Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain. [ Constructing an index of vulnerability for the Moroccan banking sector ]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain. [ Constructing an index of vulnerability for the Moroccan banking sector ]"

Transcription

1 International Journal of Innovation and Applied Studies ISSN Vol. 1 No. 1 Nov. 2012, pp Innovative Space of Scientific Research Journals Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain [ Constructing an index of vulnerability for the Moroccan banking sector ] Lmehdi Berjaoui 1 1 Centre d études doctorales : Droit comparé, économie appliquée et développement durable, Université Mohammed V Souissi, Rabat, Maroc Copyright 2012 ISSR Journals. This is an open access article distributed under the Creative Commons Attribution License, which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited. ABSTRACT: This research paper aims to build a financial stress index for Moroccan banking system. Inspired from a thesis project, this index based on a combination of ratios and other indicators may be an important way, beside stress tests, to purchase the evolution of Moroccan banking system. A normal development of this approach will help to forecast periods of crisis and therefore help avoid them. KEYWORDS: Stress index, financial fragility, banking sector, financial crises, early warning systems. 1 INTRODUCTION Le secteur bancaire occupe une position privilégiée dans le système financier. Le rôle qu il joue dans le processus de création monétaire et le système de paiement est primordial. Le crédit bancaire est en outre un facteur décisif dans le financement de l investissement et la croissance économique. Traditionnellement, l évaluation de la solidité financière du secteur bancaire est appréhendée à travers l évolution temporelle d un ensemble de ratios financiers. Bien que ces derniers soient utiles, ils restent, néanmoins, descriptifs et d une nature statique. La construction de modèles macroéconomiques ou mésoéconomiques permettant la réalisation de simulations, basées sur plusieurs scénarios, est une innovation majeure pour cerner les problématiques relatives à la stabilité financière. En effet les accords de Bâle II, appliqués depuis 2007, prévoient dans leur 2 ème pilier des dispositifs complémentaires visant à appréhender les risques insuffisamment traités par le premier pilier. Ainsi, la réalisation des tests de stress portant sur l ensemble des risques, doit figurer parmi les priorités des banques pour s assurer qu elles disposent de fonds propres suffisants pouvant absorber les chocs financiers. Toutefois, on estime que cette analyse reste incomplète étant donnée l attention particulière que portent les études sur la prévision des crises à la construction d un indice de vulnérabilité 1 des banques. Cet indice qui est le résultat de la combinaison d un ensemble de variables bilantiaires et financières est censé identifier les périodes de stress à travers ses valeurs extrêmes. 1 Les termes vulnérabilité, fragilité et stress, sont traités dans le texte comme étant équivalents. 2 REVUE DE LA LITTERATURE SUR LA VULNERABILITE FINANCIERE DU SECTEUR BANCAIRE La vulnérabilité financière demeure une notion économique très ambiguë. C est ce qui explique, probablement, la multiplicité des définitions adoptées dans la littérature parue dans ce domaine. Corresponding Author: Lmehdi Berjaoui 105

2 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain Illing et Liu (2006) [1] considèrent que la vulnérabilité financière est une variable continue avec un éventail de valeurs possibles et dont les points extrêmes reflètent des situations de crises. Ils affirment, par ailleurs, que la vulnérabilité est le produit de la faiblesse des structures et de l émergence de chocs exogènes. Frøyland et Larsen (2002) [2] considèrent que le rôle des tests de vulnérabilité consiste en l évaluation du degré de sensibilité des institutions financières à des changements de circonstances économiques. Quant à la définition du test de vulnérabilité proposée par Sorge et Virolainen (2006) [3], elle fait référence à l estimation du niveau de risque généré par la simulation d un événement exceptionnel, mais réaliste. La vulnérabilité est définie aussi, selon la conception de l équilibre, comme un déséquilibre financier provoqué par une prise de risques disproportionnés d un établissement ou d un ensemble d établissements bancaires, et dont l étendue peut aboutir, sans l assistance préventive des autorités publiques, à un événement systémique sévère. Différentes sources de risques peuvent être à l origine du déséquilibre financier des établissements bancaires. Parfois, elles représentent l élément déclencheur d une dynamique financière qui conduit à des crises. Les plus importants risques susceptibles d affecter la richesse nette des banques sont: le risque de liquidité, le risque de crédits et les risques du marché. M. Aglietta (2001) [4] souligne que les modèles théoriques retiennent deux grands facteurs de fragilité financière: la liquidité et l asymétrie d information. Le fait déclencheur des problèmes de liquidité est souvent attribué à une ruée sur les dépôts bancaires, qui s explique par des anticipations autoréférentielles de chaque déposant sur les actions de retrait prématuré des autres déposants. En l absence d excès d offre de liquidité interbancaire, la contagion entre les banques se propage à travers le marché interbancaire et par l intermédiaire du système de paiement. Dans ce contexte, la banque centrale est l unique acteur capable d intervenir pour remédier à l insuffisance de liquidité. Quant à l asymétrie informationnelle avec ces deux corollaires qui sont la sélection adverse et l aléa moral, elle provoque un large éventail de risques propres à l exercice de l activité bancaire. En effet, les exemples d aléa moral et de sélection adverse sont si nombreux qu il est difficile d imaginer une relation économique ou financière qui ne soit pas affectée par ce type de problème. Ainsi, le risque de crédit et le risque du marché trouvent indubitablement leurs places dans cette catégorie de facteurs explicatifs de la fragilité financière. 3 CONSTRUCTION DE L INDICE DE FRAGILITE DU SECTEUR BANCAIRE MAROCAIN Plusieurs méthodes ont été proposées dans la littérature pour mesurer la vulnérabilité des systèmes bancaires. Sorge (2004) [5] en décrit deux qu il qualifie de fondamentales. La première, dite partielle (piece wise approach), évalue la vulnérabilité du secteur bancaire par rapport à de multiples facteurs de risques pris séparément. La démarche consiste en la prévision de la sensibilité d une variété d indicateurs de solidité financière (tels que les créances douteuses, la profitabilité, etc.) à des indicateurs macroéconomiques (PIB, taux de change, taux d intérêt, l inflation, etc.) 2. La seconde, dite approche intégrée (integrated approach), privilégie l estimation de la fonction de densité des pertes susceptibles de se matérialiser à partir de la combinaison de données relatives à la sensibilité des banques à un ensemble de facteurs de risque. Dans ce cadre, les modèles VaR se sont imposés comme le centre de contrôle des risques. En effet, ils fournissent une mesure commune pour agréger les répercussions d une multitude de facteurs de risque. Fondamentalement microéconomique, cette approche fut étendue à l analyse de la vulnérabilité globale des systèmes bancaires et financiers en tenant compte des chocs macroéconomiques dans la mesure de la «value at risk» 3. Cette partie a pour objectif de construire un indice annuel de fragilité du secteur bancaire marocain et l utiliser pour appréhender sa fragilité. 2 Cette approche fût appliquée par Rouabah (2006) à un panel de banques luxembourgeoises. 3 Virolainen (2004) dans son article "Macro stress testing with a macroeconomic credit risk model for Finland", a transposé cette méthodologie à l analyse de la vulnérabilité du secteur des entreprises industrielles en Finlande. Tandis que Wong, Choi et Fong (2006) l ont adopté pour tester la vulnérabilité des banques opérant à Hong Kong au risque de crédit. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

3 Lmehdi Berjaoui 3.1 APPROCHES POSSIBLES POUR LA CONSTRUCTION DE L INDICE DE FRAGILITE Compte tenu de la complexité de la problématique de la vulnérabilité globale du système bancaire et de l incapacité d un seul modèle à prévoir avec certitude la matérialisation des pertes en cas de choc exogène, il est souhaitable de recourir à une variété d approches. Dans ce cadre, l élaboration d indices composites agrégés de vulnérabilité constitue un outil statistique complémentaire aux modèles économétriques. Kibritçioglu (2002) [6] propose un indice de fragilité bancaire à fréquence mensuelle. Basé exclusivement sur des données bilantiaires, Cet indice est reflété par la combinaison de trois agrégats: les dépôts bancaires, les créances sur la clientèle domestique privée et les dettes libellées en monnaies étrangères. Il stipule, par ailleurs, que les fluctuations de ces trois indicateurs expriment les changements dans l échelle de vulnérabilité du secteur bancaire. Illing et Liu (2006) [1], quant à eux, ont construit dans une première étape un sous-indice propre au secteur bancaire canadien en estimant le rendement de l indice boursier du secteur bancaire. Celui-ci a servi, dans une seconde étape, à la construction de l indice global de la vulnérabilité financière. Enfin, Hanschel et Monnin (2005) [7] ont proposé un indice annuel visant à quantifier le degré de vulnérabilité des banques suisses. Cet indice est construit à partir d un ensemble de variables quantitatives qualifiés de symptômes de fragilité du secteur bancaire. En s inspirant de l ensemble de ces travaux, on construira un indice annuel de fragilité pour le secteur bancaire marocain composé de plusieurs variables supposées refléter les faiblesses de ce secteur. 3.2 CONSTRUCTION DE L INDICE La construction de l indice est utile pour savoir si le système bancaire national est en crise à un moment donné. Il s agit de combiner plusieurs variables dans un seul indice. Chaque variable constitue un symptôme potentiel de stress bancaire. A ce niveau, le choix de la méthode de pondération est crucial puisqu il détermine l impact de chaque variable dans l indice final. Pour calculer notre indice, nous avons choisi la méthode «variance-equalweightmethod» qui est la plus utilisée dans la littérature 4. Elle consiste à : standardiser les variables afin de les exprimer dans une même unité ; les agréger en utilisant des pondérations identiques ; La formule de l indice est la suivante : k It= i 1 Xi, t i Xi Avec: k = Nombre de variables dans l indice ; X i = Moyenne de la variable X i ; σ i = Écart type de la variable X i ; Les fluctuations des différents indicateurs sont supposées représenter les variations dans la fragilité du système bancaire marocain. Nous avons également standardisé l indice obtenu afin de l interpréter en termes de déviation par rapport à sa moyenne ainsi : ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

4 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain Un niveau de l indice standardisé au dessus de 0 signifie que le stress est plus élevé que la moyenne. Un niveau de l indice standardisé au dessous de 0 signifie que le stress est moins élevé que la moyenne. Par ailleurs, les séries retenues présentent une fréquence annuelle, ce qui nous a amené à calculer un indice annuel pour le système bancaire marocain et ce sur une période s étalant entre 1995 et Deux possibilités peuvent être envisagées en matière de variables retenues pour évaluer empiriquement la fragilité bancaire: l évaluation par le marché à l aide des statistiques boursières ; l évaluation à travers le résultat à partir de données comptables ; La pratique largement reconnue de lissage des résultats des banques peut conduire à une sous évaluation de la fragilité bancaire par l approche comptable. Cependant, Boyd et Graham (1988) [8], dans une étude comparative, en confrontant les résultats obtenus avec chacune des deux approches avec ceux obtenus par les agences de rating, concluent à la supériorité des données comptables. Dans cette étude on essaye de combiner les deux approches. Le choix des variables est dicté par le fait qu elles sont des indicateurs indirects 6 des risques du secteur bancaire. Ainsi, le risque de liquidité est approché par le total des dépôts, le risque de crédit est mesuré par le total des crédits accordés au secteur privé domestique et les créances en souffrance alors que le risque de change est reflété par les engagements extérieurs des banques en devises. Les variables ainsi retenues sont : Les créances en souffrance ; Le taux de rentabilité des actifs ; Le taux de provisionnement ; Le total des dépôts bancaires ; Le total des crédits accordés au secteur privé domestique ; Les engagements extérieurs des banques en devises ; Les rendements boursiers. 4 Il existe d autres techniques de pondération comme l analyse factorielle, creditaggregate-basedweights et la transformation des variables en utilisant leurs CDF (cumulative distribution function). 5 La période qui suit fait l objet actuellement d une thèse de doctorat. 6 Ces indicateurs sont appelés dans la littérature anglo-saxonne «proxies». 4 RÉSULTATS ET COMMENTAIRES A partir des différentes données collectées auprès de Bank Al Maghrib et la Bourse de Casablanca, on a pu construire le graphique 1 qui représente l évolution de l indice de fragilité du secteur bancaire marocain entre la période un niveau au-dessus de zéro signifie que le stress est plus haut que la moyenne. On y remarque le passage d une phase de faible stress ( ) à une phase d accentuation nette du stress à partir de 2004, tout en enregistrant l année 1997 comme une année exceptionnelle où le stress s est légèrement amplifié. L indice de fragilité peut être décomposé (graphique 2) pour isoler la contribution de chaque facteur dans le niveau de stress global. Une valeur positive indique que la variable est au-dessus de son niveau moyen et cela veut dire qu elle apporte plus de stress au système qu elle ne fait en moyenne. La décomposition montre que le stress au début de 2005 est reflété dans la plupart des variables. Entre 2005 et 2009, il y a toujours au moins cinq variables sur sept qui indiquent plus de stress que la moyenne. Durant cette période, et malgré la baisse des créances en souffrance, la fragilité du secteur bancaire tient aux engagements extérieurs des banques marocaines et au volume de crédits donnés au secteur privé domestique. La première phase où le stress est inférieur à sa moyenne a été la plus calme durant la période de l étude. En effet, l'instauration depuis 1993 d une nouvelle loi bancaire [9] avec de nouvelles règles prudentielles inspirées des normes et standards internationaux, ont permis de cerner les fragilités du secteur qui sortait d une période d ajustement structurel. Cela a conduit à l'élaboration d'un programme d'assainissement des banques visant la consolidation de leur assise financière, ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

5 Lmehdi Berjaoui de manière à respecter les règles minimales de solvabilité et à améliorer leurs capacités organisationnelles et institutionnelles. La consolidation des assises financières des banques s est matérialisée par le renforcement du niveau des fonds propres et des provisions sur créances en souffrance. Elle a été favorisée par le désencadrement du crédit, la désintermédiation et la restructuration des banques publiques déficitaires (CIH, CAM, BNDE). Il est à noter que cette période a fait l objet d une appréciation du FMI dans un rapport qui soulignait la bonne santé du secteur, mais mettait en garde contre d éventuels problèmes structurels liés à la faible concurrence, à la dépendance vis-à-vis des dépôts à vue et aux risques de la libéralisation. La deuxième phase ( ), quant à elle, connait une accentuation du stress probablement dûe à l augmentation de la rentabilité des actifs, la bulle boursière qu à connue la place casablancaise sans oublier les créances en souffrance qui sont reparties à la hausse. Durant cette période, les indicateurs de fragilité financière montrent que les banques sont adéquatement capitalisées et fortement profitables [10]. Toutefois les ratios de liquidité des Banques sont serrés avec des actifs liquides couvrant seulement 31 % des dettes à court terme en La proportion serait plus haute si on prend en compte la nature permanente d'une partie des dépôts à court terme. Les banques à capitaux étrangers montrent des proportions de liquidité encore inférieures, mais peuvent être capables d'obtenir le refinancement de leurs banques mères en cas de besoin. Aussi, la qualité des actifs du secteur s'est améliorée, avec la baisse des créances en souffrances (10,9 % en 2006 et 7,9 % fin 2007). Les anciennes banques publiques spécialisées montrent toujours un haut pourcentage de 21 % en Les banques privées ont en enregistré seulement 5,3 % en Selon Bank Al-Maghrib ces créances en souffrances concernent en grande partie de vieux prêts. Enfin, la comparaison du secteur bancaire marocain avec des pays émergents en Europe montre un niveau adéquat de capitalisation et de solvabilité, un niveau moyen de rentabilité, mais une proportion plus haute des créances en souffrance [11]. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

6 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain 5 TABLEAUX ET FIGURES 5.1 TABLEAUX Tableau 1. Les facteurs des crises bancaires RISQUE FACTEURS DE RISQUE INDICATEURS REFERENCES Risque de défaut (environnement macro) Cycle Termes de l échange Prix des actifs Risque de change des emprunteurs Afflux de capitaux étrangers Taux de croissance PIB Variation des termes de l échange Taux d intérêt à CT Structure financière des entreprises Gorton (1988) Caprio et Klingebiel (1996) Lindgren et alii (1996) Kaminsky et Reinhart (1996) Khauris (1996) Risque de taux Marge d intérêt Inflation Mishkin (1996) Calvo (1998) Risque de change Capitaux étrangers Surévaluation attaque spéculative Taux de dépréciation du change (exposition au change) Risque de «run» ou de liquidité Hasard moral Risque de détournement de fonds (looting) Risque de changement de régime monétaire (stabilisation) Risque de capture de la supervision Assurance des dépôts Reflux capitaux étrangers à court terme Réserves des banques Assurance des dépôts (incitation au risque) Contrôle prudentiel Libéralisation (transition de régimes) Etat de droit Inflation Libéralisation Institutions de la supervision Pressions publiques sur le superviseur M2/Réserves Réserves bancaires/actifs Indicatrice Taux d intérêt réel Crédit secteur privé/gdp Taux de croissance du crédit domestique réel GDP/tête Indicatrice DiamondDybvig (1983) Calvo et alii (1994) Kane (1989) Akerlof et Romer (1993) Déficit public/pib English (1996) McKinnon (1991) Déficit public/pib Source: Demirgüç-Kunt A. and Detragiache E. (1998): «The Determinants of Banking Crises in Developing and Developed Countries», IMF staff papers v. 45, n 1, Washington DC. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

7 Lmehdi Berjaoui Compte de capital Profil de la dette Balance courante Variables internationales Libéralisations financières Autres variables financières Secteur réel Variables fiscales Variables institutionnelles et structurelles Variables politiques Tableau 2. Indicateurs utilisés par les études empiriques des crises bancaires Réserves internationales Flux de capitaux Flux de capitaux à court terme Dette publique étrangère Dette étrangère totale Dette à court terme Dette selon les types de créditeurs Taux de change réel Balance courante Balance commerciale Exportations Importations Croissance étrangère Taux d intérêt Croissance du crédit Variation du multiplicateur monétaire Taux d intérêt réel Crédit de la banque centrale au système bancaire Ecart entre la demande de monnaie et l offre de monnaie Croissance de la masse monétaire Rendements des bons Inflation domestique Croissance du PIB Croissance du RNB Output gap Déficit fiscal Consommation du gouvernement Changes multiples Changes fixes Contrôles des changes Libéralisation financière Elections Evènements électoraux majeurs Changement de gouvernement Changement d exécutif légal Investissement direct à l étranger Ecart taux d intérêt étranger taux domestique Dette selon les types d intérêt Service de la dette Aide étrangère Taux de l échange Prix des exportations Epargne Investissement Niveau des prix Ecart de taux des prêts bancaires et des dépôts Taux de change parallèle Prime de change sur le marché parallèle Parité centrale du taux de change Position du taux de change dans la bande officielle de variation M2/réserves internationales Taux de chômage Salaires Variation du prix des actifs Crédit au secteur public Crises bancaires Crises de changes antérieures Evènements passés sur le marché des changes Changement d exécutif illégal Gouvernement de gauche Niveau ministre des finances Degré de stabilité politique Source : Mario Dehove (2003) : «Crises financières : deux ou trois choses que nous savons d elles que nous apprend l approche statistique des crises financières?»; Conseil d analyse économique, p 87. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

8 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain Tableau 3. L indice de Fragilité : avantages et limites Avantages Il constitue une mesure continue ce qui réduit la probabilité qu une crise ou un épisode de fragilité élevée ne soit pas identifié Il permet de ne pas exclure les situations intermédiaires puisque un système bancaire peut ne pas être en crise et être cependant fragile. Il ne nécessite pas la définition de seuils ou de valeurs critiques ce qui permet d éliminer al part de l arbitraire. L indice, contrairement à d autres techniques d estimation, peut s appliquer même à des pays n ayant pas connu de crise déclarée. S applique à un pays pris individuellement. Un bon outil de contrôle et d identification des difficultés du secteur bancaire Inconvénients La méthodologie de pondération pour les variables dans l indice Difficulté d évaluation de la plausibilité de l indice de fragilité obtenu. Certaines données peuvent être biaisées à cause de pratiques de «reporting» incorrectes (notamment pour les créances en souffrance) ou à cause également de réglementation spécifique au pays. Difficulté d obtention de données fiables et continues pour une période inférieure à l année (données mensuelles par exemple). L indice ne reflète pas nécessairement la date exacte d intervention d un gouvernement. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

9 Lmehdi Berjaoui 5.2 FIGURES 6,00 4,00 2,00 0,00-2,00-4,00-6, Fig 1. Indice annuel de fragilité du secteur bancaire marocain ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

10 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 0,00-0,50-1,00-1,50-2,00-2, Indice du Taux des Créances en souffrance (%) Indice du Taux de Rentabilité des Actifs (%) Indice du Taux de Provisionnement (%) Indice du Total des dépôts bancaires (MDH) Indice du Total des crédits accordés au secteur privé domestique (MDH) Indice des Engagements extérieurs des banques de dépots (MDH) Indice du Taux de Rendements boursiers (%) Fig 2. Décomposition de l'indice de fragilité ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

11 Lmehdi Berjaoui 15,00 10,00 5,00 0,00-5,00-10, Indice du Taux des Créances en souffrance (%) Indice du Taux de Rentabilité des Actifs (%) Indice du Taux de Provisionnement (%) Indice du Total des dépôts bancaires (MDH) Indice du Total des crédits accordés au secteur privé domestique (MDH) Indice des Engagements extérieurs des banques de dépots (MDH) Indice du Taux de Rendements boursiers (%) Indice annuel de fragilité Fig 3. Contribution des différentes variables dans l'indice de fragilité ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

12 Construction d un indice de fragilité pour le secteur bancaire marocain 6 CONCLUSION Ce travail a eu pour objectif d évaluer la fragilité du système bancaire marocain par la construction d un indice de fragilité. Inspiré des travaux antérieurs développés au Canada, en Suisse et au Luxembourg, entre autres. Cet indice est la combinaison de plusieurs indicateurs susceptibles de refléter la solidité du système bancaire. Dans la première étude, Les auteurs ont élaboré un indice de stress financier pour le système financier canadien. Le stress s accroît selon eux avec les pertes financières, avec le risque et avec l incertitude. L étude est réalisée à partir d une enquête menée par la Banque du Canada auprès des principales banques du pays, qui fournit, entre autres, des indications sur les périodes de stress et les indicateurs jugés pertinents. Ceux-ci diffèrent selon le risque de taux, de change ou actions, mais globalement, on peut les ranger dans les catégories simplifiées suivantes : macroéconomiques (y compris des variables liées au crédit et à la monnaie), microéconomiques (ratios bilanciels) et des indicateurs de marché. Les auteurs sélectionnent et étudient les différentes variables, les agrègent en un indicateur avancé, et en testent la pertinence aux vues des périodes de stress identifiées dans le passé. Le deuxième cas qui mesure et prévoit le stress du secteur bancaire suisse utilise une approche très proche de la précédente. L accent est mis toutefois sur les déséquilibres macro-financiers qui seraient des indicateurs avancés de stress du secteur bancaire. Quant à l expérience du Luxembourg, La logique est restée dans l esprit des indicateurs de stress, mais cette fois avec une fréquence trimestrielle. Comme pour l indice suisse, le lien entre l indice construit et l environnement macroéconomique fût exploré à travers une analyse statistique de prévisibilité. Celle-ci a permis de modéliser la dynamique jointe de l indice de vulnérabilité, du crédit et de l indice boursier. Pour notre étude, L utilisation de ce dernier publié par la Bourse de Casablanca est supposée capter le signal de fragilité du secteur durant les périodes de chute des cours boursiers. Notre souci était de ne pas biaiser sa contribution dans l indice final étant donné les fortes fluctuations qu a connu la place casablancaise. Dès lors, on a utilisé l approche des valeurs extrêmes susceptibles d en atténuer l impact. L analyse annuelle de l évolution de l indice nous a permis de repérer les principaux épisodes de stress que les banques ont traversé pendant la période de calcul allant de 1995 à Le secteur bancaire marocain est ainsi passé d une période de faible stress allant de 1995 à 2003, à une période plus tourmentée à partir de 2004 durant laquelle la fragilité du secteur bancaire s est accentuée. Enfin, La décomposition de l indice a montré que cette évolution est dûe à la forte augmentation des volumes de crédits et les engagements extérieurs des banques synonymes respectivement d une hausse dans le risque de crédit et de change. L indice développé lors de cette étude a montré que les efforts des autorités de supervision ont permis d abaisser les principales tensions et facteurs de risque telles les créances en souffrance. Toutefois d autres facteurs ont été repérés. C est principalement le cas de l évolution des volumes de crédit et les engagements extérieurs des banques qui devraient être suivis de plus près. Cet indice peut contribuer aux efforts des autorités de supervision dans la détection avancée des difficultés du secteur bancaire. Il peut être aussi utilisé comme une méthode d identification des épisodes de crises, même s il ne peut pas remplacer totalement l approche basée sur les événements. ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

13 Lmehdi Berjaoui REFERENCES [1] Illing, Mark & Liu, Ying, "Measuring financial stress in a developed country: An application to Canada", Journal of Financial Stability, Elsevier, vol. 2, pp , October [2] Frøyland E. and Larsen K., "How vulnerable are financial institutions to macroeconomic changes? An analysis based on stress testing", Economic Bulletin 3/2002, pp , Norges Bank, [3] Sorge, Marco&Virolainen, Kimmo, "A comparative analysis of macro stress-testing methodologies with application to Finland", Journal of Financial Stability, Elsevier, vol. 2, pp , June [4] Aglietta, M., " Instabilité financière et régulation monétaire: l Europe est-elle bien protégée du risque systémique? ", 3e Conférence du Centre Saint-Gobain pour la recherche en économie sur les transformations de la finance en Europe, Paris, pp. 8-9, novembre [5] Sorge M., Stress-testing financial systems: an overview of current methodologies, BIS Working Papers n 165, [6] Kibritçioglu, A., Excessive risk-taking, banking sector fragility, and banking crises, University of Illinois at Urbana- Champaign, Office of Research Working Paper, n , [7] Hanschel E. and Monnin P., Measuring and forecasting stress in the banking sector: evidence from Switzerland, BIS Papers n 22, [8] John H. Boyd & Stanley L. Graham, "The profitability and risk effects of allowing bank holding companies to merge with other financial firms: a simulation study," Quarterly Review, Federal Reserve Bank of Minneapolis, issue Spr, pp. 3-20, [9] Loi n du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993), Maroc. [10] "Morocco: Financial System Stability Assessment Update", IMF Country Report No. 08/333, p10, October [11] "Morocco: Financial System Stability Assessment Update", IMF Country Report No. 08/333, p28, October ISSN : Vol. 1 No. 1, Nov

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Stabilité financière et banques centrales

Stabilité financière et banques centrales André ICARD Stabilité financière et banques centrales Préface de Jean-Claude Trichet Président de la Banque Centrale Européenne C3 ECONOMICA 49 rue Héricart, 75015 Paris TABLE DES MATIERES Préface Avant-propos

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

CAHIER D'éTUDES WORKING PAPER N 24. Abdelaziz Rouabah

CAHIER D'éTUDES WORKING PAPER N 24. Abdelaziz Rouabah CAHIER D'éTUDES WORKING PAPER N 24 Mesure de la vulnérabilité du secteur bancaire luxembourgeois Abdelaziz Rouabah Avril 2007 CAHIER D'éTUDES N 24 I Introduction 4 II Revue de la littérature: Définition

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Rabat, le 21 mai 2015

Rabat, le 21 mai 2015 Allocution d ouverture de Monsieur le Wali, Abdellatif Jouahri, au séminaire de haut niveau sur le thème «Défis de la politique monétaire dans la région MENA et avantages de l adoption d un dispositif

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques Note Méthodologique Dernière mise à jour : le 26/03/2015 La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques La dette trimestrielle couvre, comme la dette annuelle, l ensemble des administrations

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib

Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib SÉMINAIRE RÉGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LE CIBLAGE DE L INFLATION Rabat, Maroc, 4 avril 2007 Discours de Monsieur Abdellatif Jouahri Gouverneur de Bank Al-Maghrib Séminaire régional de haut niveau sur le

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché»

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» Exercice du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» La réglementation bancaire impose aux banques de maintenir un niveau de capital minimum pour absorber les pertes dues

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014

Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 Indicateurs clés des statistiques monétaires Mai 2014 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré en mai une hausse de 1,4% pour s établir à 1 026MMDH. Cette évolution résulte principalement de l

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT Présenté par: Mme Vololomanitra RAKOTONDRALAMBO DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE LA BOA-MADAGASCAR 1 PARTIE I: RAPPEL

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 1 Particularités s de la politique monétaire 2 Les particularités s du ciblage de l inflation l en Roumanie! Cible d inflation fondée sur l indice des prix à la consommation! Cible établie comme valeur

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail