ASSOCIATION D AIDE ET SERVICES À LA PERSONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSOCIATION D AIDE ET SERVICES À LA PERSONNE"

Transcription

1 -RR.indd // ::

2 R À R rue ean onnet (ckbolsheim) trasbourg edex él. ax nscription au Registre des ssociations olume XX grément qualité emplois familiaux arrêté préfectoral... - R - ocument non contractuel - ous droits réservés. /. -RR.indd // ::

3 la ersonne ssociation d ide et ervices à X H X rapport d activité R Y K R R K Y K G Y H G X H -RR.indd // ::

4 X H X R K X H X R K -RR.indd // ::

5 R É - e mot du résident réambule À - ide à omicile a Garde de uit tinérante «élénée» a éléassistance «ip ranquille» e ortage de Repas ccueil de our «aryse» es ervices de oins nfirmiers à omicile es Hôpitaux de our HÉRG - es aisons de Retraite et ongs éjours es Résidences - es Restaurants-lubs nimation dans les Résidences et les Restaurants-lubs es lubs ème âge affiliés à l R É - - RGGR X H X R K -RR.indd // ::

6 É >e mot du résident n début de chaque année, on se plaît à rêver qu un répit nous sera accordé ue l environnement sera enfin serein, que les personnes aidées et les familles seront moins en souffrance, que les ouvoirs ublics nous rendront visite sur le terrain plutôt qu au bureau pour dialoguer avec des ordinateurs ean-acques résident remplis de chiffres. ais au fond, nous savons qu il n en sera rien. es événements qui seront vécus au fil de l eau auront pour effet de tendre parfois les relations, mais aussi de dynamiser l ssociation. out commence au plan national avec les grands événements de l année : e lan olidarité Grand Âge (G), grande avancée dans le secteur gérontologique, introduction de la «coupe H» pour mieux cerner les budgets soins des H, e rapport de la mission d évaluation et de contrôle des lois de financement de la écurité ociale (co-présidée par me aulette Guinchard) qui met en avant l importante contrainte des familles à débourser environ pour leur parent en établissement, X H e désengagement progressif de la qui resserre le nombre d heures des plans d aide en application d un nouvel outil d évaluation, a pénurie de places en établissement. es files d attente ne cessent de s allonger. n moyenne, demandes par an contre admissions possibles, X e développement des grandes nseignes de services à la personne, encouragées par le lan orloo. ertaines (on pense à rance omicile) devraient montrer à terme la «puissance de feu» d un secteur associatif qu on aurait pu croire moribond, R Y K e manifeste de l avec ses propositions en faveur «du droit fondamental de vivre à domicile» rajoute que le secteur de l aide à domicile n est pas forcément synonyme de créateur d emplois pauvres, à condition d encourager la professionnalisation et la qualité des pratiques, G Y H G R R K Y K X H ne douloureuse pénurie de personnel soignant pour nos établissements bas-rhinois.. ndré Klein-osser, ice-résident du onseil Général et résident du R rapporte qu il manque dans les H de notre département, soignants. ors de la ournée internationale des personnes âgées le er octobre, le ecrétaire Général de l,. Kofi nnan, a lancé «un appel à toutes les populations pour qu elles s efforcent d élaborer des politiques et des programmes qui permettent à ces personnes de vivre dans des conditions favorisant leurs aptitudes et leur indépendance, où elles reçoivent l aide et les soins dont elles ont besoin à mesure qu elles vieillissent» Gageons que cet appel soit entendu et que le lan Grand Âge se concrétisera avant les élections présidentielles de. ar ailleurs, le énat a organisé le premier orum national des associations et fondations en décembre. occasion de découvrir, à travers une étude du cabinet eloitte, quel regard les rançais portent sur notre monde. remier enseignement, les rançais éprouvent un véritable attachement aux associations. es associations constituent un type d organisation aux vertus manifestes en termes de responsabilités, de travail au service de l intérêt général et d innovation. ependant, les rançais ne semblent pas vraiment conscients du poids économique des associations et souhaitent «plus de transparence dans le financement et la gestion». nfin, il en ressort qu une action plus forte est attendue dans les domaines de la santé, de la recherche, de l école, des personnes âgées, du chômage, etc. n revanche, les domaines du caritatif, de la générosité et du loisir sont «relégués au second plan» dans une période marquée par de grandes inquiétudes sociales. otre ssociation, l R, s inscrit pleinement dans toute cette actualité qui constitue autant d événements auxquels nous devons faire face politiquement, administrativement et techniquement. ans un secteur qui emploie salariés à temps plein en rance, l R compte salariés en. ssociation participe indiscutablement à l économie bas-rhinoise, mais l emploi n est pas le but en soi. est un moyen au service des personnes que nous aidons et de la création d activités. ous devons aussi affirmer que notre action auprès d un public fragile doit être reconnue de façon particulière car nous intervenons sur un champ, celui de la solidarité, qui ne peut relever de la seule logique du marché. n cela le plan orloo, malgré son ambition, nous oblige à une lecture particulière de notre mission car il «brise» en quelque sorte le fondement de la loi du janvier. l donne en effet le choix aux associations de ne pas s y inscrire pour une plus grande liberté de gestion (pas de tarification par le onseil Général ou la ). n, l R n aura eu de cesse de mettre en œuvre une dynamique de développement. es membres du ureau et du onseil d dministration auront pris des décisions politiques importantes qui mettent en perspective l avenir de l ssociation sur un long terme : réation de logements pour personnes âgées dans la résidence des Halles, rojet de construction d un H «téphanie» en lien avec les H de trasbourg, -RR.indd // ::

7 rojet pour un ccueil de our à berhausbergen, uverture de l ide et oins à omicile sur le Handicap et la aladie (igue contre le ancer), rojet pour un transfert du statut vers celui d H, Rachat de l H de utzelhouse, ouvelle politique de communication, dhésion à l nseigne rance omicile, ignature d une convention d objectifs avec la ille de trasbourg, e onseil Général «autorise» le service ide à omicile (loi du janvier ), éveloppement d un partenariat ranco- llemand avec la ille de trasbourg, réation d un atelier informatique pour personnes âgées (Résidence athis), éveloppement de l animation et du bénévolat, nstruction d une demande de «mission d intérêt public» pour l R, outes ces décisions n ont qu une vocation : participer au mieux-être de la personne en s inscrivant dans les politiques en faveur des personnes âgées portées par le onseil Général, la ille de trasbourg et d autres communes, la R, Groupe RG et autres caisses de retraites, et les services décentralisés de l tat. ussi, je témoigne de tout l engagement social et le travail réalisé par ces collectivités locales ou de sécurité sociale qui ont toujours soutenu notre ssociation depuis plus de ans. e suis très reconnaissant de la pertinence de la réflexion émise par les administrateurs de l ssociation. ais je dois aussi remercier tout le personnel qui, du terrain à la irection Générale, met en application avec un grand professionnalisme les décisions politiques de l R. n, la rance comptera millions de retraités, soit une augmentation de % par rapport à. a durée de cette retraite sera entre et ans. errière ces chiffres se cache une problématique sociétale du vieillissement sans précédent. es pouvoirs publics devront plus que jamais compter sur des acteurs professionnels comme l R et nous serons présents à l appel. ean-acques résident rojet pour rapatrier tous les services gestionnaires au entre dministratif, réation du Groupement des mployeurs agréés ualité de l ide à omicile. ource : article paru le.. -RR.indd // ::

8 É ean R irecteur Général >réambule ans un univers de plus en plus contraint, la gouvernance de l association et les collaborateurs s unissent pour tenir leur promesse «ensemble, partageons la vie». es salariés de l brapa sont aux côtés d environ personnes qui lui font confiance, qu elles soient en situation de dépendance, de handicap ou valides. a irection épartementale du ravail a précisément mis en évidence l effervescence de notre secteur. lle traite environ dossiers par mois de demande d grément, dont la plupart sont des créations d entreprises de type R. ésormais, structures sont agréées dans le as-rhin pour intervenir sur le champ des services à la personne (+ % par rapport à ). our répondre au défi du lan orloo, l brapa devra en se positionner sur une partie des services à la personne officiellement définis. X H aladie d lzheimer et aide aux aidants évastatrice car elle brise la personne et souvent la famille, la maladie d lzheimer est de mieux en mieux connue, et sera peut être traitée définitivement un jour. n rance, plus de personnes sont atteintes de cette maladie (ou troubles apparentés), et au moins nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. es statistiques prévoient même plus de millions de cas en e remier inistre veut faire de la lutte contre cette maladie «la grande cause nationale». brapa prend part à la lutte contre cette terrible maladie à travers l action de l hôpital de jour et de ses H. es futurs établissements seront tous dotés d une nité rotégée. X ous nous mobilisons également sur le thème de l aide aux aidants. e as-rhin se place parmi les départements ayant le plus d aidants familiaux. insi, à l initiative de la ommune d berhausbergen, nous portons un projet d ccueil de jour qui soulagera les familles en accueillant leurs parents malades. R Y K n partenariat avec la utualité rançaise, nous coorganisons aussi des conférences à l intention des personnes âgées et de leur famille. G Y H G R R K Y K e résident est aussi membre du G Gérontologique - présidé par le r rancis Kuntzmann - qui œuvre en ce sens. X H lan orloo «les ervices à la ersonne» e lan orloo aura placé notre secteur sous les feux de la rampe pour la première fois. ais autant de lumière finit par brouiller le message des services à la personne : enseignes nationales distillant un message similaire et souvent peu efficace, ne publicité sur le articulier mployeur, encouragée par le, dont on connaît les limites en matière d intervention auprès de publics fragiles, a création massive d entreprises unipersonnelles., le onseil Général et la aisse ationale d ssurance ieillesse () vec personnes bénéficiant de l en rance, les prévisions sont largement dépassées. a majorité des personnes concernées vivent à leur domicile ou en établissement. personnes bénéficient de l dans notre département. i le bien fondé de l est justifié par le nombre croissant de bénéficiaires, le financement de ce dispositif amène les onseils Généraux à surveiller plus que jamais l évolution des coûts. e onseil Général du as-rhin n échappe pas à cette situation. on engagement toujours volontariste en faveur des personnes âgées et les contraintes financières ont évidemment créé des tensions sur le budget. arallèlement, la a prévu dans sa onvention d bjectifs et de Gestion (G) - de «recentrer» son action sociale sur le maintien à domicile des personnes en Gir et. insi, la prestation «aide ménagère» prévoit, millions d heures en contre millions en. G critique cette politique et estime «raisonnable l hypothèse de millions d heures en». aturellement, l activité du service prestataire de notre association est impactée par ces décisions de la branche ieillesse. a ualité lus de rançais sur jugent insuffisante la prise en charge des personnes âgées dépendantes (sondage ouis Harris). es personnes interrogées citent la solitude comme le principal problème des personnes âgées, loin devant la maladie. our aller plus loin et garantir une qualité de service optimale et identique sur tout le département, le onseil Général a créé un groupe de travail pour concevoir sa harte ualité. objectif est d étendre à tous les prestataires, gréés ou utorisés, un niveau minimum d assurance ualité dans le cadre de l. ette harte ualité prévue dans le «lan en aveur des ersonnes gées» conçu à l initiative de. hilippe RHR, résident du onseil Général, devrait être effective en. a ualité est une discipline qui s applique à tous. lle est parfois intuitive mais le plus souvent réglementée ou normée. est ainsi que nos deux ongs éjours () ont réussi avec succès l épreuve de l ccréditation suite aux deux audits de la Haute utorité -RR.indd // ::

9 de anté. ous sommes aussi attentifs au respect des objectifs ualité des onventions ripartites négociées avec le onseil Général. otre démarche ualité couvre bien entendu l ide à domicile en référence à la norme «ervice à la personne à domicile» (qui répond aux exigences de la loi du janvier ) et au cahier des charges de l grément ualité. e lan olidarité Grand Âge (G) n juin, hilippe, inistre élégué aux ersonnes gées, s est félicité de l effort sans précédent ( millions par an) que constitue e lan olidarité Grand ge. uand on sait que près de millions de personnes seront âgées de ans et plus en, il était indispensable de trouver des moyens supplémentaires pour développer l aide à domicile et augmenter le nombre de soignants en H. os fédérations nationales ont salué l avancée significative de ce plan qui traduit enfin des mesures qui étaient demandées depuis très longtemps. est en effet un changement de politique qui est esquissé avec des éléments qualitatifs et une volonté de faire évoluer les prises en charge. outefois, trois bémols atténuent l engouement de ce plan : e nombre de places créées en établissement () est insuffisant au regard des listes d attente. est l équivalent d un H par département, ous attendions tous un ratio d encadrement de, par résident, comme en llemagne, e financement semble insuffisant pour rendre applicable ce plan. ertaines fédérations calculent qu il faudrait le doublement du budget prévu anicule elon les indications de la du as-rhin, personnes âgées de plus de ans seraient décédées de la canicule en. a ille de trasbourg a appliqué son «plan de prévision des risques liés à la chaleur» auquel l R est étroitement associée. ous lui sommes reconnaissants d avoir financé une nouvelle fois l emploi d été de jeunes vacataires pour aider à l hydratation des pensionnaires des établissements. os H se sont aussi mobilisés grâce à leur «lan leu» et à leurs pièces rafraîchies. onclusion R poursuit avec détermination son devoir d aide et services aux personnes. a politique initiée par le résident ean-acques et les administrateurs fait de notre association un modèle de dynamisme comme le montrent de nombreux projets et l étendue de nos services. oulignons également que notre action est soutenue par nos partenairesfinanceurs sans lesquels rien ne serait possible ais au-delà des projets incontournables, la relation humaine et l humanisme sont les premières réponses attendues par tous ceux qui nous font confiance. l nous faut donc concilier des qualités de disponibilité, de compétences et de savoir être. our ces raisons, nous devrons plus que jamais nous concentrer sur une politique de management des ressources humaines si nous voulons réussir notre mission d intérêt général. ean aramazana irecteur Général X H X R K ource : article paru le.. -RR.indd // ::

10 À > ide à omicile ) É R «RR» «R» e service a réalisé heures d'intervention auprès de personnes. icole irectrice Générale djointe e service prestataire représente l essentiel de l activité et a connu une progression de.% : > heures «prestataire» > personnes aidées a part du service mandataire dans l activité globale tend à diminuer d une année sur l autre. activité de ce service est de : > heures «mandataire» > personnes ) RG GÉGRH R É e service d'ide à omicile de l'r est intervenu dans communes du épartement. > rigine géographique des personnes aidées athalie HRR Responsable du service outien à omicile > personnes sont domiciliées à trasbourg. > sont domiciliées dans l arrondissement de trasbourg-ampagne. > sont domiciliées dans les arrondissements de élestat et olsheim. > sont domiciliées dans les arrondissements de issembourg, Haguenau et averne. ) RÉR R X > Répartition par sexe et activité X H X R Y K G Y H R R K Y K X H G % % % % Globalement % des personnes aidées par le service prestataire sont des femmes. a prédominance attendue des femmes est cependant plus accentuée dans notre service que celle constatée dans la population (.% des ans et +). est à trasbourg que nous aidons la proportion de femmes la plus importante (%). % % Hommes emmes -RR.indd // ::

11 ) ÂG R É > Âge des personnes aidées personnes (.%) sont âgées de moins de ans, il s agit de personnes handicapées bénéficiant de l (llocation ompensatrice ierce ersonne) ou de l H (llocation aux dultes Handicapés) ainsi que de personnes prises en charge par l assurance maladie du fait de pathologies, notamment psychiatriques. e service intervient aussi auprès de personnes titulaires de l aide complémentaire attribuée à des personnes adultes très handicapées mais aucune personne handicapée ne bénéficiait de la H (restation de ompensation du Handicap). À l autre bout de l échelle des âges, le pourcentage des personnes de ans et plus tend à croître, il est passé de % à % avec personnes aidées en. e pourcentage le plus important de personnes très âgées se situe dans la ville de trasbourg (%). ) É R > ncienneté des «clients» de l ide à omicile > ans e à ans e à ans < an a répartition des personnes en fonction de leur ancienneté dans le service est stable d une année sur l autre. n constate cependant un léger fléchissement du nombre de personnes entrées dans le service dans l année : en contre en. es pourcentages les plus élevés de nouveaux entrants se situent dans les arrondissements de élestat et de olsheim (%). X H X R K -RR.indd // ::

12 ) R HRG ÈR R RR activité financée au titre de l (llocation ersonnalisée d utonomie) a poursuivi une progression importante (+%) pour atteindre un nombre d heures annuel de heures. heures jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- jan- fév- mars- avr- mai- juin- juil- aoû- sep- oct- nov- déc- personnes heures personnes n revanche, les effets de la politique restrictive de la aisse ationale d ssurance ieillesse se sont fait sentir de nouveau en avec une chute de l activité de %. ar ailleurs l outil de régulation mis en place par la aisse Régionale a entraîné, comme nous l avions craint, une sous consommation du contingent d heures attribué à la Région lsace. activité financée par les autres régimes de retraite est stable. l en est de même de l activité réalisée auprès des personnes ne bénéficiant d aucune prise en charge financière. ) RR epuis plusieurs années l R donne la possibilité aux personnes aidées par son service prestataire de les conduire à des rendez-vous extérieurs ou pour faire des courses. ette prestation est réalisée par leur aide à domicile attitrée moyennant le remboursement de frais de déplacement. n, kilomètres ont été parcourus représentant une progression de % par rapport à. ans le cadre d une démarche de prévention, le groupe rpège a décidé de favoriser et de faciliter les déplacements des personnes âgées à l extérieur de leur domicile : il finance le coût de ce service de manière dégressive par l intermédiaire de «hèques omicile iberté». rès de personnes ont ainsi bénéficié de cette nouvelle prestation. ette expérimentation met en évidence l intérêt d un tel service mais aussi les efforts importants de promotion nécessaires à son développement. lle nous a permis d ajuster l organisation aux différentes demandes des personnes. a question de la pérennité de ce service reste posée et apparaît liée à la possibilité d une prise en charge financière partielle. Responsables de secteur gnès RRR sabelle RH aniyé G aroline RR ean-guillaume athalie atherine G elphine anine HX arie-ouise GR osiane GH adine H icole HRRGR hristine HG téphanie K ylvie KH lara G ylvie H eïla rançoise alérie RR agdaléna R laire H oëlle R éronique HR Yolande HR stelle H lisabeth arie-hérèse RG nne-arie R andra -RR.indd // ::

13 ) R : RR R > e service de pré-recrutement, composé de personnes à temps partiel, a reçu personnes en réunions d information ou en rendez-vous individuels et a transmis candidatures. ur l année, le service prestataire a recruté et intégré personnes dont en contrat à durée déterminée pour faire face aux absences pour congés payés ou pour raison de maladie du personnel titulaire. e service de pré-recrutement a organisé stages à l intention de nouvelles aides à domicile recrutées en ou de plus d un mois. ela a représenté heures de formation. > e service d évaluation et de conseil est composé de personnes dont une à mi-temps. l a organisé formations ciblées sur les aides à la personne pour aides à domicile, représentant heures de formation et il a participé aux stages d intégration des nouveaux embauchés. e service est aussi régulièrement sollicité pour faire partie des jurys de la, des modules de formation du (iplôme d tat d uxiliaire de ie ociale) et du titre d assistante de vie de l ( jurys en ). e service anime avec le service «ualité» le groupe de travail sur la gestion des risques et par ailleurs, soutient une antenne d ide à omicile et assure les remplacements de la responsable de élénée, lors de ses absences. > e service «psychologue» es psychologues à temps partiel organisent des groupes de parole pour les aides à domicile. aides à domicile ont été concernées pour heures de réunion. ar ailleurs, chaque salarié peut faire appel à tout moment à l une de ces psychologues en cas de nécessité ; un rendez-vous individuel est alors assuré très rapidement. > autres formations ont été réalisées pour les aides à domicile selon les orientations définies dans le plan de formation : a qualification des aides à domicile avec d une part les formations modulaires du et la démarche de validation des acquis de l expérience. est ainsi que nouvelles aides à domicile ont obtenu le en et en janvier représentant un taux de réussite de %, a formation des nouveaux embauchés avec, en plus de la formation interne, la participation à des stages de sensibilisation aux métiers de l aide à domicile, a professionnalisation des aides à domicile : journées thématiques, formations au tutorat, sur les gestes techniques, ous les responsables de secteur ont suivi une formation sur le management, notamment pour une formation-action relative à la conduite des entretiens annuels d évaluation, ne formation sur les connaissances gérontologiques et une autre sur «l intervention auprès de personnes atteintes du cancer» ont été proposées aux secrétaires, assistantes techniques et responsables de secteur qui le souhaitaient. Globalement le plan de formation a concerné stagiaires. X H X R ource : trasbourg agazine n ovembre Y K G Y H G R R K Y K X H -RR.indd // ::

14 ) RÉ R R vec l année, le projet de service entre dans sa deuxième année et dans la concrétisation de plusieurs objectifs, majeurs pour certains : a satisfaction aux exigences de la loi du janvier, notamment celles relatives au droit d information des usagers : le service s est doté d un livret d accueil complet et attractif, un contrat est systématiquement mis en place et le règlement de fonctionnement est remis et commenté à toute nouvelle personne entrant dans le service, obtention de l autorisation du résident du onseil Général en tant que service d ide et d ccompagnement (loi du janvier ) et l entrée dans la procédure de tarification : l arrêté autorisant le service a été signé par le résident du onseil Général le avril. our la première fois, le tarif de la prestation du service a été arrêté par le onseil Général à hauteur de. par heure, a mise en place du suivi individualisé du parcours de formation qualifiante des aides à domicile, expérimentation de l outil de télégestion dans antennes, a poursuite de la démarche qualité en liaison avec le service qualité pour : - la rédaction et la mise en œuvre de procédures, - la phase d expérimentation puis le déploiement de la gestion des risques, - la réalisation d une enquête de satisfaction auprès d un échantillon de personnes. e service prestataire et le service mandataire ont par ailleurs sollicité et obtenu l grément ualité prévu par la loi relative aux services à la personne. ) X > es grands enjeux pour notre service aire face à la concurrence : avec la mise en œuvre du lan orloo, de nouveaux porteurs de projets sont apparus dans notre département. est ainsi qu en, on dénombre plus de structures agréées ayant obtenu l grément simple, la plupart des nouvellement créées ayant un statut d entreprises individuelles ou d R. es grands groupes nationaux, particulièrement les banques et les assurances s intéressent aussi à ce marché, ontinuer à adapter notre fonctionnement et notre organisation à l évolution des besoins des personnes âgées dans un contexte budgétaire contraint, Renforcer nos interventions auprès des personnes handicapées, ouvrir vers de nouveaux publics et de nouvelles prestations. > es objectifs prioritaires du service révenir l absentéisme des aides à domicile et en limiter les effets sur les personnes aidées et le niveau d activité, organiser pour faciliter le recrutement d aides à domicile diplômées en capacité d intervenir auprès des personnes les plus dépendantes, Renforcer le suivi des aides à domicile et réaliser les entretiens annuels d évaluation. X H X R K -RR.indd // ::

15 ) À > élénée a Garde de uit tinérante É GR > élénée est intervenue fois en (+ %) auprès de personnes. personnes bénéficiaient encore de ce service en décembre. e service de Garde de uit tinérante a été créé le er octobre par l'r afin de compléter les différents services de jour par des aides de nuit. e service a pour objet le passage d'un intervenant professionnel pour répondre la nuit, entre heures et heures, à des besoins d'aide ponctuelle de personnes âgées ou handicapées, en soutien d'un aidant familial ou en complémentarité d'un autre professionnel. > ans est la moyenne d âge des personnes aidées par élénée et % des bénéficiaires sont des femmes. > a Garde de uit répond : À des besoins d'aide aux actes essentiels de la vie : le coucher, les transferts, la mobilisation, la latéralisation, l habillage/déshabillage, l hygiène corporelle, À des besoins de sécurisation : vérification des fermetures, vérification du bien-être de la personne, présence rassurante. abonné peut faire intervenir la garde de façon programmée nuits sur, uniquement certains jours ou de manière non programmée sur appel téléphonique ou par téléassistance. e service élénée couvre principalement les villes de trasbourg, ischheim, ckbolsheim, Hoenheim, llkirch-graffenstaden, ingolsheim, stwald, chiltigheim. elon les disponibilités et les demandes, élénée intervient également dans d autres villes de la. epuis l ouverture du service, nous observons des pics d activité en juillet et août. est une période de vacances durant laquelle élénée intervient temporairement chez des personnes âgées pour soulager les aidants familiaux. ) RÉ R HRG a durée de prise en charge d un abonné dépend de plusieurs facteurs : > out d abord de la personne aidée elle-même : son état de santé, son acceptation du service, > e l investissement de la famille mais aussi du type d intervention. n effet, certains passages de sécurité ne se font que sur des périodes très courtes et pour diverses raisons (coût, soutien psychologique temporaire ). e plus, le service intervient principalement auprès de personnes très dépendantes qui sont dans l attente d une entrée en institution, le passage de élénée pouvant parfois retarder ou annuler une institutionnalisation grâce à un maintien à domicile dans des conditions acceptables. e service permet également à certaines personnes de décéder chez elles. ette durée varie fortement allant d une nuit à plusieurs années. ctuellement personnes bénéficient du service depuis ans. -RR.indd // ::

16 H > a éléassistance «ip ranquille» arie-dile d Responsable nimation, Restauration et éléassisatance ) É ÉÉ > personnes (+%) ont fait appel au service ip ranquille. > personnes (+%) sont abonnées en décembre. a qualité de la prestation est reconnue par les professionnels du secteur médico-social. ) RRÉ R ÉÉ «R» > mportance du réseau de voisinage a mise en place de la téléassistance implique la constitution d un réseau de voisinage (parents, amis, voisins) et permet souvent à la personne âgée de reprendre contact avec son entourage. intervention de ce réseau limite l appel systématique des services d urgence externes comme l indique le tableau ci-dessous : raitement par le seul réseau de voisinage % % % raitement par le réseau de voisinage et une personne qualifiée % % % raitement par un service d urgence % % % ous notons l importance de la réponse apportée par le réseau. X X R K > ffre en cas d absence d un réseau de voisinage abonnés ont pallié l absence de réseau en souscrivant un contrat payant avec notre partenaire écurité. elui-ci intervient au plus tard dans l heure suivant l appel et ce, sur l ensemble du département. > isite annuelle auprès de chaque abonné ne visite annuelle est assurée par un technicien auprès de chaque abonné pour s assurer de la bonne utilisation du matériel. > ervice de maintenance haque appareil est testé toutes les semaines. équipe de maintenance se déplace pour remplacer une pile ou une batterie défectueuse détectée par les tests réguliers. > roximité de la centrale d écoute otre partenaire, l lsacienne de rotection, répond h / aux appels des abonnés pour des situations d urgence, mais aussi pour rassurer. ne équipe de opérateurs dialectophones est formée à une écoute active. n, la centrale a traité appels qui ont généré interventions, soit une moyenne de par jour. > Réseau professionnel e service s inscrit dans un réseau de professionnels au sein de l ssociation et en partenariat avec les services du secteur médico-social. > arifs modulés a personne âgée participe au coût de l installation avec un forfait de et acquitte un abonnement mensuel qui varie entre, et, selon les revenus. es habitants de trasbourg bénéficient, grâce à la participation de la ille de trasbourg, d une réduction mensuelle de, pendant toute la durée de l abonnement (pour les personnes relevant des premières tranches du barème en vigueur). ertaines caisses de retraite apportent un soutien financier à la personne : le Groupe RG/RG, l RG, l GR, la. ne convention a été signée le octobre avec la (aisse utuelle omplémentaire d ction ociale électricité et gaz) dont les ressortissants bénéficient d un barème de participation très favorable. uant au onseil Général du as-rhin, il participe aux frais d abonnement au titre de l ainsi qu aux frais d installation des télé-transmetteurs. -RR.indd // ::

17 ) É e service maintenance assure une astreinte le samedi. e est le nom donné au bulletin de liaison bi-annuel. estiné aux abonnés et à leurs réseaux, il est paru en janvier et septembre. es thèmes abordés : > ip infos : témoignages sur l utilité du bip, explication des tests, présentation de l équipe, conseils au réseau pour les gestes de première urgence. > ip infos : mise en lumière sur l aspect sécurisant du bip, explications sur les problèmes éventuels liés aux interférences d un téléphone sans fil, la sécurité dans le logement, la présentation de l équipe de la centrale d écoute. ) R R É ouverture d une antenne ip est prévue sur le secteur élestat/arckolsheim. n nouveau collaborateur du sera accueilli dans les locaux regroupant l ide à omicile, le ortage de Repas, le. l interviendra pour les visites annuelles, la maintenance et les reprises d appareils sur ce secteur. ource : xpression - agazine d information de la de trasbourg n - Hiver X H X R Y K G Y H X K Y K R H G R -RR.indd // ::

18 R À > e ortage de Repas ) É RG R > repas (+%) ont été portés à personnes. > des livraisons concernent des repas de midi et sont des repas du soir. > % des repas livrés sont adaptés à des pathologies telles que le diabète. our les repas du soir, ce chiffre atteint %. es secteurs desservis depuis peu connaissent l évolution la plus importante : oultzerland, a etite ierre, enfeld. es nouveautés en : epuis le er mars, l option «plat unique» est proposée sur le secteur trasbourg/. omposée uniquement du plat principal (sans entrée, dessert, ni pain), cette formule participe à maintenir le lien entre les personnes agées qui le désirent et les commerces de proximité. autre part, par son moindre coût, il satisfait une population à plus faible revenu. > «plats uniques» ont été livrés à personnes depuis son instauration. ette nouvelle offre sera proposée aux secteurs de la campagne dans l année à venir. ecteur trasbourg chiltigheim averne et environs enu classique enu régime Évolution / b de pers. % % % -% % % % % Repas de midi om. de om. du pays de issembourg oultzerland (ouverture nov. ) élestat et environs % % % % % % om. de om. de enfeld et environs (ouverture nov. ) % % om. de om. du pays de arre nion % % om. de om. lsace ossue % % om. om. du ays de la etite ierre (ouverture nov. ) % % % % X H X Y K K G Y H K Y X H G R R Repas du soir trasbourg % -% chiltigheim % -% % % % % e repas du soir n est proposé qu aux personnes qui prennent déjà un repas de midi. GÉÉR % % -RR.indd // ::

19 > rigine des demandes près les familles, le réseau professionnel assure le relais pour la mise en place de ce service, avec une importante proportion d assistantes sociales, de tuteurs et de médecins. ource : st gricole et iticole n - mars X H ource : ocoben nfos n écembre X R K -RR.indd // ::

20 ) > laudine H Responsable ccueil de our «aryse» À > ccueil de our «aryse» ) É R > journées ont été réalisées en (+,%) > personnes ( en ) suivies, dont femmes et hommes > Âge moyen : ans > entrées pour sorties ( entrées en ) activité est restée stable avec personnes/jour. ) RG GÉGRH ieu d habitation b de personnes en b de personnes en euhof eudorf einau ort du Rhin llkirch Krutenau/splanade lsau entre ville rangerie Robertsau ronenbourg stwald chiltigheim Holtzheim e transport est assuré par le service pour les personnes qui résident dans le secteur sud de trasbourg. ) R otifs X H X R Y K G Y H X R R K Y K H G éménagement aison de retraite ong séjour roblème financier ssai écès utres : trop fatigué - trop dépendant service non adapté ne souhaite plus venir ccueil de our s adresse à un public fragile. -RR.indd // ::

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Fiche n 1 Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Origine du projet Le CCAS de Dax est gestionnaire de deux établissements qui étaient à l origine des

Plus en détail

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 Rapport présentant les caractéristiques de la délégation de service public DPAAH 03/12/2010 Page 1 sur 6 1. Contexte du projet

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI

LIVRET D ACCUEIL SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS DE MARLY-LE-ROI SERVICE AIDE A DOMICILE CCAS DE MARLY-LE-ROI CCAS de Marly-le-Roi 2 e étage Service d aide à domicile Hôtel de Ville BP 252 78160 Marly-le-Roi Tel : 01 30 61 60 81 - Fax : 01 30 61 61 11 www.marlyleroi.fr

Plus en détail

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur

3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur 3. La formation professionnelle continue à l initiative de l employeur L employeur a l obligation d assurer l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il doit veiller au maintien de leur capacité

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic 1 CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic Etabli à l intention de M. Mme. Mlle : Le A Le présent contrat est conclu entre : D une part

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Aide à domicile pour personnes âgées

Aide à domicile pour personnes âgées à domicile pour personnes âgées Pour que rester chez soi... soit toujours un plaisir LES SERVICES VITALLIANCE «Un grand choix de services qui s adaptent à vos besoins et envies» Vitalliance propose une

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Présentation des EHPAD

Présentation des EHPAD A) 1 ère Convention Tripartite Présentation des EHPAD 1) EHPAD «La Meulière de la Marne» à La Ferté sous Jouarre L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Acte Certifié (EHPAD) exécutoire

Plus en détail

Bienvenue. Sommaire. Annexes

Bienvenue. Sommaire. Annexes Bienvenue Sommaire - Bienvenue p 2 - L inscription - l admission p 3 - La vie dans l établissement p 4-5 - Les prestations d hébergement p 6 - Soins et surveillance médicale p 7 - Les conditions financières

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille TRAVAILLEURS NON SALARIÉS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2012 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : Haut-Rhin 2008 2011 2016 2021 Nombre 85 ans et + 13 253 16

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de projets dans le domaine éducatif, social ou socioculturel de l Université de Haute-Alsace Vague C

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

L Enseigne CNP Services à la personne

L Enseigne CNP Services à la personne «Profession: Faciliteur de vie» Laboratoire Assurance Banque Offres de services à la personne Impact des services à la personne sur le marketing-mix mix L Enseigne CNP Services à la personne Christophe

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Assurance dépendance. Swiss autonomie. «Être à la charge de mes proches?ça, jamais! Voilà pourquoi j ai choisi Swiss autonomie.»

Assurance dépendance. Swiss autonomie. «Être à la charge de mes proches?ça, jamais! Voilà pourquoi j ai choisi Swiss autonomie.» Assurance dépendance Swiss autonomie «Être à la charge de mes proches?ça, jamais! Voilà pourquoi j ai choisi Swiss autonomie.» Les conséquences d une longévité naturelle Notre espérance de vie s est considérablement

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN

AIDES SOCIALES 2015 NOTICE D INFORMATION. Service Action Sanitaire et Sociale VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER D UNE AIDE DE LA CRPCEN NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés

Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations fournies dans les logements protégés Service des assurances sociales et de l'hébergement Section sociale Bâtiment administratif de la Pontaise Av. des Casernes 2 1014 Lausanne Convention pour le remboursement par les régimes sociaux des prestations

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire ACTION COLLECTIVE REGIONALE 2015 Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire Commanditaire UNIFAF est l organisme paritaire agréé de la branche Sanitaire et sociale du secteur privé à but

Plus en détail

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Description Cette carte à requête présente l ensemble de l offre en structures d accueil pour les personnes âgées en 2010. L Île-de-France

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR RESIDENCES SERVICES

CONTRAT DE SEJOUR RESIDENCES SERVICES CONTRAT DE SEJOUR RESIDENCES SERVICES ABBAYE-BORDS DE MARNE Document mis à jour le 21/11/2006 Page 1 sur 12 Contrat de séjour entre les soussignés : - M. Pascal CHAMPVERT Directeur des Résidences Abbaye

Plus en détail

Dossier. L'hébergement en maison de retraite

Dossier. L'hébergement en maison de retraite Dossier L'hébergement en maison de retraite En France, entre 1990 et 2010, les hommes ont gagné 5,4 années de vie et les femmes, 3,8 années 1. L accroissement régulier de l espérance de vie entraîne inéluctablement

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

MAISON DE RETRAITE Ste BERNADETTE 10, rue du 8 mai 85450 CHAMPAGNE LES MARAIS

MAISON DE RETRAITE Ste BERNADETTE 10, rue du 8 mai 85450 CHAMPAGNE LES MARAIS Un soutien aux aidants familiaux Une aide pour le maintien à domicile Une transition avant une entrée en établissement L accueil de jour est une solution adaptée et réactive pour une prise en charge occasionnelle,

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

CONDITIONS DE RESIDENCE

CONDITIONS DE RESIDENCE CONDITIONS DE RESIDENCE Les dispositions ci-après ont été prises à l intention des Résidents, des familles ou des répondants. En fixant ces conditions, notre souci est de décharger nos pensionnaires de

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Mesure n 14 : accroître la confiance du consommateur dans la vente sur Internet de produits

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail