Logistique et chaîne d approvisionnement Les premières normes internationales sur le management de la sûreté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Logistique et chaîne d approvisionnement Les premières normes internationales sur le management de la sûreté"

Transcription

1 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 73 Logistique et chaîne d approvisionnement Les premières normes internationales sur le management de la sûreté CORBIS Les années 2006 et 2007 viennent de voir l apparition des premières normes de management de la sûreté. Il s agit en l occurrence de la série de normes ISO relatives à la logistique et à la chaîne d approvisionnement. Les ISO démontrent une fois de plus la volonté internationale, sous l impulsion des Japonais, Suédois et Américains notamment, de porter sur la scène mondiale des standards de management de la sûreté. De ce fait, les politiques de sécurité/sûreté risquent d être touchées à l instar de la réglementation financière sous influence des standards financiers internationaux. Ces normes sont les premières issues du vaste programme international Homeland Security Standard Program. Cet article se propose donc de les présenter ainsi que les enjeux associés. Logistics and Supply Chain: The First International Norms in the Management of Safety The years 2006 and 2007 saw the emergence of the first safety management norms: a series of ISO norms relative to logistics and the supply chain. The ISO norms demonstrate once again the international desire, most notably under the impetus of the Japanese, Swedes and Americans, to raise to the international level standards of safety management. However, the security/safety policies risk running into the financial regulation imposed by international financial standards. These standards come out of the vast international program of the Homeland Security Standards program. This article presents an analysis of what is at stake. Jean-Marc Picard Enseignant chercheur à l université de technologie de Compiègne (UTC), a été dix-huit ans dans l industrie dont dix comme directeur marketing, qualité et sécurité d un grand groupe d ingénierie. Il a été vice-président de l association nationale des auditeurs IHESI/INHES, conseiller de défense auprès du ministre de l Intérieur ; vice-président du groupe d impulsion stratégique sur la sécurité et la protection du citoyen à Afnor. Président du forum sur la sécurité à Afnor. Il est aujourd hui président de la Commission de normalisation sur la sécurité sociétale. Ancien vice-président de l Institut pour la maîtrise des risques et la sûreté de fonctionnement (IMDR SDF) il est expert auprès de nombreuses industries et institutions comme le CNES. 73

2 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 74 Cahiers de la sécurité n 4 avril-juin 2008 Nous avions exposé, dans un précédent numéro des Cahiers de la sécurité, les enjeux de la normalisation de la sécurité 1. Dans ce contexte, l ISO, principale organisation internationale de normalisation, vient de produire un ensemble de normes relatives à la sûreté dans la logistique et la chaîne d approvisionnement internationale. La mise en œuvre de ces normes n est ni plus ni moins que le début d une certaine remise en cause potentielle du droit des nations et de leurs prérogatives régaliennes au profit de règles internationales, rendues indispensables pour traiter de problèmes à l échelle mondiale. Cette situation n est pas sans rappeler le monde de la finance où les normes internationales 2 ont guidé les réglementations nationales et non l inverse. Ces nouvelles normes techniques s inscrivent donc dans le cadre du vaste programme international de normalisation de la sécurité qui a vu aussi la production de normes sur la résilience et la continuité d activité. 3 L objet de ces normes La série ISO propose d emblée un ensemble de définitions dont celle de la sécurité 4 que l on traduira, pour la circonstance, par le terme français de sûreté. 5 C est en tout cas la traduction adoptée par l ISO. Elle traite donc du management de la sûreté de la chaîne d approvisionnement, c est-à-dire de la sécurisation de l ensemble des activités logistiques, depuis la production à la source jusqu à l utilisateur. Sont concernés l ensemble des acteurs (transporteurs, intermédiaires, producteurs, distributeurs, pouvoirs publics, etc.) et toutes les modalités de transports (air, fer, mer, terre). L objectif est de permettre aux entreprises d exiger de leurs partenaires (transporteurs, distributeurs, etc.) qu ils se conforment tant aux exigences gouvernementales qu aux principes et exigences énoncés notamment dans l ISO Ces normes sont essentiellement parues en 2006 et Les menaces visées Ces normes, selon l ISO, ont pour but de permettre «un meilleur suivi des flux de marchandises, lutter contre la contrebande et les menaces d actes de piraterie et d attentats terroristes et pour établir un régime sûr et sécurisé dans la chaîne d approvisionnement internationale» 6 Mais ces normes reflètent une nouvelle hiérarchie dans la prise en compte des menaces. Ainsi passe-t-on d une stratégie de protection des ressources ou des centres de production à une stratégie de protection des canaux de distribution. Le commerce prend ainsi, en quelque sorte, le pas sur la production. Dans la culture du droit des commerçants, comme est souvent qualifiée la Common Law, la sécurité du commerce est donc considérée comme une priorité. Premier type de menace, les actes de piraterie, y compris «en col blanc», présentés comme une atteinte stratégique à l économie mondiale. Second type de menace, l utilisation de l infrastructure de la Suplly Chain à des fins illicites. C est le cas du détournement de procédures aux frontières par les terroristes ou les trafiquants de drogues. L immi - gration incontrôlée ou le trafic de personnes en font notamment partie. Toutes ces agressions concourent au développement d économies parallèles 7, dont le développement de la fraude en matière de contrefaçon, troisième type de menace qui ne peut s exprimer que par une maîtrise illicite de la supply chain. Selon les protagonistes de ces nouvelles normes, les mesures engagées, tant par les gouvernements que par les industriels, sont davantage incomprises qu inefficaces. Ce constat constituerait, selon nous, une quatrième menace. Notre expérience nous a montré que l inflation de dispositions réglementaires, souvent obsolètes, conduit aussi à fragiliser les systèmes procurant une fausse sécurité et favorisant la fraude. 8 La solution normative proposée Elle s articule à ce jour autour de quatre groupes normatifs (cf. tableau 1). (1) «Homeland Security : la normalisation face au droit», 2008, Cahiers de la sécurité, n 3, janvier. (2) Précisons que l appellation familière «normes», appliquée aux standards internationaux en matière comptable, évoque des standards parfois repris sous forme de normes juridiques et non de normes techniques, telles qu elles sont définies par l OMC. (3) C est le cas de la norme ISO «Guidelines for incident preparedness ans operational continuity management». Nous reviendrons dans un prochain numéro sur ces nouveaux standards et normes techniques. (4) «resistance to intentional acts designed to cause harm or damage to or by the supply chain» selon ISO , Dans le contexte de cet article, nous considérons la sécurité comme un état ou une aptitude à la résistance, procurée par la mise en œuvre de dispositions de sûreté. (5) Le lecteur nous épargnera l interminable débat sur le distinguo entre sûreté, sécurité et le terme anglais safety qui génère à chaque fois de fatigantes discussions de terminologie. Dans le monde ISO la «security» est la traduction du français «sûreté» dans le domaine policier (et non de l ingénieur, qui renvoie à la SDF : sûreté de fonctionnement) ; voir aussi la note précédente. (6) ISO Management Systems Janvier-février (7) Certaines sources avancent des chiffres de 20 à 40 % pour la part de PIB généré par une économie illicite dans un grand nombre de pays. (8) Les systèmes lourds, normatifs ou réglementaires, sans apporter réellement une efficacité sur le plan de la sécurité, conduisent bien souvent à une implosion des systèmes de contrôle. 74

3 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 75 Logistique et chaîne d approvisionnement : les premières normes internationales sur le management de la sûreté Tableau 1 Les normes ISO L ISO L ISO , spécifie les exigences d un système de management et d assurance de la sûreté et de la sécurité de la chaîne d approvisionnement. Cette norme reprend la structure de la norme ISO 14001, relative aux systèmes de management environnementaux. On y retrouve une extension du concept de la roue de Deming ou «PDCA» pour Plan, Do, Check, Action qu on appelle communément la boucle de la qualité, fondée sur le principe de l amélioration continue. À l instar des ISO 9000 et 14000, le système de management part d une politique fixant Tableau 2 Les principales dispositions de l ISO des objectifs mesurables issus d une analyse et d une évaluation permanente des risques en matière de sûreté, conduisant à la mise en place d actions opérationnelles, planifiées et systématiques. Ces actions font l objet d un contrôle de premier niveau, puis de second niveau (évaluations) à travers revues et audits. Sur le plan technique, reprenant les concepts du management environnemental à travers les notions d objectifs de sûreté et de cible de sûreté, cette norme évoque peu la notion d impact de sûreté à l inverse des normes environne - mentales, qui insistent sur la notion d impact environ - nemental (9) ISO : Specification for security management systems for the supply chain (Spécifications pour les systèmes de management de la sûreté pour la chaîne d'approvisionnement). (10) Rappelons que les normes environnementales de la série ISO sont mise en œuvre dans la quasi-totalité des sites industriels, y compris les installations classées type «Seveso», qui doivent être dotées d un système de gestion de la sécurité. (11) Dans le monde normatif, le terme enregistrement signifie preuve de conformité. 75

4 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 76 Cahiers de la sécurité n 4 avril-juin 2008 Tableau 3 Des aspects délicats à mettre en œuvre. Si le concept de contrôle, et spécifiquement de monitoring du process de sûreté, est largement développé, les concepts de maîtrise et surtout d assurance «sûreté» y sont peu développés. De même, les notions de non-conformité, d actions préventives et correctives sont bien moins développées que dans les normes de management du risque. 12 De nouveaux concepts S il est facile de dire ce que l on attend d un produit 13, il est bien difficile de dire ce que l on attend d un système de management de la sûreté car en plus de nous préserver (Safety), il doit parer aux menaces. Or c est une gageure que de pouvoir toutes les identifier et les quantifier. La norme développe donc d une part le concept de menace, threats, tous les chapitres y font référence, et d autre part le concept de failure ou échecs/erreurs notamment dans son Alors que les normes de management insistent sur le trio «non-conformité, action corrective et action préventive», l ISO élabore un trio complémentaire : «traitement des menaces, actions réactives et actions proactives». Une grande sensibilité au contexte social et politique Les normes anglo-saxonnes privilégient souvent, en matière de risque, l élimination des causes de risques (actions correctives et préventives) sur la suppression des effets (traitement des non-conformités). Mais en matière de sûreté, le traitement des causes potentielles (agressions en tout genre : piraterie, délinquance, terrorisme) est inaccessible le plus souvent à l organisme concerné. Il est sujet de plus à un contexte très variable d un pays à l autre, d une situation à l autre. En d autres termes, une chaîne de transport routier en Colombie n est pas sécurisée de la même manière en Suisse. La difficulté que nous venons d évoquer sur l identification des menaces posera un problème aux auditeurs dès lors que l entreprise voudra se faire certifier sur la base de cette norme. Comment obtenir un niveau de sécurité égal dans une même activité économique exercée dans des contextes juridiques, politiques et sociaux radicalement différents? La sécurité d une chaîne suppose que l ensemble des maillons soit sécurisé. C est un point fort d une autre norme : l ISO Dès lors, on peut imaginer la production de systèmes d information de gestion globale de la sécurité intermodale. 14 Si les auteurs de ces normes ont cette arrière-pensée, la sécurité peut devenir un bon prétexte à une forme de contrôle de la supply chain qui dans des marchés dérégularisés et mondiaux devient «op-ables» en quelque sorte. L ISO La seconde norme, l ISO (cf. tableau 4) est également certifiable et fournit un certain nombre de pratiques concrètes complémentairement à la mise en Tableau 4 Les principales exigences de l ISO (12) Ou management qualité de type ISO 9000 et 9001 ou de management environnemental de type ISO et (13) Ce qui permettra de le déclarer conforme ou non : non conformité (14) L armement aux USA a connu des projets qui peuvent y faire penser pour l acquisition et la fourniture d armement, ce fut le cas du projet CALS : Computer-aided Acquisition and Logistics Support (15) ISO 28001: Security management systems for the supply chain Best practices for implementing supply chain security, assessments and plans Requirements and guidance Systèmes de management de la sûreté pour la chaîne d'approvisionnement Meilleures pratiques pour la mise en application de la sûreté de la chaîne d'approvisionnement, évaluations et plans Exigences et guidage. 76

5 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 77 Logistique et chaîne d approvisionnement : les premières normes internationales sur le management de la sûreté Tableau 5 Les points remarquables des annexes de l ISO œuvre de l ISO Si l ISO traite du management en général, l ISO aborde des aspects très précis de la supply chain qui suscitent des réponses ciblées et concrètes, notamment pour les petites entreprises, alors que l ISO appelle la mise en œuvre d un système global de management, plus propice aux entreprises de taille conséquente. Outre les concepts de flux amont et aval, de sécurité des actifs, déjà évoqués dans l ISO 28000, les annexes de l ISO présentent principalement le développement du concept très offensif de contre-mesures et de fait constituent la vraie valeur ajoutée de cette norme pour l entreprise, (annexes qui ne sont pas en principe certifiables ), (cf. tableau 5). Autres référentiels Une troisième norme, en réalité la première chronologiquement, traite de la sécurité des installations portuaires. Il s agit de l ISO de 2004, 18 qui est plus ou moins rattachée à l ISO L ISO est la quatrième norme, dédiée à l aide à la mise en œuvre de l ISO La présentation de cette norme, quoique passionnante, n apporte cependant pas d enjeux nouveaux. L ISO et la certification en matière de sûreté Enfin, bien qu il existât une norme d audit pour l évaluation des systèmes ISO 9000 et ISO 14000, le domaine sensible de la sécurité exigeant un fort niveau de confidentialité et d indépendance des auditeurs, il convenait de disposer d une norme spécifique pour l audit de sûreté. C est l objet de l ISO Cette norme traite non seulement des audits mais aussi des exigences incombant aux organismes certificateurs. Ces derniers sont soumis à l obligation d être conformes à diverses normes dont l ISO 17021, relative à la certification de système de management (qualité, environnement, hygiène et sécurité au travail, 21 etc.). L ISO reprend en fait la norme ISO en y rajoutant des exigences. 22 Cette norme traite donc de demandes générales classiques, relatives aux organismes certificateurs (impartialité, indépendance des auditeurs, sélection des auditeurs, traitement des réclamations, etc.) et d exigences particulières en matière de sûreté. Concernant celles relatives à l évaluation et à la certification de système de management de la sûreté, la norme aborde des points sensibles dont : La confidentialité de l information, 4.6 ; le management de l impartialité, 5.2 ; la fiabilité des auditeurs et experts, 7.4 ; la confidentialité des informations, 8.5, et surtout Des sujets très sensibles Deux sujets sont particulièrement très sensibles : la sélection et le management des auditeurs y compris les enquêtes à caractère personnel ; la détention d informations extrêmement sensibles. (16) «Performance review list» (17) «Methodology for security risk assessment and development of countermeasures». (18) ISO 20858, Navires et technologie maritime Évaluation de la sécurité des installations portuaires maritimes et réalisation de plans de sécurité, publiée en juin 2004, destinée à aider à la mise en œuvre du Code international pour la sécurité des navires et des installations portuaires (Code ISPS). (19) Systèmes de management de la sûreté pour la chaîne d'approvisionnement - Lignes directrices pour la mise en application de l'iso (20) ISO 28003: Security management systems for the supply chain Requirements for bodies providing audit and certification of supply chain security management systems. (21) Ce cas est un peu particulier. Compte tenu d un encadrement réglementaire important, la certification de système de management en hygiène et sécurité au travail fait l objet de dispositions différentes d un pays à l autre. (22) Il eut été préférable de compléter, le cas échant, la ou de ne rajouter que ce qui est nécessaire, la multiplication des normes complique le système normatif comme la superposition des textes réglementaires. 77

6 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 78 Cahiers de la sécurité n 4 avril-juin 2008 La sélection des auditeurs et la constitution de dossiers personnels, appuyées par des enquêtes, entretiens, constitutions de dossiers personnels très approfondis, copies et vérifications d identité peuvent conduire à des pratiques contraires au droit français, notamment sur l exercice d activités d enquêtes, voire relevant de prérogatives de police. Le niveau d enquête à caractère personnel, demandé par la norme sur les auditeurs, produira des résultats extrêmement variables d un pays à l autre. Les notions de casier judiciaire par exemple ne sont pas les mêmes partout, l accès à ces informations est de plus très dif férent d un pays à l autre. Vers la création de nouveaux réseaux privés de renseignement Toute certification repose sur des audits et inspections. L activité de certification conduit les organismes certificateurs à être dépositaires d informations extrêmement sensibles. Ils connaîtront tout ou presque des scénarios de sécurité adoptés par une grande compagnie, des mesures de sûreté, des menaces prises en compte, des contremesures, etc. La certification, en matière de sûreté, peut conduire ainsi à la création d agences de sécurité privées qui devraient être elles-mêmes «super ISO 28000». C est ce que préconise d une certaine manière l ISO Cette norme pose donc une nouvelle fois le problème de la fiabilité de ces «tiers de confiance» et il est loin d être résolu. Les acteurs Avant de passer à une revue des principaux enjeux de ces normes, il semble important de rappeler qui sont les principaux instigateurs. L ensemble de ces normes est produit à l ISO dans le cadre direct du comité technique TC8 : navires et technologie maritime, à l exception de l ISO 28001, qui dépend d un sous-comité relatif au transport intermodal à courte distance. Cette série de normes, en cours de développement, est le fruit d un travail commun à quatorze pays et à plusieurs organisations internationales, dont l Organisation maritime internationale, l Association internationale des ports, la Chambre internationale de la marine marchande, l Organisation mondiale des douanes, le Conseil maritime baltique et international (BIMCO), l Association internationale des sociétés de classification, l International Innovative Trade Network, le World shipping Council et le Strategic Council on security technology, qui a conclu un Protocole d accord avec l ISO/TC 8, ainsi que la US-Israël Science and Technology Foundation. L américain Charles Piersall, capitaine de la marine marchande, préside le TC8 jusqu en Il a reçu de nombreux prix pour son implication dans la normalisation. Nancy Williams a été le chef de projet du groupe de travail qui a produit l ISO/PAS Représentante du réseau ITN (International Innovative Trade Network), elle est viceprésidente de Cotecna, entreprise active dans un large éventail d activités dans la chaîne d approvisionnement, notamment en matière de sécurité. Cotecna est membre actif de l initiative américaine Operation Safe Commerce. Enfin, le secrétariat du TC8 tenu à la sortie des normes ISO par le Comité japonais des normes industrielles (JISC), est détenu aujourd hui par la Chine et l Allemagne. Les enjeux Le développement de système de management de la sûreté répond à une demande sociétale. Beaucoup d entreprises ont déjà développé leur propre système et l arrivée de normes sur le sujet est évidemment bienvenue. Cependant la certification de ces systèmes, outre les innombrables problèmes de droit évoqués, relance le débat sur le partage public-privé des responsabilités en matière de sécurité, surtout quand il s agit d organismes internationaux. La venue des normes de la série ISO conforte un postulat porté par les ISO et 14004, à savoir, la sécurité comme le risque environ - nemental pourraient et devraient être gérés dans le cadre d un système de management global, reprenant les principes du management de la qualité. Le modèle induit par l ISO consacre la notion de système de management de la sécurité. Mais ce modèle pose un problème déjà rencontré par la normalisation en matière d hygiène et de sécurité au travail, à savoir l incidence du contexte réglementaire sur le système de management, qui façonnera de manière très différente chaque système. En d autres termes, comment comparer un système de management et de sécurité au travail en Chine et en Suisse? La question se pose également, comme nous l avons souligné au début, pour la sécurité en logistique. Le problème de la confidentialité nationale des informations reste posé, de la même façon, celui de l audit n est pas résolu, ni à ce sujet ni en matière de responsabilité. Ainsi en droit français, un auditeur découvrant un fait pénalement répréhensible doit en avertir au moins les autorités légitimes et compétentes. Que se passera-t-il lorsqu une situation dans une entreprise est licite dans un pays et illicite dans un autre? Comment réagira l auditeur? La prise en compte des 78

7 Picard:Mise en page 1 26/03/08 10:32 Page 79 Logistique et chaîne d approvisionnement : les premières normes internationales sur le management de la sûreté exigences réglementaires induit de facto un audit juridique. Certains s y opposent, arguant qu un système de management doit prouver qu il traite les exigences juridiques en termes de moyens et non en termes de résultats. En matière de sécurité, cet argument n est pas acceptable. Il reviendrait à éliminer la base juridique de la sécurité. Le contrôle de ces organismes devra passer explicitement par les États et faire l objet de conventions internationales existant 23 déjà dans des domaines précis. En effet, aujourd hui il existe des principes de reconnaissance mutuelle des organismes de certification par le biais d accords internationaux relevant de l accréditation. Mais ces accords mettant en œuvre principalement des ONG ne sont pas des traités au sens juridique du terme. De ce fait une entreprise colombienne certifiée ISO 9001 par un certificateur suisse peut être reconnue aux États-Unis pour son système qualité. Un tel schéma est-il imaginable pour un système de management de la sécurité? La situation du certificateur lui conférera, dans certains cas, un droit de regard plus poussé qu un douanier à l exemple d un OPJ. Le statut de l information collectée, la valeur juridique des certificats sont autant de sujets forts complexes qui n ont pas été traités parfaitement à l instar de la relation entre les exigences réglementaires et normatives. Nous retrouvons ici toute la problématique des exigences opérationnelles de sécurité qui s évertuaient à conjuguer exigences réglementaires de sécurité et autres exigences normatives. 24 L autre aspect de fond est le développement de normes en matière de sécurité, qui doit être assuré par un ensemble parfaitement représentatif des autorités nationales, régionales et internationales. Or la mobilisation des autorités est longue, y compris dans notre pays. La relation réglementation/normalisation n étant pas identique dans tous les pays ; les réglementations ellesmêmes étant différentes ; le sens de la normalisation s en trouve considérablement affaiblit. Comment parler de standards quand les effets produits diffèrent d un pays à l autre? Si les normes ne peuvent pas tout résoudre, la réglementation seule ne le peut pas non plus. D une part, elle est généralement nationale, voire régionale (dans l UE, c est problématique), d autre part, les États ne sont plus libres de leur réglementation technique. En effet, suivant les accords de l OMC et autres dispositions européennes, toute réglementation technique doit s appuyer sur les normes internationales. De ce fait, l outil normatif doit être intégré par les politiques et les institutions, ce qui n est pas encore le cas. Si comme nous l avons souligné le point fort de ces normes est de consacrer le management de la sécurité suivant des principes «qualité» ou «ISO 9001», il convient de développer aussi comme les Hollandais l ont demandé récemment, des standards ou des normes adaptées aux innombrables micro-entreprises évoluant dans ce secteur. La série des normes ISO augure une prise en main de la sécurité de manière partagée comme jadis la loi du 21 janvier avait posé un certain nombre de principes sur la gestion du partage des responsabilités public privé en matière de sécurité. La venue des normes de management de sûreté est une évolution sociétale inévitable, espérons aussi que les assureurs sauront aussi s impliquer sur ce sujet et en tirer parti dans leur évaluation du risque, faute de quoi les résultats de ce travail ne seront pas à juste titre valorisés. Gageons aussi que l État s impliquera constructivement de plus en plus dans la normalisation qui doit aussi être un outil de l expression du partage maîtrisé de ses prérogatives régaliennes. (23) En matière de douane notamment. (24) Nous reviendrons sur ce concept d exigences opérationnelles de sécurité que nous avons développé dans le cadre d un groupe de travail Afnor, à l occasion de l examen de la relation réglementation/normalisation au regard du marché unique dans l Union européenne. (25) Cette loi a fait l objet de nombreux commentaires, elle a été revue plusieurs fois, notamment en 2001, 2003, 2005, 2006 et par une ordonnance de Elle reprécise le rôle et la mission de l État et des forces de police en matière de sécurité. Traitant des prérogatives régaliennes de l État, la sécurité des personnes et des biens, cette loi cadre les fonctions de police, tente de définir ce que pourrait être un «partage» de la sécurité entre État, collectivité locales et sociétés privées. Elle est à la base des contrats locaux de sécurité. Elle postule clairement que la sécurité est l affaire de tous. 79

Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise. Pavillon d Armenonville

Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise. Pavillon d Armenonville Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise Journée des Commissions 20 octobre 2009 Pavillon d Armenonville Commission Logistique & Transport L'Opérateur Economique Agréé

Plus en détail

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001

Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Enjeux de la Qualité et Norme ISO 9001 Journées Qualité et Chimie A. Rivet ANF Autrans, 2011 Normes et Qualité Introduction : les enjeux de la démarche qualité La qualité : notions La norme ISO 9001 :

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

LA NORME ISO 14001 A RETENIR

LA NORME ISO 14001 A RETENIR A RETENIR La norme ISO 14001, publiée en 1996, est une norme internationale qui s'applique à tous les types d'organisations (entreprises industrielles, de services, etc.) quelles que soient leurs tailles

Plus en détail

Démarche qualité. Responsabilité individuelle

Démarche qualité. Responsabilité individuelle Démarche qualité Réussite collective Basée sur la Responsabilité individuelle Les prophètes Taylor (1919) L inspection doit garantir la conformité 2 Les prophètes W. A. Shewhart (1931) Le contrôle statistique

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir

Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir Efficacité énergétique cadre normatif et évolutions à venir Audits énergétiques et management de l énergie AFNOR Energies catherine.moutet@afnor.org Tél : 01 41 62 86 55 SOMMAIRE Panorama de la normalisation

Plus en détail

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORVALYS - RCS TOULOUSE 510 274 137 - APE 7490 B - N organisme de formation : 73 31 05415 31-20 impasse Camille Langlade

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION?

RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? 1 RÉVOLUTION OU ÉVOLUTION? Objectifs de l atelier Comprendre les raisons de réviser l ISO 9001 et l ISO 14001 Appréhender «l esprit et le sens» des principales évolutions de l ISO 9001 et de l ISO 14001

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La marque NF au Service de la Relation Client. Assemblée générale AFRC 17 Février 2012

La marque NF au Service de la Relation Client. Assemblée générale AFRC 17 Février 2012 La marque NF au Service de la Relation Client Assemblée générale AFRC 17 Février 2012 Le Groupe AFNOR Partenaire de l AFRC Faire émerger et valoriser des solutions de références Groupe international de

Plus en détail

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Fiche n 10 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Pour faire de l environnement une seconde nature Dans cette fiche sont présentés les objectifs du management environnemental ainsi

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter Avant-propos Avant-propos Votre objectif Vous souhaitez réussir un projet d amélioration ou développer une démarche jusqu à l obtention du certificat attestant sa conformité à un référentiel international

Plus en détail

Actuellement, de nombreux outils techniques et technologiques sont disponibles pour assurer la sécurité d un système d information.

Actuellement, de nombreux outils techniques et technologiques sont disponibles pour assurer la sécurité d un système d information. Actuellement, de nombreux outils techniques et technologiques sont disponibles pour assurer la sécurité d un système d information. Cependant, faire le choix des plus efficaces et des plus rentables, ainsi

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL

ISO/IEC 20000-1 versus ITIL ISO/IEC 20000- versus ITIL Séminaire du 6 Novembre itsmf OUEST C. LAHURE Axios Systems Ordre du jour ISO / IEC 20000- La Norme et son contexte Le référentiel La démarche d implémentation Le contexte de

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Formation automobile Normes Qualité EVOLUTION DES NORMES QUALITES

Formation automobile Normes Qualité EVOLUTION DES NORMES QUALITES EVOLUTION DES NORMES QUALITES Evolution des normes qualité Première version avant 1987 Deuxième version 1994 Troisième version 2000 Quatrième version novembre 2008 ISO 9000 : Origine et enjeux 1979 Création

Plus en détail

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire Par : EL ATYQY Mohamed, Ingénieur I.A.A www.azaquar.com Sommaire : 1. INTRODUCTION...2 2. Genèse de la norme ISO 22000...2 3. PRINCIPES DE

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE

NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. NORME ISO ET GESTION DE PATRIMOINE Bureaux

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE. www.nf-oec.fr DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011

NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE. www.nf-oec.fr DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011 NOUVEAU! POUR LE MOBILIER DE BUREAU, LE CHOIX DE L EXCELLENCE DOSSIER PRESSE 14 OCTOBRE 2011 www.nf-oec.fr CONTACT PRESSE : Laure Morandeau / Agence Gulfstream Communication lmorandeau@gs-com.fr Tel. :

Plus en détail

Révision de la norme ISO 9001 pour 2015 Réunion d information. 9 avril 2013

Révision de la norme ISO 9001 pour 2015 Réunion d information. 9 avril 2013 Révision de la norme ISO 9001 pour 2015 Réunion d information 9 avril 2013 Programme: Mot de Bienvenue (Roger IANIZZI, Secrétaire Général du MLQ) Présentation du processus de normalisation au sein de l

Plus en détail

Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes. Conférence AQVE 21 novembre 2013

Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes. Conférence AQVE 21 novembre 2013 Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes Conférence AQVE 21 novembre 2013 Chantal Guay, ing., P. Eng. Vice-présidente 2 Le mandat

Plus en détail

Les normes de sécurité informatique

Les normes de sécurité informatique Les normes de sécurité informatique BS 7799 / ISO 17799, ISO 27002, ISO 27001, BS 7799-2 Présenté par Dr. Ala Eddine Barouni Plan Sécurité des informations, normes BS 7799, ISO 17799, ISO 27001 Normes

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la  QP Discretion  en Europe La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe Celine Massotte PharmD, MSc. Senior Quality Director, Global Quality Assurance

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance Redefining The Importer/Custom Brocker relationship Focus on compliance La mondialisation et la bataille libre-échange / protectionnisme Gatt et OMC sont les artisans du désarmement douanier Droits de

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Avant-propos. L IS0 9001 facile. Volume 1 : Planifier et mettre en œuvre la démarche

Avant-propos. L IS0 9001 facile. Volume 1 : Planifier et mettre en œuvre la démarche Avant-propos Avant-propos Votre objectif Vous souhaitez améliorer la qualité des produits ou des prestations de service de votre entreprise. Il existe un référentiel international, la norme ISO 9001:2008,

Plus en détail

OBJECTIFS DE CERTIFICATION

OBJECTIFS DE CERTIFICATION OBJECTIFS DE CERTIFICATION DESCRIPTION DE LA REFERENCE PARTAGEE ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT EN TERMES D UNITES COMMUNES D ACQUIS D APPRENTISSAGE Tableau descriptif des unités d acquis d apprentissage

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

Expérience : Plus de 20 ans d expérience constante dans le domaine de l accompagnement de projet.

Expérience : Plus de 20 ans d expérience constante dans le domaine de l accompagnement de projet. Mme Sylvie LACOSTA Consultante confirmée Qualité Sécurité Environnement Auditrice Qualité certifiée : ICA (Institut de Certification des Auditeurs) ICAE (Institut de Certification des Auditeurs Environnement)

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

- Le management Environnemental - - Journée technique du pôle d innovation : 27 janvier 2009 - V. LARGAUD -

- Le management Environnemental - - Journée technique du pôle d innovation : 27 janvier 2009 - V. LARGAUD - - Le management Environnemental - - Journée technique du pôle d innovation : 27 janvier 2009 - V. LARGAUD - 1 . Comment à son niveau et avec ses moyens peut-on initier et contribuer à une gestion de l

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT ET LA CERTIFICATION. Dr. H. AHMIA

L ACCOMPAGNEMENT ET LA CERTIFICATION. Dr. H. AHMIA L ACCOMPAGNEMENT ET LA CERTIFICATION Dr. H. AHMIA LES 8 PRINCIPES DE MANAGEMENT Implication du personnel Amélioration continue Approche Processus Approche factuelle Relation Mutuellement Bénéfique Fournisseurs

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE 1 Sommaire 1 Historique, 2 Établissement des normes, 3 Qu est ce que les normes ISO 9000? 4 Objectifs de la norme ISO 9000, 5 Situation d utilisation de la norme, 6 Schéma

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche «Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche Terr avenir» Pour un développement durable Les 3 piliers

Plus en détail

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001?

Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Systèmes de Management de l Energie Pourquoi choisir l ISO 50001? Réduire le coût énergétique : outils et solutions pratiques AFQP 06 & CCI de Nice Côte d Azur le 13/01/2015 Théophile CARON - Chef de Projet

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Organiser le SLM pour les applications en production

Organiser le SLM pour les applications en production Organiser le SLM pour les applications en production Xavier Flez Juin 2006 Propriété Yphise yphise@yphise.com 1 Plan Introduction Les principes ITIL Maitriser le SLM sur les opérations métier 2 Introduction

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

Le Système de Management Environnemental

Le Système de Management Environnemental 14001 Conseil Le Système de Management Environnemental ISO 14001 Pourquoi? Quoi? Comment? Intervenant : M.F. Lafon 14001 Conseil Conseil, Formation, Audit, Veille en Management Environnemental 36, rue

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET ENGAGEMENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE Janvier 2015 ACCÉDER AU SOMMAIRE

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET ENGAGEMENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE Janvier 2015 ACCÉDER AU SOMMAIRE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET ENGAGEMENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE Janvier 2015 ACCÉDER AU SOMMAIRE SOMMAIRE Nos engagements Qualité 3 L ambition du Groupe Numericable-SFR 4 Notre gouvernance Qualité

Plus en détail

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Améliorer l accès à des médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Contexte Le marché pharmaceutique mondial est caractérisé par la coexistence de standards multiples de qualité: là où les patients

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Audit combiné qualité/supply chain

Audit combiné qualité/supply chain CHRISTIAN HOHMANN Audit combiné qualité/supply chain Sécuriser ses relations client-fournisseurs, 2004 ISBN : 2-7081-3219-9 Avant-propos Les entreprises du 19 e siècle partagent un fonds culturel commun,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification

HEG Gestion de la Qualité L.Cornaglia. Les référentiels SMI, normes, processus de certification Les référentiels SMI, normes, processus de certification 1 Définitions selon le Guide ISO/IEC 2:2004 Norme Document, établi par consensus et approuve par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages

Plus en détail

DNV GL Business Assurance, France

DNV GL Business Assurance, France DNV GL Business Assurance, France Présentation brève : La structure commune (HLS) des normes de Systèmes de Management ISO Changements clés du FDIS 9001:2015 et du FDIS 14001:2015 Planning prévisionnel

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Système de management environnemental par étapes pour les TPE/PME Stéphane MATHIEU, Groupe AFNOR, Responsable Action Régionale Sud-Ouest

Système de management environnemental par étapes pour les TPE/PME Stéphane MATHIEU, Groupe AFNOR, Responsable Action Régionale Sud-Ouest Système de management environnemental par étapes pour les TPE/PME Stéphane MATHIEU, Groupe AFNOR, Responsable Action Régionale Sud-Ouest Toulouse, le juin 007 GROUPE AFNOR Normalisation Certification /

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Management de la sécurité : premiers retours d expériences. Eric DRAIS - Sociologue Laboratoire Gestion de la Sécurité INRS Nancy

Management de la sécurité : premiers retours d expériences. Eric DRAIS - Sociologue Laboratoire Gestion de la Sécurité INRS Nancy Management de la sécurité : premiers retours d expériences Eric DRAIS - Sociologue Laboratoire Gestion de la Sécurité INRS Nancy Introduction : un développement des systèmes de management Une sorte d assurance

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail