ASSOCIATION D AIDE ET SERVICES À LA PERSONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSOCIATION D AIDE ET SERVICES À LA PERSONNE"

Transcription

1 -RR.indd // ::

2 R À R rue ean onnet (ckbolsheim) trasbourg edex él. ax nscription au Registre des ssociations olume XX grément qualité emplois familiaux arrêté préfectoral... - R - ocument non contractuel - ous droits réservés. /. -RR.indd // ::

3 la ersonne ssociation d ide et ervices à X H X rapport d activité R Y K R R K Y K G Y H G X H -RR.indd // ::

4 X H X R K X H X R K -RR.indd // ::

5 R É - e mot du résident réambule À - ide à omicile a Garde de uit tinérante «élénée» a éléassistance «ip ranquille» e ortage de Repas ccueil de our «aryse» es ervices de oins nfirmiers à omicile es Hôpitaux de our HÉRG - es aisons de Retraite et ongs éjours es Résidences - es Restaurants-lubs nimation dans les Résidences et les Restaurants-lubs es lubs ème âge affiliés à l R É - - RGGR X H X R K -RR.indd // ::

6 É >e mot du résident n début de chaque année, on se plaît à rêver qu un répit nous sera accordé ue l environnement sera enfin serein, que les personnes aidées et les familles seront moins en souffrance, que les ouvoirs ublics nous rendront visite sur le terrain plutôt qu au bureau pour dialoguer avec des ordinateurs ean-acques résident remplis de chiffres. ais au fond, nous savons qu il n en sera rien. es événements qui seront vécus au fil de l eau auront pour effet de tendre parfois les relations, mais aussi de dynamiser l ssociation. out commence au plan national avec les grands événements de l année : e lan olidarité Grand Âge (G), grande avancée dans le secteur gérontologique, introduction de la «coupe H» pour mieux cerner les budgets soins des H, e rapport de la mission d évaluation et de contrôle des lois de financement de la écurité ociale (co-présidée par me aulette Guinchard) qui met en avant l importante contrainte des familles à débourser environ pour leur parent en établissement, X H e désengagement progressif de la qui resserre le nombre d heures des plans d aide en application d un nouvel outil d évaluation, a pénurie de places en établissement. es files d attente ne cessent de s allonger. n moyenne, demandes par an contre admissions possibles, X e développement des grandes nseignes de services à la personne, encouragées par le lan orloo. ertaines (on pense à rance omicile) devraient montrer à terme la «puissance de feu» d un secteur associatif qu on aurait pu croire moribond, R Y K e manifeste de l avec ses propositions en faveur «du droit fondamental de vivre à domicile» rajoute que le secteur de l aide à domicile n est pas forcément synonyme de créateur d emplois pauvres, à condition d encourager la professionnalisation et la qualité des pratiques, G Y H G R R K Y K X H ne douloureuse pénurie de personnel soignant pour nos établissements bas-rhinois.. ndré Klein-osser, ice-résident du onseil Général et résident du R rapporte qu il manque dans les H de notre département, soignants. ors de la ournée internationale des personnes âgées le er octobre, le ecrétaire Général de l,. Kofi nnan, a lancé «un appel à toutes les populations pour qu elles s efforcent d élaborer des politiques et des programmes qui permettent à ces personnes de vivre dans des conditions favorisant leurs aptitudes et leur indépendance, où elles reçoivent l aide et les soins dont elles ont besoin à mesure qu elles vieillissent» Gageons que cet appel soit entendu et que le lan Grand Âge se concrétisera avant les élections présidentielles de. ar ailleurs, le énat a organisé le premier orum national des associations et fondations en décembre. occasion de découvrir, à travers une étude du cabinet eloitte, quel regard les rançais portent sur notre monde. remier enseignement, les rançais éprouvent un véritable attachement aux associations. es associations constituent un type d organisation aux vertus manifestes en termes de responsabilités, de travail au service de l intérêt général et d innovation. ependant, les rançais ne semblent pas vraiment conscients du poids économique des associations et souhaitent «plus de transparence dans le financement et la gestion». nfin, il en ressort qu une action plus forte est attendue dans les domaines de la santé, de la recherche, de l école, des personnes âgées, du chômage, etc. n revanche, les domaines du caritatif, de la générosité et du loisir sont «relégués au second plan» dans une période marquée par de grandes inquiétudes sociales. otre ssociation, l R, s inscrit pleinement dans toute cette actualité qui constitue autant d événements auxquels nous devons faire face politiquement, administrativement et techniquement. ans un secteur qui emploie salariés à temps plein en rance, l R compte salariés en. ssociation participe indiscutablement à l économie bas-rhinoise, mais l emploi n est pas le but en soi. est un moyen au service des personnes que nous aidons et de la création d activités. ous devons aussi affirmer que notre action auprès d un public fragile doit être reconnue de façon particulière car nous intervenons sur un champ, celui de la solidarité, qui ne peut relever de la seule logique du marché. n cela le plan orloo, malgré son ambition, nous oblige à une lecture particulière de notre mission car il «brise» en quelque sorte le fondement de la loi du janvier. l donne en effet le choix aux associations de ne pas s y inscrire pour une plus grande liberté de gestion (pas de tarification par le onseil Général ou la ). n, l R n aura eu de cesse de mettre en œuvre une dynamique de développement. es membres du ureau et du onseil d dministration auront pris des décisions politiques importantes qui mettent en perspective l avenir de l ssociation sur un long terme : réation de logements pour personnes âgées dans la résidence des Halles, rojet de construction d un H «téphanie» en lien avec les H de trasbourg, -RR.indd // ::

7 rojet pour un ccueil de our à berhausbergen, uverture de l ide et oins à omicile sur le Handicap et la aladie (igue contre le ancer), rojet pour un transfert du statut vers celui d H, Rachat de l H de utzelhouse, ouvelle politique de communication, dhésion à l nseigne rance omicile, ignature d une convention d objectifs avec la ille de trasbourg, e onseil Général «autorise» le service ide à omicile (loi du janvier ), éveloppement d un partenariat ranco- llemand avec la ille de trasbourg, réation d un atelier informatique pour personnes âgées (Résidence athis), éveloppement de l animation et du bénévolat, nstruction d une demande de «mission d intérêt public» pour l R, outes ces décisions n ont qu une vocation : participer au mieux-être de la personne en s inscrivant dans les politiques en faveur des personnes âgées portées par le onseil Général, la ille de trasbourg et d autres communes, la R, Groupe RG et autres caisses de retraites, et les services décentralisés de l tat. ussi, je témoigne de tout l engagement social et le travail réalisé par ces collectivités locales ou de sécurité sociale qui ont toujours soutenu notre ssociation depuis plus de ans. e suis très reconnaissant de la pertinence de la réflexion émise par les administrateurs de l ssociation. ais je dois aussi remercier tout le personnel qui, du terrain à la irection Générale, met en application avec un grand professionnalisme les décisions politiques de l R. n, la rance comptera millions de retraités, soit une augmentation de % par rapport à. a durée de cette retraite sera entre et ans. errière ces chiffres se cache une problématique sociétale du vieillissement sans précédent. es pouvoirs publics devront plus que jamais compter sur des acteurs professionnels comme l R et nous serons présents à l appel. ean-acques résident rojet pour rapatrier tous les services gestionnaires au entre dministratif, réation du Groupement des mployeurs agréés ualité de l ide à omicile. ource : article paru le.. -RR.indd // ::

8 É ean R irecteur Général >réambule ans un univers de plus en plus contraint, la gouvernance de l association et les collaborateurs s unissent pour tenir leur promesse «ensemble, partageons la vie». es salariés de l brapa sont aux côtés d environ personnes qui lui font confiance, qu elles soient en situation de dépendance, de handicap ou valides. a irection épartementale du ravail a précisément mis en évidence l effervescence de notre secteur. lle traite environ dossiers par mois de demande d grément, dont la plupart sont des créations d entreprises de type R. ésormais, structures sont agréées dans le as-rhin pour intervenir sur le champ des services à la personne (+ % par rapport à ). our répondre au défi du lan orloo, l brapa devra en se positionner sur une partie des services à la personne officiellement définis. X H aladie d lzheimer et aide aux aidants évastatrice car elle brise la personne et souvent la famille, la maladie d lzheimer est de mieux en mieux connue, et sera peut être traitée définitivement un jour. n rance, plus de personnes sont atteintes de cette maladie (ou troubles apparentés), et au moins nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. es statistiques prévoient même plus de millions de cas en e remier inistre veut faire de la lutte contre cette maladie «la grande cause nationale». brapa prend part à la lutte contre cette terrible maladie à travers l action de l hôpital de jour et de ses H. es futurs établissements seront tous dotés d une nité rotégée. X ous nous mobilisons également sur le thème de l aide aux aidants. e as-rhin se place parmi les départements ayant le plus d aidants familiaux. insi, à l initiative de la ommune d berhausbergen, nous portons un projet d ccueil de jour qui soulagera les familles en accueillant leurs parents malades. R Y K n partenariat avec la utualité rançaise, nous coorganisons aussi des conférences à l intention des personnes âgées et de leur famille. G Y H G R R K Y K e résident est aussi membre du G Gérontologique - présidé par le r rancis Kuntzmann - qui œuvre en ce sens. X H lan orloo «les ervices à la ersonne» e lan orloo aura placé notre secteur sous les feux de la rampe pour la première fois. ais autant de lumière finit par brouiller le message des services à la personne : enseignes nationales distillant un message similaire et souvent peu efficace, ne publicité sur le articulier mployeur, encouragée par le, dont on connaît les limites en matière d intervention auprès de publics fragiles, a création massive d entreprises unipersonnelles., le onseil Général et la aisse ationale d ssurance ieillesse () vec personnes bénéficiant de l en rance, les prévisions sont largement dépassées. a majorité des personnes concernées vivent à leur domicile ou en établissement. personnes bénéficient de l dans notre département. i le bien fondé de l est justifié par le nombre croissant de bénéficiaires, le financement de ce dispositif amène les onseils Généraux à surveiller plus que jamais l évolution des coûts. e onseil Général du as-rhin n échappe pas à cette situation. on engagement toujours volontariste en faveur des personnes âgées et les contraintes financières ont évidemment créé des tensions sur le budget. arallèlement, la a prévu dans sa onvention d bjectifs et de Gestion (G) - de «recentrer» son action sociale sur le maintien à domicile des personnes en Gir et. insi, la prestation «aide ménagère» prévoit, millions d heures en contre millions en. G critique cette politique et estime «raisonnable l hypothèse de millions d heures en». aturellement, l activité du service prestataire de notre association est impactée par ces décisions de la branche ieillesse. a ualité lus de rançais sur jugent insuffisante la prise en charge des personnes âgées dépendantes (sondage ouis Harris). es personnes interrogées citent la solitude comme le principal problème des personnes âgées, loin devant la maladie. our aller plus loin et garantir une qualité de service optimale et identique sur tout le département, le onseil Général a créé un groupe de travail pour concevoir sa harte ualité. objectif est d étendre à tous les prestataires, gréés ou utorisés, un niveau minimum d assurance ualité dans le cadre de l. ette harte ualité prévue dans le «lan en aveur des ersonnes gées» conçu à l initiative de. hilippe RHR, résident du onseil Général, devrait être effective en. a ualité est une discipline qui s applique à tous. lle est parfois intuitive mais le plus souvent réglementée ou normée. est ainsi que nos deux ongs éjours () ont réussi avec succès l épreuve de l ccréditation suite aux deux audits de la Haute utorité -RR.indd // ::

9 de anté. ous sommes aussi attentifs au respect des objectifs ualité des onventions ripartites négociées avec le onseil Général. otre démarche ualité couvre bien entendu l ide à domicile en référence à la norme «ervice à la personne à domicile» (qui répond aux exigences de la loi du janvier ) et au cahier des charges de l grément ualité. e lan olidarité Grand Âge (G) n juin, hilippe, inistre élégué aux ersonnes gées, s est félicité de l effort sans précédent ( millions par an) que constitue e lan olidarité Grand ge. uand on sait que près de millions de personnes seront âgées de ans et plus en, il était indispensable de trouver des moyens supplémentaires pour développer l aide à domicile et augmenter le nombre de soignants en H. os fédérations nationales ont salué l avancée significative de ce plan qui traduit enfin des mesures qui étaient demandées depuis très longtemps. est en effet un changement de politique qui est esquissé avec des éléments qualitatifs et une volonté de faire évoluer les prises en charge. outefois, trois bémols atténuent l engouement de ce plan : e nombre de places créées en établissement () est insuffisant au regard des listes d attente. est l équivalent d un H par département, ous attendions tous un ratio d encadrement de, par résident, comme en llemagne, e financement semble insuffisant pour rendre applicable ce plan. ertaines fédérations calculent qu il faudrait le doublement du budget prévu anicule elon les indications de la du as-rhin, personnes âgées de plus de ans seraient décédées de la canicule en. a ille de trasbourg a appliqué son «plan de prévision des risques liés à la chaleur» auquel l R est étroitement associée. ous lui sommes reconnaissants d avoir financé une nouvelle fois l emploi d été de jeunes vacataires pour aider à l hydratation des pensionnaires des établissements. os H se sont aussi mobilisés grâce à leur «lan leu» et à leurs pièces rafraîchies. onclusion R poursuit avec détermination son devoir d aide et services aux personnes. a politique initiée par le résident ean-acques et les administrateurs fait de notre association un modèle de dynamisme comme le montrent de nombreux projets et l étendue de nos services. oulignons également que notre action est soutenue par nos partenairesfinanceurs sans lesquels rien ne serait possible ais au-delà des projets incontournables, la relation humaine et l humanisme sont les premières réponses attendues par tous ceux qui nous font confiance. l nous faut donc concilier des qualités de disponibilité, de compétences et de savoir être. our ces raisons, nous devrons plus que jamais nous concentrer sur une politique de management des ressources humaines si nous voulons réussir notre mission d intérêt général. ean aramazana irecteur Général X H X R K ource : article paru le.. -RR.indd // ::

10 À > ide à omicile ) É R «RR» «R» e service a réalisé heures d'intervention auprès de personnes. icole irectrice Générale djointe e service prestataire représente l essentiel de l activité et a connu une progression de.% : > heures «prestataire» > personnes aidées a part du service mandataire dans l activité globale tend à diminuer d une année sur l autre. activité de ce service est de : > heures «mandataire» > personnes ) RG GÉGRH R É e service d'ide à omicile de l'r est intervenu dans communes du épartement. > rigine géographique des personnes aidées athalie HRR Responsable du service outien à omicile > personnes sont domiciliées à trasbourg. > sont domiciliées dans l arrondissement de trasbourg-ampagne. > sont domiciliées dans les arrondissements de élestat et olsheim. > sont domiciliées dans les arrondissements de issembourg, Haguenau et averne. ) RÉR R X > Répartition par sexe et activité X H X R Y K G Y H R R K Y K X H G % % % % Globalement % des personnes aidées par le service prestataire sont des femmes. a prédominance attendue des femmes est cependant plus accentuée dans notre service que celle constatée dans la population (.% des ans et +). est à trasbourg que nous aidons la proportion de femmes la plus importante (%). % % Hommes emmes -RR.indd // ::

11 ) ÂG R É > Âge des personnes aidées personnes (.%) sont âgées de moins de ans, il s agit de personnes handicapées bénéficiant de l (llocation ompensatrice ierce ersonne) ou de l H (llocation aux dultes Handicapés) ainsi que de personnes prises en charge par l assurance maladie du fait de pathologies, notamment psychiatriques. e service intervient aussi auprès de personnes titulaires de l aide complémentaire attribuée à des personnes adultes très handicapées mais aucune personne handicapée ne bénéficiait de la H (restation de ompensation du Handicap). À l autre bout de l échelle des âges, le pourcentage des personnes de ans et plus tend à croître, il est passé de % à % avec personnes aidées en. e pourcentage le plus important de personnes très âgées se situe dans la ville de trasbourg (%). ) É R > ncienneté des «clients» de l ide à omicile > ans e à ans e à ans < an a répartition des personnes en fonction de leur ancienneté dans le service est stable d une année sur l autre. n constate cependant un léger fléchissement du nombre de personnes entrées dans le service dans l année : en contre en. es pourcentages les plus élevés de nouveaux entrants se situent dans les arrondissements de élestat et de olsheim (%). X H X R K -RR.indd // ::

12 ) R HRG ÈR R RR activité financée au titre de l (llocation ersonnalisée d utonomie) a poursuivi une progression importante (+%) pour atteindre un nombre d heures annuel de heures. heures jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- personnes heures personnes n revanche, les effets de la politique restrictive de la aisse ationale d ssurance ieillesse se sont fait sentir de nouveau en avec une chute de l activité de %. ar ailleurs l outil de régulation mis en place par la aisse Régionale a entraîné, comme nous l avions craint, une sous consommation du contingent d heures attribué à la Région lsace. activité financée par les autres régimes de retraite est stable. l en est de même de l activité réalisée auprès des personnes ne bénéficiant d aucune prise en charge financière. ) RR epuis plusieurs années l R donne la possibilité aux personnes aidées par son service prestataire de les conduire à des rendez-vous extérieurs ou pour faire des courses. ette prestation est réalisée par leur aide à domicile attitrée moyennant le remboursement de frais de déplacement. n, kilomètres ont été parcourus représentant une progression de % par rapport à. ans le cadre d une démarche de prévention, le groupe rpège a décidé de favoriser et de faciliter les déplacements des personnes âgées à l extérieur de leur domicile : il finance le coût de ce service de manière dégressive par l intermédiaire de «hèques omicile iberté». rès de personnes ont ainsi bénéficié de cette nouvelle prestation. ette expérimentation met en évidence l intérêt d un tel service mais aussi les efforts importants de promotion nécessaires à son développement. lle nous a permis d ajuster l organisation aux différentes demandes des personnes. a question de la pérennité de ce service reste posée et apparaît liée à la possibilité d une prise en charge financière partielle. Responsables de secteur gnès RRR sabelle RH aniyé G aroline RR ean-guillaume athalie atherine G elphine anine HX arie-ouise GR osiane GH adine H icole HRRGR hristine HG téphanie K ylvie KH lara G ylvie H eïla rançoise alérie RR agdaléna R laire H oëlle R éronique HR Yolande HR stelle H lisabeth arie-hérèse RG nne-arie R andra -RR.indd // ::

13 ) R : RR R > e service de pré-recrutement, composé de personnes à temps partiel, a reçu personnes en réunions d information ou en rendez-vous individuels et a transmis candidatures. ur l année, le service prestataire a recruté et intégré personnes dont en contrat à durée déterminée pour faire face aux absences pour congés payés ou pour raison de maladie du personnel titulaire. e service de pré-recrutement a organisé stages à l intention de nouvelles aides à domicile recrutées en ou de plus d un mois. ela a représenté heures de formation. > e service d évaluation et de conseil est composé de personnes dont une à mi-temps. l a organisé formations ciblées sur les aides à la personne pour aides à domicile, représentant heures de formation et il a participé aux stages d intégration des nouveaux embauchés. e service est aussi régulièrement sollicité pour faire partie des jurys de la, des modules de formation du (iplôme d tat d uxiliaire de ie ociale) et du titre d assistante de vie de l ( jurys en ). e service anime avec le service «ualité» le groupe de travail sur la gestion des risques et par ailleurs, soutient une antenne d ide à omicile et assure les remplacements de la responsable de élénée, lors de ses absences. > e service «psychologue» es psychologues à temps partiel organisent des groupes de parole pour les aides à domicile. aides à domicile ont été concernées pour heures de réunion. ar ailleurs, chaque salarié peut faire appel à tout moment à l une de ces psychologues en cas de nécessité ; un rendez-vous individuel est alors assuré très rapidement. > autres formations ont été réalisées pour les aides à domicile selon les orientations définies dans le plan de formation : a qualification des aides à domicile avec d une part les formations modulaires du et la démarche de validation des acquis de l expérience. est ainsi que nouvelles aides à domicile ont obtenu le en et en janvier représentant un taux de réussite de %, a formation des nouveaux embauchés avec, en plus de la formation interne, la participation à des stages de sensibilisation aux métiers de l aide à domicile, a professionnalisation des aides à domicile : journées thématiques, formations au tutorat, sur les gestes techniques, ous les responsables de secteur ont suivi une formation sur le management, notamment pour une formation-action relative à la conduite des entretiens annuels d évaluation, ne formation sur les connaissances gérontologiques et une autre sur «l intervention auprès de personnes atteintes du cancer» ont été proposées aux secrétaires, assistantes techniques et responsables de secteur qui le souhaitaient. Globalement le plan de formation a concerné stagiaires. X H X R ource : trasbourg agazine n ovembre Y K G Y H G R R K Y K X H -RR.indd // ::

14 ) RÉ R R vec l année, le projet de service entre dans sa deuxième année et dans la concrétisation de plusieurs objectifs, majeurs pour certains : a satisfaction aux exigences de la loi du janvier, notamment celles relatives au droit d information des usagers : le service s est doté d un livret d accueil complet et attractif, un contrat est systématiquement mis en place et le règlement de fonctionnement est remis et commenté à toute nouvelle personne entrant dans le service, obtention de l autorisation du résident du onseil Général en tant que service d ide et d ccompagnement (loi du janvier ) et l entrée dans la procédure de tarification : l arrêté autorisant le service a été signé par le résident du onseil Général le avril. our la première fois, le tarif de la prestation du service a été arrêté par le onseil Général à hauteur de. par heure, a mise en place du suivi individualisé du parcours de formation qualifiante des aides à domicile, expérimentation de l outil de télégestion dans antennes, a poursuite de la démarche qualité en liaison avec le service qualité pour : - la rédaction et la mise en œuvre de procédures, - la phase d expérimentation puis le déploiement de la gestion des risques, - la réalisation d une enquête de satisfaction auprès d un échantillon de personnes. e service prestataire et le service mandataire ont par ailleurs sollicité et obtenu l grément ualité prévu par la loi relative aux services à la personne. ) X > es grands enjeux pour notre service aire face à la concurrence : avec la mise en œuvre du lan orloo, de nouveaux porteurs de projets sont apparus dans notre département. est ainsi qu en, on dénombre plus de structures agréées ayant obtenu l grément simple, la plupart des nouvellement créées ayant un statut d entreprises individuelles ou d R. es grands groupes nationaux, particulièrement les banques et les assurances s intéressent aussi à ce marché, ontinuer à adapter notre fonctionnement et notre organisation à l évolution des besoins des personnes âgées dans un contexte budgétaire contraint, Renforcer nos interventions auprès des personnes handicapées, ouvrir vers de nouveaux publics et de nouvelles prestations. > es objectifs prioritaires du service révenir l absentéisme des aides à domicile et en limiter les effets sur les personnes aidées et le niveau d activité, organiser pour faciliter le recrutement d aides à domicile diplômées en capacité d intervenir auprès des personnes les plus dépendantes, Renforcer le suivi des aides à domicile et réaliser les entretiens annuels d évaluation. X H X R K -RR.indd // ::

15 ) À > élénée a Garde de uit tinérante É GR > élénée est intervenue fois en (+ %) auprès de personnes. personnes bénéficiaient encore de ce service en décembre. e service de Garde de uit tinérante a été créé le er octobre par l'r afin de compléter les différents services de jour par des aides de nuit. e service a pour objet le passage d'un intervenant professionnel pour répondre la nuit, entre heures et heures, à des besoins d'aide ponctuelle de personnes âgées ou handicapées, en soutien d'un aidant familial ou en complémentarité d'un autre professionnel. > ans est la moyenne d âge des personnes aidées par élénée et % des bénéficiaires sont des femmes. > a Garde de uit répond : À des besoins d'aide aux actes essentiels de la vie : le coucher, les transferts, la mobilisation, la latéralisation, l habillage/déshabillage, l hygiène corporelle, À des besoins de sécurisation : vérification des fermetures, vérification du bien-être de la personne, présence rassurante. abonné peut faire intervenir la garde de façon programmée nuits sur, uniquement certains jours ou de manière non programmée sur appel téléphonique ou par téléassistance. e service élénée couvre principalement les villes de trasbourg, ischheim, ckbolsheim, Hoenheim, llkirch-graffenstaden, ingolsheim, stwald, chiltigheim. elon les disponibilités et les demandes, élénée intervient également dans d autres villes de la. epuis l ouverture du service, nous observons des pics d activité en juillet et août. est une période de vacances durant laquelle élénée intervient temporairement chez des personnes âgées pour soulager les aidants familiaux. ) RÉ R HRG a durée de prise en charge d un abonné dépend de plusieurs facteurs : > out d abord de la personne aidée elle-même : son état de santé, son acceptation du service, > e l investissement de la famille mais aussi du type d intervention. n effet, certains passages de sécurité ne se font que sur des périodes très courtes et pour diverses raisons (coût, soutien psychologique temporaire ). e plus, le service intervient principalement auprès de personnes très dépendantes qui sont dans l attente d une entrée en institution, le passage de élénée pouvant parfois retarder ou annuler une institutionnalisation grâce à un maintien à domicile dans des conditions acceptables. e service permet également à certaines personnes de décéder chez elles. ette durée varie fortement allant d une nuit à plusieurs années. ctuellement personnes bénéficient du service depuis ans. -RR.indd // ::

16 H > a éléassistance «ip ranquille» arie-dile d Responsable nimation, Restauration et éléassisatance ) É ÉÉ > personnes (+%) ont fait appel au service ip ranquille. > personnes (+%) sont abonnées en décembre. a qualité de la prestation est reconnue par les professionnels du secteur médico-social. ) RRÉ R ÉÉ «R» > mportance du réseau de voisinage a mise en place de la téléassistance implique la constitution d un réseau de voisinage (parents, amis, voisins) et permet souvent à la personne âgée de reprendre contact avec son entourage. intervention de ce réseau limite l appel systématique des services d urgence externes comme l indique le tableau ci-dessous : raitement par le seul réseau de voisinage % % % raitement par le réseau de voisinage et une personne qualifiée % % % raitement par un service d urgence % % % ous notons l importance de la réponse apportée par le réseau. X X R K > ffre en cas d absence d un réseau de voisinage abonnés ont pallié l absence de réseau en souscrivant un contrat payant avec notre partenaire écurité. elui-ci intervient au plus tard dans l heure suivant l appel et ce, sur l ensemble du département. > isite annuelle auprès de chaque abonné ne visite annuelle est assurée par un technicien auprès de chaque abonné pour s assurer de la bonne utilisation du matériel. > ervice de maintenance haque appareil est testé toutes les semaines. équipe de maintenance se déplace pour remplacer une pile ou une batterie défectueuse détectée par les tests réguliers. > roximité de la centrale d écoute otre partenaire, l lsacienne de rotection, répond h / aux appels des abonnés pour des situations d urgence, mais aussi pour rassurer. ne équipe de opérateurs dialectophones est formée à une écoute active. n, la centrale a traité appels qui ont généré interventions, soit une moyenne de par jour. > Réseau professionnel e service s inscrit dans un réseau de professionnels au sein de l ssociation et en partenariat avec les services du secteur médico-social. > arifs modulés a personne âgée participe au coût de l installation avec un forfait de et acquitte un abonnement mensuel qui varie entre, et, selon les revenus. es habitants de trasbourg bénéficient, grâce à la participation de la ille de trasbourg, d une réduction mensuelle de, pendant toute la durée de l abonnement (pour les personnes relevant des premières tranches du barème en vigueur). ertaines caisses de retraite apportent un soutien financier à la personne : le Groupe RG/RG, l RG, l GR, la. ne convention a été signée le octobre avec la (aisse utuelle omplémentaire d ction ociale électricité et gaz) dont les ressortissants bénéficient d un barème de participation très favorable. uant au onseil Général du as-rhin, il participe aux frais d abonnement au titre de l ainsi qu aux frais d installation des télé-transmetteurs. -RR.indd // ::

17 ) É e service maintenance assure une astreinte le samedi. e est le nom donné au bulletin de liaison bi-annuel. estiné aux abonnés et à leurs réseaux, il est paru en janvier et septembre. es thèmes abordés : > ip infos : témoignages sur l utilité du bip, explication des tests, présentation de l équipe, conseils au réseau pour les gestes de première urgence. > ip infos : mise en lumière sur l aspect sécurisant du bip, explications sur les problèmes éventuels liés aux interférences d un téléphone sans fil, la sécurité dans le logement, la présentation de l équipe de la centrale d écoute. ) R R É ouverture d une antenne ip est prévue sur le secteur élestat/arckolsheim. n nouveau collaborateur du sera accueilli dans les locaux regroupant l ide à omicile, le ortage de Repas, le. l interviendra pour les visites annuelles, la maintenance et les reprises d appareils sur ce secteur. ource : xpression - agazine d information de la de trasbourg n - Hiver X H X R Y K G Y H X K Y K R H G R -RR.indd // ::

18 R À > e ortage de Repas ) É RG R > repas (+%) ont été portés à personnes. > des livraisons concernent des repas de midi et sont des repas du soir. > % des repas livrés sont adaptés à des pathologies telles que le diabète. our les repas du soir, ce chiffre atteint %. es secteurs desservis depuis peu connaissent l évolution la plus importante : oultzerland, a etite ierre, enfeld. es nouveautés en : epuis le er mars, l option «plat unique» est proposée sur le secteur trasbourg/. omposée uniquement du plat principal (sans entrée, dessert, ni pain), cette formule participe à maintenir le lien entre les personnes agées qui le désirent et les commerces de proximité. autre part, par son moindre coût, il satisfait une population à plus faible revenu. > «plats uniques» ont été livrés à personnes depuis son instauration. ette nouvelle offre sera proposée aux secteurs de la campagne dans l année à venir. ecteur trasbourg chiltigheim averne et environs enu classique enu régime Évolution / b de pers. % % % -% % % % % Repas de midi om. de om. du pays de issembourg oultzerland (ouverture nov. ) élestat et environs % % % % % % om. de om. de enfeld et environs (ouverture nov. ) % % om. de om. du pays de arre nion % % om. de om. lsace ossue % % om. om. du ays de la etite ierre (ouverture nov. ) % % % % X H X Y K K G Y H K Y X H G R R Repas du soir trasbourg % -% chiltigheim % -% % % % % e repas du soir n est proposé qu aux personnes qui prennent déjà un repas de midi. GÉÉR % % -RR.indd // ::

19 > rigine des demandes près les familles, le réseau professionnel assure le relais pour la mise en place de ce service, avec une importante proportion d assistantes sociales, de tuteurs et de médecins. ource : st gricole et iticole n - mars X H ource : ocoben nfos n écembre X R K -RR.indd // ::

20 ) > laudine H Responsable ccueil de our «aryse» À > ccueil de our «aryse» ) É R > journées ont été réalisées en (+,%) > personnes ( en ) suivies, dont femmes et hommes > Âge moyen : ans > entrées pour sorties ( entrées en ) activité est restée stable avec personnes/jour. ) RG GÉGRH ieu d habitation b de personnes en b de personnes en euhof eudorf einau ort du Rhin llkirch Krutenau/splanade lsau entre ville rangerie Robertsau ronenbourg stwald chiltigheim Holtzheim e transport est assuré par le service pour les personnes qui résident dans le secteur sud de trasbourg. ) R otifs X H X R Y K G Y H X R R K Y K H G éménagement aison de retraite ong séjour roblème financier ssai écès utres : trop fatigué - trop dépendant service non adapté ne souhaite plus venir ccueil de our s adresse à un public fragile. -RR.indd // ::

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76. 2O14 IVRET D ACCUEI DES RESIDENTS EHPAD es Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMAIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.01 lessavarounes@wanadoo.fr Bienvenue e plus grand bien qu on puisse faire

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21. A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.com Le mot de bienvenue du Président Vous avez choisi d

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 Rapport présentant les caractéristiques de la délégation de service public DPAAH 03/12/2010 Page 1 sur 6 1. Contexte du projet

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique»

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique» DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle activité vient de voir le jour «Le BTP Gériatrique» Adapt 06 est une société de travaux tout corps d état, spécialisée dans l adaptation des logements pour les personnes

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ - 1 - Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ RESIDENCE LE VERGER Rue de la Mairie 56700 MERLEVENEZ Le présent contrat est

Plus en détail

Maison des Services Publics

Maison des Services Publics brignoles.fr la Maison des Services ublics Une porte d entrée unique pour tous... pour vous faciliter la vie au quotidien! Un peu d histoire Au XIII e siècle, l établissement servit d abord d hospice.

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application :

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application : CR de la conférence du 20 mai 2015 après-midi à l EPSS concernant la loi n 2014-788 du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l'encadrement des stages et à l'amélioration du statut des stagiaires

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE Résidence de Pen Allé Rue de Général Penfentenyo 29750 LOCTUDY Tel : 02.98.87.92.10 Fax :02 98 87 89 85 penalle@fondation-masse-trevidy.com Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

Expert. en Protection Sociale Complémentaire

Expert. en Protection Sociale Complémentaire Expert en Protection Sociale Complémentaire Notre métier _Optimiser les régimes de protection sociale dans l intérêt mutuel des employeurs et des salariés. COLLECteam La force d un groupe Filiale du groupe

Plus en détail

Rapport d activités Année 2012. Association Résidence Saint Nicolas

Rapport d activités Année 2012. Association Résidence Saint Nicolas Rapport d activités Année 2012 Association Résidence Saint Nicolas Introduction : Présentation de l Association et de ses établissements L Association «Résidence ST Nicolas» a démontré sa capacité à s

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Protection sociale des salariés et non salariés

Protection sociale des salariés et non salariés Protection sociale des salariés et non salariés La Prévoyance dans l Entreprise ean-michel Antonelli Inspecteur Vie Quatrem L ASSURANCE DES HOMMES DANS L ENTREPRISE Pour l entreprise Pour les Hommes Prévoyance

Plus en détail

Une exposition : «Les métiers des services à la personne»

Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 5 panneaux (200 x 80 cm) disponible gratuitement : Les

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

RESTAURATION LOGEMENTS

RESTAURATION LOGEMENTS LES PRESTATIONS MINISTERIELLES au 1 er janvier 2014 La restauration collective RESTAURATION 927 structures de restauration collective réparties en 322 restaurants financiers, 74 restaurants inter administratifs

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Références et recommandations pour les logements-foyers

Références et recommandations pour les logements-foyers Professionnels Juillet 2013 Références et recommandations pour les logements-foyers MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Avant-propos Vivre

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES CABINETS D INGÉNIEURS CONSEILS SOCIÉTÉS DE CONSEILS RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE DES SALARIÉS MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel.

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel. 2015 Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS Parce que les vacances, c est essentiel. Un outil innovant au service de vos politiques sociales Ce programme déployé par l ANCV depuis 2007 a

Plus en détail