

Plus en détail

Foire aux questions sur l application Bell Télé

Foire aux questions sur l application Bell Télé Foire aux questions sur l application Bell Télé Pour commencer : 1. Q : Qu offre l application Bell Télé? R : L application Bell Télé offre du contenu en direct et sur demande sur les téléphones intelligents

Plus en détail

ÉTUDES SUR L EAU N 86 MODALITÉS TECHNIQUES DU CONTRÔLE DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES HABITATIONS INDIVIDUELLES

ÉTUDES SUR L EAU N 86 MODALITÉS TECHNIQUES DU CONTRÔLE DES INSTALLATIONS D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DES HABITATIONS INDIVIDUELLES É D I T O R I A L assainissement non collectif concerne les immeubles, et notamment les L maisons d habitation individuelles, non raccordés à un réseau public de collecte des eaux usées. La directive européenne

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité I. Informations Générales 1- Habitation Occupant Nom : Téléphone : Prénom :. E-mail :.. Complément d adresse :.. N : Voie : Code postal : Commune :.. Référence cadastrale : N plan :. Section :.. N :..

Plus en détail

Réforme des comptes d épargne réglementés

Réforme des comptes d épargne réglementés Réforme des comptes d épargne réglementés Liste des questions Liste des questions Pourquoi une réforme des comptes d épargne réglementés? 3 En quoi consiste concrètement la réforme? 3 Qui est touché par

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF

Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS 20, grande rue 25800 Valdahon Tél

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES

CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES CAHIER DES CHARGES GÉNÉRALES CONTRÔLE BIOLOGIQUE DES INSECTES PIQUEURS 2014 ET 2015 Le 24 janvier 2014 1 1. MANDAT La Municipalité de Saint-Côme sollicite les services professionnels d une firme pour le

Plus en détail

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Essent souhaitait automatiser entièrement la facturation de ses clients industriels. Etablir des

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Sans électricité / Sans mécanique / Sans entretien Le Système Enviro-SepticMD Réinventer l art de distribuer, traiter et infiltrer

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail