T2010_Procédure: Etablissement d une proposition de monitoring (PM) Table des matières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T2010_Procédure: Etablissement d une proposition de monitoring (PM) Table des matières"

Transcription

1 Table des matières 1 Objectif Références Définitions Examen des propositions Communication relative aux propositions Contenu de la procédure relative à la proposition de monitoring Introduction Principes de base de BOFAS en matière de proposition de monitoring Estimation du risque Estimation de l évolution Réévaluation de l EDS Conclusions des instances publiques concernant le monitoring, l EDS, le PA, les mesures de précaution, etc Pollution étrangère à l exploitation d une station-service Valeur de la proposition de monitoring Structure du raisonnement qui sous-tend la proposition de monitoring Pollutions et constantes connexes (sur la base des études disponibles) Existe-t-il des lacunes dans les connaissances relatives à la pollution? Risques Un monitoring est-il nécessaire? Est-ce qu on trouve déjà dans le PA (déclaré conforme ou pas) une proposition de monitoring dans l attente du début des travaux? A-t-on déjà connaissance de données effectives concernant un monitoring? (autrement dit, un monitoring a-t-il déjà été effectué?) Quel type de monitoring est nécessaire? Elaboration de la proposition de monitoring Monitoring des eaux souterraines Contrôle de la qualité de l air ambiant Menace ou altération de l eau potable Fréquence du monitoring Modèle décisionnel pour l exécution de mesures ad hoc en cas de dépassement de la valeur limite de pollution selon la directive BOFAS Dérogation au modèle décisionnel Rapports Etude préliminaire Elaboration de la proposition de monitoring Fréquence du monitoring Annexes Annexe 1: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (sol et eaux souterraines)...2 Responsable Approuvé par Procédure T2010_PRO_ établissement d une Walt Theys Dirk Loontjens Version 1

2 Annexe 2: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (contrôle de l air ambiant)...4 Annexe 3: Aperçu des travaux de terrain et des analyses proposés dans le cadre de la proposition de monitoring (contrôle de l eau potable)...6 Responsable Approuvé par Procédure T2010_PRO_ établissement d une Walt Theys Dirk Loontjens Version 1

3 1 Objectif BOFAS se propose de faire établir une proposition de monitoring en guise de préparation à l exécution effective d un monitoring pour les demandes de fermeture qu il a déclaré recevables et pour lesquelles l Etude de Délimitation du Sol (EDS) réalisée n est pas immédiatement suivie d un projet d assainissement du sol (PA) ou de l exécution de travaux d assainissement du sol (TA) La proposition de monitoring et le monitoring qui en résultera le cas échéant ont pour but de: - éviter les effets imprévus/défavorables de la pollution dans l attente des TA; - évaluer l évolution de la pollution et procéder éventuellement à une réévaluation des conclusions de l EDS; - décider, sur la base du monitoring, s il y a lieu de réévaluer l index de priorité «PIP». Le présent document se propose d indiquer à l exécutant comment établir une proposition de monitoring et ce qu en attend BOFAS. C est à l expert en assainissement du sol qu il incombe de donner un contenu qualitatif à sa mission. C est la raison pour laquelle la procédure est fournie à titre indicatif. Il faudra en outre déterminer l ordre d examen (lors de la phase d examen des propositions de monitoring chez BOFAS) afin de pouvoir transférer un maximum de données en un minimum de temps. Cette procédure tient lieu de fil conducteur pour l évaluation et l élaboration d une proposition de monitoring. Elle ne contraint nullement l adjudicataire à respecter un layout ou une table des matières imposés pour l élaboration d une proposition de monitoring. La spécificité et le savoir-faire de l entreprise doivent pouvoir être garantis. Boas demande néanmoins que le dossier soit parfaitement étayé. 2 Références BOFAS renvoie à sa directive standard, la directive BOFAS de 2004, qui énonce déjà un certain nombre de dispositions portant sur l exécution d un monitoring. Cette procédure a vu le jour à l issue de l examen et de l évaluation de 3 cas d essais exécutés par chaque expert en assainissement du sol engagé. Les cas d essais étaient basés sur les documents fournis lors de l adjudication. BOFAS signale que cette procédure repose sur un document modulable, auquel des adaptations peuvent être apportées pendant l exécution de la mission. Et ce, sur la base de l expérience acquise et des concertations menées dans le cadre des examens. 3 Définitions Dans le cadre de cette procédure, les concepts suivants sont utilisés, conformément à l article 1 de l accord de coopération: Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 1/22

4 Terrain pollué terrain Une ou plusieurs parcelles cadastrales sur lesquelles se trouve ou se trouvait une stationservice qui, suite à l exploitation de la station-service avant la demande d intervention visée aux articles 13 et 16, sont polluées de telle façon qu un assainissement du sol s impose sur la base de la législation régionale relative à l assainissement du sol. Site pollué site Une ou plusieurs parcelles cadastrales sur lesquelles se trouve ou se trouvait une stationservice, ainsi que les parcelles cadastrales attenantes, dont le sol est également pollué suite à l exploitation de la station-service avant la demande d intervention visée aux articles 13 et 16, de telle manière qu un assainissement du sol s impose sur la base de la législation régionale relative à l assainissement du sol. Audit L audit administratif et technique portant sur les dossiers de fermeture qui a été exécuté en première partie de la mission, conformément aux procédures prescrites. 4 Examen des propositions Comme indiqué dans le marché, chaque proposition de monitoring est étudiée, avant réception de la version définitive et après son remaniement éventuel, dans les bureaux de BOFAS. Afin d arriver à un transfert maximal de données en un minimum de temps, les points ci-dessous sont traités dans l ordre indiqué: o la proposition de monitoring est basée sur des données, lesquelles? (p. ex.: EDS, PA, évaluation); o examen de la pollution ; o examen des risques constatés; o un monitoring est-il nécessaire?; o si oui, proposition de monitoring; o divers. Etant donné que toutes les parties doivent avoir préparé la réunion, il est conseillé que les propositions à traiter soient transmises à BOFAS environ une semaine avant la date de l examen (des exceptions doivent et peuvent toujours être tolérées). Au minimum, les documents suivants sont transmis. o o o o L audit (cela va de soi puisque la première proposition de monitoring doit être fournie via le webaudit en même temps que l audit); La proposition de monitoring (texte); Le plan de monitoring (schéma); Le métré; Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 2/22

5 o Des données complémentaires au cas où celles-ci seraient nécessaires. Tous les documents susmentionnés seront au minimum pourvus d une date, du numéro de demande BOFAS et du nom du contractant. Ils sont fournis au format digital. Pour le métré, le métré standard fourni en format XLS sera utilisé. Pour tous les autres documents fournis, il n existe aucune condition quant au format, sauf mention spécifique dans le webaudit. Afin de faciliter les examens, BOFAS propose que l expert en assainissement du sol ait toujours à disposition sa documentation préparatoire lors des examens, et pas seulement le produit final. Les documents sont examinés de préférence avec leur auteur. L auteur connaît en effet la situation et le raisonnement qui sous-tendent la proposition. Par ailleurs, BOFAS tolère les méthodes de travail existantes et le mode de fonctionnement spécifiques pour chaque expert en assainissement du sol. Si une autre personne vient commenter les documents, celle-ci sera bien au fait de la proposition et du contexte qui l entoure. L examen des propositions dans les bureaux de BOFAS se fait sur proposition et à l initiative de l expert en assainissement du sol. Il est proposé que le nombre de dossiers examinés par séance soit limité à 8 maximum. Cette limite est garante d une bonne préparation des dossiers pour toutes les parties. Si l on se base sur une trentaine de minutes d'examen par dossier, cela revient à une session d examen d une demi-journée. 5 Communication relative aux propositions Comme mentionné précédemment, les documents sont transmis dans une première phase par le biais du webaudit. Ensuite, la communication s effectuera en voie directe, de préférence par et au besoin par téléphone, entre le responsable de l expert en assainissement du sol et Walt Theys ou 02/ ) sur l ordre de BOFAS. S il devait s avérer lors de l examen que le Chef de Projet (CP) de BOFAS doit être associé, son nom sera ajouté en copie. Afin de garantir un traitement et une communication fluides, il est suggéré d instaurer une communication par demande. L'objet de l' pourra être formulé comme suit. SL_VM_numéro de la demande BOFAS_ texte (p. ex. SL_VM_1380_demande de vérification). Il est bien entendu que cette forme de communication ne sera pas envisageable en cas de questions se rapportant à plusieurs demandes. Il ne fait aucune doute que les remarques et les conclusions que vous formulez à l issue des examens, de même que les suggestions ou les remarques que vous faites auront toute leur importance; il n empêche que les remarques, conclusions et suggestions de vos collègues auront, elles aussi, toute leur importance. BOFAS s efforcera dès lors de Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 3/22

6 regrouper et d extrapoler les remarques formulées, et de les transmettre ensuite par , selon le principe de question et réponse. 6 Contenu de la procédure relative à la proposition de monitoring 6.1 Introduction Les chapitres qui suivent présentent les éléments à contrôler en vue de l élaboration d une proposition de monitoring bien étayée, d un examen aisé et d une collaboration fluide. Ce ne sont pas tant la forme et les rapports qui sont importants, mais plutôt le raisonnement et la prise de position qui sous-tendent la proposition. On s efforcera donc, sur la base du questionnaire qui a été établi, de parvenir à une approche standardisée. BOFAS est convaincu que les questions posées n ont rien de nouveau pour vous et qu elles s inscrivent même dans la conception générale adoptée dans le secteur de l assainissement du sol. Il ressort de l évaluation des cas d essai que la plupart des raisonnements sont menés à bien mais qu ils ne sont pas communiqués ni rapportés. 6.2 Principes de base de BOFAS en matière de proposition de monitoring Les principes de base sont énoncés ci-après Estimation du risque En premier lieu, le monitoring a pour but d évaluer les risques estimés. Pour ce faire, on utilise les informations disponibles fournies par BOFAS. Bien entendu, les informations qui ont été recueillies dans le cadre de l'audit sont également substantielles. Bien que l expert en assainissement du sol puisse suggérer la nécessité, dans une phase ultérieure, d un travail sur le terrain et d analyses supplémentaires, on part du principe, lors de la première estimation, que les informations disponibles sont suffisantes. Les informations disponibles sont les suivantes: o les études existantes, assorties ou non d une analyse des risques et de données relatives à la dispersion ; o les lettres et protocoles des autorités; o éventuellement, une première évaluation et une proposition de monitoring commandée par BOFAS. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 4/22

7 On procède à l examen des risques réels étant donné que le résultat final (le plan de monitoring) a une durée limitée et qu il peut faire l objet de rectifications en cours d exécution. En règle générale, une estimation des risques potentiels trop vague n a donc qu un faible intérêt Estimation de l évolution Dans un deuxième temps, on évalue l évolution de la pollution. Bien qu elle soit le corolaire de l estimation des risques, la dispersion de la pollution constitue également un aspect crucial pour ce qui concerne la proposition de monitoring. Contrairement au point précédent, le risque (de dispersion) doit être inévitablement intégré dans le raisonnement. Bien que cela puisse se justifier d un point de vue scientifique eu égard aux données collectées sur l évolution, il n est nullement question de prendre en compte, dans la proposition de monitoring, des paramètres d élimination naturelle et apparentés. Sur cette matière, la vision de BOFAS prend une toute autre orientation Réévaluation de l EDS Après l estimation des risques et de l évolution, l expert en assainissement du sol peut constater que les conclusions auxquelles a abouti l EDS ou l appréciation des instances publiques ne sont pas correctes ou pas suffisamment motivées. Dans ce cas, la proposition de monitoring pourra être assortie de propositions de travaux supplémentaires sur le terrain. Attention! Il ne s agit nullement de suggérer des travaux supplémentaires sur le terrain s il devait s avérer que l EDS n est pas encore complète. Sur la base du PIP existant, les CP de BOFAS ont adopté une position claire selon laquelle les dossiers requérant l exécution d une proposition de monitoring n entrent pas directement en ligne de compte pour une Proposition d Etude de Délimitation du Sol (PEDS) ou une EDS. La proposition de travaux de terrain supplémentaires est donc liée à l estimation des risques et pas aux procédures d assainissement à mener suivant la législation en vigueur Conclusions des instances publiques concernant le monitoring, l EDS, le PA, les mesures de précaution, etc. Si les instances publiques ont déjà pris des positions quant au monitoring dans un dossier, celles-ci sont intégrées dans le raisonnement (dans ce cas, cela est également indiqué dans la proposition de monitoring). Cela ne signifie pas pour autant que ces positions Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 5/22

8 seront adoptées sur-le-champ. Une analyse objective et un éventuel infléchissement doivent être envisageables moyennant motivation. Dans les dossiers, BOFAS doit bien entendu veiller à une bonne communication avec les instances publiques, ce qui risque de ralentir le traitement du dossier. En lien avec ce qui précède, la décision des instances publiques selon laquelle la délimitation n est pas obtenue dans l EDS ne peut donner lieu d office à des travaux supplémentaires sur le terrain. Le PIP existant motive le report de l exécution d une délimitation future Pollution étrangère à l exploitation d une station-service L intégration d une pollution étrangère à l exploitation dans la proposition de monitoring dépend en premier lieu du caractère dissociable de ladite pollution. Si la pollution est indissociable et si, suite à l évaluation des risques et l évaluation de l évolution, elle requiert de toute évidence un suivi supplémentaire, cette pollution doit être prise en compte dans la proposition de monitoring. Une pollution étrangère dissociable rend cette évaluation sensiblement plus difficile. Dans un premier temps, on admet qu à défaut d obligation d assainissement pour la pollution en question, celle-ci ne doit pas être prise en compte. Il convient par ailleurs de vérifier si la pollution est localisée sur un terrain ou sur un site. On peut admettre que cela ne soit pas évident pour l expert en assainissement du sol sur la base des informations disponibles. En cas de doute, une concertation avec BOFAS est indispensable. Si la pollution étrangère dissociable est localisée sur un site et pas sur un terrain, ladite pollution ne doit pas être intégrée dans la proposition de monitoring. Les autres scénarios doivent toujours être étudiés en concertation avec BOFAS Valeur de la proposition de monitoring Une proposition de monitoring exécutée dans le cadre de ce marché doit être ajoutée au tender en vue de l attribution effective du monitoring. Bien que cela ne réussisse pas à 100 %, la proposition doit être élaborée de telle manière que pour ce marché, le soumissionnaire ne doive pas procéder une nouvelle fois aux raisonnements et aux résumés qui ont été réalisés dans la proposition de monitoring. Sont requis: o une description schématique et/ou synthétique de la pollution (les points requérant une attention particulière sont développés ci-dessous) ; o la motivation des positions prises en ce qui concerne l estimation des risques et de l évolution; Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 6/22

9 o o o la motivation des travaux de monitoring proposés (Pourquoi entreprend-on quelque chose? Pourquoi ne fait-on rien?); la motivation et une description claire des travaux de terrain et des analyses supplémentaires proposés (le comment et le pourquoi); un plan précis (des annotations manuelles sur un plan existant sont autorisées) qui portera les indications suivantes: o les éventuels travaux de terrain supplémentaires ; o les piézomètres de contrôle (différence entre profondeur et propagation) ; o la direction connue ou supposée de l écoulement souterrain ; o si disponible dans les informations fournies (le contour global de la pollution) ; o une flèche indiquant le nord; o le numéro de dossier BOFAS; o l échelle (pour autant que le matériel fourni par BOFAS le permette); o le nom de l expert en assainissement du sol; o la date d établissement. 6.3 Structure du raisonnement qui sous-tend la proposition de monitoring La structure du raisonnement est présentée ci-dessous sous la forme de questions. Il est proposé de parcourir ce raisonnement et ces questions lors de l examen. Bien entendu, un certain nombre de questions s appliquant à un site spécifique peuvent faire défaut. Comme cela a déjà été expliqué lors de la séance d information, le but poursuivi est que, sur la base des questions mentionnées, vous résumiez la pollution et puissiez l expliquer dans un délai minimum. Sur la base d un plan existant (avec d éventuelles annotations supplémentaires), vous pouvez visualiser la pollution. Pour toute clarté, BOFAS tient à rappeler qu il ne s agit en aucun cas d un concours d esthétique. Des annotations apposées à la main sur le plan sont suffisantes. Le contenu prime sur la forme Pollutions et constantes connexes (sur la base des études disponibles) Les questions fondamentales qu il conviendra de poser en fonction de la pollution sont en réalité les questions posées lors de l exécution et de la rédaction d une EDS. o Caractéristiques hydrogéologiques Géologie locale claire? (examen global) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 7/22

10 o Sable? Gradations? o Limon? Gradations? o Argile? Gradations? o Stratifié? Couche imperméable présente? o Profondeur? Coupes de forage univoques? Données de sondage présentes? Ecoulement souterrain connu? o Basé sur des données de nivellement fiables? Piézomètres de même diamètre? Même disposition des crépines? Dans un terrain meuble? Dans un terrain avec revêtement? o Univoque? Direction? o Non univoque? o Zone urbanisée? o Raisons qui laissent supposer un écoulement souterrain? Présence d eaux de surface drainantes? Topographie? o Pollution du sol Pollution du sol présente? o Démontrée (analytiquement) o Non démontrée analytiquement mais bien supposée? o Supposée sur base des observations organoleptiques? Existe-t-il une obligation d assainissement de la pollution du sol? o Toutes les pollutions? Source connue? o Origine connue? (pompe, citerne, conduite) o Nature du produit connue (essence, diesel, mazout, huiles usées, )? 1 ou plusieurs noyaux? o En cas de noyaux multiples, nécessité d une évaluation distincte? Quels paramètres? o Quels sont les paramètres polluants? (BTEX, HM, MTBE, ) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 8/22

11 o Tous les paramètres pertinents ont-ils été examinés lors des études précédentes? (L exemple type est le MTBE) o Autres paramètres suspectés? (lesquels?) Présence de paramètres étrangers à l exploitation? Dissociables? o Sur un terrain? o Sur un site? Non dissociables? Délimitation suffisante? o En fonction de l évaluation des risques? Profondeur? o Délimitation en surface connue? Quelle profondeur? (à considérer de façon globale sauf en cas de topologie très variable) o Délimitation en sous-sol connue? Quelle profondeur? Profondeur réaliste? Dispersion? o hors de la parcelle? o dans la parcelle? o risque de propagation hors de la parcelle? (assez rare) o Pollution des eaux souterraines Eaux souterraines présentes? o < 1 m-ns o > 2m-ns o > 5m-ns o > 8 m-ns o >> 8 m-ns o Forte fluctuation du niveau de la nappe phréatique constatée? Pollution des eaux souterraines présente? o Démontrée (analytiquement oui) o non démontrée analytiquement mais bien supposée? o Hypothèse basée sur un examen organoleptique? Couche surnageante constatée? o Film? o Réellement mesurée? Epaisseur? Existe-t-il une obligation d assainissement de cette pollution? o Toutes les pollutions? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 9/22

12 1 ou plusieurs noyaux? o En cas de noyaux multiples, nécessité d une évaluation distincte? Source connue? o Origine connue? (pompe, citerne, conduite) o Nature du produit connue (essence, diesel, mazout, huiles usées, )? Quels paramètres? o Quels sont les paramètres polluants? (BTEX, HM, MTBE, ) o Tous les paramètres pertinents ont-ils été examinés lors des études précédentes? (L exemple type est le MTBE) o Autres paramètres suspectés? (lesquels?) Présence de paramètres étrangers à l exploitation? Dissociables? o Sur un terrain? o Sur un site? Non dissociables? Délimitation suffisante? o En fonction de l évaluation des risques? Profondeur? o Délimitation en surface connue? Quelle profondeur? (à considérer de façon globale sauf en cas de topologie très variable) o Délimitation en sous-sol connue? Quelle profondeur? Profondeur réaliste? Dispersion o hors de la parcelle? o dans la parcelle? o risque de propagation hors de la parcelle? o canaux de propagation présents autres que l écoulement souterrain? o les positions relevées et les calculs effectués en rapport avec la propagation ont-ils été confrontés à la réalité? o existe-t-il des raisons de penser que la pollution a un caractère quasi immobile? (couche surnageante qui ne bouge plus depuis des années, etc.) o les paramètres découverts dans la zone de propagation sont-ils les paramètres attendus? (p. ex. uniquement du toluène au niveau du piézomètre délimitant de l autre côté de la rue) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 10/22

13 6.3.2 Existe-t-il des lacunes dans les connaissances relatives à la pollution? (sur la base des études et de la visite sur le terrain (audit)) o Si oui, lesquelles? Risques (à indiquer sur la base des informations disponibles, de l audit (visite sur le terrain) et de la déclaration de conformité EDS / PA) o Risque toxicologique pour l homme? raison? o Risque de dispersion? raison? o Tous les récepteurs sont-ils connus? (screening) Parcelles attenantes Immeubles Cours d eau Captage d eau Menace d un captage public d eau potable? o Si oui, lequel? o Pollution déjà dans la zone de protection? Pollution déjà constatée? o A quels points de contrôle de la zone de protection? Autres? o Menace de pollution de l eau potable? Eau de puits? (particuliers) Profondeur du puits d eau potable? Eau courante? o Pollution de l eau potable déjà constatée? Eau de puits? (particuliers) Profondeur du puits d eau potable? Eau courante? o Revêtement présent au-dessus de la pollution? Type? o Zones d habitation menacées? Cave présente? Dans la zone polluée? Zone d habitation présente au niveau de la pollution? o Un contact direct est-il possible? o Y a-t-il eu des plaintes? o La zone d habitation est-elle encore effectivement occupée? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 11/22

14 La pollution est-elle localisée sous une zone professionnelle? o Garage, car-wash, autres, quel type? o La zone professionnelle est-elle encore effectivement occupée? o Câbles et conduites publics souterrains menacés? Les câbles et conduites publics souterrains traversent-ils la zone polluée? Uniquement dans le sol pollué? Aussi dans les eaux souterraines polluées? Existe-t-il une incertitude quant au contact entre les conduites et la pollution? o Quelles conduites? Eau Branchement d un immeuble Conduite principale Faut-il dès lors prélever des échantillons d eau potable? Gaz Conduite principale Branchement d un immeuble Electricité Conduite principale Branchement d un immeuble Distribution Conduite principale Branchement d un immeuble Téléphone Conduite principale Branchement d un immeuble o Existe-t-il un nœud d intersection de conduites sur le terrain? Un contact a-t-il déjà été constaté? Le matériau des conduites est-il connu? o Des mesures de précaution et/ou des restrictions d utilisation ont-elles déjà été mises en œuvre? Oui Non Pas connu Un monitoring est-il nécessaire? Sur la base du raisonnement qui précède, il est possible de déterminer si un monitoring est nécessaire ou pas. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 12/22

15 S il s avère qu un monitoring n est pas nécessaire, il faudra tirer une conclusion quant à la raison pour laquelle ce n est pas le cas, et ce, sur la base du raisonnement qui précède. S il s avère qu un monitoring est bel et bien nécessaire, il faudra poursuivre l élaboration de la proposition finale de monitoring Est-ce qu on trouve déjà dans le PA (déclaré conforme ou pas) une proposition de monitoring dans l attente du début des travaux? o Pouvez-vous vous retrouver dans cette proposition de monitoring? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi pas? A-t-on déjà connaissance de données effectives concernant un monitoring? (autrement dit, un monitoring a-t-il déjà été effectué?) o Si oui, dans quel cadre? o Pouvez-vous vous retrouver dans l approche adoptée pour le monitoring ayant déjà été exécuté? Si oui, pourquoi? Si non, pourquoi pas? Quel type de monitoring est nécessaire? Pour terminer, il faut rédiger, sur base du raisonnement qui précède, une synthèse sur la raison pour laquelle un monitoring est nécessaire ou pas et, le cas échéant, sur le type de monitoring nécessaire ou pas. o Contrôle des eaux souterraines? Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Contrôle de la qualité de l air ambiant Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Menace ou altération de l eau potable Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 13/22

16 Oui Pour la raison suivante: Non Pour la raison suivante: o Sol (normalement, n est pas d application sauf dans des cas très exceptionnels) Oui Pour la raison suivante: Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 14/22

17 6.4 Elaboration de la proposition de monitoring Monitoring des eaux souterraines En fonction du raisonnement qui précède, il faut vérifier quels sont précisément les piézomètres sur lesquels il faudra opérer un échantillonnage et pour quelle raison. Les questions suivantes doivent être posées. De même, il faut vérifier quels paramètres doivent être analysés et pourquoi il y a lieu de les analyser. Le travail de terrain à prescrire doit être en rapport avec les questions posées suite au raisonnement relatif à la proposition de monitoring, avec l estimation des risques et avec l estimation de l évolution de la contamination. Une forme souvent appliquée de monitoring des eaux souterraines consiste tout simplement en des analyses portant sur les paramètres de pollution connus tout autour des contours de pollution (échantillonnage périphérique). La question est de savoir s il s agit en l occurrence d une utilisation optimale des ressources et des moyens financiers. BOFAS tient à ce que la proposition de monitoring explicite clairement le rôle de chacun des piézomètres. De même, il y a lieu d indiquer s il s agit d un piézomètre à l intérieur du noyau (N) ou d'un piézomètre mesurant la dispersion des polluants (D), d un piézomètre coupant (C) ou d un piézomètre profond (P). La profondeur et la position des crépines sont également mentionnés. Travaux sur le terrain o Les piézomètres à échantillonner sont-ils encore intacts? o Faut-il prélever des échantillons aussi bien d eaux souterraines profondes et non profondes? o Faut-il prélever des échantillons aussi bien en amont qu en aval? o Si une couche surnageante est présente, faut-il la contrôler? o Faut-il placer des piézomètres supplémentaires? Où faut-il les placer? Pour quelles raisons faut-il les placer? Quelle est la disposition des crépines de ces piézomètres? S il y a lieu de placer des piézomètres en profondeur, où faut-il les placer? (à examiner en fonction du risque de dispersion (contamination par entraînement)? o Dans le cas où il faut encore placer des piézomètres supplémentaires : Faut-il également prélever des échantillons de sol? Si oui, pourquoi? o Faut-il à nouveau déterminer le sens d écoulement de l eau souterraine? Si oui, au niveau de quels piézomètres? Analyses o Quels sont les paramètres à analyser pour chaque piézomètre? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 15/22

18 Est-il financièrement intéressant de différencier les analyses dans chaque piézomètre? o Faut-il réaliser ces analyses à nouveau lors de chaque monitoring? TABLEAU 1: l annexe 1 illustre comment un tableau de synthèse peut être établi. Comme signalé plus haut, vous pouvez choisir librement de l utiliser ou pas Contrôle de la qualité de l air ambiant Travaux sur le terrain o Combien de mesures faut-il effectuer? o A quel endroit les mesures peuvent-elles être effectuées de façon à être représentatives? S agit-il d un espace fermé? S agit-il d un espace ventilé? S agit-il d une cave? o Existe-t-il d autres sources susceptibles d interférer avec les mesures? Présence de solvants? Autres?!! Le lieu de l échantillonnage d air doit être un lieu représentatif, où l on vit vraiment. Des exceptions sont cependant toujours possibles! o Quel type de mesure doit être effectué? Mesure sur site? Adsorption? Analyses o Quels paramètres faut-il analyser? HM C 6 -C 20 BTEX HM C 6 -C 20 + BTEX (paquet) Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 16/22

19 6.4.3 Menace ou altération de l eau potable Travaux sur le terrain o Conduite d eau A quels points d écoulement faut-il prélever des échantillons? En 1 seul ou en plusieurs points? Y a-t-il des soupçons que la conduite d eau principale soit touchée? Faut-il prélever des échantillons chez les voisins également? Par défaut, on prélève d abord des échantillons sur la parcelle concernée et ensuite seulement, sur les parcelles attenantes. Un échantillonnage d eau potable a-t-il déjà été effectué précédemment? Si oui, où? La nature des conduites est-elle connue? o Eau de puits A quels points de vidange faut-il prélever des échantillons? En 1 seul ou en plusieurs points? Faut-il effectuer un échantillonnage du puits à proprement parler? Un échantillonnage d eau potable a-t-il déjà été effectué précédemment? Si oui, où? o Captage public d eau potable Faut-il prélever des échantillons au niveau des puits d observation de la zone de protection? Le gestionnaire est-il connu? Analyses o Quels sont les paramètres à analyser pour chaque point de vidange? La diversification par point de vidange est-elle nécessaire? o Faut-il réaliser ces analyses à nouveau lors de chaque monitoring? Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 17/22

20 7 Fréquence du monitoring T2010_Procédure: Par défaut: 3 ans (ou 4 phases de monitoring dans le cas où la valeur signal n est pas dépassée) 7.1 Modèle décisionnel pour l exécution de mesures ad hoc en cas de dépassement de la valeur limite de pollution selon la directive BOFAS 1er échantillonnage: o définir la situation d origine o déterminer la valeur signal:(légende PP et VI?) Par composé < 80% VI VI Par composé > 80% VI augmentation de 50% Critères impliquant des mesures supplémentaires: o dépassement de la valeur signal o sur la base de la vitesse de dispersion, vérifier l influence sur le récepteur Evaluer l évolution des concentrations dans l eau souterraine en fonction de la dispersion de la pollution. Toujours évaluer de façon critique. Walt Theys Dirk Loontjens Version 1 Pg. 18/22

Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu

Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu Documents de référence sur les mesures d assainissement restreintes pour les professionnels affectés au lieu Version 1.2 - mai 2011 Ministère de l environnement du Nouveau-Brunswick TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

T0050_Procédure: Audit administratif et technique des dossiers de fermeture. Table des matières

T0050_Procédure: Audit administratif et technique des dossiers de fermeture. Table des matières T0050_Procédure: Table des matières 1 Objectifs... 1 2 Champ d application... 1 3 Références (cadre législatif)... 1 4 Définitions... 2 5 Procédure du contenu de l audit... 3 5.1 Introduction...3 5.2 Contrôle

Plus en détail

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP

Table des matières. Date 31/01/2007 Remplace la version du 11/01/2006. Auteur et mise à jour Approuvé Type de document CBP monitoring de l air et MPP Procére : Code de bonnes pratiques pour indivielle dans le cadre de travaux Table des matières 1 Objectif... 1 2 Champ d application... 1 3 Références... 1 4 Définitions... 1 5 Procére... 1 5.1 Introction...

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF Dossier de Déclaration et de Mise en Place d un Assainissement Non Collectif De Type : Fosse Toutes Eaux avec Epandage souterrain en sol naturel A ETABLIR

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Directive BOFAS : ASSAINISSEMENT DES SOLS des STATIONS-SERVICE EN BELGIQUE

Directive BOFAS : ASSAINISSEMENT DES SOLS des STATIONS-SERVICE EN BELGIQUE Directive BOFAS : ASSAINISSEMENT DES SOLS des STATIONS-SERVICE EN BELGIQUE Description du document 1. Titre de la publication Directive BOFAS : Assainissement des sols des stations-service en Belgique

Plus en détail

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale.

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. 1 POLLUTION DES SOLS Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. SOMMAIRE CHAPITRE I : INTRODUCTION... 2 CHAPITRE

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Caractéristiques du projet Installateur (si connu)

Caractéristiques du projet Installateur (si connu) Communauté de Communes de la Côte des Isles Service Public d Assainissement Non Collectif 15 rue de Becqueret 50270 BARNEVILLE CARTERET Tél : 02 33 95 96 70 ; Fax : 02 33 95 96 71 site internet : www.cotedesisles.com

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement Division Police

Plus en détail

CCTP Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une vente immobilière

CCTP Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une vente immobilière MARCHES PUBLICS DE SERVICES ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Diagnostic des installations d assainissement non collectif existantes sur des propriétés faisant l objet d une CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif AMÉNAGEMENT Assainissement Non Collectif Étude de définition de filière DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE EAU ET ASSAINISSEMENT 2 3 B IDENTIFICATION DE LA PARCELLE. ÉTUDE DE DEFINITION DE FILIERE D

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle»

Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» Annexe 3 du règlement de service Cahiers des charges «étude à la parcelle» ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide de préconisations relatives à la réalisation des études de Conception des Systèmes d assainissement

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif. Document à retourner au

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière

Guide pratique. Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Assainissement Non Collectif Etude de sol et de filière Guide pratique Guide pratique (études de sol et de filière) proposé par le Conseil Général de l Orne - SATTEMA 1 Guide pratique 1. Préambule Le présent

Plus en détail

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR Assainissement non collectif Étude de définition de filière Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) DiRECTION ENVIRONNEMENT 2 ÉTUDES DE DÉFINITION DE FILIÈRE Étude

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Étude de définition de filière

Étude de définition de filière AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR A Assainissement non collectif Étude de définition de filière Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) DIRECTION ENVIRONNEMENT Votre Conseil général l aménagement,

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF N Dossier SPANC : Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Dossier de Mme/M. : Commune : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Contrôle de Conception et d implantation

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ETUDE. Groupe de réflexion académique économie-gestion

STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ETUDE. Groupe de réflexion académique économie-gestion STMG 1 Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ETUDE L ETUDE 2 Quelques rappels du BO N 21 du 24 mai 2012 3 L étude : support de l épreuve BO N 21 du 24 mai 2012 «Etude d un aspect d

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE CORMEILLES SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE D INSTRUCTION DU CONTROLE DE CONCEPTION CONSTRUCTION OU REHABLILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN ET PRELEVEMENT D EAU SOUTERRAINE

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN ET PRELEVEMENT D EAU SOUTERRAINE REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083)

Ville de Stanstead SHE-00022549 (STTV-083) RÈGLEMENT DE DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME Projet n : SHE-00022549 (STTV-083) Préparé par : Les Services exp inc. 150, rue de Vimy Sherbrooke (Québec) J1J 3M7 www.teknika-hba.com Tél.

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez:

Vous disposez d un diplôme universitaire Si vous réussissez la sélection, à la date d'entrée en service, vous devrez: Attaché - Gestionnaire de dossiers 22/07/2009 Direction Générale de l'office des étrangers - Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides SPF Intérieur Niveau de formation Conditions Vous disposez d

Plus en détail

Guide pratique du Recrutement

Guide pratique du Recrutement Guide pratique du Recrutement Réussir vos s en 6 étapes Janvier 2015 Avant-propos... 2 Comment utiliser ce guide méthodologique du?... 2 Etape 1 - Identification en... 3 1. Définir les besoins spécifiques

Plus en détail

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION

APPENDICE 3 FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION APPENDICE FORMULES UTILISÉES EN APPLICATION DU TRAITÉ DE BUDAPEST ET DE SON RÈGLEMENT D EXÉCUTION page. Cet appendice contient 4 formules, numérotées de BP/ à BP/4. Elles ont été préparées par le Bureau

Plus en détail

SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT

SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT (s appliquant aux projets d aide d urgence, de réhabilitation/ reconstruction et de prévention/ réduction des risques et de résilience) Le rapport final

Plus en détail

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées)

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées) Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. Projet immobilier au droit d un ancien garage automobile où se trouve toujours une cuve qui était

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110

DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement. Rubrique 1110 Novembre 2014 Direction Départementale des Territoires de l Isère Service Environnement DECLARATION SIMPLIFIEE valant dossier d incidence au titre de l article R.214-32 du Code de l Environnement Rubrique

Plus en détail

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets

RETOURS D EXPÉRIENCES ET RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES. Ir. Anne CLERIN -AIVE - Chef de Projets RETOURS D EXPÉRIENCES ET PROBLÈMES RENCONTRÉS EN MATIÈRE DE GESTION DES EAUX PLUVIALES Ir. Anne CLERIN Chef de Projets -AIVE - LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LE CONTEXTE DE L ASSAINISSEMENT DES EAUX

Plus en détail

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP)

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP) Mr Jacob Chabi ALOH ajacob@atrpt.bj SOMMAIRE I. ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE II. PROCEDURES DE CONTRÔLE ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES EN BROUILLAGE ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE Loi sur les valeurs mobilières (L.R.Q., c. V-1.1, a. 331.1, par. 1, 2, 8, 9, 19, 20 et 34 ) 1. L article 1.1 du Règlement

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN.

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1018 Liège, le 10 juillet 2006 Objet : Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN Avis du CWEDD

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail